• Calls grow for asylum seekers working on COVID-19 front lines to be allowed to stay in Canada

    Legault’s CAQ voted against motion to ask #Ottawa to ’regularize status’ of those with rejected refugee claims.

    The COVID-19 pandemic has shone a light on the crucial role asylum seekers and others with precarious status play in Quebec’s economy.

    They work long hours in meat-packing plants and warehouses, or tending to elderly people in long-term care homes — low-paying jobs that are difficult to fill.

    But they may not be able to stay in Canada when deportations, which have nearly ground to a halt during the COVID-19 crisis, resume.

    There are growing calls, however, from community organizers, advocates and opposition politicians in both Quebec and Ottawa for that to change.

    “What we realize more and more is that those failed claimants are working in essential services most of the time,” said Guillaume Cliche-Rivard, the president of Quebec’s association of immigration lawyers.

    About 30,000 asylum seekers who crossed into Canada between 2017 and December 2019 are still waiting for their refugee claims to be heard, according to the latest figures from the Immigration and Refugee Board of Canada.

    Others whose claims have been rejected have applied for permanent residency on humanitarian grounds.

    That process takes an average of 30 months, Cliche-Rivard said.

    In the meantime, they are working.

    While the province says it has no record of the total number of asylum seekers doing work in, for example, long-term care homes, Marjorie Villefranche, executive director of Maison d’Haiti, estimates that about 1,200 of the 5,000 Haitian asylum seekers the organization has helped since 2017 have become orderlies.

    Cliche-Rivard said the federal government should set up a program that speeds up the application process for permanent residency, and formally takes into account the contributions claimants have made to fast-track their application.

    Doing so would offer “clear recognition of what those people have been doing for the province and for the country,” he said.

    NDP wants a ’special program’

    The federal NDP is also calling on Prime Minister Justin Trudeau to create a special program granting permanent residency to those working on the front lines.

    “They are risking their lives to support others in the face of the pandemic,” said Jenny Kwan, the party’s immigration critic and the MP for Vancouver East.

    Her party has tabled a petition on behalf of a Montreal community group that calls on Trudeau to, “show leadership by implementing a special program to regularize the status of asylum seekers working to fight COVID-19, and therefore supporting the health and safety of all Canadians, for humanitarian reasons.”

    Federal Immigration Minister Marco Mendicino has given no indication the government plans to change the way it processes applications or make any exceptions.

    But he said in a statement that, “all eligible asylum claimants receive a full and fair hearing on the individual merits of their claim.”

    Legault’s party votes down proposal

    Peter Kent, the federal Conservative immigration critic, suggested that Quebec, which has jurisdiction over immigration when it comes to economic applicants, “could move to accept these people as permanent residents” given the “extraordinary circumstances.”

    It’s not clear if Quebec would have the power to do that — or if Premier François Legault’s government, which cut immigration levels in its first year in office, would be willing to if it could.

    Last week, on the National Assembly’s first day back in session, independent MNA Catherine Fournier tabled a motion to recognize the contribution of “hundreds of asylum seekers, mostly of Haitian origin,” working in long-term care homes.

    She said the province should ask Ottawa to, “quickly regularize their status, in order to recognize the work accomplished during the current health crisis.”

    Quebec’s three opposition parties — the Liberals, Québec Solidaire and the Parti Québécois — voted in favour of the motion, but Legault’s majority Coalition Avenir Québec voted it down.

    When asked why, Legault avoided answering directly, saying instead he didn’t want the border to reopen to asylum seekers any time soon.

    “That doesn’t mean that asylum seekers, including members of the Haitian community — that there aren’t good people who work in our long-term care homes,” Legault said Friday.

    Frantz Benjamin, the Liberal MNA for Viau, which includes Montréal-Nord, said Legault’s response was shocking.

    “It was not based on the question asked by the journalist,” Benjamin, who was born in Haiti, said Tuesday.

    “Those people that we call ’guardian angels,’ we need them. We have to recognize the work of those people, most of them women.”
    ’Let’s walk together’

    Over the weekend, a group of activists, artists and social entrepreneurs released a video paying tribute to asylum seekers in essential jobs.

    The video came out Monday, on Haiti’s National Flag Day, which fell on the same day as Journée des Patriotes in Quebec this year.

    “Both celebrations are about liberation movements,” said Fabrice Vil, a Montrealer of Haitian background and the founder of Pour3Points, an organization that trains sports coaches to help support kids struggling at school and at home.

    He helped produce the video, called Je me souviendrai - Marchons Unis — a play on Quebec’s official motto, “I remember,” followed by, “Let’s walk together.”

    The song in the video is set to the melody of La Dessalinienne, Haiti’s national anthem.

    “The current pandemic is really showing that we all depend on each other — and that there are people that sometimes we don’t see as being relevant to our own lives who are currently sacrificing their own lives to support the collectivity,” Vil said.

    https://www.cbc.ca/news/canada/montreal/quebec-asylum-seekers-1.5575905?__vfz=medium%3Dsharebar
    #déboutés #travail #réfugiés #asile #migrations #régularisation #covid-19 #coronavirus #Canada

    ajouté à la métaliste travail/coronavirus/migrations:
    https://seenthis.net/messages/849493

    ping @isskein @karine4

  • Libre-échange : le Canada et les normes européennes sur les pesticides et les OGM Maxime Vaudano et Stéphane Horel - 25 Juillet 2019 - Le devoir

    https://www.ledevoir.com/economie/559328/aecg-comment-le-canada-tente-de-saper-les-normes-europeennes-sur-les-pesti

    « Si on ne signe pas avec les Canadiens, avec qui signera-t-on ? » Dans les rangs des partisans européens de l’Accord économique et commercial global (#AECG), c’est l’incompréhension qui domine face au feu nourri de critiques qui s’abat sur l’accord de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada, finalement approuvé par les Français mardi.

    « Les normes sanitaires canadiennes sont assez similaires aux européennes », a rassuré, par exemple, la secrétaire d’État Emmanuelle Wargon, jeudi 18 juillet, sur BFM-TV, entretenant une vision angélique fort répandue à l’égard du Canada.

    Pourtant, derrière les grandes déclarations d’amitié entre dirigeants, Ottawa s’active depuis des années en coulisses pour combattre les #normes_européennes qui empêchent ses entreprises et ses producteurs agricoles d’exporter vers le marché unique. Un #lobbying intense que les perspectives commerciales ouvertes par l’AECG n’ont fait qu’accentuer.

    Le dernier épisode en date de cette guérilla réglementaire s’est joué le 4 juillet au sein de l’Organisation mondiale du commerce (#OMC ). Allié à une quinzaine de pays, le Canada a violemment critiqué les évolutions récentes de la réglementation de l’Union européenne (UE) sur les pesticides, décrites comme des précautions excessives nuisant au #libre-échange des produits agricoles.

    Une longue escalade de menaces
    Ce « groupe des seize » n’a pas encore activé l’« arme nucléaire » en déposant une plainte formelle devant le tribunal de l’OMC, mais le message a été entendu cinq sur cinq. « Si un différend devait être lancé, la #Commission_européenne défendrait fermement sa politique », promet l’exécutif bruxellois. « Nous avons l’argumentaire scientifique et le poids politique pour nous défendre devant l’OMC », poursuit en écho le ministère français de l’Agriculture.

    Derrière ces déclarations martiales, l’inquiétude est réelle. Car le coup d’éclat du 4 juillet couronne une longue escalade de menaces. C’est à l’été 2013 que le Canada et les États-Unis ont commencé à oeuvrer contre le nouveau règlement européen sur les #pesticides, qui prévoit d’interdire toutes les substances intrinsèquement dangereuses (#cancérogènes, #mutagènes, #reprotoxiques et autres #perturbateurs_endocriniens), jusqu’alors autorisées en l’absence de preuves d’effets #nocifs sur la #santé ou l’environnement.

    Cette approche inédite de l’UE, nourrie par le principe de précaution, menace d’abord les producteurs de pesticides comme #Bayer-Monsanto ou #Corteva (issu de la fusion #Dow - #DuPont ), dont les produits pourraient être retirés du marché européen. Mais elle inquiète aussi les partenaires commerciaux de l’UE, qui craignent de voir les portes de son marché se fermer à leurs producteurs s’ils continuent d’utiliser des substances interdites.

    Il est donc urgent pour #Washington et #Ottawa de contester ce règlement qui « ne sert qu’à miner le commerce agricole international et contrevient [aux règles] de l’OMC », comme l’a affirmé le #Canada à l’OMC, début 2016. Cherchant le moyen de s’exonérer de ces nouvelles règles avant qu’elles ne commencent à s’appliquer, ils vont même jusqu’à demander à l’#UE de modifier sa législation.

    Un veto du Parlement européen
    Pour cela, ils utilisent tous les leviers à leur disposition : l’OMC, mais aussi les cycles de négociation de leurs accords de #libre-échange respectifs avec l’UE, le #Tafta et l’#AECG, où les concessions commerciales peuvent servir de monnaie d’échange. La menace est suffisante pour que la Commission européenne s’inquiète de ces attaques et anticipe un « risque élevé de différends formels à l’OMC », selon un document interne de mars 2019 obtenu par l’ONG bruxelloise #Corporate_Europe_Observatory.

    La Commission indique au Monde avoir entamé un travail de « réflexion » en septembre 2017 sur la manière d’aménager des marges de « tolérance à l’importation » à ces pesticides intrinsèquement dangereux que le nouveau règlement prévoit de bannir. Employée aujourd’hui pour les pesticides non autorisés dans l’UE, cette tolérance est déterminée en fonction de limites maximales de résidus (LMR) à respecter dans les produits agricoles importés.

    La Commission s’est, d’ores et déjà, montrée accommodante, en proposant en début d’année de relever les LMR de la #clothianidine et de la #mandestrobine, deux #néonicotinoïdes « tueurs d’#abeilles » utilisés par les producteurs canadiens, mais interdits en Europe. Ce geste n’a rien d’une coïncidence : il fait suite à des demandes déposées par les fabricants #Bayer et #Sumitomo, motivées par la nécessité de faciliter l’importation de pommes de terre, de fraises et de raisins canadiens, sur lesquelles ces substances sont utilisées.

    Ces concessions ne sont pas du goût du Parlement européen. En mars, il a mis son veto à la proposition législative de la Commission, soulignant « l’incertitude persistante quant aux effets de cette substance sur la #santé_publique, sur les jeunes mammifères et sur l’environnement ».

    Hostilité d’Ottawa au principe de précaution
    Les États membres, pour leur part, soutiennent sans réserve le projet de la Commission. En juin, plusieurs d’entre eux ont exprimé « leur vive inquiétude quant à la manière d’agir du Parlement ». Un projet de règlement remanié est déjà en préparation.

    En juin, suite à une requête du fabricant Dow (désormais ##Corteva), l’exécutif bruxellois a aussi proposé de maintenir la LMR du « 2,4-D », un herbicide utilisé sur le soja canadien classé #cancérogène probable par le Centre international de recherche sur le cancer (#CIRC ).

    L’entregent canadien ne se limite toutefois pas à la question des pesticides. Depuis l’entrée en vigueur provisoire de l’AECG, à l’automne 2017, Ottawa n’a pas hésité à investir les nouveaux forums de « #coopération_réglementaire » créés par l’accord pour faire valoir son attachement à une « évaluation des risques par la science » et son hostilité au #principe_de_précaution, pourtant consacré dans le texte de l’AECG.

    Lors de la première réunion du comité sur les « #biotechnologies », au printemps 2018, les représentants canadiens ont critiqué le système européen d’homologation des organismes génétiquement modifiés (OGM), trop lent à leur goût. Ils ont aussi commencé à mettre sur la table la question des OGM de nouvelle génération, un gros sujet de divergence entre les deux continents. Si ces comités n’ont aucun pouvoir de décision direct, ils peuvent constituer un levier pour installer des revendications dans le débat public, et exercer des pressions discrètes.

    Les détracteurs de l’AECG craignent enfin que les industriels canadiens ne profitent du futur tribunal d’arbitrage pour faire valoir leurs #intérêts. Cette juridiction, qui ne pourrait voir le jour qu’après la ratification complète, permettrait aux entreprises d’attaquer les États en cas de décision contraire aux garanties de stabilité réglementaire offertes par l’accord. Des garde-fous ont certes été introduits pour éviter que des décisions d’intérêt public en matière de santé ou d’environnement ne puissent être contestées. Il reste toutefois, selon les ONG, une petite marge d’incertitude légale, qui pourrait pousser les Européens à la prudence au moment de durcir leurs exigences en matière de santé ou d’environnement.

    Un lobbying réussi sur le #pétrole
    Malgré son poids politique tout relatif, la diplomatie canadienne peut se targuer d’une victoire éclatante sur les normes européennes. En 2014, Ottawa a utilisé le levier des négociations de l’AECG pour obtenir un affaiblissement des règles #antipollution européennes, qui s’est avéré favorable à l’industrie pétrolière canadienne.

    Comme l’avait raconté à l’époque l’ONG Les Amis de la Terre, le Canada a menacé de quitter la table des négociations jusqu’à ce que Bruxelles accepte une formule de calcul des émissions de gaz à effet de serre qui ne pénalise pas les pétroles issus des #sables_bitumineux de la province de l’#Alberta, pourtant très polluants. Cette décision a ouvert un boulevard au secteur pétrolier canadien, qui a désormais les mains libres pour exporter son #or_noir vers l’UE. Il ne lui reste qu’à développer les infrastructures adéquates pour profiter de cette nouvelle occasion.

  • Il n’y a plus d’obstacle juridique au CETA Lucie Hermant et Olivier Hanrion 30 Avril 2019 - RTBF _
    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_il-n-y-a-plus-d-obstacle-juridique-au-ceta?id=10208950

    La Cour européenne de justice a rendu son avis sur l’épineux dossier du CETA. Et selon elle, l’Accord Economique et Commercial Global, entre l’Union européenne et le Canada ne porte pas atteinte à l’autonomie du droit européen. La Belgique, portée par les contestations francophones, avait saisi les juges européens pour trancher sur la question.

    Un système d’arbitrage posait question
    Parmi les nombreux volets du CETA, il y a un point en particulier qui chatouille les politiques du sud du pays : la mise en place d’un tribunal arbitral. Sa mission sera de régler les conflits entre les investisseurs et... les États européens. Un élément sensible pour beaucoup, qui craignent que ce système d’arbitrage ne se substitue à la justice européenne. Et donc, dans un second temps, la peur qu’il ne remette en question des politiques publiques. Notamment dans les domaines de l’environnement et du droit du travail. Des méfiances portées essentiellement pas la Wallonie qui était à l’époque conduite par un gouvernement PS-cdH, avec Paul Magnette en tête de l’assaut. En 2016, les entités francophones avaient refusé leur délégation de signature au gouvernement fédéral pour souscrire au CETA. Le report de la signature de l’accord avec le Canada avait laissé place à une fameuse crise diplomatique.

    . . . . . .

    #AECG #UE #union_européenne #Canada #traités #CJUE #libre-échange #CETA #TAFTA #secret #ottawa #bruxelles #cour_européenne_de_justice

  • L’AECG avance vers son adoption en Europe Éric Desrosiers - 30 Janvier 2019 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/economie/546649/europe-l-aecg-avance-vers-son-adoption

    L’Europe s’est rapprochée encore un petit peu plus de la ratification de son accord de libre-échange avec le Canada par ses pays membres.


    Photo : John Thys Agence France-Presse Yves Bot, l’avocat général de la CJUE, a contredit ses opposants en concluant que le fameux mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États est compatible avec le droit européen.

    Une disposition controversée de l’Accord économique et commercial global (AECG) entre le Canada et l’Union européenne a eu mardi un premier feu vert de l’autorité juridique suprême de l’UE. Amené à exprimer un premier avis sur le mécanisme qui permettrait aux investisseurs privés de poursuivre les États devant un tribunal spécial s’ils s’estiment victimes de discrimination, l’avocat général de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), Yves Bot, a contredit ses opposants en concluant que le fameux mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États est compatible avec le droit européen, qu’il n’empiète pas sur les pouvoirs de la cour de justice et qu’il offre suffisamment de garanties en matière d’équité, d’impartialité et d’indépendance.

    Cet avis n’est qu’une première étape vers une décision par la CJUE. Ses juges eux-mêmes doivent encore se prononcer sur l’affaire. Si l’on se fie à ses habitudes, la Cour devrait rendre sa décision « d’ici quatre à six mois », a indiqué par courriel au Devoir la délégation de l’UE à Ottawa.

    Mais cela pourrait aisément aller jusqu’à l’automne, a expliqué en entretien téléphonique au Devoir le professeur de droit et directeur de la Chaire Jean Monnet en intégration européenne de l’Université Laval, Olivier Delas. « Cet avis favorable de l’avocat général est important parce que c’est celui d’un expert indépendant et qu’il est généralement suivi par la Cour. Pas toujours, mais très souvent. »

    Le mécanisme investisseurs-États est perçu par ses opposants comme une atteinte par les pouvoirs de l’argent à la souveraineté des gouvernements élus. Devant le tollé qu’il soulevait en Europe, les négociateurs du Canada et de l’UE en ont modifié les règles habituelles en délimitant mieux son champ d’action, en mettant plus de distance entre ses juges et les entreprises, et en le coiffant d’un tribunal d’appel.

    Un avis négatif de la CJUE bloquerait l’adoption de l’AECG en Europe et forcerait la renégociation ou l’abandon de ses dispositions problématiques. Ce serait un dur revers pour un accord de libre-échange conclu en 2016 au terme de plus de sept années de négociations. Entré provisoirement en vigueur dans sa presque totalité en septembre 2017 après sa ratification par le Canada et le Parlement européen, il doit encore être ratifié par 38 parlements nationaux, chambres hautes et parlements régionaux dans les 28 pays membres de l’UE pour obtenir l’appui unanime requis.

    10 sur 28
    Jusqu’à présent, une dizaine de pays de l’UE seulement ont ratifié l’AECG. C’est l’opposition du parlement de la Wallonie au mécanisme investisseurs-États qui a amené la Belgique à soumettre la disposition à la Cour européenne. L’Italie et la Hongrie font aussi partie des opposants, mais pour d’autres raisons.

    Ottawa et Bruxelles disaient cet automne avoir bon espoir que leur entente finira par obtenir l’accord de tous avec le temps. « Il ne faut pas s’énerver. Ce genre de processus de ratification est souvent très long », confirme Olivier Delas, qui pense lui aussi que l’accord a de bonnes chances d’être finalement adopté.

    L’AECG est qualifié par les experts de traité de libre-échange de nouvelle génération, notamment parce qu’il ne se limite pas à la réduction des tarifs sur les produits, mais porte aussi sur le commerce des services, la mobilité de la main-d’oeuvre ou encore la coopération réglementaire.

    #AECG #UE #union_européenne #Canada #traités #CJUE #libre-échange #CETA #TAFTA #secret #ottawa #bruxelles

  • Quand le hashtag #Ottawa frappe au coeur des médias
    http://www.zeroseconde.com/2014/10/le-hashtag-ottawa-frappe-au-coeur-des-medias

    Quand il y eut la fusillade à #Moncton, on s’est plaint que les grands médias n’étaient pas présents pour rétablir les faits : on s’est retrouvé à se fier seulement aux médias sociaux. « Quelle confusion ! » Avec le drame de #Ottawa, on ne pouvait pas tomber plus près des médias ; il y a un journaliste à tous […]

    #Non_classé

  • Accueil — Forum social des peuples - Peoples’ Social Forum
    http://www.peoplessocialforum.org/accueil

    Forum social des peuples
    21-24 août 2014,
    Université d’Ottawa, 550 Rue Cumberland, Ottawa

    Le Forum Social des Peuples débutera le 21 août par une cérémonie d’ouverture traditionnelle algonquine au lever du soleil suivie d’une marche de célébration des peuples en après-midi. Puis, il y aura simultanément des centaines d’ateliers auto-organisés les 21 et 22 août à l’Université d’Ottawa. Le samedi du 23 août sera la journée des assemblées thématiques des mouvements sociaux. Le dernier jour, soit le dimanche, il y aura une assemblée finale de tous les mouvements ainsi qu’une cérémonie de clôture. Le Forum Social des Peuples est aussi un rassemblement festif avec des expositions, des ateliers, des visites sur l’histoire des peuples, des projections de films, une grande marche critique, un pow-wow, des spectacles de rue, des concerts, des jeux et bien sûr, la possibilité d’élargir et de consolider nos réseaux. Le Forum Social des Peuples est une initiative qui permet de stimuler le débat, les discussions et d’approfondir notre compréhension de la communauté ainsi que de l’action collective.

    #forum_social_des_peuples #2014 #Ottawa #Canada