• Before the Trump Era, the “Wall” Made In Arizona as Political Performance

    “Trump’s Wall” illustrates the US obsession with ever-greater militarization of the Mexican border, independently of the actual numbers of unauthorized crossings. Yet these debates began revolving around the slogan “Build The Wall” long before the rise of Trump. Between 2010 and 2013, the activities of a coalition of activists, politicians and Arizona security experts had already legitimized recourse to a “wall”. Border-security debates thus concern more than mere control of border crossings. More crucially, they structure local and national political life in accordance with the interests and agendas of the political players whom they bring together.

    The Governors of California and Arizona reacted unevenly to President Trump’s announcement on April 4th, 2018, that National Guard soldiers were to be sent to the Mexican border1 to reinforce the Border Patrol and local police. Doug Ducey, Republican Governor of Arizona, displayed his enthusiasm: “I’m grateful today to have a federal administration that is finally taking action to secure the border for the safety of all Americans” 2. Jerry Brown, Democrat Governor of California, was more circumspect. He insisted upon the limits of such a measure: “”This will not be a mission to build a new wall […] It will not be a mission to round up women and children or detain people escaping violence and seeking a better life. […] Here are the facts: There is no massive wave of migrants pouring into California3”. These contrasting reactions illustrate the US rift over migration and border-security issues. To the anti-migrant camp, the border is insufficiently secured, and is subject to an “invasion4”. For opponents of the border’s militarization, this deployment is futile.

    On the anti-migrant side, between 2010 and 2013, Republican state congressmen in Arizona set up a unified Committee to gather all the political players who demanded of President Obama that he increases militarization of the border5. This included Sheriffs and Arizona State ministers—but also a breeders’ organization, the border Chambers of Commerce, militiamen who patrol the desert, and Tea Party groups. In May 2011, this Committee launched a fundraising drive dubbed “Build the Border Fence”. They portrayed cross-border migration as a threat to the public, consecrated the “Fence” as a legitimate security tool, and, seeking to force the hand of the Federal Government, accused it of failing in its duty to protect. Examining this mobilization prior to Trump’s election enables illustrating how militarization and the debates around it came to acquire legitimacy—and therefore to shed light on its current crystallization around the rhetoric of the “Wall”. This article will, first, briefly describe stages in the performative militarization of the border within which this political mobilization is embedded. It then presents three stages in the legitimization of the “Wall”, drawing on pro-“Border Wall” activism in Arizona.

    #Militarization by One-Upmanship

    Parsing differences over migration debates in the United States requires situating them within the framework of the long-term political performance of militarization of the border. The process whereby the border with Mexico has become militarized has gone hand in hand with the criminalization of unauthorized immigration since the 1980s-6. In the border area, militarization is displayed through the deployment of technology and surveillance routines of transborder mobility, both by security professionals and by citizen vigilantes7. The construction of “fences”8 made the borderline visible and contributed to this policy of militarization. The Trump administration is banking on these high-profile moments of wall-construction. In doing so, it follows in the footsteps of the G.W.Bush administration through the 2006 Secure Fence Act, and California Republicans in the 1990s. This is even while the numbers of unauthorized crossings are at historically low levels9, and federal agencies’ efforts are more directed towards chasing down migrants within the US. At various stages in the development of this policy, different players, ranging from federal elected officials through members of civil society to the security sector, local elected officials and residents, have staged themselves against the backdrop of the territory that had been fenced against the “invaders”. They thereby invest the political space concerned with closing this territory,against political opponents who are considered to be in favor of its remaining open, and of welcoming migrants. The latter range from players in transborder trade to religious humanitarian and migrant rights NGOs. Border security is therefore at the core of the political and media project of portraying immigration in problematic and warlike terms. Beyond controlling migrants, the issue above all orbits around reassuring the citizenry and various political players positioning themselves within society-structuring debates.
    Why Demand “Fences”?

    First and foremost, Arizona’s pro-fence players package transborder mobility as a variety of forms of violence, deriving from interpretation, speculation and—to reprise their terms—fantasies of “invasion”. In their rhetoric, the violence in Mexico has crossed the border. This spillover thesis is based on the experience of ranchers of the Cochise County on the border, who have faced property degradations since the end of the 1990s as a result of migrants and smugglers crossing their lands. In January 2013, the representative of the Arizona Cattlemen Association struck an alarmist tone: “Our people are on the frontline and the rural areas of our border are unsecured10”. The murder of an Association member in March 2010 was cited as evidence, swiftly attributed to what was dubbed an “illegal alien11”.

    “Border security also reflects domestic political stakes.”

    Based on their personal experiences of border migration, the pro-fence camp has taken up a common discursive register concerning the national stakes tied to such mobility. As Republican State Senator Gail Griffin explains, they express a desire to restore public order over the national territory, against the “chaos” provoked by these violent intrusions:

    “People in larger communities away from the border don’t see it as we do on the border but the drugs that are coming in though my backyard are ending up in everybody’s community in the State of Arizona and in this country. So it’s just not a local issue, or a county issue or a state issue, it’s a national issue 12.”

    In their view, the threat is as much to public order as it is to national identity. These fears denote a preoccupation with the Hispanization of society and cultural shifts affecting a nation that they define as being “Anglo-Saxon”. When the Build the Border Fence fundraising drive was launched on July 27, 2011, for example, Representative Steve Smith pronounced himself “horrified” by a development that he called “Press 2 for Spanish” in telephone calls. He also condemned the lack of integration on the part of Mexican migrants:

    “If you don’t like this country with you, you wanna bring your language with you, your gangfare with you, stay where you were! Or face the consequences. But don’t make me change because you don’t want to13.”

    Finally, border security also reflects domestic political stakes. It is a variable in the political balance of power with the federal government to influence decisions on immigration policy. Arizona elected representatives condemn the federal government’s inefficiency and lay claim to migration decision-making powers at the state-level. The “fence” is also portrayed a being a common sense “popular” project against reticent decision-making elites.
    “Fences”—or Virtual Surveillance?

    Control of the border is already disconnected from the border territory itself, and virtual and tactical technologies are prioritized in order to manage entry to the US. “Fences” appear archaic compared to new surveillance technologies that enable remote control. In the 2000s, the “virtualization” of border control was favored by the Bush and Obama administrations. Since 2001-2002, it has been embedded in the strategic concept of “Smart Borders” within the North American Free Trade Agreement (NAFTA). This aims to filter authorized migration through programs that grant expedited- and preregistered-entry to US ports of entry, and through the generalization of biometric technologies. This strategy also rests upon integrating leading-edge technologies, such as the Secure Border Initiative (SBI) program that was in place from 2006 to 2011. At the time, the border area (including South-West Arizona) acquired watchtowers equipped with cameras and radar. Fences are, moreover, costly—and the financial and human costs of the construction, guarding and upkeep of these fences raise doubts over the benefits of such infrastructure. These doubts are expressed at security-technology fairs, where security professionals and industrialists gather14. There, the “fence” is ultimately understood as being a marginal control technology.

    Regardless, pro-fence activism in Arizona grants a key role to those military and police who help legitimate the recourse to “fences”. In particular, they draw on such models of securitization as the California border, that has been gradually been sealed since 1991, as well as, since 2006-07, the triple-barrier of Yuma, in South-West Arizona. Sheriff Paul Babeu, an ex-military National Guardsman who erected the “fences” in Yuma, assesses that they provide a tactical bonus for Border Patrol agents in smuggling centers, urban areas and flatlands15. Mainly, Arizona security professionals articulate their defense of the “fence” within the pursuit of personal political agendas, such as Republican sheriffs who are both security and political professionals.

    Attacking the Federal Government for Failure to Protect

    The spread of the pro-fence narrative largely rests upon widely-covered events designed to symbolize the process of militarization and to call for federal intervention. The materiality of “fences” elicits easy media coverage. The pro-fence camp are well aware of this, and regularly stage this materiality. During such public events as the 4thof July national holiday, they erect fake wooden fences on which they encourage participants to write “Secure the Border”. These pro-fence political players also seek out media coverage for their public statements.

    “Republicans consecrate Arizona as their laboratory for immigration and border security policy.”

    Such media as Fox News follow their activities to the extent of turning pro-fence events into a regular series. On August 25, 2011, on the Fox News program On The Record, presenter Greta Van Susteren invited Republican Representative Steve Smith and publicized the fundraising drive using visuals drawn from the initiative’s website 16. The presenter framed the interview by gauging that Arizona parliamentarians had “got a grip on things to get the White House’s attention”. At no point was Steve Smith really challenged on the true cost of the fence, nor on opposition to the project. This co-production between the channel’s conservative editorial line and the pro-fence narrative enables the border area to be presented as a warzone, and amplifies the critique of the federal government.

    This staging of the debate complements lobbying to set up direct contact with federal decision-makers, as well as legal actions to pressure them. Pro-barrier activists in Arizona thus set out plans to secure the border, which they try to spread among Arizona authorities and federal elected officials-17. Sheriff Paul Babeu, for instance, took part in consultations on border security conducted by Senator John McCain and Presidential candidate Mitt Romney. By passing repressive immigration laws and mobilizing Arizona legal advisors to defend these laws when they are challenged in court, Republicans consecrate Arizona as their laboratory for immigration and border security policy.
    Twists and Turns of “Build The Wall”

    Portraying transborder mobility as a “problem” on the local and, especially, the national levels; Legitimizing a security-based response by promoting the “fence” as only solution; And accusing the federal government of failing to protect its citizens. These are the three pillars of “The Fence”, the performance by pro-fence activists in the early 2010s. These moves have enabled making militarization of the border and the “Build The Wall” trope banal. Its elements are present in the current state of the discourse, when Donald Trump resorts to aggressive rhetoric towards migrants, touts his “Wall” as the solution, and stages photo-ops alongside prototypes of the wall—and when he accuses both Congress and California of refusing to secure the border. The issue here has little to do with the undocumented, or with the variables governing Central American migration. It has far more to do with point-scoring against political opponents, and with political positioning within debates that cleave US society.


    https://www.noria-research.com/before-the-trump-era-the-wall-made-in-arizona-as-political-performan
    #performance #performance_politique #spectacle #murs #barrières #barrières_frontalières #USA #Etats-Unis #Arizona #surveillance #surveillance_virtuelle #sécurité

    signalé par @reka

  • Un homme hospitalisé après avoir chuté dans une œuvre d’art
    http://www.lefigaro.fr/arts-expositions/2018/08/22/03015-20180822ARTFIG00106-un-homme-hospitalise-apres-avoir-chute-dans-une-o

    Un sexagénaire italien est tombé dans l’installation de l’artiste britannique Descent Into Limbo, un trou noir de 2,5 mètres de profondeur, exposé dans un musée de Porto, rapporte la presse locale. Un porte-parole de l’institution a fait savoir que l’homme était « hors de danger et prêt à rentrer chez lui ».

    « Ce qui importe par-dessus tout dans une œuvre d’art, c’est la profondeur vitale de laquelle elle a pu jaillir », écrivait James Joyce dans son célébrissime Ulysse . Des propos qu’un sexagénaire italien a pris au pied de la lettre en allant jauger la profondeur réelle de Descent into Limbo, une œuvre d’Anish Kapoor exposée au musée Serralves de Porto lundi 13 août.

    #art #happening #trou_noir

  • Nobody teaser-HD on Vimeo

    Déjà signalé ici sans doute, mais vraiment, ce projet est formidablement génial. Je l’ai recroisé par hasard ce matin sur l’excellent site strabic.fr

    https://vimeo.com/172710139

    Basée sur un montage de textes du dramaturge allemand #Falk_Richter, dont Sous la glace, et Peace, la pièce raconte à la première personne le destin d’un moucheron anonyme englué dans la toile du monde du travail, à observer derrière une vitre placée sur scène, entre les acteurs et les spectateurs.

    –---

    Nobody - Acte 1/3 : comment mêler le temps du théâtre avec celui du cinéma
    http://strabic.fr/Cyril-Teste-Nobody

    Nobody dénonce avec une noirceur poétique les dérives déshumanisantes du monde du travail. Se basant sur les textes du dramaturge allemand Falk Richter, le metteur en scène Cyril Teste et le Collectif MxM fondent avec cette adaptation leur concept de « performance filmique ». Ou comment les nouvelles technologies bouleversent le monde du théâtre, et le récit.

    #performance_filmique #entreprise #travail #aliénation

  • « Réfugiés : des #bombes_sonores pleuvent sur Berlin » : un article publié la veille des attentats de Paris. Une forme de réponse à toutes les bonnes âmes qui braillent qu’il faut renvoyer les terroristes en Syrie et empêcher les #réfugié⋅e⋅s de #guerre de venir s’installer en Europe. Ce que les migrant⋅e⋅s (non seulement de Syrie, mais d’Afghanistan, d’Erythrée et d’ailleurs) ont fui et continuent de fuir, c’est le 13 novembre tous les jours.
    http://www.cafebabel.fr/culture/article/refugies-des-bombes-sonores-pleuvent-sur-berlin.html

    Quiconque s’est retrouvé par hasard sur le Oberbaumbrücke à #Berlin dans la nuit du 3 novembre, a sursauté aux sons de vrombissements de bombes et de tirs bruyants. Les fusils ne cessent de crépiter, interrompus par des phrases historiques comme « Niemand hat die Absicht, eine Mauer zu errichten » (« Personne n’a l’intention de construire un mur ») ou « Ihr Völker der Welt, schaut auf diese Stadt » (« Peuples du monde, regardez cette ville »). Après une énième salve d’artillerie, deux femmes commencent à discuter violemment en arabe, avec en fond des sons d’orgue et des gens qui crient. Puis on entend des sirènes et des cris. Encore et toujours des cris.

    (...) Les membres de ce collectif de #street_art politique #Turn_the_Tide ont longtemps réfléchi à la manière de transmettre la brutale réalité de la guerre et de la terreur aux Berlinois qui pensent encore que des Syriens et des Afghans fuient leur pays pour l’Europe « juste pour le plaisir ». « On ne s’adresse pas aux gens ouverts, mais à tous ceux qui ne se sont jamais frottés à la réalité », déclare un des porte-parole du groupe, dont les membres agissent de manière anonyme. La guerre est cruelle, déshumanisante et, dans beaucoup de cas, mortelle. Pas étonnant que des gens fluient face à elle. « Chez nous, très peu de gens connaissent encore cette peur, explique Turn the Tide. Mais que se passerait-il si, du jour au lendemain, il se mettait à pleuvoir de nouveau des bombes sur Berlin ? »

    https://www.youtube.com/watch?v=ou9rfHooNmc

    Le site du collectif
    http://tumbleturnerthings.tumblr.com

    #performance_sonore #art_sonore #vidéo

  • « Sauvez la planète, suicidez-vous. » Bienvenue au sein de l’Église de l’Euthanasie
    https://www.vice.com/fr/read/sauvez-la-planete-suicidez-vous-bienvenue-au-sein-de-l-eglise-de-l-euthanasie-

    Aujourd’hui encore, Korda semble tout à fait honnête et enthousiaste à l’idée de discuter de l’Église et en particulier de son manifeste « Antihumanism ».

    Dans ce document de plus de 6 000 mots, Korda explique que « les humains font le choix en connaissance de cause de placer leurs intérêts au-dessus de la qualité de vie. Ce n’est pas seulement immature, c’est aussi honteux et criminel. » Elle fait également remarquer que « contrairement à la misanthropie de base, l’anti-humanisme se distingue par sa révérence à la vie non-humaine ». Ce « manifeste » est rempli de concepts scientifiques – comme le paradoxe de Fermi et les idées de penseurs comme E.O Wilson et Richard Dawkins – mais aussi de théories plus bancales, comme le déni du Sida.

    #Activisme #Avortement #Euthanasie #Humain #Performance_(art) #Politique #Suicide #Écologie #Église_de_l'Euthanasie #États-Unis

  • Le secteur des « iTunes de la #presse » s’organise.

    Sur le modèle de Blendle.com quelques acteurs en cours de démarrage en France :

    https://blendle.com lui même, et aussi
    http://www.moment.news
    http://www.jol-store.com
    http://www.ifeedforu.com

    Les sites auront des algorithmes proposant des articles selon l’intérêt des utilisateurs, lesquels pourront les acheter à l’unité.

    C’est la version achat à l’acte des services type #Flipboard, #Google Play Kiosque, #Newsrepublic, etc qui se financent quant à eux par la #publicité.

    Je ne sais pas vraimment quoi penser de tous ces services. Le succès de Blendle est remarquable, mais a t’on vraiment besoin de sites spécialisés qui agrègent la presse sur abonnement en prenant une commission au passage et en faisant des #méga_données pour créer des communautés et probablement vendre de la pub.

    Quelle sera leur valeur ajoutée par rapport aux autres #réseaux_sociaux qui déjà diffusent la presse massivement le jour ou le #micro_paiement sera facilité, par exemple par des services comme #stripe ?

    On peut imaginer que ces sites permettraient aux media de trouver des lecteurs, ou bien l’inverse, qu’ils finiraient par regrouper les lecteurs en mode #monopole.

    #mercatique

    • Pour le psychologue clinicien, qui a enquêté dans des call centers, la tromperie généralisée, devenue une pratique managériale, génère non seulement « des formes de souffrances assez graves » pour les employés, mais aussi une rupture de confiance avec les clients.

      Comment les salariés réagissent-ils à un environnement de travail basé partiellement sur le mensonge ? Psychologue clinicien, docteur en psychologie du travail au Conservatoire national des arts et métiers, Duarte Rolo a enquêté avec Stéphane Le Lay pendant plusieurs années dans des #centres_d’appels téléphoniques. Il en publie les conclusions dans un livre qui vient de sortir, Mentir au #travail.

      Comment en être venu à étudier le #mensonge dans ce centre d’appels ?

      J’ai été alerté par une déléguée du personnel inquiète de la multiplication des manifestations de mal-être dans son entreprise : crises de larmes, recrudescence des arrêts maladies, notamment pour dépression, accident cardio-vasculaire. Très vite, les discussions se sont focalisées sur « les chiffres », en fait les #indicateurs_de_performance qui rythment le travail des opérateurs. Pour y répondre, les #salariés avaient l’impression de désobéir aux règles de leur métier, de pratiquer des ventes forcées, de devoir duper le client. Ce que notre enquête a montré, c’est qu’aujourd’hui, dans certaines situations, les salariés sont confrontés à l’#injonction_de_mentir. Au risque de générer des formes de souffrances assez graves.

      #clinique #productivité et #relations_sociales (en particulier face aux institutions sociales type Pôle emploi, CAF) comme #théâtre_de_soi, une #performance_obligée. Les vies amputées ont pour prothèse des vies falsifiées.

  • Dos municipios tinerfeños, separados por una raya azul como frontera | España | EL PAÍS

    http://politica.elpais.com/politica/2015/08/26/actualidad/1440598920_011516.html?id_externo_rsoc=TW_CM

    Merci à Jean-Christophe Fichet d’avoir signalé sur Twitter cette histoire originale qui ressemble presque à ce qu’on appelle une perfomance artistique" :) C’est intéressant, en particulier parce que ça montre ce formidable besoin de « visualiser » ce qui existe mais qui est invisible...

    Dans un autre genre, les israéliens ont tout fait pour faire disparaitre la ligne verte qui est pourtant la seule frontière internationale reconnue pour différencier le territoire israélien du territoire palestinien. Dans l’initiative « anti-atlas des frontières », un artiste s’est promené avec un pot de peinture verte pour matérialiser la ligne verte en Palestine :) à la grande surprise des soldats israéliens aux checkpoints qui se demandaient si cette initiative était du lard ou du cochon !

    Desde hace una semana, los límites entre los municipios colindantes de Güímar y Arafo, en la zona Sureste de Tenerife, se encuentran delimitados por una gigantesca raya de pintura azul que recorre carreteras y aceras. Esta decisión, que ha convertido la linde entre los dos pueblos en una suerte de cartografía insólita, ha sido tomada por la alcaldesa del PP en Güímar, Carmen Luisa Castro, para dejar claro dónde se encuentran los límites del término municipal a lo largo de uno de los polígonos industriales más importantes de la zona. “No queremos un enfrentamiento entre los vecinos sino delimitar el municipio y por lo tanto sus funciones con respecto a Arafo”, explicó la alcaldesa.

    #visualisation #art #performance_artistique #frontière #symbolisme #visible #invisible

  • #Palestine #2014 / À propos de Gaza et pour en finir avec la question des religions et de la #Démocratie au Proche Orient
    http://www.larevuedesressources.org/palestine-2014-a-propos-de-gaza-et-pour-en-finir-avec-la-quest

    Une autre façon de poser le problème. Ce point de vue ne relève pas de mon engagement personnel pour la Palestine car ce n’est qu’un regard sur la réalité incontournable de l’état politique des croyances au Proche Orient et la petite réflexion critique des majorités démocratiques que cela inspire. On sait qu’ici, forte de la triste expérience libyenne, j’avais pu prendre parti contre la guerre en Syrie. Concernant la Palestine, mon engagement est de soutenir mes amis palestiniens principalement (...)

    #Agora

    / #Poésie, #Résistance, Palestine, Démocratie, #Israël, #Activisme, #Louise_Desrenards, #Constitution, #2012, #Gaza_Strip,_Gaza_City, #Guerre_contre_Gaza, #Liban, 2014, #Hamas, #Autorité_Palestinienne, #Bordure_protectrice, #Rafeef_Ziadah, We teach life, Sir !, Performance (...)

    #We_teach_life,Sir ! #Performance_parlée

  • À propos de Gaza et pour en finir avec la question des religions et de la #Démocratie au Proche Orient
    http://www.larevuedesressources.org/a-propos-de-gaza-et-pour-en-finir-avec-la-question-des-religio

    Une autre façon de poser le problème. HOMMAGE / We teach life, Sir ! We teach life, Sir ! We Palestinians wake up every morning To teach the rest of the world life. Sir ! #Rafeef_Ziadah, We teach life, Sir ! Le nationalisme religieux politique, en général, toutes religions et laïcité confondues (car il existe aussi une croyance intégriste en la laïcité), et celui des Frères Musulmans en particulier, en tant que parti religieux musulman étant parvenus au pouvoir élu de l’Égypte, est plutôt entendu (...)

    #Agora

    / #Poésie, #Résistance, Démocratie, #Israël, #Activisme, #Louise_Desrenards, #Constitution, #2012, #Gaza_Strip,_Gaza_City, #Guerre_contre_Gaza, #Liban, #2014, #Hamas, #Autorité_Palestinienne, #Bordure_protectrice, Rafeef Ziadah, We teach life, Sir !, Performance (...)

    #We_teach_life,Sir ! #Performance_parlée

  • Watch: Short documentary on #Lagos performance artist #Jelili_Atiku
    http://africasacountry.com/short-documentary-on-lagos-performance-artist-jelili-atiku

    From the perspective of one who appreciates Nigerian #ART, it seems as if a disconnect persists between those artists, almost exclusively painters and sculptors, who work in a mimetic realist representational mode and cater directly to wealthy local patrons, and other artists who press well beyond the limits of conventional art. The commonsensical view assumes […]

    #FILM #Nigeria #performance_art

  • Watch: Short documentary on #Lagos performance artist #Jelili_Atiku
    http://africasacountry.com/jelili-atiku

    From the perspective of one who appreciates Nigerian #ART, it seems as if a disconnect persists between those artists, almost exclusively painters and sculptors, who work in a mimetic realist representational mode and cater directly to wealthy local patrons, and other artists who press well beyond the limits of conventional art. The commonsensical view assumes […]

    #FILM #Nigeria #performance_art

  • ‘Lagos’s first performance artist’
    http://africasacountry.com/lagoss-first-performance-artist

    From the perspective of one who appreciates but has no expertise in Nigerian #ART, it seems as if a disconnect persists between those artists, almost exclusively painters and sculptors, who work in a mimetic realist representational mode and cater directly to wealthy local patrons, and other artists who press well beyond the limits of conventional […]

    #FILM #Jelili_Atiku #Lagos #Nigeria #performance_art

  • STRESS SCOLAIRE : L’obsession de l’excellence

    http://www.arte.tv/guide/fr/047132-000/stress-scolaire?autoplay=1

    Selon plusieurs études, la France est championne d’Europe du stress scolaire. Ce phénomène a pris de l’ampleur ces dernières années, poussant de plus en plus d’élèves chez les psychologues.

    Mais pourquoi la peur d’échouer a-t-elle remplacé l’envie de réussir chez nos collégiens ? Qui met la pression ? Les professeurs, les parents ou le système dans son ensemble ?

    Pour répondre à ces questions, le réalisateur #Stéphane_Bentura a passé plusieurs mois dans le prestigieux collège #Carnot à #Paris. Il y a suivi des élèves de troisième qui attendent avec appréhension leur affectation au lycée. Une immersion que le documentariste ponctue par les analyses d’experts de l’école comme le sociologue #François_Dubet ou le ministre de l’Éducation nationale #Vincent_Peillon, avant de se livrer à une comparaison avec les systèmes scolaires allemand et finlandais. Le bilan de ce tour d’horizon est sans appel : en France, le système de notes et la compétition conduisent à l’échec scolaire d’élèves qui auraient tout pour réussir.

    PISA 2009 : Programme international de l’OCDE pour le suivi des acquis des élèves

    http://www.oecd.org/pisa/46624382.pdf

    La Corée et la Finlande sont les pays les plus performants de l’OCDE : leur score moyen s’établit à 539 et 536 points
    respectivement. Toutefois, l’économie partenaire Shanghai (Chine) les devance largement avec un score moyen de
    556 points.

    La France ne se situe que dans la moyenne des points avec 496 points.

    #stress_scolaire #performance_scolaire #échec_scolaire #ARTE #PISA

    • dans le #travail, nous apprenons à trahir les autres, et nous nous trahissons nous-mêmes… d’où les #suicides

      quelques notes constructives :

      il faut rompre avec l’exaltation de la #performance_individuelle, et retrouver une démarche de #qualité — parce que dans l’ombre on dégrade tout ce qui relève de la #coopération

      tout ce qu’on croit gagner d’un côté, on le perd de l’autre, et on constate même, au final, une perte de #productivité

      il faut s’intéresser au #travail_collectif, à la mise en commun du savoir, de l’expérience, de l’intelligence, de la parole… ce qui nécessite des espaces de #délibération — il y a un gisement de bonne volonté dans le monde du travail

      … repenser toute la méthode de #management des #entreprises, faire de la coopération verticale ainsi que de la coopération avec le client (ou le patient, l’élève…)

    • A verser au dossier « tempérer ses propos » :
      christophe dejours : plume&plume
      http://plumeplume.blogs.nouvelobs.com/tag/christophe+dejours

      Par #normopathie, Christophe Dejours désigne des personnalités qui se caractérisent par leur totale normalité, des êtres conformistes sur les plans social et professionnel. « Peu fantaisistes, peu imaginatifs, peu créatifs, ils sont en général remarquablement intégrés et adaptés à une société où ils se meuvent aisément et sereinement sans être perturbés par la culpabilité, dont ils sont indemnes, ni par la compassion, qui ne les concerne pas ; comme s’ils ne voyaient pas que les autres ne réagissent pas tous comme eux ; comme s’ils ne percevaient même pas que d’autres souffrent ; comme s’ils ne comprenaient pas pourquoi d’autres ne parviennent pas à s’adapter à une société dont les règles, pourtant, leur semblent relever du bon sens, de l’évidence, de la logique naturelle. (...) » (p. 143, en note)

    • Issue à la sclérose d’un système qui a généralisé la concurrence de tous contre chacun en guise d’organisation. Système qui exploite notre instinct de prédation pour tirer son énergie de fonctionnement. Oui, ça peut tenir quelques décennies encore, mais ce système s’écroulera de lui même quand les humains auront mieux compris la supercherie et auront appris à s’en détacher.

      Dans l’entreprise où je bosse, on essaie de bannir toute idée de concurrence, l’organisation mise sur l’autonomie et la coopération, sur le respect et la confiance plutôt que sur la compétition et l’autorité. Jusqu’ici ça donne de très bons résultats. Résultats qu’on essaie de restituer au mieux dans notre « écosystème » économique, au lieu de vampiriser pour faire valoir notre archaïque privilège de propriétaires capitalistes.
      Je ne crois plus trop à l’idée que la table rase soit le meilleur chemin pour réunir une mutation.

    • Christophe Dejours nous explique pour ceux qui l’ont lu que l’entreprise peut-être à la fois un lieu d’émancipation et de transformation de l’individu quand le travail n’est pas subi. On peut y trouver le meilleur comme la prévenance, la solidarité, le respect, mais aussi le pire, le chacun pour soi, la lâcheté, le harcèlement, l’humiliation...
      A chacun d’incarner sa fonction,son métier, sa mission... avec ce qu’il est ! L’entreprise sait parfaitement utiliser la nature et la personnalité de chacun. A nous de ne pas l’accepter !

      Il faut occuper l’espace qu’incarne l’entreprise comme un « champ » politique et y faire entrer de nouveaux droits comme la reconnaissance de la citoyenneté dans l’entreprise avec tout ce que cela implique. le droit considère que le risque économique est pris par l’entreprise et qu’il est donc normal que le salarié soit soumis à un rapport de subordination.
      Je crois que nous touchons là, une problématique majeure entre employeurs, employés. Comment équilibrer un réel rapport de forces sans qu’aucune des deux parties ne soit lésée ?

      Mon inquiétude aujourd’hui c’est de constater que le droit du travail s’écrit dans « l’entreprise » au nom du bon fonctionnement du dialogue social et non à l’assemblée nationale seule représentante de la souveraineté nationale.
      Aujourd’hui nous sommes bien obligés de constater au nom du maintien de l’emploi, la capitulation du législateur face à l’entreprise toute puissante !

    • @bp314 : ça y est j’ai visionné.
      L’issue dont je parle est justement l’issue de l’effondrement du système par perte de confiance totale des travailleurs dans les organisations classiques (évoqué à 5mn15).

      Concernant le concept de « coopération verticale », le terme fait peur, je le reconnais, moi ça me fait penser à collaboration avec toute la connotation historique de ce mot. Pour moi le manager est avant tout un coordinateur d’actions et un agrégateur de responsabilités. Un animateur, consacré sur sa mission à lui, plus large et d’autant plus anticipatrice que ce qu’il doit agréger est important.

      La cible est une organisation où chacun se sente entrepreneur de son poste, responsable de sa mission, gratifié de sa contribution à l’équipe, à ses « clients » bénéficiaires de son action, gratifié par le soutien et la reconnaissance de l’équipe, gratifié par la réussite de l’oeuvre collective.
      Le collectif fait le reste, et très franchement, moi qui déteste l’autorité, ça tombe bien, on n’en fait quasiment jamais usage. Quand on se considère tous en adultes responsables, on se comporte tous en adultes responsables, tout le monde assume, tout le monde y trouve son compte..

      @pariaurbain : oui la tendance actuelle à négocier et légiférer hors du champ républicain (démocratique si on veut), dans les murs mêmes de l’entreprise, fait peur et risque d’accélérer l’effondrement qu’évoque C. Dejours. On le voit pour l’ANI.
      On parle que de flexibilité, compétitivité et concurrence, comme si on avait pas encore touché le fond...

      Tout l’enjeu va consister, pour les entreprises bienveillantes à devenir suffisament fortes pour être les locomotives de la mutation, en poussant les entreprises conventionnelles à s’aligner, un peu comme la filière bio pourrait y arriver dans l’agriculture si la population l’y aidait. Et ce sera plus facile pour le boulot que pour le bio. Il est plus facile de vivre sans bosser dans une entreprise que de vivre sans manger des trucs de l’industrie agro-alimentaire.

      Mais il est certain qu’un coup de pouce politique semble le plus adapté. Rien est exclu. Quand tout se casse la gueule, on peut envisager de voir une reprise en main politique. Regarde sur la question fiscale en Europe. Il aura fallu 25 ans pour qu’ils reconnaissent qu’il faut faire quelque chose...

    • Christophe Dejours nous explique pour ceux qui l’ont lu que l’entreprise peut-être à la fois un lieu d’émancipation et de transformation de l’individu quand le travail n’est pas subi.

      Peut-être chez les bisounous : chez les humains, l’entreprise est le lieu dans lequel l’humain se rend sous peine d’être exclus et condamné à errer, dormir dans le froid et mourir de faim. On s’y rend aussi de plus en plus souvent forcé par la loi, à l’heure et au lieu dit, pour quelques jours, quelques heures, en attendant d’être affecté ailleurs.

      Ha, qu’il est plaisant de voir que chez les intellectuels en cravate aux mains blanches on croit encore en les célèbres vertus du travail forcé !

      L’issue ? J’ignore quelle sera l’issue et, comme tout productif, au fond peu m’importe. Mais j’imagine qu’un jour viendra où nul ne pourra plus prétendre faire sa part d’oeuvre sociale en se qualifiant d’intellectuel tout en s’ornant des fruits du labeur d’autrui.

    • @tbn : néolibéralisme ? Comment ça ? Sortir de l’exaltation de la performance individuelle et de la concurrence pour passer à la « coopération » c’est du néolibéralisme ?

      @bp314 : quand ce monsieur guindé à l’apparence il est vrai peu sympathique ira jusqu’au bout de sa démarche, il se rendra compte que l’entreprise « bienveillante » ne peut pas être capitaliste, puisque le capitalisme est une prédation sur le travail d’autrui, le capitalisme ne peut fournir le climat de confiance indispensable à la « coopération » dont parle ce monsieur. Laissons lui du temps, pour moi il est sur la bonne voie.

      Ou bien on peut toujours sinon continuer à souhaiter que le travail reste un enfer, pour être sûr de ne pas se compromettre avec le capitalisme, drapé dans notre beau statut immaculé de victime. Mais personnellement ce n’est pas ma tasse de thé...

      Quant à la fin du travail... Je ne crois pas que l’humain pourra se passer d’activités collectives socialement valorisantes, et j’espère pas d’ailleurs.. Je crois qu’il y a confusion entre le mot travail et des concepts plus spécifiques « production de biens matériels » et « exploitation de l’activité d’autrui » qui sont devenus l’horizon indépassable du travail en régime capitaliste..

    • il se rendra compte que l’entreprise « bienveillante » ne peut pas être capitaliste, puisque le capitalisme est une prédation sur le travail d’autrui, le capitalisme ne peut fournir le climat de confiance indispensable à la « coopération » dont parle ce monsieur. Laissons lui du temps, pour moi il est sur la bonne voie.

      J’entends l’argument, mais je vais m’efforcer de le réfuter.

      Ce n’est pas pour des raisons morales ou de compétence technique qu’on réserve les professions intellectuelles aux diplômés : c’est parce que leurs diplômes garantissent le niveau d’éducation requis pour qu’ils ne puissent ignorer certaines choses.

      Par exemple l’évidence que vous exprimez. Et qu’exprime encore bien mieux l’extraordinairement non-diplômé Didier Super : http://www.youtube.com/watch?v=ODXOvPrCuUs

      Machiavel constatait autrement qu’on ne peut distinguer le machiavélisme de l’ignorance et donc, que feindre l’ignorance était toujours le meilleur moyen de parvenir à des fins raisonnées. C’est pour se protéger de cet alibi d’ignorance que les républiques éduquent leurs élites et, en théorie, présument de leur parfaite connaissances des enjeux relevant de la responsabilité sociale qu’on a quand on s’exerce en vertu d’un titre républicain.

      Autrement dit, non, cet intellectuel professionnel ne peut prétendre à l’alibi d’ignorance : ce qu’il fait est un choix.

    • D’ailleurs, il n’y a pas d’autre mot que #propagande_libérale pour parler de l’éducation actuelle infligée et censée sortir les enfants de l’ignorance…

      http://www.onisep.fr/Choisir-mes-etudes/Au-lycee-au-CFA/Au-lycee-general-et-technologique/La-classe-de-seconde-generale-et-technologique/Les-enseignements-d-exploration-en-seconde/Sciences-economiques-et-sociales

      Un enseignement d’exploration obligatoire en classe de seconde, à raison de 1h30 par semaine, permettant une initiation à l’économie et à la sociologie pour découvrir la société dans laquelle on vit.

      Avec ceci qui m’a fait bondir :

      Formation et emploi : le diplôme : un passeport pour l’emploi ? Le chômage : des coûts salariaux trop élevés ou une insuffisance de la demande ?

      C’est le programme officiel.