person:bassem tamimi

  • Ahed Tamimi, la jeune Palestinienne qui avait giflé des soldats israéliens, a été libérée
    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/07/29/la-jeune-palestinienne-qui-avait-gifle-des-soldats-israeliens-a-ete-liberee_


    Ahed Tamimi répond aux journalistes à sa sortie de prison.
    ABBAS MOMANI / AFP

    Son visage juvénile ceint de longues boucles blondes toise les passants, peint sur le mur de séparation construit par Israël en Cisjordanie occupée. L’adolescente est devenue une icône de la résistance palestinienne. Au terme de huit mois de détention pour avoir giflé deux soldats israéliens, Ahed Tamimi a pu sortir de prison, dimanche 29 juillet.

    La jeune fille de 17 ans et sa mère, Nariman Tamimi, également incarcérée à la suite de l’incident, ont été transférées de la prison Sharon, en Israël, en Cisjordanie occupée, où elles résident, a annoncé un porte-parole de la prison.

    Elles ont été conduites par des soldats israéliens jusqu’à leur village de Nabi Saleh, un territoire palestinien occupé par Israël depuis plus de cinquante ans. En larmes, l’adolescente a embrassé les membres de sa famille et les soutiens venus l’accueillir, sur un petit chemin menant à la bourgade.

    Face à un mur de caméras, un keffieh, châle blanc et noir symbole de la résistance palestinienne, sur les épaules, Ahed Tamimi a brièvement invité les médias à suivre la conférence de presse qu’elle donnera plus tard dans la journée.

    Puis, Bassem Tamimi, son père, a rejoint les deux femmes, et le trio s’est dirigé vers la maison familiale, entouré par une foule scandant : « Nous voulons vivre libres ! »

    Un peu plus tôt, des membres de la famille et des soutiens d’Ahed Tamimi s’étaient réunis près d’un point de passage à Rantis, en Cisjordanie occupée, pour accueillir Ahed Tamimi et sa mère, mais ils n’avaient pu les saluer, les deux femmes ayant été remises à des soldats israéliens à l’abri des regards et des caméras.

    Les autorités israéliennes ont tenu à limiter la médiatisation de la libération des deux femmes, diffusant des informations contradictoires sur l’endroit par lequel elles étaient censées rentrer en Cisjordanie occupée.

  • Une vidéo prouve que l’adolescente mineure palestinienne Ahed #Tamimi détenue au mépris du droit et en toute #impunité par #Israël a été maltraitée,
    https://www.rtbf.be/info/societe/detail_la-palestinienne-ahed-tamimi-detenue-par-israel-maltraitee-selon-sa-fami

    S’appuyant sur une loi israélienne leur permettant d’avoir accès à une partie du dossier d’un mineur, les avocats de la jeune fille ont réussi à se procurer une vidéo de deux heures, où Ahed Tamimi âgée de 16 ans à l’époque, est interrogée sans la présence d’un avocat ou d’un membre de sa famille.

    « Les séances d’interrogatoires ont eu lieu après différents types de pressions physiques et psychologiques », a accusé son père, Bassem Tamimi, lors d’une conférence de presse à Ramallah. Selon lui, sa fille a été maintenue en isolement, changée de cellule régulièrement et privée de sommeil.

  • Israeli army declares Nabi Saleh, home to Tamimi family, closed military zone
    Jan. 13, 2018 3:55 P.M. (Updated: Jan. 13, 2018 3:57 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=779751

    RAMALLAH (Ma’an) — The Israeli army declared the central occupied West Bank village of Nabi Saleh — home to imprisoned teenage activist Ahed al-Tamimi — a closed military zone on Saturday, closing off all entrances and exits.
    Official Palestinian Authority (PA)-owned Wafa news agency reported that that Israeli forces set up barriers on the main road that leads to Nabi Saleh and prevented Palestinians, including journalists, from entering the village.

    Wafa quoted Bilal al-Tamimi, the father of 16-year-old Ahed who was detained by Israeli forces last month over a video of her slapping and kicking an Israeli soldier, as saying that soldiers are preventing non-residents from entering the village.

    However, Wafa reported that some Palestinians were able to enter by taking alternative yet longer routes to participate in a protest in the village.

    Dozens of Palestinians suffered from tear severe tear gas inhalation after Israeli forces suppressed the protest, which was held in support of Ahed and in rejection of US President Donald Trump’s recognition of Jerusalem as the capital of Israel.

    #Nabi_Saleh

    • Army Injures Several Palestinians In Nabi Saleh
      January 13, 2018 9:44 PM IMEMC
      http://imemc.org/article/army-injures-several-palestinians-in-nabi-saleh

      Israeli soldiers injured, Saturday, several Palestinians in Nabi Saleh village, north of Ramallah, after the army attacked dozens of nonviolent protesters in the village, which was also placed under a strict military siege.

      Local nonviolent activist, Bassem Tamimi, said the soldiers instantly resorted to the excessive use of force, and fire many gas bombs, concussion grenades and rubber-coated steel bullets, wounding two young men with rubber-coated steel bullets, and causing dozens of suffer the effects of teargas inhalation.

      Tamimi added that the Palestinians marched in their village, heading towards the nearby military base, installed on their lands, while chanting against the Israeli escalation, and constant targeting of the villagers, and their lands.

      On Saturday at noon, the army imposed a strict siege on Nabi Saleh, and declared it a “closed military zone,” after installing roadblocks at its entrances, and prevented the Palestinians from entering or leaving it.

  • Ahed is only 16, and no father is prouder of his daughter than me -

    Ahed Tamimi’s father: I’m proud of my daughter. She is a freedom fighter who, in the coming years, will lead the resistance to Israeli rule

    Bassem Tamimi Dec 29, 2017
    read more: https://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.831873

    This night too, like all the nights since dozens of soldiers raided our home in the middle of the night, my wife Nariman, my 16-year-old daughter Ahed and Ahed’s cousin Nur will spend behind bars. Although it is Ahed’s first arrest, she is no stranger to your prisons. My daughter has spent her whole life under the heavy shadow of the Israeli prison — from my lengthy incarcerations throughout her childhood, to the repeated arrests of her mother, brother and friends, to the covert-overt threat implied by your soldiers’ ongoing presence in our lives. So her own arrest was just a matter of time. An inevitable tragedy waiting to happen.
    >> A girl’s chutzpah: Three reasons a Palestinian teenage girl is driving Israel insane | Opinion ■ Israel Must Free Ahed Tamimi | Editorial >> 
    Several months ago, on a trip to South Africa, we screened for an audience a video documenting the struggle of our village, Nabi Saleh, against Israel’s forced rule. When the lights came back on, Ahed stood up to thank the people for their support. When she noticed that some of the audience members had tears in their eyes, she said to them: “We may be victims of the Israeli regime, but we are just as proud of our choice to fight for our cause, despite the known cost. We knew where this path would lead us, but our identity, as a people and as individuals, is planted in the struggle, and draws its inspiration from there. Beyond the suffering and daily oppression of the prisoners, the wounded and the killed, we also know the tremendous power that comes from belonging to a resistance movement; the dedication, the love, the small sublime moments that come from the choice to shatter the invisible walls of passivity.
    “I don’t want to be perceived as a victim, and I won’t give their actions the power to define who I am and what I’ll be. I choose to decide for myself how you will see me. We don’t want you to support us because of some photogenic tears, but because we chose the struggle and our struggle is just. This is the only way that we’ll be able to stop crying one day.”
    skip - fb

    >> The Palestinians just gave Netanyahu what he always wanted for Christmas | Analysis >>
    Months after that event in South Africa, when she challenged the soldiers, who were armed from head to toe, it wasn’t sudden anger at the grave wounding of 15-year-old Mohammed Tamimi not long before that, just meters away, that motivated her. Nor was it the provocation of those soldiers entering our home. No. These soldiers, or others who are identical in their action and their role, have been unwanted and uninvited guests in our home ever since Ahed was born. No. She stood there before them because this is our way, because freedom isn’t given as charity, and because despite the heavy price, we are ready to pay it.

    My daughter is just 16 years old. In another world, in your world, her life would look completely different. In our world, Ahed is a representative of a new generation of our people, of young freedom fighters. This generation has to wage its struggle on two fronts. On the one hand, they have the duty, of course, to keep on challenging and fighting the Israeli colonialism into which they were born, until the day it collapses. On the other hand, they have to boldly face the political stagnation and degeneration that has spread among us. They have to become the living artery that will revive our revolution and bring it back from the death entailed in a growing culture of passivity that has arisen from decades of political inactivity.
    Ahed is one of many young women who in the coming years will lead the resistance to Israeli rule. She is not interested in the spotlight currently being aimed at her due to her arrest, but in genuine change. She is not the product of one of the old parties or movements, and in her actions she is sending a message: In order to survive, we must candidly face our weaknesses and vanquish our fears.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    In this situation, the greatest duty of me and my generation is to support her and to make way; to restrain ourselves and not to try to corrupt and imprison this young generation in the old culture and ideologies in which we grew up.
    Ahed, no parent in the world yearns to see his daughter spending her days in a detention cell. However, Ahed, no one could be prouder than I am of you. You and your generation are courageous enough, at last, to win. Your actions and courage fill me with awe and bring tears to my eyes. But in accordance with your request, these are not tears of sadness or regret, but rather tears of struggle.
    Bassem Tamimi is a Palestinian activist.

  • Ma fille, ce sont des larmes de lutte
    29 décembre | Bassem Tamimi pour Haaretz |Traduction JPP pour l’AURDIP
    http://www.aurdip.fr/ma-fille-ce-sont-des-larmes-de.html

    (...) Il y a plusieurs mois, lors d’un voyage en Afrique du Sud, nous avons projeté en public une vidéo documentant la lutte de notre village, Nabi Saleh, contre la domination d’Israël qui nous est imposée. Quand la lumière est revenue, Ahed s’est levée pour remercier les gens de leur soutien. Après avoir remarqué que certains dans l’assistance avaient les larmes aux yeux, elle leur a dit ceci : « Nous sommes peut-être victimes du régime israélien, mais nous sommes aussi fiers de notre choix de lutter pour notre cause, malgré le coût que l’on sait. Nous savions où ce chemin nous conduirait, mais notre identité, en tant que peuple et en tant que personnes, est ancrée dans la lutte, et elle en tire son inspiration. Au-delà de la souffrance et de l’oppression quotidiennes des prisonniers, des blessés et des tués, nous connaissons aussi le pouvoir immense qui nous vient de notre appartenance à un mouvement de résistance ; le dévouement, l’amour, les petits moments sublimes qui viennent de notre choix de briser les murs invisibles de la passivité.

    « Je ne veux pas être perçue comme une victime, et je n’accorderai pas à leurs actions le pouvoir de définir qui je suis, et ce que je serai. J’ai choisi de décider par moi-même comment vous me verrez. Nous ne voulons pas que vous nous souteniez à cause de quelques larmes photogéniques, mais parce que nous avons fait le choix de la lutte et que notre lutte est juste. C’est la seule façon de pouvoir arrêter de pleurer un jour ».(...)

    #Ahed_Tamimi

    • L’Occident célèbre Malala, et ignore Ahed. Pourquoi ?
      http://chroniquepalestine.com/occident-celebre-malala-ignore-ahed
      Shenila Khoja-Moolji - 28 décembre 2017 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine – Dominique Muselet

      (...)Pourquoi n’y a-t-il pas pour Ahed le même tollé international que pour Malala ? Pourquoi la réaction aux tribulations d’Ahed est-elle si insignifiante ?

      Il y a plusieurs raisons à ce silence assourdissant. La première est le fait que la violence d’État est globalement reconnue comme légitime. Alors que les actions hostiles d’acteurs non étatiques tels que les talibans ou les combattants du Boko Haram sont considérées comme illégales, une agression équivalente de la part d’un État est souvent jugée appropriée.

      Cela comprend non seulement les formes visibles de violence telles que les attaques de drones, les arrestations illégales et la brutalité policière, mais aussi les agressions moins apparentes telles que l’appropriation de ressources comme la terre et l’eau. L’État justifie ses violences en présentant les victimes de ses injustices comme une menace au bon fonctionnement de l’État.

      Une fois considéré comme une menace, l’individu perd tous ses droits politiques. Le philosophe italien Giorgio Agamben dit* que l’État est considéré comme un pouvoir souverain qui peut suspendre les lois dans un lieu ou une période donnés ; il peut déployer toute sa violence contre n’importe quel individu considéré comme une menace. Les terroristes entrent évidemment dans cette catégorie. Ainsi, l’exécution de terroristes présumés par des drones, hors de toute procédure judiciaire régulière, ne suscite pas beaucoup de remous dans la population.

      La police israélienne a déployé une stratégie similaire. La raison invoquée pour prolonger la détention d’Ahed est qu’elle « constitue un danger » pour les soldats (qui représentent l’État) et qu’elle pourrait entraver le fonctionnement de l’État (l’enquête). (...)

  • Appel à action : Libérez Ahed Tamimi !
    https://nantes.indymedia.org/articles/39530

    Nouvelle mise à jour : Bassem Tamimi a été placé en détention puis relâché par les forces israéliennes aujourd’hui, 20 décembre, alors qu’il assistait à l’audience, au tribunal militaire d’Ofer, pour sa fille Ahed dont la détention a été prolongée au moins jusqu’à lundi. Durant la nuit, lors de raids violents, les forces d’occupation ont appréhendé une cousine de la famille, et une militante de premier plan, Nour Tamimi, 21 ans, dans sa maison familiale à Nabi Saleh. Cela veut dire qu’Ahed et deux membres de sa famille, Nariman et Bassem – tous deux étant à la tête de la défense de la terre à Nabi Saleh – sont actuellement détenus par les forces d’occupation israéliennes. Mise à jour : la mère d’Ahed, Nariman Tamimi a été arrêtée au moment qu’elle est allée prendre des nouvelles de sa fille ! Ahed Tamimi a été (...)

    #Racisme #Répression #antifascisme #anti-repression #Racisme,Répression,antifascisme,anti-repression

  • Video: Israeli forces detain 17-year-old Palestinian girl in overnight raid
    Dec. 19, 2017 1:41 P.M. (Updated: Dec. 19, 2017 1:48 P.M.)
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=779648

    RAMALLAH (Ma’an) — Israeli forces detained a 17-year-old Palestinian girl from the Nabi Saleh village in northwestern Ramallah in the central occupied West Bank on Tuesday morning before dawn.

    Israeli forces raided the home of the al-Tamimi family, well-known internationally for their activism against the Israeli occupation, and detained Ahed al-Tamimi, 17.

    #Ahed_al_Tamimi

    • Cisjordanie : arrestation d’une jeune Palestinienne filmée en train de gifler des soldats

      L’adolescente, Ahed al-Tamimi, a reçu le prix Handala du courage en 2012 pour avoir défié les troupes israéliennes dans son village, Nabi Saleh

      Mustafa Abu Sneineh | 19 décembre 2017
      http://www.middleeasteye.net/fr/reportages/cisjordanie-arrestation-d-une-jeune-palestinienne-film-e-en-train-de-

      L’armée israélienne a arrêté ce mardi une jeune Palestinienne de 17 ans qui avait été filmée en train d’affronter et de frapper deux soldats israéliens à Nabi Saleh, un village situé au nord-ouest de la ville de Ramallah, en Cisjordanie occupée.

      Ahed al-Tamimi a été arrêtée avec sa mère lors d’une perquisition menée au domicile familial à l’aube.

      Le père d’Ahed, Bassem Tamimi, a indiqué sur les réseaux sociaux que les forces israéliennes avaient saisi leurs portables, ordinateurs et d’autres équipements électroniques.

      La famille a affirmé que les soldats les avaient battus pendant le raid.

      L’arrestation est survenue après qu’une vidéo montrant Ahed gifler et donner des coups de pied à deux soldats israéliens armés de fusils M16 et portant casques et gilets pare-balles est devenue virale sur les réseaux sociaux.

      #شاهد l #فيديو
      أخت رجال ?
      الطفلة عهد التميمي 17 عام لحظة صفعها ظابط صهيوني بوجهه pic.twitter.com/PcQqOhXaKq

      — Omar El Qattaa ? Sniper (@OmarElQattaa) December 19, 2017

      Traduction : « Le moment où l’enfant de 17 ans Ahed al-Tamimi gifle un officier sioniste. »

      La vidéo a apparemment été tournée le 15 décembre dernier devant la maison des Tamimi. Les soldats ne semblent pas avoir encouru de blessures sérieuses.

      Le porte-parole de l’armée israélienne a déclaré que le « commandant a[vait] agi professionnellement en ne se laissant pas entraîner dans la violence ».

      Le père d’Ahed al-Tamimi a expliqué que la jeune fille s’est emportée après que son cousin, Mohammed al-Tamimi, a été touché à la tête par une balle en caoutchouc tirée par un soldat israélien le 15 décembre dernier lors d’une manifestation contre la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël. L’adolescent de 14 ans est à présent dans un coma artificiel. (...)

      Dessin de Ahed Tamimi par Yousef Katalo


      https://twitter.com/Issaamro/status/943182373277110272

  • Australia is in danger - Opinion - Israel News
    The state Down Under recently revoked the visa of a noted Palestinian activist - the long arm of Israel is most apparent
    Amira Hass Apr 12, 2017 4
    read more: http://www.haaretz.com/opinion/.premium-1.782881

    Why is the Australian government afraid of Bassem Tamimi, a Palestinian from the village Nabi Saleh? Last Wednesday, Australia’s Department of Immigration and Border Protection revoked the entry visa it had given him a day earlier.

    Tamimi, who with other popular resistance activists in his village and across the West Bank have managed to focus international attention on the evils of the Israeli occupation, was invited by a left-wing organization and some pro-Palestinian groups to hold a series of lectures and meetings in Australia. No less than Tamimi, they were shocked by the hysterical revocation of his visa. As expected, pro-occupation and pro-expulsion websites were delighted.

    The revocation document, posted on the website of the Australian Broadcasting Corporation (ABC), says “the [immigration] department has recently been made aware of information that indicates there is a risk that members of the public will react adversely to Mr. Tamimi’s presence in Australia regarding his views of the ongoing political tensions in the Middle East. his presence in Australia would or might pose a risk to the good order of the Australian community.”

    Recep Tayyip Erdogan and Vladimir Putin couldn’t have better formulated the rationale for silencing any opposition voice. What Tamimi has to say is displeasing to some anonymous parties, it says in Australian. Between the lines: These elements could run wild trying to silence him or disrupt events he participates in, and the Australian authorities would be helpless to confront them due to their power (political, financial, physical, or all of these combined). In other words, he constitutes a risk because others will abuse their power in order to silence him.

    #Australie #Palestine #Israël

  • Entretien avec Bassem Tamimi de Nabi Saleh

    Palestine > « La troisième Intifada sera non violente » : Globservateur
    http://globservateur.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/06/16/palestine-bassem-tamimi.html

    Votre village de Nabi Saleh (600 habitants) est à la pointe du mouvement de « résistance populaire ». En quoi cela consiste-t-il ?

    En une marche pacifique, chaque vendredi, depuis décembre 2009, vers la source d’Al-Qaws, qui alimente notre village. Elle venait d’être confisquée par les habitants d’Halamish (1200 habitants), une colonie juive créée en 1977 et qui s’est approprié 60% des terres de Nabi Saleh. Peu à peu nous ont rejoint des habitants d’autres villages, des activistes israéliens et internationaux, conscients de la souffrance infligée par la colonisation.

    Il y a d’autre actions : des sit-in sur des routes de Cisjordanie réservées aux colons israéliens ; une manifestation dans un supermarché Rami Lévy, qui écoule des produits à prix bas et contribue à asphyxier l’économie palestinienne, m’a valu d’être arrêté en octobre.

    Pourquoi avoir choisi ce mode d’action non-violent ?

    Nous y réfléchissions depuis 2006, avec d’autres animateurs de la première Intifada (1987) en Cisjordanie. Nous sommes partis des luttes de Gandhi en Inde, de Martin Luther King aux États-Unis et Mandela en Afrique du Sud et, à partir de là, nous avons décidé de forger notre propre modèle.

    Parce que la négociation avec Israël a échoué : 20 ans après les accords d’Oslo (1993), le soi disant processus de paix n’a débouché que sur plus de colonisation. Le rythme auquel nous perdons nos terres a été multiplié par cinq ! Il y a en Cisjordanie un remplacement silencieux de la population palestinienne par des Israéliens.

    Et parce qu’il n’était pas question, pour nous, de la lutte armée. Cela ne marche pas ! Les attentats suicide de la seconde Intifada (2002) nous ont causé énormément de tort, en permettant à Israël de vendre l’idée qu’il y a un lien entre la lutte des Palestiniens pour leurs droits et le terrorisme global.

    Notre vision, c’est de refonder un mouvement de résistance de la société civile, sur le terrain, loin des universitaires, des ONG ou des dirigeants qui discutent dans des hôtels cinq étoiles.
    (...)
    Il y a des tas d’Etats multicommunautaires qui fonctionnent sur la planète.

    Et puis, il y a une raison toute simple. Mes enfants rêvent d’aller à la plage… S’il y a des barrières entre eux et leur rêve, le conflit continuera.

    Si nous croyons dans le même Dieu, si nous nous considérons les uns et les autres comme des êtres humains, si nous avons le sens des valeurs et des responsabilités. Nous devons construire un État modèle sur la terre sainte.

  • Is This Where the Third Intifada Will Start? - NYTimes.com

    http://www.nytimes.com/2013/03/17/magazine/is-this-where-the-third-intifada-will-start.html?pagewanted=all&_r=0

    Is This Where the Third Intifada Will Start?
    Peter van Agtmael/Magnum, for The New York Times

    Protesters fleeing from tear gas launched by the Israel Defense Forces. In the background, the Israeli settlement of Halamish. More
    On the evening of Feb. 10, the living room of Bassem Tamimi’s house in the West Bank village of Nabi Saleh was filled with friends and relatives smoking and sipping coffee, waiting for Bassem to return from prison. His oldest son, Waed, 16, was curled on the couch with his 6-year-old brother, Salam, playing video games on the iPhone that the prime minister of Turkey had given their sister, Ahed. She had been flown to Istanbul to receive an award after photos of her shaking her fist at an armed Israeli soldier won her, at 11, a brief but startling international celebrity. Their brother Abu Yazan, who is 9, was on a tear in the yard, wrestling with an Israeli activist friend of Bassem’s. Nariman, the children’s mother, crouched in a side room, making the final preparations for her husband’s homecoming meal, laughing at the two photographers competing for shots from the narrow doorway as she spread onions onto oiled flatbreads.

    #palestine #israel #intifada

  • Palestine : la leçon des enfants de Bassem et Nariman Tamimi à Mahmoud Abbas…

    (…)
    Bassem et Nariman Tamimi ont des enfants aussi tenaces et courageux. Après l’enlèvement hier de leur frère, l’enfant Waad Tamimi, les filles Tamimi ont donné une leçon de courage et de résistance non seulement à la meute de soldats sionistes qui les encerclaient mais aussi et surtout au servile Mahmoud Abbas et ses pantins collaborateurs

    Ému, j’ai écouté les filles Tamimi s’insurger contre les soldats : « vous vous croyez supérieurs avec votre bouclier… avec vos armes… on n’a pas peur… si vous arrachez un olivier, nous planterons cent oliviers ».

    Lire la suite …

    http://chahidslimani.over-blog.com

  • Réponse d’Alain Juppé concernant l’arrestation de Bassem Tamimi, coordinateur du comité de résistance populaire de Nabi Saleh - Actualités
    http://www.france-palestine.org/article18769.html

    Arrêté le 24 mars, M. Tamimi fait l’objet de cinq chefs d’accusation, dont trois se fondent sur une ordonnance militaire qui revient à nier le droit de manifester pour l’ensemble des Palestiniens soumis à l’occupation militaire, droit universellement reconnu.

    Sa situation me préoccupe tout autant que vous. L’Union européenne s’est saisie de ce cas et considère M. Tamimi comme un défenseur des droits de l’homme et un manifestant non violent. Une démarche a été effectuée récemment à son sujet auprès des autorités israéliennes par le chef de la délégation de l’Union européenne à Tel-Aviv. Elle a permis également de marquer le soutien européen au droit de manifester pacifiquement dans les Territoires palestiniens.

    S’agissant de la colonisation, que dénonce M. Tamimi, je vous rappelle les positions fermes prises par la France, qui condamne ce type d’entreprises, que nous avons qualifiées récemment de « provocations ». La colonisation est contraire au droit international et fait obstacle à la paix.

    Recherche à l’instant sur Google News : cette lettre d’Alain Juppé, ministre français des Affaires étrangères, marquant sa « préoccupation » quant à la procédure contre un « défenseur des droits de l’homme » « non violent » par Israël, n’a été reprise, signalée ou évoquée, par absolument aucun média français.

    On trouvera aussi sur le Web la copie de la lettre sur papier à entête :
    http://www.popularstruggle.org/sites/default/files/Juppe-Bassem-Tamimi-letter-French.pdf