• A quoi pouvait donc ressembler les Denisoviens ?

    Les Denisoviens sont un groupe d’humains éteint dont la morphologie reste inconnue.

    L’article présente une

    méthode pour reconstruire la morphologie du squelette en utilisant des modèles de méthylation de l’ADN [qui] consiste à relier les changements de méthylation unidirectionnels aux phénotypes de perte de fonction. [Les chercheurs ont] testé les performances en reconstituant les morphologies squelettiques de Néandertal et de chimpanzés et avons obtenu une précision supérieure à 85% dans l’identification des traits divergents. [Ils ont] ensuite appliqué cette méthode au Denisovan et [ont] proposé un profil morphologique putatif. [Ils suggèrent] que les Denisovans ont probablement partagé avec des Néandertaliens des traits tels qu’un visage allongé et un large bassin. [Ils ont identifié] également des modifications dérivées de Denisovan, telles qu’une augmentation de l’arcade dentaire et une expansion crânienne latérale.

    Le matériel utilisé était le

    seul os de Denisovan informatif sur le plan morphologique à ce jour, ainsi qu’au crâne de Xuchang, suggéré par certains comme étant un Denisovan

    Reconstructing Denisovan Anatomy Using DNA Methylation Maps : Cell
    https://www.cell.com/cell/abstract/S0092-8674(19)30954-7

    #Préhistoire #Paléolithique #Denisova #ADN
    #David Gokhman, Nadav Mishol,Marc de Manuel,David de Juan,Jonathan Shuqrun,Eran Meshorer,Tomas Marques-Bonet,Yoel Rak,Liran Carmel

    Publication : Cell
    Publisher : Elsevier
    Date : 19 September 2019

    DOI : https://doi.org/10.1016/j.cell.2019.08.035

  • Le plus ancien calendrier lunaire aurait 10 000 ans.

    The oldest lunar calendar is a pebble engraved 10,000 years ago, found in the Alban Hills near Rome, Italy | Sapienza Università di Roma

    https://www.uniroma1.it/en/notizia/oldest-lunar-calendar-pebble-engraved-10000-years-ago-found-alban-hills-nea

    A new notational artifact from the Upper Paleolithic? Technological and traceological analysis of a pebble decorated with notches found on Monte Alto (Velletri, Italy) - Altamura, F. - Journal of Archaeological Science: Reports 2019, 26, 101925.
    DOI: https://doi.org/10.1016/j.jasrep.2019.101925


    #Préhistoire #Paléolithique #calendrier #temps #10000BP #07/2019

  • Des gravures d’animaux datant de 12.000 ans découvertes à Angoulême -

    (...) Une surprise pour les archéologues car cette pièce est datée d’environ 12.000 ans avant notre ère, ce qui correspond à la période dite de l’Azilien. Or « l’art azilien est souvent considéré comme une rupture, il marque un abandon du figuratif au profit de l’abstraction », explique l’Inrap.

    « Trouver des chevaux et d’autres animaux dessinés à cette période de l’Azilien récent, c’est exceptionnel », estime Valérie Feruglio, préhistorienne spécialiste de l’art préhistorique. (...)

    Sciences et Avenir
    https://www.sciencesetavenir.fr/sciences/des-gravures-d-animaux-datant-de-12-000-ans-decouvertes-a-angouleme


    #Préhistoire #Paléolithique #Art_rupestre #Azilien #Europe #France #Inrap

  • De l’âge de Pierre aux micropuces : comment de minuscules outils peuvent avoir fait de nous des humains : la technologie de la miniaturisation nous distingue des autres primates.

    Les anthropologues ont longtemps fait le cas que l’élaboration d’outils est l’un des comportements clés qui séparaient nos ancêtres humains d’autres primates. Un nouveau document, cependant, fait valoir que ce n’était pas la fabrication d’outils qui a mis les homininés à part -c’était la miniaturisation des outils.

    Tout comme les minuscules transistors ont transformé les télécommunications il y a quelques décennies, nos ancêtres de l’âge de pierre ont ressenti l’envie de fabriquer des outils minuscules. "C’est un besoin auquel nous avons été éternellement confrontés et qui a conduit notre évolution." dit Justin Pargeter, un anthropologue à l’Université Emory et auteur principal de l’article. "La miniaturisation est la chose que nous faisons. "

    La revue l’anthropologie évolutive publie le document—le premier aperçu complet de la miniaturisation des outils préhistoriques. Elle propose que la miniaturisation soit une tendance centrale dans les technologies de l’Homininé qui remonte à au moins 2,6 millions ans.

    « Lorsque d’autres singes utilisaient des outils en pierre, ils ont choisi de les garder sous la forme de leur grande taille et sont restés dans les forêts où ils ont évolué, » dit le co-auteur John Shea, professeur d’anthropologie à l’université Stony Brook. "Les homininés ont choisi de les miniaturiser et sont allés partout, transformant des habitats autrement hostiles pour répondre à nos besoins changeants. "

    L’article montre la façon dont les flocons de pierre de moins d’un pouce de longueur—utilisé pour percer, couper et gratter- sont ressortis dans les dossiers archéologiques pour des sites sur tous les continents (...).

    Ces petits flocons de pierre,(...) étaient comme les lames de rasoir jetables ou des trombones d’aujourd’hui -omniprésent, facile à faire et facilement remplacés.

    Il identifie trois points de flexion pour la miniaturisation dans l’évolution de l’Homininé. Le premier pic s’est produit il y a environ 2 millions années, entraîné par la dépendance croissante de nos ancêtres aux flocons de pierre à la place des ongles et des dents pour les tâches de découpe, de tranchage et de perçage. Un deuxième pic a eu lieu quelque temps après 100 000 ans avec le développement d’armes à grande vitesse, comme l’arc et la flèche [il y a sûrement une erreur ici car l’arc est apparu vers 12000BP] , qui nécessitaient des inserts en pierre légères. Un troisième pic de miniaturisation s’est produit il y a environ 17 000 ans. La dernière ère glaciaire se terminait, forçant certains humains à s’adapter aux changements climatiques rapides, à l’élévation des niveaux de la mer et à l’accroissement des densités de population. Ces changements ont accru la nécessité de conserver les ressources, y compris les roches et les minéraux nécessaires pour fabriquer des outils.

    (...)

    From Stone Age chips to microchips : How tiny tools may have made us human : The technology of miniaturization set hominins apart from other primates — ScienceDaily

    Manuel Will, Christian Tryon, Matthew Shaw, Eleanor M. L. Scerri, Kathryn Ranhorn, Justin Pargeter, Jessica McNeil, Alex Mackay, Alice Leplongeon, Huw S. Groucutt, Katja Douze, Alison S. Brooks. Comparative analysis of Middle Stone Age artifacts in Africa (CoMSAfrica). Evolutionary Anthropology : Issues, News, and Reviews, 2019 ; DOI : 10.1002/evan.21772

    #Préhistoire #Paléolithique #outils #industrie_microlithique #Anthropologie #2MaBP

  • Découverte d’un art paléolithique qui met en vedette des oiseaux et des humains. C’est un jalon exceptionnel dans l’art rupestre paléolithique européen.

    Il n’est pas très fréquent de trouver des représentations de scènes au lieu de figures individuelles dans l’art paléolithique, mais il est encore plus difficile pour ces figures d’être des oiseaux au lieu de mammifères tels que les chèvres, les cerfs ou les chevaux. Jusqu’à présent, les historiens ont seulement trouvé trois scènes de l’art paléolithique mettant en vedette les humains et les oiseaux en Europe.

    Maintenant, un article publié dans le journal l’anthropologie raconte comment les chercheurs de l’Université de Barcelone ont trouvé-dans le site de Hort de la Bequera (Margalef de Montsant, Priorat)-, une pièce artistique de 12 500 ans dans lequel les humains et les oiseaux tentent d’interagir dans un scène picturale avec des traits exceptionnels : les figures semblent avoir une narration sur la chasse et la maternité. En ce qui concerne le contexte catalan en particulier, il s’agit d’une constatation importante concernant les quelques pièces de l’art paléolithique en Catalogne et il place ce territoire dans le flux de la production artistique du Paléolithique supérieur en Méditerranée.

    La pièce qu’ils ont trouvée est un calcaire de 30 centimètres de long qui montre deux figures humaines et deux oiseaux, que les chercheurs ont identifiés comme des grues. Depuis qu’ils ont trouvé la pièce en 2011, ils ont subi toutes les procédures de nettoyage, de restauration et de copie 3D pour l’étudier en détail. Ces figures ont été gravées dans le panneau de pierre avec un outil de silex de sorte qu’ils ont créé une composition organisée par rapport aux autres pièces de la même période.

    "C’est l’une des rares scènes trouvées jusqu’à présent qui suggèrent la naissance d’un art narratif en Europe, et ce thème est unique, car il combine une image de la chasse et une maternité : une naissance avec son jeune, " dit le premier signataire de l’article , Chercheur et conférencier de l’ICREA à l’UB Inés Domingo. "Dans la scène représentée, les oiseaux attrapent l’attention, ils sont copiés ou poursuivis par deux figures humaines, " continue Domingo. "Nous ne connaissons pas le sens de la scène pour les peuples préhistoriques, mais ce qu’il dit, c’est que non seulement ils ont été considérés comme des proies, mais aussi comme un symbole pour les sociétés paléolithiques européennes », poursuit-elle.

    (...)

    Les autres sites en Europe que les chercheurs avaient trouvés jusqu’à présent avec des figures humaines et des oiseaux sont des peintures rupestres sur le site de Lascauz [(?)], un bâton perforé à abri MEGE (Teyjat, Dordogne), et la plaque du grand chasseur sur le site de Gönnersdorf (Allemagne).

    (...)

    #Préhistoire #Paléolithique_tardif #Art #transition #12500BP

    Humanizing European Paleolithic art : A new visual evidence of human/bird interactions at L’Hort de la Boquera site (Margalef de Montsant, Tarragona, Spain)

    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0003552119300019


    https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S0003552119300019-gr6.sml
    https://ars.els-cdn.com/content/image/1-s2.0-S0003552119300019-gr4.sml

    Inés Domingo, Pilar García-Argüelles, Jordi Nadal, Josep Mª Fullola, José L. Lerma, Miriam Cabrelles. Humanizing European Paleolithic art : A new visual evidence of human/bird interactions at L’Hort de la Boquera site (Margalef de Montsant, Tarragona, Spain). L’Anthropologie, 2019 ; DOI : 10.1016/j.anthro.2019.01.001

  • Les Néandertaliens marchaient comme les humains d’aujourd’hui (et d’hier).

    Les Néandertaliens sont souvent décrits comme ayant des colonnes vertébrales droites et une mauvaise posture. Cependant, ces humains préhistoriques nous ressemblaient plus que beaucoup qu’on ne le supposent. Des chercheurs de l’Université de Zurich ont montré que les Néandertaliens marchaient debout, à la manière des hommes modernes - grâce à une reconstruction virtuelle du bassin et de la colonne vertébrale d’un squelette de Néandertal très bien conservé découvert en France.

    Une posture droite et bien équilibrée est l’une des caractéristiques déterminantes de l’Homo sapiens. En revanche, les premières reconstitutions de Néandertaliens effectuées au début du XXe siècle les décrivaient comme ne marchant que partiellement debout. Ces reconstitutions étaient basées sur le squelette en grande partie préservé d’un homme âgé, l’homme de Neandertal, découvert à La Chapelle-aux-Saints, en France.

    Changer de perspective

    Depuis les années 1950, les scientifiques ont su que l’image du Néandertalien comme un homme des cavernes n’était pas exacte. Leurs similitudes avec nous-mêmes, tant du point de vue de l’évolution que du comportement, sont également connues de longue date, mais le pendule a basculé ces dernières années dans la direction opposée. « Se concentrer sur les différences est de nouveau à la mode », déclare Martin Haeusler, spécialiste de la médecine de l’évolution à l’UZH. Par exemple, des études récentes ont utilisé quelques vertèbres isolées pour conclure que les Néandertaliens ne possédaient pas encore de colonne vertébrale bien formée en forme de S.

    Cependant, une reconstruction virtuelle du squelette de La Chapelle-aux-Saints a maintenant apporté la preuve du contraire. Ce modèle anatomique généré par ordinateur a été créé par le groupe de recherche dirigé par Martin Haeusler de l’Université de Zurich et comprenait Erik Trinkaus de l’Université de Washington à Saint-Louis. Les chercheurs ont pu montrer que l’individu en question ainsi que les Néandertaliens en général avaient une région lombaire et un cou incurvés, tout comme les humains d’aujourd’hui.

    Sacrum, vertèbres et signes d’usure comme preuve

    Lors de la reconstruction du bassin, les chercheurs ont découvert que le sacrum était positionné de la même manière que chez l’homme moderne. Cela les a amenés à conclure que les Néandertaliens possédaient une région lombaire avec une courbure bien développée. En assemblant les vertèbres lombaires et cervicales individuelles, ils ont pu discerner que la courbure de la colonne vertébrale était encore plus prononcée. Le contact très étroit entre les apophyses épineuses - les saillies osseuses au dos de chaque vertèbre - est devenu évident, de même que les marques d’usure saillantes causées en partie par la courbure de la colonne vertébrale.

    Reconnaître les similitudes

    Des marques d’usure sur l’articulation de la hanche du squelette de La Chapelle-aux-Saints indiquaient également que les Néandertaliens avaient une posture droite semblable à celle de l’homme moderne. « La pression exercée sur l’articulation de la hanche et la position du bassin ne diffère en rien de la nôtre », a déclaré Haeusler. Cette découverte est également corroborée par les analyses d’autres squelettes de Néandertal ayant suffisamment de restes de vertèbres et d’os pelviens. « Dans l’ensemble, il n’y a pratiquement aucune preuve qui indiquerait que les Néandertaliens aient eu une anatomie fondamentalement différente », explique Haeusler. "Le moment est venu de reconnaître les similitudes fondamentales entre les hommes de Néandertal et les humains modernes et de se concentrer sur les subtils changements biologiques et com

    portementaux survenus chez les humains à la fin du Pléistocène."

    #Préhistoire #Paléolithique #Evolution #colonne vertébrale #Néandertal #47000BP

    UZH - Neanderthals Walked Upright just like the Humans of Today
    https://www.media.uzh.ch/en/Press-Releases/2019/Neanderthals.html

    Haeusler M, Trinkaus E, Fornai C, Müller J, Bonneau N, Boeni T, Frater NT (in press). Morphology, Pathology and the Vertebral Posture of the La Chapelle-aux-Saints Neandertal. Proceedings of the National Academy of Sciences, 25 February 2019. DOI : 10.1073/pnas.1820745116

  • La principale source de nourriture des Néandertaliens était certainement la viande. (confirmation)

    Le régime alimentaire des Néandertaliens fait l’objet de nombreuses discussions : ils sont traditionnellement considérés comme des carnivores et des chasseurs de grands mammifères, mais cette hypothèse a récemment été remise en question par de nombreuses preuves de la consommation de plantes. (...)

    Les hommes modernes du Paléolithique, arrivés en France peu après la disparition des Néandertaliens, présentent des ratios isotopiques de l’azote encore plus élevés que ceux des Néandertaliens. Ceci est classiquement interprété comme la signature de la consommation de poisson d’eau douce.
    La pêche est censée être une activité humaine moderne typique, mais là encore, il existe un débat sur le fait de savoir si les Néandertaliens mangeaient ou non des ressources aquatiques.

    Lorsque Klervia Jaouen, chercheur à l’Institut Max Planck pour l’anthropologie évolutionnaire et premier auteur de l’étude, et ses collaborateurs ont découvert des ratios isotopiques d’azote élevés dans le collagène de deux Neanderthals appartenant à la catégorie des humains modernes, ils se sont demandés si cela pouvait être une signature consommation régulière de poisson.

    Les Néandertaliens viennent de Les Cottés et de la Grotte du Renne [Arcy-sur-Cure], en France, deux sites où aucun reste de poisson n’a été retrouvé. Cependant, les mesures ont été effectuées sur une racine dentaire, qui enregistrait le régime alimentaire entre quatre et huit ans de la vie de l’individu, et sur l’os d’un bébé d’un an. Ces ratios d’isotopes d’azote élevés pourraient également indiquer que les Néandertaliens n’étaient pas sevrés à cet âge, ce qui est en contradiction avec le cas du Néandertal de Les Cottés (...).

    En d’autres termes, de nombreuses explications (consommation de poisson d’eau douce, viande putride, sevrage tardif ou même cannibalisme) pourraient expliquer de telles valeurs et identifier le facteur en cause pourrait changer notre compréhension du mode de vie des Néandertaliens.

    Analyse des acides aminés

    Afin d’expliquer ces rapports d’isotopes d’azote exceptionnellement élevés, Jaouen et ses collaborateurs ont décidé d’utiliser une nouvelle technique d’analyse d’isotopes (les analyses isotopiques spécifiques aux composés (CSIA) ). (...)

    "En utilisant cette technique, nous avons découvert que le Néandertal des Cottés avait un régime alimentaire carnivore purement terrestre : elle n’était ni une enfant sevrée, ni une mangeuse de poisson régulier, et son peuple semble avoir principalement chassé le renne et les chevaux", explique Jaouen. "Nous avons également confirmé que le Néandertal de la Grotte du Renne était un bébé allaité dont la mère était une mangeuse de viande." Fait intéressant, cette conclusion correspond aux observations des zooarchéologues.

    L’étude montre également l’importance de cette nouvelle technique isotopique pour les recherches futures sur les régimes humains et néandertaliens anciens.(...)

    Michael P. Richards, de l’Université Simon Fraser au Canada, a commenté : « Les résultats antérieurs concernant les isotopes indiquaient un régime essentiellement carnivore pour les Néandertaliens, ce qui correspond au vaste inventaire archéologique de restes d’animaux retrouvés et déposés par les Néandertaliens.
    Il y a eu récemment quelques interprétations franchement bizarres des données sur les isotopes en vrac, allant des Néandertaliens vivant principalement de plantes aquatiques à se mangeant mutuellement, les deux en contraste direct avec les preuves archéologiques.
    Ces nouvelles mesures isotopiques spécifiques à un composé confirment les interprétations antérieures des régimes néandertaliens comme étant composés principalement de grands herbivores, bien qu’ils aient, bien sûr, également consommé d’autres aliments tels que les plantes ".
    Régime monotone

    En plus de confirmer que les Néandertaliens sont des carnivores terrestres, ces travaux semblent indiquer que ces homininés ont suivi un régime alimentaire très monotone au fil du temps, même lorsqu’elles ont commencé à modifier leur industrie matérielle, peut-être sous l’influence de l’homme moderne. Le bébé Neanderthal de la Grotte du Renne a bien été trouvé associé au Châtelperronian, une technologie lithique similaire à celle de l’homme moderne. Les Néandertaliens tardifs étaient donc [très semblables aux sapiens] , peignant des grottes et portant des colliers, mais contrairement à leur espèce sœur, ils ne semblaient pas aimer pêcher.

    L’étude originale : https://www.pnas.org/content/pnas/116/11/4928.full.pdf
    Klervia Jaouen, Adeline Le Cabec, Frido Welker, Jean-Jacques Hublin, Marie Soressi, Sahra Talamo. Exceptionally high δ15N values in collagen single amino acids confirm Neandertals as high-trophic level carnivores. PNAS, 2019 DOI: 10.1073/pnas.1814087116

    https://www.mpg.de/12728073/neandertals-main-food-source-was-definitely-meat

    #Préhistoire #Paléolithique #Châtelperronien #Néandertal #alimentation #36000BP

  • Un code caché dans l’art de l’âge de pierre pourrait être la racine de l’écriture humaine.

    | New Scientist

    Bon n’exagérons rien : « code caché ». Ben voyons. C’est juste parce qu’on ne sait pas encore « lire » ces signes. Comme l’a dit Geneviève Von Petzingerdans sa conférence Tex, « ces signes voulaient dire quelque chose à l’époque du Paléolithique ». Il n’y a donc pas de « code caché ».

    J’ai fait quelques recherches car je ne connaissais pas du tout cette chercheuse de l’université de Victoria, BC, Canada.

    Voici donc cinq articles de G Von Petzinger :
    http://uvic.academia.edu/GenevievevonPetzinger , dont sa thèse partielle de Master of Art (diplôme de deuxième cycle, postgraduate), 2009 suite à son BA de 2005 : https://www.academia.edu/2638343/Making_the_abstract_concrete_the_place_of_geometric_signs_in_French_upper_ (si j’ai bien compris sa présentation...).

    Sa page sur researchgate : https://www.researchgate.net/profile/Genevieve_Petzinger

    et sa bio sur TED : https://www.ted.com/profiles/942423

    La page de la fondation Bradshaw
    http://www.bradshawfoundation.com/geometric_signs/geometric_signs_france.php
    La bibliographie est un peu datée... mais souhaitons que sa thèse de Phd en cours nous en apprendra plus.

    Les signes géométriques, une introduction
    Genevieve von Petzinger
    Département d’anthropologie, Université de Victoria (Canada)
    https://www.hominides.com/html/art/signes-geometriques-prehistoire.php

    Sinon, il y a des recherches en cours :
    https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1040618216310588?via%3Dihub
    en dehors des signes (voir aussi Emmanuel Guy, « Ce que l’art préhistorique dit de nos origines » et Alain Testart « Art et religion de Chauvet à Lascaux » avec un chapitre consacré à l’analyse des signes cette fois-ci.
    –------

    https://www.newscientist.com/article/mg23230990-700-in-search-of-the-very-first-coded-symbols

    #Préhistoire #Paléolithique #Art_pariétal #signes #Von_Petzinger

  • Sur la trace des derniers Néandertaliens: une empreinte de pas dans les dunes côtières du Pléistocène inférieur de Gibraltar.

    La revue internationale Quaternary Science Reviews a publié un travail commencé il y a plus de dix ans, lorsque les premières dates utilisant la méthode OSL ont été obtenues. C’est alors que les premières traces d’empreintes laissées par les vertébrés ont été retrouvées. Au cours des années suivantes, l’effondrement naturel successif du sable a révélé d’autres matériaux et a permis une étude détaillée incluant de nouvelles dates.

    Les nappes de sable dans les dunes rampantes au-dessus de la baie Catalan sont un vestige de la dernière glaciation, alors que le niveau de la mer était à 120 mètres au-dessous du niveau actuel et que se dressait un vaste champ de dunes s’étendant vers l’est depuis la base du Rocher. Les empreintes identifiées correspondent à des espèces dont on sait qu’elles ont habité Gibraltar à partir de matériaux fossiles. Les empreintes identifiées correspondent au red deer, à l’ibex, l’aurochs, le leopard et l’élephant. En outre, les scientifiques ont trouvé l’empreinte d’un jeune homme (de 106 à 126 cm de hauteur), probablement de Neandertal, qui date d’environ 29 000 ans. Cela coïnciderait avec les dates tardives de Néandertal de la grotte de Gorham.

    S’il était confirmé que ce serait Neandertal, ces dunes ne deviendraient que le deuxième site au monde d’empreintes de pas attribuées à ces humains, l’autre étant la grotte de Vartop en Roumanie. Ces découvertes confèrent une importance internationale supplémentaire au patrimoine du pléistocène de Gibraltar, déclaré valeur de patrimoine mondial en 2016.

    Following the last Neanderthals: Mammal tracks in Late Pleistocene coastal dunes of Gibraltar (S Iberian Peninsula) - ScienceDirect


    https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0277379118308722

    Fernando Muñiz, Luis M. Cáceres, Joaquín Rodríguez-Vidal, Carlos Neto de Carvalho, João Belo, Clive Finlayson, Geraldine Finlayson, Stewart Finlayson, Tatiana Izquierdo, Manuel Abad, Francisco J. Jiménez-Espejo, Saiko Sugisaki, Paula Gómez, Francisco Ruiz. Following the last Neanderthals: Mammal tracks in Late Pleistocene coastal dunes of Gibraltar (S Iberian Peninsula). Quaternary Science Reviews, 2019;

    DOI: 10.1016/j.quascirev.2019.01.013

    #Paléolithique #Néandertal #29000BP #emprunte #Europe #Gibraltar

  • La grotte de Denisova est maintenant mieux datée et a permis une meilleure connaissance des relations Néandertal-Dénisoviens et de leur environnement.

    (...)

    Situé au pied des montagnes de l’Altaï, en Sibérie, il s’agit du seul site au monde connu pour avoir été occupé par les deux groupes humains archaïques (homininés) à différentes époques.

    Les deux nouvelles études publiées dans Nature fixent désormais le moment où les Néandertaliens et leurs énigmatiques cousins, les Denisoviens, étaient présents sur le site et les conditions environnementales auxquelles ils étaient confrontés avant de s’éteindre.

    Deux événements à propos de cette grotte :

    – 2010, la publication du génome obtenu à partir des doigts d’une fille appartenant à un groupe d’humains non identifié auparavant dans les archives paléoanthropologiques : les Denisoviens.
    – 2018, un fragment d’os découvert par des chercheurs du Laboratoire de recherche d’archéologie et d’histoire de l’art d’Oxford et de l’Université de Manchester a révélé le génome de la fille de parents de Neanderthal et de Denisovien - la première preuve directe d’un métissage entre deux groupes d’hominines archaïques.

    Mais les dates fiables pour les fossiles d’hominine récupérés dans la grotte sont restées inaccessibles, de même que les dates pour l’ADN, les artefacts et les restes d’animaux et de plantes récupérées dans les sédiments.

    Dans le cadre de la nouvelle recherche, l’équipe d’Oxford a obtenu 50 fragments de fragments d’os, de dents et de charbon de bois radiocarbone récupérés dans les couches supérieures du site, dans le cadre du projet PalaeoChron, financé par le CER. Des chercheurs de l’Université de Wollongong, en Australie, ont également obtenu plus de 100 âges optiques pour les sédiments des cavernes, dont la plupart sont trop âgés pour la datation au radiocarbone.

    Un âge minimum pour le fragment d’os d’ascendance mixte de Néandertal / Denisovan a également été obtenu par une série d’uranium datée par une autre équipe australienne. « C’est la première fois que nous sommes en mesure d’affecter avec confiance un âge à toutes les séquences archéologiques de la grotte et à son contenu », a déclaré le professeur Higham.

    (...)

    « Cette nouvelle chronologie de la grotte Denisova fournit une chronologie (...) sur l’histoire archéologique et environnementale de la grotte au cours des trois derniers cycles glaciaires-interglaciaires », a déclaré le professeur Zenobia Jacobs, auteur principal de l’étude de datation optique. de l’Université de Wollongong en Australie.

    Les nouvelles études montrent que la caverne était occupée par des Denisoviens depuis au moins 200 000 ans, des outils de pierre dans les gisements les plus profonds laissant supposer une occupation humaine pouvant avoir commencé il y a 300 000 ans. Les Néandertaliens ont visité le site il y a 200 000 à 100 000 ans avec « Denny », fille d’ascendance mixte, révélant que les deux groupes d’homininés se sont rencontrés et se sont croisés il y a environ 100 000 ans.

    La plupart des preuves relatives aux Néandertaliens dans la grotte de Denisova remontent à la dernière période interglaciaire il y a environ 120 000 ans, alors que le climat était relativement chaud, alors que les Denisoviens ont également survécu à des périodes beaucoup plus froides avant de disparaître il y a environ 50 000 ans.

    Les humains modernes étaient déjà présents dans d’autres parties de l’Asie, mais la nature des rencontres entre eux et Denisovans reste ouverte à la spéculation en l’absence de trace fossile ou génétique d’êtres humains modernes sur le site.

    L’équipe d’Oxford a également identifié les preuves les plus anciennes jusqu’à présent dans le nord de l’Eurasie concernant l’apparition de pointes en os et de pendentifs en dents de bête, généralement associés aux humains modernes et marquant le début du Paléolithique supérieur. Celles-ci datent de 43 000 à 49 000 ans.

    (...)

    Le professeur Higham a déclaré : « La question de savoir si les Denisovans ou les humains modernes ont fabriqué ces ornements personnels trouvés dans la grotte est une question ouverte. Nous espérons que, le moment venu, l’application de l’analyse de l’ADN des sédiments pourrait nous permettre d’identifier les fabricants de ces objets, souvent associés à un comportement symbolique et plus complexe dans les archives archéologiques ’.

    Age estimates for hominin fossils and the onset of the Upper Palaeolithic at Denisova Cave | Nature
    https://www.nature.com/articles/s41586-018-0870-z

    #Préhistoire #Paléolithique_supérieur #Néandertal #Dénisova #Dénisoviens #Altaï #Asie #200000BP #49000BP

  • Approximate Bayesian computation with deep learning supports a third archaic introgression in Asia and Oceania.

    The deep learning analysis has revealed that the extinct hominid is probably a descendant of the Neanderthal and Denisovan populations.

    https://www.nature.com/articles/s41467-018-08089-7

    #Préhistoire #Paléolithique #Evolution #Neandertal #Denisova

  • First systematic assessment of dental growth and development in an archaic hominin (genus, Homo) from East Asia

    Une nouvelle étude révèle qu’un Homo archaïque qui vivait dans le nord de la Chine il y a au moins 104 000 ans a montré des signes de croissance et de développement des dents très similaires aux humains d’oujourd’hui.


    http://advances.sciencemag.org/content/5/1/eaau0930.full

    #Préhistoire #Paléolithique #Evolution #Chine

  • Faunal remains from recent excavations at Shishan Marsh 1 (SM1), a Late Lower Paleolithic open-air site in the Azraq Basin, Jordan | Quaternary Research | Cambridge Core
    (Archeological discovery yields clues to how our ancestors may have adapted to their environment)

    https://www.cambridge.org/core/journals/quaternary-research/article/faunal-remains-from-recent-excavations-at-shishan-marsh-1-sm1-a-late-lower-paleolithic-openair-site-in-the-azraq-basin-jordan/1443CFEC691626CB65B3CB2E02784359

    #Préhistoire #Environnement #Paléolithique_inférieur_tardif

  • L’endocast de StW 573 (« Little Foot ») et l’évolution du cerveau homininé.

    L’un des débats les plus cruciaux de la paléoneurologie humaine concerne le moment et le mode d’apparition des caractéristiques cérébrales dérivées dans les archives fossiles de l’homininé. Compte tenu de son degré exceptionnel de préservation et de son âge géologique (3,67 Ma), StW 573 (« Little Foot ») a le potentiel pour apporter un éclairage nouveau sur l’évolution du cerveau des homininés. [L’article présente] la première description comparative détaillée de la neuroanatomie externe de StW 573.

    L’endocaste a été pratiquement reconstruit et comparé à dix spécimens d’homininé d’Afrique australe provenant de Makapansgat, Malapa, Sterkfontein et Swartkrans, attribués à l’Australopithèque et au Paranthropus.

    [Les auteurs ont appliqué] une méthode automatique de détection des empreintes sulcal et vasculaire. La surface endocrânienne de StW 573 est concassée et déformée plastiquement à plusieurs endroits.

    (...)

    StW 573 offre une opportunité unique d’enquêter sur la neuroanatomie d’un spécimen d’australopithèque pliocène et offre de nouvelles preuves pour discuter du moment et du mode de l’évolution précoce du cerveau de l’homininé. (...)

    Conformément à son âge géologique, StW 573 présente une estimation de la capacité crânienne minimale (dans l’attente des résultats des travaux en cours sur la production d’un endocaste reconstruit) [de 408 cm3 pour les parcelles situées à l’extrémité inférieure de la variation de l’australopithèque]
    qui correspond presque à la limite inférieure de la variation observée de l’australopithèque et présente un schéma de repliement cortical global potentiellement moins dérivé hominines de l’Afrique australe du Pliocène supérieur / du Pléistocène inférieur(...).

    Comme prévu précédemment (Balzeau et al., 2012), l’endocast de StW 573 suggère que le pétale occipital gauche est déjà présent dans les homininés du Pliocène. (...).

    Comme le spécimen de 3,67 Ma StW 573 diffère des spécimens d’hominine d’Afrique australe au Pliocène supérieur / Pléistocène inférieur dans les zones cérébrales clés (par exemple, le gyrus frontal inférieur, le cortex visuel), nous pouvons supposer que les changements environnementaux et biologiques survenus pendant la transition plio-pléistocène étaient probablement des pressions sélectives sur la réorganisation corticale des hominines précoces. Plus spécifiquement, un changement environnemental important s’est produit pendant la transition plio-pléistocène, parallèlement au changement de la faune dans les communautés de mammifères (Vrba, 1992, Bobe et al., 2002, deMenocal, 2004, Robinson et al., 2017). En conséquence, cette transition peut avoir impliqué des changements substantiels dans les niches écologiques des primates (par exemple Elton, 2001) et la taille du groupe (par exemple, Bettridge et Dunbar, 2012), qui peuvent à leur tour être responsables d’une réorganisation critique du cerveau (par exemple, Aiello et Wheeler, 1995, Dunbar, 2009, Holloway et al., 2004b). La reconstruction virtuelle du crâne de StW 573 sera cruciale pour évaluer de manière comparative et quantitative la morphologie globale et locale de l’endocrâne de ce spécimen unique et pour identifier les éventuels changements morphologiques précoces au sein du clade d’homininé.

    http://www.wits.ac.za/news/latest-news/research-news/2018/2018-12/peering-into-little-foots-367-million-year-old-brain.html

    #Préhistoire #Paléolithique #Little_foot #Afrique #Evolution #Cerveau #3.67MaBP
    https://doi.org/10.1016/j.jhevol.2018.11.009

    Amélie Beaudet, Ronald J. Clarke, Edwin J. de Jager, Laurent Bruxelles, Kristian J. Carlson, Robin Crompton, Frikkie de Beer, Jelle Dhaene, Jason L. Heaton, Kudakwashe Jakata, Tea Jashashvili, Kathleen Kuman, Juliet McClymont, Travis R. Pickering, Dominic Stratford. The endocast of StW 573 (“Little Foot”) and hominin brain evolution. Journal of Human Evolution, 2019 ; 126 : 112

  • L’art rupestre préhistorique suggère l’utilisation ancienne d’une astronomie complexe Là... Je demande à voir...

    Selon le résumé de sciences Daily « Certaines des peintures rupestres les plus anciennes du monde ont révélé à quel point les peuples anciens possédaient des connaissances relativement avancées en astronomie ».

    Avant de lire le résumé ET l’article original, je me permets de fournir le lien vers le compte rendu de lecture sur... "L’Homme de Lascaux et l’énigme du Puits" de Jean-Loïc Le Quellec : https://clio-cr.clionautes.org/lhomme-de-lascaux-et-lenigme-du-puits.html

    L’article sous pdf : https://arxiv.org/pdf/1806.00046.pdf

    Le résumé :

    Les œuvres d’art, sur des sites à travers l’Europe, ne sont pas simplement des représentations d’animaux sauvages, comme on le pensait auparavant. Au lieu de cela, les symboles des animaux représentent les constellations d’étoiles dans le ciel nocturne et sont utilisés pour représenter les dates et marquer des événements tels que les impacts de comètes(...).

    Ils révèlent que, il y a peut-être 40 000 ans, les humains suivaient l’évolution du temps en utilisant la connaissance de la lente évolution de la position des étoiles au cours de milliers d’années.

    Les résultats suggèrent que les peuples anciens ont compris un effet causé par le déplacement progressif de l’axe de rotation de la Terre. La découverte de ce phénomène, appelée la précession des équinoxes, était auparavant attribuée à des Grecs anciens.

    Selon l’étude, à peu près à l’époque de la disparition des Néandertaliens, et peut-être avant que l’humanité ne s’installe en Europe occidentale, les gens pouvaient définir des dates à moins de 250 ans.

    Les résultats indiquent que les connaissances astronomiques des peuples anciens étaient bien plus importantes qu’on ne le pensait auparavant. Leurs connaissances ont peut-être facilité la navigation en haute mer, avec des implications pour notre compréhension de la migration humaine préhistorique.

    Des chercheurs des universités d’Édimbourg et du Kent ont étudié des détails de l’art paléolithique et néolithique présentant des symboles d’animaux sur des sites en Turquie, en Espagne, en France et en Allemagne.

    Ils ont découvert que tous les sites utilisaient la même méthode de datation basée sur une astronomie sophistiquée, même si l’art était séparé dans le temps par des dizaines de milliers d’années.

    Les chercheurs ont clarifié les résultats d’une étude sur les gravures sur pierre de l’un de ces sites - Gobekli Tepe dans la Turquie d’aujourd’hui [https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%B6bekli_Tepe] - interprétée comme un mémorial d’une chute dévastatrice de comètes aux environs de 11 000 ans av. On pensait que cette chute avait initié un mini âge glaciaire connu sous le nom de période de Dryas récent.

    Ils ont également décodé ce qui est probablement l’œuvre d’art antique la plus connue - la scène du puits de Lascaux en France

    Les chercheurs suggèrent que l’œuvre, qui met en scène un mourant et plusieurs animaux, pourrait commémorer une autre chute de comètes vers 15 200 av.

    L’équipe a confirmé ses conclusions en comparant l’âge de nombreux exemples d’art rupestre - connu par la datation chimique des peintures utilisées - avec la position des étoiles dans l’antiquité, comme le prédisaient des logiciels sophistiqués.

    La sculpture la plus ancienne du monde, l’homme du lion de Hohlenstein-Stadel [https://fr.wikipedia.org/wiki/Homme-lion], datant de 38 000 ans avant notre ère, s’est également avérée conforme à cet ancien système de chronométrage.

    Cette étude a été publiée dans le Athens Journal of History.

    Martin Sweatman, directeur de l’étude, de l’école d’ingénierie de l’université d’Edimbourg, a déclaré : "Les premières œuvres d’art rupestre montrent que les gens avaient une connaissance avancée du ciel nocturne au cours de la dernière période glaciaire. Intellectuellement, ils ne sont guère différents de nous aujourd’hui. .

    « Ces résultats appuient une théorie des impacts multiples sur les comètes au cours du développement humain et vont probablement révolutionner la manière dont les populations préhistoriques sont perçues. »

    Quelques extraits de l’étude à propos de la scène du Puits de Lascaux et mes modestes remarques :

    La clé du décodage de Lascaux, et donc d’un autre art paléolithique, est l’interprétation de la scène de puits.

    .

    Ah ? Et pourquoi cette scène et non une autre ?

    Peut-être parce que

    cette scène bien connue est assez distincte de toutes les autres œuvres d’art de Lascaux, étant située au fond d’un puits profond, ce qui suggère un statut particulier. Il est également unique parmi les œuvres d’art du Paléolithique en ce qu’il représente un homme apparemment en train de tomber d’une manière suggérant une blessure ou une mort.

    Et d’ajouter qu’

    un autre indice sur la signification de la scène de puits est fourni par le fait que seuls quatre symboles d’animaux différents sont affichés ici ; un bison / aurochs, un canard / oie et un rhinocéros (à gauche du mourant / mourant) sur le mur principal avec un cheval sur le mur arrière.

    Oui mais le fait qu’il y ait un « homme » (nous dirions pour notre part anthropomorphe) soit une clé est une affirmation sans preuve : de quelle clé s’agit-il ??

    La réponse est juste après :

    Les similitudes avec la pierre de vautour de Göbekli Tepe sont frappantes. Les deux affichent un homme, éventuellement mort ou mourant, et affichent quatre symboles d’animaux bien en vue.

    Il est donc judicieux de rechercher si la scène de puits à Lascaux est équivalente à la pierre de vautour de Göbekli Tepe et peut donc être décodée selon la même méthode.

    ok, pourquoi pas.

    Notez les symboles bison / aurochs et canard / oie dans la scène du Puits, et utilisez le tableau 1 et Stellarium pour trouver immédiatement ce qui suit :
    • Bison / Aurochs = Capricorne = Solstice d’été entre 15 350 et 13 000 av.
    • canard / oie = Balance = équinoxe de printemps entre 15 700 et 14 100 av.

    Oui mais bon... je crois avoir lu que la correspondance entre les dessins de Göbekli Tepe et les constellations était subjective (je n’ai pas encore tout bien lu et bien compris...).

    Par conséquent, cette scène pourrait représenter une date située entre 15 350 et 14 100 av. Pour réduire cette plage, nous faut considérer les deux autres symboles animaux. Malheureusement, aucun de ces symboles n’a encore été décodé. Mais logiquement, il est peu probable qu’elles correspondent à des constellations déjà décodées.

    (pas de bol ;-) ).

    Il s’en suit immédiatement cette phrase :

    Lorsque nous considérons cette plage de dates, nous voyons les possibilités suivantes :

    •Équinoxe d’automne : Taureau entre 1550 et 14950 av. J.-C. ou Bélier entre 14950 et 14.100 av.
    •Solstice d’hiver : Lion 15 350 à 14 800 av. J.-C. ou Cancer 14 800 à 14 100 av. J.-C.

    (soit.)

    Etant donné que, dans les tableaux 1 et 2, Aries est représenté par le bélier et que Cancer est représenté par un grand félin, et que les béliers et les félins sont répertoriés dans l’art paléolithique, il est probable que la plage de dates se situe entre 15 350 et 14 950 av. donc le rhinocéros et le cheval représentent probablement Taureau et Lion.

    Lorsque nous considérons ces constellations au coucher du soleil (voir tableau 3), qui est la convention de ce système (1), nous constatons que rhinocéros et cheval correspondent bien à leurs constellations respectives (Taurus et Lion), ce qui renforce encore la confiance en eux pour cette interprétation. Nous suggérons donc que la scène du Puits code la date de 15 150 ± 200 av. J.-C. et nous avons maintenant terminé notre ancien zodiaque.

    Houlà... Bon, en ce qui concerne les béliers... il y en a très très peu à ma connaissance au paléolithique voire... pas du tout. Mais pourquoi pas, je n’ai pas tout vu. Sauf que, sauf que... si le cheval sur le mur en face de « la scène » a bien était fait avec les même matériaux et la même technique, ce n’est pas du tout, mais pas du tout le cas pour le rhinocéros qui lui, le fait donc pas du tout partie de la scène. par ce simple fait, la théorie s’effondre (il n’y a plus que trois animaux ou lieu de quatre...).

    Quant aux autres animaux présents en plus ou moins grand nombre, ils sont relégués au rang de

    variations régionales et temporelles de ce zodiaque qui restent à décoder, mais elles ne sont pas étudiées plus avant ici.

    La suite est aussi intéressante :

    Maintenant que nous avons une date, nous pouvons essayer d’interpréter la scène. Que devrions-nous faire de l’homme qui tombe / qui meurt et du bison à la lance / qui meurt ?

    Bon, la lance n’en est pas forcément une... (Voir l’analyse de Le Quellec). Quant au bison qui meurt... les progrès en éthologie ne permettent plus de dire que ce sont ces viscères qui pendent puisqu’il ne pourrait avoir cette posture avec cette blessure.

    Étant donné que la pierre du vautour de Göbekli Tepe fait très probablement allusion à l’événement de Dryas récent et que, selon la théorie de Napier et Clube sur le catastrophisme cohérent, il est peu probable que ce soit un incident isolé, la scène du Puits pourrait-elle représenter une autre rencontre avec le flux de météores taurides ?

    À Göbekli Tepe, le renard figure sur les plus grands piliers centraux de la plus grande enceinte encore non découverte, indiquant l’événement daté par la pierre de vautour se réfère à un événement cosmique de la direction du nord du Verseau. Au lieu de cela, la scène du Puits affiche un auroch blessé, représentant le Capricorne, pas un renard. Les aurochs sont-ils ici équivalents au renard de Göbekli Tepe ? Pour répondre à cette question, nous devons examiner la précession du flux de météores Taurid.

    Comme décrit précédemment [dans l’article], la longitude du nœud ascendant du flux de météores taurides devrait précéder au rythme d’un signe zodiacal tous les 6000 ans ans. Aujourd’hui, le flux de météores taurides est centré (et donc maximal) sur le Bélier. Par conséquent, au moment de l’événement Younger récent, il y a environ 13 000 ans, il aurait été centré sur le Verseau, décrit à Göbekli Tepe en termes de renard.

    À la date indiquée par la scène du Puits, il y a environ 17 000 ans, son centre se serait situé au-dessus de Capricornus. Par conséquent, l’aurochs blessé dans la scène du Puits est compatibles avec son interprétation en tant que météore tauride venant de la direction de Capricornus. Ainsi, le blessé ou le mourant pourrait indiquer une rencontre catastrophique avec les Taurides, comme pour la pierre de vautour de Göbekli Tepe.

    Oui... mais quid de la « blessure » de l’auroch ? (qui n’en est peut-être pas une). Les hommes de cette époque, on le sait, représentaient avec une très fine précision les animaux de leur environnement. Que veut donc dire cette « blessure » dans cette théorie astronomique ?

    Par la suite, les auteurs précisent quand même que

    bien sûr, il reste la possibilité que cette interprétation de la scène Shaft soit fausse, et toute similitude avec les symboles de Göbekli Tepe et Çatalhöyük est une coïncidence.

    Ouf .

    Par la suite, les auteurs cherchent les correspondances entre les animaux et les dates au carbone 14 et

    finalement, [n’incluent] aucune donnée de Cosquer Cave, un grotte côtière partiellement en dessous du niveau de la mer, pour les peintures situées au-dessous de la ligne de marée haute, ces peintures étant probablement contaminées et leurs dates au radiocarbone
    non fiable.

    Je n’ai pas lu de communication scientifique sur Cosquer et donc, je ne peux dire si ces dates sont fiables mais il me semble que la grotte est bien isolée de la mer et que, par ce fait, il ne devrait pas y avoir de « contamination ». Mais je ne suis pas un spécialiste de cette grotte...

    La suite de l’article, la figure 7, aurait été plus intéressante si elle montrait la corrélation entre la datation des peintures et les événements des Taurides. Hélas, elle montre une corrélation entre les dates des constellations solstice / équinoxe et les dates radiocarbone des animaux symboliques correspondants.

    Ce qui me pose problème c’est quand même la première étape : la correspondance entre les animaux gravés ou peints et les constellations.
    A suivre donc... en espérant une réponse et/ou une étude contradictoire.

    #Préhistoire #Paléolithique #Astonomie #Art_pariétal #Scène_du_Puits_Lascaux #36000BP
    #Martin_B._Sweatman, Alistair Coombs. Decoding European Palaeolithic art : Extremely ancient knowledge of precession of the equinoxes. Athens Journal of History, 2018

  • Un nouveau site archéologique révise la chronologie des habitations humaines sur le plateau tibétain.

    Qinghai-Tibet Plateau First Conquered by Humans at Least 30,000 Years Ago---Chinese Academy of Sciences

    Les ancêtres des humains se sont d’abord rendus à l’intérieur du plateau Qinghai-Tibétain il y a environ 30 000 à 40 000 ans, selon une nouvelle étude réalisée par des scientifiques de l’Académie chinoise des sciences (ACS). Cette nouvelle découverte recule les données les plus anciennes sur l’habitation à l’intérieur de 20 000 ans ou plus.

    L’équipe de recherche (...) dirigée par le Dr. ZHANG Xiaoling et le Prof. GAO Xing de l’Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des vertébrés (IVPP) du CAS, (...) publiée dans Science, était basée sur les recherches de Nwya Devu, le site archéologique le plus ancien et le plus élevé du Paléolithique datant du début de l’âge de pierre, connu dans le monde entier.

    [C’est] une avancée majeure dans notre compréhension de l’occupation humaine et de l’évolution du plateau Qinghai [situé au Nord-Est du plateau tibétain et de plus basse altitude]., ainsi que des migrations et des échanges humains préhistoriques à plus grande échelle.(...)

    La haute altitude, l’hypoxie atmosphérique, les températures froides toute l’année et la faible pluviosité du plateau créent un environnement extrêmement difficile pour l’habitation humaine. Les preuves archéologiques indiquent qu’il s’agissait de l’un des derniers habitats colonisés par l’Homo sapiens. Aujourd’hui, le plateau Qinghai est le troisième endroit le moins peuplé de la planète.

    Jusqu’à présent, il n’existait aucune preuve concrète montrant que des personnes vivaient à l’intérieur du plateau avant l’époque géologique de l’Holocène (il y a 4 200 à 11 700 ans). En outre, seuls quelques sites archéologiques datant de façon fiable datant du Pléistocène (11 700 à 2,58 millions d’années) ont été découverts aux abords du plateau.

    Le site paléolithique de Nwya Devu découvert par cette équipe confirme que des ancêtres des humains ont foulé le plateau Qinghai à une altitude d’environ 5 000 mètres d’altitude, il y a environ 30 000 à 40 000 ans. C’est le premier site archéologique paléolithique découvert au Tibet qui conserve une stratigraphie intacte permettant une datation de l’Antiquité du site. Nwya Devu est situé dans la région de Changthang, dans le nord du Tibet, à environ 300 km au nord-ouest de Lhasa, capitale de la région autonome du Tibet, à environ 4 600 mètres d’altitude.

    Attention : je n’ai pas lu l’article original de Sciences et il me semble donc qu’il y a un problème de localisation : Ci-dessus, Nwya Devu se situerait dans la région du Changthang (la plus grande aire du plateau tibétain, situé au Sud-Ouest) mais le début de l’article mentionne le plateau Qinghai (situé au Nord-Est et de plus basse altitude).

    Le site comprend une vaste surface dense d’artefacts en pierre et un enregistrement continu enterré de l’occupation humaine. C’est le plus ancien site paléolithique connu sur le plateau Qinghai et le plus élevé jamais découvert au monde. Avant cette découverte, les premières traces archéologiques d’activités humaines en haute altitude provenaient de l’Altiplano andin, à environ 4 480 mètres d’altitude, montrant une habitation humaine il y a environ 12 000 ans.

    Cette découverte approfondit considérablement l’histoire de l’occupation humaine du plateau Qinghai et l’antiquité des adaptations humaines à haute altitude (> 4 000 m d’altitude).

    Le Pléistocène supérieur (il y a environ 12 000 à 125 000 ans) a été une période cruciale pour l’évolution humaine. Au cours de cette période, le comportement et les capacités cognitives des humains anciens se sont développés rapidement et leur capacité d’adaptation à un plus large éventail d’environnements s’est accrue de manière similaire. Les artefacts culturels préhistoriques de Nwya Devu fournissent d’importantes preuves archéologiques des stratégies de survie des peuples modernes anatomiquement et comportementalement modernes dans ce qui est sans doute l’environnement terrestre le plus rigoureux sur terre. Il permet également d’analyser les échanges et les interactions paléolithiques entre l’Est et l’Ouest en suggérant des voies de migration possibles.

    Le document a été approuvé par trois relecteurs au cours du processus d’évaluation. L’un d’eux a conclu qu’il « est assez original et très excitant, et qu’il intéressera au plus haut point les lecteurs de Science et les chercheurs qui étudient l’origine et la dispersion des humains modernes. colonisation en altitude. Les résultats ont de profondes implications pour la compréhension du calendrier et de la dynamique de la colonisation humaine du plateau tibétain. »

    Le projet Nwya Devu a été financé par le programme de recherche prioritaire stratégique de l’Académie chinoise des sciences, la Fondation nationale des sciences naturelles de Chine et le projet Financement des fouilles et déploiement emphatique de l’Institut de paléontologie et de paléoanthropologie des vertébrés.

    #Paléolithique #Peuplement #Tibet #Asie #Chine #30000BP #40000BP

    Date : 30 novembre 2018
    Source : #Chinese_Academy_of_Sciences_Headquarters

    Journal Reference :
    X. L. Zhang, B. B. Ha, S. J. Wang, Z. J. Chen, J. Y. Ge, H. Long, W. He, W. Da, X. M. Nian, M. J. Yi, X. Y. Zhou, P. Q. Zhang, Y. S. Jin, O. Bar-Yosef, J. W. Olsen, X. Gao.

    http://english.cas.cn/newsroom/news/201812/t20181203_201748.shtml

    The earliest human occupation of the high-altitude Tibetan Plateau 40 thousand to 30 thousand years ago. Science, 2018 ;
    Science 30 Nov 2018 :
    Vol. 362, Issue 6418, pp. 1049-1051
    DOI : 10.1126/science.aat8824


    http://english.cas.cn/newsroom/news/201812/t20181203_201748.shtml

  • Après une longue absence, voici de nouveau l’actualité de la préhistoire mais sous une forme résumée pour le moment.

    Il pourrait y avoir davantage d’hybrides dans les fossiles humains.

    Découverts sous forme de fossiles, les phoques gris, annelés sont si différents qu’ils pourraient être classés dans différentes familles. Pourtant, un jeune phoque né en 1929 s’est révélé être un intermédiaire presque parfait entre les espèces. Comparés aux hommes de Néandertal et aux hommes modernes, les phoques gris, annelés, sont génétiquement et dentalement au moins deux fois plus différents, ce qui suggère qu’il pourrait y avoir davantage d’hybrides dans les fossiles humains.

    A bastard seal from the past reveals the potential for human hybrids — ScienceDaily

    https://www.helsinki.fi/en/news/life-science-news/with-the-help-of-saimaa-ringed-seal-a-bastard-from-the-past-reveals-the-pot

    Yoland Savriama, Mia Valtonen, Juhana I. Kammonen, Pasi Rastas, Olli-Pekka Smolander, Annina Lyyski, Teemu J. Häkkinen, Ian J. Corfe, Sylvain Gerber, Isaac Salazar-Ciudad, Lars Paulin, Liisa Holm, Ari Löytynoja, Petri Auvinen, Jukka Jernvall.

    Bracketing phenogenotypic limits of mammalian hybridization. Royal Society Open Science, 2018 ; 5 (11) : 180903 DOI : 10.1098/rsos.180903

    #Préhistoire #Paléolithique #Néandertal #Homo_Sapiens #Hybridation

  • La dépendance aux drogues est-elle influencée par un rétrovirus venu de nos ancêtres ?

    Si un rétrovirus a infecté la lignée germinale de nos ancêtres, il peut se retrouver dans notre génome. C’est le cas des virus HK2 (HERV-K HML-2), même si tous les humains ne possèdent pas les mêmes virus HK2. Un de ces virus a pour particularité de se trouver au niveau d’un gène impliqué dans l’activité dopaminergique du cerveau : RASGRF2. La dopamine, aussi appelée « molécule du plaisir », est associée aux addictions.

    Dans cette étude parue dans Pnas, les chercheurs ont analysé des échantillons provenant de 184 patients britanniques infectés par le virus de l’hépatite C et de 202 patients grecs infectés par le VIH. Normalement ; 5 à 10 % de la population générale possède une insertion du virus HK2 dans le gène RASGRF2, entre les exons 17 et 18. Mais chez les personnes qui se faisaient des injections de drogues, l’insertion d’HK2 dans ce gène était deux à trois fois plus fréquente. Le virus HK2 est associé à l’addiction aux drogues

    Cette insertion particulière du virus pourrait prédisposer ces personnes à l’addiction aux drogues. Les virus HERV peuvent influencer l’expression des gènes auprès desquels ils s’insèrent. Ici, les chercheurs ont montré qu’une insertion d’HK2 à cet endroit précis modifiait la transcription et le phénotype de cellules en culture. Par conséquent, ces virus anciens ne sont pas totalement inoffensifs et pourraient jouer un rôle dans des maladies.

    Malgré tout, le virus ne peut pas être seul tenu responsable du comportement addictif car tous les toxicomanes n’avaient pas cette insertion. Ce travail suggère également un rôle du gène RASGRF2 dans l’addiction. L’intégration de ces virus a eu lieu il y a plus de 250.000 ans, avant l’émergence des hommes modernes ; ils sont aussi présents chez les Hommes de Néandertal et de Denisova.

    #Préhistoire #Paléolithique #retrovirus #Néandertal #Denisova #drogue #250000BP

    https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/genetique-dependance-drogues-elle-influencee-retrovirus-venu-nos-an

  • Le désert occidental australien peuplé depuis environ 47 800 ans.

    La nouvelle excavation de Karnatukul (Serpent’s Glen) a fourni des preuves de l’occupation humaine du désert occidental australien jusqu’à 47 830 cal. BP (âge médian modélisé). Cette nouvelle séquence a 20 000 ans de plus que l’âge connu antérieurement pour occuper ce site.

    La ré-excavation de Karnatukul visait à contextualiser l’assemblage d’art peint. Nous rapportons des analyses d’assemblages d’artefacts de pierre et d’art pigmentaire, de fragments de pigment, d’anthracologie, de nouvelles dates au radiocarbone et d’analyses détaillées des sédiments. La combinaison de ces éléments contribue de manière significative à notre compréhension de cette première occupation du désert occidental australien.

    (...)

    Cette étude recalibre la première occupation pléistocène du noyau du désert australien et confirme que des personnes sont restées dans cette partie de la zone aride pendant le dernier maximum glaciaire.

    (...)

    Cette corrélation entre art rupestre et preuves de l’occupation affine notre compréhension de la façon dont les peuples du désert occidental ont inscrit leurs paysages dans un passé récent, tandis que la séquence d’occupation récemment décrite met en évidence la culture adaptative dynamique des premiers Australiens, soutenant les arguments en faveur de leur migration très précoce rapide des côtes et des tropiques nordiques dans toute la partie aride du continent.

    Pour aller plus loin :
    La génétique confirme que les premiers Australiens étaient originaires d’Afrique Le monde 14.05.2007

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2007/05/14/la-genetique-confirme-que-les-premiers-australiens-etaient-originaires-d-afr

    #Préhistoire #Paléolithique #Peuplement #Australie
    #47850BP #McDonald_J #Reynen_W #Petchey_F #Ditchfield_K #Byrne_C #Vannieuwenhuyse_D_et_al #Max_Planck_Institute (editeur).

    https://doi.org/10.1371/journal.pone.0202511

    Karnatukul (Serpent’s Glen) : A new chronology for the oldest site in Australia’s Western Desert
    https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0202511
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?size=large&id=10.1371/journal.pone.0202511.g017
    https://journals.plos.org/plosone/article/figure/image?id=10.1371/journal.pone.0202511.g018&size=inline

  • "Loup des neiges, Caribou, la liste des animaux momifiés s’allonge !
    Des mineurs ont découvert les restes d’un veau de caribou et d’un louveteau pris dans le pergélisol canadien depuis 50 000 ans."

    Excellent résumé de l’article (comme toujours) sur Hominides.com

    https://www.hominides.com/html/actualites/loup-caribou-fosiles-50000-ans-canada-1269.php

    Le début :

    C’est dans le Yukon que des mineurs ont découvert en 2016 des restes d’animaux dans le pergélisol canadien. C’est plus particulièrement dans la région du Klondike que les exhumations ont eu lieu. Historiquement, cette région a vécu une véritable ruée vers l’or à partir de 1896, faisant creuser le sol gelé par des foules de mineurs à la recherche d’une once d’or. Si autour de Dawson City la région est maintenant couverte de forêts, les études palynologiques montrent qu’il y a 50 000 ans c’était uniquement de vastes étendues de toundra, qui recouvraient les grandes plaines gelées. A l’époque, on croisait des mammouths laineux ou des camelops (sorte de chameaux), mais également des caribous ou des loups dont les descendants éloignés peuplent encore les territoires arctiques.
    Pour l’un des paléontologues, Grant Zazula, « alors que la région autour de Dawson City est aujourd’hui une forêt boréale, le caribou et le loup évoluaient probablement dans un monde sans arbres, balayé par des vents froids et secs, comme en témoignent les sédiments trouvés avec les animaux. ».

    #Préhistoire #momie # #Paléolithique #Amérique_du_Nord #smithsonian

    Gold Miners Unearth 50,000-Year-Old Caribou Calf, Wolf Pup From Canadian Permafrost | Smart News | Smithsonian

    https://www.smithsonianmag.com/smart-news/canadian-permafrost-yields-intact-remains-50000-year-old-caribou-cal