person:abu bakr al-baghdadi

  • #Niger, part 3 : Guns won’t win the war

    After an ambush killed four US special forces and five local soldiers in #Tongo_Tongo, a village in the northern part of the #Tillabéri region close to Niger’s border with Mali, Boubacar Diallo’s phone rang constantly.

    That was back in October 2017. Journalists from around the world were suddenly hunting for information on Aboubacar ‘petit’ Chapori, a lieutenant of #Islamic_State_in_the_Greater_Sahara, or #ISGS – the jihadist group that claimed the attack.

    Diallo, an activist who had been representing Fulani herders in peace negotiations with Tuareg rivals, had met Chapori years earlier. He was surprised by his rapid – and violent – ascent.

    But he was also concerned. While it was good that the brewing crisis in the remote Niger-Mali borderlands was receiving some belated attention, Diallo worried that the narrow focus on the jihadist threat – on presumed ISGS leaders Chapori, Dondou Cheffou, and Adnan Abou Walid Al Sahrawi – risked obscuring the real picture.

    Those concerns only grew later in 2017 when the G5 Sahel joint force was launched – the biggest military initiative to tackle jihadist violence in the region, building on France’s existing Operation Barkhane.

    Diallo argues that the military push by France and others is misconceived and “fanning the flames of conflict”. And he says the refusal to hold talks with powerful Tuareg militants in #Mali such as Iyad Ag Ghaly – leader of al-Qaeda-linked JNIM, or the Group for the support of Islam and Muslims – is bad news for the future of the region.

    Dialogue and development

    Niger Defence Minister Kalla Moutari dismissed criticism over the G5 Sahel joint force, speaking from his office in Niamey, in a street protected by police checkpoints and tyre killer barriers.

    More than $470 million has been pledged by global donors to the project, which was sponsored by France with the idea of coordinating the military efforts of Mauritania, Mali, #Burkina_Faso, Niger, and Chad to fight insurgencies in these countries.

    “It’s an enormous task to make armies collaborate, but we’re already conducting proximity patrols in border areas, out of the spotlight, and this works,” he said.

    According to Moutari, however, development opportunities are also paramount if a solution to the conflict is to be found.

    "Five years from now, the whole situation in the Sahel could explode.”

    He recalled a meeting in the Mauritanian capital, Nouakchott, in early December 2018, during which donors pledged $2.7 billion for programmes in the Sahel. “We won’t win the war with guns, but by triggering dynamics of development in these areas,” the minister said.

    A European security advisor, who preferred not to be identified, was far more pessimistic as he sat in one of the many Lebanese cafés in the Plateau, the central Niamey district where Western diplomats cross paths with humanitarian workers and the city’s upper-class youth.

    The advisor, who had trained soldiers in Mali and Burkina Faso, said that too much emphasis remained on a military solution that he believed could not succeed.

    “In Niger, when new attacks happen at one border, they are suddenly labelled as jihadists and a military operation is launched; then another front opens right after… but we can’t militarise all borders,” the advisor said. If the approach doesn’t change, he warned, “in five years from now, the whole situation in the Sahel could explode.”

    Tensions over land

    In his home in east Niamey, Diallo came to a similar conclusion: labelling all these groups “jihadists” and targeting them militarily will only create further problems.

    To explain why, he related the long history of conflict between Tuaregs and Fulanis over grazing lands in north Tillabéri.

    The origins of the conflict, he said, date back to the 1970s, when Fulani cattle herders from Niger settled in the region of Gao, in Mali, in search of greener pastures. Tensions over access to land and wells escalated with the first Tuareg rebellions that hit both Mali and Niger in the early 1990s and led to an increased supply of weapons to Tuareg groups.

    While peace agreements were struck in both countries, Diallo recalled that 55 Fulani were killed by armed Tuareg men in one incident in Gao in 1997.

    After the massacre, some Fulani herders escaped back to Niger and created the North Tillabéri Self-Defence Militia, sparking a cycle of retaliation. More than 100 people were killed in fighting before reconciliation was finally agreed upon in 2011. The Nigerien Fulani militia dissolved and handed its arms to the Nigerien state.

    “But despite promises, our government abandoned these ex-fighters in the bush with nothing to do,” Diallo said. “In the meantime, a new Tuareg rebellion started in Mali in 2012.”

    The Movement for Oneness and Jihad in West Africa (known as MUJAO, or MOJWA in English), created by Arab leaders in Mali in 2011, exploited the situation to recruit among Fulanis, who were afraid of violence by Tuareg militias. ISGS split from MUJAO in 2015, pledging obedience to ISIS leader Abu Bakr al-Baghdadi.

    Diallo believes dialogue is the only way out of today’s situation, which is deeply rooted in these old intercommunal rivalries. “I once met those Fulani fighters who are the manpower of MUJAO and now of ISGS, and they didn’t consider themselves as jihadists,” he said. “They just want to have money and weapons to defend themselves.”

    He said the French forces use Tuareg militias, such as GATIA (the Imghad Tuareg Self-Defence Group and Allies) and the MSA (Movement for the Salvation of Azawad), to patrol borderlands between Mali and Niger. Fulani civilians were killed during some of these patrols in Niger in mid-2018, further exacerbating tensions.

    According to a UN report, these militias were excluded from an end of the year operation by French forces in Niger, following government requests.

    ‘An opportunistic terrorism’

    If some kind of reconciliation is the only way out of the conflict in Tillabéri and the neighbouring Nigerien region of Tahoua, Mahamadou Abou Tarka is likely to be at the heart of the Niger government’s efforts.

    The Tuareg general leads the High Authority for the Consolidation of Peace, a government agency launched following the successive Tuareg rebellions, to ensure peace deals are respected.

    “In north Tillabéri, jihadists hijacked Fulani’s grievances,” Abou Tarka, who reports directly to the president, said in his office in central Niamey. “It’s an opportunistic terrorism, and we need to find proper answers.”

    The Authority – whose main financial contributor is the European Union, followed by France, Switzerland, and Denmark – has launched projects to support some of the communities suffering from violence near the Malian border. “Water points, nurseries, and state services helped us establish a dialogue with local chiefs,” the general explained.

    “Fighters with jihadist groups are ready to give up their arms if incursions by Tuareg militias stop, emergency state measures are retired, and some of their colleagues released from prison.”

    Abou Tarka hailed the return to Niger from Mali of 200 Fulani fighters recruited by ISGS in autumn 2018 as the Authority’s biggest success to date. He said increased patrolling on the Malian side of the border by French forces and the Tuareg militias - Gatia and MSA - had put pressure on the Islamist fighters to return home and defect.

    The general said he doesn’t want to replicate the programme for former Boko Haram fighters from the separate insurgency that has long spread across Niger’s southern border with Nigeria – 230 of them are still in a rehabilitation centre in the Diffa region more than two years after the first defected.

    “In Tillabéri, I want things to be faster, so that ex-fighters reintegrate in the local community,” he said.

    Because these jihadist fighters didn’t attack civilians in Niger – only security forces – it makes the process easier than for ex-Boko Haram, who are often rejected by their own communities, the general said. The Fulani ex-fighters are often sent back to their villages, which are governed by local chiefs in regular contact with the Authority, he added.

    A member of the Nigerien security forces who was not authorised to speak publicly and requested anonymity said that since November 2018 some of these Fulani defectors have been assisting Nigerien security forces with border patrols.

    However, Amadou Moussa, another Fulani activist, dismissed Abou Tarka’s claims that hundreds of fighters had defected. Peace terms put forward by Fulani militants in northern Tillabéri hadn’t even been considered by the government, he said.

    “Fighters with jihadist groups are ready to give up their arms if incursions by Tuareg militias stop, emergency state measures are retired, and some of their colleagues released from prison,” Moussa said. The government, he added, has shown no real will to negotiate.

    Meanwhile, the unrest continues to spread, with the French embassy releasing new warnings for travellers in the border areas near Burkina Faso, where the first movements of Burkinabe refugees and displaced people were registered in March.

    https://www.thenewhumanitarian.org/special-report/2019/04/15/niger-part-3-guns-conflict-militancy
    #foulani #ISIS #Etat_islamique #EI #Tuareg #terrorisme #anti-terrorisme #terres #conflit #armes #armement #North_Tillabéri_Self-Defence_Militia #MUJAO #MOJWA #Movement_for_Oneness_and_Jihad_in_West_Africa #Mauritanie #Tchad

    @reka : pour mettre à jour la carte sur l’Etat islamique ?
    https://visionscarto.net/djihadisme-international

  • Forget Islamist terrorism, ’Homeland’ homes in on a new threat - Television - Haaretz.com

    https://www.haaretz.com/life/television/.premium-forget-islamist-terrorism-homeland-homes-in-on-a-new-threat-1.5827

    A few days after the first episode of “Homeland” aired in America in October 2011, the U.S. State Department placed a $10 million bounty on the head of Islamic State leader Abu Bakr al-Baghdadi.
    A few days after season seven of “Homeland” premiered in February 2018, the U.S. Justice Department indicted 13 Russians for trying to subvert the 2016 presidential election.
    This tells you everything you need to know about why the latest season of “Homeland” is, to borrow a phrase from a certain political leader, “America first.”
    skip - Homeland Season 7
    Homeland Season 7 - דלג

  • MoA - When AP Spreads #Fakenews - A Forensic Appraisal
    http://www.moonofalabama.org/2017/06/when-ap-spreads-fakenews-a-forensic-appraisal.html#more

    Another such hack is the Gulf paid promoter of #Takfiri “rebels” in Syria, Charles #Lister: Russia’s Baghdadi Claim Needs Verification

    By Charles Lister
    “Russia’s claim to have killed ISIS leader Abu Bakr al-Baghdadi in an airstrike in Raqqa on May 28 should be taken with a heavy grain of salt.
    ...
    Russia has a long track record of issuing fake claims and deliberate misinformation during its campaign in Syria.
    ...
    Beyond Russia’s likely bogus claim, ...”

    Cruickshank and Lister both spread factless propaganda sold as conclusion of the news content of an AP report. But the AP report was fake news.

    #propagande #désinformation

  • Farsnews
    http://en.farsnews.com/newstext.aspx?nn=13950518000702

    A group of senior ISIL commanders have voiced their allegiance to Al-Qaeda leader Ayman al-Zawaheri and staged a coup against ISIL’s commander Abu Bakr al-Baghdadi in the Southwestern parts of Kirkuk province, informed sources disclosed on Monday.

    “This move by the ISIL commanders in Kirkuk province will be a heavy blow to the ISIL,” the Arabic-language media quoted an unnamed military sources as saying on Monday.

    The source noted that the coup will paly an important role in widening the rift among the ISIL commanders in other Iraqi province, including Nineveh.

    #calife_à_la_place_du_calife

  • La naissance de l’Etat islamique

    L’Etat islamique (EI) nait dans la lutte contre l’occupation américaine de l’Irak. Il s’étend en exploitant les révoltes populaires provoquées par les politiques violentes ou discriminatoires des gouvernements irakiens et syriens.

    Début 2004, le jihadiste jordanien Abu Musab al-Zarqawi forme Al-Qaïda en Irak. Il désirait chasser du pays autant les américains que les groupes religieux non-sunnites et filmait régulièrement des décapitations d’otages. Il s’autonomise rapidement de la direction centrale de Al-Qaïda, en Afghanistan. Le cercle Ben Laden s’inquiétait en effet de son comportement immodéré qui risquait de compromettre le soutien populaire à Al-Qaïda et à l’insurrection.

    Zarqawi désirait mener à bien ses projets en regroupant les sunnites du Nord sous la bannière d’un Etat islamique d’Irak (EII). Cet Etat est proclamé en octobre 2006 malgré la mort de Zarqawi quatre mois plus tôt. C’est un échec. Le millénarisme exacerbé du mouvement l’empêche de faire des choix stratégiques rationnels. L’EII s’en prend aux tribus et à toutes les factions qui refusent de lui faire allégeance. L’émir de l’EII est tué par les forces américaines en avril 2010.

    Abu Bakr al-Baghdadi prend la relève. C’est un ancien étudiant en sciences coraniques passés par les Frères Musulmans et les geôles américaines.

    Les Etats-Unis se retirent d’Irak en 2011, laissant des chiites sectaires au pouvoir et une armée nationale très faible. L’EII remonte en puissance alors que les jihadistes irakiens adaptent leur stratégie : la guérilla affaiblit le gouvernement, mais l’établissement de l’Etat islamique prophétisé passe par un véritable soutien populaire. Il faut respecter les structures du pouvoir et les pratiques religieuses locales pour s’allier les tribus et leur clientèle. Il faut proposer une alternative à la corruption des autorités centrales.

    Le Printemps arabe permet à l’EII d’étendre ses activités à la Syrie où se trouvait déjà d’importants réseaux jihadistes, établis avec le soutien du régime contre les Etats-Unis. Baghdadi n’annonce sa présence dans le pays qu’en 2013, lorsqu’il agrandit l’organisation en Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Il rompt officiellement avec Al-Qaïda alors que l’EIIL se répand dans le Nord de l’Irak, enlevant Falloujah, puis Mossoul, ouvrant la route vers Bagdad.

    En juin 2014, au sommet de son exposition médiatique, Baghdadi se déclare « commandeur des croyants », un titre réservé aux califes successeurs de Mahomet et qu’avait déjà adopté le Mollah Omar lorsqu’il avait créé son émirat en Afghanistan.

    L’Etat islamique se caractérise depuis par une volonté réelle d’être un « Etat », c’est-à-dire d’administrer sa population, en lui fournissant des services et en l’encadrant.

    - William McCants, The ISIS Apocalypse : the history, strategy and doomsday vision of the Islamic State, St. Martin’s Press, 2015.

    – Charles Lister, « Jihadi Rivalry : The Islamic State Challenges al-Qaida », in : Brookings Doha Center Analysis Paper, n°16, janvier 2016.

    #islamisme #Etat_islamique #Irak #Syrie #Al-Qaida

  • Daesh explica por qué no ataca a Israel - HispanTV, Nexo Latino
    http://hispantv.com/newsdetail/oriente-medio/220044/isis-ei-explica-razones-ataques-israel

    Daesh explique pourquoi la lutte en #palestine n’est pas un objectif si prioritaire que ça.

    «Si observamos la realidad del mundo de hoy, vemos que este se encuentra totalmente gobernado por el politeísmo y sus leyes, a excepción de las regiones en las que Alah ha hecho posible que el EIIL establezca su religión. Por lo tanto, luchar en Palestina (contra Israel) no es distinto de luchar en otros lugares», justificó Daesh.

    Según el texto, la lucha contra el régimen de Tel Aviv vendrá después, y la harán los musulmanes palestinos. Además, los musulmanes sirios y egipcios, después de derrocar a sus propios gobiernos, ayudarán a los palestinos en su batalla contra el régimen israelí.

    Asimismo, aduce que, una vez que los regímenes árabes que defienden a Israel sean derribados, entonces los combatientes de Daesh podrán cruzar las fronteras y enfrentarse al ejército israelí directamente.

    El artículo también critica con dureza a los líderes árabes que han presionado durante décadas con la idea de que «Palestina es la causa principal de los musulmanes».

    • Comme quoi tout le monde est d’accord ! Da’ich dit que la lutte contre Israël n’est pas la cause principale des musulmans, et Israël que Da’ich n’est pas la menace prioritaire...

      A ce sujet, ce petit dessin animé est à voir.
      Il y en a toute une série :
      The Bigh Daddy show : Al-Baghdadi’s Projects for the Caliphate
      https://www.youtube.com/watch?v=TGJM5lypQSM

      La BBC présente ainsi les auteurs :
      http://www.bbc.com/news/blogs-trending-35872157

      A group of Iraqi and Syrian comedians, some of whom live in areas controlled by IS, are mocking the extremists online. In one skit, the IS leader Abu Bakr al-Baghdadi appears as the animated star of the “Bigh Daddy Show”.

      Humm...

    • Si je me souviens bien, c’est une série destinée à lutter contre la « radicalisation »... Je serais très étonné que ça intéresse vraiment les personnes concernées, peut-être des enfants très très jeunes ! Mais tant qu’il y a des dollars pour faire tourner la machine...

  • La branche libyenne de l’EI appelle les shebabs somaliens à la rallier
    http://www.rfi.fr/afrique/20160112-branche-libyenne-ei-apelle-shebabs-somalie-rejoindre?ns_mchannel=fideli

    En Libye, l’organisation Etat islamique continue de se renforcer notamment en faisant appel au renfort de jihadistes venus de l’étranger. Le groupe tente de faire depuis près d’un an de son fief de Syrte un nouveau pôle d’attraction pour les combattants étrangers. La branche libyenne du groupe EI a diffusé ce mardi une vidéo de Libye, dans laquelle des jihadistes somaliens s’expriment. Un appel envoyé aux shebabs somaliens restés dans le giron d’al-Qaïda à faire allégeance à l’émir irakien Abu Bakr al-Baghdadi.

    #is #isis #daesh #libye #somalie

  • Why defeating al-Qaeda and its allies is a top priority for Assad rather than ISIS? ISIS is a “marionette”. | Elijah J. Magnier
    https://elijahjm.wordpress.com/2016/01/09/why-defeating-al-qaeda-and-its-allies-is-a-top-priority-for-assa

    The question is often speculated about the reasons why Russia, Syria, Iran and the “Hezbollah” Lebanon attack mainly but not exclusively al-Qaeda fi bilad al-Shan (Jabhat al-Nusra) and its allies among the Syrian opposition rather than attacking the so-called “Islamic state” group, also known as “ISIS”, “ISIL”, “IS” or “Daesh”. For years, many Middle Eastern analysts consciously believed that a sort of “alliance exist between Assad and ISIS leader Abu Bakr al-Baghdadi”. This sort of ignorance in Middle Eastern dynamic emanates from a long lasting “conspiracy theory” that managed to affect prestigious media worldwide.

    None the less, the Syrian Army command, and now its allies, have avoided clashing with ISIS in many occasions and on several fronts. In few words, ISIS is said to be “much easier and less urgent to defeat than al-Qaeda in Syria”. Also, as key players in the Middle East and the United States of America have benefitted from ISIS presence and expansion in Syria and Iraq for various reasons, so Assad and its allies did.

    The answer to such a strategy comes from one of the highest decision maker of the joint operations room in Damascus that includes Russia, Syria, Iran and Hezbollah Lebanon (3+1).

  • Some New Revelations About The Capture of Turkish Diplomats in Mosul
    http://www.abbaskadhim.com/?p=316

    A recording was recently released shows parts of a hearing conducted by an Iraqi parliamentary committee, chaired by Iraqi MP Hakim Al-Zamily, to investigate the fall of Mosul. The witness is the director of Iraqi Intelligence Office in Mosul, who served for four years in the city until June 10, 2014, when the Mosul was taken by ISIL. His testimony, which is based on his personal observations and the gathered intelligence by his office, may shed some light on the circumstances of this unusual case of diplomatic security failure.

    […]

    “In the last five years, setting aside the [Iraqi] state, Turkey invited all Sunni tribes in Mosul to Turkey. Turkey hosted them. They came in, stayed, ate, and made plans. On 11 June 2014, then all gave allegiance to Abu Bakr Al-Baghdadi.”

    Indeed, we do not need to speculate about the negative Turkish role in Iraq when we can take it clearly articulated from the horse’s mouth. In the same statement to the Turkish Parliament Mr. Öztürk Yılmaz said the following:

    “On the one hand we say about our relations with Baghdad: ‘We support the territorial integrity of [Iraq], we support its independence.’ But we are doing all kinds of things that would violate the independence and territorial integrity. Is this something that defines our neighborhood policy?”

  • Former US Intelligence Chief Discusses Development of IS - SPIEGEL ONLINE
    29 novembre 2015 Interview Conducted By Matthias Gebauer and Holger Stark
    http://www.spiegel.de/international/world/former-us-intelligence-chief-discusses-development-of-is-a-1065131.html

    SPIEGEL ONLINE: In February 2004, you already had Abu Bakr al-Baghdadi in your hands — he was imprisoned in in a military camp, but got cleared later as harmless by a US military commission. How could that fatal mistake happen?

    Flynn: We were too dumb. We didn’t understand who we had there at that moment. When 9/11 occurred, all the emotions took over, and our response was, “Where did those bastards come from? Let’s go kill them. Let’s go get them.” Instead of asking why they attacked us, we asked where they came from. Then we strategically marched in the wrong direction.

    SPIEGEL ONLINE: The US invaded Iraq even though Saddam Hussein had nothing to do with 9/11.

    Flynn: First we went to Afghanistan, where al-Qaida was based. Then we went into Iraq. Instead of asking ourselves why the phenomenon of terror occurred, we were looking for locations. This is a major lesson we must learn in order not to make the same mistakes again.

    SPIEGEL ONLINE: The Islamic State wouldn’t be where it is now without the fall of Baghdad. Do you regret ...

    Flynn: ... yes, absolutely ...

    SPIEGEL ONLINE: ... the Iraq war?

    Flynn: It was huge error. As brutal as Saddam Hussein was, it was a mistake to just eliminate him. The same is true for Moammar Gadhafi and for Libya, which is now a failed state. The historic lesson is that it was a strategic failure to go into Iraq. History will not be and should not be kind with that decision.

    et ce n’est pas un rigolo qui le dit :

    US General Mike Flynn : The Iraq war « was a huge error. »

  • Les Inrocks - Camp Bucca : la prison américaine qui a fait naître Daesh
    http://www.lesinrocks.com/2015/12/01/actualite/camp-bucca-la-prison-americaine-qui-a-vu-passer-9-hauts-dirigeants-de-da

    Abu Bakr al-Baghdadi n’a pas toujours été à la tête de Daesh : l’organisation terroriste a été créée en 2004, comme le rappelle Myriam Benraad, spécialiste de l’Irak et du monde arabe associée à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (Iremam), auteure d’Irak, la revanche de l’histoire, contactée par les Inrocks :

    La formation de l’Etat islamique n’est pas un processus linéaire, mais la conjonction d’un certain nombre de facteurs. Les années 2003-2004 vont être décisives dans ce qui va devenir ensuite l’Etat islamique d’Irak en 2006.

    Et la chercheuse de pointer les “détentions arbitraires” perpétrées par les militaires américains dès leur arrivée en Irak en mars 2003, qui visaient majoritairement les populations sunnites, “associés à l’ancien régime”.

    “Sur ces bases américaines, l’armée s’est s’adonnée à un certain nombre de dérapages similaires à ce qu’on a observé à Abou Ghraib et à Guantanamo”, continue-t-elle. Le camp Bucca, rebaptisé en hommage au pompier Ronald Bucca tué pendant les attaques du 11 septembre 2001, a en effet été la “cible d’accusations d’abus sur ses détenus par des associations de défense des droits de l’homme, qui ont notamment dénoncé l’emprisonnement de détenus pendant des années sans aucune charge retenus contre eux”, souligne l’Associated Press.

    “Il y a eu des choses extrêmement graves. Cela reste une obsession des gens de l’Etat islamique, ils en parlent en permanence”, insiste Myriam Benraad. “Les tortures, viols, humiliations, sont au cœur de leur revanche. Ils s’adonnent aujourd’hui aux mêmes exactions qu’ils condamnaient.”

    #Etats-Unis #catastrophe

  • ISIS turns on its creator, a marginalized, drained al-Qaida - Middle East - Israel News | Haaretz
    http://www.haaretz.com/news/middle-east/.premium-1.651107

    Ideology is far from the best to tool to use when attempting to decipher the constantly shifting kaleidoscope of Jihadist alliances, from Syria to Afghanistan.
    By Zvi Bar’el

    A special event is rocking jihadist groups these days. This week, for the first time in twenty years, The Afghani Taliban published the life story of their leader Mullah Omar. Omar, who hosted and protected Osama Bin Laden before the attacks on September 11, took great care for many years to remain undercover, fostering a secretive, mysterious image. He was known to very few people, his photo was never published and his lifestyle and whereabouts were unknown.

    Thus the publication of his history, education and numerous feats against the “American enemy” is an exceptional occurrence evoking much interest, particularly due to its timing. According to Afghani and Pakistani pundits who follow Islamic organizations in the two countries, the reason for shedding the layer of mystery around Omar is the increasing defection of senior Taliban leaders towards the Islamic State (ISIS or ISIL) organization, based on their sense that the Taliban leader can no longer fulfill the prime mission of the group, that he is disconnected from his followers and mainly because Taliban funding sources are drying up.

    Other sections of the Taliban oppose the attempts at reconciliation with the Afghani government, concerned that this reconciliation – the success of which is doubtful – will isolate the Taliban from their power bases. This requires that Mullah Omar appear in public, presenting himself as the only leader in the eyes of the Taliban, thus trying to stanch the flow of deserters going to the “ISIS caliphate of Khorasan,” which is portraying itself as the sole representative of Islamist groups in Afghanistan, Pakistan, Iran and India.

    At the other end of the Middle East there have been recent reports that Al-Qaida leader Ayman al-Zawahiri is considering stepping down as the group’s leader. These reports claim that he has transmitted messages to various branches of the group, releasing them from their vows of allegiance to the group, calling on them to join other Islamist groups, including Islamic State, and continue operating within them. The most detailed such report comes from Ayman Din, a former Al-Qaida operative, who left the organization in the 1990s but still maintains close ties to Islamic groups.

    In an interview to the London daily Al-Khayat, he related that al-Zawahiri feels he can no longer compete with Islamic State. Even though he’s succeeded in setting up three new branches - in Somalia (the al- Shabab organization), in Egypt’s Sinai and in India - the internal conflicts within these branches, including the most important one in Yemen, where some of his operatives crossed the lines and joined Islamic State, have transformed Al-Qaida into a secondary and even marginal group.

    In Syria too, in which Al-Qaida operates through its proxy Jabhat al-Nusra, headed by Abu Mohammed al-Joulani, al-Qaida’s situation is not great. Jabhat al-Nusra linked up with al-Qaida at a late stage of the civil war in Syria, following a bitter clash between al-Joulani and Islamic State leader Abu Bakr al-Baghdadi. Al-Baghdadi, who headed Al-Qaida in Iraq before arriving in Syria, was told by al-Zawahiri to return to Iraq and conduct operations from there, leaving Jabhat al-Nusra to conduct the war in Syria. Al- Baghdadi, who was already in control of many areas of Syria, rejected this demand and in effect announced the severing of his links with al-Qaida, heaping abuse at al-Zawahiri in the process.

    However, it seems that the leadership of Jabhat al-Nusra is also facing a serious dilemma. Qatar, which has financed and fed the group for years, wants the group to dissociate itself from al-Qaida and join what are mistakenly labeled the “moderate” groups. The objective of this is to remove Jabhat al-Nusra from the U.S. Administration’s list of terrorist groups, thus allowing Qatar to support it directly without causing itself any embarrassment. It would thus join the common struggle against Islamic State and Syrian president Bashar Assad.

    However, Jabhat al-Nusra, which controls several strategic areas such as parts of the Syrian city of Idlib, parts of the Golan Heights and the Daraa area, has yet to make a choice. The group can’t see any advantage in dissociating from al-Qaida, which would force it to join the fighting alongside groups that differ from it ideologically, and possibly even having to share control over areas it already holds and from which it currently reaps financial profits.

    On the other hand, rejecting Qatar’s demands risks losing the financial support it enjoys. If Qatar convinces Turkey to join the attempts to budge Jabhat al-Nusra, its refusal may also block the vital free passage to and from Turkey, now available to its fighters. These calculations illustrate the fact that loyalty to al-Qaida or its absence is not dependent on ideological grounds but on pragmatic considerations that relate to the group’s very survival. The faction is therefore considering setting up a new group with a different name, which will allow its removal from the list of terrorist groups and secure its funding. However, such a move may lead to further splitting of the group, which will weaken it militarily and thus debilitate its bargaining power vis-à-vis Qatar.

    Jabhat al-Nusra was dealt another severe blow this week when it lost the battle for the Yarmouk Palestinian refugee camp in southern Damascus. The most significant armed group within the camp is the Hamas-affiliated Aknaf Bayt al-Maqdis. As such, it is supported by the Muslim Brothers in Syria, the rivals of Jabhat al-Nusra. This rivalry played well into the hands of Islamic State - and according to some reports, al-Nusra activists even assisted Islamic State fighters in their battles with the Hamas-linked group.

    It’s doubtful whether these moves by Jabhat al-Nusra, the Syrian branch of al-Qaida, were coordinated with or reported to Ayman al-Zawahiri, who is ideologically far removed from both Islamic State and the Muslim Brothers. The constantly shifting kaleidoscope that presents new patterns of alliances - often illogical - between different groups, makes the exact pigeonholing of each group irrelevant. It no longer makes any difference if Jabhat al-Nusra is linked to al-Qaida or is even financed by it, if in some local arenas it cooperates with Islamic State while in others it fights it. This is also how one should relate to the “pledge of allegiance” to Islamic State, taken by more than 30 Islamic groups across the world, or to the abandonment of al-Qaida by some of these groups. Islamic State needs these allegiances in order to portray itself as the largest and strongest organization, and in order to depose - if not to eradicate - al-Qaida as a competing organization. This is the same manner in which al-Qaida operated before a competitor that now threatens its existence grew within its own ranks.

    At the outset, Osama Bin Laden distinguished between two kinds of enemies. The nearby ones; those Arab or Muslim regimes who are not implementing Islam correctly - and the distant enemy, mainly the West, intent on disseminating its culture and controlling Islamic states while endangering their religious values. The fight against the two enemies must be waged in parallel, determined Bin Laden. Following the wars in Iraq and Afghanistan, the distant enemy became much more accessible due to its presence in these occupied countries. This fact helped al-Qaida recruit supporters based not only on religious grounds but on national ones, thus mobilizing thousands of volunteers across Muslim nations for a war against the occupying Western armies.

    Subsequently, Bin Laden set up branches in most Muslim nations, basing them on local radical and terrorist groups whose main aim was to fight local regimes - but who also provided activists for international operations. On this al-Qaida infrastructure, Abu Bakr al-Baghdadi is basing his widespread control network. With such a structure, Islamic State can afford to suffer defeat in one country or region, but its infrastructure will continue to exist, continuing to absorb local al-Qaida branches.

  • Le Mollah Krekar, réfugié en Norvège, n’est pas Charlie

    

    Ce soir à la télé publique norvégienne - à une heure de grande écoute - le peuple Norvégien a pu assister à une interview totalement hallucinante du Mollah Krekar, retransmise sans coupure. J’en ai fait une transcription en Français presque complète, vous la trouverez ci-dessous, ce qui vous donnera une idée de ce qu’on peut dire en public à la télé norvégienne (et ressortir libre du studio) pendant qu’en France on fout des mômes de 8 ans en garde à vue quand ils disent des trucs idiots qu’ils ne comprennent pas eux-mêmes.

    Le Mollah Krekar, Najmuddin Faraj Ahmad de son vrai nom, c’est ce sympathique personnage né en 1957, originaire du Nord de l’Irak, arrivé en Norvège en 1991 avec un contingent de réfugiés.

    Il est marié et a quatre enfants, lesquels - comme son épouse - sont de nationalité norvégienne. Il a fondé et dirigé le mouvement Ansar al-Islam entre 1991 et 2002.

    Alors qu’il avait le statut de réfugié, il a fait plusieurs voyage au Moyen-Orient.

    Au début des années 2000, il a exprimé son soutien à Oussama ben Laden, mais a nié être affilié avec Al-Qaïda. "Mollah" est un titre honorifique utilisé de plusieurs manière dans l’Islam. Ce sont souvent des juristes formés dans des universités islamique. Krekar, lui, a une maîtrise en droit islamique.

    Un avis d’expulsion de Norvège a été prononcé contre lui en Février 2003 pour des raisons de sécurité nationale, avis que la Haute Cour a confirmé en 2007. Mais en réalité, il est inexpulsable car la Norvège ne peut pas garantir qu’il ne soit pas zigouillé dès qu’il aura remis les pieds en Irak. Depuis 2006, il figure sur la liste des terroristes établie par les Nations unies.

    En décembre 2012, il a écopé d’une peine d’un peu moins de trois de prison pour des menaces de mort sur la personne d’Erna Solberg, actuelle première ministre et trois activistes kurdes réfugiés en Norvège. Il a été libéré en janvier 2015, et depuis, les autorités norvégiennes savent plus trop quoi en faire : l’isoler dans un petit village sur la côte ouest avec interdiction de voyager ou l’expulser vers l’Italie.

    En attendant, la NRK lui a déroulé le tapis rouge pour une interview ce mercredi soir 25 février, au cours de laquelle il a successivement affirmé être super content des meurtres de l’équipe de Charlie, être en faveur de tuer les norvégiens qui osereraient se moquer de l’Islam, et prêt à faire allégeance au calife des califes de l’Etat islamique, al-Baghdadi. Rien que ça.

    Mais ce soir, tout le monde se demande pourquoi il a tenu ce langage et fait ces réponses, puisque vivant en Norvège depuis plus de vingt ans, il savait parfaitement bien que son discours tombait sous le coup des lois contre l’apologie du terrorisme et des meurtres (la presse explique ce soir que la police est en train de décrypter soin interview pour lister tous les cas de violation à la loi, et éventuellement l’arrêter).

    Et nous nous demandons si, sachant sa "fin norvégienne" assez proche puisque les autorités recherchent tous les moyens de l’expulser et qu’ils y arriveront bien un jour (la Norvège expulse des familles entières en Irak en ce moment), il n’a pas voulu délibérément tenir des propos dont il savait pertinemment qu’ils allaient le ramener directement vers la case prison (et donc redevenir complètement inexpulsable). Il y a une autre possibilité : Il sait qu’il va tôt ou tard revenir en Irak de manière forcée, et il tient un discours qui "prépare" son arrivée et sa probable rencontre avec les responsables du califat.

    Voici les références des principaux papiers parus ce soir, mais demain, la presse sera pléthoriquement pleine d’analyses.

    Politiet gjennomgår nye Krekar-uttalelser
    http://www.abcnyheter.no/nyheter/2015/02/25/218751/krekar-nordmenn-som-tegner-muhammed-ma-do

    Terroraksjonen i Paris gjorde meg glad
    http://www.nrk.no/norge/_-terroraksjonen-i-paris-gjorde-meg-glad-1.12225035

    Sjå Krekar-intervjuet
    http://www.nrk.no/video/PS*199462

    Hvis noe skjer med meg er det Krekar sin skyld
    http://www.nrk.no/norge/_-hvis-noe-skjer-med-meg-er-det-krekar-sin-skyld-1.12229577

    No blir det endå vanskelegare å sende Krekar til Irak
    http://www.nrk.no/norge/_-no-blir-det-enda-vanskelegare-a-sende-krekar-til-irak-1.12229769

    Et maintenant, la transcription de l’interview. Accrochez-vous, le mec est totalement taré de chez taré (mais pas complètement fou quand même parce que quand le journaliste lui demande s’il fera allégeance à al-Baghdadi, il répond que euh... peut-être pas tout suite parce que "je le connais pas encore assez bien". Pour le reste c’est de la folie psychopatique et donc : #brrr...

    C’est brut de fonderie, il reste des fautes que je corrigerai petit à petit en reprenant le billet dans les semaines qui viennent.

    –— --- --- --- --- --- --- ---
    Transcription de l’interview du Mollah Krekar sur NRK le Mercredi 25 février 2015
    –— --- --- --- --- --- --- ---

    Journaliste : « Un homme a brûlé un Coran. Il habite en Norvège : mérite-il de perdre la vie ? »

    Mollah Krekar : « Celui qui brûle un Coran, c’est une insulte, il mérite la mort. Lui, [en brûlant le Coran] il a commis un crime qui mérite la mort. C’est la communauté musulmane qui a la responsabilité d’exécuter la punition, et cela, où qu’il se trouve, en Norvège où aux Etats-Unis. Moi, là, je menace personne. Je rappelle simplement ce qu’en théorie est la loi, ce qui est écrit dans le Coran. Je n’ai pointé personne en disant toi, on va te tuer ! ».

    Journaliste : « Cet homme qui a brûlé le Coran, dit avoir peur que quelqu’un se sente inspiré par vos propos et l’assassine. Qu’en pensez-vous ? »

    Mollah Krekar : « il doit craindre les Somaliens, les Indonésiens, les Africains, les Tchétchènes, qui que ce soit qui suit et respecte le Coran. Il n’a pas à avoir peur de moi, mais il doit craindre le crime qu’il a commis et la punition qui tôt ou tard sera exécutée. Et il ne s’agit pas seulement de ceux qui m’ont entendu : n’importe qui connaissant la loi peut le tuer. N’importe qui. On défend notre religion avec notre sang. Il y a des limites et nos limites se défendent avec notre sang, avec des bombes. Ceux qui insultent notre religion doivent savoir que l’un de nous va mourir. Ceux qui insultent notre religion et notre foi doivent savoir qu’ils s’engagent dans une guerre mortelle ».

    Journaliste : « Mais vous, vous sentiriez vous apaisé si cette homme venait à être assassiné ? »

    Mollah Krekar : « Oui, bien sur, j’enverrai même un cadeau à celui qui aura le courage de le tuer. Je me demande bien pourquoi je ne me réjouirai pas de sa mort ».

    Journaliste : « Est-ce que ça veut dire que vous -vous réjouissez de l’attaque contre Charlie-Hebdo à Paris et celle contre Lars Vilks à Copenhague ?

    Mollah Krekar : « Sur le Danemark je sais peu de chose, mais bien entendu, je suis très content de ce qui s’est passé en France ».

    Journaliste : « Ceux qui ont mené l’attaque contre Charlie-Hebdo, qu’avez-vous envie d’en dire ? »

    Mollah Krekar : « Ils ont défendu leur foi, ce qu’ils ont de plus sacré ».

    Journaliste : « C’était des héros ? »

    Mollah Krekar : « Non, c’était des djihadistes ».

    Journaliste : « Souhaitez-vous qu’il y ait en Norvège des « héros » de ce type ? »

    Mollah Krekar : « Non, pas vraiment. Je ne dis pas ça parce que j’habite en Norvège, mais vraiment, la France méritait cela. Mais si la Norvège fait la même chose que ce que la France a fait, alors là oui, la Norvège mériterait le même châtiment ».

    Journaliste : « Et si en Norvège, pour la première fois, un dessinateur représenterait Mahomet, trouveriez-vous juste et normal qu’un islamiste ou un sympathisant l’assassine ? »

    Mollah Krekar : « Ce n’est pas moi qui « autoriserait » cela, mais ce que je peux dire, c’est que le dessinateur dans ce cas est un « guerrier » qu’on a le droit d’abattre. Dans ce cas, il ne faut pas utiliser des explosifs qui risquerait de blesser des innocents ».

    Journaliste : « donc s’il est seul, ça va ? »

    Mollah Krekar : « Certainement ! parce qu’il a piétiné notre dignité, nos principes et notre foi ! il doit mourir. Celui qui ne respecte pas 30 % de la population mondiale (musulmane, donc), n’a aucunn droit de vivre ».

    Journaliste : « Mais il y a des journaux en Norvège, des médias dont la NRK [télévision publique norvégienne où le Mollah Krekar est interviewé…] qui ont publié ces caricatures de Mahomet ? »

    Mollah Krekar : « Oui… En fait [Mollah Krekar un peu emmerdé hésite...], vous savez, c’est le premier coup qui compte. Par exemple, le Jyllandsposten au Danemark a publié le premier ces abominables caricatures en 2005 au Danemark. C’est sur eux que le châtiment doit s’appliquer ! après, elles ont été reproduites dans plus de 13 pays pour essayer de réduire la pression sur le Danemark. Ce n’est pas une chose à faire, bien sur, c’est mal, mais c’est le premier qui a publié qui mérite la sentence [de mort]. Ceux qui se moquent de notre religion doivent savoir que nous, on fait pas comme les juifs qui s’en accommodent. Nous, on vit et on meurt pour notre religion, rien n’est plus sacré que notre religion. Ceux qui offensent notre religion doivent savoir que nous leur lancerons des bombes.

    [note : ici, il y a une subtilité dans la langue norvégienne sur le verbe « å støte - avec un seul t - qui veut dire « offenser » et le verbe « å støtte » - avec deux tt - qui veut dire « soutenir » - faut donc, avec des mecs comme Krekar, faire attention au nombre de « t » que vous utilisez. On sait jamais, ces gens là se sont montrés assez susceptibles ces derniers temps].

    Nous n’avons absolument aucune tolérance pour cela. On ne vit pas pour notre vie, ni pour notre estomac, On ne vit que pour notre religion ».

    Journaliste : « Trouvez-vous bien que les jeunes norvégiens musulmans partent faire la guerre au Moyen-Orient pour soutenir le Djihad ? »

    Mollah Krekar : « Les jeunes gens, filles et garçons, qui partent faire le Djihad devraient réfléchir, et sérieusement étudier la région et les types de combats auxquels ils vont être confrontés. Et surtout, ce qu’ils veulent vraiment faire en allant là-bas. Ils peuvent alors partir sans prendre le risque de revenir après six mois s’ils sont déçus. Même s’ils ne sont là-bas que pour balayer les rues. Celui qui part faire le Djihad ne doit pas revenir. Il doit rester. S’il revient, ça fout vraiment le bazar dans les communautés musulmanes, les services de renseignement s’en mêle et ça met une forte pression sur les musulmans ».

    Journaliste : « Pour vous, la guerre en Irak et en Syrie est-elle importante ? »

    Mollah Krekar : « Bien sur que c’est important ! Ce qui se passe en Syrie actuellement est très important. Le peuple voulait se débarrasser de l’ancien régime criminel. La seule voie à suivre pour la Syrie, c’est celle du Djihad, quoi qu’en disent les Occidentaux ».

    Journaliste : « Est-il important pour vous que l’établissement du califat se fasse avec un calife issu de la même famille que Mahomet ? »

    Mollah Krekar : « C’est un point crucial que les occidentaux ne comprennent pas. L’Islam, c’est pas comme la chrétienté (sic). Notre Islam, c’est un mouvement politique. la bible, c’est pas comme le Coran. Le Coran a plus de 500 versets sur la politique et la gouvernance, sur le droit et la justice. Dans la bible, rien du tout. Ça fait tout de même une grande différence, et dans l’Islam, il est impossible de distinguer la politique de la religion. C’est la même chose. L’établissement du Califat se fait sur des racines très profondément ancrées dans notre religion. Ce qui s’est passé en Syrie, c’est que le Dr. Abu Bakr al-Baghdadi a déclaré la création d’un califat que l’occident craint beaucoup. Deux points importants à propos d’al-Baghdadi :

    D’abord, tous les occidentaux craignent ce califat qui devrait aller du Maroc à l’Indonésie en passant par l’Afrique du Sud et la Tchétchénie, parce que nous, musulmans, nous soutenons ce calife parce que nous pensons qu’il est légitime.

    Ensuite, il faut comprendre que les vielles frontières sont caduques, elles sont effacées. La ligne Sykes-Picot n’existe plus ».

    Journaliste : « Est-ce que vous allez faire allégeance à ce Calife ? »

    Mollah Krekar : « Non, je ne suis pas prêt, parce que je ne le connais pas encore assez bien, et je ne sais pas très bien quelles règles il suit… Dans nos livres religieux, il y a sept conditions pour l’établissement d’un califat. Mais si je considère que c’est le calife, alors je lui ferai allégeance ».

    Journaliste : « Pensez-vous que ce califat ou un autre va s’étendre [prendre encore plus d’importance] dans le monde dans le futur ? ? »

    Mollah Krekar : « Le monde entier, je ne crois pas, dans dans les 20 ans qui viennent, le califat va s’affirmer et se solidifier, et qu’il jouera un rôle important dans la communauté internationale. Avec la volonté de Dieu, nous aurons notre Califat ».

    #norvège #mollah_krekar #djihadisme #charlie #syrie #irak #is #isis

  • Los yihadistas usan redes de tráfico de personas para regresar a Europa
    http://politica.elpais.com/politica/2015/02/06/actualidad/1423252928_862548.html

    La “amenaza” subrayada por este informe, que cifra “entre 30.000 y 100.000 los militantes” procedentes de Europa que se han unido al califato de Abu Bakr al-Baghdadi (líder del EI), es doble: la proliferación de mafias de tráfico de personas ante la estampida de civiles y la “entrada de elementos terroristas y retorno de excombatientes europeos usando las mismas redes”.

    (Ça me semble un peu extravagant, mais je signale.)

  • France’s much vaunted secularism is not the neutral space it claims to be | Giles Fraser | Comment is free | The Guardian
    http://www.theguardian.com/commentisfree/belief/2015/jan/16/france-much-vaunted-secularism-not-neutral-space-claims-to-be?CMP=fb_gu

    But there is a huge difference between targeting grand bishops in Rome and a beleaguered, economically fragile Muslim community that has received a great many knocks at the hands of the French state and its colonial past. Rabelaisian derision aimed at the House of Saud or Abu Bakr al-Baghdadi is one thing. But aimed at the disaffected banlieues it is bullying and goading. You have to be suspicious that French secularism is not the neutral thing it purports to be when racists such as Le Pen start defending it so enthusiastically. And yet there is nothing the leaders of al-Qaida want more than the French state to be seen to declare war on its religious citizens once again. They know that many young, disaffected Arab immigrants on the sink estates outside Paris are itching for a fight. The French government must not give it to them. And that means re-thinking their precious laïcité.

  • How Jordanians Came to Dominate #Al-Nusra_Front
    http://english.al-akhbar.com/node/23238

    Jordanians have played a central role in al-Nusra Front since its inception. After the “jihadist divorce” between al-Nusra and the Islamic State in Iraq and #syria (ISIS), Jordanian emigrants have enjoyed the lion’s share of power in the group’s chain of command.

    #Abu_Bakr_al-Baghdadi #Abu_Mohammed_al-Joulani #al-Qaeda #Articles #ISIS #jihadists #Jordan #Mideast_&_North_Africa

  • Attention, ça se complique : ISIS arrête une « cellule d’extrémistes religieux » qui accusent ISIS et son leader d’être des « infidèles ».

    ISIS arrests four jihadists who accused group of being “infidel”
    http://english.al-akhbar.com/content/isis-arrests-four-jihadists-who-accused-group-being-infidel%E2%80

    In a video purportedly posted by ISIS on jihadist websites, a male voice claims to have “captured an extremist religious cell planning to take up arms against the Caliphate,” referring to the regions it controls in both countries.

    In what ISIS said were confessions, the four detained men said they had plotted against ISIS as the group doesn’t view “all Iraqis and Syrians as infidels.”

    The men, speaking Azerbaijani Turkish, accused ISIS leader Abu Bakr al-Baghdadi of being “an infidel as he takes money from infidels.”

  • http://www.theguardian.com/world/2014/dec/11/-sp-isis-the-inside-story?CMP=share_btn_fb
    Traduction de Isis : the inside story . Yamine Makri

    L’Etat islamique e l’Irak et du Levant vu de l’intérieur
    Martin Chulov, The guardian

    (Un article du Guardian que j’ai traduit qui donne quelques précisions sur cette organisation.)

    L’un des commandants supérieurs de l’Etat islamique révèle des détails sur les origines de cette organisation à l’intérieur même d’une prison irakienne, juste sous le nez de leurs geôliers américains.

    À l’été 2004, un jeune djihadiste enchainé marche lentement dans la prison du Camp de Bucca, dans le sud de l’Irak. Il est nerveux lorsque deux soldats américains le conduisent à travers trois bâtiments lumineux et un dédale de couloirs, dans une cour ouverte. D’autres hommes portant des uniformes de prison aux couleurs vives reculent prudemment, en le regardant.

    « J’ai reconnu certains d’entre eux tout de suite » m’a-t-il dit. « J’avais craint le camp de Bucca. Mais quand je suis arrivé, c’était beaucoup mieux que ce que je pensais. »
    Le djihadiste, qui utilise le nom de guerre d’Abû Ahmad, est arrivé au Camp de Bucca lorsqu’il était jeune homme il y a une décennie, il est maintenant un haut fonctionnaire dans l’État islamique (Isis), avoir gravi tous les échelons avec aussi la plupart des hommes qui avaient servi à ses côtés en prison. Comme lui, les autres détenus avaient été capturés par des soldats américains dans différentes villes d’Irak et conduit à cet endroit qui était déjà tristement célèbre : une prison-forteresse au milieu désert qui restera un des héritages de la présence américaine en Irak.

    Les autres prisonniers étaient également terrifiés par le camp de Bucca, mais ils se sont vite rendu compte que, loin de leurs pires craintes, la prison américaine pouvait être une opportunité extraordinaire : « Nous ne pourrions jamais être tous réunis comme ceci à Bagdad, ou n’importe où ailleurs » dit-il. « Cela aurait été incroyablement dangereux et risqué. Ici, nous n’étions pas seulement en sécurité, mais nous étions aussi à quelques centaines de mètres des uns des autres avec l’ensemble des dirigeants d’Al-Qaida. »

    C’est au Camp de Bucca qu’Abû Ahmad a rencontré Abu Bakr al-Baghdadi, l’émir de l’Etat islamique qui est maintenant décrit comme le chef terroriste le plus dangereux du monde. Dès le début, « d’autres hommes dans le camp semblaient s’en remettre à lui. Mais aucun de nous ne savait qu’il allait finir en tant que leader. »

    Abû Ahmad était un membre essentiel dès la première incarnation du groupe. Jeune homme, il militait contre l’occupation américaine qui essayait d’imposer un changement de pouvoir en Irak en favorisant la population chiite du pays au détriment des sunnites dominants. (…)

    Abû Ahmad a accepté de parler publiquement après plus de deux années de discussions, au cours de laquelle il a révélé son passé comme l’un des militants les plus redoutables de l’Irak – il a voulu partagé sa profonde inquiétude pour l’Isis et l’avenir de la région. Avec l’Irak et la Syrie en feu, tous le Moyen-Orient est apparemment condamnés à une nouvelle génération de troubles et d’effusions de sang. La brutalité d’Isis est de plus en plus en contradiction avec ses propres idéaux.

    Ses doutes au sujet de ce que l’État islamique est devenu l’ont conduit à parler au Guardian en une série de conversations expansives, qui offrent une perspective unique sur son leader énigmatique et la naissance du groupe armé - qui s’étend de 2004, quand il a rencontré Abu Bakr al -Baghdadi au Camp de Bucca, à 2011, lorsque l’insurrection irakienne a traversé la frontière vers la Syrie.

    Au début, de retour du Camp de Bucca, le prisonnier qui allait devenir l’homme le plus recherché du monde s’était déjà mis à l’écart des autres détenus. Mais, Abû Ahmad nous rappelle, que les geôliers américains avaient une très différente impression de Al-Baghdadi. Ils le voyaient comme une personne influence, conciliante et apaisante dans un environnement incertain et ils se tournèrent vers lui pour les aider à résoudre les conflits entre les détenus. « J’avais ce sentiment qu’il nous cachait quelque chose. Il était à l’opposé des autres émirs qui étaient beaucoup plus facile d’accès. Il se tenait à distance, loin de nous tous. »

    Baghdadi est né Ibrahim ibn al-Badri Awwad al-Samarrai en 1971, dans la ville irakienne de Samarra. Il a été détenu par les forces américaines à Falloujah, à l’ouest de Bagdad, en Février 2004, quelques mois après qu’il ait contribué à fonder un groupe militant, Jaysh Ahl al-Sunna wal-Jama‘a, qui avait pris racine dans les communautés sunnites agitées autour de sa ville natale.

    « Il a été capturé dans la maison de son ami », a déclaré le Dr Hisham al-Hashimi, un analyste qui conseille le gouvernement irakien sur l’Isis. « Le nom de son ami était Nasif Jasim Nassif. Puis il a été déplacé à Bucca. Les Américains n’ont jamais su qui ils étaient. La plupart des autres prisonniers avec Baghdadi - quelques 24 000 hommes, répartis en 24 camps – semblaient ne pas le savoir non plus. La vie dans la prison était organisée selon des règles strictement hiérarchiques. La couleur des uniformes permettait aux geôliers et aux prisonniers de reconnaître la place de chaque détenu dans cet ordre hiérarchique. « La couleur des vêtements que nous portions reflète notre statut, a déclaré Abû Ahmad. Si je me souviens bien, rouge était pour les gens qui avaient fait des choses mal en prison, blanc était un chef, vert était pour les longues peines et jaune et orange étaient pour les autres. »

    Lorsque Baghdadi, 33 ans, est arrivé à Camp de Bucca, l’insurrection anti-américaine sunnite prenait de l’ampleur à travers l’Irak central et occidental. Une invasion qui avait été vendu comme une guerre de libération était devenue une guerre d’occupation. Les sunnites irakiens, privés de leurs droits par le renversement de Saddam Hussein, s’engageaient dans la lutte contre les forces américaines et ils commençaient à tourner leurs armes vers les bénéficiaires du renversement de Saddam Hussein, la majorité de la population chiite du pays.
    Le petit groupe militant qui a dirigé Al-Baghdadi était l’un des dizaines qui ont germé à partir d’une large révolte sunnite dont beaucoup allaient bientôt se réunir sous le drapeau d’al-Qaïda en Irak, puis l’Etat islamique d’Irak. C’étaient les précurseurs de ce mastodonte maintenant connu simplement comme l’Etat islamique, qui a, sous le commandement de Al-Bagdhadi, envahi une grande partie de l’ouest et du centre du pays et est de la Syrie, et qui a finalement provoqué le retour de l’armée américaine dans une région profondément déstabilisé, moins de trois année après l’avoir quitté, jurant à l’époque de ne plus jamais revenir.

    Mais à l’époque de son séjour à Bucca, le groupe de Al-Baghdadi était peu connu, et il était une figure beaucoup moins importante que le chef de file théorique de l’insurrection, l’impitoyable Abou Moussab al-Zarqaoui, qui est venu à représenter la somme de toutes les peurs pour beaucoup en Irak, en Europe et aux États-Unis. Al-Baghdadi, cependant, avait une façon unique de se distinguer des autres leaders potentiels à l’intérieur et à l’extérieur de Bucca et dans les rues de l’Irak :il revendiquait d’une ascendance d’une lignée directe au Prophète Muhammad. Il avait également obtenu un doctorat en études islamiques de l’Université islamique de Bagdad, ce qui légitimera sa demande sans précédent de devenir le calife du monde islamique en Juillet 2014.

    « Al-Baghdadi était une personne calme » dit Abû Ahmad. « Il a un charisme. On sentait qu’il était quelqu’un d’important. Mais s’il n’y avait pas d’autres éléments qui étaient bien plus importants. Honnêtement, je ne pense pas qu’il en serait arriver là. »

    Al-Baghdadi semble aussi avoir une influence sur ses ravisseurs américains. Selon Abû Ahmad, et deux autres hommes qui ont été emprisonnés au Camp de Bucca en 2004, les Américains voyaient en lui un élément qui pourrait résoudre les différends entre factions rivales haineuses et de garder ainsi le camp calme.

    « Mais avec le temps, à chaque fois qu’il y avait un problème dans le camp, il était lui-même au centre du problème. » Abû Ahmad dit ainsi : « Il voulait être le chef de la prison, et avec le recul maintenant, il s’est en fait imposé en divisant et il a pu obtenir ce qu’il voulait. » En Décembre 2004, Al-Baghdadi a été jugé par ses geôliers américains ne poser aucun risque supplémentaire et sa libération a été autorisée.

    « Il était beaucoup respecté par l’armée américaine » nous dit Abû Ahmad. « S’il voulait visiter des personnes dans un autre camp, il le pouvait, mais nous, nous ne pouvions pas. Et pendant ce temps, sa nouvelle stratégie, de construire l’État islamique s’organisait. S’il n’y avait pas eu cette prison américaine en Irak, il n’y aurait pas eu l’Etat islamique. Bucca était une usine où s’élaborait le projet. Ils y ont construit notre idéologie. »

    Isis a été conduit par des hommes qui ont passé du temps dans les centres de détention américains pendant l’occupation américaine de l’Irak. En plus de Bucca, il y avait le Camp Cropper, près de l’aéroport de Bagdad, et, la tristement célèbre prison d’Abou Ghraib dans la banlieue ouest de la capitale. Plusieurs officiers supérieurs américains qui dirigeaient les opérations de détention ont admis que les prisons avaient un effet incendiaire sur l’insurrection et radicalisaient ceux qui y séjournaient.

    Abû Ahmad précise : « En prison, tous les émirs se réunissaient régulièrement. Nous sommes devenus très proches de ceux avec qui nous étions emprisonnés. Nous connaissions leurs capacités. Nous savions ce qu’ils pouvaient et ne pouvaient pas faire, comment les utiliser pour une raison quelconque. Les personnes les plus importantes dans Bucca étaient ceux qui avaient été près de Al-Zarqaoui. » Il a été reconnu en 2004 comme étant le leader du jihad.

    « Nous avons eu beaucoup de temps pour nous asseoir et planifier », a-t-il poursuivi. « C’était l’environnement parfait. Nous avions tous convenu de nous réunir quand nous sortirons. »

    Selon Hisham al-Hashimi, l’analyste basé à Bagdad, le gouvernement irakien estime que 17 des 25 plus importants chefs d’Etat islamiques exécutant la guerre en Irak et la Syrie ont été incarcéré dans les prisons américaines entre 2004 et 2011. Certains ont été transférés par la garde américaine dans les prisons irakiennes, où une série d’évasions au cours des dernières années ont permis à de nombreux hauts dirigeants de s’échapper et de rejoindre les rangs des insurgés.

    Abou Ghraib a été le théâtre de la plus grande - et la plus dommageable - évasion en 2013, avec un maximum de 500 détenus, beaucoup d’entre eux avaient été remis par l’armée américaine aux autorités irakiennes lors de leur départ. Après la prison a été prise d’assaut par les forces de l’État islamique, qui ont lancé simultanément, et avec autant de succès, d’autres raids à proximité sur la prison de Taji. Le gouvernement irakien a finalement fermé Abu Ghraib en Avril 2014.
    (…) La révélation des abus à Abou Ghraib a eu pour effet de radicaliser de nombreux Irakiens. Alors que Bucca avait déjà eu de nombreuses plaintes pour abus avant sa fermeture en 2009, ces prisons ont été perçu par les Irakiens comme un puissant symbole d’une politique injuste, qui a balayé des maris, des pères et des fils - certains d’entre eux des non-combattants – capturé lors de raids militaires. Beaucoup resteront en prison pendant des mois ou des années.

    À l’époque, l’armée américaine rétorquait que ses opérations de détention étaient valides, et que des pratiques similaires ont été déployés par d’autres forces contre les insurrections - tels que les Britanniques en Irlande du Nord, les Israéliens à Gaza et en Cisjordanie, et les régimes syriens et égyptiens (!!!).

    Même maintenant, cinq ans après que les États-Unis aient fermé Bucca, le Pentagone défend le camp comme un exemple de politique légale pour une période turbulente. « Pendant les opérations en Irak de 2003 à 2011, les forces américaines a incarcéré des milliers de détenus de guerre », a déclaré le lieutenant-colonel Myles B Caggins III, un département américain de la Défense porte-parole de la politique des détenus. « Ce type de détentions sont une pratique courante pendant les conflits armés. Détenir des personnes potentiellement dangereuses est la méthode juridique et humaine d’assurer la sécurité et la stabilité pour les populations civiles. »

    Quelque temps après qu’Al-Baghdadi a été libéré de Bucca, Abû Ahmad a également été libéré. Après avoir atterri à l’aéroport de Bagdad, il a été contacté par les hommes qu’il avait rencontrés au Camp de Bucca. Ils l’ont emmené dans une maison dans l’ouest de la capitale, où il a immédiatement rejoint le djihad, qui s’est transformé d’une lutte contre une armée d’occupation en une guerre sans retenue contre les chiites irakiens.

    Les escadrons de la mort étaient alors courants à Bagdad et une grande partie de centre de l’Irak, tuant des membres de groupes opposés et exilant les résidents des quartiers qu’ils dominaient. La capitale était vite devenu un endroit très différent de la ville qu’Abû Ahmad avait laissé un an plus tôt. Mais avec l’aide des nouveaux arrivants au camp de Bucca, ceux de l’intérieur de la prison avaient été en mesure de planifier chaque nouveau développement dans le déroulement de cette guerre sectaire.

    Al-Zarqaoui voulait intensifier le conflit par quelque chose qui mènerait la lutte au cœur de l’ennemi. En Février 2006, et de nouveau deux mois plus tard, les hommes de Zarqawi ont donc détruit le mausolée de l’imam al-Askari à Samarra, au nord de Bagdad. La guerre sectaire a été totalement enflammé et les ambitions de Al-Zarqawi réalisées.

    Interrogé sur le bien-fondé de cette provocation violente, Abû Ahmad dit qu’« Il y avait une raison pour l’ouverture de cette guerre. Ce n’était pas parce qu’ils sont chiites, mais parce que les chiites coopéraient avec l’armée américaine ce qui a facilité la prise de contrôle américaine de l’Irak. Ils étaient, en coopération l’un avec l’autre. »

    (…) Malgré les réserves qui avaient déjà commencées en 2006, Abû Ahmad était devenu une partie d’une machine à tuer qui fonctionnera à pleine vitesse pendant la majeure partie des deux années suivantes. Des millions de citoyens ont été déplacées, des quartiers ont été nettoyés selon des lignes sectaires, et une population entière impliquée dans des brutalités incontrôlées.

    Cet été là, les États-Unis ont finalement repéré Al-Zarqaoui, avec l’aide des renseignements jordaniens, le tuant dans un raid aérien au nord de Bagdad. Dès la fin 2006, l’organisation était en perte de vitesse - entravée par une révolte tribale qui a déraciné son leadership de Anbar et a diminué sa présence ailleurs en Irak. Mais selon Abû Ahmad, le groupe a bien révélé son pragmatisme, en plus de son idéologie extrémiste. Pour Isis, les années relativement calmes entre 2008 et 2011 représentaient une accalmie, pas une défaite.

    A cette époque, Abou Bakr al-Baghdadi a su devenir une aide de confiance à son chef, Abou Omar al-Baghdadi, et son adjoint, le jihadiste égyptien Abu Ayub al-Masri. Abû Ahmad a déclaré que Isis a effectué une approche auprès de certains cadres du parti Baas de l’ancien régime - adversaires idéologiques mais qui partageaient un ennemi commun : les États-Unis et le gouvernement dirigé par les chiites.

    Les liens de la Syrie à l’insurrection sunnite en Irak ont été régulièrement soulevés par les autorités américaines à Bagdad et par le gouvernement irakien. Tous deux étaient convaincus que le président syrien, Bachar al-Assad, a permis aux djihadistes d’utiliser l’aéroport de Damas, où les responsables militaires les escortaient jusqu’à la frontière avec l’Irak. « Tous les étrangers que je connaissais sont entrés en Irak de cette façon, ce n’était pas un secret. »

    A partir de 2008, lorsque les États-Unis a commencé à négocier la transition de ses pouvoirs aux institutions de sécurité affaiblies de l’Irak - et donc ouvrir la voie à sa propre sortie. L’un d’eux était le major-général Hussein Ali Kamal, le directeur du renseignement au sein du ministère de l’Intérieur du pays. Un Kurde laïque qui avait la confiance de l’établissement chiite, l’une des nombreuses fonctions de Kamal était de sécuriser Bagdad contre les attaques terroristes.

    Comme les Américains, le général Kamal était convaincu que la Syrie cherchait à déstabiliser l’Irak, une évaluation basée sur les interrogatoires de djihadistes qui avaient été capturés par ses troupes. Tout au long de 2009, dans une série d’entretiens, Kamal illustrait son témoignage, en utilisant des cartes qui ont tracé les itinéraires utilisés par les djihadistes de traverser la frontière à l’ouest de l’Irak.

    Comme l’activité de l’Isis redoublait en Irak, il était devenu de plus en plus obsédé par deux réunions qui ont eu lieu en Syrie au début de 2009, qui a réuni les djihadistes irakiens, des responsables syriens et baasistes des deux pays.
    Lorsque je l’ai rencontré en 2009, il était préoccupé par les transcriptions des enregistrements qui avaient été faites lors de deux réunions secrètes dans Zabadani, près de Damas, au printemps de cette année. Les participants comprenaient des hauts baasistes irakiens qui avaient trouvé refuge à Damas depuis que Saddam a été renversé, des officiers militaires syriens de renseignement, et de hauts responsables dans ce qui était alors connu sous le nom d’al-Qaïda en Irak. Les Syriens avaient développé des liens vers les djihadistes depuis les premiers jours de l’insurrection anti-américaine et les avait utilisés pour déstabiliser les Américains et leurs plans pour l’Irak.

    « Au début de 2004/05, certains djihadistes et baasistes privés de leurs droits commençaient à se réunir », a déclaré Ali Khedery, l’ancien conseiller aux ambassadeurs américains et les commandants supérieurs à Bagdhad. « Ils étaient disciplinés, bien organisés, ce sont des gens qui connaissaient la configuration du terrain. Et au fil du temps, certaines personnes qui étaient baasistes sont devenus de plus en plus islamistes et l’insurrection a fait rage. En 2007, le général [David] Petraeus a dit que la coopération entre le renseignement militaire syrien et les djihadistes étaient évident. »

    Dans nos conversations, Abû Ahmad a souligné le lien syrien à l’insurrection en Irak. « Les moudjahidines ont transité par la Syrie » a-t-il dit. « J’ai travaillé avec beaucoup d’entre eux. Ceux du Camp de Bucca arrivaient par Damas. Un très petit nombre venait via la Turquie ou l’Iran. Mais la plupart sont venus en Irak avec l’aide des Syriens. »

    Cette connexion a été vu par les responsables irakiens comme une vraie menace existentielle pour le gouvernement iraquien et a été la principale source de la relation compliquée entre Nouri al-Maliki, alors Premier ministre de l’Irak, et Bachar al-Assad.

    « Nous avions une source à la réunion secrète de Zabadani, disait le général Kamal à l’époque. « Pour autant que nous sachions, c’est la première fois qu’il y avait eu une réunion à ce niveau stratégique entre tous ces groupes. Cela marque un nouveau tournant. »

    Les baasistes dirigeaient la réunion. Leur objectif, selon la source de général Kamal, était de lancer une série d’attaques spectaculaires à Bagdad et ainsi saper le gouvernement de Maliki à majorité chiite, qui avait pour la première fois commencé à affirmer un peu d’ordre dans l’après-guerre civile en Irak. Jusque-là, al-Qaida en Irak et les baasistes avaient été ennemis idéologiques féroce, mais la montée en puissance des chiites - et leurs bailleurs de fonds en Iran - les a réunis pour planifier une grève majeure sur la capitale.
    (…)

    En Mars 2010, les forces irakiennes, agissant sur une demande des Etats-Unis, a arrêté un chef de file de l’Etat islamique appelé Munaf Abdul Rahim al-Rawi, qui s’était révélé être l’un des principaux commandants du groupe à Bagdad, et l’une des rares personnes qui ont eu accès au chef, Abou Omar al-Baghdadi. Al-Rawi a parlé. Et dans un rare moment de collaboration, trois organes principaux de renseignement de l’Irak, y compris la Division du renseignement du général Kamal, ont pu organiser un dispositif d’écoute et placer un tracker GPS dans la cachette d’Abou Omar.

    Après il a été confirmé qu’Abou Omar et son adjoint, Abou Ayoub al-Masri, étaient présents à une maison six miles au sud-ouest de Tikrit, il a été attaqué par un raid américain. Les deux hommes se sont fait exploser pour éviter d’être capturés. Des messages à Oussama ben Laden et Ayman al-Zawahiri ont été trouvés sur un ordinateur dans la maison. Le repaire d’Abou Omar n’avait pas de connexions Internet ou lignes téléphoniques - tous les messages importants ont été réalisés à l’intérieur et par seulement trois hommes. L’un d’eux était Abou Bakr al-Baghdadi.
    « Abu Bakr était un messager pour Abou Omar » affirme Abû Ahmad. « Il est devenu son plus proche collaborateur. Lorsqu’Abou Omar a été tué, Abu Bakr a été, de faite, le nouveau leader. »

    Les décès d’Abou Omar al-Baghdadi et Abu Ayub al-Masri ont porté un coup sérieux, mais les places qu’ils avaient libérés ont été rapidement remplis par les anciens élèves du Camp de Bucca. « Pour nous, c’était une académie » Abû Ahmad continue « mais pour eux - les hauts dirigeants – c’était une école de planification. Ce n’était pas un vide du tout, parce que de nombreuses personnes avaient été encadrées en prison. »

    « Lorsque [la guerre civile en] la Syrie est devenue grave, a-t-il poursuivi, ce ne était pas difficile de transférer toute l’expertise pour une nouvelle zone de combat. Les Irakiens sont les personnes les plus importantes dans les conseils de direction de l’Isis maintenant, et c’est à cause de toutes ces années de préparation. J’ai sous-estimé Al-Baghdadi. Et l’Amérique a sous-estimé le rôle qu’il a joué en en faisant ce qu’il est. »

    Abû Ahmad reste un membre d’Isis ; il est actif dans les activités du groupe en Irak et en Syrie. Tout au long de nos discussions, il s’est présenté comme un homme réticents à rester avec le groupe, et pourtant pas disposé à risquer toute tentative de le quitter.

    La vie avec Isis signifie pouvoir, l’argent, les femmes et le statut - tous des leurres attrayants pour les jeunes armés d’une cause - mais cela signifie aussi tuer pour une vision du monde dans laquelle il ne croit plus avec tant de ferveur. Il fait remarquer que des centaines de jeunes hommes comme lui, qui ont été attirés par un djihad sunnite après l’invasion américaine, mais ne croient pas, après dix ans de guerre, que ce djihad soit resté fidèle à ses idéaux.

    « La plus grande erreur que j’ai fait est de me joindre à eux », mais il ajoute que quitter le groupe signifierait que lui et sa famille seraient certainement tués.
    « Ce n’est pas que je ne crois pas au Jihad » a-t-il dit. « Mais quelles sont les options que je ai ? Si je pars, je suis mort. »

    L’implication de Abû Ahmad dans ce qui est maintenant le groupe terroriste le plus menaçant du monde reflète beaucoup d’autres qui occupent maintenant des postes de direction dans le groupe : d’abord une bataille contre une armée d’invasion, puis un compte à régler avec un ancien ennemi sectaire, et maintenant, une guerre qui a peu de sens.

    Dans le monde des anciens de Bucca, il y a peu de place pour le révisionnisme, ou la réflexion. Abû Ahmad semble se sentir emporté par les événements qui sont maintenant beaucoup plus grand que lui, ou quelqu’un d’autre.

    « Ce ne sont pas des idéologues », a-t-il dit, se référant aux membres supérieurs d’Isis à proximité de Baghdadi. « Ce sont des gens qui ont commencé au Camp de Bucca, comme moi. Et puis c’est devenu plus grand que n’importe quel d’entre nous. Cela ne peut pas s’arrêter maintenant. C’est hors du contrôle de n’importe quel homme. Al-Baghdadi ou quelqu’un d’autre dans son entourage. »

    Martin Chulov covers the Middle East for the Guardian. He has reported from the region since 2005

    Source : http://www.theguardian.com…/…/11/-sp-isis-the-inside-story…

    #Syrie #Martin_Chulov #Isis #jihadism

  • Nasrallah sur la rhétorique en cours de nombreux chiites libanais sur la « fin des temps » et la « venue du mahdi »,
    http://mideastwire.wordpress.com/2014/11/03/hezbollahs-nasrallah-brings-shiite-discourse-back-to-reality-

    We do not need a religious justification to fight in Syria and we’re not fighting to implement the signs which narrations say would pave the ground for the emergence” of Imam Mahdi, said Nasrallah.

    “We are rather fighting to defend Lebanon and the region and to prevent a repetition of what (Islamic State chief) Abu Bakr al-Baghdadi did against the Iraqi Albu Nimr tribe,” added Nasrallah, referring to a fresh wave of mass killings by the IS extremist group in Iraq’s Anbar province.

    Hizbullah’s chief warned that “linking everything that is happening to the ‘signs of emergence’ has dangerous cultural and ideological repercussions, which can only lead to #aberration.”

  • Etat islamique : Des érudits musulmans accusent
    http://www.lequotidien-oran.com/par M’hammedi Bouzina Med : Bruxelles, 29.10.14

    120 érudits musulmans sunnites du monde interpellent, dans une lettre ouverte, le calife autoproclamé du Daech et l’accusent de crimes et de manipulation du texte sacré du Coran.

    Cela mérite d’être souligné et d’être relayé : 120 érudits musulmans, de différentes nationalités, viennent de publier une « Lettre ouverte », à l’intention du calife autoproclamé de l’Etat islamique (Daech), Abu Bakr Al-Baghdadi, de son vrai nom Ibrahim Ahmed Al- Badri, l’accusant de crimes contre les humains, d’atteinte à l’Islam et de déviation du texte sacré du Coran. Ils sont, tous sunnites, et sont égyptiens, jordaniens, soudanais, irakiens, saoudiens, indonésiens, libanais et même européens, etc. 

    Par vos actes « vous avez fourni d’abondantes munitions à tous ceux qui veulent qualifier l’Islam de barbare, par la mise en ligne de vos actes barbares, soi-disant perpétrés pour le bien de l’Islam. Vous avez donné au monde un bâton pour battre l’Islam, alors qu’en réalité l’Islam est complètement innocent de ces actes et les prohibe », disent-ils. Ils dénoncent la violence faite aux non musulmans d’Irak et de Syrie, particulièrement aux Yazidis, chrétiens et aux non musulmans, d’une manière générale. Ils rappellent qu’en vertu d’un accord, vieux de 1.400 ans, les populations non musulmanes « ne sont pas considérées comme étrangères sur ces terres – d’Islam - au contraire, elles sont natives de ces terres depuis les temps préislamiques. Elles ne sont pas des ennemies mais des amies. »

    Les 120 signataires rappellent une citation du prophète Mohammed (qssl), à ce propos : « Qu’on les traite – les non musulmans- comme on traite les Gens du Livr e », c’est-à-dire les chrétiens et les juifs.
    Ils condamnent, par ailleurs, avec force, l’exécution des journalistes américains et les humanitaires qu’ils considèrent comme des émissaires et affirment que « toutes les religions interdisent le meurtre des émissaires. Or les journalistes sont des émissaires de la vérité ». Ces érudits musulmans remettent en cause la capacité des terroristes de Daech et leurs chefs, dans l’interprétation du texte coranique et l’accusent de manipulation et d’interprétation insidieuse et trompeuse : « Il est interdit de citer une portion ou un verset du Coran ou une partie d’un verset, pour en tirer une règle, sans regarder tout ce que le Coran et le Hadîth enseignent sur la question » Autre exigence : la connaissance de la langue arabe, langue de l’Islam : « Cela signifie maîtriser la grammaire, la syntaxe, la rhétorique, la poésie, l’étymologie et l’exégèse du Coran », pour prétendre interpréter le sens du message coranique... 

  • TO BEAT ISIS, THE ARAB WORLD MUST PROMOTE POLITICAL AND RELIGIOUS REFORMS
    http://www.thedailybeast.com/articles/2014/09/15/to-beat-isis-the-arab-world-must-promote-political-and-religious-refo

    Article dont les parties (très) pertinentes sont complètement annulées par le sempiternel et toujours époustouflant appel aux dirigeants occidentaux, étasuniens en particulier, pour l’aide à la correction de ces tares, sans jamais évoquer en premier lieu leur immense responsabilité dans la perpétuation des tares en question (et leur aggravation par leurs agressions répétées contre la région), et sans jamais se poser la question de savoir si leur « sécurité nationale » n’impose pas cette perpétuation.

    More than oil, Saudi Arabia’s chief export is Wahhabism, which it has promoted around the world through its embassies and mosques to eventually be cloned by jihadist groups, like ISIS. Wahhabism is the most conservative, oppressive and exclusionary form of Islam, which considers all non-Wahhabists enemies — especially Shi’ites. Osama bin Laden was steeped in Wahhabism, as are many Sunni Jidahists in Iraq and Syria today, such as Abu Bakr al-Baghdadi.

    Glancing at historical facts, the evidence is undoubtedly clear. The fundamental cause of the production of extremism in the Arab world lies in a culture of oppressive political exclusion, coupled with religious bigotry. It is up to the United States to do more to encourage inclusive politics in Arab states, as it recently did in Iraq when it forced Maliki out of the prime minister’s office because of his exclusive and sectarian policies.

  • Barak Barfi, friend of Steven Sotloff, challenges ISIS leader to debate - NY Daily News
    http://www.nydailynews.com/news/national/barak-barfi-friend-steven-sotloff-challenges-isis-leader-debate-article

    The family spokesman was emotional when demanding Abu Bakr al-Baghdadi to debate the message of Islam after the brutal murder of the 31-year-old journalist at the hands of an Islamic State militant. ’You said Ramadan is a month of mercy but where is your mercy? You speak of Islam and the Holy Koran but I know the Koranic verses.’

    Je ne pensais pas si bien dire lors de mon dernier billet sur CPA (http://cpa.hypotheses.org/5277) : le marché pour la définition du meilleur islam est ouvert. Pathétique (au sens éthymologique du terme) déclaration d’un ami de Stephen Sotloff, Barak Barfi, Research fellow à la New America Foundation entre autres choses, lance (en arabe) un défi au nouveau calife, Al-Baghdadi qu’il invite à débattre de sa religion (à lui, le calife, pas la sienne, bien entendu !)

    La vidéo (passage en arabe tout à la fin, est visible ici : http://www.alarabiya.net/ar/arab-and-world/iraq/2014/09/04/%D8%A3%D9%85%D9%8A%D8%B1%D9%83%D9%8A-%D9%8A%D8%AA%D8%AD%D8%AF%D9%89-%D8%A).

  • ISIS: Global Islamic Caliphate or Islamic Mini-State in Iraq?-
    Yezid Sayigh
    OP-ED JULY 24, 2014
    AL-HAYAT
    Carnegie Middle East Center
    http://carnegie-mec.org/2014/07/24/isis-global-islamic-caliphate-or-islamic-mini-state-in-iraq

    In announcing the establishment of an Islamic caliphate in the areas of Iraq and Syria it controls on June 30 and calling on Muslims everywhere to vow allegiance to its self-styled caliph, Abu Bakr al-Baghdadi, the Islamic State of Iraq and al-Sham (ISIS) displayed global ambitions. Whether these are real or not, many outsiders assume that its appeal extends far beyond the borders of Iraq. But in fact ISIS is following a well-worn path for taking power and consolidating it in the limited geographical space of a single nation-state where its true social base lies. 

    This constrains ISIS’s hope of gaining significantly broader strategic depth, and belies its claims of representing a universal Muslim community, let alone of exercising meaningful authority over them. Despite the spectacular drama of its swift advances in Iraq in June, reality is more pragmatic: ISIS advanced in its own “natural” habitat, whose outer boundaries it has already reached. Iraq is where ISIS survived after the defeat of the Sunni insurgency in 2006-2008 and subsequently revived, and where the fate of its Islamic state will be decided. 

    Yezid Sayigh

    SENIOR ASSOCIATE
    MIDDLE EAST CENTER
    More from this author...
    Are the Sykes-Picot Borders Being Redrawn?
    Media Call: Crisis in Iraq
    Syria’s Very Local Regional Conflict

  • #vidéo The Spread of the Caliphate: The Islamic State (Part 1)

    The Islamic State, a hardline Sunni jihadist group that formerly had ties to al Qaeda, has conquered large swathes of Iraq and Syria. Previously known as the Islamic State of Iraq and Syria (ISIS), the group has announced their intention to reestablish the caliphate and declared their leader, the shadowy #Abu_Bakr al-Baghdadi, as the caliph.

    Flush with cash and US weapons seized during recent advances in Iraq, the Islamic State’s expansion shows no sign of slowing down. In the first week of August alone, Islamic State fighters have taken over new areas in northern Iraq, encroaching on Kurdish territory and sending Christians and other minorities fleeing as reports of massacres emerged.

    Elsewhere in territory it has held for some time, the Islamic State has gone about consolidating power and setting up a government dictated by #Sharia law. While the world may not recognize the Islamic State, in the Syrian city of #Raqqa, the group is already in the process of building a functioning regime.

    VICE News reporter Medyan Dairieh spent three weeks embedded with the Islamic State, gaining unprecedented access to the group in Iraq and Syria as the first and only journalist to document its inner workings. In part one, Dairieh heads to the frontline in Raqqa, where Islamic State fighters are laying siege to the Syrian Army’s division 17 base.

    https://www.youtube.com/watch?v=bsCZzpmbEcs

    #Syrie #ISIS #califat #Etat_islamique #djihadisme #sunnites