#orson_welles

  • "Quand la radio trompe l’oreille. Petite histoire des faux-semblants radiophoniques, épisode 2 : « La Guerre des mondes » (1938)" par @intempestive
    http://syntone.fr/quand-la-radio-trompe-loreille-petite-histoire-des-faux-semblants-radiophoni

    Quand la fiction fait l’évènement en passant pour le réel : retour, sous forme de feuilleton, sur près d’un siècle de faux-semblants radiophoniques. Dans ce deuxième épisode, nous nous attaquons à la pièce la plus représentative du genre, au point d’en devenir le célèbre symbole : La Guerre des mondes du Mercury Theatre on the Air et son metteur en scène #Orson_Welles.

    https://www.youtube.com/watch?v=ropw0pw8bE4


    Le dossier #faux-semblants, où sont progressivement publiés les différents épisodes de ce feuilleton
    http://syntone.fr/dossiers/faux-semblants

    Et pour lire en primeur l’épisode 3, où il sera question de #nucléaire (beaucoup) et de Godzilla (un peu), abonnez-vous à nos Carnets ou demandez le n°6 en librairie à partir de la semaine prochaine
    http://syntone.fr/projets/les-carnets-de-syntone

    #histoire #création_sonore #fiction_sonore #radio


  • Les archives des Carnets de Syntone sont désormais en ligne
    http://syntone.fr/projets/les-carnets-de-syntone/les-carnets-de-syntone-anciens-numeros

    Les Carnets de Syntone, c’est un supplément papier trimestriel pour élargir l’écran. D’environ 60 pages A5, on y trouve des contenus originaux et en primeur, bichonnés par l’équipe de Syntone ainsi que par des auteur·e·s de radio, des réalisatrices-teurs, des universitaires, des artistes graphiques. Vous abonner à nos Carnets, c’est aussi soutenir globalement nos activités.

    Le prochain numéro va paraître dans quelques jours, abonnement et présentation sur
    http://syntone.fr/projets/les-carnets-de-syntone

    Au sommaire :

    – Juliette Volcler poursuit sa Petite #histoire des #faux-semblants_radiophoniques, ces fictions qui se font passer pour des documentaires. Après avoir exploré les années 1920 à travers les pièces pionnières Broadcasting the Barricades et Maremoto , ce nouvel épisode est entièrement consacré à la mythique Guerre des Mondes d’#Orson_Welles, sur laquelle vous ne saviez pas encore tout !
    – La #création_radiophonique aujourd’hui, c’est aussi partout où la radio crée du lien, comme au foyer Bisson dans le 20e arrondissement de Paris où ses habitants, #migrants, animent La #Radio_des_Foyers. Un reportage de Clément Baudet.
    – Comment définit-elle sa démarche de documentariste sonore ? Rencontre avec #Cécile_Liège, alias le Sonographe, qui invente son métier depuis 10 ans loin de Paris. « L’impression de toucher avec l’oreille », des propos recueillis par Étienne Noiseau.
    – Et puis des nouvelles rubriques comme les échos de vos écoutes et le petit #lexique récréatif de la création sonore & radiophonique pour tordre le coup au jargon. Toujours des illustrations originales, signées #Rosalie_Peeters et #Lénon, et une couverture unique car toujours réalisée en atelier de sérigraphie au pied des Pyrénées.


  • « La guerre des mondes d’Orson Welles » dans Samedi noir (#France_Culture)
    http://www.franceculture.fr/emission-fictions-samedi-noir-la-guerre-des-mondes-2015-10-31

    En même temps qu’à La Guerre des mondes, mythe radiophonique fondateur, c’est à la #radio elle-même que j’aimerais rendre hommage. La programmation en public de la Maison de la Radio me semble être une occasion propice à saluer, aux côtés du génie d’un homme, le génie d’un art. Celui de sa nature subtile et de ses coup d’éclats, de ses artifices et de ses bouts de ficelle, celui de la manière rusée dont il s’adresse au monde.

    Accompagnés de sept musiciens et de six comédiens, nous reconstituerons au studio 105 la facétie de Welles à travers un ensemble de techniques qui ont fait l’histoire de notre pratique : du quatuor à cordes au sampleur, de la bande magnétique aux technologies numériques en passant par les bruitages, nous parcourrons une histoire qui, aussi mouvante soit-elle, s’est voulue depuis son origine capable d’agir et d’influer sur notre imaginaire pour rendre compte et transformer notre réalité.

    #Alexandre_Plank [réalisateur]

    http://rf.proxycast.org/1090803620305182720/11496-31.10.2015-ITEMA_20830412-0.mp3

    #Orson_Welles #H.G.Wells #audio #radio #fiction_radiophonique #création_radio


  • « Unmade Movies » : la #BBC diffuse des adaptations #radio de #films restés dans les cartons des grands noms du #cinéma
    http://www.bbc.co.uk/programmes/b054yj22

    #Harold_Pinter ’s The Dreaming Child

    Adaptation of Pinter’s screenplay, based on Karen Blixen’s elusive story of love and loss.

    Harold Pinter’s Victory

    Harold Pinter’s screenplay of Josef Conrad’s last major novel, adapted by Sir Richard Eyre

    #Orson_Welles ’ Heart of Darkness

    Unproduced screnplay by Orson Welles of Conrad’s celebrated novel. Starring James McAvoy.

    #Arthur_Miller ’s The Hook

    A longshoreman decides to take on his corrupt union bosses on the Brooklyn waterfront.

    et #Alfred_Hitchcock

    Via @SeeingRadio, qui signale aussi le site « Listen to a Movie », qui propose la #bande-son de nombreux films ou séries télé
    http://www.listentoamovie.com/media

    #création_radio



  • « War of the Worlds - La guerre des mondes selon Orson Welles » : #documentaire_vidéo en libre visionnage jusqu’à après-demain
    http://www.arte.tv/guide/fr/050575-000/war-of-the-worlds

    30 octobre 1938. À la veille d’Halloween, des millions d’auditeurs américains sont rivés à leur poste de T.S.F. Média de masse, la radio convoque alors le monde et la fiction dans le salon et s’écoute en famille. Tout juste sortie de la Grande Dépression, tandis que la guerre menace en Europe, l’Amérique s’inquiète de l’avenir. C’est dans ce contexte qu’un jeune et génial réalisateur de 23 ans, nommé #Orson_Welles, a adapté pour CBS La guerre des mondes , le livre de H. G. Wells. Orchestrant une interruption exceptionnelle des programmes, il met en scène sa #fiction_sonore comme un bulletin d’alerte, et annonce à l’antenne, à 20.15, que les Martiens ont débarqué dans le New Jersey ! Aussitôt, la panique s’empare du pays, la nouvelle faisant ressurgir les angoisses profondes de la nation. Les réservistes de la région inondent même les casernes d’appels pour proposer de se battre... Ce prodigieux scénario catastrophe a réussi au-delà de toute espérance.

    Pouvoir de suggestion

    À travers de foisonnantes archives, La guerre des mondes selon Orson Welles retrace et explore cet événement, à l’origine d’une hystérie collective sans équivalent dans l’histoire. Immortalisées par des milliers de lettres, les réactions du public, entre fascination pour la vie sur Mars et sidération devant sa propre crédulité, sont restituées de façon originale. Au centre de l’action, le jeune prodige Orson Welles, qui a d’emblée compris combien l’avènement du direct recèle de pouvoir de suggestion, dirige le spectacle avec maestria. Celui qu’un juge traitera de « furoncle sur le postérieur des théâtreux dégénérés » recourra ensuite à ses talents d’acteur pour feindre des regrets lors d’une conférence de presse non moins spectaculaire.

    Il s’agit en fait d’un film de #PBS vivement critiqué ici en raison de sa complaisance avec le mythe de la panique suscitée par l’émission :
    http://seenthis.net/messages/341121

    Ca reste un document bien intéressant sur les Etats-Unis des années 1930, sur l’histoire de la pièce, et avec une reconstitution plutôt drôle des paroles des détracteurs/trices d’Orson Welles.

    Sinon, pour écouter la fiction (bien annoncée comme telle en début de programme, soit dit en passant), c’est ici
    http://seenthis.net/messages/341121

    #vidéo #histoire #radio


  • La Guerre des mondes d’#Orson_Welles, tu en as certainement entendu parler, surtout de la panique que cette #fiction_radio aurait causé (mais en fait non : http://seenthis.net/messages/191346) en 1938. Mais l’as-tu jamais écoutée ?

    Si non, les explorations faites pour le #chantier_fiction de @syntone ont mis au jour la VO... et une VF. Pour la VO, tu pourras la trouver par ici (parmi bien d’autres émission du #Mercury_Theatre_On_The_Air)
    http://www.mercurytheatre.info

    http://sounds.mercurytheatre.info/mercury/381030.mp3

    ou par là (en un montage reconstitué par #King_Daevid_MacKenzie)
    http://www.radio4all.net/index.php/program/13189

    http://emma2.radio4all.net/pub/archive/09.01.05/thevoiceoflabor@centurytel.net/1610-1-20050708-echoesmars.mp3

    Pour ce qui est de la version française, elle a été produite... par une banque
    http://milsabor.blogspot.fr/2007/03/orson-welles-la-guerre-des-mondes-en.html

    j’ai retrouvé dans ma discothèque un CD publicitaire qu’une banque (suisse, évidemment) avait édité en 1994 et dont le titre est « Etes-vous prêt pour l’avenir ? ». Ce disque contient la version originale de la Guerre des Mondes que vous pouvez écouter ci-dessus et un épilogue d’Orson Welles enregistré en 1938.

    Il contient surtout une version française de cette pièce, que je trouve tout à fait réussie. Elle reprend les bruitages d’époque et l’ambiance dramatique est fidèle à l’original. Malheureusement, je ne sais pas du tout qui a réalisé cette version. Rien n’est indiqué sur la pochette, à part une invitation à assurer son avenir en souscrivant un plan proposé par la banque... Je la mets en ligne pour que vous puissiez en profiter :

    http://s3.archive-host.com/membres/up/1168106345/01LaGuerredesMondesfr1.mp3

    #histoire #science-fiction #canular_radiophonique #création_sonore #audio #radio

    • Une adaptation en version française a également été réalisée par #France_Culture en direct de #Longueur_d'ondes en 2013 :
      http://www.franceculture.fr/emission-fictions-droles-de-drames-la-guerre-des-mondes-en-direct-et-e

      Pour les dix ans du Festival Longueurs d’ondes, nous avons souhaité cette fois rendre un véritable hommage à la radio – et donc un hommage au festival - en saluant l’un de ses plus extraordinaires inventeurs : Orson Welles.

      #Alexandre_Plank, réalisateur et producteur, relèvera le défi d’enregistrer une version contemporaine de La Guerre des mondes , cette pièce radiophonique qui [ne] jeta [pas] dans les rues et sur les routes des milliers d’américains paniqués en 1938. Welles, avec son émission en direct, avait tout simplement fait croire que l’Amérique était envahie par de mystérieux extraterrestres. L’émission fut enregistrée en direct le 30 octobre, veille ...d’Haloween...

      Rendre hommage à Orson Welles et à sa troupe le « Mercury theatre on air », c’est saluer l’énergie, l’enthousiasme, l’invention, le jeu, le plaisir et la passion des textes et celle de raconter : tout ce qui fonde la fiction radiophonique. Comme Orson Welles, nous enregistrerons et diffuserons en direct à 20h, avec une petite troupe de comédiens et un bruiteur. Et pour la première fois, la même fiction sera enregistrée deux fois : pour les élèves des écoles le vendredi après-midi et pour les grandes personnes le samedi soir.

      http://www.franceculture.fr/sites/default/files/sons/2013/02/s06/NET_FC_c8c54130-e0f2-492c-9a36-ec8be230b51d.mp3


  • 1938 : "Letter regarding #Orson_Welles “War of the Worlds” broadcast" sur #Retronaut : splendide lettre à la Federal Communications Commission de M. J. V. Yaukey pour défendre la "bonne radio" contre les hauts-cris. http://www.retronaut.com/2013/11/letter-federal-communications-commission-regarding-orson-welles-war-world

    (...) I was one of the thousands who heard the program and did not jump out of the window, did not attempt suicide, did not break my arm while beating a hasty retreat from my apartment, did not anticipate a horrible death, did not hear the Martians “rapping on my chamber door”, did not see the monsters land in war-like regalia in the park across the street, but sat serenely entertained no end by the fine portrayal of a fine play.

    (...) In the interest of the continuation of the fine things in radio today, I am
    Very respectfully yours
    J. V. Yaukey

    M. Yaukey, qui fut donc l’un des premiers auditeurs défenseurs de la #création_radiophonique.

    Pour faire suite au démontage du #mythe de la panique occasionnée par la pièce
    http://seenthis.net/messages/191346

    #histoire #radio #médias


  • Oui, la Guerre des mondes a bien eu lieu ! - Arrêt sur images
    http://www.arretsurimages.net/chroniques/2013-11-02/Oui-la-Guerre-des-mondes-a-bien-eu-lieu-id6261

    Il y a soixante-quinze ans exactement, le 30 octobre 1938, veille d’Halloween, était diffusée sur la chaîne de radio américaine CBS La Guerre des mondes de Welles (Orson) d’après Wells (H.G.). Cette dramatique radiodiffusée provoqua, dit-on, une vague de panique aux USA. Quoique. Certains en contestent aujourd’hui l’existence. Aussi, jetons un oeil sur cette histoire et son adaptation radio.


    Si le roman de Wells (H.G.) se déroule à la fin du XIXe siècle en Angleterre, l’adaptation radiophonique de Welles (Orson) se situe dans les États de New York et du New Jersey à l’époque contemporaine de sa diffusion, c’est-à-dire 1938. Cette dramatique radio déclencha, dit-on, un véritable vent de panique parmi les auditeurs qui crurent d’abord en la véracité de ce soi-disant reportage pourtant annoncé ainsi : « Le Columbia Broadcasting System et ses stations affiliées vous présentent Orson Welles et le Mercury Theatre sur les Ondes dans "La Guerre des mondes" de H.G. Wells. » Suivait un récit de Welles (Orson), nous assurant de la possibilité d’une invasion extraterrestre, puis un bulletin météo annonçant une importante perturbation, puis par la retransmission d’un concert bientôt interrompu par un journaliste révélant que des gaz explosifs se propageaient de façon inquiétante à la surface de la planète Mars… Un peu plus tard, les tripodes marsiens (avec un s) débarquaient et la guerre des mondes commençait (l’intégralité de cette dramatique radio peut être écoutée par là)...."

    #E.P._Jacons
    #H.G._Wells
    #Henrique_Alvim_Corrêa
    #Orson_Welles
    #la-guerre-des-mondes


  • "Non, « La Guerre des mondes » d’Orson Welles n’a pas paniqué les Etats-Unis", par Jefferson Pooley et Michael Socolow
    http://www.slate.fr/story/79512/guerre-mondes-welles-panique

    Ce mercredi 30 octobre marquait le 75e anniversaire de La Guerre des mondes, célèbre pièce radiophonique d’#Orson_Welles interprétée par la troupe du Mercury Theatre on the Air et racontant l’invasion de la Terre par des #Martiens. « Plus d’un million de personnes ont cru, même brièvement, que les États-Unis étaient réellement la cible d’attaques extraterrestres », nous conte le narrateur Oliver Platt dans un tout nouveau documentaire de la chaîne PBS commémorant la première diffusion du programme.

    La #panique suscitée par La Guerre des mondes a sans doute fait de la pièce de Welles l’évènement le plus marquant de l’histoire de la radiodiffusion aux Etats-Unis. C’est l’histoire que nous connaissons tous, celle qui est reprise par les livres d’histoire et les articles de magazine.

    (...) Il y a juste un problème : la panique en question fut si ridicule le soir de la diffusion qu’il est quasiment impossible de la chiffrer. Contrairement à ce qu’affirment, ou répètent, les programmes de PBS et NPR, quasiment personne ne fut dupé par l’émission d’Orson Welles.

    (...) Comment cette histoire d’auditeurs affolés a-t-elle débuté ? La faute est à rechercher du côté des #journaux américains. En siphonnant les revenus publicitaires de la presse papier durant la crise de 1929, la radio leur avait gravement nui. Aussi, ces derniers sautèrent sur la chance fournie par le programme de Welles pour discréditer la #radio comme source d’informations.

    La presse papier dramatisa la panique des auditeurs pour prouver aux annonceurs et aux autorités que les radios étaient pleines d’irresponsables à qui l’on ne pouvait pas faire confiance. Dans un édito intitulé « La terreur par la radio », le New York Times reprocha aux « responsables de la radio » d’avoir accepté de mêler « fiction à glacer le sang » et flashs d’informations « présentés exactement comme s’il s’agissait de véritables informations ».

    (...) L’émission fut écoutée par beaucoup moins de gens que l’on ne le croit aujourd’hui (et ils furent donc encore moins nombreux à être terrorisés). Comment le savons-nous ? Le soir de la diffusion, le service de mesure d’audience C.E. Hooper téléphona à quelque 5.000 foyers pour son évaluation nationale. À la question « Quel programme êtes-vous en train d’écouter ? », seuls 2% des interrogés répondirent « une pièce », « le programme d’Orson Welles » ou quelque chose de similaire indiquant qu’ils étaient branchés sur CBS.

    D’après le résumé paru dans le magazine Broadcasting, personne ne répondit « les informations ». En d’autres termes, 98% des personnes interrogées écoutaient soit un autre programme, soit rien du tout ce soir du 30 octobre 1938. Cela n’a rien d’étonnant : la pièce d’Orson Welles était programmée en même temps que l’émission comique Chase and Sanborn Hour, du ventriloque Edgar Bergen, l’un des programmes les plus prisés dans le pays à l’époque.

    (...) Néanmoins, la #légende de la panique n’a cessé de croître dans les années qui ont suivi. En 1940, un universitaire reconnu renforça le mythe dans l’esprit du public. En s’appuyant lourdement sur un rapport faussé établi six semaines après l’émission par l’American Institute of Public Opinion (AIPO), Hadley Cantril, de l’université de Princeton, estima dans The Invasion From Mars qu’un million de personnes environ avait été « effrayées » par La Guerre des mondes.

    Toutefois, l’enquête de l’AIPO, comme l’admet Cantril en personne, offrait un taux d’audience « représentant plus du double de toute autre mesure connue de cette même audience ». Cantril défendit sa confiance dans les chiffres de l’AIPO en avançant que l’institut avait aussi enquêté auprès des foyers qui n’avaient pas le téléphone, ainsi que dans les petites localités souvent ignorées des agences de mesure d’audience. Cependant, ces données méticuleusement compilées avaient clairement été influencées par les unes sensationnalistes des journaux qui avaient suivi l’émission (une possibilité également admise par Cantril).

    Pire encore, Cantril avait commis une erreur de catégorisation évidente en confondant les auditeurs « effrayés », « dérangés » ou « excités » par le programme avec les auditeurs « paniqués ». À la fin des années 1930, il n’était pas rare que le public soit « excité » ou « effrayé » par les pièces à suspense.

    (...) Les agences de presse relayèrent bien des histoires sensationnelles d’auditeurs (anonymes) qui, affolés, furent sauvés de justesse par l’intervention d’un ami ou d’un voisin, mais aucun journal ne fit état d’un cas vérifié de suicide lié à l’émission. Les chercheurs du bureau de recherches sur la radio de l’université de Princeton, qui travaillaient sous la direction de Cantril, cherchèrent à vérifier une rumeur selon laquelle plusieurs personnes auraient été reçues en état de choc à l’hôpital St. Michael de Newark, dans le New Jersey, mais la rumeur s’avéra inexacte.

    Les mêmes chercheurs enquêtèrent auprès de six hôpitaux new-yorkais six semaines après le programme. Résultat : « aucun n’avait enregistré de cas lié spécifiquement à l’émission ». Aucune mort ne put non plus être attribuée à la pièce.

    Le Washington Post rapporta bien le cas d’un auditeur mort d’une crise cardiaque durant l’émission, mais, malheureusement, personne ne suivit l’affaire pour confirmer l’histoire ou apporter des éléments supplémentaires. Une auditrice intenta un procès à CBS en réclamant à la chaîne 50.000 dollars pour lui avoir causé un « choc nerveux », mais elle fut rapidement déboutée.

    « Le lendemain matin... la panique engendrée par l’émission faisait la une des journaux à travers tout le pays, avec des histoires d’accidents de la circulation, de quasi-émeutes, de hordes d’Américains paniqués envahissant les rues… à cause d’une simple pièce radiophonique », raconte le documentaire de PBS. Des citoyens en armes se rassemblèrent-ils vraiment à travers tous les États-Unis ? Les rues furent-elles prises d’assaut ? Pas vraiment. Si les journaux firent bien du 30 octobre 1938 une date mémorable dans l’histoire des États-Unis, il s’agissait en réalité pour le pays d’un dimanche soir d’automne tout ce qu’il y a de plus normal.

    (...) Pourquoi ce #mythe est-il aussi séduisant et pourquoi perdure-t-il ? Cette question est compliquée et comprend certainement plusieurs éléments de réponse, de la structure du système de radiodiffusion américain aux règlements fédéraux, en passant par le scepticisme culturel du grand public qui accompagne toujours l’excitation suscitée par un nouveau média.

    Encore aujourd’hui, les médias doivent être à même de convaincre les annonceurs qu’ils gardent le #contrôle sur leur public. Ainsi, CBS célèbre régulièrement la diffusion de La Guerre des mondes et de l’effet supposé qu’elle a eu sur le public.

    (...) D’un autre côté, les régulateurs fédéraux doivent persuader les politiques de l’importance de leur rôle de gardiens des ondes. Pour les médias comme pour les régulateurs, La Guerre des mondes fournit donc une excellente preuve du pouvoir potentiel des médias.

    (...) Mais si le mythe perdure, c’est aussi peut-être parce qu’il symbolise parfaitement notre gêne face au pouvoir qu’exercent les médias sur nos vies. « “L’émission de la terreur” a peut-être autant une fonction de fantasme que de fait historique », écrit Jeffrey Sconce, de la Northwestern University, dans Haunted Media, suggérant ainsi que le mythe de la panique permet simplement un déplacement : ce n’est pas une invasion des Martiens sur Terre qui nous fait peur, c’est l’invasion et la colonisation de nos esprits par ABC, CBS et NBC. Pour lui, la panique a une « fonction symbolique » dans la culture américaine : nous continuons à raconter cette histoire parce que nous avons besoin d’un exemple édifiant du pouvoir des médias.

    #histoire #médias #critique_des_médias, et peut-être même #liens_pour_les_médias_libres (#lml) pour la critique des médias de masse et de leur fascination toujours renouvellée pour la #manipulation - qu’en penses-tu, @ateliermediaslibres ?