person:al-bab

  • Poor services ignite protests in Suran and al-Bab
    https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/04/protests-aleppo-countryside-bab-suran-against-local-councils.html

    Mass protests accusing local councils of corruption have been taking place in some cities and towns held by the Free Syrian Army (FSA) in the Aleppo countryside. Protesters took to the streets of al-Bab and Suran on April 5 and 12, blaming the councils of the two cities of negligence in the provision of basic services such as bread and water, and demanding that the council members resign and that new councils be elected.

    After the local councils turned a deaf ear to the protesters’ calls, demonstrators warned that they will continue to protest until their demands are met.

    Pas intéressant, ça se passe dans une zone tenue par les « rebelles »... en #syrie

  • Ankara construit un site industriel dans le nord de la Syrie – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/776272

    « La Turquie est la prolongation de l’Empire Ottoman,… c’est la même essence, la même nature », a lancé le président Erdogan. Au lendemain du crash d’un hélicoptère militaire turc près des frontières avec la Syrie, la Turquie franchit un nouveau pas dans le sens de l’occupation du Nord de la Syrie et annonce son intention de « mettre sur pied le premier site industriel dans la ville d’al-Bab » en Syrie.

    Lors d’une cérémonie, samedi 10 février, avec la participation de plusieurs responsables de la province turque de Gaziantep, Ankara a inauguré le projet de construction d’un site industriel dans la ville frontalière d’al-Bab dans le nord syrien.

    Que cherche la Turquie ?

    À en croire, le président du conseil local de la ville syrienne d’al-Bab Jamal Ahmad Othman, « le complexe industriel qui devrait s’ériger à 5 km du centre de la ville vise à donner un coup de pouce à l’essor économique de la région ». Est-ce la vérité ? Selon les sources proches de l’armée syrienne, la ville d’al-Bab, que la Turquie occupe depuis 2013, abrite désormais des dizaines d’ateliers de contrebandes où la Turquie fabrique des produits à bas coût pour mettre en place un trafic lucratif vers l’Europe, et ce pour échapper aux mesures de taxation européennes.

    #turquie #syrie

    Se souvenir des plaintes, sans suite, des industriels alépins à propos du pillage de leurs usines...

  • The Syrian war shakeout is changing the Mideast’s balance of power - Middle East News

    Turkey’s intervention has created a rift with Iran, Jordan-Syria ties are tightening and America’s absence could weaken the Saudis. The alliances emerging in Syria will determine the fate the region.

    Zvi Bar’el Feb 27, 2017 1
    read more: http://www.haaretz.com/middle-east-news/.premium-1.773974

    Secondary relationships born of the Syrian civil war could have a greater impact on the future of the country and the region than the war itself. While the warring parties are busy holding onto and expanding territorial gains, finding funds and arms and jockeying for position in future negotiations, the smaller players are crafting long-range strategies that will divide the region à la the 1916 Sykes-Picot Agreement.
    The secondary relationships are alliances and rivalries that developed between global powers such as Russia and the United States, and between local powers such as Iran, Turkey and Saudi Arabia. But the term is inaccurate in a sense because the Syrian war has long become a proxy war in which the payer of the bills dictates the military movements while changing proxies based on battlefield success.
    More importantly, the alliances between the sponsors and “their” militias create the balance of political forces between the powers. For example, Russia uses the Kurds in Syria as a bargaining chip against Turkey, whose cooperation with the Free Syrian Army creates a rift between Ankara and Tehran. Meanwhile, Jordan’s strikes on the Islamic State in southern Syria boost the Russian-Jordanian coalition and Jordan’s ties with the Assad regime − and everyone is looking ahead to "the day after.”
    The latest development puts Turkish-Iranian relations to the test. Speaking at the Munich Security Conference a week ago Sunday, Turkish Foreign Minister Mevlut Cavusoglu called on Iran to stop threatening the region’s stability and security. The remark wasn’t only unusually blunt but also seemed to come from an American talking-points page. Iranian Foreign Ministry spokesman Bahram Ghasemi responded the next day, warning that while Turkey was an important neighbor, “there is a certain cap to our patience.”
    Tehran and Ankara are deeply divided over the Assad regime, and particularly over whether the Syrian president should stay on after a negotiated settlement. But these disagreements didn’t affect the two countries’ bilateral trade of some $10 billion a year.
    Iran was the first country to denounce the failed coup attempt in Turkey last July, and President Hassan Rohani is on track for a fourth visit to Ankara in April. Tehran and Ankara share an interest in preventing the establishment of an independent Kurdish region in Syria that could inspire the Kurds in Iran and Turkey.
    But Ankara and Tehran are each deeply suspicious of the other’s strategic ambitions. Turkey believes that Iran seeks to turn Iraq and Syria into Shi’ite states, while Iran is sure that Turkish President Recet Tayyip Erdogan dreams of reestablishing the Ottoman Empire.
    The Iranians were apprehensive about the liberation, by Turkish forces and the Free Syrian Army, of al-Bab, a city around 30 kilometers from Aleppo, even though the defeated party was the Islamic State. The Iranians were worried because control over al-Bab, whose liberation the Free Syrian Army announced Friday, opens up the route critical to retaking Raqqa, the Islamic State’s capital in Syria. Control over al-Bab is also key for taking control of the Iraq-Syria border, which Tehran views as critical.

    #syria #russia #iran

  • U.S. military aid is fueling big ambitions for Syria’s leftist Kurdish militia
    https://www.washingtonpost.com/world/middle_east/us-military-aid-is-fueling-big-ambitions-for-syrias-leftist-kurdish-militia/2017/01/07/6e457866-c79f-11e6-acda-59924caa2450_story.html

    Toujours aussi fantastiques les #MSM étasuniens : pour calmer les craintes et des Turcs et des Arabes quant aux gains territoriaux des Kurdes (qui vont au-delà des zones traditionnellement kurdes), les Étasuniens arment des forces comprenant des Arabes dit l’article, mais en même temps les Etasuniens reconnaissent que lesdites forces sont largement dominées par les Kurdes....

    To assuage Turkish concerns and avert tensions between Arabs and Kurds, the U.S. military is channeling weapons and ammunition to an umbrella organization called the Syrian Democratic Forces (SDF), which includes Arab fighters as well as the Kurds. The goal, the U.S. military says, is to build an Arab force capable of taking and holding Arab cities such as Raqqa, thereby diluting the influence of the Kurdish fighters.

    [...]

    U.S. officials acknowledge, however, that the Kurds constitute more than three-quarters of the SDF coalition and are leading the fight on the front lines, making them the biggest beneficiary of U.S. military assistance.

    • L’entente turco-russe compromet les desseins autonomistes des Kurdes de Syrie
      http://www.france24.com/fr/20170108-kurdes-syrie-turquie-russie-erdogan-autonomie-manbij-al-bab-ypg-r

      Après Al-Bab, c’est à 50 km à l’Est de là, dans la ville de Manbij, ancien bastion de l’EI désormais contrôlé par les milices kurdes, qu’est établi le prochain objectif de l’offensive turque « Bouclier de l’Euphrate ». Le président turc Recep Tayyip Erdogan, nouvel allié de Vladimir Poutine, a fait le serment de la reprendre aux Kurdes et de les repousser vers le Sud, loin de la frontière, de l’autre côté de l’Euphrate. Avec un nouveau feu vert russe ?

      « En #Syrie, la #Turquie s’est enlisée dans la tourbière d’al-Bab »
      https://fr.sputniknews.com/international/201701091029504957-syrie-turquie-al-bab

      Les projets d’Ankara de lancer une offensive à Manbidj sont irréalistes. Dans une interview à Sputnik, un responsable du Parti de l’union démocratique kurde a commenté l’opération turque en Syrie et a évoqué entre autres l’opération de libération de Raqqa.

      [...]

      Et de pointer de bonnes relations du PYD et de la Russie, pays qui accueille un bureau de représentation des Kurdes syriens.

    • Trois articles publiés dans le même journal de référence montrent que les histoires de « piratages » se suivent et se ressemblent chaque fois qu’une grande puissance décide qu’un pays ou un autre est devenu son « ennemi ».

      1. D’Erich Lichtblau, journaliste du New York Times : L’augmentation des attaques électroniques met en danger la sécurité des États-Unis.
      Publié le 17 janvier 2003, le pays était l’Irak et le leader était Saddam Hussein.
      . . . . . .
      2. De Nicole Perlroth, journaliste du NYT : Attaques de cyberespionnage liées à des pirates
      Publié le 29 mai 2014, le pays était l’Iran.
      . . . . . .
      3. D’Erich Lichtblau, journaliste du NYT : Les systèmes informatiques de la Campagne de Clinton seraient piratés par .
      Publié le 29 juillet 2016, le pays était la Russie et le leader était Vladimir Poutine.

      . . . . . .
      Source : https://www.legrandsoir.info/l-ennemi-du-jour-se-rend-toujours-coupable-de-piratage.html

    • @kassem merci de l’info le conflit n’est pas près de se tarir hélas cette immense et belle région va encore souffrir comme leurs peuples...Algérie tentative du Mak dr provoquer des troubles ; http://www.afrique-asie.fr/menu/maghreb/10704-les-internautes-font-echec-aux-tentatives-d-importer-le-printemps BHL avait lancé aux algériens qu’eux aussi auraient droit à un « printemps arabe » (un hiver nucléaire quand on voit le Lybie et Syrie) et par facebook les algériens ont bloqué ces troubles ..Du jamais vu ..

    • @bce_106_6 tout a fait cousu de fil blanc, et les Usa avaient aussi accusé la Chine, et la Corée du Nord avant de se rétracter..Ils osent tout ils ont tant perdu la face avec la chute de Clinton face a Trump qui ne pensait pas être élu Les médias mainstream ont perdu la bataille sinon la guerre .

    • The Battle for al-Bab Is Bringing U.S.-Turkish Tensions to a Head
      Fabrice Balanche | January 9, 2017
      http://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/view/the-battle-for-al-bab-is-bringing-u.s.-turkish-tensions-to-a-he

      Helping Erdogan take the city could greatly decrease the civilian death toll and preserve U.S.-Turkish cooperation in Syria, but Washington will still need to decide what to do with the Kurds, its other key ally against the Islamic State.

      On January 5, Turkish president Recep Tayyip Erdogan threatened to close Incirlik Air Base to the international coalition against the Islamic State, citing the lack of U.S. support for his efforts to take the IS-held Syrian city of al-Bab. That battle will likely force Washington to make some hard choices about which ally is most important in the anti-IS campaign — Turkey or the Kurds.
      AL-BAB PROVING MORE DIFFICULT THAN JARABULUS

      Since November 14, the Turkish army and allied Syrian rebel forces have been advancing on al-Bab. By December 10, they had entered the city’s western suburbs, seizing Sheikh Aqil hill on December 20. Turkish forces likely assumed that this position would allow them to put IS under fire and compel the group to flee, much like it did during the battle for Jarabulus.

  • Le même jour, à un an d’écart, la #Russie obtient sa revanche et arrête la #Turquie aux portes d’al-Bab.
    Par Elijah J. Magnier : @EjmAlrai
    https://elijahjm.wordpress.com/2016/11/30/le-meme-jour-a-un-an-decart-la-russie-obtient-sa-revanche-et-arr

    L’action de l’armée de l’air syrienne (SyAF) est directement liée, coordonnée et décidée par une structure militaire commune, présidée par un général russe, afin d’éviter des tirs ou des incidents entre alliés. Pour les mêmes raisons, la Russie coordonne avec la coalition dirigée par les EU la plus grande partie du trafic aérien au-dessus de la #Syrie. Le commandement russe doit assurer la sécurité de ses forces navales et au sol avec une protection d’artillerie et aérienne puisqu’elle agit dans divers endroits et sur différentes villes réparties dans toute la Syrie. Par conséquent, toutes les frappes aériennes et les actions de reconnaissance ou sorties de drones doit faire l’objet d’un accord avant tout décollage. Faisal al-Miqdad, le ministre des affaires étrangères a annoncé clairement : “Ceci s’est produit en Syrie. La Turquie n’a qu’à s’en prendre à elle-même”.

    [...]

    Damas a refusé son accord officiel à l’entente russo-turque concernant Jarablus parce que la Syrie n’avait pas confiance en le leader turc et voulait garder de bonnes relations avec les #Kurdes. Moscou n’a jamais donné son accord pour qu’Ankara étende sa présence militaire et contrôle le triangle Jarablus-Manbij-al-Bab ou même aille jusqu’à Raqqah.

    La présence de forces turques à la porte d’al-Bab représentait pour l’armée syrienne basée à Alep une menace stratégique venant de la porte est. La présence de forces turques et de leurs substituts à 2 km d’al-Bab fit comprendre qu’ISIS pourrait retirer des forces de la ville sans le moindre combat, comme cela a été le cas à Jarablus. Ankara prétend que l’objectif de ses forces en entrant à al-Bab est d’empêcher les Kurdes de former une fédération.

    Mais ni Damas ni la Russie ne toléreront que la Turquie prenne le contrôle d’al-Bab. Les Russes ont livré une escadrille de Su-24M2, déployé des missiles sol-air S-300 et S-400 et encouragé le Président syrien à imposer à la Turquie, pour la première fois depuis la création des deux états, de nouvelles règles d’engagement (ROE) et des lignes rouges.

    Une escadrille de l’aviation syrienne, suivie d’une escorte de protection, a ciblé un convoi militaire turc à la porte d’al-Bab le matin du 24 novembre, tuant trois soldats turques. La Russie était en alerte, prête à lancer ses missiles en cas de réaction turque. C’était la seconde confrontation turco-syrienne depuis le mois dernier. La première a eu lieu au-dessus de la frontière turco-syrienne quand deux F-16 ont violé l’espace aérien syrien. Ils se sont trouvés face à quatre MIG qui ont pointé leurs missiles sur les avions turques. Les radars des F-16 ont informé les pilotes des F-16 qui ont reçu l’ordre de rentrer à leur base. C’était la première fois que la Syrie imposait sa souveraineté dans son espace aérien. La Russie ne tolérera plus aucune violation et les F-16 d’Ankara n’ont plus le droit de survoler la Syrie.

  • La ville d’al-Bab interdite aux Turcs : par les Russes, les Syriens, le Hezbollah, les Kurdes… et les Américains ! – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/110691

    Selon le journal libanais assafir, la Russie a adressé un ultimatum à la Turquie lui faisant part que cette ville revenait au pouvoir syrien.
    Cette mise en garde a eu lieu dans le cadre des discussions qui ont lieu durant ces derniers jours, et au cours desquels ont été rappelés les accords conclus entre les deux protagonistes sur la zone de déploiement des turcs dans la nord syrien, lors du lancement de l’offensive turque Bouclier de l’Euphrate, a révélé une source militaire syrienne pour le journal, assurant que la ville d’Al-Bab n’y faisait pas partie.

    Il était conclu que les Turcs s’arrêtent sur une profondeur de 12 km depuis la ville de Jarablus, dans le but surtout de garantir une position avancée sur le sol syrien qui puisse permettre d’empêcher une continuité entre les deux régions prises par les Kurdes, Aïn al-Arab (Kobané) et Afrine et de surveiller les opérations de milices kurdes des Forces démocratiques syriennes soutenues par les Américains.

    Marchandages en #syrie

  • Gros effort du Figaro pour présenter la création de « comité pour la promotion des vertus et la prévention des vices » en Syrie comme un besoin quasi-laïc. Des fois que des salafistes faisant la police des mœurs auraient un rapport avec le maintien de l’ordre…
    http://www.lefigaro.fr/international/2013/02/21/01003-20130221ARTFIG00520-syrie-abou-hassan-et-soncomite-contre-les-vices.p

    Abou Hassan est l’un des chefs du groupe « Soqour al-Cham » (Les Faucons de Damas), proche de la mouvance salafiste. […]

    En mettant un terme aux rackets et à la guerre des clans, « cette police permettra, selon lui, d’installer une certaine crainte parmi la population ».

    Une autre unité de cette police religieuse a été créée à l’automne dernier un peu plus au nord à al-Bab, à 30 km d’Alep, la deuxième ville de Syrie que régime et insurgés se disputent depuis huit mois maintenant. Recrutés hors de l’Armée syrienne libre (à tendance plutôt nationaliste), ses 80 volontaires font régner l’ordre islamique, encagoulés pendant leur mission. Ils sont loin en effet de faire l’unanimité parmi les rebelles. Ils travaillent en coordination avec la cour islamique d’al-Bab, mise en place peu après la prise de la ville par les opposants à Assad.