• J’ai comme une envie de montrer que les LREM sont des salopards..., Résistance FI (Je me lève et je me casse ! ) sur touiteur

    https://threadreaderapp.com/thread/1346391421117464576?refresh=1610017986

    https://twitter.com/lab58/status/1346391421117464576

    Je commence, le député LREM Stéphane Trompille condamné pour harcèlement sexuel.

    [...]
    Affaire Françoise Nyssen ancienne ministre.
    L’enquête porte sur l’agrandissement du siège parisien d’Actes Sud, à l’époque où l’ancienne ministre de la Culture dirigeait la maison d’édition. En utilisant l’argent des contribuables. Sans autorisation...

    #LREM #palmares #trombinoscope

  • Débat : #Classement_de_Shanghai, un palmarès pas très classe !

    Chaque été sort le 15 août la nouvelle mouture du « classement de Shanghai » – plus précisément le classement de l’Université Jiao Tong de Shanghai. Son but initial était de situer les universités chinoises par rapport à leurs homologues américaines. Il peut d’ailleurs « être considéré comme le symptôme du goût traditionnel de la civilisation chinoise pour l’#ordonnancement et la #classification ».

    Sorti des frontières chinoises depuis sa création en 2003, ce classement est devenu au fil des années un outil de #comparaison universel, non seulement des universités mais aussi des pays entre eux. Cependant, la communication qui l’entoure n’est-elle pas disproportionnée par rapport à sa qualité technique ?

    Une #méthodologie à questionner

    Notons d’abord que ce classement se concentre exclusivement sur l’activité de #recherche des établissements. Certaines disciplines, comme les #sciences_humaines_et_sociales, n’y sont pas prises en compte.

    L’activité d’#enseignement n’y est pas évaluée, pas plus que la #vie_étudiante, les #activités_culturelles ou l’insertion dans les territoires. Autant de dimensions qui sont pourtant essentielles pour un futur étudiant voulant juger de la « #qualité » d’une université. Globalement, ce classement favorise les universités qui sont fortes en #sciences_expérimentales, situées dans les pays où l’on parle l’#anglais.

    Sa méthodologie soulève aussi les critiques, sur le plan de la #bibliométrie, de ses #indicateurs, imparfaits et biaisés, de la difficulté d’homogénéiser les données entre plusieurs pays. C’est le #jugement_subjectif du fournisseur du classement qui détermine les indicateurs les plus importants, sans aucune justification théorique, et qui les impose de fait aux utilisateurs.

    Plus généralement, il est aberrant qu’un classement qui se base sur une seule note globale puisse refléter la #qualité d’une université, structure très complexe et diverse. C’est un peu comme s’il s’agissait de désigner la meilleure voiture du monde. Une Zoé est-elle une « meilleure » voiture qu’une Porsche ou une Kangoo ? Cela dépend bien sûr de l’usage du véhicule, du budget qu’on peut lui consacrer, et aussi de paramètres subjectifs (esthétique, « marque préférée » etc..). Alors pourquoi fait-on pour les universités ce qu’on ne se permettrait pas de faire pour l’automobile ?

    Une #perversité dans les usages

    Même faux, même biaisés, les classements ne poseraient pas un gros problème s’ils n’étaient pas devenus un #produit_de_consommation, une aubaine commerciale et même un dangereux outil de #management stratégique.

    Revenons sur les différentes catégories de « consommateurs » de classements. Au départ, les classements s’adressaient aux étudiants et à leurs familles, afin de les aider à effectuer leurs choix. C’était le cas du premier d’entre eux, celui de US News and World report en 1983, puis aujourd’hui du « classement de Shanghai ».

    https://twitter.com/FR_Conversation/status/1151738587047743489?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E11

    On aboutit ainsi à des sortes de « Guides Michelin » des universités. Comparaison intéressante, car on sait que la légitimité du guide rouge a été fortement remise en cause, à la fois sur des questions de méthodologie (système ancien, flou, manque de transparence), mais aussi d’usage (pression accrue sur les bénéficiaires).

    Mais la comparaison s’arrête là : si je fais confiance à une mauvaise évaluation dans un guide gastronomique, je ferai, au pire, un mauvais repas. Si je n’utilise que les classements pour choisir mes études, je risque de faire un mauvais choix de vie !

    Autres usagers des classements, les #entreprises. Elles embauchent quelquefois plus un diplôme « bien classé » qu’une personne. Dans notre pays, cette tendance existe dans le privé mais aussi dans la fonction publique avec l’exception culturelle des « grands corps », où certaines écoles ont le monopole de certains emplois.

    Les universités elles-mêmes peuvent être tentées de les utiliser pour sélectionner un partenaire étranger. Mais elles peuvent, hélas, aussi construire une stratégie visant à progresser dans les classements, plutôt que se concentrer sur leurs objectifs fondamentaux : qualité des formations, compétitivité des recherches, services rendus à la société. On passe ainsi du classement comme simple « élément d’information et de contexte » à un « élément d’une stratégie ».

    Enfin, l’État a pu considérer la progression dans les classements comme objectif stratégique pour ses universités. De même, le risque existe de voir les classements pris en compte par des organismes de contrôle ou comme variables dans des algorithmes d’attribution de #ressources.

    Du commercial au politique

    Oui, le classement des universités « fait vendre ». Il s’insère dans la passion de la presse magazine pour les #palmarès en tous genres, et est devenu un des principaux marronniers de la presse estivale. L’analyse sémantique montre que c’est paradoxalement la #contre-performance des établissements français qui fait évènement (« les universités françaises piétinent », « les universités françaises restent en retrait »…).

    Comme un club de football, les principaux classements commercialisent aussi de lucratifs produits dérivés : consultance, publicités, congrès, salons, aides à la rédaction de candidatures…

    La manière dont les universités ou les gouvernements communiquent sur ces classements ne peut qu’augmenter ce véritable #cercle_vicieux qui transforme le classement d’un simple outil en un #objectif_stratégique. On ne devrait pas commenter la place de nos universités dans ces classements avec un vocabulaire sportif : les universités ne sont pas dans un championnat.

    Il existe malgré tout un effet positif à cette médiatisation, celui de voir le public s’intéresser à un succès académique. Mais alors, pourquoi aussi peu d’écho à d’autres réussites ? Ainsi, l’attribution à Martin Karplus, professeur à l’université de Strasbourg et à Harvard, du prix Nobel de chimie 2013, est passée quasiment inaperçue en France.

    L’appétence pour les classements ne reflèterait-elle qu’un manque d’information sur la science et l’université ? L’importance prise par les classements comme celui de Shanghai comblerait-elle un vide créé par des universités ne communiquant pas assez avec le grand public ?

    Évaluer, et non classer

    On pourrait dire que tout cela est un argument de « mauvais perdant » : moins bien on est classé, plus on critique les classements ! Or la LERU (League of European Research Universities), qui regroupe les universités européennes les mieux classées, a adopté une position très claire :

    "Les classements sont, au mieux, sans rapport avec les #valeurs de l’université ou, au pire, les saperont. Ils encouragent la convergence vers un modèle dominé par la recherche, réduisant la diversité du système et sapant le potentiel de contribution à la société par d’autres moyens (..) Cela pourrait conduire à une culture obsessionnelle de la #mesure et du #contrôle, et promouvoir l’idée d’« #universités-supermarchés »."

    Mais attention, questionner les classements, mettre en cause leur importance, discuter leur #fiabilité ne veut pas dire que les universités ne veulent pas être évaluées, puisque l’#évaluation est dans leur quotidien.

    Répétons-le, on ne peut pas résumer la diversité et la richesse de nos universités par des chiffres à la fiabilité contestée. Le but de l’université n’est pas de figurer dans les classements. Elle travaille à la réussite de ses étudiants, pour qu’ils approfondissent le plus loin possible leurs savoirs. Elle se consacre à une recherche à la fois désintéressée et tournée vers la société, toute la société. C’est à l’aune de ces objectifs fondamentaux que la qualité de l’université devrait être regardée, analysée, commentée, mais sans classer.

    https://theconversation.com/debat-classement-de-shanghai-un-palmares-pas-tres-classe-142444
    #Shangai #ranking #université #facs #classement #critique

    –—

    Je signalais ici l’entrée de l’#Université_Grenoble_Alpes dans les top 100 du classement :
    https://seenthis.net/messages/871918#message871920

  • La chanson la plus triste...

    BBC - Culture - Can data reveal the saddest number one song ever?

    http://www.bbc.com/culture/story/20180821-can-data-reveal-the-saddest-song-ever

    Data journalist Miriam Quick put Spotify’s new algorithm to the test, analysing over 1000 tracks to find the saddest pop songs to top the charts. The results were surprising.

    By Miriam Quick

    22 August 2018

    When I was 15 I discovered The Smiths, a band whose name had by then long been synonymous with misery. But it was Morrissey’s unique style of being miserable – coquettish and laced with Northern English humour, flipping between self-pity and irony – that appealed to my teenage self. That and the grandiose but intricately layered sweeps of Johnny Marr’s guitar. I’d always cry at the same points in each song: the end of Hand in Glove, the chord changes before the chorus of Girl Afraid, the line in The Queen is Dead where he sings “we can go for a walk where it’s quiet and dry”. I’m still not sure why the last one had such an effect.

    Roberta Flack - The First Time Ever I Saw Your Face

    https://www.youtube.com/watch?v=Go9aks4aujM

    #data #big_data #chanson #algoritme

    • 1. The First Time Ever I Saw Your Face – Roberta Flack (1972)
      2. Three Times a Lady – Commodores (1978)
      3. Are You Lonesome Tonight ? – Elvis Presley (1960)
      4. Mr Custer – Larry Verne (1960)
      5. Still – Commodores (1979)

      A mon avis, l’algorithme est loin d’être au point et le classement est hautement critiquable, non seulement subjectivement (parce qu’elles sont assez mauvaises ! Les Commodores ? Seriously ?! Et deux fois en plus ?), mais même objectivement si on se rend compte que les paroles des deux premières chansons sont en fait joyeuses !

      J’avais commencé une liste moi aussi, mais je ne l’ai jamais terminée...

      –Trouble of the World, Mahalia Jackson
      –Double Trouble, Otis Rush
      –Walking the Backstreets and crying, Little Milton
      –Part Time Love, Clay Hammond
      –Let Me Down Easy, Bettye Lavette
      –Unfair, Barbara Lynn
      –Nothing Takes The Place Of You, Toussaint Mc Call
      –Please come home for Christmas, Charles Brown
      –Lost Someone, James Brown
      –Nothing compares to you, Sinead O’Connor
      –Walk on by, Dionne Warwick
      –In The Rain, The Dramatics
      –Inner City Blues, Marvin Gaye
      –I wish I knew how it would feel to be free, Nina Simone
      –In the ghetto, Candi Staton
      –Crying time, Ray Charles
      –Gloomy Sunday, Billie Holiday
      –Ne me quitte pas, Jacques Brel

      #Musique #triste #palmarès #subjectivité

  • #Quilombos. Communautés d’esclaves insoumis au #Brésil

    Au Brésil, dès le XVIe siècle, des esclaves noirs se libèrent et fondent des #communautés_marronnes, appelées quilombos. Ces #républiques_libres et auto-organisées repoussent les nombreuses attaques des colons et deviennent, pour plusieurs siècles, le symbole de la #résistance aux régimes esclavagistes.
    Loin d’être isolés, les quilombos conservent des liens forts avec les esclaves restés prisonniers, mais aussi avec les paysans, les taverniers ou les colporteurs. Malgré leurs différences de taille – celui de #Palmares a compté des milliers de membres –, de mode d’organisation, d’origine ethnique – on y trouve aussi des Indiens, des métis, des Européens en rupture de ban… –, de pratiques culturelles et de système économique, ils constituent tous des territoires autonomes au mode de #vie_communautaire.
    Ce livre, écrit par l’un des meilleurs spécialistes brésiliens, retrace l’histoire des quilombos. En décrivant les conditions de leur naissance et de leur multiplication dans de nombreuses régions du Brésil, la vie de leurs habitants et leurs combats, il nous permet de comprendre leur résistance au temps et la persistance de leurs descendants à lutter pour leurs droits, encore aujourd’hui.


    https://www.lechappee.org/collections/dans-le-feu-de-l-action/quilombos
    #esclavage #colonialisme #esclaves_insoumis #livre #histoire #auto-gestion #auto-organisation #esclavagisme #autonomie

  • Les dessous des #palmarès de lycées
    http://www.scienceshumaines.com/les-dessous-des-palmares-de-lycees_fr_36786.html

    Outre les taux de réussite au baccalauréat, la Depp mesure la probabilité qu’un élève obtienne cet examen en restant dans le même établissement de la seconde à la terminale. « Dans les années 1980, certains lycées se débarrassaient des élèves en difficulté en cours de route pour avoir 100 % de reçus, rappelle Philippe Tournier, secrétaire général du SNPDEN-Unsa (syndicat des personnels de direction). La publication du taux d’accès de la seconde à la terminale a changé la donne : la pratique de la sélection a massivement reculé, notamment dans l’enseignement privé sous contrat. »
    Taux de réussite, taux d’accès : ces données brutes restent insuffisantes pour évaluer ce qu’un lycée apporte vraiment à ses élèves. Le ministère cherche donc à évaluer la « valeur ajoutée » de chaque établissement – pour traduire en chiffres sa capacité à accompagner ses élèves jusqu’au baccalauréat, en surmontant les déterminismes scolaires et sociaux (encadré cidessous). « Les lycées performants sont ceux qui font réussir leurs élèves en faisant plus que ce qu’on attendait d’eux », résume F. Rosenwald.
    Prenons l’exemple du lycée professionnel Jean-Rostand de Villepinte (Seine-Saint-Denis). En 2015, un élève entré en seconde a eu 74 % de chance d’y obtenir le bac, soit… 31 points de plus que les établissements accueillant des élèves au niveau scolaire comparable. Pour le ministère, ce lycée public est parmi les plus efficaces du département. Difficile pourtant d’en tirer une recette miracle : un rapport remis en juillet 2015 à Najat Vallaud-Belkacem (1) a montré que ce type de réussite ne pouvait s’expliquer par un facteur unique.

    #compétition

  • The romanticism of #History, and the (Afro)future of #Brazil’s #Quilombos
    http://africasacountry.com/quilombo-of-the-future

    Brazil imported more African slaves than any other country in the Western Hemisphere. With over four million enslaved brought to its shores, the former Portuguese colony accounts for over 40%.....

    #LATIN_AMERICA_IS_A_COUNTRY #Afro-Brazil #Americas #Caribbean #Events #Maroon_Communities #Palmares #slavery #Zumbi

  • #Palmarès des #universités : la percée des #Chinois

    Les #universités #américaines et #britanniques occupent les 20 premières places. La France compte 21 établissements parmi les 500 premiers mondiaux.

    Et les positions des universités américaines ne semblent plus si facilement assurées dans un avenir proche. A suivre !

    http://www.lesechos.fr/monde/chine/0203704501492-palmares-des-universites-la-percee-des-chinois-1033242.php?44

    Revue de Presse Hebdomadaire sur la Chine du 11/08/2014

  • Palmarès de quelques moteurs : la recherche Schol Meaix sur Bing propose 12 résultats une fois que l’on confirme l’orthographe saisie. Yahoo ! ne propose même pas l’orthographe saisie et persiste dans les 2O... Comme Google qui reste en dessous de tout sur ce coup là et, après l’avoir forcé sur cette saisie en recherche Blog, on obtient toujours que 3 résultats... Voici qui me fait mal aux tripes, mais sur cette recherche : vive Bing !... Pour ceux qui ont loupé l’épisode 1 : Schol Meaix et le Lapin de jade (Exercice)... http://www.bing.com/search?q=%2bSchol+Meaix&filters=rcrse%3a%221%22&FORM=RCRE
    http://blogoliviersc.org/?p=7354
    #palmarès #moteurs #shol_meaix