• « Guerres culturelles » : les #sciences_sociales sont prises pour cibles du #Brésil à la #Pologne

    En Amérique du Sud ou en Europe, les universitaires qui travaillent dans des champs attaqués par les conservateurs, comme les #études_de_genre, se retrouvent en première ligne. Parmi eux, la Brésilienne #Marcia_Tiburi, exilée en France, qui juge, malgré tout, nécessaire « de construire une #culture_du_dialogue avec les différences ».

    Comment parler à un fasciste ? C’est le titre, surprenant à première vue, qu’a donné l’universitaire brésilienne Marcia Tiburi à l’un de ses nombreux ouvrages. Un titre bien optimiste puisque de #dialogue, il n’en a pas été question : à partir de la publication de ce livre en 2015, elle a été la cible d’une campagne de #dénigrement et de #violences menée par l’#extrême_droite.

    Cette artiste, universitaire, féministe, engagée en politique avec le Parti des travailleurs (PT) – et qui avait dénoncé le coup d’État contre Dilma Roussef en 2016 – a même dû quitter son pays en 2018, juste avant l’arrivée au pouvoir du funeste Jair #Bolsonaro.

    C’est qu’elle s’était lancée, quelques semaines avant, dans la campagne pour le poste de gouverneure de Rio de Janeiro, « avec l’espoir que tout allait changer ». « J’ai conduit un véhicule blindé pendant la campagne, mais quand le PT a perdu, il n’y avait plus moyen de continuer dans le pays, car il n’y avait plus d’espoir. »

    Elle a été harcelée à l’université, a subi des #accusations calomnieuses. « En 2018, j’ai été victime d’une #embuscade_médiatique dans une station de radio où je donnais une interview. Un groupe fasciste appelé #MBL [#Mouvement_Brésil_libre], financé par des hommes d’affaires nationaux et internationaux, a envahi l’espace où je donnais une interview avec des téléphones connectés pour filmer ma réaction. Je suis partie, mais le lendemain, une campagne de #diffamation, avec de fausses nouvelles, des vidéos et affiches numériques a été lancée contre moi et se poursuit jusqu’à aujourd’hui », explique-t-elle.

    Elle vit désormais en France. Elle a été accueillie par l’université Paris VIII et a obtenu une bourse dans le cadre du programme #Pause (#Programme_national_d’accueil_en_urgence_des_scientifiques_en_exil), après un passage par les États-Unis dans une institution protégeant les écrivains persécutés.

    Le Brésil peut être vu comme un laboratoire de malheur, la vitrine des dégâts que la #politique_de_haine mise en œuvre aujourd’hui par l’extrême droite et relayée par la puissance des réseaux sociaux et des médias de masse peut causer à l’un des piliers de la démocratie, la #liberté_académique (lire ici son analyse publiée par l’Iris).

    De l’expérience de Marcia Tiburi, on retient aussi que dans ces « #guerres_culturelles », les universitaires se retrouvent en première ligne. En particulier ceux qui, comme elle, travaillent dans les sciences sociales et dans des champs pris pour cibles par les conservateurs, en particulier les études de genre.

    « Il s’agit d’une #offensive_néolibérale, juge-t-elle. Le cas du Brésil montre clairement que le #fascisme a été déployé comme une #technologie_politique au service du #néolibéralisme. Bolsonaro n’est qu’un épouvantail dans la #plantation_coloniale (malheureusement, mon pays a encore toutes les caractéristiques d’une #colonie), son but et son rôle sont de maintenir les gens hypnotisés et effrayés. »

    À des milliers de kilomètres du Brésil (où le gouvernement coupe dans les fonds destinés à la philosophie pour les réorienter vers les sciences dures jugées plus « utiles »), le continent européen n’est pas épargné. En #Pologne, en #Hongrie ou en #Italie, des chercheuses et des chercheurs sont victimes de cette offensive contre la liberté académique de la part de pouvoirs qui cherchent à imposer leur vision des sciences.

    À #Vérone, petite ville italienne célèbre pour la pièce de Shakespeare Roméo et Juliette, #Massimo_Prearo, qui travaille sur la #sociologie politique du genre et de la #sexualité, s’est retrouvé dans une tempête médiatique et politique pour avoir voulu organiser en 2018 une journée d’études intitulée « Demandeurs d’asile, orientation sexuelle et identité de genre ».

    La Ligue du Nord de Matteo Salvini venait d’accéder au pouvoir dans un gouvernement de coalition avec le Mouvement Cinq Étoiles. « Il y a eu une réaction très forte de la droite et de l’extrême droite qui s’opposaient à ce que ce sujet soit abordé à l’université, nous accusant d’utiliser des arguments idéologiques et non universitaires, et de vouloir imposer la dictature des études de genre et des questions #LGBT », explique Massimo Prearo.

    Plus inquiétant encore, à l’époque, le président de l’université avait cédé à cette pression en décidant de suspendre le colloque, au motif qu’il existait des risques pour les participants. Finalement, la mobilisation, qui s’est traduite par des manifestations et une pétition internationale, a payé : le président est revenu sur sa décision.

    Depuis 2013, les études de genre sont en Italie dans le viseur du camp conservateur. Si cette année-là est un tournant, c’est que trois projets de loi présentés par le gouvernement de centre-gauche sont alors débattus au Parlement : un légalisant le mariage entre personnes de même sexe, un contre l’homophobie et un dernier ouvrant la voie au financement des études de genre à l’école.

    Tous trois déclenchent d’intenses débats dans la société italienne, qui mettent au premier plan les chercheurs dont ces sujets sont la spécialité.

    « En raison de la traduction politique du travail que nous effectuions depuis des années, nous avons été accusés par ceux qui s’opposaient à ces projets de loi de les avoir promus. Nous avons également été accusés de profiter de l’argent public pour promouvoir des lois qui divisent la société », témoigne Massimo Prearo.

    Bref, les concepts circulent, mais lorsqu’ils quittent l’espace académique pour la sphère publique, les chercheurs sont pris à partie et finissent par trinquer. On leur reproche de manquer d’#objectivité ou de verser dans l’#idéologie – l’idéologie étant le discours de l’autre lorsqu’il s’agit de le disqualifier. Avant les études de genre, ce sont les #études_féministes qui avaient dû subir ce type d’attaques dans les années 1990, explique Massimo Prearo.

    « Pas d’autre moyen que de construire une culture du dialogue avec les différences »

    Plus au nord, en Pologne, les études de genre ou les droits des LGBT+ sont également ciblés par le gouvernement du parti Droit et justice (PiS), qui cherche non seulement à imposer sa vision de l’histoire mais aussi, plus largement, à dicter ses vues sur les sciences sociales, au nom d’un #intégrisme_catholique. Comme l’explique un universitaire polonais qui a requis l’anonymat de peur des représailles, la chose s’est faite en deux temps : le pouvoir polonais a commencé par fusionner le ministère de l’éducation et celui des sciences et de l’enseignement supérieur.

    Puis, sous l’égide de ce super-ministère, un nouveau système d’évaluation scientifique des universitaires a été mis en place, reposant sur un système à points. Dans la liste des publications auxquelles seraient attribués des points, ont subitement surgi « plus de 70 nouvelles revues catholiques qui ne répondent pas aux normes des #revues universitaires » et auxquelles sont accordés « plus de points que de nombreuses autres revues réellement universitaires ». « Puisque nous vivons et travaillons dans le système “publier ou périr”, et que nous sommes évalués sur la base des points obtenus par les publications, la conclusion est évidente. Sur la base de cette évaluation, nous pouvons/ne pouvons pas être licenciés ou nous pouvons/ne pouvons pas être promus au rang de docteur ou de professeur. »

    Un « #agenda_catholique_fondamentaliste » est donc à l’ordre du jour, sous la houlette du super-ministre Przemysław #Czarnek. « Il a initié les changements dans les programmes et les livres scolaires, en effaçant les figures et les événements historiques qui ne correspondent pas à la “politique historique” promue par le ministère de la justice (c’est-à-dire en effaçant ou en diminuant le rôle de #Lech_Walesa dans le processus de rupture du système communiste en Pologne) », explique ce chercheur.

    Par ailleurs, les « #créationnistes », qui croient que leur Dieu est à l’origine de l’univers, ont porte ouverte et l’#éducation_sexuelle est interdite dans les écoles. Pour couronner le tout, à l’université, une nouvelle discipline scientifique a été introduite : la #science_de_la_famille !

    Pour ce chercheur polonais, l’objectif est tout simplement de « détruire ou de discréditer l’#élite_universitaire, les #intellectuels, qui représentent le groupe d’opposition le plus dangereux ».

    Alors que faire ? Dans son ouvrage de 2015 (Comment parler avec un fasciste ?, paru aux éditions Record en portugais, trois ans plus tard, en espagnol chez Akal, et qui paraîtra en anglais cet été), extrêmement stimulant pour ceux qui tentent de se débarrasser du spleen qui nous assaille, Marcia Tiburi plaide pour une #politique_de_l’amour face aux campagnes de #haine, relayées par les #réseaux_sociaux.

    Prenant pour cible le fascisme qui revient, recyclé par un néolibéralisme aux abois, elle espère l’avènement d’un dialogue véritable, à l’opposé des débats de confrontation qui ont essaimé sur les écrans de médias hystérisés ; un dialogue véritable qui nous permette d’écouter l’autre, car, dit-elle, « le dialogue est une aventure dans l’inconnu ».

    « De la possibilité de perforer le blindage fasciste au moyen du dialogue dépend notre survie comme citoyen », explique-t-elle. Il est aussi beaucoup question, dans son ouvrage, des réseaux sociaux et des médias tels que Fox News qui se nourrissent du ressentiment et en ont fait un fonds de commerce.

    Alors, quelle n’a pas été sa stupeur lorsque Marcia Tiburi a vu dans son pays d’accueil les attaques menées contre l’université par des ministres français, celui de l’éducation nationale Jean-Michel #Blanquer et celle des universités Frédérique #Vidal. « J’ai vraiment #peur, dit-elle, parce que la France, où je suis accueillie et envers laquelle j’éprouve la plus profonde gratitude et le plus grand respect pour le monde universitaire, ne peut pas être victime de ce genre de #mystification et de #populisme. J’ai perçu [les attaques de Blanquer et Vidal] comme un manque total de #respect, une #violence_symbolique et un #abus_épistémologique contre les professeurs et toute la communauté académique. »

    Pour #Eric_Fassin, professeur à l’université Paris VIII au département de science politique et à celui des études de genre, même s’il faut se garder de généraliser en rapprochant des situations qui présentent des niveaux de gravité différents, « il n’y a plus d’un coté les pays où l’on est protégé et d’un autre côté ceux où l’on serait exposé ». Pointant « l’#anti-intellectualisme des régimes néolibéraux », il estime qu’« on n’est plus sûr de qui est à l’abri et pour combien de temps ». « C’est relativement nouveau », souligne-t-il, en jugeant indispensable « une #internationalisation_de_la_solidarité ».

    Depuis 2015, Marcia Tiburi a écrit trois autres essais sur le Brésil, dont Ridicule politique (2017) et Le Délire du pouvoir (2019). On l’interroge sur l’ironie de son titre Comment parler avec un fasciste ?, au vu de sa situation actuelle. « L’échec nous appartient à tous, répond-elle. Mais je ne vois pas d’autre moyen que de construire une culture du dialogue avec les différences. C’est la façon de soutenir les droits fondamentaux. »

    Dans un laboratoire, on mène toutes sortes d’expériences. Certaines réussissent, d’autres non. Dans celui du Brésil, il faut espérer que Jair Bolsonaro échoue. Et que Marcia Tiburi réussisse.

    https://www.mediapart.fr/journal/international/130321/guerres-culturelles-les-sciences-sociales-sont-prises-pour-cibles-du-bresi
    #université #solidarité

    ping @isskein @karine4

  • Numéro en lutte


    La #lutte est pleine
    As the Struggle Continues

    –-

    Precademics 85.42.1
    On #Pause : Academic Precarity in the COVID-19 Era and Beyond in Greece

    –-

    Jeanne Hersant
    Faire de la #science au #Chili : la #recherche_par_projet comme seul horizon

    –-

    Aslıhan Aykaç Yanardağ
    Qu’est-ce qui motive l’enseignant-chercheur ?

    –—

    Ahmet Insel, Élise Massicard and Özgür Türesay
    Témoignage d’un universitaire « agitateur d’idées » en #France et en #Turquie

    –-

    Tang Yun, Katiana Le Mentec and Camille Noûs
    Bureaucratic and Neoliberal Management in Academia. A Franco-Chinese Dialogue between Two Anthropologists

    –-


    Camille Noûs
    Quelque part en Asie : l’expérience d’un “chercheur en visite”

    –-
    Elsa Clavé
    Être #professeur_junior à l’université allemande : retour d’expérience

    –-

    Aslı Vatansever and Aysuda Kölemen
    Reflections on Exile and Academic Precarity : Discussing At the Margins of Academia

    –-

    Cem Özatalay
    Purge, Exile, and Resistance :
    Rethinking the Conflict of the Faculties through the Case of Academics for Peace in Turkey

    –-

    Emine Sevim and Sümbül Kaya
    Sümbül Kaya’nın Emine Sevim ve BIRARADA derneğiyle röportajı
    Entretien avec #Emine_Sevim de l’association « #BİRARADA » par Sümbül Kaya

    https://journals.openedition.org/ejts/6407

    #université #lutte #luttes #ESR #précarisation #précarité #revue #néolibéralisme #Allemagne #précarité_académique #résistance #exile #purge #Chine

  • Le confinement, source d’apaisement pour les enfants en famille d’accueil
    https://theconversation.com/le-confinement-source-dapaisement-pour-les-enfants-en-famille-daccu

    Ce temps de confinement leur a permis de faire une pause, de rester au sein de la famille d’accueil sans être sollicités par les professionnels de l’enfance ou leurs parents ce qui visiblement leur a permis de se poser un temps.

    (...) Un temps sans aucune sollicitation, sans école, sans rencontre parentale, sans une multitude de rendez-vous sociaux et médicaux avec le psychologue/psychiatre, l’orthophoniste, le référent de l’enfant, ou dans les centres spécialisés…

    #confinement #pause #santé_mentale

  • Reprise des écoles : A #Grenoble, message d’une enseignante de maternelle à une amie...
    07.05.2020

    Bonjour,

    Nous sommes en train d’organiser le retour en #classe prévu le 25 mai.
    Les conditions de #reprise vont être très contraignantes pour nous comme pour les enfants et il est important que vous soyez au courant de certains #impératifs.

    En effet, vos enfants ne vont pas être regroupés par classe, donc pas forcément avec leur enseignante respective et leurs camarades. Les enfants des soignants et du personnel de gestion de la crise seront accueillis de droit tous les jours. En raison des limitations des #effectifs, les autres enfants se verront ou pas (nous espérons pouvoir répondre à toutes les demandes) proposer 1 ou 2 jours d’accueil par semaine.

    La répartition se fera en fonction de critères bien précis afin de répondre au #protocole_sanitaire imposé par le Gouvernement.

    Les activités des enfants vont être individuelles, sans #aucun_contact les uns avec les autres, les adultes compris. Il leur sera interdit de circuler dans la classe et de #toucher au matériel qui ne leur est pas attribué. Aucun adulte, ni aucun enfant n’a le droit de toucher le matériel des autres ou d’utiliser un #matériel_collectif (pas de correction, pas de #jeux de ballons, pas de jeux de société, etc).

    Les groupes ne se rencontreront pas dans l’école (les entrées et sorties différentes, les #récréations_décalées, les #repas dans les classes, ni les #siestes).
    Afin que le matériel reste individuel, nous allons créer des #barquettes au nom de votre enfant. Les adultes eux-mêmes, n’auront pas le droit d’y toucher après les avoir mises en place et laisser plusieurs jours sans y toucher.
    Tous les #jouets des classes seront supprimés.

    Votre rôle pour les enfants qui pourront revenir en classe (pour le
    moment nous n’avons pas suffisamment d’informations pour vous dire si votre enfant pourra revenir en classe) :
    – Expliquer à vos enfants les conditions d’ouverture de l’école (ils ne doivent pas s’approcher de leurs camarades et des adultes) ;
    – Respecter les #gestes_barrières ;
    – Ne pas toucher le matériel qui n’est pas dans sa #barquette_individuelle ;
    – Prendre tous les matins la #température de votre enfant et le garder à la maison en cas de symptôme (toux, éternuement, essoufflement, mal de gorge, fatigue, troubles digestifs, sensation de fièvre, etc) .
    – Interdiction d’envoyer son enfant à l’école si l’élève ou un membre de sa famille présente les mêmes #symptômes cités ci-dessus.

    En toute transparence, nous nous devons de vous informer de ces conditions de reprise très particulières.

    L’#enseignement_à_distance sera le même que celui dispensé en classe.

    Bien cordialement,

    L’équipe enseignante

    #déconfinement #le_monde_d'après #école #réouverture_des_écoles #organisation

    L’école de demain, cette #prison pour #enfants...

    • Petite géographie de l’#espace_carcéral... euh je veux dire de l’#espace_scolaire.

      Alors que nous allons réouvrir les établissements scolaires, je m’interroge, en « bonne » géographe que je suis, sur l’espace scolaire tel qu’il va être donné à pratiquer par les élèves ces prochains jours.

      J’ai lu, relu, lu une dizaine de fois le protocole sanitaire. #Rubalise. Je n’avais jamais lu autant de fois en si peu de pages un mot que je n’avais jamais employé jusque-là.

      Mise à l’écart du mobilier scolaire + rubalise. Nous ne pourrons plus accéder aux #manuels, nous ne pouvons faire de #photocopies, les #salles_informatiques et les #tablettes sont interdites. Pour faire cours dans les disciplines où les élèves n’ont pas leur propre #manuel_scolaire, nous allons nous amuser.

      Pas grave, j’ai de l’imagination. On va utiliser les #jeux_de_société que j’ai et qui portent sur l’histoire. Ces derniers jours, j’avais repris les règles de « Bruges », parfait pour réviser la ville au Moyen Âge. Ah non, je n’ai pas le droit de prêter du matériel. Faire un plateau fabriqué à coup de photocopies ? Ah non, pas de photocopies. Bon, je range Bruges, Carcassonne, Notre Dame, Agricola, et les Mystères de l’Abbaye. 5 idées sympas pour réviser le Moyen Âge. Rubalise.

      Pas grave, j’ai de l’imagination. Si j’utilisais Plickers, c’est top ça, un quizz projeté au tableau, les élèves n’ont qu’à lever le code dans le sens de leur réponse, je photographie de loin leurs réponses, et... ah non, pas de prêt de matériel, mes codes plastifiés ne pourront servir. Rubalise.

      Pas grave, j’ai de l’imagination. Oui, mais voilà, pas d’îlot, chaque élève doit disposer de 4 m2 mais ne peut être positionné face à un autre élève. En langues vivantes, ils doivent pourtant leur faire travailler « la #coopération ». Les nouveaux #protocoles_pédagogiques prévoient aussi qu’en français, les élèves doivent maîtriser la tape sur un clavier. Sans clavier. Sans ordinateur. Sans... tout, sauf des rubans autour d’eux. Rubalise.

      Bon, passons, regardons plus loin, on réfléchira aux « activités » plus tard. C’est la consigne de l’établissement. On ne fait plus cours, on ne fait plus de séquences qui prennent du sens en tant qu’apprentissages, on devra « plus tard » prévoir des « #activités ». L’école est bien moins qu’un centre de loisirs, les activités sont seules maîtres, certes, mais elles seront prévues en dernier. On va les occuper dans leurs 4 m2 entourés de rubans. Rubalise.

      Mais bon, admettons, il y a des circonstances. L’important est certainement de permettre aux élèves de retrouver un lien avec l’école, avec le lieu même qu’est l’école. C’est tout à fait justifié. Mais quel #lien ? Qu’est devenu ce #lieu ?

      Aménagement de la salle de classe :
      mise à l’écart du #mobilier + rubalise
      4 m2 par élève, pas de #face_à_face, pas d’#îlot.
      #sens_de_circulation dans la salle indiqué au moyen de #scotch_au_sol
      interdire la #circulation dans la classe

      Aménagement des couloirs et escaliers :
      rubalise, #marques_au_sol pour #distanciation
      un sens pour l’entrée, un sens pour la sortie
      pas d’accès au #gymnase, pas d’accès aux #vestiaires

      Récréation :
      pas de descente dans la #cour
      #pause en classe (où les élèves n’ont pas le droit de bouger de leur table)
      pas d’#objets, pas de #livres, pas de jeux, rien dans les mains
      rubalise sur les bancs pour en interdire l’accès le matin
      #WC : entrée un à un, sur les 6 points WC de l’établissement, pour un effectif de 1065 élèves
      rubalise dans les #toilettes + affichages consignes de #lavage_des_mains
      pas le droit au repas

      Qu’est-ce donc que ce lieu où tout est mis sous ruban, où il existe des sens circulatoires marqués au sol, où les heures de promenade dans la cour sont limitées dans le temps et dans l’espace, où ces heures doivent se faire sans contact avec les autres prisonniers, euh, je veux dire élèves ?

      Qu’est-ce donc que ce lieu où quelques minutes par jour sont consacrés à un « enseignement » qui n’a que pour but de faire croire aux enfermés qu’ils ont quelques minutes loin de leur routine dans l’espace punitif les privant de leurs mobilités ?

      Rubalise.

      Chaque ligne de plus du protocole m’a glacée. J’ai eu l’impression de relire les travaux d’Olivier Milhaud lorsque, jeunes géographes, nous travaillions et échangions sur nos thèses. Les travaux sur... la #prison.

      « #Surveiller_et_punir », écrivait Michel Foucault.
      « #Séparer_pour_punir », ont écrit les géographes.

      « La prison est une peine géographique : elle punit par l’#espace. Elle tient des populations détenues à distance de leurs proches et les confine dans des #lieux_clos. »

      L’école est en train de devenir une #peine_géographique. On n’y enseignera pas, on y contrôlera des élèves qui, heureux de revenir à l’école pour y retrouver un lieu de savoirs et de #socialisation, vont faire l’expérience brutale de cet #enfermement_par_l'espace. Rubalise.

      #SansMoi

      PS : Je vous recommande fortement la lecture de :
      Olivier Milhaud, 2017, Séparer et punir. Une géographie des prisons françaises, CNRS Editions.
      Marie Morelle, 2019, Yaoundé carcérale : géographie d’une ville et de sa prison, ENS Éditions, disponible en ligne : https://books.openedition.org/enseditions/11445

      https://www.facebook.com/benedicte.tratnjek/posts/10156922338365059

      Texte de #Bénédicte_Tratnjek (@ville_en)

    • Alors, j’essaie de comprendre, pour la reprise...

      Injonction du ministère : finir le programme en retirant un chapitre ou deux
      Injonction du rectorat depuis le 16 mars : interdiction de voir de nouvelles connaissances et notions, ne faire que des approfondissements de ce qui a été vu avant fermeture
      => Donc, on finit le programme sans faire de nouveaux chapitres... 🤔

      Injonction du ministère : faire les compétences de type « pratiquer différents langages » avec des croquis de synthèse à produire en géographie
      Injonction de l’établissement : interdiction des manuels, interdiction des photocopies, interdiction de toucher les cahiers pour les corriger, interdiction d’aller en salle informatique ou d’utiliser les tablettes, interdiction d’utiliser les téléphones personnels, interdiction de fournir le moindre fond de cartes en gros
      => Donc, on fait des croquis de synthèse sans documents, sans fonds de cartes, tout en faisant des connaissances déjà vues en réussissant à finir le programme sans avoir le droit de le faire... 🤔

      Je veux bien plein de choses, mais là je ne suis pas sûre de comprendre ce qu’on attend de moi...

      https://www.facebook.com/benedicte.tratnjek.2/posts/261127465252876

      Toujours @ville_en

  • Facebook urged to pause Libra crypto-currency project (https://www....
    https://diasp.eu/p/9233510

    Facebook urged to pause Libra crypto-currency project

    HN Discussion: https://news.ycombinator.com/item?id=20222267 Posted by headalgorithm (karma: 5935) Post stats: Points: 95 - Comments: 120 - 2019-06-19T11:01:15Z

    #HackerNews #crypto-currency #facebook #libra #pause #project #urged HackerNewsBot debug: Calculated post rank: 103 - Loop: 264 - Rank min: 100 - Author rank: 68

  • #Modes_de_vie : les #Européens accros au café
    http://fr.myeurop.info/2014/07/22/modes-de-vie-europeens-accros-cafe-12659

    Delphine Nerbollier Camille Guillot Effy Tselikas Marie-Line Darcy Tristan de Bourbon Hélène Bienvenu Christelle Granja

    Sucré, serré, latte, galão ou frappé, au bistrot ou à emporter : tous les Européens aiment le café...mais pas forcément celui que prépare le voisin.

    Les Européens adorent le café. lire la (...)

    #À_Table_ ! #Europe #boisson #café #café_à_l'italienne #café_à_la_turque #cafe_latte #comptoir #espresso #pause_café #torréfié

  • Aujourd’hui je participais à une « pause comestible » au Domaine de Chamarande.
    http://chamarande.essonne.fr
    Je ne suis pas du tout rompue à ce genre d’exercice (et donc j’appréhendais énormément) mais je suis heureuse d’avoir fait ce pas dans ce lieu.
    D’abord il ne s’agissait pas, pour les intervenants, de s’installer sur une estrade face au public, non non non. Petites tables installées dans une des cour du domaine pour le public et les intervenants et une proximité qui invite au dialogue. Pas question non plus de lire sa présentation, non non non. Le modérateur ( le directeur du lieu notamment) connait son sujet, il introduit les questions, fait les liens entre les participants tout en laissant libre cours au développement de chacun. J’ai vraiment apprécié cette démarche... j’ai un peu pataugé, surprise par l’intérêt suscité par le fait que je fasse des récits cartographiques, combinant écriture et aquarelle. C’est une fois rentrée à la maison qu’on se dit, ah oui, là j’aurais du rebondir ainsi, et là j’aurais du dire ceci cela. Et puis les questions du public, qui relance la machine à réfléchir.

    Mais je voulais surtout parler de la démarche que je trouve très intéressante du directeur du lieu Laurent Bourdereau qu’à mon tour j’ai interrogé à la pause déjeuner.
    En prenant la direction du lieu, il a décidé de rompre avec la tradition française qui veut que les sites patrimoniaux ne soit que des sites de conservation, de lieux d’exposition et de visites. Refus d’intégrer les réseaux avec les musées nationaux, refus des labels, refus de l’entre soi « pro » du milieu culturel (qui tend à confondre culture et art).
    Avec son équipe, il travaille pour rendre le lieu vivant. Donc, résidence d’artistes, expérimentations, ateliers scolaires, implication des habitants, revalorisation des espaces du parc. Tout un travail a été fait pour rendre aux paysages leur place. Des oies cendrées ont trouvé résidence dans le marais, les prairies ont retrouvé leurs fleurs sauvages, des chèvres broutent des douves asséchées, des arbres sont replantés, les pelouses tondues haut pour résister au piétinement. Car, en ce dimanche de printemps, nombreux sont les pique-niqueurs à s’installer dans le parc. Les poubelles ont été bannies, inutiles. Le lieu est beau, les gens se l’approprient, l’aiment, le protègent, ils repartent avec leurs détritus.

    Une installation devrait plaire à nos amis permaculteurs. L’artiste a mis en mis des vases irrigué des trognons avec racines de toute une collection de choux pommés, lequels renaissent mais sous une forme beaucoup plus libre, comme si la plante originelle reprenait le dessus.

  • Décryptage : petite leçon de #Journalisme (environnemental)
    http://reflets.info/decryptage-petite-lecon-de-journalisme-environnemental

    Le métier de journaliste est particulier. Il comporte des règles. Des habitudes. Des schémas établis. Des ruses aussi. Orienter l’information, travailler l’opinion est un art journalistique. Dans le même temps, le journalisme dit « d’opinion », peu présent en #France, n’a pas vocation, lui, à influencer de façon déguisée : il affiche la couleur. Il prend parti. Reflets […]

    #A_la_Une #climat #GIEC #pause_climatique #réchauffement_climatique
    http://reflets.info/wp-content/uploads/2014/04/Fontrel1.mp3
    http://reflets.info/wp-content/uploads/2014/04/fontrel2.mp3
    http://reflets.info/wp-content/uploads/2014/04/fontrel3.mp3
    http://reflets.info/wp-content/uploads/2014/04/fontrel4.mp3

  • #Modes_de_vie : les #Européens accros au café
    http://fr.myeurop.info/2013/12/05/modes-de-vie-les-europeens-accros-cafe-12659

    Delphine Nerbollier Camille Guillot Effy Tselikas Marie-Line Darcy Tristan de Bourbon Hélène Bienvenu Christelle Granja

    Sucré, serré, latte, galão ou frappé, au bistrot ou à emporter : tous les Européens aiment le café...mais pas forcément celui que prépare le voisin.

    Les Européens adorent le café. lire la (...)

    #À_Table_ ! #Europe #boisson #café #café_à_l'italienne #café_à_la_turque #cafe_latte #comptoir #espresso #pause_café #torréfié

  • #Pause forcée
    http://www.photo-tuto.fr/interlude-photographique/pause-forcee

    Je vous envoie ce message de mon smartphone pour vous dire que je suis en pause forcée : je lutte actuellement contre des envahisseurs ( tout de suite les grands mots) qui semble-t-il ont tenté de prendre possession de mes disques durs :/ (on m’a conseillé usbfix pour m’en débarrasser…) Et pour couronner le tout, […]

    #Interlude_photographique

  • Profitant d’une heure de « tranquilité », retour d’expérience « live » sur l’install de seenthis

    #seenthis_installation

    Ce message risque d’être évolutif. Premier jet initié vers 12h ce 8/7/2013.

    Je suis aussi scrupuleusement que possible les instructions de http://trac.rezo.net/trac/seenthis/browser/plugin_seenthis_principal/INSTALL.txt

    – nb : le charset du fichier est pas utf-8 :-p, bon pas grave (mais attention au même cas dans les fichiers php... On a vu des SPIP par terre pour ça)
    – ctrl-c ctrl-v les lignes de commandes svn // tout va bien
    – installation des fichiers SPIP (j’aime spip_loader.php) // ok
    – création de l’auteur 3 seenthis // done
    – selon http://trac.rezo.net/trac/seenthis/browser/plugin_seenthis_principal/INSTALL.txt#L78, activation de tous les plugins sauf OpenSearch // done
    – création du config/mes_options.php (attention, pas d’espace avant < ?php ni après ?>... // done
    – édition du htaccess.txt (L.113) : les 4 premières lignes ne seront pas utiles chez moi mais bon, je copie tout on verra bien // done
    – renommer le htacccess.txt en .htaccess, cela va sans dire donc ce n’est pas dit dans install.txt
    – comme proposé, je me rends sur l’url du site ... // ça ressemble à un seenthis vide. Je résiste à l’envie de cliquer partout :-p
    – retour dans l’admin spip pour la configuration (L.140) : Configuration / Fonctions avancées, cocher urls « seenthis » et cliquer sur la vignette GD2 // done
    – Configuration / Gravatar, cocher Monster_id (ça a l’air bien laid, cool - choix libre ^^), mettre 48 dans la taille par défaut (au hasard, pas d’indication...) // done
    – L.147 « moteur de recherche », je suppose que je peux exécuter les requêtes via « Configuration (clic) » puis « Fulltext » mais je n’y vois pas les tables spip_me_recherche ni spip_syndic. Je ne fais rien pour ne pas alourdir la machinerie, je vais plutôt ctrl-c, ctrl-v les instructions SQL dans phpmyadmin/adminer // done
    – L. 158 : les deux plugins optionnel ont été installés plus tôt... // checked
    – L. 169 « personnalisation » : on verra plus tard :-)
    – Retour sur « Configuration » pour donner un « Nom » au site et y mettre une courte description... C’est parti ?

    #stay_tuned

    Total : 45 minutes (y compris le temps passé ici à prendre des notes), testons à présent ;-)

    • Hihi, le tout est assez statique... NoScript me signale qu’il y a du « localhost » qui m’envoie des scripts. Le mes_options.php est impliqué : remplaçons par la vraie url pour voir.

      Vu que je n’ai pas d’apikey et que rezo.net n’est pour rien dans mes tests, j’en profite pour commenter
      define(’_SVG2PNG_SERVER’,’rezo.net/ svg2png.php’) ; convertisseur de SVG
      define(’_OPENCALAIS_APIKEY’, « xxxxxxxxxxxx ») ;
      define(’_GOOGLETRANSLATE_APIKEY’, « xxxxxxxxxxxxx ») ;

      Vidange du cache au cas où...

    • Hum.

      Internal Server Error

      The server encountered an internal error or misconfiguration and was unable to complete your request.

      Please contact the server administrator, [no address given] and inform them of the time the error occurred, and anything you might have done that may have caused the error.

      More information about this error may be available in the server error log.
      Apache/2 Server at host Port 80

      Lors de ma tentative de connexion.

      Edit 13h20 : ma faute ! Je me suis installé dans l’arborescence de ma mutualisation => les htaccess se cognent dur amha. Investigation en cours. #LOL, j’ai réussi à me faire bannir par mon propre ssh :-p

    • Ghostery me signale du google-analytics. Je trouve un <INCLURE{fond=analytics}> dans inc/entete.html et je crée donc un dossier squelettes pour surcharger/"personnaliser". Copie des fichiers concernés et suppression de la ligne dans inc/entete.html ainsi que du contenu du fichier analytics.html

    • Reprenons une petit heure pour bien dormir ^^. Le test se passe désormais sur seenthis.brubel.net (màj 5/12/2013 : désactivé à présent que le test a été concluant) où je crois que la base est meilleure....

      Sous-domaine dédié, mes_options adapté, svn update done, .htaccess OK, ça fonctionne désormais...

      – création de 5 users bidons // done => pas hésiter à me rejoindre ;-)
      – j’ai appelé mon instance BruBelThis. Mais à part l’envoi d’inscription les autres mails sont expédiés par « Seenthis <no-reply@seenthis.brubel.net> » => se baser sur le nom de site pour « personnaliser » les squelettes de mail me semblerait une bonne idée ? Idem pour le nom de site en barre de menu ou le bookmarklet.
      – A ce stade, pour les non connectés, aucun message ne s’affiche sur le sommaire => à investiguer
      – l’accès à l’espace privé est autorisé (les auteurs sont 1comite semble-t-il) au contraire de seenthis. De même, les auteurs logés ont les boutons d’admin => à corriger

    • Deux soucis avec gravatar :
      – la configuration n’a pas été enregistrée et seuls les e-mails inscrits sur gravatar.com sont reconnus => l’installation de cfg résout la chose
      – une erreur « filtre sinon_interdire_acces » inexistant (il a été renommé en SPIP 3 => à corriger dans le plugin

    • oué @rastapopoulos, j’avais en effet activé l’inscription des rédacteurs et pas celle des visiteurs... Ce logiciel ferait-il ce qu’on lui demande en fait ? ^^ // inscription en 6forum : done => attendez-vous à être dégradés :-p
      Pour le login, c’est cette manie de flanquer des guillemets zolis partout qui a frappé ^^. Ctrl-c ctrl-v et on se retrouve avec un truc qui n’est pas un simple quote. define(’_LOGIN_TROP_COURT’, 2) ; n’est pas égal à define(’_LOGIN_TROP_COURT’, 2) ; Bref, le filou est viré, faut suivre le (@)fil

    • Avant que j’oublie :

      – install.txt signale qu’il faut un id_auteur=3 mais je ne sais pas pourquoi ni cet auteur doit avoir un statut particulier... => à investiguer
      – dans les squelettes j’ai vu au moins un {id_rubrique=2} => y-a-t-il une structure minimale nécessaire ou utile pour un foncionnement optimal ?
      – page d’accueil toujours vide de contenu pour les visiteurs non connectés...

    • #pause again :-/ #stay_tuned

      Je viens de passer sur la config des plugins oembed et mediabox, ça va peut-être bien améliorer les choses...

      Pour mediabox oui pour oembed, non. La config n’est pas enregistrée... => à investiguer

      Au demeurant, je vais peut-être commencer à mettre mes spams-coms sur le lieu de l’expérience plutôt qu’ici.

    • Ce qui fait remonter deux autres #seenthis_bug :

      – le code de la couleur de certains éléments de la page d’accueil (non connecté) est en dur dans squelettes/bonjour.html ; ouais…

      – la page d’accueil affiche les messages des gens ayant un certain nombre de points (champ troll) ; faudrait voir ce que ça donne sur un site qui démarre… Il semble que personne n’ait encore assez de points, donc personne n’apparaît.

    • Hormis quelques bugs déjà corrigés ou en passe de l’être, l’installation s’avère réalisable sur un hébergement classique avec .htaccess et svn. Mon instance de test est fonctionnelle à l’exception d’un souci avec Oembed et les vidéos... (http://seenthis.brubel.net/messages/25). Quand je passe dans la config de oembed, la sauvegarde ne fonctionne pas, je pense que c’est un souci SPIP2/SPIP3 : il y a une version patchée de oembed ici ? J’ai pas trouvé de solution simple en tous cas.

      Pour le reste, récapitulatif :
      – attention au charset des fichiers (j’ai déjà perdu des heures à debug des sites à cause de ça...)
      – les articles SPIP de docs seraient bienvenus dans les instances (peupler la db à l’install ? => besoin d’une config ou qq chose du style pour adapter les id présents en dur dans le squelette)
      – faire une config pour les options plutôt que mes_options.php (sinon réorganiser et commenter par défaut les lignes dans celui-ci pour faciliter la config) ?
      – voir quoi faire avec le seen.li ou le sortir du htaccess ?
      – j’ai dû installer cfg pour pouvoir configurer gravatar
      – permettre d’activer fulltext sur les tables depuis le privé ?
      – revoir la présence en dur de GA (intégration du plugin si présent ?)
      – utiliser les balises spip (#NOM_SITE_SPIP, etc.) pour la personnalisation par défaut des instances (squelettes et mails) ?

      – la doc pourrait :
      + expliquer la fonction de l’auteur 3
      + indiquer les plugins à configurer dans l’admin spip (mediabox, oembed + cas de cfg)
      + indiquer qu’il faut autoriser l’inscription des visiteurs

      Fin du test (je crois que je vais passer le truc en spip3 pour voir, un de ces jours). Vive Seenthis libre ;-)

    • SVN up ce jour => erreur sur le plugin Seenthis suite à r507 (les champs twitter and co n’existent pas)

      Youpie, j’ai réussi à écrire les 6 lignes qui font la màj auto ! (mail send)

    • Ah ben oui. C’était fonctionnel. Bon comme l’instance n’avait pas de vrai public, je l’ai supprimée mais donc c’est faisable et relativement facile à condition de tout bien configurer (les plugins...). Après, à toi de voir et faire les remarques sur ce qui pouicherait ;-)

    • @fil tu veux dire l’installer à ou pour Brest ? Si c’est à Brest, (et qu’il n’y a pas en // un truc génial que je ne peux pas louper) je veux bien faire partie d’un atelier pour le tenter.