organization:revolutionary armed forces of colombia

  • How an Internet Impostor Exposed the Underbelly of the Czech Media – Foreign Policy
    https://foreignpolicy.com/2018/12/03/how-an-internet-impostor-exposed-the-underbelly-of-the-czech-media

    When politicians own the press, trolls have the last laugh.

    Tatiana Horakova has an impressive résumé: As head of a Czech medical nonprofit that sends doctors to conflict zones, she negotiated the release of five Bulgarian nurses held by Muammar al-Qaddafi in Libya, traveled to Colombia with former French President Nicolas Sarkozy to secure a hostage’s freedom from FARC guerrillas, and turned down three nominations for the Nobel Peace Prize.

    Not bad for someone who might not even exist.

    Horakova has never been photographed. She does not appear to have a medical license. Her nonprofit, which she has claimed employs 200 doctors, appears to be a sham. Her exploits, so far as anyone can tell, are entirely fabricated.

    None of this has stopped the press from taking her claims at face value time and again over the course of more than a decade. When it comes to a good story, incredulity is scant and memories run short.

    Earlier this year, she again emerged from the shadows, this time to troll Czech Prime Minister Andrej Babis—and expose just how easily disinformation can slip into the mainstream press, especially when politicians control it.

    In September, the Czech broadsheet Lidove Noviny published an op-ed by Horakova expressing support for Babis’s refusal to offer asylum to 50 Syrian orphans, as was proposed by an opposition member of parliament. Playing up to his populist pledge not to allow “a single refugee” into the Czech Republic, the prime minister said the country had its own orphans to care for.

    That crossed the line and provoked widespread criticism. But Horakova’s op-ed seemed to offer a way out: an expert offering the opinion that the orphans would be better off at home in Syria. 

    Horakova originally sent the piece to the prime minister’s office, which forwarded it to the paper. A brief Google search would have raised plenty of red flags about the author, but the newspaper leaped without looking.

    Lidove Noviny pulled the piece within hours, but not quickly enough to stop several high-profile journalists from quitting. The editors, they complained, could no longer protect the newspaper from its owner—the billionaire prime minister.

    Desperate to deflect criticism, Babis’s office appears to have passed the article to the paper without doing due diligence, and the paper took what it was spoon-fed.

    The debate over the Syrian orphans had created “a highly charged political moment,” Babis’s spokesperson, Lucie Kubovicova, told Foreign Policy. She said she did not know “who exactly” sent the article to the paper.

    #fake_news #medias #presse #république_tchèque


  • Desarticularon red narco que involucra a pilotos venezolanos y brasileños
    http://www.el-nacional.com/noticias/mundo/desarticularon-red-narco-que-involucra-pilotos-venezolanos-brasilenos_2

    Una red que enviaba droga desde Colombia hacia Estados Unidos y Europa, en avionetas piloteadas por brasileños y venezolanos, fue desmantelada tras un año de investigaciones, informaron este martes funcionarios de la policial colombiana.

    En el operativo se confiscaron 20 toneladas de cocaína, se inmovilizaron ocho aeronaves y se capturaron a 25 colombianos en Bogotá y la frontera con Venezuela, indicó la autoridad en un comunicado.

    La organización era liderada por «Olinto», ex miembro de las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC), y su hermano, quienes enviaban la droga desde la región limítrofe de Catatumbo, hacia pistas clandestinas en Zulia, Venezuela.

    Desde allí coordinaban el traslado de la cocaína a Honduras y Guatemala, donde el cargamento era recibido por ciudadanos de esos países, quienes servían de enlace con los carteles mexicanos de Sinaloa y Nueva Generación.

    Finalmente la droga era enviada a Estados Unidos, Alemania y Holanda. La banda colombiana reclamaba el pago a través de casas de cambio en la ciudad fronteriza de Cúcuta, explicó la policía. Ningún piloto fue detenido.

    La organización tenía una «relación estrecha» con el Ejército de Liberación Nacional (ELN) en Colombia, según las autoridades.


  • ELN y disidencia de las FARC controlan minas de coltán y oro en Venezuela
    http://www.el-nacional.com/noticias/latinoamerica/eln-disidencia-las-farc-controlan-minas-coltan-oro-venezuela_259336

    Desde hace aproximadamente dos años, la presencia de guerrilleros del Ejército de Liberación Nacional (ELN) y disidentes de las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC) que no se unieron al proceso de paz se ha notado y denunciado en Venezuela, especialmente en los estados Bolívar, Apure, Amazonas, estos dos últimos fronterizos con Colombia.

    Allí han replicado sus asentamientos en zonas selváticas así como el control de rutas de transporte y poblaciones, pero se han involucrado especialmente en la explotación de los recursos minerales del suelo venezolano, específicamente el oro, diamante y coltán.

    Se trata de la reinvención de estos grupos a la sombra del gobierno del presidente fallecido Hugo Chávez que tuvieron luz verde para entrar y descansar en Venezuela, pero bajo el régimen de Nicolás Maduro tienen un «trabajo formal en las minas»: organizar a los mineros para explotar el recurso, luego transportarlo y entregarlo al gobierno venezolano, que desde hace poco tiempo recurre a la explotación minera como nueva fuente de riqueza ante el declive de su producción petrolera. 

    Funciona como una especie de alianza laboral en la que la Fuerza Armada Nacional de Venezuela (FANV) tiene un rol pasivo, con apenas presencia en algunos puntos de control y haciéndose la vista gorda ante la actividad de la zona. Así lo explican el diputado por el estado Bolívar, Américo De Grazia, y el ex candidato a gobernador y también ex diputado de esa región Andrés Velásquez, recientemente amenazados por el presidente Maduro por denunciar lo que ocurre al sur del país.

    «Estas actividades de explotación y entrega de oro y coltán al gobierno venezolano solían estar a cargo de los ’pranes’ (criminales o ex convictos pertenecientes al crimen organizado que controlan la explotación de los recursos), pero poco a poco los disidentes de las FARC y guerrilleros del ELN que han entrado a Venezuela han ido asumiendo estos roles», explicó Velásquez a El Tiempo de Colombia. 

    «Los guerrilleros están haciendo el mismo trabajo de los pranes, pero al gobierno les ha resultado mejor la cosa con ellos porque se supone que son más organizados, tienen mejor control de la zona y hay menos problemas entre clanes», agregó.

    El diputado De Grazia, oriundo de la zona, discernió que son tres los puntos donde los guerrilleros colombianos han logrado establecerse. En Parguaza, una zona conocida como el cuadrante entre los estados Bolívar, Apure, Amazonas y que pellizca la frontera con Colombia, donde se explota el coltán. «Esta zona es custodiada y operada por el ELN», aseguró. 

    La segunda zona es en San Vicente de Paúl, en el municipio Cedeño también en el estado Bolívar, donde hay explotación de diamante y el tercer punto es la zona de Bochinche, en la zona limítrofe entre Venezuela y el Esequibo, al extremo oriental del estado Bolívar. 

    En este último punto la explotación es de oro, lo mismo que en el municipio Sifontes, donde se encuentra la zona de Tumeremo, fuente prácticamente inagotable del metal precioso y por eso también de mafias por controlarlo. Allí han ocurrido al menos tres masacres de mineros en los últimos dos años.

    • Reprend l’article d’il y a 5 jours d’un journal local de l’état Bolívar, El Correo del Caroní

      Correo del Caroní - ELN explora suelo venezolano desde hace cinco años y se expande para controlar minas y pasos fronterizos
      http://www.correodelcaroni.com/index.php/ciudad/ciudad-bolivar/305-eln-explora-suelo-venezolano-desde-hace-cinco-anos-y-se-expande

      Sus motivaciones son principalmente económicas, asegura la organización colombiana Fundación Ideas para la Paz, que ha mapeado en el país la presencia del ELN y disidentes de las FARC que buscan controlar minas y paso de combustible y alimentos.

      La presencia de guerrilleros colombianos del Ejército de Liberación Nacional (ELN) y disidentes de las Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia (FARC) se ha hecho fuerte y crece desde 2013 al sur de Venezuela, cuando el primer grupo hizo incursiones tímidas desde el estado Apure hacia Amazonas, fronterizo con Colombia.

      Un informe de 2017 de la organización colombiana Fundación Ideas para la Paz (FIP) indica que el ELN así como disidencias de las FARC, específicamente del Frente 16 y Acacio Medina, se ha movido a zonas de alto valor estratégico para su financiamiento. En el caso de Colombia, hacia los departamentos de Guainía, Vichada y Arauca y, en Venezuela, a Apure, Bolívar y Amazonas, en donde el domingo emboscaron a militares y asesinaron a tres de ellos, tras la captura de Luis Felipe Ortega Bernal, alias Garganta, comandante del Frente de Guerra Oriental del ELN.

      El Gobierno venezolano ha insistido en negar la presencia del ELN y disidencias de las FARC en Venezuela, pese a que la misma Cancillería de Colombia nombró a Ortega Bernal como “un reconocido cabecilla del ELN, cuyo prontuario delictivo le mereció circular azul por parte de Interpol, por múltiples delitos cometidos en nuestro país”.

      Un mapa de la presencia de los irregulares, trazado por la FIP, dibuja la presencia del ELN en Amazonas desde Puerto Páez en el municipio Pedro Camejo del estado Apure hasta San Fernando de Atabapo en el municipio Atabapo del estado Amazonas, mientras que los disidentes de las FARC se despliegan en el sur de Amazonas en las cercanías del Parque Nacional Yapacana, al suroeste de la confluencia del río Ventuari en el río Orinoco, y en el norte a pocos kilómetros de la capital de Amazonas.

    • Carte interactive de situation aux frontières colombiennes, par la Fundación Ideas para la Paz
      ESPECIAL FRONTERAS –Inseguridad, Violencia y Economías Ilegales: los Desafíos del Nuevo Gobierno
      http://www.ideaspaz.org/especiales/mapa-fronteras

      et le rapport


      http://ideaspaz.org/media/website/fip_seguridad_fronteras.pdf

      01. Frontera con Venezuela
      02. Frontera con Venezuela y Brasil
      03. Frontera con Ecuador y Perú
      04. Frontera con Brasil y Perú
      05. Frontera con Panamá

    • InSight Crime, une autre ONG, basée en Colombie, établit le constat

      El ELN opera en 12 estados de Venezuela
      https://es.insightcrime.org/noticias/analisis/eln-opera-12-estados-venezuela

      Pero contrario a los comentarios de Padrino, InSight Crime logró identificar la presencia del ELN en 12 estados de Venezuela (la mitad del país), mediante un monitoreo de las denuncias publicadas en prensa en 2018 sobre la actividad de esta guerrilla en territorio venezolano, los informes de algunas ONG y las informaciones suministradas por fuentes oficiales en las zonas fronterizas.

      Según estos registros el ELN tendría presencia en Táchira, Zulia, Apure, Trujillo, Anzoátegui, Lara, Falcón, Amazonas, Barinas, Portuguesa, Guárico y Bolívar. Allí estaría desarrollando actividades como contrabando de ganado, contrabando de gasolina, cobro de extorsiones, distribución de comida, emisoras de radio, reclutamiento de menores, ataques a funcionarios de cuerpos de seguridad, narcotráfico y minería ilegal, entre otras.

      La última incursión en Bolívar, el 14 de octubre, dejó como resultado seis personas ejecutadas en el municipio de Domingo Sifontes, la más importante zona minera del país, donde el gobierno Venezolano desarrolla el proyecto Arco Minero. Este hecho no solo mostró el poder que la guerrilla colombiana tiene en territorio venezolano, sino que puso de manifiesto el largo recorrido que han hecho, para tener presencia en la mitad del país.


  • Ce soir sur France2, j’ai appris que Manuel Lopez Obrador était le nouveau président de gauche du Mexique, et qu’il est connu pour avoir des tendances autoritaires (il n’a jamais gouverné le pays, mais on sait déjà comment il gouverne, c’est la prescience occidentale).
    J’ai aussi appris que le nouveau président colombien est connu pour remettre en cause le traité de paix avec les FARC (ce n’est pas une information de savoir qu’il est de droite dite « dure » (certains disent que la droite dure assassine, en Colombie)).
    A propos du Honduras, on a juste appris que les Honduriens étaient en route pour les Etats-Unis (ce n’est pas une information de savoir que là-bas, le pouvoir issu du coup d’état contre un président de gauche (autoritaire, évidemment), est un pouvoir qui laisse assassiner des journalistes, syndicalistes et autres gauchistes).


  • Trump Administration Discussed Coup Plans With Rebel Venezuelan Officers - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/09/08/world/americas/donald-trump-venezuela-military-coup.html

    The Trump administration held secret meetings with rebellious military officers from Venezuela over the last year to discuss their plans to overthrow President Nicolás Maduro, according to American officials and a former Venezuelan military commander who participated in the talks.

    Establishing a clandestine channel with coup plotters in Venezuela was a big gamble for Washington, given its long history of covert intervention across Latin America. Many in the region still deeply resent the United States for backing previous rebellions, coups and plots in countries like Cuba, Nicaragua, Brazil and Chile, and for turning a blind eye to the abuses military regimes committed during the Cold War.

    The White House, which declined to answer detailed questions about the talks, said in a statement that it was important to engage in “dialogue with all Venezuelans who demonstrate a desire for democracy” in order to “bring positive change to a country that has suffered so much under Maduro.

    But one of the Venezuelan military commanders involved in the secret talks was hardly an ideal figure to help restore democracy: He is on the American government’s own sanctions list of corrupt officials in Venezuela.

    He and other members of the Venezuelan security apparatus have been accused by Washington of a wide range of serious crimes, including torturing critics, jailing hundreds of political prisoners, wounding thousands of civilians, trafficking drugs and collaborating with the Revolutionary Armed Forces of Colombia, or FARC, which is considered a terrorist organization by the United States.

    American officials eventually decided not to help the plotters, and the coup plans stalled. But the Trump administration’s willingness to meet several times with mutinous officers intent on toppling a president in the hemisphere could backfire politically.

    • NY Times: EE UU discutió planes con militares venezolanos en secreto
      http://www.el-nacional.com/noticias/politica/times-discutio-planes-con-militares-venezolanos-secreto_251006

      Oficiales americanos y un ex comandante del cuerpo castrense venezolano indicaron que la administración del presidente norteamericano, Donald Trump, mantuvo reuniones secretas con oficiales militares rebeldes de Venezuela para discutir planes para derrocar al presidente Nicolás Maduro.

      The New York Times indicó que uno de los militares involucrado en las conversaciones se encuentra en la lista de oficiales sancionados por el gobierno de Estados Unidos por actos de corrupción.

      Los oficiales americanos decidieron, eventualmente, no ayudar a los conspiradores, por lo que los planes golpistas se congelaron. De acuerdo con la información de The New York Times, miembros de la Fuerza Armada habían solicitado reuniones con funcionarios norteamericanos durante el gobierno del presidente Barack Obama, pero fueron rechazados.

      La declaración del Presidente Trump de que EE UU tenía en cuenta la opción militar para Venezuela animó a los militares venezolanos a retomar el contacto con Washington nuevamente.

      Era el comandante en jefe el que decía esto ahora”, indicó el ex comandante venezolano en la lista de sanciones durante una entrevista.

      Los miembros del cuerpo castrense del país le explicaron a los oficiales estadounidenses, durante unas reuniones que comenzaron en septiembre del año pasado y prosiguieron este año, que representaban a cientos de miembros de la fuerza armada descontentos con el gobierno de Maduro.

      The New York Times indicó que los militares venezolanos solicitaron radios encriptadas, alegando la necesidad de comunicarse de forma segura mientras desarrollaban un plan para la instalación de un gobierno de transición para dirigir el país hasta que se realizaran elecciones.

      Los oficiales americanos no proveyeron a los oficiales con los equipos requeridos, y los planes se develaron, causando el arresto de una docena de presuntos conspiradores.

      El ex comandante venezolano señaló que hay, por lo menos, tres grupos distintos dentro del cuerpo castrense del país que han conspirado contra el gobierno venezolano.

      Uno de los grupos estableció contacto con el gobierno estadounidense mediante la embajada americana en una capital europea. En ese momento, oficiales de la Casa Blanca indicaron que estaban intrigados pero atentos, y dijeron que les preocupaba que el encuentro pudiese ser visto como una trampa para tener evidencia de que la administración de EE UU estaba conspirando contra Venezuela.

      A medida que la situación del país empeoró, los oficiales americanos señalaron que valía la pena apoyar el esfuerzo de los militares que querían lograr un cambio político.

      Despues de mucha discusión, acordamos que deberiamos escuchar lo que tenían que decir”, indicó un oficial que no estaba autorizado a hablar de las reuniones secretas.

      La administración de Trump envió a un diplomático a las reuniones para las conversaciones, pero no estaba autorizado a negociar nada en el momento. El oficial norteamericano puntualizó que los oficiales venezolanos no parecían tener un plan detallado de acción y que esperaban que los americanos les ofrecieran ideas y colaboración para idear un plan.

      El ex comandante venezolano aseguró que los militares nunca solicitaron a Estados Unidos por una intervención militar. “Nunca acordé una operación conjunta, ni ellos la propusieron”, señaló el miembro del cuerpo castrense y añadió que se iba a actuar en julio del año pasado, cuando el gobierno instaló la asamblea nacional constituyente, pero abortaron el plan por temor a que llevara a un baño de sangre.

      Posteriormente decidieron realizar la toma del poder en Marzo, pero los planes se develaron, de acuerdo con el oficial, por lo que decidieron posponer la operación hasta el 20 de mayo, día de “elecciones presidenciales” en Venezuela. Nuevamente se filtraron los planes, por lo que se canceló el plan.

      Para que la conspiración tuviera éxito, se debía detener a Nicolás Maduro y a otros funcionarios de gobierno de manera simultánea. Para hacer eso, los oficiales venezolanos requerían una forma de comunicación segura, por lo que solicitaron equipos al diplomático norteamericano durante su segunda reunión el año pasado. Los norteamericanos se negaron a la solicitud.

      Estabamos frustrados. No recibíamos señales de apoyo y me dejaron esperando”, indicó el ex comandante venezolano sobre la segunda reunión. Durante el tercer encuentro, a principios de este año, las discusiones se estancaron y los estadounidenses no proveyeron de material o apoyo político a los planes de los militares.

      Más de 150 militares han sido detenidos, y el ex comandante venezolano indicó que probablemente estén siendo torturados. Se lamentó de la falta de apoyo táctico de Estados Unidos, la cual, a su juicio, pudo haber cambiado la historia del país.

      Estoy decepcionado. Pero soy el menos afectado, al menos no soy un prisionero”, confesó.


  • Les liaisons à risques du #CICR

    Les relations du Comité international de la Croix-Rouge avec le secteur privé et la double casquette de son président, #Peter_Maurer, également membre du conseil de fondation du #World_Economic_Forum, font courir le risque que le CICR soit perçu comme partial. La sécurité des délégués sur le terrain est en jeu.

    C’était le 9 octobre 2017. Sans tambour ni trompette, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) déclarait mettre fin avec effet immédiat au partenariat qu’il entretenait avec la multinationale LafargeHolcim. Cette dernière était l’une des douze sociétés appartenant au Corporate Support Group du CICR, un groupe de partenaires stratégiques du secteur privé. Motif : LafargeHolcim (LH), entreprise née de la fusion entre la société suisse Holcim et le français Lafarge lancée en 2014 et effective en 2015, est accusée d’avoir financé des groupes djihadistes en Syrie, dont l’organisation Etat islamique, à travers sa filiale Lafarge Cement Syria (LCS) et la cimenterie de Jalabiya.

    La justice française a depuis mis en examen sept cadres de la société soupçonnés de « financement du terrorisme ». Dans sa communication de l’automne dernier, le CICR est explicite : il « n’a pas travaillé avec LH ou avec Lafarge en Syrie, et n’a aucune connexion avec la situation complexe dans laquelle se trouve LH actuellement. »
    L’affaire LafargeHolcim

    L’exemple soulève la question des rapports du CICR avec ses partenaires privés. Pour l’organisation, fondée en 1863 par Henri Dunant et dont la mission est de rendre visite aux détenus, de fournir protection, assistance et aide humanitaire aux victimes de conflits armés et de promouvoir le respect du droit international humanitaire, l’alerte est chaude. Elle l’est d’autant plus que le CICR met du temps à réagir. Le Monde publie sa première enquête le 21 juin 2016 sous le titre : « Comment le cimentier Lafarge a travaillé avec l’Etat islamique en Syrie. »

    Face à ces révélations, le CICR réévalue ses procédures. Mais pas de remise en question immédiate du partenariat avec #LafargeHolcim. Selon un document interne envoyé au même moment aux délégations et que Le Temps s’est procuré, le CICR avance que « bien qu’à ce stade, la probabilité que les médias approchent le CICR au sujet du soutien qu’il reçoit de LH soit très faible, les lignes ci-dessous devraient aider à gérer de telles demandes ». Les collaborateurs sont censés mentionner des projets développés en commun par LH et le CICR, notamment au Nigeria. Le siège continue à relativiser : « Les accusations contre LH au sujet du comportement de son équipe en Syrie doivent encore être prouvées. »

    A Genève, on ne prend pas la mesure de l’urgence : le président du CICR Peter Maurer et le chef de la délégation du CICR au Nigeria signent le 21 octobre 2016 à Lagos un protocole d’accord avec Lafarge Africa Plc. Le partenariat prévoit notamment de « renforcer la position de Lafarge sur le marché du ciment dans le nord-est du Nigeria ». Une phrase qui provoque une vive discussion à l’interne. Quatre jours plus tard, pourtant, la rupture avec LH est annoncée : « La révision [du partenariat] a révélé que la controverse […] avait le potentiel d’impacter négativement les opérations, la réputation et la crédibilité du CICR avec des acteurs clés, y compris sur le terrain. » En dépit de la volte-face, le malaise persiste. Etait-il opportun d’avoir un partenariat avec Holcim, dont le président du conseil d’administration jusqu’en mai 2014 (après la fusion avec Lafarge), Rolf Soiron, siégeait dans le même temps au Conseil de l’Assemblée, l’organe suprême du CICR ?
    Les risques de conflit d’intérêts

    Le partenariat avec LafargeHolcim n’étant plus d’actualité, l’affaire pourrait s’arrêter là. C’est compter sans un groupe de 25 membres honoraires, d’anciens dirigeants, chefs des opérations et de délégation du CICR. Dans un document qu’ils envoient au siège du CICR en décembre 2017 intitulé « L’indépendance et la neutralité du CICR en péril », ils affirment vouloir nourrir un débat qu’ils jugent « existentiel ». Leur intention, précisent-ils au Temps, n’est pas de « casser » une organisation qu’ils continuent d’aimer.

    Le réflexe pourrait être de voir dans cette mobilisation un combat d’arrière-garde entre des anciens, dépassés, et des nouveaux, progressistes. Or l’inquiétude dépasse largement ce cercle et provient aussi des délégués actifs sur le terrain. Elle ne porte pas tant sur la collaboration avec le secteur privé que sur les conditions dans lesquelles celle-ci se matérialise. Cette inquiétude est exacerbée par plusieurs facteurs : face aux multiples crises humanitaires et à leur complexité croissante, face à l’irrespect crasse du droit international humanitaire, le CICR évolue dans un contexte extraordinairement difficile. Il est présent dans 86 pays et emploie 18 000 collaborateurs. Son travail, remarquable, est reconnu.

    Si nombre d’entreprises privées ont régulièrement soutenu l’auguste institution, elles l’ont surtout fait sous une forme philanthropique. « Aujourd’hui, c’est davantage du donnant-donnant », explique Marguerite Contat, ex-cheffe de délégation qui craint que l’indépendance et l’impartialité du CICR ne soient remises en question. Un vocabulaire qui fait écho au slogan « win-win » familier du World Economic Forum (#WEF), mais qui s’inscrit aussi dans la transformation en partie entamée à l’ONU au début des années 2000 par Kofi Annan sous le nom de « #Global_Compact », un concept de promotion du #partenariat_public-privé. Le document rédigé par le groupe des 25 met en garde : « L’institution ne peut se permettre de mettre en péril le formidable capital de confiance qu’elle a accumulé au cours de son siècle et demi d’existence […]. Il ne suffit pas, pour le CICR, de se proclamer neutre et indépendant, encore faut-il qu’il soit reconnu comme tel par toutes les parties concernées. »

    On l’aura compris : les craintes exprimées touchent à un aspect central de l’action du CICR : la perception qu’ont de lui les acteurs locaux, qu’il s’agisse de groupes armés non étatiques, d’Etats ou de groupes terroristes. Les principes ne sont pas gravés dans le marbre une fois pour toutes, déclarait pourtant Peter Maurer lors d’un symposium consacré en 2015 aux « principes fondamentaux dans une perspective historique critique ». Ils sont fonction de l’époque.

    Sous la présidence de Jakob Kellenberger (2000-2012), le CICR a institué un partenariat stratégique avec douze sociétés réunies dans ce qu’il appelle le Corporate Support Group (CSG). L’apport de chacune est d’un demi-million par an sur six ans. Leur contribution financière est marginale, soit moins de 4% du financement assuré par les Etats contributeurs. Mais pour le CICR, appelé à répondre à des besoins humanitaires qui explosent, ce soutien est nécessaire. Dans cette logique, le récent partenariat conclu avec la société danoise Novo Nordisk a du sens. Peter Maurer le justifiait récemment devant l’Association des correspondants du Palais des Nations (Acanu) : « Non, ce n’est pas de la philanthropie. Nous n’obtenons pas les médicaments [anti-diabète] de Novo Nordisk gratuitement. Mais ceux-ci peuvent être fournis à des populations vulnérables à des prix plus favorables. »
    Perception du CICR, un acquis fragile

    Difficile par ailleurs de demander au contribuable d’en faire davantage, la Confédération appuyant le CICR déjà à hauteur de 148 millions de francs (2017). Le financement par les Etats soulève aussi son lot de questions. Un ancien haut responsable de l’institution le souligne : « Les contributions versées par certains Etats relèvent plus de la stratégie de communication que d’un réel engagement humanitaire. » Un autre observateur ajoute : « Les Etats-Unis sont les premiers contributeurs étatiques du CICR. Or ils ont orchestré de la torture en Irak à partir de 2003. »

    Au CICR, on le martèle : le monde a changé. Gérer simplement l’urgence humanitaire ne suffit plus. Il faut « inscrire l’urgence dans la durée », dans le développement durable d’un Etat, d’une communauté. Le savoir-faire du secteur privé peut s’avérer utile pour améliorer des situations humanitaires catastrophiques lorsque les services de l’Etat se sont effondrés. Mais qu’obtiennent en contrepartie les entreprises stratégiques du CSG, hormis la possibilité d’utiliser le logo du CICR ? Membre du CSG depuis 2008, Credit Suisse y trouve son compte. Son porte-parole Jean-Paul Darbellay s’en explique : « Grâce à ce partenariat, nous bénéficions de nombreux échanges de connaissances et partageons notre expertise dans de plusieurs domaines d’activité : marketing, ressources humaines, collectes de fonds. »

    Credit Suisse apporte aussi son expertise au « WEF Humanitarian System Global Future Council présidé par Peter Maurer ». En aidant le CICR, la fondation néerlandaise Philips, membre du CSG, n’a pas d’objectifs commerciaux. Elle a développé avec lui un kit d’instruments pour la détection précoce des grossesses à haut risque dans des communautés fragiles ayant un accès limité à des services de santé. La société Roche n’attend pour sa part aucun « retour matériel sur investissement ».
    Un rôle flou

    « Notre intérêt, explique au Temps Yves Daccord, directeur général du CICR, réside surtout dans l’échange de compétences avec le secteur privé. Avec Swiss Re, nous avons un intérêt à coopérer avec le secteur de la réassurance. En Syrie, si on laisse le système s’effondrer, cela aura un énorme impact humanitaire. » Les critiques estiment toutefois que le CICR en fait trop en aidant ses partenaires à développer des activités économiques là où il est présent. Yves Daccord s’en défend : « Il est exclu que le CICR fournisse des renseignements situationnels à ses partenaires. Ce serait de la folie. » Devant l’Acanu, Peter Maurer précise : « Nous ne sommes pas impliqués dans la reconstruction. » Mais le président du CICR n’hésite pas à sensibiliser les partenaires stratégiques en les amenant sur le terrain. Lors d’une visite en Colombie en janvier 2017, lors de laquelle il rencontra le président Juan Manuel Santos, il avait « dans ses bagages » l’Avina Stiftung, Holcim Colombia ou encore Nespresso.

    Professeur émérite de l’Université du Nebraska et auteur du livre ICRC : A Unique Humanitarian Protagonist, David Forsythe connaît bien l’institution et salue son travail de terrain. Il questionne toutefois le rôle flou du CICR avec ses partenaires : « Personne ne remet en question la nécessité de travailler avec le secteur privé. Mais si cette coopération devait permettre aux entreprises partenaires de faire de l’argent, cela poserait un problème sérieux au vu de la mission strictement humanitaire du CICR. Et certaines multinationales pourraient chercher à redorer leur image en soutenant une telle organisation humanitaire. Il en va de même pour le choix par cooptation des membres de l’Assemblée du CICR. Il faut s’assurer qu’ils soient irréprochables et qu’ils ne soient pas sujets à des conflits d’intérêts. »
    La proximité avec le WEF critiquée

    L’autre aspect qui fait débat aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur du CICR, c’est la double casquette de Peter Maurer, président du CICR depuis 2012 et membre du conseil de fondation du World Economic Forum (WEF) depuis novembre 2014. Cette double appartenance interpelle même les actuels collaborateurs. Après un message envoyé le 12 avril 2017 par le siège pour sonder les délégations et que Le Temps a pu consulter, l’une de ces dernières relève que la double casquette « met automatiquement le CICR du côté des puissants et des riches ». Les délégués sur le terrain pourraient en subir les conséquences.

    Or, explique une seconde délégation, le CICR est une institution « qui se présente comme ontologiquement proche des victimes ». Une autre délégation déplore l’association formelle au WEF alors que « le CICR a déployé d’énormes efforts durant la dernière décennie pour se débarrasser de son étiquette occidentale ». Elle se pose une question rhétorique : que se passerait-il si les FARC, le mouvement révolutionnaire colombien d’obédience marxiste, négociant avec le CICR, apprenait que le président du CICR était aussi au conseil de fondation du WEF, une organisation qui défend le libéralisme économique ? Le sondage semble avoir eu peu d’effet. Le mandat de Peter Maurer au WEF a été renouvelé sans problème en 2017. « On ne tient pas compte de nos remarques, explique un responsable encore en fonction. Nous sommes mis devant un fait accompli. » La direction élude le débat. Le sujet est devenu tabou.

    Le double mandat de Peter Maurer peut cependant prêter à confusion. Le 11 mai 2017, le président du CICR se rend à Kigali pour une réunion du WEF Afrique. Il y est invité par la ministre rwandaise des Affaires étrangères. Après quelques hésitations, Peter Maurer accepte l’invitation. La délégation du CICR à Kigali essaie de lui arranger un rendez-vous avec le président du Rwanda. En vain. Il faudra l’appel de Klaus Schwab, président du WEF, pour inciter Paul Kagame à rencontrer le patron du CICR. « Pendant seize minutes, tous deux ne parlent que du CICR, explique au Temps une personne qui était sur place. Pour Paul Kagame, il n’y avait pas de confusion possible : Peter Maurer parlait au nom du CICR. »

    Jugeant le WEF complaisant à l’égard des Emirats arabes unis et de l’Arabie saoudite, un ex-haut responsable du CICR en convient : « Cela n’a pas eu d’effet mesurable pour l’instant. Mais un accident n’est pas exclu. Je rappelle qu’au Yémen, le CICR est la seule organisation capable de parler à tous les acteurs. » Or ce sont les deux pays précités qui ont orchestré le blocus économique du Yémen, aggravant la situation humanitaire. Par ailleurs, être formellement associé au WEF est « risqué pour les délégués, notamment en Syrie, poursuit-il. Au WEF, plusieurs acteurs ont expliqué comment éliminer l’Etat islamique. » Le professeur David Forsythe avertit : « Si des acteurs locaux venaient à apprendre le mandat de Peter Maurer au WEF, cela pourrait devenir un sérieux problème. »
    L’exemple douloureux du Biafra

    La question de sa perception n’est pas anodine pour une organisation qui souhaite avoir accès à tous les belligérants. Car son image est parfois fragile. Le CICR en a fait l’expérience au moment de la crise du Biafra à la fin des années 1960, quand des gardes en uniforme du président de la Guinée équatoriale montèrent avec leurs motos à bord d’avions de la Croix-Rouge suédoise marqués du sigle générique de la Croix-Rouge. La scène aurait été filmée par un Hollandais.

    En Afrique, il faudra des années au CICR pour se débarrasser de cette fausse nouvelle selon laquelle il aurait participé à un trafic d’armes… Or c’était il y a près de cinquante ans. Aujourd’hui, à l’heure des réseaux sociaux, le risque de dégât d’image est décuplé. Peter Maurer le reconnaît lui-même : « Mon organisation ne bénéficie pas d’une neutralité garantie. C’est quelque chose que vous obtenez en établissant des relations de confiance avec les parties au conflit. Gagner leur confiance est un combat quotidien. » A propos de la tragique mort récente d’un collaborateur du CICR au Yémen, des délégués le déplorent sur le réseau Alumni Networks du CICR. Il aurait été abattu « parce qu’il était du CICR ». Etait-ce déjà une question de perception de l’organisation ?

    Yves Daccord comprend les arguments critiques par rapport au WEF, mais les conteste. « Notre choix stratégique ne consiste pas à observer, mais à faire partie de la discussion. Depuis huit ans, notre engagement a considérablement augmenté. Nous avons désormais une présence diplomatique dans les capitales des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous poursuivons une stratégie d’influence croisée pour renforcer notre discours humanitaire. » Dans cette logique, le WEF est une plateforme très utile où sont présents bon nombre d’acteurs (multi-stakeholders) auprès desquels le CICR peut exercer son influence pour renforcer son message humanitaire. « Quand le président chinois Xi Jinping est à Davos, qu’il rencontre le conseil de fondation du WEF et qu’il voit Peter Maurer, c’est important. Cela permet au CICR d’établir rapidement un lien avec le dirigeant chinois. Il faut nous juger sur nos objectifs, non sur une image arrêtée de la situation. »
    Changement de culture

    Au CICR, le choc des cultures est une réalité. Le monde a changé et l’institution genevoise aussi. Peter Maurer est beaucoup sur le terrain : en Libye, au Yémen, en Syrie. On reconnaît à cet ex-ambassadeur de Suisse auprès de l’ONU à New York un grand talent diplomatique qui lui a valu de rencontrer les grands de la planète : Xi Jinping, Vladimir Poutine, Barack Obama. En termes de budget, l’organisation atteint désormais les 2 milliards. Pour les uns, c’est une course à la croissance effrénée par laquelle le CICR s’éloigne de sa mission spécifique de protection des civils pour embrasser toute une série d’activités de développement propres à une « agence para-onusienne ».

    Pour d’autres, c’est le génie de Peter Maurer qui a su réaliser qu’il fallait voir l’humanitaire dans une dimension plus large. Yves Daccord l’admet : « Oui, la culture de la maison a changé. » Le professeur David Forsythe met toutefois en garde : « Attention au style de management vertical propre à une grande multinationale. Malgré son excellente image et sa réputation, voyons si le CICR est toujours capable, au vu de ce management, d’attirer des délégués aussi engagés, dont il ne faut pas oublier qu’ils risquent leur vie sur le terrain. » Le CICR, semble-t-il sous-entendre, ne peut être soumis à une culture managériale identique à celle d’une multinationale, car en fin de compte, ce sont les gens du terrain qui sont sa raison d’être.

    https://www.letemps.ch/monde/liaisons-risques-cicr
    https://www.letemps.ch/monde/liaisons-risques-cicr
    #Lafarge #Syrie #conflit_d'intérêts #Lafarge #Holcim


  • Colombia pledges to tackle impunity for activist killings
    http://news.trust.org/item/20180510164924-j3r31

    Colombia is working to prevent the killing of activists and tackle impunity, under mounting international pressure to stem the violence, a minister said on Thursday.

    Despite a 2016 government peace accord that ended a half a century of civil war with the Revolutionary Armed Forces of Colombia (FARC), activists in the country are still in the firing line, with one gunned down every five days.

    They are particularly at risk in regions vacated by rebel fighters following the peace accord, leaving a power vacuum that crime gangs have sought to fill, the United Nations has said.

    “The government recognizes that the signing of the peace accord is not peace in itself but a necessary and definitive step towards building a more just and equal society,” said Rodrigo Rivera, Colombia’s interior minister.

    “We are fighting against the impunity of homicides of human rights defenders,” he told the United Nations Human Rights Council in Geneva on Thursday as it reviewed the country’s right record.

    The government has set up an elite police task force and investigation unit to dismantle criminal groups and investigate killings and attacks against activists, the minister said.

    About 4,000 at-risk activists receive protection from the government, including bodyguards, bullet-proof vests and cars, Rivera said.

    The government says 144 human rights campaigners were killed in 2016 and 2017 and 103 people have been arrested.

    But local rights groups and watchdogs say the true number of dead is higher.

    #Colombie #violences #meurtres #activisme


  • Analyse intéressante (d’opposition) sur la situation politique au #Venezuela y compris lexicologique.

    El « #pranato » que nos gobierna | Analitica.com
    http://www.analitica.com/opinion/el-pranato-que-nos-gobierna

    Nuestro problema no es solo de derechos humanos y democracia o crisis humanitaria sino de articulación del régimen con grupos y países con intereses geopolíticos y delincuenciales en Venezuela.

    El camino de las discusiones académicas, políticas e incluso lingüísticas para caracterizar la organización del poder en la Venezuela chavista ha consumido mucho tiempo, durante el cual ha sido complicado un acuerdo sobre la mejor vía para liberarnos de esta lacra que nos acogota. Es reciente que en los círculos académicos, en los pasillos de las cancillerías y en las organizaciones internacionales se comience a aceptar que estamos en dictadura. Distintas caracterizaciones aparecieron en estos largos años, entre ellas, neodictadura, autoritarismo, autoritarismo competitivo y totalitarismo sin olvidar lo de fascismo. Catalogarlo como dictadura no fue una tarea fácil. Formalmente la OEA, por ejemplo, no ha sido capaz de hablar de “ruptura del hilo constitucional” sino de “violación”. Y menos de actuar en consecuencia. Hubo que crear un grupo extra OEA, el Grupo de Lima, para ser más claro y contundente y hablar de “ruptura”. Hoy hay algunos miembros, como Chile, que le tienen miedo al término dictadura y prefieren decir que “no hay democracia”.

    Una más fácil transición fue pasar de hablar de #gobierno a #régimen. Entendiendo que gobierno se refiere más a aquellos que están destinados a rotar en el poder, mientras que regímenes serían los que se quieren perpetuar, especialmente imponiendo una hegemonía y redefiniendo el modelo económico, político e incluso cultural de un país.

    Ahora nos hemos dado cuenta del carácter delincuencia del régimen. Primero hablamos de que somos un país secuestrado por unos malandros que se han apropiado de las riquezas y de las instituciones para ejercer su dominio sobre el territorio y la gente. Es una figura metafórica que nos permite entender el tipo de relación entre nosotros y quienes nos someten. Alí Babá y los cuarenta ladrones.

    Luego hemos caído en cuenta de que el asunto es más serio. Algunos señalan el tema del narcotráfico para caracterizar a Venezuela como un ‘#narcoestado’. Pero se quedan cortos. Estos ‘secuestradores’ están articulados internacionalmente a una serie de fuerzas e intereses, en lo concreto con organizaciones y gobiernos, todos persiguiendo sus intereses geopolíticos o delincuenciales, y no solo son las drogas.

    Por esto preferimos hablar de pranato, neologismo proveniente de otro: #pran. Viene del submundo criminal venezolano e identifica al jefe o capo de los presos en una cárcel cuya red delincuencial se extiende fuera de la prisión.

    Usamos pranato en vez de régimen, pues va más allá al significar una articulación o alianza con fuerzas delictivas organizadas. En él no solo participan venezolanos filocubanos chavistas, militares corruptos, Cuba y los boliburgueses, sino grupos guerrilleros como las FARC y el ELN, potencias extraregionales como Rusia, China e Irán y movimientos radicales islamitas, además de bandas criminales locales e internacionales y los miembros del Foro de San Pablo. Pero nuestro problema no es solo de derechos humanos y democracia o crisis humanitaria. El pranato venezolano al ser parte de las “organizaciones delictivas transnacionales” es además una “amenaza más inmediata para nuestro hemisferio”, como planteó Rex Tillerson.

    • Entendiendo que gobierno se refiere más a aquellos que están destinados a rotar en el poder, mientras que regímenes serían los que se quieren perpetuar, especialmente imponiendo una hegemonía y redefiniendo el modelo económico, político e incluso cultural de un país.

      «  Étant entendu que gouvernement s’applique plutôt à ceux qui autorisent une alternance au pouvoir alors que régime serait pour ceux qui cherchent à se perpétuer, en particulier en imposant une hégémonie et en redéfinissant le modèle économique, politique et même culturel d’un pays.  »

      #régime pour @biggrizzly (je crois…)


  • When Terrorists and Criminals Govern Better Than Governments - The Atlantic

    Une vison iconoclaste

    https://www.theatlantic.com/international/archive/2018/04/terrorism-governance-religion/556817

    The Taliban claims to adhere to a strict interpretation of Islamic law, but that didn’t stop them from learning to love the poppy. The Islamic State developed an unforgiving set of laws to govern its caliphate, even as it engaged in widespread smuggling of antiquities and the synthetic drug Captagon. The Revolutionary Armed Forces of Colombia (the farc) were once puritanically anti-drugs but turned wholeheartedly to supporting the cocaine economy following their Eighth Party Congress in 1982. This isn’t necessarily surprising. Despite initial protestations, militant groups often engage in criminal operations—drugs, trafficking, and smuggling—to fund their activities.

    But crime is not their primary calling—they also seek to govern. These groups may be evil but they can also be rational, calculating, and sometimes surprisingly effective, outperforming existing governments. Yet this fundamental point is often lost on policymakers.


  • En #Colombie, la droite anti-accord de paix l’emporte
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/03/12/en-colombie-la-droite-anti-accord-de-paix-l-emporte_5269368_3222.html

    La droite opposée à l’accord de paix avec l’ex-guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) est arrivée en tête des législatives, dimanche 11 mars, en Colombie, à l’issue d’un scrutin historique auquel participaient pour la première fois d’anciens rebelles qui ont fait leur entrée au Parlement.

    La victoire de la droite, bien que celle-ci n’ait pas réussi à emporter la majorité, suscite l’incertitude quant à la suite de la mise en œuvre de l’accord signé en 2016 avec ce qui était alors la rébellion la plus ancienne et la plus puissante d’Amérique latine.

    Pour la première fois en plus d’un demi-siècle de conflit armé, les Colombiens ont pu cependant voter sans la menace des guérillas. Le président de la République de Colombie, Juan Manuel Santos, a salué « les élections les plus sûres, les plus transparentes (...) de l’histoire récente du pays ».

    En tête de la coalition de droite, c’est le Centre démocratique du sénateur et ex-président Alvaro #Uribe, farouche adversaire de l’accord avec les FARC, qui a recueilli le plus de voix, obtenant dix-neuf sièges au Sénat et trente-trois à la Chambre des députés. L’accord avec l’ex-guérilla devenue la Force alternative révolutionnaire commune garantit dix des deux cent quatre-vingts sièges du nouveau Parlement à l’ancienne guérilla marxiste.
    […]
    Ce dimanche avaient aussi lieu les primaires pour désigner les candidats à la présidence des deux principales tendances.
    A droite, c’est le sénateur Ivan Duque (CD) qui l’a emporté ; à gauche, #Gustavo_Petro, ancien maire de Bogota et ex-guérillero du M-19 (Movimiento 19 de Abril, gauche, dissous). Avec le centriste Sergio Fajardo, ancien maire de Medellin, deuxième ville du pays, ils sont en tête des sondages.

    Si Ivan Duque remporte la présidence, les pourparlers avec l’ELN pourraient aussi être retardés. Ils ont été gelés en février par le gouvernement à la suite d’attentats meurtriers de cette guérilla d’environ quinze cents combattants.


  • #Colombie: l’ex-guérilla des #FARC intègre avec difficulté le jeu électoral
    https://www.mediapart.fr/journal/international/100318/colombie-l-ex-guerilla-des-farc-integre-avec-difficulte-le-jeu-electoral

    Pablo Catatumbo, membre du parti de la Farc, pendant une conférence de presse, vendredi 9 février à Bogotá. © Reuters Sept mois après avoir déposé les armes, l’ex-guérilla colombienne présente pour la première fois des candidats aux élections législatives, qui ont lieu ce dimanche. La participation des ex-rebelles des Farc est prévue par l’accord de paix signé à La Havane en 2016.

    #International #accord_de_paix #élections_2018 #Uribe


  • #Colombie. #Tourisme : vis ma vie d’ancien #FARC

    D’anciens membres de la #guérilla colombienne proposent aux touristes de découvrir ce qu’était la vie quotidienne des combattants. Leur promesse : des sensations fortes, mais en toute sécurité, dans des zones longtemps inaccessibles à cause des combats.


    https://www.courrierinternational.com/article/colombie-tourisme-vis-ma-vie-dancien-farc
    #dark_tourism #tourisme_de_guerre #tourisme_noir


  • En #Colombie, une lutte pour la terre entre paysans et grandes entreprises
    https://reporterre.net/En-Colombie-une-lutte-pour-la-terre-entre-paysans-et-grandes-entreprises

    Il y a un an, le gouvernement colombien signait la paix avec les FARC-EP. Mais les paysans des régions où se déroulait la guerre voient leurs #terres spoliées par les entreprises agro-industrielles soutenues par le gouvernement. Ils luttent en créant des « zones de #biodiversité », racontent les auteurs de cette tribune.

    #agro-industrie


  • Palm oil mounts ‘new offensive’ in Colombia while workers decry labor conditions
    https://news.mongabay.com/2017/10/palm-oil-mounts-new-offensive-in-colombia-while-workers-decry-labor-c

    Demobilization of the FARC and other militant groups are opening vast areas of Colombia to new development.

    Colombia is Latin America’s biggest palm oil producer. Researchers expect the industry will be expanding into these new territories, and are worried about how Colombia’s native ecosystems will fare against new oil palm plantations and how communities will be treated by the industry.

    Advocacy organizations say Colombia is facing a grave security crisis for human rights defenders, unionists, community activists, and indigenous and Afro-Colombian leaders, with more than 120 social leaders reportedly killed so far in 2017.

    Mongabay traveled to Magdalena Medio to talk with oil palm plantation workers; they reported dangerous working conditions and deadly retribution from anti-union organizers.

    #Colombie #industrie_palmiste #terres #droits_humains #peuples_autochtones #peuple_afro-colombien


  • La violence, mais pour quoi faire ?, par Anselm Jappe [Pour « aller au-delà du cortège de tête »]
    http://www.palim-psao.fr/article-34399246.html

    Nous republions ici ce texte de 2009 dans le cadre des discussions et contributions actuelles pour aller « au-delà du cortège de tête ».

    L’État laisse donc tomber tous les jolis oripeaux dont il s’est revêtu depuis plus d’un siècle. Mais ce n’est pas un retour en arrière. La situation historique est inédite : l’État s’installe en seul maître du jeu. Dans les trente dernières années, il s’est forgé un arsenal de surveillance et de répression qui dépasse tout ce qu’on a vu, même à l’époque des États dits « totalitaires ». A-t-on déjà imaginé ce qui serait arrivé si les nazis et leurs alliés avaient disposé des mêmes instruments de surveillance et de répression que les démocraties d’aujourd’hui ? Entre surveillance vidéo et bracelets électroniques, échantillons d’ADN et contrôle de toutes les communications écrites et verbales, aucun juif ou gitan n’en aurait réchappé, aucune résistance n’aurait pu naître, tout évadé d’un camp de concentration aurait été repris immédiatement. L’État démocratique actuel est bien plus équipé que les États totalitaires d’antan pour faire du mal et pour traquer et éliminer tout ce qui peut lui faire opposition. Apparemment, il n’a pas encore la volonté d’en faire le même usage que ses prédécesseurs, mais demain ? Une logique fatale pousse les États à faire tout ce qui peut être fait, d’autant plus qu’ils sont les gérants d’un système technologique qui obéit à la même logique. Et on le voit tous les jours dans l’usage des moyens de répression : les prélèvements d’ADN, utilisés au début seulement pour les cas les plus graves, comme les meurtres d’enfants, sont maintenant appliqués couramment pour des vols de scooter ou pour les faucheurs volontaires, et finalement pour tout délit sauf pour les délits financiers (les bonnes âmes de gauche limiteront leur protestation à en demander l’extension à cette catégorie pour lutter contre les « privilèges »).

    […]

    Face au sabotage ou à d’autres formes de « violence », la question est toujours : qui l’exerce, et dans quel but ? La gauche radicale a souvent confondu la violence, même employée pour des buts absolument immanents à la logique marchande, tels les revendications salariales, avec la « radicalité ». Le sabotage pourra tout aussi bien se confondre avec l’affirmation violente d’intérêts particuliers et provoquer des réactions également violentes de l’autre côté : ainsi, les exploitants de terrains cultivés en OGM et saccagés par des faucheurs, ne se sentant pas défendus par l’État, pourraient recourir à des agences de sécurité privées. Le « maintien » émancipateur d’un mouvement d’opposition, même s’il démarre sur de bonnes bases, n’est jamais garanti – il pourra toujours basculer dans un « populisme » qui dépasse tout « clivage gauche-droite ». La transformation de certains mouvements de résistance à l’État en mafias qui luttent seulement pour elles-mêmes (comme les FARC en Colombie) est hautement significative. Et une fois que les « communes » dont parle L’Insurrection (et dont la conception rappelle quelque peu quelques-uns des survivalistes nord-américains qui se préparent à l’apocalypse) constateront que le reste de la population ne se met pas sur la même voie, elles ne combattront que pour leur propre compte. Ce ne sera pas le premier cas dans l’histoire récente.

    Déjà en ce moment, au lieu d’une critique du fonctionnement du capitalisme – et donc de la valeur, de l’argent, du travail, du capital, de la concurrence –, on assiste à une « chasse aux managers », à des attaques de leurs villas, à des séquestrations. « On trouve parmi les inculpés [des actes de révolte dans les banlieues] toutes sortes de profils que n’unifie guère que la haine de la société existante, et non l’appartenance de classe, de race ou de quartier », dit L’Insurrection qui vient. Soit. Cependant, le fait de détester la société existante ne veut encore rien dire, il faut voir si c’est pour de bonnes ou de mauvaises raisons. L’islamiste aussi est mû par la haine de cette société, et les supporters fascistes dans les stades crient « All cops are bastards ». Les négristes aussi croient voir des alliances parfaitement imaginaires de tous les ennemis de ce monde, du kamikaze palestinien jusqu’au professeur en grève, des banlieues parisiennes aux mineurs boliviens – pourvu que ça pète… Les sentiments de rejet qu’engendre le monde d’aujourd’hui sont souvent beaucoup plus près de la « haine désincarnée » (Baudrillard) et sans objet que de la violence traditionnelle et ils peuvent difficilement entrer dans une stratégie « politique » quelle qu’elle soit. Et si la guerre civile – la vraie – éclatait, il n’est pas difficile d’imaginer qui seraient les premiers à se trouver réveillés en pleine nuit et collés au mur sans façon, tandis qu’on viole les femmes et qu’on tire sur les enfants…

    #violence #comité_invisible #cortège_de_tête #Anselm_Jappe


  • #Colombie : les #FARC rendent solennellement les armes
    https://www.mediapart.fr/journal/international/010717/colombie-les-farc-rendent-solennellement-les-armes

    Une page historique se tourne en Colombie. Cinq ans après avoir entamé un dialogue avec le gouvernement de Juan Manuel Santos à La Havane, la guérilla des Farc a déposé cette semaine la totalité de son armement. C’est la fin officielle du conflit entamé en 1964 par la plus vieille guérilla du continent.

    #International #accord_de_paix_Colombie-Farc


  • Les #victimes invisibles du #conflit colombien

    Certains sont portés disparus depuis plus de 50 ans. Des parents, des amis, des voisins, enlevés par des hommes en armes et que personne n’a jamais revus. Quelques-uns ont été enrôlés de force par les différentes factions du conflit colombien, l’immense majorité a été assassinée puis enterrée sommairement dans les zones rurales. FARC, ELN, armée, paramilitaires d’extrême-droite, tous ont participé à ce carnage invisible. Un sujet tabou car les gouvernements successifs sont impliqués. Pour obtenir des réponses et retrouver les dépouilles de leurs proches, les familles se battent de leur côté.

    http://info.arte.tv/fr/les-victimes-invisibles-du-conflit-colombien
    #guerre #colombie #disparitions



  • #Colombie : « le défi de la gauche consiste à savoir interpréter les besoins exprimés par les mouvements sociaux »

    Nous publions ci-dessous une interview avec Dilberto Trujillo Dussan*, militant politique colombien du courant de la théologie de la libération. Cette interview exprime son point de vue sur la situation sociale et politique en Colombie au moment où la signature des nouveaux accords de paix le 24 novembre 2016 entre le gouvernement et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (#FARC) ainsi que les #négociations en cours entre le gouvernement et l’Armée de libération nationale (#ALN) ouvrent des nouvelles perspectives politiques dans le pays. Nous reviendrons sur la situation en Colombie et, plus en générale, sur la situation en Amérique latine, avec l’organisation d’une conférence à l’Université de Genève (Uni-Mail) sur le thème « Crise du capitalisme et accaparement de terres » prévue dans le courant du moi de mai (Réd. CLB)

    https://cerclelabreche.wordpress.com/2017/03/10/colombie-le-grand-defi-de-la-gauche-consiste-a-savoir-inte
    #paix


  • Le reflux des gauches en Amérique du Sud
    http://america-latina.blog.lemonde.fr/2016/12/11/le-reflux-des-gauches-en-amerique-du-sud/#xtor=RSS-32280322

    Depuis la fin 2015, on assiste à un tournant politique en Amérique du Sud : le reflux de la gauche et du #populisme, qui ont marqué la région après l’élection du lieutenant-colonel #Hugo_Chavez à la présidence du #Venezuela (1999-2013). En … Continuer la lecture →

    #Argentine #Bolivie #Brésil #Chili #Colombie #Cuba #Diplomatie #Droits_de_l'homme #Economie #Equateur #Histoire #Nicaragua #Pérou #Salvador #Uruguay #Action_démocratique #André_Singer #Armée_de_libération_nationale #Belem #budget_participatif #Carlos_Minc #castrisme #centre_gauche #chavisme #corruption #Cristina_Kirchner #Dilma_Rousseff #ELN #Evo_Morales #FARC #Fernando_Gabeira #Fernando_Henrique_Cardoso #Fernando_Lugo #Fidel_Castro #Forces_armées_révolutionnaires_de_Colombie #Forum_social_mondial #Frente_Amplio #guerrillas #Internationale_socialiste #Isabel_Peron #José_Mujica #Juan_Domingo_Peron #Lava_Jato #Luiz_Eduardo_Soares #Luiz_Inacio_Lula_da_Silva #Margarita_Lopez_Maya #mensalão #Mercosur #Michel_Temer #Minustah #MRTA #Nestor_Kirchner #Odebrecht #Olivio_Dutra #Parti_communiste_de_Cuba #Parti_communiste_du_Brésil #Parti_de_la_social-démocratie_brésilienne #Parti_du_mouvement_démocratique_brésilien #PCdoB #PDVSA #Pemex #péronisme #Petrobras #PMDB #Porto_Alegre #PRI #PSDB #PT #Rafael_Correa #Raul_Castro #Raul_Pont #Ricardo_Lagos #São_Paulo #scandale_Petrobras-BTP #Sebastian_Piñera #Sentier_lumineux #Tarso_Genro #Teodoro_Petkoff #théologie_de_la_libération #transition_démocratique_au_Chili #Unasur #Veronika_Mendoza


  • #Cuba a joué un rôle décisif dans l’accord de paix signé en #Colombie
    https://www.mediapart.fr/journal/international/291116/cuba-joue-un-role-decisif-dans-l-accord-de-paix-signe-en-colombie

    Fidel #Castro en 2012. © Reuters Durant plusieurs années, Cuba a organisé et piloté cette négociation entre le pouvoir colombien et la guérilla des #FARC. #Fidel_Castro voulait mettre fin à la plus vieille guérilla marxiste en #Amérique_latine.

    #International #accord_de_paix_Colombie-Farc


  • #Cuba et Fidel #Castro ont joué un rôle décisif dans l’accord de paix signé en #Colombie
    https://www.mediapart.fr/journal/international/291116/cuba-et-fidel-castro-ont-joue-un-role-decisif-dans-l-accord-de-paix-signe-

    Fidel Castro en 2012. © Reuters Fidel Castro est mort au lendemain de la signature d’un accord de paix historique entre le pouvoir colombien et la guérilla des #FARC. Durant plusieurs années, Cuba a organisé et piloté cette négociation voulue par le dirigeant cubain et qui a mis fin à la plus vieille guérilla marxiste en #Amérique_latine.

    #International #accord_de_paix_Colombie-Farc


  • Le nouvel accord de paix avec les #FARC signé en #Colombie
    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2016/11/23/l-accord-de-paix-sera-signe-ce-jeudi-en-colombie_5036149_3222.html

    « Je regrette que les plus radicaux des partisans du non continuent de s’opposer à l’accord de paix », a déclaré le président, Juan Manuel Santos, mardi 22 novembre à la télévision. Mais, a-t-il insisté, « le temps presse ». Le conflit armé colombien a duré plus d’un demi-siècle. Les négociations plus de quatre ans. Le chef de l’Etat a évoqué « le risque, qui grandit chaque jour, de voir tout ce qui a été obtenu s’effondrer, étant donné la fragilité du cessez-le-feu ». La trêve bilatérale définitive entrée en vigueur fin août a été respectée pendant plus de deux mois. Mais mercredi 16 novembre, le gouvernement a annoncé que dans le centre du pays, deux guérilleros ont été tués au cours d’un incident, que l’ONU – chargée de superviser le cessez-le-feu – tente d’éclaircir.

    La recrudescence des assassinats de responsables paysans et de défenseurs des droits de l’homme – trois au cours du week-end – a également contribué à assombrir le panorama. « Des vies ont été perdues, d’autres sont en danger. Nous nous devons d’agir avec diligence et fermeté pour corriger cette situation », a continué M. Santos.

    Les partisans de la paix négociée n’ont pas oublié le massacre des militants de gauche qui avait suivi la première tentative de paix avec les FARC, dans les années 1980. Depuis le début de l’année, plus de cinquante responsables d’organisations sociales ont été assassinés dans les régions touchées par le conflit.


  • November 2016 - English edition
    https://mondediplo.com/2016/11 #st


    Middle East, Putin’s risky game; freeing Mosul; North Africa, people power; Europe, where are the borders? Gibraltar, rock or hard place? Hungary, fantasies of a tribal past; Poland’s women fight for rights; after the Colombians’ no to FARC; Haiti’s minimum wage is the maximum; US, not all women are Hillary; Mexico, lucha libre crosses borders; the ‘happiness’ culture…

    http://zinc.mondediplo.net/messages/41459 via Le Monde diplomatique


  • Peculiar alliances
    http://africasacountry.com/2016/10/peculiar-alliances

    One of the most counterintuitive sights in the referendum on #Colombia’s historic peace agreement between the government and FARC rebels, was a coalition between #Human_Rights_Watch (HRW) and former President Álvaro Uribe in favor of a “no” vote. At the beginning of October, Colombian voters narrowly rejected a comprehensive historic peace agreement that would […]

    #LATIN_AMERICA_IS_A_COUNTRY #Alvaro_Uribe #Peace_deal