organization:mossad

  • Burying the Nakba: How Israel systematically hides evidence of 1948 expulsion of Arabs
    By Hagar Shezaf Jul 05, 2019 - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium.MAGAZINE-how-israel-systematically-hides-evidence-of-1948-expulsio

    International forces overseeing the evacuation of Iraq al-Manshiyya, near today’s Kiryat Gat, in March, 1949. Collection of Benno Rothenberg/Israel State Archives

    Four years ago, historian Tamar Novick was jolted by a document she found in the file of Yosef Vashitz, from the Arab Department of the left-wing Mapam Party, in the Yad Yaari archive at Givat Haviva. The document, which seemed to describe events that took place during the 1948 war, began:

    “Safsaf [former Palestinian village near Safed] – 52 men were caught, tied them to one another, dug a pit and shot them. 10 were still twitching. Women came, begged for mercy. Found bodies of 6 elderly men. There were 61 bodies. 3 cases of rape, one east of from Safed, girl of 14, 4 men shot and killed. From one they cut off his fingers with a knife to take the ring.”

    The writer goes on to describe additional massacres, looting and abuse perpetrated by Israeli forces in Israel’s War of Independence. “There’s no name on the document and it’s not clear who’s behind it,” Dr. Novick tells Haaretz. “It also breaks off in the middle. I found it very disturbing. I knew that finding a document like this made me responsible for clarifying what happened.”

    The Upper Galilee village of Safsaf was captured by the Israel Defense Forces in Operation Hiram toward the end of 1948. Moshav Safsufa was established on its ruins. Allegations were made over the years that the Seventh Brigade committed war crimes in the village. Those charges are supported by the document Novick found, which was not previously known to scholars. It could also constitute additional evidence that the Israeli top brass knew about what was going on in real time.

    Novick decided to consult with other historians about the document. Benny Morris, whose books are basic texts in the study of the Nakba – the “calamity,” as the Palestinians refer to the mass emigration of Arabs from the country during the 1948 war – told her that he, too, had come across similar documentation in the past. He was referring to notes made by Mapam Central Committee member Aharon Cohen on the basis of a briefing given in November 1948 by Israel Galili, the former chief of staff of the Haganah militia, which became the IDF. Cohen’s notes in this instance, which Morris published, stated: “Safsaf 52 men tied with a rope. Dropped into a pit and shot. 10 were killed. Women pleaded for mercy. [There were] 3 cases of rape. Caught and released. A girl of 14 was raped. Another 4 were killed. Rings of knives.”

    Morris’ footnote (in his seminal “The Birth of the Palestinian Refugee Problem, 1947-1949”) states that this document was also found in the Yad Yaari Archive. But when Novick returned to examine the document, she was surprised to discover that it was no longer there.

    Palestine refugees initially displaced to Gaza board boats to Lebanon or Egypt, in 1949. Hrant Nakashian/1949 UN Archives

    “At first I thought that maybe Morris hadn’t been accurate in his footnote, that perhaps he had made a mistake,” Novick recalls. “It took me time to consider the possibility that the document had simply disappeared.” When she asked those in charge where the document was, she was told that it had been placed behind lock and key at Yad Yaari – by order of the Ministry of Defense.

    Since the start of the last decade, Defense Ministry teams have been scouring Israel’s archives and removing historic documents. But it’s not just papers relating to Israel’s nuclear project or to the country’s foreign relations that are being transferred to vaults: Hundreds of documents have been concealed as part of a systematic effort to hide evidence of the Nakba.

    The phenomenon was first detected by the Akevot Institute for Israeli-Palestinian Conflict Research. According to a report drawn up by the institute, the operation is being spearheaded by Malmab, the Defense Ministry’s secretive security department (the name is a Hebrew acronym for “director of security of the defense establishment”), whose activities and budget are classified. The report asserts that Malmab removed historical documentation illegally and with no authority, and at least in some cases has sealed documents that had previously been cleared for publication by the military censor. Some of the documents that were placed in vaults had already been published.
    An investigative report by Haaretz found that Malmab has concealed testimony from IDF generals about the killing of civilians and the demolition of villages, as well as documentation of the expulsion of Bedouin during the first decade of statehood. Conversations conducted by Haaretz with directors of public and private archives alike revealed that staff of the security department had treated the archives as their property, in some cases threatening the directors themselves.

    Yehiel Horev, who headed Malmab for two decades, until 2007, acknowledged to Haaretz that he launched the project, which is still ongoing. He maintains that it makes sense to conceal the events of 1948, because uncovering them could generate unrest among the country’s Arab population. Asked what the point is of removing documents that have already been published, he explained that the objective is to undermine the credibility of studies about the history of the refugee problem. In Horev’s view, an allegation made by a researcher that’s backed up by an original document is not the same as an allegation that cannot be proved or refuted.

    The document Novick was looking for might have reinforced Morris’ work. During the investigation, Haaretz was in fact able to find the Aharon Cohen memo, which sums up a meeting of Mapam’s Political Committee on the subject of massacres and expulsions in 1948. Participants in the meeting called for cooperation with a commission of inquiry that would investigate the events. One case the committee discussed concerned “grave actions” carried out in the village of Al-Dawayima, east of Kiryat Gat. One participant mentioned the then-disbanded Lehi underground militia in this connection. Acts of looting were also reported: “Lod and Ramle, Be’er Sheva, there isn’t [an Arab] store that hasn’t been broken into. 9th Brigade says 7, 7th Brigade says 8.”
    “The party,” the document states near the end, “is against expulsion if there is no military necessity for it. There are different approaches concerning the evaluation of necessity. And further clarification is best. What happened in Galilee – those are Nazi acts! Every one of our members must report what he knows.”

    The Israeli version
    One of the most fascinating documents about the origin of the Palestinian refugee problem was written by an officer in Shai, the precursor to the Shin Bet security service. It discusses why the country was emptied of so many of its Arab inhabitants, dwelling on the circumstances of each village. Compiled in late June 1948, it was titled “The Emigration of the Arabs of Palestine.”

    Read a translation of the document here (1)

    This document was the basis for an article that Benny Morris published in 1986. After the article appeared, the document was removed from the archive and rendered inaccessible to researchers. Years later, the Malmab team reexamined the document, and ordered that it remain classified. They could not have known that a few years later researchers from Akevot would find a copy of the text and run it past the military censors – who authorized its publication unconditionally. Now, after years of concealment, the gist of the document is being revealed here.

    The 25-page document begins with an introduction that unabashedly approves of the evacuation of the Arab villages. According to the author, the month of April “excelled in an increase of emigration,” while May “was blessed with the evacuation of maximum places.” The report then addresses “the causes of the Arab emigration.” According to the Israeli narrative that was disseminated over the years, responsibility for the exodus from Israel rests with Arab politicians who encouraged the population to leave. However, according to the document, 70 percent of the Arabs left as a result of Jewish military operations.

    Palestinian children awaiting distribution of milk by UNICEF at the Nazareth Franciscan Sisters’ convent, on January 1, 1950. AW / UN Photo

    The unnamed author of the text ranks the reasons for the Arabs’ departure in order of importance. The first reason: “Direct Jewish acts of hostility against Arab places of settlement.” The second reason was the impact of those actions on neighboring villages. Third in importance came “operations by the breakaways,” namely the Irgun and Lehi undergrounds. The fourth reason for the Arab exodus was orders issued by Arab institutions and “gangs” (as the document refers to all Arab fighting groups); fifth was “Jewish ’whispering operations’ to induce the Arab inhabitants to flee”; and the sixth factor was “evacuation ultimatums.”

    The author asserts that, “without a doubt, the hostile operations were the main cause of the movement of the population.” In addition, “Loudspeakers in the Arabic language proved their effectiveness on the occasions when they were utilized properly.” As for Irgun and Lehi operations, the report observes that “many in the villages of central Galilee started to flee following the abduction of the notables of Sheikh Muwannis [a village north of Tel Aviv]. The Arab learned that it is not enough to forge an agreement with the Haganah and that there are other Jews [i.e., the breakaway militias] to beware of.”

    The author notes that ultimatums to leave were especially employed in central Galilee, less so in the Mount Gilboa region. “Naturally, the act of this ultimatum, like the effect of the ’friendly advice,’ came after a certain preparing of the ground by means of hostile actions in the area.”
    An appendix to the document describes the specific causes of the exodus from each of scores of Arab locales: Ein Zeitun – “our destruction of the village”; Qeitiya – “harassment, threat of action”; Almaniya – “our action, many killed”; Tira – “friendly Jewish advice”; Al’Amarir – “after robbery and murder carried out by the breakaways”; Sumsum – “our ultimatum”; Bir Salim – “attack on the orphanage”; and Zarnuga – “conquest and expulsion.”

    Short fuse
    In the early 2000s, the Yitzhak Rabin Center conducted a series of interviews with former public and military figures as part of a project to document their activity in the service of the state. The long arm of Malmab seized on these interviews, too. Haaretz, which obtained the original texts of several of the interviews, compared them to the versions that are now available to the public, after large swaths of them were declared classified.

    These included, for example, sections of the testimony of Brig. Gen. (res.) Aryeh Shalev about the expulsion across the border of the residents of a village he called “Sabra.” Later in the interview, the following sentences were deleted: “There was a very serious problem in the valley. There were refugees who wanted to return to the valley, to the Triangle [a concentration of Arab towns and villages in eastern Israel]. We expelled them. I met with them to persuade them not to want that. I have papers about it.”

    In another case, Malmab decided to conceal the following segment from an interview that historian Boaz Lev Tov conducted with Maj. Gen. (res.) Elad Peled:
    Lev Tov: “We’re talking about a population – women and children?”
    Peled: “All, all. Yes.”
    Lev Tov: “Don’t you distinguish between them?”
    Peled: “The problem is very simple. The war is between two populations. They come out of their home.”
    Lev Tov: “If the home exists, they have somewhere to return to?”
    Peled: “It’s not armies yet, it’s gangs. We’re also actually gangs. We come out of the house and return to the house. They come out of the house and return to the house. It’s either their house or our house.”
    Lev Tov: “Qualms belong to the more recent generation?”
    Peled: “Yes, today. When I sit in an armchair here and think about what happened, all kinds of thoughts come to mind.”
    Lev Tov: “Wasn’t that the case then?”
    Peled: “Look, let me tell you something even less nice and cruel, about the big raid in Sasa [Palestinian village in Upper Galilee]. The goal was actually to deter them, to tell them, ‘Dear friends, the Palmach [the Haganah “shock troops”] can reach every place, you are not immune.’ That was the heart of the Arab settlement. But what did we do? My platoon blew up 20 homes with everything that was there.”
    Lev Tov: “While people were sleeping there?”
    Peled: “I suppose so. What happened there, we came, we entered the village, planted a bomb next to every house, and afterward Homesh blew on a trumpet, because we didn’t have radios, and that was the signal [for our forces] to leave. We’re running in reverse, the sappers stay, they pull, it’s all primitive. They light the fuse or pull the detonator and all those houses are gone.”

    IDF soldiers guarding Palestinians in Ramle, in 1948. Collection of Benno Rothenberg/The IDF and Defense Establishment Archives

    Another passage that the Defense Ministry wanted to keep from the public came from Dr. Lev Tov’s conversation with Maj. Gen. Avraham Tamir:
    Tamir: “I was under Chera [Maj. Gen. Tzvi Tzur, later IDF chief of staff], and I had excellent working relations with him. He gave me freedom of action – don’t ask – and I happened to be in charge of staff and operations work during two developments deriving from [Prime Minister David] Ben-Gurion’s policy. One development was when reports arrived about marches of refugees from Jordan toward the abandoned villages [in Israel]. And then Ben-Gurion lays down as policy that we have to demolish [the villages] so they won’t have anywhere to return to. That is, all the Arab villages, most of which were in [the area covered by] Central Command, most of them.”
    Lev Tov: “The ones that were still standing?”
    Tamir: “The ones that weren’t yet inhabited by Israelis. There were places where we had already settled Israelis, like Zakariyya and others. But most of them were still abandoned villages.”
    Lev Tov: “That were standing?”
    Tamir: “Standing. It was necessary for there to be no place for them to return to, so I mobilized all the engineering battalions of Central Command, and within 48 hours I knocked all those villages to the ground. Period. There’s no place to return to.”
    Lev Tov: “Without hesitation, I imagine.”
    Tamir: “Without hesitation. That was the policy. I mobilized, I carried it out and I did it.”

    Crates in vaults
    The vault of the Yad Yaari Research and Documentation Center is one floor below ground level. In the vault, which is actually a small, well-secured room, are stacks of crates containing classified documents. The archive houses the materials of the Hashomer Hatzair movement, the Kibbutz Ha’artzi kibbutz movement, Mapam, Meretz and other bodies, such as Peace Now.
    The archive’s director is Dudu Amitai, who is also chairman of the Association of Israel Archivists. According to Amitai, Malmab personnel visited the archive regularly between 2009 and 2011. Staff of the archive relate that security department teams – two Defense Ministry retirees with no archival training – would show up two or three times a week. They searched for documents according to such keywords as “nuclear,” “security” and “censorship,” and also devoted considerable time to the War of Independence and the fate of the pre-1948 Arab villages.
    “In the end, they submitted a summary to us, saying that they had located a few dozen sensitive documents,” Amitai says. “We don’t usually take apart files, so dozens of files, in their entirety, found their way into our vault and were removed from the public catalog.” A file might contain more than 100 documents.
    One of the files that was sealed deals with the military government that controlled the lives of Israel’s Arab citizens from 1948 until 1966. For years, the documents were stored in the same vault, inaccessible to scholars. Recently, in the wake of a request by Prof. Gadi Algazi, a historian from Tel Aviv University, Amitai examined the file himself and ruled that there was no reason not to unseal it, Malmab’s opinion notwithstanding.

    According to Algazi, there could be several reasons for Malmab’s decision to keep the file classified. One of them has to do with a secret annex it contains to a report by a committee that examined the operation of the military government. The report deals almost entirely with land-ownership battles between the state and Arab citizens, and barely touches on security matters.

    Another possibility is a 1958 report by the ministerial committee that oversaw the military government. In one of the report’s secret appendixes, Col. Mishael Shaham, a senior officer in the military government, explains that one reason for not dismantling the martial law apparatus is the need to restrict Arab citizens’ access to the labor market and to prevent the reestablishment of destroyed villages.
    A third possible explanation for hiding the file concerns previously unpublished historical testimony about the expulsion of Bedouin. On the eve of Israel’s establishment, nearly 100,000 Bedouin lived in the Negev. Three years later, their number was down to 13,000. In the years during and after the independence war, a number of expulsion operations were carried out in the country’s south. In one case, United Nations observers reported that Israel had expelled 400 Bedouin from the Azazma tribe and cited testimonies of tents being burned. The letter that appears in the classified file describes a similar expulsion carried out as late as 1956, as related by geologist Avraham Parnes:

    The evacuation of Iraq al-Manshiyya, near today’s Kiryat Gat, in March, 1949. Collection of Benno Rothenberg/The IDF and Defense Establishment Archives

    “A month ago we toured Ramon [crater]. The Bedouin in the Mohila area came to us with their flocks and their families and asked us to break bread with them. I replied that we had a great deal of work to do and didn’t have time. In our visit this week, we headed toward Mohila again. Instead of the Bedouin and their flocks, there was deathly silence. Scores of camel carcasses were scattered in the area. We learned that three days earlier the IDF had ‘screwed’ the Bedouin, and their flocks were destroyed – the camels by shooting, the sheep with grenades. One of the Bedouin, who started to complain, was killed, the rest fled.”

    The testimony continued, “Two weeks earlier, they’d been ordered to stay where they were for the time being, afterward they were ordered to leave, and to speed things up 500 head were slaughtered.... The expulsion was executed ‘efficiently.’” The letter goes on to quote what one of the soldiers said to Parnes, according to his testimony: “They won’t go unless we’ve screwed their flocks. A young girl of about 16 approached us. She had a beaded necklace of brass snakes. We tore the necklace and each of us took a bead for a souvenir.”

    The letter was originally sent to MK Yaakov Uri, from Mapai (forerunner of Labor), who passed it on to Development Minister Mordechai Bentov (Mapam). “His letter shocked me,” Uri wrote Bentov. The latter circulated the letter among all the cabinet ministers, writing, “It is my opinion that the government cannot simply ignore the facts related in the letter.” Bentov added that, in light of the appalling contents of the letter, he asked security experts to check its credibility. They had confirmed that the contents “do in fact generally conform to the truth.”

    Nuclear excuse
    It was during the tenure of historian Tuvia Friling as Israel’s chief archivist, from 2001 to 2004, that Malmab carried out its first archival incursions. What began as an operation to prevent the leakage of nuclear secrets, he says, became, in time, a large-scale censorship project.
    “I resigned after three years, and that was one of the reasons,” Prof. Friling says. “The classification placed on the document about the Arabs’ emigration in 1948 is precisely an example of what I was apprehensive about. The storage and archival system is not an arm of the state’s public relations. If there’s something you don’t like – well, that’s life. A healthy society also learns from its mistakes.”

    Why did Friling allow the Defense Ministry to have access the archives? The reason, he says, was the intention to give the public access to archival material via the internet. In discussions about the implications of digitizing the material, concern was expressed that references in the documents to a “certain topic” would be made public by mistake. The topic, of course, is Israel’s nuclear project. Friling insists that the only authorization Malmab received was to search for documents on that subject.

    But Malmab’s activity is only one example of a broader problem, Friling notes: “In 1998, the confidentiality of the [oldest documents in the] Shin Bet and Mossad archives expired. For years those two institutions disdained the chief archivist. When I took over, they requested that the confidentiality of all the material be extended [from 50] to 70 years, which is ridiculous – most of the material can be opened.”

    In 2010, the confidentiality period was extended to 70 years; last February it was extended again, to 90 years, despite the opposition of the Supreme Council of Archives. “The state may impose confidentiality on some of its documentation,” Friling says. “The question is whether the issue of security doesn’t act as a kind of cover. In many cases, it’s already become a joke.”
    In the view of Yad Yaari’s Dudu Amitai, the confidentiality imposed by the Defense Ministry must be challenged. In his period at the helm, he says, one of the documents placed in the vault was an order issued by an IDF general, during a truce in the War of Independence, for his troops to refrain from rape and looting. Amitai now intends to go over the documents that were deposited in the vault, especially 1948 documents, and open whatever is possible. “We’ll do it cautiously and responsibly, but recognizing that the State of Israel has to learn how to cope with the less pleasant aspects of its history.”
    In contrast to Yad Yaari, where ministry personnel no longer visit, they are continuing to peruse documents at Yad Tabenkin, the research and documentation center of the United Kibbutz Movement. The director, Aharon Azati, reached an agreement with the Malmab teams under which documents will be transferred to the vault only if he is convinced that this is justified. But in Yad Tabenkin, too, Malmab has broadened its searches beyond the realm of nuclear project to encompass interviews conducted by archival staff with former members of the Palmach, and has even perused material about the history of the settlements in the occupied territories.

    Malmab has, for example, shown interest in the Hebrew-language book “A Decade of Discretion: Settlement Policy in the Territories 1967-1977,” published by Yad Tabenkin in 1992, and written by Yehiel Admoni, director of the Jewish Agency’s Settlement Department during the decade he writes about. The book mentions a plan to settle Palestinian refugees in the Jordan Valley and to the uprooting of 1,540 Bedouin families from the Rafah area of the Gaza Strip in 1972, including an operation that included the sealing of wells by the IDF. Ironically, in the case of the Bedouin, Admoni quotes former Justice Minister Yaakov Shimshon Shapira as saying, “It is not necessary to stretch the security rationale too far. The whole Bedouin episode is not a glorious chapter of the State of Israel.”

    Palestinian refugees leaving their village, unknown location, 1948. UNRWA

    According to Azati, “We are moving increasingly to a tightening of the ranks. Although this is an era of openness and transparency, there are apparently forces that are pulling in the opposite direction.”
    Unauthorized secrecy
    About a year ago, the legal adviser to the State Archives, attorney Naomi Aldouby, wrote an opinion titled “Files Closed Without Authorization in Public Archives.” According to her, the accessibility policy of public archives is the exclusive purview of the director of each institution.
    Despite Aldouby’s opinion, however, in the vast majority of cases, archivists who encountered unreasonable decisions by Malmab did not raise objections – that is, until 2014, when Defense Ministry personnel arrived at the archive of the Harry S. Truman Research Institute at the Hebrew University of Jerusalem. To the visitors’ surprise, their request to examine the archive – which contains collections of former minister and diplomat Abba Eban and Maj. Gen. (res.) Shlomo Gazit – was turned down by its then director, Menahem Blondheim.

    According to Blondheim, “I told them that the documents in question were decades old, and that I could not imagine that there was any security problem that would warrant restricting their access to researchers. In response, they said, ‘And let’s say there is testimony here that wells were poisoned in the War of Independence?’ I replied, ‘Fine, those people should be brought to trial.’”
    Blondheim’s refusal led to a meeting with a more senior ministry official, only this time the attitude he encountered was different and explicit threats were made. Finally the two sides reached an accommodation.
    Benny Morris is not surprised at Malmab’s activity. “I knew about it,” he says “Not officially, no one informed me, but I encountered it when I discovered that documents I had seen in the past are now sealed. There were documents from the IDF Archive that I used for an article about Deir Yassin, and which are now sealed. When I came to the archive, I was no longer allowed to see the original, so I pointed out in a footnote [in the article] that the State Archive had denied access to documents that I had published 15 years earlier.”
    The Malmab case is only one example of the battle being waged for access to archives in Israel. According to the executive director of the Akevot Institute, Lior Yavne, “The IDF Archive, which is the largest archive in Israel, is sealed almost hermetically. About 1 percent of the material is open. The Shin Bet archive, which contains materials of immense importance [to scholars], is totally closed apart from a handful of documents.”

    A report written by Yaacov Lozowick, the previous chief archivist at the State Archives, upon his retirement, refers to the defense establishment’s grip on the country’s archival materials. In it, he writes, “A democracy must not conceal information because it is liable to embarrass the state. In practice, the security establishment in Israel, and to a certain extent that of foreign relations as well, are interfering with the [public] discussion.”

    Advocates of concealment put forward several arguments, Lozowick notes: “The uncovering of the facts could provide our enemies with a battering ram against us and weaken the determination of our friends; it’s liable to stir up the Arab population; it could enfeeble the state’s arguments in courts of law; and what is revealed could be interpreted as Israeli war crimes.” However, he says, “All these arguments must be rejected. This is an attempt to hide part of the historical truth in order to construct a more convenient version.”

    What Malmab says
    Yehiel Horev was the keeper of the security establishment’s secrets for more than two decades. He headed the Defense Ministry’s security department from 1986 until 2007 and naturally kept out of the limelight. To his credit, he now agreed to talk forthrightly to Haaretz about the archives project.
    “I don’t remember when it began,” Horev says, “but I do know that I started it. If I’m not mistaken, it started when people wanted to publish documents from the archives. We had to set up teams to examine all outgoing material.”
    From conversations with archive directors, it’s clear that a good deal of the documents on which confidentiality was imposed relate to the War of Independence. Is concealing the events of 1948 part of the purpose of Malmab?

    Palestinian refugees in the Ramle area, 1948. Boris Carmi / The IDF and Defense Establishment Archives

    “What does ‘part of the purpose’ mean? The subject is examined based on an approach of whether it could harm Israel’s foreign relations and the defense establishment. Those are the criteria. I think it’s still relevant. There has not been peace since 1948. I may be wrong, but to the best of my knowledge the Arab-Israeli conflict has not been resolved. So yes, it could be that problematic subjects remain.”

    Asked in what way such documents might be problematic, Horev speaks of the possibility of agitation among the country’s Arab citizens. From his point of view, every document must be perused and every case decided on its merits.

    If the events of 1948 weren’t known, we could argue about whether this approach is the right one. That is not the case. Many testimonies and studies have appeared about the history of the refugee problem. What’s the point of hiding things?
    “The question is whether it can do harm or not. It’s a very sensitive matter. Not everything has been published about the refugee issue, and there are all kinds of narratives. Some say there was no flight at all, only expulsion. Others say there was flight. It’s not black-and-white. There’s a difference between flight and those who say they were forcibly expelled. It’s a different picture. I can’t say now if it merits total confidentiality, but it’s a subject that definitely has to be discussed before a decision is made about what to publish.”

    For years, the Defense Ministry has imposed confidentiality on a detailed document that describes the reasons for the departure of those who became refugees. Benny Morris has already written about the document, so what’s the logic of keeping it hidden?
    “I don’t remember the document you’re referring to, but if he quoted from it and the document itself is not there [i.e., where Morris says it is], then his facts aren’t strong. If he says, ‘Yes, I have the document,’ I can’t argue with that. But if he says that it’s written there, that could be right and it could be wrong. If the document were already outside and were sealed in the archive, I would say that that’s folly. But if someone quoted from it – there’s a difference of day and night in terms of the validity of the evidence he cited.”

    In this case, we’re talking about the most quoted scholar when it comes to the Palestinian refugees.
    “The fact that you say ‘scholar’ makes no impression on me. I know people in academia who spout nonsense about subjects that I know from A to Z. When the state imposes confidentiality, the published work is weakened, because he doesn’t have the document.”

    But isn’t concealing documents based on footnotes in books an attempt to lock the barn door after the horses have bolted?
    “I gave you an example that this needn’t be the case. If someone writes that the horse is black, if the horse isn’t outside the barn, you can’t prove that it’s really black.”

    There are legal opinions stating that Malmab’s activity in the archives is illegal and unauthorized.
    “If I know that an archive contains classified material, I am empowered to tell the police to go there and confiscate the material. I can also utilize the courts. I don’t need the archivist’s authorization. If there is classified material, I have the authority to act. Look, there’s policy. Documents aren’t sealed for no reason. And despite it all, I won’t say to you that everything that’s sealed is 100 percent justified [in being sealed].”

    The Defense Ministry refused to respond to specific questions regarding the findings of this investigative report and made do with the following response: “The director of security of the defense establishment operates by virtue of his responsibility to protect the state’s secrets and its security assets. The Malmab does not provide details about its mode of activity or its missions.”

    Lee Rotbart assisted in providing visual research for this article.

    (1) https://www.haaretz.co.il/st/inter/Heng/1948.pdf

  • Israël a rétabli ses liens avec Oman, annonce le chef du Mossad
    OLJ/AFP - 01/07/2019
    https://www.lorientlejour.com/article/1177129/israel-a-retabli-ses-liens-avec-oman-annonce-le-chef-du-mossad.html

    Yossi Cohen, chef des services secrets israéliens, le Mossad. Photo d’archives. REUTERS/Ronen Zvulun

    Le climat actuel crée « une opportunité sans précédent, peut-être même la première de l’histoire du Moyen-Orient, pour atteindre une entente régionale qui pourrait mener à un accord de paix global », souligne Yossi Cohen.

    Israël a rétabli des « relations officielles » avec le sultanat d’Oman, médiateur discret dans plusieurs crises régionales, a annoncé lundi le chef des services secrets israéliens, le Mossad.

    « Tout récemment, le rétablissement de relations officielles avec Oman a été annoncé ainsi que la mise en place d’un bureau de représentation du ministère (israélien) des Affaires étrangères dans ce pays », a déclaré Yossi Cohen, lors d’une conférence à Herzliya, près de Tel-Aviv.

    Dans les années 1990, Israël et Oman avaient ouvert chacun un bureau de représentation commerciale avant que le sultanat ne décide de les fermer en 2000, dans le sillage de la deuxième Intifada palestinienne.

    Le rétablissement des liens entre les deux pays est « la partie visible d’un effort bien plus large, qui reste secret », selon M. Cohen.

    Cette annonce intervient quelques jours après une conférence à Bahreïn sur le volet économique d’un plan américain censé ouvrir la voie à un règlement du conflit israélo-palestinien. L’Autorité palestinienne a boycotté cette rencontre, accusant Washington de partialité pro-Israël. Israël n’a pas dépêché de représentant officiel, mais fait sans précédent, des chercheurs et des journalistes israéliens, invités par la Maison Blanche, y côtoyaient, dans les grandes salles, des officiels des pays du Golfe. Des représentants du sultanat d’Oman étaient également présents.

    Jeudi, le chef de la diplomatie bahreïnie a déclaré que l’Etat hébreu faisait partie de « l’héritage de cette région historiquement » et que « le peuple juif a une place parmi nous », des déclarations inédites. (...)

  • ‘Israel does not want peace’, former Mossad chief says
    June 22, 2019 – Middle East Monitor
    https://www.middleeastmonitor.com/20190622-israel-does-not-want-peace-former-mossad-chief-says

    The former chief of Israel’s intelligence agency Mossad, Shabtai Shavit, has said that Israel does not want peace and that, if it had, it would have made peace with the Palestinian Authority (PA) long ago.

    Shavit gave his remarks to Israeli daily Maariv, reiterating that if Israel wanted peace it would have discussed it in economic and infrastructure terms that serve the interests of both parties, Arab 48 reported yesterday.

    However, Shavit said that Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu does not see the PA as a negotiating partner and therefore refuses to develop relations with the authority. “Do you know any other head of an Israeli government who did not talk with the Palestinians?” he asked.

  • Cette semaine, le journal israélien Haaretz a confirmé une chose dont l’Electronic Intifada fait état depuis des années...

    Confirmation du rôle du Mossad dans la guerre d’Israël contre BDS
    Asa Winstanley, Electronic Intifada, le 14 juin 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/06/15/confirmation-du-role-du-mossad-dans-la-guerre-disrael-contre-bd

    En privé les forces israéliennes anti-BDS admettent que leur campagne ne marche pas malgré les dizaines de millions de dollars lancés dans cette guerre contre des militants de la société civile œuvrant pour la justice et l’égalité. Un rapport secret de 2017 émanant d’un think tank lié au ministère, admet avec candeur l’échec d’Israël à stopper « une croissance impressionnante » et des « succès significatifs » de BDS. Le rapport qu’a obtenu l’Electronic Intifada, établit qu’en dépit de la multiplication par 20 des dépenses anti BDS, « les résultats restent hors d’atteinte ».

    L’article en question de Haaretz :

    Mossad Involved in Anti-boycott Activity, Israeli Minister’s Datebooks Reveal
    Noa Landau, Haaretz, le 12 juin 2019
    https://seenthis.net/messages/786777

    #Palestine #BDS #mossad

  • Comment les services de renseignement israéliens collaborent à la lutte contre #BDS à travers le monde

    Mossad involved in anti-boycott activity, Israeli minister’s datebooks reveal - Israel News - Haaretz.com

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-mossad-involved-in-anti-boycott-activity-israeli-minister-s-diarie

    The datebooks of Strategic Affairs Minister Gilad Erdan for 2018 reveal that he cooperated with the Mossad in the fight against the boycott, divestment and sanctions movement.

    The diaries, which were released in response to a Freedom of Information request, show that Erdan met with Mossad head Yossi Cohen about “the struggle against the boycott.” The request was made by the Hatzlaha movement, an organization promoting a fair society and economy, to all ministers, deputy ministers and ministry directors-general.

    Officials in the Strategic Affairs Ministry are proud of their work with the state’s security agencies, but hide the content and full scope of these activities on grounds that if these would be revealed, it would undermine the covert efforts being made against BDS and its leaders. Officials in Erdan’s office said that the meeting with Cohen was merely a “review,” but sources familiar with the ministry’s activities told Haaretz that the ministry indeed cooperates with the Mossad.

    Erdan’s datebooks also show meetings with the head of the National Security Council and the head of the NSC’s intelligence branch, as well as meetings with representatives of numerous Jewish organizations, including the American Jewish Committee, B’nai B’rith, the American Jewish Congress, the umbrella organization of French Jewry, the U.S. Reform Movement and others. There are also logs of various meetings and phone calls that Erdan’s chief of staff held with foreign leaders and diplomats, as well as meetings with settler leaders, including the heads of the Samaria Regional Council and the Hebron Hills Regional Council.

    Many of Erdan’s meetings in 2018 were devoted to establishing a public benefit corporation which at first was called Kella Shlomo but whose name was later changed to Concert. Its aim was to covertly advance “mass awareness activities” as part of “the struggle against the campaign to delegitimize” Israel globally. This corporation, which received 128 million shekels (about $36 million) in government funding and was to also collect 128 million shekels in private contributions, is not subject to the Freedom of Information Law.

    In early 2018 Haaretz published the list of shareholders and directors in the company, which include former Strategic Affairs Ministry director general Yossi Kuperwasser; former UN ambassador Dore Gold, a former adviser to Prime Minister Benjamin Netanyahu; former UN ambassador Ron Prosor; businessman Micah Avni, whose father, Richard Lakin, was killed in a 2015 terror attack in Jerusalem; Amos Yadlin, who heads Tel Aviv University’s Institute for National Security Studies; Miri Eisin, who served as the prime minister’s adviser on the foreign press during the Second Lebanon War; former National Security Council chief Yaakov Amidror; and Sagi Balasha, a former CEO of the Israeli-American Council.
    Demonstrators wear shirts reading “Boycott Israel” during a protest in Paris, Dec. 9, 2017.
    Demonstrators wear shirts reading “Boycott Israel” during a protest in Paris, Dec. 9, 2017. AP Photo/Kamil Zihnioglu

    According to a government resolution, the funding was granted to implement part of the ministry’s activities related to the fights against delegitimization and boycotts against the State of Israel. It says the company would raise the private portion of its financing for the initiative from philanthropic sources or pro-Israel organizations. A steering committee was to be appointed for the initiative to comprise representatives of the government and the other funding partners.
    Stay up to date: Sign up to our newsletter
    Email*

    According to a ministry document revealed by The Seventh Eye website, the organization was expected to carry out mass awareness activities and work to exploit the wisdom of crowds, “making new ideas accessible to decision-makers and donors in the Jewish world, and developing new tools to combat the delegitimization of Israel.”

    Elad Mann, Hatzlacha’s legal adviser, said, “Revealing the date books of senior and elected officials is crucial to understanding how the government system works and it has great value taken together with other details of information. This is how to monitor the government and its priorities or the actions it takes with more efficiency and transparency.”

    Erdan’s office said that he “met during this past term with heads of the security echelons to give them a survey of the ministry’s activities in the struggle against the delegitimization and boycott of Israel.”

    Josh Breiner contributed to this report.

  • ضابط إسرائيلي : قمنا باغتيال سمير القنطار في سوريا بمساعدة أحد قادة فصائل المعارضة السورية | رأي اليوم
    https://www.raialyoum.com/index.php/%d8%b6%d8%a7%d8%a8%d8%b7-%d8%a5%d8%b3%d8%b1%d8%a7%d8%a6%d9%8a%d9%84%d9%8a

    Un officier israélien à la retraite déclare sur une chaîne israélienne que l’assassinat de Samir Kountar, proche du Hezbollah, en 2015 à Damas a été rendu possible grâce à des informations d’un « membre de l’opposition syrienne »... On apprend aussi que des commandos israéliens se seraient infiltrés en Syrie en prétextant apporter des soins aux blessés syriens [de l’opposition on suppose].

    #syrie #israël

    • L’original du Jerusalem Post en anglais

      Mossad, Saudi intel officials get along well, says former chief - Arab-Israeli Conflict - Jerusalem Post
      https://www.jpost.com/Arab-Israeli-Conflict/Mossad-Saudi-intel-officials-get-along-well-says-former-chief-590531

      “You can be an enemy when you are walking from the room, but when you are sitting together, you can share your experience, you can talk a lot, and you can deal with many obstacles,” he continued.

      Mossad and Saudi Arabian intelligence agents communicate well, the agency’s former chief indirectly revealed in an interview with Intelligence Matters podcast host and former CIA director Michael Morell Wednesday.

      Discussing the strength of cooperation between agents of different countries’ intelligence agencies, Tamir Pardo started rattling off many of the usual suspects with whom the Mossad cooperates, and then unexpectedly tossed in the Saudis.

      Before talking about the relationship between the CIA and Israel and the United States, even to speak to Arab countries that you don’t have any kind of relation, when you meet people from your profession, it’s so easy, okay?” Pardo said.

      You can be an enemy when you are walking from the room, but when you are sitting together, you can share your experience, you can talk a lot, and you can deal with many obstacles,” he continued.

      Finally, Pardo said that when intelligence agencies “are looking for certain qualities, and whether you’re serving in the CIA, the MI6, or one of any other country, France, Italy, Saudi Arabia, you need the same people, the same qualities. So it’s quite easy… They can fight each other very well, but they can talk and communicate very well.

      In November and December 2017, there was a flurry of rare public confirmation of contacts between Israel and the Saudis by former IDF chief Gadi Eisenkot, minister Yuval Steinitz and then-CIA director Mike Pompeo.

      However, Pardo’s statement dated the Israeli-Saudi intelligence cooperation back to an earlier period, since he served as Mossad director from 2011 until March 2016.

      Furthermore, Pardo’s statement was a much more personal reflection about his dealings with intelligence agents from Saudi Arabia and other countries – implying that Mossad-Saudi dealings are often similar to dealings with traditional allied intelligence agencies.

      Besides cooperation, Pardo reflected on the current tensions between Iran, Israel and the US.

      Asked by Morell if Iran sought “the elimination of the State of Israel,” he replied: “Look, that’s what they are stating, okay? I think that they know that that’s an illusion. Maybe it’s good for their own propaganda, and it might serve us if we want to do a few things, but it’s – come on. When they are facing reality, they will never be able to do it. It doesn’t matter which kind of weapon they’re going to hold.

      The reason, he said, is “because I believe that we know how to defend ourselves. We showed it when we were a very young country, against, let’s say, combined forces from all Arab countries. Now we have peace with some of them, and quite good relations with others. So I think that maybe for them, it’s a dream, but it’s more an illusion than a dream.

      Despite Pardo’s confidence that Iran does not endanger Israel’s existence, he did warn of multiple threats from the Islamic Republic.

      One is the nuclear program,” said the former Mossad chief. “The other [is] their vision that they’re going to have a corridor between Tehran and the Mediterranean Sea. And the third thing is [to] be dominant in many other countries by supporting minorities like they’re doing in Yemen, like they did in South America, in certain places in Africa.

      Pardo also told Morell that cyberattacks pose a major concern.

      I believe it’s the biggest threat that the free world, our planet, is dealing with these days,” the spy chief said. “You can compare it to a nuclear threat that we used to see during the Cold War days.

  • Les végans meilleurs soutiens de Nétanyaou ? Israël terre promise du vegan-washing Paul Aries - 24 Avril 2019 - Le Grand Soir
    https://www.legrandsoir.info/les-vegans-meilleurs-soutiens-de-netanyaou-israel-terre-promise-du-veg

    Un site végan me soupçonnait récemment d’antisémitisme (ce qui est un comble) parce que j’évoquais l’importance du lobby végan en Israël dans ma Lettre aux mangeurs de viandes qui souhaitent le rester sans culpabiliser (Larousse). Je vais cependant récidiver en m’abritant derrière le site autorisé de la Chambre de commerce France-Israël qui titrait, au lendemain de la réélection du candidat de la droite la plus dure : « Le véganisme : clé de la victoire de Nétanyaou ? ».

    La thèse, même sous forme interrogative, mérite le détour pour qui connait Israël. Il est exact que pour emporter les voix des « amis des animaux », Netanyahou a annoncé arrêter de consommer de la viande. Lors d’une conférence de presse donnée le 10 mars 2019, la députée Sharren Haskel, membre du parti du Likoud et proche de « Bibi », a annoncé que le Premier ministre et toute sa famille « avaient opté pour le végétarisme ». « Pas entièrement », a-t-elle ajouté à mi-mot. La presse conclut qu’en « s’entourant de cette figure appréciée par les défenseurs des bêtes, « Bibi » a probablement gagné des points dans les urnes ». Beaucoup de sites dont Actualité Israël ont repris aussitôt cette analyse. Sharren Haskel a joué effectivement un rôle central dans la véganisation de la droite. Ex-membre volontaire des commandos de la police des frontières, opposée récemment aux projets d’amélioration de la situation juridique des gays, reconnue comme proche idéologiquement du Tea Party des Etats-Unis, elle n’a cessé de se droitiser, au fils des années, expliquant, par exemple, qu’« ll n’y a pas d’armée plus morale dans le monde que la nôtre » (sic). Les journalistes s’interrogent cependant : « Deux questions émergent lorsqu’on constate l’importance de ces mouvements en Israël : y a-t-il un lien entre l’antispécisme et la spécificité historique d’Israël, à savoir sa définition comme « Etat des Juifs » ? Ensuite, cet engouement pour la cause animale a-t-il un lien avec le conflit israélo-palestinien ? ». La faute politique du candidat travailliste aurait été de ne jamais préciser si, de son côté, il mangeait encore du poulet, lit-on sous la plume des experts.

    L’instrumentalisation du véganisme à des fins politiques ne date pas cependant de cette seule période électorale ni même de la présence de Sharren Haskel. Nétanyaou se dit depuis longtemps favorable aux « lundis sans viande » et l’armée israélienne se proclame végane (alimentation et vêtements).

    Les faits sont assez têtus pour permettre de raconter une tout autre histoire. Cette pseudo « première nation végane » (comme on le lit dans la presse) reste l’un des pays au monde consommant le plus de viande (80 kilos par personne et par an contre 66 en France), notamment de poulets (57 kilos), et les végans, avec 8 % de la population, n’y sont guère plus nombreux qu’ailleurs… Alors pourquoi Israël passe-t-elle pour être le paradis des végans dans le monde ? L’Etat israélien est l’inventeur du vegan-washing en tant que stratégie politique.

    Israël a été d’abord le laboratoire d’une expérience grandeur nature, en matière de conversion, puisque 60 % des téléspectateurs réguliers de l’émission de télé-réalité « Big Brother » ont changé leur façon de manger. Tel Gilboa (née en 1978), fondatrice du Front israélien de libération des animaux (ALF) en 2013, a remporté la sixième édition de « Big Brother » en 2014, en utilisant, avec la complicité de la production, l’émission pour propager, en prime time, le véganisme, et ceci durant trois mois et demi… Végan France titrait le 10 février 2016 : « Une activiste végane remporte « Big Brother » ». Elle portait pour la finale un T-shirt « Go Végan », son opposant en finale (Eldad) était aussi végan, comme d’ailleurs 4 des 18 occupants de la « maison ». On sait aujourd’hui qu’elle a bénéficié d’une véritable mise en scène, un autre candidat était un pseudo-éleveur bovin engagé par la production et dont le rôle était de provoquer et de pousser la participation végane, la production a même autorisé l’ami de Tal à venir parler de véganisme devant les résidents de la « maison » et leur a projeté une vidéo sur l’industrie des œufs, de la viande et du lait, séance enregistrée puis projetée à la télévision, avec une séquence montrant les résidents fondant en larmes. Yoram Zack, directeur de la production, a prononcé un discours après sa victoire : « Il y a cent neuf jours vous êtes entrée dans la maison pour accomplir une mission. Vous êtes venue ici pour servir de voix à ceux qui ne peuvent pas parler . »

    Cette belle aventure n’est pas sans lien avec le fait que le gouvernement israélien a choisi de faire des biotechnologies (notamment dans le domaine agricole) un secteur de pointe, avec la fondation de plus 1 350 firmes, dont 612 créées depuis 2007, et qui mobilisent 20 % du total des investissements. Un exemple : la start-up SuperMeat commercialise une viande vegan friendly , grâce à un blanc de poulet issu de cultures cellulaires, les cellules sont prélevées par biopsie puis cultivées industriellement en laboratoire, elles se nourrissent d’acides aminés d’origine végétale et de glucose. L’association #L214 a relayé l’appel aux dons à SuperMeat sur Facebook. Le professeur Yaakov Nahmias, cofondateur et directeur de recherche de SuperMeat, est aussi directeur du Grass Center for Bioengineering de l’Université hébraïque de Jérusalem et membre du Broad Institute de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Ces projets sont soutenus par des organisations comme l’ONG A #Well-fed_World (Un monde bien nourri) qui distribue de l’alimentation végane aux nécessiteux. Cette ONG travaille avec le Fonds international pour l’Afrique afin de généraliser des repas scolaires strictement végétariens (Éthiopie). La #Modern_Agriculture_Foundation et l’université de Tel-Aviv ont lancé, en 2014, un projet de viande de poulet cultivée, sous la direction d’Amit Gefen, un des principaux experts mondiaux en ingénierie tissulaire. La firme #Jet-Eat vient de lancer la première imprimante alimentaire 3D végane…au monde.

    Cette belle aventure n’est pas non plus sans lien avec la possibilité que donne le #vegan-washing de laver plus blanc l’Etat d’Israël et sa politique de colonisation.

    Gary Yourofsky, le meilleur VRP végan en Israël
    Le militant étasunien Gary Yourofsky est l’un des nouveaux visages du véganisme israélien. Sa vidéo a été visionnée par plus d’un million d’habitants sur une population de huit millions, ses conférences font le plein et attirent l’élite de la société y compris des politiques comme Tzipi Livni (ancienne agente du Mossad, ancienne députée, elle vient d’abandonner la politique) … à tel point que la presse se demandait si Netanyaou n’irait pas la prochaine fois dans le cadre de sa stratégie assister à une conférence de Yourofsky. Gary Yourofsky ne recycle pas seulement les plus vieux clichés du végétarisme, l’humanité serait herbivore, toutes les maladies majeures seraient dues à la consommation carnée, car il se veut aussi ouvertement misanthrope et « dérape » souvent : « Au fond de moi, j’espère sincèrement que l’oppression, la torture et le meurtre se retournent dix fois contre les hommes qui s’en moquent ! Je souhaite que des pères tirent accidentellement sur leurs fils à l’occasion des parties de chasse, pendant que les carnivores succombent lentement à des crises cardiaques. Que chaque femme emmitouflée dans la fourrure doive endurer un viol si brutal qu’elle en soit marquée à vie. Et que chaque homme couvert de fourrure se fasse sodomiser si violemment que ses organes internes en soient détruits. Que chaque cowboy et chaque matador soit encorné jusqu’à la mort, que les tortionnaires du cirque se fassent piétiner par des éléphants et lacérer par des tigres . » Gary Yourofsky a pris position également en faveur d’Israël contre la Palestine : « Alors que les Israéliens sont dans un processus de destruction des industries de viande, de produits laitiers et d’œufs – ce qui amènera à l’éradication des camps de concentration pour les animaux, les Palestiniens et leurs sympathisants “droitdelhommistes”, psychotiques, sont en train de construire encore plus de camps pour les animaux ! […] Les Palestiniens sont le problème. C’est le groupe de personnes le plus psychotique du monde . »

    Cette position n’est malheureusement pas isolée. Eyal Megged appelle Netanyahou à faire d’Israël la terre des droits des animaux plutôt que de chercher inutilement une paix impossible avec les Palestiniens . Aeyal Gross, professeur israélien de droit international, s’insurge : « Le végétarisme devient un outil pour améliorer l’image des forces de défense israélienne, ou celle d’Israël dans son ensemble […] À Tel-Aviv aujourd’hui, il est beaucoup plus facile de trouver de la nourriture dont la préparation n’a pas impliqué l’exploitation des animaux que de trouver une nourriture dont la production n’a pas entraîné l’oppression et le déracinement d’autres êtres humains ». Le mouvement palestinien de défense des animaux dénonce Israël comme le premier pays du monde à faire du vegan-washing (blanchiment de l’image par le véganisme comme d’autres font du green-washing alors qu’ils bousillent la planète). On peut lire sur le site de Palestinian Animal League la mise en garde suivante : « Israël utilise le vegan washing pour couvrir les dégâts causés aux vies palestiniennes et au véganisme en Palestine, et obtient maintenant le soutien international de végétaliens bien connus, qui sont intentionnellement ou involontairement des outils dans le jeu de vegan washing du « paradis végétarien ». Les Palestiniens dénoncent ainsi le rôle d’institutions de propagande comme Vibe Israël qui invite d’éminents blogueurs végétaliens à visiter « l’empire végan appelé Israël ». Le mouvement palestinien accuse aussi Binthnight Israël, une association de défense d’Israël auprès des juifs du monde entier, d’avoir ajouté à son programme « Israël pour les végans »… Les palestiniens rappellent que la plus grande partie des productions véganes est réalisée dans les colonies israéliennes illégales à l’intérieur des territoires palestiniens.
    
Le gouvernement israélien, et notamment, son armée communique sur « Tsahal, l’armée la plus vegane au monde… », de là à soutenir qu’elle fait une guerre propre, le passage est souvent étroit).

    Cette propagande consistant à utiliser le véganisme pour légitimer la politique d’Israël fonctionne à plein au sein des multiples relais communautaires. Le JForum.fr (portail juif francophone) a ouvert un Forum sur « Israël, terre promise des végans ». Infos-Israël.News ajoute qu’Israël, paradis pour les végétariens mérite le détour et le soutien actif… L’association végétarienne de France titre « Ici, il fait bon être végé ! » et intègre Tel-Aviv « nation végane selon le Ministère du tourisme » dans les lieux de vacances de tout bon végan. Tribune Juive se fait l’écho cependant du débat qui secoue la communauté.

    Israël champion du vegan-washing ?
    Jérôme Segal nous aide à comprendre les raisons du véganisme israélien. Il y voit déjà une idéologie de substitution pour une gauche orpheline de victoires. Il cite le rôle des juifs, comme Peter Singer et Henry Spira, dans la naissance du véganisme. Il prolonge, également l’analyse de Jean Stern, selon lequel le pinkwashing était une stratégie politique visant à promouvoir Tel-Aviv comme capitale mondiale de la tolérance envers les minorités sexuelles dans le seul but de présenter le pays autrement que comme un Etat épinglé par des associations humanitaires pour ses manquements aux droits humains. Jérôme Segal parle donc du vegan-washing comme d’une stratégie délibérée servant les intérêts militaristes, colonialistes, économiques de l’Etat israélien. Le journaliste Gidéon Levy (éditorialiste au quotidien Haaretz) explique que le véganisme permet de mieux camoufler ce qui se passe en Cisjordanie. La gauche israélienne a tenté naturellement de surfer sur ce courant végan (comme certains dirigeants politiques de la gauche française le font encore). Conséquence : la gauche est de plus en plus marginalisée en Israël, au point que le seul parti qui ose encore se dire de gauche aujourd’hui, Meretz, n’a obtenu que 3,6 % des suffrages en avril 2019. Ce n’est pas pourtant faute d’avoir fait des efforts, puisque Tamar Zandberg, député du Meretz, est l’organisateur de la journée végane, au sein même de la Knesset, réunissant tous les députés…

    La gauche et les milieux écologistes israéliens ne parviendront à retrouver une parole forte qu’en se portant à la défense de l’élevage paysan israélien et palestinien.

    Paul Ariès

    #végan #biotechnologies #véganisation de la droite #antispécisme #vegan-washing #SuperMeat #vibe_israël #végétalisme #tsahal
    #sharren_haskel https://fr.wikipedia.org/wiki/Sharren_Haskel
    #gary_yourofsky https://fr.wikipedia.org/wiki/Gary_Yourofsky
    # Tzipi_Livni https://fr.wikipedia.org/wiki/Tzipi_Livni
    . . . . . . . . .

  • Spain’s Far-right Vox Received Almost $1M from ’Marxist-Islamist’ Iranian Exiles: Report | News | teleSUR English
    https://www.telesurenglish.net/news/Spains-Far-right-Vox-Received-Almost-1M-from-Marxist-Islamist-Irania

    It is unlikely that Vox’s hyper-nationalist voters know that their party scored a significant presence in Spain’s parliament mostly thanks to Zionists, Islamists and foreigners.

    With the April 28 general elections in Spain over, the far-right party Vox gained about 10 percent of parliamentary seats, marking the far-right’s rising comeback into politics four decades after Francisco Franco’s dictatorship. While a less alarmist reading would say that the far-right was always there, hidden in the conservative People’s Party (PP), the fact that they are out in the open strengthens Europe’s wave of far-right xenophobic and anti-European advance.

    The party appealed to voters in one of Spain’s most contested elections since its return to democracy, mostly basing its arguments against leftists politics, social liberals, migrants, charged mainly with an Islamophobic narrative. Emphasizing the return of a long lost Spain and pushing to fight what they refer to as an “Islamist invasion,” which is the “enemy of Europe.” One could summarize it as an Iberian version of “Make Spain Great Again.”

    Yet while this definitely appealed to almost two million voters, many are unaware of where their party’s initial funding came from. Back in January 2019, an investigation made by the newspaper El Pais revealed, through leaked documents, that almost one million euros - approximately 80 percent of its 2014 campaign funding - donated to Vox between its founding in December 2013 and the European Parliament elections in May 2014 came via the National Council of Resistance of Iran (NCRI), a self-declared “Marxist” organization and an Islamist group made up of Iranian exiles.

    However, this is where things get complicated. The NCRI is based in France and was founded in 1981 by Massoud Rajavi and Abolhassan Banisadr, nowadays its president-elect is Maryam Rajavi (Massoud’s wife). The Rajavis are also the leaders of the Mojahedin-e-Khalq (MEK). A reason for many to believe that the NCRI is just a front for the MEK, which over the past few decades has managed to create a complicated web of anti-Iranian, pro-Israel and right-wing government support from all over the world.

    To understand MEK, it’s necessary to review the 1953 U.S. and British-backed coup which ousted democratically elected prime minister of Iran Mohammad Mosaddegh and instituted a monarchical dictatorship led by Shah Mohammad Reza Pahlavi.

    The oppression carried out by the Pahlavi royal family led to the creation of many radical groups, one which was MEK, whose ideology combined Marxism and Islamism. Its original anti-west, especially anti-U.S. sentiment pushed for the killing of six U.S citizens in Iran in the 1970s. While in 1979, they enthusiastically cheered the seizure of the U.S. embassy in Tehran. After the Iranian Revolution, its young leaders, including Rajavi, pushed for endorsement from the Ayatollah Ruhollah Khomeini, but were denied.

    So Rajavi, allied with the winner of the country’s first presidential election, Abolhassan Banisadr, who was not an ally of Khomeini, either. Soon Banisadr and MEK became some of Khomeini’s main opposition figures and had fled to Iraq and later to France.

    In the neighboring country, MEK allied with Sadam Hussein to rage war against Iran. In a RAND report, allegations of the group’s complicity with Saddam are corroborated by press reports that quote Maryam Rajavi encouraging MEK members to “take the Kurds under your tanks, and save your bullets for the Iranian Revolutionary Guards."

    The organization was deemed a terrorist organization by the U.S. and European Union for the better part of the 1990s, but things changed after the U.S. invasion to Iraq in 2003. This is when the U.S. neoconservative strategist leading the Department of State and the intelligence agencies saw MEK as an asset rather than a liability. Put simply in words they applied the dictum of “the enemy of my enemy is my friend.”

    The U.S.’s dismissal of past crimes reinvigorated MEK’s intense lobbying campaign to have itself removed from terrorist lists in the U.S. and the European Union. MEK, which by the beginning of the 21 century had morphed into a cult-like group according to many testimonies from dissidents, moved from Camp Ashraf to the U.S-created Camp Liberty outside of Baghdad. And that’s when things rapidly changed.

    According to the Guardian, between 2007 and 2012, a number of Iranian nuclear scientists were attacked. In 2012, NBC News, citing two unnamed U.S. officials, reported that the attacks were planned by Israel’s Mossad and executed by MEK operatives inside Iran. By 2009 and 2012, the EU and the U.S. respectively took it out of its terrorist organizations list.

    Soon after it gained support from U.S. politicians like Rudy Giuliani and current National Security Advisor John Bolton, who now call MEK a legitimate opposition to the current Iranian government. As the U.S. neocon forefathers did before, MEK shed its “Marxism.” After the U.S.’s official withdrawal from Iraq, they built MEK a safe have in Albania, near Tirana, where the trail of money can be followed once again.

    Hassan Heyrani, a former member of MEK’s political department who defected in 2018, and handled parts of the organization’s finances in Iraq, when asked by Foreign Policy where he thought the money for MEK came from, he answered: “Saudi Arabia. Without a doubt.” For another former MEK member, Saadalah Saafi, the organization’s money definitely comes from wealthy Arab states that oppose Iran’s government.

    “Mojahedin [MEK] are the tool, not the funders. They aren’t that big. They facilitate,” Massoud Khodabandeh, who once served in the MEK’s security department told Foreign Policy. “You look at it and say, ‘Oh, Mojahedin are funding [Vox].’ No, they are not. The ones that are funding that party are funding Mojahedin as well.”

    Meanwhile, Danny Yatom, the former head of the Mossad, told the Jersulamen Post that Israel can implement some of its anti-Iran plans through MEK if a war were to break out. Saudi Arabia’s state-run television channels have given friendly coverage to the MEK, and Prince Turki al-Faisal, Saudi Arabia’s former intelligence chief, even appeared in July 2016 at a MEK rally in Paris.

    With Israel and Saudi Arabia backing MEK, the question of why a far-right movement would take money from an Islamist organization clears up a bit. Israel’s support of European far-right parties has been public. In 2010, a sizeable delegation arrived in Tel Aviv, consisting of some 30 leaders of the European Alliance for Freedom, gathering leaders such as Geert Wilders of the Netherlands, Philip Dewinter from Belgium and Jorg Haider’s successor, Heinz-Christian Strache, from Austria.

    Yet for the U.S., Israel, and Saudi Arabia, MEK represents an anti-Iranian voice that they so desperately need, and that on the surface didn’t come from them directly. It is unlikely that Vox’s hyper-nationalist voters know that their party scored a significant presence in Spain’s parliament mostly thanks to Zionists, Islamists and foreigners.

    #Espagne #extrême_droite #Israël #Iran #Arabie_Saoudite #OMPI #Albanie

  • Brésil : les fantômes du nazisme hantent le gouvernement de Bolsonaro
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/14/les-fantomes-du-nazisme-hantent-le-bresil-de-bolsonaro_5423173_3210.html

    A l’heure où des membres du gouvernement brésilien ne cachent pas un alignement idéologique avec le nationalisme des années 1930, un article évoque la protection accordée à d’anciens nazis par le père de l’actuel ministre des affaires étrangères.

    Les opposants au gouvernement de Jair Bolsonaro parlent d’une « dynastie du mal », les autres s’offusquent qu’on exhume les péchés d’un père pour attaquer le fils. Reste la gêne, au lendemain de la publication de l’article du quotidien Folha de Sao Paulo, mardi 12 février, révélant qu’Henrique Araujo, père du ministre brésilien des affaires étrangères Ernesto Araujo, a contribué à empêcher l’extradition du criminel nazi Gustav Franz Wagner dans les années 1970 à l’époque de la dictature militaire (1964-1985).

    L’ancien sous-commandant du camp d’extermination de Sobibor en Pologne était, à l’instar de divers ex-SS, parvenu à fuir l’Europe, trouvant refuge au Brésil après un passage par la Syrie. Devenu gardien d’une propriété dans l’Etat de Sao Paulo, celui dont le sadisme et la brutalité lui valurent le surnom de « la bête », tentait alors d’y faire oublier son passé.

    Né à Vienne en 1911, Gustav Wagner adhère au parti nazi à vingt ans et s’illustre tout d’abord, en 1940, pour sa participation au génocide des malades mentaux dans le centre de mise à mort de Hartheim en Autriche. Loué dans les rangs SS pour son efficacité et son expertise dans l’usage criminel du monoxyde de carbone il est, deux ans plus tard, affecté au camp de Sobibor où, bras droit de Franz Stangl, il est chargé du tri des déportés, destinés tantôt à la chambre à gaz tantôt au travail forcé.

    Décrit comme une brute prompte à fouetter les prisonniers sans raison il aurait, entre autres barbaries, frappé à mort deux détenus qui ne parlaient pas allemand, sous prétexte qu’ils n’obéissaient pas à ses ordres, tiré une balle dans la tête du jeune Abraham âgé d’une quinzaine d’années, sous les yeux de ses frères, car l’adolescent s’était montré incapable de se lever de sa paillasse, et abattu un nouveau-né dans les bras de sa mère.

    Démasqué par le chasseur de nazis Simon Wiesenthal

    La scène a été immortalisée dans le film Les Rescapés de Sobibor, de Jack Golf, sorti en 1987, qui relate également la mutinerie de 1943 et la fuite de près de 300 détenus, dont une centaine seront repris. A Sobibor, partie intégrante de l’« opération Reinhard » – l’extermination systématique des juifs de Pologne – quelque 250 000 personnes ont été assassinées.

    Le bourreau de Sobibor est démasqué en 1978 par le chasseur de nazis Simon Wiesenthal, qui assure au journaliste de Jornal do Brasil Mario Chimanovitch avoir reconnu Gustav Wagner sur la photo d’une fête tenue à l’hôtel Tyll, à Itatiaia dans l’Etat de Rio de Janeiro pour célébrer l’anniversaire d’Hitler. Onze ans après l’extradition de son compère Franz Stangl, en 1967, qui s’était aussi réfugié au Brésil, Wagner, affolé à l’idée d’être rattrapé par le Mossad, les services secrets israéliens, se rend de lui-même à la police brésilienne.

    Les demandes d’extradition formulées alors par Israël, la Pologne, l’Autriche sont déclinées une à une par le procureur général de l’époque : Henrique Araujo. Le père du ministre de Jair Bolsonaro récuse la demande de l’Etat hébreu, arguant que celui-ci n’existait pas au moment des crimes. Pour la Pologne et l’Autriche, il retient la prescription des faits d’homicide (vingt ans), qu’il se garde de qualifier de crime contre l’humanité.

    Ce dernier argument ne vaut pas « en théorie », écrit-il pour la demande formulée par l’Allemagne qui, en 1967, avait déjà réclamé l’arrestation du nazi. Mais Henrique Araujo exige davantage de preuves dans un dossier épais d’un millier de pages. Un an plus tard les juges de la Cour suprême appelés à se prononcer refusent l’extradition. Le 3 octobre 1980, Gustav Wagner est retrouvé mort, un couteau planté dans la poitrine. On parle de suicide.

    Failles mémorielles

    Henrique Araujo, connu pour son appui à la censure, a eu un rôle-clé mais pas définitif dans la protection du criminel. « S’il a manqué de sensibilité et de volonté, son analyse est techniquement correcte vu les lois de l’époque », constate Bruno Leal professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Brasilia.
    Serge Klarsfeld, interrogé par téléphone, rappelle aussi qu’« à l’époque en Amérique latine, dans les dictatures comme dans les démocraties, les demandes étaient la plupart du temps refusées ». L’historien et avocat de la cause des déportés avait, de fait, réclamé en vain sous la présidence du socialiste Salvador Allende l’extradition de Walter Rauff du Chili.

    Il n’empêche. « Les régimes militaires en Amérique latine ont fait preuve de complaisance avec les crimes nazis. Ce n’est pas un mystère. Mais à une époque où le Brésil semble perdre la mémoire, il n’est pas inutile de le rappeler », note Géraldine Schwarz, auteure de Les Amnésiques (éd. Flammarion, 2017), livre fondé sur l’histoire de sa famille, qui souligne les failles mémorielles de l’époque nazie dans lesquelles s’engouffre l’extrême droite.
    Le rafraîchissement des esprits est d’autant plus salutaire que « le discours de membres de l’actuel gouvernement laisse poindre un alignement idéologique avec certaines idées sombres des années 1930 », souligne l’historien Michel Gherman.

    La Folha de Sao Paulo rappelle à ce titre les écrits du ministre des affaires étrangères en 2017, qualifiant le régime nazi, le national-socialisme, « de gauche » tout en faisant l’éloge du « sentiment national authentique » qu’il contenait.

    Jair Bolsonaro est encore plus explicite. En 2012 lors de l’émission de télévision « CQC Sem Saída », sorte de jeu de la vérité, l’actuel chef de l’Etat, alors député, avait confié (après avoir qualifié la dictature militaire d’« excellente » et confessé sans honte avoir frappé sa femme) considérer Hitler comme « un grand stratège ». Dans une partie coupée lors de la diffusion mais encore visible sur Youtube, il compare la Shoah au « génocide » provoqué par les détournements de fonds dédiés à la santé, tout en laissant entendre que les juifs seraient, pendant la guerre, morts de faim et de froid.

  • How a Private Israeli Intelligence Firm Spied on Pro-Palestinian Activists in the U.S.
    Adam Entous, The New-Yorker, le 28 février 2019
    https://www.newyorker.com/news/news-desk/how-a-private-israeli-intelligence-firm-spied-on-pro-palestinian-activist

    En français :

    Quand les « services » d’Israël sous-traitent le harcèlement de pro-palestiniens sur le territoire des États-Unis à une firme privée
    Adam Entous, The New-Yorker, le 28 février 2019
    http://www.pourlapalestine.be/quand-les-services-disrael-sous-traitent-le-harcelement-a-une-firme-

    Les opérations de renseignement et d’influence de Psy-Group, qui incluaient une tentative infructueuse à l’été 2017 de provoquer des élections locales dans le centre de la Californie, ont été décrites en détail dans une enquête du New Yorker que j’avais co-écrite au début du mois [de février 2018]. Avant de fermer ses portes, l’année dernière, Psy-Group faisait partie d’une nouvelle vague de sociétés de renseignement privées recrutant dans les rangs des services secrets israéliens et se présentant comme des « Mossads privés ».

    C’est aussi la suite de :

    Private Mossad for Hire
    Adam Entous et Ronan Farrow, The New-Yorker, le 11 février 2019
    https://seenthis.net/messages/760734

    Au delà du sujet de l’article, intéressant, je le mettrai avec la liste des articles dans de grands journaux américains (avec The New-York Times) qui publient des articles très critiques d’israel, un peu comme un backlash de la politique trop conservatrice de Trump ?

    A rajouter, donc, à la liste d’articles qui suit l’évolution de la situation aux États-Unis (et du #New-Yorker ) vis à vis de la Palestine :
    https://seenthis.net/messages/752002

    #Palestine #USA #BDS #Hatem_Bazian #Peter_Moskowitz #Salah_Sarsour #Psy-Group #services_secrets #privatisation

  • ’The formation of an educated class must be averted’: How Israel marginalized Arabs from the start - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-avert-the-formation-of-an-educated-class-israel-marginalized-arabs

    As early as 60 years ago, Israel’s political leadership gave up on the attempt to integrate the country’s Arabs and grant them equal citizenship. A document drawn up for an internal discussion in Mapai, the ruling party and forerunner of Labor, in September 1959, proposed the implementation of policy based on the following approach: “We should continue to exhaust all the possibilities [inherent in] the policy of communal divisiveness that bore fruit in the past and has succeeded in creating a barrier – even if at times artificial – between certain segments of the Arab population.”

    • Documents from Israel’s first decades reveal the leadership’s efforts to divide and alienate the Arab citizenry
      Adam Raz | Mar. 28, 2019 | 10:26 PM

      “There’s no place for illusions that this combination [of tactics] could turn the Arabs into loyal citizens, but over time it will reduce to some extent the open hostility and prevent its active expression.” – From a document containing recommendations for dealing with the Arab minority in Israel, September 1959, Labor Party Archives

      As early as 60 years ago, Israel’s political leadership gave up on the attempt to integrate the country’s Arabs and grant them equal citizenship. A document drawn up for an internal discussion in Mapai, the ruling party and forerunner of Labor, in September 1959, proposed the implementation of policy based on the following approach: “We should continue to exhaust all the possibilities [inherent in] the policy of communal divisiveness that bore fruit in the past and has succeeded in creating a barrier – even if at times artificial – between certain segments of the Arab population.”

      The assessment that the Arab public would never be loyal to the Jewish state remained entrenched in the following decade as well. For example, it underlay a lengthy document written by Shmuel Toledano, the Prime Minister’s Advisor on Arab affairs. In July 1965, the document served as the point of departure for a top-secret discussion between Toledano and the heads of the Shin Bet security service, the Mossad, the Israel Police, the Foreign Ministry and the Education Ministry (representatives of the Arab public weren’t invited).

      According to the document, “We must not demand from the Arab minority loyalty in the full sense of the word, to the point of identifying with the goals of a Jewish state (ingathering of the exiles and other values related to the national and religious way of life of the Jewish people). Such a demand is neither practical nor legitimate.” Instead, “We should strive for the Arabs’ passive acceptance of the state’s existence and for them to become law-abiding citizens.”

      These two documents address diverse issues having to do with the life of Israel’s Arab citizens. They help illuminate the state leadership’s official efforts to prevent the politicization of Arab society as well as its resistance to the emergence of a modern leadership among the country’s Arabs. These discussions were held, it bears noting, at a time when the majority of the Arab community in Israel (the exception being residents of Haifa and Jaffa) lived under a military regime – which was not lifted until 1966 – that included a permanent night curfew and a need for permits for traveling in the country.

      One item on the agenda of the 1965 discussion was the “Arab intelligentsia” in Israel. The document drawn up in that connection stated emphatically, “The formation of a broad educated class must be averted as far as possible.” Reason: An educated class tends to adopt “positions of radical leadership.” Accordingly, the document recommended “gradual solutions.” For example, “The entry of Arab students into institutions of higher learning should not be encouraged, but into professions and industries that hold the promise of appropriate employment.” The document elaborates: natural sciences and medicine – yes; humanities and law – no.

      The core of the Toledano document is its recommendation to block creation of political associations among the Arabs “in order to prevent the establishment of separate political entities on a national basis.” From the state’s point of view, the Arab electorate should manifest itself in the form of support for the Zionist parties. The latter, for their part, should open “their gates” to the Arabs and integrate them into their ranks “gradually and experimentally.”

      The grounds for this approach can be found in the 1959 document. It states that the policy of divisiveness pursued so far regarding the Arab population “has allowed the state, during the period of its existence, to prevent the consolidation of the Arab minority into a united bloc, and in large measure has given the leaders of each community an outlet to deal with their communal affairs instead of with general Arab affairs.”

      A perusal of the documents generates a feeling of sad irony. In the 1950s and ‘60s, the Israeli leadership acted vigorously to prevent the establishment of independent Arab political parties. The aim was to have slates of Arab candidates appended to the Zionist slates via “satellite parties,” and for Arab representatives to be guaranteed places in the parent parties. In other words, independent Arab parties conflicted with the establishment’s interests.

      Today, in contrast to the establishment’s position at the time, the Arab parties are independent entities, while the Zionist parties have hardly any Arab representatives. But this is an illusory reversal: Substantively, little has changed. Whereas the goal of integrating Arabs into the Zionist parties in the country’s first decades was intended to depoliticize the Arab community, their displacement from the big parties today only preserves the separation between the peoples and distances the Arab community from the centers of decision-making. If at the outset the Arabs were a fig leaf, today they have become a scapegoat.

      In opposition 70 years

      Even today, separation remains the underlying rationale of the near-absence of Arab MKs in the center-left parties. Not only does the current situation reflect the will of the parties’ leaders (which include parties that don’t even have a primary), at times they seem to be competing among themselves over who is most hostile to “the Arabs.” The Labor Party, for example, has shown in recent years that it has no interest in true activity by Arabs within it, and its slate of Knesset candidates doesn’t guarantee a realistic slot for an Arab representative. Similarly, among the first 40 places on the Kahol Lavan ticket, there is only one Druze woman, in 25th place.

      The Mapai document states that “stable rule in the country is inconceivable with most of the Arab minority in the opposition.” That evaluation has been refuted. The Arab public has been in the opposition for 70 years, lacking any real strength, even though this is not what most Arab citizens want. A survey commissioned by Haaretz before the 2015 election campaign found that 60 percent of the Arab community would like to join the government, and only half the respondents made this conditional on its being a left-wing government.

      The Arabs would like to play a concrete role in the decision- and policy-making processes. Electorally, this poses a threat to Prime Minister Benjamin Netanyahu’s rule. At the same time, it’s clear that his opponents are toeing the same line, explaining to the public that “the Arabs” are beyond the pale, and even factoring them into an equation of “neither Kahane nor Balad” – referring an unwillingness to contemplate either a coalition or even a blocking majorith with either the far-right Otzmat Yisrael party or the nationalist Arab party Balad.

      In this sense, keeping the peoples apart no longer necessitates segregation that’s maintained by ordinances and regulations. The military government may have been abolished, but its spirit still rules, on the right, in the center, on the left – everywhere.

  • Ex-Nazis ‘gave Mossad the edge in Six-Day War’ (et, non, ce n’est pas la première fois qu’on entends ce genre de chose) :
    https://www.thetimes.co.uk/article/ex-nazis-gave-mossad-the-edge-in-six-day-war-q6fk5wp6z

    Israel was able to launch its surprise attack against Egypt and Syria at the beginning of the Six-Day War thanks to information provided to Mossad by an intelligence network of former Nazis, according to a book by an Italian who claims to have played a role.

    Adriano Monti fought, aged 15, in the international division of the German SS at the end of the Second World War and was recruited into a postwar intelligence organisation founded by General Reinhard Gehlen. Gehlen had run German army espionage efforts against eastern Europe during the war and worked closely with the CIA after it. His “Gehlen Organisation” became the backbone of West Germany’s foreign intelligence organisation, the BND.

  • Antisémitisme et antisionisme : une assimilation absurde dans le monde arabe - Caroline HAYEK et Anthony SAMRANI - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1158662/antisemitisme-et-antisionisme-une-assimilation-absurde-dans-le-monde-

    Au Proche-Orient, c’est le sionisme et plus largement la politique israélienne qui ont fait le lit de l’antisémitisme.
    Caroline HAYEK et Anthony SAMRANI | OLJ
    23/02/2019

    C’est un débat qui se joue en France mais qui est suivi avec attention de l’autre côté de la Méditerranée. Emmanuel Macron a annoncé mercredi vouloir intégrer l’antisionisme – dans le sens de la négation du droit d’Israël à exister – à la définition juridique de l’antisémitisme. Le président français considère que « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme », alors que les actes antisémites en France étaient en hausse de 74 % en 2018 par rapport à l’année précédente.

    Plusieurs voix critiques ont fait remarquer que cela pouvait conduire à des incohérences – la plus absurde étant d’être amené à considérer certains juifs antisionistes comme des antisémites – et à créer une confusion entre une idéologie politique et une identité religieuse. Cela revient aussi à faire le jeu du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, pour qui les deux termes sont indissociables, et à donner l’impression qu’il n’est pas permis en France de critiquer la politique israélienne, même si ce n’est pas du tout le sens de l’initiative présidentielle.

    Vue du monde arabe, l’assimilation entre ces deux termes apparaît pour le moins inadaptée. Si l’antisionisme peut parfois, comme en Europe, cacher des relents d’antisémitisme, c’est bien le sionisme qui apparaît comme la cause première de la montée de l’antisémitisme, et non l’inverse. L’antisémitisme est un terme inventé au XIXe siècle pour évoquer la discrimination à l’égard des populations juives au sein des sociétés européennes. Outre l’argument un peu simpliste que les Arabes sont eux-mêmes un peuple sémite, la notion n’a pas vraiment de sens dans le contexte arabe. Malgré un statut particulier les empêchant, à l’instar des chrétiens, d’accéder aux hautes fonctions politiques et administratives, les juifs étaient bien intégrés au sein des sociétés arabes et n’ont pas subi de persécutions comparables à ce qu’ont pu être les pogroms en Europe.

    « La communauté juive a connu un moment de gloire et de puissance à l’époque ottomane, notamment lors de l’arrivée massive des juifs chassés d’Espagne », note Henry Laurens, professeur au Collège de France et titulaire de la chaire d’histoire contemporaine du monde arabe, interrogé par L’Orient-Le Jour. « Avant la déclaration Balfour et tout ce qu’elle entraînera par la suite, les juifs sont une communauté parmi d’autres dans le monde arabe, qui, depuis l’ère ottomane en particulier, a été organisée sur une base communautaire », confirme à L’OLJ Gilbert Achcar, professeur à la School of Oriental and African Studies (SOAS, University of London), auteur d’un ouvrage sur Les Arabes et la Shoah : la guerre israélo-arabe des récits (2013).

    Dégradation continue

    La diffusion des thèses sionistes développées par l’intellectuel autrichien Theodor Herzl va peu à peu changer la donne jusqu’au tournant de la création d’Israël en 1948, véritable choc pour les populations arabes. Au début du XXe siècle, les populations locales ne font pas nécessairement la distinction entre juifs et sionistes, le second terme n’étant pas encore véritablement assimilé. « Les habitants de la Palestine historique avaient l’habitude de désigner les juifs comme juifs. Certains étaient sionistes, mais beaucoup ne l’étaient pas. Ils étaient pour la plupart des juifs religieux et asionistes ou antisionistes », décrit à L’OLJ Tarek Mitri, ancien ministre et directeur de l’institut d’études politiques Issam Farès de l’AUB.

    « Les Arabes ont d’abord connu le sionisme de façon indirecte, en lisant la presse européenne. En Palestine, les premières réactions ne sont pas nécessairement négatives, mais les choses changent à partir de la déclaration Balfour, et le sionisme est progressivement considéré comme un danger pour les Palestiniens d’une part, et pour les Arabes du Proche-Orient d’autre part. Cela conduit à une dégradation continue de la situation des communautés juives du Proche-Orient à partir des années 1930 », dit Henry Laurens.

    Les relations se compliquent à mesure que l’immigration juive s’accélère en raison de la répression dont ils sont victimes en Europe.

    « Dans les discours, il y avait une distinction entre les juifs et les mouvements sionistes. Dans la pratique, ce qui inquiétait particulièrement les Arabes, c’est le fait de voir une communauté parmi d’autres se doter d’un territoire, de passer de la communauté à la nation », note Henry Laurens.Dans les années 1930 et 1940, c’est l’histoire européenne qui rencontre frontalement celle du Proche-Orient, de façon encore plus brutale après l’Holocauste et jusqu’à la création de l’État hébreu. Durant cette période, le grand mufti de Jérusalem Hajj Amine al-Husseini – qui n’était toutefois pas représentatif des Palestiniens – va collaborer avec l’Allemagne hitlérienne, au départ pour contrecarrer les projets anglais d’établissement d’un foyer juif, jusqu’à approuver sa politique génocidaire contre les juifs. Cet épisode va être largement instrumentalisé par la propagande israélienne pour démontrer un soi-disant antisémitisme arabe, au point que Benjamin Netanyahu va même aller jusqu’à présenter le mufti comme l’inspirateur de la solution finale.

    Complotisme et négationnisme

    La création de l’État hébreu va profondément changer les rapports entre les juifs et les autres communautés dans le monde arabe. Si, pour les sionistes, l’aboutissement du projet étatique est avant tout le fruit d’une volonté collective de plusieurs décennies, il apparaît aux yeux des Arabes comme une injustice liée à un génocide dont ils ne sont en aucun cas responsables. Les juifs du monde arabe n’accueillent pas forcément avec enthousiasme la naissance d’Israël. « Les communautés juives du monde arabe, surtout d’Égypte et d’Irak, n’étaient pas vraiment tentées au début par la migration vers la Palestine. Mais il y a eu deux facteurs qui ont encouragé ce mouvement. D’une part, la politique israélienne qui a tout fait pour les attirer, au point que le Mossad a organisé des attentats contre des synagogues pour leur faire peur. D’autre part, il y a une méfiance arabe qui s’est installée et qui faisait que les juifs pouvaient être perçus comme une sorte de 5e colonne », explique Tarek Mitri.

    Après la proclamation de l’indépendance d’Israël par David Ben Gourion, l’antisionisme va devenir dominant dans le monde arabe. Le sionisme apparaît comme un projet colonial avalisé par les puissances occidentales visant à déposséder les Arabes de leurs terres. La distinction devient très nette dans les discours entre juifs et sionistes. « Dans leurs discours, Nasser ou Arafat ne font pas d’amalgame entre sioniste et juif, bien au contraire. Au début de son combat, le projet politique de Arafat était d’instaurer un débat laïc et démocratique en Palestine où juifs, chrétiens et musulmans coexisteraient », explique Tarek Mitri.

    Le double sentiment d’injustice et d’humiliation que les Arabes ont vis-à-vis de l’État hébreu va toutefois être le moteur d’un antisémitisme qui va avoir un certain écho au sein des classes populaires arabes – où le terme juif est parfois utilisé comme une insulte – et va être largement relayé par les mouvements islamistes. Cela va être particulièrement visible à travers la propagation de deux phénomènes intimement liés : le complotisme et le négationnisme.

    « Les théories du complot qui sont dans le discours antisémite occidental ont pu facilement trouver un public dans le monde arabe, parce que, de fait, c’est une région qui a connu de vrais complots, à commencer par les fameux accords secrets Sykes-Picot », constate Gilbert Achcar. L’idée complotiste des protocoles des sages de Sion, qui attribuent aux juifs des plans de domination du monde, est largement répandue au sein du monde arabe. « Chez les islamistes, il y a eu un moment où on a ressuscité une vieille littérature parareligieuse qui ridiculise et avilie les juifs. Ils puisent dans les textes sacrés ce qui est de nature à susciter la méfiance ou même la haine à l’égard des juifs », note Tarek Mitri.

    Le négationnisme concernant l’Holocauste trouve aussi ses adeptes, même s’ils restent minoritaires. Dans un article publié en 1998 dans le Monde diplomatique, le grand intellectuel palestino-américain Edward Saïd s’indignait que « la thèse selon laquelle l’Holocauste ne serait qu’une fabrication des sionistes circule ici et là. Pourquoi attendons-nous du monde entier qu’il prenne conscience de nos souffrances en tant qu’Arabes si nous ne sommes pas en mesure de prendre conscience de celles des autres, quand bien même il s’agit de nos oppresseurs ? » ajoutait-il non sans une certaine verve. « La plupart des gens qui ont un peu de culture savent que la Shoah n’est pas une invention, mais un certain négationniste a pu trouver un écho favorable chez les gens étroits d’esprit, qu’ils soient ultranationalistes ou intégristes », dit Gilbert Achcar.

    Ce dernier insiste toutefois sur le fait qu’il n’y a pas d’antisémitisme propre au monde arabe, mais que la diffusion des thèses antisémites dans cette région n’est pas comparable à ce qui se passe en Occident. « Toute l’équation entre le monde occidental et le monde arabe est complètement faussée par le fait que les juifs étaient opprimés pendant des siècles en Europe, tandis que dans le monde arabe, ce qu’on peut qualifier de haine envers les juifs est surtout le produit d’une histoire moderne marquée par la présence d’un État oppresseur, qui insiste lui-même à se faire appeler État juif », résume Gilbert Achcar. Et Tarek Mitri de conclure, pour insister sur la nécessité de distinguer les deux termes dans le monde arabe : « Il y avait une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU en 1975 qui disait que le sionisme était une forme de racisme et de discrimination. Elle a été révoquée en 1991, mais elle avait suscité un grand enthousiasme dans le monde arabe. »

  • For Israel’s golden intel boys, it starts with terror and ends with greed Veterans of Israel’s famed signal intelligence corps, already well versed in violence against the helpless, are now indulging in rotten meddling abroad
    Gideon Levy - Feb 16, 2019 10:53 PM
    https://www.haaretz.com/opinion/.premium-for-israel-s-golden-intel-boys-it-starts-with-terror-and-ends-with

    A coincidence brought together two stories in Haaretz last Wednesday. One reported on the sadistic abuse of two Palestinians by soldiers from the Netzah Yehuda Battalion, while the other told of astonishing meddling abroad by Israeli intelligence companies.

    Ostensibly the conduct of the battalion is more sickening. But actually the actions of veterans of the Mossad and the military’s signal intelligence unit, 8200, is much more disturbing.

    The abusive soldiers will be punished to some extent; usually they come from the margins of society. But the veterans of Israel’s top secret cyber-agencies are the new elite, the heroes of our time, beautiful and promising, the proud future of innovation and high-tech. Who doesn’t want their son or daughter to serve in 8200? Who isn’t proud of the Mossad’s work?

    But some of these good people do very bad things, no less infuriating than punching a blindfolded Palestinian in front of his son. At 8200 they don’t kill people or beat them up, but the damage the unit’s veterans do can be no less severe.

    The success stories are many. The name of the game is to start up a company, exit quickly and take the money. In T-shirts, sneakers and jeans they make money hand over fist. During their afternoon breaks they order sushi and play the video games “FIFA 17” and “Mortal Kombat.”

    Most of them come from 8200. Beneath their impressive successes, there is rot. The veterans of the biggest and maybe the most prestigious unit in the army, the new pilots, know everything. Sometimes too much.

    A long, disturbing article by Adam Entous and Ronan Farrow in The New Yorker tells about these companies, particularly Psy-Group, made up of Mossad and 8200 veterans. There’s no place in the world they’re not interfering – from Gabon to Romania, from the Netherlands to the U.S. elections.

    There’s also nothing they won’t do; money covers everything. Project Butterfly, the war declared by Israeli cyber-mercenaries on U.S. campuses against the boycott, divestment and sanctions movement, was particularly disgusting. Psy-Group, with members of the old boys’ club – Ram Ben-Barak, a former deputy head of the Mossad and a Yesh Atid Knesset candidate, and Yaakov Amidror, a general and a former national security adviser – spied on anti-Israel activists on U.S. campuses and collected dirt on them.

    It’s like a war, the hero Ben-Barak told The New Yorker. The private Israeli firm works on U.S. campuses against political activists for $2.5 million a year. This money was contributed by Jews (who were promised they were “investing in Israel’s future”), some of whose children are students on those same campuses.

    Imagine if a foreign company spied on right-wing students in Israel and spread slander about them. But Israel is allowed to do anything. Uzi Arad, a former national security adviser to Prime Minister Benjamin Netanyahu and a Mossad veteran, told The New Yorker that he was ashamed of these mercenaries.

    These actions are being carried out by the best of our young people. According to The New Yorker, the Israeli companies control the global disinformation and manipulation market. They have a huge advantage. As Gadi Aviran, founder of the intelligence firm Terrogence, told the magazine: “There was this huge pipeline of talent coming out of the military every year,” and “All a company like mine had to do was stand at the gate and say, ‘You look interesting.’” It always starts with terror, real or imagined, and ends with greed.

    First we have a “huge pipeline of talent” familiar with the alleyways of Jabalya and Jenin in the West Bank, well experienced in violence against the helpless. The training grounds of the Israeli arms industry, unmanned bombers and lethal joysticks have led to lots of prestige and money for the state.

    Now, in the spirit of the times, we have the meddlers from the high-ups of the Mossad and 8200. And when one day somebody asks where the temerity came from to meddle like that, we’ll quote Amidror, who said: “If people are ready to finance it, it is O.K. with me.” Before we keep encouraging young people to join 8200 and take pride in the unit, we should remember that this rot also emerged from it.

  • Private Mossad for Hire
    Inside an effort to influence American elections, starting with one small-town race.
    February 18 & 25, 2019
    By Adam Entous and Ronan Farrow

    https://www.newyorker.com/magazine/2019/02/18/private-mossad-for-hire

    (...) Psy-Group had more success pitching an operation, code-named Project Butterfly, to wealthy Jewish-American donors. The operation targeted what Psy-Group described as “anti-Israel” activists on American college campuses who supported the Boycott, Divestment, Sanctions movement, known as B.D.S. Supporters of B.D.S. see the movement as a way to use nonviolent protest to pressure Israel about its treatment of the Palestinians; detractors say that B.D.S. wrongly singles out Israel as a human-rights offender. B.D.S. is anathema to many ardent supporters of the Israeli government.

    In early meetings with donors, in New York, Burstien said that the key to mounting an effective anti-B.D.S. campaign was to make it look as though Israel, and the Jewish-American community, had nothing to do with the effort. The goal of Butterfly, according to a 2017 company document, was to “destabilize and disrupt anti-Israel movements from within.” Psy-Group operatives scoured the Internet, social-media accounts, and the “deep” Web—areas of the Internet not indexed by search engines like Google—for derogatory information about B.D.S. activists. If a student claimed to be a pious Muslim, for example, Psy-Group operatives would look for photographs of him engaging in behavior unacceptable to many pious Muslims, such as drinking alcohol or having an affair. Psy-Group would then release the information online using avatars and Web sites that couldn’t be traced back to the company or its donors.

    Project Butterfly launched in February, 2016, and Psy-Group asked donors for $2.5 million for operations in 2017. Supporters were told that they were “investing in Israel’s future.” In some cases, a former company employee said, donors asked Psy-Group to target B.D.S. activists at universities where their sons and daughters studied.
    The project would focus on as many as ten college campuses. According to an update sent to donors in May, 2017, Psy-Group conducted two “tours of the main theatre of action,” and met with the campaign’s outside “partners,” which it did not name. Psy-Group employees had recently travelled to Washington to visit officials at a think tank called the Foundation for Defense of Democracies, which had shared some of its research on the B.D.S. movement. In a follow-up meeting, which was attended by Burstien, Psy-Group provided F.D.D. with a confidential memo describing how it had compiled dossiers on nine activists, including a lecturer at the University of California, Berkeley. In the memo, Psy-Group asked the foundation for guidance on identifying future targets. According to an F.D.D. official, the foundation “did not end up contracting with them, and their research did little to advance our own.”

    Burstien recruited Ram Ben-Barak, a former deputy director of Mossad, to help with the project. As the director general of Israel’s Ministry of Strategic Affairs, from 2014 to 2016, Ben-Barak had drawn up a plan for the state to combat the B.D.S. movement, but it was never implemented. Ben-Barak was enthusiastic about Butterfly. He said that the fight against B.D.S. was like “a war.” In the case of B.D.S. activists, he said, “you don’t kill them but you do have to deal with them in other ways.” (...)

    #BDS

  • Une affaire relativement petite et technique, mais qui démontre le recul des anti-BDS aux États-Unis, pourtant pays leader en la matière :

    Les sénateurs américains rejettent la loi anti-BDS et pro-Israël
    Maannews, le 10 janvier 2019
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2019/01/14/les-senateurs-americains-rejettent-la-loi-anti-bds-et-pro-israe

    Traduction de :

    US Senators vote down anti-BDS, pro-Israeli bill
    Maannews, le 10 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/750837

    A regrouper avec un autre recul aux Etats-Unis :

    Former legislator in Maryland sues state over anti-BDS law
    Middle East Eye, le 9 janvier 2019
    https://seenthis.net/messages/750709

    #BDS #USA #Palestine

  • EXCLUSIF : Le plan secret entre les États du Golfe et Israël pour réhabiliter Assad | Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/exclusif-le-plan-secret-entre-les-tats-du-golfe-et-isra-l-pour-r-habi

    EXCLUSIF : Le plan secret entre les États du Golfe et Israël pour réhabiliter Assad

    Le chef du Mossad, Yossi Cohen, a rencontré des responsables saoudiens, émiratis et égyptiens le mois dernier pour discuter des moyens de contrer l’influence régionale turque, selon des informations recueillies par MEE

    L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l’Égypte ont manigancé un plan avec Israël pour accueillir de nouveau le président syrien Bachar al-Assad au sein de la Ligue arabe afin de marginaliser l’influence régionale de la Turquie et de l’Iran, révèle en exclusivité Middle East Eye.

    Cette initiative diplomatique a été approuvée lors d’une réunion secrète, tenue dans une capitale du Golfe le mois dernier, à laquelle ont assisté de hauts responsables des services de renseignement des quatre pays, dont Yossi Cohen, directeur du Mossad, ont indiqué à MEE des sources au fait de cette réunion.

    La réunion a également été organisée en réaction au « refroidissement » notable des relations entre le président américain Donald Trump et Riyad depuis l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul en octobre.

    Trump a publiquement pris le parti du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, que la CIA et des membres du Congrès américain tiennent pour responsable du meurtre de Khashoggi.

    Cependant, selon un responsable au courant de la réunion, il aurait été dit aux responsables des services de renseignement : « Trump a fait ce qu’il pouvait et ne fera rien de plus. »

    Les responsables ont également convenu lors de la réunion qu’ils considéraient la Turquie, et non l’Iran, comme leur principal rival militaire dans la région, et ils ont discuté de plans pour parer l’influence d’Ankara.

    Les Israéliens ont déclaré à cette occasion que l’Iran pouvait être maîtrisé militairement, mais que la Turquie avait des capacités beaucoup plus grandes. Lors de la réunion, Cohen aurait déclaré : « Le pouvoir iranien est fragile. La vraie menace vient de la Turquie. »

    Quatre mesures selon l’article :
    – Négociations avec les talibans
    – « contrôler la carte sunnite » en Irak
    – retour à la Ligue arabe pour Assad
    – soutenir les Kurdes de Syrie contre les tentatives de la Turquie d’expulser les YPG et leur homologue politique, le PYD

    #grand_jeu

  • Memorial to Palestinian writer in Acre removed due to pressure by Israeli minister - Israel News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-memorial-to-palestinian-writer-in-acre-removed-due-to-pressure-by-

    Star d’une des plus brillantes générations générations d’écrivain de l’histoire moderne arabe, Kanafani a été assassiné (ainsi que sa nièce de 17 ans) par le Mossad, à Beyrouth, en 1972.

    #palestine

  • i24NEWS - Netanyahou met en garde le Hezbollah lors de sa rencontre avec Pompeo à Bruxelles
    https://www.i24news.tv/fr/actu/international/190109-181203-reunion-d-urgence-netanyahou-pompeo-a-bruxelles-sur-la-situati

    Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a rencontré lundi le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo lors d’un voyage éclair à Bruxelles pour discuter des efforts conjoints visant à freiner l’"agression iranienne" dans la région.

    M. Netanyahou - rejoint par le chef du Mossad Yossi Cohen et d’autres responsables israéliens - aurait déclaré à Mike Pompeo qu’Israël agirait pour empêcher le Hezbollah de construire des usines de missiles de précision au Liban, a rapporté lundi soir Channel 2.

    Dans Rai al-yom (https://www.raialyoum.com/index.php/%d9%86%d8%aa%d9%86%d9%8a%d8%a7%d9%87%d9%88-%d9%8a%d8%b7%d9%8a%d8%b1-%d9%8), ABA (Abdel-Bari Atouane) commente cette visite en rappelant des précédents qui ont conduit à des agressions militaires israéliennes. En l’occurrence, il s’agirait peut-être d’obtenir le soutien des USA et notamment le droit à engager les F35. En tout cas, une bonne manière pour Netanyahou de se sortir des risques d’une inculpation par la justice du pays quy’il dirige.

    #israël #hesbollah #iran

  • L’Europe utilisera-t-elle les drones israéliens contre les réfugiés ?

    En matière de sécurité, #Israël en connait un rayon. Ses entreprises sont particulièrement actives sur ce marché lucratif et peuvent démontrer l’efficacité de leurs produits en prenant les Palestiniens comme cobayes. Pour contrôler l’arrivée de réfugiés, l’agence européenne #Frontex s’intéresse ainsi de près au drone #Heron. L’engin a fait ses “preuves au combat” durant l’#opération_Plomb durci. (IGA)

    En septembre, l’Agence de surveillance des frontières de l’Union européenne Frontex a annoncé le démarrage de vols d’essais de drones en #Italie, en #Grèce et au #Portugal. Il y avait une omission majeure dans la déclaration de Frontex : le type de drones testé avait été utilisé auparavant pour attaquer Gaza.

    Certains détails sur les compagnies impliquées dans ces essais ont été publiés plus tôt cette année. Un « avis d’attribution de marché » a révélé qu’#Israel_Aerospace_Industries était l’un des deux fournisseurs sélectionnés.

    Israel Aerospace Industries a reçu 5.,5 millions de dollars pour jusqu’à 600 heures de vols d’essais.

    Le drone qu’Israel Aerospace Industries offre pour la #surveillance maritime s’appelle le #Heron.

    Selon le propre site web de la compagnie, le Heron a « fait ses preuves au combat ». C’est une expression codée signifiant qu’il a été employé pendant trois attaques majeures d’Israël contre Gaza pendant la dernière décennie.

    Après l’opération Plomb durci, l’attaque israélienne sur Gaza de fin 2008 et début 2009, une enquête de Human Rights Watch a conclu que des dizaines de civils avaient été tués par des missiles lancés à partir de drones. Le Heron a été identifié comme l’un des principaux drones déployés dans cette offensive.

    Frontex – qui expulse fréquemment des réfugiés d’Europe – a étudié les #drones depuis un certain temps. Déjà en 2012, Israel Aerospace Industries avait présenté le Heron à un événement organisé par Frontex.

    Par ses vols d’essais, Frontex permet à l’industrie de guerre israélienne d’adapter la technologie testée sur les Palestiniens à des fins de surveillance. Alors que les dirigeants de l’Union européenne professent couramment leur souci des droits humains, l’implication de fabricants d’armes pour surveiller les frontières partage plus que quelques similitudes avec les politiques belliqueuses poursuivies par le gouvernement de Donald Trump aux USA.

    Des opportunités commerciales

    Les entreprises israéliennes bénéficient des décisions prises des deux côtés de l’Atlantique.

    L’année dernière, #Elta – une filiale d’Israel Aerospace Industries – a été engagée pour dessiner un prototype pour le mur controversé que Trump a proposé d’établir le long de la frontière USA- Mexique. Elbit, un autre fabricant israélien de drones, a gagné en 2014 un contrat pour construire des tours de surveillance entre l’Arizona et le Mexique.

    Les mêmes compagnies poursuivent les opportunités commerciales en Europe.

    Elta a été en contact avec divers gouvernements à propos de leur système « de #patrouille_virtuelle des #frontières » – qui est basé sur l’interception des communications téléphoniques des mobiles et l’#espionnage des usagers d’internet. Pour fournir un prétexte à une telle intrusion, la compagnie joue sur la politique de la #peur. Amnon Sofrin, un dirigeant d’Elta qui occupait auparavant une position de premier plan dans l’agence israélienne d’espionnage et d’assassinat du Mossad, a recommandé que l’Europe choisisse en priorité la « #sécurité » plutôt que les libertés civiles.

    L’entreprise israélienne #Magal_Systems cherche aussi des contrats en Europe. Magal a installé ce qu’elle appelle une barrière « intelligente » — livrée avec des capteurs et un équipement avancé de caméras – le long de la frontière d’Israël avec Gaza.

    Saar Koush, jusqu’à récemment le PDG de Magal, a argué que le rôle de l’entreprise dans la mise en place d’un siège des deux millions d’habitants de Gaza leur donnait un argument commercial unique – ou au moins rare. « Tout le monde peut vous donner un très joli Powerpoint, mais peu de gens peuvent vous montrer un projet aussi complexe que Gaza, qui est constamment testé en combat », a dit Koush.

    Apprendre d’Israël ?

    Frontex est en contact avec d’autres entreprises israéliennes.

    En juin de cette année, l’Union européenne a publié une notice montrant que la compagnie israélienne #Windward avait gagné un contrat de près d’ 1 million de dollars pour travailler à un projet d’« analyse maritime » organisé par Frontex. #Gabi_Ashkenazi, un ancien chef de l’armée israélienne, est conseiller à Windward ; #David_Petraeus, qui a commandé les troupes US occupant l’Irak et l’Afghanistan, est l’un de ses investisseurs.

    Dans son rapport annuel 2016, Frontex déclarait que « les premiers pas avaient été faits afin de développer des relations « stratégiques » avec Israël. Frontex a ultérieurement exprimé son intention d’accroître cette coopération d’ici 2020.

    Un point clé est « l’apprentissage mutuel ». Il est plus que probable qu’il s’agisse d’un euphémisme pour échanger des notes sur les tactiques qui devraient être utilisées contre les gens fuyant la pauvreté ou la persécution.

    Israël a une réputation effroyable en ce qui concerne le traitement des réfugiés. Des Africains vivant en Israël ont été sujets à des mauvais traitements racistes de la part des plus hauts niveaux du gouvernement. Benjamin Netanyahou, le Premier ministre, les a étiquetés comme des « infiltrés ».

    Un autre ministre du gouvernement a soutenu que les Africains ne peuvent être considérés comme des humains.

    Selon l’institut de sondage Gallup, Israël est l’un des pays les moins hospitaliers du monde pour les demandeurs d’asile. Malgré sa proximité géographique avec la Syrie, Israël a refusé l’entrée aux victimes de la guerre en cours.

    L’an dernier, Netanyahou a été entendu disant aux dirigeants du groupe de Visegrad (ou Visegrad 4) – la Hongrie, la Pologne, la République tchèque et la Slovaquie – qu’ils devraient fermer leurs frontières aux réfugiés. Il a aussi déclaré qu’Israël joue un rôle important dans la réduction de la migration vers l’Europe et suggéré qu’Israël devrait être récompensé pour cela.

    L’identification d’Israël comme partenaire pour une « coopération stratégique » avec Frontex est inquiétante en soi. Les préparatifs pour utiliser les outils de répression d’Israël contre les réfugiés faisant route vers l’Europe le sont encore plus.

    https://www.investigaction.net/fr/leurope-utilisera-t-elle-les-drones-israeliens-contre-les-refugies

    #surveillance_frontalière #frontières #contrôles_frontaliers #asile #migrations #réfugiés #sécurité #Méditerranée #Heron #Israeli_Aerospace_Industries #Gaza #business

    • #Leonardo deploys its #Falco_EVO_RPAS for drone-based maritime surveillance as part of the Frontex test programme

      Leonardo’s Falco EVO Remotely-Piloted Air System (RPAS), in a maritime patrol configuration, has been deployed from Lampedusa airport (Lampedusa Island) as part of the Frontex surveillance research programme to test its ability to monitor the European Union’s external borders.

      Frontex is exploring the surveillance capability of medium-altitude, long-endurance RPAS as well as evaluating cost efficiency and endurance. Leonardo was selected by the European agency under a service contract tender for drone operations for maritime surveillance across the Italian and Maltese civil airspace. The current agreement provides for 300 flight hours and may be extended into a longer-term agreement.

      Under the deployment, Intelligence, Surveillance and Reconnaissance (ISR) activities are organised by Guardia di Finanza under coordination of the Ministry of Interior and are undertaken by Leonardo from Lampedusa also thanks to the decisive support and collaboration of ENAC and ENAV. Leonardo’s flight crews and maintenance teams are present to support the operations with the Falco EVO, which is equipped with a complete on-board sensor suite including the Company’s Gabbiano TS Ultra Light radar. This configuration allows it to carry out extended-range day and night-time missions.

      “We are proud to be able to demonstrate the capabilities of our Falco EVO to Frontex, the European Border and Coast Guard Agency, which is facing the on-going and evolving surveillance challenges posed by maritime borders. We are ready to leverage our years of experience in drone-based surveillance operations, working with the United Nations and many other international customers,” said Alessandro Profumo, CEO of Leonardo. “I wish to thank all the Italian stakeholders who contributed to this important achievement and I am convinced that this fruitful partnering approach will allow Frontex to define the best possible use for drone-based technologies.”

      The Falco EVO will operate under a “Permit to Fly” issued by the Italian Civil Aviation Authority (ENAC), which authorizes flights in the Italian and Maltese Flight Information Region (FIR)’s civil airspace. The innovative agreement reached with ENAC guarantees compliance with national and international regulations and coordination with relevant authorities. The agreement also provides for close involvement from the Guardia di Finanza as subject matter experts with operational experience in defining mission profiles and ensuring the best operational conditions in which to undertake the 300- hours test programme.

      The Falco EVO configuration being deployed includes a high-definition InfraRed (IR) electro-optical system, a Beyond-Line-Of-Sight (BLOS) satellite data-link system, a new propulsion system based on a heavy-fuel engine, an Automatic Identification System (AIS) and a complete communications relay suite.

      Leonardo is the only European company providing a comprehensive RPAS ISR capability, from the design of each system element all the way through to operations. Today the Company is an international pioneer in the operation of unmanned flights on behalf of civil organizations in “non-segregated”, transnational airspace.

      Under an innovative business model, Leonardo owns and operates its Falco family of RPAS and provides surveillance information and data directly to its customers. This ‘managed service’ model is expected to be an area of growth for Leonardo which is expanding its ‘drones as a service’ offering to customers such as the police and emergency responders in line with the growth path outlined in the Company’s industrial plan.


      https://www.edrmagazine.eu/leonardo-deploys-its-falco-evo-rpas-for-drone-based-maritime-surveillanc

    • Leonardo: il #Falco_Evo inizia i voli per il programma Frontex

      Il Falco Evo, il velivolo a pilotaggio remoto di Leonardo, ha iniziato la campagna di voli in una configurazione specifica per il monitoraggio marittimo, nell’ambito del programma Frontex, finalizzato alla sperimentazione di droni per il controllo delle frontiere esterne dell’Unione europea. Frontex, l’agenzia europea della guardia di frontiera e costiera, sta infatti analizzando la capacità di sorveglianza a media altitudine e lunga persistenza offerta dai velivoli pilotati a distanza, valutando efficienza economica ed efficacia operativa di tali sistemi. Leonardo è stata selezionata a seguito di una gara per un contratto di servizio per fornire attività di sorveglianza marittima attraverso l’uso di droni nello spazio aereo civile italiano e maltese. L’accordo attuale prevede un totale di 300 ore di volo con possibili ulteriori estensioni contrattuali. Le operazioni di sorveglianza e ricognizione effettuate da Leonardo con il Falco Evo vengono pianificate dalla Guardia di Finanza sotto il coordinamento del ministero dell’Interno, con il supporto di Enac, Enav e AST Aeroservizi Società di Gestione dell’aeroporto di Lampedusa, dove si svolgono i voli.
      “Siamo orgogliosi di dimostrare le capacità del Falco EVO all’agenzia europea Frontex e alle Forze di Sicurezza, che affrontano quotidianamente la sfida del controllo e della protezione dei confini marittimi – ha commentato Alessandro Profumo, amministratore delegato di Leonardo -. Leonardo mette a disposizione di questo programma la lunga esperienza acquisita anche grazie alle attività svolte per le Nazioni Unite e molti altri clienti internazionali con i propri sistemi pilotati da remoto”.
      Il Falco Evo opera grazie ad un “Permit to Fly” rilasciato dall’Enac, che autorizza i voli nello spazio aereo civile italiano e maltese. L’accordo innovativo raggiunto con Enac garantisce quindi la conformità alle normative nazionali e internazionali e il coordinamento con le relative autorità. L’attività prevede, inoltre, un forte coinvolgimento della Guardia di Finanza in virtù della significativa esperienza del Corpo nella definizione dei profili di missione, assicurando le migliori condizioni operative per lo svolgimento delle 300 ore di volo programmate. La configurazione del Falco Evo impiegato nel programma include un sistema ottico all’infrarosso ad alta definizione, un collegamento dati satellitari oltre la linea di vista (Beyond-Line-Data-Of-Sight - BLOS), un nuovo sistema di propulsione basato su un motore a combustibile pesante, un sistema di identificazione automatico (Automatic Identification System - AIS) e una suite completa per le comunicazioni. Leonardo è l’unica azienda europea in grado di fornire capacità complete RPAS e ISR, progettando e sviluppando tutti gli elementi che compongono un sistema pilotato da remoto, anche nell’ambito di contratti di servizio per operazioni “unmanned” e tra i pochi player al mondo a poter operare per conto di enti civili in spazi aerei non segregati trasnazionali.

      https://www.trasporti-italia.com/focus/leonardo-il-falco-evo-inizia-i-voli-per-il-programma-frontex/36521

    • Frontex Director meets with Portugal’s Minister of Internal Administration

      The Executive Director of Frontex, the European Border and Coast Guard Agency, met with Portugal’s Minister of Internal Administration and with the National Director of Portuguese Immigration and Border Service (SEF) on Friday to introduce the agency’s liaison officer for Portugal and Spain.

      Frontex is deploying 11 liaison officers to enhance the cooperation between the agency and national authorities responsible for border management, returns and coast guard functions in 30 EU Member States and Schengen Associated Countries.

      In Lisbon, Frontex Director Fabrice Leggeri met with Eduardo Cabrita, Portugal’s Minister of Internal Administration and Cristina Gatões, the National Director of Portuguese Immigration and Border Service (#SEF).

      During his visit to Portugal, Fabrice Leggeri also visited the headquarters of the European Maritime Safety Agency (EMSA) and met with its new Executive Director, Maja Markovčić Kostelac. Frontex and EMSA, along with the European Fisheries Control Agency (EFCA), work together in in the maritime domain to support EU Member States and develop European coast guard functions.

      https://frontex.europa.eu/media-centre/news-release/frontex-director-meets-with-portugal-s-minister-of-internal-administr

  • Maroc / Israël : Le collier de la reine, un tribut de vassalité à un suzerain ? – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/22/maroc-israel-le-collier-de-la-reine-un-tribut-de-vassalite-a

    Un collier en or aurait été offert par Lalla Salma, épouse du Roi du Maroc, à Tzipi Livni, le co-ordonnateur de la guerre de destruction israélienne de Gaza (2007-2008). Un cadeau offert en 2009 à l’occasion d’une visite de l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères au Maroc, un an après la fin de la guerre israélienne contre l’enclave palestinienne.

    Cette information explosive a été démentie de piètre façon par le Maroc, par un communiqué laconique du ministère des affaires étrangères publié le 26 juillet, soit deux semaines après la fuite du Maariv. Le journal israélien précisait, pourtan, dans son édition en date du 13 juillet 2011, que le parlement israélien avait pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères, liste où figurerait « Lalla Salma » pour un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009 à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger.
    Dans ce qui apparait comme un geste d’apaisement destiné à détourner le courroux de l’opinion publique, la communauté juive du Maroc a volé au secours du Trône, lui emboitant le pas, endossant le même jour la responsabilité de ce cadeau. Non pas par un communiqué franc et précis qui aurait coupé court à toutes les spéculations mais par un procédé oblique, en des termes alambiqués, des propos confus faisant état d’ une indication d’un membre de la communauté juive, à l’identité non définie, se dévouant pour confier à un site électronique marocain que Mme Livni « n’a rencontré aucune princesse du Maroc, uniquement des personnalités marocaines et des responsables de la communauté juive » et que « le collier a pu lui être offert par la communauté juive » (2).

    Sauf à y voir la marque d’un travail de sophistication journalistique, un tel amateurisme dans la gestion de cette affaire pourrait avoir eu un effet inverse de confirmer plutôt que d’infirmer cette information. Un effet pervers
    Selon Maariv, pourtant, Lalla Salma n’aurait pas été la seule à couvrir de bijoux la ministre israélienne. La Fédération des Juifs du Maroc lui aurait aussi offert « un collier d’or serti de diamants et de pierres précieuses assorties de deux bagues ». Soit, en fin de compte, deux colliers et deux bagues. Une belle pioche pour un voyage si controversé d’un si sinistre personnage.

    Au delà du démenti formel, le pouvoir marocain a incontestablement commis un impair dans sa communication de crise, d’autant moins explicable que le sujet est d’une grande volatilité, accréditant l’idée d’un malaise par sa réaction tardive et son laconisme. Le démenti marocain, de même que la revendication indirecte de la communauté juive n’évacuent pas pour autant le débat sur le bien fondé de ce geste de courtoisie à l’égard d’une belliciste coresponsable de deux guerres contre des objectifs arabes, le Liban en juillet 206, et Gaza, en 2007, ni même sur sa présence au Maroc un an après la guerre de Gaza. Pas plus Tzipi Livni que son collier n’avaient de raison d’être au Maroc. Le service minimum sur un sujet de grande controverse porte la marque d’une désinvolture et pointe désormais du doigt le rôle ambigu de l’Institut Amadeus, initiateur de ce projet frappé de suspicion.
    Quelqu’en soit le bienfaiteur, au-delà des démentis de circonstance, le cadeau parait placer la Monarchie dans l’embarras en ce qu’il peut être ressenti, à juste titre, par une large fraction de cette population nationaliste comme un geste d’une gratuité provocante, une humiliation vécue comme un tribut de vassalité envers un suzerain.

    LA LÉGITIMITÉ DU JUDAÏSME MAROCAIN ET SON INSTRUMENTALISATION POUR UNE IMPUNITÉ DU TRÔNE
    Le laxisme traditionnel marocain à l’égard d’Israël, à contre courant de la position officielle arabe, est généralement expliqué par les rapports historiques qu’entretient la dynastie alaouite avec le judaïsme marocain (3), particulièrement du fait de la position du sultan du Maroc, sous le régime de l’Etat français de Vichy, dont le refus de faire appliquer sur son territoire les lois racistes du gouvernement collaborationniste, notamment le port de l’étoile jaune pour les ressortissants de l’Empire, lui a valu la gratitude éternelle de ses sujets de confession juive.
    Une autre interprétation, moins valorisante mais plus conforme à la realpolitik, explique ce lien privilégié par le souci du futur Roi Mohamad V de contourner l’ostracisme français à son égard, sous le protectorat, par une alliance avec le judaïsme marocain, avec l’appui américain, en vue de contraindre la France à renoncer à son rival, le Glaoui de Marrakech, et à rompre son exil malgache, permettant ainsi aux Etats-Unis de prendre pied dans ce qui était à l’époque une chasse gardée française.

    Au delà de ses interprétations polémiques, un fait demeure. Le judaïsme marocain dispose d’une place légitime au Maroc, par son ancrage et son apport. Mais cette légitimité ne saurait impliquer une légitimation d’Israël, par extension, sans règlement préalable de la question palestinienne, ni l’instrumentalisation de cette équation pour camoufler le partenariat stratégique souterrain entre la dynastie alaouite et l’ennemi officiel du Monde arabe, Israël, à l’effet d’aménager l’impunité du pouvoir chérifien qui en découle.

    Cinquante ans après son indépendance, sous une solidarité de façade, le Maroc apparait comme un tire-au-flanc de la stratégie arabe au même titre que la Jordanie et l’Arabie saoudite, au point de se retrouver dans une configuration inique de trois royaumes arabes dotés, chacun, d’une légitimité sacrale constituant un cordon sanitaire autour d’Israël, au détriment de la cause palestinienne, supposée être leur cause prioritaire, du fait de la sacralité de leur pouvoir ; le commandeur des croyants alaouite en sa qualité de président du comite « Al Qods » de la conférence islamique ; le gardien wahhabite des Lieux Saints de l’islam, en raison de sa responsabilité particulière à l’égard de Jérusalem, le 3 me haut lieu saint de l’Islam ; le hachémite, enfin, de par sa descendance directe de la tribu des Koraïchites, la tribu du Prophète. Trois royaumes, l’Arabie saoudite, la Jordanie et le Maroc, désormais liés au sein d’une confédération disparate des pétromonarchies du Golfe, dans une fusion contre nature qui révèle, face à la contestation de l’ordre établi dans le Monde arabe, leur préoccupation d’assurer la survie de leur trône, plutôt que la promotion du Monde arabe, encore moins la Libération de la Palestine.
    La presse internationale abonde de la connivence israélo-marocaine sous le règne de Hassan II, de la fuite des Juifs marocains vers Israël, à la collaboration des services secrets des deux pays dans l’affaire Ben Barka, à la guerre du Sahara, aux escales techniques des unités israéliennes dans les ports marocains durant la guerre de juin 1967 (4), à la germination hormonale, enfin, du jeune prince héritier de l’époque envers une compatriote de confession juive qui donna par la suite deux soldats à l’armée israélienne (5).

    Mais le fait nouveau est la pérennisation de cette connivence sous le nouveau Roi Mohamad VI, au point de faire du Maroc une enclave diplomatique d’Israël, dans des conditions outrageusement méprisantes pour le peuple palestinien et ses nombreux sympathisants à travers le monde. Au risque d’exposer à l’opprobre public, pour la première fois dans les annales du Royaume, la propre épouse du Souverain.

    A moins d’impérieuses nécessités d’intérêt national touchant au règlement du conflit israélo palestinien, à quel besoin répondait le fait d’exposer sa propre épouse à l’opprobre, dans un geste malvenu auprès de l’opinion publique marocaine et arabe, en honorant une belliciste impénitente. Tzipi Livni (6), l’officier traitant du Mossad en France dans une décennie qui a vu la décapitation des principaux dirigeants palestiniens en poste en Europe et non Rachel Corrie, la pacifiste américaine broyée par un tracteur pour la défense de la terre palestinienne contre la confiscation israélienne. Tzipi Livni, objet d’un mandat d’arrêt de la justice britannique pour les crimes contre l’humanité » commis par son gouvernement à Gaza et non Rony Brauman, le franc tireur courageux pourfendeur du blocus de Gaza. Sauf à y voir la marque d’une perfidie complémentaire, à quel besoin répondait le souci du bénéficiaire de révéler son présent, sinon à embarrasser son hôte prévenant ? A l’ombre de la révolte arabe du printemps 2011, gageons que pareille gracieuseté ne saurait se reproduire sans exposer son auteur à un tollé généralisé.

    L’INSTITUT AMADEUS SUR LE GRILL (7)
    Quiconque connaît la tétanie qui frappe tous les acteurs politiques du royaume à l’égard du trône alaouite, le séjour de Mme Livni ne relevait pas du domaine du fortuit et ne répondait à aucun besoin de dialogue tant sont permanents les canaux de communications entre Rabat et Tel Aviv. Officiellement un « think tank » marocain, indépendant, l’Institut Amadeus, dirigé par le propre fils du ministre marocain des Affaires étrangères, Brahim Fassi-Fihri, aura servi de paravent au séjour de Mme Livni au Maroc. Crée en 2008, l’institut est soutenu par les entreprises traditionnellement perméables aux intérêts occidentaux, notamment l’hebdomadaire Jeune Afrique, le support médiatique des états africains pro occidentaux prospères. Le mandat d’arrêt lancé le 14 décembre 2009 par la justice britannique à l’encontre de Mme Tzipi Livni pour sa responsabilité dans la guerre de destruction israélienne de Gaza a retenti comme un désaveu du Maroc, un camouflet d’autant plus cinglant que le Roi Mohamad VI préside le comité chargé de préserver les Lieux saints musulmans de Jérusalem, une ville en voie de judaïsation rampante et quasiment annexée par Israël.
    En vertu de quel passe droit, un institut élitiste s’arroge-t-il le droit de prendre, seul, sans l’aval d’une autorité légitiment investie, l’initiative d’engager lourdement son pays sur un point essentiel de sa diplomatie ? Que de surcroît, face au tollé, ce même institut, visiblement déconnecté des réalités sociales, se dispense de la moindre explication, accentuant ainsi la suspicion sur l’ensemble de la galaxie royale en ce que le silence de cette coterie de technocrates ne manquera d’alimenter le mécontentement et les supputations, s’agissant d’un acte éminemment diplomatique à portée morale.

    Que l’initiative soit le fait du propre fils du ministre des affaires étrangères pose la question de savoir si l’héritier présomptueux a pu y procéder sans la caution des autorités marocaines. Auquel cas, la sanction est inévitable au double titre d’une infraction au fonctionnement démocratique des institutions du pays, au titre d’exemple ensuite, pour sanctionner le mépris d’Amadeus envers les sentiments profonds du peuple marocain et son aventurisme suspect. Dans le cas contraire, l’aval du pouvoir à son initiative rendrait le démenti officiel, sans objet et non avenu.
    En l’absence d’une mise au point -mise au clair- de l’institut Amadeus, l’Affaire Tzipi Livni accrédite cette singulière institution comme le sous traitant diplomatique des sujets épineux du Royaume. En un mot, Amadeus assumerait pour la compte de la diplomatie marocaine ce que la rendition était à la torture, la première entreprise de délocalisation de la politique étrangère du Maroc, et sur le plan de la bataille pour la conquête de l’opinion internationale, une opération de ravalement cosmétique destinée à pérenniser le trône auprès des chancelleries occidentales.

    En plein printemps arabe, une telle affaire, en tout état de cause, est très malvenue tant pour le Trône que pour ses parrains occidentaux d’autant que, si elle était confirmée, elle placerait les officiels marocains dans un embarras d’autant plus grand qu’elle survient dans la foulée d’une affaire autrement plus consternante qui concerne cette fois le roi en personne. Mohammed VI avait en effet décerné une distinction honorifique à un dirigeant du lobby juif américain dans la foulée de l’intervention israélienne de Gaza. Dans un geste controversé, en septembre 2009, le monarque avait remis le titre de Chevalier de l’ordre du trône du royaume du Maroc à Jason F. Isaacson, directeur des affaires internationales du Comité américano-juif (AJC), qui se trouve être un des fervents soutiens à l’équipée militaire israélienne contre l’enclave palestinienne. L’information sur la remise du titre n’avait pas été annoncée officiellement au Maroc, mais révélée par un site communautaire juif aux Etats-Unis. Si, là aussi, l’objectif était la paix, pourquoi la distinction s’est portée sur un belliciste du lobby juif américain et non sur Jeremy Ben Ami, le directeur de « J Street », le contre lobby juif américain favorable à un règlement négocié.

    D’autres indices tendent à confirmer la permanence du primat israélien dans la stratégie marocaine. Le cas le plus flagrant aura été le licenciement par la Sofrecom, filiale du groupe France Télécom au Maroc, d’un ingénieur, Mohamed Benziane, après neuf ans de service pour « faute grave », laquelle, en la circonstance, à consister à refuser de participer à la formation dispensée par un prestataire de services israélien. Le vendredi 11 décembre 2009, la police marocain imposera donc sans ménagement la normalisation par le bâton aux salariés de l’entreprise conformément aux choix diplomatiques d’une monarchie alaouite n’hésitant pas à privilégier les intérêts économiques des entreprises françaises implantées sur son sol au détriment des besoins démocratiques de ses “sujets”, qui, contrairement aux Iraniens, n’ont pas la “chance” de faire l’objet de la compassion occidentale ni d’aucune espèce de vaste mise en scène médiatique. Ce licenciement abusif d’un élément de main-d’œuvre -de surcroît, indigène- qui a eu l’outrecuidance de penser par lui-même et d’obéir à une loi morale qui n’arrange ni les multinationales, ni le gouvernement marocain, a répondu à une double injonction : l’injonction néo libérale, d’une part, et l’injonction autoritaire du Makhzen, d’autre part, qui se renforcent mutuellement dans le prolongement d’une logique coloniale (8).

    A quelle logique obéit ce besoin de tirer constamment contre son propre camp ? Quel besoin pressant à pousser le Maroc à inviter officieusement un personnage si controversé dans la foulée du traumatisme de Gaza ? Sauf à masquer un dessein machiavélique, pourquoi privilégier systématiquement la distinction des plus anti palestiniens et xénophobes des dirigeants israéliens ? La cause de la paix gagne-t-elle devant tant de complaisance ? Comment expliquer cette inversion des valeurs qui fait que de prestigieux militants marocains de confession juive, l’ingénieur Abraham Sarfati et le mathématicien Sion Assidon, auront croupi longtemps dans les geôles royales pour leur soutien à la cause palestinienne, quand, en contrechamps, tenaient table ouverte à Tanger et Marrakech des figures de proue du sionisme exacerbé, le philosophe du botulisme Bernard Henri Levy et le priapique Dominique Strauss Khan, sans que nul au Royaume ne pipe mot sur cette incohérence, en recommandant par exemple à ces zélés sionistes de vivre leur passion dans le pays de leur premier choix et non en terre arabe, dont ils dénigrent tant la cause majeure ?

    Quelle aubaine que la « sacralité » de la personne du Roi consacrée par la constitution qui dispense ainsi le monarque de toute critique de ses sujets, mais le prive, par voie de conséquence, d’un garde fou. L’hospitalité arabe, quoique légendaire, ne relève pas de la niaiserie. Elle obéit à de codes rigoureux qu’aucun monarque, ni président ne saurait enfreindre sans s’exposer, à plus ou moins long terme, à une réplique. Le gauleiter de Gaza, Hosni Moubarak, le vassal par excellence des Israéliens au Moyen Orient, en a payé le prix fort au terme d’un règne de 32 ans bercé par le cantique des laudateurs occidentaux, auparavant son prédécesseur Anouar el Sadate, de même que le Roi Abdallah 1 er de Jordanie, le fondateur de la dynastie hachémite et Gardien des lieux saints de Jérusalem, son neveu Faysal II d’Irak, ainsi que l’iranien, au titre ronflant, Chahin Chah Araymehr, « Sa Majesté Impériale, le Roi des Rois, lumière des aryens », renvoyé dans les ténèbres de l’histoire.

    Que le souverain prenne garde. Le cortège des laudateurs fait entendre, à son tour, son concert de louanges au Maroc, tressant ses couronnes, à coup de poncifs, sur l’ingéniosité royale d’un pays promu nouveau rempart contre l’intégrisme depuis l’éviction du dictateur tunisien Zine el Abidine Ben Ali. Sa réforme constitutionnelle est encensée par une cohorte de plumitifs parasitaires, sans le moindre regard critique comparatif entre l’orignal et la copie, alors que la nouvelle version ne fait qu’amplifier les tares autoritaires du régime. Le oui l’aurait emporté avec plus de 98% pour un taux de participation de près de 73%. Est-ce vraiment raisonnable ce score à la Nicolas Ceausescu, du nom du dictateur roumain passé par le peloton d’exécution à la chute du communisme ? Ne s’agit pas plus tôt d’un triomphe en trompe l’œil, à la Pyrrhus, jusqu’à la chute finale. Devant tant de congratulations empressées, il serait judicieux que sa Majesté veuille bien garder en mémoire cette maxime de Jean de La Fontaine qui veut que « tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute » (9).

    LE MAROC, DESTINATION PRÉFÉRÉE DES POLITICIENS FRANÇAIS
    Une quarantaine de personnalités françaises de premier plan ont opté pour le Maroc pour leurs vacances de fin d’année lors de la révolte arabe de 2010. De l’ancien président Jacques Chirac, à Taroudant, dans le sud du pays, à son successeur Nicolas Sarkozy, qui y a passé des vacances de Noël en 2009 et en 2010, à la résidence royale de Jnane Lekbir, à 3 kms de Marrakech, à son ancienne adversaire socialiste de 2007, Ségolène Royal, qui y a séjourné en 2010, avec son compagnon André Hadjez, au sein d’un “palace de Ouarzazate”, dans le sud du pays, à Jean Louis Borloo, ministre de l’écologie, au couple Balkany, Isabelle et Patrick Balkany, maire de Levallois, à Hervé Morin (et 18 membres de sa famille à l’hôtel Es-Saâdi de Marrakech), à Brice Hortefeux et naturellement Philippe Douste Blazy, ancien ministre des Affaires étrangères qui fit l’objet d’un scandale.
    La « tribu Maroc » s’étend bien au-delà de ces attaches. De Bernard-Henri Lévy à Thierry de Beaucé, à Dominique Strass Khan et Anne Sinclair, à Elizabeth Guigou et Dominique de Villepin, nombre de dirigeants politiques, chefs d’entreprise, intellectuels médiatiques et célébrités du showbiz ont à Marrakech ou ailleurs une résidence secondaire. Le « plus beau pays du monde », comme le veut la publicité de l’Office marocain du tourisme, devient ainsi un lieu de rendez-vous culte pour la classe politique française, où la délocalisation d’un Conseil des ministres serait presque envisageable durant les fêtes de fin d’année. La Mamounia est la carte maîtresse de cette politique de séduction du Makhzen, le pouvoir féodal marocain. Tous y sont reçus avec les attentions particulières que sait déployer le Maroc pour ses hôtes de marque. Les invitations spéciales sont l’atout maître de l’arsenal diplomatique du royaume chérifien pour séduire les politiques français. La pratique est érigée en politique d’Etat.

    Quoique l’on dise, quoique l’on fasse, le collier de la reine à Tzipi Livni constitue une faute politique impardonnable, qui fera tache ; une tache que rien ne saurait gommer de la mémoire des peuples en lutte ce qu’elle sera éternellement ressentie comme une prime à une belliciste impunie qui compte à son actif deux guerres, l’une, en 2006 contre le Liban, l’autre, en 2007-2008 contre Gaza, avec le
    Etat policé, le Maroc est aussi un état policier et son parc hôtelier, comme il se doit de l’être, est sonorisé et scanné, témoin muet des galipettes des uns, des roucoulades des unes, des valses hésitations des uns et des autres, de leurs chapardages et de leurs chuchotements, qui fait dire à un diplomate français que « la France est captive de la diplomatie marocaine », tout comme le monarchie marocaine est tributaire de sa survie de son allégeance israélienne.
    Le Royaume se gangrène de tant de dérives. De tant de licences. Lupanar des pétromonarchies du Golfe, enclave diplomatique israélienne, mercenaires sous traitant de la stratégie américaine en Afrique dans le cadre du « Safari Club » chargé de la protection des dictatures africaines pro occidentales, notamment le Zaïre du général Joseph Désiré Mobutu, sur fond de corruption, de népotisme et d’autoritarisme bureaucratique. A n’y prendre garde, le royaume pourrait en porter les stigmates indélébiles avec à sa tête un commandeur de peu, d’un royaume déserté de ses oiseaux migrateurs de mauvais augure, les vacanciers parasitaires envolés vers d’autres cieux à la recherche de nouvelles pitances.

    Et si le Maroc, par la somptuosité de son accueil, le nombre des bénéficiaires de ses prestations, ses abus et ceux de ses invités, ses dérives et les leurs, le silence complice des observateurs occidentaux, n’était en fin de compte que la plus grande mystification politico-médiatique de l’époque contemporaine, un syndrome tunisien sur une plus grande échelle ? Sur les débris de son trône ne subsistera alors au souverain qu’à méditer la fin pitoyable du dernier roi de Grenade, l’infortuné Bouabdil, raillé par sa mère « de pleurer comme une femme ce qu’il n’a su défendre comme un homme ».

    Le référendum du 1er juillet 2011 sur la Constitution marocaine a permis au roi Mohammed VI de donner au moins, dans le contexte des révoltes arabes, l’illusion d’une démocratisation.
    Etude comparative du texte original de la Constitution marocaine et du nouveau texte adopté par la réforme. Une réforme en trompe l’œil en ce que les pouvoirs du Roi sont encore plus étendus.

    1-Le collier de la Reine : L’affaire du collier de la reine est une escroquerie qui eut pour victime, en 1785, le cardinal de Rohan, évêque de Strasbourg, et qui éclaboussa la réputation de la reine Marie Antoinette.

    2- Harissa.com http://www.harissa.com/news/article/le-maroc-d%C3%A9ment-avoir-offert-un-collier-en-diamants-%C3%A0-tzipi-livni

    3- Sur la problématique du judaïsme marocain cf. à ce propos, l’analyse de Abraham Sarfati https://www.renenaba.com/jordanie-et-maroc-additif
    – Sur le partenariat stratégique entre Israël et le Maroc, Cf. à ce propos La Jordanie et le Maroc, deux voltigeurs de pointe de la diplomatie occidentale
    –1re partie : Hassan et Hussein, le modernisme au service de l’archaïsme https://www.renenaba.com/hassan-et-hussein-le-modernisme-au-service-de-l%E2%80%99archaisme
    2eme partie La Cia de l’un, le Mossad de l’autre https://www.renenaba.com/la-jordanie-et-le-maroc-deux-voltigeurs-de-pointe-de-la-diplomatie-occiden

    4-Abdel Monein Diouri, dans son livre « A qui appartient le Maroc » (Editions l‘Harmattan), chapitre IV « Une diplomatie captive », page 103, soutient que « durant la guerre de juin 1967, des navires israéliens ont fait de discrètes escales techniques dans les ports marocains. Les bases américaines au Maroc ont servi de ponts aériens entre les Etats-Unis et Israël. Les bateaux marocains de pêche en haute mer (propriété du Roi) étaient équipés pour servir au Mossad de système d’écoute des communications téléphoniques, via le détroit de Gibraltar, point de passage des communications internationales entre l4Europe et l4Afrique. Les renseignements recueillis par ce système servaient aussi bien Israël que le Maroc ». De son côté, Agnès Bensimon, auteur eu célèbre « Hassan II et les Juifs », affirme que c’est parce que les services secrets israéliens ont fourni des renseignements très précis quant à un complot visant à tuer le prince héritier en février 1960 que les relations entre le Maroc et Israël ont débuté. L’historien Yigal Bin-Nun dément une telle version des faits. Pour lui, c’est en 1963 que la coopération officielle entre les deux pays a commencé. Quel intérêt pour Hassan II ? Les Israéliens avaient contacté Emile Benhamou, un ami d’enfance de Mohamed Oufkir, afin qu’il les fasse entrer en contact avec le chef des services de sécurité marocains. Après plusieurs tentatives, la rencontre est finalement arrangée en février 1963 chez Benhamou lui-même, rue Victor Hugo à Paris, entre l’agent Yaakov Karoz et Oufkir. Les Marocains craignaient qu’un membre de l’opposition ne se fasse passer pour un représentant du Palais pour acheter des armes. Le Mossad confirmera plus tard qu’il s’agissait d’une fausse alerte. Les relations entre le Maroc et Israël deviennent dès lors officielles. Hassan II craignait que son trône ne soit menacé par le panarabisme. Il faisait mine de sympathiser avec la vague nassérienne qui submergeait le monde arabe ; en réalité, il le faisait pour ne pas se laisser distancer par l’opposition. Selon Yigal Bin-Nun, le Roi a peut-être voulu se rapprocher d’Israël parce qu’il était attiré par ce qu’on appelait alors le « miracle israélien ». Beaucoup étaient fascinés par la capacité qu’avait eue ce jeune Etat à « fleurir le désert », selon l’expression consacrée. L’inexistence des relations israélo-arabes était propice à un rapprochement entre le Palais et les dirigeants israéliens, d’autant plus que Ben Gourion avait décidé d’opter pour la politique dite des Etats périphériques : il fallait développer une ceinture d’Etats lointains mais conciliants. L’intrusion du Mossad au Maroc s’est faite par des voyages clandestins de nombreux agents du Mossad et de leur chef Isser Harel, entre 1958 et 1960. Le premier eut lieu le 1er septembre 1958. Si les autorités marocaines eurent vent de sa visite, elles n’en laissèrent rien paraître, préparant ainsi le terrain à “l’accord de compromis” conclu entre le Palais et Israël favorisant l’exode des Juifs marocains. Plus tard, les officiers Oufkir, Dlimi et bien d’autres se rendirent clandestinement en Israël et des politiques et militaires israéliens firent durant de longues années le chemin inverse. Les archives nationales d’Israël regorgent de documents historiques qui retracent ces liens. Les Marocains auraient souvent demandé aux Israéliens de les renseigner sur les Etats arabes favorables à un renversement de la monarchie alaouite. Israël aurait aussi soutenu le Maroc dans sa “Guerre des Sables” avec l’Algérie en livrant des blindés. Des officiers de l’armée et du Mossad ont formé et encadré la jeune armée royale et les services de sécurité dont le célèbre Cab-1, l’embryon de la DST. En retour, et malgré l’envoi de troupes au Golan jugé “anecdotique”, le Maroc n’a eu de cesse de normaliser l’existence de l’Etat hébreu auprès du monde arabe ou ouvrir à Rabat et à Tel-Aviv des antennes diplomatiques. Israël aurait continué à aider “technologiquement” le Maroc au Sahara, notamment dans la sécurisation du Sud par la construction du Mur de défense, ceinture modernisée de la fameuse ligne Barleev expérimentée dans le Sinaï.
    http://www.mamfakinch.com/au-maroc-en-2011-mieux-vaut-militer-pour-israel-que-pour-la-democratie-o

    5- Selon une dépêche AFP 19 août 2005 : La juive israélienne Hedva Selaa, 53 ans, ancienne, soldate de l´armée israélienne, aujourd’hui réceptionniste dans un hôtel à Eilat, dit être la fille naturelle du “commandeur des croyants” Hassan II et sœur du “nouveau commandeur des croyants” marocains ! C’est le “scoop” présenté- le 19 août 2005 – à la Une d’un supplément du quotidien israélien à grand tirage Yediot Aharonot. Sous le titre “le roi et moi”, Hedva (Selaa est le nom de son mari) pose avec une photo du roi défunt – un cliché censé souligner leur ressemblance. Intitulé “une princesse marocaine”, l’article raconte la romance qu’aurait eue Anita Benzaquen, la mère de Hedva, en 1952, avec le prince héritier Moulay Hassan, alors âgé de 23 ans. Deux enfants seraient nés des amours illégitimes du prince Hassan (future Hassan II) et de sa maîtresse juive Anita, nièce de Léon Benzoïque, figure de la communauté juive marocaine et futur ministre des PTT du premier gouvernement marocain sous Mohamed V. Si Jacky, l’aîné, refuse toujours de parler à la presse, Hedva, la cadette, a décidé de “tout révéler” 8 ans après le décès de sa mère Anita, en 1997. Une mère que Hedva n’hésite pas à qualifier de femme frivole et multipliant les aventures. “Un test ADN n’est pas envisageable, admet Hedva, et mon frère Jacky a brulé toutes les archives de notre mère après sa mort”.
    Son récit s’appuie sur des recoupements familiaux. La réceptionniste ne demande rien, et notamment pas d’argent. Son unique souhait, dit-elle, est de “rencontrer mon demi-frère, le roi Mohammed VI”. Pour tenter de donner suite à cette demande, Yediot Aharonot a, contacté Badreddine Radi, un fonctionnaire du ministère de la Communication à Rabat. Après “24 heures de réflexion”, dit le quotidien israélien, le marocain a décliné l‘offre.

    6- Quand le Maroc offre de « généreux cadeaux » aux criminels de guerre israéliens. Selon le quotidien israélien Maariv, du mercredi 13 juillet 2011, le parlement israélien a pris la décision de dévoiler une liste de cadeaux offerts aux officiels et parlementaires israéliens par des personnalités étrangères. Maariv révèle ainsi que « Lalla Salma » a offert un « collier en or » à Tzipi Livni lors de sa visite au Maroc en 2009. Madame Tzipi Livni, a séjourné au Maroc à l’invitation de l’Institut Amadeus pour le Forum MEDays organisé à Tanger, du 19 au 21 novembre 2009, le think tank de Brahim Fassi Fihri, fils du ministre marocain des Affaires étrangères Taib Fassi Fihri. La famille royale marocaine compte parmi les plus « généreux donateurs » de cadeaux aux responsables de l’Etat hébreu. En 1981, pour remercier Shimon Peres de sa venue au Maroc pour rassurer le régime des soutiens juifs américains. Le Commandeur des croyants lui avait offert une cargaison complète de vin de bon cru de ses vignes personnelles, chargée à bord de l’avion qui le transportait en Israël ! URL courte : http://www.demainonline.com/?p=6338 the Hebrew-language daily Maariv reported Thursday http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/145701
    Tzipi Livni, dont la famille originaire de Pologne, est la fille du chef des opérations de l’Irgoun. A ce titre, en 1946 et sur ordre de Menahem Begin, il avait organisé le célèbre attentat à la bombe contre l’hôtel King David, où se trouvait le QG britannique, et qui a coûté la vie à 91 Anglais, Arabes et Juifs. Plus tard et toujours aux côtés de Begin, Livni père a été l’un des architectes de la naissance du Likoud et de la victoire du parti qui a porté Begin au pouvoir en 1977. Au décès de son père, Tzipi Livini a cherché à succéder à son paternel à la Knesset sur le ticket du Likoud, optant pour un slogan bien particulier : « Mon nom est une institution » Un slogan lourd de sens car, en hébreu, le mot « institution » signifie Mossad, le nom des services secrets israéliens, en référence à son passage au Mossad, où elle fut un agent clé en Europe pour quatre ans, dans les années 80. Et notamment en France -elle est francophone- où elle a dirigé une « safe house » (maison sécurisée servant de base arrière ou de lieu de repli) pour ses collègues du Mossad au moment où le service entamait une campagne d’assassinats en Europe. Elle était notamment en poste en France en 1980, lorsqu’un scientifique égyptien spécialisé dans le nucléaire et travaillant pour Saddam Hussein a été assassiné dans la chambre de son hôtel parisien par le Mossad. Le gouvernement israélien a refusé de confirmer officiellement que le service était derrière cet assassinat mais le Premier ministre de l’époque, Menachem Begin, a glissé un jour à un journaliste américain qu’il espérait que la France qui aidait l’Irak avait« appris la leçon ». Tzipi Livni était toujours en poste en Europe lorsque un dirigeant de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine), Mamoun Meraish, a été tué par des balles tirées par un agent du Mossad à Athènes, en Grèce, en 1983. Un assassinat où, pour le Times de Londres en date du 1er juin 2008, Tzipi Livni était impliquée. A la suite du meurtre de Mamoun Meraish, Livni est rentrée en Israël pour reprendre ses études de droit. En cause selon le Times, de trop fortes « pressions » dans son boulot d’agent secret. Etait-elle elle-même l’un des tueurs dans cet assassinat et dans d’autres, comme le prétend la presse britannique ? Lorsqu’elle se lance dans la politique au sein du Likoud, elle devient vite une disciple d’Ariel Sharon, l’homme qu’une commission officielle israélienne a désigné comme étant « personnellement responsable » du massacre dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila, au Liban, en 1982. Par la suite, elle sera sous le patronage de Sharon ministre de la Coopération régionale, ministre de l’Agriculture, ministre de l’Absorption des immigrés et ministre de la Justice. Elle suivra Sharon lorsqu’il claque la porte du Likoud en 2005 pour fonder Kadima. Quand Ehud Olmert succède à Ariel Sharon comme Premier ministre, Tzipi sera nomme vice premier ministre et ministre des Affaires Etrangères..

    7- L’Institut Amadeus : Créé en 2008, basé à Rabat, Amadeus est un « think tank » marocain, indépendant, qui se présente comme un centre d’expertise, de réflexion, de conseil, de proposition et de consultation, une plateforme d’échanges, de rencontres et de coopération Nord-Sud et Sud-Sud. Amadeus bénéficie du partenariat d’une vingtaine d’entreprises notamment Alsthom, la chaine hôtelière Movenpick, l’Hebdomadaire Jeune Afrique, Maroc Telecom Et Medi1 SAT. Animé par une équipe de quinze personnes composées de managers, de chercheurs et d’experts avec des pôles de compétence et des horizons culturels diversifiés, il se propose de consolider l’image de marque du Maroc et de la région du Maghreb, au niveau international, en menant des actions de lobbying.
    L’équipe dirigeante est composée des trois personnalités suivantes :

    –Brahim Fassi-Fihri : Diplômé en sciences politiques de l’Université de Montréal, le président de l’Institut Amadeus a effectué de nombreux travaux de recherche dans le domaine des relations internationales. Brahim fonde l’association Amadeus en 2005. En 2007, il approfondit sa connaissance des enjeux euro-méditerranéens en intégrant la Direction Générale des Relations Extérieures de la Commission Européenne. Il est nommé durant cette période responsable du comité d’organisation de la 11eme conférence ministérielle Euromed de la Transition économique. En tant que Président de l’Institut Amadeus, Brahim coordonne l’ensemble des activités de l’Institut et apporte son expertise des enjeux politiques et géostratégiques contemporains. Il est l’initiateur et le créateur des MEDays, un forum international organisé chaque année à Tanger. Brahim a développé un réseau international de personnalités de la sphère politique et économique et des medias, faisant des MEDays le rendez-vous annuel des pays den la région sud.

    –Mekki Lahlou : Diplômé en sciences politiques de l’Université de McGill à Montréal, titulaire d’un Master en relations internationales et droit international à Sciences Po Paris et doctorant en droit aérien Mekki est un spécialiste des relations internationales. Il a travaillé dans la fonction publique internationale et s’est par la suite spécialisé dans les problématiques de la libéralisation et de la déréglementation du transport aérien international, notamment lors de son séjour à l’Association du Transport Aérien International à Genève. A l’Institut Amadeus, Mekki s’occupe plus particulièrement des relations extérieures, et notamment des partenariats et du financement des activités de l’Institut.

    –Younès Slaoui : Vice-président et co-fondateur de l’Institut Amadeus Issu de l’Ecole Nationale d’Administration française (ENA), promotion Jean-Jacques Rousseau, et diplômé de l’EM Lyon, Younes est spécialisé en administration publique, en stratégie et en finance d’entreprise. Ses expériences à Calyon et DTZ lui ont permis de participer à des opérations de financement d’entreprises et de conseil financier. Au cours de son expérience au sein de la Direction Générale française de l’Énergie et du Climat, il a intégré l’équipe du Plan Solaire Méditerranéen de l’Union pour la méditerranée (UPM) et a été chargé d’un rapport sur le financement du nucléaire. Younes a également collaboré à la réflexion stratégique et à l’étude du développement international du groupe EM Lyon en tant que chargé de mission auprès du directeur général de cette institution. Au niveau associatif, Younes a occupé en 2006 la fonction de Président de l’AMGE Lyon et Vice-président régional de l’AMGE (Association des Marocains des Grandes Ecoles). Younes apporte ses connaissances des enjeux et problématiques de développement économique et social, et est un acteur de premier rang dans l’élaboration.

    8 – Sentence philosophique du blog « Princesse de Clèves islamo-gauchiste ».

    9 – Alexandre Adler, Rachida Dati, le Maroc et les chantres de la démocratie « contrôlée » blog du monde diplo lundi 4 juillet 2011, par Alain Gresh http://blog.mondediplo.net/2011-07-04-Alexandre-Adler-Rachida-Dati-le-Maroc-et-les                                                                                                                                                       https://www.renenaba.com/le-collier-de-la-reine

  • Maroc-Israël: Hassan II, la grande imposture, par René Naba – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/22/maroc-israel-hassan-ii-la-grande-imposture-par-rene-naba

    Le Roi Hassan II du Maroc, Président du Comité Al Qods » (Jérusalem), hôte du premier sommet islamique de l’époque contemporaine (Rabat 1969), apparaît rétrospectivement comme l‘un des grands traîtres à la cause arabe et son long règne de 38 ans (Mars 1961-Juillet 1999) une vaste supercherie, si toutefois sont avérées les révélations contenues dans le livre du journaliste israélien Ronen Bergman « Rise and Kill First : The secret History of Israel’s targeted assassinations », ED. Penguin Random House.

    LES DIRIGEANTS ARABES PLACÉS SUR ÉCOUTE SUR ORDRE DE RABAT
    Réputé pour son sérieux, chroniqueur militaire de Yedioth Aharonoth et du New York Times, l’auteur soutient que les dirigeants arabes ont été placés sur écoute des services israéliens grâce à la connivence marocaine lors du Sommet arabe de Casablanca de septembre 1965. Du jamais vu même dans les fictions les plus satiriques, cette trahison dénote la désinvolture du monarque chérifien à l’égard de ses pairs et de son mépris pour la cause palestinienne.

    Version arabe de ce récit selon la recension de l’ouvrage établi par le site en ligne Ar Rai Al Yom à l’intention du locuteur arabophone.
    https://www.raialyoum.com/?p=821705

    La date n’est pas anodine. Scellé par la signature d’un pacte de solidarité et de coexistence pacifique entre régimes arabes, ce sommet s’est tenu en septembre 1965, au terme d’un été particulièrement brûlant au Maroc, marqué par la terrible répression de la révolte étudiante de Casablanca (23 mars 1965) qui fit officiellement 7 morts et 168 blessés. En fait 400 morts selon l’ambassade de France à Rabat.

    Sentant le vent du boulet, le jeune monarque a eu la lumineuse idée de se tourner alors vers les Israéliens, comme garde fou aux débordements de son opposition interne et externe. Autrement dit, contre la volonté de son peuple, il s’allia aux ennemis du Monde arabe pour la survie de son trône, dans la pure tradition de la servitude coloniale. Un schéma identique sera observé 70 ans plus tard par le trône wahhabite, bradant la Palestine, par une alliance ouverte avec Israël.

    Dans une sorte d’échange de bons procédés, Hassan II percevra le prix de sa forfaiture au plan arabe, un mois plus tard, par l’élimination d’un des espoirs de la renaissance arabe, Mehdi Ben Barka.

    Figure mythique de l’opposition démocratique marocaine, l’ancien professeur de mathématiques d’Hassan II sera enlevé en octobre 1965 à Paris avec la complicité du Mossad, et carbonisé par des sbires marocains, un mois après la tenue du sommet de Casablanca.

    Principal opposant socialiste au roi Hassan II et leader du mouvement tiers-mondiste et panafricaniste, Mehdi Ben Barka a été enlevé le 29 octobre 1965 à Paris alors qu’il tentait, en sa qualité de « commis-voyageur de la révolution », de fédérer les mouvements révolutionnaires du tiers-monde en vue de la Conférence Tri-continentale devant se tenir en janvier 1966 à la Havane en vue de faire converger « les deux courants de la révolution mondiale : le courant surgi avec la révolution d’Octobre et celui de la révolution nationale libératrice ». Pour l’historien René Galissot, « c’est dans cet élan révolutionnaire de la Tri-continentale que se trouve la cause profonde de l’enlèvement et de l’assassinat de Ben Barka ».

    Sur ce lien, Le rôle de Mehdi Ben Barka et de la tri-continentale dans le réveil des peuples colonisés

    https://www.madaniya.info/2015/12/20/non-alignes-tricontinentale-60-eme-anniversaire-1-2
    https://www.madaniya.info/2015/12/26/non-alignes-tri-continentale-60-eme-anniversaire-2-2
    La mise sur écoute des dirigeants arabes a permis aux Israéliens de prendre note de la stratégie de reconquête de la Palestine, comme des divergences inter arabes. La décision marocaine aura constitué « Le plus grand trésor stratégique d’Israël ». Le journaliste israélien a estimé que cette information était « la raison principale qui a poussé Israël à prendre la décision de faire la guerre aux États arabes en Juin 1967 », deux ans après le sommet de Casablanca, et qui a infligé une terrible défaite à l’Égypte, à la Syrie et à la Jordanie.

    L’incendie de la Mosquée Al Aqsa par un illuminé israélien, en 1969, donne l’occasion au souverain chérifien de se refaire une virginité politique à l’occasion du sommet Islamique de Rabat, en 1969. Deux ans après la défaite de juin 1967, dont il en a été indirectement responsable, le « Commandeur des Croyants » va cumuler cette fonction spirituelle avec celle plus politique de président du « Comité Al Qods ».

    Le sommet islamique de Rabat a marqué, sur le plan idéologique, le début de l’instrumentalisation de l’Islam comme arme politique contre l’athéisme soviétique et le nationalisme arabe, et, sur le plan stratégique, le détournement du combat pour la libération de la Palestine, vers des contrées périphériques, à des milliers de km du champ de bataille de la Palestine, avec Al Qaida en Afghanistan et les djihadistes arabo afghans au Caucase et en Bosnie au Kosovo, avant d’être dirigé contre les pays arabes à structure républicaine (Libye, Syrie) à l’occasion du déclenchement de la séquence dite du « printemps arabe » et le surgissement de groupements terroristes islamistes Daech, Jabat An Nosra, Jaych al Islam, opérant, dans le sud de la Syrie, en coopération avec Israël.

    Le Maroc figurera lors de cette séquence comme l’un des plus gros exportateurs du terrorisme islamique vers l’Europe occidentale (Attentat de Madrid 2004 qui a fait 200 morts, l’assassinat de Théo Van Gogh, les attentats de Bruxelles en 2015 et les attentats de Barcelone en 2017).

    Pour aller plus loin sur ce thème

    http://www.renenaba.com/de-l-instrumentalisation-de-l-islam-comme-arme-de-combat-politique

    Nonobstant la coopération sécuritaire entre le Maroc et Israël, Hassan II, fait rarissime dans les annales, devra faire face à deux séditions militaires, à son palais de Skhirat, le 10 juillet 1971, jour de son anniversaire, puis l’année suivante contre son propre Boeing par un groupe d’aviateurs ; indice d’un fort ressentiment à son égard, deux ans après son sacre de Rabat.

    Au delà du rôle du Mossad dans l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, la vassalité du trône alaouite à l’égard de l’État Hébreu s’est concrétisée sous le règne de son successeur Mohammad VI avec le scandale du « Collier de la Reine » dans sa version tropicale ; un scandale qui titre son nom du bijou offert par l’épouse du Roi à Tzipi Livni, ancien ministre israélien des Affaires étrangères, dans la foulée de la destruction de la bande de Gaza (2007-2008), dont l’ancienne agent du Mossad en Europe en a été la coordonnatrice.

    Pour aller plus loin sur l’affaire du collier de la reine
    http://www.renenaba.com/le-collier-de-la-reine

    LE MAROC, PIVOT CENTRAL DU DISPOSITIF OCCIDENTAL EN AFRIQUE VIA LE SAFARI CLUB
    Pivot central du dispositif occidental en Afrique, le Royaume fondera, en 1976, avec la France, l’Egypte, l’Iran et l’Arabie saoudite, le « Safari Club », se donnant ainsi l’illusion de « jouer dans la cour des grands ». En pleine négociation de paix égypto-israélienne, il assumera le rôle de gendarme, non sur le champ de la confrontation israélo-arabe, mais à des milliers de kilomètres de là, non pour la récupération des Lieux Saints de l’Islam, mais pour le maintien au pouvoir d’un des dictateurs les plus corrompus de la planète le Zaïrois Mobutu, agent attitré des Américains dans la zone centrale de l’Afrique, l’assassin de Patrice Lumumba, le chef charismatique de l’Indépendance du Congo ex belge.

    En soutien à Jonas Savimbi, l’agent de la CIA en Angola ; ou encore l’ivoirien Félix Houphouet Boigny, le principal pourvoyeur des djembés et des mallettes à une caste politico médiatique française vénale.

    Le Maroc était représenté au sein de cette structure par le général Ahmad Dlimi, un des artisans de la liquidation de Mehdi Ben Barka, l’ancien lieutenant du général Mohamad Oufkir, l’homme des basses oeuvres de la dynastie alaouite, tous les deux liquidés sans autre forme de procès sur ordre du Palais royal.

    À propos du safari Club

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Safari_Club

    La dynastie chérifienne a constamment justifié sa relation privilégiée avec Israël par la spécificité du judaïsme marocain.

    Cf sur ce point, l’analyse d’Abraham Sarfati, l’un des plus célèbres opposants marocain à Hassan II.
    http://www.renenaba.com/jordanie-et-maroc-additif

    Il n’en demeure pas moins que le règne d’Hassan II, malgré les prosternations d’une presse française vénale, sera néanmoins qualifié de « Règne du Bagne et de la Terreur », dont le cas le plus illustre aura été le bagne de Tazmamart et l’arbitraire qui frappa notamment les Frères Bourequat.

    Pour aller plus loin sur cette affaire, cf le lien suivant
    http://www.renenaba.com/maroc-les-trois-freres-bourequat-40-ans-apres-le-retour-des-fantomes-vivan

    LE MAROC, POURVOYEUR DE PROSTITUÉES POUR LES PÉTROMONARCHIES ET REFUGE DE LA MAFIA ISRAÉLIENNE
    Un des principaux pourvoyeurs de la prostitution à destination du Golfe pétro monarchique, où près de vingt mille marocaines y font l’objet d’exploitations sexuelles, le Maroc passe de surcroît pour être un refuge pour la mafia israélienne. Le royaume aurait accueilli plusieurs anciens membres de la mafia israélienne, selon le quotidien israélien Haaretz, en date du vendredi 14 septembre 2012.

    Gabriel Ben-Harush et Shalom Domrani, deux figures puissantes de la mafia israélienne, recherchées depuis des années par l’Interpol, figuraient parmi les noms cités par le journal. Cf à ce propos : http://www.yabiladi.com/articles/details/12903/maroc-refuge-pour-mafia-israelienne.html

    Pour aller plus loin sur ce sujet cf :
    http://www.renenaba.com/yves-mamou-et-le-phenomene-de-serendipite

    Ronen Bergman mentionne 2700 assassinats ciblés orchestrés par Israël ; soit en moyenne 40 opérations par an. Les Israéliens n’auront fait que reprendre les méthodes en vigueur en Palestine par les britanniques, notamment le général Orde Wingate, qui avait créé dans la décennie 1930 les « Special Night Squads », les « Escadrons Nocturnes Spéciaux » composés de combattants juifs chargés des raids contre les villages arabes en procédant à l’élimination des meneurs.

    La France en a fait usage pendant la guerre d’Algérie et François Hollande a même admis que Paris y avait eu recours dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Les deux derniers présidents américains ont eu également recours aux « assassinats extrajudiciaires », George W. Bush jr, après les attentats terroristes du 11 Septembre 2001, et Barack Obama a ordonné plusieurs centaines d’exécutions ciblées par drones.

    YASSER ARAFAT, CHEIKH AHMAD YASSINE, ABDEL AZIZ RANTISSI
    La connivence israélo-marocaine s’est poursuivie en dépit de la décapitation du leadership palestinien, par les Israéliens, et le recours aux assassinats « extra judiciaires » des deux principaux dirigeants du Hamas, Cheikh Ahmad Yassine et son successeur Abdel Aziz Rantissi. Une collision qui acte une forme de forfaiture de la part du pouvoir chérifien.

    Le livre suggère aussi clairement qu’Israël a utilisé un poison radioactif pour tuer Yasser Arafat, le chef historique palestinien, ce que les dirigeants israéliens ont toujours nié. Bergman écrit que la mort d’Arafat en 2004 correspondait à un modèle et avait des partisans. Mais il évite d’affirmer clairement ce qui s’est passé, expliquant que la censure militaire israélienne l’empêche de révéler ce qu’il pourrait savoir.

    Deux monuments ont été édifiés au Maroc pour immortaliser l’oeuvre d’Hassan II : son mausolée à Rabat et la Mosquée de Casablanca, l’une des plus grandes du monde, qui porte son nom. Mais celui que la presse occidentale, particulièrement la presse française engourdie par la diplomatie de la Mamouniya, encensait comme un « Machiavel arabe doté de la baraka », se révélera être, à la lecture des révélations du livre de Ronen Bergman, un mauvais génie, une imposture.

    Et les deux monuments édifiés à la gloire posthume du Commandeur des Croyants et Président du comité Al Qods, -mais néanmoins un des principaux artisans du bradage de la Palestine, au même titre que l’Arabie saoudite-, se perçoivent, rétrospectivement, comme les stigmates du règne hideux d’un parfait sous traitant de l’impérium israélo-occidental. D’un être maléfique. D’un souverain vil et servile.

    Source : Madaniya, René Naba, 17-11-2018                                           https://www.les-crises.fr/maroc-israel-hassan-ii-la-grande-imposture-par-rene-naba

  • Pour ma sortie de l’hôpital, pas très mobile, sur béquilles, ne pouvant pas sortir de chez moi, luttant pas mal à la fois contre la douleur après le choc opératoire orthopédique et une certaine forme d’anxiété post anesthésie, mes enfants ont été très gentils avec moi, notamment les grands. Jusqu’à mon gendre, que je ne connais pas bien, et qui a eu la gentillesse de me créer un compte à un service de vidéo à la demande grâce auquel je pourrais regarder autant de films que je veux.

    Je n’ai pas la télévision. Je ne peux pas dire que je ne l’ai jamais eue, mais les quelques fois où je l’ai eue, cela n’a pas duré très longtemps et ce n’était jamais de mon fait, je peux donc dire que les rares fois où j’ai eu la télévision c’était de manière indirecte. Et chaque fois quelques réflexes assez sains de ma part ont fait que je l’ai regardée très peu et de biais.

    Et du coup sans aucune culture télévisuelle, pour singer Grégoire Bouillier dans Le Dossier M. ,la télévision, pour moi, s’est arrêtée dans les années septante, avec la fin de Zorro et l’avénement de Dallas, sans toile de fond télévisuelle donc, j’ai été dans un très grand embarras pour ce qui est de renseigner utilement mon profil pour ce service de video à la demande. Rien que pour le choix de l’image de profil cela n’a pas été simple, puisque m’ont été présentées des centaines de petites vignettes à l’effigie de toutes sortes de personnages auxquels j’ai vraiment peiné à m’identifier, j’ai fini par choisir celui d’un gros animal gris qui a l’air un peu triste, c’était ce qu’il y avait de plus ressemblant.

    Ensuite il a fallu que je choisisse trois films préférés. J’ai cherché La Grande Illusion de Jean Renoir, Nostlaghia d’Andreï Tarkovsky et La Dolce Vita de Federico Fellini, mais force est de constater que cela ne faisait pas partie des choix proposés au contraire de quelques centaines de films dont je n’avais jamais entendu parler. J’ai fini par en prendre trois par défaut et complètement au hasard, notamment un parce qu’il y avait un avion de chasse sur l’affiche et j’aime bien les avions (mon papa était pilote).

    Et à partir de là j’ai décidé de me laisser entièrement faire, de me soumettre à la logique da l’algorithme.

    Après deux semaines d’un ou deux films par jour et de quelques épisodes de séries butinés en suivant les recommandations de l’algorithme, je pense qu’il est temps de faire la liste de toutes les choses dont je suis désormais persuadé. Au plus profond de moi.

    Quand une personne est filmée en train de dire au revoir à ses enfants avant de monter dans sa voiture, une fois sur deux cette dernière explose. Ce qui est très triste. Pour les enfants en question, qui deviennent soit, des terroristes plus tard, soit, au contraire, des spécialistes du déminage.

    Conviction #1

    Le terrorisme, surtout celui islamiste, est le seul vrai cancer de notre société. C’est un cancer prioritaire. Et il ne semble pas y avoir de lien entre la géopolitique, la politique, l’économie, l’écologie et le terrorisme. Pour s’attaquer au terrorisme, il n’existe qu’un seul moyen l’usage de la force contre la force.

    Conviction #2

    Les pays occidentaux ont tous une règle d’or, on ne négocie JAMAIS avec les terroristes, c’est souvent répété, cela doit avoir son importance.

    Conviction #3

    Il ne faut pas généraliser, il existe de très bons Musulmans, de véritables savants qui sont capables de réciter toutes sortes de sourates qui arrivent à point nommé en contradiction des messagers de la haine qui, eux, ont lu le Coran à l’envers, enfin vous voyez ce que je veux dire (je dis cela parce que des fois on voit des Occidentaux qui trouvent un exemplaire du Coran, souvent dans le voisinage d’explosifs et de munitions, à croire que les Islamistes n’ont qu’un seul livre dans leur bibliothèque dans laquelle, par ailleurs, ils et elles rangent leur arsenal, et ces Occidentaux qui n’ont pas l’air d’être au courant qu’ils ou elles le regardent à l’envers par rapport à son sens de lecture original).

    Conviction #4

    Par bonheur des hommes et des femmes au courage immense et à la tête de moyens techniques considérables et sophistiqués ne comptent pas leurs heures pour ce qui est de poursuivre les terroristes. Nous allons le voir on est vraiment dans le sacrifice personnel.

    Conviction #5

    Sans les caméras de surveillance omniprésentes dans des villes comme Londres ou New York, on serait foutu et toutes et tous tués par des terroristes, surtout des kamikazes, qui souvent ne sont que des lâches et qui n’ont pas toujours le courage de se suicider, en fait.

    Conviction #6

    Les hommes et les femmes, mais surtout les hommes, qui risquent tous les jours leurs vies pour que nous on puisse continuer de se bâfrer au barbecue en continuant de roter des bibines en marge de matchs de baseball entre copains, sans craindre qu’à tout moment, nous soyons les victimes d’attaques terroristes absolument dévastatrices, ces hommes et ces femmes donc ne dorment presque jamais et sacrifient leur vie privée dans les grandes largeurs mais ces hommes sont souvent mariés à des femmes qui comprennent qu’un tel devoir passe avant toutes choses et que leurs maris font cela pour le bien du pays et il n’y a pas de plus grands enjeux que le bien du pays et la sécurité nationale. Ce sont aussi elles les héroïnes de la sécurité nationale. Et plus tard les enfants nés de telles unions reprendront le flambeau. Bon sang ne saurait mentir. Surtout si l’un de ces parents est mort dans la lutte antiterroriste, a fortiori dans l’explosion de sa voiture piégée un matin en partant au travail.

    Conviction #7

    Parfois des agents, des policiers, des militaires, bref des personnes qui luttent contre le terrorisme se sacrifient pour éviter des massacres, le plus souvent ces héros qui font le sacrifice ultime sont noirs. Leurs enfants reçoivent alors un drapeau américain plié en triangle. Ce qui est une très belle récompense, ces enfants, souvent des garçons, consolent courageusement leur mère, qui, elle, une femme, pleure comme une madeleine. Faut dire aussi, c’est un peu triste. Mais elles finissent par comprendre la nécessité de ce sacrifice et même elles en conçoivent une grande fierté. Elles ne se remarient jamais.

    Conviction #8

    Ce n’est pas de gaité de coeur que les forces de l’ordre sont parfois contraintes à recourir à la violence et à la torture pour tenter d’extraire in extremis des informations qui vont sauver des centaines, parfois des milliers, de personnes innocentes et c’est tellement pas de gaité de coeur qu’en général de telles scènes de torture sont super bien filmées pour bien montrer que c’est nécessaire. A vrai dire dans les films pas une scène de torture qui ne vienne apporter une information cruciale, ce qui équivaut à dire : la torture cela marche. Ici je glisse une remarque qui ne concerne pas totalement le terrorisme, mais quand ce sont des Nazis de la Seconde guerre mondiale (parce que j’ai aussi regardé deux films dont l’action était située pendant l’occupation) qui torturent des résistants, la torture alors ne fonctionne pas à tous les coups, sauf auprès des plus faibles, des lâches qui n’étaient sans doute pas de vrais résistants, qui finissent par donner les noms de grands chefs de la résistance, qui, sans cette traitrise, ne seraient jamais tombés.

    Conviction #9

    De même lors des interrogatoires d’éventuels complices de terrorisme les enquêteurs et enquêtrices font souvent des propositions de marché avec les personnes qu’elles interrogent et elles respectent TOUJOURS leur parole, c’est à ce genre de choses que l’on voit que ce sont des personnes d’une droiture exceptionnelle parce qu’elles parviennent toujours à surmonter leurs préjugés, mais c’est quand même souvent qu’ensuite les complices de terrorisme déçoivent et trahissent cette confiance et cette droiture, parce qu’on ne peut vraiment pas leur faire confiance. Et le plus souvent quand ces personnes rejoignent inexorablement les forces du mal, au cours d’actions dangereuses les personnes de l’antiterrorisme les tuent dans des cas probants d’autodéfense. Comme ça c’est réglé. Ces terroristes et ces complices ont eu leur chance mais n’ont JAMAIS su en profiter.

    Conviction #10

    Les forces de l’ordre ne sont jamais racistes. Il arrive que certaines personnes des forces de l’ordre aient des préjugés raciaux mais c’est souvent facilement explicable parce qu’en fait le neveu de la belle soeur d’un collègue de leur jardinier faisait partie des victimes de nine eleven, mais par la suite leur partenaire, leur binôme qu’ils et elles n’ont pas choisi, parfois issu de l’immigration récente, arrive à leur montrer qu’il faut surmonter de telles douleurs. Et ils et elles y arrivent très bien. Et à la fin c’est souvent accolades et embrassades à tout va. C’est assez viril et chaleureux, de cette sorte d’accolade américaine dite Hug dans laquelle le fracas des tapes dans le dos est tel qu’il couvre tout potentiel érotique dans le rapprochement des deux corps.

    Conviction #11

    Dans les hommes et les femmes politiques, il y a deux sortes de personnalités, les manipulatrices dont on finit TOUJOURS par découvrir qu’ils et elles ont trempé dans toutes sortes de combines qui les ont enrichies et souvent en mettant la vie des forces de l’ordre et des forces militaires en danger, tout ça pour leurs intérêts personnels (ce qui est quand même très mal), et d’autres qui ont plus des profils d’underdogs et qui finissent TOUJOURS par triompher en dépit d’un parcours jonché d’embûches dont ils et elles se relèvent TOUJOURS. Et à la fin ce sont elles et eux qui sont élus et tout redevient normal et pacifié.

    Conviction #12

    Bien souvent le grand public n’a pas la plus petite idée des épouvantables menaces qui pèsent sur lui à tout moment, périls qui sont heureusement évités in extremis par les forces de l’ordre qui sont toujours là au bon moment, qui sont des héros, ce que l’on sait rarement, et qui ne demandent rien de plus pour de tels actes de bravoure, que des salaires modestes et de pouvoir humer l’air de la ville en paix un vendredi soir et savoir, au plus profond d’eux et d’elles-mêmes, que si ce n’est que rires, fêtes et insouciance autour d’elles et eux, c’est grâce à ce travail de l’ombre qui n’a pas d’autre reconnaissance. Mais cela leur suffit amplement.

    Conviction #13

    En fait tous les peuples sont amis, c’est juste quelques tarés, notamment islamistes, qui font régner la terreur parce qu’ils et elles voudraient qu’on soit tous religieux de la même manière, la leur, mais heureusement, Dieu merci, il y a des hommes et des femmes d’exception qui veillent sur nous.

    Conviction #14

    La vidéosurveillance c’est très important, ça permet de surveiller les terroristes avant qu’ils et elles n’aient le temps de perpétrer un attentat, ou, si les terroristes parviennent quand même à faire exploser leur bombe ou que sais-je, ça permet de reconstituer la manière dont ils et elles ont procédé et de retrouver leurs complices. La vidéosurveillance est au coeur de tout, sans elle aucun espoir. Les professionnels de la vidéosurveillance savent tout de suite qui est qui sur les images, les personnes comme vous et moi qui ne font rien de mal, et qui n’ont rien à cacher, et les terroristes, à vrai dire les personnes derrière les écrans de vidéo surveillance sont tellement débonnaires que des fois elles voient de petits larcins en direct mais comme elles ont d’autres chats à fouetter, elles ferment gentiment les yeux sur ces délits mineurs, presque elles feraient des compilations de ces petits délits pour les fêtes de fin d’année dans le service, c’est vraiment vous dire que la vidéo surveillance c’est pour les terroristes. Qui sont ultra-minoritaires.

    Conviction #15

    Il arrive parfois, malgré tout, que certaines choses se superposent à la vidéo surveillance ou que les forces de l’ordre mal renseignées commettent des erreurs et arrêtent momentanément des personnes qui ne sont pas du tout impliquées dans le terrorisme, de telles erreurs sont toujours très vite corrigées et les forces de l’ordre admettent volontiers leurs erreurs et produisent des excuses sincères qui sont bien comprises et bien acceptées, surtout quand on explique à ces personnes arrêtées par erreur qu’il y avait des enjeux de sécurité nationale et on s’excuse, ne vous excusez pas vous ne pouviez pas savoir.

    Conviction #16

    Grâce à une technologie d’extrême pointe, les services antiterroristes parviennent à faire survoler n’importe quel endroit de la planète instantanément avec des satellites et des drônes qui leur permettent systématiquement de déterminer qui est qui qui dit quoi à qui et qui qui donne quoi à qui etc… La technologie de pointe en question est tellement puissante qu’elle ne semble jamais sujette à la moindre défaillance et semble produire des temps de réponse prodigieusement instantanés et exempte de tout décalage horaire, le contribuable en a pour son argent question technologie et moyens techniques.

    Conviction #17

    Quand un ou une responsable entre dans une réunion, dès qu’il ou elle enfonce rageusement une touche de la télécommande du vidéo projecteur, on tombe pile sur la bonne image, le bon enregistrement, la bonne photocopie du bon document. La technologie est notre meilleure amie. Et les personnes de l’antiterrorisme qui l’utilisent n’ont généralement qu’une seule commande à taper sur leur clavier pour faire apparaitre à l’écran suspects et preuves.

    Conviction #18

    Les personnels des différentes agences qui luttent contre le terrorisme ont souvent des scrupules à propos de la manière dont elles obtiennent des informations, notamment grâce à la technologie, il y a des tas de contraintes juridiques qui sont suivies à la lettre et, seulement de temps en temps, quand vraiment il s’agit de sauver des centaines de vies, alors il arrive que l’on enfreigne de telles limitations juridiques, mais par la suite on se rend bien compte que c’était un mal nécessaire et que de toute manière tout le monde n’a rien à cacher donc c’est un moindre mal.

    Conviction #19

    Les hommes et les femmes politiques qui sont en première ligne de la sécurité nationale n’ont pas nécessairement d’ambition politique, ce serait mal les connaitre et les juger, leur première préoccupation c’est de servir le pays et ses habitants.

    Conviction #20

    Toutes les différentes agences anti terroristes travaillent main dans la main et parviennent parfaitement à mettre de côté leurs éventuels différends quand il s’agit de lutte contre le terrorisme, il y a même parfois des rencontres étonnantes entre les personnels de ces différentes agences qui peuvent aller jusqu’à l’amour charnel.

    Conviction #21

    A la Maison Blanche personne ne dort plus de trois heures par nuit. Et quand le président des Etats-Unis recommande à ses aides de rentrer chez eux pour aller faire une bonne nuit de sommeil parce que la journée de demain est porteuse de nouveaux défis, en général il est déjà bien plus de minuit. C’est aussi cela servir.

    Conviction #22

    Quand un ou une agente spéciale s’approche d’un ordinateur, il ou elle n’a généralement pas besoin ni de le démarrer ni de se connecter, encore moins de lancer le programme dont il ou elle a besoin, direct il ou telle tape les termes de sa recherche et en général le temps de réponse est instantané et souvent s’affiche automatiquement sur un grand écran où ses supérieurs peuvent constater qu’il ou elle trouve beaucoup plus souvent qu’il ou elle ne cherche.

    Conviction #23

    A vrai dire les personnes qui travaillent à l’antiterrorisme cherchent peu et trouvent rapidement. Ils sont très forts. Ils ne se trompent presque jamais. Et quand ils sont dans l’erreur, c’est seulement momentané, et quand ils et elles finissent par recoller les morceaux du puzzle alors Gare !

    Conviction #24

    Les rapports que le président des Etats-Unis entretient avec les autres dirigeants sont systématiquement cordiaux et pondérés sauf quand les dirigeants de petits pays insignifiants commencent à casser un peu les couilles du président et alors le ton monte et le président des Etats-Unis menace de l’usage de la force en faisant par ailleurs état d’un truc que ses services secrets ont découvert récemment et c’est la déconfiture du dirigeant du petit pays insignifiant, il faut voir sa tête.

    Conviction #25

    Pour travailler à la Maison-Blanche, il est recommandé aux femmes d’avoir de jolies jambes et de belles poitrines. Quand une femme a plus de cinquante ans elle est impérativement première ministre d’un autre pays. Elle n’est alors plus tenue d’avoir de jolies jambes et ou une belle poitrine.

    Conviction #26

    Les enquêtes de l’antiterrorisme vont à toute allure, une autopsie peut ne prendre d’une petite heure, une analyse balistique est en général instantanée, de même que d’éplucher des relevés bancaires d’un magnat de la drogue, il faut dire avec les moyens techniques qu’on leur alloue c’est un peu normal non ? Et c’est même pour cela qu’on les leur alloue, c’est pour le bien et la sécurité de toutes et tous.

    Conviction #27

    Les terroristes islamistes ont vu, et étudié dans le détail, The Mandchourian Candidate de John Frankheimer donc quand ils rendent de prisonniers et des otages, on n’est jamais trop prudents pour ce qui est de les surveiller étroitement parce qu’il y a de grandes chances pour qu’ils soient devenus des terroristes islamisées eux-mêmes.

    Conviction #28

    On peut TOUJOURS se fier à des agents du Mossad.

    Conviction #29

    Il arrive parfois que des agents et des agents de l’antiterrorisme outrepassent leurs droits, notamment dans la surveillance de quidams, ils et elles en ont parfaitement conscience, mais ils et elles suivent des intuitions imparables et voient des postes que personne n’avaient vues avant elles et eux, et même ils et elles jouent souvent leur carrière dans de telles enfreintes de la loi, mais par la suite on trouve toujours un juge ou que sais-je pour reprendre la situation et lui donner des allures légales.

    Conviction #30

    Quand une agence ou un agent de l’antiterrorisme est tellement pris par le travail qu’il ou elle en arrive à manquer l’anniversaire d’un neveu ou d’une nièce adorées, il ou elle trouve toujours le moyen de se faire pardonner auprès de l’enfant et de ses parents, avec les parents c’est facile il suffit d’invoquer le devoir et la sécurité nationale.

    Parallèlement à toutes mes convictions nouvelles en matière de terrorisme j’ai également appris que le soleil ne se couchait jamais dans le monde de l’antiterrorisme, il n’y a pas de décalage horaire très marquant entre le Moyen Orient et les Etats-Unis d’Amérique (pas même à l’intérieur même des Etats-Unis), que les rues de New York et d’autres grandes villes avaient été interdites d’accès aux personnes obèses, aux vieilles personnes et aux personnes vagabondes, qui quand elles apparaissent sont le plus souvent des agents sous couverture, que dans un film qui traite de terrorisme plus historique, en décembre 1975, à Vienne en Autriche, il y avait encore des feuilles aux arbres, que pour les besoins d’un scénario, des jeux olympiques pouvaient avoir lieu, à tout moment, et là au feuillage vert printemps des arbres, on peut penser que désormais les JO d’été ont lieu en avril. Il est également possible de copier le contenu d’un disque dur ou d’un serveur en une poignée de secondes sur des cartes mémoires ultra compactes, sont bien équipés les gus.

    Bref ça file un peu les jetons tout de même ce terrorisme, surtout celui islamiste mais bon on est quand même bien protégés, par des gars et des filles qui sont prêtes à se sacrifier pour nous et qui peuvent s’appuyer sur des caméras de surveillance un peu partout, ce serait même bien d’en mettre davantage.

    #pendant_qu’il_est_trop_tard

    • @aude_v J’ai mis un moment avant de comprendre ta question, je présume que tu parles d’une série qui s’intitule 24 heures chrono . Je n’ai pas regardé une série entière, d’ailleurs je ne suis pas sûr d’avoir regardé un épisode de quelques séries que ce soit en entier, j’ai butiné pour ce qui est des séries qui est un format qui me convient mal. Les films en revanche je les ai tous, presque tous, regardés en entier pour mieux forger mes nouvelles convictions.

    • @philippe_de_jonckheere , ton texte m’a rappelé celui ci :

      https://lundi.am/Mieux-comprendre-la-police-avec-Engrenages

      Engrenages est une série policière française. A chaque saison la même équipe d’enquêteurs va résoudre un meurtre. A chaque fois la victime était en lien avec un milieu différent. A la saison 4, ce fut celui des « jeunes autonomes ». Le portrait qu’en fit cette série fut terrifiant.

      Ce texte, dans un style lundimatin, partait de cette saison pour en tirer quelques réflexions sur la police.

    • @parpaing

      Je n’avais pas vu passer ce texte sur Lundimatin ou alors j’avais du juger hâtivement que je n’en tirerais pas bénéfice parce que cela parlait de la télévision, domaine dans lequel je n’ai donc aucune connaissance et ne souhaite pas en acquérir. Mais oui, bien sûr, nous parlons bien de la même chose.

      Et tu vois il faut croire que je suis constant sur cette ligne parce que ton commentaire m’a rappelé ces deux passages de Raffut

      … mais le téléphone a sonné, j’ai pensé que ce serait la mère d’Émile qui me rappellerait, ça va vous suivez toujours ? Mais non, il s’agissait du gardien de police qui me disait que la garde à vue de l’agresseur de votre fils va être prolongée de vingt-quatre heures, d’une part parce que les témoignages sont non concordants sur les causes du différend, mais aussi parce que le procureur de la République, quand on y pense, procureur de la République, ça en impose salement, on imagine facilement quelque patriarche à barbe blanche et fort coffre tonnant des rodomontades contre les impétrants, poursuivant de tirades quasi en alexandrins des aigrefins au ban de la société bien gardée, et la bonne morale avec elle, par pareil cerbère, bref le procureur de la République demande que votre fils soit présenté dans un institut médicolégal pour être examiné par un médecin légiste. Alors là autant vous le dire tout de suite j’ai beau ne pas être particulièrement spectateur d’une part de la télévision, je n’ai pas la télévision, ni, d’autre part, de films policiers, genre que je déteste, sur le sujet j’ai même des vues assez tranchées, j’aimerais en effet qu’on m’explique, une mauvaise fois pour toutes, comment il se fait que l’on dépense, que l’on ait dépensé, des hectomètres de pellicule de cinéma tout à la gloire de l’action policière, et pour ainsi dire pas du tout, peut-être quelques centimètres de-ci de-là, pour les éboueurs, dont l’action est à mon sens plus urgente, quotidienne, leurs rares grèves nous le rappellent chaque fois, que celle plus ponctuelle et exceptionnelle de la police, mais je m’emporte, il n’empêche, nul n’entend la phrase pour que votre fils soit examiné par un médecin légiste sans imaginer votre fils allongé sur une paillasse, le ventre ouvert et froid, un médecin légiste poussiéreux, c’est le même acteur que pour le procureur de la République, mais mal rasé et légèrement grimé, le médecin légiste poussiéreux, donc, notant scrupuleusement le poids de chaque organe pour mieux se prononcer sur les causes de la mort de votre fils tout en statuant que par ailleurs, de toute façon, il était condamné par une leucémie qui n’avait pas encore été décelée, quand on n’a pas la télévision et qu’on ne la regarde pas, voire jamais, on la regarde encore trop.

      Et

      Et que les deux nuits que Youssef avait passées au commissariat aient été, pour l’avocat, la première, l’occasion d’une bonne soirée télévision, la chaîne Arte entamait un cycle consacré au cinéaste Otto Preminger, avec ce soir-là donc, Autopsie d’un meurtre avec James Stewart et la musique de Duke Ellington, c’était le lm préféré de tous les avocats et celui de Youssef ne dérogeait pas à la règle, et la deuxième, d’un dîner, le mardi soir donc, chez des amis, lui est avocat aussi et elle, organisatrice de séminaires dans le monde des a aires, oui, un mardi on s’excuse mais avec l’emploi du temps de ces mes- sieurs on ne va pas reporter le dîner aux calendes grecques, là aussi le cinéma, surtout lui, nous o re une très vaste palette des tranches de vie que l’on prête aux avocats, notamment une vie sociale riche et intense en même temps que simultanée à des a aires complexes, nécessairement complexes, qu’ils ont à traiter et qui peuplent leur esprit jusqu’à un encombrement qui les empêche de pro ter pleinement de cette vie sociale enviable seulement en apparence. Décidément on ferait bien de s’interroger sur cette propension du cinéma de fiction à brosser d’aimables tableaux d’une certaine catégorie sociale, en plus d’un cinéma tout acquis aux œuvres policières.

  • Iran Was Closer to a Nuclear Bomb Than Intelligence Agencies Thought – Foreign Policy
    https://foreignpolicy.com/2018/11/13/iran-was-closer-to-a-nuclear-bomb-than-intelligence-agencies-thought

    ecret Iranian archive seized by Israeli agents earlier this year indicates that Tehran’s nuclear program was more advanced than Western intelligence agencies and the International Atomic Energy Agency had thought, according to a prominent nuclear expert who examined the documents.

    That conclusion in turn suggests that if Iran pulls out of the 2015 multilateral nuclear deal that U.S. President Donald Trump has already abandoned, it has the know-how to build a bomb fairly swiftly, perhaps in a matter of months, said David Albright, a physicist who runs the nonprofit Institute for Science and International Security in Washington, D.C.

    Iran would still need to produce weapons-grade uranium. If it restarts its centrifuges, it could have enough in about seven to 12 months, added Albright, who is preparing reports on the archive.

    Before the 2015 multilateral nuclear deal mainly negotiated by U.S. Secretary of State John Kerry and Iranian Foreign Minister Mohammad Javad Zarif, that would have taken only two months, but under the accord Iran was required to ship about 97 percent of its nuclear fuel out of the country and dismantle most its centrifuges.
    […]
    The archive, which is well over 100,000 pages long, covers the period from 1999 to 2003, a decade before negotiations on a nuclear deal began. But the trove of documents demonstrates that Washington and the IAEA were constantly underestimating how close Tehran was to a bomb.
    […]
    Mossad agents seized the archive in a daring nighttime raid on a warehouse in Tehran at the end of January. In late April, Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu revealed some of the content in a speech that was panned as a melodramatic attempt to prod Trump into leaving the Joint Comprehensive Plan of Action, the formal name for the Iran nuclear deal. “These files conclusively prove that Iran is brazenly lying when it said it never had a nuclear weapons program,” Netanyahu said.