organization:scotland yard

  • Londres : deux rappeurs condamnés à des peines de prison pour les paroles d’une de leurs chansons
    https://lundi.am/Les-tentatives-de-censurer-la-drill-ont-franchi-un-nouveau-cap-alarmant

    Les beats sont délibérément épars et menaçants, et les paroles tendent vers le sombre, vers des récits violents de la vie de quartier.
    Elle est criminalisée parce qu’elle décrit souvent des activités criminelles ; et ainsi, c’est plus facile pour la police d’aller chercher des personnes parlant juste du crime à Londres, que d’aller poursuivre les criminels avérés.
    Qu’est-ce qui est reproché à Skengdo & AM ?

    Les deux ont été condamnés à 9 mois de prison avec sursis parce qu’il ont joué un titre insultant contenant les noms de rappeurs rivaux.
    Comment décrirais-tu le contexte raciste de l’affaire ?

    Les hommes noirs sont considérés comme des malades et des criminels violents. L’idée que ces deux artistes pourraient avoir exprimé leurs conditions de vie avec habileté et esprit s’est complètement dissoute dans l’urgence qu’il y a eu de les étiqueter comme membres de gang, et malfrats. Il y a une longue histoire d’artistes blancs qui traitaient de thèmes inconfortables, mais leur liberté d’y impliquer des expériences vécues est rarement étendue aux jeunes noirs...

    (1) Pour Scotland Yard, drill rime avec crime - Culture / Next
    https://next.liberation.fr/musique/2018/10/12/pour-scotland-yard-drill-rime-avec-crime_1684990

    En Angleterre et au pays de Galles, les crimes à l’arme blanche ont augmenté de 22 % en 2017 par rapport à 2016 et 39 enfants et adolescents ont été poignardés à mort. En août, la capitale a passé la barre des 100 morts violentes. Les rappeurs sont en première ligne : entre mai et août, trois MCs sont morts par arme blanche ou arme à feu dans le quartier de Camberwell. « C’est triste, mais tu ne peux pas changer la volonté de Dieu. Qu’ils reposent en paix », jette Scribz, 26 ans, membre du groupe 67, également connu sous l’alias LD et pour son masque à la MF Doom. Dans la cour de l’immeuble où ils ont grandi, les jeunes rappeurs sont résignés - blasés presque. « C’est la loi de la rue, tout arrive pour une raison », assène Liquez, 21 ans, le plus jeune du groupe. De nombreux « drillers » sont passés par la prison, notamment pour possession d’armes.

    Londres est une ville pétrie d’inégalités. 37 % des enfants y vivent sous le seuil de pauvreté, 81 clubs de jeunes ont fermé depuis 2011 à la suite de coupes budgétaires et les frais universitaires ont explosé (9 000 livres par an, soit 10 300 euros environ) pendant qu’une bourse destinée aux étudiants les plus pauvres (EMA) était supprimée. Un quotidien brutal aux minces perspectives qui se reflète dans les couplets des MCs. Mais pour la police, le lien est fait entre cette recrudescence de violence et le drill : « La musique drill est associée à des paroles qui rendent glamour de graves violences, des meurtres, des coups de couteau », a dénoncé en mai Cressida Dick, patronne de la Met, la police de Londres, appelant YouTube à supprimer certaines vidéos de la plateforme. Fin mai, l’agence Press Association annonçait que 30 vidéos environ avaient été supprimées. Un chiffre sous-évalué, corrige-t-on chez YouTube, sans donner de précisions.

    Nés pour le rap
    http://www.revue21.fr/zoom_sur/nes-pour-le-rap

    Chief Keef porte un bracelet électronique, condamné pour « fabrication et vente d’héroïne ». Il s’en moque : « Rien à foutre de cette merde, je sais que j’irai en enfer. » Né en 1995 dans le ghetto de Chicago, élevé par la rue, il appartient au gang des Black Disciples. « Bang » est sa première chanson. Elle est vue dix millions de fois. Les suivantes – « I don’t like », « Love Sosa » – font de lui une star mondiale. D’autres jeunes le suivent et on se met à parler du rap « drill » de Chicago. La drill n’a pas de définition officielle. C’est une mise en scène de la violence sur un rythme planant, c’est jeune et brut, ça marche parce que c’est réel. « Bang. »

    « Chief Keef est Chicago, il n’aurait pas pu venir d’ailleurs. Les rappeurs drill n’inventent rien. Ils mettent des rimes au bout de leur vie, et leurs vies ne sont pas belles à voir », explique son producteur. Pas aussi branchée que New York, moins pailletée que Los Angeles, la troisième ville des États-Unis est une boiteuse. Blancs et Noirs vivent à part : les riches au nord, les pauvres autour. En 2012, la ville a enregistré 532 meurtres et 2 670 blessés par balle.

    https://zone024.fr/2018/01/28/uk-drill

    • Comme il arrive généralement, la BBC a suivi le mouvement et a commencé à censurer le rock ’n’ roll, interdisant, entre autres, le « Maybellene » de Chuck Berry, étant donné que les paroles, qui mentionnaient l’infidélité (Maybelle drague et Chuck a le coeur brisé) étaient potentiellement dépravantes.

      Les années 70 ont vu l’avènement très documenté du punk, et l’interdiction simultanée des Sex Pistols en concert et sur les ondes, en même temps qu’une poursuite judiciaire avait tenté - sans succès - de faire juger leur album « Never Mind the Bollocks » comme criminellement obscène. Les années 80 ont eu le tube génialement sordide « Relax » suscitant l’indignation à cause de ses paroles osées, les anarcho-punks de Crass se sont vu refuser le pressage de leurs disques par les usines parce qu’ils étaient « blasphématoires » et U2 terrifiait les gardes-côtes de Island Records parce qu’ils chantaient la brutalité de l’armée britannique en Irlande du nord.

      Mais rien de tout cela n’a d’équivalent avec ce qui s’est passé la semaine dernière - parce que, peu importe le nombre de fois où la police a fait fermer un lieu, ou que la BBC (ou n’importe quelle station de radio) a décidé de ne pas jouer un titre, de toute ma vie, je ne peux trouver aucun exemple d’artiste ayant été puni d’une peine de prison pour le simple fait de chanter une chanson pop.

      #Musique #Musique_et_politique #censure #rap #drill #Skengdo_x_AM #UK


  • (20+) Jack l’Eventreur, viscéralement misogyne - Libération
    https://www.liberation.fr/planete/2016/08/19/jack-l-eventreur-visceralement-misogyne_1473479

    En 2015, de nombreux habitants de l’East End ont très mal vécu l’érection d’un musée entièrement consacré à l’œuvre de Jack l’Eventreur - en l’occurrence le massacre, à l’automne 1888, de cinq prostituées et le vol de certains de leurs organes. Surtout qu’à l’origine, l’homme derrière le projet, Mark Palmer-Edgecumbe, ancien chef de la diversité chez Google, avait promis qu’on érigerait là « le premier musée dédié aux femmes » du Royaume-Uni - ce qui devait théoriquement inclure l’histoire des premières suffragettes. Cela doit être de l’humour anglais : en lieu et place de cartels sur des militantes féministes, les Londoniens se sont retrouvés avec des mannequins ensanglantés sur le sol, un large couteau, de l’hémoglobine factice, des ambiances brumeuses qui rappellent le fog local, ainsi que des répliques de missives écrites à l’encre rouge sang, alors même que la majorité des lettres attribuées à Jack l’Eventreur sont, rappelons-le, de notoires fumisteries écrites par des rigolos pathologiques en mal d’attention médiatique (déjà). Bref, le tout ressemble à un mauvais épisode de Faites entrer l’accusé, mais sans Christophe Hondelatte qui relève son col de manteau à la fin. Résumons ainsi cette mascarade ironico-sexiste : à un musée célébrant les femmes et leurs combats politiques, on a préféré ouvrir un lieu mettant en scène les forfaits d’un meurtrier en série, qui les tuait précisément parce qu’elles étaient des femmes.
    Un « folklore » macabre et navrant

    Cette grotesque histoire démontre une fois de plus que Jack l’Eventreur est, depuis son apparition sur les registres de Scotland Yard, l’objet d’une inépuisable fascination macabre en Angleterre - en témoignent les objets qu’on peut acquérir à la boutique de souvenirs du « musée » : tee-shirt blanc avec silhouette en haut-de-forme et traces de sang, sifflet estampillé « Jack the Ripper » (pour prévenir la police ?). Imaginerait-on, en France, l’ouverture d’un musée « Emile Louis », avec une réplique grandeur nature de son car de ramassage scolaire ?

    Les crimes de Jack l’Eventreur étaient-ils misogynes ? Indéniablement. C’est même l’une des seules choses dont on soit à peu près sûr. Les cinq victimes canoniques sont des femmes, toutes des prostituées ; certains de leurs organes sexuels, comme l’utérus ou le vagin, ont été prélevés par le tueur. C’est pourtant l’élément qui est le moins mis en avant dans la foultitude de publications qu’experts en criminologie et autre « ripperologues » autoproclamés publient chaque année dans toutes les maisons d’édition de la planète. On préfère se concentrer sur « l’enquête », pourtant lacunaire, mais surtout sur les théories autour de l’identité du meurtrier, alimentant ainsi la machine à fantasmes. Ne serait-il pas un barbier juif de Whitechapel (suspect idéal : Aaron Kosminski, qu’un Anglais richissime du nom de Russell Edwards a cru récemment confondre à l’aide de son ADN, ayant acheté pour une somme faramineuse un châle censément attribué à l’une de ses victimes) ? Le prince Albert Victor de Galles, petit-fils de la reine Victoria ? Le chef du département d’enquêtes criminelles de Scotland Yard ? Ou, mieux, le peintre impressionniste Walter Sickert, qui - attention, preuve à l’horizon - peignait des prostituées dans leur chambre, qui tiraient la gueule ? La polardeuse Patricia Cornwell a passé des années à zigzaguer sur cette piste, déboursant 6 millions de dollars (soit 5,3 millions d’euros) en achats de toiles et analyses ADN, et en a tiré en 2002 un pavé de 800 pages aussi indigeste qu’une tourte à la viande (tant qu’on y est, pourquoi ne pas accuser Egon Schiele ou Otto Dix ?). Lewis Carroll a été, lui aussi, suspecté un temps, par deux ou trois zozos pressés de pouvoir clamer « J’ai trouvé ».

    Les femmes semblent être les grandes absentes de cette histoire, qui les concerne pourtant au premier chef. Sophie Herfort est une « ripperologue » française. Elle a publié un ouvrage sur le sujet, Jack l’Eventreur démasqué, où elle dévoile « son » suspect : un policier de Scotland Yard du nom de Melville Macnaghten. Elle explique avoir peu abordé la question de la misogynie du tueur dans son livre, notamment parce que l’éditeur « préférait que je me concentre sur l’enquête ». Elle reconnaît pourtant que le contexte, dans cette affaire, est loin d’être une simple toile de fond : en 1888, les mutilations féminines étaient courantes à Londres. Les hystérectomies étaient un moyen de contrôler les naissances. Et on pratiquait volontiers l’excision, pour prévenir les femmes de cette maladie censément féminine qu’était l’hystérie ou pour les « soulager » de règles douloureuses. Dépression ? Langueur ? Appétit sexuel jugé démesuré ? Une seule réponse : l’ablation du clitoris.
    L’effrayante sexualité des femmes

    Sophie Herfort évoque le cas du docteur Isaac Baker Brown. Cofondateur du prestigieux Saint Mary’s Hospital (où les journalistes ont récemment fait le pied de grue lors des naissances de George et de Charlotte de Cambridge), ce chirurgien opérait à tour de bras les femmes de la haute bourgeoisie dans sa clinique privée, la London Surgical Home. Il y pratiquait avec enthousiasme l’ablation des ovaires, ainsi que l’hystérectomie. En 1866, il publie un livre où il prône la pratique de l’excision « préventive », afin de lutter contre les dangers de la masturbation. Il y explique avoir excisé une femme « malade » (en vérité, elle avait demandé le divorce à son mari, la loi l’y autorisant depuis 1857). Il décrit : « Il y avait la preuve d’une excitation périphérique [entendre masturbation, ndlr]. J’ai pratiqué mon opération comme à l’accoutumée et ma patiente s’est bien remise. Elle est devenue ensuite à tous égards une bonne épouse. » Il a également pratiqué l’ablation du clitoris sur une jeune femme de 20 ans car « elle ne répondait pas aux aspirations de sa mère, envoyait des cartes de visite à des hommes, et passait beaucoup de temps à lire ». Notons qu’en France, en 1882, le docteur Démétrius Zambaco, chef de clinique à la faculté de médecine de Paris, venait de décrire avec force détails, dans la revue scientifique l’Encéphale, comment il avait brûlé au fer rouge le clitoris de deux petites filles de 6 et 10 ans pour leur passer l’envie de se masturber.

    La sexualité des femmes terrorisait l’Albion de la reine Victoria, où l’on conseillait aux jeunes épouses effrayées par les futurs assauts du mari de « fermer les yeux et penser à l’Angleterre ». Les héroïnes de fiction du XIXe siècle avec un passé sexuel, celles des romans de Dickens par exemple, comme Nancy la prostituée d’Oliver Twist, mouraient immanquablement dans d’atroces souffrances. Tout cela n’empêchait pas (au contraire) Londres d’être un lupanar géant, propice aux trafics en tout genre : en 1885, un journaliste de la Pall Mall Gazette dévoila, dans un impressionnant reportage, un monumental trafic d’enfants, dans lequel les élites victoriennes étaient impliquées, ce qui poussa le législateur à relever l’âge de la majorité sexuelle à 16 ans (elle était fixée auparavant à 13). Londres était surnommé « the whoreshop of the world » (« le bordel du monde ») : en 1888, dans le simple quartier de Whitechapel, qui ne compte que quelques rues, Scotland Yard avait évalué le nombre de prostituées à 1 200. Les victimes furent faciles à trouver pour le tueur : elles étaient pauvres, alcooliques, sans famille, sans toit, à la merci des hommes qui sollicitaient leurs faveurs pour quelques shillings, vivant la nuit dans des quartiers mal famés et sans éclairage public.
    Un retour de bâton patriarcal

    Et pourtant, aussi, à l’époque de Jack l’Eventreur, l’on réforme - timidement - le divorce (en 1857) ; le médecin anglais Joseph Mortimer Granville invente le vibromasseur (en 1883) ; l’on pose enfin la question de l’égalité entre garçons et filles dans l’accès à l’éducation (en 1870) ; et puis celle de leur droit de vote (en 1867, avec John Stuart Mill). Dans son livre The Age of Sexcrime, l’historienne Jane Caputi interprète les meurtres de l’Eventreur comme une sorte de « backlash » misogyne, un retour de bâton anti-femmes, une résurgence de l’ordre patriarcal face à une condition féminine qui, très lentement, avance vers le chemin de l’émancipation. Les victimes massacrées sont les boucs émissaires, dit-elle, d’une société en train de changer, inéluctablement. D’où l’intense médiatisation des crimes, aussi atroces que spectaculaires. Le corps de la prostituée, considéré de son vivant comme un simple bien de consommation et désormais réduit en charpie, est, à sa mort, exposé au regard forcément horrifié du public. D’abord le cadavre est trouvé dans la rue. Puis il est photographié, et ces images sont abondamment diffusées par la presse - qui se délecte d’informer ses lecteurs de certains détails insoutenables, comme les intestins de Mary Jane Kelly, la cinquième victime de l’Eventreur, déposés par le tueur sur sa table de nuit. On peut encore contempler aujourd’hui, en un simple clic sur Wikipédia, les clichés mortuaires de Mary Jane Kelly, Annie Chapman, Catherine Eddowes, Elizabeth Stride, Mary Ann Nichols. On frissonne, on s’inquiète, on s’affole, et puis les crimes s’arrêtent, la vie reprend.

    Dans leur ouvrage Sex Crimes in History (1963), les historiens Robert E. L. Masters et Eduard Lea avaient évoqué une « infestation », entre 1885 et 1895, de ce type de criminels s’attaquant à des femmes dans le monde entier, avec sensiblement le même mode opératoire. L’Encyclopédie des serial killers, de Michael Newton (1999), en recense plusieurs : l’Eventreur de Moscou (1885), une affaire jamais élucidée, où plusieurs prostituées ont été éventrées ; l’Eventreur du Texas (1885, lire ci-contre) qui, lui, tuait des prostituées noires ; l’Eventreur du Nicaragua (1889) ; « Jack the Strangler » qui tuait des prostituées à Denver, dans le Colorado, en 1894 ; et en France, Joseph Vacher (« l’Eventreur du Sud-Est ») qui a sévi de 1894 à 1897, au gré de ses mortels vagabondages, non pas sur des prostituées, mais sur des jeunes femmes et des bergers isolés.

    Jack l’Eventreur est peut-être le premier serial killer « moderne », utilisant la presse à grand tirage pour médiatiser ses actes, se riant de la population effrayée, jouant à cache-cache avec Scotland Yard ; mais, avant tout, et c’est l’irréfutable point commun qu’on peut lui trouver avec la liste des tueurs énoncée plus haut : il haïssait les femmes, dont l’émancipation était pourtant, bien malgré lui, en marche.

    Bibliographie :

    The Age of Sexcrime, de Jane Caputi, UW Press (2000).

    Jack l’Eventreur démasqué, l’enquête définitive, de Sophie Herfort, éd. Points (2008), 320 pp., 7 €.

    Jack l’Eventreur démasqué, de Russell Edwards, éd. de l’Archipel (2016), 21 €.

    A Comparison of 19th Century and Current Attitudes to Female Sexuality, de John Studd, paru dans la revue Gynecological Endocrinology (2007).

    Pucelles à vendre, Londres 1885, de William Thomas Stead, éd. Alma (2013), 292 pp., 16 €.

    Vacher l’Eventreur , de Régis Descott, Grasset (2016), 288 pp., 19 €.

    #historicisation #excision #violence_masculine #misogynie #backlash #féminicide #violence_médicale #hystérie

    • @simplicissimus super désespérant, quand à la photo d’illustration d’une femme à terre la jupe relevée, ça permet à libé un double racolage de raclures de journalistes : montrer l’entrejambe d’une femme et se #divertir avec les crimes de ce tueur mysogine.

    • L’article est interessant pour l’histoire d’un certain nombre de violences faites aux femmes à cette époque en citant quelques noms de #grand_homme et sur le fait qu’il pointe la misogynie des crimes. Pour l’illustration je ne l’ai pas remise, je suis d’accord avec toi @touti et c’est vrai que le titre est un peu macabre mais je trouve que la mention de la misogynie est pertinente car c’est plutot de ca que parle le texte. Vicéralement misogyne ca me choque pas mais j’ai un gout prononcé pour le morbide.


  • La légitime défense, une « arme au service des dominants »
    https://www.mediapart.fr/journal/france/071118/la-legitime-defense-une-arme-au-service-des-dominants

    Dans Légitime défense. Homicides sécuritaires, crimes racistes et violences policières (CNRS éditions, septembre 2018), Vanessa Codaccioni retrace l’évolution de cette notion, montrant comment l’État français a réussi, par une politique volontariste, à faire diminuer depuis les années 1990 ces homicides en légitime défense. L’historienne met également en garde contre la tentation, sur le modèle du Canada, d’étendre cette notion aux femmes battues qui tuent leur compagnon. Entretien.

    Vous décrivez un véritable Far West français dans les années 1980-1990. Comment expliquer cette multiplication des homicides présentés en légitime défense ?

    Vanessa Codaccioni : Il y a plusieurs raisons. La politisation de l’insécurité par le gouvernement, les médias ainsi que le marché de l’autodéfense va se conjuguer à la hausse des atteintes aux biens, qui débute dans les années 1950. Dans les années 1970, on atteint un pic de vols et cambriolages. De cette utilisation des chiffres du crime et de la peur du crime résulte une augmentation du sentiment d’insécurité de la population.

    Il y a une popularisation de la notion de légitime défense, qui était tombée en désuétude. Dans les archives du magistrat Étienne Bloch, fondateur du Syndicat de la magistrature, j’ai trouvé une petite note qui disait : « On ne parlait plus de la légitime défense et aujourd’hui on ne parle que de ça. » En 1978, une association nommée Légitime défense va médiatiser ce sujet, en appelant les citoyens à s’armer contre les délinquants, les voleurs, à leur tirer dessus, en leur promettant l’acquittement. Cette association fait croire qu’existe un droit à la légitime défense, ce qui est faux, et qu’en plus, il y a une impunité à tuer un supposé cambrioleur.

    Pourquoi la légitime défense n’est-elle pas un droit ?

    Historiquement, elle a toujours été considérée comme un droit. Si vous êtes attaqué, vous vous défendez, vous pouvez même tuer pour protéger votre vie. C’est un droit à l’autoconservation. Mais au Moyen Âge, une rupture se produit : on considère que ces actes de légitime défense sont assimilables à une forme de justice privée. Or la construction de l’État et d’une justice publique suppose l’éradication de cette justice privée. Les actes de légitime défense deviennent un crime excusé. Les juges vont vérifier qu’il y a bien eu légitime défense.

    C’est aussi un moyen pour le roi de disciplinariser les nobles. À partir du XVIe siècle, si un noble tue et se déclare en état de légitime défense, il doit demander le pardon du roi et des juges dans une cérémonie où il se met à genoux. On passe ainsi d’un droit à un crime excusable. Dans le premier code pénal de 1810, la légitime défense devient une cause d’irresponsabilité pénale, comme la folie. Si vous êtes reconnu en état de légitime défense, vous n’êtes pas jugé, vous êtes libre et n’allez même pas en prison.

    Un personnage relie votre précédent travail sur la justice d’exception et ce livre sur la légitime défense : François Romerio, ex-président de la Cour de sûreté de l’État et créateur de l’association Légitime défense.

    C’est un personnage incroyable. François Romerio est un juge de l’exception : un juge qui a toujours exercé des fonctions d’exception ou qui a toujours recherché la proximité avec les politiques. Cet ancien juge colonial a exercé en Indochine, où il mettait en œuvre une justice coloniale. Il était donc déjà habitué à des pratiques arbitraires. Il a été président des assises, puis de la Cour de sûreté de l’État de 1965 à 1975. Pendant dix ans, il a jugé les ennemis politiques : l’OAS [Organisation armée secrète], les manifestants de mai 1968, les maos de la Gauche prolétarienne, les premiers indépendantistes corses, basques, bretons. Et dans ses mémoires, François Romerio fait une distinction très claire entre les ennemis politiques et les droits-communs, pour lesquels il a une véritable aversion. Ce qui va se manifester dans la création de l’association Légitime défense, clairement dirigée contre ce qu’il appelle la « racaille » et la « vermine ».

    À la Cour de sûreté de l’État, avait-il une pratique aussi sévère ?

    Non, au contraire, il avait presque une forme d’admiration pour les ennemis politiques déférés devant ce tribunal d’exception [créé en 1963 et dissous en 1981 – ndlr]. Par exemple, il leur permettait de parler pendant des heures. Il acceptait que des militants du FLNC fassent de longues déclarations politiques. Les journalistes n’avaient jamais vu ça. En revanche, après son départ à la retraite, son discours devient extrêmement répressif. Il diffuse une idéologie sécuritaire très conservatrice. Il a un discours d’animalisation du délinquant : c’est un loup, c’est un chien, une bête sauvage. Et si c’est une bête, ce n’est donc pas un homme, on peut le tuer. Son discours est presque d’eugénisme : le délinquant ronge la société française. Il faut assainir la société, presque dans une perspective évolutionniste.

    Et, chose importante, François Romerio considérait que le délinquant n’est pas récupérable. Pour la droite et l’extrême droite, la criminalité ne peut s’expliquer par des facteurs sociaux – enfance difficile, parcours scolaire difficile, précarité – mais uniquement par l’égoïsme. C’est pour cela qu’il existe toujours un lien entre la légitime défense et la peine de mort. Vu que les délinquants ne sont pas récupérables, il faut les tuer par la peine de mort ou par la légitime défense. Quand on a commencé à évoquer l’abolition de la peine de mort, à la fin des années 1970, François Romerio a prévenu qu’il resterait la légitime défense, perçue comme un palliatif à cette abolition.

    Comment ce Far West se traduit-il dans les faits ?

    Entre 1978 et 1980, uniquement en termes de crimes sécuritaires, il y a 41 cambrioleurs ou voleurs supposés qui périssent dans le cadre de la légitime défense en France. La plupart sont des faux cas de légitime défense.

    Outre ces crimes sécuritaires, parmi les nombreux cas présentés comme des « affaires de légitime défense » par la presse, beaucoup sont en réalité, selon vous, des bavures policières et des « crimes racistes ». Comment l’expliquez-vous ?

    L’association Légitime défense naît d’un comité de soutien au brigadier de police Marchaudon qui, en 1977, a vidé son chargeur sur un jeune Algérien de 21 ans, Mustapha Boukhezer, qui rôdait autour d’un bureau de poste. En 1974, ce brigadier avait déjà tué un jeune Algérien de trois balles dans le dos, au métro Anvers. C’est un récidiviste.

    À partir des années 1970, les affaires de bavure policière sont beaucoup plus médiatisées. Les policiers ont toujours beaucoup tué, mais on parlait finalement peu de ces homicides. Pensez au silence qui a entouré le 17 octobre 1961. Mon hypothèse est qu’on en parle davantage parce que ces affaires sont dites « en légitime défense », qui est alors un sujet d’actualité.

    L’un des cas les plus connus est celui, en 1972, de Mohamed Diab, un chauffeur de poids lourd algérien tué d’une rafale de pistolet-mitrailleur par un sous-brigadier, au prétexte qu’il se serait rebellé dans le commissariat. Sauf que le sous-brigadier a dit, avant de le mitrailler : « Oui, je te tue, sale race, je te tue. » Le sous-brigadier ne sera jamais jugé, il bénéficiera d’une ordonnance de non-lieu. Il y a quelques rares procès de policiers, qui sont pour la plupart acquittés.

    Puis, parmi les homicides dits en légitime défense, il y a ce que j’appelle les homicides querelleurs. Ce sont des hommes qui se disputent, le beau-père et son ex-beau-fils, deux personnes en conflit dans une petite ville, et ça finit mal. Enfin, il y a énormément de crimes racistes qui sont justifiés par la légitime défense à partir de la fin des années 1970.

    Pour comprendre la légitime défense, vous vous intéressez au profil tant des auteurs que des victimes. Quel est-il ?

    Ceux qui tuent en état de légitime défense sont toujours des hommes. De 1978 au milieu des années 1990, il n’y a qu’un seul cas de femme, c’est l’affaire de la boulangère de Reims qui, en 1989, tue d’une balle dans la tête Ali Rafa parce qu’il aurait voulu voler des pains au chocolat. Le phénomène des femmes battues qui retournent la violence contre leur conjoint, à l’image de Jacqueline Sauvage, est extrêmement récent.

    Mon point de départ est de vouloir déconstruire cette idée selon laquelle la légitime défense est une arme pour les plus faibles. C’est le discours tenu historiquement par les juristes, les hommes politiques, les criminologues. Or, quand on regarde qui tue et qui est tué, on voit très bien que c’est l’inverse. La légitime défense est une arme au service des dominants, c’est-à-dire ceux qui ont toujours monopolisé la violence. Ce n’est qu’une disposition de plus qui permet aux détenteurs du monopole de la violence de tuer presque en impunité : des hommes qui ont des armes, des chasseurs, des policiers, des vigiles.

    Toujours des hommes d’âge mûr, blancs, qui exercent des professions qui peuvent leur attirer de la sympathie – commerçants, artisans, garagistes – ou dites respectables comme les policiers, les vigiles. Ce profil d’honnêtes gens leur sert au moment du procès. Ces hommes n’étaient pas prédestinés à tuer. Alors, s’ils sont des honnêtes gens, ce sont les personnes en face qui n’étaient pas des gens respectables. Cela joue en miroir contre ceux qui sont tués.

    Qui sont-ils ?

    Ce sont plutôt des jeunes en situation d’exclusion sociale, soit au chômage, soit exerçant des petits boulots précaires, souvent vivant en banlieue et souvent racisés, noirs ou arabes. Dans la période 1978-1990 sur laquelle j’ai travaillé, ce sont souvent des jeunes de banlieue issus de l’immigration maghrébine. La moyenne d’âge est de 22 ans. Certains sont très jeunes. Ce sont des « délinquants », des « racailles », donc, dans cette façon de penser, ils sont tuables, quel que soit leur âge. Il y a presque deux idéotypes opposés : les honnêtes gens ou les bons flics, et la racaille. Souvent, les personnes tuées avaient un passé de délinquance, étaient connues des services de police ou avaient un casier judiciaire. Et ça va justifier leur mort.

    De façon étonnante, vous racontez que l’association Légitime défense va militer pour faire passer ces procès du tribunal correctionnel aux assises.

    Les affaires de légitime défense sont des procès qui vont toujours être politisés. Il y a toujours un enjeu politique derrière : le droit de posséder des armes, de défendre sa vie, ses biens, son commerce, etc. Les affaires de légitime défense ont toujours été jugées au tribunal correctionnel, qu’il s’agisse de policiers ou de citoyens. Mais ce n’est pas la bonne juridiction pour politiser la légitime défense, car c’est un petit tribunal, qui ne permet pas de faire des grandes plaidoiries politiques, des grands défilés de témoins. Et les magistrats professionnels du tribunal correctionnel sont plutôt sévères envers les auteurs de légitime défense. Ils condamnent souvent symboliquement à du sursis ou à une peine d’amende pour signifier qu’il y a eu mort d’homme.

    Or le fait qu’un auteur d’homicide dit défensif soit condamné, même à du sursis, est inacceptable pour les avocats de Légitime défense. Ils vont demander que leurs clients soient passibles des assises, ce qui est du jamais-vu : des avocats qui demandent à aggraver la situation pénale de leurs clients. Ils disent : ce n’est pas un homicide involontaire puisque mon client avait vraiment l’intention de tirer sur cette personne. C’est très risqué, car les peines en cour d’assises peuvent être beaucoup plus lourdes. Mais c’est une stratégie payante : les jurys vont acquitter très majoritairement les tireurs.

    Au début des années 1980, l’État veut être de plus en plus sévère contre les auteurs de légitime défense en les traduisant devant les cours d’assises. Deux camps opposés, qui réclament l’un la limitation de la légitime défense, l’autre son extension, vont se retrouver sur la juridiction où les tireurs doivent être jugés, la cour d’assises.

    Comment les cours d’assises traitent-elles ces homicides ?

    Ma thèse est que la légitime défense impose aux jurés d’assises une problématique particulière. On passe de la question habituelle : « L’accusé est-il coupable ou innocent ? », à une autre question : « L’accusé a-t-il tiré en état de légitime défense ? ». Ce qui modifie complètement les questions des juges, la plaidoirie des avocats, la perception des jurés.

    Le juré d’assises va toujours s’identifier avec celui qui a tiré parce qu’il y a des proximités en termes de classe sociale et de vision du monde. Les jurés d’assises ont toujours été très sévères envers les atteintes aux biens. Dans une société où on martèle qu’il y a de l’insécurité, les jurés ont tendance à acquitter celui qui a tiré sur un voleur supposé, aperçu sur un toit, en train de s’enfuir dans leur jardin.

    Il y a cette croyance qu’on peut défendre ses biens par les armes, alors qu’en France l’atteinte aux biens a toujours été exclue des crimes de sang. On peut être excusé si on tue en état de légitime défense, quand on protège sa vie, mais pas quand on protège un bien, sauf si on entre chez vous la nuit ou qu’on essaie de vous voler avec une extrême violence.

    Le profil de la victime semble également déterminant. Qu’attend-on d’une bonne victime ?

    Les jurys d’assises ne jugent pas tant celui qui a tiré que celui qui a été tué. C’est le mort qui est en procès : avait-il une bonne vie ? Était-il un délinquant ? Était-il en train de commettre un crime ou un délit ? Dans ces procès, on assiste à une criminalisation post mortem de la personne tuée. Cela débouche souvent sur deux affirmations : soit « il l’a bien mérité », soit « il est responsable de son propre décès », s’il commettait un délit au moment où il a été tué. Par exemple, quand un voleur est tué, les avocats du tireur diront que ce sont les risques du métier.

    Les bonnes victimes de la légitime défense sont très rares. Il n’y a que trois configurations où les tireurs sont condamnés et où la famille de la victime peut obtenir justice. Premier cas, les jurés ne peuvent vraiment pas croire que la personne était en état de légitime défense parce qu’elle a inventé une menace ou a maquillé la scène du crime. Les jurés ne peuvent alors pas croire à sa peur.

    Deuxième cas, lorsque le tireur a un rapport problématique aux armes, est un fanatique des armes. C’est le cas du gardien de supermarché qui a tué Moussa Mezzogh, qui venait de dérober des blousons. Il a été condamné à cinq ans de prison, dont trois avec sursis. La police avait trouvé chez lui un arsenal.

    Le troisième cas, c’est lorsque le racisme est reconnu comme le mobile unique. Dans les crimes racistes, pour que la question du racisme apparaisse lors des audiences, il faut qu’il n’existe aucune autre possibilité. Pour que la thématique du racisme apparaisse, il faut que la personne tuée soit « blanche comme neige », si je peux me permettre l’expression : qu’elle n’ait aucun passé délinquant et ne fasse absolument rien au moment où elle est tuée.

    Les médias ont un rôle très important, car ils participent à l’idéologie de l’insécurité en mettant l’accent sur les faits divers. Et ils ont tendance à participer à la criminalisation post mortem de la victime. Soit ils ne parlent pas de la personne tuée, qui est invisibilisée, soit ils insistent sur sa mauvaise conduite.

    Aujourd’hui, hors quelques cas médiatisés comme celui du bijoutier de Nice, en 2013, les homicides en légitime défense ont diminué. Comment l’expliquer ?

    Il y a effectivement de moins en moins de cas de légitime défense mortels. Entre 2015 et 2017, il y a eu une cinquantaine de cas où l’argument de la légitime défense est avancé au procès, dont moins d’une dizaine mortels. Donc, moins de dix cas mortels en deux ans contre quarante cas mortels juste pour des cambriolages ou des vols en 1978 et 1980.

    Cela rentre dans un processus plus général de pacification des mœurs, mais aussi dans une politique volontariste de l’État français pour réduire la légitime défense. Il limite les ventes d’armes d’autodéfense les plus utilisées, notamment la carabine 22 long rifle. Dans les années 1980, on achetait ces armes à la FNAC, au BHV, sur catalogue à La Redoute, etc.

    Mais l’État ne pourra jamais limiter l’une des principales armes de légitime défense : le fusil de chasse. Les cas récents montrent que c’est ce fusil de chasse qui est utilisé dans les affaires mortelles dites de légitime défense.

    À partir de 1994, il inclut dans le code pénal des critères, issus de la jurisprudence, qui encadrent la légitime défense : l’immédiateté, la simultanéité, la proportionnalité et la nécessité d’avoir une menace réelle et non imaginaire. Et l’État impose ce qu’est une bonne autodéfense : appeler la police, ne pas garder d’argent chez soi, s’assurer contre le vol, ne pas ouvrir quand on frappe, être très méfiant. L’État français construit un sujet résilient, acteur de sa propre sécurité, qui développe des sentiments de suspicion envers autrui mais qui a confiance envers la police.

    Reste l’exception policière : les policiers ont eux, au contraire, connu ces deux dernières années une extension du champ de la légitime défense, au nom de la menace terroriste.

    La légitime défense policière s’analyse comme un dispositif d’exception qui, après les attentats du 13 novembre 2015 et après l’état d’urgence, est devenu permanent. J’ai découvert que la France avait déjà étendu la légitime défense pour les policiers à deux reprises, sous Vichy et pendant la guerre d’Algérie, en leur permettant d’utiliser plus facilement leurs armes. Ce sont les moments les plus répressifs de notre histoire récente, où on a inventé le plus de dispositifs d’exception et dans lesquels on va puiser des mesures aujourd’hui, dans le cadre de la lutte antiterroriste.
    Sous Vichy et pendant la guerre d’Algérie, on avait déjà aligné la légitime défense policière sur les règles d’ouverture du feu militaires, dans un cas, pour abattre plus facilement des résistants, dans l’autre, pour abattre des indépendantistes ou leurs soutiens. Mais après Vichy et après la guerre d’Algérie, on avait refermé cette parenthèse. La légitime défense policière était redevenue ordinaire.

    Après les attentats, au contraire, on a étendu par deux lois, en 2016 et 2017, la possibilité pour les policiers de tirer. C’était une très vieille revendication, à la fois des syndicats de policiers et de la droite et de l’extrême droite, au moins depuis le début des années 1980. Et tous les chefs d’État, gouvernements, tous les ministres de l’intérieur s’y étaient toujours opposés. Même Charles Pasqua, connu pour avoir couvert de graves bavures policières, était contre, car il disait que c’était trop dangereux. En 2015, dans le contexte traumatique post 13-Novembre et de l’état d’urgence où l’État a beaucoup demandé aux policiers, il a accédé à leurs revendications.

    Cela a-t-il eu un impact sur le nombre de personnes tuées par la police ?

    Je ne crois pas. Il y a eu 14 morts l’an dernier, or on sait que la police a tué plus de 450 personnes en 40 ans [de juillet 2017 à mai 2018, 14 personnes ont été tuées lors d’opérations policières, selon un recensement inédit de l’IGPN, qui ne comptabilisait pas ces morts auparavant – ndlr]. En revanche, il y a une augmentation exponentielle du nombre de tirs policiers. En 2017, la police a tiré 394 fois, soit une augmentation de 54,5 % par rapport à 2016. Il va falloir observer les effets de ces lois sur le temps long.

    Après les attentats à Londres de 2005, les officiers de Scotland Yard ont adopté la théorie du shooting to kill, qui vise à abattre le plus rapidement possible un potentiel terroriste avant qu’il ne déclenche une possible ceinture d’explosifs. Quelques semaines après l’adoption de cette doctrine, en juillet 2005, un électricien brésilien, Jean Charles de Menezes, a été tué de sept balles dans la tête, dans le métro londonien, par deux policiers qui l’avaient pris pour un suspect pakistanais. Cela a été considéré comme une affaire de légitime défense.

    Une nouvelle problématique s’est mise en place, qui est celle du « faire mourir le terrorisme ». Michel Foucault parlait des techniques du « faire mourir » et du « laisser vivre ». Aujourd’hui, il me semble que nous sommes dans une réflexion sur le « faire mourir les terroristes ». Comment les tuer ? À quel moment ? Cela répond à la militarisation de la police, qui fait suite à cette expression entendue partout après le 11 septembre 2001 : « On est en guerre. » Si nous sommes en guerre, alors la police doit pouvoir tuer, comme l’armée, et avoir une possibilité de tir plus étendue sans être inquiétée par la justice.

    Et chez nos voisins européens, comment cette législation sur la légitime défense évolue-t-elle ?

    C’est assez inquiétant. Nos voisins européens sont dans une démarche totalement différente de la nôtre sur la légitime défense citoyenne. Au début des années 2000, le Royaume-Uni a par exemple entamé une réflexion sur la possibilité d’étendre la légitime défense pour les particuliers, notamment quand il s’agit de cambriolage. En 2008, une loi a mis en place la légitime défense subjective, qui a toujours été refusée en France. C’est considérer que quelqu’un qui croyait honnêtement être en légitime défense ne sera pas inquiété par la justice. Celle-ci s’applique aussi aux policiers.

    Le pire à venir est en Italie. La Ligue du Nord a fait de la légitime défense un enjeu central de ses campagnes en politisant les affaires de vols, de cambriolages. En 2015, elle a réussi à la faire étendre. Et le ministre de l’intérieur Matteo Salvini, qui porte des tee-shirts en faveur de la légitime défense [comme ici, en mai 2017 – ndlr], défend des propositions de loi pour aller plus loin. Ce qui est très préoccupant, car il y a énormément d’armes en circulation en Italie, avec un fort lobby des armes. Et ce n’est pas un hasard si, depuis quelques mois, on assiste à une multiplication des fusillades racistes visant des Noirs.

    Sans parler de la République tchèque, qui dit qu’il faut s’armer contre les terroristes islamistes. Avec notre État centralisé très fort qui veut centraliser la violence, nous sommes un peu une exception par rapport à nos voisins.

    Aujourd’hui, certaines féministes revendiquent une extension de la légitime défense aux femmes battues, comme c’est déjà le cas au Canada, au vu notamment du cas de Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari. Cela vous semble-t-il souhaitable ?

    En France, les femmes battues ne sont jamais reconnues en état de légitime défense, car deux critères leur font défaut quand elles tirent. Celui de la simultanéité : il faut que la femme tue son compagnon violent au moment même où elle est battue, ce qui est extrêmement rare. C’était le cas d’Alexandra Lange qui, en 2009, a poignardé son mari au moment où il l’étranglait. Elle a été acquittée en avril 2012. Mais souvent, les femmes les tuent après la séquence de violence conjugale, soit d’une balle dans le dos, soit dans leur sommeil. Et il y a celui de la proportionnalité : peut-on tirer sur quelqu’un qui vous a donné une gifle ?

    Le cas le plus ahurissant est celui de Fatiha Taoui, condamnée en mars 2018 à cinq ans de réclusion criminelle, dont trois ferme, aux assises de la Haute-Vienne. Elle a été battue pendant plusieurs années, son mari avait été condamné trois fois pour violences conjugales et harcèlement, il avait des injonctions à ne pas s’approcher du domicile. Il défonçait sa porte à coups de hache, il la menaçait de mort, elle et ses enfants. Un soir, il est arrivé avec un fusil de chasse chez elle et elle l’a tué. Les juges ont trouvé son discours incohérent, car elle a affirmé l’avoir abattu dans un corps à corps, alors qu’elle a utilisé un fusil long. C’est représentatif, car les femmes qui tuent leur conjoint ne sont quasiment jamais reconnues en état de légitime défense.

    Au Canada, en 1990, une législation a créé la légitime défense différée. Elle supprime ce critère de simultanéité. Un expert décide si la femme qui a tué est atteinte d’un syndrome de la femme battue (SFB). Ce qui est une manière aussi de pathologiser ces femmes, mais cela leur permet de pouvoir mobiliser la légitime défense comme les hommes. On considère qu’elles ont tellement été battues qu’elles ne sont plus en état de décider si c’est bien ou mal au moment où elles tirent.

    Est-ce transposable en France ?

    Je suis réservée parce que la légitime défense a été faite pour les hommes, ceux qui disposent des armes, qui monopolisent la violence, qui vont à la chasse, qui sont inscrits dans un club de sport de tir. Ne faut-il pas laisser la légitime défense aux hommes et imaginer autre chose ?

    En tout cas, il faut être extrêmement prudent dès qu’on parle d’extension de la légitime défense, pour deux raisons. En Angleterre, on a étendu la légitime défense citoyenne. Immédiatement, ça s’est appliqué aux policiers. En 2014, Christian Estrosi (LR) et Éric Ciotti (LR) avaient déposé une proposition de loi pour étendre la légitime défense pour les commerçants. Ils ont justifié cette extension en prenant l’exemple des femmes battues au Canada ! C’est-à-dire que les causes féministes peuvent être utilisées pour justifier la légitime défense des dominants et des hommes.


  • La mort de la Britannique empoisonnée au #Novitchok relance la tension entre Londres et Moscou
    https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/07/09/la-mort-de-la-britannique-empoisonnee-au-novitchok-relance-la-tension-entre-

    Quelques heures après des paroles apaisantes du ministre de l’intérieur britannique Sajid Javid à l’égard de la Russie, Dawn Sturgess, la femme britannique de 44 ans contaminée à l’agent neurotoxique Novitchok, est décédée dimanche 8 juillet au soir à l’hôpital de Salisbury (sud-ouest de Londres) où elle avait été admise huit jours plus tôt. Le décès de Dawn Sturgess, femme sans lien apparent avec la Russie et probable victime collatérale de la tension entre Moscou et Londres, a déclenché l’ouverture d’une enquête pour meurtre par Scotland Yard. Peu après l’annonce de la mort de cette mère de trois enfants, la première ministre Theresa May s’est déclarée « horrifiée et choquée ». « La police et les agents de sécurité travaillent pour établir les faits de manière urgente, a-t-elle ajouté. Le gouvernement apporte tout son soutien à la population locale, confrontée à cette tragédie. »

    Dawn Sturgess, qui vivait dans un foyer pour sans-abri, était tombée subitement et gravement malade, vendredi 29 juin, après avoir, selon la police antiterroriste « manipulé un objet contaminé ». L’objet en question pourrait être une seringue ou un récipient qui contenait l’agent innervant utilisé le 4 mars contre l’agent double russe Sergueï #Skripal et sa fille Ioulia, également à Salisbury. La mère de famille avait été retrouvée inconsciente à Amesbury dans la maison de son compagnon Charlie Rowley, 45 ans, à une douzaine de kilomètres de Salisbury. Ce dernier, contaminé comme elle, restait dans un état critique lundi 9 juillet au matin.

    Les experts du laboratoire spécialisé de Porton Down ont établi que le couple a été contaminé par le même type de Novitchok que celui utilisé contre les Skripal, sans pouvoir préciser si le poison provenait du même lot. Ce produit, conçu du temps de l’Union soviétique, agit sur le système nerveux. Il en existe plusieurs versions, dont aucune ne se décompose rapidement.

    L’apparente guérison de Sergueï et Ioulia Skripal, qui sont sortis de l’hôpital de Salisbury après quelques semaines et sont maintenus dans un lieu tenu secret, avait apaisé les habitants de la région de Salisbury. Mais la mort de Dawn Sturgess et la possibilité que des échantillons de Novitchok se trouvent encore dans la nature risquent de raviver leurs doutes sur l’efficacité des vastes opérations de décontamination mises en œuvre par l’armée. Avant le décès de Mme Sturgess, les autorités laissaient entendre que ce nouvel épisode inattendu pouvait aboutir à des révélations sur le mode opératoire utilisé lors de l’empoisonnement des Skripal attribué par Londres à la Russie.

    En visite à Salisbury dimanche pour rassurer les habitants, le ministre de l’intérieur Sajid Javid avait adopté un ton plus modéré à l’égard de Moscou, sommé dans un premier temps de s’expliquer sur ce deuxième double empoisonnement. Affirmant que le gouvernement britannique n’avait « aucun projet pour le moment » d’imposer de nouvelles sanctions à la Russie, il avait appelé à « ne pas tirer de conclusions hâtives » des événements de Salisbury.


  • Royaume-Uni : deux personnes exposées à une « substance inconnue » ont été hospitalisées
    https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/07/04/royaume-uni-deux-personnes-exposees-a-une-substance-inconnue-ont-ete-hospita

    Deux personnes ont été hospitalisées dans un état critique à l’hôpital de Salisbury, après avoir été exposées à une « substance inconnue » à Amesbury, dans le sud de l’Angleterre. Les deux patients « reçoivent un traitement pour une exposition présumée à une substance inconnue à l’hôpital de Salisbury », a précisé mercredi 4 dans un communiqué la police du comté de Wiltshire, qui dit considérer l’événement comme un « incident majeur ».

    Les deux personnes, un homme et une femme, toutes deux quadragénaires, ont été retrouvées inconscientes samedi 30 juin dans une habitation de la ville d’Amesbury, située à une dizaine de kilomètres de Salisbury, où Sergueï #Skripal et sa fille Ioulia avaient été victimes d’une tentative d’empoisonnement avec un agent innervant le 4 mars. Les deux patients « sont dans un état critique », a affirmé la police.


  • La police britannique rouvre l’enquête sur le meurtre d’un célèbre caricaturiste palestinien -
    France 24 | Dernière modification : 30/08/2017
    http://www.france24.com/fr/20170830-naji-al-ali-enquete-meurtre-caricature-palestine-royaume-uni

    La police britannique a décidé de rouvrir l’enquête sur l’assassinat de l’un des plus célèbres caricaturistes du monde arabe, Naji al-Ali , trente ans après sa mort.

    Le 22 juillet 1987, à 17 h, l’un des plus célèbres caricaturistes du monde arabe, le Palestinien Naji al-Ali s’effondre sur le trottoir d’Ives Street dans le quartier londonien de Chelsea. Il vient d’être mortellement blessé, touché à bout portant à la tempe par un tireur dont l’identité n’a jamais été découverte. Le dessinateur décèdera le 29 août 1987, après être resté un mois dans le coma.

    Trente ans plus tard, jour pour jour, la police britannique a décidé de rouvrir l’enquête. Elle a vieilli, pour l’occasion, le portrait-robot d’un suspect vu sur les lieux du crime. Les enquêteurs n’ont pas précisé si de nouveaux éléments justifiaient la réouverture de l’affaire. “Les choses changent beaucoup en trente ans ; des allégeances ont pu évoluer et des personnes qui n’avaient pas envie de parler à l’époque sont peut-être prêtes à fournir maintenant des informations cruciales”, a déclaré Dean Haydon, le patron de l’unité de contre-terrorisme de la police de Londres dans un communiqué.(...)

    @gonzo https://seenthis.net/messages/624728

    • La police britannique rouvre l’enquête sur le meurtre du dessinateur Naji Salim Hussain al-Ali
      30 août 2017 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine
      http://chroniquepalestine.com/police-britannique-rouvre-lenquete-meurtre-dessinateur-naji-sali

      (...) Le Scotland Yard’s Counter Terrorism Command (CTC) a lancé un appel à témoin pour des informations sur un homme armé [sur les lieux du crime] et un second vu plus tard, loin de la scène.

      « Le meurtre brutal de M. Al-Ali a profondément affecté sa famille, et 30 ans après elle continue à souffrir de son absence », a déclaré le responsable du CTC, Dean Haydon.

      « Beaucoup de choses peuvent changer en 30 ans : « Les affiliations changent et les personnes qui ne voulaient pas parler au moment du meurtre peuvent maintenant être prêtes à fournir des informations cruciales. »

      Osama al-Ali, le fils du dessinateur, a qualifié la mort subite de son père de « traumatique ».

      En parlant à Al Jazeera, le fils d’al-Ali a déclaré que des personnes alors influentes ont peut-être caché des informations cruciales pour savoir qui était derrière l’assassinat de son père.

      « Il y avait des gens actifs sur la scène politique à l’époque – qui le sont encore dans une moindre mesure – qui ont des informations qu’ils n’ont pas partagés », a-t-il déclaré.(...)


  • Piétons fauchés devant une mosquée de Londres : 1 mort et 10 blessés
    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/pietons-fauches-devant-une-mosquee-de-londres-1-mort-et-10-blesses-740614.

    Une camionnette a foncé sur des piétons près de la mosquée de Finsbury Park, au nord de Londres. Après cet « #incident », selon le terme employé par la police qui reste prudente en évoquant pour l’heure une « potentielle attaque terroriste », l’enquête a été confiée aux services britanniques du contre-terrorisme.

    S’il était encore besoin d’éléments sur le biais du vocabulaire utilisé…


  • Salade grecque - Jean-MarieVivier
    https://www.youtube.com/watch?v=9P68WydJ5c4

    Pénélope, pose ton tricot
    Car ton barbu c’est un salaud
    C’est une ordure, c’est pas un dieu
    La guerre de Troie n’a pas eu lieu

    Je suis Hercule le détective
    De la Belgique je vous arrive
    Voici mes états de service
    Je suis d’ la maison Pythonisse

    Je fouine et je fais le Poirot
    On me paie pour le sale boulot
    Je suis venu pour t’avertir
    Que ton Ulysse c’est un satyre

    Hélène la femme de Ménélas
    Qu’était pas Apollon, hélas
    S’est entichée du beau Pâris
    Qui de Priam était le fils

    Arrive alors Agamemnon
    Avec Achille sur ses talons
    Cassandre la dingue dit à Hector
    « Surtout, fais gaffe, y aura des morts

    Prenez chacun un canasson
    Et rendez-vous à la maison »
    C’est plus une guerre, c’est un tiercé
    Mais c’ con d’Ulysse n’avait pas joué

    Dali dirige la mise en scène
    C’est mieux qu’en nocturne à Vincennes
    « Mais nom de Zeus ! » s’écrie Nestor
    « Il y a d’ la brume dans le décor »

    Diosynos est déjà bourré
    Of course Ajax est lessivé
    Quand à Œdipe, il est perplexe
    Il a toujours eu des complexes

    Poséidon un peu amer
    Dit « Houlala, c’est la galère ! »
    Pendant qu’Ulysse s’était tiré
    Pour écluser quelques godets

    En écumant tous les bistros
    Ulysse a levé Calypso
    Qu’était maquée avec Hermès
    Le champion du petit commerce

    Poulette, y faut en faire ton deuil
    Du mec qu’avait les filles à l’œil
    Ton cyclope je l’ai dessoudé
    J’ suis l’ nouveau patron du clandé

    « Chéri, tu as fait une boulette
    C’était pas lui mon proxénète
    Il n’était que le garde du corps
    Pardonne-moi pour cette métaphore »

    Hermès l’a choppé au colbac
    « Hé, dis, Coco, faut faire ton sac
    Des filles, y en a sur l’île là-bas
    T’as qu’à demander Nausicaa »

    Je bigophone pour la prévenir
    Elle a personne pour la soutenir
    C’est la morale de notre métier :
    Jamais deux sur le même quartier

    Chacun aura son oasis
    On partagera les bénéfices
    Mais prends garde au chant des sirènes
    C’est pire que dans les rues d’Athènes

    Accostant il trouve Télémaque
    Qui dit « Arrête de faire le mac
    Viens, j’ te ramène à la maison
    Maman va marier un barbon

    Papa, t’as fait un beau voyage ? »
    Fiston, j’ai vu cent paysages
    N’écoutez pas c’ type qui moucharde
    Je le renvoie à Scotland Yard

    Pénélope, range ton tricot
    Circé m’a changé en héros
    J’ suis plus qu’un homme, j’ suis presque un dieu
    La guerre à Troie a bien eu lieu
    Envoi

    Mais Homère qui traînait par là
    En tombe de Charybde en Scylla
    « Oh, dis c’est quoi tout ça, Les mecs ?
    Vous m’avez fait une salade grecque ! »

    #Chanson_Française #Pénélope #Gréce #fillon

    et aussi :
    La Manic.
    https://www.youtube.com/watch?v=1Qgazw7dFOc

    Leonard Cohen sings La Manic.
    https://www.youtube.com/watch?v=te3NvD06LV8

    Jean-Marie Vivier - Il disait l’étranger
    https://www.youtube.com/watch?v=xOTCxAKF_xo

    JEAN MARIE VIVIER Regarde-moi, je suis la Guerre

    https://www.youtube.com/watch?v=A81bDXJaIo0


  • Scotland Yard a convoqué Livni pour des soupçons de “crimes de guerre”
    Par i24news \ Publié: 03/07/2016 - 14:31
    http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/118734-160703-scotland-yard-a-convoque-livni-pour-soupcons-de-crimes-de-guer

    La convocation a été annulée suite à des contacts diplomatiques entre Israël et la Grande-Bretagne

    L’ancienne ministre des Affaires étrangères et actuelle députée de l’Union sioniste Tzipi Livni a reçu jeudi une convocation de la police britannique pour être interrogée sur des soupçons de participation à des crimes de guerre pendant l’Opération Plomb Durci à Gaza en 2008.

    Livni se trouve actuellement à Londres pour assister à une conférence organisée par le journal israélien Haaretz.

    La convocation a cependant été annulée après des contacts diplomatiques entre Israël et la Grande-Bretagne, à la fin desquels Tzipi Livni a pu bénéficier d’une immunité.

    Un haut fonctionnaire à Jérusalem, qui a requis l’anonymat en raison de la sensibilité de l’affaire, a déclaré au journal Haaretz que l’ambassade d’Israël à Londres a reçu jeudi une lettre de l’unité des crimes de guerre de Scotland Yard, demandant à ce que la convocation soit remise à Livni.

    Selon le responsable, le courrier indiquait que la police britannique savait que Livni devait arriver à Londres durant le week-end, et lui a donc demandé de venir au poste de police pour être interrogée.

    Le but de l’entrevue était de discuter de la participation de Livni à des crimes de guerre et des violations de la Convention de Genève, en tant que ministre des Affaires étrangères et vice-premier ministre, et en tant que membre du cabinet diplomatique de sécurité lors de l’opération Plomb durci en 2008 à Gaza.

    Au cours des dernières années, les organisations pro-palestiniennes ont déposé une série de plaintes concernant cette opération contre de hauts responsables israéliens, notamment Livni, dont le dossier a été traité avec ténacité par les autorités britanniques.

    La lettre a été reçue par l’ambassade deux jours avant la venue de Livni à Londres, qui devait participer à une conférence organisée par Haaretz et rencontrer la communauté juive.

    Le haut fonctionnaire a précisé que la lettre soulignait le fait que la convocation devait se faire « sur une base volontaire », et qu’elle n’était effective seulement si Livni souhaitait venir.
    (...)
    Des contacts ont par la suite été établis avec le gouvernement britannique, par crainte de voir Livni arrêtée à son arrivée à Londres ou durant de son séjour.

    Il a alors été convenu avec le ministère britannique des Affaires étrangères que la visite de Livni à Londres allait obtenir le statut d’une « affectation diplomatique spéciale », qui lui accorderait automatiquement une immunité, la mettant à l’abri d’une éventuelle arrestation et de poursuites judiciaires.

    Dans le même temps, l’ambassade d’Israël en Grande-Bretagne a informé Scotland Yard que Livni ne se rendrait pas pour interrogatoire.

    ““““““““““““““““““““““““““
    In Unprecedented Move, British Police Summoned Tzipi Livni Over Suspected Gaza War Crimes

    Livni is currently in London to attend the Haaretz Israel Conference; The summons was cancelled after diplomatic contacts between Israel and Britain.
    Barak Ravid (London) Jul 03, 2016 12:41 PM
    http://www.haaretz.com/israel-news/1.728619

    (...) Livni referred to the summons at the Haaretz conference in London on Sunday, saying that a solution needed to be found once and for all to the legal threat facing Israeli leaders who visit Britain.

    Livni said that she came to the conference to “speak about what I represent, the desire for peace,” but added that for years, every one of her visits to the U.K. has been subject to legal threat due to the arrest warrants against her in connection with Israeli military action against Hamas in Gaza.

    She added that she had decided to address the issue publicly in light of the police summons. “I’m proud of the decisions I made as a cabinet minister in the Israeli government,” Livni said.

    She slammed Hamas, stressing that it was defined as a terrorist organization in Europe. The group’s religious ideology was not directed at establishing a state, but at fighting Jews and Christians, Livni said.

    Hamas, she added, continued to attack Israel despite the fact that Israel had left the Strip and abandoned its settlements in the territory. “Just two days ago, Hamas targeted a children center in Sderot. Thank God it was closed,” she said.

    Livni said she rejects any comparison between Israeli soldiers or air force pilots, who try to avoid harming civilians, and terrorists, as well as any comparison between a Hamas arch-terrorist who gives an order and Israeli decision makers.

    “The British legal system is being abused,” she said.

    Livni said that Israel is open to visits by British ministers, and that Israel did not question their decisions in cabinet. Israel, she said, respects Britain’s fight against global terrorism and therefore expects Britain to respect Israel.

    “The fact that Israeli decision-makers and army commanders are forced to participate in a ’theater of the absurd’ when we come to London is something that is not acceptable,” she said. “It’s not a personal issue, it’s a moral issue and this is something that needs to be changed.”


  • Julian Assange, l’homme qui coûtait trop cher à la police britannique | Courrier international
    http://www.courrierinternational.com/article/2015/02/11/julian-assange-l-homme-qui-coutait-trop-cher-a-la-police-brit

    La surveillance policière autour de Julian Assange a coûté environ 10 millions de livres sterling (13 millions d’euros) au contribuable britannique depuis juin 2012, a révélé Scotland Yard. « Nous sommes en train de voir quelles sont nos options. [La surveillance] épuise nos ressources », a déclaré le directeur de la police de Londres, cité par The Daily Telegraph.

    Ce coût vient de la présence, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, de policiers prêts à arrêter Julian Assange si ce dernier quittait l’ambassade.

    #surveillance


  • Scotland Yard contrainte de révéler le nom d’agents ayant eu des enfants pendant leur infiltration | Big Browser
    http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2014/08/15/scotland-yard-contrainte-de-reveler-le-nom-dagents-ayant-eu-

    En français, on les appelle des agents de pénétration. Une mission qu’ont sûrement prise un peu trop au pied de la lettre les policiers britanniques Bob Lambert et Jim Boyling, relate The Guardian.

    #Angleterre #police #surveillance #infiltration


  • dis @xporte tu ne veux pas faire une émission sur Kraftwerk ? Ils ont quand même un peu tout anticipé, de Prism à Fukushima

    « Interpol und Deutsche Bank, FBI und Scotland Yard Flensburg und das BKA, haben unsere Daten da. »

    http://www.arte.tv/guide/fr/048927-000/kraftwerk-pop-art

    #kraftwerk #surveillance #technologie #robot #musique #techno


  • Exclusive: Police under fire over arbitrary terror arrests at UK borders
    http://www.independent.co.uk/news/uk/crime/exclusive-police-under-fire-over-arbitrary-terror-arrests-at-uk-borde

    Scotland Yard faces legal action over its use of wide-ranging terrorism laws to question people at airports, after refusing to hand over the results of investigations into the alleged misuse of these powers by its officers.

    #surveillance


  • The Sun’s 22nd journalist arrested under Operation Elveden
    http://www.guardian.co.uk/uk/2013/jan/17/journalist-police-officers-arrested-elveden?CMP=twt_gu

    A Sun reporter, understood to be Anthony France, has become the 22nd journalist from the News International tabloid to be arrested as part of Scotland Yard’s investigation into inappropriate payments to public officials between 2004 and 2011.

    The Metropolitan police said that a journalist, a 39-year-old man, was arrested on Thursday morning in Hertfordshire by detectives from Operation Elveden, on suspicion of conspiracy to corrupt and suspected conspiracy to cause misconduct in a public office. He has been taken to a station in north London.


  • Mark Kennedy controversy: activists invited to challenge convictions | guardian.co.uk
    http://www.guardian.co.uk/environment/2012/jul/03/mark-kennedy-activists-challenge-convictions

    Keir Starmer QC said he had invited 29 activists to challenge their convictions at the court of appeal after concluding that a senior prosecutor may have withheld vital evidence about Kennedy from their trial. He also announced a Scotland Yard review all of the police officer’s deployments, saying: “What happened in cases involving Mark Kennedy cannot be allowed to happen again.”

    The campaigners stopped a train carrying about 1,000 tonnes of coal to the Drax power station in North Yorkshire in 2008. Kennedy is understood to have infiltrated the group, assisting them with a reconnaissance mission and later driving some campaigners to a rendezvous. They were convicted in 2009.

    #environnement#ecoterrorisme#surveillance #police #répression


  • Accusations of witchcraft are part of growing pattern of child abuse in UK | Society | The Guardian
    http://www.guardian.co.uk/uk/2012/mar/01/accusations-witchcraft-pattern-child-abuse

    The 83 incidents uncovered in the past decade only scratch the surface of a hidden crime, according to Detective Superintendent Terry Sharpe, head of the child abuse investigation command at Scotland Yard.

    An average of eight children a year in Greater London are victims of abuse based on witchcraft-style exorcisms, but this only reflects cases resulting in police investigations.

    #enfants #religion


  • New Statesman - How did Anonymous hack the FBI?
    http://www.newstatesman.com/blogs/the-staggers/2012/02/hackers-fbi-davis-call

    In the last twelve months it has attacked government websites in Syria, declared cyber war on a brutal Mexican drug cartel, and exposed an anti-WikiLeaks “dirty tricks campaign” allegedly plotted by a prominent US security firm. But on Friday, Anonymous, a diffuse network of internet hackers, reached a new level when it intercepted and leaked a conference call between FBI agents and Scotland Yard detectives.

    The astonishing feat - confirmed as genuine by the FBI - was apparently carried out after the hackers breached email accounts belonging to the authorities. In doing so, they were able to snoop on communications being exchanged between forces involved in a joint international anti-hacking operation across England, Ireland, Holland, France, Denmark, Sweden and America. In a piece of surreal real-life theatre, the tables were embarrassingly and dramatically turned. The investigators became the investigated; the watchers became the watched.

    The call in question, which lasts around 16 minutes, is one of the boldest leaks ever produced by the hackers, and it may also be one of the most revelatory. A fascinating glimpse into a highly classified world, it shows the extent to which the Metropolitan police is willing to collaborate with its foreign counterparts as part of cyber-crime investigations, even if doing so means interfering with the British judicial process. At one point during the call, for instance, one of the Scotland Yard detectives tells his FBI colleagues that they secretly delayed an ongoing court case involving two UK-based suspected hackers - Jake Davis and Ryan Cleary - at America’s behest.



  • #Suffragette Surveillance, 1913 | Retronaut
    http://www.retronaut.co/2011/07/suffragette-surveillance-1913

    In 1912, Scotland Yard detectives bought their first camera, to covertly photograph suffragettes. The pictures were compiled into ID sheets for officers on the ground.’

    When Evelyn Manesta, one of the Manchester suffragettes, refused to pose for a picture, a guard was brought in to restrain her in front of the camera.

    ‘But when the photograph of Evelyn Manesta appeared, the arm had been removed. The photographer had acted on official instructions to doctor the photograph so that it would be less controversial.’


  • Brèves du désordre - http://cettesemaine.free.fr/spip

    Grande-Bretagne : 62 arrestations après une opération de police dans l’enquête sur les émeutes de l’été

    Belga, 21 décembre 2011

    Scotland Yard a annoncé avoir fait une descente dans une centaine d’appartements mercredi [21 décembre] à Londres et procédé à 62 arrestations, lors d’une opération d’envergure contre les émeutiers impliqués dans les violences urbaines de cet été.

    « L’opération d’aujourd’hui (mercredi) démontre que quatre mois après les incidents de Londres, nous sommes absolument déterminés à identifier et arrêter les personnes responsables des émeutes », a commenté un responsable de Scotland Yard, Robin Bhairam. Cette descente a été organisée une semaine après la diffusion sur internet par la police des portraits des « suspects les plus recherchés » dans le cadre de l’enquête sur les émeutes d’août à Londres. « À la suite de la publication de photos de plus de 200 suspects sur le site Flickr, je voudrais remercier tous ceux qui ont répondu à notre appel pour nous aider à identifier les personnes recherchées », a ajouté M. Bhairam.

    À ce jour, près de 3.500 personnes soupçonnées d’avoir participé aux émeutes ont été arrêtées par Scotland Yard, et 2.179 inculpées ou citées à comparaître.

    La Grande-Bretagne a connu début août pendant plusieurs jours, les pires émeutes qu’ait connues le pays en trente ans. Ces violences, consécutives à la mort d’un jeune homme pendant une opération de police dans le nord de Londres, avaient rapidement gagné plusieurs autres villes anglaises, donnant lieu à des scènes de vandalismes et de pillages devant des forces de police largement débordées. Cinq personnes avaient été tuées lors de ces émeutes.

    http://cettesemaine.free.fr/spip/article.php3?id_article=4623


  • La police nous protège ? Mais qui nous protège de la police ? #uk taser

    Met chief : We need Tasers in all police cars | News
    http://www.thisislondon.co.uk/standard/article-24012741-met-chief-we-need-tasers-in-all-police-cars.do

    Met chief: We need Tasers in all police cars

    New Scotland Yard chief Bernard Hogan-Howe today called for police response officers to be routinely armed with Taser stun guns to tackle dangerous criminals in London.

    He said one option could be to equip all police cars in the capital with the weapon, which can temporarily disable suspects.


  • Revealed: MI6 saved Saif Gaddafi from death threat - Home News, UK - The Independent
    http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/revealed-mi6-saved-saif-gaddafi-from-death-threat-2349299.html

    British intelligence and Scotland Yard were involved in an international operation to protect Saif al-Islam, the son of Muammar Gaddafi, from an Islamist plot to assassinate him on British soil, secret files discovered by The Independent have revealed. The British intelligence services suspected that the plot was linked to Qatar, currently the West’s foremost Arab ally against the Libyan regime.

    MI6 and the SAS are now involved in the hunt for Saif, along with other members of the Gaddafi family who remain elusive in the endgame of the Libyan civil war. The dictator’s son has been condemned by the Prime Minister, David Cameron, and Nicolas Sarkozy, the French President, for his part in the brutal crackdown which followed the February revolution and for which he faces war-crimes charges.

    But, in the past, MI6 urgently contacted its French counterparts after Libyan authorities reported that a terrorist cell linked to the Gulf state of Qatar was planning the attack from Paris. The French told UK officials at the time that “the Qatari Interior Minister was known to be an Islamist extremist sympathiser”.

    #wtf?


  • Encore une pratique élégante du groupe Murdoch :
    Murdoch’s man in new hacking row
    http://www.afr.com/p/world/murdoch_man_in_new_hacking_row_dPQccMmpprjwaqwreDQV6N

    Tom Mockridge, the former Australian executive tapped to replace Rebekah Brooks as head of News International, the British of arm of Rupert Murdoch’s News Corporation, is himself at risk of being caught up in a hacking scandal that unfolded on his watch at Sky Italia.

    Italian prosecutors have told a criminal trial in Sicily that a computer hacker recruited by a former Scotland Yard officer working for News Corporation and paid through News International caused millions of dollars of damage to a rival company that provided services to Italian pay television broadcaster Sky Italia.



  • Les violences approfondissent le malaise à Scotland Yard - #ukriots
    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0201559470195-les-violences-approfondissent-le-malaise-a-scotland-yard-2045

    Ensuite, les forces de l’ordre britanniques se doivent de « policer par consentement » - en clair, avoir la main légère. Elles ne sont pas autorisées à utiliser les canons à eau ni des balles en plastiques ou des gaz lacrymogènes. Cela pourrait bien avoir changé hier soir. Des rumeurs circulaient hier après-midi que des canons à eau stationnés en Irlande du Nord étaient transportés vers la Grande-Bretagne.