person:ben bernanke

  • The bank bailout of 2008 was unnecessary. Fed Chairman Ben Bernanke scared Congress into it
    http://www.latimes.com/opinion/op-ed/la-oe-baker-bailout-20180914-story.html

    .... news reports on the crisis raised the prospect of empty ATMs and checks uncashed. There were stories in major media outlets about the bank runs of 1929.

    No such scenario was in the cards in 2008. Unlike 1929, we have the Federal Deposit Insurance Corporation. The FDIC was created precisely to prevent the sort of bank runs that were common during the Great Depression and earlier financial panics. The FDIC is very good at taking over a failed bank to ensure that checks are honored and ATMs keep working. In fact, the FDIC took over several major banks and many minor ones during the Great Recession. Business carried on as normal and most customers — unless they were following the news closely — remained unaware.

    [...]

    The Great Depression ended because of the massive government spending needed to fight World War II. But we don’t need a war to spend money. If the private sector is not creating enough demand for workers, the government can fill the gap by spending money on infrastructure, education, healthcare, child care or many other needs.

    There is no plausible story where a series of bank collapses in 2008-2009 would have prevented the federal government from spending the money needed to restore full employment. The prospect of Great Depression-style joblessness and bread lines was just a scare tactic used by Bernanke, Paulson and other proponents of the bailout to get the political support needed to save the Wall Street banks.

    This kept the bloated financial structure that had developed over the last three decades in place. And it allowed the bankers who got rich off of the risky financial practices that led to the crisis to avoid the consequences of their actions.
    While an orderly transition would have been best, if the market had been allowed to work its magic, we could have quickly eliminated bloat in the financial sector and sent the unscrupulous Wall Street banks into the dust bin of history. Instead, millions of Americans still suffered through the Great Recession, losing homes and jobs, and the big banks are bigger than ever. Saving the banks became the priority of the president and Congress. Saving people’s homes and jobs mattered much less or not at all.

    #MSM #mafia #finance #etats-unis

  • The Geopolitical Economy of the Global Internet Infrastructure on JSTOR
    https://www.jstor.org/stable/10.5325/jinfopoli.7.2017.0228

    Article très intéressant qui repositionne les Etats dans la gestion de l’infrastructure globale de l’internet. En fait, une infrastructure globale pour le déploiement du capital (une autre approche de la géopolitique, issue de David Harvey).

    According to many observers, economic globalization and the liberalization of telecoms/internet policy have remade the world in the image of the United States. The dominant roles of Amazon, Apple, Facebook, and Google have also led to charges of US internet imperialism. This article, however, argues that while these internet giants dominate some of the most popular internet services, the ownership and control of core elements of the internet infrastructure—submarine cables, internet exchange points, autonomous system numbers, datacenters, and so on—are tilting increasingly toward the EU and BRICS (i.e., Brazil, Russia, India, China, and South Africa) countries and the rest of the world, complicating views of hegemonic US control of the internet and what Susan Strange calls the knowledge structure.

    This article takes a different tack. It argues that while US-based internet giants do dominate some of the middle and top layers of the internet—for example, operating systems (iOS, Windows, Android), search engines (Google), social networks (Facebook), online retailing (Amazon), over-the-top TV (Netflix), browsers (Google Chrome, Apple Safari, Microsoft Explorer), and domain names (ICANN)—they do not rule the hardware, or material infrastructure, upon which the internet and daily life, business, governments, society, and war increasingly depend. In fact, as the article shows, ownership and control of many core elements of the global internet infrastructure—for example, fiber optic submarine cables, content delivery networks (CDNs), autonomous system numbers (ASN), and internet exchange points (IXPs)—are tilting toward the rest of the world, especially Europe and the BRICS (i.e., Brazil, Russia, India, China, and South Africa). This reflects the fact that the United States’ standing in the world is slipping while an ever more multipolar world is arising.

    International internet backbone providers, internet content companies, and CDNs interconnect with local ISPs and at one or more of the nearly 2000 IXPs around the world. The largest IXPs are in New York, London, Amsterdam, Frankfurt, Seattle, Chicago, Moscow, Sao Paulo, Tokyo, and Hong Kong. They are core elements of the internet that switch traffic between all the various networks that comprise the internet system, and help to establish accessible, affordable, fast, and secure internet service.

    In developed markets, internet companies such as Google, Baidu, Facebook, Netflix, Youku, and Yandex use IXPs to interconnect with local ISPs such as Deutsche Telecoms in Germany, BT or Virgin Media in Britain, or Comcast in the United States to gain last-mile access to their customers—and vice versa, back up the chain. Indeed, 99 percent of internet traffic handled by peering arrangements among such parties occurs without any money changing hands or a formal contract.50 Where IXPs do not exist or are rare, as in Africa, or run poorly, as in India, the cost of bandwidth is far more expensive. This is a key factor that helps to explain why internet service is so expensive in areas of the world that can least afford it. It is also why the OECD and EU encourage developing countries to make IXPs a cornerstone of economic development and telecoms policy work.

    The network of networks that make up the internet constitute a sprawling, general purpose platform upon which financial markets, business, and trade, as well as diplomacy, spying, national security, and war depend. The world’s largest electronic payments system operator, the Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunications’ (SWIFT) secure messaging network carries over 25 million messages a day involving payments that are believed to be worth over $7 trillion USD.59 Likewise, the world’s biggest foreign currency settlement system, the CLS Bank, executes upward of a million trades a day worth between $1.5 and $2.5 trillion over the global cable systems—although that is down by half from its high point in 2008.60 As Stephen Malphrus, former chief of staff to the US Federal Reserve Chairman Ben Bernanke, observed, when “communications networks go down, the financial services sector does not grind to a halt, rather it snaps to a halt.”61

    Governments and militaries also account for a significant portion of internet traffic. Indeed, 90 to 95 percent of US government traffic, including sensitive diplomatic and military orders, travels over privately owned cables to reach officials in the field.62 “A major portion of DoD data traveling on undersea cables is unmanned aerial vehicle video,” notes a study done for the Department of Homeland Security by MIT scholar Michael Sechrist.63 Indeed, the Department of Defense’s entire Global Information Grid shares space in these cables with the general public internet.64

    The 3.6 billion people as of early 2016 who use the internet to communicate, share music, ideas and knowledge, browse, upload videos, tweet, blog, organize social events and political protests, watch pornography, read sacred texts, and sell stuff are having the greatest influence on the current phase of internet infrastructure development. Video currently makes up an estimated two-thirds of all internet traffic, and is expected to grow to 80 percent in the next five years,69 with US firms leading the way. Netflix single-handedly accounts for a third of all internet traffic. YouTube is the second largest source of internet traffic on fixed and mobile networks alike the world over. Altogether, the big five internet giants account for roughly half of all “prime-time” internet traffic, a phrasing that deliberately reflects the fact that internet usage swells and peaks at the same time as the classic prime-time television period, that is, 7 p.m. to 11 p.m.

    Importance des investissements des compagnies de l’internet dans les projets de câbles.

    Several things stand out from this analysis. First, in less than a decade, Google has carved out a very large place for itself through its ownership role in four of the six projects (the SJC, Faster, Unity, and Pacific Cable Light initiatives), while Facebook has stakes in two of them (APG and PLCN) and Microsoft in the PLCN project. This is a relatively new trend and one that should be watched in the years ahead.

    A preliminary view based on the publicly available information is that the US internet companies are important but subordinate players in consortia dominated by state-owned national carriers and a few relatively new competitors. Keen to wrest control of core elements of the internet infrastructure that they perceive to have been excessively dominated by United States interests in the past, Asian governments and private investors have joined forces to change things in their favor. In terms of the geopolitical economy of the internet, there is both a shift toward the Asia-Pacific region and an increased role for national governments.

    Return of the State as Regulator of Concentrated Markets

    In addition to the expanded role of the state as market builder, regulator, and information infrastructure policy maker, many regulators have also rediscovered the reality of significant market concentration in the telecom-internet and media industries. Indeed, the US government has rejected several high-profile telecoms mergers in recent years, such as AT&T’s proposal to take over T-Mobile in 2011, T-Mobile’s bid for Sprint in 2014, and Comcast’s attempt to acquire Time Warner Cable last year. Even the approval of Comcast’s blockbuster takeover of NBC Universal in 2011, and Charter Communications acquisition of Time Warner Cable last year, respectively, came with important strings attached and ongoing conduct regulation designed to constrain the companies’ ability to abuse their dominant market power.87 The FCC’s landmark 2016 ruling to reclassify broadband internet access as a common carrier further indicated that US regulators have been alert to the realities of market concentration and telecoms-internet access providers’ capacity to abuse that power, and the need to maintain a vigilant eye to ensure that their practices do not swamp people’s rights to freely express themselves, maintain control over the collection, retention, use, and disclosure of their personal information, and to access a diverse range of services over the internet.88 The 28 members of the European Union, along with Norway, India, and Chile, have adopted similar “common carriage/network neutrality/open network”89 rules to offset the reality that concentration in core elements of these industries is “astonishingly high”90 on the basis of commonly used indicators (e.g., concentration ratios and the Herfindahl–Hirschman Index).

    These developments indicate a new phase in internet governance and control. In the first phase, circa the 1990s, technical experts and organizations such as the Internet Engineers Task Force played a large role, while the state sat relatively passively on the sidelines. In the second phase, circa the early to mid-2000s, commercial forces surged to the fore, while internet governance revolved around the ICANN and the multi-stakeholder model. Finally, the revelations of mass internet surveillance by many states and ongoing disputes over the multi-stakeholder, “internet freedom” agenda on the one side, versus the national sovereignty, multilateral model where the ITU and UN system would play a larger role in internet governance all indicate that significant moves are afoot where the relationship between states and markets is now in a heightened state of flux.

    Such claims, however, are overdrawn. They rely too heavily on the same old “realist,” “struggle for control” model where conflict between nation-states has loomed large and business interests and communication technologies served mainly as “weapons of politics” and the handmaidens of national interests from the telegraph in the nineteenth century to the internet today. Yet, nation-states and private business interests, then and now, not only compete with one another but also cooperate extensively to cultivate a common global space of economic accumulation. Communication technologies and business interests, moreover, often act independent of the nation-state and via “private structures of cooperation,” that is, cartels and consortia, as the history and contemporary state of the undersea cable networks illustrate. In fact, the internet infrastructure of the twenty-first century, much like that of the industrial information infrastructure of the past 150 years, is still primarily financed, owned, and operated by many multinational consortia, although more than a few submarine communications cables are now owned by a relatively new roster of competitive players, such as Tata, Level 3, Global Cloud Xchange, and so forth. They have arisen mostly in the last 20 years and from new quarters, such as India in the case of Tata, for example.

    #Economie_numérique #Géopolitique #Câbles_sous_marins

  • Banquiers centraux, tous coupables ?

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/03/09/banquiers-centraux-tous-coupables_4878966_3234.html

    Elle bénéficie d’une couverture médiatique à faire pâlir de jalousie n’importe quelle star hollywoodienne. Pas une semaine ne s’écoule sans que ses faits et gestes soient analysés par une palanquée d’experts. Jeudi 10 mars, une fois encore, la Banque centrale européenne (BCE) sera au centre de l’attention de la planète finance. A l’issue de la réunion de ses gouverneurs, son président, Mario Draghi, devrait annoncer de nouvelles mesures pour tenter d’enrayer l’inflation faible qui mine l’économie européenne.

    Au programme ? Un élargissement probable des rachats de dettes publiques, aujourd’hui de 60 milliards d’euros par mois, prévoient les économistes. Ou encore une nouvelle baisse du taux de dépôt, aujourd’hui de – 0,3 %. « La BCE dispose de nombreuses options. Le problème, c’est que l’efficacité de certaines d’entre elles n’est pas garantie », résume Bruno Colmant, économiste à l’Université catholique de Louvain.

    Longtemps, les banquiers centraux ont été les héros de l’économie mondiale. Mario Draghi ? Le sauveur de l’euro. Ben Bernanke, le prédécesseur de Janet Yellen à la tête de la Réserve fédérale (Fed) ? Le génie qui a épargné une terrible dépression aux Etats-Unis. Mais depuis quelques semaines, le vent a tourné. Les experts doutent de leurs pouvoirs. Certains les accusent d’être des pousse-au-crime responsables des turbulences qui ont secoué les marchés en début d’année. Voire de faire le lit de la prochaine crise. A juste titre ? Les instituts monétaires ont-ils vraiment perdu la raison ?

    ( ...) Longtemps, les banquiers centraux ont été les héros de l’économie mondiale. Mario Draghi ? Le sauveur de l’euro. Ben Bernanke, le prédécesseur de Janet Yellen à la tête de la Réserve fédérale (Fed) ? Le génie qui a épargné une terrible dépression aux Etats-Unis. Mais depuis quelques semaines, le vent a tourné. Les experts doutent de leurs pouvoirs. Certains les accusent d’être des pousse-au-crime responsables des turbulences qui ont secoué les marchés en début d’année. Voire de faire le lit de la prochaine crise. A juste titre ? Les instituts monétaires ont-ils vraiment perdu la raison ? Alors que la croissance mondiale vacille de nouveau, ils sont devenus les boucs émissaires commodes d’un monde affolé. Explications.

    A quoi servent les banques centrales ?

    On parle tellement d’elles qu’on finit presque par l’oublier. En théorie, la principale mission des banques centrales est simple, même si elle varie un peu selon les pays : outre l’impression des billets, contribuer au bien-être économique des ménages en assurant la stabilité des prix, du change et de l’activité. Et ce, en complément des politiques budgétaires et structurelles menées par les Etats.

    Pour y parvenir, elles disposent de plusieurs outils de politique monétaire, dont le principal est la fixation du « prix » de l’argent, par les taux directeurs. Lorsque les banquiers centraux baissent ces derniers, les taux pratiqués par les établissements bancaires – lorsqu’ils se prêtent entre eux, puis lorsqu’ils prêtent aux ménages et aux entreprises – baissent à leur tour. Le crédit devient moins cher, ce qui favorise la consommation, l’investissement et la croissance. A l’inverse, une hausse des taux freine l’endettement et le risque de surchauffe des prix et de l’économie.
    Seulement, voilà : pendant la crise des subprimes, aux Etats-Unis, les banquiers centraux ont élargi leurs prérogatives et inventé de nouveaux instruments, toujours plus audacieux. Mais aux effets incertains...

    Pourquoi leur a-t-on confié l’économie mondiale en 2008 ?

    Les instituts monétaires ont appris leurs leçons. « Lorsque la crise de 2008 a frappé, ils se sont rappelés qu’après le krach boursier de 1929, les erreurs de politique monétaire ont plongé les Etats- Unis et l’Europe dans une dépression violente », rappelle Laurent Clavel, économiste chez AXA IM. Grand spécialiste de cette période, Ben Bernanke, à la tête de la Fed entre 2006 et 2014, a été le premier à agir pour éviter le scénario noir de 1929, suivi par la BCE, la Banque d’Angleterre (BoE) et la Banque du Japon (BoJ).

    Tout en baissant au maximum leurs taux directeurs, les banquiers centraux ont multiplié les mesures pour fournir aux banques les liquidités dont elles avaient besoin pour continuer de fonctionner.
    « Grâce à cela, ils ont évité la paralysie totale du système bancaire, qui aurait asphyxié l’économie réelle », rappelle Patrick Artus, chez Natixis, coauteur de La Folie des banques centrales (Fayard, 168 pages, 15 euros).

    Dans la foulée, ils ont innové pour relancer l’activité et les prix – car l’inflation faible est synonyme de croissance faible. Dès 2008, la Fed s’est ainsi mise à racheter des titres de dettes publiques (c’est le quantitative easing, ou QE), en créant massivement de la monnaie, dans l’espoir que ces liquidités contribuent au redémarrage du crédit. La BoE, la BoJ puis, en 2014, la BCE, l’ont imitée.

    Et les gouvernements, pendant ce temps-là ? « Après avoir fait de la relance, ils ont lâché l’affaire et ont laissé les banques centrales toutes seules aux manettes », assène Charles Wyplosz, économiste au Graduate Institute de Genève. « Désormais, ils attendent tout d’elles, comme si s’occuper de la croissance n’était plus de leur ressort », ajoute sa consœur Urszula Szczerbowicz, du Centre d’études prospectives et d’informations internationales.
    Certes augmenter la dépense publique pour relancer l’économie est aujourd’hui délicat, tant la dette des Etats est élevée : 245 % du produit intérieur brut (PIB) au Japon, 105 % aux Etats-Unis, 91,6 %, en moyenne, en zone euro. Mais les banques centrales ne peuvent pas, à elles seules, faire des miracles. Leur principal crime est d’avoir trop longtemps laissé croire le contraire pour rassurer les marchés, devenus accros à leurs liquidités...

    Pourquoi échouent-elles à relancer inflation et croissance ?

    Parce que le QE, la monnaie créée par les banques centrales, est passé de 6 % du PIB mondial à la fin des années 1990, à 30 % aujourd’hui. Mais ces liquidités ne sont pas parvenues jusqu’à l’économie réelle. Faiblesse de la demande, spéculation, frilosité... Elles ne parviennent pas à sortir du système financier.
    Pour tenter de les débloquer, la BCE et la BoJ ont donc passé leur taux de dépôt en territoire négatif – ce qui revient à taxer les banques pour les liquidités qu’elles laissent dormir à court terme dans les coffres des instituts monétaires. De quoi, en théorie, les inciter à plutôt prêter ces sommes aux entreprises.

    Las, malgré ces mesures massives, l’inflation reste atone en zone euro (− 0,2 % en février) et dans la plupart des pays industrialisés, où la croissance est décevante. La raison ? Les outils monétaires sont inefficaces contre certains des maux qui minent l’économie mondiale, comme la course aux bas prix entre les pays, l’anémie de la demande, l’affaiblissement de la productivité ou le vieillissement de la population. « Essayer de relancer le crédit alors que ménages, entreprises et Etats sont en phase de désendettement dans la plupart des pays est inefficace », ajoute Isabelle Job-Bazille, chez Crédit agricole SA.

    En somme, les politiques monétaires permettent surtout de gagner du temps. Elles ont administré un puissant antidouleur à l’économie en attendant que le véritable remède soit disponible. Celui qui permettra de relancer vraiment la croissance – et ce, par la hausse de la productivité et l’innovation.

    Se sont-elles lancées dans la guerre des monnaies ?

    Parmi les ruses testées par les banques centrales ces derniers mois, il y a la manipulation plus ou moins officieuse de leur devise. En se lançant dans le QE, début 2015, la BCE ne cherchait pas seulement à relancer le crédit. En augmentant la quantité d’euros en circulation, elle cherchait aussi à faire baisser le cours de la monnaie unique. De quoi donner un petit coup de pouce aux exportateurs européens. Mais aussi, faire grimper le prix des produits importés, et relancer un peu l’inflation. Ce qui a fonctionné un temps : entre mi-2014 et mi-2015, l’euro a perdu près de 10 % face aux autres devises.

    De même, l’un des objectifs du taux de dépôt négatif est d’encourager les capitaux à se placer dans un autre Etat, où les taux sont plus attractifs. Ce mouvement de départ est de nature à faire baisser la monnaie (les investisseurs en revendent pour aller ailleurs). Voilà pourquoi, la BCE, la BoJ, mais aussi la Banque nationale de Suisse, la Banque du Danemark ou la Banque de Suède s’y sont converties. « C’est une forme de guerre des monnaies », résume M. Artus.

    Car, voilà : dans le système actuel des taux de change flottants, une devise ne peut descendre que si une autre s’apprécie... « Or, aujourd’hui, personne ne veut d’une monnaie forte », explique Anton Brender, économiste en chef chez Candriam. Y compris les Etats-Unis qui, en 2015, ont laissé le dollar monter sans trop protester, car leur économie allait mieux. Mais leurs entreprises commencent à en souffrir.
    Ce qui pourrait convaincre la Fed – qui a entamé une lente remontée de ses taux directeurs en décembre 2015 – de marquer une pause lors de sa réunion des 15 et 16 mars. Autant dire que la guerre des monnaies ne fait que commencer. D’autant que la Chine a, elle aussi, entamé une politique de lente dépréciation du yuan.

    Préparent-elles la prochaine crise ?

    On l’a vu, les remèdes monétaires ne peuvent pas tout. Pour palier l’anémie de la demande – et, donc, celle de la productivité, de l’innovation et de l’investissement –, c’est aussi aux Etats d’agir, jugent les économistes. Ceux qui disposent de marges de manœuvre budgétaires, comme l’Allemagne, pourraient investir dans les infrastructures.

    La Banque européenne d’investissement (BEI) pourrait également profiter des taux zéro pour lever de l’argent et investir dans des grands projets européens (transition énergétique, par exemple), qui permettraient de gonfler la croissance future. « La BCE pourrait, d’ailleurs, aider, en rachetant des obligations de la BEI », suggère Jézabel Couppey-Soubeyran, économiste à Paris-I-Panthéon- Sorbonne.

    Problème : si aucun de ces projets ne voit le jour, les armes monétaires comme le QE pourraient finir par se muer en terrible poison. De fait, les liquidités massivement injectées depuis 2008 augmentent la volatilité des marchés financiers – on l’a vu en début d’année. Chaque fois qu’elles se déplacent d’une Bourse à l’autre à la recherche de meilleurs rendements, ces liquidités déclenchent des mini-krachs. Ces mouvements destructeurs sont aggravés par le fait que, en partie à cause des nouvelles réglementations financières, les banques ne jouent plus le rôle stabilisateur qu’elles tenaient autrefois sur certains marchés, par exemple de devises, où elles détenaient d’importants stocks d’actifs.

    Surtout, les mesures des banques centrales risquent, à terme, de favoriser la formation de bulles. Les taux bas poussent en effet les investisseurs vers les actifs les plus rentables, comme l’immobilier, les actions de la nouvelle économie ou encore, des obligations d’entreprises. Mais certains en achètent plus que de raison.

    En outre, ce phénomène a tendance à renforcer les inégalités – surtout aux Etats-Unis –, en favorisant les ménages dont le patrimoine est investi en Bourse ou dans l’immobilier. Et il soulève une angoissante question : l’explosion de ces bulles menace-t-elle la croissance mondiale, comme celle des subprimes en 2008 ? Pas forcément. Mais une chose est sûre : si cela se produisait, les banques centrales se retrouveraient cette fois sans munitions...

  • Sur Atlantico, le bon sens coule (parfois) à flot...

    La femme la plus puissante au monde donne une belle leçon de politique économique à l’Europe : la seule bulle dont devraient se préoccuper les banques centrales, c’est le chômage

    Janet Yellen, unique candidate au remplacement de Ben Bernanke à la tête de la Réserve fédérale américaine a été soumise le 14 novembre dernier aux questions des sénateurs de la commission bancaire. Ses déclarations ont pu faire état des préoccupations sociales d’un pays pourtant réputé pour sa radicalité économique.

    C’est ainsi que Janet Yellen a pu déclarer « notre objectif est de promouvoir un robuste rétablissement de notre économie », « notre objectif est le plein emploi. » Elle rappelle aux sénateurs que le taux de chômage américain a été réduit de 10 à 7,3% notamment grâce au soutien monétaire apporté par la Réserve fédérale, mais que ce taux est encore trop élevé pour arrêter le dit soutien. Sa préoccupation se dirige principalement vers les familles affectées par le fléau du chômage et mentionne le chiffre historiquement élevé de 36% de chômeurs de longue durée. Ces familles sont menacées, les mariages sont menacés, la situation est douloureuse. Il est alors primordial de faire de la lutte contre le chômage la priorité.

    (..)

    En Europe, Lorsque l’actuel président de la Banque centrale européenne Mario Draghi se prononce sur l’emploi, notamment en janvier dernier, voici le résultat « Notre mandat n’est pas le plein emploi », rien de plus. Le contraste est saisissant. Pour une Europe sociale, nous pouvons admettre qu’il peut y avoir un problème idéologique qui se caractérise par la divergence entre ces deux discours. En Europe, Les membres fondateurs auraient ils omis de se préoccuper de l’étendue du pouvoir d’une banque centrale pour se contenter de lui affecter la maîtrise des prix comme seul et unique rôle ?

    http://www.atlantico.fr/decryptage/janet-yellen-femme-plus-puissante-au-monde-donne-belle-lecon-politique-eco

  • #Brics : retour à la case crise | La valise diplomatique
    http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2013-09-02-brics

    Il aura suffi d’un discours du président de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed), M. Ben Bernanke, pour écorner le mythe d’un découplage entre les économies (moribondes) du Nord et celles (florissantes) du Sud. De l’avis même de l’ancien économiste de la banque Goldman Sachs Jim O’Neill, qui l’avait imaginé, l’acronyme « Bric » — désignant un groupe de pays à la croissance insolente (Brésil, Russie, Inde et Chine, auxquels il était devenu coutumier d’adjoindre un S pour l’Afrique du Sud) —, n’aurait plus aucun sens : « Si je devais le changer, je ne laisserais plus que le “C” », a-t-il récemment remarqué. Avant d’ajouter : « Mais cela ne ferait sans doute pas un excellent acronyme... » (...)
    http://blogs.wsj.com/moneybeat/2013/08/23/china-only-bric-country-currently-worthy-of-the-title-oneill

    #Brésil #États-Unis #Économie #Finance #Monnaie #Relations_Nord-Sud #Crise_financière

    Lire « Le Brésil, ce géant entravé », par Renaud Lambert (#2009/06)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2009/06/LAMBERT/17193

    Mai 2008. L’économie américaine entame sa descente aux enfers. Au Brésil ? Tout va bien, merci. Le président Luiz Inácio Lula da Silva estime que son pays « vit un moment magique. » Après une hausse de 5,67 % du produit intérieur brut (PIB) en 2007, le gouvernement a le moral au beau fixe. Peu importe ce qui se passe ailleurs : la croissance continuera « au rythme actuel au cours des quinze-vingt prochaines années ».

  • Ben Bernanke, ce hippie - RTBF Chroniques Paul Krugman
    http://www.rtbf.be/info/chroniques/chronique_ben-bernanke-ce-hippie-paul-krugman?id=7938631

    Plus que quelques semaines avant une date que la majorité des gens de Washington aimeraient, à mon avis, oublier : le début de la guerre en Irak. Ce dont je me souviens de cette époque, c’est l’extrême imperméabilité du consensus de l’élite en faveur de la guerre. Si l’on tentait de montrer que cette guerre reposait sur des motifs fallacieux crées par l’administration Bush, qu’elle ne tenait pas debout, si l’on montrait les risques et les coûts probables de cette guerre, eh bien l’on était traité d’ignorant et d’irresponsable.

    Apparemment, les preuves avancées pour critiquer cette hâte d’entrer en guerre n’avaient aucune importance. Quiconque s’opposait à la guerre était, par définition, un hippie idiot. Il est incroyable de constater que ce jugement n’a pas changé, même après que toutes les prédictions de ceux critiquant cette guerre se soient produites. Tous ceux qui ont soutenu cette entreprise désastreuse sont toujours considérés comme « crédibles » sur le plan de la sécurité nationale (pourquoi John McCain est-il toujours un personnage clef des talkshows du dimanche ?) alors que ceux qui s’y sont opposés sont toujours considérés comme suspects.

    Et ce qu’il y a d’encore plus remarquable, c’est qu’une histoire similaire s’est jouée ces trois dernières années, cette fois à propos de mesures économiques. A l’époque, tous les gens importants avaient décidé qu’une guerre sans aucun rapport avec une attaque terroriste était la réponse appropriée ; il y a trois ans, ils ont tous décidé que l’austérité fiscale était la réponse appropriée à une crise économique causée par des banques sans scrupules, avec le soi-disant danger imminent des déficits budgétaires dans le rôle tenu à l’époque par les soi-disant armes de destruction massives de Saddam Hussein.

    Aujourd’hui, comme à l’époque, le consensus a semblé imperméable à tous les contre-arguments, même ceux les plus fondés. Et aujourd’hui, comme à l’époque, les chefs du consensus sont toujours considérés comme crédibles, même s’ils se sont trompés sur toute la ligne (pourquoi les gens voient-ils toujours Alan Simpson comme un grand sage ?) alors que ceux qui critiquent le consensus sont vus comme des hippies stupides même si toutes leurs prédictions – à propos des taux d’intérêt, de l’inflation, des effets désastreux de l’austérité – se sont réalisées.

  • Le dilemme de François Lenglet face à la guerre économique qui va redoubler de brutalité en 2013 : utiliser les armes reniées par le capitalisme (l’inflation) ou se laisser bouffer en restant intègres et fidèles à nos engagements (capitalistes) ?

    Ben Bernanke, le patron de la Réserve fédérale américaine, affirme désormais que son objectif n’est plus de s’en prendre à l’inflation, mais de faire diminuer le chômage

    Quelle hérésie pour Lenglet ! Mieux vaut le chômage que l’inflation, on le sait bien. Le premier nuit au travailleur, la seconde au capitaliste qui voit ses capitaux s’éroder avec le temps et ses intérêts amoindris par cette dévaluation permanente... Les priorités sont vite trouvées..
    Alors quoi ? Les capitalistes auraient trahis leur classe ? Tout l’Occident aurait-il viré de bord ? Non, à l’extrémité d’un continent, une zone résiste encore...

    Fort heureusement, il y a la zone euro, éternelle dinde de Noël qui attend paisiblement de se faire égorger. Sous la pression des Allemands, les derniers monétaristes au monde, elle maintient un discours rigoriste sur l’inflation

    Problème : pour la France, cette stratégie est suicidaire car cela anéantit tout effort sur sa « compétitivité », présentée depuis 40 ans comme le mal français... Et si le problème de compétitivité n’était pas dû au système de protection sociale des français, mais juste au dogme de la monnaie forte ?

    François est loyal, en bon soldat il va devoir défendre la stratégie de son camp, mais on sent bien qu’il vacille...

    Bref, ce billet de François Lenglet est incroyablement riche d’enseignements, faudra que j’y revienne...
    http://www.lepoint.fr/editos-du-point/francois-lenglet/le-banquier-la-pizza-et-la-dinde-de-noel-10-01-2013-1611846_778.php

    #dogmatisme #acharnement #compétitivité #inflation #chômage #monétarisme

  • Randy Wray: The World’s Worst Central Banker

    Naked capitalism

    Non non, il ne s’agit pas de Bernanke...

    http://www.nakedcapitalism.com/2012/10/randy-wray-the-worlds-worst-central-banker.html

    By Randy Wray, Professor of Economics at the University of Missouri-Kansas City and Senior Scholar at the Levy Economics Institute of Bard College, New York.

    Yves here. I guarantee some readers will recoil at Wray’s refusal to depict inflation as Economic Enemy Number One. Even if you think his praise of the central banker in question is overdone, consider: would you rather be an ordinary worker in her country, or in, say, Ireland, Latvia, or Spain right now?

    OK, I know you think this is yet another critical column on Chairman Ben Bernanke.

    Nay, I just returned from a conference held by the Central Bank of Argentina—“Central Banks, Financial Systems and Economic Development” held in Buenos Aires on October 1st and 2nd. Yours truly gave a talk on Modern Money—and the powerpoint will appear below (not magically—I’ll probably need professional help so your patience will be required).

    #crise #banques #crise-bancaire #crise-financière