• L’assistante sociale dont les signalements ne mènent à rien
    https://www.nouvelobs.com/rue89/notre-epoque/20181107.OBS5034/l-assistante-sociale-dont-les-signalements-ne-menent-a-rien.html

    ""Les #pauvres, tout le monde s’en fout. Contrairement à ce qui se passe dans les hôpitaux, ils ne menacent pas notre système de santé.""

    Elle dit que si les travailleurs sociaux sont sacrifiés, c’est que leur travail touche à l’essence même de ce qui terrifie la plupart des gens de la classe moyenne : la dégringolade brutale, la mise au ban sociale, le déclassement.

    #guerre_aux_pauvres #surnuméraires



  • 5 Reasons We Need Gender Conscious Responses to Climate Change

    Not all climate change victims are created equal. There are communities of society that experience climate change more intensely and destructively than the rest, and it’s not based solely on location.

    People of color, poor people, and women are most adversely affected by climate change. They are more likely to be negatively impacted by climate change than men, especially women in developing countries and the global south.

    Why? Well, in short, because of the same gender inequality that already persists in our societies. like education and employment discrimination. Climate change only worsens what is already happening.

    The burdens of climate change (like displacement, agricultural, and economic loss) disproportionately impact women from low-income communities, particularly in the Global South and Indigenous communities, more than in than in wealthy communities and the western world.

    Women from these regions often deal with lacking infrastructure and are more dependent on natural resources in everyday life. And, though studies show that women are most impacted, we are often not involved in the policy and decision making processes for climate change initiatives and solutions.

    One of the big takeaways from this year’s UN Climate Summit was the importance of promoting gender equality and women’s leadership in climate policy. One woman in attendance summed it up: “There cannot be climate justice without gender justice.”

    Women are as much a part of the solution for climate change impacts as they are the primary victims, but this fact is not being recognized enough. The reality that women are more intensely impacted also means they deserve to be leaders in the climate change movement.

    To be sure, our current responses to climate change do not just fail women; they also do not do enough to include the full spectrum of people and genders impacted by the inequalities and impacts of climate change.

    Women, more so than their male counterparts, know how dire these environmental changes are firsthand and deserve to be equal stakeholders at every level of our climate movement from grassroots to policy and politics.

    Here are 5 reasons we need gender conscious responses to climate change:
    1. First of all, not everyone identifies as a man or a woman.

    Gender is fluid and goes far beyond your sex. The same inequalities that exist in our greater society — such as those placed on non-binary folks who do not identify as man or woman — also exist in the climate change movements.

    Entire communities’ climate experiences, issues, and potential solutions are being routinely ignored.

    Relief efforts during natural disasters, which are becoming more frequent and intense due to climate change, regularly exclude or fall short of adequately assessing, informing, and aiding queer and trans communities.

    Discrimination and stigma leave LGBTQ/GNC peoples especially vulnerable to climate-related displacement and homelessness because emergency shelters are not always equipped to aid their needs. Even worse, this stigma often plays out in how our media rarely covers the experiences and stories of LGBTQ disaster victims.

    A more expansive, gender-conscious perspective of climate change would urge organizations — from grassroots to regulatory — to take into account the importance of including all identities when approaching the extent of climate changes impacts and possible resolutions.

    “The [climate policy and regulatory] spaces are historically spaces for men,” said Laura Cooper Hall, a former gender and finance Fellow at Women’s Environment & Development Organization (WEDO).

    “I think in terms of a real transformative future there really needs for all perspectives and identities need to be included explicitly.”
    2. Being the most impacted, women have firsthand experiences that can lead to creative and practical solutions.

    Globally, women make up 80% of the world’s climate refugees. They’re 45-80% of the agricultural workforce in rural areas and are responsible (along with girls) for collecting nearly two-thirds of the household water in developing countries.

    When natural disasters like hurricanes, cyclones, or droughts hit, women around the world experience the loss in a very real way. For that same reason, they, better than anyone else, will know which solutions will work best.

    Better yet, their ideas are directly connected to real-life situations and remedies.

    “The thing that really inspires me is so many of the women we work with on the frontlines, they always say we don’t want to be seen as victims,” said Osprey Orielle Lake, Founder and Executive Director of WECAN. “Because we’re also the solutions.”
    3. Right now, we don’t have consistent leadership that reflects people of all genders.

    Only recently have women increasingly become a part of the mainstream discussion about how best to tackle these climate change. But even in cases when a ciswomen/man gender balance is accomplished, it is rarely consistently maintained, and for trans and gender non-conforming peoples it’s nearly non-existent.

    Between 2013 and 2016, six ciswomen delegates were elected as chairs (or co-chairs) at the United Nations Framework Convention on Climate Change, but this year only three ciswomen filled those positions, according to a report by the on their annual conference.

    You’d be hard-pressed to find any formal LGBTQ/GNC organizations or representation at conferences like the Framework Convention or the UN Climate Talks.

    Diverse and varied perspectives and experiences must be a critical and necessary part of any and all climate talks — not just when the world (or Twitter) is watching, but always.
    4. Climate change magnifies existing inequalities — including gender inequality.

    “Reinforced gender inequality really reduces women’s physical and economic mobility, their voice, their opportunity in many places,” said Lake. “That makes them a lot more vulnerable to environmental stress.”

    All those same systems of inequality that function in greater society are at work in the climate change movement.

    No, climate cannot be racist or sexist but people can and people — whether in our federal and local government, climate organizations, or world regulatory organizations — decide our climate policy, responses, and solutions.

    “Climate change and gender justice, because of its personal effect on people and because people have personal identities, you can’t disconnect them,” said Cooper Hall.

    When we solve gender inequality and have achieved true gender justice, then we can will have more well-rounded and genuinely equitable responses to climate change — starting with diverse representation at Climate Change conferences and talks and leading to more specific bottom-up initiatives that put community first and corporations last (Think: The Tiny House Warriors in Canada or low-cost reflective paint by Mahila Housing Trust used to combat heat waves in India)
    5. Considering gender as a climate change factor benefits everything!

    Keeping gender equality in mind when planning for and implementing our climate future is valuable to everyone, so why wouldn’t we want that?

    “It’s a win-win for everyone,” said Atti Worku, founder of Seeds of Africa, a New York-based nonprofit working toward equality in education for children and communities in Ethiopia (hit particularly hard by climate change related droughts) and Africa. “It’s not only because it’s a good thing to include women or whatever, it’s also just beneficial to have women involved.”

    More diverse leadership means more diverse ideas and creative solutions. It also means more minds working together to solve our climate challenges.

    “Environmental sustainability and gender equality are interdependent,” said Worku. “If you educate girls, for example, then we’re addressing a future where women and girls will be scientists. They will be in government. They will be making decisions that are for the needs of everyone.”

    I didn’t always see my gender as being connected to the impacts of our climate. I’ve not felt any more connected to nature than the next person.

    I don’t live in a flood zone and though I am a Black woman — and, as such, more likely to be disproportionately impacted — I have been lucky enough to not have had a physical experience with a hurricane, wildfire, or other climate change-related disaster.

    I initially drew the connection quite randomly on the subway. I saw an ad with a poem about the Christian Bible’s Eve having named all the animals in nature.

    “If Eve were here now, she’d probably be a badass environmental activist or climate change policy-maker,” I thought to myself. “But she’d be terribly overqualified and definitely underpaid.”

    I immediately Googled “women in climate change” like the complete nerd that I am and found myself in a wormhole of women fighting for a seat at the table in an uncharted climate future.

    They aren’t asking for anything grand. Only that all people — of every gender and identity — be included in how we respond to climate change, how we go about making our future.

    I don’t think that’s too much to ask, do you?

    https://goodmenproject.com/featured-content/5-reasons-we-need-gender-conscious-responses-to-climate-change
    #genre #changement_climatique #climat #pauvres #pauvreté #inégalités


  • The Illogic of the U.S. #Sanctions Snapback on #Iran | Crisis Group
    https://www.crisisgroup.org/middle-east-north-africa/gulf-and-arabian-peninsula/iran/b64-illogic-us-sanctions-snapback-iran

    A 40-year analysis of Iran’s economic performance and regional policy reveals little to no correlation between the two, as Tehran has continued to pursue policies it deems central to its national security no matter its degree of economic wellbeing at home.

    En Iran, les #pauvres, premières victimes des sanctions américaines
    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/10/23/en-iran-les-pauvres-premieres-victimes-des-sanctions-americaines_5373267_321

    #Etats-Unis


  • Sharp decline in numbers in latest China Rich List - World Socialist Web Site

    https://www.wsws.org/en/articles/2018/10/23/huru-o23.html

    Sharp decline in numbers in latest China Rich List
    By Robert Campion
    23 October 2018

    The Hurun Research Institute released its annual China Rich List for 2018 on October 10, the 20th annual ranking of the richest individuals in China. The number of individuals with a personal wealth greater than 2 billion yuan ($US290 million) fell to 1,893 in 2018, a sharp 11 percent decrease from last year’s tally of 2,130 billionaires.

    This is the first absolute drop in numbers since 2012 and the highest turnover in names ever. Moreover, some 219 new names appear on the list, which means that in all 456 multi-millionaires are no longer on the list—a fall of 21 percent. The decline reflects the impact of a slowing Chinese economy, the impact of the US trade war measures and sharp falls in China’s share markets this year.

    #chine #riches #pauvres #fortune


  • Faut-il compter les #pauvres autrement ? - Libération
    https://www.liberation.fr/france/2018/10/11/faut-il-compter-les-pauvres-autrement_1684746

    « La pauvreté est une chose, la misère en est une autre », écrit l’Observatoire des inégalités dans son rapport, constatant qu’« en France, 2,1 millions de personnes vivent avec au mieux 684 euros par mois pour une personne seule ». Il est alors souvent difficile de parvenir à se loger dignement sans l’aide de tiers. Pas moins de 800 000 n’ont pas de domicile personnel : 650 000 sont hébergées par de la famille ou des amis et 150 000 sont sans domicile fixe. La hausse continuelle des loyers a « massivement affecté les plus pauvres ». Ainsi la part des dépenses contraintes est passée de 24 % à 48 % de leurs budgets, selon une étude du Crédoc, citée dans le rapport. Toujours selon le centre de recherche, il ne reste plus que 80 euros par mois aux ménages les plus pauvres une fois qu’ils ont réglé leurs dépenses contraintes et incontournables. Et dans le sixième pays le plus riche du monde, l’insécurité alimentaire est encore une réalité. Le rapport cite une étude (1) menée entre 2005 et 2007 par l’Agence française de la sécurité alimentaire. Elle révèle que « 0,9 % de la population française indique ne pas avoir assez à manger, souvent ou parfois ». Ce qui représente 600 000 personnes confrontées à la faim. Cette pauvreté absolue se mesure aussi à l’ampleur des privations que déclarent les personnes concernées dans les enquêtes portant sur leurs conditions de vie menées par l’Insee. En 2016, 3,5 % signalaient une « absence de repas au moins une journée les deux dernières semaines », 5,7 % déclaraient avoir des difficultés « à maintenir leur logement à la bonne température », 9 % ne pas pouvoir offrir de cadeaux.


  • En Suisse, bataille autour de l’espionnage des bénéficiaires des aides sociales
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2018/10/11/en-suisse-bataille-autour-de-l-espionnage-des-beneficiaires-des-aides-social


    Surveiller les #pauvres, être complices des #riches : #démocratie nulle part !

    Pour prévenir la fraude aux prestations sociales, la Suisse veut se doter de tous les moyens. Le Parlement a voté une loi qui permet aux institutions de suivre secrètement les personnes soupçonnées de recevoir des aides de manière indue, d’enregistrer leurs conversations, voire de les filmer si elles se trouvent dans un lieu public ou sur leur balcon. L’employé de l’institution ou le détective privé en charge de cette mission pourra même utiliser des outils GPS, à condition d’obtenir une autorisation préalable.

    #guerre_aux_pauvres #rupture_d'égalité #sous-citoyens


  • #Radicalisation express - Du Gaullisme au Black bloc
    https://lundi.am/Radicalisation-express-Du-Gaullisme-au-Black-bloc

    En fait c’est quelques temps après, en #prison, que je réaliserai que la méthode de #provocation par la #violence sous ce mot abject de « maintien de l’ordre » et qui a été utilisé dans les #manifestations est strictement la même que celle utilisée dans les quartiers où vivent les #pauvres depuis plusieurs dizaines d’années (en fait depuis toujours). Je prends conscience que ce n’est pas la #police qui a dérapé mais que ces méthodes sont celles de la police depuis toujours. Et qu’elles sont confirmées par le code pénal sous les accusations de rébellion, outrage etc.


  • In Britain, Even Children Are Feeling the Effects of Austerity
    https://www.nytimes.com/2018/09/26/world/europe/uk-austerity-child-poverty.html?partner=msft_msn

    The Conservative Party leaders who pushed through the austerity program dispute that it is the cause of rising child poverty, or that child poverty is increasing. They argue that a new system that bundles most payments into one, known as universal credit, is an improvement.

    The new system is “infinitely better than what it replaced,” said Iain Duncan Smith, the Conservative former cabinet minister who oversaw the changes. “The process of stepping into work is easier.”

    That rationale is being questioned. Though unemployment has been more than halved under the Conservatives, the overall child poverty rate has risen. And roughly two-thirds of poor children have at least one parent who works, the Institute for Fiscal Studies said.

    “We tell ourselves completely the wrong story about poverty in the U.K.,” Ms. Garnham said. “The government likes to focus attention on workless families, but there’s hardly any left. That’s a problem of the past.”

    #austérité #pauvreté #travailleurs #pauvres #Grande_Bretagne


  • Être pauvre (2/4) : Pauvres des champs, les oubliés | La série documentaire
    https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/etre-pauvre-24-pauvres-des-champs-les-oublies

    Nous nous rendons en Limousin, une zone particulièrement concernée par cette pauvreté hors des radars. Au fil des témoignages recueillis, nous abordons les questions cruciales de l’isolement géographique, de la dévitalisation des territoires, du repli social et des spécificités de la pauvreté dans un village ou en campagne. Durée : 55 min. Source : France Culture

    http://rf.proxycast.org/1481506433081024512/10177-18.09.2018-ITEMA_21814321-0.mp3

    • Autres émissions de cette série sur la #pauvreté :

      – « Pauvreté : comment sortir de la honte ? »
      https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/etre-pauvre-14-pauvrete-comment-sortir-de-la-honte

      Avec 800 euros et deux enfants qu’elle élève seule, Grace estime qu’il faut entrer dans les détails de sa vie de pauvre : l’absence de frigo, les privations quotidiennes, le sentiment de honte.

      (...) A l’origine de cet épisode, il y a une étude menée à l’université d’Oxford. Elle porte sur l’universalité du sentiment de honte qui accompagne la pauvreté. "La honte est une des causes de la pauvreté", décrit le prix Nobel d’économie Amartya Sen.

      "La lutte contre la pauvreté est vaine si elle ne prend pas en compte la restauration de l’estime de soi", nous explique Claire Hédon, la présidente d’ATD Quart-Monde dans cet épisode. "Il y a l’idée que les pauvres profiteraient du système mais derrière il y a aussi "qu’est-ce que vous avez fait pour vous retrouver dans cette situation ?, donc une question de culpabilité"

      Nous donnerons à entendre ce constat, grâce à des récits de vie. Nous nous rendons également dans un centre d’accueil pour femmes situé à Paris, où les bénéficiaires participent régulièrement à des ateliers « beauté », quand le superficiel devient essentiel.

      http://rf.proxycast.org/1481137535789834240/10177-17.09.2018-ITEMA_21812838-0.mp3

      – « Quand les ouvriers s’appauvrissent »
      https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/etre-pauvre-34-quand-les-ouvriers-sappauvrissent

      En 1992, l’usine textile De Fursac, installée à La Souterraine, dans la Creuse, délocalisait sa production en Pologne.

      "Il y a eu des centaines de licenciements, alors que les carnets de commande étaient pleins." Maryse Mathivet, ancienne salariée des ressources humaines de De Fursac

      25 ans plus tard, l’histoire se répète avec le plan social visant GM&S, l’un des fleurons industriels de la ville. Dans cet épisode, les témoignages des protagonistes de cette histoire collective se répondent. Souvent, des familles ont été touchées par les deux plans sociaux.

      "On a aidé Renault à se sortir de la Mouise, parce qu’à une époque ils étaient très mal, donc on a demandé aux français de les soutenir, avec de l’argent public et aujourd’hui ils délocalisent." Alain, ex-salarié de GM&S

      C’est l’histoire d’une ville qui s’appauvrit et expérimente, comme le décrit le maire de la Souterraine, « une catastrophe économique » : l’apparition du chômage, le surgissement de la précarité, l’affaiblissement du mouvement ouvrier et le déclin d’une ville.

      http://rf.proxycast.org/1481872184161869824/10177-19.09.2018-ITEMA_21815822-0.mp3

      – « Vivre à l’écart des pauvres »
      https://www.franceculture.fr/emissions/lsd-la-serie-documentaire/etre-pauvre-44-vivre-a-lecart-des-pauvres

      La France est le pays d’un étonnant paradoxe : les prélèvements obligatoires y sont les plus élevés d’Europe, ce qui limite plus qu’ailleurs les inégalités de revenu. Mais la ségrégation socio-spatiale y est particulièrement dynamique. En d’autres termes, le modèle social Français préserve (un peu) des inégalités, mais on ne se mélange pas. Cet épisode raconte comment #riches et pauvres vivent de plus en plus éloignés.

      « Dans les Yvelines, il y a une quarantaine de kilomètres de communes contigues très riches (plus riches que le 7ème, 8ème et 16ème arrondissement), c’est une population qui vit en vase clos et ne rencontre jamais de pauvre. » Jérôme Fourquet, sociologue

      Guidé notamment par le géographe et politologue Jérôme Fourquet, cet épisode raconte la géographie d’un territoire champion de la ségrégation socio-spatiale, le département des Yvelines.

      « Il y a une solidarité locale, au niveau de la ville, entre des pauvres et des très pauvres. » Catherine Arenou, maire de Chantelou-les-vignes

      Nous passons par Saint-Germain en Laye ou Fourqueux, où les habitants déclarent un revenu moyen supérieur à 90 000 euros par an, pour finir à Trappes ou Chanteloup les Vignes, où l’on gagne en moyenne cinq fois moins bien sa vie.

      #ruralité #France_Culture #audio #radio


  • Emmanuel Macron" dévoile les mesures de son #PlanPauvreté qui comprend deux axes forts : - Obligation de formation chez un maraîchers pour les enfants de #pauvres déscolarisés - 5 fruits et légumes par minutes ... nécessaires à l’enrichissement de la multinationale !

    Source : https://twitter.com/Fils2Psy/status/1040116709779230722

    #de_la_dyslexie_créative (in progress) ... Et comme un malheur n’arrive jamais seul, deux hashtags se sont insidieusement glissés dans ce post.



  • Plan pauvreté : Buzyn promet des moyens supplémentaires
    http://www.europe1.fr/politique/plan-pauvrete-buzyn-promet-des-moyens-supplementaires-3751154

    « Il y aura de la dépense pour accompagner mieux les personnes vers leur émancipation », a déclaré sur France 3 la ministre des Solidarités et de la Santé.

    Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et de la Santé, a promis dimanche que le plan pauvreté comprendrait des moyens financiers supplémentaires, relevant qu’"il y aura de la #dépense pour accompagner mieux les personnes vers leur émancipation". Comme on lui demandait sur France 3 si le plan pauvreté, qui doit être dévoilé jeudi prochain, comprendrait des moyens financiers supplémentaires, elle a répondu : « Il y en aura, bien sûr ».

    Vers la fusion des aides sociales ? « Il y aura de la dépense pour accompagner mieux les personnes vers leur émancipation », a-t-elle ajouté. La ministre a également indiqué qu’une éventuelle fusion des prestations sociales ne figurerait pas dans ce plan. « C’est une idée à explorer. Elle n’est pas simple techniquement et donc, je pense que nous aurons un travail de réflexion autour de cette fusion des aides sociales », a réagi la ministre. « De toutes façons, ça ne peut pas se faire avant plusieurs années, même par étapes », a insisté la ministre. « On peut ouvrir une réflexion, mais pour l’instant, nous n’avons pris aucune décision », a-t-elle encore expliqué.

    « Mieux lutter contre la pauvreté tout en maîtrisant davantage les dépenses publiques. » La députée LREM Christine Cloarec et l’économiste #Julien_Damon ont remis mercredi un rapport sur « le juste niveau de prestation » sociale, pour « mieux lutter contre la pauvreté tout en maîtrisant davantage les dépenses publiques ». Avant une possible fusion des prestations sociales, qui prendrait la forme d’une « allocation sociale unique » - une piste de travail déjà évoquée par le gouvernement -, les rapporteurs proposent une « homogénéisation » de leur mode de calcul.

    Des mécanismes de réinsertion à travers du « travail rémunéré » pour les bénéficiaires du RSA. Pour les bénéficiaires du #RSA, le #plan_pauvreté va prévoir, entre autres, des mécanismes de réinsertion à travers du « travail rémunéré », « mais pas » à travers le bénévolat, a précisé la ministre. Plus généralement, la ministre a expliqué à propos du plan qu’on « ne transforme pas une société, dans laquelle il y a une proportion de Français très #pauvres depuis des années, en une année ».

    Le gouvernement parie sur une réforme du RSA. Emmanuel Macron présentera jeudi le « plan pauvreté », principal chantier social de son début de quinquennat, très attendu par l’aile gauche [sic] de sa majorité alors que la popularité de l’exécutif est au plus bas. Plutôt que de continuer à dépenser « un pognon de dingue » - la formule présidentielle avait fait jaser - sans résultats probants sur le retour à l’#emploi des plus pauvres, le gouvernement parie sur une réforme du revenu de solidarité active (RSA) pour permettre une sortie « plus efficace » de la précarité.

    À durer, se ramifier, s’approfondir, la segmentation, l’aléa et la crainte générale on usé le mantra socialiste 80’ de l’insertion (RMI). Il n’y a désormais plus d’intégration à promettre, celle ci étant l’affaire de chacun, appelé à se libérer du néant (les ceusses « qui ne sont rien » de la Station F), de la dépendance à l’assistanat (ah ce Darmon, et tant d’autres socio experts occupés à organiser la vie sociale... des autres), dans l’"activité" (RSA, auto entreprise, et tout le reste de la gamme des ponts de passage de l’actif, jusqu’au retraité sans ou à faible droit). Renversement partout, liberté nulle part, maintenant c’est leur « émancipation » contre la nôtre.

    #Agnès_Buzyn #précarité #aide_sociale ou #droits_sociaux



  • Allocation sociale unique : qui seraient les perdants et les gagnants ? Bertrand Bissuel et Sarah Belouezzane

    Un rapport montre que la fusion de plusieurs prestations pourrait entraîner une baisse de ressources pour 3,55 millions de ménages.

    Si le gouvernement décide de fusionner les aides financières attribuées aux familles modestes, il va être confronté à des choix cornéliens, qui pourraient lui coûter, politiquement parlant. C’est l’impression que procure la lecture d’un rapport, resté confidentiel jusqu’à présent, auquel Le Mondea eu accès.

    Réalisé à la demande du premier ministre par France Stratégie, un organisme de réflexion indépendant rattaché à Matignon, cette étude très fouillée montre que le regroupement des « prestations de #solidarité » dans une allocation sociale unique (ASU) pourrait faire plus de « perdants » que de « gagnants ». Ces constats, anxiogènes pour la frange de la population située en bas de l’échelle des revenus, sont dressés alors même que l’exécutif doit présenter, à la rentrée, sa stratégie de lutte contre la pauvreté.

    L’idée de réformer les dispositifs de soutien financier aux ménages modestes tient au fait que le système est devenu indéchiffrable. Du coup, certaines personnes n’en bénéficient pas alors qu’elles y ont droit – tombant ainsi dans le piège du « #non-recours ». Parallèlement, la complexité autorise tous les fantasmes sur la générosité de notre #Etat-providence.

    Trois scénarios élaborés

    C’est pourquoi Edouard Philippe a confié, en juillet 2017, à France Stratégie, une « mission de réflexion » qui a débouché sur un premier « rapport de préfiguration », remis en février. Le chef du gouvernement a souhaité que l’analyse soit affinée, d’où un deuxième rapport, livré en juin. Son auteur se livre à des simulations en partant des hypothèses suivantes. L’ASU remplace, en les fusionnant, plusieurs prestations : le revenu de solidarité active (#RSA), l’allocation de solidarité spécifique (#ASS), la prime d’activité, les aides au logement (#AL), l’allocation adulte handicapé (#AHH), l’allocation de solidarité pour les personnes âgées (#ASPA, ex-minimum vieillesse) et l’allocation supplémentaire d’invalidité (#ASI).

    Ces changements, effectués à enveloppe budgétaire constante, ne doivent pénaliser ni les handicapés (et leurs proches), ni les personnes âgées. Sur cette base, un premier « barème » avait été proposé dans le rapport terminé en février. Quatre mois après, deux autres scénarios ont été mis au point – l’un qualifié d’« optimisé », l’autre élaboré « sous la contrainte » de ne pas différencier les aides accordées aux locataires du parc privé et du monde HLM. Les résultats sont éloquents.

    Dans le « barème optimisé », le passage à l’ASU entraîne une diminution de revenus pour 3,55 millions de ménages, soit parce qu’ils touchent moins de prestations qu’avant, soit parce qu’ils n’en ont plus (1,5 million d’entre eux se retrouvant dans cette situation). A l’inverse, 3,3 millions de foyers enregistrent une hausse de leurs ressources. La réforme « fait presque deux fois plus de perdants que de gagnants parmi les titulaires de l’ASS » – c’est-à-dire des #chômeurs en fin de droit.

    Des incidences variables selon la configuration familiale
    S’agissant des personnes percevant les AL, les perdants sont un peu plus nombreux que les gagnants, mais le surcroît de ressources pour les seconds est, en moyenne, plus élevé que les pertes subies par les premiers. A l’inverse, le nouveau barème engendre « 3,3 fois plus de gagnants que de perdants » chez les bénéficiaires de l’ASPA.

    Si l’on élargit la focale, le « barème optimisé » n’a quasiment pas d’impact sur la proportion de personnes situées sous le seuil de pauvreté (– 0,1 point, seulement). En revanche, celles qui sont très #pauvres voient leur part reculer plus nettement. Les incidences sont également variables, suivant la « configuration familiale » : le taux de pauvreté régresse pour les #familles_monoparentales, « ainsi que pour les couples avec un ou deux enfants » ; mais il s’accroît nettement pour les personnes seules (+ 1,6 point).

    Avec le barème « sous la contrainte », l’amélioration est plus franche puisque l’instauration de l’ASU se traduit par un reflux du taux de pauvreté de 0,4 point (– 1,3 point si l’on ne considère que les enfants). Enfin, avec la version « optimisée » de l’ASU, le fait d’occuper un #emploi s’avère plus avantageux que dans le système actuel – où il peut arriver que le travail paie moins que les allocations, selon France Stratégie. Cette donnée est importante, car elle se trouve au cœur d’une des préoccupations du gouvernement : transformer les aides sociales pour qu’elles incitent, plus encore, à la reprise d’une activité.

    Toute la question, maintenant, est de savoir comment l’exécutif compte se réapproprier le rapport de France Stratégie. Si l’idée de créer l’ASU est à l’étude, elle ne devrait toutefois pas voir le jour, à court terme. « Le sujet n’est pas tranché, indique-t-on à Matignon. Et il ne fera pas l’objet de dispositions dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019. »

    En revanche, il est possible qu’une autre mesure, mitoyenne et défendue par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, soit annoncée à la rentrée, dans le cadre de la stratégie de lutte contre la pauvreté : le #versement_social_unique (VSU). Ce mécanisme, souvent décrit comme une première étape vers l’ASU, vise à attribuer, le même jour, les prestations auxquelles les personnes sont éligibles. Le but est de simplifier les démarches, afin de réduire le phénomène du « non-recours », tout en prenant en compte les ressources les plus récentes pour calculer le montant de l’aide. « On travaille sur le VSU, ça demeure un objectif, confirme-t-on à Matignon. Mais il ne se fera pas du jour au lendemain. » Le 12 juin, le délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté, Olivier Noblecourt, avait confié à l’Agence France Presse que le VSU serait mis en place « en 2019 ou en 2020 ».


  • Generation wealth: how the modern world fell in love with money | Global | The Guardian

    https://www.theguardian.com/global/2018/jul/08/generation-wealth-how-the-modern-world-fell-in-love-with-money

    Lauren Greenfield has spent years photographing the world’s richest people. Now she’s made a documentary on society’s obsession with extreme wealth – and its cost to us all

    by Rupert Neate

    Sun 8 Jul 2018 08.00 BST

    Shares
    1,233

    Documentary photographer Lauren Greenfield was trying to form trusting relationships with members of a Mayan tribe in Mexico in the early 1990s when she picked up a discarded copy of Bret Easton Ellis’s Less Than Zero. Before she’d finished the cult novel – which charts the parties, drug taking and sex lives of rich college kids in Los Angeles – Greenfield had decided to swap photography subjects from the Maya of Chiapas to the rich kids of her home town.

    #riches #très_très_riches #pauvres #très_très_pauvres


  • La place que l’on accorde aux #pauvres dans la #mondialisation est souvent oubliée ou expliquée de manière simpliste. Or les pauvres portent aussi la mondialisation… tout en la subissant.

    https://sms.hypotheses.org/11757

    #mondialisation, #pauvre, #pauvreté, #Afrique, #acteur, #riche, #richesse, #invisible, #inégalité, #classe, #victime, #asie, #commerce, #globalisation, #maghreb


  • As rich children slim down, poor ones are getting fatter - Big little ones
    https://www.economist.com/britain/2018/06/02/as-rich-children-slim-down-poor-ones-are-getting-fatter

    Poor children have been fatter than rich ones since around the 1980s. But over the past decade the rich have started to slim down, as the poor have got bigger. This is true in poor Camberwell and posh Dulwich, where rates of childhood obesity have respectively risen by ten percentage points and fallen by two in the past six years. And it is true of the country at large (see chart).

    #obésité #pauvreté #riches #pauvres #enfance #enfants


  • Les handicapés cessent leur occupation du Parlement polonais afp/ebz - 27 Mai 2018 - RTS
    http://www.rts.ch/info/monde/9600308-les-handicapes-cessent-leur-occupation-du-parlement-polonais.html

    Une dizaine de jeunes handicapés qui occupaient depuis quarante jours avec leurs familles un couloir du Parlement à Varsovie pour réclamer une hausse de leurs maigres revenus ont annoncé dimanche qu’ils avaient mis fin à leur mouvement.

    « Après quarante jours, nous suspendons notre protestation au Parlement », a déclaré à la chaîne de télévision polonaise TVN24 une des manifestantes, Iwona Hartwich, qui campait dans le Parlement avec son fils #handicapé de 23 ans. « Nous sommes inquiets pour le bien-être de nos enfants, nous sommes coupés de tout », a-t-elle expliqué.


    Le couloir où campaient les handicapés a en effet été bloqué durant le weekend par les autorités, qui ne leur ont laissé l’accès libre qu’à une seule salle de bains, alors que la session de printemps de l’assemblée parlementaire de l’#Otan se déroulait un peu plus loin dans le même bâtiment.

    Les protestataires demandaient une allocation mensuelle de 120 euros pour 72’000 #handicapés adultes répondant à certains critères. Le gouvernement a refusé, invoquant des raisons budgétaires.

    #pologne #guerre_aux_pauvres très #pauvres


  • Les aînés meurent de notre incapacité à revoir le panier de services Dr Hugo Viens - 26 mai 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/opinion/idees/528787/les-aines-meurent-de-notre-incapacite-a-revoir-le-panier-de-services

    Les chiffres font peur : plus de la moitié des #aînés prennent des #médicaments potentiellement inappropriés au #Canada, selon une nouvelle étude de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). Au #Québec, 25 % d’entre eux se font prescrire des #somnifères.

    Mais comment s’en étonner ? Les médicaments sont remboursés par les assurances publiques, mais pas la psychothérapie, la physiothérapie ou le #soutien_social. Et si ces statistiques ne sont pas nouvelles, elles confirment une tendance lourde des dernières années. Nous médicamentons beaucoup nos aînés au Canada dans nos établissements de soins de longue durée. Et nous médicamentons surtout les plus #pauvres.


    Se poser les bonnes questions
    La #polypharmacie fait du mal à nos aînés. Lors du dernier congrès national de Choisir avec soin, une des conférencières, la Dre Dee Mangin, a présenté un tableau de la situation qui mériterait d’être mieux connu : nos aînés meurent à cause des médicaments qu’ils prennent en trop grand nombre.

    En raison des interactions de ces médicaments, des chutes qu’ils entraînent ou de la difficulté que les personnes âgées ont à les éliminer de leur sang, c’est comme si chaque jour nous faisions monter des aînés dans un avion avant de faire s’écraser celui-ci au sol, a-t-elle précisé.

    Ces morts sont évitables ! Elles découlent des attentes de la population en matière de gestion de la douleur, de l’insomnie ou de la santé mentale. Elles s’inscrivent aussi dans une tendance plus large de « #surmédicalisation » dans laquelle la société québécoise a plongé tête première… suivant en cela de près nos voisins du sud.

    Agir sur les bons leviers
    Vous m’avez déjà entendu parler des contrecoups du #surdiagnostic et du #surtraitement sur notre système de santé. Cela nous coûte cher en argent, et aussi en vies. Les #médecins sont de plus en plus nombreux à agir, appliquant la déprescription quand c’est possible et nécessaire. Certains patients commencent aussi à poser les bonnes questions, mises en avant par la campagne Choisir avec soin, en demandant par exemple à leur professionnel de la santé s’il y a des options plus simples et plus sécuritaires que les médicaments. Ce n’est pas toujours le cas, mais ça peut l’être. Et ces options doivent être accessibles.

    Le médecin n’a pas réponse à tous les maux. La population doit l’apprendre et le comprendre. En médicalisant tous nos problèmes, de la moindre douleur lombaire à des insomnies passagères, nous engorgeons le système de santé, qui ne suffit plus à répondre à la demande ni aux coûts.

    Nous devons entamer une discussion sur ce qui est médicalement indiqué. À partir de quand un mal de dos nécessite-t-il une injection de cortisone et pendant combien de temps cette béquille peut-elle et doit-elle être utilisée ? Un traitement contre la perte de cheveux peut être médicalement indiqué. Doit-il pour autant être couvert ? Ce sont des questions que l’on ne se pose pas.

    Avant sa dissolution, le Commissaire à la santé et au bien-être travaillait à la nécessaire révision du panier de services en santé. Un exercice difficile que le Québec ne peut éviter. Les partis politiques sont en campagne. C’est le temps ou jamais de parler de cet enjeu. Nous devons, comme société, faire des choix, et les médecins doivent participer à cet important exercice pour qu’il soit basé sur des données probantes.

    #pharma #santé #industrie_pharmaceutique #lobbying #médecine #big_pharma


  • Assis dans un McDonald’s : microportrait des USA
    http://jefklak.org/assis-dans-un-mcdonalds-microportrait-des-usa

    Ancien de Wall Street devenu reporter atypique, Chris Arnade a une méthode propre à donner une leçon aux journalistes en herbe. Il arpente le territoire des États-Unis et se pose, au milieu des autres, sur les bancs des restaurants McDonald’s ou au coin d’une rue de banlieue, ouvert à la rencontre. Là, ce qu’il voit n’est ni révolutionnaire ni spectaculaire : des tranches de vie ordinaires, des groupes de parole et de communautés de quartier, des existences précarisées et banales. Les photos et témoignages qu’Arnade recueille dans les fast-foods – d’habitude méprisés – parlent de l’Amérique, de la pauvreté endémique de ses marginalisé·es et du soutien mutuel de ses habitant·es. Sam Jaffe Goldstein, libraire de Los Angeles, l’a interviewé – loin des sentiers battus de la gauche universitaire.

    #Etats_unis #pauvres #fast-food #Chris_Arnade #époque


  • Les pistes explosives de Bercy pour réduire les aides sociales, Bertrand Bissuel, Le Monde, 18.05.2018
    Dans une note interne, que « Le Monde » s’est procurée, la direction du budget préconise de revoir le niveau de plusieurs prestations.

    Si le gouvernement ne sait pas comment s’y prendre pour réduire les dépenses publiques, il dispose d’une administration, prestigieuse mais crainte – voire honnie, parfois –, qui saura toujours lui souffler des idées : la direction du budget. Celle-ci a récemment formulé de « premières pistes d’économies » portant sur des dispositifs d’aide aux ménages, en général, et aux personnes démunies. Synthétisées dans un document qui s’intitule « Transformer les prestations sociales », que Le Monde s’est procuré, ces propositions seraient susceptibles – pour plusieurs d’entre elles – de provoquer un tollé si elles étaient mises en œuvre. Il ne s’agit que de « travaux techniques », qui ne se situent pas du tout au « niveau politique », fait-on valoir dans l’entourage du ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin. Mais l’inventivité des hauts fonctionnaires de Bercy pour alléger le montant de la facture peut cependant nourrir quelques inquiétudes.

    La direction du budget part du constat que les prestations sociales constituent « un poids croissant », représentant 26 % des dépenses publiques en 2016 (soit près de cinq points supplémentaires en une quinzaine d’années). « Plusieurs approches [sont] possibles pour maîtriser la dynamique », écrit-elle : ne plus indexer (totalement ou partiellement) la progression des aides à l’évolution des prix, « revoir les règles d’éligibilité », mieux prendre en compte le patrimoine des personnes dans le calcul de l’allocation, encourager le retour à l’emploi – par exemple en conditionnant l’octroi de certains minima sociaux « à des démarches actives de recherche » d’un poste, etc.

    Lire aussi : La hausse des dépenses sociales difficilement soutenable
    http://lemonde.fr/politique/article/2017/10/18/une-hausse-des-depenses-sociales-difficilement-soutenable_5202571_823448.htm

    Le document ne précise pas le montant d’économies induites par les diverses options esquissées, sauf dans un cas : le gel en 2019 des prestations, dites « légalement indexées » (allocations familiales, retraites…), « pourrait rapporter 3,5 milliards d’euros », sans que soient remises en cause les « revalorisations exceptionnelles » de certaines aides, décidées par le gouvernement d’Edouard Philippe (par exemple pour la prime d’activité). La direction du budget ne se place pas dans une optique strictement comptable : sa démarche vise également à améliorer le fonctionnement de dispositifs, dont elle rappelle les imperfections, à ses yeux.

    Allocation adultes handicapés (AAH)
    Des « disparités fortes » sont relevées entre départements dans l’octroi de cette aide. Il est, du coup, proposé de « maîtriser les flux d’entrée en [révisant] les critères d’attribution » et d’« uniformiser (…) les pratiques de prescription ». Les hauts fonctionnaires de Bercy suggèrent par ailleurs de « revoir plus périodiquement le stock » de bénéficiaires de l’AAH et d’« inciter effectivement à la reprise d’activité ».
    Allocation personnalisée pour l’autonomie (APA)
    Destinée aux personnes âgées qui ont de la peine à accomplir des gestes de la vie quotidienne, cette prestation est jugée « trop diluée et insuffisamment redistributive ». Il convient donc de la « recentrer (…) sur les publics prioritaires (…) pour garantir [sa] soutenabilité (…) dans un contexte de vieillissement démographique ». Les « plans d’aide » doivent également être modulés « en fonction du patrimoine » de la personne, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle, et non des seuls revenus. Les budgétaires de Bercy recommandent, par ailleurs, de se pencher sur « l’articulation de la prestation » avec les avantages fiscaux existants, par exemple l’abattement de 10 % sur les pensions dans le cadre de la déclaration d’impôt sur le revenu.

    Aides personnelles au logement (APL)
    Le dispositif comporte plusieurs limites, aux yeux de Bercy. Parmi elles, le fait que « les APL favorisent (…) les personnes inactives », à niveau égal de ressources. En outre, les « APL étudiants sont peu ciblées et ont trop peu d’effet redistributif », car le montant de la prestation « dépend très peu des ressources réelles (salaires et transferts intrafamiliaux) » des bénéficiaires. Dès lors, une réforme serait la bienvenue, en prévoyant le « non-cumul part fiscal et APL étudiants » – ce qui signifie que les intéressés devraient choisir : soit être rattachés au foyer fiscal de leurs parents, soit percevoir l’aide. Une idée maintes fois évoquée, mais jamais mise en œuvre, à ce stade, de crainte de provoquer des manifestations monstres d’étudiants. Le document formule d’autres pistes « à compter de 2020 », dont l’une est d’intégrer les minima sociaux et les prestations familiales dans la « base ressources » servant au calcul des APL.

    Bourses sur critères sociaux (BCS)
    Accordées aux étudiants « issus de foyers modestes », ces aides ont vu leur montant s’envoler (+ 60 % en dix ans), du fait du dynamisme de la démographie dans l’enseignement supérieur et d’un « rythme de revalorisation discrétionnaire, supérieur à l’inflation ». Le dispositif est « faiblement ciblé », pour la direction du budget, qui souligne que « le nombre de bénéficiaires (…) atteint désormais 27 % des étudiants ». Du coup, plusieurs solutions sont énoncées : « accroître le ciblage », par exemple en abaissant les plafonds de ressources ; geler les revalorisations des barèmes ou, « a minima, en limiter la progression » ; « renforcer le contrôle d’assiduité » – les jeunes qui ne vont pas en cours étant susceptibles de perdre l’aide.

    Des recommandations sont faites également au sujet du revenu de solidarité active (RSA), de l’allocation de solidarité spécifique (pour les chômeurs en fin de droits), le minimum-vieillesse, la prime d’activité et les prestations familiales. Le fait que la direction du budget phosphore sur le sujet n’est nullement une surprise. Dans un entretien accordé au Parisien, M. Darmanin avait déclaré, le 27 avril, que, parmi les sources d’économies, « il y a bien sûr le champ social, qui (…) doit être audité ». Le comité d’experts CAP22, chargé de remettre prochainement un rapport sur la réforme de l’Etat, explore cette thématique.

    Toute la question, désormais, est de savoir si les pistes développées par Bercy seront retenues ou non. Certaines d’entre elles ont peu de chance de prospérer, notamment celles consistant à étaler, voire à annuler les revalorisations exceptionnelles décidées en 2017 par le gouvernement d’Edouard Philippe. Dans l’entourage de M. Darmanin, on affirme que ce sont aux ministères concernés de faire des propositions pour rénover les dispositifs sociaux, tout en reconnaissant que celles-ci ont vocation à être confrontées à « l’expertise » de la direction du budget. Les arbitrages interviendront au cours de l’été, ajoute-t-on. Ils seront guettés avec une bonne dose d’appréhension dans l’opinion.

    #AAH #APL #APA #Bourses #Austérité #inégalités #revenu #guerre_aux_pauvres

    • Darmanin ne se contente pas d’abuser de son pouvoir à l’encontre de femmes de son entourage. Il est aussi en charge d’écraser d’autres faibles, les #pauvres.
      Ici, c’est le traditionnel ballon d’essai de la fuite organisée (une collaboration État/media, et nul hasard à ce que le détails du rapport soit très sommairement résumé quant au #RSA par exemple) pour tester les réactions, qui sera suivi de mesures estivales. Avant de faire l’objet de nouvelles mesures.
      Un des éléments de langage : « 26% des dépenses publiques vont aux dépenses sociales » masque totalement la dépendance partielle de nombreux non pauvres à ces dépenses sociales (allocations familiales, prestation d’aide au jeune enfant, par exemple) pour les imputer aux losers et autres parasites.
      Sous couvert de rationalisation, une des dispositions clé sera sans doute d’intégrer une prise en compte rigoureuse de « l’épargne » dans le calcul des droits, ce qui n’intervient qu’à la marge aujourd’hui.

      Leurs premiers de cordées de la haute fonction publique, je les voit tenant chacun plusieurs cordes auxquelles sont suspendues par le cou des grappes de mères célibataires, d’étudiants sans le sou, de chômeurs en activité à temps réduit ou pas, de vieux et vieilles et d’une foule d’autres riens.
      #brutes #abus_de_faiblesse #verrou #épargne #minstère_du_budget #prime_d'activité #minimum_vieillesse #droits_sociaux (et pas « aides » comme on nous le répète sans cesse pour ancrer l’idée que c’est « facultatif »).



  • Olivier Cahn : « Le #profil_social des interpellés du “Black bloc” n’a rien de nouveau »

    Alors que les premières comparutions immédiates après les affrontements du 1er-Mai ont lieu, beaucoup s’étonnent du profil social assez « bourgeois » des militants du « #Black_bloc ». Il se révèle en réalité plutôt classique.

    Qualifiés par la droite et l’extrême droite de « racailles de banlieues », les premiers militants « Black blocs » présentés en comparution immédiate après les violences du 1er-Mai présentent un tout autre profil social. Élèves à Centrale, fils et filles de chercheurs au CNRS, d’analystes financiers, etc... Il semble que ces militants appartiennent plus à la #classe_moyenne ou à la #petite_bourgeoisie qu’aux #classes_populaires. Un profil beaucoup moins étonnant qu’il n’y paraît. Olivier Cahn, enseignant-chercheur à l’Université de Cergy-Pontoise, spécialiste de l’anarchisme et du #militantisme_violent, nous livre son analyse sur les #militants du « Black bloc » et sa composition sociale.


    https://www.marianne.net/societe/olivier-cahn-le-profil-social-des-interpelles-du-black-bloc-n-rien-de-nouv
    #classe_sociale #pauvres #riches

    • Il y a eu 7 personnes mises en causes et les accusation sont « possession de sérum phy », « etre habillé en noire » (sur des photos en noire et blanc pour un blouson en fait vert...), « possession d’une écharpe ». Le seul condamné l’a été pour possession de fumigène.

      Comment affirmé des choses sur le profil sociale des black bloc à partir d’un échantillon si faible et si douteux ?


  • Les 1% les plus fortunés ont accaparé 82% des richesses créées l’an dernier (LaTribune.fr)
    https://www.latribune.fr/economie/les-1-les-plus-fortunes-ont-accapare-82-des-richesses-creees-l-an-dernier-

    Les #inégalités dans le monde :

    « En 12 mois, les #richesses de ce groupe d’élite ont augmenté de 762 milliards de dollars, soit plus de sept fois le montant qui permettrait de mettre fin à la #pauvreté extrême dans le monde. 82% de la #croissance des richesses créées dans le monde l’année dernière ont profité aux 1% les plus #riches, alors que la situation n’a pas évolué pour les 50% les plus #pauvres. »

    En France, les #premiers_de_cordée et le #ruissellement_à_l'envers :

    [L’ONG] relève ainsi que « en 20 ans, la #fortune totale des dix plus grandes fortunes françaises a été multipliée par 12, pendant que le nombre de pauvres augmentait de 1,2 millions de personnes. »

    « En 2017, les 10% les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses alors que les 50% les plus pauvres se partagent à peine 5% du gâteau. Les 1% les plus riches en sortent particulièrement gagnants : ils possèdent à eux seuls 22% des richesses en 2017 alors qu’ils n’en possédaient que 17% en 2007.
    Au sommet de la pyramide, la richesse des milliardaires français a été multipliée par trois en 10 ans et seuls 32 milliardaires français possèdent désormais autant que les 40 % les plus pauvres de la population française. »

    Document source :
    – “Partager la richesse avec celles et ceux qui la créent”, rapport OXFAM, janvier 2018.
    http://oxfamfrance.org/sites/default/files/file_attachments/rapport_oxfam_inegalites_2018.pdf

    Pour mettre un terme à la crise des inégalités, il est indispensable de construire l’#économie autour des citoyen-ne-s ordinaires, et non des riches et des puissant-e-s.