• The type and frequency of animals coming down with COVID is trying to tell us something about the future of the pandemic. Scientists are on the case | Fortune
    https://fortune.com/2022/08/05/when-will-pandemic-end-can-animals-catch-covid-future-omicron-zoonotic-dise

    […] transdisciplinary collaboration is needed again if we’re to finally get ahead of this pandemic—and prevent the next.

    “We have to have the resources not just to think about human health, but to make sure we’re thinking about animal health,” she says, adding that humans often fail to become concerned about diseases in animals—until they enter humans. 

    “Sometimes we don’t think of prevention or early mitigation or containment. We only react once something has entered the human population. Awareness is key here.”

    #Pandémies #zoonoses

  • Climate Change Is Rewiring the Network of Animal Viruses - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/science/archive/2022/04/how-climate-change-impacts-pandemics/629699

    For the world’s viruses, this is a time of unprecedented opportunity. An estimated 40,000 viruses lurk in the bodies of mammals, of which a quarter could conceivably infect humans. Most do not, because they have few chances to leap into our bodies. But those chances are growing. Earth’s changing climate is forcing animals to relocate to new habitats, in a bid to track their preferred environmental conditions. Species that have never coexisted will become neighbors, creating thousands of infectious meet-cutes in which viruses can spill over into unfamiliar hosts—and, eventually, into us. Many scientists have argued that climate change will make pandemics more likely, but a groundbreaking new analysis shows that this worrying future is already here, and will be difficult to address. The planetary network of viruses and wildlife “is rewiring itself right now,” Colin Carlson, a global-change biologist at Georgetown University, told me. And “while we thought we understood the rules of the game, again and again, reality sat us down and taught us: That’s not how biology works.”

    In 2019, Carlson and his colleague Greg Albery began creating a massive simulation that maps the past, present, and future ranges of 3,100 mammal species, and predicts the likelihood of viral spillovers if those ranges overlap. The simulation strained a lot of computing power; “every time we turn it on, an angel dies,” Carlson told me. And the results, which have finally been published today, are disturbing. Even under the most optimistic climate scenarios, the coming decades will see roughly 300,000 first encounters between species that normally don’t interact, leading to about 15,000 spillovers wherein viruses enter naive hosts.

    The Anthropocene, an era defined by humanity’s power over Earth, is also an era defined by viruses’ power over us—a Pandemicene. “The moment to stop climate change from increasing viral transmission was 15 years ago,” Carlson said. “We’re in a world that’s 1.2 degrees warmer [than preindustrial levels], and there is no backpedaling. We have to prepare for more pandemics because of it.”

    Southeast Asia will also be especially spillover-prone because it’s home to a wide range of bats. Flight gives bats flexibility, allowing them to react to changing climates more quickly than other mammals, and to carry their viruses farther. And bats in Southeast Asia are highly diverse, and tend to have small ranges that don’t overlap. “You shake that like a snowglobe and you get a lot of first encounters,” Carlson said.

    Such events will also be problematic elsewhere in the world. In Africa, bats are probably the natural reservoirs for Ebola. Thirteen species could potentially carry the virus, and as global warming forces them to disperse, they’ll encounter almost 3,700 new mammal species, leading to almost 100 spillovers. So far, the biggest Ebola outbreaks have occurred in West Africa, but Carlson said that within decades, the disease could easily become a bigger problem for the continent’s eastern side too. “And that’s emblematic of everything,” he told me: Every animal-borne disease will likely change in similarly dramatic ways.

    And spillovers that initially occur between other mammals could someday affect us: The original SARS virus hopped from bats to humans via civets, and HIV reached us from monkeys via chimpanzees and gorillas. For an animal virus to jump into humans, geography, biological compatibility, and other factors must line up in just the right way. Each event is unlikely: Imagine playing Russian roulette using a gun with a million chambers. But as the climate changes, we’re loading more of those chambers with bullets, and pulling the trigger more frequently.

    The revelations are “so large and heavy to behold that even as we were writing them, we didn’t want to,” Carlson said. But despite every attempt that he and Albery made to naysay their own work, the simulation kept spitting out the same results. They confirm that three of our greatest existential threats—climate change, pandemics, and the sixth mass extinction of wildlife—are really intertwined parts of the same mega-problem. To tackle it, “we need atmospheric scientists talking to ecologists talking to microbiologists talking to demographers,” Rachel Baker, whose research at Princeton focuses on climate and disease, told me.

    But pandemics are inherently unpredictable, and no amount of prevention will fully negate their risk. The world must be ready to meet the viruses that slip through the net. That means fortifying public health and health-care systems, strengthening social safety nets, and addressing all the weaknesses of the pre-COVID normal that made the world so vulnerable to the current pandemic and will leave it susceptible to the next. The world, in its desire to move past COVID, is already forgetting the lessons of the recent past, and perhaps assuming that a generation-defining crisis will occur only once a generation. “But no, all of this could happen again tomorrow,” Carlson said. And “if this many viruses are undergoing host jumps this much,” multiple pandemics could strike together.

    #Pandémies #Changement_climatique #Virus #Pandémicène

  • Un nouveau groupe d’experts internationaux créé pour prévenir les #pandémies zoonotiques | #ONU Info
    https://news.un.org/fr/story/2021/05/1096412

    L’objectif de ce nouveau panel d’experts internationaux, porté par la France et l’Allemagne, est d’anticiper les prochaines #épidémies zoonotiques. D’autant que « les trois quarts de toutes les #maladies infectieuses émergentes ont pour origine les #animaux ».

    #zoonoses #santé

  • Étudier le comportement des #chauves-souris corrélé au #réchauffement_climatique pour mieux prédire les apparitions de nouvelles #pandémies. Ne pas négliger le développement urbain et la concentration humaine dans les #mégapoles

    Un an de pandémie | Sur la piste de la prochaine pandémie | La Presse
    https://www.lapresse.ca/actualites/sciences/2021-02-28/un-an-de-pandemie/sur-la-piste-de-la-prochaine-pandemie.php

    Comment détecter plus rapidement la prochaine pandémie ? Faut-il scruter davantage les populations de chauves-souris d’Asie, d’où ont émergé les coronavirus du SRAS et de la COVID-19 ? Ou traquer les anticorps dans les dons et les prises de sang de la population ? Les chercheurs explorent une foule de pistes.

  • Climate Change Is Ushering in a New Pandemic Era – Rolling Stone
    https://www.rollingstone.com/culture/culture-features/climate-change-risks-infectious-diseases-covid-19-ebola-dengue-1098923

    A warming world is expanding the range of deadly diseases and risking an explosion of new zoonotic pathogens from the likes of bats, mosquitoes, and ticks

    #climat #zoonoses #pandémies #maladies #moustiques #tiques #chauve-souris

  • Le mouvement de défense des animaux, mouvement planétaire et désormais vieux de 150 ans, serait en nombre le premier mouvement de femmes, avant les mouvements féministes eux-mêmes ; en effet, 68 à 80 % des militants pour les animaux sont des femmes. Pourquoi les femmes ont-elles été les premières à prendre conscience de l’exploitation des animaux par les humains, que ce soit dans l’élevage, les cirques, la vivisection, à la chasse comme à la corrida ?

    « Le spécisme se fonde sur une appropriation directe, physique des autres animaux et tente de se légitimer par l’idée d’un ordre du monde naturellement hiérarchisé. Ce schéma présente de nombreux points communs avec d’autres systèmes d’oppression, notamment ceux du racisme, du capacitisme et du sexisme. En raison de cette matrice commune, l’antispécisme apporte des points de vue nouveaux aux autres luttes progressistes et à la pensée éthique et politique en général. »
    Deux critiques de livres sur mon blog :
    http://hypathie.blogspot.com/2020/11/feminisme-et-cause-animale-solidarite.html


    #Elevage #Spécisme #Complexe_agro_industriel #Biosécurité #Pandémies

  • Insuffisance de précautions préventives contre les pandémies, émissions massives de gaz à effets de serre, surconsommation d’antibiotiques, près des trois-quarts des principaux fournisseurs de viande, de poisson et de produits laitiers au monde ne font donc pas suffisamment d’ efforts pour éviter l’ éclosion et la propagation d’ une future pandémie. C’ est l’ une des conclusions de la troisième étude sur l’ impact ESG (environnement, social et gouvernance) des grands producteurs de protéines cotés en Bourse* réalisée par le réseau d’ investisseurs FAIRR représentant des actifs de plus de 25.000 milliards de dollars. Ce groupement réunit notamment les sociétés de gestion françaises Amundi, LBPAM, Mirova et Comgest.

    44 des 60 entreprises étudiées sont classées comme « à risque élevé » selon un nouveau « classement des risques de pandémie » établi par FAIRR et fondé sur les critères de notation considérés comme essentiels pour prévenir le risque de futures pandémies zoonotiques : la sécurité des travailleurs, la sécurité alimentaire, le bien-être animal et la gestion des antibiotiques.
    https://www.boursorama.com/bourse/actualites/les-producteurs-de-viande-pourraient-favoriser-de-nouvelles-pandemies-96
    #Elevage #viande #pandémies

  • Histoire que vous ayez PEUR, très PEUR, et rien d’autre !
    « ...Le nombre de cas graves passe de 380 à ....381 ..! »

    https://pbs.twimg.com/media/EeM6ztcWoAAtdEb?format=jpg

    Source : https://twitter.com/spetsnagirl/status/1288938587778621440
    et aussi : https://seenthis.net/messages/869838 , mais avec une interprétation différente.

    Augmentation de 1. A quand les 2 masques obligatoires ?
    #santé #pandémies #pandémie #grippe #covid-19 #coronavirus #panique #épidémie #propagande #enfumage #manipulation #médias #médias #merdias

  • #Pandémie : Le déchainement ! Vaccination en Marche (...forcée) Stratégie du choc
    Grâce aux travail de l’#OMS de la #banque_mondiale et de #bill_gates, tout passe et devient crédible dans la bouche du pire personnage de l’histoire.
    On se croirait dans le bunker qui abrite la cellule de crise de l’Élysée. Le narratif de ce qu’on vit réellement actuellement.
    Je veux qu’ils se jettent sur le vaccin, comme un passager du Lolita Express lorsqu’il voit passer un enfant.

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=4kfCJjDBGAA

    #propagande #enfumage #manipulation #histoire #médias #vaccins #internet #réseaux_sociaux #médias #merdias #masques #muselière #Didier_Raoult #Lancet #argent #santé #gros_sous #capitalisme #big_pharma #laboratoires_pharmacetiques #confinement #pandémies #pandémie #grippe #covid-19 #coronavirus #panique #big_pharma #épidémie #EnMarche

    • Le Bunker de la dernière rafale

      https://www.youtube.com/watch?v=FFbyNaAAfZw

      Le Bunker de la dernière rafale est un court métrage français réalisé par Marc Caro et Jean-Pierre Jeunet, sorti en 1981.

      Synopsis : Une équipe de militaires dérangés est confinée dans un bunker. Lorsque l’un d’eux découvre un compteur qui défile à rebours, tous sont affolés. Que se passera-t-il à la fin du décompte ? C’est dans cette ambiance lourde de tension qu’ils sombreront tous, peu à peu, dans la plus profonde des folies.Métaphore de la peur inconsidérée qu’a l’homme de l’inconnu, le très peu de paroles de ce court-métrage, lui confère une certaine universalité.

      Fiche technique :
      Réalisation : Marc Caro & Jean-Pierre Jeunet
      Scénario : Gilles Adrien, Marc Caro & Jean-Pierre Jeunet
      Production : Zootrope
      Son : Marc Caro
      Photographie : Marc Caro, Jean-Pierre Jeunet & Spot
      Montage : Marc Caro & Jean-Pierre Jeunet
      Pays d’origine : France
      Format : noir et blanc - 1,66:1 - mono - 35 mm
      Genre : court métrage, science-fiction
      Durée : 26 minutes
      Date de sortie : 1981 (France)
      Distribution : Jean-Marie de Busscher - Marc Caro - Patrice Succi - Gilles Adrien - Spot - Vincent Ferniot - Thierry Fournier - Zorin - Eric Caro - Jean-Pierre Jeunet - Bruno Richard - Hervé di Rosa

      #Cinéma #court_métrage

  • COVID-19 : Sommes-nous à nouveau induits en erreur par les entreprises pharmaceutiques ?
    https://www.investigaction.net/fr/covid-19-sommes-nous-a-nouveau-induits-en-erreur-par-big-pharma

    En mars 2020, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que l’épidémie de COVID-19 était une pandémie. Ce n’est pas une première foi. Dans un passé récent, l’OMS avait annoncé en juin 2009 que le H1N1 – connu aussi sous le nom de grippe porcine – était aussi une pandémie. Entre ces deux pandémies, de nombreux faits ont été négligés et il convient d’y revenir.


     
    Après l’épidémie de H5N1 (la grippe aviaire) et au début de celle de H1N1, les entreprises pharmaceutiques transnationales se sont lancées dans une compétition féroce pour fournir des traitements en l’absence de vaccins.

    Entre 2005 et 2009, l’antiviral oseltamivir, commercialisé par Roche sous le nom de Tamiflu, a réussi à être reconnu comme le médicament de choix pour la prévention et le traitement par plusieurs organismes internationaux tels que l’OMS, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis d’Amérique et l’Agence européenne des médicaments.

    A cette époque, afin de préparer une “éventuelle opération de confinement”, l’OMS a reçu de Roche un don de trois millions de traitements d’oseltamivir destinés à constituer une réserve, selon le rapport du Comité d’examen du fonctionnement du Règlement sanitaire international (2005) en relation avec la pandémie de 2009 (H1N1) 2009, publié par l’OMS.

    L’OMS a encouragé les pays à introduire des plans de confinement rapide dans leurs mécanismes nationaux de préparation aux pandémies de grippe, selon le même rapport. En outre, l’OMS a élaboré dans le même but un “protocole de confinement rapide” reposant essentiellement sur l’oseltamivir.

    Comme il fallait s’y attendre, sous l’effet d’une panique globale de grande ampleur, Roche a reçu des commandes venues de pays du monde entier, notamment de l’Égypte. Des recherches ultérieures et la littérature révèlent que les décisions d’achat reposaient sur des essais cliniques financés par Roche, dont les résultats, selon les experts, étaient limités et incomplets, surtout en ce qui concerne l’efficacité et les effets secondaires du Tamiflu, dont certains se sont par la suite révélés dangereux.

    En outre, certaines informations fausses laissaient prévoir une flambée incontrôlable de l’infection. Une étude Cochrane a révélé que les bénéfices de l’oseltamivir étaient faibles en ce qui concerne la diminution des symptômes, car ce médicament ne réduisait leur durée que d’une demi-journée tout au plus.

    Les auteurs de cette étude, qui se sont arrangés pour obtenir les rapports complets des recherches cliniques originales, ont également pu se faire une idée plus claire des effets secondaires de l’oseltamivir. A la fin, l’étude Cochrane a posé la question de savoir si la constitution de réserves d’oseltamivir était justifiée.

    On peut voir ce qui précède sous un autre angle.
    Les entreprises pharmaceutiques font en général pression sur les gouvernements lors de telles crises. Durant la pandémie de H1N1, la méthode adoptée par Roche a consisté essentiellement à persuader les gouvernements de signer des conventions d’achat de Tamiflu car, à l’époque, les premiers arrivés étaient les premiers servis.

    Il est à relever que ces négociations ont eu lieu dans un contexte de tension mondiale et de compétition inavouée entre les pays pour se procurer le traitement le plus vite possible à une même et unique source.

    Une telle situation démontre la gravité des pratiques monopolistiques du marché pharmaceutique mondial. La probabilité de voir se répéter ce scénario est d’autant plus grande que les pays continuent à négocier l’accès aux médicaments sur un marché monopolistique, comme le prouve l’achat par les États-Unis à Gilead Sciences de tout le stock existant de remdesivir et les conventions d’achat préalables de vaccins potentiels par plusieurs pays européens.

    A l’époque, les ventes d’oseltamivir avaient dépassé les 18 milliards de dollars étasuniens, payés pour moitié par les gouvernements. Les États-Unis ont par exemple dépensé plus de 1,5 milliard de dollars pour constituer des stocks d’oseltamivir, en se fondant sur les recommandations du CDC, alors que le Royaume-Uni a dépensé pour sa part 770 millions de dollars étasuniens pour ce même médicament entre 2006 et 2014.

    Aucune donnée officielle n’est disponible concernant la somme totale dépensée par l’Égypte pour acheter de l’oseltamivir. Quelques informations ont cependant fait état d’un accord entre le ministère de la santé et Roche pour la livraison de 2 500 kg de l’ingrédient pharmaceutique actif de ce médicament, à fabriquer par une succursale de la faîtière pharmaceutique, dont le président a estimé la valeur à environ 100 millions de livres égyptiennes.

    L’OMS est une organisation intergouvernementale qui doit, à ce titre, rendre des comptes à ses États membres. En 2010, ces États membres ont évalué les performances de l’OMS qui avait déclaré que la grippe H1N1 était une pandémie. Cette décision avait suscité les réserves de la communauté scientifique internationale et des milieux politiques, qui estimaient qu’elle avait été prématurée, provoquant une confusion mondiale et coûtant des millions de dollars aux budgets des pays.

    Ce qu’il est important de relever à propos de la lutte contre la COVID-19 est qu’il n’y a pas de “nouveau” médicament qui ait été expérimenté contre le virus. Ceux qui font l’objet d’études sont connus ou sont déjà sur le marché. Les essais auxquels ils sont soumis visent à démontrer qu’ils ont un effet spécifique contre le virus SARS-CoV-2 qui provoque la COVID-19.

    Ce repositionnement ou cette réorientation de médicaments existants constitue une pratique courante dans la recherche en cas de flambées épidémiques soudaines. En outre, qui plus est, la recherche et le développement pharmaceutiques ne produisent plus de substances pharmaceutiques “nouvelles”, se contentant le plus souvent d’améliorer des produits existants ou de leur ouvrir des indications supplémentaires.

    Les essais cliniques menés par l’OMS ont débuté avec quatre propositions de traitement, pour la plupart fort coûteux. Trois mois après le début déclaré de la pandémie, la compétition s’est réduite à deux médicaments : le remdesivir, produit par Gilead Sciences, et le favipiravir, produit par FUJIFILM Toyama Chemical, sous le nom commercial d’Avigan, dont il a été rapporté plus tard qu’il n’avait pas montré d’effet convaincant dans certains essais contre le coronavirus, ce qui a repoussé son approbation jusqu’à la fin des essais.

    En mars dernier, avec l’épidémie de COVID-19, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a décidé d’accorder au remdesivir le “statut de médicament orphelin”, qui assure normalement à l’entreprise productrice toute une série de droits exclusifs en plus des droits de propriété intellectuelle.
    Cette décision a été accueillie avec surprise et scepticisme dans les milieux spécialisés du monde entier, en raison de sa teneur et de son calendrier.

    Selon les définitions qu’en donnent tant l’OMS que le droit étasunien, les maladies orphelines sont celles qui affectent un petit nombre d’individus d’une manière qui n’incite pas à la mise au point de médicaments pour les traiter, ce qui justifie aussi le prix potentiellement élevé de leur traitement.

    La COVID-19, déclarée pandémie, est tout le contraire d’une maladie orpheline et la désignation comme “médicament orphelin” révèle l’intention de l’entreprise de maximaliser les ventes et les bénéfices du remdesivir une fois que la FDA l’a approuvé.
    Avec l’augmentation du nombre de cas diagnostiqués aux États-Unis d’Amérique, des pressions croissantes ont conduit Gilead Sciences à retirer sa désignation de médicament orphelin. Quelques semaines plus tard, le remdesivir a été approuvé par la FDA pour utilisation en cas d’urgence sur des patients atteints de COVID-19, à la suite de quoi l’entreprise a fait un don de 1,5 millions de traitements au gouvernement étasunien.

    A la mi-avril, les médias ont rapporté que le gouvernement égyptien avait convenu avec FUJIFILM Toyama Chemical d’utiliser le favipiravir (Avigan) pour le traitement de la COVID-19 en Égypte. Cet accord ne s’est jamais matérialisé, car quelques semaines plus tard le ministre de la santé a annoncé que l’Égypte participerait à l’essai clinique du remdesivir coordonné par l’OMS.

    Entretemps, l’entreprise égyptienne Eva Pharma a signé un accord de licence volontaire non-exclusif avec Gilead pour la fabrication de remdesivir destiné à être distribué dans 127 pays. Actuellement, l’approvisionnement en Égypte et limité à l’aide aux patients hospitalisés en quarantaine.
    Une préoccupation croissante a commencé à se manifester sur le plan mondial face à la précipitation avec laquelle on a compté sur le remdesivir avant que son efficacité soit démontrée, d’autant plus que les résultats des essais publiés montrent qu’il n’y a aucun bénéfice thérapeutique ayant la moindre signification statistique.

    Des demandes de brevet ont été déposées pour le remdesivir dans de nombreux pays et certaines ont déjà été accordées. Le bureau des brevets égyptien a rejeté la demande pour le remdesivir en 2017 pour des raisons techniques, mais la décision finale reste en suspens car le demandeur a fait appel.

    Gilead a récemment fixé le prix du traitement par le remdesivir (6 flacons) à 3 120 dollars étasuniens pour les privés et à 2 340 dollars pour les régimes d’assurance nationaux aux États-Unis d’Amérique. Le prix de ce médicament est exorbitant et ne peut être justifié ni par les coûts de recherche et de développement, car il ne s’agit pas d’un nouveau composé, qui n’a donc pas été breveté dans plusieurs pays.

    Par ailleurs, la recherche a démontré que le coût de production du remdesivir pourrait ne pas dépasser 5,58 dollars par traitement. D’ailleurs, l’entreprise pharmaceutique indienne Cipla a annoncé qu’elle produirait une version générique du remdesivir au prix d’environ 400 dollars étasuniens.

    A la lumière des taux élevés d’incidence et de mortalité de la COVID-19, ainsi que des pressions exercées sur les gouvernements pour qu’ils prennent des mesures destinées à protéger leurs peuples, on assiste à une compétition entre les entreprises pharmaceutiques pour préserver leurs parts d’un marché mondial lucratif.

    Cette compétition se manifeste par des tentatives d’enrôler de grandes quantités de patients dans des essais cliniques hâtivement menés pour faire la démonstration de résultats favorables, ou défavorables, à un médicament donné, pour signer des conventions d’achat préalables avec des gouvernements, comme c’est le cas actuellement entre Gilead et le gouvernement étasunien, et pour chercher à faire enregistrer les brevets dans le plus grand nombre de pays possible afin d’y obtenir des droits exclusifs, notamment la possibilité de vendre le médicament au prix le plus élevé possible.

    Au milieu de la crise actuelle, dont les répercussions économiques et sociales au niveau mondial sont sans précédent, il est préoccupant d’assister au retour du scénario H1N1. Les gouvernements se lancent une fois de plus dans des “achats de panique” et accumulent de manière irrationnelle des stocks de médicaments, dont aucun n’a fait la preuve de son efficacité contre la COVID-19. Ne tire-t-on vraiment aucun enseignement du passé récent ?
    #H5N1 #grippe_aviaire #H1N1 #vaccins #oseltamivir #argent #santé #gros_sous #capitalisme #big_pharma #laboratoires_pharmacetiques #Roche #Tamiflu #OMS #CDC #Egypte #experts #monopole #Gilead #Agence_européenne_des_médicaments #confinement #pandémies #pandémie #grippe #remdesivir #SARS-CoV-2 #covid-19 #coronavirus #favipiravir #FUJIFILM #Avigan #FDA #médicament_orphelin #maladie_orpheline #Eva_Pharma #thérapie #brevets #recherche #Cipla #marché #panique

  • COVID-19 cases reach 15 million worldwide with 4 million in the US alone - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/en/articles/2020/07/22/coro-j22.html

    https://www.wsws.org/asset/23ce7fcb-ccc8-40ed-9233-d3c6b7813267/image.jpg

    #COVID-19 cases reach 15 million worldwide with 4 million in the US alone
    By Benjamin Mateus
    22 July 2020

    The number of COVID-19 infections worldwide surpassed 15 million yesterday. In less than five days, another million cases have been added. More than 618,000 people have died in little more than seven months since the virus took its first victim. There are also six million active cases globally, which provides only a very indirect measure of the burden being carried by health care workers facing shortages of PPE, medical supplies, and stamina. Ten percent of all cases occur among health care workers.

    #états-unis #pandémies

  • « Quoi qu’il arrive, on ne pourra pas refaire un #confinement généralisé en #France » - Le Parisien
    https://www.leparisien.fr/societe/quoi-qu-il-arrive-on-ne-pourra-pas-refaire-un-confinement-generalise-en-f

    Entretien avec le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique français,

    Faut-il donc craindre un nouveau pic à la rentrée ?

    Si on regarde l’historique des grandes #pandémies de virus respiratoires, on voit que huit sur dix régressent dans les pays européens de manière spontanée durant l’été. En revanche, vous en avez cinq sur dix qui récidivent à l’automne. Il faut rester extrêmement vigilants.

    #coronavirus #sars-cov2 #COVID-19

  • Une corona et deux morts subites

    Louis

    http://en-finir-avec-ce-monde.over-blog.com/2020/04/une-corona-et-deux-morts-subites.html

    https://lavoiedujaguar.net/Une-corona-et-deux-morts-subites

    Alors que la grippe de Hongkong est passée totalement inaperçue, ce qui se passe aujourd’hui, un demi-siècle plus tard, avec le Covid-19 interroge d’autant plus : jamais encore la moitié de la population mondiale n’a été confinée, et jamais encore la production mondiale n’avait été mise quasiment à l’arrêt, le tout en quelques semaines, prenant presque absolument tout le monde de court. Relevons tout de suite que les très rares pays qui étaient préparés à une nouvelle pandémie — Corée, Hongkong, Taïwan… — avaient déjà été malmenés gravement par deux autres pandémies en moins de vingt ans (SRAS de 2003 et MERS de 2015), et qu’ils n’ont évité le présent confinement appliqué ailleurs qu’au prix d’un dépistage médical massif, directement associé à un dépistage néopolicier tout aussi massif à coup de Big Data. (Plus généralement, pourrait-on voir une corrélation au fait que les pays les plus rétifs au confinement sont également ceux qui sont aussi parmi les moins rétifs au néolibéralisme ? — je pose en tout cas la question.)

    Ce qui interroge, c’est donc ce qui pourrait expliquer cette différence de traitement entre ce qui se passe aujourd’hui et la façon dont les pandémies étaient traitées il y a encore quelques décennies. (...)

    #pandémies #Covid-19 #BigData #stratégies #anticipation #échec #crise #État #irresponsabilité #complotisme #résilience

  • Infographic: The History of Pandemics, by Death Toll

    https://www.visualcapitalist.com/history-of-pandemics-deadliest

    #intéressant #visualisation #pandémies #coronavirus

    The History of Pandemics

    Pan·dem·ic /panˈdemik/ (of a disease) prevalent over a whole country or the world.

    As humans have spread across the world, so have infectious diseases. Even in this modern era, outbreaks are nearly constant, though not every outbreak reaches pandemic level as the Novel Coronavirus (COVID-19) has.

    Today’s visualization outlines some of history’s most deadly pandemics, from the Antonine Plague to the current COVID-19 event.

  • Interpréter les épidémies du passé : l’exemple de l’épidémie du choléra-morbus en Normandie en 1832 — Géoconfluences

    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/sante/SanteScient5.htm

    En ce début de XXIe siècle, le choléra et ses modes de transmission sont bien connus. L’agent responsable de la maladie est la bactérie vibrio cholera ou bacille virgule. Il fut découvert par F. Pacini en 1854 puis, à nouveau, par R. Koch en 1883.

    Les symptômes du choléra sont des diarrhées sévères et abondantes conduisant à une forte déshydratation. En l’absence de traitement rapide, sa forme classique peut causer la mort dans plus de la moitié des cas. L’eau de boisson, les aliments et les fèces souillées sont à l’origine de la contamination. Entre le XIXe et le XXe siècles, sept épidémies de choléra constituent les indices connus d’une circulation généralisée des agents épidémiques dans différentes régions de la planète.

    #santé #choléra #histoire #pandémies