person:abbas

  • Téhéran réagit aux nouvelles sanctions US frappant ses exportations de métaux (Sputnik)
    https://www.crashdebug.fr/international/16002-teheran-reagit-aux-nouvelles-sanctions-us-frappant-ses-exportations

    Le porte-parole de la diplomatie iranienne a dénoncé les nouvelles sanctions américaines visant les exportations de certains métaux en provenance de la République islamique.

    Les sanctions imposées par les États-Unis sur les exportations iraniennes de certains métaux vont à l’encontre des normes internationales, a déclaré jeudi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi.

    « Cette mesure US est contraire aux engagements internationaux pris par ce régime (…). Elle est contraire aux normes internationales. Les États-Unis seront responsables des pertes qu’elle occasionnera », a prévenu M.Moussavi, cité par l’agence de presse iranienne ISNA.

    Mercredi 8 mai, Washington a introduit de nouvelles sanctions à l’encontre de la République islamique, frappant ses exportations de fer, (...)

  • Reminder: Israel is still holding a Palestinian lawmaker as political prisoner indefinitely
    Haaretz.com - Palestinian lawmaker Khalida Jarrar has been incarcerated in an Israeli jail without a trial for 20 months. Another period of ‘administrative detention’ will soon expire. Will she come home?
    Gideon Levy and Alex Levac Feb 14, 2019 5:20 PM
    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-reminder-israel-is-holding-palestinian-lawmaker-as-political-priso

    Ghassan Jarrar, the husband of Khalida Jarrar, holds a portrait of her on April 2, 2015 at their home in the West Bank city of Ramallah.AFP PHOTO / ABBAS MOMANI

    Ghassan Jarrar says his life is meaningless without Khalida. In his office at the children’s toys and furniture factory he owns in Beit Furik, east of Nablus, its chairs upholstered with red fake fur, the face of the grass widower lights up whenever he talks about his wife. She’s been incarcerated in an Israeli prison for 20 months, without trial, without being charged, without evidence, without anything. In two weeks, however, she could be released, at long last. Ghassan is already busy preparing himself: He knows he’s liable to be disappointed again, for the fourth successive time.

    Khalida Jarrar is Israel’s No. 1 female political prisoner, the leader of the inmates in Damon Prison, on Mt. Carmel, and the most senior Palestinian woman Israel has jailed, without her ever having been convicted of any offense.

    The public struggle for her release has been long and frustrating, with more resonance abroad than in Israel. Here it encounters the implacable walls of the occupation authorities and the startling indifference of Israeli public opinion: People here don’t care that they’re living under a regime in which there are political prisoners. There is also the silence of the female MKs and the muteness of the women’s organizations.

    Haaretz has devoted no fewer than five editorials demanding either that evidence against her be presented or that she be released immediately. To no avail: Jarrar is still in detention and she still hasn’t been charged.

    She’s been placed in administrative detention – that is, incarceration without charges or a trial – a number of times: She was arrested for the first time on April 15, 2015 and sentenced to 15 months in jail, which she served. Some 13 months after she was released from that term, she was again put under administrative detention, which kept getting extended, for 20 consecutive months, starting in mid-2017: two stints of six months each, and two of four months each.

    The latest arbitrary extension of her detention is set to end on February 28. As usual, until that day no one will know whether she is going to be freed or whether her imprisonment will be extended once again, without explanation. A military prosecutor promised at the time of the previous extension that it would be the last, but there’s no way to know. Typical of the occupation and its arbitrariness.

    In any event, Ghassan is repainting their house, replacing air conditioners and the water heater, hanging new curtains, planting flowers in window boxes, ordering food and sweets in commercial quantities, and organizing a reception at one checkpoint and cars to await her at two other checkpoints – you can never know where exactly she will be released. A big celebration will take place in the Catholic church of Ramallah, which Ghassan has rented for three days on the last weekend of the month. Still, it’s all very much a matter of if and when.

    Reminder: On April 2, 2015, troops of the Israel Defense Forces raided the Jarrar family’s home in El Bireh, adjacent to Ramallah, and abducted Khalida, a member of the Palestinian Legislative Council.

    She was placed in administrative detention. In the wake of international protests over Israel’s arrest without charges of a lawmaker who was elected democratically, the occupation authorities decided to try her. She was indicted on 12 counts, all of them utterly grotesque, including suspicion of visiting the homes of prisoners’ families, suspicion of attending a book fair and suspicion of calling for the release of Ahmad Saadat, a leader of the Popular Front for the Liberation of Palestine who has been in prison for years.

    The charge sheet against Jarrar – an opponent of the occupation, a determined feminist and a member of the Palestine Liberation Organization’s executive committee – will one day serve as the crushing proof that there is not even the slightest connection between “military justice” and actual law and justice.

    We saw her in the military court at Ofer base in the summer of 2015, proud and impressive, as her two daughters, Yafa and Suha, who returned from their studies in Canada after their mother’s arrest, wept bitterly with their father on the back benches of the courtroom. No one remained indifferent when the guards allowed the two daughters to approach and embrace their mother, in a rare moment of grace and humanity, as their father continued to cry in the back. It was a scene not easily forgotten.

    Three months ago, she was transferred, along with the other 65 female Palestinian prisoners, from the Sharon detention facility where she’d been incarcerated to Damon, where the conditions are tougher: The authorities in Damon aren’t experienced in dealing with women and their special needs, Ghassan says. The showers are separate from the cells, and when a prisoner is menstruating, the red fluid flows into the yard and embarrasses the women. But at the same time, he says, the prison authorities are treating Khalida’s health situation well: She suffers from a blood-clotting problem and needs weekly medications and tests, which she receives regularly in her cell.

    “You are my sweetheart” is inscribed on some of the synthetic-fur toys in the production room in Beit Furik. There are dolls of Mickey Mouse and of other characters from the cartoon world, sporting bold colors, along with padded rocking chairs and lamps for children’s rooms, all designed by Ghassan and all bespeaking sweet innocence and creativity. He’s devoted much less time to his factory since his wife’s incarceration. Of the 19 employees he had, only seven remain, one of whom, a deaf woman, is his outstanding worker. It’s a carpentry shop, an upholstery center and a sewing workshop all under one roof. Ghassan sells most of his products to Israel, although he’s been denied entry to the country for years.

    Now his mind is focused on his wife’s release. The last time he visited her in prison was a month ago, 45 minutes on a phone through armor-plated glass. During her months in prison, Jarrar became an official examiner of matriculation exams for the Palestinian Education Ministry. The exam papers are brought to the prison by the International Red Cross. Among others that she has graded were Ahed Tamimi and her mother, Nariman. Ahed called Ghassan this week to ask when Khalida’s release was expected. She calls her “my aunt.”

    The clock on the wall of Ghassan’s office has stopped. “Everything is meaningless for me without Khalida,” he says. “Life has no meaning without Khalida. Time stopped when Khalida was arrested. Khalida is not only my wife. She is my father, my mother, my sister and my friend. I breathe Khalida instead of air. Twenty months without meaning. My work is also meaningless.”

    A business call interrupts this love poem, which is manifestly sincere and painful. What will happen if she’s not released, again? “I will wait another four months. Nothing will break me. I don’t let anything break me. That is my philosophy in life. It has always helped me.”

    Ghassan spent 10 years of his life in an Israeli prison, too. Like his wife, he was accused of being active in the PFLP.

    In the meantime, their older daughter, Yafa, 33, completed her Ph.D. in law at the University of Ottawa, and is clerking in a Canadian law firm. Suha, 28, returned from Canada, after completing, there and in Britain, undergraduate and master’s degrees in environmental studies. She’s working for the Ramallah-based human rights organization Al-Haq, and living with her father.

    Both daughters are mobilized in the public campaign to free their mother, particularly by means of the social networks. Khalida was in jail when Yafa married a Canadian lawyer; Ghassan invited the whole family and their friends to watch the wedding ceremony in Canada on a large screen live via the Internet. Ghassan himself is prohibited from going abroad.

    During Khalida’s last arrest, recalls her husband, IDF soldiers and Shin Bet security service agents burst into the house by force in the dead of night. They entered Suha’s room and woke her up. He remembers how she shouted, panic-stricken at the sight of the rifles being brandished by strange men in her bedroom wearing black masks, and how the soldiers handcuffed her from behind. As Ghassan replays the scene in his mind and remembers his daughter’s shouts, he grows distraught, as if it had happened this week.

    Not knowing know what the soldiers were doing to her there, and only hearing her shouts, he tried to come to his daughter’s rescue, he recalls. He says he was almost killed by the soldiers for trying to force his way into Suha’s bedroom.

    After the soldiers took Khalida, preventing Ghassan from even kissing her goodbye, despite his request – he discovered his daughter, bound by plastic handcuffs. After he released her, she wanted to rush into the street to follow the soldiers and her captive mother. He blocked her, and she went to the balcony of the house and screamed at them hysterically, cries of unfettered fury.

    Last Saturday was Khalida’s 56th birthday. It wasn’t the first birthday she’d spent in prison, maybe not the last, either. Ghassan’s face positively glows when he talks about his wife’s birthday. He belongs to a WhatsApp group called “Best Friends” that is devoted to Khalida, where they posted his favorite photograph of her, wearing a purple blouse and raising her arms high in the courtroom of the Ofer facility. The members of the group congratulated him. Umar quoted a poem about a prisoner who is sitting in his cell in complete darkness, unable even to see his own shadow. Hidaya wrote something about freedom. Khamis wrote a traditional birthday greeting, and Ghassan summed up, “You are the bride of Palestine, renewing yourself every year. You are the crown on my head, al-Khalida, eternal one.”

    #Khalida_Jarrar

  • Syrie. Maison des rêves, maison des cauchemars
    https://orientxxi.info/lu-vu-entendu/syrie-maison-des-reves-maison-des-cauchemars,2912

    Syrie. Maison des rêves, maison des cauchemars

    Clin d’oeil poétique au film d’Abbas Kiarostami de 1987, l’exposition « Où est la maison de mon ami ? » présentée jusqu’au 14 avril par la Maison des arts de Malakoff aborde par le thème universel de la maison la guerre, la perte et l’exil forcé, entre souvenirs, rêves et cauchemars, avec vingt artistes syriens installés à Paris, Berlin, Beyrouth, Bruxelles ou Vienne. Entretien avec Véronique Bouruet-Aubertot, co-commissaire de l’exposition.

    #syrie #photographie #cinéma

  • Quoi qu’il en soit, Trump ne quittera pas la Syrie et l’Afghanistan Stephen Gowans - 2 Janvier 2019 - Investigaction
    https://www.investigaction.net/fr/117672

    Il ne fait que transférer le fardeau sur les alliés et compter davantage sur les mercenaires

    Le retrait annoncé des troupes américaines de #Syrie et la diminution des troupes d’occupation en #Afghanistan ne correspondent très probablement pas à l’abandon par les #États-Unis de leurs objectifs au #Moyen-Orient, mais bien plutôt à l’adoption de nouveaux moyens pour atteindre les buts que la politique étrangère américaine vise depuis longtemps. Plutôt que de renoncer à l’objectif américain de dominer les mondes arabe et musulman par un système colonialiste et une occupation militaire directe, le président #Donald_Trump ne fait que mettre en œuvre une nouvelle politique – une politique basée sur un transfert plus important du fardeau du maintien de l’#Empire sur ses alliés et sur des soldats privés financés par les monarchies pétrolières.

    Le modus operandi de Trump en matière de relations étrangères a été constamment guidé par l’argument que les alliés des États-Unis ne parviennent pas à peser leur poids et devraient contribuer davantage à l’architecture de la sécurité américaine. Recruter des alliés arabes pour remplacer les troupes américaines en Syrie et déployer des #mercenaires (appelés par euphémisme des fournisseurs de sécurité) sont deux options que la Maison-Blanche examine activement depuis l’année dernière. De plus, il existe déjà une importante présence alliée et mercenaire en Afghanistan et le retrait prévu de 7000 soldats américains de ce pays ne réduira que marginalement l’empreinte militaire occidentale.

    Le conflit entre le secrétaire américain à la Défense #Jim_Mattis et Trump quant à leurs visions du monde est perçu à tort comme l’expression d’opinions contradictoires sur les objectifs américains plutôt que sur la manière de les atteindre. Mattis privilégie la poursuite des buts impériaux des États-Unis par la participation significative de l’armée américaine tandis que Trump favorise la pression sur les alliés pour qu’ils assument une plus grande partie du fardeau que constitue l’entretien de l’empire américain, tout en embauchant des fournisseurs de sécurité pour combler les lacunes. Le but de Trump est de réduire la ponction de l’Empire sur les finances américaines et d’assurer sa base électorale, à qui il a promis, dans le cadre de son plan « #America_First », de ramener les soldats américains au pays.

    Fait significatif, le plan de Trump est de réduire les dépenses des activités militaires américaines à l’étranger, non pas comme fin en soi mais comme moyen de libérer des revenus pour l’investissement intérieur dans les infrastructures publiques. De son point de vue, les dépenses pour la république devraient avoir la priorité sur les dépenses pour l’#Empire. « Nous avons [dépensé] 7 mille milliards de dollars au Moyen-Orient », s’est plaint le président américain auprès des membres de son administration. « Nous ne pouvons même pas réunir mille milliards de dollars pour l’infrastructure domestique. »[1] Plus tôt, à la veille de l’élection de 2016, Trump se plaignait que Washington avait « gaspillé 6 trillions de dollars en guerres au Moyen-Orient – nous aurions pu reconstruire deux fois notre pays – qui n’ont produit que plus de terrorisme, plus de mort et plus de souffrance – imaginez si cet argent avait été dépensé dans le pays. […] Nous avons dépensé 6 trillions de dollars, perdu des milliers de vies. On pourrait dire des centaines de milliers de vies, parce qu’il faut aussi regarder l’autre côté. » [2]

    En avril de cette année, Trump « a exprimé son impatience croissante face au coût et à la durée de l’effort pour stabiliser la Syrie » et a parlé de l’urgence d’accélérer le retrait des troupes américaines. [3] Les membres de son administration se sont empressés « d’élaborer une stratégie de sortie qui transférerait le fardeau américain sur des partenaires régionaux ». [4]

    La conseiller à la Sécurité nationale, #John_Bolton, « a appelé Abbas Kamel, le chef par intérim des services de renseignement égyptiens pour voir si le Caire contribuerait à cet effort ». [5] Puis l’#Arabie_ saoudite, le #Qatar et les Émirats arabes unis ont été « approchés par rapport à leur soutien financier et, plus largement, pour qu’ils contribuent ». Bolton a également demandé « aux pays arabes d’envoyer des troupes ». [6] Les satellites arabes ont été mis sous pression pour « travailler avec les combattants locaux #kurdes et arabes que les Américains soutenaient » [7] – autrement dit de prendre le relais des États-Unis.

    Peu après, #Erik_Prince, le fondateur de #Blackwater USA, l’entreprise de mercenaires, a « été contactée de manière informelle par des responsables arabes sur la perspective de construire une force en Syrie ». [8] À l’été 2017, Prince – le frère de la secrétaire américaine à l’Éducation #Betsy_De_Vos – a approché la Maison Blanche sur la possibilité de retirer les forces étasuniennes d’Afghanistan et d’envoyer des mercenaires combattre à leur place. [9] Le plan serait que les monarchies pétrolières du golfe Persique paient Prince pour déployer une force mercenaire qui prendrait la relève des troupes américaines.

    En avril, Trump a annoncé : « Nous avons demandé à nos partenaires d’assumer une plus grande responsabilité dans la sécurisation de leur région d’origine. » [10] La rédaction en chef du Wall Street Journal a applaudi cette décision. Le plan de Trump, a-t-il dit, était « la meilleure stratégie » – elle mobiliserait « les opposants régionaux de l’Iran », c’est-à-dire les potentats arabes qui gouvernent à la satisfaction de Washington en vue du projet de transformer « la Syrie en un Vietnam pour l’Ayatollah ». [11]

    En ce moment, il y a 14 000 soldats américains reconnus en Afghanistan, dont la moitié, soit 7 000, seront bientôt retirés. Mais il y a aussi environ 47 000 soldats occidentaux dans le pays, y compris des troupes de l’#OTAN et des mercenaires (14 000 soldats américains, 7 000 de l’OTAN [12] et 26 000 soldats privés [13]). Diviser la contribution étasunienne de moitié laissera encore 40 000 hommes de troupes occidentales comme force d’occupation en Afghanistan. Et la réduction des forces américaines peut être réalisée facilement en engageant 7000 remplaçants mercenaires, payés par les monarques du golfe Persique. « Le retrait », a rapporté The Wall Street Journal, « pourrait ouvrir la voie à un plus grand nombre d’entrepreneurs privés pour assumer des rôles de soutien et de formation », comme le souligne « la campagne de longue date d’Erik Prince ». Le Journal a noté que le frère de la secrétaire à l’Éducation « a mené une campagne agressive pour convaincre M. Trump de privatiser la guerre ». [14]

    La démission de Mattis a été interprétée comme une protestation contre Trump, qui « cède un territoire essentiel à la Russie et à l’Iran » [15] plutôt que comme un reproche à Trump de se reposer sur des alliés pour porter le fardeau de la poursuite des objectifs étasuniens en Syrie. La lettre de démission du secrétaire à la Défense était muette sur la décision de Trump de rapatrier les troupes américaines de Syrie et d’Afghanistan et insistait plutôt sur « les alliances et les partenariats ». Elle soulignait les préoccupations de Mattis sur le fait que le changement de direction de Trump n’accordait pas suffisamment d’attention au « maintien d’alliances solides et de signes de respect » à l’égard des alliés. Alors que cela a été interprété comme un reproche d’avoir abandonné le fer de lance américain en Syrie, les Kurdes, Mattis faisait référence aux « alliances et aux partenariats » au pluriel, ce qui indique que ses griefs vont plus loin que les relations des États-Unis avec les Kurdes. Au contraire, Mattis a exprimé des préoccupations cohérentes avec une plainte durable dans le milieu de la politique étrangère américaine selon laquelle les efforts incessants de Trump pour faire pression sur ses alliés afin qu’ils supportent davantage le coût du maintien de l’Empire aliènent les alliés des Américains et affaiblissent le « système d’alliances et de partenariats » qui le composent. [16]

    L’idée, aussi, que la démission de Mattis est un reproche à Trump pour l’abandon des Kurdes, est sans fondement. Les Kurdes ne sont pas abandonnés. Des commandos britanniques et français sont également présents dans le pays et « on s’attend à ce qu’ils restent en Syrie après le départ des troupes américaines ». [17] Mattis semble avoir été préoccupé par le fait qu’en extrayant les forces américaines de Syrie, Trump fasse peser plus lourdement le poids de la sécurisation des objectifs étasuniens sur les Britanniques et les Français, dont on ne peut guère attendre qu’ils tolèrent longtemps un arrangement où ils agissent comme force expéditionnaire pour Washington tandis que les troupes américaines restent chez elles. À un moment donné, ils se rendront compte qu’ils seraient peut-être mieux en dehors de l’alliance américaine. Pour Mattis, soucieux depuis longtemps de préserver un « système global d’alliances et de partenariats » comme moyen de « faire progresser un ordre international le plus propice à la sécurité, à la prospérité et aux valeurs [des États-Unis], le transfert du fardeau par Trump ne parvient guère à « traiter les alliés avec respect » ou à « faire preuve d’un leadership efficace », comme Mattis a écrit que Washington devrait le faire dans sa lettre de démission.

    Le président russe #Vladimir_Poutine a accueilli l’annonce de Trump avec scepticisme. « Nous ne voyons pas encore de signes du retrait des troupes américaines », a-t-il déclaré. « Depuis combien de temps les États-Unis sont-ils en Afghanistan ? Dix-sept ans ? Et presque chaque année, ils disent qu’ils retirent leurs troupes. » [18] Le #Pentagone parle déjà de déplacer les troupes américaines « vers l’#Irak voisin, où environ 5000 soldats étasuniens sont déjà déployés », et qui ‘déferleront’ en Syrie pour des raids spécifiques ». [19] Cette force pourrait aussi « retourner en Syrie pour des missions spéciales si des menaces graves surgissent » [20] ce qui pourrait inclure les tentatives de l’armée syrienne de récupérer son territoire occupé par les forces #kurdes. De plus, le Pentagone conserve la capacité de continuer de mener des « frappes aériennes et de réapprovisionner les combattants kurdes alliés avec des armes et du matériel » depuis l’Irak. [21]

    Trump n’a jamais eu l’intention d’apporter à la présidence une redéfinition radicale des objectifs de la politique étrangère américaine, mais seulement une manière différente de les atteindre, une manière qui profiterait de ses prouesses autoproclamées de négociation. Les tactiques de négociation de Trump n’impliquent rien de plus que de faire pression sur d’autres pour qu’ils paient la note, et c’est ce qu’il a fait ici. Les Français, les Britanniques et d’autres alliés des Américains remplaceront les bottes étasuniennes sur le terrain, avec des mercenaires qui seront financés par les monarchies pétrolières arabes. C’est vrai, la politique étrangère des États-Unis, instrument pour la protection et la promotion des profits américains, a toujours reposé sur quelqu’un d’autre pour payer la note, notamment les Américains ordinaires qui paient au travers de leurs impôts et, dans certains cas, par leurs vies et leurs corps en tant que soldats. En tant que salariés, ils ne tirent aucun avantage d’une politique façonnée par « des #élites_économiques et des groupes organisés représentant les intérêts des entreprises », comme les politologues Martin Gilens et Benjamin I. Page l’ont montré dans leur enquête de 2014 portant sur plus de 1700 questions politiques américaines. Les grandes entreprises, concluaient les chercheurs, « ont une influence considérable sur la politique gouvernementale, tandis que les citoyens moyens et les groupes fondés sur les intérêts des masses n’ont que peu d’influence ou pas d’influence du tout ». [22] Autrement dit, les grandes entreprises conçoivent la politique étrangère à leur avantage et en font payer le coût aux Américains ordinaires. 

    C’est ainsi que les choses devraient être, selon Mattis et d’autres membres de l’élite de la politique étrangère américaine. Le problème avec Trump, de leur point de vue, est qu’il essaie de transférer une partie du fardeau qui pèse actuellement lourdement sur les épaules des Américains ordinaires sur les épaules des gens ordinaires dans les pays qui constituent les éléments subordonnés de l’Empire américain. Et alors qu’on s’attend à ce que les alliés portent une partie du fardeau, la part accrue que Trump veut leur infliger nuit est peu favorable au maintien des alliances dont dépend l’Empire américain. 

    Notes :
    1. Bob Woodward, Fear : Trump in the White House, (Simon & Shuster, 2018) 307.

    2. Jon Schwarz, “This Thanksgiving, I’m Grateful for Donald Trump, America’s Most Honest President,” The Intercept, November 21, 2018.

    3. Michael R. Gordon, “US seeks Arab force and funding for Syria,” The Wall Street Journal, April 16, 2018.

    4. Gordon, April 16, 2018.

    5. Gordon, April 16, 2018.

    6. Gordon, April 16, 2018.

    7. Gordon, April 16, 2018.

    8. Gordon, April 16, 2018.

    9. Michael R. Gordon, Eric Schmitt and Maggie Haberman, “Trump settles on Afghan strategy expected to raise troop levels,” The New York Times, August 20, 2017.

    10. Gordon, April 16, 2018.

    11. The Editorial Board, “Trump’s next Syria challenge,” The Wall Street Journal, April 15, 2018.

    12. Julian E. Barnes, “NATO announces deployment of more troops to Afghanistan,” The Wall Street Journal, June 29, 2017.

    13. Erik Prince, “Contractors, not troops, will save Afghanistan,” The New York Times, August 30, 2017.

    14. Craig Nelson, “Trump withdrawal plan alters calculus on ground in Afghanistan,” The Wall Street Journal, December 21, 2018.

    15. Helene Cooper, “Jim Mattis, defense secretary, resigns in rebuke of Trump’s worldview,” The New York Times, December 20, 2018.

    16. “Read Jim Mattis’s letter to Trump : Full text,” The New York Times, December 20, 2018.

    17. Thomas Gibbons-Neff and Eric Schmitt, “Pentagon considers using special operations forces to continue mission in Syria,” The New York Times, December 21, 2018.

    18. Neil MacFarquhar and Andrew E. Kramer, “Putin welcomes withdrawal from Syria as ‘correct’,” The New York Times, December 20, 2018.

    19. Thomas Gibbons-Neff and Eric Schmitt, “Pentagon considers using special operations forces to continue mission in Syria,” The New York Times, December 21, 2018.

    20. Gibbons-Neff and Schmitt, December 21, 2018.

    21. Gibbons-Neff and Schmitt, December 21, 2018.

    22. Martin Gilens and Benjamin I. Page, “Testing Theories of American Politics : Elites, Interest Groups, and Average Citizens,” Perspectives on Politics, Fall 2014.
    Traduit par Diane Gilliard
    Source : https://gowans.wordpress.com/2018/12/22/no-matter-how-it-appears-trump-isnt-getting-out-of-syria-and-afgha

  • De la corruption à la guerre au Yémen, l’histoire secrète des chars français
    Fabrice Arfi, Médiapart
    28 septembre 2018

    https://www.mediapart.fr/tools/print/767627

    Un char Leclerc vendu aux Émirats arabes unis par la France. © Nexter
    Des documents obtenus par Wikileaks et partagés avec Mediapart, Der Spiegel et La Repubblica lèvent le voile sur un secret d’État : la corruption cachée derrière la vente de chars français aux Émirats arabes unis. Ce sont les mêmes chars qui sévissent aujourd’hui dans la guerre au Yémen, à l’origine de la pire crise humanitaire du monde, selon l’ONU.
    Les chars français utilisés depuis trois ans par les Émirats arabes unis au Yémen, dans une guerre qui a déjà fait plus de 10 000 morts (majoritairement des civils) et provoqué, selon l’ONU, la pire crise humanitaire du monde, cachent un lourd secret.

    Un secret d’État vieux d’un quart de siècle.

    Sa révélation ouvre aujourd’hui la porte sur les aveux inédits d’une corruption étatique à travers le versement, par une entreprise d’armement gouvernementale française, de 200 millions de dollars d’argent noir sur des comptes situés dans des paradis fiscaux, selon des documents obtenus par Wikileaks et partagés avec Mediapart, Der Spiegel (Allemagne) et La Repubblica (Italie), qui ont pu les authentifier par une enquête indépendante.

    Ces documents offrent une plongée rare dans les arcanes de l’un des plus gros contrats d’armement signés par la France, aujourd’hui troisième pays exportateur d’armes au monde.

    Un char Leclerc vendu par la France aux Émirats arabes unis. © DR
    Les chars Leclerc vendus au début des années 1990 par la France aux Émirats arabes unis (EAU) ont été fabriqués par l’entreprise GIAT (Groupement industriel des armements terrestres, Nexter aujourd’hui), dont l’État français est actionnaire à 100 %. Ils ont commencé à être livrés au début des années 2000, mais n’ont connu leur baptême du feu qu’en 2015, à l’occasion du déclenchement de la guerre au Yémen, comme en témoignent de nombreux écrits spécialisés (voir ici ou là).

    Depuis trois ans, des combats acharnés y opposent une rébellion houthie soutenue par l’Iran à une coalition emmenée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui cherchent à conforter le président yéménite en place, Abdrabbo Mansour Hadi. Selon l’ONU, la coalition, armée notamment par la France, a « causé le plus de victimes civiles directes ». Les Nations unies évoquent de possibles crimes de guerre, rappelant que des « zones résidentielles », des « marchés » et « même des installations médicales » ont été touchées. Et d’après l’ONG Save The Children, cinq millions d’enfants sont aujourd’hui menacés de famine au Yémen à cause de la guerre.

    En son temps, le contrat de vente des chars Leclerc aux Émirats avait été qualifié par la presse française de « contrat du siècle ». Pour cause : le marché, signé le 6 avril 1993, une semaine après la formation du gouvernement Balladur, portait sur la livraison de 388 chars, 46 véhicules armés et quantité de munitions pour 3,6 milliards de dollars, montant revu légèrement à la baisse par la suite (3,2 milliards).

    Mais des négociations secrètes avaient débuté deux ans auparavant, selon les documents récupérés par Wikileaks. En janvier 1991, sous le gouvernement de Michel Rocard, l’État français a missionné, par l’intermédiaire de l’entreprise GIAT, un émissaire très introduit auprès des autorités d’Abou Dabi. Son nom : Abbas Ibrahim Yousef al-Yousef.

    • . . . . . . . .
      CI JOINT LA LISTE DES PERSONNALITÉS IRAKIENNES LIQUIDÉES, SELON LA LISTE ÉTABLIE PAR LE QUOTIDIEN EN LIGNE « AR RAI AL YOM »

      Dirigé par Abdel Bari Atwane, fondateur du journal trans-arabe Al Qods Al Arabi » : http://www.raialyoum.com/?p=454552

      Université de Bagdad (40 membres du corps enseignant asssassinés)

      1- Dr Mohamad Abdallah Al Rawi : Recteur de l’Université de Bagdad, Président de l’Ordre des Médecins iraien, assassiné à sa clinique sise quartier Al Mansour (Bagdad).
      2- Makki Habib Al Mou’men : diplomé de l’Université du Michigan (États-Unis), spécialiste de l’Histoire contemporaine, ancien professeur aux universités irakiennes (Bassorah, Bagdad, Irbil et Souleymaniyeh), ainsi qu’à l’Institut des Études Palestiniennes.
      3 – Mohamad Abdallah Moneim Al Azmiralli : Titulaire d’un doctorat en Chimie, scientifique distingué, en poste dans des centres de recherches spécialisés. Professeur à la Faculté des Sciences de l’Université de Bagdad, Département de Chimie. Cet égyptien, titulaire de la nationalité irakienne, a été liquidé par les Américains dans le camp aménagé à proximité de l’aéroport de Bagdad, en 2003.
      4- Issam Charif Al Takriti : Ancien ambassadeur d’Irak en Tunisie. Titulaire de la chaire d’Histoire à l’Université de Bagdad, il a été liquidé en compagnie de 5 de ses collègues, le 22 octobre 2003, dans le secteur d’Amiryah (Bagdad) .
      5- Majed Hussein Ali : Savant atomique, spécialiste de la physique nucléaire (Université de Bagdad, Faculté des Sciences), éliminé début 2004.
      6- Imad Sarsour : Doyen de la Faculté de médecine de Bagdad, spécialiste de la chirurgie réparatrice.
      7- Soubeiry Moustapha Al Bayyat i : Chef du département de géographie de l’Université de Bagdad , tué en 2004.
      8- Ahmad Al Raw i : Professeur d’agronomie à l’Université de Bagdad, en charge du centre d’épidémiologie. Tué avec sa femme, en 2004, sur l’autoroute Bagdad-Al Ghazalyah.
      9- Housni Kamal : Physicien, Faculté des Sciences, Université de Bagdad.
      10- Marwane Mouzher Al Hayti : Ingénieur chimiste ; Professeur à la Faculté des Sciences de l’Université de Bagdad.
      11- Moustapha Al Machahandi : Professeur de civilisation islamique. Faculté des lettres, Université de Bagdad.
      12- Khaled Mohamad Al Janabi : Titulaire de la chaire Histoire de l’Islam- Faculté des Lettres – Université de Bagdad.
      13- Hassan Abd Ali Daoud Al Rabihi : Vice doyen de la Faculté de Médecine de l’Université de Bagdad.
      14- Marwane Rachid : Vice-doyen de la Faculté de Génie- Université de Bagdad
      15- Abdel Latif Ali Al Mayyah : Adjoint au Directeur du Département du Monde arabe-Université de Bagdad. Assassiné en 2004 au lendemain de son apparition sur une chaîne de télévision arabe pour réclamer la tenue d’élections législatives.
      16- Hicham Charif : Chef département Histoire – Université de Bagdad
      17- Raad Chalah : Chef du département de Biologie – Faculté des Sciences-Université de Bagdad.
      18 -Fouad Ibrahim Mohamad Al Bayyati : Chef du département de l’Allemand (langue et civilisation allemandes) -Faculté des Langues- Université de Bagdad. Assassiné devant sa maison, quartier de Ghazala (Bagdad), le 19 avril 2005.
      19- Mohammad Kard Al Jammali : Spécialiste de la langue anglaise-Université de Bagdad. Directeur général du ministère de l’Éducation nationale. Assassiné le 10 juin 2004 dans le secteur d’Al Amiryah (Bagdad).
      20- Haifa Alawane Al Helli : Physicienne- Faculté des Sciences-Section féminine- Université de Bagdad.
      21- Abdel Razzak Al Na’as : Faculté des Sciences de la communication- Université de Bagdad. Assassiné le 28 janvier 2004.
      22- Haykal Mohammad Al Moussawi : Faculté de Médecine- Université de Bagdad.

      23- Hazem Abdel Hadi : Faculté de Médecine-Université de Bagdad.
      24- Abbas Al Attar : Doctorat en Sciences Humaines-Université de Bagdad
      25- Bassam Al Moudaress : Doctorat en Sciences Humaines-Université de Bagdad.
      26 – Bassel Al Kerkhi : Spécialiste Chimie. Faculté des Sciences – Université de Bagdad.
      27- Nasser Amir Al Obeidy : Université de Bagdad
      28- Nafeh Abboud : Spécialiste de la Littérature arabe- Université de Bagdad
      29- Marwane Al-Rawi : Génie civil – Université de Bagdad
      30- Rafi Sarkissian Vanagan : Magistère en Langue Anglaise – Professeur à la Faculté des Lettres- Université de Bagdad.
      31- Nafiha Hamad Khalaf : Professeur de Littérature arabe – Faculté des Lettres- Université de Bagdad
      32- Khalil Ismail Abd Ad Dahiry : Faculté de l’Éducation sportive – Université de Bagdad
      33- Ghaleb Al Hayti : Professeur de Chimie- Université de Bagdad. Assassiné en mars 2004.
      34- Hussein Ali Ibrahim Al Karbassy : Ingénieur géomètre- Spécialiste de la Topographie- Institut de Technologie Bagdad – Al Zaafaranyah. Assassiné le 16 avril 2006 dans le quartier Al Amiryah.
      35- Mohammad Al Douleimy : Faculté de Génie – Université de Bagdad. Assassiné en 2004.
      36- Hassan Al Rabihi : Faculté d’Art Dentaire – Université de Bagdad. Assassiné le 25 décembre 2004, alors qu’i roulait en voiture en compagnie de son épouse.
      39- Jassem Mohammad Al Issawi : Professeur de Sciences Politiques- Université de Bagdad. Membre du comité de rédaction du quotidien irakien « Al Syada » (La Souveraineté), un des négociateurs au sein du « Comité de Rédaction de la Constitution ». Assasiné le 22 juin 2005 dans le secteur Al Chaaba à Bagdad, à l’âge de 61 ans.
      40- Abdel Sattar Saber Al Khazarji : Faculté de Génie – Université de Bagdad – Assassiné le 4 juin 2005 dans la caserne « Madina Al Horra » (La Ville Libre) à Bagdad.

      Université de Bassorah – Sud de l’Irak (14)

      41 – Ala’a Daoud : Vice-Recteur de l’Université de Bassorah pour la division scientifique.
      42- Assad Salem Choureyda : Docteur en génie civil. Doyen de la Faculté de Génie- Université de Bass
      43- Omar Fakhry : Biologiste – Faculté des Sciences de l’Université de Bassorah.
      44- Khaled Chreyda : Titulaire d’un Doctorat en Génie civil -Faculté du Génie – Université de Bassorah.
      45- Abdel Latif Al Fadel : Spécialiste en Chimie. Faculté des Sciences- Université de Bassorah.
      46- Joumhour Karim Khamas Al Zarzani : Critique littéraire réputé. Chef du Département de Langue Arabe – Faculté de Lettres- Université de Bassorah. Enlevé le 7 juillet 2005, son cadavre a été retrouvé à Qiblah, à 3 kms de Bassorah.
      47- Ghadab Jaber Attar : Faculté de Génie – Université de Basssorah
      48- Kifaya Hussein Saleh : Faculté des Lettres – Université de Bassorah
      49- Ali Ghaleb Abed Ali : Faculté de Génie – Université de Bassorah
      50- Saad Al Rabihi : Biologiste- Faculté des Sciences. Université de Bassorah.
      51- Naoufal Ahmad : Faculté des Beaux-Arts-Université de Bassorah.
      52- Abdel Karim Hussein : Faculté d’Agronomie-Université de Bassorah. Assassiné le 11 avril 2006.
      53- Ala’a Abdel Hamid : Doyen Faculté de Médecine – Université de Bassorah.
      54- Haydar Al Ba’aj : Directeur du CHU de Bassorah.

      Université de Mossoul (Nord de l’Irak, capitale éphémère de L’Etat Islamique, dix ans après l’invasion américaine de l’Irak) : 12 membres

      55- Abdel Jabbar Moustapha : Doyen de l’Université de Mossoul ; Professeur de Sciences Politiques.
      56- Leila Abdallah Said : Doyenne de la Faculté de Droit de l’Université de Mossoul, assassinée en compagnie de son époux.
      57- Mounir Al Khaïrou : Professeur de Droit à l’Université de Mossoul, époux de la doyenne Leila Abdallah Said, tuée en sa compagnie.
      58- Imane Younes : Chef du département de l’Interprétariat – Université de Mossoul.
      59- Nouayl Boutros Mathew : Faculté de Médecine-Université de Mossoul.
      60- Mohammad Al-Douleimy : Génie mécanique. Faculté de Génie. Université de Mossoul.
      61- Khaled Faysal Hamad Cheikhou : Faculté de l’Éducation Sportive – Université de Mossoul.
      62- Mahmoud Younes Zannoune : Faculté des Lettres- Université de Mossou
      63- Imane Abdel Moneim Younés : Faculté des Lettres – Université de Mossoul
      64- Mahfouz Mohammad Hassan Al Kazzaz : Professeur de Lettres- Faculté des Sciences de l’Éducation – Université de Mossoul. Tué lors d’une intervention des forces d’occupation américaines, le 25 Décembre 2004, à proximité de la Mosquée Dr Oussama Kachmoula- Province de Ninive.
      65- Inmar Al Ticq : L’un des plus célèbres ophtalmologistes irakiens. Professeur à la Faculté de Médecine – Université de Mossoul. Assassiné en Octobre 2004.
      66- Madame Falha Saleh Ahmad : Professeure de Sciences Politiques- Université de Mossoul. Assassinée en 2004

      Université Al Moustansariyah (15 membres)

      67- Sabah Mahmoud Al Rabihi : Doyen de la Faculté des Sciences de l’Éducation -Université Al Moustansariyah
      68- Salem Abdel Hamid : Doyen de la Faculté de Médecine à l’Université d’Al Moustansariyah, spécialiste de la médecine préventive.
      69- Falah Ali Hussein : Doyen de la Faculté des Sciences- Université Al Moustansariyah.
      70- Ibrahim Talal Hussein : Vice-Doyen Faculté des Sciences de l’Éducation -Université Al Moustansariyah.
      71- Houba Eddine Ahmad Mahmoud : Chef du Département de l’Éducation- Faculté des Sciences de l’Éducation – Université Al Moustansariyah.
      72- Moussa Salloum Amir Al Rabihi : Vice-Doyen Faculté des Sciences de l’Éducation – Université Al Moustansariyah. Assassiné le 28 Mai 2005-Quartier Al Bayyyah (Bagdad).
      73- Abdel Samih Al Janaby : Doyen de la Faculté des Sciences -Université Al Moustansariyah. Poignardé lorsqu’il a mis en application une décision du ministère de l’enseignement supérieur prohibant la transformation des enceintes universitaires en tribunes religieuses.
      74- Mohammad Fakhr Al Douleimy : Titulaire d’un doctorat en Physique. Vice-Doyen de la Faculté des Sciences – Université Al Moustansari
      75- Zaki Zaker Al Ani : Professeur de Langue Arabe. Faculté des Lettres- Université Al Moustansariyah. Tué devant la porte d’entrée de l’Université, le 26 Août 2005.
      76- Hadi Abdel Karim : Faculté des lettres- Université Al Moustansariyah. Tué devant la porte d’entrée de l’Université, le 26 Août 2005.
      77- Mohamad Najib Al Kaissy : Département de la recherche – Université Al Moustansariyah.

      78- Samir Yelda Gergis : Vice-Doyen de la Faculté de Gestion et d’Économie- Université Al Moustansariyah. Enlevé devant l ‘entrée de l’Université, en Août 2005, son cadavre a été retrouvé un mois plus tard, dans une ruelle le 25 septembre 2005.
      79- Kazem Talal Hussein : Vice-Doyen de la Faculté de l’Enseignement Fondamental. Université Al Moustansariyah. Assassiné le 25 Novembre 2005 dans le quartier Moussayleh en compagnie de trois des ses gardes de corps.
      80- Ali Mouhaych : Doyen de la Faculté de Génie. Université Al Moustanssariyah. Assassiné le 13 Novembre 2006.
      81- Kazem Battine Al Hayani : Professeur de Psychologie – Faculté des lettres- Université al Moustanssariyah. Enlevé par des membres d’une milice religieuse le 3 Mars 2006. Son cadavre, mutilé, a été retrouvé à l’Institut Médico-légal.
      82- Mohammad Abdel Rabih Al Ani : Professeur de Droit à l’Université Al Moustansaryah. Doctorant à la Faculté des Sciences Islamiques à l’Université de Bagdad. Assassiné le 27 avril 2006 devant la Mosquée « Imam Farouq », proche de la Rue Palestine, dans le centre de Bagdad. Son cadavre a été retrouvé cinq jours plus tard le 2 Mai 2006 à l’Institut Médico-légal de Bagdad.

      Université de technologie Bagdad (8 membres)

      83- Mohie Hussein : Génie mécanique-Université de Technologie
      84- Mohammad Abbas Khodeyr : Génie mécanique- Université de Technologie.
      85- Qahtane Kazem Hatem : Faculté des Sciences-Université de Technologie.
      86- Amir Mouzher Al Dayni : Ingénieur Télécommunications.
      87-Mohamad Abdel Hassan Wahed : Institut de Gestion Technologique- Bagdad.
      88- Amr Ibrahim Hamza : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.
      89- Issam Saad Abdel Karim : Géologue. Chercheur au Centre National des Recherches. Enlevé le 28 Septembre 2004, assassiné le 1 er Octobre 2005.
      90- Mohannad Saleh Mehdi : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.
      91- Saad Yassine Al Ansari : Centre de Recherches sur le Cancer – Institut de Gestion Technologique.

      Université Al Anbar (Ouest de l’Irak qui abrite les deux villes rebelles à la présence américaine Ramadi et Falloujah) : (7 membres)

      92- Raad Okhsen Al Binno : Faculté de Médecine-Université Al Anbar.
      93-Ahmad Abel Rahman Al Qobeissy : Professeur faculté de Médecine-Université Al Anbar
      94- Ahmad Abdel Hadi Al Rawi : Faculté d’Agronomie – Université Al Anbar.
      95- Chaker Mahmoud Jassem : Faculté d’Agronomie – Université d’Al Anbar.
      96- Abdel Karim Mokhallaf Saleh : Faculté des Lettres – Département de Langue Arabe – Université d’Al Anbar.
      97- Nasser Abdel Hamid Moukhlef Al Douleimy : Université Al Anbar

      98- Hamid Faysal Antar : Faculté de l’Éducation Sportive – Université Al Anbar.
      99- Abdel Majid Al Karbouly : Université Al Anbar

      Université Al Nahrayne (Université des deux fleuves ; le Tigre et l’Euphrate). 3 membres

      100- Akil Abdel Jabbar Al Bahadl y : Vice-Doyen Faculté de Médecine-Université d’Al Nahrayne (Université des deux fleuves ; le Tigre et l’Euphrate).
      101- Laith Abdel Aziz Abbas : Faculté des Sciences – Université d’Al Nahrayne.

      102- Mohammad Falah Houeidy Al Jazairy : Chirurgie réparatrice- Faculté de Médecine – Université d’Al Nahrayne. Assassiné le jour de son retour du pèlerinage de La Mecque début 2006. Médecin au CHU (Centre Hospitalier Universitaire) d’Al Kazmiyah (Bagdad).

      Université de Dyala : (Ouest de l’Irak, 6 membres)

      103- Abdel Sattar Al Assady : Faculté des Lettres – Université de Dyalla. Assassiné le 19 avril 2006.
      104- Salem Hussein Al Mahdawi : Faculté des Lettres – Université de Dyalla. Assassiné le 9 avril 2006.
      105- Mouchhen Hardane Mazloum Al Alawi : Université de Dyalla. Assassiné le 19 avril 2006.
      106- Mayss Ghanem : Membre du corps professoral du Département de langue et de civilisation anglaise – Université de Dyalla.
      107- Abdel Sattar Jabbar : Faculté de Médecine Vétérinaire- Université de Dyalla. Assassiné le 22 avril 2006.
      108- Taleb Ibrahim Al Zahar : Spécialiste de physique nucléaire – Professeur-à la Faculté des Sciences- Université de Diyala. Assassiné à Ba’aqouba en Mars 2005.

      Université de Tikrit (centre de l’Irak, Région natale de Saddam Hussein)

      109- Fadl Moussa Hussein : Faculté de l’Education Sportive – Université de Tikrit.
      110- Mahmoud Ibrahim Hussein : Faculté des Lettres – Université de Tikrit

      Université Al Ma’moun

      111- Mohsen Abbas Khodeir Al Salmane : Chef du département au ministère de l’irrigation. Professeur à l’Université Al Ma’moun, tué à Falloujah en 2004

      Divers

      112- Wajih Mahjoub Al Taï : Directeur général de l’enseignement supérieur au ministère de l’Éducation Nationale
      113-Chaker Al Khafaji : Directeur de l’Office Central de la Maîtrise de la Qualité.
      114- Moustapha Abel Hamid Al Hayti : Spécialiste des maladies infantiles.
      115-Wissam Al Hachimi : Président de l’Association des Géographes d’Irak.
      116- Raad Abdel Latif Al Saadi : Linguiste. Conseiller en langue arabe au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Assassiné le 28 mai 2005, quartier d’Al Bayyah (Bagdad).

      117- Hussein Nasser Khalaf : Chercheur à la Faculté d’Agronomie. Centre des études « Al Nakhil » (Palmiers-Dattiers) de Bassorah. Enlevé le 18 Mai 2005, son cadavre a été retrouvé, quatre jours plus tard, le 22 Mai 2005, dans le quatier Al Bayyah-Bagdad.
      118- Taqi Al Talqua’ay : Titulaire d’un doctorat en physique nucléaire.
      119- Khawla Mohammad Taqi : Faculté de Médecine-Université de Coufa
      120- Zaki Jaber Lafta Al Saadi : Faculté de médecine vétérinaire.
      121- Mohsen Souleimane Al Oujeily : Faculté d’Agronomie- Université de Babel.

      122- Dr Liwa Al Sannanne Abdel Jabbar Abou Halhal : Université Al Bakr pour les Hautes Études. Assassiné à la prison d’Abou Ghraib en 2004.
      123- Ali Mabak Al Malki : Expert comptable – Direction des impôts – Ministère des Finances.
      124- Achoura Awdat Al Rabihi : Titulaire d’un Magistère en Géographie Humaine de l’Université de Michigan. Directeur du Centre d’Études « Al Mansour ». Assassiné dans le quartier Al Amriyah (Bagdad) en 2004.
      125- Moujber Al Cheikh Issa al Jouboury : Juriste. Membre du « Comité de Rédaction de la Constitution.
      126- Damman Hussein Alaoui Al Obeidy : Doyen de la Faculté de Droit de l’Université de Salaheddine et membre du « Comité de Rédaction de la Constitution ». Assassiné le 12 juillet 2005 à Bagdad.
      127- Sabah Aziz Hachem : Institut de technologie – Province de Bassorah. Tué devant l’entrée de l’établissment le 11 Avril 2006.
      128 – Faydi Mohammad Al Faydi : Membre du Haut Comité des Théologiens de l’Islam. Titulaire d’un Doctorat de l’Université de Législation islamique (promotion 1990). Tué devant la Mosquée dans le secteur d’Al Mouthanna (district de Mossoul).
      129- Amid Mounzer Al Bayati : Médecin. Asssassiné le 16 juin 2005 devant sa maison située dans le quartier Al Sayyeh.
      130- Amid Sadeq Al Abadi : Medecin. Assassiné le 1 er septembre 2005 devant le complexe médical qu’iil avait édifié pour les soins aux nécessiteux.
      131- Amer Mohammad Falah : Chef du département de Chirurgie au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) Républicain de Bagdad. Assassiné devant son domicile le 3 Octobre 2004.
      132- Reda Amine : Assistant technique – CHU de Kirkouk. Assassiné le 15 septembre 2004 à Kirkouk.
      133- Abdallah Saheb Younes : Hopital Naaman-Al A’Azamiyah-Bagdad. Assassiné le 18 Mai 2005.

      134- Ibrahim Ismail : Directeur général du Département de l’Éducation Nationale à Kirkouk. Assassiné le 30 Septembre 2004, alors qu’il était en route vers l’Institut de Technologie de Kirkouk.
      135- Rajeh Al Ramadani : Inspecteur au ministère de l’Éducation Nationale. Assassiné le 29 septembre 2004, alors qu’il sortait de la Mosquée Ziad Al Iraqi à Ninive.

      Source : Madaniya, René Naba, 21-09-2018

      #génocide

  • Public Opinion Poll No (69) Press-Release | PCPSR
    12 September 2018
    http://www.pcpsr.org/en/node/733

    As Fatah and Hamas lose popular support and more than 60% demand the resignation of president Abbas, and as half of the public views the PA as a burden on the Palestinian people, two-thirds reject a Palestinian-Jordanian confederation, three-quarters view conditions today as worse than those prevailing before the Oslo agreement, and 90% view the Trump Administration as biased in favor of Israel; and despite the ending of US aid to UNRWA and the PA, 60% oppose resumption of contacts with the Administration and a majority expects US efforts to fail in shutting down UNRWA

    #Abbas

  • EXCLUSIF : Israël propose d’accorder un passage maritime au Hamas si les attaques cessent
    Correspondant de MEE - 17 août 2018
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/exclusif-isra-l-propose-d-accorder-un-passage-maritime-au-hamas-si-le

    Israël a proposé d’ouvrir tous les postes frontaliers vers la bande de Gaza et d’accorder au Hamas l’accès à un passage maritime vers Chypre en échange de l’arrêt de toutes formes d’attaques depuis l’enclave, indique un haut responsable du Hamas à Middle East Eye.

    Dans le même temps, depuis Ramallah, dont le chef des services de renseignement égyptiens Abbas Kamel est parti ce jeudi sans avoir rencontré le président palestinien Mahmoud Abbas, qui aurait eu d’autres obligations, le responsable du Fatah chargé de la réconciliation intrapalestinienne a indiqué que le Hamas se livrait à un « stratagème hostile » qui briserait l’unité palestinienne.

    « En négociant avec Israël un cessez-le-feu et une trêve à Gaza ainsi que des arrangements séparés pour Gaza, le Hamas s’engage dans le stratagème hostile qui vise à séparer Gaza de l’État de Palestine internationalement reconnu selon la ligne de 1967 », a déclaré Azzam al-Ahmad, responsable du Fatah chargé de la réconciliation, ce jeudi à MEE.

    « Nous avons accepté que ce passage soit sous le contrôle [de l’Autorité palestinienne], comme le poste frontalier de Rafah, et sous surveillance internationale »

    - Source du Hamas

    La découverte des détails de l’accord intervient alors que la source a précisé que le Hamas et Israël avaient réalisé « des progrès significatifs » vers une trêve à long terme autour de la situation à Gaza, tandis que les négociations engagées avec la médiation de l’Égypte, largement considérées comme faisant partie de l’« accord du siècle » américain, se poursuivent.

    « Nous avons accepté que ce passage soit sous le contrôle [de l’Autorité palestinienne], comme le poste frontalier de Rafah, et sous surveillance internationale », a indiqué la source.

    Selon la source, Israël a abandonné ses revendications historiques, notamment le désarmement du Hamas, l’arrêt du creusement de tunnels et la libération d’Israéliens captifs ou disparus à Gaza. Dans le même temps, le Hamas a fait pression en faveur du déploiement de projets humanitaires à Gaza, portant notamment sur l’eau, l’électricité et les eaux usées.

    Toutefois, jusqu’à présent, le plus grand obstacle rencontré au cours des négociations s’est avéré être le choix du moment où le Hamas aurait accès au passage qui relierait Gaza au port chypriote de Spyros. (...)

  • Les services irakiens et libanais démantèlent un réseau qui faisait chanter les banques libanaises - P.H.B. - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1127931/les-services-irakiens-et-libanais-demantelent-un-reseau-qui-faisait-c

    Les services de renseignements irakiens ont annoncé mardi avoir démantelé, en coopération avec la Sûreté générale libanaise, un réseau qui répandait des informations erronées dans le but d’extorquer des fonds à des établissements bancaires libanais. Parmi ces derniers Bank Audi, qui avait été il y a deux semaines la cible de rumeurs de blanchiment d’argent de groupes terroristes. 

    « Les services de renseignements irakiens, en coopération avec la SG libanaise, ont découvert un réseau d’escroquerie, dont les membres publiaient des informations erronées dans le but d’extorquer de l’argent à plusieurs banques libanaises, en affirmant être en possession de documents attestant qu’ils disposaient de comptes s’élevant à des millions de dollars dans ces banques et en faisant circuler de fausses informations sur ces établissements », selon le communiqué des services de renseignements irakiens. « Il s’est avéré que ces documents étaient des faux », ajoute le communiqué, selon lequel « plusieurs membres de ce réseau ont été arrêtés ». « Les efforts se poursuivent pour appréhender les autres malfaiteurs », dans le cadre de « la poursuite des efforts visant à protéger l’économie des deux pays et maintenir les relations privilégiées » entre l’Irak et le Liban, toujours selon le texte.

    Lebanese banks return Saddam’s hidden millions to Iraqi authorities - The National
    https://www.thenational.ae/world/mena/lebanese-banks-return-saddam-s-hidden-millions-to-iraqi-authorities-1.75

    The head of Lebanon’s Association of Banks said on Thursday that the country’s financial sector had returned to Iraqi authorities nearly all money hidden in Beirut banks by officials under former dictator Saddam Hussein.

    The announcement came the day after the head of Lebanon’s General Security branch, Maj Gen Abbas Ibrahim, said that a joint operation with Iraqi authorities had prevented a $1 billion fraud scam targeting Iraqi branches of major Lebanese lenders. He announced that some suspects had been arrested.

  • Ahed Tamimi, la jeune Palestinienne qui avait giflé des soldats israéliens, a été libérée
    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/07/29/la-jeune-palestinienne-qui-avait-gifle-des-soldats-israeliens-a-ete-liberee_


    Ahed Tamimi répond aux journalistes à sa sortie de prison.
    ABBAS MOMANI / AFP

    Son visage juvénile ceint de longues boucles blondes toise les passants, peint sur le mur de séparation construit par Israël en Cisjordanie occupée. L’adolescente est devenue une icône de la résistance palestinienne. Au terme de huit mois de détention pour avoir giflé deux soldats israéliens, Ahed Tamimi a pu sortir de prison, dimanche 29 juillet.

    La jeune fille de 17 ans et sa mère, Nariman Tamimi, également incarcérée à la suite de l’incident, ont été transférées de la prison Sharon, en Israël, en Cisjordanie occupée, où elles résident, a annoncé un porte-parole de la prison.

    Elles ont été conduites par des soldats israéliens jusqu’à leur village de Nabi Saleh, un territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de cinquante ans. En larmes, l’adolescente a embrassé les membres de sa famille et les soutiens venus l’accueillir, sur un petit chemin menant à la bourgade.

    Face à un mur de caméras, un keffieh, châle blanc et noir symbole de la résistance palestinienne, sur les épaules, Ahed Tamimi a brièvement invité les médias à suivre la conférence de presse qu’elle donnera plus tard dans la journée.

    Puis, Bassem Tamimi, son père, a rejoint les deux femmes, et le trio s’est dirigé vers la maison familiale, entouré par une foule scandant : « Nous voulons vivre libres ! »

    Un peu plus tôt, des membres de la famille et des soutiens d’Ahed Tamimi s’étaient réunis près d’un point de passage à Rantis, en Cisjordanie occupée, pour accueillir Ahed Tamimi et sa mère, mais ils n’avaient pu les saluer, les deux femmes ayant été remises à des soldats israéliens à l’abri des regards et des caméras.

    Les autorités israéliennes ont tenu à limiter la médiatisation de la libération des deux femmes, diffusant des informations contradictoires sur l’endroit par lequel elles étaient censées rentrer en Cisjordanie occupée.

  • Hamas delegation in Cairo: More media show for ‘century deal’ than substance | MadaMasr

    While ‘a way out’ of the US economic deal was among the delegation’s aims, the refusal of key Hamas political figures to attend makes outcomes of the talks ‘meaningless.’

    https://www.madamasr.com/en/2018/07/14/feature/politics/hamas-delegation-in-cairo-more-media-show-for-century-deal-than-substance

    A Hamas delegation left Cairo on Friday night after spending four days in the Egyptian capital, pushing for a temporary resolution to the humanitarian crisis in the besieged Gaza Strip and a way out of the United States’s “deal of the century” with the “least amount of damage” possible, according to a source close to the Palestinian movement’s Gaza-based leadership.

    Despite the seeming stakes of the Cairo agenda, a second high-ranking Hamas source minimized the significance of the talks between Egyptian General Intelligence Director Abbas Kamal and the Gaza delegation that is headed by Saleh Arouri and composed of Hamas political bureau members Moussa Abu Marzouk, Ezzat al-Risheq, Khalil al-Hayya, Hossam Badran, and Rawhi Mushtaha.

    The second source, who is close to representatives of the Hamas leadership abroad, tells Mada Masr that Cairo extended an invitation to Hamas senior political leader Ismail Haniyeh and the movement’s Gaza chief Yahya Sinwar. However, neither accepted the invitation, with Haniya calling the visit “worthless,” according to the source.

    For the second Hamas source, the visit’s objectives were twofold: “probing” and “staging a media show to suggest to the Americans that the key to Gaza remains singularly in Hamas’s pocket.”

  • L’« accord du siècle » : les maîtres espions entrent en scène
    Middle East Eye - 28 juin 2018
    http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/l-accord-du-si-cle-les-ma-tres-espions-entre-en-sc-ne-1793925807

    Yossi Cohen, directeur du Mossad israélien assistant à la fête nationale du 4 juillet à l’ambassade américaine en Israël, 2017 (AFP)

    Une importante réunion a rassemblé, le 17 juin dernier, à Aqaba en Jordanie, les responsables des services secrets israéliens, saoudiens, égyptiens et palestiniens.

    Selon le site français Intelligence online, cette réunion intervenait un jour avant la rencontre entre le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et le roi de Jordanie, Abdallah II.

    Le chef du Mossad israélien, Yossi Cohen, le directeur des services secrets saoudiens, Khaled ben Ali al-Humaidan, le responsable du Service de renseignement général égyptien, Abbas Kamel, le chef des services secrets jordaniens, Adnan Issam al-Jundi, et le directeur du renseignement de l’Autorité palestinienne Majed Faraj, auraient assisté à cette réunion secrète dans la ville côtière jordanienne.

    Selon les sources du site Intelligence Online, ce sont le conseiller de Donald Trump, Jared Kushner, et l’émissaire spécial de Donald Trump pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt qui sont à l’origine de l’organisation de ce conclave entre maîtres espions.

    L’ordre du jour de cette réunion reste encore inconnue. Plusieurs médias s’accordent toutefois à deviner qu’il s’agissait de convaincre l’Autorité palestinienne d’’accepter l’« accord du siècle » que veut imposer l’administration Trump.

    Mais le patron des services secrets palestiniens, Majed Faraj, aurait refusé de participer activement à la discussion lors de cette réunion, se contentant d’exprimer des observations d’ordre général.

    Or, mercredi 27 juin, Majed Faraj a déclaré devant des journalistes à Ramallah qu’il était satisfait du refus de plusieurs pays arabes à la proposition de Washington, appelé l’« accord du siècle ».

  • The Angry Arab News Service/وكالة أنباء العربي الغاضب : New York Times and Wall Street Journal hail (alleged) Lebanese drug dealers just because they are running against Hizbullah
    http://angryarab.blogspot.com/2018/05/new-york-times-and-wall-street-journal.html

    Pour mieux comprendre il faut savoir que Shamas et Jawhari sont chiites.

    US media coverage of Lebanese election only sees foes of Hizbullah. Yesterday, NYT published a fawning profile of a convicted (and jailed) drug dealer, Yahya Shamas, just because he is running against Hizbullah and presented him as the hope of change and rule of law (although he is aligned with the corrupt Hariri movement in the region), while the Wall Street Journal today presented an insignificant cleric, Abbas Jawhari, with a long sheet of drug charges (and who was recently arrested) as “influential”. For Western media, anyone running against Hizbullah must be a good person.

  • Après le Venezuela, une nouvelle #cryptomonnaie à venir, en #Iran cette fois-ci. Décidément, les sanctions font beaucoup pour la créativité financière.

    Por qué Irán está creando su propia criptomoneda y cuáles son los riesgos
    http://www.el-nacional.com/noticias/bbc-mundo/por-que-iran-esta-creando-propia-criptomoneda-cuales-son-los-riesgos_22

    Hace unos meses Teherán había manifestado su interés en utilizar bitcoin y otras criptomonedas como una forma de eludir las sanciones económicas impuestas al país. Ahora, en cambio, anunció que desarrollará su propia moneda virtual

    El mercado de las criptomonedas ha causado polémica porque está fuera de la regulación internacional, se mueve con independencia y podría servir de plataforma para actividades delictivas, o al menos opacas.

    Son muchas las voces oficiales de gobiernos y bancos centrales que han lanzado duras advertencias para poner límites a uno de los mercados más rentables y, al mismo tiempo, más volátiles de los últimos tiempos.

    Cansado de los problemas con la banca internacional y de las restricciones internacionales a los flujos de capital, el gobierno iraní anunció que desarrollará su propia criptomoneda.

    El ministro de Tecnología de la Información y Comunicaciones, Mohammad-Javad Azari Jahromi, publicó en Twitter que el Post Bank (un banco estatal ubicado en Teherán), está trabajando en la creación de la nueva moneda digital.

    «Un modelo piloto será presentado al sistema bancario del país para su revisión y aprobación», escribió Jahromi.

  • He Fought for Iran’s Environment and Was Arrested. Now, He’s Dead. - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/02/10/world/middleeast/iran-environmentalist-dead-prison.html

    TEHRAN — A well-known Iranian-Canadian professor has died in prison in Tehran, a statement posted on his son’s Instagram page revealed on Saturday, and his family is seeking an independent autopsy.

    The professor, Kavous Seyed Emami, was one of the founders of the Persian Wildlife Heritage Foundation, Iran’s most prominent nongovernmental organization focused on the environment.

    On Friday, his wife received a phone call from prison authorities saying that her husband had committed suicide in Evin prison, his son said in his post. Mr. Seyed Emami had been arrested on Jan. 24, and, according to the family, was detained by intelligence agents along with several other environmental activists, including Morad Tahbaz, a visiting Iranian-American businessman.

    The death of Mr. Seyed Emami is among a number involving recently detained activists. Prison authorities insist that at least three prisoners who died after they were arrested during nationwide protests in December also died by suicide. Many prominent Iranians have assailed that conclusion.

    On Saturday, Abbas Jafari-Dolatabadi, Tehran’s public prosecutor, said that several people who had been posing as environmentalists were arrested and charged with espionage, according to a report from the Young Journalists Club.

    #écologiste
    #iran

    • Excellente idée d’évoquer les suicides en prison. On en a pleins en France, et on s’en préoccupe comme d’une guigne. Si seulement nos suicidés étaient iraniens et écologistes.
      Et les écolos et syndicalistes honduriens, guatémaltèques ou colombiens... ils se suicident, ils sont assassinés ou ils sont juste oubliés ?

      Hier, vous allez me dire ça n’a rien à voir, mais un peu si... hier un présentateur de JT de 20h introduit un reportage : « la France a accueillit l’an dernier 46000 étrangers... ». La fin de la phrase est drôle comme tout... « ...en centre de rétention ». En Iran, le NYT il nous informe que le pouvoir s’en prend aux écologistes. Et sincèrement, c’est révoltant. Seulement, j’avoue ne pas comprendre comment le NYT en est arrivé à choisir de traiter de l’assassinat de cet écologiste particulier, alors que sur le continent américain, on assassine à tour de bras parmi les alliés du gouvernement qui dicte ses articles à ce journal libre qu’est le NYT.
      Chez nous, on t’explique que les étrangers sont accueillis en centre de rétention, l’autre nom de la prison pour surnuméraire de catégorie 1. Les surnuméraires de catégorie 2, ce sont nos pauvres « de souche ». Les niveaux 1 ce sont les étrangers, ceux qui sont arrivés chez nous et qui n’ont pas la chance d’avoir le bon passeport.

      Bref. On est tout ému à l’idée que ces salauds d’iraniens tuent leurs écolos. Mais alors nos centres de rétention qui accueillent les étrangers, on s’en fout. Et le NYT ne s’intéresse aux écolos que s’ils sont assassinés chez ses ennemis.

      Basse propagande.

  • « Je suis arabe car je parle arabe. Quant à mon appartenance à la nation arabe, quant à savoir si elle est fondée d’aspirer à l’unité, c’est une tout autre question. Je suis arabe, et ma langue a connu son plus grand épanouissement lorsqu’elle était ouverte sur les autres, sur l’humanité tout entière. Parmi les éléments de son développement, il y a le pluralisme. C’est ainsi que je lis les siècles d’or de la culture arabe. A aucune période de l’Histoire nous n’avons été totalement repliés sur nous-mêmes, comme certains voudraient nous voir aujourd’hui. Il n’y a pas de ghetto dans mon identité. Mon problème réside dans ce que l’Autre a décidé de voir dans mon identité. Je lui dis pourtant : voici mon identité, partage-la avec moi, elle est suffisamment large pour t’accueillir ; et nous, les Arabes, nous n’avons eu de vraies civilisations que lorsque nous sommes sortis de nos tentes pour nous ouvrir au multiple et au différent. Je ne fais pas partie de ceux qui souffrent d’une crise d’identité, ni de ceux qui ne cessent de se demander : qui est arabe ? Qu’est-ce que la nation arabe ? Je suis arabe parce que l’arabe est ma langue, et, dans le débat en cours, je mène une défense acharnée de la langue arabe, non pour sauvegarder mon identité, mais pour mon existence, ma poésie, mon droit de chanter. »

    Mahmoud Darwich, "Qui impose son récit hérite la Terre du Récit", Entretien avec le poète libanais Abbas Beydoun, Al-Wasat (Londres), N° 191, 192, 193, septembre-octobre 1995. Repris dans Mashârif (Haïfa-Jérusalem), n° 3, octobre 1995, traduit en français par Elias Sanbar pour le recueil La Palestine comme métaphore, Actes Sud, coll. Babel, 2002, p. 36.

  • Astara-Astara Railroad Launch by Dec. 25 | Financial Tribune
    https://financialtribune.com/articles/economy-domestic-economy/77848/astara-astara-railroad-launch-by-dec-25

    Astara-Astara Railroad connecting Iran’s northwestern city of Astara to the Azerbaijani city with the same name will come on stream by Dec. 25, director general of International Affairs Office with the Islamic Republic of Iran Railways said. Abbas Nazari added that the two sides have negotiated issues related to customs procedures and visa issuance, as well as how to make use of the cargo terminal in Iran’s Astara, Mehr News Agency reported. The Astara-Astara Railroad, which is part of a bigger project to connect Iran and Azerbaijan’s rail system, runs 8 kilometers in Azerbaijan up to the border from where it extends 2 km to Iran’s port city of Astara. The project also includes a bridge on Astarachay River, which stretches along the border. Tehran and Baku are working to connect their railroads as part of the International North-South Transportation Corridor, which is aimed at connecting Northern Europe with Southeast Asia.

  • L’Arabie saoudite n’a atteint aucun de ses objectifs au Liban | Middle East Eye
    http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/l-arabie-saoudite-n-atteint-aucun-de-ses-objectifs-au-liban-312615633

    La démission de Saad Hariri aurait dû normalement provoquer la chute de son gouvernement et plonger le pays dans une vaste déstabilisation, croit savoir Amin Hoteit, professeur de droit à l’Université libanaise. Ce général à la retraite, ancien commandant en chef de l’École d’état-major de l’armée libanaise, nous déclare que « la démission devait être accompagnée d’un vaste plan de déstabilisation sécuritaire exécuté par des partis libanais, qui projetaient de manifester et de fermer des routes ».

    L’armée et les services de sécurité ont étouffé dans l’œuf toutes ces tentatives en prenant des mesures préventives comprenant le déploiement de plusieurs milliers de militaires
    Cependant, l’armée et les services de sécurité ont étouffé dans l’œuf toutes ces tentatives en prenant des mesures préventives comprenant le déploiement de plusieurs milliers de militaires et des centaines d’agents en civils dans les régions les plus sensibles, notamment dans le nord du Liban.

    Selon Amin Hoteit, des groupes palestiniens du camp d’Aïn al-Hilweh, à 40 kilomètres au sud de Beyrouth, avaient pour mission de fermer la route côtière menant à la partie méridionale du pays, le fief du Hezbollah.

    Conscient de ces dangers, le président Aoun a dépêché d’urgence, au tout début de la crise, le directeur de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, à Amman en Jordanie pour évoquer avec le président palestinien Mahmoud Abbas la situation dans les camps du Liban. Ce dernier a chargé son ambassadeur à Beyrouth, Achraf Dabbour, de prendre les mesures nécessaires pour colmater toute brèche sécuritaire à ce niveau.

  • Saudis told Abbas to accept Trump peace plan or resign — report | The Times of Israel
    https://www.timesofisrael.com/saudis-told-abbas-to-accept-trump-peace-plan-or-resign-report

    Amal Saad on Twitter: “So Abbas is the new Hariri & Hamas is the new Hizbullah in this new development. As in Lebanon, internal destabilization is a substitute for Israeli invasion of Gaza. MBS is desperate to normalize Israel in the region so that Saudi can openly partner up with it to confront Iran https://t.co/6MKZS07RZJ
    https://mobile.twitter.com/amalsaad_lb/status/929998735077191681

    #arabie_saoudite #israel #Palestine #Hezbollah #Liban

  • Le Hamas fait un pas vers le Fatah
    Par Euronews | 17/09/2017
    http://fr.euronews.com/2017/09/17/le-hamas-fait-un-pas-vers-le-fatah

    Il est prématuré de conclure à la réconciliation entre les frères ennemis de Palestine, le Hamas et le Fatah. Mais c’est un premier pas qu’ont fait les deux parties, dimanche 17 septembre, à la suite d’une médiation de l’Egypte.

    Le Hamas a d’abord annoncé la dissolution de son comité administratif, qui dirige Gaza. Le mouvement d’Ismaël Haniyeh a aussi accepté la tenue d‘élections générales dans l’ensemble du territoire palestinien. “Le Hamas a pris une décision courageuse, sérieuse et patriotique en prononçant la dissolution de son gouvernement, a commenté son porte-parole, Fawzi Barhoum. La question est maintenant de savoir ce que le Fatah et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, vont en faire.”

    Le Fatah a immédiatement réagi, positivement… mais en restant mesuré. “Nous espérons mettre en place un modèle dont d’autres pourraient s’inspirer, a déclaré un membre du comité central de l’organisation, Abbas Zaki. Car la cause palestinienne est une cause juste. Et notre peuple, qui est un grand peuple, a besoin de dirigeants responsables qui soient connectés avec lui.”

    Habitant de Gaza, Nour Saleh approuve l’initiative du Hamas. “J’ai appris la nouvelle en me réveillant ce matin, a-t-il confié. Et, en tant que jeune Palestinien, j’applaudis cette décision du Hamas de dissoudre son comité administratif. C’est un pas dans la bonne direction. Et j’espère que ce sens de l’unité nationale sera partagé par toutes les composantes du peuple palestinien.”

    Le passé incite toutefois à la prudence. La rupture entre les deux mouvements date des dernières élections générales, en 2006. Et depuis six ans, toutes les tentatives de réconcliation ont échoué.

  • Palestinian authorities arrest activist in growing free speech crackdown | World news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/world/2017/sep/05/palestinian-authorities-arrest-activist-issa-amro-in-growing-free-speec

    Palestinian security forces have arrested one of the most prominent human rights activists in the occupied territories after he criticised the arrest of a Palestinian journalist in a Facebook post.

    Issa Amro, who lives in the southern West Bank city of Hebron, is the highest profile victim of a growing campaign by #Mahmoud_Abbas, the leader of the Palestinian Authority, against journalists and dissent on social media.

    Amro is the founder of Youth Against the Settlements, which has long-documented alleged abuses by the Israeli military and settlers in Hebron. He was already facing charges in an Israeli military court for his activism.

    #Palestine #dirigeants_arabes #indigents_arabes faux #modérés vrais #Collabos

  • Abbas Ibrahim (Sureté générale libanaise) L’homme des missions impossibles
    http://magazine.com.lb/index.php/fr/component/k2/item/17932-abbas-ibrahim-l%E2%80%99homme-des-missions-impossibles?issue_id=2

    Le général Ibrahim n’exclut pas des « événements inattendus » après la défaite de l’ex-Front al-Nosra dans le jurd de Ersal. Il ne croit pas, cependant, à une infiltration massive des terroristes dans les régions libanaises. « Le peuple libanais, aussi bien dans sa composante chrétienne que musulmane, n’est pas un terreau fertile pour le terrorisme, assure-t-il. Il y a, dans chaque chrétien libanais, une partie de culture musulmane. L’inverse est aussi vrai. Ce mélange a créé un modèle unique qui fait que le Libanais tend, naturellement, vers la modération. Il existe des exceptions, comme partout dans le monde, mais elles sont individuelles ».
    La couverture accordée par le pouvoir politique aux services de sécurité facilite énormément leur travail. « En dépit des dissensions politiques autour de certains dossiers, la sécurité reste un domaine sacré qui ne fait l’objet d’aucun questionnement ou doute », dit-il.
    Mais cela n’a pas été toujours le cas. L’armée libanaise et les services de sécurité n’ont-ils pas fait l’objet de campagne de dénigrement de la part de certains hommes politiques ? « Dans le passé, le ciblage des services de sécurité s’inscrivait dans le cadre de surenchères politiques, répond le patron de la SG. Le pays était profondément divisé, sans président de la République. L’esprit du pacte national faisait défaut. Les circonstances ont changé aujourd’hui. Le circuit constitutionnel est de nouveau en place et les institutions fonctionnent normalement, ce qui nous assure la couverture politique nécessaire pour pouvoir accomplir notre mission ».
    Aujourd’hui, la lutte contre le terrorisme est globalisée. Cette réalité impose une coopération sécuritaire au niveau régional et international. « Je dis toujours aux délégations étrangères qui nous rendent visite ou aux responsables sécuritaires que nous rencontrons lors de nos voyages que le Liban est en première ligne, déclare Abbas Ibrahim. Je leur explique qu’en luttant contre le terrorisme, le Liban se défend, bien entendu, mais il protège aussi leurs propres pays. Ils doivent donc nous apporter une aide logistique afin que nous puissions mener cette bataille dans les meilleures conditions ». Le directeur de la SG souligne, dans ce cadre, que la coordination avec les services de sécurité arabes et étrangers est « quasi-quotidienne » : « A chaque fois que le besoin se fait sentir, j’appelle directement les responsables sécuritaires arabes et étrangers. La coopération est étroite et le contact permanent ».

  • Cinq combattants du Hezbollah libérés, 8 000 jihadistes et civils syriens en route pour Idleb - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1065670/cinq-combattants-du-hezbollah-liberes-8-000-jihadistes-et-civils-syri

    À Qaa, M. Ibrahim a rencontré Wafic Safa, responsable de la coordination au sein du Hezbollah. Il a également annoncé la réouverture prochaine d’un bureau de la Sûreté générale dans la localité. La tournée de Abbas Ibrahim a eu lieu sur fond de bombardement à l’artillerie lourde, par l’armée, de positions occupées par des combattants de Daech dans le jurd de Ras Baalbeck et de Qaa.

    Concernant le sort des combattants de la Brigade Ahl al-Cham, présents dans le jurd de Ersal, et qui devaient être inclus dans l’échange de prisonniers entre le Hezbollah et Fateh el-Cham, le général Ibrahim a annoncé leur départ prochain. La dernière partie de l’accord entre le parti chiite et les jihadistes prévoyait l’évacuation des combattants d’Ahl el-Cham et leurs familles, ainsi que de réfugiés, vers le Qalamoun syrien. Selon la chaîne LBCI, les négociations concernant le départ de ce groupuscule ont été retardées par le fait que les combattants d’Ahl el-Cham ont pris part, aux côtés de Fateh el-Cham, aux combats qui ont opposé ce dernier la semaine dernière au Hezbollah, et alors qu’ils avaient promis de rester neutres.

    À noter que le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui devait s’exprimer hier dans la soirée au sujet de l’étape qui va suivre la libération du jurd, a finalement reporté son discours à aujourd’hui, afin de laisser la place à la couverture médiatique de la libération des combattants du parti chiite.