person:allo rebecca rebecca

  • Barbara : Allo Rebecca
    Rebecca : C’est toi Barbara ?
    Barbara : je suis dans tous mes états
    Rebecca : Moi aussi, figure-toi, je pleure nos enfants... ceux qu’on a abattu comme des chiens
    Barbara : tu vas rester longtemps en Israël ?
    Rébecca : le temps de faire mon travail de deuil
    Barbara : je crois qu’on ne viendra jamais à bout des pires atrocités... ecce homo... le voici... le revoilà.
    Rébecca : comment leur dire : assez ! Assez ! C’en est assez ! Du sordide... nous en sommes lassés.
    Barbara : C’est qu’on en arrive à justifier l’injustifiable... une première dans l’histoire de l’inhumanité...
    Rébecca : et toi comment ça va ?
    Barbara : ça va mais ça ne me va pas... je suis au plus bas
    Rébecca : qu’est-ce qui t’arrive ?
    Barbara : on m’a volé mon chien... le petit berger allemand...
    Rébecca : arrête, s’il te plaît... je n’en peux plus... j’ai l’impression que plus rien ne va.
    Barbara : j’y suis un peu trop attachée... je l’avoue... Pour moi, c’est l’effondrement de tout
    Rébecca : qu’est-ce que tu comptes faire ?
    Barbara : qu’est-ce que tu veux que je fasse... j’espère c’est tout ce que je fais... j’espère que le ravisseur va bien le traiter.
    Rébecca : sinon, il ne l’aurait pas volé.
    Barbara : tu plaisantes... il va le transformer en valeur marchande...
    Rébecca : dans ce cas, espérons qu’il va tomber sur un bon repreneur.
    Barbara : je crois que je vais te laisser... tu n’as pas l’air très inspirée... avec tous les morts que tu as sur les bras, en tout cas, j’espère que ton dieu sera là pour les recevoir... J’appelle Indira.

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/03/lextinction