• INTERRUPTION | Les Nouvelles NEWS
    https://www.lesnouvellesnews.fr/interruption

    Nous avons commencé avec un petit capital apporté par ma famille et des ami.e.s et je les en remercie. Mais lorsque j’ai essayé de trouver des capitaux ou des subventions pour transformer l’échantillon en grand journal, je me suis heurtée à deux types de refus. Les uns affirmaient d’un revers de main que l’égalité femmes/hommes était un sujet « has been », déjà résolu, qui n’intéressait personne. Les autres m’invitaient à changer de modèle économique et donc de ligne éditoriale en faisant des sujets mode-beauté-déco pour attirer la pub qui va avec !… Ces réponses prouvent que l’ambition de parvenir à l’égalité des sexes dans l’information n’était pas partagée par ceux qui financent les médias, ou que je n’ai pas su frapper aux bonnes portes.

    #presse #parité #sexisme


  • « Je ne suis pas féministe, mais... »

    Cet abécédaire, long entretien filmé de #Christine_Delphy avec Sylvie Tissot, explore en 26 lettres les concepts clefs de la théorie féministe (Genre, Travail domestique…) tout en revenant sur les épisodes de la vie de Delphy, ses rencontres et les événements historiques auxquels elle a participé. Il figure, avec le film Je ne suis pas féministe mais…, dans un coffret DVD. Nous souhaitons aujourd’hui le rendre accessible en intégralité au plus grand nombre. Le voici, de A comme Amitié à Z comme Zizi, qui rythmera, en feuilleton, le cours de votre été.

    http://lmsi.net/-Je-ne-suis-pas-feministe-mais,201-

    #féminisme #vocabulaire #mots #terminologie #film #dictionnaire

    • Bon, c’est plus pratique, alors je fais le taf de tout compiler.

      A comme Amitié
      Qu’est-ce que le féminisme a à voir avec l’amitié, et même avec l’amour ? Si le féminisme désenchante certaines relations, notamment les relations hétérosexuelles, il naît à la faveur de rencontres, joyeuses, intenses et créatrices. C’est ce dont témoigne Christine Delphy dans la première lettre, qui fait écho aux liens (entre sœurs, entre féministes, entre générations, souvent d’accord mais pas toujours) à l’origine de ce projet.
      https://vimeo.com/190077328

      B comme Beauvoir
      Dans une émission enregistrée en 1985, Christine Delphy, née pendant la seconde guerre mondiale, est invitée avec Simone de Beauvoir, auteure du Deuxième sexe publié en 1949, pour discuter de leur engagement féministe. Simone de Beauvoir fait partie des rencontres qui ont compté dans la trajectoire de Delphy et son soutien a été crucial pour les militantes du MLF. Comment s’est fait ce croisement de générations, ce passage de relais, et quelle forme exactement a pris ce soutien ?
      https://vimeo.com/191829142

      C comme Communautarisme
      Qu’est-ce que le communautarisme ? Ou plutôt de quoi parle-t-on quand on brandit le spectre du « communautarisme » ? Analyse d’un mot piège qui, comme l’« intégration », permet tout simplement de ne pas parler de racisme et d’incriminer ses victimes.
      https://vimeo.com/192669431

      D comme Désengagement
      Les contradictions font partie de l’expérience de toutes les féministes : être en couple et subir l’inégalité dans la répartition des tâches domestiques, avoir des enfants et s’éloigner des modes de vie alternatifs, etc. Que faire de ces contradictions et nous rendent-elles moins féministes ?
      https://vimeo.com/197268717

      E comme Enfant
      Le désir d’enfant n’a rien de naturel, mais l’obligation d’en avoir, pour une femme tout particulièrement, est très sociale.
      https://vimeo.com/198319954

      F comme Famille
      La famille, en distribuant des rôles à chacun et chacune de ses membres, crée des hiérarchies. Christine Delphy raconte comment elle a pris conscience dès l’enfance des inégalités entre les hommes et les femmes.
      https://vimeo.com/199863783

      G comme Genre
      Il est souvent reproché aux mouvements féministes et homosexuels d’abolir la différence des sexes, voire le sexe tout court. Les femmes et les hommes sont-ils si différents, et le cas échéant est-ce la nature ou le conditionnement social qui explique ladite différence ? C’est pour poser ces questions, et y répondre, que les féministes se sont emparées des concepts de sexe biologique, de sexe social, et de genre.
      https://vimeo.com/200877823

      H comme Harcèlement
      Christine Delphy revient ici sur l’affaire Anita Hill / Clarence Thomas, et plus largement sur les affaires de harcèlement sexuel et leur traitement, aux Etats-Unis et en France. L’occasion de déboulonner quelques clichés sur « le puritanisme américain » et la « culture française de la séduction »… et de souligner le déni français en la matière, et l’indigence des politiques publiques.
      https://vimeo.com/202398537

      I comme IVG
      Christine Delphy revient ici sur la rédaction, la publication et l’impact du « Manifeste des 343 » pour le droit à disposer de son corps, dont elle fut l’une des principales initiatrices.
      https://vimeo.com/205679327

      J comme Joie et Rabat-Joie
      Manque d’humour, autoritarisme, mocheté... Les féministes font face à de constantes stigmatisations, dont elles doivent toujours se défendre. Et avant tout, « elles n’aiment pas les hommes ». Comment comprendre ce lieu commun ?
      https://vimeo.com/207696763

      K comme Kilo
      Derrière les injonctions pesant sur les femmes (être mince sans l’être trop, sexy mais sans "faire pute"), se cache l’idée que leur corps doit toujours rester désirable et accessible aux hommes.
      https://vimeo.com/207696890

      L comme Libéralisme
      « Comment articulez-vous la lutte féministe à la lutte des classes ? Et d’ailleurs êtes-vous vraiment anti-capitalistes ? » : telles sont les questions auxquelles les féministes sont souvent sommées de répondre. Christine Delphy revient sur sa trajectoire politique et les relations conflictuelles qu’elles a entretenues avec les représentants auto-proclamés de la classe ouvrière.
      https://vimeo.com/208708456

      M comme Militant
      Christine Delphy revient sur l’amitié singulière que certains hommes militants portent aux féministes : soutien à la cause mais efforts soutenus pour la cadrer, et rappeler inlassablement aux femmes qu’elles ne sauraient, sans eux, s’émanciper correctement.
      https://vimeo.com/208709972

      N comme Non Mixité
      Le fait de se réunir entre elles, sans hommes, a permis aux militantes du MLF de respirer, de libérer leur parole, de mieux se comprendre, de réaliser leur commune condition et de réfléchir aux moyens de lutter. Delphy analyse ici comment la remise en question de la non mixité, parfois par les femmes elles-mêmes, peut relever d’un sentiment d’infériorité intériorisé.
      https://vimeo.com/212714658

      O comme Outre-Atlantique
      Dans ses analyses critiques des discours en France, Delphy montre que les États-Unis apparaissent souvent comme le grand repoussoir, notamment quand il s’agit de leurs luttes progressistes contre les discriminations.
      https://vimeo.com/215490856

      P comme Parité
      « J’étais bien pour les résultats de la parité, mais pas avec les argumentaires essentialistes ». Christine Delphy défend ici les politiques de parité homme femme au nom du principe simple de « l’action positive », affirmative action, connue – et décriée – en France sous le nom de « discrimination positive ».
      https://vimeo.com/215490901

      Q comme Questions féministes
      Fondatrice avec Simone de Beauvoir de la revue Questions féministes, parue entre 1977 et 1980, puis de Nouvelles questions féministes, qui parait depuis 1981, Christine Delphy a consacré de nombreuses années à l’animation et à l’organisation de ce travail collectif, à la fois scientifique et militant. Une double identité souvent mal acceptée...
      https://vimeo.com/217254245

      R comme Religion et engagement féministe
      Christine Delphy revient ici sur la loi de 2004 interdisant le voile dans les écoles publiques, une loi qu’elle qualifie de « loi d’exclusion », d’inspiration « néo-colonialiste ». L’occasion d’interroger aussi une « laïcité » trafiquée, et la singulière injonction à « s’habiller comme tout le monde ».
      https://vimeo.com/218672199

      R comme Religion et oppression des femmes
      Christine Delphy critique ici les tendances anti-religieuses qui se sont manifestées dans les campagnes « anti-voile », et plus largement l’idéalisme qui consiste à se focaliser sur des « idéologies » plutôt contre des « structures sociales ».
      https://vimeo.com/217909564

      S comme Sexe
      Le féminisme matérialiste et son indispensable analyse des mécanismes de domination sont-ils incompatibles avec les approches queer et l’attention qu’elles accordent aux formes individuelles de subversion ? Celles-ci nous font-elles forcément oublier les mécanismes structurels d’oppression ? Comment tenir compte, alors, des subjectivités, des désirs, des pratiques sexuelles ou des parcours identitaires qui – du changement de sexe pour les personnes trans au sexe tarifé par les travailleuses du sexe, en passant par le SM – suscitent de vifs débats chez les féministes ? Faut-il simplement les défendre comme des droits humains fondamentaux, faut-il les investir d’une signification politique ? Déclinée en 4 moments, la lettre S apporte une contribution à ces débats qui ne peuvent progresser qu’à condition d’affirmer un soutien résolu aux personnes discriminées et stigmatisées, et de donner la priorité aux alliances et aux espaces de rencontre plutôt qu’à l’exclusion.

      S comme Sexe et pouvoir
      Abolir le genre est l’horizon d’émancipation du féminisme matérialiste. Christine Delphy reproche à la théorie queer de l’abandonner, mais aussi d’occulter la dimension de pouvoir, tout particulièrement dans le domaine de la sexualité, où se déploie aussi la domination masculine.
      https://vimeo.com/228474271

      S comme Sexe tarifé
      Y a-t-il quelque chose de spécifique dans les relations de pouvoir qui se déploient dans la prostitution ? Christine Delphy revient sur un des ressorts de sa position abolitionniste : la volonté de soustraire la vie sexuelle et amoureuse des femmes aux relations de dépendance. Mais quelles sont les solutions concrètes ? Et si l’on veut « punir », comment le faire sans pénaliser les prostituées ?
      https://vimeo.com/226949098

      S comme Changement de sexe
      Moins travaillé par Christine Delphy que la question de la prostitution, le débat sur la question trans est abordé ici à travers l’articulation avec la question du genre et de son abolition. Les obstacles que rencontrent les transexuel-le-s pour changer de sexe, l’opprobre qu’ils et elles encourent pour questionner le caractère « naturel » des catégories « homme » ou « femme », n’ont-ils rien à voir avec ce que combat le féminisme ?
      https://vimeo.com/223011288

      S comme Hétéro-sexualité
      Christine Delphy revient sur l’évolution de sa position sur l’institution de l’hétérosexualité. Elle évoque le rôle des hétérosexuelles dans le mouvement féministe, regrettant qu’elles n’aient pas davantage compris que la répression de l’homosexualité était partie prenante de l’oppression des femmes, hétéros aussi.
      https://vimeo.com/219745359

      T comme Travail domestique - Mode de production domestique
      Le féminisme matérialiste qu’ont développé Christine Delphy, Colette Guillaumin et d’autres, met au coeur de l’analyse l’exploitation spécifique des femmes : pas seulement sur le marché du travail, mais aussi dans la sphère domestique. Christine Dephy explique ici la révolution théorique consistant, en dépit des résistances des marxistes mais avec certains outils du marxisme, à penser les femmes comme une classe.
      https://vimeo.com/225763092

      T comme Travail domestique et Famille
      Qu’est-ce qu’est exactement le travail domestique ? Pas seulement une liste de tâches – ce qu’on associe communément au travail ménager. C’est un travail effectué pour autrui, les hommes, et de façon non rémunérée, gratuite. Le féminisme matérialiste développe une nouvelle vision de la famille hétérosexuelle, où s’instituent des rapports de pouvoir. Cette analyse reste d’une grande pertinence aujourd’hui : même actives professionnellement, les femmes sont toujours tenues d’effectuer ce travail d’entretien du foyer.
      https://vimeo.com/223763647

      U comme Universalisme
      Dans son livre Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française, Christine Delphy évoque la prétention très singulière des élites françaises à faire de leur pays une incarnation de l’universel et de l’universalisme, et souligne ce que cette prétention comporte d’arrogance – et souvent de racisme et de sexisme.

      V comme Viol
      Reprenant l’expression du journaliste Jean-François Kahn déclarant que l’« affaire DSK » était tout au plus « un troussage de domestique », Christine Dephy coordonne en 2011 un recueil de textes qui analysent le traitement médiatique de cette affaire en France. Elle revient ici sur le classisme, le racisme et le sexisme qui se sont exprimés à cette occasion, assimilant notamment le viol au libertinage. Elle explique aussi que l’accord entre Nafissatou Diallo et Dominique Strauss-Kahn suite au procès civil est, contrairement à ce qu’on affirmé les élites françaises, un aveu de culpabilité de ce dernier.
      https://vimeo.com/229813360

      W comme Wittig
      Christine Delphy revient ici sur la difficile acceptation de son homosexualité à la fin des années 50 et dans les années 60, notamment au sein de sa famille, puis sur les réactions suscitées, au sein du MLF, par la fondation du premier groupe non mixte de lesbiennes. Elle raconte enfin les formes de discriminations qu’elle a subies tout au long de sa carrière au CNRS.
      https://vimeo.com/236219888

      XY comme Différence des sexes
      L’idée d’une différence irréductible est l’argument ultime pour contrer ou relativiser les demandes d’égalité : les hommes et les femmes seraient par nature différents, et donc nécessairement conduits à occuper des rôles différents dans la société. Christine Delphy réfute ici ce faux argument.
      https://vimeo.com/237636887


  • Aujourd’hui, débat et approbation d’une loi spéciale en Bolivie : ce sera la première loi 100% numérique, depuis son élaboration jusqu’à son approbation (avec utilisation de la signature électronique par exemple).

    Quelques anecdotes :

    – l’Assemblée utilise Debian, pas un système d’exploitation privatif
    – la majorité des députés sont des députées
    – des députés de toutes les couches de la société : des mineurs, des employées domestiques, des paysans, des ouvriers...


  • 8 mars 2018
    en Espagne dans la rue des millions de femmes revendiquent leurs droits
    http://8mars.info/greve-generale-des-femmes-en-espagne

    pendant qu’en France, les manifestations pour les drots des femmes sont restreintes avec à Toulouse une interdiction préfectorale pour le parcours prévu et des contrôles d’identité effectués par les CRS

    https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/pour-la-journee-des-droits-des-femmes-une-manifestation-dans-les-rues-de-toulou

    à la dépêche du midi le sexisme se lâche sans modération des forums

    https://www.ladepeche.fr/article/2018/03/08/2755729-plus-1000-femmes-defilent-toulouse-droits-femmes.html

    et les manifestations racistes sont autorisées
    http://www.lavoixdunord.fr/332267/article/2018-03-10/le-tribunal-administratif-confirme-la-tenue-de-la-nuit-des-noirs-ce-sam

    le juge des référés du tribunal administratif de Lille a rejeté le recours présenté par le conseil représentatif des associations noires (CRAN) et l’alliance noire citoyenne (ANC), visant à faire interdire la Nuit des Noirs.

    #ça_va_pas_bien #femmes #revenez_dans_300_ans

    @tetue


  • #femmes politiques en #Italie, le parcours des combattantes
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280218/femmes-politiques-en-italie-le-parcours-des-combattantes

    Une candidate du parti de gauche #Potere_al_Popolo fait campagne à Gênes © Amélie Poinssot Les leaders des cinq principaux partis de la campagne électorale italienne sont des hommes. Le Parlement sortant compte à peine un tiers de femmes. Et les législatives du 4 mars risquent de conforter un pouvoir très masculin.

    #International #Beppe_Grillo #élections_législatives #Forza_Italia #Liberi_e_Uguali #Luigi_Di_Maio #M5S #Matteo_Renzi #Matteo_Salvini #parité #PD #Silvio_Berlusconi


  • Femme politique en #Italie, le parcours des combattantes
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280218/femme-politique-en-italie-le-parcours-des-combattantes

    Une candidate du parti de gauche #Potere_al_Popolo fait campagne à Gênes © Amélie Poinssot Les leaders des cinq principaux partis de la campagne électorale italienne sont des hommes. Le Parlement sortant compte à peine un tiers de #femmes. Et les législatives du 4 mars risquent de conforter un pouvoir très masculin.

    #International #Beppe_Grillo #élections_législatives #Forza_Italia #Liberi_e_Uguali #Luigi_Di_Maio #M5S #Matteo_Renzi #Matteo_Salvini #parité #PD #Silvio_Berlusconi



  • #Atlas en ligne de l’Unesco sur les #inégalités entre les sexes dans l’#éducation

    « Avec l’adoption de l’Objectif 4 de développement durable, les gouvernements se sont engagés à éliminer les disparités entre les sexes et à veiller à ce que chaque enfant soit scolarisé et apprenne d’ici 2030. » Ce sont les premières lignes de cette publication qui présente les parcours scolaires des filles et des garçons dans plus de 200 États et territoires.

    Contenu :
    La section consacrée aux inégalités #filles-#garçons est organisée en 9 chapitre présentées sous forme de questions :

    1. Vue d’ensemble de la #parité entre les sexes dans l’éducation
    2. Combien d’années de #scolarité une fille entrant à l’école peut-elle espérer achever ? (#espérance_de_vie_scolaire)
    3. Dans quelle mesure les filles participent-elles à l’enseignement primaire et secondaire ? (part des filles dans le primaire et le secondaire)
    4. Les filles sont-elles plus susceptibles d’achever l’#enseignement_primaire que les garçons ? (#parcours_scolaires)
    5. Les filles achèvent-elles leurs #études_secondaires au même rythme que les garçons ? (parcours scolaires)
    6. Combien de filles en âge de fréquenter l’enseignement primaire sont exclues de l’éducation ? (part des filles privées du droit à l’enseignement primaire)
    7. Combien d’adolescentes en âge de fréquenter l’enseignement secondaire sont exclues de l’éducation ? (part des filles privées du droit à l’enseignement secondaire)
    8. À quels niveaux et dans quels domaines les femmes étudient-elles dans l’enseignement supérieur et mènent-elles une carrière dans la recherche ? (part des femmes dans le supérieur et la recherche)
    9. Les disparités entre les sexes dans les #taux_d’alphabétisme des jeunes et des adultes (taux d’alphabétisme en fonction du sexe)


    http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/atlas-unesco-inegalites-sexes-edu
    #genre #ressources_pédagogiques #enseignement #école #exclusion


  • La Caisse des dépôts dit vouloir renoncer à sa misogynie
    https://www.mediapart.fr/journal/france/011217/la-caisse-des-depots-dit-vouloir-renoncer-sa-misogynie

    À la suite de l’article de Mediapart révélant la composition exclusivement masculine de la commission de surveillance de la CDC, son président estime que les pratiques, voire les règles de désignation devront évoluer pour respecter la parité.

    #France #Caisse_des_dépôts_et_consignations #égalite_femme-homme #Gilles_Le_Gendre #parité


  • Des femmes inactives, souvent dénudées et sexualisées. Des hommes experts souvent valorisés. Voilà le principal constat de la nouvelle enquête publiée par le Conseil supérieur de l’audiovisuel sur la représentation des femmes dans les publicités télévisées. En pleine affaire Weinstein, la responsabilité des annonceurs et des entreprises du secteur est pointée du doigt pour leur rôle dans le maintien de stéréotypes sexistes rétrogrades.
    http://www.novethic.fr/empreinte-sociale/droits-humains/isr-rse/dans-les-publicites-televises-les-hommes-sont-des-experts-les-femmes-sont-s

    Une femme à moitié nue vend une lessive, une autre présente un parfum entre ses seins. Dans les publicités télévisées, les images parlent …

    #Parité


  • LesInrocks - Bertrand Grébaut : “Si on veut aller dans le sens de la nature et de l’humain, on n’est évidemment pas sexiste”
    http://www.lesinrocks.com/2017/11/10/style/bertrand-grebaut-si-veut-aller-dans-le-sens-de-la-nature-et-de-lhumain-n

    La notion de virilité est encore plus intéressante sous le prisme de son expérience dans les métiers de la cuisine : “Le problème c’est peut-être l’emploi du mot masculin et féminin. Parce qu’en soi c’est vrai qu’il y a des cuisines plus ou moins sensibles, délicates, "bourrin". Je suis en couple avec une cheffe et elle fait une cuisine plus masculine que moi. Si on emploie les standards de l’époque, ma cuisine est plus féminine.”

    En effet, le sexisme dans les brigades de cuisine est un souci souvent relevé, qui prend ses sources dans l’origine même du métier selon Bertrand Grébaud : “Je trouve que c’est un métier d’ouvrier et c’est pour ça qu’il est dur et long à féminiser ; c’est pour ça qu’il n’y a pas que des intellectuels : on fait pas que de la cuisine par passion (…). C’est aussi pour ça que cela prend du temps et que les mentalités sont plus difficiles à changer que dans les milieux intellos, et ce n’est pas péjoratif, c’est la vie.”

    Sur son lieu de travail toutefois, le genre a peu de place face à l’efficacité et les compétences de ses brigades : “Je ne suis pas pour la parité, j’embauche les gens compétents, un point c’est tout. Aujourd’hui j’ai autant de filles que de garçons qui postulent – et j’ai même 60% de filles en salle et en cuisine, mais ce sont des filles compétentes, pas des quotas.”


  • Petite enfance : En Europe aussi, la #parité passe par les crèches | VoxEurop.eu : actualités Europe, cartoons et revues de presse
    http://www.voxeurop.eu/fr/2017/petite-enfance-5121588?xtor=RSS-9

    Triplement bénéfiques, les politiques de petite enfance sont souvent présentées comme un « investissement social » : même si elles sont coûteuses, elles peuvent s’avérer « rentables » en permettant de prévenir les difficultés sociales (décrochage scolaire, pauvreté féminine, chômage, délinquance…) plutôt que d’avoir à les traiter après qu’elles sont survenues, ce qui peut s’avérer encore plus coûteux.

    De même, en permettant aux femmes de mener de meilleures carrières et, donc, d’augmenter leurs revenus sur l’ensemble de leur vie professionnelle, l’Etat peut se rembourser de son investissement via le surcroît de recettes (davantage de cotisations sociales, d’impôt sur le revenu…) que cela engendre pour les finances publiques.


  • Un manuel scolaire écrit à la sauce féministe <— c’est le titre original du Figaro !

    Une belle initiative rapportée par le figaro avec un titre bien dégueulasse (ça pue bien le mépris au Figaro, qui peut imaginer pire que l’expression « sauce féministe »).

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/09/22/01016-20170922ARTFIG00300-un-manuel-scolaire-ecrit-a-la-sauce-feministe.php

    Destiné aux écoliers, il promeut l’écriture « inclusive » ou « genrée » qui féminise tous les noms. On y lit que « grâce aux agriculteur.rice.s, aux artisan.e.s et aux commerçant.e.s, la Gaule était un pays riche ».

    • En plus, je ne cesserai de le répéter, cette écriture est vraiment nulle. On écrit agriculteur-rices, artisan-es, commerçant-es. On ne met des points que pour bloquer, là, ça veut dire qu’on met un mur entre les hommes et les femmes. De plus, reséparer le pluriel bloque la lecture.
      Mettre un trait d’union, comme son nom l’indique unit les deux, garder le s lié à la fin fluidifie la lecture.
      C’est bien la peine que des gens se soient cassés le cul à trouver une écriture correcte et acceptable pour que des ploucs d’éditeurs te collent une écriture de merde !

    • Et le point médian, c’est une alternative mieux que le point classique, non ? ---> point·médian

      Je sais qu’il y a des désaccords (parfois sensibles) sur les modes d’écritures épicènes, ça vaut la peine d’en discuter pour trouver des solutions intéressantes.

    • Aujourd’hui on utilise plutot le point médian que le tiret @perline : agriculteur·rices, artisan·es, commerçant·es.
      Le figaro fait du sabotage et n’est pas capable de faire les points médians d’ou le n’importe quoi de leur article. Sur seenthis on est assez nombeuseux à plouquer avec le point médian.

    • Pour info, voici les propositions d’écriture épicène du Gisti :

      Mixiser l’expression écrite

      Une méthode douce, dite « épicène »

      Le Gisti a décidé de faire en sorte que, dans ses écrits, le masculin ne soit plus systématiquement, comme il est d’usage, le mode d’expression du mixte. Ce qui revient, dans la plupart des cas, à « féminiser » les habitudes d’écriture.

      Il s’agit d’un choix politique cohérent avec les engagements fondamentaux de l’association. Si les principes d’égalité et de non-discrimination valent sur le terrain des origines et des nationalités, ils valent à l’évidence aussi sur celui des sexes et des genres.

      Dans la pratique, cet effort de cohérence politique nécessite de modifier d’abord nos habitudes de pensée (penser le plus égalitairement possible) et ensuite nos pratiques d’écriture. Notre pensée est, en effet, formatée. On prend facilement la mesure de ce formatage en faisant le petit effort d’y réfléchir. Après, l’écriture suit sans trop de difficultés.

      D’autant que la vaste réflexion menée par d’autres depuis plusieurs décennie a permis l’élaboration de certaines méthodes qu’il n’est pas très difficile d’adopter.

      Principes généraux

      1/ Priorité est donnée à la méthode « épicène » (d’origine plutôt québécoise), qui paraît pertinente politiquement, et judicieuse sur le plan rédactionnel. Elle préconise une pensée qui conduit à privilégier dans l’écriture des mots ou des expressions sans marque du féminin ou du masculin–, neutres du point de vue du genre grammatical. La « méthode épicène » a l’avantage de permettre une lecture aisée et fluide alors que l’utilisation systématique d’une typographie correctrice (les « / », « - », etc.) a l’inconvénient de casser certaines habitude de lecture et de rebuter les personnes attachées au formalisme de la langue.

      2/ L’explicitation du sexe social des personnes est cependant recommandée quand elle s’avère particulièrement signifiante (ex : « les étrangers et les étrangères »).

      3/ Enfin, quand cela s’avère nécessaire, il est préconisé d’utiliser le point spécial « · » (plus haut que le point habituel) [à rechercher dans « Caractères spéciaux »].

      Exemple :
      – Les étranger·e·s
      Quelques règles de base de la méthode épicène
      Cette méthode, radicale dans sa conception mais douce à la lecture, pourrait faire consensus et marquer une volonté collective de participer à ce mouvement de fond de visibilité du féminin à égalité, y compris dans le domaine symbolique de l’expression écrite.

      Chaque fois que possible, la méthode épicène privilégie des formes neutres. Au lieu d’écrire « les étrangers », quand il s’agit de l’ensemble des étrangers, on écrira « la population étrangère » (ou équivalent). Ce n’est que pour éviter des répétitions excessives de cette expression qu’on choisira, de temps à autre, d’écrire « les étrangères et les étrangers » (ou l’inverse), mais plus jamais le seul masculin pour parler des deux sexes.

      Pas tout à fait d’ailleurs parce que, quand on a des substantifs des deux genres qui commandent des adjectifs ou des participes passés, l’accord grammatical de ces derniers respecte la règle traditionnelle, celle du masculin pluriel. Il est préférable dans ce cas, pour des raisons d’euphonie, de placer le substantif masculin près de l’adjectif.

      Exemples :
      – Les étrangères et les étrangers sont nombreux.
      – Les nombreux étrangers et étrangères qui manifestaient.....

      Titres et professions
      Il va de soi que la féminisation s’applique systématiquement aux titres, fonctions et professions. On écrit la ministre de l’Agriculture, la juge X, la soldate américaine, la vice-rectrice, la consultante indépendante, la chercheuse, l’auteure et l’écrivaine, une professeure, la députée, une juge, cette agente de change, la fondée de pouvoir.
      On écrit la rectrice (ou Madame la Rectrice si l’on s’adresse à elle), la directrice (ou Madame la Directrice), la rédactrice en chef (ou Madame la Rédactrice en chef), l’ambassadrice de France (Madame l’Ambassadrice) (l’objection qui consiste à faire de l’« ambassadrice » l’épouse de l’ambassadeur ne tient qu’à un usage machiste qui évoluera si on y résiste), la conseillère d’Etat (ou Madame la Conseillère d’État)
      Des outils

      – Répertoire de noms masculins et de noms féminins
      http://66.46.185.79/bdl/gabarit_bdl.asp?Th=1&Th_id=359

      – Liste d’appellations au féminin
      http://www.termium.com/redac-chap?lang=fra&lettr=chapsect9&info0=9.2.8#zz9

      – Lexique de recherche de formes féminines
      http://atilf.atilf.fr/gsouvay/scripts/feminin.exe?3;OUVRIR_MENU=2
      Tapez un substantif au masculin dans une petite fenêtre. Cliquez sur la touche « féminin ». Vous l’obtenez aussitôt.

      – Autre recherche de formes féminines
      Là, c’est un alphabet sous forme de clavier. Tapez la lettre par laquelle commence le mot dont vous recherchez le féminin. Mettons le « B » parce que vous avez des doutes sur « bâtonnier ». Le mot y est parmi 114 autres. Cliquez sur la touche « Validez ». Le mot « bâtonnière » apparaît.
      http://atilf.atilf.fr/gsouvay/scripts/feminin.exe?1;OUVRIR_MENU=2

      Les deux derniers outils ont été conçus par le CNRS et le laboratoire ATILF

      *

      Ce qui est déterminant, c’est, en même temps que l’on écrit, de penser sur le mode mixte. En effet, les coutumes - et la grammaire - de la langue française, en raison notamment de l’inexistence du « neutre », tendent à exclure systématiquement le féminin et à rendre de ce fait les femmes invisibles, ce qui concourt à diffuser une image des rapports sociaux de sexe très inégalitaire. C’est cela qu’il faut s’efforcer de modifier.

    • Sinon pour la photo du bouquin je voie pas de neutre je voie écrit « les romains, les voisins... » en langue masculo-sexiste mais il est mentionné que « les femmes et les hommes inventèrent l’écriture » ce qui est inclusif sans points médians.

    • Merci @reka pour l’écriture épicène - je marque la page ! J’ai fini par comprendre et accepter la nécessité de féminiser les noms, mais j’étais encore rétif à la rugosité des surcharges postfixes mixtes - même celles avec un trait d’union. Je suis ravi de trouver un là un style que je trouve fluide pour aligner mon écriture sur l’évolution de ma pensée. Le #GISTI est plein de bonnes surprises !

    • hello @liotier et oui, il n’est jamais facile de faire des changements, de suivre les évolutions. L’écriture épicène exige un apprentissage, qui n’est pas facile, il faut changer nos réflexes, nos habitudes (et je me rends compte tous les jours que je n’y sis pas encore...), mais le plus important avant ça est de comprendre et de souscrire à l’idée que c’est nécessaire aujourd’hui de le faire.

      C’est d’autant moins facile qu’il y a des résistances qu’il faut aussi combattre ou dépasser. Et les résistances viennent parfois des femmes elles mêmes comme pour ce groupe d’étudiantes qui nous a contacté pour utiliser des cartes et des graphiques sur leur nouveau site consacrés aux « droits de l’Homme ». On a dit qu’on était d’accord, mais on leur a fait remarquer qu’on aimerait mieux que nos travaux soient présentés sur un site qui afficherait « droits humains » plutôt que « droits de l’Homme », mais elles nous on répondu que c’était hors de question parce que l’expression était « Historique », qu’elle faisait « référence aux Lumières » et que ça, c’était intouchable etc... Et le débat s’est arrêté là (hélas). Je pense qu’il est très important de poursuivre le débat et faire évoluer la langue, l’usage de la terminologie (les mots sont importants) et les modes d’écriture.

      Ce que je prépare avec des profs d’histoire géographie à Rouen en 2018

    • C’est bien ce que je dis, c’est pas « straight forward », il faut faire un (petit) effort : point médian, pour le moment c’est

      –> alt+shift+F simultanément, soit une seule action

      point·médian

      Mais je suis sur que parmi nos geeks ici, il y a a une ou un qui trouverait le moyen d’attribuer le point médian à une touche plus pratique sur le clavier qui sert peu ou pas :)

    • dans tout logiciel de traitement de texte, il est possible de programmer une correction automatique en cours de frappe. il suffit de lui programmer une correction automatique qui remplacera toute combinaison de votre choix par un point médian. Par exemple deux double-points consécutifs (ce qui n’arrive jamais en français) «  :: » remplacé par « · »

    • C’est vrai qu’ici c’est peut etre pas mal geek @perline mais le point médian est à la porté de la presse et de l’édition. Si l’usage de ce signe se repend il y aura des claviers adaptés. De toute façon le tirets, points, compressions, usage de vieilles tournures ou de nouvelles, neutralisations par paraphrases, ou invention d’un neutre, toutes initiative est bienvenue. C’est bien de s’approprier la langue française et de la sortir des griffes des académiciens et des psychorigides.

    • Ah, et puis juste pour rire, le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes lui même ne les fait pas ces points totalement ridicules. Parce que ce sont des points et des points ça sépare. C’est une invention d’une tête probablement fort intello, mais tout aussi probablement loin des gens et de leur quotidien cette idée. Le tiret a été adopté il y a des dizaines d’années, comme ménageant l’ensemble, théorique et pratique de la chose, et il faut que des intellos le compliquent juste pour se faire mousser. Et du coup contre la grammaire bi.
      Je ne comprends même pas comment on peut entrer dans ce jeu si on a un tout petit peu de sens commun et de regard du-de la voisin-e.

    • Non mais hu…
      – le point médian n’est pas nouveau,, il y a méga longtemps il était utilisé pour séparer les mots, mais il est utilisé depuis longtemps par plusieurs langues comme le catalan comme une forme particulière de trait d’union
      – il est plus discret qu’un trait d’union
      – les mots composés comme ça sont mieux lus par des outils comme les lecteurs d’écran qu’avec des traits d’union (hashtag accessibilité)
      – il n’est pas déjà utilisé dans la langue française pour d’autres sens, ce qui permet de l’utiliser pour CE sens là précisément sans conflit (hashtag typographie qui a du sens)
      – les « claviers » tous seuls ça n’existe pas : l’écriture se fait grace à un « clavier » (matériel) et une « disposition de touches » (logiciel) configurée sur le système qu’on utilise (Windows, Ubuntu, etc) : tous permettent de choisir une disposition de touches qui ont le point médian avec un raccourci clavier pas spécialement compliqué : chez moi le point « normal » c’est Maj+"point/point virgule" (comme chez à peu près tout le monde en France) => en ajoutant AltGr, ça me fait un point médian (trop duuuur)
      Bref… Et c’est encore moins argumentable pour des « pros » (journalistes, maison d’édition, etc).

    • Ecriture inclusive : le féminin pour que les femmes cessent d’être invisibles

      L’écriture inclusive visant à rétablir la parité dans l’écriture, est au cœur d’une vive polémique. Derrière se cache en réalité un débat sur la #parité et la place du #féminin dans la #langue française et son #invisibilisation progressive à partir du XVIIe siècle.

      Eliane Viennot, historienne et auteure de l’ouvrage Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin, explique que la langue française n’est pas inégalitaire par essence : ce sont les actions menées par des hommes contre l’égalité des sexes depuis le XVIIe siècle, qui ont mené progressivement à l’invisibilisation des femmes.

      https://www.franceculture.fr/societe/ecriture-inclusive-le-feminin-pour-que-les-femmes-cessent-detre-invisi

      #écriture_inclusive

    • Faites progresser l’égalité femmes · hommes par votre manière d’écrire

      L’écriture inclusive désigne l’ensemble des attentions graphiques et syntaxiques permettant d’assurer une égalité des représentations entre les femmes et les hommes.

      Pour faire véritablement changer les mentalités, il faut agir sur ce par quoi elles se construisent : le langage. L’agence Mots-Clés a formalisé trois conventions d’écriture inclusive au sein du Manuel d’écriture inclusive disponible au libre téléchargement et propose de vous accompagner pour conduire ce changement.

      http://www.ecriture-inclusive.fr
      #manuel


  • Sénatoriales : voici la technique des Républicains pour faire un bras d’honneur à la parité
    https://www.marianne.net/politique/senatoriales-voici-la-technique-des-republicains-pour-faire-un-bras-d-honn

    A l’occasion du renouvellement de la moitié du Sénat, prévu pour le dimanche 24 septembre, le parti de droite couvre une bonne vieille manip’, qui a pour objectif de favoriser l’élection de brillants sénateurs… plutôt que de sénatrices. Alors que les listes doivent présenter alternativement un homme et une femme, LR tolère des listes dissidentes dans plusieurs départements. Le rapport avec la parité ? A leur tête, se présentent à chaque fois... des hommes. Pour peu que les grands électeurs répartissent subtilement leurs votes entre les deux listes, deux hommes pourront être élus, à la place d’un sénateur et d’une sénatrice, comme la loi le suggère.

    #sexisme #parité #domination_masculine


  • Le combat d’une Brésilienne jugée pas assez noire pour devenir procureure | Slate.fr
    http://www.slate.fr/story/149217/bresil-combat-une-femme-negritude-combat

    La session de vérification, organisée un mercredi durant les heures de travail, est ouverte au public. Quelques personnes extérieures sont là, mais le gros de l’assistance est composée des candidats en passe d’être inspectés. « On se regardait tous en chien de faïence, à se jauger les uns les autres » précise Araújo. « Tout le monde semblait très mal à l’aise d’être là ». L’un après l’autre, les candidats sont appelés devant cinq experts –« tous preto, aucun pardo »– assis en rang sur une estrade. Lorsque son tour arrive, Araújo, comme tous les autres candidats, leur tend sa carte d’identité et prend place. « Je me suis sentie comme un animal de zoo », dit-elle, tandis qu’ils examinaient son apparence en chuchotant. Selon Araújo, son passage n’aura pas duré plus de trois minutes. Et la seule fois où les vérificateurs lui adresseront la parole, ce sera pour qu’elle leur confirme son nom de famille.

    Les résultats sont ensuite postés sur le site d’admission : treize candidats sont officiellement admis comme noirs ou marron, tandis que neuf voient leur auto-identification rejetée. Araújo fait partie de cette dernière liste. Ce qui signifie qu’elle est non seulement exclue de la procédure d’admission sur quotas, mais qu’elle est aussi disqualifiée pour le poste de procureur. Sur les neuf exclus, huit font appel de la décision. La direction des affaires juridiques de Salvador rejettera non seulement ces appels, mais se tournera vers le Bureau du procureur général pour statuer de l’éventualité de poursuites contre les candidats, accusés d’avoir volontairement menti sur leur identité raciale, ce qui est illégal au Brésil. Six des huit réprouvés –dont Araújo– déposent alors une injonction préliminaire pour voir leur nom regagner la liste d’admission sur quotas. Le 15 août 2016, le ministère de la justice de Bahia statue en faveur d’Araújo.

    Dans une contre-injonction de quarante pages visant à bloquer le retour d’Araújo sur la liste d’admission sur quotas, la direction des affaires juridiques de la mairie de Salvador admet –et la chose est notable– qu’Araújo est bien pardo, mais que sa peau est trop claire pour courir un risque de discrimination.

    #racialisme


  • Les débuts balbutiants d’une députée LREM provoquent la pagaille à l’Assemblée nationale
    http://www.lefigaro.fr/politique/2017/07/25/01002-20170725ARTFIG00269-les-debuts-balbutiants-d-une-deputee-lrem-provoqu

    « C’est le chantier ! » Carole Bureau-Bonnard, nouvelle députée macroniste de l’Oise, devenue vice-présidente de l’Assemblée nationale dans la foulée, a connu mardi après-midi une séance éprouvante. Chargée d’animer l’examen du projet de loi « confiance dans l’action publique », la primo-députée a sombré. Malgré l’aide d’un fonctionnaire de l’Assemblée nationale qui lui soufflait ce qu’elle devait faire, Carole Bureau-Bonnard a dû quitter le perchoir, le président François de Rugy ayant été rappelé en urgence...

    Avant cela, des députés de toutes tendances ont fustigé le manque de tenue de la séance. C’est d’abord le socialiste Olivier Dussopt qui a laissé entendre que la macroniste faisait planer une pression sur les députés du parti majoritaire, invités à voter à mains levées divers amendements : « Les députés lèvent la main ou ne la lèvent pas. Ils peuvent faire le choix de ne pas participer à un vote. Ils peuvent faire le choix de s’abstenir, de se prononcer, mal à l’aise par une disposition ou par conviction du fait de ne pas vouloir adhérer à tel ou tel article. Vous avez appelé le vote deux fois, presque trois (sur un même amendement, NDLR). Soit cette situation ne se reproduit pas. Soit au nom de mon groupe, je serai amené à demander un scrutin public (électronique, NDLR) sur chacun des amendements déposés », a lancé le parlementaire provoquant les applaudissements... de la droite.

    #incompétence
    #novlangue pour les #constructifs
    #parité vu que la dame est là pour les quotas et pas pour son investissement dans la politique et que son comportement sera à coup sur nuisible pour les femmes. Le patriarcat saisi toute occasion de nuire aux femmes, il ne manquera pas celle là.


  • Royaume-Uni. #Parité_salariale : à la BBC, mieux vaut être un homme

    Obligée de publier les salaires de ses dirigeants et animateurs pour la première fois, la BBC se retrouve dans une situation pour le moins embarrassante : les chiffres montrent que les hommes sont payés bien plus que les femmes, provoquant un tollé.

    http://www.courrierinternational.com/article/royaume-uni-parite-salariale-la-bbc-mieux-vaut-etre-un-homme
    #travail #hommes #femmes #genre #inégalités #BBC #journalisme #UK #Angleterre #médias #presse #salaire


  • #Matignon, #Elysée, #ministères... Les cabinets verrouillés du nouveau pouvoir
    https://www.mediapart.fr/journal/france/170717/matignon-elysee-ministeres-les-cabinets-verrouilles-du-nouveau-pouvoir

    En effectif réduit, les cabinets ministériels travaillent désormais en étroite relation avec une administration qu’Emmanuel Macron entend façonner à sa main. Parité, diversité, cursus, parcours politique et professionnel… Malgré les promesses de renouvellement, les personnages de l’ombre du #gouvernement ressemblent à tous ceux qui les ont précédés.

    #France #cabinet_ministériel #conseillers #diversité #Edouard_Philippe #Emmanuel_Macron #ENA #haute_administration #parité


  • https://www.youtube.com/watch?v=Ih5HnS395Hs

    Dans un #gouvernement_représentatif, l’idéal, c’est que les #élus représentent les #citoyens. Or aujourd’hui, on en est encore loin. Forte #abstention, faible représentation des #classes_ouvrières, #parité loin d’être atteinte, etc. Et au centre de la crise : le système de #vote. Alors, n’est-ce pas le moment d’imaginer de nouveaux fonctionnements pour remettre en marche notre #démocratie ?


  • L’inclusion professionnelle à l’heure digitale avec Simplon.co | Observatoire européen de l’Économie sociale
    http://www.ess-europe.eu/fr/bonnepratique/linclusion-professionnelle-lheure-digitale-avec-simplonco

    Ce lundi 5 mars, la chaîne Public Sénat diffusait un nouvel épisode de C’est vous la France, intitulé « Simplon : numérique et solidaire ». Interviews des fondateurs, impressions d’apprenants et témoignages d’anciens élèves nous en apprennent plus sur ce qu’est une formation express et inclusive au coding.

    Simplon, nous vous en parlions précédemment. Start-up d’origine francilienne partie à la conquête du numérique, l’entreprise de l’économie sociale et solidaire propose des formations gratuites de 7 mois à la programmation. Avec une attention toute particulière portée au progrès social, l’entreprise-école forme des populations restées à l’écart du marché du travail et s’applique à respecter la parité hommes-femmes. Simplon, en somme, c’est la conviction que la nouvelle économie est l’opportunité à saisir d’une société plus inclusive.

    Simplon, on y parle code, y mange code et y rêve code à la manière des bootcamps américains. La solidarité en plus.

    Un documentaire à voir, vraiment !

    Simplon : Numérique et solidaire | Public Senat
    https://www.publicsenat.fr/emission/c-est-vous-la-france/simplon-numerique-et-solidaire-54668

    #formation #parité #ESS #pas_tous_pourris


  • Les grandes gueules du Grand Conseil
    http://longforms.tdg.ch/grandconseil

    « Une femme ne s’exprime que si c’est utile »

    Surreprésentés, les députés masculins parlent aussi 27% plus longuement que les femmes en moyenne. Cet écart s’accentue dans tous les partis sauf chez les Verts et l’UDC, qui contrebalancent la tendance générale. Chez les Verts, seul parti à atteindre la parité, les élues s’expriment plus que les hommes. L’UDC ne compte plus de femme au Grand Conseil, mais Christina Meissner, avant d’être exclue de son groupe, parlait plus que la moyenne.

    Hommes-femmes : qui parle le plus par parti

    Dans la plupart des partis, les femmes s’expriment moins que les hommes, même en divisant le nombre de mots par le cumul du nombre de présences des hommes et des femmes.

    #politique #femmes #parole #parité #suisse #visualisation


  • #Gouvernement, #parité et illusions | Les Nouvelles NEWS
    http://www.lesnouvellesnews.fr/gouvernement-parite-et-illusions

    A l’époque du premier gouvernement formé par Nicolas Sarkozy elles cumulaient le critère « #femme » et « issue de la #diversité ». Cette fois-ci, elles cumulent « femme » et « #société_civile » et « #renouvellement ». Comme ça les vieux (ou jeunes) briscards de la politique en costume cravate peuvent occuper l’autre moitié du terrain.


  • Appel : Un président à combattre - FRUSTRATION
    http://www.frustrationlarevue.fr/president-a-combattre-demantelement-code-travail-prevu-cet-ete

    si l’on entend souvent que « des gens sont morts pour qu’on puisse voter » – alors qu’ils ont plutôt donné leur vie pour la démocratie et la liberté que pour la mascarade présidentielle –, il faut aussi se rappeler que par contre des gens sont morts pour notre droit du travail

    • Parce qu’Emmanuel Macron n’est pas un simple héritier de François Hollande. Il est l’émanation de tout ce qui était antisocial, antidémocratique et autoritaire chez lui, et l’abandon de tout ce qui le rattachait fictivement à « la gauche ». Ce qu’il prévoit est la concrétisation violente et radicale de ce qui se faisait hypocritement et par petites touches sous la présidence de Hollande : la conversion de notre société au modèle néolibéral (baisses d’impôts massives sur le capital, réductions des cotisations sociales) et la destruction progressive de notre modèle social (flicage des chômeurs, réduction à marche forcée des déficits), sous prétexte de sa « nécessaire adaptation » aux enjeux contemporains. En réalité, c’est de son adaptation aux désirs des possédants qu’il s’agit et le nouveau président a d’ailleurs prévenu : il ira vite, pour ne pas connaître les mêmes déconvenues que ses prédécesseurs.

      Ses opposants, qui sont déjà majoritaires dans la population, le savent. Et c’est pour cela qu’ils s’organisent, qu’ils manifestent préventivement, qu’ils diffusent, comme nous le faisons, le plus d’informations possibles sur le danger public que constitue ce nouveau président. C’est pourquoi, habités nous aussi par le sentiment d’urgence que provoque l’arrivée de cet homme investi du contentement des plus puissants, nous donnons à nos lecteurs des informations sur le premier projet du président, celui qu’il compte imposer dès cet été, et par ordonnances. Il s’agit de trois textes de loi relatifs au droit du travail, qui ont pour objectif de « simplifier la vie » des chefs d’entreprise et qui vont contribuer à dégrader nettement celle des salariés.

      1 – Adieux les conventions collectives : l’inversion de la hiérarchie des normes étendue

      2 – La fusion des instances de représentation du personnel : Retour à 1906

      3 – Licencier le cœur léger : le plafonnement des dommages et intérêts aux Prud’hommes

      Or, cela ne sera possible que si son mouvement En Marche !, rebaptisé La République en marche ! (LREM) pour sa mutation en parti ordinaire, obtient la majorité aux élections législatives de juin. Pour autant, si nous informons autour de nous de la nature de ces projets, du cadeau qu’ils constituent pour le patronat et de la régression matérielle immense que cela constitue pour le pays ( car, si l’on entend souvent que « des gens sont morts pour qu’on puisse voter » – alors qu’ils ont plutôt donné leur vie pour la démocratie et la liberté que pour la mascarade présidentielle –, il faut aussi se rappeler que par contre des gens sont morts pour notre droit du travail ), alors le président pourrait bien se retrouver paralysé face à la rue et un Parlement insoumis.

      #résistance

    • #Désintox – parité et droits des femmes : hypocrites !

      Emmanuel Macron avait promis de faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une grande cause nationale. Et pourtant, la parité de son gouvernement est très artificielle.

      Si arithmétiquement on compte le même nombre d’hommes que de femmes, les ministères les plus importants et puissants ont un homme à leur tête. C’est le cas de l’Intérieur, de l’Économie, des affaires étrangères et de la justice notamment. Seule une femme est nommée à la tête d’un ministère régalien, en la personne de Mme Goulard à la Défense. Aucune femme ne figure parmi les trois ministres d’État, les plus importants dans l’ordre protocolaire.

      Enfin, Macron trahit sa promesse, faite le 28 avril dernier, de créer un « ministère plein et entier des Droits des femmes ». Un simple secrétariat d’État, rattaché au Premier ministre, est seulement mis en place !

      L’égalité demeure un concept mal compris de notre nouveau président.

      #parité #hypocrisie


  • Un jeu concours d’Escambiar : il faut reconnaitre au moins 7 des 8 portraits de « grandes figures » proposés dans ce clip de Claude Sicre, et les 50 premiers ont des trucs à gagner, au choix. Il y a quatre femmes et quatre hommes (#parité).

    Je n’en ai que 4 sur 8 pour l’instant (2 femmes et 2 hommes d’ailleurs). :(
    Si vous avez des indices… :p

    Il faut suivre le lien dans une autre page pour arriver pile à l’endroit des têtes (seenthis ou oembed ne gère pas le param de temps).

    https://www.youtube.com/watch?v=cj7fxyUdTos?t=119

    #Escambiar #Claude_Sicre #jeu


  • Parité en politique : comment ses opposants se justifient encore aujourd’hui
    Hormis Marine Le Pen qui s’y est dite hostile, tous les candidats à la présidentielle font mine de la promouvoir. En pratique, on retrouve chez de nombreux dirigeants les mêmes arguments pour justifier le contournement de la loi adoptée il y a 17 ans.
    https://christinedelphy.wordpress.com/2017/04/09/parite-en-politique-comment-ses-opposants-se-justifient-e
    #parité