person:amy toensing

  • Extraits de l’échange « Critique du dépassement » Partie III
    http://errata.eklablog.com/extraits-de-l-echange-critique-du-depassement-partie-iii-a114011254
    Temps et durée, rationalisation et autonomie


    Enfants aborigènes australiens avec leur professeure - Photographie d’Amy Toensing

    Prenons l’exemple des aborigènes australiens. Elkin dit que, pour eux, le temps est pur présent, certes, mais un présent qui ne fait qu’exprimer la virtualité du passé – ce qui le différencie de la durée bergsonienne et de l’évolution créatrice. Pour Bergson, rien ne préexiste, tout est création. Pour les aborigènes, tout ce qui est préexiste, rien n’est création. Dans leurs langues, les temps grammaticaux et les adverbes sont les mêmes pour le présent, le passé et le futur. Le contact avec le lointain passé du Temps du rêve est constamment revivifié par l’énonciation des mythes. On note d’après le récit d’Elkin ce que j’appellerai une « logique faiblement projective ». Si l’on doit se rendre à un rassemblement tribal, on ne calcule pas le trajet en nombre de jours. Les premiers arrivés attendent les autres en se consacrant à leurs tâches vitales sans manifester d’impatience. L’espace est évalué en termes de grandeur assez vague et pas en nombre. D’ailleurs, dit Elkin, les enfants aborigènes ont du mal à apprendre l’arithmétique élémentaire. Le chasseur qui fabrique un javelot n’en connaît pas la « mesure ». Ce qui n’empêche que les aborigènes australiens jonglent avec un système de parenté parmi les plus complexes au monde, au point qu’il est d’usage à l’heure actuelle de l’interpréter à travers des modèles mathématiques très sophistiqués.
    On voit que même le temps apparemment très simple et peu spatialisé des aborigènes est en réalité assez complexe parce que s’entrecroisent en permanence le temps mythique, le Temps du rêve, fondement de tout, le présent de l’activité vitale (temporalité instrumentale), le présent de la méditation (activité très importante, nous dit Elkin) qui est sans doute le plus proche de la durée bergsonienne, une faible anticipation de faits à venir, etc.