• L’#enseignement_numérique ou le supplice des Danaïdes. Austérité, surveillance, désincarnation et auto-exploitation

    Où l’on apprend comment les étudiants en #STAPS de #Grenoble et #Saint-Étienne ont fait les frais de la #numérisation - #déshumanisation de l’#enseignement bien avant l’apparition du coronavirus. Et comment ce dernier pourrait bien avoir été une aubaine dans ce processus de #destruction programmé – via notamment la plate-forme #FUN (sic).

    Les #plateformes_numériques d’enseignement ne datent pas de la série quasiment continue de confinements imposés aux universités depuis mars 2020. Enseignante en géographie à l’Université Grenoble Alpes, je constate le développement croissant d’« outils numériques d’enseignement » dans mon cadre de travail depuis plus d’une dizaine d’années. En 2014, une « #licence_hybride », en grande majorité numérique, est devenue la norme à Grenoble et à Saint-Étienne dans les études de STAPS, sciences et techniques des activités physiques et sportives. En 2020, tous mes enseignements sont désormais numériques à la faveur de l’épidémie. Preuves à l’appui, ce texte montre que le passage total au numérique n’est pas une exceptionnalité de crise mais une #aubaine inédite d’accélération du mouvement de numérisation global de l’#enseignement_supérieur en France. La #souffrance et les dégâts considérables que provoque cette #numérisation_de_l’enseignement étaient aussi déjà en cours, ainsi que les #résistances.

    Une politique structurelle de #transformation_numérique de l’enseignement supérieur

    La licence hybride de l’UFR STAPS à Grenoble, lancée en 2014 et en majorité numérique, autrement dit « à distance », est une des applications « pionnières » et « innovantes » des grandes lignes stratégiques du ministère de l’Enseignement supérieur en matière d’enseignement numérique définies dès 2013. C’est à cette date que la plateforme FUN - #France_Université_Numérique [1] -, financée par le Ministère, a été ouverte, regroupant des #MOOC - Massive Open Online Courses - ayant pour but d’« inciter à placer le numérique au cœur du parcours étudiant et des métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche [2] » sous couvert de « #démocratisation » des connaissances et « #ouverture au plus grand nombre ». De fait, la plateforme FUN, gérée depuis 2015 par un #GIP - #Groupe_d’Intérêt_Public [3] -, est organisée autour de cours gratuits et en ligne, mais aussi de #SPOC -#Small_Private_Online_Course- diffusés par deux sous-plateformes : #FUN-Campus (où l’accès est limité aux seuls étudiant·e·s inscrit·e·s dans les établissements d’enseignement qui financent et diffusent les cours et doivent payer un droit d’accès à la plateforme) et #FUN-Corporate (plate-forme destinée aux entreprises, avec un accès et des certifications payants). En 2015, le ministère de l’Enseignement supérieur présentait le nouveau « #GIP-FUN » et sa stratégie pour « mettre en place un modèle économique viable en développant de nouveaux usages de cours en ligne » avec :

    - une utilisation des MOOC en complément de cours sur les campus, voire en substitution d’un #cours_magistral, selon le dispositif de la #classe_inversée ;
    - une proposition de ces #cours_en_ligne aux salariés, aux demandeurs d’emploi, aux entreprises dans une perspective de #formation_continue ;
    – un déploiement des plateformes en marques blanches [4]

    Autrement dit, il s’agit de produire de la sur-valeur à partir des MOOC, notamment en les commercialisant via des #marques_blanches [5] et des #certifications_payantes (auprès des demandeurs d’emploi et des entreprises dans le cadre de la formation continue) et de les diffuser à large échelle dans l’enseignement supérieur comme facteur de diminution des #coûts_du_travail liés à l’#encadrement. Les MOOC, dont on comprend combien ils relèvent moins de l’Open Source que de la marchandise, sont voués aussi à devenir des produits commerciaux d’exportation, notamment dans les réseaux postcoloniaux de la « #francophonie [6] ». En 2015, alors que la plateforme FUN était désormais gérée par un GIP, vers une #marchandisation de ses « produits », était créé un nouveau « portail de l’enseignement numérique », vitrine de la politique du ministère pour « déployer le numérique dans l’enseignement supérieur [7] ». Sur ce site a été publié en mars 2016 un rapport intitulé « MOOC : À la recherche d’un #business model », écrit par Yves Epelboin [8]. Dans ce rapport, l’auteur compare en particulier le #coût d’un cours classique, à un cours hybride (en présence et via le numérique) à un cours uniquement numérique et dresse le graphique suivant de rentabilité :

    Le #coût fixe du MOOC, à la différence du coût croissant du cours classique en fonction du nombre d’étudiants, suffit à prouver la « #rentabilité » de l’enseignement numérique. La suite du document montre comment « diversifier » (depuis des partenariats publics-privés) les sources de financement pour rentabiliser au maximum les MOOC et notamment financer leur coût de départ : « la coopération entre les universités, les donateurs, des fonds spéciaux et d’autres sources de revenus est indispensable ». Enfin, en octobre 2019, était publié sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur un rapport intitulé « #Modèle_économique de la transformation numérique des formations dans les établissements d’enseignement supérieur [9] », écrit par Éric Pimmel, Maryelle Girardey-Maillard et Émilie‐Pauline Gallie, inspecteurs généraux de l’éducation, du sport et de la recherche. Le rapport commence par le même invariable constat néolibéral d’#austérité : « croissance et diversité des effectifs étudiants, concurrence nationale et internationale, égalité d’accès à l’enseignement supérieur dans les territoires et augmentation des coûts, dans un contexte budgétaire contraint », qui nécessitent donc un développement généralisé de l’enseignement numérique. La préconisation principale des autrices·teurs du rapport tient dans une « réorganisation des moyens » des universités qui :

    « consiste notamment à réduire le volume horaire des cours magistraux, à modifier les manières d’enseigner (hybridation, classes inversées...) et à répartir différemment les heures de cours, voire d’autres ressources, comme les locaux par exemple. Les économies potentielles doivent être chiffrées par les établissements qui devront, pour ne pas se voir reprocher de dégrader les conditions d’enseignement, redéployer ces montants dans les équipements ou le développement de contenus pédagogiques. »

    Autrement dit encore, pour financer le numérique, il s’agit de « redéployer » les moyens en encadrement humain et en locaux, soit les moyens relatifs aux cours « classiques », en insistant sur la dimension « pédagogique » du « redéploiement » pour « ne pas se voir reprocher de dégrader les conditions d’enseignement ». Le financement du numérique dans l’enseignement universitaire par la marchandisation des MOOC est aussi envisagé, même si cette dernière est jugée pour l’instant insuffisante, avec la nécessité d’accélérer les sources de financement qu’ils peuvent générer : « Le développement de nouvelles ressources propres, tirées notamment de l’activité de formation continue ou liées aux certificats délivrés dans le cadre des MOOCs pourrait constituer une voie de développement de ressources nouvelles. » Un programme « ambitieux » d’appel à « #flexibilisation des licences » a d’ailleurs été lancé en 2019 :

    Au‐delà de la mutualisation des ressources, c’est sur la mutualisation des formations qu’est fondé le projet « #Parcours_Flexibles_en_Licence » présenté par la mission de la pédagogie et du numérique pour l’enseignement supérieur (#MIPNES / #DGESIP) au deuxième appel à projets du #fonds_pour_la_transformation_de_l’action_publique (#FTAP) et financé à hauteur de 12,4 M€ sur trois ans. La mission a retenu quatre scénarios qui peuvent se combiner :

    - l’#hybridation d’une année de licence ou le passage au #tout_numérique ;

    - la transformation numérique partielle de la pédagogie de l’établissement ;

    - la #co‐modalité pour répondre aux contraintes ponctuelles des étudiants ;

    - les MOOCS comme enjeu de visibilité et de transformation.

    Le ministère a pour ambition, depuis 2013 et jusqu’à aujourd’hui, « la transformation numérique partielle de la pédagogie des établissements ». Les universités sont fermées depuis quasiment mars 2020, avec une courte réouverture de septembre à octobre 2020. L’expérience du passage au numérique, non plus partiel, mais total, est en marche dans la start-up nation.

    Nous avons déjà un peu de recul sur ce que l’enseignement numérique produit comme dégâts sur les relations d’enseignement, outre la marchandisation des connaissances qui remet en cause profondément ce qui est enseigné.

    A Grenoble, la licence « pionnière » de STAPS- Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives

    En 2014 et dans le cadre des politiques financières décrites précédemment, était lancée à Grenoble une licence « unique en son genre » de STAPS- Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives dont voici le fonctionnement :

    Les universités Grenoble-Alpes et Jean-Monnet-Saint-Étienne proposent une licence STAPS, parcours « entraînement sportif », unique en son genre : la scolarité est asynchrone, essentiellement à distance, et personnalisée.

    Cette licence s’appuie sur un dispositif de formation hybride : les étudiant·e·s s’approprient les connaissances chez eux, à leur rythme avant de les manipuler lors de cours en présentiel massés.

    Le travail personnel à distance s’appuie sur de nouvelles pédagogies dans l’enseignement numérique : les cours #vidéos, les #screencasts, #quizz et informations complémentaires s’articulent autour de #parcours_pédagogiques ; des sessions de #classe_virtuelle sont également organisées à distance [10].

    Dès 2017, des enseignant·e·s de STAPS faisaient paraître un texte avec la section grenobloise du syndicat FSU - Fédération Syndicale Unitaire - intitulé « Les STAPS de Grenoble sont-ils un modèle à suivre ? ». Les auteur·trice·s expliquaient que, en 2014, la présidence de l’université avait instrumentalisé un « dilemme impossible : “la pédagogie numérique ou la limitation d’accueil” ». Il s’agit ici d’un exemple significatif de technique néolibérale de capture de l’intérêt liée à la rhétorique de l’#austérité. Ce même non-choix a été appliqué dans l’organisation de la #PACES à Grenoble, première année de préparation aux études de médecine : numérique ou limitation drastique des étudiant·e·s accueilli·e·s. La tierce voie, toujours écartée, est évidemment celle de recruter plus d’enseignant·e·s, de personnels administratifs, de réduire les groupes d’amphithéâtres, de construire des locaux qui permettent à des relations d’enseignement d’exister. En 2017, les enseignant·e·s de STAPS constataient, effectivement, que « l’enseignement numérique permet(tait) d’accueillir beaucoup de monde avec des moyens constants en locaux et personnels enseignants titulaires (postes) ; et même avec une diminution des #coûts_d’encadrement ». Elles et ils soulignaient dans le même temps que le niveau d’#épuisement et d’#isolement des enseignant·e·s et des étudiant·e·s était inédit, assorti d’inquiétudes qui résonnent fortement avec la situation que nous traversons aujourd’hui collectivement :

    —Nous craignons que le système des cours numérisés s’accompagne d’une plus grande difficulté à faire évoluer les contenus d’enseignements compte tenu du temps pour les réaliser.
    — Nous redoutons que progressivement les cours de L1 soient conçus par un seul groupe d’enseignants au niveau national et diffusé dans tous les UFR de France, l’enseignant local perdant ainsi la main sur les contenus et ceux-ci risquant de se rigidifier.
    — Un certain nombre de travaux insistent sur le temps considérable des jeunes générations accrochées à leur smartphone, de 4 à 6 heures par jour et signalent le danger de cette pratique pour la #santé physique et psychique. Si s’ajoutent à ces 4 à 6 heures de passe-temps les 3 ou 4 heures par jour de travail des cours numériques sur écran, n’y a-t-il pas à s’inquiéter ?
    — Si les étudiants de L1 ne sont plus qu’une douzaine d’heures par semaine à l’université pour leurs cours, qu’en est-il du rôle de #socialisation de l’université ?

    (…)

    Il est tout de même très fâcheux de faire croire qu’à Grenoble en STAPS en L1, avec moins de moyens humains nous faisons aussi bien, voire mieux, et que nous ayons trouvé la solution au problème du nombre. Il serait plus scrupuleux d’exposer que :

    — nous sommes en difficulté pour défendre la qualité de nos apprentissages, que sans doute il y a une perte quant aux compétences formées en L1 et que nous devrons compenser en L2, L3, celles-ci. Ce qui semble très difficile, voire impossible ;
    — le taux de réussite légèrement croissant en L1 se fait sans doute à ce prix et qu’il est toujours faible ;
    — nous nous interrogeons sur la faible participation de nos étudiants au cours de soutien (7 % ) ;
    — nous observons que les cours numériques n’ont pas fait croître sensiblement la motivation des étudiants [11].

    Ces inquiétudes, exprimées en 2017, sont désormais transposables à large échelle. Les conditions actuelles, en période de #confinement et de passage au tout numérique sur fond de #crise_sanitaire, ne sont en effet ni « exceptionnelles », ni « dérogatoires ». Ladite « #exceptionnalité de crise » est bien plus l’exacerbation de ce qui existe déjà. Dans ce contexte, il semble tout à fait légitime de s’interroger sur le très probable maintien de l’imposition des fonctionnements généralisés par temps de pandémie, aux temps « d’après », en particulier dans le contexte d’une politique très claire de transformation massive de l’#enseignement_universitaire en enseignement numérique. Ici encore, l’analyse des collègues de STAPS publiée en 2017 sur les modalités d’imposition normative et obligatoire de mesures présentées initialement comme relevant du « volontariat » est éloquente :

    Alors qu’initialement le passage au numérique devait se faire sur la base du #volontariat, celui-ci est devenu obligatoire. Il reste à l’enseignant ne souhaitant pas adopter le numérique la possibilité d’arrêter l’enseignement qui était le sien auparavant, de démissionner en quelque sorte. C’est sans doute la première fois, pour bon nombre d’entre nous, qu’il nous est imposé la manière d’enseigner [12].

    Depuis 2020, l’utopie réalisée. Passage total à l’enseignement numérique dans les Universités

    Depuis mars et surtout octobre 2020, comme toutes les travailleur·se·s et étudiant·e·s des universités en France, mes pratiques d’enseignement sont uniquement numériques. J’avais jusqu’alors résisté à leurs usages, depuis l’analyse des conditions contemporaines du capitalisme de plateforme lié aux connaissances : principalement (1) refuser l’enclosure et la #privatisation des connaissances par des plateformes privées ou publiques-privées, au service des politiques d’austérité néolibérale destructrices des usages liés à l’enseignement en présence, (2) refuser de participer aux techniques de surveillance autorisées par ces outils numériques. Je précise ici que ne pas vouloir déposer mes cours sur ces plateformes ne signifiait pas me replier sur mon droit de propriété intellectuelle en tant qu’enseignante-propriétaire exclusive des cours. Au contraire, un cours est toujours co-élaboré depuis les échanges singuliers entre enseignant·e·s et étudiant·e·s ; il n’est pas donc ma propriété exclusive, mais ressemble bien plus à un commun élaboré depuis les relations avec les étudiant·e·s, et pourrait devoir s’ouvrir à des usages et des usager·ère·s hors de l’université, sans aucune limite d’accès. Sans défendre donc une propriété exclusive, il s’agit dans le même temps de refuser que les cours deviennent des marchandises via des opérateurs privés ou publics-privés, déterminés par le marché mondial du capitalisme cognitif et cybernétique, et facilité par l’État néolibéral, comme nous l’avons vu avec l’exposé de la politique numérique du ministère de l’Enseignement supérieur.

    Par ailleurs, les plateformes d’enseignement numérique, en particulier de dépôt et diffusion de documents, enregistrent les dates, heures et nombres de clics ou non-clics de toutes celles et ceux qui les utilisent. Pendant le printemps 2020, sous les lois du premier confinement, les débats ont été nombreux dans mon université pour savoir si l’ « #assiduité », comme facteur d’ « #évaluation » des étudiant·e·s, pouvait être déterminée par les statistiques individuelles et collectives générées par les plateformes : valoriser celles et ceux qui seraient les plus connectées, et pénaliser les autres, autrement dit « les déconnecté·e·s », les dilettantes. Les éléments relatifs à la #fracture_numérique, l’inégal accès matériel des étudiant·e·s à un ordinateur et à un réseau internet, ont permis de faire taire pendant un temps celles et ceux qui défendaient ces techniques de #surveillance (en oubliant au passage qu’elles et eux-mêmes, en tant qu’enseignant·e·s, étaient aussi possiblement surveillé·e·s par les hiérarchies depuis leurs fréquences de clics, tandis qu’elles et ils pouvaient s’entre-surveiller depuis les mêmes techniques).

    Or depuis la fermeture des universités, ne pas enseigner numériquement signifie ne pas enseigner du tout. Refuser les plateformes est devenu synonyme de refuser de faire cours. L’épidémie a créé les conditions d’un apparent #consentement collectif, d’une #sidération aussi dont il est difficile de sortir. Tous les outils que je refusais d’utiliser sont devenus mon quotidien. Progressivement, ils sont même devenus des outils dont je me suis rendue compte dépendre affectivement, depuis un rapport destructeur de liens. Je me suis même mise à regarder les statistiques de fréquentation des sites de mes cours, les nombres de clics, pour me rassurer d’une présence, là où la distance commençait à creuser un vide. J’ai eu tendance à surcharger mes sites de cours de « ressources », pour tenter de me rassurer sur la possibilité de resserrer des liens, par ailleurs de plus en plus ténus, avec les étudiant·e·s, elles-mêmes et eux-mêmes confronté·e·s à un isolement et une #précarisation grandissantes. Là où la fonction transitionnelle d’objets intermédiaires, de « médias », permet de symboliser, élaborer l’absence, j’ai fait l’expérience du vide creusé par le numérique. Tout en étant convaincue que l’enseignement n’est jamais une affaire de « véhicule de communication », de « pédagogie », de « contenus » à « communiquer », mais bien une pratique relationnelle, réciproque, chargée d’affect, de transfert, de contre-transfert, que « les choses ne commencent à vivre qu’au milieu [13] », je n’avais jamais éprouvé combien la « communication de contenus » sans corps, sans adresse, créait de souffrance individuelle, collective et d’auto-exploitation. Nombreuses sont les analyses sur la difficulté de « #concentration », de captation d’une #attention réduite, derrière l’#écran. Avec Yves Citton et ses travaux sur l’#écologie_de_l’attention, il m’apparaît que la difficulté est moins celle d’un défaut de concentration et d’attention, que l’absence d’un milieu relationnel commun incarné :
    Une autre réduction revient à dire que c’est bien de se concentrer et que c’est mal d’être distrait. Il s’agit d’une évidence qui est trompeuse car la concentration n’est pas un bien en soi. Le vrai problème se situe dans le fait qu’il existe toujours plusieurs niveaux attentionnels. (…) La distraction en soi n’existe pas. Un élève que l’on dit distrait est en fait attentif à autre chose qu’à ce à quoi l’autorité veut qu’il soit attentif [14].

    La souffrance ressentie en tant que désormais « enseignante numérique » n’est pas relative à ce que serait un manque d’attention des étudiant·e·s généré par les écrans, mais bien à l’absence de #relation incarnée.

    Beaucoup d’enseignant·e·s disent leur malaise de parler à des « cases noires » silencieuses, où figurent les noms des étudiant·e·s connecté·e·s au cours. Ici encore, il ne s’agit pas de blâmer des étudiant·e·s qui ne « joueraient pas le jeu », et n’ouvriraient pas leurs caméras pour mieux dissimuler leur distraction. Outre les questions matérielles et techniques d’accès à un matériel doté d’une caméra et d’un réseau internet suffisamment puissant pour pouvoir suivre un cours et être filmé·e en même temps, comment reprocher à des étudiant·e·s de ne pas allumer la caméra, qui leur fait éprouver une #intrusion dans l’#espace_intime de leur habitation. Dans l’amphithéâtre, dans la salle de classe, on peut rêver, regarder les autres, regarder par la fenêtre, regarder par-dessus le tableau, à côté, revenir à sa feuille ou son écran…pas de gros plan sur le visage, pas d’intrusion dans l’espace de sa chambre ou de son salon. Dans une salle de classe, la mise en lien est celle d’une #co-présence dans un milieu commun indéterminé, sans que celui-ci n’expose à une intrusion de l’espace intime. Sans compter que des pratiques d’enregistrement sont possibles : où voyagent les images, et donc les images des visages ?

    Pour l’enseignant·e : parler à des cases noires, pour l’étudiant·e : entendre une voix, un visage en gros plan qui ne le·la regarde pas directement, qui invente une forme d’adresse désincarnée ; pour tou·te·s, faire l’expérience de l’#annihilation des #corps. Même en prenant des notes sur un ordinateur dans un amphithéâtre, avec un accès à internet et maintes possibilités de « s’évader » du cours, le corps pris dans le commun d’une salle engage des #liens. Quand la relation ne peut pas prendre corps, elle flotte dans le vide. Selon les termes de Gisèle Bastrenta, psychanalyste, l’écran, ici dans la relation d’enseignement, crée l’« aplatissement d’un ailleurs sans au-delà [15] ».

    Le #vide de cet aplatissement est synonyme d’#angoisse et de symptômes, notamment, celui d’une #auto-exploitation accrue. Le récit de plusieurs étudiant.e.s fait écho à l’expérience d’auto-exploitation et angoisse que je vis, depuis l’autre côté de l’écran. Mes conditions matérielles sont par ailleurs très souvent nettement meilleures aux leurs, jouissant notamment de mon salaire. La précarisation sociale et économique des étudiant·e·s creuse encore le vide des cases noires. Plusieurs d’entre elles et eux, celles et ceux qui peuvent encore se connecter, expliquent qu’ils n’ont jamais autant passé d’heures à écrire pour leurs essais, leurs dissertations…, depuis leur espace intime, en face-à-face avec les plateformes numériques qui débordent de fichiers de cours, de documents… D’abord, ce temps très long de travail a souvent été entrecoupé de crises de #panique. Ensuite, ce temps a été particulièrement angoissant parce que, comme l’explique une étudiante, « tout étant soi-disant sur les plateformes et tout étant accessible, tous les cours, tous les “contenus”, on s’est dit qu’on n’avait pas le droit à l’erreur, qu’il fallait qu’on puisse tout dire, tout écrire, tout ressortir ». Plutôt qu’un « contenu » élaborable, digérable, limité, la plateforme est surtout un contenant sans fond qui empêche d’élaborer une #réflexion. Plusieurs étudiant·e·s, dans des échanges que nous avons eus hors numérique, lors de la manifestation du 26 janvier 2021 à l’appel de syndicats d’enseignant·e·s du secondaire, ont également exprimé cet apparent #paradoxe : -le besoin de plus de « #contenu », notamment entièrement rédigé à télécharger sur les plateformes pour « mieux suivre » le cours, -puis, quand ce « contenu » était disponible, l’impression de complètement s’y noyer et de ne pas savoir quoi en faire, sur fond de #culpabilisation d’« avoir accès à tout et donc de n’avoir pas le droit à l’erreur », sans pour autant parvenir à élaborer une réflexion qui puisse étancher cette soif sans fin.

    Face à l’absence, la privatisation et l’interdiction de milieu commun, face à l’expression de la souffrance des étudiant·e·s en demande de présence, traduite par une demande sans fin de « contenu » jamais satisfaite, car annulée par un cadre désincarné, je me suis de plus en plus auto-exploitée en me rendant sur les plateformes d’abord tout le jour, puis à des heures où je n’aurais pas dû travailler. Rappelons que les plateformes sont constamment accessibles, 24h/24, 7j/7. Poster toujours plus de « contenu » sur les plateformes, multiplier les heures de cours via les écrans, devoir remplir d’eau un tonneau troué, supplice des Danaïdes. Jusqu’à l’#épuisement et la nécessité - politique, médicale aussi - d’arrêter. Alors que je n’utilisais pas les plateformes d’enseignement numérique, déjà très développées avant 2020, et tout en ayant connaissance de la politique très offensive du Ministère en matière de déshumanisation de l’enseignement, je suis devenue, en quelque mois, happée et écrasée par la fréquentation compulsive des plateformes. J’ai interiorisé très rapidement les conditions d’une auto-exploitation, ne sachant comment répondre, autrement que par une surenchère destructrice, à la souffrance généralisée, jusqu’à la décision d’un arrêt nécessaire.

    L’enjeu ici n’est pas seulement d’essayer de traverser au moins pire la « crise » mais de lutter contre une politique structurelle de #destruction radicale de l’enseignement.

    Créer les milieux communs de relations réciproques et indéterminées d’enseignement, depuis des corps présents, et donc des présences et des absences qui peuvent s’élaborer depuis la #parole, veut dire aujourd’hui en grande partie braconner : organiser des cours sur les pelouses des campus…L’hiver est encore là, le printemps est toujours déjà en germe.

    https://lundi.am/L-enseignement-numerique-ou-le-supplice-des-Danaides

    #numérique #distanciel #Grenoble #université #facs #France #enseignement_à_distance #enseignement_distanciel

    • Le #coût fixe du MOOC, à la différence du coût croissant du cours classique en fonction du nombre d’étudiants, suffit à prouver la « #rentabilité » de l’enseignement numérique.

      mais non ! Si la création du MOOC est effectivement un coût fixe, son fonctionnement ne devrait pas l’être : à priori un cours en ligne décemment conçu nécessite des interactions de l’enseignant avec ses étudiants...

  • Botschaften in Berlin #Steglitz-Zehlendorf
    https://www.berlin.de/ba-steglitz-zehlendorf/ueber-den-bezirk/zahlen-und-fakten/artikel.13558.php

    14.5.2020 Übersicht aller Vertretungen fremder Staaten in Deutschland

    1. Botschaft der Republik Äquatorialguinea
    #Rohlfsstraße 17-19, https://berlin.kauperts.de/Strassen/Lepsiusstrasse-12163-12165-Berlin14195 Berlin-Dahlem
    Tel. (030) 88663877
    Fax (030) 88663879

    E-Mail botschaft@guinea-ecuatorial.de
    Internetseite http://www.botschaft-aequatorialguinea.de
    https://www.openstreetmap.org/node/669265571
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Rohlfsstrasse-14195-Berlin

    2. Botschaft der Demokratischen Bundesrepublik Äthiopien
    #Boothstraße 20a, 12207 Berlin-Lichterfelde
    Tel. (030) 77206-0
    Fax (030) 77206-26

    E-Mail emb.ethiopia@t-online.de
    Internetseite http://www.aethiopien-botschaft.de
    https://www.openstreetmap.org/way/31235850
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Boothstrasse-12207-Berlin

    3. Botschaft der Republik Benin
    #Englerallee 23, 14195 Berlin-Dahlem
    Tel. (030) 23631470
    Fax (030) 236314740

    E-Mail diplo@ambassade-benin.de
    Internetseite http://www.ambassade-benin.de
    https://www.openstreetmap.org/way/104477290
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Englerallee-14195-Berlin

    4. Botschaft der Republik Irak
    #Pacelliallee 19-21, 14195 Berlin-Dahlem
    Tel. (030) 81488-0
    Fax (030) 81488-222

    E-Mail info@iraqiembassy-berlin.de
    Internetseite http://www.iraqiembassy-berlin.de
    https://www.openstreetmap.org/way/102414537
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Pacelliallee-14195-Berlin

    5. Botschaft der Islamischen Republik Iran
    #Podbielskiallee 65-67, 14195 Berlin-Dahlem
    Tel. (030) 84353-205
    Fax (030) 84353-535

    E-Mail iranemb.ber@mfa.gov.ir
    Internetseite http://www.berlin.mfa.ir
    https://www.openstreetmap.org/way/33840382
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Podbielskiallee-14195-Berlin

    6. Libysche Botschaft
    Podbielskiallee 42, 14195 Berlin-Dahlem
    Tel. (030) 20059641
    Fax (030) 200596-35

    E-Mail konsulat@libyschebotschaft.de
    Internetseite http://www.libyschebotschaft.berlin
    https://www.openstreetmap.org/way/57687035
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Podbielskiallee-14195-Berlin

    7. Botschaft der Union Myanmar
    #Thielallee 19, 14195 Berlin-Dahlem
    Tel. (030) 206157-0
    Fax (030) 206157-20

    E-Mail info@botschaft-myanmar.de
    Internetseite http://www.meberlin.com
    https://www.openstreetmap.org/way/103425440
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Thielallee-14195-Berlin

    8. Botschaft der Republik Niger
    Machnower_Straße 24, 14165 Berlin-Zehlendorf
    Tel. (030) 80589660
    Fax (030) 80589662

    E-Mail info@ambassade-niger.de
    Internetseite http://www.ambassade-niger.de
    https://www.openstreetmap.org/way/165814997
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Machnower-Strasse-14165-Berlin

    9. Botschaft des Sultanats Oman
    #Clayallee 82, 14195 Berlin-Dahlem
    Tel. (030) 810051-0
    Fax (030) 810051-99

    E-Mail botschaft-oman@t-online.de
    Internetseite http://www.oman-embassy.de
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Clayallee-14169-14195-Berlin

    10. Botschaft der Republik Sierra Leone
    #Herwarthstraße 4, 12207 Berlin-Lichterfelde
    Tel. (030) 77205850
    Fax (030) 772058529

    E-Mail embassy@slembassy-germany.org
    Internetseite http://www.slembassy-germany.org
    https://www.openstreetmap.org/way/139216906
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Herwarthstrasse-12207-Berlin

    11. Botschaft der Demokratischen Sozialistischen Republik Sri Lanka
    #Niklasstraße 19, 14163 Berlin
    Tel. (030) 80909749
    Fax (030) 80909757

    E-Mail info@srilanka-botschaft.de
    Internetseite http://www.srilanka-botschaft.de
    https://www.openstreetmap.org/way/118935982
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Niklasstrasse-14129-14163-Berlin

    12. Botschaft des Königreichs Thailand
    #Lepsiusstraße 64/66, 12163 Berlin-Steglitz
    Tel. (030) 79481-0
    Fax (030) 79481-511

    E-Mail general@thaiembassy.de
    Internetseite http://www.thaiembassy.de
    https://www.openstreetmap.org/node/3052073292
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Lepsiusstrasse-12163-12165-Berlin

    13. Botschaft der Republik Tschad
    Lepsiusstraße 114, 12165 Berlin
    Tel. (030) 31991620
    Fax (030) 319916220

    E-Mail contact@ambatchadberlin.com
    Internetseite http://www.ambatchadberlin.com
    https://www.openstreetmap.org/node/638521439
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Lepsiusstrasse-12163-12165-Berlin

    #Berlin #Steglitz-Zehlendorf #Dahlem #Lichterfelde #Zehlendorf #Steglitz

  • #cequilrestedenosrêves... Le #11janvier prochain, ce sera le #AaronSwartzDay : l’anniversaire de la mort de Aaron Swartz, génie informatique partisan du #Libre qui a été suicidé par la défense vorace de la #propriété_privée pour avoir libéré des millions de documents judiciaires du système #PACER... oui, tu sais, le truc qui fait désormais kiffer les macronistes et autres libéraux capitalistes en se disant qu’ils pourraient en tirer profit via la #legaltech à l’étude en france...



    Je commence donc ici ma recension annuelle à sa mémoire avec ce qui semble un magnifique cadeau : un livre de Flore Vasseur à paraître demain, 9 janvier : « Ce qu’il reste de nos rêves »
    Au vu du parcours de l’auteure, je pense qu’il y a des chances qu’il soit un jour en libre accès quelque part sur le web.

    Dans Ce qu’il reste de nos rêves*, Flore Vasseur inscrit le génie du code dans la lignée des lanceurs d’alerte ayant marqué l’histoire des États-Unis. Broyé par le gouvernement américain, Aaron #Swartz était l’enfant qui voulait changer le monde.

    #Internet ne doit pas servir à vendre de la pâtée pour chiens mais être l’outil pour trouver des remèdes au cancer. Du haut de ses 14 ans, Aaron Swartz ne transige pas avec ses idéaux face aux patrons de la tech’. Virtuose de la #programmation informatique dès son plus jeune âge, Internet est son moyen de changer le monde. Créateur d’une encyclopédie collaborative avant Wikipédia et d’Infogami, une plateforme de création de sites et de blogs accessible sans savoir coder, il veut libérer la connaissance. Un combat pour lequel il a sacrifié sa vie. À 26 ans, il est retrouvé pendu à la fenêtre de son appartement new-yorkais. Nous sommes en janvier 2013. Poursuivi par le gouvernement américain, il risquait trente-cinq ans de prison et un million de dollars d’amende pour avoir téléchargé des millions de publications scientifiques sur les serveurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Après quatre ans d’enquête, Flore Vasseur porte son message avec engagement et tendresse dans son dernier ouvrage, Ce qu’il reste de nos rêves.

    https://www.lelanceur.fr/aaron-swartz-lanceur-dalerte-sublime-par-les-mots-de-flore-vasseur

    Le jour de sa mort, #Facebook a gagné. Son #algorithme est la nouvelle main invisible qui régule rage et #consommation, élections et émotions. Sa disparition révèle un destin, une époque et notre tragédie”, écrit Flore Vasseur.

    Présentation vidéo des Éditions des Équateurs :
    https://youtu.be/aF-Feid2RuU

    Autre article paru pour annoncer une rencontre au bar le 61 à Paris (sniff !) :


    Et une présentation du livre par Télérama : https://www.telerama.fr/livres/ce-quil-reste-de-nos-reves,n6074156.php

    C’est à l’occasion de l’écriture de ce livre et de l’enquête qu’elle a menée qu’elle a pu rencontrer Edward Snowden pour le documentaire Meeting Snowden :

    La rencontre avec #Snowden est survenue parce que je marchais dans les pas d’Aaron, a confié Flore Vasseur au Lanceur. Je sais qu’il le lisait et que son suicide l’a bouleversé. C’est une espèce de grand frère. Et je suis persuadée qu’il n’aurait pas fait ce qu’il a fait s’il n’y avait pas eu Aaron Swartz.” En 2011, deux ans avant qu’Edward Snowden n’en transmette les preuves, Aaron Swartz avait évoqué l’ampleur de la surveillance de masse des États-Unis, de sa propre population et de ses alliés. Pour comprendre “la filiation et les héritiers” d’un fantôme qui la fascine, Flore Vasseur est allée rencontrer les parents et le cercle proche d’Aaron Swartz. Comme un heureux hasard, elle a fait la rencontre de celui qui le considérait “comme son fils”, Lawrence Lessig. Quand Aaron Swartz avait 14 ans, c’est ensemble qu’ils présentèrent un mouvement de libération du droit d’auteur à travers la création des Creative Commons. Professeur à Harvard, Lawrence Lessig partage avec Aaron la volonté de “contrer l’influence de l’argent en politique”. Il est aussi l’une des rares personnalités à avoir pris la défense d’Edward Snowden aux États-Unis. C’est grâce à ce chemin que la romancière a réalisé, à Moscou, le documentaire Meeting Snowden. Après avoir négocié avec Arte, son film est désormais en accès libre.

    A retrouver sur son blog http://blog.florevasseur.com

    Même 6 ans après sa mort, l’effet #Streisand se fait encore sentir. Il y a un mois, aux States, le site Gizmodo a fait une révélation impliquant les archives des mails de Aaron Swartz, démontrant que le #FBI gardait tout, absolument toutes les données qu’il avait pu collecter autour d’enquêtes, et ce même s’il n’y avait aucun rapport :

    Près de deux ans avant la première enquête connue du gouvernement américain sur les activités du cofondateur de Reddit et célèbre activiste du numérique, Aaron Swartz, le FBI a balayé ses données de courrier électronique dans une enquête antiterroriste qui avait également pris au piège des étudiants d’une université américaine. document secret publié pour la première fois par Gizmodo.
    https://gizmodo.com/fbi-secretly-collected-data-on-aaron-swartz-earlier-tha-1831076900
    Les données de courrier électronique appartenant à Swartz, qui n’était probablement pas la cible de l’enquête antiterroriste, ont été cataloguées par le FBI et consultées plus d’un an plus tard, car elles pesaient des accusations potentielles contre lui pour quelque chose de totalement indépendant.

    https://www.techdirt.com/articles/20181217/11080641248/fbi-swept-up-info-about-aaron-swartz-while-pursuing-al-qaeda-investigation

    Comme tous les ans, des dizaines et des dizaines d’initiatives sont prévues pour lui rendre hommage, elles sont regroupées sur le site https://www.aaronswartzday.org accompagné d’un compte twitter https://twitter.com/aaronswartzday

    J’ai l’impression par contre que le blog de Aaron Swartz n’est plus accessible, il est heureusement sauvegardé dans la #WayBackMachine, fondée à sa mémoire : https://web.archive.org/web/20190103112701/http://www.aaronsw.com

    La recension de l’année dernière : https://seenthis.net/messages/658967

    (par contre, #seenthis, je suis étonnée de ne toujours pas voir de tag « personnalité » #Aaron_Swartz sur son nom... peut-être est-ce l’occasion de le créer ;) ?)

  • Hackable implanted medical devices could cause deaths, researchers say
    https://www.theguardian.com/technology/2018/aug/09/implanted-medical-devices-hacking-risks-medtronic

    Medtronic, a manufacturer of pacemakers and implantable insulin pumps, won’t fix security vulnerabilities in its products A range of implanted medical devices with nine newly discovered security vulnerabilities won’t be fixed by the manufacturer, despite the possibility that, if abused, the weaknesses could lead to injury or death. In new research presented at the Black Hat information security conference, a pair of security researchers remotely disabled an implantable insulin pump, (...)

    #Medtronic #pacemaker #santé #hacking

    ##santé
    https://i.guim.co.uk/img/media/afe59f9d2170e8f766670a83453638f1dde47b86/0_192_5760_3456/master/5760.jpg

  • Petites découvertes à #Pettinengo, village se situant à côté de #Biella, en #Italie, où j’ai passé 3 jours à un séminaire de recherche sur les réfugiés dans les Alpes. Nous avons été accueillis par la coopérative #Pace_futuro :


    https://www.pacefuturo.it

    II Seminario Internazionale “Rifugiati alpini : dall’accoglienza locale alla resilienza comunitaria”, 17-19 maggio

    Il seminario farà un bilancio delle conoscenze accumulate sul tema dell’accoglienza dei richiedenti asilo e dei rifugiati nelle regioni alpine di Italia, Austria, Svizzera, Francia, Germania e Slovenia. I dati statistici, le questioni locali, le politiche nazionali e regionali saranno esaminate e confrontate al fine di individuare le principali tendenze, sfide, caratteristiche nazionali e aspetti comuni.


    https://www.pacefuturo.it/2018/05/14/rifugiati-alpini-dallaccoglienza-locale-alla-resilienza-comunitaria
    #accueil #solidarité #asile #migrations #réfugiés #montagne

    Voici une image suggestive du village de Pettinengo :

    Pace futuro a un projet d’accueil et de formation/intégration de demandeurs d’asile, notamment dans le secteur du #tissage, secteur industriel qui, dans le passé, a été très important dans la région, surtout pour ce qui concerne la laine (et qui aujourd’hui se reprend un peu, après des années de profonde crise).
    Les demandeurs d’asile sont formés au tissage dans le but de pouvoir les préparer pour un futur emploi dans les entreprise de la région :

    Puis, à Pettinengo, on y découvre aussi quelques vestiges du passé fasciste :


    #fascisme #tags #art_de_rue #street-art #histoire

    Et dans le siège de l’association, une très belle villa, un #jardin intéressant : "le potager du troisième paradis" (l’orto del terzo paradiso)


    #art #Michelangelo_Pistoletto #troisième_paradis #jardin #paradis

  • His pacemaker led to arson charges. Then he failed to show up for court, so police are looking for him.
    https://www.journal-news.com/news/crime--law/bond-revoked-for-middletown-awaiting-trial-for-arson/ZciuwUOUpc8sVeOHRTs21I

    A bench warrant was issued Tuesday morning for a Middletown man awaiting trial for allegedly setting fire to his pricey house in 2016. Ross Compton, 60, was indicted in January for aggravated arson and insurance fraud for allegedly starting a fire in September 2016 at his Court Donegal house. The blaze caused nearly $400,000 in damages. Compton has been free on his own recognizance since his indictment, but he failed for show up for a pre-trial hearing in Butler County Common Pleas Court (...)

    #pacemaker #délation #santé #surveillance

    ##santé

  • Un artefact de pierre gravé provenant de Crimée a pu aider à démontrer le symbolisme néandertalien
    2 mai 2018

    (la gravure me fait penser à celle-ci trouvée à Gibraltar -voir ci-après)

    https://seenthis.net/messages/671855

    Premier point :

    Les résultats de l’analyse du flocon cortical gravé de Kiik-Koba sont formalisés dans le cadre interprétatif proposé dans cette étude (Fig 9 ci-dessous). Ce dernier constitue un outil efficace pour affiner et éliminer systématiquement certaines hypothèses et combiner toutes les informations disponibles afin d’évaluer la pertinence des autres.

    http://journals.plos.org/plosone/article/figure?id=10.1371/journal.pone.0195049.g009

    Deuxième point : éliminer les d’autres utilisations possibles.

    L’emplacement de la gravure sur le cortex et la façon dont les lignes ont été produites indiquent que le cortex a été gravé après que le flocon ait été détaché du noyau, éliminant les causes qui ont pu conduire à marquer le cortex d’un nodule. Un certain nombre de causes pour produire des marques sur un flocon peuvent également être rejetées.
    – Les lignes sur le cortex sont clairement différentes des impacts produits lors de l’utilisation d’un caillou doux comme retouchoir.
    – Bien que plat, le cortex est trop petit pour être utilisé comme planche à découper, et les lignes portent des caractéristiques diagnostiques indiquant qu’elles ont été faites par un point plutôt que par le bord de l’outil en pierre taillée dans un mouvement de coupe.
    – La surface du cortex est trop petite et le cortex trop mince pour accepter comme raisonnable l’hypothèse que l’intention de l’artisan était d’extraire la poudre calcaire ou d’empêcher la libération de cette poudre pendant l’utilisation du flocon.
    – Les cicatrices de paillettes présentes sur la face dorsale ont été soit enlevées avant que le flocon soit détaché du nodule, soit constituées de cicatrices marginales de micro-flocons résultant de l’utilisation de l’outil. Les deux sont incompatibles avec l’hypothèse que le grattage a été appliqué pour augmenter le caractère invasif d’une retouche.
    – Augmenter l’adhérence d’un adhésif pour enfiler l’objet, ou l’enduire d’un composé organique pour faciliter la préhension lors de son utilisation comme outil, est peu probable en raison de la petite taille de l’objet et parce que les points de départ des lignes sont très proches du tranchant, portant des cicatrices de micro-flocons interprétées comme résultant de l’utilisation.
    – Le revêtement de cette zone avec un adhésif aurait laissé une zone active très étroite, réduisant ainsi l’efficacité de la bord de l’outil dans une action de raclage ou de coupe.
    – Bien que l’amélioration de la préhension puisse apparaître comme une possibilité plus viable, il faut considérer que la surface du cortex sur le flocon est plus petite que celle du bout du doigt et qu’en raison de sa finesse le flocon se casserait facilement s’il était utilisé . En outre, cette interprétation n’explique pas pourquoi l’artisan a pris soin, lors de la gravure de chaque nouvel ensemble, d’arrêter soigneusement les lignes avant d’atteindre le bord du cortex et de laisser une bande vide autour de la zone gravée.

    – Le doodling est généralement défini comme l’action de produire sans but des modèles sans rapport avec la tâche principale, sans attention particulière spécifiquement dédiée au processus. Comme le gribouillage a lieu pendant un certain laps de temps, il nécessite généralement une surface assez grande et est également intrinsèquement lié à la possibilité de marquer cette surface à l’aise, relativement sans effort, alors que l’attention est dirigée ailleurs. La surface minuscule du cortex et l’attention focalisée nécessaire pour graver les lignes avec précision contre l’hypothèse du gribouillage. Ce qui précède rend moins probable un but purement fonctionnel ou non-porteur pour la gravure.

    Conclusion :

    Ainsi, nous devrions considérer la possibilité que le motif ait été délibérément gravé pour exprimer et / ou communiquer un sens.

    De plus :

    La découverte d’un flocon similaire, qui ne porte aucune gravure, dans la même couche, indique que le marquage des flocons corticaux de bonne qualité n’était pas un comportement systématique chez Kiik-Koba. Ce fait rend peu probable que l’objet représente un cas particulier de marquage de la propriété. Le fait que les lignes sont dans certains cas superposées et difficiles à distinguer visuellement suggère que des fonctions symboliques et de comptage seraient peu probables pour le modèle pris isolément, ou pour ses éléments individuels. Au lieu de lignes prises isolément, c’est plutôt le contraste entre le fond blanchâtre et le centre du cortex lourdement haché qui aurait pu être utilisé pour rappeler une information à l’utilisateur du flocon ou éventuellement en communiquer un lorsque l’outil a été transmis à quelqu’un d’autre. Ce fait et la petite taille de la gravure sont compatibles avec la possibilité que le signe était destiné à transmettre une information seulement à un petit nombre d’individus. La précision avec laquelle la gravure a été exécutée indique une très bonne coordination œil-main et de bonnes aptitudes motrices employées avec effort, attention aux détails, et une intention de cadrer le motif incisé dans la surface corticale donnée. Cela pourrait être compatible avec une interprétation représentationnelle possible de l’objet.

    Une même conclusion dans l’article de résumé :

    L’objet provient de la couche IV, la même couche dans laquelle L’enterrement des enfants de Néandertal a été mis au jour, qui contient une industrie para-micoquienne de type Kiik-Koba datée entre environ 35 et 37 kcal BP. L’analyse microscopique et la reconstruction 3D des rainures sur le cortex de ce petit flocon de silex, démontrent que les incisions représentent une gravure délibérée faite par un artisan qualifié, probablement avec deux points différents. Les lignes sont presque parfaitement encadrées dans le cortex, témoignant de mouvements bien contrôlés. C’est particulièrement le cas compte tenu de la petite taille de l’objet, ce qui rend cette tâche difficile. La production de la gravure a nécessité un excellent contrôle neuromoteur et volontaire, ce qui implique une attention focalisée. L’évaluation de l’évidence de Kiik-Koba à la lumière du cadre interprétatif proposé soutient l’idée que la gravure a été faite avec une intention de représentation.

    http://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=inline&id=info:doi/10.1371/journal.pone.0195049.g008

    L’article original : http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0195049

    Le résumé : https://www.sciencedaily.com/releases/2018/05/180502174928.htm

    #Préhistoire #Ana_Majkić #Francesco_d’Errico #Vadim_Stepanchuk #Néandertal #art #CNRS #PACEA #Université_de_Bordeaux

  • Illuminating the cave, drawing in black : wood charcoal analysis at Chauvet-Pont d’Arc
    Antiquity Volume 92, Numéro 362 Avril 2018 , pp. 320-333

    « Illuminer la grotte, dessiner en noir : analyse du charbon de bois à Chauvet-Pont d’Arc »
    30 avril 2018

    L’étude des fragments de charbon de bois de Chauvet-Pont d’Arc a porté sur les deux principaux épisodes d’occupation de la grotte [Aurignacien (37.000 à 33.500 avant notre ère) et Gravettien (31.000 à 28.000)] et sur différents contextes, des foyers aurignaciens aux marques et torches gravettiennes. L’échantillon comprend également des fragments de charbon de bois non datés éparpillés sur le sol de la caverne ou au pied de groupes de peintures au charbon de bois noir.

    À l’exception d’un seul fragment de Rhamnus provenant de la Red Panels Gallery, tous les fragments identifiés sont de pin sylvestre / pin noir. Le pin est un taxon pionnier avec une affinité pour les environnements montagneux et a survécu dans les refuges pendant les périodes les plus froides de la dernière période glaciaire. En tant que tel, il atteste, en premier lieu, des conditions climatiques rigoureuses qui ont prévalu au cours des différentes occupations de la grotte, sans toutefois les distinguer.

    Bien que difficile à discuter en termes de signification symbolique, la collection de pins semble avoir été transculturelle et régie plus par la convergence d’éléments favorisant son utilisation, que par une contrainte environnementale (car d’autres taxons étaient également présents dans le voisinage immédiat de la grotte). Pour les sociétés très mobiles, le pin présente un certain nombre de caractéristiques susceptibles de motiver sa sélection : l’excrétion naturelle importante des branches, qui fournit un stock de bois mort facilement disponible ; ses propriétés de combustion, qui le rendaient propre à l’éclairage de la grotte ; et ses propriétés mécaniques, qui, comme montré à Chauvet-Pont d’Arc, l’ont rendu idéal pour produire le charbon de dessin et le colorant pour les techniques de bavure et de mélange utilisées dans les peintures rupestres.

    https://static.cambridge.org/resource/id/urn:cambridge.org:id:binary-alt:20180424073716-13039-mediumThumb-S

    L’article original : https://www.cambridge.org/core/journals/antiquity/article/illuminating-the-cave-drawing-in-black-wood-charcoal-analysis-at-chauvetpont-darc/518C3BA9C02C1122A72FC4E5FD0AD9FA/core-reader

    Le résumé : https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/paleontologie/les-dessins-de-la-grotte-chauvet-ont-ete-faits-avec-des-fusains-au-

    #Préhistoire #art_pariétal #Chauvet #France #Université_Côte_d'Azur #CNRS #CEPAM #Institut_écologie_et_environnement #Université_de_Savoie_Mont-Blanc #EDYTEM #Université_de_Bordeaux #PACEA #MSHS #TRACES #Université_de_Bordeaux_Montaigne #IRAMAT
    #Isabelle_Théry-Parisot

  • Des porteurs de #pacemakers piratables incités à effectuer une mise à jour logicielle
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/09/01/des-porteurs-de-pacemakers-piratables-incites-a-effectuer-une-mise-a-jour-lo

    La Food and Drug Administration (FDA), chargée de la protection des patients aux Etats-Unis, a ordonné mardi 29 août un rappel d’un type un peu particulier : il concerne les pacemakers de l’entreprise Abbott (ex-St. Jude Medical).

    « La FDA a enquêté à la suite d’informations selon lesquelles [ces pacemakers] comportaient des failles de sécurité informatique et elle a pu confirmer que ces failles, une fois exploitées, peuvent permettre à une personne non autorisée d’accéder à l’appareil en utilisant du matériel disponible dans le commerce. Cet accès permettrait de modifier les commandes du pacemaker, ce qui pourrait nuire au patient en vidant rapidement la batterie ou en imposant un rythme cardiaque non approprié. »
    En conséquence, et devant l’impossibilité de procéder à un rappel physique de ces appareils, la FDA recommande très fortement une mise à jour logicielle, qui ajoute des protections supplémentaires contre un éventuel #piratage. La mise à jour peut être faite directement par le médecin, par télétransmission, en quelques minutes. Aucun cas de piratage malveillant n’a pour l’instant été rapporté.

    Environ 500 000 patients seraient concernés aux Etats-Unis par cette mise à jour, qui corrige des failles présentes sur neuf modèles de pacemakers : Accent SR RF™, Accent MRI™, Assurity™, Assurity MRI™, Accent DR RF™, Anthem RF™, Allure RF™, Allure Quadra RF™, Quadra Allure MP RF™. En France, un peu plus de 40 000 patients sont équipés de pacemakers de ces modèles.

  • Clap de fin pour la Paces de Boulogne-sur-Mer - Observatoire Régional de la Santé - Nord Pas de Calais
    http://www.orsnpdc.org/2017/03/07/clap-de-fin-paces-de-boulogne-mer

    Lancée en 2009, la Paces (première année des études de médecine) déconcentrée à Boulogne-sur-Mer, prendra fin cette année. Le Conseil de la faculté de médecine de Lille a voté en novembre la suppression de ce dispositif, innovant et unique en France. Initiée pour permettre aux étudiants du littoral de démarrer le cursus de médecine près de chez eux et de dynamiser la démographie médicale locale. Chaque année, entre 60 et 90 étudiants s’inscrivent.

    Les étudiants pouvaient suivre les cours de la Fac de médecine de Lille en visioconférence. Si ils réussissaient la PACES, ils poursuivaient leurs études à Lille.
    Trop moderne sans doute, à taille trop humaine aussi probablement, c’est tellement plus drole de batailler pour trouver une place en amphi à Lille. À moins que…

    Yves Marlier, directeur du CH de Boulogne-sur-Mer, a également réagi, en commentaire d’un article d’Hospimédia sur le sujet. « L’expérience n’a jamais été soutenue par Didier Gosset qui a pris la présidence de la Faculté à son démarrage en 2010. Ainsi la capacité d’accueil de 250 étudiants n’a jamais été atteinte du fait de l’absence de portage (voire de dissuasion) lors des inscriptions boulonnaises. Il s’agit bien d’une différence idéologique d’approche des accès à l’enseignement supérieur qui s’opposent : élitiste contre égalitaire ».

    Sur l’origine du projet en 2009, voir ici : http://www.orsnpdc.org/wp-content/uploads/2015/02/5051-35.pdf

    #PACES

  • Un #pacemaker trop moderne empêche ses porteurs d’être incinérés ou inhumés - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2016/12/01/un-pacemaker-trop-moderne-empeche-ses-porteurs-d-etre-incineres-ou-inhume

    « C’est comme si on faisait un cours accéléré sur le droit funéraire et médico-légal. » Françoise Mees a perdu sa sœur le 22 novembre. Depuis, elle se bat, avec les enfants de la défunte (qui n’ont pas souhaité donner leur nom), pour qu’elle ait droit à des #obsèques. Impossible jusqu’à présent, à cause d’un pacemaker.

    #technologie #législation

    • Questions : Que deviennent les parties métalliques des incinérés ?
      – Prothèses, suite à membres brisés,
      – Dents en or, ou autre métal, même si ce n’est plus la mode,
      – Alliance, bagues
      – . . . . . . .
      Pour rappel, le cercueil est fermé, avec scellés, sous contrôle de la police, ou bien sous délégation.

  • Du pacemaker au tracteur : les hôpitaux-musées de l’homme réparé
    http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2015/08/hopitaux-musees-homme-repare.html

    Dans un article de Sciences et Avenir je viens de lire que le coeur artificiel d’une femme opérée en 1992 n’avait plus que 14% de batterie. Son pacemaker arrive au bout de son autonomie. Il suffit de changer la pile me direz-vous. Oui. Sauf que cette technologie, vieille de 23 ans, n’est plus (...)

  • Le hacker à l’origine du « jackpotting » est mort
    http://www.linformaticien.com/actualites/id/29776/le-hacker-a-l-origine-du-jackpotting-est-mort.aspx

    En 2010, à la célèbre conférence annuelle sur la sécurité informatique, la Black Hat de Las Vegas, un hacker encore inconnu du public, Barnaby Jack, fait une démonstration qui restera dans les mémoires : il montre comment vider des distributeurs de billets ATM de leur cash, sans même débiter aucun compte client, soit à distance, soit en se rendant au distributeur… Cette technique de piratage avait alors pris son nom : le « jackpotting ». Pour effectuer ses recherches, le hacker n’avait pas hésité à acheter deux distributeurs ATM, pour la somme de 4000 dollars, afin de s’exercer au piratage, directement chez lui. Il souhaitait « simplement prouver la faiblesse des dispositifs électroniques du quotidien », avait-il dit lors d’une interview accordée à la chaîne TV3.

    D’origine néo-zélandaise, Barnaby Jack s’intéressait également au hacking dans le milieu médical. Il avait réussi à démontrer qu’il était possible de reprogrammer à distance une pompe à insuline afin qu’elle injecte une dose mortelle à un patient. Cette démonstration avait comme conséquence que des fabricants de ces machines avaient, pour certains, amélioré leur produit. Il devait présenter cette semaine, à l’occasion de la nouvelle édition de la Black Hat, une conférence sur les failles de sécurité des pacemakers. Inspiré de la série Homeland, il voulait prouver qu’on pouvait, à une dizaine de mètres d’une personne en possédant un, désactiver un pacemaker. Auparavant, il avait travaillé pour le compte de McAfee, Juniper ou encore IOActive.

    Agé de 35 ans, Barnaby Jack a été retrouvé mort, jeudi dernier, à son domicile de San Francisco. Les circonstances de son décès sont pour le moment encore inconnues.

  • Michael Hastings a-t-il été tué par le #piratage de sa voiture ?
    http://www.numerama.com/magazine/26365-michael-hastings-a-t-il-ete-tue-par-le-piratage-de-sa-voiture.html
    http://www.slate.fr/monde/74361/journaliste-michael-hastings-email-mort

    Le 18 juin 2013, le journaliste d’#investigation Michael Hastings conduit un coupé Mercedes C250 dernier cri lorsque sa #voiture vient percuter un arbre en pleine ligne droite, sur la Highland Avenue de Los Angeles, et s’embrase. Hastings meurt sur le coup, carbonisé. Le #fait_divers aurait pu ne rester qu’un fait divers, mais il déchaîne les passions aux Etats-Unis, où l’on soupçonne un #complot fomenté par les plus hautes instances de l’Etat fédéral.

    #conspirationnisme ? via @xporte

    Hastings, qui comptait disparaître des radars car sous le coup d’une enquête du #FBI, était connu pour ce portrait du général McChrystal
    http://www.rollingstone.com/politics/news/the-runaway-general-20100622
    http://seenthis.net/messages/56668

  • Un hacker a trouvé comment pirater à distance les pacemakers
    http://www.franceinfo.fr/high-tech/un-hacker-a-trouve-comment-pirater-a-distance-les-pacemakers-773715-2012-

    Il est possible de prendre le contrôle, à distance, d’un pacemaker, et de tuer son porteur.
    [...]
    Avec un simple ordinateur portable, l’expert réussit alors à prendre le contrôle à distance (jusqu’à 10 m) de la pile cardiaque et à en réécrire le code informatique.
    [...]
    L’expert, Jack Barnaby, a même expliqué qu’il peut programmer une réaction en chaîne et faire « contaminer » un pacemaker par un autre. Dans un scénario des plus sombres, une pile cardiaque ainsi infectée par le virus informatique pourrait infecter à son tour tous les porteurs de pile qu’elle croise.

    #pacemaker #sécurité #hacker