• [Les Promesses de l’Aube] #sous-officier_raymond - S01E04 - De trou noir en dinosaures - Gang des vieux en colères
    http://www.radiopanik.org/emissions/les-promesses-de-l-aube/gang-des-vieux-en-coleres

    Le « Gang des Vieux En Colère » est un mouvement citoyen indépendant qui se bat pour que les générations futures puissent vieillir dans la dignité en ayant un accès décent à la santé et un montant de #pension de #retraite minimum garanti, égal pour toutes les femmes comme pour tous les hommes.

    On reçoit Pol Buisseret et on parle de la « GRAPA » (Garantie de Revenus aux Personnes Âgées) et des mesures de contrôle associées.

    Pol peut être contacté à l’adresse pol@gangdesvieuxencolere.be et toutes les infos sur le gang sont sur leur site : gangdesvieuxencolere.be

    #retraite,pension,sous-officier_raymond
    http://www.radiopanik.org/media/sounds/les-promesses-de-l-aube/gang-des-vieux-en-coleres_08142__0.mp3

  • Réforme des retraites : « Les #femmes_divorcées seront les grandes perdantes »

    Dans une tribune au « Monde », un collectif de chercheurs et d’universitaires suggère au gouvernement d’établir un vrai partage des droits à retraite au sein des couples.

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/01/23/les-femmes-divorcees-seront-les-grandes-perdantes_6026919_3232.html

    #femmes #inégalités #discriminations #divorce #retraites #retraite #réforme

    Reçu via email, le 24.01.2020, cette "version longue" :

    Contrairement aux affirmations du Premier Ministre, les femmes ne seraient pas les « grandes gagnantes » de la réforme des retraites. En prenant en compte l’ensemble de la carrière plutôt que les « meilleures années », le passage à la retraite à points entraînerait une baisse de leur #pension plus importante que pour les hommes. L’ensemble des #inégalités (de carrière, de salaire, de temps de travail rémunéré…) qu’elles connaissent tout au long de leur vie professionnelle serait intégralement répercuté sur le montant de leur retraite.
    La réforme des retraites renforcerait aussi les inégalités économiques entre femmes et hommes en s’attaquant au dispositif des pensions de réversion. Alors que 99 % du montant des pensions touchées par les hommes est constitué de leurs droits propres, un quart de celles des femmes est issu de ce qu’on appelle des droits dérivés, essentiellement des pensions de réversion. Ces pensions sont actuellement attribuées aux femmes qui ont été mariées, après le décès de leur époux ou ex-époux, en fonction des droits à la retraite acquis par ce dernier. Il ne s’agit pas de cas particuliers : en 2017, presque la moitié (42 %) des femmes touchant des droits à la retraite percevait une pension de réversion. Son montant moyen était de 700 euros. En France, ce dispositif a permis de réduire significativement la pauvreté des femmes âgées. Il faut rappeler que les femmes de plus de 65 ans touchent des pensions de droits propres inférieures de 38 % en moyenne à celles des hommes. Cet écart de revenu est ramené à 25 % grâce aux droits dérivés.
    Il y a dix-huit mois, Emmanuel Macron affirmait : « Il n’est pas question de supprimer les #pensions_de_réversion pour les futurs retraités » (Le Monde, 27/06/2018). Or, la dernière version du projet de réforme des retraites prévoit la suppression, après 2025, de la #pension_de_réversion pour les femmes divorcées. Jusqu’ici, en cas de #divorce, l’ex-épouse peut percevoir la pension de réversion, ou la partager au prorata du nombre d’années de mariage si son ex-époux a été marié plusieurs fois.
    Le gouvernement a prévu d’agir par #ordonnance sur ce point ; il envisage de remplacer la pension de réversion pour les femmes divorcées par une augmentation de ce que l’on nomme la #prestation_compensatoire. Ceci traduit une méconnaissance complète de la #justice_familiale et de ses évolutions.
    Déterminée au moment du divorce, la prestation compensatoire est un capital versé par un ex-conjoint à l’autre, en cas de disparité importante dans leurs conditions de vie respectives à l’issue de la vie commune. La prestation compensatoire est censée compenser les sacrifices professionnels réalisés par un des époux (presque toujours la femme) du fait de la prise en charge du travail domestique et parental. Dans les faits, ce dispositif de compensation a été très affaibli ces vingt dernières années, depuis qu’il n’est plus versé sous forme de rente mais d’un capital pour solde de tout compte.
    Pour qu’une femme bénéficie d’une prestation compensatoire, il faut aujourd’hui que son ex-époux détienne, au moment du divorce, un capital disponible important. Seul un divorce sur cinq donne ainsi lieu à une telle prestation : les femmes qui l’obtiennent appartiennent à des milieux plus aisés que celles qui touchent une pension de réversion. Et même quand il y a prestation compensatoire, les sommes fixées sont bien loin de compenser les inégalités économiques entre ex-conjoints. Imaginer que le montant de ces prestations compenserait la disparition de la pension de réversion est totalement irréaliste.
    En juillet 2019, Jean-Paul Delevoye affirmait, dans le cadre de la consultation citoyenne sur les retraites : « il appartiendra au juge des affaires familiales d’intégrer la question des droits à retraite dans les divorces, en particulier dans le cadre des prestations compensatoires qui pourront être majorées ». C’est ignorer que les juges aux affaires familiales expriment déjà des difficultés pour calculer les prestations compensatoires, car ils et elles manquent du temps et des moyens nécessaires pour évaluer précisément les situations économiques des ex-conjoints au moment de leur divorce.
    C’est aussi ignorer que, depuis 2017, les juges aux affaires familiales ne prononcent plus les divorces par consentement mutuel, soit plus de la moitié des divorces. Ces divorces sont négociés entre avocats ou avocates et enregistrés par les notaires. Les femmes divorcées qui, aujourd’hui, ne parviennent pas à obtenir de prestation compensatoire ne parviendront pas plus, dans un bras de fer entre avocates ou avocats, à y inclure le calcul de leurs droits dérivés.
    Loi après loi, la justice se retire au moment des séparations conjugales, au profit d’une négociation privée. Avec la suppression des pensions de réversion pour les femmes divorcées, l’État abandonne son ambition de protéger les plus vulnérables et d’organiser les mécanismes de la solidarité publique, au profit de la loi du plus fort au sein des couples.
    La même logique est à l’œuvre pour la prise en compte des enfants dans le calcul des retraites. Aujourd’hui, les mères ont droit à une majoration de leur durée de cotisation (jusqu’à huit trimestres par enfant dans le privé). Demain, celle-ci sera remplacée par une majoration du montant de la pension, à hauteur de 5% par enfant (et 7% pour le troisième enfant) ; le gouvernement prévoyant de laisser aux parents la responsabilité de décider lequel des deux bénéficiera de cette majoration.
    Or, le gouvernement oublie par là une réalité tenace statistiquement démontrée : la #maternité pénalise les carrières alors que la #paternité les « booste ». On pourrait s’attendre à ce que les femmes divorcées soient défendues par la Secrétaire d’État chargée de « l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations ». Hélas, non. Marlène Schiappa a déclaré au magazine Elle (13/12/2019) : « J’appelle chaque couple à réfléchir et à respecter l’autonomie financière des femmes. À un moment, l’État peut mettre en place des politiques publiques, on ne peut pas prendre les décisions à la place des couples. (…) Et donc on en appelle simplement à la responsabilité de chacun ». Ceci reviendrait à avaliser les décisions issues d’une négociation entre des partenaires inégaux. Du fait des écarts de revenus très importants au sein des couples (les hommes gagnent 42 % de plus que leur conjointe selon l’INSEE), on peut légitimement s’inquiéter que les couples ne choisissent d’attribuer les 5 % au père pour majorer cette bonification. Si le couple se sépare, les parents seront-ils en mesure de revenir sur leur décision initiale et dans quelles conditions se fera cette « négociation » ? Les femmes ont peu de chance de remporter ce bras de fer à huis clos.
    Le gouvernement a pourtant annoncé un nouveau système de retraite plus juste, dont les femmes seraient les grandes gagnantes. Pour cela, il aurait fallu ouvrir des discussions sur de toutes autres bases. Quand on prétend réduire les inégalités économiques entre les hommes et les femmes, accentuées par les séparations conjugales, pourquoi supprimer les quelques dispositifs qui compensent partiellement ces inégalités ? Pourquoi ne pas réfléchir, comme l’ont fait d’autres pays, à un véritable partage des droits à retraite au sein des couples, qui tienne compte des inégalités de genre et encourage un partage égalitaire de la prise en charge du travail domestique gratuit ?
    Aujourd’hui, une jeune retraitée sur cinq est divorcée. Dans les générations ciblées par la réforme des retraites, les femmes ayant connu un divorce et, surtout, la rupture d’une union libre seront bien plus nombreuses. Il est plus que temps que la puissance publique se saisisse de la situation des couples non-mariés, qui ne sont concernés ni par la pension de réversion ni par la prestation compensatoire. Ce seraient alors de nombreuses femmes qui accéderaient, enfin, à des conditions de vie à la hauteur du travail quotidien qu’elles accomplissent. Mariées ou non, elles continuent en effet d’assurer l’essentiel du travail domestique tandis qu’elles accumulent moins de richesse que leur conjoint tout au long de la vie.
    Le projet de réforme des retraites présenté par le gouvernement d’Edouard Philippe ne se soucie guère de ces enjeux. Il renvoie, en pratique, les femmes séparées à la loi du plus fort. Et l’on continue à se demander de quel souci de justice ou d’égalité il peut bien se prévaloir.

    Signataires
    Céline Bessière (Université Paris Dauphine), Emilie Biland (Sciences Po Paris), Abigail Bourguignon (EHESS), Mathieu Brier (CNRS), Laure Crépin (Université Paris 8), Marion Flécher (Université Paris Dauphine), Camille François (Université Paris 1), Nicolas Frémeaux (Université Paris 2), Sibylle Gollac (CNRS), Paul Hobeika (Université Paris 8), Hélène Oehmichen (EHESS), Solenne Jouanneau (IEP de Strasbourg), Muriel Mille (Université Versailles Saint-Quentin), Julie Minoc (Université Versailles Saint-Quentin), Nicolas Rafin (Université de Nantes), Gabrielle Schütz (Université Versailles Saint-Quentin), Hélène Steinmetz (Université du Havre).

    –—

    Ajouté à ce fil de discussion sur les retraites (documents d’analyse sur la réforme)...
    https://seenthis.net/messages/814696

  • Est-il vrai qu’une pub d’AXA évoque la « baisse programmée des pensions » à cause de la réforme des retraites ?

    Sur Twitter circule un visuel de l’assureur vantant les produits d’épargne retraite, avec pour argument la dégradation attendue du niveau des pensions à cause de la réforme gouvernementale.

    Bonjour,

    On ne pourrait pas imaginer pire publicité pour la réforme des retraites. Sur Twitter, circule une capture d’une publicité de l’assureur Axa, expliquant que la modification du mode de calcul des pensions (passage des 25 meilleures années à la carrière complète) va générer une « baisse programmée des retraites ». Cette publicité, qui date de 2019 et évoque encore la « réforme Delevoye », vante les mérites de la capitalisation, en se félicitant que la loi Pacte (adoptée au printemps dernier) « vise à donner plus d’attractivité à l’épargne retraite ».

    Un des comptes Twitter ayant posté la publicité s’amuse : « Bon ben Axa vient de tuer la réforme des retraites ». L’argumentaire de l’assureur, de fait, vient nourrir celui des opposants à la réforme. Pour mémoire, le projet de réforme des retraites est notamment accusé par certains détracteurs de favoriser le développement de la capitalisation, en supprimant les cotisations pour les plus hautes rémunérations (obligeant les très hauts revenus à se tourner vers les plans d’épargne) et plus généralement en baissant, en raison du changement de mode de calcul, les retraites des personnes ayant eu des carrières ascendantes. Le tout, donc, alors que la loi Pacte de mai 2019 favorise, elle, les dispositifs par capitalisation.

    La pub est bien authentique. Même si Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac, qui a déniché puis diffusé le visuel, assure qu’après son tweet, la page a été désactivée.

    Mais on trouve encore le visuel en suivant cet autre lien (https://www.axa.fr/content/dam/axa-fr-convergence/epargne-retraite/actus/desktop/reformes-retraite-2019.jpg). Par ailleurs, il est aisé de trouver des contenus très proches sur le site de l’assureur. Ainsi, cette présentation des enjeux de l’année 2019 sur la question des retraites (https://www.axa.fr/epargne-retraite/loi-pacte.html) joue la même carte du pessimisme pour les futurs retraités, expliquant que les réformes envisagées augurent d’une « potentielle dégradation » des retraites, et nécessitent donc de prendre les devants avec la capitalisation : « En outre, les premières pistes de réflexion de la réforme globale des retraites ne sont pas encourageantes : mise en place d’un système unique à points, plafonnement possible des cotisations, incitations à reculer l’âge de liquidation de la retraite. L’ensemble de ces indicateurs augure d’une potentielle dégradation des retraites à l’avenir. Il est donc essentiel de prendre les devants et de la préparer le plus tôt possible par le biais de l’épargne individuelle. »

    https://www.liberation.fr/checknews/2020/01/16/est-il-vrai-qu-une-pub-d-axa-evoque-la-baisse-programmee-des-pensions-a-c
    #AXA #assurances_privées #pensions #retraite #retraites #financiarisation #privatisation #capitalisation #publicité #France

  • Retraites amères pour les #classes_populaires

    Le projet de réforme ne permet pas de garantir une réduction des #inégalités. Il existe au contraire de bonnes raisons de penser que celles-ci risquent de s’accroître.

    Bien sûr, il existe encore de nombreuses inconnues sur le fonctionnement du futur système de retraite liées à l’#âge_pivot à 64 ans, aux règles sur l’évolution de la #valeur_du_point, aux conditions concrètes de prise en compte de la #pénibilité, aux conditions de #revalorisation des #salaires des #enseignants et des autres #fonctionnaires, à l’avenir des #pensions_de_réversion ou encore au devenir des 24 milliards d’euros de recettes annuelles de la #Cades [Caisse d’amortissement de la dette sociale] à partir de 2024… Tous ces sujets sont encore sur la table après deux ans de concertation dont on peut se demander à quoi elle a servi pour en arriver à un tel gâchis : mis à part le Medef, plus aucun partenaire social n’a confiance en la parole du gouvernement. Mais pour celles et ceux qui sont attachés au système par #répartition tout en considérant qu’il doit être unifié et amélioré, le cœur du sujet, c’est qu’un #système_universel par points n’est pas forcément juste, ni même plus juste que l’actuel.

    L’#universalité est un moyen, pas un but. Les points ou les trimestres sont des outils, pas des formules magiques. Or, en l’espèce, le mantra « un euro cotisé donne les mêmes droits à tous » pour séduisant qu’il puisse paraître dans sa simplicité conduit à des #injustices difficilement justifiables. Tout d’abord parce qu’il ne tient aucun compte des différences d’espérances de vie suivant la #trajectoire_sociale, et en particulier des espérances de vie en bonne santé. Dans notre société où l’#héritage_social est celui qui est le mieux partagé, cette #fausse_égalité conduirait à ce que les #classes_moyennes et populaires continuent plus que jamais de payer massivement pour les retraites bien plus longues des plus aisés. La mise en place d’un âge pivot à 64 ans, comme le veut le gouvernement, aggraverait encore ce défaut.

    On nous explique que ce serait un progrès de passer du système actuel qui prévoit la prise en compte des 25 meilleures années dans le privé ou des 6 derniers mois dans public pour le calcul de la retraite, à un calcul sur la totalité de la carrière grâce au système par points. C’en serait indéniablement un pour celles et ceux qui ont travaillé longtemps moins de 150 heures par trimestre dont les cotisations ne leur donnent aucun droit aujourd’hui. Mais fallait-il absolument changer de système pour y parvenir ? Non, il suffirait de modifier cette règle.

    Qu’en sera-t-il pour les autres ? Si, pour les « carrières plates » en termes de rémunération, il n’y aura pas de pertes et que, au contraire, les grandes fulgurances de fin de carrière seront moins profitables, aucune simulation ne permet aujourd’hui de garantir une réduction des inégalités si on prend en compte l’ensemble des situations. Il existe au contraire de bonnes raisons de penser que celles-ci risquent de s’accroître. Les #cadres sortis à 23 ou 24 ans d’une grande école, avec tout de suite un CDI bien payé en poche, n’auront plus à travailler jusqu’à 67 ans pour percevoir une retraite à taux plein et seront à coup sûr gagnants. Ainsi que les #hauts_fonctionnaires, de Bercy et d’ailleurs, qui reçoivent des #primes conséquentes. Ils n’ont par nature jamais de trous dans leur carrière et pourront eux aussi s’arrêter de travailler plus tôt.

    Ce ne sera pas le cas pour les plus nombreux. Bien entendu pour les enseignants et toutes les autres catégories de fonctionnaires qui reçoivent peu de primes, sauf revalorisation improbable massive de leurs rémunérations. Mais aussi pour les ouvrier·e·s, les employé·e·s, les technicien·ne·s qui ont commencé à travailler à 20 ans en étant mal payés, qui ont connu le chômage à plusieurs reprises, avant de décrocher un CDI vers 30 ans et commencer alors une carrière un peu plus rémunératrice. Ce ne sera pas le cas non plus pour les employé·e·s sous statut privé pendant des années dans les services publics avant d’être titularisé·e·s. Ni pour les #mères_célibataires obligées de travailler moins pour éduquer plus. Tous verront leur retraite amputée du fait que la règle des meilleures années ne permettra plus d’effacer les années de galère pour le calcul du niveau de leurs pensions.

    Ceux-ci et celles-ci sont pour l’essentiel les enfants des classes populaires et moyennes. Ils vont, d’une génération à l’autre, devoir travailler au-delà de 64 ans pour glaner suffisamment de points afin de rendre leurs pensions tout juste acceptables. Il ne nous a pas échappé bien sûr que ce fonctionnement par points était déjà celui des régimes complémentaires actuels du secteur privé. Il n’en reste pas moins que sa généralisation dans le cadre du nouveau système universel renforcerait beaucoup les injustices qu’il engendre déjà. En prenant en compte de la même manière les rémunérations perçues à l’âge de 25 ans et à 60 ans, les systèmes par points dénaturent la fonction sociale fondamentale d’un système de retraite par répartition : offrir aux retraités une pension qui reflète leur niveau de vie en fin de carrière ou durant les meilleures années de celle-ci.

    Au lieu de promouvoir une telle injustice à travers la retraite par #capitalisation, la majorité actuelle réussit à le faire en prétendant défendre et améliorer la retraite par #répartition. Tout en parachevant l’étatisation de la #protection_sociale et en dotant le pays d’un mécanisme qui permettrait, en jouant sur la valeur du point, de réduire peu à peu les retraites futures sans avoir besoin de changer les règles du jeu. C’est un exploit qu’il convient de saluer, mais à force de détourner de leur sens les #valeurs de la République, cela conduit le pays dans une #impasse.

    https://www.liberation.fr/debats/2019/12/19/retraites-ameres-pour-les-classes-populaires_1770224

    –-> un ami économiste me signale que cette analyse de la réforme des #retraites est très intéressante...

  • Analyse de la réforme des retraites, par le comité de mobilisation de l’Insee
    https://tendanceclaire.org/contenu/autre/Analyse_Retraites_Comite_mobilisation_Insee.pdf

    Nous sommes des statisticiennes et statisticiens de l’Insee, l’Institut national de la statistique et des études économiques. À ce titre, nous réaffirmons que le rôle de la statistique publique est d’éclairer le débat public et d’apporter aux citoyens des éléments de compréhension des enjeux sociaux et économiques.

    Mercredi 11 décembre 2019, le Premier ministre, M. Édouard Philippe, a affirmé : « La responsabilité, c’est tenir compte, comme tous nos voisins, de données économiques et démographiques incontestables. »

    Nous le prenons au mot en rappelant quelques chiffres fondamentaux, afin que les citoyens s’en saisissent et comprennent l’enjeu d’un refus collectif de la réforme régressive en cours.

    #retraite #pension #analyse #insee #france #societe

  • Écoles-usines
    https://www.survivalinternational.fr/sur/ecoles-usines

    Dans ces écoles, les enfants sont coupés de leur foyer, de leur famille, de leur langue et de leur culture ; ils subissent souvent des abus moraux, physiques ou sexuels. Rien que dans l’État indien du Maharashtra par exemple, près de 1.500 enfants autochtones sont morts dans des écoles-usines entre 2001 et 2016, dont environ 30 par suicide.

    Ces #pensionnats_d’assimilation enseignent aux enfants que les croyances et le savoir de leur propre peuple sont « arriérés », inférieurs ou mauvais.

    Des millions d’#enfants autochtones sont dissuadés ou se voient interdire de parler leur langue maternelle à l’école. Cela menace la survie des langues autochtones. La principale cause expliquant l’extinction des #langues est le fait que les enfants ne parlent plus la langue de leurs parents. C’est une catastrophe car les langues autochtones sont fondamentales pour comprendre le monde dans lequel nous vivons, qui nous sommes vraiment et ce dont les humains sont réellement capables. [...]

    De grandes entreprises et les industries extractives financent souvent les #écoles-usines. Ces entreprises veulent profiter des #terres, du #travail et des #ressources #autochtones : les écoles-usines sont un moyen bon marché de s’assurer de cela sur le long terme.

    #peuples_autochtones

    • A lire absolument
      Aujourd’hui, les 500 habitants de la réserve Cree, dont plusieurs vivent dans de petites maisons préfabriquées, sont victimes d’une nouvelle vague d’exploitation coloniale, centrée sur l’extraction du pétrole des vastes sables bitumineux de l’Alberta. Cette atrocité présage la destruction de l’écosystème dont ils dépendent pour vivre. Si les Cree n’arrêtent pas les exploiteurs cette fois-ci, ils mourront, tout comme les exploiteurs.
      . . . . . .
      Il est difficile, à moins de venir ici, de saisir l’ampleur de l’exploitation des #sables_bitumineux. Aux alentours du lac Beaver se trouvent plus de 35 000 puits de pétrole et de gaz naturel et des milliers de kilomètres de pipelines, de routes d’accès et de lignes sismiques. (La région comprend également le polygone de tir aérien de Cold Lake, qui s’est approprié d’énormes étendues de territoire traditionnel des habitants autochtones pour tester des armes.) Des usines de transformation géantes, ainsi que des machines d’extraction gargantuesques, y compris des excavateurs à roue de plus de 800 mètres de long et des draglines de plusieurs étages, qui ravagent des centaines de milliers d’hectares. Ces centres de la mort tel le Styx crachent des vapeurs sulfureuses, sans arrêt, et envoient des flambées ardentes dans le ciel obscur. L’air a un goût métallique. À l’extérieur des centres de traitement, il y a de vastes lacs toxiques connus sous le nom de bassins de résidus, remplis de milliards de litres d’eau et de produits chimiques liés à l’extraction du pétrole, dont le #mercure et d’autres métaux lourds, les #hydrocarbures cancérigènes, l’#arsenic et la #strychnine. Les boues des bassins de résidus s’infiltrent dans la rivière Athabasca, qui se jette dans le Mackenzie, le plus grand réseau hydrographique du Canada. Rien ici, à la fin, ne portera la vie. Les #oiseaux_migrateurs qui se posent dans les bassins de résidus meurent en grand nombre. Tant d’oiseaux ont été tués que le gouvernement canadien a ordonné aux compagnies d’extraction d’utiliser des canons à bruit sur certains sites pour faire fuir les nuées qui arrivent. Autour de ces lacs infernaux, il y a un boum-boum-boum constant des engins explosifs.

      Dans une grande partie du nord de l’#Alberta, l’eau n’est plus propre à la consommation humaine. L’#eau_potable doit être acheminée par camion à la réserve de Beaver Lake.

      Des torrents d’autobus transportent les travailleurs, presque tous des hommes, de jour comme de nuit, de haut en bas des routes.
      . . . . . . .
      Les Cree, les Dénés et les autres tribus qui vivent au milieu du carnage environnemental et dont les terres ancestrales ont été expropriées par le gouvernement pour extraire le pétrole des #sables_bitumineux souffrent de taux astronomiques de #maladies_respiratoires et autres maladies. Le taux de #cancer est 30 % plus élevé que dans le reste de l’Alberta, selon l’Alberta Cancer Board, qui a été dissous peu après la diffusion de cette information en 2008.

      Quand il était enfant, Eric Lameman a été enlevé à ses parents par le gouvernement, une pratique courante il y a quelques décennies, et envoyé dans un #pensionnat_indien où les passages à tabac étaient monnaie courante,
      . . . . . . . .

      Les camps d’hommes de dizaines de milliers de travailleurs des sables bitumineux alimentent l’industrie de la #prostitution. Les filles et les femmes #autochtones, qui vivent dans la misère et la pauvreté, sont attirées par l’argent apparemment facile et rapide. Leur dégradation sexuelle entraîne rapidement des addictions pour atténuer la douleur. C’est là aussi un héritage du colonialisme. Le Canada a d’abord été un avant-poste militaire et commercial de la Grande-Bretagne. La Compagnie de la Baie d’Hudson ne permettait pas aux femmes européennes d’immigrer au Canada. Des bordels, peuplés de filles et de #femmes_autochtones prostituées, ont été établis à côté des forts militaires et des comptoirs commerciaux. En 2015, la Gendarmerie royale du Canada a publié un rapport selon lequel les femmes autochtones, ou des Premières nations, qui représentent 4,3 % de la population féminine du Canada, sont quatre fois plus susceptibles de disparaître ou d’être assassinées que les autres femmes canadiennes. Elles représentent 16 % des femmes victimes de meurtre et font l’objet de 11 % des cas de femmes disparues.

      « J’ai fait partie d’un groupe d’experts à Vancouver », dit Crystal Lameman. « J’ai utilisé le mot “#prostitution”. Une personne s’est levée et m’a dit d’utiliser le terme “travail du sexe” en disant que c’était un choix. Les filles et les femmes autochtones pauvres et vulnérables ne choisissent pas de se prostituer. Elles sont forcées d’entrer dans ce monde. Les filles sont conditionnées pour cela par la désintégration familiale et les #abus_sexuels. … L’abus sexuel, une expérience courante chez les filles dans les pensionnats et dans le système de placement en famille d’accueil, est un autre héritage du #colonialisme. »

      L’injection de travailleurs à revenu disponible a également entraîné une explosion du #trafic_de_drogues dans le nord de l’Alberta, comme le crack et la méthamphétamine en cristaux, et ces drogues ont entraîné une vague de suicides parmi la population autochtone. Le #suicide et les automutilations non suicidaires sont les principales causes de décès chez les membres des #nations_premières de moins de 44 ans au Canada.
      . . . .
      #peuples_autochtones #nations_premières #peuples_premiers #canada

  • La brochure #LO : « Contre le grand capital, le camp des travailleurs » (élections européennes 2019) est en ligne (format pdf)
    https://www.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/documents/brochure-avril-2019.pdf
    La seule liste d’extrême-gauche, internationaliste, anti-souverainiste ; la seule liste communiste révolutionnaire ; la seule liste non-réformiste ; la seule liste qui exprime les intérêts de classe des exploités.


    Sommaire :
    Les raisons de voter #Lutte_Ouvrière aux #élections_européennes https://www.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/documents/brochure-avril-2019.pdf

    - Contre la domination du grand capital (2)
    – Salariés ou retraités, embauchés, précaires ou au chômage, vous tous qui vivez de votre travail, exprimez vos exigences ! (3) #retraite
    – Augmentations massives des #salaires, des #pensions et des allocations Indexation de leur montant sur la hausse des prix (5)
    – Interdiction des #licenciements (7)
    – Imposer le #contrôle_des_travailleurs sur la marche des entreprises (8)
    – Plus que Macron, combattre le système capitaliste 9Un système économique en faillite (11)
    – Engager le combat contre la #classe_capitaliste (12)
    – Le rôle déterminant des #travailleurs (13)
    – Les élections européennes : une occasion d’affirmer nos intérêts de classe 16
    – L’#Union_européenne (17)
    – Quitter l’Union Européenne pour retrouver de la #souveraineté ? Une diversion et un mensonge (18) #souverainisme
    – Il faut renverser le #capitalisme (19)
    – La nécessité d’un #parti_révolutionnaire (21)
    – L’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes (22)

    Quelques-unes de nos positions https://www.lutte-ouvriere.org/sites/default/files/documents/brochure-avril-2019.pdf

    - #Fiscalité : « L’#impôt saigne le malheureux » (26)
    – Le #protectionnisme ne protège pas les travailleurs (27)
    – La #mondialisation, base économique du communisme (29)
    – Contre l’oppression des femmes (30) #féminisme
    #Migrants : des travailleurs qui doivent avoir le droit de circuler et de s’installer pour gagner leur pain (31)
    – Le #terrorisme, produit de l’ordre capitaliste mondial (33)
    #Écologie : la véritable menace contre l’#environnement et la planète, c’est le capitalisme (34)

    Version audio : https://presse.lutte-ouvriere.org/media/audioLO/Brochures/2019-04-brochure.mp3

  • Attempting to Reform the Global Pension System With #blockchain
    https://hackernoon.com/attempting-to-reform-the-global-pension-system-with-blockchain-21e0ab9b5

    image source: depositphotos.comToday, we can expect to live longer than ever before. The bad news — there may be a big deficit to manage the expenses of the aging population, according to a report by the World Economic Forum.Based on present-day working population’s contributions being used to fund the pension of the aged and with falling birth rates, the existing system is facing tough challenges. Often termed as another form of ponzi schemes, which work on principle of “Take from Peter to Pay Paul,” the current pension system needs a foundational revamp. Even in developed countries where governments claim efficient pension systems, getting the amount you are entitled to is often complicated.The Challenges Facing Pension and Welfare Systems TodayMany present-day workers either lack easy (...)

    #blockchain-pension #pensions #global-pension-system

  • Où est le repentir de l’Église ? demande une Autochtone au pape

    Honte, scandale, tromperie, déni, comble de l’hypocrisie : c’est en employant des mots très durs qu’une survivante des #pensionnats_autochtones s’adresse « d’égale à égal » au pape François, quelque temps après qu’il eut refusé de présenter des #excuses au nom de l’Église catholique pour « le mal » qui a été commis à grande échelle dans ces établissements.


    https://ici.radio-canada.ca/espaces-autochtones/a-la-une/document/nouvelles/article/1095648/pensionnats-eglise-catholique-abus-sexuels
    #Canada #Eglise_catholique #peuples_autochtones #abus_sexuels #violences_sexuelles #viols #Asiskikootewanapiskosis #Bernice_Daigneault
    cc @daphne @marty

    • #catholicisme #racisme #avarice

      Bernice Daigneault déplore également que l’Église catholique se soit jusqu’ici montrée si réticente à contribuer aux efforts du gouvernement du Canada pour indemniser les victimes des pensionnats. « C’est une honte », écrit-elle.

      On retrouve la methode habituel des catholiques, d’accord pour blanchir l’argent de la mafia, prendre 60% de commission sur les trafiques d’organes et sur la prostitution des enfants, les ventes d’armes... via la banque du vatican dont le pape à confié la direction à son ami pedophile australien amateur de capa magna. D’accord pour détourné les héritages, d’accord pour ne payé aucune impot en Italie (alors que c’est le premier propriétaire immobilier du pays), d’accord pour gratter les sous des malades, des orphelin·es, des mourrant·es, d’accord pour se pavané en robe en or, mais payé un centime pour les victimes surement pas.
      Pour rappel aux USA l’église catholique avaient déposé le bilan pour ne dédomagé aucune des victimes de pedoviol commis de manière industrielle comme le fait d’habitude cette organisation mafieuse.

      Plusieurs diocèses et archevêchés ont déposé le bilan

      L’Eglise catholique américaine est même « à court d’argent parce qu’elle a dépensé des milliards de dollars en frais judiciaires et dommages et intérêts », affirme Massimo Faggioli, historien à la faculté de théologie de l’université Saint Thomas, dans le Minnesota.

      Depuis les révélations du début des années 2000, elle a dépensé 3 milliards de dollars en procès ou thérapies, selon le site bishop-accountability.com. Neuf diocèses (sur 145) et trois archevêchés (sur 33) ont même déposé le bilan. Mais pour Jack M. Ruhl, spécialiste des finances de l’Eglise américaine et professeur de comptabilité à l’université de Western Michigan, l’institution n’est pas pour autant ruinée car elle reste « très fortunée, détentrice d’une énorme quantité de biens ».

      Le magazine The Economist avait évalué ses dépenses annuelles en 2010 à 170 milliards de dollars, soit davantage que le chiffre d’affaires de General Electric à la même époque (150 milliards).

      https://www.20minutes.fr/monde/1689739-20150918-etats-unis-pedophilie-deja-coute-plus-trois-milliards-dol
      N’allez pas croire que les 3 milliards ont été dépensé pour les victimes, c’est les sous que leur ont coutés les avocats pour défendre leurs violeurs d’enfants et leur garantir l’impunité.

    • Pour rappel, le livre de @daphne, @marty et Mathieu Périsse de @wereport
      Église, la mécanique du silence

      2016, année noire pour l’Église catholique française, confrontée aux plus grands scandales de pédophilie de son histoire.
      Les auteurs ont enquêté pendant un an. De Lyon, où leur travail commence autour de l’affaire Barbarin, à la Guinée, en passant par Montauban, le Canada, Paris et Rome, ils révèlent de multiples affaires de prêtres pédophiles dissimulées par l’institution catholique.
      Ils ont écouté de nombreuses victimes, interrogé des lanceurs d’alerte au sein de l’Église, rencontré des prêtres auteurs d’abus sexuels, interviewé des hiérarques ecclésiastiques et eu accès à des documents confidentiels.
      Ils dessinent une stupéfiante machine à fabriquer du silence pour couvrir les crimes. Le livre raconte le système d’exfiltration mis en place par l’Église de France pour écarter les prêtres abuseurs… non pas des enfants mais des juges : mise au vert, mise en congé sabbatique, placement en abbayes ou mutation à l’étranger.
      Comment l’institution s’est-elle protégée en couvrant ses prêtres, sans jamais les dénoncer à la justice ? Et si le scandale était, au-delà des faits eux-mêmes, ce système organisé pour l’étouffer ?
      Un document essentiel pour comprendre l’engrenage du silence auquel ont été assignées des centaines de victimes.


      http://www.editions-jclattes.fr/eglise-la-mecanique-du-silence-9782709659383

  • Les étudiants et le personnel des universités britanniques luttent ensemble pour des pensions décentes

    Le personnel des universités britanniques est en lutte contre la réforme du régime de pension de l’enseignement. Le succès de la grève menée par les professeurs et la solidarité des étudiants a été tel que, le 13 mars, la maigre concession octroyée par le pouvoir employeur a été rejetée par le personnel qui a décidé de poursuivre les actions. Aux piquets de grève, cette lutte suscite aussi un large débat de société entre étudiants et profs sur le rôle de l’enseignement et sur la répartition de la richesse.


    En Grande-Bretagne, le personnel de l’enseignement supérieur est actuellement dans la plus grande et la plus longue vague de grèves que ce secteur ait jamais connue. Depuis mi-février, professeurs et chercheurs s’insurgent ensemble, avec entre autres le personnel bibliothécaire et informatique, contre les réformes prévues en matière de pensions. La caisse de pension à laquelle ils cotisent depuis des années est déficitaire de 6,8 milliards de livres (environ 7,7 milliards d’euros), ce qui est en partie dû aux mauvais résultats en bourse de ce fonds. L’UUK – l’organisation des pouvoirs employeurs de l’enseignement supérieur – veut désormais combler ce déficit au moyen d’un plan de pension qui remplacera la pension garantie basée sur les cotisations par une pension qui varie directement selon les fluctuations de la bourse. L’UCU – le syndicat du personnel des universities et colleges – estime que cette mesure d’économie fera perdre en moyenne 10 000 livres (environ 11 300 euros) par an pension au salarié moyen de l’enseignement supérieur.

    Des travailleurs saisonniers dans les universités
    Ce nouveau plan de pensions aura pour conséquence de plonger les enseignants dans une telle précarité que ceux-ci n’ont pu qu’entrer en résistance. Leur combativité s’explique aussi par la dévalorisation subie par le personnel depuis plusieurs années : baisses de salaire, pression de travail de plus en plus forte et multiplication de contrats de plus en plus précaires. 54% du personnel académique n’a un emploi assuré que pour les prochaines années et une grande partie d’entre eux travaillent même par missions à durée déterminée. Entre celles-ci, ils retombent sur une allocation ou ils travaillent en free-lance. Le professeur de sociologie Steve Hanson se compare à un travailleur saisonnier : au début de chaque semestre, il espère à chaque fois obtenir un nouveau contrat. Si l’on ajoute à tout cela un environnement de compétition, on trouve l’explication aux chiffres consternants en matière de problèmes de santé mentale au sein du personnel académique. 40% des chercheurs souffrent de problèmes liés au stress, de dépression ou d’autres plaintes. Dans une telle situation, difficile de mener à bien une recherche novatrice ou de se consacrer de manière optimale aux étudiants.

    Entre-temps, les directions d’universités de l’UUK ont riposté par une fausse affirmation : il leur faudrait tailler dans d’autres postes, comme l’accompagnement aux études et la recherche, si le personnel n’acceptait pas les mesures prévues. Les étudiants ne se laissent toutefois pas diviser par de tels arguments. Dans leur soutien exprimé aux grévistes, le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn et le syndicat des étudiants NUC soulignent qu’un enseignement qualitatif ne peut pas exister sans des contrats stables et corrects pour ceux qui sont chargés de l’éducation des prochaines générations. Si la société veut encore que des jeunes choisissent une carrière dans l’enseignement, il est impératif que ceux-ci soient certains que leur salaire et leur pension leur permettront de payer le loyer. Un activiste du mouvement faisait par ailleurs remarquer que les étudiants comprennent que les conditions de travail du personnel sont aussi les conditions dans lesquelles ils étudient.

    Étudiants et personnel tirent à la même corde
    Le pouvoir employeur tente par cette sorte d’arguments de dresser les étudiants contre le personnel. Toutefois, le syndicat du personnel et les jeunes sont proches dans ce conflit. 80 000 étudiants ont déjà signé des pétitions soutenant la lutte du personnel et il ressort d’un sondage que 61% de étudiants soutiennent les grévistes. La semaine dernière, des centaines d’étudiants ont même occupé les bâtiments de neuf universités et collèges pour renforcer la lutte des grévistes et chaque jour, un solidari-tea est servi par des étudiants à de nombreux piquets syndicaux.


    L’UUC prend également la défense des étudiants. Le syndicat veut que soit instaurée une business education tax, une taxe pour faire contribuer les grandes entreprises au coût des études pour les jeunes. Actuellement, les étudiants britanniques paient 9 250 livres de minerval (environ 10 500 euros) et doivent ainsi faire face à une très grosse dette. L’argument de l’UUC est basé que le fait que les entreprises qui peuvent faire du profit grâce à leur main-d’œuvre hautement qualifiée doivent contribuer au coût de cette formation. Une telle taxe court-circuiterait en partie un mécanisme de base du capitalisme, à savoir l’externalisation des activités économiques non-rentables.

    De plus en plus de cheveux gris
    Bien que les mesures concrètes diffèrent dans chaque pays, c’est partout en Europe que l’on taille dans les pensions. Le défi est de relier les mouvements de résistance entre eux afin de renforcer la lutte contre l’Europe néolibérale et les gouvernements des différents pays. Car, là où, autrefois, dans la mine tout le monde avait le visage noir, aujourd’hui, en Europe, la population a de plus en plus les cheveux gris. L’idée est partout la même : travailler plus longtemps, et pour moins de pension. Les gens restent ainsi plus longtemps sur le marché du travail et ce sont les travailleurs qui paient pour les avantages fiscaux dont bénéficient les grandes entreprises partout en Europe. En Grande-Bretagne, la pension de base est en outre très basse, et les gens sont en grande partie dépendants d’une pension qu’ils doivent se constituer dans le privé. C’est pourquoi la lutte contre les directions d’universités britanniques s’élargit à une lutte pour une pension publique forte pour tous les travailleurs.

    Un débat de société fondamental
    Après des semaines d’actions impressionnantes, l’UUK a invité le personnel la semaine dernière à la table des négociations, mais l’accord qui a été proposé a été rejeté par le personnel. Celui-ci reste combatif et constate qu’il est de plus en plus gagnant suite à l’importante participation à la grève et à la solidarité des étudiants.
    Des propositions comme la business education tax montrent que les discussions sur les pensions, qui semblaient au début porter seulement sur une question matérielle, entraînent en fait un débat de société fondamental. Allons-nous économiser sur le dos des gens qui travaillent ou allons-nous aussi faire contribuer les entreprises qui font du profit sur notre travail ? Dans tous les cercles du pouvoir, on nous répète que les pensions sont impayables. Or, ces dernières décennies, la productivité a augmenté à plusieurs reprises. Nous créons tous plus de richesse que jamais auparavant, et il est grand temps que cette richesse revienne à ceux qui l’ont créée. C’est pourquoi les discussions aux piquets de grève ne portent pas seulement sur les pensions, mais aussi sur les conditions de travail, sur la manière dont on peut démocratiser l’enseignement et sur une autre vision de la société, centrée sur l’émancipation des gens pour un monde meilleur.

    Source : http://solidaire.org/articles/les-etudiants-et-le-personnel-des-universites-britanniques-luttent-ensemb
    #Angleterre #grève #université #précarisation #pauvreté #retraite #pension #précaires #travail #précarité #exploitation #Theresa_May #société #profit #université

  • The UK lecturer’s dispute and the marketisation of higher education - World Socialist Web Site
    https://www.wsws.org/en/articles/2018/03/01/lect-m01.html

    The UK lecturer’s dispute and the marketisation of higher education
    By Thomas Scripps
    1 March 2018

    University and College Union (UCU) lecturers remain engaged in a major strike against planned cuts to their pensions. The significance of this struggle must not be underestimated.

    Contrary to what the union says, this is not simply an avoidable dispute over the single issue of pensions. The attack on university lecturers is one element in a far advanced programme aimed at the destruction of higher education as it has been known for decades.

    #royaume-uni #éducation #université

    • Diary by #Stefan_Collini

      ‘But why have they done this?’ Standing in the foyer of the National Theatre in Prague, having just taken part in a debate on ‘The Political Role of Universities?’, I had fallen into conversation with a former rector of Charles University, who was asking me to explain the dramatic and – as we both thought – damaging changes imposed on British universities in the past decade. It wasn’t the first time I had been asked some version of this question during visits to European universities in recent years. From Prague to Porto, Bergen to Geneva, puzzlement bordering on disbelief had been expressed by academics, journalists, officials and others. Diverse as their local situations may have been, not least in the financial or political pressures they experienced, they had been united in their admiration for the quality and standing of British universities in the 20th century. They weren’t just thinking about Oxford and Cambridge. These people were knowledgable about the recent past of British universities, sometimes having studied at one of them, and their view was that a high level of quality had been maintained across the system in both teaching and research, underwritten by an ethos that blended autonomy and commitment, whether at London or Edinburgh, Leeds or Manchester, Leicester or Swansea, Sussex or York. They knew this wasn’t the whole story: that the quality varied and there was an informal pecking order; that not all teachers were diligent or all students satisfied; that British academics grumbled about their lot as much as academics anywhere else. But still, British universities had seemed to them an obvious national asset, imitated elsewhere, attracting staff and students from around the world, contributing disproportionately to the setting of international standards in science and scholarship. So, I was asked again and again, why have they done this?

      I didn’t find it an easy question to answer. I couldn’t deny the accuracy of their observations (other than a tendency to neglect or misunderstand the distinctiveness of the situation in Scotland). Successive British governments have enacted a series of measures that seem designed to reshape the character of universities, not least by reducing their autonomy and subordinating them to ‘the needs of the economy’. ‘#Marketisation’ isn’t just a swear-word used by critics of the changes: it is official doctrine that students are to be treated as consumers and universities as businesses competing for their custom. The anticipated returns from the labour market are seen as the ultimate measure of success.

      Last year the government imposed a new wheeze.

      Universities are now being awarded Olympic-style gold, silver and bronze medals for, notionally, teaching quality. But the metrics by which teaching quality is measured are – I am not making this up – the employment record of graduates, scores on the widely derided #National_Student_Survey, and ‘retention rates’ (i.e. how few students drop out). These are obviously not measures of teaching quality; neither are they things that universities can do much to control, whatever the quality of their teaching. Now there is a proposal to rate, and perhaps fund, individual departments on the basis of the earnings of their graduates. If a lot of your former students go on to be currency traders and property speculators, you are evidently a high-quality teaching department and deserve to be handsomely rewarded; if too many of them work for charities or become special-needs teachers, you risk being closed down. And most recently of all, there has been the proposal to dismantle the existing pension arrangements for academics and ‘academic-related’ staff, provoking a more determined and better-supported strike than British academia has ever seen.

      My European colleagues are far from complacent about their own national systems. They are well aware of the various long-term constraints under which their universities have operated, not least in those countries which try to square the circle of combining universal post-18 access to higher education with attempts to strengthen institutions’ research reputations. Universities are further handicapped in countries, notably France and Germany, that locate much of their research activity in separate, often more prestigious institutions such as the CNRS and the grandes écoles or the Max Planck Institutes, while universities in southern Europe are hamstrung by the weakness of their parent economies. European commentators also realise that extreme market-fundamentalist elements in their own political cultures are keeping a close eye on the British experiments, encouraged to imagine what they may be able to get away with when their turn in power comes (to judge by recent policy changes, the moment may already have arrived in Denmark, and perhaps the Netherlands too). But still, Britain is regarded as a special case, and an especially poignant one: it is the sheer wantonness of the destruction that causes the head-shaking. And European colleagues ask what it means that the new policies excite so little public protest. Has something changed recently or did universities in Britain never enjoy wide public support? Is this part of a longer tradition of anti-intellectualism, only ever kept in partial check by historical patterns of deference and indifference, or is it an expression of a newly empowered ‘revolt against elites’?

      My answers have been halting and inadequate. Familiar narratives of the transition from an ‘elite’ to a ‘mass’ system of higher education fail to isolate the specificity of the British case. The capture of government by big corporations and the City goes some way to identifying a marked local peculiarity, as does the extent of the attack in recent years on all forms of public service and public goods, allowing the transfer of their functions to a profit-hungry private sector. But that general level of analysis doesn’t seem to account for the distinctive animus that has fuelled higher education policy in England and Wales, especially since 2010: the apparent conviction that academics are simultaneously lofty and feather-bedded, in need on both counts of repeated sharp jabs of economic reality. There seems to be a deep but only partly explicit cultural antagonism at work, an accumulated resentment that universities have had an easy ride for too long while still retaining the benefits of an unmerited prestige, and that they should now be taken down a peg or two.

      Visiting a variety of European universities, I have found myself wondering whether, for all the material disadvantages many of them suffer, they haven’t succeeded rather better in retaining a strong sense of esprit de corps and a certain standing in society, expressive in both cases of their membership of a long-established guild. An important manifestation of this sense of identity in the majority of European systems – something that marks a significant contrast with Anglo-Saxon traditions – is the practice of electing the rector of a university. Over time, and in different institutions, the electorate has varied: it might consist only of professors, or include all full-time academic staff, or all university employees (academic and non-academic) or, in some places, students. In Britain, by contrast, a subcommittee of the university’s court or council (bodies with a majority of non-academic members), often using the services of international head-hunting firms, selects a candidate from applicants, practically always external, and then submits that name for rubber-stamping by the parent body. (The ‘rectors’ still elected in the ancient Scottish universities, usually by the student body, have a much more limited role than the vice-chancellors or principals of those institutions.)

      In encouraging a sense of guild identity and shared commitment to a common enterprise, the Continental system has some clear advantages. First, it ensures the occupant of the most senior office is an academic, albeit one who may in recent years have filled an increasingly administrative set of roles. Second, the rector will be familiar with his or her particular academic community and its recent history, and therefore will be less likely to make the kinds of mistake that a person parachuted in from some other walk of life may do. Third, where the rector is elected from the professorial ranks, the expectation is that he or she will revert to that status when their term is over (though in practice some may end up pursuing other administrative or honorary roles instead). This makes a significant contribution to collegiality.
      It is easy to ventriloquise the business-school critique of this practice. The individuals chosen are, it will be said, bound to be too close, personally and intellectually, to the people they now have to manage. They will be unable to make the hard decisions that may be necessary. The institution needs shaking up, needs the benefit of the view from outside. Above all, it needs leadership, the dynamic presence of someone with a clear vision and the energy and determination to push through a programme of change. What is wanted is someone who has demonstrated these qualities in turning around other failing institutions (one of the more implausible unspoken premises of free-market edspeak is that universities are ‘failing institutions’). The governing bodies of most British universities have a majority of lay members, drawn mainly from the worlds of business and finance, which ensures that these views do not lack for influential exponents – and that vice-chancellors are selected accordingly.

      For a long time, Oxford and Cambridge had, as usual, their own distinctive practices. Until the 1990s, the vice-chancellorship at both universities was occupied for a limited term (usually two or three years, never more than four) by one of the heads of their constituent colleges. The system, if one can call it that, wasn’t quite Buggins’s turn – some heads of colleges were passed over as likely to be troublesome or inept, and notionally the whole body of academic staff had to confirm the proposed name each time – but in reality this was a form of constrained oligarchy: the pool of potential candidates was tiny, and anyway vice-chancellors in these two decentralised institutions had strictly limited powers. This gentlemanly carousel came to be seen, especially from outside, as an insufficiently professional form of governance for large institutions in receipt of substantial sums of public money, and so by the end of the 20th century both Oxford and Cambridge had moved to having a full-time vice-chancellor, usually selected from external candidates: it is a sign of the times that five of the last six people to occupy the post at the two universities have worked for the greater part of their careers outside the UK, even if they had also had a local connection at some earlier point.

      Across British universities generally, vice-chancellors – and in some cases pro-vice-chancellors and deans as well – are now nearly always drawn from outside the institution, sometimes from outside academia entirely. New career paths have opened up in which one may alternate senior managerial roles at different universities with spells at a quango or in the private sector before one’s name finds its way onto those discreet lists kept by head-hunters of who is papabile. The risk in this growing trend is that vice-chancellors come to have more in common, in outlook and way of life, with those who hold the top executive role in other types of organisations than they do with their academic colleagues. Talking to a recently elected deputy rector in a Norwegian university, I was struck by her sense of the duty she had to represent the values of her colleagues and their disciplines in the higher councils of the university and to the outside world. Talking to her newly appointed counterparts in many British universities, one is more likely to be struck by their desire to impress the other members of the ‘senior management team’ with their hard-headedness and decisiveness.

      These contrasts may bear on two issues that have been much in the news lately. If you think of vice-chancellors as CEOs, then you will find yourself importing a set of associated assumptions from the corporate world. As soon as you hear the clichéd talk of ‘competing for talent in a global market’, you know that it is code for ‘paying American-level salaries’. Perhaps an academic elevated for one or two terms on the vote of his or her colleagues would be less likely to be awarded, or award themselves, salaries so manifestly out of kilter with those of even the highest-paid professors. (The rector of the Université Libre de Bruxelles was at pains to emphasise to me that, as rector, he receives no increase over his normal professorial salary.) Marketisation is a virulent infection that affects the whole organism, and that includes internalised expectations about ‘compensation’. Inflated salaries for vice-chancellors are the new normal, but they are recent: in 1997 the VC of Oxford was paid £100,000; in 2013 the incumbent received £424,000.

      The other issue on which the ethos of university governance may have a bearing is the pensions dispute. Without entering into the contested question of the different ways of assessing the financial strength of the existing pension fund, and of what changes might be required to ensure its long-term viability, it is clear that Universities UK, the association of vice-chancellors, has handled the issue in a particularly heavy-handed way. On the basis of what has been widely reported as an exaggeratedly pessimistic analysis of the scheme’s financial position, they proposed, among other measures, the complete abolition of any ‘defined benefit’ element, thus removing at a stroke one of the few things that had enabled scholars and scientists to persuade themselves that their decision to become academics had not been a case of financial irrationality. It has done nothing to dampen the hostility provoked by the move that it has come from a body of people who are paying themselves between six and ten times the average salaries of their academic staff. One cannot help wondering whether a body of rectors elected by their colleagues, and not themselves in receipt of such inflated salaries, would have taken these steps.

      Britain’s vice-chancellors include many impressive and sympathetic figures, struggling to do a difficult job amid conflicting pressures. It is fruitless, and in most cases unjust, to demonise them as individuals. But somewhere along the line, any sense of collegiality has been fractured, even though many vice-chancellors may wish it otherwise. Marketisation hollows out institutions from the inside, so that they become unable to conceptualise their own activities in terms other than those of the dominant economic dogma. The ultimate criterion by which CEOs are judged is ‘the bottom line’; the operational definition of their role is that they ‘hire and fire’; their salary is determined by whatever is the ‘going rate’ in the ‘global market’. The rest of the corrosive vocabulary has been internalised too: ‘There is no alternative’; ‘We cannot afford not to make these cuts’; ‘At the end of the day we must pay our way’. Eventually it becomes hard to distinguish the rhetoric of some bullish vice-chancellors from that of Tory chancellors.
      A sense of ‘guild identity’, the ‘dignity of learning’, ‘collegiality’, ‘standing in society’: this vocabulary is coming to sound old-fashioned, even archaic, despite the fact that it is hard to give an intelligible account of the distinctiveness of the university as an institution without it. Yet such language has had something of a revival in Britain in recent weeks, at least on the academic picket lines and union meetings. One of the things that has been so impressive about the strike thus far, apart from the tangible sense of solidarity and the heartening level of student support, has been the universal recognition that this is about more than the details of the pension system. My European interlocutors have repeatedly wondered why there has not been more protest in the past seven or eight years. Students, to their credit, did protest vociferously in 2011, and in smaller numbers are doing so again now. But British academics have traditionally adopted the ostrich position when confronted with unwelcome developments. Perhaps the older notion of being ‘members’ of a university rather than its ‘employees’ still lingers in some places, making all talk of unions and strikes seem like bad form. Perhaps there is still a residual sense of good fortune in being allowed to do such intrinsically rewarding work for a living, even though the daily experience for many is that intrusive surveillance and assessment, as well as increased casualisation of employment, now make that work less and less rewarding. But the mood in recent weeks has been different. Universities UK’s clumsy assault on the pension scheme has been the catalyst for the release of a lot of pent-up anger and a determination to try to do something to arrest the decline of British universities.

      When I travelled from a Universities and Colleges Union rally in wintry Cambridge to that packed discussion in Prague, it was hard not to see the ironies in the contrasts between these two situations and between my own position in each. My contribution to the debate in Prague was a paper arguing against the romanticisation of the university as eternally oppositional, the natural home of heroic dissidence. I urged instead the primacy of universities’ commitment to disciplined yet open-ended enquiry, proposing that this did not issue in a single political role, oppositional or otherwise, except when free inquiry itself was threatened. But I was aware – and the awareness was deepened by some pressing questions from the audience – that my position could easily seem complacent to people who had heard the tracks of Soviet tanks clanking down the street. The older members of that Czech audience had few illusions about the likely short-term outcome whenever politics and universities clash head-on. Perhaps for that reason, they were all the keener to cherish the independence of universities in the good times, buoyed by the belief that these implausibly resilient institutions would always, somehow, outlast the bad times. They knew what it meant to have apparatchiks forcibly imposed on universities, just as the Central European University in neighbouring Budapest is currently feeling the pressure of Orbán’s steel fist. But the present fate of universities in a country such as Britain that had not known these spirit-crushing political extremes puzzled them. Was that good fortune perhaps a source of vulnerability now? Had universities never been really valued because they had never been really put to the test? Or was there some more immediate, contingent reason that explained why a relatively peaceful, prosperous country would wilfully squander one of its prize cultural assets? And so, again, I was asked: why have they done this? I wished then, as I wish now, that I could come up with a better answer.

      https://www.lrb.co.uk/v40/n09/stefan-collini/diary
      #classement #qualité #ranking

  • Depuis janvier 2017, la petite révolution des pensions alimentaires - La Croix
    https://www.la-croix.com/Famille/janvier-2017-petite-revolution-pensions-alimentaires-2018-01-08-1200904199

    ...l’idée d’une aide financière en cas d’impayés des pensions alimentaires n’est pas complètement nouvelle. « Depuis longtemps, la Cnaf aide en effet les femmes qui ne perçoivent pas les pensions, par le versement de l’allocation de soutien familial (ASF) dont le montant est aujourd’hui de 109 € par mois », explique Marie-Christine d’Avrincourt, directrice de l’Aripa. « La grande nouveauté de l’Aripa est d’en appeler à la responsabilité des pères. Cette fois, s’il le faut, nous récupérons les sommes avancées, y compris par saisie sur salaires ou auprès de Pôle emploi ou des impôts. Nous rappelons ainsi que la solidarité nationale ne peut pas exonérer les responsabilités individuelles. »

    « Au départ, la création de l’Aripa était avant tout un outil de bonne gestion financière », nuance de son côté la sociologue Céline Bessière. « L’État ne voulait pas dépenser des sommes devenues au fil du temps astronomiques à la place des pères. » La sociologue estime que la vertu réellement pédagogique d’une telle mesure reste difficile à quantifier, « d’autant que personne ne connaît le montant des pensions non versées. Les chiffres avancés par la Cnaf sont donc, selon moi, à prendre avec des pincettes. Il ne me semble pas qu’il faille attendre de cette mesure qu’elle influe réellement sur le comportement des pères. Mais peut-être que, du simple fait de son existence, l’Aripa permettra d’ancrer socialement l’idée qu’il faut payer sa pension alimentaire.

    La question du maintien du lien financier avec l’enfant prend en tout cas une acuité particulière alors que 210 000 enfants chaque année sont concernés par une rupture d’union libre, soit plus que ceux impactés par le divorce (150 000) et les ruptures de pacs (20 000) réunis.

    #pensions_alimentaires #femmes #enfance #union_libre

  • Comment tuer la #Sécu - Le blog de Bernard Gensane
    http://bernard-gensane.over-blog.com/2017/10/comment-tuer-la-secu.html

    Le grand problème est effectivement celui du #salaire différé. Les #cotisations sont toutes du salaire. Différé. Un salaire que l’on touche à côté du salaire proprement dit ou quand on part en retraite. Accepter aujourd’hui 2% du pouvoir d’achat en plus par l’abaissement ou la suppression des cotisations c’est accepter des #soins toujours de moins en moins gratuits et des #pensions toujours de plus en plus faibles. La cotisation est le fondement de la Sécu. Pour simplifier, elles signifient : « je suis malade, tu payes ; tu es malade, je paye ; je travaille, je paye ta retraite ; tu travailles, je vis une retraite décente ». Les cotisations sont l’alpha et l’oméga de la solidarité entre les assurés contemporains et intergénérationnels.

    Cela dit, on accepte rien : on nous l’impose !

  • Butor 1930 : chez Mam’zelle Zizi, pension tout confort

    http://7lameslamer.net/butor-1930-chez-mam-zelle-zizi-2041.html

    Mam’zelle Zizi, « belle Malabare », est la tenancière d’une #pensiondefamille au Butor, faubourg de #SaintDenis. De passage à #LaRéunion en 1930, le voyageur #MarcelMouillot pose ses valises dans cet établissement #populaire, inachevé depuis vingt ans, aux murs branlants, fréquenté par des lycéens, des petits employés, des marmailles, des marchants ambulants, des commères, des cousins/cousines descendus des « hauts », des tontons/tantines des « quartiers »... Ambiance #créole racontée par le « vieux gâçon z’oreil », celui qui donne beaucoup de « gros quat’ sous », où l’on perçoit les travers de cette société réunionnaise caractérisée par la débrouille et la #solidarité et « fascinée » par la « gouyave de France »...

  • Les Allemandes bientôt contraintes de révéler leurs aventures extra-conjuguales - Journal des Femmes
    http://www.journaldesfemmes.com/societe/actu/1614558-allemagne-relation-extra-conjugale-paternite

    L’Allemagne est en passe de voter une loi plutôt étonnante. Les femmes pourraient être contraintes de révéler à leurs conjoints hésitants la véritable identité du père de leur enfant. Si l’homme a des doutes sur le géniteur de l’enfant, il pourra donc faire appel à cette nouvelle législation pour obliger celle qui partage sa vie à avouer des relations extra-conjugales. Ce projet de loi a été proposé par le ministre de la Justice Heiko Maas et il sera présenté au conseil des ministres le 31 août 2016 en vue de sa soumission prochaine au Parlement. L’Homme politique a affirmé, selon l’AFP : « Nous voulons assurer davantage de droits et de moyens de recours légaux aux faux pères [...] la mère ne doit pouvoir garder le silence que s’il y a des raisons très sérieuses de ne pas identifier le père biologique. » En cas d’infidélité avérée, le « faux père » pourrait alors prétendre à des « frais d’entretien » auprès du vrai géniteur et ce, jusqu’à 2 ans.
    Une originalité qui laisse cependant perplexe. Le ministre de la Justice n’a pas précisé les sanctions encourues ni le pourcentage de population susceptible d’être touché par cette loi. Qui plus est, dans quelle mesure peut-ont contraindre l’intéressée à parler ? Il faudrait par ailleurs faire passer de multiples tests ADN, un coût élevé pour l’État. Cela reviendrait aussi à punir par la loi l’infidélité...

    #paternité #adultère #patriarcat #filiation #droit_du_sang #pension_alimentaire #divorce #mariage

    • La voix du mort.
      Voir les commentaires sur ce drame.
      Plus c’est ignoble, plus longtemps ça reste sur l’article.
      Voir aussi par exemple ce titre d’article :
      CAF : 247 millions d’euros de fraude détectés en 2015, une hausse de 18 %

      Au hasard, d’autres titres d’article :
      – Unité de déradicalisation de Lille-Annœullin : les sept détenus apprécient le confort
      – La Grande Guerre vue de Roubaix : drôles d’histoires de cochons
      – Le logo des Hauts-de-France, c’est pour ce vendredi ou pour plus tard ?

      Mais aussi : La Voix de la Police, votre quotidien local
      http://labrique.net/index.php/thematiques/histoires-du-bocal/811-la-voix-de-la-police-votre-quotidien-local

    • Ça va mieux. 398 euros par mois pour une femme et ses deux enfants.

      « À part me dire que je dois demander une #pension_alimentaire au papa de mes enfants, je n’ai rien de plus. La CAF m’a même supprimé mon APL », nous avait-elle répondu. Encore un peu plus fatiguée par ses problèmes qui s’accumulaient et dont elle ne voyait pas d’issue. Sans RSA, sans APL, Émilie n’avait plus que l’allocation enfant handicapée belge pour vivre (398 euros), et nous avait dit doucement, sans s’énerver, « être à bout », ne plus savoir « comment s’en sortir ».

      #suicide #allocataire #CAF #RSA #APL

    • Ah merci de remonter cette affaire en tête des préoccupations, un moment j’ai cru que les seenthisien·es s’inquietaient plus des standards du HTML5

      Concernant « À part me dire que je dois demander une #pension_alimentaire au papa de mes enfants » oh ben merde, ça dure encore ce #sévice_administratif ? j’y ai eu droit. Tu sais, quand t’as déjà réussi à virer le mec, t’es pas encore sortie de l’auberge, car même s’il fait l’autruche t’as pas envie de te le mettre à dos quand tu as personne pour t’aider. T’es juste en plein #désespoir, tu bouffes déjà ton échec de vie, l’amour s’est arrêté, tu survis, et tu sais plus comment élever tes mômes et bouffer. Alors, si il peut le/la/les prendre le week-end, tu ravales ta fierté, tu te dis que tu souffles au moins un peu, mais non, t’as un robot CAF devant toi qui lit la prescription de juriste pour t’enfoncer un peu plus et te demande de l’attaquer.
      Misère, j’ose pas imaginer ce que ça peut être quand en plus ton enfant est handicapé.
      #mère_isolée #faites_des_enfants_qui_disaient

    • Si tu acceptes d’attaquer le père en justice (la CAF peut aussi le faire pour toi il me semble) et quand il est prouvé qu’il n’a pas les moyens de payer une pension, alors seulement la CAF verse une aide de pension forfaitaire. Faut pas rêver non plus, en tout cas pour moi, il y a 15 ans, ça s’élevait à environ 100€ … (si, si, par mois) j’ai préféré renoncer tellement je trouvais ça lamentable.

      Mais si tu refuses de mener le père en justice, la CAF ne te verse pas ce forfait.

      Je ne sais pas comment ça a évolué, ce qui m’avait choqué, c’est aussi la façon dont ça avait été présenté dès le premier entretien CAF. Parce que oui, à un moment tu vas retrouver l’envie d’agir, mais quand tu connais la justice et ses lenteurs, que ton couple s’est séparé violemment, tu veux juste de l’air et du temps. Perso, j’ai attendu 5 ans avant d’agir, et je l’ai trainé en médiation familiale, c’est vraiment bien cette possibilité, mais il faut être un peu apaisé pour mener l’autre à grandir, tu peux faire un contrat écrit avec le père aidé de l’intervenant puis passer ensuite devant le juge. Bon, la première fois où il a versé les 150€ dont on avait convenu, il n’a pas pu s’empêcher de me dire « Tiens, c’est pour le racket », la môme avait 7 ans … la fois suivante, il avait mon RIB pour que je m’évite de péter un cable.

    • C’est totalement dégueulasse que le versement des prestations soient conditionné au lancement d’une procédure faute de quoi la #pension-alimentaire est pas versée, sous couvert de « ne pas accorder de droits sans avoir ouvert au préalable tous les droits accessibles » (pour limiter les #indus ultérieurs et freiner l’accès aux #allocations). Pas de tunes si on se fait pas la guerre. Cette contrainte succède élégamment à celles de la vie maritale et en rajoute sur celles qui pèsent déjà sur la séparation, cf @touti). Les modalités facilitées qui ont été créées (autoriser la CAF à poursuivre), si elles ont des effets dans d’autres cas, sont avant tout une manière de susciter/entretenir la #guerre_entre_pauvres, « à une - adossée à l’#état - contre un ». On affiche ses bonnes intentions : assurer un partage, aussi minimal soit-il, des responsabilités parentales implique de contraindre des femmes à se faire les agentes d’un processus de #judiciarisation.

      #micropolitique #féminisme_alibi_de_l'État

  • Les #mères_isolées, « seules capitaines à bord », pour le meilleur et pour le pire
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/06/02/les-meres-isolees-seules-capitaines-a-bord-pour-le-meilleur-et-pour-le-pire_

    Sous la grande verrière du jardin d’acclimatation de Paris, Angeline Serebo a trouvé ce qu’elle cherchait : un huissier de justice. Infirmière, elle élève seule ses cinq enfants, âgés de 5 à 22 ans. Elle a une « bonne entente » avec le père des deux aînés. En revanche, celui des trois plus jeunes, dont elle est divorcée, a « disparu dans la nature », explique-t-elle. Elle cherche à récupérer la #pension_alimentaire qu’il ne paie plus depuis juillet 2014. Son interlocutrice lui explique comment procéder et à quel coût.

    Tout autour, d’autres femmes consultent des avocats, des psychologues, des assistantes sociales, des représentants d’associations et d’entreprises, des personnels de la ville de Paris, de la Caisse d’allocations familiales (#CAF), ou du Quai d’Orsay (pour le recouvrement des pensions à l’étranger), ou même des conseillères en esthétique.

    Tous ont été rassemblés, mercredi 1er juin, par la fondation K d’urgences, qui organise chaque année une journée consacrée aux #familles_monoparentales, avec le soutien de la CAF et d’#entreprises dont #LVMH, propriétaire du jardin d’acclimatation.

    « L’idée est de réunir tout ce dont elles ont besoin, observe la journaliste Christine Kelly, présidente et fondatrice de K d’urgences. C’est une situation très difficile. Ce sont les premières victimes de la crise. » Chaque année la manifestation grandit : un millier de personnes se sont inscrites.

    Chaque minute compte
    Ce qui était jadis une exception, le plus souvent liée au veuvage, est en train d’entrer dans la norme....

    #paywall...

    • @colporteur just ask :

      Sous la grande verrière du jardin d’acclimatation de Paris, Angeline Serebo a trouvé ce qu’elle cherchait : un huissier de justice. Infirmière, elle élève seule ses cinq enfants, âgés de 5 à 22 ans. Elle a une « bonne entente » avec le père des deux aînés. En revanche, celui des trois plus jeunes, dont elle est divorcée, a « disparu dans la nature », explique-t-elle. Elle cherche à récupérer la pension alimentaire qu’il ne paie plus depuis juillet 2014. Son interlocutrice lui explique comment procéder et à quel coût.

      Tout autour, d’autres femmes consultent des avocats, des psychologues, des assistantes sociales, des représentants d’associations et d’entreprises, des personnels de la ville de Paris, de la Caisse d’allocations familiales (CAF), ou du Quai d’Orsay (pour le recouvrement des pensions à l’étranger), ou même des conseillères en esthétique.

      Tous ont été rassemblés, mercredi 1er juin, par la fondation K d’urgences, qui organise chaque année une journée consacrée aux familles monoparentales, avec le soutien de la CAF et d’entreprises dont LVMH, propriétaire du jardin d’acclimatation.

      « L’idée est de réunir tout ce dont elles ont besoin, observe la journaliste Christine Kelly, présidente et fondatrice de K d’urgences. C’est une situation très difficile. Ce sont les premières victimes de la crise. » Chaque année la manifestation grandit : un millier de personnes se sont inscrites.
      Chaque minute compte
      Svanhilde Bolens, 26 ans, et sa fille, Manon, 3 ans et demi. Habite à Saint-Chéron (91). Ancienne militaire, elle est en reconversion pro pour devenir assitsante médico-sociale. « Avec le papa, on s’est connu à 16 ans. On s’est séparé quand Manon avait 1 an ».

      Ce qui était jadis une exception, le plus souvent liée au veuvage, est en train d’entrer dans la norme. Selon les derniers chiffres de l’Insee, 1,5 million de familles sont composées d’un parent sans conjoint résidant avec au moins un enfant mineur, soit une famille sur cinq.

      Dans 85 % des cas ce parent est une femme. Elles sont davantage touchées par le chômage, la précarité, les difficultés à se loger correctement, la pauvreté. Mais, comme le relève une enquête publiée mardi 31 mai par l’association Uniparent, la réalité est contrastée : 82 % des 900 personnes interrogées se disent fières d’élever seules leurs enfants.

      Dans ces vies, chaque euro compte, chaque minute compte. Pourtant, Angeline est « moins fatiguée » depuis qu’elle est seule avec ses enfants. « Avant je vivais sa vie à lui et non la mienne, relate-t-elle. On mangeait ce qu’il aimait, on ne partait pas en vacances parce qu’il ne voulait pas. Le fait qu’il ne soit pas là m’allège car je n’ai plus à m’occuper de lui. Je suis seul capitaine à bord. »

      Hélène Soriano aussi trouve cela « pas si dur » de vivre sans son mari, qui l’a quittée en laissant une dette de loyer de plus de 3 000 euros. Auxiliaire de vie à mi-temps, elle doit faire des heures de ménage en plus pour boucler son budget. Son ex-mari reçoit leur fils de 12 ans un samedi soir par mois, quand Hélène lui demande. Elle doit fournir le repas. Et pourtant, elle « profite » de ce qui est malgré tout une liberté retrouvée.

      Sa sœur cadette, Stéphanie, vit elle aussi seule avec ses trois enfants. « Pour moi c’est une libération », s’exclame cette dernière. Son mari était violent. Comme il ne paie plus sa pension, la cagnotte qu’elle réservait à la semaine annuelle de vacances pour les enfants est engloutie.

      Lors de la séparation il y a sept ans, elle a dû quitter son travail de réceptionniste dans un hôtel car elle ne pouvait plus travailler le soir et le week-end. « Mon salaire ne suffisait pas à payer les frais de garde », relève-t-elle. Le revenu de solidarité active (RSA) et les allocations de la CAF la font vivre pour l’instant. Elle a repris des études de français langue étrangère et aimerait enseigner.
      « Un stress permanent »
      Celine Juin, 40 ans, salariée dans une société de vente à domicile, élève ses 3 filles, seule à Orly (94). Elle est bénévole à l’association K d’urgences après avoir été conseillée par celle-ci, quelques années auparavant.

      La difficulté à faire garder les enfants revient comme une antienne. Anicette Nguemo Lahet, 32 ans, mère d’une fille de 6 ans, est secrétaire médicale à mi-temps. Elle aimerait « reprendre des études et accéder à un poste plus valorisant ». Mais comment étudier le soir quand on est seule à Paris, sans pouvoir payer un baby-sitting ?

      Pour obtenir une place en crèche, les femmes qui ne travaillent pas ne sont pas prioritaires. La fille de Sylvie Diomande, 35 ans, est gardée deux fois trois heures chaque semaine. Pas assez pour chercher efficacement du travail. Elle ne veut pas en demander plus aux amis qui l’hébergent. Ces deux femmes n’ont jamais vécu avec le père de leurs enfants. Les grossesses n’étaient pas prévues.

      C’est également le cas de Marie-Hélène, 45 ans (le prénom est modifié). Son ex-compagnon n’a pas reconnu leur fille de 5 ans. Auparavant chargée de mission à l’international, elle a été « écrasée par la fatigue » après la naissance, et n’a pas eu l’énergie de chercher de nouveaux contrats. Elle vit désormais au RSA, sans parents proches pour l’aider. Ses amis s’éloignent. Elle décrit « un stress permanent ». « On est seul pour tout, détaille-t-elle. On ne peut pas dire : “chéri, tu achèteras une baguette”. La vie psychologique, les loisirs, l’école, les fringues, les vacances, c’est moi. »

      Ce tête-à-tête a ses avantages et ses inconvénients. « Les enfants ont besoin d’un père, pour son autorité », affirme Iwona (le prénom est modifié), une Polonaise de 44 ans qui habite un studio parisien avec ses deux enfants. « On ne peut pas partager les responsabilités, relève Jérôme Mendiela, 53 ans, l’un des rares pères présents. Celui qui est seul avec les enfants doit trouver toutes les réponses à leurs questions. » Avec ses trois grands enfants et son salaire confortable, ce dernier se dit « conscient de [s]a chance ».

      Pour tous, entretenir une vie sociale est un défi. Se remettre en couple semble inatteignable. « Pas le temps ! », disent la plupart des femmes. Certaines le regrettent. « La vie est plus facile à deux, affirme Sandra (le prénom est modifié), 38 ans, « en embrouille » avec le père de son enfant de 9 mois, dont elle est à nouveau enceinte. Je recherche l’équilibre d’un foyer. » Angeline, elle, n’a pas envie de retrouver un mari. Un petit ami oui, mais « qui vit chez lui et pas chez moi ».

  • Du nouveau dans les pensions alimentaires garanties | France info
    http://www.franceinfo.fr/emission/c-est-mon-epoque/2015-2016/les-pensions-alimentaires-garanties-24-02-2016-06-23

    C’est un fléau moderne. 4 pensions alimentaires sur 10 ne sont pas versées. Très souvent, les #femmes en sont victimes. Il y a de nouvelles solutions pour lutter contre ces impayés. A partir du 1er avril, la caisse d’allocations familiales simplifie les démarches.

    Mieux encore, la #CAF dégaine un dispositif qui sait tout faire en matière de #pension_alimentaire. D’abord ça ira beaucoup plus vite : la pension n’est pas versée, elle fait défaut une seule fois. Le mécanisme est déclenché sans attendre deux mois d’impayés. Et dans la limite de 100 euros par mois, le parent va tout de suite recevoir de l’argent. Ensuite, le système devient plus souple. Ce n’est plus tout ou rien, ou une pension alimentaire ou une allocation de soutien. On va panacher. Du coup, tout le monde touchera au minimum 100 euros. Par exemple, le juge a fixé la pension à 50 euros. Elle est bel et bien payée par le parent qui la doit. La caisse d’allocations familiales intervient tout de même parce qu’elle va compléter tous les mois pour arriver à 100. Auparavant une pension, même minuscule, ça interdisait tout simplement de toucher le fameux complément de soutien.

    Du nouveau également pour le parent qui doit verser la pension

    La CAF va se retourner elle-même contre le parent qui ne paie pas, et avec de nouvelles armes : saisie sur salaire, sur indemnités chômage ou sur pension de retraite et même prélèvement possible directement sur le compte bancaire.
    C’est tout nouveau, elle porte bien son nom, c’est une #procédure_de_paiement_direct. La caisse d’allocations familiales n’a même plus besoin de recourir à un huissier. Elle a désormais le pouvoir d’aller chercher les sous là où ils sont, et de remonter le temps : jusqu’à 24 mois d’arriérés, c’est-à-dire deux ans contre six mois avant la réforme.

    En réalité, c’est un coup de pouce pour les femmes

    On estime que 100.000 foyers sont potentiellement concernés, ce sont des « familles monoparentales ». Mais derrière cette dénomination, dans 85% des cas, on parle d’une femme, une mère qui élève seule son ou ses enfants avec bien souvent de petits moyens. Alors, ce nouvel arsenal a été testé dans 20 départements pendant un an et demi, avec succès. Et du coup, la décision est prise. Cette garantie contre les impayés de pensions alimentaires, la GIPA, sera étendue à toute la France dès le 1er avril.

    Jusqu’alors, la CAF imposait aux femmes concernées de lancer des procédures contre les pères carents.
    On a là une extension des capacités de récupération des indus par une caisse sociale.

    #recouvrement #indu

  • Pensionnats autochtones : « un #génocide culturel » | Hugo de Grandpré | National
    http://www.lapresse.ca/actualites/national/201506/02/01-4874707-pensionnats-autochtones-un-genocide-culturel.php

    Les pensionnats autochtones ont été actifs pendant plus d’un siècle, d’environ 1870 à 1970. Le dernier établissement financé par le gouvernement fédéral a fermé ses portes à la fin des années 90. Plus de 150 000 #enfants ont séjourné dans les 139 institutions qui ont vu le jour.

    Au moins 3200 des enfants envoyés en pensionnat y seraient décédés, un taux plusieurs fois supérieur au taux de #mortalité_infantile de l’époque, a noté le rapport.

    Le président Murray Sinclair a ajouté que, selon les commissaires, ces quelque 3000 décès pourraient n’être que la pointe de l’iceberg et s’élever plutôt à 6000. Le rapport contient des recommandations pour continuer à mener ce macabre décompte.

    #Génocide_culturel

    La Commission a dénoncé dès le premier paragraphe du rapport la politique du gouvernement fédéral à l’égard des peuples autochtones, dans le cadre de laquelle ces pensionnats ont été créés.

    « Cette politique était destinée à éliminer les peuples autochtones en tant qu’entités politiques et culturelles distinctes, peut-on lire dans le document. L’établissement et les activités de ces pensionnats autochtones étaient une partie centrale de cette politique, qui ne peut être décrite que comme un génocide culturel. »

    Pressé par les partis de l’opposition d’accepter les recommandations du rapport, dont celle de mettre en oeuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, le gouvernement #Harper s’est gardé de faire des promesses et de reconnaître l’existence d’une tentative de génocide culturel, mardi.

  • Les #pensionnats_autochtones ont participé à un #génocide_culturel

    (Ottawa) Les pensionnats autochtones étaient au centre d’une politique de génocide culturel élaborée par le gouvernement du #Canada, tranche la Commission de vérité et de réconciliation du Canada dans son rapport rendu public mardi.


    http://www.lapresse.ca/actualites/national/201506/02/01-4874588-les-pensionnats-autochtones-ont-participe-a-un-genocide-culturel
    #peuples_autochtones

  • Avec Jean Oury. Vivre avec la folie / #Revue_Chimères n°84 - Le silence qui parle
    http://lesilencequiparle.unblog.fr/2015/02/19/vivre-avec-la-folie-olivier-apprill-edito-de-la-revue-chime

    « Refaire le #club_thérapeutique, tout le temps. » Cette petite phrase de #Jean_Oury, extraite d’un dialogue avec Danielle Sivadon en 2004 (1), aurait pu être prononcée au printemps dernier comme il y a cinquante ans. Elle exprime une constance mais aussi une exigence : donner du #pouvoir aux malades, créer de la responsabilité, du #mouvement, du #possible. C’est à ces tâches essentielles que le fondateur de la #clinique psychiatrique de La Borde se consacrait encore quelques jours avant sa mort, le 15 mai dernier, à l’âge de 90 ans.

    Rendre hommage à celui que ses pairs considèrent comme l’un des meilleurs connaisseurs de la #psychose, c’est d’abord prendre la mesure de cette passion médicale (2) qui voit en chaque individu, plus ou moins fou, un sujet à part entière. C’est surtout honorer un engagement au jour le jour, une disponibilité, une présence confondue avec l’accueil permanent de l’autre.

    Jean Oury n’a jamais cessé de l’affirmer : dans l’abord de la #folie, le plus petit détail, un simple geste ou un sourire peuvent avoir une valeur inestimable. Ce souci de l’#ambiance, ces paroles qui soignent, cet humour, cette bienveillance, ces moments féconds au cours desquels une existence parfois bifurque constituent l’arrière-fond sensible dont ce numéro de Chimères se veut l’écho, nourri d’expériences, de témoignages et de récits souvent placés sous le signe d’une « vraie rencontre ». Une sorte de #constellation affective où les voix de plusieurs générations de patients, de « psychistes », d’artistes, d’amis proches ou de compagnons de route se mêlent pour composer un portrait multiple, polyphonique, de l’homme qui a tracé « son chemin en marchant » et su s’adresser, avec une qualité de parole incomparable, à ce qu’il y a de plus #singulier en chacun.

    En soutenant l’hypothèse que l’hôpital peut devenir un instrument thérapeutique et que la folie est aussi #création, Jean Oury abroge toutes les formes de ségrégation et tout réductionnisme de la maladie mentale. Autant de révolutions partagées au long de son parcours commun avec son ami #Félix_Guattari : la machine bicéphale Oury-Félix occupe une place privilégiée dans ce numéro de Chimères. Un agencement foisonnant, tour à tour créateur et conflictuel, qui constitue le caractère le plus visible de cette amitié – terme sans doute à entendre ici dans le sens d’une « condition pour l’exercice de la pensée » (3). Pensée en extension chez l’un, locale et intensive chez l’autre, dont la complémentarité aura permis d’instituer un milieu et un lieu « qui n’en a jamais fini de se construire » (4).

    Ce #lieu de #soin, bien réel et pourtant toujours à venir, Jean Oury en a lui-même élaboré la formule logique, la topique, dans son concept princeps de « collectif ». Réussir à déchiffrer ce qui se passe dans la vie quotidienne, sur le terrain, au travail, entre les gens, afin qu’une organisation d’ensemble puisse tenir compte du #désir_inconscient, est au principe même d’une « #psychiatrie_concrète » (autre nom de la #psychothérapie_institutionnelle) pour laquelle le médecin directeur de #La_Borde a oeuvré sans relâche.

    Tel est peut-être l’un des legs les plus manifestes de Jean Oury aux pensées qui n’ont pas renoncé à transformer l’état des choses. Un legs clinique, philosophique, politique, poétique, #éthique, dont la « valeur humaine » imprègne toutes les pages qui suivent. Accueillir, soigner, penser, vivre avec la folie : la contingence, une vie…

    Olivier Apprill
    Vivre avec la folie / 2015
    Édito du n°84 de la revue Chimères : Avec Jean Oury

    Numéro dirigé par Olivier Apprill et Jean-Claude Polack

    Télécharger le sommaire : Chimeres 84 sommaire
    http://lesilencequiparle.e.l.f.unblog.fr/files/2015/02/chimeres-84-sommaire.pdf

    • Assemblée nationale, Audition de M. Jean Oury, dir. de la clinique de La Borde (Cour-Cheverny) - Jeudi 31 Janvier 2013
      http://www.dailymotion.com/video/x17i0np_audition-de-m-jean-oury-dir-de-la-clinique-de-la-borde-cour-che

      Alors, la vie quotidienne ? (séminaire de Ste Anne septembre 1986)
      http://www.revue-institutions.com/articles/19/Document5.pdf

      De l’#institution. #Transfert, multiréférentialité et #vie_quotidienne dans l’approche thérapeutique de la psychose (2003)
      http://www.cairn.info/revue-cahiers-de-psychologie-clinique-2003-2-page-155.htm

      La destruction programmée de la psychiatrie (2008)
      http://www.cairn.info/revue-sud-nord-2008-1-page-37.htm

      « La psychiatrie n’est pas une spécialité de la #médecine, ce serait plutôt l’inverse », (une rengaine de J.O).

      Le pré-pathique et le tailleur de pierre
      http://www.revue-chimeres.fr/drupal_chimeres/files/40chi04.pdf

      JE VOUDRAIS ESSAYER DE FAIRE PASSER une dimension de la communication que j’appelle « pré-pathique », importante aussi bien sur le plan psychiatrique (de l’autisme ou de la #schizophrénie) que dans le domaine de la #normopathie (on est tous des normopathes et c’est la chose la plus incurable qui soit). Il ne s’agit donc pas ici d’une « communication » au sens restreint du terme mais de déchiffrer ce qui est en question dans « ce qui se passe ». Cela rejoint ce que j’appelle « les #entours » : terme banal qui me semble plus évocateur et plus poétique que le mot ambiance. On peut être non pas en face mais avec quelqu’un, et alors on essaye de repérer ce qui se passe. « Passage » est un mot privilégié de #Kierkegaard par lequel il traduisait le terme grec de kinésis . Il y a du mouvement ; s’il n’y a pas de mouvement, il ne se passe rien. Mais le mouvement ce n’est pas l’agitation. Ce qui exige une distinctivité : quand on passe d’un point à un autre, si le deuxième point n’est pas différent du premier, autant rester sur place. C’est la #critique que j’adresse à la plupart des #établissements. Ils sont tous pareils : aussi bien le bureau du médecin, que celui du directeur, ou la cuisine, la bibliothèque... C’est la même odeur, la même « olor ».

      #Santé_mentale ? #François_Tosquelles #Jacques_Lacan #DSM #diagnostic #fonction_d'accueil

    • « Séminaire de Sainte-Anne » de Jean Oury (1ère partie)

      http://www.franceculture.fr/player/export-inline?content=4329375

      Le psychiatre Jean Oury, fondateur de la psychothérapie institutionnelle, « plus grand connaisseur vivant de la psychose » (P. Delion), tient depuis 1980 un séminaire à #Sainte-Anne. Nous présenterons l’ethos, la parole, et l’histoire de ce lieu crucial pour l’actualité et l’histoire de la psychiatrie et de la #psychanalyse. Notre approche n’est pas clinique, mais une analyse praxique du discours, où sens, éthique et pertinence sont le nœud épistémologique hors duquel la pensée d’Oury reste impensable. Nous établirons l’objet du discours d’Oury, son régime praxique et sa profonde homologie de #structure et de #logique avec la folie. C’est au tissage de cette pensée et de sa parole que nous serons surtout sensibles : comment Oury propose une #praxis_théorique singulière ? Sur le plan de l’histoire des idées, des liens seront établis en permanence entre la pensée d’Oury et ses compagnons (Tosquelles, Guattari, #Gentis… ), avec les grands corps théoriques et cliniques (et surtout #Freud, Lacan), politiques (#marxisme antistalinien), philosophiques (Kierkegaard, Heidegger, #Maldiney) et artistiques (art brut… ). Le tout nourrit une pensée qui articule singulièrement logique, clinique et #politique. Enfin, nous insisterons sur les liens récents établis entre psychothérapie institutionnelle et logique peircienne. Il en sort un savoir incomparable à toute autre approche de la psychose. Quant à l’archéologie de ce discours, nous établirons l’aire que dessinent trois autres discours : le #séminaire de La Borde (clinique dirigée par Oury), recueil du savoir clinique d’Oury ; les rencontres du #GTPSI (moment important des années 1960, il est à la psychiatrie ce que les avant-gardes sont à l’art contemporain) ; l’œuvre écrite d’Oury, entre prose poétique et méditation philosophique.

      Avec Olivier Apprill et Pierre Johan Laffite.

      #audio

    • « Cadrer » le dérèglement - La « grille », Félix Guattari, exposé lors du stage de formation de la clinique de La Borde, 29 Janvier 1987.
      http://www.revue-chimeres.fr/drupal_chimeres/files/34chi01.pdf

      En ce qui me concerne, Je me suis totalement investi dans cette expérience à partir de 1955 ; bien que j’ y aie participé de façon assez suivie dès la phase préparatoire de Saumery. Et c’est durant cette période-là que se sont posés les grands problèmes qui devaient marquer l’évolution ultérieure. Assez rapidement, la clinique a augmenté sa capacité ; elle est pas- sée à soixante malades, puis quelques années plus tard à sa capacité actuelle. Corrélativement, le #personnel a augmenté et les anciennes méthodes d’#organisation consensuelle, fusionnelle, ne pouvaient évidemment plus fonctionner de la même façon. Quand je suis arrivé, j’ai commencé à m’occuper des #activités d’animation et des ateliers. J’ai contribué à la mise en place de pas mal des institutions qui devaient se maintenir de façon durable — quoique toujours en évolution. Mais, assez rapidement, j’ai été amené à m’occuper des problèmes de gestion. Durant les années antérieures, s’étaient instituées des différences de #salaires assez marquées, pour des raisons, d’ailleurs, plutôt contingentes, en raison d’arrangements qui se faisaient au fur et à mesure de l’arrivée des nouveaux membres du personnel. Tout ça pour dire qu’il y avait une situation assez floue, assez peu maîtrisée. Une des premières difficultés à laquelle je me suis trouvé confronté a été relative au #budget des ateliers, lorsqu’ils furent instaurés de façon plus systématique, avec la mise en place du Club ; l’administratrice de cette époque refusait systématiquement de les aider financièrement et il a fallu que je me substitue a elle. À côté de cela, Oury se méfiait beaucoup de quelque chose qui existait dans la plupart des établissements publics, à savoir l’existence d’ergothérapeutes ou de sociothérapeutes spécialisés qui fonctionnaient de façon autonome par rapport au reste du personnel et qui devaient d’ailleurs acquérir ulté- rieurement une qualification particulière. Ça ne nous parais- sait pas souhaitable, parce qu’au contraire on voulait à tout prix éviter que les activités ne deviennent stéréotypées, refer- mées sur elles-mêmes. Pour nous, le but n’était pas de parve- nir à stabiliser une activité particulière. Son fonctionnement ne nous intéressait que pour autant qu’il permettait d’enrichir les #rapports_sociaux, de promouvoir un certain type de #responsabilisation, aussi bien chez les #pensionnaires que dans le personnel. Donc, nous n’étions pas trop favorables à l’implantation d’ateliers standardisés (vannerie, poterie, etc.) avec le ronron du responsable qui vient faire son petit boulot à longueur d’année et avec des pensionnaires qui viennent là régulièrement, mais de façon un peu mécanique. Notre objectif de thérapie institutionnelle n’était pas de produire des objets ni même de produire de « la relation » pour elle-même, mais de développer de nouvelles formes de #subjectivité. Alors, à partir de là, toutes sortes de problèmes se posent sous un angle différent : on s’aperçoit que pour faire des #ateliers, pour développer des activités, le plus important n’est pas la qualification du personnel soignant (diplôme d’infirmier, de psychologue, etc.), mais les compétences de gens qui peuvent avoir travaillé dans le domaine agricole ou comme lingère, cuisinier, etc. Or, bien entendu, pour pouvoir suffisamment dégager ces personnes de leur service, de leur fonction et pour pouvoir les affecter au travail des ateliers et des activités rattachées au Club, il est nécessaire d’inventer de nouvelles solutions organisationnelles, parce que sinon ça déséquilibrerait les services. En fait, ça n’allait de soi d’aucun point de vue, ni dans la tête du personnel soignant, ni dans celles des personnes directement concernées. Il a donc fallu instituer un système, qu’on pourrait dire de dérèglement de l’ordre « normal » des choses, le système dit de « #la_grille », qui consiste à confectionner un organigramme évolutif où chacun a sa place en fonction 1) de tâches régulières, 2) de tâches occasionnelles, 3) de « #roulements », c’est-à-dire de de tâches collectives qu’on ne veut pas spécialiser sur une catégorie particulière de personnel (exemple : les roulements de nuit, les roulements qui consistent à venir à 5 h du matin, la vaisselle, etc.). La grille est donc un tableau à double entrée permettant de gérer collectivement les affectations individuelles par rapport aux tâches. C’est une sorte d’instrument de réglage du nécessaire dérèglement institutionnel, afin qu’il soit rendu possible, et, cela étant, pour qu’il soit « cadré ».

  • Un enfant de divorcés sur cinq vit en résidence alternée (La-Croix)
    http://www.la-croix.com/Famille/Couple/Un-enfant-de-divorces-sur-cinq-vit-en-residence-alternee-2015-01-27-127323

    Qu’on ne s’y trompe pas toutefois : la résidence chez la mère reste ultra-majoritaire, puisqu’elle est prononcée dans 69 % des divorces. Elle accuse toutefois une légère baisse par rapport à 2003 – où elle se montait alors à 78 % –, et ce du fait de la progression continue de la résidence alternée.

    #familles #garde_alternée #enfants #stéréotype