• Covid-19 : « Le passeport vaccinal européen, une idée au mieux prématurée, au pire irréfléchie »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/01/26/covid-19-le-passeport-vaccinal-europeen-une-idee-au-mieux-prematuree-au-pire

    L’idée d’accorder des privilèges spéciaux aux personnes vaccinées prend de l’ampleur en Europe. Proposé pour la première fois par le premier ministre grec, Kyriakos Mitsotakis, et soutenu par des dirigeants politiques d’autres pays à destination touristique, un « passeport vaccinal » à l’échelle de l’Union européenne (UE) viserait à faciliter les voyages dans l’ensemble de l’Union dans les mois à venir. Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, le considère comme une « exigence médicale » nécessaire pour maintenir les frontières ouvertes. Or, une telle mesure semble tout au mieux prématurée, et au pire irréfléchie. Reposant sur une logique fondamentalement erronée, tant juridique et territoriale que scientifique, elle produirait en effet une série de conséquences inattendues. De plus, plutôt que d’unir l’Europe – en assouplissant les restrictions de déplacement –, ce passeport vaccinal ne ferait que créer de nouvelles frontières, entre personnes « saines » et « contagieuses ».
    Premièrement, un tel certificat reposerait sur l’hypothèse que, vaccinés, les voyageurs ne seraient plus porteurs du virus. Les données scientifiques actuellement disponibles suggèrent toutefois que si les vaccins contre le Covid-19 arrêtent les symptômes, ils ne stoppent pas entièrement la transmission du virus et ne font que la ralentir. Par conséquent, la justification scientifique qui sous-tend cette proposition semble discutable.
    Importantes différences géographiques. Mais ce n’est pas seulement la science qui lui fait défaut. En subordonnant la libre circulation dans l’UE à la vaccination, la proposition part du principe que tout un chacun dispose de l’égalité d’accès aux vaccins. Nous savons pourtant très bien que ce n’est pas le cas. Le déploiement très différencié des campagnes de vaccination entre Etats membres rend aujourd’hui certains ressortissants plus susceptibles d’être vaccinés que d’autres : ainsi, les Danois seraient plus libres de circuler que les Français, les Allemands le seraient bien avant les Néerlandais, etc. Il y a également d’importantes différences géographiques au sein des Etats membres : les personnes vivant en dehors des grandes zones urbaines sont moins susceptibles d’avoir accès aux vaccins, et des disparités existent entre régions dans l’organisation de la première vague de vaccinations. Outre le « tri » des Européens en fonction de leur résidence territoriale, il existe aussi des différences importantes entre les Etats membres quant à leur stratégie de vaccination. Au-delà de la priorité accordée – à juste titre – aux groupes les plus exposés, tels que le personnel médical et les personnes âgées (ce qui crée en soi une inégalité intergénérationnelle), chaque Etat membre est libre de choisir les prochaines catégories de personnes concernées : les enseignants, les travailleurs des transports… Notons, au passage, que la définition des catégories de de travailleurs « essentiels » ou « de première ligne » n’est pas homogène au sein de l’UE.En outre, qu’en est-il des Européens dont le statut officiel, pour une raison ou une autre, ne correspond pas à leur lieu de résidence ou à leur citoyenneté actuelle ? Il s’agit ici des millions de migrants intra-européens et des autres millions de résidents irréguliers dans l’espace européen. Tous ces individus seront probablement exclus de la vaccination, au moins au cours des premiers mois, ce qui risque de mener à la création d’un marché noir des vaccins. En l’absence d’un accès public équitable, la demande privée pour le vaccin augmentera très probablement, notamment de la part des Européens mobiles.Compte tenu de ces diverses inégalités à toutes les échelles qui caractérisent l’accès actuel aux vaccins, la Commission européenne devrait plutôt collaborer plus étroitement avec les Etats membres, afin d’éliminer progressivement ces fractures et d’empêcher l’émergence d’un marché noir. Plutôt que de proposer un passeport vaccinal européen, l’accent devrait être mis sur la sécurisation de nouveaux stocks de vaccins et leur distribution équitable (interdiction de constituer des stocks nationaux et du « nationalisme vaccinal »), tout en trouvant des moyens de continuer à soutenir les Etats membres qui accusent un retard dans leur campagne de vaccination. Les objectifs de vaccination qui viennent d’être proposés par la Commission dessinent à cet égard une voie positive. Qu’il s’agisse du tourisme ou d’autres secteurs, le passeport vaccinal ne devrait pas être perçu comme une panacée pour les industries en difficulté. L’ouverture sélective des frontières au cours de l’été 2020, qui visait à sauver les destinations touristiques, n’a mené qu’à d’importants taux d’infection, causant de nouvelles zones d’inégalité pandémique, quand les destinations du sud de l’Europe, déjà confrontées aux difficultés de leurs systèmes de soins, étaient exposées à des vacanciers venus de tout le continent. Il est significatif que même le gouvernement grec, un des principaux partisans de la proposition, s’en soit finalement distancié, à travers une récente déclaration du ministre du tourisme, Haris Theocharis, notant qu’un certificat de vaccination « ne serait pas une condition préalable pour que quelqu’un se rende en Grèce ». La pandémie de Covid-19 a eu des effets profondément inégaux dans l’ensemble de l’UE, touchant certains endroits et certaines populations beaucoup plus durement que d’autres. Au lieu de contribuer à créer davantage d’inégalités par un mécanisme d’exclusion – ce qui serait le cas de ce certificat vaccinal –, l’UE devrait plutôt concentrer ses efforts sur le dépassement de ces inégalités. Le passeport peut sembler être une bonne solution pour gérer le risque pandémique, mais, comme pour toutes les formes de gouvernance des risques de nature biosécuritaire, il est fondé sur le profilage des individus. Un profilage qui, en l’espèce, a moins à voir avec le risque viral réel qu’à l’accès à un privilège.
    Alberto Alemanno, professeur à HEC Paris, titulaire de la chaire Jean-Monnet en droit européen, fondateur du mouvement citoyen The Good Lobby ; Luiza Bialasiewicz, professeure en gouvernance européenne au département d’études européennes de l’université d’Amsterdam.

    #Covid-19#migrant#migration#ue#sante#biosecurite#inegalité#vaccination#passeportvaccinal#gouvernance#droit#profilage#circulation

  • Un couteau suisse sanitaire pour voyager au temps du covid-19
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2021/01/22/un-couteau-suisse-sanitaire-pour-voyager-au-temps-du-covid-19_6067251_450005

    Alors que la campagne globale de vaccination vient de commencer, le secteur du tourisme et du transport rêve d’un retour à la normalité. Au printemps 2020 déjà, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Chine, les gouvernements envisageaient la création de certificats immunitaires qui seraient attribués aux personnes ayant déjà eu le Covid-19 pour leur permettre de se déplacer.Testée fin 2020 lors de deux vols sur Cathay Pacific Airways et United Airlines, cette solution sera adoptée d’ici à fin janvier par six autres compagnies.Avec l’arrivée des vaccins, le débat a repris de plus belle. Mais, si l’idée d’un passeport attestant la vaccination contre le Covid-19 est soutenue par la Commission européenne et certains Etats membres dont l’économie repose sur le tourisme (la Grèce, Malte…), le gouvernement français, lui, est « très réticent ». Le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, Clément Beaune, estime même que la question n’a pas besoin d’être abordée au programme du prochain conseil européen.Un passeport vaccinal au format numérique, c’est en tout cas la solution technologique qu’a mise au point la fondation genevoise à but non lucratif The Commons Project. Née il y a deux ans, avec l’ambition de « créer des plateformes digitales pour le bien commun », elle a lancé, en décembre 2020, en partenariat avec le Forum économique mondial (FEM), une nouvelle application pour téléphones Android et iOS, CommonPass, qui pourrait aider à résoudre l’épineuse équation des déplacements au temps du Covid-19.
    Sur le papier, le concept est simple. L’utilisateur télécharge gratuitement l’application sur son téléphone. Celle-ci lui indique les règles sanitaires en vigueur dans le pays où il souhaite se rendre. Si un vaccin ou un test est requis, il est invité à se rendre dans un centre de santé partenaire (CommonPass en compte à ce jour 350 aux Etats-Unis) qui enverra directement les résultats sur le téléphone du patient. Grâce à un QR code, ceux-ci seront accessibles aux autorités – aéroportuaires, par exemple. Testée fin 2020 lors de deux vols sur Cathay Pacific Airways et United Airlines, cette solution sera adoptée d’ici à fin janvier par six compagnies aériennes sur certaines destinations.A la différence des autres applications existantes (Apple Health App, IBM Digital Health Pass), l’équipe de CommonPass se targue d’avoir conçu une architecture « où il n’y a rien à hacker ». Ce point est loin d’être anodin. Car, comme pour les applications de traçage, il faut pouvoir garantir aux utilisateurs que leurs données seront protégées. C’est d’ailleurs cette dimension que souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS), contactée par Le Monde : « Au-delà des considérations scientifiques, il existe des aspects éthiques, juridiques et de droits de l’homme liés à la confidentialité des données personnelles et au secret médical. »
    Inspirée des « cartes jaunes » (ces certificats internationaux de vaccination ou de prophylaxie) mises au point par l’OMS à la fin des années 1960, qui concernaient le choléra, la peste, la vérole et la fièvre jaune, l’équipe de CommonPass a eu l’idée de l’appliquer au Covid-19 dès avril 2020. En Afrique de l’Est, la fermeture des frontières pour cause de pandémie avait entraîné des dizaines de kilomètres d’embouteillages de camions, pénalisant les pays sans accès à la mer, qui devenaient tributaires des livraisons de nourriture et de médicaments en provenance des grands ports. « Seuls les chauffeurs dont le test était négatif pouvaient traverser la frontière », explique Thomas Crampton, responsable marketing et communication de la fondation. Mais ces tests prenaient du temps, les chauffeurs attendaient ensemble, il arrivait qu’ils se transmettent le virus. A ce moment-là, on s’est dit qu’il faudrait un genre de “passe santé” pour pouvoir traverser les frontières. »Dans un premier temps, l’équipe de la fondation a l’idée d’intégrer la variable Covid-19 dans une application existante, destinée au suivi régional des marchandises. En juillet, elle organise une première réunion pour préparer le projet. Plus de cinquante pays sont à la table : des ministres de la santé, des compagnies aériennes, d’autant plus enthousiastes que le projet est à but non lucratif. Payant pour les compagnies aériennes, le service restera gratuit pour les utilisateurs, et le modèle économique, sans actionnaires. « On ne fait pas ça pour devenir une licorne [une start-up valorisée à plus de 1 milliard de dollars] mais pour aider le monde à résoudre le problème du Covid », résume Thomas Crampton.
    Paul Meyer, spécialiste de technologie de la santé, s’est entouré de cadors pour le projet de sa fondation, lancée en 2019 grâce à une bourse de la Fondation Rockefeller. Parmi les cofondateurs, l’épidémiologiste américain Brad Perkins, qui fut pendant vingt ans chef de l’innovation des centres de prévention et de contrôle des maladies (CDC), la plus haute institution sanitaire aux Etats-Unis – il a notamment travaillé sur l’anthrax et le virus Ebola. Ainsi qu’Alan Warren, un ingénieur qui a travaillé douze ans au développement de Google Docs et Drive. Conçue pour supporter 100 millions d’utilisateurs simultanément, Common­Pass est désormais soutenue par une large coalition d’acteurs de la santé et de la technologie.

    #Covid-19#migration#migrant#passeportvaccinal#sante#circulation#frontiere#technologie

  • Vaccine passports essential for resumption of international travel | Flights | The Guardian
    http://www.theguardian.com/travel/2021/jan/22/vaccine-passports-essential-for-resumption-of-international-travel-says
    https://i.guim.co.uk/img/media/32e11ea6e2aa2fd6033c1c8e4077939bd7214f06/0_44_4996_2998/master/4996.jpg?width=1200&height=630&quality=85&auto=format&fit=crop&overlay-ali

    The World Tourism Organisation says international coordination, standardised certification and harmonised testing protocols all needed for safe travel to restart. In future, passengers may have to prove they’ve been vaccinated before boarding a flight.Vaccine passports must become essential travel documents in order to restart international tourism.The recommendation comes from the Global Tourism Crisis Committee, which met in Madrid this week to discuss measures to ensure the safe resumption of international travel. It called for international health and travel bodies to step up the coordination of a standardised digital certification system, as well as harmonised testing protocols.The meeting, organised by the World Tourism Organisation (UNWTO), took place against a backdrop of rising coronavirus cases and new strains of the virus prompting the UK to shut down all travel corridors, require all arrivals into the UK to quarantine and a total ban on arrivals from South America and Portugal.
    The UNWTO secretary-general, Zurab Pololikashvili, said: “The rollout of vaccines is a step in the right direction, but the restart of tourism cannot wait. Vaccines must be part of a wider, coordinated approach that includes certificates and passes for safe cross-border travel.”
    Dr Richard Dawood, a specialist in travel medicine at the Fleet Street Clinic in London, said proof of vaccination in order to travel is inevitable. “It won’t really be our choice – [vaccine passports] will de facto be a requirement by individual countries to prove immunity.” He said existing international health regulations, for example the requirement for yellow fever certificate to enter certain countries, means the framework for a global approach already exists. “The ground work has been laid.” The issue will be around how to implement a secure system. “At the moment people in the UK are given a bit of paper once they’ve been vaccinated. It’s not exactly secure. There needs to be some fair consideration at some point to how we will keep records of vaccinations without burdening the NHS. [For health passports to work] we need a way to authenticate vaccines.”

    #Covid-19#migration#migrant#sante#passeportvaccinal#nhs#grandebretagne#tourisme

  • L’aérien, le rail et le maritime freinés par les dispositifs sanitaires
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/20/l-aerien-le-rail-et-le-maritime-freines-par-les-dispositifs-sanitaires_60669

    Un an après le début de la propagation mondiale du Covid-19, la France a décidé de se claquemurer. Depuis le 18 janvier, les conditions d’entrée et de sortie de la métropole ont été durcies. Test PCR négatif et « septaine » d’isolement sont désormais exigés pour franchir les frontières de l’Hexagone. Un tour de vis très mal vécu par les compagnies aériennes et les gestionnaires d’aéroports déjà très affaiblis par près de dix mois de pandémie. Avec un transport aérien quasi à l’arrêt, la fréquentation des aéroports parisiens s’est effondrée de 69,4 %, a indiqué, lundi 18 janvier, le Groupe ADP. Les plates-formes de Roissy-Charles-de-Gaulle et d’Orly n’ont accueilli en 2020 que 33,1 millions de passagers, contre 108 millions en 2019 – année record, il est vrai.
    En 2021, le Groupe ADP table sur un trafic en repli de 45 % à 55 % par rapport à 2019. Avec une petite reprise de l’activité en deux temps, au printemps, d’abord, puis plus fortement en été. Mais la tendance observée en décembre invite déjà à la prudence. Roissy et Orly n’ont accueilli que 2 millions de passagers, en recul de 75,7 % par rapport à décembre 2019. Les compagnies aériennes françaises avaient pourtant remis une partie de leur flotte d’appareils en activité pour transporter les touristes de Noël vers les Antilles et La Réunion. Air France opère par exemple trois vols par jour vers la Martinique et presque autant vers la Guadeloupe.La compagnie nationale et ses concurrentes voient donc d’un très mauvais œil la décision des autorités de la Martinique et de la Guadeloupe d’obliger les voyageurs à faire un test PCR, suivi de sept jours d’isolement à leur arrivée aux Antilles. Ces dispositions interviennent au plus mauvais moment. « Juste quand les touristes recommençaient à voyager », se désole Marc Rochet, président du groupe Dubreuil Aéro (Air Caraïbes, French Bee). « Les DOM sont, avec l’Afrique, le deuxième foyer de résilience du trafic pour le long-courrier », indique un cadre dirigeant d’Air France. M. Rochet prévoit déjà que « le trafic va forcément chuter ». Selon lui, « il n’y a pas encore d’annulations significatives, en revanche, les ventes de billets freinent fortement ».
    Pour relancer l’activité, l’Association internationale du transport aérien (IATA) demande l’instauration d’un carnet de vaccination numérique paneuropéen. Un document qui permettrait de voyager librement en Europe sans devoir subir un test PCR. Une initiative soutenue par deux compagnies du Golfe, Emirates et Etihad, qui ont commencé à tester l’application Travel Pass développée par IATA.Sur mer aussi, les mesures sanitaires freinent le redémarrage de l’activité. Les compagnies de ferrys, déjà frappées par deux confinements, des quarantaines et le Brexit, pour celles qui desservent le Royaume-Uni, ne voient toujours pas la fin de la tempête qui menace de les engloutir. Alors la création d’un passeport sanitaire et les contrôles renforcés aux frontières posent question… « Le passeport vaccinal ne doit surtout pas être considéré comme la panacée », prévient Pierre-Antoine Villanova, directeur général de Corsica Linea, qui prône une « approche équilibrée » entre enjeux sanitaires et économiques.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#passeportvaccinal#economie#transport#circulation##frontiere#vaccination

  • Passeport vaccinal : le débat ne fait que commencer en Europe
    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/01/20/passeport-vaccinal-le-debat-ne-fait-que-commencer-en-europe_6066925_3244.htm

    Il est urgent d’attendre, tant le sujet est politiquement miné et porte en lui les germes de nouveaux débats entre Européens. Mais les Vingt-Sept ne pourront pas totalement s’en abstraire même s’ils essaieront, lors de la réunion en visioconférence de leurs chefs d’Etat et de gouvernement, prévue jeudi 21 janvier, de ne pas se déchirer sur la question du passeport vaccinal. Dans la mesure où les campagnes de vaccination contre le Covid-19 en sont encore à leurs débuts et où, à ce stade, on ne sait toujours pas dans quelle mesure le vaccin limite la contagion, ils devraient donc renvoyer les chapitres les plus éruptifs de la discussion à plus tard.
    Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le « passeport vaccinal », qui faciliterait les voyages pendant la pandémie de Covid-19, ne convainc pas tout le monde
    Cela fait plusieurs semaines que la Commission européenne travaille sur cette piste, mais, mardi 12 janvier, le premier ministre grec a décidé de porter le débat sur la scène publique. Dans un courrier adressé à Ursula von der Leyen, la présidente de l’exécutif communautaire, Kyriakos Mitsotakis a en effet appelé l’Union européenne (UE) à adopter un certificat « standardisé » de vaccination. « Les personnes vaccinées devraient être libres de voyager », écrit le dirigeant conservateur. Avant de poursuivre : « Pour des pays comme la Grèce, qui dépendent du tourisme, il est impératif que ce problème soit résolu avant la saison estivale. »Alors que la montée des infections dans certains pays et la propagation des variants se traduisent par des restrictions supplémentaires aux frontières intérieures de l’UE, Athènes n’est pas seule à prôner l’instauration d’un tel certificat. Son initiative a d’ores et déjà reçu le soutien, plus ou moins explicite, de plusieurs Etats, notamment de ceux dont l’économie est très tournée vers le tourisme, comme l’Espagne, Malte, ou le Portugal. Mais pas seulement : le Danemark et la Pologne, qui ont pour leur part déjà commencé à délivrer des passeports vaccinaux à leurs citoyens, y sont aussi très favorables.
    Ceci étant dit, la proposition de Kyriakos Mitsotakis rencontre également des oppositions vives. Comme en Roumanie, où le président Klaus Iohannis « ne pense pas que ce soit une bonne idée », car « cela diviserait la population européenne en deux ». Ou en France, où Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux affaires européennes, a très vite fait entendre ses réticences. « C’est un débat qui n’a pas lieu d’être et ce serait choquant, alors qu’on débute partout cette campagne de vaccination en Europe, qu’il y ait des droits plus importants pour certains que pour d’autres », a-t-il lancé, le 17 janvier, sur Franceinfo. « Quand l’accès au vaccin sera généralisé, ce sera un sujet différent », a-t-il précisé.

    #Covid-19#migrant#migration#ue#sante#passeportvaccinal#circulation#frontiere#tourisme#droit#economie#vaccination

  • Passeport vaccinal : qui est pour ou contre ? - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2021/01/18/passeport-vaccinal-qui-est-pour-ou-contre_1817885

    Instaurer un passeport vaccinal pour pouvoir voyager ou aller au restaurant ? L’idée fait doucement débat, à l’heure où les campagnes de vaccination anti-Covid-19 s’accélèrent à travers le monde. L’association internationale du transport aérien (Iata), est l’une des premières à avoir évoqué le sujet, pour tenter de relancer le secteur de l’aéronautique très touché par la pandémie. A quoi pourrait servir ce laissez-passer sanitaire ? Qui pourrait en bénéficier ? Qu’en pensent les Français ? Les autorités françaises et étrangères l’envisagent-elles ? Explications.
    Qu’est-ce que le passeport vaccinal ?Il s’agit d’un document qui serait délivré aux personnes vaccinées contre le Covid-19. Il permettrait de voyager librement et d’avoir accès aux restaurants, bars et lieux culturels. Ce passeport serait similaire au « carnet jaune ». Ce document qui atteste qu’une personne est vaccinée contre la fièvre jaune, indispensable pour se rendre dans certains pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine. Il répertorie aussi d’autres vaccins obligatoires comme celui contre la rage ou la rougeole.
    La France est-elle favorable à son instauration ?La plupart des Français souhaitent la création de ce passeport, selon un sondage de l’Ifop publié samedi. D’après l’enquête, 62% des personnes interrogées sont favorables à sa mise en place pour voyager à l’étranger et 52% afin d’utiliser les autres transports en commun. Près de 60% le sont pour visiter les plus fragiles en Ehpad et à l’hôpital. Cependant, seuls 45% des Français souhaiteraient que le vaccin soit obligatoire pour accéder aux commerces, et 50% aux collèges et lycées. Pour le moment, le gouvernement est réticent quant à l’idée de mettre sur place ce passeport sur son sol. C’est ce qu’a indiqué Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, invité sur Franceinfo, dimanche. « Ce n’est pas notre conception de la protection et de l’accès aux vaccins […]. C’est une idée sur laquelle la France considère qu’on ne doit pas ouvrir le débat maintenant. Quand l’accès au vaccin sera généralisé, ce sera un sujet différent. »
    #Covid-19#migrant#migration#sante#passeportvaccinal#france#ue#circulation

    France assos santé s’y oppose

    France assos santé, une organisation qui représente les patients et défend les usagers du système de santé, est contre l’instauration de ce passeport vaccinal. « Le gouvernement a choisi de ne pas rendre la vaccination obligatoire. Or un passeport vaccinal reviendrait à rendre la vaccination obligatoire », a expliqué Catherine Simonin, membre du conseil d’administration de l’association et de la commission transparence de la Haute Autorité de santé, au journal la Dépêche.
    Qu’en pense-t-on à l’étranger ?

    L’Union européenne est divisée sur la question. Le chef du gouvernement grec, Kyriákos Mitsotákis, a appelé mardi les Vingt-Sept à adopter un certificat « standardisé » de vaccination pour donner un coup de pouce au secteur du tourisme. La Grèce a déjà créé son propre certificat sanitaire destiné à prouver que l’on a été vacciné. Certains Etats européens sont rigoureusement opposés à ce passeport comme les Pays-Bas ou la France. Pour Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, le passeport vaccinal est un « impératif médical ». Un avis que partage Israël qui s’apprête à créer un « passeport vert » pour les vaccinés, afin de leur permettre d’accéder aux restaurants et lieux publics dans le pays. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est, quant à elle, opposée à la mise en place d’un tel document à l’échelle planétaire. Sa circulation pourrait créer des inégalités entre les pays. D’après Amnesty International, dans les pays pauvres, seulement une personne sur dix aura accès à la vaccination en 2021.

  • Covid-19 : le gouvernement français « très réticent » à l’idée un passeport vaccinal pour voyager en Europe
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/01/17/covid-19-le-gouvernement-reticent-sur-un-passeport-vaccinal-europeen_6066574

    Covid-19 : le gouvernement français « très réticent » à l’idée un passeport vaccinal pour voyager en EuropePour le secrétaire d’Etat aux affaires européennes, Clément Beaune, ce débat « n’a pas lieu d’être » alors que la campagne de vaccination ne fait que commencer.Le premier ministre grec a appelé mardi l’UE à adopter un certificat « standardisé » de vaccination pour donner un coup de pouce à l’industrie du tourisme.Le premier ministre grec a appelé mardi l’UE à adopter un certificat « standardisé » de vaccination pour donner un coup de pouce à l’industrie du tourisme. « Nous sommes très réticents. » Le gouvernement est plus que sceptique sur la mise en place d’un passeport vaccinal européen et estime que la question ne doit pas être au menu du Conseil européen de la semaine prochaine, a déclaré, dimanche 17 janvier, Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux affaires européennes. « Si on parle d’un papier, un document qui vous autorise à voyager en Europe, je crois que c’est très prématuré », a-t-il dit sur Franceinfo.« Ce n’est pas notre conception de la protection et de l’accès aux vaccins », a ajouté le secrétaire d’Etat aux affaires européennes. « C’est une idée (…) sur laquelle la France considère qu’on ne doit pas ouvrir le débat maintenant. Quand l’accès au vaccin sera généralisé, ce sera un sujet différent », a insisté Clément Beaune.
    Le chef du gouvernement grec, Kyriakos Mitsotakis, avait appelé mardi l’Union européenne à adopter un certificat « standardisé » de vaccination pour donner un coup de pouce à l’industrie du tourisme, terrassée par la pandémie due au coronavirus. La Grèce a déjà mis au point son propre certificat sanitaire destiné à prouver que l’on a été vacciné. « Même si nous n’allons pas rendre la vaccination obligatoire ou en faire une condition préalable en cas de déplacement, les personnes vaccinées devraient être libres de voyager », a ainsi estimé le premier ministre grec dans une lettre adressée à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.Selon cette dernière, la Commission européenne est favorable à cette idée qui divise les Vingt-Sept (Malte y est par exemple favorable, tandis que les Pays-Bas sont plus réticents). Ursula von der Leyen évoque pour sa part un « impératif médical ». A l’inverse, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’y est déclarée opposée « pour le moment » à l’échelle planétaire.
    Clément Beaune a par ailleurs évoqué la situation des travailleurs frontaliers – 350 000 Français selon lui. « Nous envisageons de renforcer au sein de l’espace européen les mesures de contrôle », a-t-il dit, assurant qu’il n’y aurait pas de fermeture des frontières de l’espace Schengen. « On vérifie aussi le type de tests que l’on peut exiger. On réfléchit à une liste de tests antigéniques qui seraient reconnus partout en Europe. Aujourd’hui ce n’est pas encore le cas. »Six Français sur dix se disent favorables à la vaccination obligatoire pour prendre un avion à destination de l’étranger ou rendre visite à une personne vulnérable dans un Ehpad ou un hôpital, selon le sondage Ifop réalisé pour Le Parisien Dimanche. Toujours selon l’Ifop, les Français sont aujourd’hui 54 % à souhaiter se faire vacciner, une hausse de 15 points par rapport à un précédent sondage le 29 décembre.

    #Covid-19#migrant#migration#ue#france#grece#sante#oms#circulation#certificatvaccination#passeportvaccinal#travailleurtransfrontalier#tourisme

  • Le « passeport vaccinal », qui faciliterait les voyages pendant la pandémie de Covid-19, ne convainc pas tout le monde
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/01/12/covid-19-gouvernements-et-acteurs-du-tourisme-divises-sur-l-opportunite-d-un

    « Jab and go » (« vaccine-toi et pars ») : la promesse affichée par la compagnie Ryanair dans une campagne de communication au Royaume-Uni semble, en ce mois de janvier, un peu hâtive, au point de faire l’objet d’une enquête du « gendarme » britannique de la publicité. Mais elle traduit l’espoir d’une partie de l’industrie du tourisme : que le vaccin rende de nouveau le voyage accessible, avant même l’extinction de la pandémie de Covid-19. Les contraintes posées par les Etats – du test PCR négatif jusqu’à la fermeture stricte des frontières – sont aujourd’hui considérées comme le principal frein aux voyages internationaux. Avant même la validation du vaccin de Pfizer-BioNTech par les autorités sanitaires, l’idée d’un « passeport vaccinal » permettant à chacun de se déplacer librement a fait son chemin dans l’esprit des acteurs touristiques.
    « Cela nécessite de nombreuses clarifications, mais ce serait l’opportunité de redonner une perspective de long terme pour la clientèle, car l’organisation d’un voyage ne se fait pas en dernière minute », estime Eric Dresin, secrétaire général de l’Association européenne des agents de voyages et des tour-opérateurs.Les partisans de cette idée rappellent l’existence du « carnet jaune », le certificat de vaccination de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) exigé à l’entrée de plusieurs pays d’Afrique. Les scientifiques y sont plus ouverts qu’au « certificat d’immunité », qui aurait concerné les personnes déjà touchées par le Covid-19.D’ici à six mois, lorsque le passeport vaccinal pourrait connaître une application concrète, les connaissances scientifiques seront plus solides quant à la durée de l’immunité conférée par la vaccination, son effet sur la transmission du virus et son efficacité face aux différentes mutations.« Ce type de certification a été utilisé dans le passé – par exemple, avec la fièvre jaune –, et il n’est pas déraisonnable de l’utiliser à l’avenir pour d’autres maladies contagieuses, y compris le Covid-19 », estime Françoise Baylis, spécialiste d’éthique scientifique et médicale et professeure de philosophie à l’université Dalhousie, à Halifax (Canada).Elle appelle toutefois à la mise en place de garde-fous : « Cela nécessitera une attention particulière aux spécifications techniques et aux caractéristiques de conception numérique. Cela nécessitera également l’introduction de législations ciblées pour protéger les droits de l’homme et interdire l’utilisation illégitime des certificats de vaccination. De plus, il sera important de mettre en place des politiques sociales pour répondre aux besoins des personnes, des communautés et des pays marginalisés et défavorisés. »Pour le professeur Gilles Pialoux, directeur du service de maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), « cela servira à désengorger beaucoup de secteurs de l’économie. Le passeport ne masque pas l’incertitude sur le niveau d’immunité, mais ce peut être un message envoyé pour refaire des choses aujourd’hui disparues ».
    L’horizon d’une vaccination du grand public est certes lointain, mais l’expérience de l’année écoulée en termes de coopération internationale rappelle la nécessité de s’y prendre tôt. Mardi 12 janvier, la Grèce a été le premier Etat à soumettre l’idée d’un passeport vaccinal à la Commission européenne.Depuis décembre 2020, l’administration bruxelloise travaille, en lien avec l’OMS, à l’élaboration d’un certificat de vaccination électronique sécurisé à l’échelle du bloc, contenant la date de la vaccination et son fabricant. Athènes le relie explicitement à la question de la mobilité.
    Résoudre le problème « avant la saison estivale »
    (...)Cette initiative devrait rencontrer l’hostilité de la France, tandis que la Belgique, la Hongrie ou l’Espagne ont émis des signaux favorables. Dès les premières discussions sur le sujet, Paris a jugé nécessaire de rappeler que « la libre circulation des personnes ne devrait pas être conditionnée à un certificat ». Lundi 11 janvier, sur LCI, le ministre délégué chargé des transports, Jean-Baptiste Djebbari, a écarté l’idée d’un « passeport vaccinal » pour relancer le transport aérien. Le monde du tourisme n’est pas davantage uni sur la question. Mardi, la présidente du Conseil mondial du voyage et du tourisme, Gloria Guevara, a jugé cette idée contre-productive, lui préférant la généralisation des tests à l’embarquement. Au rythme actuel de la vaccination dans le monde, la généralisation de tests rapides dans les aéroports semble le moyen le plus sûr de relancer l’industrie touristique à l’été. Et les compagnies aériennes ont déjà échoué à promouvoir une application unique qui centraliserait les résultats des tests Covid-19 des voyageurs : trois initiatives se font désormais concurrence.

    #Covid-19#migrant#migration#sante#passeportvaccinal#vaccin#test#circulation#librecirculation#tourisme#economie#ue#france

  • Vaccin anti-Covid : un passeport et des passe-droits ? - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2020/12/20/un-passeport-et-des-passe-droits_1809266

    Pour certains politiques, un tel document permettrait de lever les restrictions aux voyages et sorties pour les vaccinés. Alors que les campagnes de vaccination démarrent un peu partout dans le monde, le débat sur l’opportunité de créer une sorte de « passeport vaccinal » commence à monter. Pour l’heure, la France, qui accueille en temps normal 90 millions de visiteurs étrangers par an, n’a pris aucune disposition concernant l’entrée et la sortie de personnes vaccinées contre le Covid-19 sur le territoire. Selon le ministère de l’Intérieur, les personnes en provenance d’un pays de l’UE peuvent toujours se rendre sur le territoire français « sans restrictions de circulation ». Les résidents d’un pays où le virus est particulièrement actif sont, en outre, toujours soumis à la présentation d’un test PCR négatif ou, à défaut, à une mise en quarantaine.

    #Covid-19#migrant#migration#france#sante#passeport#passeportvaccinal#circulation