organization:mit

  • Japan’s Hayabusa 2 spacecraft is about to fire bullets into an asteroid - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/the-download/612986/japans-hayabusa-2-spacecraft-is-about-to-fire-bullets-into-an-aste

    L’exploitation de l’espace, jadis un commun universel, est sur le point de démarrer... au profit de pays ou de compagnies privées.

    Some space mining is set to take place, courtesy of Japan’s Hayabusa 2 spacecraft.

    The news: Touchdown on the 3,000-foot-wide Ryugu asteroid is planned for February 22 at 8 a.m. local time in Japan. Then comes the bullets: Hayabusa 2 will fire into the asteroid to create dust and particles that the device can gather up with its sampling arm. Two shots will be fired initially; a larger projectile will be shot later this year to stir up additional material.

    A rocky start: The craft’s landing on Ryugu was supposed to happen last October, but it was discovered the surface of the asteroid was covered in larger gravel than the team had expected. To make sure the collection system would still work, the researchers performed some experiments back here on Earth—they fired a bullet into gravel using spare launchers that were made during the manufacturing of the space-bound one (see the image above).

    Why it matters: The spacecraft’s precursor, the Hayabusa, is the only spacecraft to date to have collected material from an asteroid and returned it to Earth. This newer craft will provide more detailed measurements, building on the knowledge established by the original. The Hayabusa 2 will return to Earth in late 2020 with the samples from Ryugu.

    #Espace #Communs #Minerais


  • DE LA NÉCESSITÉ DE LA FIN D’UN MONDE

    La production de biens s’est développée par la technique, qui s’est approprié notre société d’êtres humains. Cette technique rend productible tout ce qui existe sur Terre en le rendant accessible par l’intermédiaire du marché. L’outil reste au service de l’usage que la main veut en faire, mais la machine nous force à nous soumettre à elle. La machine est étrangère à l’homme, elle le rend étranger à sa production, et il devient alors étranger à lui-même. La machine entraîne par nécessité la machinisation du monde, et la technique sa marchandisation. Tout est calculable par les machines comme valeur marchande, l’homme y compris. Tout est profitable aux plus puissants pour produire toujours plus d’argent. Les choix technologiques des industriels ont verrouillé les progrès scientifiques à venir, bloquant toute évolution sociétale humanisante.

    Notre société est un système machinique d’oppression où le pouvoir a été usurpé grâce à la dictature d’une économie mondialisée qui se dissimule comme technique incontournable. Marx parle du capitalisme comme un automate, un rapport social d’exploitation de l’homme par l’argent, où « Il ne s’agit plus d’échanger une marchandise contre une autre par le biais de l’argent, mais de produire plus d’argent grâce à des marchandises » (Le Capital, tome I). Avec de l’argent, par le biais d’une marchandise on produit plus d’argent. Mais la marchandise est aujourd’hui partout, l’argent lui-même est devenu marchandise. C’est alors qu’avec l’informatisation du monde, l’argent peut maintenant se multiplier automatiquement à l’infini, échappant aux contraintes de la production, par des spéculations financières opaques, dans des réseaux parallèles en dehors de tout contrôle. Plus de 80 % des richesses du monde passent par des échanges immatériels entre ordinateurs qui se font sans entrave à la vitesse de la lumière, à l’ombre de réseaux obscurs.

    La crise permet à certains de bien meilleurs bénéfices. Les entreprises du CAC40 ont reversé 54 milliards d’euros à leurs actionnaires en 2018. Ce qui rapporte le plus de nos jours ce sont les financements des dettes, des crédits et des obligations. La dette publique mondiale représente deux fois le poids de l’économie du monde. Les intérêts de la dette française, versés à des milliardaires, coûtent près de 50 milliards d’euros par ans. Les dettes créent de l’argent, et c’est beaucoup trop de liquidités qui circulent dans les sphères de la haute finance. La fraude fiscale des plus riches représente plus de 80 milliards d’euros par an, supérieurs au déficit public du pays. Toutes ces escroqueries sont des armes financières inventées par une haute bourgeoisie prédatrice, pour appauvrir et asservir toujours plus les populations. La crise est une source de profit sans limites pour des milliardaires suicidaires qui ruinent l’avenir. Plus des trois quarts de l’argent des hyperriches sert à la spéculation, pariant sur un avenir incertain et un peu près n’importe quoi, sans même avoir les fonds nécessaires, multipliant les dettes, faisant gonfler des bulles financières qui leur rapporteront des fortunes lors de leurs éclatements, tout en provoquant des désastres économiques planétaires sans précédent. Le futur a été pillé, il est en faillite, l’effondrement du capitalisme a déjà commencé.

    L’explosion démographique, la course effrénée aux profits, l’obsolescence programmée des marchandises, le gaspillage institué, l’exploitation destructrice de la nature et de l’homme démolissent une société fragilisée en ruinant la vie. La destruction des forêts et des espèces, déjà 80 % des insectes ont disparu, dont une grande partie de pollinisateurs, et 58 % des vertébrés en 40 ans. Les pollutions chimiques, nucléaires et électromagnétiques risquent de se répandre et de s’accentuer dangereusement menaçant notre santé. La montée des eaux dues au dérèglement climatique, plus de deux mètres à la fin du siècle, va inonder une grande partie du littoral, condamnant à l’exode 75 % de la population mondiale. La quantité d’eau potable a diminué de moitié en 50 ans. La fonte des glaciers menace d’assèchement la plupart des fleuves, durant l’été, compromettant l’irrigation et les cultures. On a perdu en 50 ans un tiers des terres arables. L’érosion des sols et la désertification s’étendent dangereusement. L’épuisement des ressources naturelles, et des métaux rares nécessaires à la fabrication de batteries et du matériel informatique. L’effondrement de la fertilité des sols, la chute vertigineuse de la biodiversité, les dérèglements écologiques, la nouvelle instabilité climatique et la dégradation générale de la nature mettent en danger l’agriculture et l’alimentation des populations. La croissance de la pauvreté et les famines qui s’annoncent, notamment en Afrique, vont provoquer d’énormes migrations des populations menacées de mort.

    Toutes les courbes indicatrices de production ou de consommation sont exponentielles et grimpent à toute vitesse alors que les ressources s’épuisent. Les décennies qui arrivent s’annoncent catastrophiques. Les spécialistes cherchent à limiter le désastre, minimiser les dommages à quelques millions de morts acceptables, sans trop savoir ce qu’ils font. Il n’est pas possible d’appréhender le changement d’un système du point de vue de son fonctionnement interne, selon ses propres termes. Les dirigeants tâtonnent à l’aveugle dans un enchevêtrement de doubles contraintes, prisonniers de paradoxes qu’ils ne discernent pas. Ce système d’exploitation marchand n’envisage d’autres solutions que celle de perdurer dans son auto-destruction mortifère, occultant en permanence la fin de son existence comme seule condition de survie. C’est cette omission qui crée l’illusion d’un bien-être d’apparence dans une intoxication mentale généralisée.

    Plus on a une connaissance des catastrophes que le système enchaîne, des détériorations désastreuses, plus on cherche à s’adapter et essaient de survivre dans des conditions devenues extrêmes. Notre adaptation à la machine nous intègre peu à peu à son fonctionnement, elle nous machinise à son programme. Nos conditions d’existences sont gérées par ordinateurs qui nous ordonnent dans leurs procédures. Dans une société informatisée, on résout les problèmes de façons techniques par une fuite en avant technologique. La raison technique passe pour un moyen de légitimisation du pouvoir dominant, l’oppression devient une nécessité technique, et tout s’accélère dans une atrocité inhumaine. En s’emballant, le système engendre un technocapitalisme dictatorial du désastre qui prétend gérer la catastrophe tout en la produisant, pour en tirer les meilleurs profits jusqu’à la fin.

    Selon le MIT, le sauvetage de ce système, encore possible il y a quarante ans, est devenu caduc et inopérant. Notre planète a ses propres limites à la destruction, et lorsque le système dépasse ses seuils de tolérance, ses pics butoirs, s’amorce une rupture, il accélère le dépassement des autres limites, et la courbe de croissance exponentielle atteint sa dernière phase, dépassant un niveau qui ne garantit plus la stabilité, l’interconnexion des réseaux produisant alors un emballement général, une contagion qui devient instable, inconnue, imprévisible, inévitable et irréversible. Notre monde et notre espèce sont maintenant dangereusement menacés de disparition.

    Le catastrophisme préfigure la fin du monde sans renversement possible ni changement de perspective. Sans prédire l’avenir, les risques sont là et le processus a déjà commencé. Déjà, plusieurs pays se sont effondrés dans l’ignorance du grand public, et c’est ce déni général qui précipitera l’écroulement. Le choc sidère, la perte des illusions conformistes commotionne et fige les perceptions dans un dénie aveugle, dans un refus de comprendre la réalité traumatisante des évènements en cours.
    Le système est en train de s’autodétruire rapidement. Nous sommes au seuil d’un effondrement global du capitalisme technologique, sans échappatoire, à l’aube obscure d’un nouveau monde, peut-être encore possible. Personne ne peut prévoir ce qui va émerger de ce chaos inouï, les réactions provoquées par cette dévastation sans précédent ouvrant les portes de l’incertitude, du hasard, de la vie. Sortir d’urgence de cette société marchande inégalitaire, injuste, invivable et mortifère est inévitable et fondamental.

    Lukas Stella
    http://inventin.lautre.net/linvecris.html


  • En route vers la simulation urbaine tangible – Master Géographies Numériques
    https://www.youtube.com/watch?v=V5sqsNWRgEI

    https://mastergeonum.org/2019/02/14/en-route-vers-la-simulation-urbaine-tangible

    Une vidéo présentant un des résultats de l’Atelier Maquette Augmentée lors de « l’École de l’Anthropocène ». A partir de la maquette de la SPL Confluence, en mobilisant les données en Open Data de la Métropole de Lyon et les dispositifs développés par son Living Lab Erasme et de chercheurs du groupe CityScience au MIT Media Lab, les étudiants en communication, game design et géographie numérique vous proposent après 4 jours de travail intense une expérience originale.

    #urban_matter #ville #ville_du_futur


  • Plus de 26 millions de personnes ont déjà fait un test ADN en vente libre
    https://usbeketrica.com/article/26-millions-personnes-test-adn

    Les tests ADN en kit, interdits en France et très populaires aux Etats-Unis, connaissent un succès exponentiel, avec de lourdes conséquences sur la vie privée. « Découvrez ce que votre ADN dit de vous ». « Retrouvez l’histoire de vos ancêtres et de leurs migrations à travers le monde ». « Reconnectez-vous avez des membres de votre famille ». En somme, connais-toi toi-même, grâce à ton génome. Affichée sur les sites d’AncestryDNA et 23andMe, les deux leaders du secteur, la promesse a de quoi piquer la (...)

    #23andMe #AncestryDNA #MyHeritage #FBI #biométrie #génétique #surveillance #GEDmatch

    • Or les risques pour la vie privée ne concernent pas que les testeurs. « Les bases de données ont grandi, et il est désormais possible de retracer les relations entre presque tous les Américains, y compris ceux qui n’ont jamais acheté de test », explique l’article.

      Une affaire de meurtre a permis de le montrer au printemps dernier. Le « tueur du Golden State », Joseph James DeAngelo, a été interpellé plus de 30 ans après les derniers meurtres après avoir été trahi par un site proposant des tests génétiques : il a suffi à la police californienne de télécharger son ADN, récupéré sur une scène de crime, sur le site de GEDMatch, qui rassemblait 900 000 échantillons d’ADN, pour obtenir des informations (en trouvant l’ADN d’un cousin éloigné au 3e degré) et finir par trouver le tueur.

      Pendant l’été 2018, les quatre entreprises du secteur ont toutes promis qu’elle ne laisseraient pas la police entrer dans leurs bases de données sans mandat, mais quelques semaines plus tard, « Family Tree DNA autorisait déjà le FBI à télécharger l’ADN récupéré sur des cadavres et des tâches de sang et à naviguer dans la base de données comme n’importe quel client, en regardant les noms et les relations entre les utilisateurs », souligne la MIT Technology Review.


  • More than 26 million people have taken an at-home ancestry test
    https://www.technologyreview.com/s/612880/more-than-26-million-people-have-taken-an-at-home-ancestry-test

    As many people purchased consumer DNA tests in 2018 as in all previous years combined, MIT Technology Review has found. By the start of 2019, more than 26 million consumers had added their DNA to four leading commercial ancestry and health databases, according to our estimates. If the pace continues, the gene troves could hold data on the genetic makeup of more than 100 million people within 24 (...)

    #23andMe #AncestryDNA #MyHeritage #FBI #biométrie #génétique #surveillance #GEDmatch


  • Conditional payments on “Bitcoin” using Discreet Log Contracts
    https://hackernoon.com/conditional-payments-on-bitcoin-using-discreet-log-contracts-eed19e086e3

    Conditional Payments on #bitcoin using Discreet Log ContractsDiscreet log contract is a conditional payment mechanism invented by Tadge Dryja, co-author of the Bitcoin Lightning Network paper and a member of MIT’s Digital Currency Initiative team. The paper was written in 2017.OverviewCurrently conditional payments on blockchains like Bitcoin and Ethereum are done through “smart contracts” where the conditions are coded in limiting language like Bitcoin’s Script or a turing complete language like Solidity and this code is deployed on chain. The chain will later execute this code along with other inputs provided and then transfer the funds to one of the participants. This requires the chain to know the conditions, hence anyone in the world can learn the conditions. Also the chain has to (...)

    #crypto #cryptocurrency #cryptography #conditional-payments


  • #react #chat Basic Tutorial
    https://hackernoon.com/react-chat-basic-tutorial-7bd2af16a57e?source=rss----3a8144eabfe3---4

    This tutorial is for you if you are a software developer, engineer or are just interested in programming. This walk-through is open source and free; MIT style. You can check out the full React Chat GitHub repository.React is a JavaScript library that empowers you to make sophisticated front-end applications that can handle business logic in a fast and efficient manner. We’ll use React to build out our web application frontend for our robust chat app. The unique benefit of React, aside from it having one of the largest JavaScript communities and incredible flexibility, is its compatibility with React Native, allowing us to easily turn our web app into a native mobile app for iOS and Android.In this tutorial, we’ll build a simple, yet featured rich chat application with React and PubNub (...)

    #web-development #react-chat-tutorial #react-chat


  • The Washington Post’s ‘three Pinocchios’ for AOC shows how incoherent mainstream ‘fact-checking’ really is – Alternet.org
    https://www.alternet.org/2019/02/the-washington-posts-three-pinocchios-for-aoc-shows-how-incoherent-mainstr

    But there’s something more complex happening here too, that’s probably best understood in terms of press scholar Daniel Hallin’s three-sphere model of how the media functions, from his 1986 book The Uncensored War. At the center is the sphere of consensus, mom-and-apple-pie country. Surrounding that, like a donut, is the sphere of legitimate debate, where journalists’ attention is usually focused, where there are two sides to every story and a need for objectivity and balance to be maintained.

    Beyond that, though, is the sphere of deviance, the outer darkness in which dwell “political actors and views which journalists and the political mainstream of society reject as unworthy of being heard.” The shoddy fact-checking directed at Ocasio-Cortez reflects a boundary-policing instinct, and an outdated one, considering that the entire political landscape has been irrevocably changed.

    To understand how shoddy it is — and the unspoken agenda involved — we need to take a closer look at the totality of what went down. Kessler was quoting from a snippet of AOC’s response to a question by Ta-Nehisi Coates in an MLK Day interview. The context is important, because context is everything in political discourse: What’s radical in one context is mom-and-apple-pie material in another.

    King, paradoxically, is both. The question asked and the answer given were both in King’s spirit — but not the mom-and-apple-pie version of him the media (and much of America) loves to celebrate. It more reflected the actual, radical Martin Luther King Jr., who spoke out against the “the giant triplets of racism, extreme materialism, and militarism,” and said, “True compassion is more than flinging a coin to a beggar. It comes to see that an edifice which produces beggars needs restructuring.”

    So, read in context, everything AOC said was true, even if we accept Kessler’s factual counterclaims! The entire fact-checking ritual was a charade. As I suggested earlier, it was really a boundary-policing episode, meant to keep her “radical” ideas outside the sphere of legitimate debate by portraying her as untrustworthy. Further, it was meant to deter others from similar infractions while trying to break through the barriers excluding them from legitimacy. (See AOC’s related Twitter thread on “gravitas” here.)

    But the problem is that Kessler’s implied boundaries are not worth policing, or even recognizing. The whole system is in crisis, and the mainstream media’s assessment of what is deviant, what reflects normative consensus and what represents legitimate debate bears little or no relationship to reality. Take two other examples AOC has been associated with — raising top marginal tax rates to 70 percent and a Green New Deal. The first idea drew immediate majority support — 59 percent in a poll for the Hill, including 56 percent of rural voters and 45 percent of Republicans—and scorn from the 1 percent at Davos.

    Dell Technologies CEO Michael Dell laughed at the idea (video here), and said he thought it would be bad for economic growth. “Name a country where that’s worked,” he responded. “Ever.” Sitting there with him was MIT economist Erik Brynjolfsson, who supplied the example: the United States, throughout most of its post-World War II expansion. It was a rare, Marshall McLuhan-in-“Annie Hall” moment. Usually, when the super-rich or their sycophants spout off like that, truth does not intrude. Certainly not from the fact-checking media.

    But the media’s failure is even more striking when it comes to climate change and the Green New Deal. It’s still a rarity for the media to treat climate science as firmly within the sphere of consensus, where all reputable researchers say it belongs.

    #Fact_checking #Médias


  • La vie, telle qu’elle pourrait être (2/3) : quelle vie, ailleurs ?
    http://www.internetactu.net/2019/02/01/la-vie-telle-quelle-pourrait-etre-23-quelle-vie-ailleurs

    Dans l’article précédent, on a fait la connaissance avec Steven Benner, qui travaille depuis longtemps sur les formes artificielles d’ADN. Dans le Journal of Design and Science du MIT, il a participé à un long entretien avec l’historien des sciences Luis Campos, sur la nature de l’astrobiologie et sur les (...)

    #Articles #Recherches #biologie_synthétique


  • Aux Etats-Unis aussi, la question de la justice fiscale revient en force - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/international/300119/aux-etats-unis-aussi-la-question-de-la-justice-fiscale-revient-en-force

    #WEF

    Jusqu’à ce que le directeur du département de recherche sur l’économie numérique au #MIT, Erik Brynjolfsson, vienne jouer le gâcheur d’ambiance : les années 1960 et 1970, époque où la #fiscalité pouvait atteindre jusqu’à 90 %, furent les meilleures décennies économiques pour les États-Unis, a-t-il rappelé.

    « Qui peut penser qu’une telle proposition est sensée ? Seulement les ignorants comme… Peter #Diamond, prix #Nobel d’économie et considéré comme un expert de renommée mondiale des finances publiques. […] Et c’est une politique qui n’a jamais été mise en œuvre, à l’exception… des États-Unis, pendant 35 ans après la Deuxième Guerre – comprenant la période économique la plus prospère de notre histoire », ironise également Paul #Krugman, prix Nobel d’économie, dans un éditorial du New York Times.

    Parmi les obstacles les plus importants, soulignent certains #économistes, il y a le fait que l’augmentation du taux marginal d’imposition permet moins qu’auparavant de lutter contre les inégalités, compte tenu de l’évolution des grandes fortunes : celles-ci étant essentiellement concentrées dans des actifs financiers ou des structures d’entreprise qui leur permettent de bénéficier d’une fiscalité allégée.

    http://www.ericzwick.com/capitalists/capitalists.pdf

    Reprendre les formules du passé, comme augmenter la fiscalité et élargir les dispositifs de sécurité sociale, ne suffira pas, préviennent-ils. La redistribution permet certes de corriger les inégalités, mais il faut trouver un moyen de les prévenir, insiste Stephen Vogel, politologue, dans une tribune du New York Times.
    L’économiste turc Dani #Rodrik, professeur à Harvard, partage l’analyse. À ses yeux, il est plus que temps pour la gauche de se réapproprier son propre cadre de pensée, si elle veut arrêter de se faire imposer celui du néolibéralisme.


  • Quand les scientifiques se révoltent contre les géants de l’édition savante Marco Fortier - 25 Janvier 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/societe/education/546298/rebellion-contre-une-revue-predatrice

    Les 27 membres du comité éditorial du magazine « Journal of Informetrics » — qui proviennent d’universités établies dans 11 pays — ont démissionné en bloc, le 10 janvier, pour protester contre les pratiques commerciales jugées abusives de leur éditeur Elsevier.

    La bataille du milieu scientifique contre les géants de l’édition savante gagne en intensité. Le comité éditorial d’un des magazines les plus prestigieux, publié par le conglomérat Elsevier, vient de démissionner en bloc pour fonder sa propre publication, qui offrira tous ses articles en libre accès, loin des tarifs exorbitants exigés par les revues dites « prédatrices ».

    Ce coup d’éclat fait grand bruit dans le monde normalement feutré de l’édition scientifique. Les 27 membres du comité éditorial du magazine Journal of Informetrics qui proviennent d’universités établies dans 11 pays ont démissionné en bloc, le 10 janvier, pour protester contre les pratiques commerciales jugées abusives de leur éditeur Elsevier. Ils ont lancé dès le lendemain leur propre revue savante, Quantitative Science Studies, https://www.mitpressjournals.org/loi/qss qui vise à devenir la nouvelle référence dans le monde pointu de la recherche en bibliométrie.

    « C’est une grande décision : on saborde la revue qui est la plus prestigieuse dans la discipline et on lance notre propre publication », dit Vincent Larivière, professeur à l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal.

    M. Larivière a été nommé éditeur intérimaire (et bénévole) du nouveau magazine. Il est un des meneurs de cette rébellion contre le géant Elsevier, plus important éditeur scientifique de la planète, qui a fait des profits de 1,2 milliard $US en 2017 https://www.relx.com/~/media/Files/R/RELX-Group/documents/reports/annual-reports/relx2017-annual-report.pdf en hausse de 36 %.

    « Ça fait des années qu’on dénonce les pratiques de l’industrie de l’édition scientifique. Il faut être cohérents et reprendre le contrôle de nos publications », explique le professeur, qui est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les transformations de la communication savante.

    Contre une « arnaque »
    Vincent Larivière n’hésite pas à parler d’une « arnaque » lorsqu’il décrit les pratiques commerciales des cinq plus grands éditeurs scientifiques, qui publient plus de la moitié des articles savants dans le monde. Ces cinq conglomérats — les groupes Elsevier, Springer Nature, John Wiley Sons, Taylor Francis et Sage Publications — étouffent littéralement les bibliothèques universitaires en accaparant entre 70 et 80 % des budgets d’acquisition. Le problème est si grave que plusieurs bibliothèques n’ont plus les moyens d’acheter des livres, a rapporté Le Devoir en juin dernier https://www.ledevoir.com/societe/education/531214/les-geants-de-l-edition-etouffent-les-bibliotheques .

    Le modèle d’affaires de ces géants est simple : ils obtiennent gratuitement leurs articles, qu’ils revendent à gros prix aux bibliothèques universitaires. Les chercheurs ne sont pas payés pour leur travail. Les textes sont aussi révisés gratuitement par des pairs. Les bibliothèques universitaires n’ont pas le choix de s’abonner aux périodiques savants pour que professeurs et étudiants aient accès à la littérature scientifique.

    Plus préoccupant encore, les grands éditeurs font payer des milliers de dollars aux chercheurs qui veulent publier leurs articles en libre accès. Ce modèle d’affaires est remis en question avec de plus en plus de véhémence dans les universités de partout dans le monde.

    Appui du MIT
    Le nouveau magazine fondé par les 27 professeurs de bibliométrie, le Quantitative Science Studies, sera ainsi publié en collaboration avec l’éditeur du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). Il s’agit d’une association toute « naturelle », indique au Devoir Nick Lindsay, directeur des périodiques et des données ouvertes chez MIT Press.

    « Nous sommes déterminés à trouver des façons de publier davantage de livres et de journaux sur le modèle du libre accès », précise-t-il. MIT Press a publié à ce jour une centaine de livres et huit périodiques en données ouvertes, donc accessibles gratuitement.

    La fondation de la Bibliothèque nationale de science et technologie d’Allemagne s’est aussi engagée à verser 180 000 euros (272 772 $CAN) sur trois ans au nouveau magazine.

    Les membres du comité éditorial du Journal of Informetrics ont négocié en vain durant plus d’un an et demi avec Elsevier dans l’espoir de changer le modèle d’affaires du magazine, explique Vincent Larivière. Ils tenaient notamment à baisser les frais de 1800 $US exigés des chercheurs qui veulent publier en libre accès (le nouveau Quantitative Science Studies facturera entre 600 $ et 800 $ aux auteurs).

    Ils voulaient aussi que les références citées dans le texte soient offertes gratuitement, ce qu’Elsevier a refusé — et que la nouvelle publication offrira.

    Le comité éditorial voulait d’abord et avant tout que la société savante de la discipline — l’International Society for Scientometrics and Informetrics (ISSI) — devienne propriétaire du magazine, ce qui n’était « pas négociable », a indiqué Elsevier dans une longue déclaration publiée le 15 janvier https://www.elsevier.com/connect/about-the-resignation-of-the-journal-of-informetrics-editorial-board .

    « Il arrive parfois que les comités éditoriaux et les éditeurs aient des opinions divergentes au sujet de l’avenir et de la direction d’un journal. Dans certains cas, une entente ne peut être conclue. Le comité éditorial peut décider d’offrir ses services ailleurs, surtout s’il reçoit du soutien financier », a écrit Tom Reller, vice-président aux communications chez Elsevier.

    « Toute démission d’un comité éditorial est malheureuse », ajoute-t-il, mais l’éditeur conserve des relations fructueuses avec les membres des dizaines d’autres publications de l’entreprise. Il y a trois ans, le comité éditorial du magazine Lingua, propriété du groupe Elsevier, avait claqué la porte dans des circonstances similaires. Lingua a survécu. Son nouveau concurrent aussi.

    #elsevier #édition_scientifique #université #recherche #open_access #science #publications_scientifiques #résistance #publications #business #partage #articles_scientifiques #savoir #édition #openaccess #Informetrics #bibliométrie #édition_scientifique #rébellion #libre_accès #Springer_Nature #John_Wiley_Sons #Taylor_Francis #Sage_Publications #racket #escroqueries #MIT #universités


  • Turkish court authenticates audio that revealed spy agency MIT’s false flag in Syria – Nordic Monitor
    https://www.nordicmonitor.com/2019/01/turkish-court-authenticates-audio-that-revealed-intel-agency-mits-fal

    A Turkish court recently confirmed the authenticity of a leaked audio clip in which top-ranking Turkish officials are heard discussing the possibility of an intervention in Syria in a false flag operation conducted by Turkish intelligence agency MİT.

    In the leaked recording, then-Foreign Minister Ahmet Davutoğlu, then-Foreign Ministry Undersecretary Feridun Sinirlioğlu, MİT Undersecretary Hakan Fidan and then-Deputy Chief of General Staff Gen. Yaşar Güler are heard discussing military operations in Syria in Davutoğlu’s Foreign Ministry office on March 13, 2013.

    Fidan says in the recording: “If needed, I would dispatch four men to Syria. [Then] I would have them fire eight mortar shells at the Turkish side and create an excuse for war.”

    The judicial confirmation of the scandalous content was inadvertently revealed when the public prosecutor tried to pin the leak on a group critical of the government of President Recep Tayyip Erdogan as part of espionage charges. The statements in the leak, included in the indictment as allegations, were formally confirmed by the Ankara 4th High Criminal Court in a reasoned decision that was announced on Jan. 16, 2019.

    #syrie


  • The European Space Agency wants to mine the moon for oxygen and water - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/the-download/612822/the-european-space-agency-wants-to-mine-the-moon-for-oxygen-and-wa

    The moon may look barren, but its hidden resources have multiple space agencies eyeing its potential.

    The news: This week, the European Space Agency (ESA) announced a deal with ArianeGroup, parent company of launch provider Arianespace, to study and prep a possible 2025 moon mission. The goal: mine the lunar surface for resources. They have also recruited former Google Lunar X Prize competitor PTScientists to provide the lander for the mission.

    Precious moon dust: The ESA is focusing on regolith (a.k.a. lunar soil), which contains both oxygen and water. When extracted from the soil, these resources can be used to create fuel and life-support systems in space. Other countries, like China and India, have also investigated pulling helium-3 from the moon; this substance is extremely rare on Earth, but abundant there. It could be used as safer nuclear fuel to power spacecraft.

    What’s next? Well, ESA still has to long way to go. This is step one in a long process. The initial contract lasts for a year and will decide whether or not this mission is feasible. That means looking at how the materials could be mined and stored on the moon and the technology that needs to be developed. The results of the study will likely be used to attempt to get funding for the full-fledged mission in 2025.

    Why it matters: More space agencies are looking at space mining as they plan longer-term crewed missions away from Earth. Being able to acquire fuel and oxygen after liftoff makes for lighter takeoff loads and could enable extended stays. This year, more countries and former Lunar X Prize competitors are planning moon landings, so it could also bring interest in moon mining to the forefront once again.

    #Espace #Communs #Extractivisme


  • #Data_for_Black_Lives. Data as protest. Data as accountability. Data as collective action.

    Data for Black Lives is a group of activists, organizers, and mathematicians committed to the mission of using data science to create concrete and measurable change in the lives of Black people.

    Since the advent of computing, #big_data and algorithms have penetrated virtually every aspect of our social and economic lives. These new data systems have tremendous potential to empower communities of color. Tools like statistical modeling, data visualization, and crowd-sourcing, in the right hands, are powerful instruments for fighting bias, building progressive movements, and promoting civic engagement.

    But history tells a different story, one in which data is too often wielded as an instrument of oppression, reinforcing inequality and perpetuating injustice. Redlining was a data-driven enterprise that resulted in the systematic exclusion of Black communities from key financial services. More recent trends like predictive policing, risk-based sentencing, and predatory lending are troubling variations on the same theme. Today, discrimination is a high-tech enterprise.

    Data for Black Lives seeks to mobilize scientists around racial justice issues. At our conference in November, we will convene over two hundred data scientists, computer programmers, racial justice activists, and elected officials to discuss the role that data can and should play in Black communities. Join us January 2019 at MIT for our second annual conference

    http://d4bl.org
    #données #résistance #Noirs
    ping @fil @simplicissimus @reka


  • #investment Memo: 8 Reasons 8 Decimal Invested in SendFriend
    https://hackernoon.com/investment-memo-8-reasons-8-decimal-invested-in-sendfriend-781e47cf2406?

    Investment Memo: 8 Reasons We Invested in SendFriendBy: Kadeem Clarke, Investment ManagerTeamSendFriend has a strong team for many reasons. The CEO, David Lighton, has a strong background in the remittance space based on his financial inclusion work for the World Bank in Haiti and #blockchain experience from MIT Media Lab paired with an understanding of the complex legal environment associated with the space. Joel Kosloski, the CTO, has 13 years of experience within the remittance space at multiple companies. Most recently, Joel served as Senior Director, Enterprise Architecture & Chief Enterprise Architect at MoneyGram (the second largest company in the payment remittances space). CRO David Anderson is leading the go-to-market efforts, having originally met David L. in class at (...)

    #payments


  • Ku-Klux-Klan Deutschland: Polizei zerschlägt gewaltbereites Nazinetzwerk | ZEIT ONLINE
    https://www.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2019-01/ku-klux-klan-deutschland-national-social-knights-durchsuchungen-razzien
    https://img.zeit.de/gesellschaft/zeitgeschehen/2019-01/national-social-knights-of-the-ku-klux-klan-deutschland/wide__1300x731

    Mit einer Großrazzia ist die Polizei in mehreren Bundesländern gegen ein mutmaßlich gewaltbereites kriminelles Netzwerk bekennender Nationalsozialisten vorgegangen. Bei dem Einsatz gegen die Vereinigung, die sich National Social Knights of the Ku-Klux-Klan Deutschland nennt, seien mehr als 100 Waffen wie Macheten und Schwerter beschlagnahmt worden, teilte die Staatsanwaltschaft Stuttgart mit. Durchsucht wurden zwölf Wohnobjekte in Baden-Württemberg, Bremen, Hamburg, Niedersachsen, Nordrhein-Westfalen, Rheinland-Pfalz, Sachsen-Anhalt und Thüringen.

    France/Monde | En Allemagne, un réseau nazi proche du Ku Klux Klan démantelé
    https://www.ledauphine.com/france-monde/2019/01/17/en-allemagne-un-reseau-nazi-proche-du-ku-klux-klan-demantele

    Une opération de grande échelle, dans huit Etats fédéraux allemands, a été menée cette semaine. Une quarantaine de personnes, se présentant comme des « Chevaliers du National-Socialisme du Ku Klux Klan d’Allemagne », seraient concernées. Des armes ont été retrouvées. Si le phénomène semble marginal, dans le contexte actuel de montée de l’ultranationalisme, cette découverte inquiète les autorités.

    Ils ont formé une association du nom de « Chevaliers nationaux-socialistes du Ku Klux Klan Allemagne ». Une quarantaine de personnes au niveau national sont soupçonnées d’avoir des liens ou d’être membres de ce groupe.

    Dix-sept d’entre eux, âgés de 17 à 59 ans, sont au centre de l’enquête, centralisée à Stuttgart, mais qui a été menée dans huit Etats allemands : Bade-Wurtemberg, Brême, Hambourg, la Basse-Saxe, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, la Rhénanie-Palatinat, la Saxe-Anhalt et la Thuringe.


  • Gaming the #lottery: How one winner used math to overcome the odds
    https://hackernoon.com/gaming-the-lottery-how-one-winner-used-math-to-overcome-the-odds-71c8f68

    Three out of every two people struggle with fractionsEach week for the last 6 years (2012–2018), I was playing the lottery to win. Not just hoping to win — playing with a ‘positive expected value’ (a mathematical expectation to win rather than lose, on average, over time). In June 2018 this particular window of opportunity closed, so I’ve decided to share more about the winning model and reveal some closely guarded secrets from the clandestine world of professional #gambling.Oz Lotteries ‘Pools’ website one day after the game was discontinuedWinners walking among usWe’ve all heard the maxim ‘the house always wins’. This is typically true.But how do we explain the MIT students or Michigan retirees who took home millions of dollars in the Massachusetts state lottery…many, many times? There were the (...)

    #gaming-the-lottery #sports-betting #statistics


  • One day your voice will control all your #gadgets, and they will control you - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/the-download/612750/one-day-your-voice-will-control-all-your-gadgets-and-they-will-con

    It’s tied to an idea that leading AI expert Kai-Fu Lee calls OMO, online-merge-of-offline. #OMO, as he describes it, refers to combining our digital and physical worlds in such a way that every object in our surrounding environment will become an interaction point for the internet—as well as a sensor that collects data about our lives. This will power what he dubs the “third wave” of AI: our algorithms, finally given a comprehensive view of all our behaviors, will be able to hyper-personalize our experiences, whether in the grocery store or the classroom.

    But this vision requires everything to be connected. It requires your #shopping cart to know what’s in your fridge so it can recommend the optimal shopping list. It requires your front door to know your online purchases and whether you’re waiting for an in-home delivery. That’s where voice interfaces come in: installing Alexa into your fridge, your door, and all your other disparate possessions neatly ties them to one software ecosystem. It’s quite the clever scheme: by selling you the powerful and seamless convenience of voice assistants, #Google and #Amazon have slowly inched their way into being the central platform for all your data and the core engine for algorithmically streamlining your life.

    #connection #internet #ia #contrôle #algorithme #voix


  • CRISPR might soon create spicy tomatoes by switching on their chili genes - MIT Technology Review
    https://www.technologyreview.com/the-download/612721/the-next-feat-for-crispr-might-be-spicy-tomatoes-made-with-chili-g

    Looking for perfect heat and lots of it? Gene engineers in Brazil think they might be able to create eye-watering tomatoes.

    Hot stuff: Even though chili peppers and tomato plants diverged from a common ancestor millions of years ago, tomatoes still possess the genetic pathway needed to make capsaicinoids, the molecules that make chilis hot.

    Now, Agustin Zsögön from the Federal University of Viçosa in Brazil writes in the journal Trends in Plant Science that gene-editing tools like CRISPR could turn it back on.

    Spicy biofactories: Tomatoes are much easier to grow than peppers, so making them hot could turn them into spice factories. “Capsaicinoids are very valuable compounds; they are used in [the] weapons industry for pepper spray, they are also used for anaesthetics [and] there is some research showing that they promote weight loss,” he told the Guardian.

    Strange fruit: Tomatoes are not the first food that scientists have suggested could be given an unusual new twist using CRISPR. Sweeter strawberries, non-browning mushrooms, and tastier ground-cherries have all been either attempted or mooted in the past.

    #Biotechnology #Hubris #CRISPR


  • Anderson Tan — The Renaissance Man
    https://hackernoon.com/anderson-tan-the-renaissance-man-842fcc7ab3e3?source=rss----3a8144eabfe3

    Anderson Tan: The Renaissance ManAnderson Tan — The Renaissance Man first appeared on Blockleaders, written by Jillian Godsil on 4th October 2018Anderson Tan is positively voracious in his search for knowledge and learning. In 2014, while between jobs (and by jobs I mean having sold two companies and being involved in real estate before casting about for a new adventure), he studied continuously computer science, physics, entrepreneurship, philosophy, technology, coding, creative problem solving, space, music among other things through online learning platforms operated by Stanford, MIT, Harvard, Wharton, Yale, Princeton, Babson, Berkeley, Northwestern, IBM, Linux, University of London, University of Edinburgh, University of Oxford, University of Tokyo and many more.He is a graduate of the (...)

    #startup #blockchain #cryptocurrency #angel-investors #profile


  • Uber est jugé une nouvelle fois ILLÉGAL à Bruxelles: „Pas d’impact immédiat sur nos activités“ - RTL Info
    https://www.rtl.be/info/belgique/societe/un-juge-vient-de-le-confirmer-uber-est-illegal-a-bruxelles-1088892.aspx


    Uber illegal in Belgien? Noch ist das nicht ganz klar. Wie in Deutschland gibt der US-Konzern vor, „lizensierte Fahrer“ einzusetzen, weigert sich, Gerichtsurteilen zu folgen und hat mächtige Unterstützer in der Politik.

    Der Kampf tobt in Wirklichkeit nicht zwischen Taxis und Uber sondern zwischen den Verteidigern staatlicher und gesellschaftlicher Sicherungssystemen auf der einen und den Gläubigen der unsichtbaren Hand auf der anderen Seite. Liberale wollen alle gesellschaftlichen Aufgaben dem Markt überlassen.

    Wozu das führt, sehen wir dort, wo diese Politik vollständig umgesetzt wurde. Bahnprivatisierung und Verlagerung der Industrie-Lager auf die Ladeflächen von LKW führten zu den verstopften Auftobahnen, auf denen heute antspanntes Reisen so gut wie unmöglich ist. Mit Hilfe eines überteuren und ineffektiven Mautsystems wurde versucht gegenzusteuern, jedoch wurde die Maut zu niedrig angesetzt, um den Bahntransport zu stärken oder die Autobahnen zu entlasten. Profitiert haben ausschließlich die Konzerne, denen Aufbau und Betrieb des Mautsystems unter Zusicherung voller Vertraulichkeit zugeschanzt wurde. Seitdem steckt die deutsche Verkehrspolitik zum Schaden aller anderen in einer Sackgasse.

    Die Deregulierung des ÖPNV wird zusätzlich zum absehbaren Verkehrskollaps und der erhöhten Umweltbelastung aufgrund zusätzlicher Autofahrten eine soziale Katastrophe bewirken, wenn nicht bald politisch umgesteuert wird, und es gelingt, die öffentliche Daseinsvorsorge zu stärken.

    La guerre continue entre les compagnies de taxi et Uber, cette entreprise américaine qui s’est lancée à la conquête du monde pour révolutionner le transport de personnes.
    Selon la juge du tribunal de commerce de Bruxelles (aile néerlandophone), le service de transports rémunérés Uber est illégal dans la capitale. Seuls les chauffeurs possédant une licence bruxelloise de taxi, et donc un luminaire au-dessus de leur véhicule, peuvent y effectuer des courses de taxis, selon un jugement rendu fin décembre.

    Le jugement confirme une précédente décision de septembre 2015 du tribunal de commerce de Bruxelles qui estimait que le service Uberpop enfreignait la législation en permettant à des chauffeurs de réaliser des courses rémunérées alors qu’ils ne disposent pas des autorisations et notamment d’une licence de taxi. Uberpop avait été abandonné, et le géant pensait s’être régularisé en obligeant Le dernier jugement considère que l’interdiction n’est pas limitée à un seul service mais s’applique à tous services d’Uber pour autant qu’il s’agisse de services de taxi.

    « Une juge a précisé »

    « L’interdiction existait déjà, mais Uber avait méconnu la première décision en l’interprétant à sa manière, et donc il a fallu demander à la juge de bien préciser que pour faire du taxi, il faut travailler avec des voitures qui ont une licence de taxi », explique Michel Pêtre, patron des Taxis Verts, dans le RTL info 7h ce matin. 

    La plateforme Uber risque d’écoper d’astreintes de 10.000 euros par infraction constatée, pour un montant maximum d’un million d’euros. Par ailleurs, il ressort du jugement qu’une incertitude subsiste quant à savoir si Uber X est un service de taxi ou de limousine.

    Uber : « Pas d’impact »

    Dans une réaction, Uber déplore que la « clarification du juge n’a pas pu être plus précise à propos de la différence fondamentale entre UberX et UberPOP », un service qu’Uber a suspendu en 2015.

    UberPOP, jugé illégal par le tribunal de commerce de Bruxelles en 2015, mettait en relation des particuliers avec des chauffeurs non professionnels alors qu’UberX, pour sa part, connecte les passagers avec des chauffeurs professionnels. Ces chauffeurs disposent des licences requises, selon Uber.

    « Cependant, cela n’a pas d’impact immédiat sur nos activités. Le juge dans cette affaire ne prononçait pas une décision déterminante mais informative, et cette opinion devra encore être considérée par la justice applicable avant qu’un jugement soit rendu », ajoute Uber.

    Uber illégal à Bruxelles? Le MR critique la gestion du dossier par le gouvernement - Le Soir
    https://www.lesoir.be/198535/article/2019-01-03/uber-illegal-bruxelles-le-mr-critique-la-gestion-du-dossier-par-le-gouverneme

    Le parti MR a réagi suite à cette désicion de justice qu’il juge « dommageable pour la capitale ».
    ...
    Vincent De Wolf, chef de file du MR au Parlement bruxellois, affirme qu’« il ne s’agit pas de commenter une décision de justice mais il est fort dommageable pour Bruxelles de ne pas avoir pu transformer l’essai et devenir une capitale à la pointe en termes de smart city. »

    Dans ce communiqué, le groupe MR dit avoir depuis toujours l’objectif de libéraliser le secteur de transports rémunérés de personnes et d’en finir avec les quotas et la fixation des prix par le gouvernement.

    Jugé illégal à Bruxelles, Uber risque jusqu’à un million d’euros d’astreintes
    https://www.sudinfo.be/id93973/article/2019-01-03/juge-illegal-bruxelles-uber-risque-jusqua-un-million-deuros-dastreintes

    Le jugement confirme une précédente décision de septembre 2015 du tribunal de commerce de Bruxelles qui estimait que le service Uberpop enfreignait la législation en permettant à des chauffeurs de réaliser des courses rémunérées alors qu’ils ne disposent pas des autorisations et notamment d’une licence de taxi. Le dernier jugement considère que l’interdiction n’est pas limitée à un seul service mais s’applique à tous services d’Uber pour autant qu’il s’agisse de services de taxi.

    Un doute subsiste par contre quant à savoir si Uber X est un service de taxi ou de limousine, ce dernier service faisant l’objet d’autres types de licences.

    Le service de transports Uber jugé illégal à Bruxelles
    https://www.sudinfo.be/id93910/article/2019-01-03/le-service-de-transports-uber-juge-illegal-bruxelles

    Uber illégal à Bruxelles | L’Echo
    https://www.lecho.be/entreprises/services/uber-illegal-a-bruxelles/10083911.html
    https://images.lecho.be/view?iid=dc:52134971&context=ONLINE&ratio=16/9&width=640&u=1546519936000

    Taxis Verts: „On demande la cessation d’Uber et des astreintes d’un million d’euros“
    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_le-service-de-transports-uber-est-illegal-a-bruxelles-selon-un-jugement?

    Selon la juge du tribunal de commerce de Bruxelles (aile néerlandophone), le service de transports rémunérés Uber est illégal en cas de non détention de licence taxi, rapportent La Libre Belgique et La Dernière Heure jeudi. Seuls les chauffeurs possédant une licence bruxelloise de taxi, et donc un luminaire au-dessus de leur véhicule, peuvent y effectuer des courses de taxis, selon un jugement rendu fin décembre. La juge a clarifié fin décembre une décision prise en septembre 2015 qui avait mené à l’interdiction de l’un des deux services du géant américain, à savoir Uberpop.

    #Belgien #Taxi #Mietwagen #Uber #Justiz #Recht


  • samsungctl, commander sa télé en ligne de commande – Blog Libre
    https://www.blog-libre.org/2018/12/07/samsungctl-commander-sa-tele-en-ligne-de-commande

    J’ai pas honte une seconde d’avoir cherché à remplacer (en partie) cette put$%* de télécommande, puis je suis toujours plus près d’un clavier ha ha ha. Je précise que c’est un usage d’appoint, j’irai pas naviguer avec samsungctl dans Netflix par exemple. Je m’en sers pour éteindre la télé, changer de chaîne, monter/descendre le son, mute/unmute, pause/play.

    samsungctl est disponible sous licence MIT, les commits sont rares mais ça fonctionne. On commence par récupérer l’adresse IP de sa télé Samsung (qu’on a connecté au réseau), je pense que le plus simple/rapide (comprendre sans se bouger le cul du canapé) reste nmap -sP 192.168.1.1/24 qui vous retournera les périphériques connectés à votre réseau local (à adapter à votre réseau, ip a est votre ami). Ensuite pour afficher les informations de votre télé http://adresseiptv:7676/rcr chez moi on obtient ceci.


  • Will AI take your job away ?
    https://hackernoon.com/will-ai-take-your-job-away-b399533fa69?source=rss----3a8144eabfe3---4

    Will AI take your job away ?AI and the Effects It Will Have on LaborBy now, you’ve probably heard the argument that advances in artificial intelligence (AI) will eventually lead to a futuristic scenario in which machines do all the work, and humans are essentially sent to an early retirement with nothing left to do. Or, in a more dystopian scenario, machines become so incredibly intelligent that they take over from humans, decide we’re expendable, and get rid of us entirely. But are these really the only two scenarios for AI and the effects it will have on labor?If you take a purely economic view of the situation, a different picture emerges. For example, I am currently taking an Ai class at MIT Economics professor David Autor suggests that Western society has been having these same (...)

    #software-engineering #they-took-our-jobs #artificial-intelligence #machine-learning #ai-job-loss


  • First School in Canada to Issue Graduates Credentials via #blockchain
    https://hackernoon.com/first-school-canada-diploma-credentials-blockchain-127a20403076?source=r

    The move to using an Ethereum-based dApp is a response to growing rates of transcript fraudSoon, graduates from Southern Alberta Institue of Technology won’t just be receiving a paper diploma. They will soon receive their credentials via a secure blockchain key. The Calgary-based technical post-secondary institute is the first in Canada to issue blockchain-secured credentials, and one of just around a dozen schools globally (including MIT and Stanford).“There are more and more cases of fraudulent transcripts that post-secondaries are having to deal with.”Neera Arora, SAIT registrarDaniel Duffy, SAIT’s chief information officer, said most people are likely familiar with blockchain technology because of Bitcoin and other cryptocurrencies. However, financial transactions are only its first (...)

    #blockchain-graduates #blockchain-school #cryptocurrency #blockchain-university


  • [Essay] Machine Politics by Fred Turner | Harper’s Magazine
    https://harpers.org/archive/2019/01/machine-politics-facebook-political-polarization

    The rise of the internet and a new age of authoritarianism

    par Fred Turner

    “The Goliath of totalitarianism will be brought down by the David of the microchip,” Ronald Reagan said in 1989. He was speaking to a thousand British notables in London’s historic Guildhall, several months before the fall of the Berlin Wall. Reagan proclaimed that the world was on the precipice of “a new era in human history,” one that would bring “peace and freedom for all.” Communism was crumbling, just as fascism had before it. Liberal democracies would soon encircle the globe, thanks to the innovations of Silicon Valley. “I believe,” he said, “that more than armies, more than diplomacy, more than the best intentions of democratic nations, the communications revolution will be the greatest force for the advancement of human freedom the world has ever seen.”

    At the time, most everyone thought Reagan was right. The twentieth century had been dominated by media that delivered the same material to millions of people at the same time—radio and newspapers, movies and television. These were the kinds of one-to-many, top-down mass media that Orwell’s Big Brother had used to stay in power. Now, however, Americans were catching sight of the internet. They believed that it would do what earlier media could not: it would allow people to speak for themselves, directly to one another, around the world. “True personalization is now upon us,” wrote MIT professor Nicholas Negroponte in his 1995 bestseller Being Digital. Corporations, industries, and even whole nations would soon be transformed as centralized authorities were demolished. Hierarchies would dissolve and peer-to-peer collaborations would take their place. “Like a force of nature,” wrote Negroponte, “the digital age cannot be denied or stopped.”

    One of the deepest ironies of our current situation is that the modes of communication that enable today’s authoritarians were first dreamed up to defeat them. The same technologies that were meant to level the political playing field have brought troll farms and Russian bots to corrupt our elections. The same platforms of self-expression that we thought would let us empathize with one another and build a more harmonious society have been co-opted by figures such as Milo Yiannopoulos and, for that matter, Donald Trump, to turn white supremacy into a topic of dinner-­table conversation. And the same networked methods of organizing that so many thought would bring down malevolent states have not only failed to do so—think of the Arab Spring—but have instead empowered autocrats to more closely monitor protest and dissent.

    If we’re going to resist the rise of despotism, we need to understand how this happened and why we didn’t see it coming. We especially need to grapple with the fact that today’s right wing has taken advantage of a decades-long liberal effort to decentralize our media. That effort began at the start of the Second World War, came down to us through the counterculture of the 1960s, and flourishes today in the high-tech hothouse of Silicon Valley. It is animated by a deep faith that when engineering replaces politics, the alienation of mass society and the threat of totalitarianism will melt away. As Trump fumes on Twitter, and Facebook posts are linked to genocide in Myanmar, we are beginning to see just how misplaced that faith has been. Even as they grant us the power to communicate with others around the globe, our social-­media networks have spawned a new form of authoritarianism.

    #Fred_Turner #Autoritarisme #Médias_sociaux #Mobilisation #Extrême_droite