• These 90 Army posts have contaminated drinking water
    https://www.militarytimes.com/news/your-military/2019/09/11/these-90-army-posts-have-contaminated-drinking-water


    Exposure to the chemicals ― found in firefighting foam used not only in vehicle or aircraft incidents on military bases, but in numerous training drills over decades ― has been linked to #cancer and other health issues.

    Though the Army is following #EPA regulations, according to the EWG, their 70 ppt guideline is “70 times higher than the 1 ppt safe level found by some independent studies and endorsed by EWG,” according to the organization’s release. “Some states have set limits ranging from 11 ppt to 20 ppt.”

    [...]

    The Pentagon has cited EPA’s failure to designate PFAS as ‘hazardous substances’ under the federal Superfund law as one reason for its refusal to clean up #PFAS contamination,” according to the release.

    #Substances_alkylées_per_et_polyfluorées #forever_chemicals #eau #Agences_de_dérégulation #pentagone #toxiques #santé #carcinogènes #états-unis
    #leadership

  • The Pentagon Wants to Use #DARPA to #Police #Internet News – Rolling Stone
    https://www.rollingstone.com/politics/political-commentary/darpa-fake-news-internet-censorship-879671

    Il pourra s’agir de vraies ou de fausses #fake_news du moment qu’elles « sèment la discorde ». A l’inverse celles qui renforcent l’ordre établi ne seront jamais considérées comme telles a priori,...

    Fake news has a long history in America. Its most pernicious incarnation is never the work of small-time scam artists. The worst “fake news” almost always involves broad-scale deceptions foisted on the public by official (and often unnamed) sources, in conjunction with oligopolistic media companies, usually in service of rallying the public behind a dubious policy objective like a war or authoritarian crackdown.

    #SemaFor #MediFor #surveillance #répression #pentagone #états-unis

  • Le #Pentagone débloque 3,6 milliards de dollars pour le mur de Trump

    Le Pentagone a annoncé mardi avoir débloqué 3,6 milliards de dollars pour financer la construction de 280 km de mur à la frontière mexicaine, à la demande du président Donald Trump.

    Pour débloquer ces fonds, le ministère américain de la #Défense a décidé de « reporter » 127 projets de construction et de modernisation des locaux militaires aux Etats-Unis et à l’étranger prévus dans son budget 2019, a indiqué à la presse un porte-parole du ministère, Jonathan Hoffman.

    Le ministre de la Défense #Mark_Esper « a décidé que ces projets de construction sont nécessaires pour soutenir l’usage des forces armées et le ministère de la Défense va donc mener 11 projets de construction militaire de barrière frontalière », a précisé M. Hoffman au cours d’un point de presse.

    « La longueur totale (...) est de 175 miles », a précisé le responsable des affaires de sécurité intérieure au Pentagone, Kenneth Rapuano. Il a précisé qu’il s’agit de renforcer des segments de barrière frontalière déjà existant mais considérés comme insuffisants, ainsi que de construire de nouveaux segments.

    Les zones considérées sont notamment situées près de #Yuma (Arizona), #El_Centro et #San_Diego (Californie), #Laredo et #El_Paso (Texas).

    Le général Andrew Poppas, directeur des opérations à l’état-major américain, a assuré que la construction de ces pans de mur frontalier permettrait de réduire le nombre des 5.000 militaires américains déployés à la frontière mexicaines à la demande de Donald Trump, qui souhaite endiguer une vague d’immigration en provenance d’Amérique latine.

    Les projets de construction militaire reportés n’ont pas été décrits à la presse, le Pentagone souhaitant informer d’abord les élus des Etats concernés par les 127 projets, mais les élus du Congrès ont très rapidement réagi à cette annonce.

    Parmi les projets affectés figure notamment un bâtiment de la prestigieuse académie militaire de West Point, a indiqué le leader des démocrates au Sénat, Chuck Schumer.

    « C’est une gifle pour les forces armées qui servent notre pays », a-t-il tweeté. Le président Donald Trump est « prêt à cannibaliser des fonds militaires déjà alloués pour satisfaire son ego et pour un mur qu’il a promis que le Mexique paierait », a-t-il ajouté.

    https://www.courrierinternational.com/depeche/le-pentagone-debloque-36-milliards-de-dollars-pour-le-mur-de-
    #murs #financement #barrières_frontalières #frontières #USA #Etats-Unis #armée

    ping @mobileborders

    • Trump administration raids military construction projects for border wall

      The move is likely to further inflame Democrats who have accused the administration of illegally overriding Congress’ spending decisions.

      The Trump administration is carrying out plans to raid $3.6 billion in military construction projects to build the border wall, further inflaming lawmakers who have accused President Donald Trump of illegally overriding Congress’ spending decisions.

      Defense Secretary Mark Esper informed congressional leaders on Tuesday of the cash grab from a total of 127 military projects. Roughly half the money will come from funds previously dedicated to upgrading military bases abroad and the other half in the United States.

      Senate Minority Leader Chuck Schumer said Esper told him some of the money will come from the U.S. Military Academy at West Point in his home state of New York.

      “It is a slap in the face to the members of the Armed Forces who serve our country that President Trump is willing to cannibalize already allocated military funding to boost his own ego and for a wall he promised Mexico would pay to build,” Schumer said in a statement.

      Trump declared a national emergency in February in order to divert $8 billion from various federal accounts to build a physical barrier along the U.S.-Mexico border, including a Treasury Department fund and Defense Department efforts to interdict illegal drugs.

      Tuesday’s announcement comes on top of $2.5 billion the Pentagon already diverted from its budget toward the border barrier this spring over objections from leaders on the House and Senate Armed Services and Appropriations committees.

      In a letter to Senate Armed Services Chairman Jim Inhofe (R-Okla.) on Tuesday, Esper detailed 11 border projects on the U.S.-Mexico border that the diverted funds will now finance.

      The barriers, Esper contended, will allow military personnel that have been deployed to the border to beef up security to focus on areas that don’t have physical barriers.

      “In short, these barriers will allow DoD to provide support to DHS more efficiently and effectively,” Esper wrote. “In this respect, the contemplated construction projects are force multipliers.”

      In total, the military construction budget will fund 175 miles of border wall — a combination of new barricades and improvements to existing structures. The earliest construction could begin in about 100 days, Elaine McCusker, the Pentagon’s acting comptroller, told reporters.

      She added that the first projects are likely to begin on land owned by the military, including the Barry M. Goldwater Air Force Range along the border in Arizona.

      The roster of 127 projects the Pentagon is targeting to pay for the border wall has been winnowed down from a much longer list of $12.9 billion worth of projects in dozens of states, as well as several locations overseas.

      The Pentagon is expected to release a list of all impacted projects on Wednesday, after it notifies lawmakers whose districts will be affected, as well as officials in foreign countries where projects are being deferred, according to Jonathan Hoffman, the Pentagon’s chief spokesperson.

      However, the military construction projects being raided do not include family housing, military barracks and projects that have already been awarded or are expected to be awarded in fiscal 2019, Hoffman said. He also added that the $1.8 billion from domestic projects will become available only when the $1.8 billion from international projects has been used up.

      Defense officials said they also hope Congress will appropriate more money to backfill the military construction projects that get cut. “The way we’re describing it is deferred. They’re definitely not canceled," McCusker said of the military construction projects being raided.

      Nevertheless, other Democrats in Congress also swiftly rebuked the decision. Rep. Debbie Wasserman Schultz (D-Fla.), who oversees military construction funding in the House, warned that the Trump administration “is about to weaken our national security by stealing billions from our military," including training for soldiers and schools for military families.

      “I reminded his Admin today that I will not support this theft from our military," Wasserman Schultz wrote on Twitter. “Trump can pander to his nativist base, but the House will fight his every attempt to make our military families or national security suffer as a result.”

      A group of Democratic senators sent a letter to Esper on Tuesday demanding more details. “We are opposed to this decision and the damage it will cause to our military and the relationship between Congress and the Department of Defense,” the senators wrote. “We also expect a full justification of how the decision to cancel was made for each project selected and why a border wall is more important to our national security and the well-being of our service members and their families than these projects.”

      In response to the news, Rep. Don Beyer (D-Va.) also taunted Trump in a tweet, writing eight times that “Trump promised Mexico would pay” for his campaign pledge to build a border wall.

      The move is also expected to draw ire of Republicans — at least privately. Lawmakers in both parties have consistently warned the Pentagon against raiding the defense budget for a border wall — a move they fear will hurt military readiness.

      The Trump administration previously angered congressional Democrats by deploying thousands of troops to help secure the southern border.

      It’s possible some of those troops on the border could return home once the wall is erected, Army Lt. Gen. Andrew Poppas, the director of operations on the Joint Chiefs of Staff, told reporters. Having more effective barricades could reduce the need for military personnel to patrol those portions of the border, Hoffman added.

      But Congress isn’t the only interested party expected to put up a fight over Trump’s latest move.

      The American Civil Liberties Union said after the announcement that it plans to file a motion to block the transfer of the money. The ACLU is representing the Sierra Club and border advocates in a related federal lawsuit in California.

      “The fact that the government sat on these so-called ‘emergency funds’ for seven months further confirms that this is nothing but an unlawful power grab. We’ll be back in court very soon to block Trump’s latest effort to raid military funds for his xenophobic wall," Dror Ladin, staff attorney with the ACLU’s National Security Project, said in a statement.

      https://www.politico.com/story/2019/09/03/trump-administration-prepares-to-raid-military-projects-for-border-wall-14

    • Trump moving forward to divert $3.6B from military projects for border wall

      The Trump administration is moving forward with its plan to divert $3.6 billion from military construction projects, notifying congressional leaders and lawmakers whose states will be impacted by the shuffle.

      Defense Secretary Mark Esper called congressional leaders, including House Speaker Nancy Pelosi (D-Calif.) and Senate Minority Leader Charles Schumer (D-N.Y.), on Tuesday to detail the decision to reprogram the money away from military construction projects and to the border.

      Schumer, who has projects in his home state that will be impacted, panned the decision as a “slap in the face” to members of the military.


      “The president is trying to usurp Congress’s exclusive power of the purse and loot vital funds from our military. Robbing the Defense Department of much-needed funds is an affront to our service members and Congress will strongly oppose any funds for new wall construction,” he added.

      Pelosi told House Democrats on a caucuswide conference call on Tuesday that Esper also informed her of the move earlier in the day, according to a call participant.

      “Canceling military construction projects at home and abroad will undermine our national security and the quality of life and morale of our troops, making America less secure,” Pelosi said later in a public statement.

      “The House will continue to fight this unacceptable and deeply dangerous decision in the Courts, in the Congress and in the court of public opinion, and honor our oath to protect the Constitution,” she added.

      Pentagon officials on Tuesday also confirmed that Esper approved $3.6 billion in Defense Department dollars to build 175 miles of wall on the U.S.- Mexico border, with Congress being briefed on the construction projects that will be affected by the order.

      The notification to congressional leadership comes following Trump’s declaration of a national emergency earlier this year to access more money for the border wall after Congress passed a funding bill that included only $1.35 billion for the border.

      Republicans bristled over Trump’s decision to declare the national emergency to get wall funding, but Congress was unable to override Trump’s veto of a resolution to nix the declaration. Democrats have pledged to force another vote this fall.

      As part of the declaration, Trump announced that he would reshuffle $3.6 billion from military construction projects. Republicans are promising to “back fill” the money in the upcoming government funding bills, though that requires cooperation from Democrats.

      In the meantime, roughly 127 military construction projects are being put on hold, half of which are overseas and half of which are planned U.S. projects, according to the Pentagon.

      Pentagon Comptroller Elaine McCusker, who also spoke to reporters, said construction is expected to begin in about 135 days.

      Officials also said that the additional miles of wall to be built are expected to diminish the number of U.S. troops deployed to the border but could not give an estimate as to how many.

      Democrats immediately balked at the Pentagon’s decision to formally move forward with the reprogramming.

      Sen. Jack Reed (D-R.I.), the top Democrat on the Senate Armed Services Committee, knocked the administration on Tuesday, saying there was “no credible reason” for diverting the funding.

      “There should be broad, bipartisan opposition to misusing defense dollars in this manner in both Congress and the courts," he added.

      “The President is robbing the men and women of our armed services of funds meant for critical construction projects that are necessary to serve our troops, support our allies, deter our adversaries, and care for our military families — all to build a wall that will do nothing to solve the humanitarian crisis at our Southwest border or protect the American people,” Sens. Patrick Leahy (D-Vt.), Dick Durbin (D-Ill.) and Brian Schatz (D-Hawaii) said in a joint statement.

      Leahy is the top Democrat on the Senate Appropriations Committee, while Durbin is the top Democrat on the Defense subcommittee and Schatz is the top Democrat on the military construction subcommittee.

      Schatz added in a subsequent tweet that “every service member, family member, and veteran should look at the list of projects he is de-funding and know that Trump thinks a wall is more important.”

      Democrats on the Senate Appropriations Committee sent Esper a letter on Tuesday requesting more information on the impacted projects, including how they were selected.

      “We ... expect a full justification of how the decision to cancel was made for each project selected and why a border wall is more important to our national security and the wellbeing of our service members and their families than these projects,” 10 Democrats on the panel wrote in their letter.

      https://thehill.com/homenews/senate/459800-trump-plans-to-divert-money-from-military-projects-this-week-for-bor

    • Pentagon diverts $3.6bn in funds for southern border wall

      US Secretary of Defence Mark Esper has granted $3.6bn (£3bn) in Pentagon funding to be redirected to help build a US-Mexico border wall.

      The money will fund 175 miles (280km) of construction and will force 127 military projects to be put on hold, he told lawmakers in a letter on Tuesday.

      Building a border wall was a major campaign pledge of President Trump but it has faced significant opposition.

      Tough action on immigration also forms a central part of his re-election bid.

      Mr Esper’s letter did not use the term “wall” but the border barriers described are likely to be cited by Mr Trump as evidence of progress as he gears up for the vote in 2020.

      Last July, the Supreme Court handed Mr Trump a victory in a related case, saying that the national emergency he issued in February allowed him the power to use $2.5bn in defence funds for wall construction while the matter proceeds in courts.

      In a letter sent to several congressional committees, the Department of Defense identified the 127 military construction projects worldwide that stand to lose funding on behalf of the border wall.

      Democrats argue that by diverting funds to the wall, the Trump administration is attempting to circumvent Congress’ role in making budgets for government agencies.

      Democrat Senate Minority Leader Chuck Schumer said it showed Mr Trump “is willing to cannibalise already allocated military funding to boost his own ego and for a wall he promised Mexico would pay to build”.

      The American Civil Liberties Union promised to seek a court order to block “the president’s abuse of emergency powers to secure funds for a wall Congress denied”.

      Donald Trump promised to use military construction money to fund his long-promised Mexican border wall. Now that order is being recorded on paper and put into action.

      That may cause some political difficulties for the president, but it’s clear he believes the potential damage from not following through on his 2016 border-wall campaign pledge - even if the funds are coming from US taxpayers, not Mexico - is greater than the risk of disgruntled constituents and interested parties.

      It wasn’t too long ago that border walling was a non-controversial proposition, tucked into larger spending legislation. That was before Donald Trump made it the most visible embodiment of his immigration policies, however.

      Mr Trump has already tweeted aerial video of new border wall construction (technically, just replacement barriers). His goal is to have even more footage to point to - and, perhaps, stand smiling alongside - as his 2020 presidential re-election campaign picks up steam.
      What is being defunded?

      In a letter released on Wednesday evening, first reported by The Daily Beast, Mr Esper identifies 127 projects that stand to lose funding at the expense of the border wall.

      This list includes projects across 23 US states, three US territories and 20 countries. More than $1bn in mainland projects - with a wide array of purposes -will likely be shelved, including $40m to update hazardous waste storage in Virginia and $95m for an engineering centre in New York.

      Nearly $700m will be diverted from projects in US territories Puerto Rico, the Virgin Islands and Guam. Of these Puerto Rico will be hit hardest: the island stands to lose $400m worth of planned projects.

      Approximately $770m will be taken from projects across Europe, directed at helping allied countries deter a possible attack from Russia.

      Nine projects overall affect the renovation and replacement of schools for children on US military bases across the world.

      According to the Pentagon, the affected projects have not been cancelled outright but have been “deferred”.

      For the projects to be resumed, however, Congress must agree to do so in its annual defence policy bill. If Congress fails to do so, they will be stuck in legislative limbo and effectively defunded.

      https://www.bbc.com/news/world-us-canada-49574441

  • L’ancien lobbyiste Esper prêté serment comme chef du #Pentagone - News 24
    https://news-24.fr/lancien-lobbyiste-esper-prete-serment-comme-chef-du-pentagone

    Esper, 55 ans, ancien soldat et lobbyiste du fabricant d’#armes #Raytheon Co, a reçu un soutien bipartisan fort en dépit de vives interrogations lors de l’audience de confirmation de la sénatrice démocrate Elizabeth Warren au sujet de ses liens avec Raytheon et de son refus de prolonger un engagement en matière d’#éthique qu’il avait signé en 2017 pour éviter décisions impliquant la société.

    #etats-unis #conflit_d'intérêt #guerres

  • Crise dans le #Golfe : les enjeux géostratégiques du #détroit_d’Ormuz
    https://www.france24.com/fr/20190514-crise-golfe-enjeux-geostrategiques-detroit-ormuz-iran-oman-emirat

    Le détroit d’#Ormuz, qui permet aux navires de quitter le Golfe, est un petit bras de mer large de 50 km environ, 40 km dans sa partie la plus étroite. Ses eaux étant peu profondes (pas plus de 60 m de profondeur), les navires en provenance de l’océan Indien doivent emprunter un premier chenal de navigation entre les îles omanaises de Quoin et Ras Dobbah, en face de la péninsule du Musandam, avant de s’engager dans un chenal parsemé de trois îles : la Grande Tomb, la Petite Tomb et Abou Moussa. Ces dernières sont contrôlées par l’Iran depuis 1971, et revendiquées depuis par les Émirats arabes unis.

    C’est par ces chenaux de navigation, qui mesurent près de 3 km de largeur chacun, qu’ont transité plus de 18 millions de barils de #pétrole (brut et condensat) par jour pendant le premier semestre de 2018, soit plus de 35 % du pétrole transitant par voie maritime dans le monde, selon l’Agence d’information sur l’énergie du gouvernement américain (AIE). Un chiffre auquel il faut ajouter, selon un rapport du Service de recherches du Congrès américain, 4 millions de barils de produits pétroliers par jour, et plus de 300 millions de mètres cubes de #gaz naturel liquéfié (GNL) par jour.

    En moyenne, plus d’une trentaine de pétroliers et méthaniers quittent le Golfe par le détroit chaque jour, majoritairement en direction des pays asiatiques, notamment la Chine, le Japon, l’Inde et la Corée du Sud. Les pays de l’Union européenne et les #États-Unis figurent également parmi les clients des #pétromonarchies du Golfe. Selon les experts, une fermeture du détroit équivaudrait à retirer une dizaine de millions de barils de pétrole par jour du marché international. Par ailleurs, le détroit est également une porte d’entrée commerciale vitale pour les pays de la région, très dépendants des importations, ce qui en fait un des principaux corridors du #commerce international.

    Si ses eaux sont partagées entre la République islamique d’Iran et le sultanat d’Oman, le détroit d’Ormuz est un couloir international, et en principe tous les navires, quel que soit leur pavillon, bénéficient du droit de passage en transit, conformément à la Convention des #Nations_unies sur le droit de la mer, adoptée en 1982, et au droit international coutumier de la mer. Le Golfe est l’une des régions les plus militarisées au monde, qui concentre une grande partie des importations mondiales d’armement. De leur côté, les États-Unis disposent dans la région d’une forte présence militaire, à travers plusieurs bases hautement stratégiques. Ainsi la Ve Flotte américaine est stationnée à Bahreïn, tandis que le Qatar accueille la plus grande base aérienne américaine au #Moyen-Orient. La France, quant à elle, compte une base militaire à Abu Dhabi, dans les Émirats arabes unis. Ces derniers jours, le #Pentagone a dépêché dans la région un porte-avions, un navire de #guerre, des bombardiers B-52 et une batterie de missiles Patriot, évoquant des menaces de l’Iran ou de ses alliés contre des ressortissants ou des intérêts américains au Moyen-Orient.

  • The Pentagon’s Bottomless Money Pit – Rolling Stone
    https://www.rollingstone.com/politics/politics-features/pentagon-budget-mystery-807276

    The Air Force, which had an $85 billion budget that year, nearly created in one stroke an accounting error more than a third the size of the U.S. GDP, which was just over $10 trillion in 2001. Nobody lost money. It was just a paper error, one that was caught. “Even the Air Force notices a trillion-dollar error,” Andy says with a laugh. “Now, if it had been a billion, it might have gone through.”

    Years later, Andy watched as another massive accounting issue made its way into the military bureaucracy. The Air Force changed one of its financial reporting systems, and after the change, the service showed a negative number for inventory — everything from engine cores to landing gear — in transit.

    #dépenses #pentagone #etats-unis

  • Watchdog: Pentagon doesn’t know where $2.1B was spent on #F-35 parts | TheHill
    https://thehill.com/policy/defense/434280-watchdog-pentagon-doesnt-know-where-21b-was-spent-on-f-35-parts

    Pentagon officials did not account for and manage $2.1 billion worth of F-35 Joint Strike Fighter parts and must now rely on the aircraft’s maker, #Lockheed_Martin, to tell them where and when it spent the funds, according to a new watchdog report.

    The scathing report from the Defense Department’s (DOD) Office of Inspector General found that Pentagon officials “failed to implement procedures, and failed to appoint and hold officials responsible, to account for and manage government property for more than 16 years.”

    As a result of major oversights, “the DoD does not know the actual value of the F‑35 property and does not have an independent record to verify the contractor‑valued government property of $2.1 billion for the F‑35 Program,” the report states.

    The implications are significant, the inspector general noted, since without accurate records, F‑35 program officials have no metrics to hold Lockheed accountable for how it managed 3.45 million pieces of government property.

    #pentagone #dépenses #etats-unis

  • Pentagon Spent $4.6 Million on Lobster Tail and Crab in One Month - Hit & Run : Reason.com
    https://reason.com/blog/2019/03/08/pentagon-spent-46-million-on-lobster-tai

    The federal government spends a disproportionate amount of its budget for outside contractors in the final month of the fiscal year, as agencies rush to blow through cash before it’s too late. Among the more noteworthy expenditures in 2018, according to the watchdog group Open the Books, was $4.6 million for lobster tail and crab.

    Such use-it-or-lose-it spending stems from the fact that each federal agency is given a certain amount of money it can spend on outside contractors for the fiscal year. If the agency comes in under budget, Congress might decide to appropriate less money the following year.

    #pentagone #dépenses #états-unis

  • Quoi qu’il en soit, Trump ne quittera pas la Syrie et l’Afghanistan Stephen Gowans - 2 Janvier 2019 - Investigaction
    https://www.investigaction.net/fr/117672

    Il ne fait que transférer le fardeau sur les alliés et compter davantage sur les mercenaires

    Le retrait annoncé des troupes américaines de #Syrie et la diminution des troupes d’occupation en #Afghanistan ne correspondent très probablement pas à l’abandon par les #États-Unis de leurs objectifs au #Moyen-Orient, mais bien plutôt à l’adoption de nouveaux moyens pour atteindre les buts que la politique étrangère américaine vise depuis longtemps. Plutôt que de renoncer à l’objectif américain de dominer les mondes arabe et musulman par un système colonialiste et une occupation militaire directe, le président #Donald_Trump ne fait que mettre en œuvre une nouvelle politique – une politique basée sur un transfert plus important du fardeau du maintien de l’#Empire sur ses alliés et sur des soldats privés financés par les monarchies pétrolières.

    Le modus operandi de Trump en matière de relations étrangères a été constamment guidé par l’argument que les alliés des États-Unis ne parviennent pas à peser leur poids et devraient contribuer davantage à l’architecture de la sécurité américaine. Recruter des alliés arabes pour remplacer les troupes américaines en Syrie et déployer des #mercenaires (appelés par euphémisme des fournisseurs de sécurité) sont deux options que la Maison-Blanche examine activement depuis l’année dernière. De plus, il existe déjà une importante présence alliée et mercenaire en Afghanistan et le retrait prévu de 7000 soldats américains de ce pays ne réduira que marginalement l’empreinte militaire occidentale.

    Le conflit entre le secrétaire américain à la Défense #Jim_Mattis et Trump quant à leurs visions du monde est perçu à tort comme l’expression d’opinions contradictoires sur les objectifs américains plutôt que sur la manière de les atteindre. Mattis privilégie la poursuite des buts impériaux des États-Unis par la participation significative de l’armée américaine tandis que Trump favorise la pression sur les alliés pour qu’ils assument une plus grande partie du fardeau que constitue l’entretien de l’empire américain, tout en embauchant des fournisseurs de sécurité pour combler les lacunes. Le but de Trump est de réduire la ponction de l’Empire sur les finances américaines et d’assurer sa base électorale, à qui il a promis, dans le cadre de son plan « #America_First », de ramener les soldats américains au pays.

    Fait significatif, le plan de Trump est de réduire les dépenses des activités militaires américaines à l’étranger, non pas comme fin en soi mais comme moyen de libérer des revenus pour l’investissement intérieur dans les infrastructures publiques. De son point de vue, les dépenses pour la république devraient avoir la priorité sur les dépenses pour l’#Empire. « Nous avons [dépensé] 7 mille milliards de dollars au Moyen-Orient », s’est plaint le président américain auprès des membres de son administration. « Nous ne pouvons même pas réunir mille milliards de dollars pour l’infrastructure domestique. »[1] Plus tôt, à la veille de l’élection de 2016, Trump se plaignait que Washington avait « gaspillé 6 trillions de dollars en guerres au Moyen-Orient – nous aurions pu reconstruire deux fois notre pays – qui n’ont produit que plus de terrorisme, plus de mort et plus de souffrance – imaginez si cet argent avait été dépensé dans le pays. […] Nous avons dépensé 6 trillions de dollars, perdu des milliers de vies. On pourrait dire des centaines de milliers de vies, parce qu’il faut aussi regarder l’autre côté. » [2]

    En avril de cette année, Trump « a exprimé son impatience croissante face au coût et à la durée de l’effort pour stabiliser la Syrie » et a parlé de l’urgence d’accélérer le retrait des troupes américaines. [3] Les membres de son administration se sont empressés « d’élaborer une stratégie de sortie qui transférerait le fardeau américain sur des partenaires régionaux ». [4]

    La conseiller à la Sécurité nationale, #John_Bolton, « a appelé Abbas Kamel, le chef par intérim des services de renseignement égyptiens pour voir si le Caire contribuerait à cet effort ». [5] Puis l’#Arabie_ saoudite, le #Qatar et les Émirats arabes unis ont été « approchés par rapport à leur soutien financier et, plus largement, pour qu’ils contribuent ». Bolton a également demandé « aux pays arabes d’envoyer des troupes ». [6] Les satellites arabes ont été mis sous pression pour « travailler avec les combattants locaux #kurdes et arabes que les Américains soutenaient » [7] – autrement dit de prendre le relais des États-Unis.

    Peu après, #Erik_Prince, le fondateur de #Blackwater USA, l’entreprise de mercenaires, a « été contactée de manière informelle par des responsables arabes sur la perspective de construire une force en Syrie ». [8] À l’été 2017, Prince – le frère de la secrétaire américaine à l’Éducation #Betsy_De_Vos – a approché la Maison Blanche sur la possibilité de retirer les forces étasuniennes d’Afghanistan et d’envoyer des mercenaires combattre à leur place. [9] Le plan serait que les monarchies pétrolières du golfe Persique paient Prince pour déployer une force mercenaire qui prendrait la relève des troupes américaines.

    En avril, Trump a annoncé : « Nous avons demandé à nos partenaires d’assumer une plus grande responsabilité dans la sécurisation de leur région d’origine. » [10] La rédaction en chef du Wall Street Journal a applaudi cette décision. Le plan de Trump, a-t-il dit, était « la meilleure stratégie » – elle mobiliserait « les opposants régionaux de l’Iran », c’est-à-dire les potentats arabes qui gouvernent à la satisfaction de Washington en vue du projet de transformer « la Syrie en un Vietnam pour l’Ayatollah ». [11]

    En ce moment, il y a 14 000 soldats américains reconnus en Afghanistan, dont la moitié, soit 7 000, seront bientôt retirés. Mais il y a aussi environ 47 000 soldats occidentaux dans le pays, y compris des troupes de l’#OTAN et des mercenaires (14 000 soldats américains, 7 000 de l’OTAN [12] et 26 000 soldats privés [13]). Diviser la contribution étasunienne de moitié laissera encore 40 000 hommes de troupes occidentales comme force d’occupation en Afghanistan. Et la réduction des forces américaines peut être réalisée facilement en engageant 7000 remplaçants mercenaires, payés par les monarques du golfe Persique. « Le retrait », a rapporté The Wall Street Journal, « pourrait ouvrir la voie à un plus grand nombre d’entrepreneurs privés pour assumer des rôles de soutien et de formation », comme le souligne « la campagne de longue date d’Erik Prince ». Le Journal a noté que le frère de la secrétaire à l’Éducation « a mené une campagne agressive pour convaincre M. Trump de privatiser la guerre ». [14]

    La démission de Mattis a été interprétée comme une protestation contre Trump, qui « cède un territoire essentiel à la Russie et à l’Iran » [15] plutôt que comme un reproche à Trump de se reposer sur des alliés pour porter le fardeau de la poursuite des objectifs étasuniens en Syrie. La lettre de démission du secrétaire à la Défense était muette sur la décision de Trump de rapatrier les troupes américaines de Syrie et d’Afghanistan et insistait plutôt sur « les alliances et les partenariats ». Elle soulignait les préoccupations de Mattis sur le fait que le changement de direction de Trump n’accordait pas suffisamment d’attention au « maintien d’alliances solides et de signes de respect » à l’égard des alliés. Alors que cela a été interprété comme un reproche d’avoir abandonné le fer de lance américain en Syrie, les Kurdes, Mattis faisait référence aux « alliances et aux partenariats » au pluriel, ce qui indique que ses griefs vont plus loin que les relations des États-Unis avec les Kurdes. Au contraire, Mattis a exprimé des préoccupations cohérentes avec une plainte durable dans le milieu de la politique étrangère américaine selon laquelle les efforts incessants de Trump pour faire pression sur ses alliés afin qu’ils supportent davantage le coût du maintien de l’Empire aliènent les alliés des Américains et affaiblissent le « système d’alliances et de partenariats » qui le composent. [16]

    L’idée, aussi, que la démission de Mattis est un reproche à Trump pour l’abandon des Kurdes, est sans fondement. Les Kurdes ne sont pas abandonnés. Des commandos britanniques et français sont également présents dans le pays et « on s’attend à ce qu’ils restent en Syrie après le départ des troupes américaines ». [17] Mattis semble avoir été préoccupé par le fait qu’en extrayant les forces américaines de Syrie, Trump fasse peser plus lourdement le poids de la sécurisation des objectifs étasuniens sur les Britanniques et les Français, dont on ne peut guère attendre qu’ils tolèrent longtemps un arrangement où ils agissent comme force expéditionnaire pour Washington tandis que les troupes américaines restent chez elles. À un moment donné, ils se rendront compte qu’ils seraient peut-être mieux en dehors de l’alliance américaine. Pour Mattis, soucieux depuis longtemps de préserver un « système global d’alliances et de partenariats » comme moyen de « faire progresser un ordre international le plus propice à la sécurité, à la prospérité et aux valeurs [des États-Unis], le transfert du fardeau par Trump ne parvient guère à « traiter les alliés avec respect » ou à « faire preuve d’un leadership efficace », comme Mattis a écrit que Washington devrait le faire dans sa lettre de démission.

    Le président russe #Vladimir_Poutine a accueilli l’annonce de Trump avec scepticisme. « Nous ne voyons pas encore de signes du retrait des troupes américaines », a-t-il déclaré. « Depuis combien de temps les États-Unis sont-ils en Afghanistan ? Dix-sept ans ? Et presque chaque année, ils disent qu’ils retirent leurs troupes. » [18] Le #Pentagone parle déjà de déplacer les troupes américaines « vers l’#Irak voisin, où environ 5000 soldats étasuniens sont déjà déployés », et qui ‘déferleront’ en Syrie pour des raids spécifiques ». [19] Cette force pourrait aussi « retourner en Syrie pour des missions spéciales si des menaces graves surgissent » [20] ce qui pourrait inclure les tentatives de l’armée syrienne de récupérer son territoire occupé par les forces #kurdes. De plus, le Pentagone conserve la capacité de continuer de mener des « frappes aériennes et de réapprovisionner les combattants kurdes alliés avec des armes et du matériel » depuis l’Irak. [21]

    Trump n’a jamais eu l’intention d’apporter à la présidence une redéfinition radicale des objectifs de la politique étrangère américaine, mais seulement une manière différente de les atteindre, une manière qui profiterait de ses prouesses autoproclamées de négociation. Les tactiques de négociation de Trump n’impliquent rien de plus que de faire pression sur d’autres pour qu’ils paient la note, et c’est ce qu’il a fait ici. Les Français, les Britanniques et d’autres alliés des Américains remplaceront les bottes étasuniennes sur le terrain, avec des mercenaires qui seront financés par les monarchies pétrolières arabes. C’est vrai, la politique étrangère des États-Unis, instrument pour la protection et la promotion des profits américains, a toujours reposé sur quelqu’un d’autre pour payer la note, notamment les Américains ordinaires qui paient au travers de leurs impôts et, dans certains cas, par leurs vies et leurs corps en tant que soldats. En tant que salariés, ils ne tirent aucun avantage d’une politique façonnée par « des #élites_économiques et des groupes organisés représentant les intérêts des entreprises », comme les politologues Martin Gilens et Benjamin I. Page l’ont montré dans leur enquête de 2014 portant sur plus de 1700 questions politiques américaines. Les grandes entreprises, concluaient les chercheurs, « ont une influence considérable sur la politique gouvernementale, tandis que les citoyens moyens et les groupes fondés sur les intérêts des masses n’ont que peu d’influence ou pas d’influence du tout ». [22] Autrement dit, les grandes entreprises conçoivent la politique étrangère à leur avantage et en font payer le coût aux Américains ordinaires. 

    C’est ainsi que les choses devraient être, selon Mattis et d’autres membres de l’élite de la politique étrangère américaine. Le problème avec Trump, de leur point de vue, est qu’il essaie de transférer une partie du fardeau qui pèse actuellement lourdement sur les épaules des Américains ordinaires sur les épaules des gens ordinaires dans les pays qui constituent les éléments subordonnés de l’Empire américain. Et alors qu’on s’attend à ce que les alliés portent une partie du fardeau, la part accrue que Trump veut leur infliger nuit est peu favorable au maintien des alliances dont dépend l’Empire américain. 

    Notes :
    1. Bob Woodward, Fear : Trump in the White House, (Simon & Shuster, 2018) 307.

    2. Jon Schwarz, “This Thanksgiving, I’m Grateful for Donald Trump, America’s Most Honest President,” The Intercept, November 21, 2018.

    3. Michael R. Gordon, “US seeks Arab force and funding for Syria,” The Wall Street Journal, April 16, 2018.

    4. Gordon, April 16, 2018.

    5. Gordon, April 16, 2018.

    6. Gordon, April 16, 2018.

    7. Gordon, April 16, 2018.

    8. Gordon, April 16, 2018.

    9. Michael R. Gordon, Eric Schmitt and Maggie Haberman, “Trump settles on Afghan strategy expected to raise troop levels,” The New York Times, August 20, 2017.

    10. Gordon, April 16, 2018.

    11. The Editorial Board, “Trump’s next Syria challenge,” The Wall Street Journal, April 15, 2018.

    12. Julian E. Barnes, “NATO announces deployment of more troops to Afghanistan,” The Wall Street Journal, June 29, 2017.

    13. Erik Prince, “Contractors, not troops, will save Afghanistan,” The New York Times, August 30, 2017.

    14. Craig Nelson, “Trump withdrawal plan alters calculus on ground in Afghanistan,” The Wall Street Journal, December 21, 2018.

    15. Helene Cooper, “Jim Mattis, defense secretary, resigns in rebuke of Trump’s worldview,” The New York Times, December 20, 2018.

    16. “Read Jim Mattis’s letter to Trump : Full text,” The New York Times, December 20, 2018.

    17. Thomas Gibbons-Neff and Eric Schmitt, “Pentagon considers using special operations forces to continue mission in Syria,” The New York Times, December 21, 2018.

    18. Neil MacFarquhar and Andrew E. Kramer, “Putin welcomes withdrawal from Syria as ‘correct’,” The New York Times, December 20, 2018.

    19. Thomas Gibbons-Neff and Eric Schmitt, “Pentagon considers using special operations forces to continue mission in Syria,” The New York Times, December 21, 2018.

    20. Gibbons-Neff and Schmitt, December 21, 2018.

    21. Gibbons-Neff and Schmitt, December 21, 2018.

    22. Martin Gilens and Benjamin I. Page, “Testing Theories of American Politics : Elites, Interest Groups, and Average Citizens,” Perspectives on Politics, Fall 2014.
    Traduit par Diane Gilliard
    Source : https://gowans.wordpress.com/2018/12/22/no-matter-how-it-appears-trump-isnt-getting-out-of-syria-and-afgha

  • Exclusive: The Pentagon’s Massive Accounting Fraud Exposed
    https://www.thenation.com/article/pentagon-audit-budget-fraud

    Now, a Nation investigation has uncovered an explanation for the Pentagon’s foot-dragging: For decades, the DoD’s leaders and accountants have been perpetrating a gigantic, unconstitutional accounting fraud, deliberately cooking the books to mislead the Congress and drive the DoD’s budgets ever higher, regardless of military necessity. DoD has literally been making up numbers in its annual financial reports to Congress—representing trillions of dollars’ worth of seemingly nonexistent transactions—knowing that Congress would rely on those misleading reports when deciding how much money to give the DoD the following year, according to government records and interviews with current and former DoD officials, congressional sources, and independent experts.

    “If the DOD were being honest, they would go to Congress and say, ‘All these proposed budgets we’ve been presenting to you are a bunch of garbage,’ ” said Jack Armstrong, who spent more than five years in the Defense Department’s Office of Inspector General as a supervisory director of audits before retiring in 2011.

    The fraud works like this. When the DoD submits its annual budget requests to Congress, it sends along the prior year’s financial reports, which contain fabricated numbers. The fabricated numbers disguise the fact that the DoD does not always spend all of the money Congress allocates in a given year. However, instead of returning such unspent funds to the US Treasury, as the law requires, the Pentagon sometimes launders and shifts such moneys to other parts of the DoD’s budget.

  • Pentagon Moves to Support War in the “Grey Zone” – Federation Of American Scientists
    https://fas.org/blogs/secrecy/2018/08/dod-grey-zone

    The Department of Defense issued a directive this month based on new authority granted by Congress last year to engage in “low-visibility, irregular warfare” operations.

    In the FY2018 defense authorization act (PL 115-91, sect. 1202) Congress specifically authorized the Secretary of Defense “to provide support to foreign forces, irregular forces, groups, or individuals engaged in supporting or facilitating ongoing irregular warfare operations by U.S. Special Operations Forces (#SOF).”

    The new authority was needed, Congress said, in order to fill a perceived gap in the US military’s ability to fight in conflicts that are below the threshold of war.

    #Pentagone #etats-unis

  • How a Pentagon Contract Sparked a Cloud War - Defense One
    https://www.nextgov.com/it-modernization/2018/04/how-pentagon-contract-sparked-cloud-war/147788

    The Joint Enterprise Defense Infrastructure [#JEDI] contract—perhaps worth as much as $10 billion over 10 years—will put a commercial company in charge of hosting and distributing mission-critical workloads and classified military secrets to warfighters around the globe.

    Many experts believe #Amazon Web Services is considered the odds-on favorite to win JEDI because it already hosts classified data, yet public jockeying for the department’s business spotlights a larger battle among industry for dominion over a growing federal cloud market.

    #google #silicon_valley #Pentagone

  • #Google is Pursuing the Pentagon’s Giant Cloud Contract Quietly, Fearing An Employee Revolt - Defense One
    https://www.defenseone.com/technology/2018/04/google-pursuing-pentagons-giant-cloud-contract-quietly-fearing-employee-revolt/147407

    In many cases, that means killing people. And that’s not something every Google employee, user, and investor feels comfortable with.

    #Technologie #guerres #pentagone #IA

  • Pentagon Wants Silicon Valley’s Help on A.I. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/03/15/technology/military-artificial-intelligence.html

    The military and intelligence communities have long played a big role in the technology industry and had close ties with many of Silicon Valley’s early tech giants. David Packard, Hewlett-Packard’s co-founder, even served as the deputy secretary of defense under President Richard M. Nixon.

    #silicon_valley #Pentagone #IA

  • «I’m a digital worker, killing an arab. Chronique de la guerre algorithmique.»
    http://www.affordance.info/mon_weblog/2018/03/im-a-digital-worker-killing-an-arab.html

    Il y a quelques années de cela, de nouvelles « #Captcha » sont arrivées. Sous forme de tableau découpé en 9 ou 12 cases, on y voit des paysages, des immeubles d’habitation, des panneaux de signalisation, et l’on nous demande de « cliquer » sur les cases qui comportent ou ne comportent pas tel ou tel élément.

    Et puis à la faveur d’un article de Gizmodo (https://gizmodo.com/google-is-helping-the-pentagon-build-ai-for-drones-1823464533) publié le 6 Mars 2018, on apprend ce dont nous nous doutions déjà vaguement sans y prêter une attention particulière, à savoir que #Google collabore avec le département de la défense américain (Department of Defense ou « #DoD » ci-après). Comme plein d’autres sociétés au travers de programmes de recherche militaires. Jusque-là donc rien de très nouveau.

    Mais nous apprenons aussi que cette collaboration consiste notamment à fournir des technologies d’#intelligence_artificielle permettant de faire du guidage de #drones de combat sur des terrains d’opérations militaires. Cela s’appelle (dans sa première phase en tout cas) le projet Maven.

    (...) Le point commun entre une attaque militaire menée par des drones et l’accès à une vidéo cachée derrière un captcha où il faut reconnaître différents éléments d’une image ? Google. Et notre participation à l’effort de guerre en tant que tâcherons bénévoles et captifs.

    Si la plupart des Captchas utilisent des images représentant des panneaux de signalisation, des paysages, des environnements urbains ou montagneux ou désertiques, si l’on nous demande de « reconnaître » des panneaux, des immeubles, des habitations, des voitures, des montagnes et ainsi de suite, c’est aussi pour entraîner des drones de combat, qui eux-mêmes devront ensuite être capables de les reconnaître sur un théâtre d’opération, en (bonne ?) partie grâce à nous. Et ce « aussi » fait toute la différence.

  • C’est les Oscar ! L’armée du shitshole country est trop trop fière de son « partenariat » avec son industrie du cinéma :
    https://twitter.com/deptofdefense/status/970461390283587585

    It’s #Oscars90 Sunday and did you know the #DoD works with #Hollywood to ensure the #military is correctly portrayed in films? Find out how these partnerships work:
    https://go.usa.gov/xneSX .

    (Insérer ici une remarque acide sur ces horribles médias contrôlés par le régime russe qui imposent leur propagande au monde entier.)

  • L’avion de combat russe abattu en Syrie augure d’une guerre plus large _ WSWS.Org - Peter Symonds - 6 février 2018 *
    https://www.wsws.org/fr/articles/2018/02/06/syri-f06.html

    L’avion de combat russe abattu dans le nord de la Syrie samedi menace d’intensifier dramatiquement l’affrontement entre Washington et Moscou dans la guerre par procuration soutenue par les États-Unis pour évincer le régime du président Bachar al-Assad soutenu par la Russie. Les médias russes et de hauts responsables politiques accusent déjà les États-Unis d’y être impliqués.

    Le ministère russe de la défense a rapporté qu’un Sukhoi Su-25 avait été touché par un missile sol-air portatif, ou MANPAD, dans la province d’Idlib, dans le nord de la Syrie. Le pilote, qui n’a pas été nommé, a été éjecté de l’avion mais a été tué sur le terrain lors d’une « bagarre avec des terroristes ». Le Su-25 est un avion d’attaque au sol à basse altitude.

    Tharir al-Sham, groupe affilié à Al-Qaïda, a revendiqué la responsabilité, affirmant que l’un de ses combattants avait réussi à abattre l’avion à l’aide d’un missile antiaérien tiré à l’épaule. Le ministère russe de la défense a annoncé que des frappes de représailles contre les forces anti-Assad dans la région ont tué plus de 30 combattants.

    Le sénateur russe Frants Klintsevich, vice-président de la commission de la défense et de la sécurité du Conseil de la Fédération de Russie, a tenu les États-Unis responsables de l’acte. « Je suis absolument convaincu […] qu’aujourd’hui les militants ont des MANPAD, et qu’ils ont été fournis par les Américains par l’intermédiaire de pays tiers », a-t-il dit.

    Klintsevich a appelé à une enquête rigoureuse pour déterminer le type de MANPAD qui ont été fournis et les « circonstances de la destruction du Su – 25 ». Il a averti que « la perte d’un avion n’est rien, mais cela a une grande importance et de grande conséquences. »
    Le parlementaire russe Dmitry Sablin a blâmé un pays non identifié, voisin de la Syrie, pour avoir fourni le MANPAD utilisé pour abattre l’avion. « Les pays par lesquels transitent les armes qui sont ensuite utilisées contre les militaires russes, doivent comprendre que cela ne restera pas impuni », a-t-il déclaré.

    Le Pentagone a rapidement nié avoir fourni des MANPAD aux milices soutenues par les États-Unis et a réitéré le mensonge selon lequel ses opérations de combat se concentrent uniquement sur l’État islamique (ÉI), désormais vaincu. « Les États-Unis n’ont pas équipé leurs forces armées partenaires en Syrie d’armes sol-air et n’ont aucune intention de le faire à l’avenir », a déclaré samedi le porte-parole du Pentagone, Eric Pahon, aux médias russes.

    Ce déni ne résiste pas à un examen sérieux. Rien que le mois dernier, les États-Unis ont annoncé qu’ils armeraient et équiperaient une « force frontalière » de 30 000 hommes constituée principalement d’unités de protection du peuple kurdes (YPG) afin de se tailler de fait une enclave dans le nord de la Syrie, à partir de laquelle des attaques pourront être lancées contre le régime d’Assad.

    Les plans américains sont en pleine déroute. La Turquie, qui qualifie les YPG de terroristes alignés sur le parti séparatiste des travailleurs du Kurdistan (PKK), a lancé une offensive à grande échelle dans l’enclave kurde. En même temps, les forces gouvernementales syriennes, soutenues par la Russie, ont lancé leurs propres attaques contre des milices appuyées par les pays occidentaux qui cherchent à s’accrocher à ce qu’il reste du territoire contrôlé par l’opposition.

    Un long éditorial du New York Times mercredi dernier, intitulé « Alors que les alliés des États-Unis s’affrontent, la lutte contre l’ÉI faiblit », a passé en revue la politique incohérente et contradictoire de Washington qui a mené à des combats entre la Turquie, son allié au sein de l’OTAN, et les forces par procuration américaines en Syrie. Dans une tentative de résoudre ce problème insoluble, les États-Unis ont donné le feu vert à l’offensive turque, mais ils ont fixé une ligne à ne pas franchir à la ville syrienne de Manbij, où sont basés des centaines de soldats américains, ainsi que des milices kurdes.

    En conclusion, le New York Times a sévèrement critiqué la Russie et l’Iran pour avoir manœuvré « afin d’assurer une présence et une influence permanentes » et a accusé les États-Unis, en réalité le président Donald Trump, de « se soustraire à sa responsabilité pour l’avenir politique de la Syrie ». Cet éditorial ne peut être interprété que comme un appel à l’action pour contenir la Russie et l’Iran afin d’empêcher que les États-Unis soient encore plus marginalisés dans le bourbier syrien qu’ils ont créé. Quelques jours plus tard, la réponse apparaissait sous la forme de cet avion de combat russe abattu alors qu’il attaquait les forces alignées sur les États-Unis.

    Dans le monde trouble des intrigues de l’opposition syrienne, où les milices de droite alignées sur Al-Qaïda collaborent ouvertement avec des groupes pro-occidentaux, la CIA et les forces spéciales américaines, il est impossible de savoir précisément qui a fourni le MANPAD et qui a pris la décision de le tirer, ou même qu’elle milice l’a fait.

    Le site Debkafile, qui a des liens étroits avec les services secrets israéliens, a rapporté le mois dernier que le Pentagone « envoyait aux YPG [milices kurdes] des systèmes de défense aérienne portatifs – des MANPAD – particulièrement efficaces contre les avions et les hélicoptères volant à basse altitude ».

    Dans un article intitulé « Qui a déclenché le tir contre l’avion de chasse russe dans une zone de guerre tapissée d’armes ? », Al Arabiya a souligné qu’un certain nombre de milices de l’opposition syrienne avaient accès à des missiles antiaériens. Il a déclaré que les FIM-92 Stingers américains, un des modèles de MANPAD, ont été fabriqués sous licence en Turquie par la société Roketsan et, selon l’analyste américain Theodore Karasik, ont été livrés à « de nombreuses forces d’opposition syriennes, comme l’Armée syrienne libre [alignée sur l’occident], autour d’Idlib ».

    Indépendamment de qui a précisément appuyé sur la gâchette, ce dernier incident souligne la situation extrêmement tendue dans laquelle les forces militaires russes et américaines se font face de près, de part et d’autre des belligérants dans la désastreuse guerre civile syrienne.

    Le danger d’un conflit entre les deux puissances nucléaires a été grandement exacerbé par la publication du gouvernement Trump d’une nouvelle Stratégie de défense nationale en janvier, qui déclarait que « la compétition stratégique interétatique », et non le terrorisme, était « maintenant la préoccupation principale ». Elle a qualifié la Chine et la Russie de « puissances révisionnistes » et a déclaré que les États-Unis doivent « donner la priorité à la préparation à la guerre ».

    Cela a été encore renforcé vendredi dernier avec la publication de la dernière Nuclear Posture Review (Étude sur la position nucléaire) des États-Unis. Elle désigne la Russie, avec la Chine, la Corée du Nord et l’Iran, comme des menaces potentielles et appelle à une expansion de l’arsenal nucléaire américain. Elle recommande le développement d’une gamme de nouvelles armes qui pourraient être utilisées dans des situations autres que la guerre nucléaire à grande échelle, ce qui nuirait aux accords visant à faire reculer les arsenaux nucléaires.

    La guerre civile syrienne n’est que l’une des poudrières au Moyen-Orient et dans le monde entier qui pourraient toutes déclencher un conflit catastrophique pendant que toutes les parties manœuvrent et intriguent pour renforcer leur présence et leur influence. La responsabilité principale pour cette situation, cependant, revient à l’impérialisme américain. Au cours du dernier quart de siècle, il a mené une guerre d’agression après l’autre, transformant la Syrie, le Yémen, l’Irak et toute la région en une poudrière instable.

    (Article paru en anglais le 5 février 2018)

    #MANPAD #Syrie #Guerre#états-unis #world_socialist_web_site #journalisme #russie #Chine #Corée_du_Nord #Iran #Pentagone #Stingers #stratégie #Israel #Agression #F16 #Daech #USA #Front Al-Nosra #tsahal
    https://seenthis.net/messages/667167

  • The Pentagon is Poisoning Your Drinking Water
    https://www.counterpunch.org/2017/08/25/the-pentagon-is-poisoning-your-drinking-water

    The nation’s biggest polluter isn’t a corporation. It’s the Pentagon.

    The Department of Defense, under a 1980 EPA exemption, is still allowed to burn weapons waste, detonate toxic explosives, and in certain cases even radioactive waste. Every year the DoD churns out more than 750,000 tons of hazardous waste — more than the top three chemical companies combined.

    The military is largely exempt from compliance with most federal and state environmental laws, and the EPA continues to work hard to keep it that way, especially in the case of #perchlorate as the agency debates exactly how much of the noxious stuff is safe to consume.

    #etats-unis #pentagone #pollution #déchets #eau

  • #Lockheed_Martin wins $8 billion U.S. special forces contract
    https://www.reuters.com/article/us-lockheed-pentagon-idUSKBN1AR2E3

    The contract will support the Army’s Green Berets, Rangers as well as Navy SEALs, the U.S. Department of Defense said in a statement.

    The 10-year award will extend Lockheed Martin’s current support contract which was set to expire in September 2018.

    The Pentagon said multiple companies competed for the contract.

    #complexe_militaro_industriel #etats-unis #pentagone

  • Pentagon Tiling Proof Solves Century-Old Math Problem | Quanta Magazine
    https://www.quantamagazine.org/pentagon-tiling-proof-solves-century-old-math-problem-20170711

    A French mathematician has completed the classification of all convex pentagons, and therefore all convex polygons, that tile the plane.

    Rao said he felt disappointed not to have discovered any additional families, but tiling experts say that proving a complete list of 15 is more significant than simply finding a new working example.

    #mathématiques #géométrie #pavage #pentagones #déception

  • About 4,000 more US troops to go to #Afghanistan - ABC News
    http://abcnews.go.com/Politics/wireStory/apnewsbreak-us-send-4000-troops-afghanistan-48074562

    The Pentagon will send almost 4,000 additional American forces to Afghanistan, a Trump administration official said Thursday, hoping to break a stalemate in a war that has now passed to a third U.S. commander in chief. The deployment will be the largest of American manpower under Donald Trump’s young presidency.

    #Etats-Unis #Pentagone #guerre_permanente

  • Pentagon buries evidence of $125 billion in bureaucratic waste - The Washington Post
    https://www.washingtonpost.com/investigations/pentagon-buries-evidence-of-125-billion-in-bureaucratic-waste/2016/12/05/e0668c76-9af6-11e6-a0ed-ab0774c1eaa5_story.html

    Pentagon leaders had requested the study to help make their enormous back-office bureaucracy more efficient and reinvest any savings in combat power. But after the project documented far more wasteful spending than expected, senior defense officials moved swiftly to kill it by discrediting and suppressing the results.

    #Etats-Unis #Pentagone

  • Quand le #Pentagone invite les femmes, les trans-genre et autres minorités et stigmatisés à s’enrôler pour zigouiller du pauvre, du bougnoule et du bamboula, ce qu’il faut retenir, bien évidemment, est que le Pentagone est #progressiste.
    http://www.military.com/daily-news/2016/11/04/overweight-tattooed-stoned-pentagon-may-still-want-you.html

    The recruitment review marks the latest step by the Obama administration to push the tradition-bound, male-dominated Pentagon onto a more modern footing.

    #voila_voila