person:bernie sanders

  • Un mot qui signifie « panique », par Pierre Rimbert
    https://www.monde-diplomatique.fr/mav/164/RIMBERT/59698

    Il est d’usage qu’un texte consacré au #populisme débute par l’aveu d’un léger malaise : à quoi rime une notion qui rassemble les paysans américains et les étudiants russes de la fin du XIXe siècle, MM. Bernie Sanders et Donald Trump, Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen, Nicolás Maduro et Jair Bolsonaro ? Mais, sitôt ce doute exposé, il convient de n’en tenir aucun compte et d’enchaîner sur un constat tout aussi rituel : le danger populiste est de retour, il menace le pluralisme et la #démocratie. Ce disque rayé tourne depuis plus d’un demi-siècle.


  • Bernie est-il Tulsi-compatible ?
    http://www.dedefensa.org/article/bernie-est-il-tulsi-compatible

    Bernie est-il Tulsi-compatible ?

    CNN avait organisé lundi soir une réunion autour de Bernie Sanders, nouveau candidat à la nomination démocrate pour les présidentielles 2020, et candidat particulièrement remarquable parce qu’il a réuni aussitôt sur son nom un soutien tout aussi remarquable. (Un million de signatures et $6 millions de donations individuelles en une petite décade.) On ne dira pas que Sanders, vaincu par les machinations de la direction (DNC) du parti démocrate totalement phagocyté par la pourriture-Clinton lors de la campagne des primaires de 2016, qui aura tout de même 80 ans l’année de son entrée en fonction en 2021 s’il est élu, est d’ores et déjà le favori des primaires démocrates mais il démarre vraiment en trombe, – comme s’il retrouvait instantanément les foules qui l’avaient soutenu (...)


  • ’Combating BDS Act’ passes Senate, 77-23, as Dem presidential hopefuls vote No, and Paul slams ’paranoia’ of ’the lobby’
    US Politics Philip Weiss on February 5, 2019

    https://mondoweiss.net/2019/02/combating-presidential-paranoia

         

    This afternoon the Senate by a vote of 77-23 passed S.1, which contains the Combating BDS Act, encouraging states to pass laws that authorize economic punishments against those who support boycott of Israel. Faiz Shakir, national political director of the ACLU, says:

    The Senate just passed a bill that tramples on the 1st Amendment rights of Americans. The House should refuse to take it up.

    The ACLU led opposition to the bill and is already moving on to the House. It reports:

    Should the House take up similar legislation, we urge members to remove the Combating BDS Act from the package of bills due to the threat it poses to all Americans’ First Amendment right to boycott…

    Senators who voted for the bill: we encourage you to read the Constitution, which protects against the McCarthy-era tactics this bill endorses.

    I am told there is real hope that the Democratic House will reject the measure.

    The 23 Senators who voted against include all likely or announced presidential candidates with the exception of Amy Klobuchar — who reportedly said she opposed the BDS provision but approved other parts of the bill. All the Nays were Democrats except for one Republican, Rand Paul, who warned that the majority is “paranoid” about the Israel lobby. The roll of honor:

    Tammy Baldwin, Cory Booker, Sherrod Brown, Tom Carper, Dick Durbin, Dianne Feinstein, Kirsten Gillibrand, Kamala Harris, Martin Heinrich, Mazie Hirono, Tim Kaine, Patrick Leahy, Ed Markey, Jeff Merkley, Chris Murphy, Rand Paul, Jack Reed, Bernie Sanders, Brian Schatz, Jeanne Shaheen, Tom Udall, Chris Van Hollen, Elizabeth Warren

    The bill is a landmark in anti-Palestinianism. The IMEU relates: “‘It’s disappointing that the Senate has voted to undermine the free speech rights of advocates for Palestinian freedom.’ – Rebecca Vilkomerson, Executive Director of Jewish Voice for Peace.”

    J Herbert Nelson II of the Presbyterian Church’s Israel Palestine Mission Network called the bill “unjust” for limiting what more and more people wish to do for Palestinian rights:

    A growing number of churches and other faith groups, including the Presbyterian Church (USA), have endorsed time-honored tools like boycotts to avoid profiting from Israel’s abuses of Palestinian rights. In passing the CBA, the Senate is condoning attempts by politicians at the state level to suppress our efforts to be true to our faith and avoid being complicit in the suffering of others.

    There was an upside to the vote. “Ugly day for the Senate, but something important happened here: All serious 2020 candidates (Harris, Sanders, Warren, Gillibrand and Booker) bucked AIPAC and voted against this anti-BDS bill,” Ryan Grim tweets. “That tells you a LOT about the politics of Israel in the Democratic Party.”

    The Jewish establishment was all for this bill. AIPAC urged its passage. So did Jewish Federations, the leading Jewish philanthropic organizations:


  • Forget Tlaib and Omar, Democratic 2020 front-runners should worry Israel more

    While the new generation of pro-BDS lawmakers are making news, Democratic presidential contenders’ opposition to ’pro-Israel’ legislation signals a much deeper shift
    Amir Tibon Washington
    Feb 04, 2019
    https://www.haaretz.com/us-news/.premium-forget-tlaib-and-omar-democratic-2020-front-runners-worry-israel-m

    WASHINGTON – Two newly elected congresswomen may be generating a lot of headlines, but Israeli officials are most concerned about the heated Senate debate about Israel in the past month than the pro-boycott statements of Democratic Reps. Rashida Tlaib and Ilhan Omar.

    While Israeli officials are worried about the media attention Tlaib and Omar are receiving – which is seen as helping to advance their views and possibly creating more support for them – they are not perceived as having the potential to weaken or delay pro-Israel legislation in Congress. The representatives’ ability to pass laws that would harm or upset the Israeli government is seen as even more limited.
    Haaretz Weekly Ep. 13Haaretz

    But talking with Haaretz, Israeli officials admit greater concern that close to half of all Democratic senators voted against the anti-boycott, divestment and sanctions legislation proposed by Sen. Marco Rubio (Republican of Florida) last week.

    Almost all of the Democratic senators who are potential 2020 presidential nominees – from Elizabeth Warren, Kamala Harris and Bernie Sanders (an independent who caucuses with the Democrats) to Sherrod Brown, Cory Booker and Kirsten Gillibrand – opposed the legislation, citing concerns over freedom of speech. The senators said that although they oppose BDS, they also oppose legislation that would force state contractors to sign a declaration saying they don’t boycott Israel or its settlements in the occupied territories.
    Democratic Rep. Ilhan Omar smiling during a news conference with Nancy Pelosi on Capitol Hill in Washington, November 30, 2018.
    Democratic Rep. Ilhan Omar smiling during a news conference with Nancy Pelosi on Capitol Hill in Washington, November 30, 2018.Bloomberg

    The anti-BDS legislation being opposed by high-ranking Democratic senators and presidential hopefuls has been a flagship project of the pro-Israel lobby in the United States for the past decade. It has also received strong support and encouragement from senior officials in the Israeli government. The pushback on the Democratic side to the legislation, which is coming from the mainstream of the party, is more consequential in the long-term than the provocative statements of freshman members of the House of Representatives, according to Israeli officials.


  • Socialism and Freedom: Karl Polanyi’s Early Writings - Los Angeles Review of Books
    https://lareviewofbooks.org/article/socialism-and-freedom-karl-polanyis-early-writings

    SOCIALISM IS BACK — a phoenix rising from the ashes, or a vampire emerging from the crypt, depending on who you ask. So real is the threat that the White House’s Council of Economic Advisors recently devoted their considerable resources to writing a report, “The Opportunity Costs of Socialism,” warning of the dangers of a socialist system, one in which the state spends other people’s money. Adding to the sense of déjà vu, much of the report concerns itself, not with the policy proposals of Jeremy Corbyn and Bernie Sanders, but with the disastrous collectivization of agriculture under Lenin, Stalin, and Mao.



  • Here’s why this media scholar changed her mind and now thinks there’s a ’very strong’ case Russia won the 2016 election for Trump | Alternet
    https://www.alternet.org/news-amp-politics/heres-why-media-scholar-changed-her-mind-and-now-thinks-theres-very-strong

    I originally thought that the idea that the Russians could have used social media to create a substantial impact on the election was absurd. I started to change my mind when I saw the first release of Russian social media and troll campaign ads and messaging during the U.S. Senate hearings in October and November of last year. These ads were a coherent plan and understanding of the presidential election which was consistent with Donald Trump’s political needs.

    If acted on systematically, these ads would have produced a communication effect that on the margins could have affected enough votes to change the outcome of the election in his favor. If the Russians didn’t have a coherent theory of what it took for Donald Trump to win — or what it would take to make it more likely that Hillary Clinton would lose — then all their machinations would not have mattered. But the Russians knew who to mobilize.

    The Russians were trying to mobilize evangelicals and white conservative Catholics. The Russians also knew that they needed to mobilize veterans and military households. The Russians knew they had to demobilize Bernie Sanders supporters and liberals, especially young people. The Russians were also attempting to shift the voters they could not demobilize over to Jill Stein.

    You add that together with demobilizing African-American voters with messaging that Hillary Clinton is bad for the black community, and then Clinton’s whole messaging strategy is at risk. If Hillary Clinton can’t mobilize the black vote at levels near Barack Obama’s, although not the same level, then she is in trouble.

    I then started to examine where the Russians and their trolls spent their time and attention. They were spending more of it on trying to demobilize African-American voters by emphasizing things that group may not like about Hillary Clinton. When a person casts a vote they are not thinking about every detail or issue relative to a candidate. Voters make decisions based on what is most important in that moment of time, what is on the top of their mind.

    So if you remind voters who are African-American that at the end of Bill Clinton’s presidency there was a very high level of increased incarceration of African-Americans on drug charges then an African-American voter may say, “Maybe I should think about Hillary Clinton differently.”

    If you remember her “superpredator” comment and take it to be about black people in general and not about gangs specifically, then you as an African-American voter may be less likely to support her.

    By featuring these types of messages, the Russians were increasing the likelihood that while you may not be likely to cast a vote for Donald Trump, you are more likely to stay home and not vote for Hillary Clinton.

    I then started to wonder whether maybe there was enough troll activity that was addressed to the right constituencies to have impacted the margins of the vote. The question then becomes, did the Russians and their trolls target the right voters in the right places? We still don’t know that.

    The social media platforms know the answer, but they have not released the information. The trolls alone could have swung the electorate. But in my judgment the WikiLeaks hacks against the DNC is a much stronger case. There we see a clear effect on the news media agenda. We know from decades of communication scholarship that if you change the media agenda you then change the criteria that people vote on. The shift in the media agenda from October forward was decisively against Hillary Clinton. And the questions in the presidential debates which were based on information stolen by WikiLeaks and the Russians disadvantaged Clinton and, looking at the polling data, predicted the vote.

    President Trump is better at commanding the agenda than he is at any other single thing that he as a communicator does. The press has been an accomplice in the process of ceding agenda control to him by virtue of his tweeting — and having the press respond immediately, as if every tweet is presumed to be newsworthy. Donald Trump has the capacity to get whatever he wants the public to focus on by directing the cable news agenda. We really should ask: Aren’t there other things we ought to be paying more attention to? How often are we being distracted from something that Trump does not want us to pay attention to? Being distracted by his effective use of tweets to set an alternative agenda.

    Fox News is de facto Trump’s state-sponsored media. How does this impact American political culture?

    We are increasingly going into ideological enclaves to get our news. To the extent that people find the news compatible with what they already believe, that means they are not being exposed to alternative interpretations of reality and alternative points of view. What is unprecedented about the relationship between Fox News and the president of the United States is the extent to which what is said and shown on Fox News appears to influence what is said and featured by the president of the United States. The traditional model of agenda-setting is that the president sets the agenda and the news media follows. This reversal with Donald Trump and Fox News is something new.

    #Politique #Médias_sociaux #USA #Trump


  • David Graeber : « Les “gilets jaunes” montrent combien le sol bouge sous nos pieds »
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2018/12/07/les-gilets-jaunes-montrent-a-quel-point-le-sol-bouge-sous-nos-pieds_5394302_

    Le mouvement s’inscrit dans un grand renouvellement des pratiques contestataires, analyse l’anthropologue et penseur du capitalisme dans une tribune au « Monde ».

    Tribune. Si l’une des caractéristiques de tout moment véritablement révolutionnaire est l’échec total des catégories conventionnelles à décrire ce qui est en train de se passer, alors nous sommes en train de vivre des temps révolutionnaires.

    La confusion profonde, l’incrédulité même, qu’affichent les commentateurs en France et à l’étranger face à chaque nouvel « acte » des « gilets jaunes », qui s’approche à grands pas de son apogée insurrectionnel, résulte d’une incapacité quasi complète à prendre en considération les changements du pouvoir, des travailleurs et des mouvements qui se sont élevés contre le pouvoir au cours des cinquante dernières années et en particulier depuis 2008. Les intellectuels, pour la plupart, saisissent très mal ces changements. Permettez-moi d’émettre deux suggestions quant à l’origine de cette confusion :
    1. Dans une économie financiarisée, seuls ceux qui sont proches des moyens de création monétaire (essentiellement, les investisseurs et les classes managériales) sont en position d’employer le langage de l’universalisme. En conséquence, toute demande politique fondée sur des besoins et des intérêts particuliers tend à être traitée comme la manifestation d’une politique identitaire ; les demandes des « gilets jaunes », au vu de leur base sociale, ne peuvent être autrement imaginées que comme protofascistes.
    2. Depuis 2011, la façon dont le sens commun conçoit la participation d’un individu à un mouvement démocratique de masse s’est transformée à l’échelle mondiale – du moins chez ceux qui sont le plus susceptibles d’y participer. Les vieux modèles d’organisation « verticaux », avec une avant-garde, ont laissé place à une horizontalité où la pratique et l’idéologie constituent simplement les deux faces d’un même objet. L’incapacité à le saisir donne l’impression erronée que des mouvements comme celui des « gilets jaunes » sont anti-idéologiques, voire nihilistes. Permettez-moi à présent d’étayer mes propos.

    Instincts profondément antidémocratiques
    Depuis que les Etats-Unis ont renoncé à l’étalon or, en 1971, la nature du capitalisme a profondément changé. Aujourd’hui, la plupart des profits des entreprises ne dérivent plus de la production ni même de la commercialisation de quoi que ce soit, mais de la manipulation du crédit, de la dette et des « rentes réglementées ». Alors que les appareils bureaucratiques gouvernementaux et financiers sont de plus en plus intimement enchevêtrés, au point qu’il devient très difficile de les distinguer l’un de l’autre, la richesse et le pouvoir – notamment le pouvoir de créer de l’argent (autrement dit le crédit) – deviennent de fait la même ch…

    et #paywall

    • ah ben @kassem, il y a 2 jours.
      https://seenthis.net/messages/742906

      Et une autre source du texte entier en anglais
      The #YellowVests Show How Much the Ground Moves Under Our Feet – Enough is Enough !
      https://enoughisenough14.org/2018/12/09/the-yellowvests-show-how-much-the-ground-moves-under-our-feet

      We often don’t agree with David Graeber and we are not very enthousiastic about the fact that it was originally published in Le Monde, but decided to republish his piece about the Yellow Vests movement on the French territory because it is one more view about the ongoing events there.

      Origininally published by Le Monde on December 7, 2018. Translated by Infoshop. Written by David Graeber.

    • Let me provide some background for these assertions.

      Since the US jettisoning of the gold standard in 1971, we have seen a profound shift in the nature of capitalism. Most corporate profits are now no longer derived from producing or even marketing anything, but in the manipulation of credit, debt, and “regulated rents.” As government and financial bureaucracies become so intimately intertwined it’s increasingly difficult to tell one from the other, wealth and power—particularly, the power to create money (that is, credit)—also become effectively the same thing. (This was what we were drawing attention to in Occupy Wall Street when we talked about the “1%’—those with the ability to turn their wealth into political influence, and political influence back into wealth.) Despite this, politicians and media commentators systematically refuse to recognize the new realities, for instance, in public discourse one must still speak of tax policy as if it is primarily a way of government raising revenue to fund its operations, whereas in fact it is increasingly simply a way of (1) ensuring the means of credit-creation can never be democratized (as only officially approved credit is acceptable in payment of taxes), and (2) redistributing economic power from one social sector to another.

      Since 2008 governments have been pumping new money into the system, which, owing to the notorious Cantillon effect, has tended to accrue overwhelmingly to those who already hold financial assets, and their technocratic allies in the professional managerial classes. In France of course these are precisely the Macronists. Members of these classes feel that they are the embodiments of any possible universalism, their conceptions of the universal being firmly rooted in the market, or increasingly, that atrocious fusion of bureaucracy and market which is the reigning ideology of what’s called the “political center.” Working people in this new centrist reality are increasingly denied any possibility of universalism, since they literally cannot afford it. The ability to act out of concern for the planet, for instance, rather than the exigencies of sheer survival, is now a direct side-effect of forms of money creation and managerial distribution of rents; anyone who is forced to think only of their own or their family’s immediate material needs is seen as asserting a particular identity; and while certain identities might be (condescendingly) indulged, that of “the white working class” can only be a form of racism. One saw the same thing in the US, where liberal commentators managed to argue that if Appalachian coal miners voted for Bernie Sanders, a Jewish socialist, it must nonetheless somehow be an expression of racism, as with the strange insistence that the Giles Jaunes must be fascists, even if they haven’t realized it.

      These are profoundly anti-democratic instincts.

      To understand the appeal of the movement—that is, of the sudden emergence and wildfire spread of real democratic, even insurrectionary politics—I think there are two largely unnoticed factors to be taken into consideration.

      The first is that financialized capitalism involves a new alignment of class forces, above all ranging the techno-managerials (more and more them employed in pure make-work “bullshit jobs,” as part of the neoliberal redistribution system) against a working class that is now better seen as the “caring classes”—as those who nurture, tend, maintain, sustain, more than old-fashioned “producers.” One paradoxical effect of digitization is that while it has made industrial production infinitely more efficient, it has rendered health, education, and other caring sector work less so, this combined with diversion of resources to the administrative classes under neoliberalism (and attendant cuts to the welfare state) has meant that, practically everywhere, it has been teachers, nurses, nursing-home workers, paramedics, and other members of the caring classes that have been at the forefront of labor militancy. Clashes between ambulance workers and police in Paris last week might be taken as a vivid symbol of the new array of forces. Again, public discourse has not caught up with the new realities, but over time, we will start having to ask ourselves entirely new questions: not what forms of work can be automated, for instance, but which we would actually want to be, and which we would not; how long we are willing to maintain a system where the more one’s work immediately helps or benefits other human beings, the less you are likely to be paid for it.

      Second, the events of 2011, starting with the Arab Spring and passing through the Squares movements to Occupy, appear to have marked a fundamental break in political common sense. One way you know that a moment of global revolution has indeed taken place is that ideas considered madness a very short time before have suddenly become the ground assumptions of political life. The leaderless, horizontal, directly democratic structure of Occupy, for instance, was almost universally caricatured as idiotic, starry-eyed and impractical, and as soon as the movement was suppressed, pronounced the reason for its “failure.” Certainly it seemed exotic, drawing heavily not only on the anarchist tradition, but on radical feminism, and even, certain forms of indigenous spirituality. But it has now become clear that it has become the default mode for democratic organizing everywhere, from Bosnia to Chile to Hong Kong to Kurdistan. If a mass democratic movement does emerge, this is the form it can now be expected to take. In France, Nuit Debout might have been the first to embrace such horizontalist politics on a mass scale, but the fact that a movement originally of rural and small-town workers and the self-employed has spontaneously adopted a variation on this model shows just how much we are dealing with a new common sense about the very nature of democracy.

      About the only class of people who seem unable to grasp this new reality are intellectuals. Just as during Nuit Debout, many of the movement’s self-appointed “leadership” seemed unable or unwilling to accept the idea that horizontal forms of organization were in fact a form of organization (they simply couldn’t comprehend the difference between a rejection of top-down structures and total chaos), so now intellectuals of left and right insist that the Gilets Jaunes are “anti-ideological”, unable to understand that for horizontal social movements, the unity of theory and practice (which for past radical social movements tended to exist much more in theory than in practice) actually does exist in practice. These new movements do not need an intellectual vanguard to provide them with an ideology because they already have one: the rejection of intellectual vanguards and embrace of multiplicity and horizontal democracy itself.

      There is a role for intellectuals in these new movements, certainly, but it will have to involve a little less talking and a lot more listening.

      None of these new realities, whether of the relations of money and power, or the new understandings of democracy, likely to go away anytime soon, whatever happens in the next Act of the drama. The ground has shifted under our feet, and we might do well to think about where our allegiances actually lie: with the pallid universalism of financial power, or those whose daily acts of care make society possible.

    • Permettez-moi de vous donner un aperçu de ces assertions.

      Depuis que les Etats-Unis ont abandonné l’étalon-or en 1971, nous avons assisté à un profond changement dans la nature du capitalisme. La plupart des profits des entreprises ne proviennent plus ni de la production ni même de la commercialisation, mais de la manipulation du crédit, de la dette et des "loyers réglementés". À mesure que les bureaucraties gouvernementales et financières deviennent si intimement imbriquées, il est de plus en plus difficile de les distinguer. et le pouvoir - en particulier le pouvoir de créer de la monnaie (c’est-à-dire du crédit) - devient également effectivement la même chose. (C’est ce sur quoi nous avons attiré l’attention à Occupy Wall Street lorsque nous avons parlé du « 1% » - ceux qui ont la capacité de transformer leur richesse en influence politique et l’influence politique en richesse.) Desp Cela dit, les politiciens et les commentateurs des médias refusent systématiquement de reconnaître les nouvelles réalités. Par exemple, dans le discours public, il faut encore parler de politique fiscale, comme si c’était avant tout un moyen pour le gouvernement de lever des revenus pour financer ses opérations. simplement un moyen de (1) garantir que les moyens de création de crédit ne peut jamais être démocratisé (étant donné que seul le crédit officiellement approuvé est acceptable pour le paiement des impôts), et (2) redistribuer le pouvoir économique d’un secteur social à un autre.

      Depuis 2008, les gouvernements injectent de nouveaux fonds dans le système qui, en raison du tristement célèbre effet Cantillon, a eu tendance à toucher principalement ceux qui détiennent déjà des actifs financiers et leurs alliés technocratiques dans les catégories de gestionnaires professionnels. En France, bien sûr, ce sont précisément les macronistes. Les membres de ces classes estiment qu’ils sont les incarnations de tout universalisme possible, leurs conceptions de l’universel étant fermement ancrées dans le marché, ou de plus en plus, cette fusion atroce de la bureaucratie et du marché qui est l’idéologie dominante de ce qu’on appelle le « centre politique ». « Les travailleurs de cette nouvelle réalité centriste sont de plus en plus privés de toute possibilité d’universalisme, puisqu’ils ne peuvent littéralement pas se le permettre. La capacité d’agir par souci de la planète, par exemple, plutôt que par les seules exigences de la survie, est maintenant un effet secondaire direct des formes de création monétaire et de distribution des loyers par la direction ; quiconque est contraint de ne penser qu’à ses besoins matériels immédiats ou à ceux de sa famille est considéré comme l’affirmation d’une identité particulière ; et bien que certaines identités puissent être (condescendantes) gâchées, celle de « la classe ouvrière blanche » ne peut être qu’une forme de racisme. On a vu la même chose aux États-Unis, où des commentateurs libéraux ont réussi à affirmer que si les mineurs de charbon des Appalaches votaient pour Bernie Sanders, un socialiste juif, il devait néanmoins être en quelque sorte une expression du racisme, tout comme l’étrange insistance selon laquelle les Giles Jaunes fascistes, même s’ils ne l’ont pas compris.

      Ce sont des instincts profondément antidémocratiques.

      Pour comprendre l’attrait du mouvement - c’est-à-dire de l’émergence soudaine et de la propagation d’une traînée de poudre d’une véritable politique démocratique, voire insurrectionnelle -, je pense qu’il faut prendre en compte deux facteurs largement méconnus.

      La première est que le capitalisme financiarisé implique un nouvel alignement des forces de classe, en particulier des techno-gestionnaires (qui sont de plus en plus employés dans des "travaux de conneries", dans le cadre du système de redistribution néolibérale) contre une classe ouvrière qui est maintenant mieux considéré comme la « classe de soin » - comme ceux qui nourrissent, tendent, maintiennent, soutiennent plus que les « producteurs » à l’ancienne. Un effet paradoxal de la numérisation est que, même si elle a rendu la production industrielle infiniment plus efficace, elle a le secteur de la santé, de l’éducation et des autres services sociaux fonctionne moins, ce qui, combiné au détournement de ressources vers les classes administratives sous le néolibéralisme (et aux compressions correspondantes dans l’État-providence), a eu pour effet que pratiquement partout, les enseignants, les infirmières, les travailleurs à domicile, les ambulanciers, et d’autres membres de la classe des soignants qui ont été à la pointe de la militance syndicale. Les affrontements entre ambulanciers et policiers à Paris la semaine dernière pourraient être considérés comme un symbole vivant du nouvel éventail de forces. Encore une fois, le discours public n’a pas rattrapé les nouvelles réalités, mais avec le temps, nous devrons commencer à nous poser des questions entièrement nouvelles : non pas quelles formes de travail peuvent être automatisées, par exemple, mais que nous voudrions réellement être, et ce que nous ne voudrions pas ; Depuis combien de temps sommes-nous disposés à maintenir un système où plus son travail aide ou profite immédiatement à d’autres êtres humains, moins vous êtes susceptible d’être payé pour cela ?

      Deuxièmement, les événements de 2011, qui ont commencé par le printemps arabe et ont traversé les mouvements des carrés pour occuper, semblent avoir marqué une rupture fondamentale du bon sens politique. Vous savez, entre autres, qu’un moment de révolution mondiale s’est réellement produit, c’est que les idées considérées peu à peu comme de la folie sont soudainement devenues les hypothèses de base de la vie politique. Ainsi, la structure horizontale, directement démocratique et directement démocratique d’Occy, était presque universellement caricaturée comme idiote, aveugle et irréaliste, et peu pratique, et dès que le mouvement a été supprimé, a déclaré la raison de son « échec ». Certes, cela semblait exotique, s’appuyant non seulement sur la tradition anarchiste, mais également sur le féminisme radical et même sur certaines formes de spiritualité autochtone. Mais il est maintenant devenu évident qu’il est devenu le mode par défaut pour l’organisation démocratique partout, de la Bosnie au Chili en passant par Hong Kong et le Kurdistan. Si un mouvement démocratique de masse apparaît, c’est la forme qu’il peut maintenant s’attendre. En France, Nuit Debout a peut-être été le premier à adopter une telle politique horizontaliste à grande échelle, mais le fait qu’un mouvement originaire de travailleurs ruraux et de petites villes et de travailleurs indépendants ait spontanément adopté une variante de ce modèle montre à quel point Nous avons beaucoup à faire avec un nouveau sens commun sur la nature même de la démocratie.

      Les intellectuels sont à peu près la seule catégorie de personnes qui semblent incapables de saisir cette nouvelle réalité. De même que lors de Nuit Debout, beaucoup de « dirigeants » autoproclamés du mouvement semblaient incapables ou peu disposés à accepter l’idée que les formes d’organisation horizontales étaient en fait une forme d’organisation (ils ne pouvaient tout simplement pas comprendre la différence entre un rejet bas-fond et chaos total), les intellectuels de gauche et de droite insistent sur le fait que les Gilets Jaunes sont « anti-idéologiques », incapables de comprendre que, pour les mouvements sociaux horizontaux, l’unité de la théorie et de la pratique exister beaucoup plus en théorie qu’en pratique) existe réellement dans la pratique. Ces nouveaux mouvements n’ont pas besoin d’une avant-garde intellectuelle pour leur fournir une idéologie, car ils en ont déjà une : le rejet de l’avant-garde intellectuelle et l’acceptation de la multiplicité et de la démocratie horizontale elle-même.

      Les intellectuels ont un rôle à jouer dans ces nouveaux mouvements, certes, mais cela nécessitera un peu moins de conversation et beaucoup plus d’écoute.

      Aucune de ces nouvelles réalités, qu’il s’agisse des relations entre argent et pouvoir et des nouvelles conceptions de la démocratie, ne risque de disparaître de sitôt, quoi qu’il advienne dans le prochain Acte dramatique. Le sol a bougé sous nos pieds et il serait peut-être bon que nous réfléchissions à l’endroit où se trouvent nos allégeances : avec l’universalisme pâle du pouvoir financier ou avec ceux dont les gestes quotidiens rendent la société possible.


  • Pour Julian Assange
    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/12/HALIMI/59366

    Fier comme Artaban, souriant, entouré d’une cinquantaine de photographes et de cadreurs, Jim Acosta a opéré, le 16 novembre dernier, son retour en fanfare à la Maison Blanche. Quelques jours plus tôt, il avait perdu son accréditation de correspondant de Cable News Network (CNN), mais la justice américaine a obligé le président Donald Trump à annuler la sanction. « C’était un test, et nous l’avons passé avec succès, a fanfaronné Acosta. Les journalistes doivent savoir que, dans ce pays, la liberté de la presse est sacrée, et qu’ils sont protégés par la Constitution [pour] enquêter sur ce que font nos gouvernants et nos dirigeants. » Fondu enchaîné, musique, happy end…


    Réfugié depuis six ans à l’ambassade d’Équateur à Londres, M. Julian Assange n’a sans doute pas pu suivre en direct sur CNN un dénouement aussi émouvant. Car son existence à lui ressemble à celle d’un prisonnier. Interdiction de sortir, sous peine d’être arrêté par les autorités britanniques, puis, sans doute, extradé vers les États-Unis ; communications réduites et brimades de toutes sortes depuis que, pour complaire à Washington, le président équatorien Lenín Moreno a résolu de durcir les conditions de séjour de son « hôte » (lire « En Équateur, le néolibéralisme par surprise »).

    La détention de M. Assange ainsi que la menace de quelques dizaines d’années de prison dans un pénitencier américain (en 2010, M. Trump avait souhaité qu’il soit exécuté) doivent tout au site d’information qu’il a fondé. WikiLeaks est à l’origine des principales révélations qui ont indisposé les puissants de ce monde depuis une dizaine d’années : images des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak, espionnage industriel des États-Unis, comptes secrets aux îles Caïmans. La dictature du président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali fut ébranlée par la divulgation d’une communication secrète du département d’État américain qualifiant cette kleptocratie amie de Washington de « régime sclérosé » et de « quasi-mafia ». C’est également WikiLeaks qui révéla que deux dirigeants socialistes français, MM. François Hollande et Pierre Moscovici, s’étaient rendus, le 8 juin 2006, à l’ambassade des États-Unis à Paris pour y regretter la vigueur de l’opposition du président Jacques Chirac à l’invasion de l’Irak.

    Mais ce que la « gauche » pardonne moins que tout à M. Assange, c’est la publication par son site des courriels piratés de la campagne de Mme Hillary Clinton. Estimant que cette affaire a favorisé les desseins russes et l’élection de M. Trump, elle oublie que WikiLeaks a alors dévoilé les manœuvres de la candidate démocrate pour saboter la campagne de M. Bernie Sanders durant les primaires de leur parti. À l’époque, les médias du monde entier ne s’étaient pas privés de reprendre ces informations, comme ils l’avaient fait pour les précédentes, sans pour autant que leurs directeurs de publication soient assimilés à des espions étrangers et menacés de prison.

    L’acharnement des autorités américaines contre M. Assange est encouragé par la lâcheté des journalistes qui l’abandonnent à son sort, voire se délectent de son infortune. Ainsi, sur la chaîne MSNBC, l’animateur-vedette Christopher Matthews, ancien cacique du Parti démocrate, n’a pas hésité à suggérer que les services secrets américains devraient « agir à l’israélienne et enlever Assange »…

    Serge Halimi

    #Julian_Assange


  • Bernie Sanders lance un appel salutaire. (discours intégralement traduit) – Alp’ternatives
    https://alpternatives.org/2018/11/04/bernie-sanders-lance-un-appel-salutaire-discours-integralement-tradui

    Il ne fait actuellement aucun doute que Donald Trump et le mouvement d’extrême droite qui le soutient ne concernent pas seulement les Etats Unis. Dans le monde entier, en Europe, en Russie, au Moyen Orient, en Asie, en Amérique Latine, des mouvements menés par des démagogues exploitent les peurs, les préjugés et les revendications des peuples pour accéder au pouvoir et s’y maintenir.


  • Détroit Les profs montent au front Marco Fortier - 3 Novembre 2018 - Le Devoir
    https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/540534/les-profs-montent-au-front

    On se trouve au sud-est du Michigan, un État du nord des États-Unis. Mais parfois, on se croirait au Québec.

    Les élèves des 106 écoles publiques de Detroit ont eu toute une surprise à la rentrée scolaire : il n’y avait plus d’eau potable. Dans aucune école. La commission scolaire a découvert que l’eau des trois quarts des écoles publiques est contaminée au plomb à cause de la plomberie datant du siècle dernier. Les autorités n’ont pas couru de risques. Elles ont fermé les robinets de toutes les écoles.

    Autre signal alarmant pour les écoles publiques, les bâtiments ont été tellement négligés qu’ils ont besoin de travaux de 500 millions de dollars. Toits qui coulent, trous dans les murs, moisissures, portes et fenêtres qui ne ferment pas, la liste des rénovations est interminable.

    Ça vous rappelle quelque chose ? Oui, on se croirait au Québec. Mais encore ? Les enseignants des écoles publiques du Michigan ont le moral à terre. Ils désertent la profession, épuisés par les classes remplies d’élèves ayant des difficultés. Le métier est dévalorisé. Il y a une pénurie de profs. Comme chez nous.


    Photo : Carlos Osorio Associated Press Le délabrement des écoles publiques au Michigan préoccupe les parents et les enseignants. Une manifestation s’est déroulée en février à Detroit pour protester contre la fermeture de dizaines d’écoles.

    En roulant au #Michigan, on peut aussi s’imaginer au Québec. Les ponts et chaussées ont été négligés depuis des décennies dans cet État éprouvé par les fermetures d’usine et la délocalisation des emplois en Chine et au Mexique. Les nids-de-poule font partie des joies de la conduite automobile — et de la marche en ville : l’autre jour, un pauvre journaliste montréalais a failli se fouler la cheville (et se faire écrapoutir par une camionnette) en mettant le pied dans une crevasse en traversant un de ces immenses boulevards à six voies…

    Loin des coups de gueule et des pitreries de Trump, l’avenir des #services_publics — la notion même de service public — est au coeur de la campagne électorale américaine, qui connaîtra son dénouement aux urnes, mardi.

    La bataille des services
    Deux visions s’affrontent : le Parti républicain prône bien sûr le « libre choix » (y compris en éducation) et favorise l’entreprise privée tous azimuts. Ce qui est nouveau, c’est que le Parti démocrate prend résolument position pour les services publics et pour les droits des travailleurs, que ce soit en éducation, en santé ou en services sociaux. Quitte à passer pour un parti « socialiste ».

    « On assiste à la montée d’une aile progressiste chez les démocrates, qui s’inspirent de la campagne de Bernie Sanders en 2016 », dit Frédérick Gagnon, directeur de l’Observatoire sur les États-Unis et professeur au Département de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

    Le chercheur rentre d’une tournée d’une demi-douzaine d’États du Midwest, dont le Michigan. Ce qui l’a frappé, c’est la montée d’une gauche décomplexée chez les #démocrates.

    « Trump a remporté la présidence, mais les démocrates estiment que ce sont d’abord eux qui ont perdu l’élection de 2016. Ils en ont tiré des leçons. »

    Fouettés par Trump, les jeunes, les femmes et les minorités s’engagent comme jamais en politique. Et ça commence sur les bancs d’école. La semaine dernière, les élèves d’une école secondaire de Detroit ont fait la grève. Avec leur campagne #DoWeCount, ils réclamaient de l’#eau_potable et des tests de qualité de l’#eau dans toute la ville, et non seulement dans les écoles.

    Les jeunes s’inspirent de leurs profs. Au printemps dernier, des #enseignants d’une série d’États sont sortis dans les rues pour réclamer de meilleures conditions de travail.

    La suite logique, on la voit dans cette campagne électorale : pas moins de 554 membres du personnel de l’éducation, en vaste majorité des femmes (profs, orthophonistes, directions d’école, etc.), sont candidates pour des postes à Washington ou dans les législatures d’État, selon une compilation menée par les deux plus grands syndicats de l’éducation.

    Inégalités croissantes
    « Les enseignants se prennent en main pour sauver l’école publique. Le problème de notre système, c’est que la majorité des élus n’ont jamais mis les pieds dans une école publique, sauf pour se rendre dans un bureau de vote le jour des élections », dit Deb Lotan, directrice générale du Michigan Education Association (MEA), un des grands syndicats de l’éducation.

    Deb Lotan est fâchée. Les huit années de règne républicain au Michigan ont porté un coup dur aux écoles publiques, selon elle. Dans les faits, la plupart des familles qui en ont les moyens envoient leurs enfants au privé ou dans les #écoles_à_charte — des écoles financées par les fonds publics, mais qui ne relèvent pas des commissions scolaires.

    Le gouverneur républicain sortant, Rick Snyder, a tout fait pour favoriser l’éclosion des écoles à charte, fait valoir le MEA. À commencer par éliminer les limites au financement de ces écoles hybrides, dont certaines font des profits. Les conditions de travail des enseignants du secteur public ont aussi souffert. Gel salarial, hausse des primes d’assurance maladie, dégradation des conditions de retraite…

    « Les républicains gouvernent pour les riches. Les élèves démunis ou handicapés et leurs enseignants écopent en se retrouvant dans des classes difficiles de l’école publique », dit Deb Lotan.

    Maternelle 4 ans
    Gretchen Whitmer, candidate démocrate au poste de gouverneur de l’État (qui devance son adversaire républicain Bill Schuette), incarne la gauche progressiste qui promet de « redonner ses lettres de noblesse à l’#école_publique ». À la rentrée scolaire, elle a accompagné une enseignante qui allait acheter — de sa poche — des fournitures pour ses élèves démunis du comté de Jackson. Facture : 84 $ de papier, crayons, gommes à effacer et cartables.

    Le programme de Whitmer éveille des souvenirs de la campagne électorale québécoise : maternelle 4 ans pour tous (ça, c’est socialiste, du moins au Michigan !), investissements dans les infrastructures scolaires, hausse des salaires des enseignants et embauche de professionnels pour soutenir les profs en classe.

    Mais on est ici aux #États-Unis : la présence d’armes à feu en classe est au coeur de la campagne. Dans le 20e district, le sénateur #républicain sortant (au Parlement de l’État du Michigan) veut armer le personnel. Son opposant démocrate, le prof Matt Koleszar, s’oppose à la présence d’armes dans les écoles.

    « Les commissions scolaires n’en veulent pas, les enseignants n’en veulent pas, les gestionnaires n’en veulent pas, mais surtout les enfants et leurs parents n’en veulent pas », a déclaré Koleszar dans le journal interne de la MEA.

    Des armes dans les écoles. Cette fois, pas de doute : on est bel et bien aux États-Unis, et non au Québec.


  • La gauche française devrait-elle se détourner davantage de minorités qu’elle n’a jamais choyées ?
    https://www.liberation.fr/debats/2018/10/12/la-gauche-francaise-devrait-elle-se-detourner-davantage-de-minorites-qu-e

    La gauche française n’a aucun discours, aucune revendication en direction des minorités, et tout particulièrement des minorités ethno-raciales. L’enjeu des discriminations pourtant systémiques qui pèsent sur la société française n’est tout simplement pas discuté par la gauche partisane, qui n’a aucune proposition à faire sur la question. L’enjeu pour la gauche française n’est donc pas tant d’en faire moins pour les minorités que d’en dire un peu plus, si elle veut reconquérir un segment de l’électorat qu’elle a pour partie perdu et qui constitue une population largement abstentionniste. Où sont passés le droit de vote des étrangers et le récépissé d’identité pour freiner les contrôles au faciès par la police promis en 2012 par François Hollande dans un programme pour le moins frileux sur la question ? Si la gauche ne parvient plus non plus à parler aux classes populaires blanches, ce n’est pas tant parce qu’elle a trop choyé les minorités que parce qu’elle s’est concentrée sur les classes supérieures, et a délaissé ses horizons égalitaires en adoptant une théorie du ruissellement qui n’a pourtant jamais marché.

    • (tribune entière)

      Par #Julien_Talpin , Chercheur en sciences politiques — 12 octobre 2018 à 10:35

      Pour le chercheur au CNRS Julien Talpin, opposer revendications sociales et défense des droits minoritaires n’est pas une nécessité pour l’emporter électoralement comme le défend l’historien des idées américain Mark Lilla dans son dernier essai, « la Gauche identitaire ».

      L’essai de l’historien américain Mark Lilla, la Gauche identitaire (Stock), rencontre un certain succès éditorial depuis sa sortie en France. Ce qui surprend n’est pas tant son constat relatif à la fragmentation de la gauche américaine, qui est réelle, que l’importation de ses thèses pour penser les conditions de reconquête du pouvoir par la gauche française. La gauche devrait abandonner les minorités pour se concentrer sur des revendications de classe – et encore, le mot n’est pas formulé en ces termes – seules capables de rassembler largement et de permettre la construction d’une majorité électorale. Or il n’y a rien à abandonner, puisque la gauche française ne propose rien en direction des minorités. Si bien que l’invitation de Mark Lilla à approfondir le sillon républicain ne semble pas en mesure d’infléchir l’éloignement de la gauche française de toutes les classes populaires. Une autre voie, pleinement égalitaire, serait pourtant possible.

      Aux Etats-Unis comme en France, la race ne joue pas contre la classe

      La thèse de Mark Lilla est simple. Si Donald Trump a gagné, c’est qu’Hillary Clinton a perdu. Sa défaite serait liée à une focalisation excessive sur le vote des minorités et les revendications sociétales : en courtisant les suffrages des Noir·e·s et des Latinos, des femmes et des minorités sexuelles, la candidate démocrate aurait oublié les mesures sociales. A l’inverse, un candidat comme Bernie Sanders aurait pu l’emporter car il avançait de réelles propositions en direction des classes populaires. Cette thèse est malheureusement trop simple et déforme la réalité. S’il ne fait aucun doute qu’Hillary Clinton était une candidate de l’Amérique qui va bien, et s’est peu adressée aux classes populaires, en faire un héraut des revendications minoritaires est pour le moins osé tant elle a été attaquée à ce sujet par un mouvement comme Black Lives Matter par exemple. A l’inverse, Bernie Sanders, s’il a aussi fait l’objet de critiques sur ses positions en matière d’égalité raciale avait sur ce point des positions beaucoup plus progressistes qu’Hillary Clinton. Ce qui ne l’a pas empêché d’obtenir de bons résultats dans la rust belt et auprès de la classe ouvrière blanche. Bref, opposer revendications sociales et défense des droits minoritaires n’est pas une nécessité pour l’emporter comme le défend Lilla. Barack Obama, en dépit de toutes les déceptions qui ont suivi, avait également réussi à forger une telle majorité électorale. La construction de majorités politiques, et plus encore d’une hégémonie, n’est en outre pas une simple question d’arithmétique électorale mais de travail politique et organisationnel pour façonner des intérêts communs entre des groupes sociaux qui se fréquentent peu.

      Quand la gauche française s’est-t-elle réellement préoccupée des minorités ?

      Tout n’est pas à jeter dans le livre de Mark Lilla. Il souligne à raison l’immense fragmentation de la gauche américaine et les difficultés de créer des alliances. Le problème essentiel vient davantage de sa réception française autour d’un message simple : ne prenez pas le même chemin que nous ! Attention à la politique identitaire ! Seule une politique républicaine, de défense du bien commun et d’invisibilisation de la question minoritaire permettra à la gauche de gagner les élections. Or ce parallèle est pour le moins discutable.

      Tout d’abord, les mouvements minoritaires pèsent bien moins auprès de la gauche française que ce n’est le cas aux Etats-Unis. Si le Parti démocrate a dans l’histoire pu être contraint de prendre en compte certaines revendications minoritaires – le droit de vote pour les Noir·e·s par exemple, la non-discrimination, la fin de la ségrégation, etc. – on en est loin en France. La gauche française n’a aucun discours, aucune revendication en direction des minorités, et tout particulièrement des minorités ethno-raciales. L’enjeu des discriminations pourtant systémiques qui pèsent sur la société française n’est tout simplement pas discuté par la gauche partisane, qui n’a aucune proposition à faire sur la question. L’enjeu pour la gauche française n’est donc pas tant d’en faire moins pour les minorités que d’en dire un peu plus, si elle veut reconquérir un segment de l’électorat qu’elle a pour partie perdu et qui constitue une population largement abstentionniste. Où sont passés le droit de vote des étrangers et le récépissé d’identité pour freiner les contrôles au faciès par la police promis en 2012 par François Hollande dans un programme pour le moins frileux sur la question ? Si la gauche ne parvient plus non plus à parler aux classes populaires blanches, ce n’est pas tant parce qu’elle a trop choyé les minorités que parce qu’elle s’est concentrée sur les classes supérieures, et a délaissé ses horizons égalitaires en adoptant une théorie du ruissellement qui n’a pourtant jamais marché.

      Refaire de l’égalité le cœur de la matrice à gauche

      Une façon de répondre à la désertion des classes populaires est de suivre la voie tracée par Mark Lilla, Laurent Bouvet ou Manuel Valls. Abandonner un peu plus les minorités, droitiser son discours pour tenter de reconquérir les classes populaires passées à l’extrême droite. Bref, choisir les bons pauvres contre les mauvais. Une autre option, celle de Jean-Luc Mélenchon, consiste à formuler une offre politique reposant essentiellement sur la classe : les problèmes sont essentiellement économiques et sociaux, c’est uniquement par un discours classiste qu’on pourra réunifier les classes populaires, majoritaires et minoritaires. Le problème d’un tel discours est qu’il a peu de chances de séduire ces dernières, qui verraient une nouvelle fois certains de leurs intérêts et de leurs problèmes passer à la trappe. Car si les pauvres minorisés sont (majoritairement) pauvres c’est certes pour des raisons sociales, mais également parce qu’ils sont discriminés à l’embauche, dans l’accès à des logements de qualité, par la police ou dans l’orientation scolaire. Les inégalités sociales et raciales ne s’annulent pas, elles se cumulent. Prendre en compte ces enjeux-là n’implique en rien de formuler des propositions particularistes ou « identitaires ».

      La troisième voie, alternative aux deux précédentes, consiste à défendre un discours d’égalité, sociale, territoriale et ethno-raciale. C’est à cette condition qu’une unification des classes populaires peut être possible, pas en choisissant les pauvres à qui l’on veut parler. Plus encore, croire que la reconquête des classes populaires n’est qu’une question d’offre politique et programmatique – c’est-à-dire de discours – c’est oublier un peu vite que la politisation est surtout une affaire pratique. Sans un travail politique, organisationnel et militant pour construire des intérêts communs, quelle que soit la voie choisie elle ne rencontrera que ce qu’elle a produit jusqu’à présent : le désintérêt et la résignation.

      #Mark_Lilla


  • Bernie Sanders cites Israel’s nation-state law in slamming Trump for inspiring authoritarianism

    ’There’s no question that other authoritarian leaders around the world have drawn inspiration from the fact that the president of the world’s oldest and most powerful democracy is shattering democratic norms,’ said Sanders

    JTA
    Oct 10, 2018

    https://www.haaretz.com/us-news/.premium-bernie-sanders-cites-israel-s-nation-state-law-in-slamming-trump-1

    In a major foreign policy speech identifying an emerging authoritarian strain around the world, Bernie Sanders included the passage of Israel’s nation-state law as an example of President Donald Trump’s inspiring anti-democratic moves.
    “It should be clear by now that Donald Trump and the right-wing movement that supports him is not a phenomenon unique to the United States,” Sanders said Tuesday in a speech to the School of Advanced International Studies at Johns Hopkins University. “All around the world, in Europe, in Russia, in the Middle East, in Asia, Latin America, and elsewhere we are seeing movements led by demagogues who exploit people’s fears, prejudices and grievances to gain and hold on to power.”
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    Sanders, the Independent senator from Vermont who caucuses with Democrats, said Trump by himself was not responsible for the rise of authoritarianism but was spurring it forward.
    “While this authoritarian trend certainly did not begin with Donald Trump, there’s no question that other authoritarian leaders around the world have drawn inspiration from the fact that the president of the world’s oldest and most powerful democracy is shattering democratic norms,” said Sanders.
    He cited as examples the rise in popularity of a far right-wing politician in Brazil, increased repression in Saudi Arabia, and policies of the government of Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu.
    >> There’s a reason the opposition didn’t attend the nation-state protest | Opinion
    “It’s also hard to imagine that Israel’s Netanyahu government would have taken a number of steps— including passing the recent ‘Nation State law,’ which essentially codifies the second-class status of Israel’s non-Jewish citizens, aggressively undermining the longstanding goal of a two-state solution, and ignoring the economic catastrophe in Gaza — if Netanyahu wasn’t confident that Trump would support him,” Sanders said.



  • La sorcière contre le patriarcat
    https://www.lemonde.fr/livres/article/2018/09/13/la-sorciere-contre-le-patriarcat_5354336_3260.html

    Dans son essai « Sorcières. La puissance invaincue des femmes », Mona Chollet rappelle comment un qualificatif infamant est devenu un symbole féministe.

    La scène a été photographiée en Pologne au mois de mars, pendant les manifestations contre le durcissement de la législation sur l’avortement. Une jeune femme – blouson de cuir et masque en papier sur le visage – tient une pancarte sur laquelle est inscrit un cri de ralliement des mouvements féministes contemporains : « Nous sommes les petites-filles des sorcières que vous n’avez pas réussi à brûler. » Quelques mois plus tôt, les membres du « Witch Bloc » défilaient à Paris au cri de « Macron au chaudron ! ».

    Etrange figure que celle de la sorcière. Avant d’être érigées par certaines, depuis les années 1960, en symbole de la lutte des femmes contre toutes les formes de domination masculine, les sorcières furent persécutées entre le XVIe et le XVIIIe siècle, essentiellement en Europe et en Amérique. Bien que certains hommes aient aussi été accusés de sorcellerie, ce sont des femmes qu’inquisiteurs et exorcistes poursuivirent et auxquelles ils firent subirent d’atroces supplices parce qu’elles vivaient à l’écart, n’enfantaient pas ou ne fréquentaient pas les églises.

    Jusqu’à aujourd’hui le mot transporte le pire du sexisme patriarcal. Les hommes n’appellent en effet « sorcières » que les femmes qui s’affranchissent de leur loi en refusant de se laisser cantonner au gazouillis insignifiant en matière de conversation, en ne chérissant pas béatement l’enfantement ou en ne soumettant pas leur corps – cheveux compris – aux canons de beauté qu’ils ont édictés. Dernier exemple en date : des électeurs de Donald Trump et des soutiens de Bernie Sanders qualifièrent Hillary ­Clinton de « sorcière » pendant la campagne présidentielle américaine de 2016.

    Grande chasse

    Dans ce livre écrit d’une plume alerte, la journaliste Mona Chollet rappelle certaines caractéristiques de cette grande chasse aux sorcières sur laquelle s’ouvrit la modernité. La fin des formes communautaires de vie et de travail rendait les femmes dépendantes d’un mari et dangereuses celles qui refusaient cette soumission. L’obsession pour la fertilité féminine transformait d’autre part en fardeau les femmes vieillissantes qui ne s’effaçaient pas pour autant face aux hommes. La science naissante s’acharnait, enfin, à disqualifier toutes les formes de savoir fondées sur un rapport simple à la nature, comme la connaissance des plantes, dans laquelle certaines femmes étaient pourtant devenues maîtresses alors que la médecine virile se fiait encore aux astres.

    L’intérêt du livre tient cependant moins à l’enquête historique, qui mériterait de plus amples développements et quelques nuances, qu’à son prolongement contemporain. En puisant dans la littérature, le cinéma, les sciences sociales et sa propre trajectoire, Mona Chollet entre en effet elle-même en résonance avec ces sorcières de toutes les époques qui incarnèrent à ses yeux « la femme affranchie de toutes les dominations ».

    Les temps où « répondre à un voisin, parler haut, avoir un fort caractère ou une sexualité un peu trop libre, être une gêneuse d’une quelconque manière suffisait à vous mettre en danger » sont peut-être révolus. Mona Chollet excelle cependant à suggérer à quel point les femmes doivent toujours, pour se libérer, prendre le risque de devenir des sorcières et parfois en payer le prix, qu’il soit léger (mais pourquoi suggère-t-on toujours aux femmes célibataires de s’adjoindre la compagnie d’un chat ?) ou écrasant (ainsi de la violence domestique que déclenchent parfois les velléités d’autonomie des femmes dans le couple moderne).

    Le monde vu par les femmes

    Devenir sorcière, ce n’est pas seulement, pour une femme, dénoncer l’injustice ou la violence qui lui sont faites. En suivant le destin de plusieurs figures qui empruntèrent cette voie, comme Gloria Steinem aux Etats-Unis ou Simone de Beauvoir en France, et en livrant au lecteur des expériences plus personnelles, Mona Chollet met le lecteur sur la piste de quelque chose de plus essentiel encore : devenir sorcière, c’est affirmer, sans peur et sans détour, « à quel point le monde vu par les femmes est différent du monde que l’on nous vend tous les jours ».

    Le rejet du patriarcat, qui fut pour Mona Chollet la cause de la grande panique masculine au terme de laquelle tant de sorcières furent brûlées, fut aussi, plus tard, la matrice d’où naquirent tous les féminismes. Pour les sorcières d’hier et d’aujourd’hui, c’est tout un monde qui est à reconquérir, avec pour seules armes le refus de l’asservissement de la nature à la loi des hommes et un rapport plus humain au savoir, à l’économie et à la politique.


  • Lobby israélien aux Etats-Unis, le documentaire interdit,

    par Alain Gresh (Le Monde diplomatique, septembre 2018)

    https://www.monde-diplomatique.fr/2018/09/GRESH/59047

    À l’écran, il a tout du parfait gentleman. Malgré sa dégaine d’étudiant, James Anthony Kleinfeld, jeune Britannique juif bien sous tous rapports, diplômé de la prestigieuse université d’Oxford, parlant six langues, dont le néerlandais et le yiddish, s’orientant sans difficulté dans les arcanes des conflits au Proche-Orient, trouverait facilement sa place dans les bureaux d’un ministère des affaires étrangères occidental ou d’un think tank renommé. Pour l’heure, il a d’autres desseins : s’investir dans les organisations américaines favorables à Israël. Il est recruté par The Israel Project (TIP), qui s’occupe de soigner l’image d’Israël dans les médias. Accueilli à bras ouverts du fait de ses compétences, il côtoie durant cinq mois le gratin des responsables d’associations engagées dans la défense inconditionnelle d’Israël, notamment du puissant lobby pro-israélien aux États-Unis, l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac). Il fraie avec eux dans les cocktails, congrès, conventions, stages de formation pour militants, se liant avec les uns et les autres. Avenant, chaleureux, efficace, il gagne la confiance de ses interlocuteurs, qui lui parlent à cœur ouvert, laissant au vestiaire la langue de bois et les « éléments de langage » convenus. Et leurs confidences sont explosives.

    Comment influence-t-on le Congrès ? « Les membres du Congrès ne font rien si on ne fait pas pression sur eux, et la seule manière, c’est l’argent. » Comment combat-on les militants favorables aux droits des Palestiniens sur les campus universitaires ? « Avec les anti-Israéliens, le plus efficace est de faire des recherches sur eux, que vous mettez en ligne sur un site Web anonyme et que vous diffusez par des annonces ciblées sur Facebook. » Avec une candeur d’autant plus grande qu’ils croient s’épancher auprès d’un ami, les interlocuteurs de Kleinfeld admettent qu’ils se livrent à des opérations d’espionnage de citoyens américains, avec l’aide du ministère des affaires stratégiques israélien.

    Créé en (...)

    • Lobby israélien, le #documentaire interdit

      Une enquête menée par la chaîne qatarie #Al-Jazira dévoile les méthodes des groupes de pression américains favorables à Israël. Mais, soucieux de ne pas s’aliéner ces organisations dans son contentieux avec l’Arabie saoudite, le Qatar a gelé la diffusion du reportage.

      À l’écran, il a tout du parfait gentleman. Malgré sa dégaine d’étudiant, James Anthony Kleinfeld, jeune Britannique juif bien sous tous rapports, diplômé de la prestigieuse université d’Oxford, parlant six langues, dont le néerlandais et le yiddish, s’orientant sans difficulté dans les arcanes des conflits au Proche-Orient, trouverait facilement sa place dans les bureaux d’un ministère des affaires étrangères occidental ou d’un think tank renommé. Pour l’heure, il a d’autres desseins : s’investir dans les organisations américaines favorables à Israël. Il est recruté par The Israel Project (TIP), qui s’occupe de soigner l’image d’Israël dans les médias. Accueilli à bras ouverts du fait de ses compétences, il côtoie durant cinq mois le gratin des responsables d’associations engagées dans la défense inconditionnelle d’Israël, notamment du puissant lobby pro-israélien aux États-Unis, l’American Israel Public Affairs Committee (Aipac) (1). Il fraie avec eux dans les cocktails, congrès, conventions, stages de formation pour militants, se liant avec les uns et les autres. Avenant, chaleureux, efficace, il gagne la confiance de ses interlocuteurs, qui lui parlent à cœur ouvert, laissant au vestiaire la langue de bois et les « éléments de langage » convenus. Et leurs confidences sont explosives.

      Comment influence-t-on le Congrès ? « Les membres du Congrès ne font rien si on ne fait pas pression sur eux, et la seule manière, c’est l’argent. » Comment combat-on les militants favorables aux droits des Palestiniens sur les campus universitaires ? « Avec les anti-Israéliens, le plus efficace est de faire des recherches sur eux, que vous mettez en ligne sur un site Web anonyme et que vous diffusez par des annonces ciblées sur Facebook. » Avec une candeur d’autant plus grande qu’ils croient s’épancher auprès d’un ami, les interlocuteurs de Kleinfeld admettent qu’ils se livrent à des opérations d’espionnage de citoyens américains, avec l’aide du ministère des affaires stratégiques israélien.

      Créé en 2006, ce dernier dépend directement du premier ministre Benyamin Netanyahou. L’une de ses responsables confie : « Nous sommes un gouvernement qui travaille sur un territoire étranger et nous devons être très, très prudents. » En effet, car certaines de ces actions pourraient se révéler passibles des tribunaux américains.

      À la fin du stage de « Tony », M. Eric Gallagher, son chef à TIP, se montre si satisfait de ses services qu’il lui propose de l’embaucher. « J’adorerais que tu viennes travailler pour moi. J’ai besoin de quelqu’un qui a l’esprit d’équipe, qui travaille dur, qui est passionné, curieux, bien formé, qui parle bien, qui a beaucoup lu. Tu es tout cela. »Mais son poulain refuse. Car, on l’aura deviné, il n’est pas tout à fait celui qu’il prétend être, même si ses diplômes et ses compétences ne sont pas contestables : il est un infiltré, missionné par la chaîne Al-Jazira, propriété de l’émirat du Qatar, pour réaliser un documentaire sur le lobby pro-israélien. Il a filmé en caméra cachée une partie des confidences qu’il a recueillies et il a réuni, avec d’autres membres d’une équipe dirigée par Phil Rees, de la cellule d’investigation de la chaîne, tous les ingrédients d’une enquête spectaculaire. La diffusion de celle-ci était d’autant plus attendue que, en 2017 déjà, un reportage d’Al-Jazira sur le lobby pro-israélien au Royaume-Uni (2) avait montré les ingérences d’Israël dans les affaires internes d’un pays étranger, et ses tentatives pour faire chuter un ministre considéré comme propalestinien — ce qui avait abouti à des excuses publiques de l’ambassadeur d’Israël à Londres et au retour précipité à Tel-Aviv d’un diplomate de haut rang.

      On pouvait donc s’attendre à un événement médiatique, avec ses démentis outragés et ses violentes polémiques. Mais non : la diffusion, programmée pour début 2018, a été reportée sine die, sans explications officielles. On a fini par apprendre, grâce à des articles dans la presse juive américaine (3), que le documentaire ne passerait pas, ce qu’a confirmé Clayton Swisher, directeur de la cellule d’investigation de la chaîne, dans un article où il regrettait ce choix ; quelques jours plus tard, la chaîne annonçait qu’il prenait un congé sabbatique (4). L’enquête a été sacrifiée dans la bataille sans merci que se livrent le Qatar d’un côté et l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis de l’autre pour gagner les faveurs de Washington dans le conflit qui les oppose depuis juin 2017 (5). Et quelle meilleure manière de l’emporter que de s’attirer les faveurs du puissant lobby pro-israélien, dont on connaît l’influence sur la politique américaine au Proche-Orient ?

      Pour faire pencher la balance, le Qatar a donc fait « reporter » la diffusion, obtenant en échange le secours inespéré d’une partie de l’aile droite d’un lobby déjà très à droite dans son ensemble. M. Morton Klein, le président de l’Organisation sioniste américaine (ZOA), un proche de M. Stephen Bannon, ancien conseiller du président Donald Trump, s’est même rendu à Doha et s’est réjoui d’avoir enterré le documentaire (lire « Le Qatar en quête d’amis »). Que de tels groupes, qui accusaient il y a peu le Qatar de financer le Hamas et le terrorisme, aient accepté de virer de bord en échange de la rétention de l’enquête en dit long sur le caractère embarrassant des révélations qu’elle contient.

      Cet enfouissement d’un travail qui a duré plus d’une année a suscité des remous au sein de la chaîne. Certains ont souhaité que ces révélations ne sombrent pas dans les sables mouvants des compromis géopolitiques. C’est la raison pour laquelle nous avons pu voir, grâce à un ami résidant dans le Golfe, les quatre épisodes du documentaire, de cinquante minutes chacun, dans leur version presque définitive.

      Ce qui frappe au visionnage, c’est la fébrilité qui a saisi le lobby depuis quelques années, due à une peur sourde de perdre son influence. Comment l’expliquer, alors que le soutien à Israël est massif aux États-Unis et que les élus des deux partis, républicain et démocrate, apportent un appui sans faille à n’importe quelle aventure d’Israël ? L’élection de M. Trump n’a-t-elle pas amené Washington à abandonner toute volonté de jouer les intermédiaires dans le conflit israélo-arabe et à se ranger sans aucun faux-semblant aux côtés du gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël ? Sans doute ; mais, dans ce paysage en apparence favorable, un spectre hante le lobby : celui de Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS).

      Ce mouvement lancé en 2005 se propose d’appliquer à Israël les méthodes non violentes qui ont fait leurs preuves contre l’Afrique du Sud de l’apartheid. Il a connu un essor sur les campus américains. Mais faut-il vraiment s’en alarmer, s’interroge M. David Brog, directeur des affaires stratégiques de Chrétiens unis pour Israël (CUFI) et directeur exécutif de la Maccabee Task Force, l’un des groupes qui combattent BDS ? « Israël est la “start-up nation”. Il reçoit plus d’investissements étrangers qu’à n’importe quel autre moment de son histoire. Alors pourquoi ne pas se calmer, comprendre que BDS ne vaut rien et l’ignorer ? » Il insiste : « Je ne pense pas que BDS ait jamais eu pour objectif que les universités retirent leurs investissements en Israël. En ce qui concerne l’argent, nous n’avons pas d’inquiétude à avoir ; mais les efforts déployés pour creuser un fossé entre nous, qui aimons Israël, et la génération montante, sont préoccupants. Parmi les jeunes nés après l’an 2000 et les étudiants, on en arrive au point où la majorité est plus favorable aux Palestiniens qu’aux Israéliens. » M. Jacob Baime, directeur exécutif de l’Israel on Campus Coalition, un groupe d’organisations qui emploie plus d’une centaine de personnes pour lutter contre BDS dans les universités, s’inquiète : « La seule chose que tous les membres du Congrès, tous les présidents, tous les ambassadeurs ont en commun est le fait d’avoir passé du temps sur les campus, et c’est durant cette période qu’ils ont été formés. » Seront-ils encore demain des « amis d’Israël » ?

      Discréditer le messager

      Un élément supplémentaire alarme le lobby. Le soutien à Israël a toujours transcendé les clivages entre démocrates et républicains. N’est-ce pas M. Barack Obama qui, quelques mois avant la fin de son mandat, a fait voter une aide inconditionnelle de 38 milliards de dollars (33 milliards d’euros) à Israël sur dix ans, en dépit de ses relations détestables avec M. Netanyahou ? Mais le paysage politique se transforme, et le ralliement inconditionnel du lobby à M. Trump réduit sa base, qui se résume de plus en plus au Parti républicain et à la droite évangélique. M. David Hazony, ancien directeur de The Tower Magazine et membre influent de TIP, le reconnaît dans le documentaire : « Le boycott immédiat d’Israël, ce n’est pas un problème. Le plus gros problème, c’est le Parti démocrate, les partisans de Bernie Sanders, tous ces anti-Israéliens qu’ils amènent dans le Parti démocrate. Être pro-israélien ne relèvera bientôt plus d’un consensus bipartisan, et chaque fois que la présidence changera, la politique à l’égard d’Israël risquera de changer. C’est une chose dangereuse pour Israël. C’est cela qui est en jeu dans la bataille sur les campus. » Ce que confirme John Mearsheimer, coauteur d’un célèbre livre (6) sur le lobby, dont les commentaires ponctuent le documentaire. Il constate que, désormais, le soutien à Israël croît au Parti républicain alors qu’il diminue au Parti démocrate : « Il y a une différence substantielle entre les deux partis. »

      Comment contrer cette évolution ? En engageant un débat politique ? Difficile, alors que, depuis l’échec des accords d’Oslo, signés en 1993, Israël est dirigé par des partis d’extrême droite qui refusent toute solution diplomatique. Il ne peut être question de discuter du sort des Palestiniens, de l’avenir des colonies ou du drame de Gaza. Et le ralliement du lobby à M. Netanyahou et à M. Trump est peu propice à susciter l’enthousiasme des étudiants américains. Le journaliste Max Blumenthal fait remarquer (Twitter, 15 février 2018) que c’est cette tactique du refus de la discussion que le lobby déploie au sujet du documentaire d’Al-Jazira : assimiler le journalisme d’investigation à de l’espionnage ; discréditer la chaîne en la réduisant à son propriétaire, le Qatar ; affirmer que le sujet est le « lobby juif », et non le soutien à Israël. Et ainsi éviter toute discussion sur le fond des révélations et sur la politique israélienne.

      Directeur exécutif du Comité d’urgence pour Israël (ECI), M. Noah Pollak synthétise la ligne adoptée face aux critiques : « Pour discréditer le message, il faut discréditer le messager. Quand vous évoquez BDS, vous devez dire que c’est un groupe qui prône la haine, la violence contre les civils. C’est-à-dire qu’il soutient le terrorisme. » Et, bien sûr, qu’il est antisémite. L’organisation Voix juives pour la paix (JVP) ? Il préfère l’appeler « Voix juives pour le Hamas »… Mais il reste optimiste, car, comme il l’explique à « Tony », la majorité des Américains reste favorable à Israël, alors qu’au Royaume-Uni « c’est de la haine pure. Vous avez laissé la moitié de ces Pakistanais de m… s’installer chez vous ».

      Pour « discréditer le messager », il faut accumuler des informations variées, qui vont de sa vie privée à ses activités professionnelles, en passant par ses convictions politiques. Le lobby pro-israélien a instauré ces dernières années un réseau d’espionnage. « Nos opérations de recherche,s’enorgueillit M. Baime, disposent d’une technologie de pointe. Quand je suis arrivé, il y a quelques années, notre budget était de quelques milliers de dollars ; il est aujourd’hui de 1,5 million, sans doute 2. Je ne sais même pas ; c’est énorme. » Mais ses amis et lui tiennent à rester « invisibles » : « Nous faisons cela de manière sécurisée et anonyme ; c’est la clé. »

      Parmi les groupes les plus redoutés par les militants favorables aux droits des Palestiniens figure Canary Mission (7), dont le financement, les membres et le fonctionnement restent secrets. Une journaliste proche du lobby explique son rôle : « Ceux qui le haïssent, ceux qui sont visés parlent de “liste noire”. Vous avez des noms, des étudiants et des professeurs d’université, des organisations qui ont des liens avec le terrorisme ou avec des terroristes qui ont appelé à la destruction de l’État juif. » Le site de l’organisation résume ainsi son objectif : « Assurez-vous que les radicaux d’aujourd’hui ne deviendront pas vos employés demain. » Surplombant la biographie de chaque victime clouée au pilori, ce slogan : « Si vous êtes raciste, le monde doit le savoir. »
      Kleinfeld a réussi à remonter à son fondateur et financier, M. Adam Milstein, président du Conseil israélien américain (IAC), condamné à une peine de prison pour fraude fiscale en 2009, ce qui ne l’a pas empêché de poursuivre ses activités du fond de sa cellule. Il expose au jeune homme sa philosophie : « Tout d’abord, mener des enquêtes sur eux [les militants favorables à la Palestine].. Quel est leur projet ? S’attaquer aux Juifs parce que c’est facile, parce que c’est populaire. Nous devons les démasquer pour ce qu’ils sont : des racistes, des gens hostiles à la démocratie. Nous devons les mettre sur la défensive. »

      Plusieurs étudiants témoignent des risques qu’ils encourent. Mme Summer Awad, qui a participé à la campagne pour les droits des Palestiniens à Knoxville (Tennessee), raconte comment elle a été harcelée sur Twitter, comment « ils » ont mis en ligne des informations à son sujet datant de plus de dix ans : « Ils creusent et creusent encore. Quelqu’un a contacté mon employeur et lui a demandé de me licencier, en le menaçant de le dénoncer comme antisémite s’il n’obtempérait pas. » Ces méthodes de délation peuvent signifier une mise à mort professionnelle ou, pour un étudiant, compliquer la recherche d’un emploi à la fin de son cursus. Certains des accusés ont donc envoyé des « messages de repentir » qui sont publiés dans une rubrique spéciale du site de Canary Mission (8) en échange du retrait de leur nom de la liste noire : des « aveux » anonymisés dans lesquels ils expliquent qu’ils ont été « trompés » et qui ressemblent à ceux arrachés aux suspects de sympathies communistes du temps du maccarthysme aux États-Unis dans les années 1950, ou dans les régimes autoritaires aujourd’hui. « C’est la guerre psychologique. Ils sont terrifiés, se réjouit M. Baime. Soit ils la ferment, soit ils passent leur temps à faire des recherches [sur les accusations portées contre eux] au lieu d’attaquer Israël. C’est très efficace. » Un autre interlocuteur de « Tony » regrette cependant que « diffamer quelqu’un en le traitant d’antisémite n’ait plus le même impact ».

      Ces croisades, qui s’appuient sur la récolte de données personnelles de citoyens américains, ne seraient pas possibles sans les moyens accordés par le ministère des affaires stratégiques israélien. Mme Sima Vaknin-Gil, sa directrice générale, le reconnaît lors d’une conférence à l’IAC : « En ce qui concerne la collecte de données, l’analyse de l’information, le travail sur les organisations militantes, la piste de l’argent, c’est quelque chose que seul un pays, avec les ressources dont il dispose, peut faire au mieux. » Elle ajoute : « Le fait que le gouvernement israélien ait décidé d’être un acteur-clé signifie beaucoup, parce que nous pouvons apporter des compétences que ne possèdent pas les organisations non gouvernementales impliquées dans cette affaire. Nous sommes le seul acteur du réseau pro-israélien à pouvoir combler les lacunes. (…) Nous avons le budget, et nous pouvons mettre sur la table des choses bien différentes. » Puis son propos se fait menaçant : « Tous ceux qui ont quelque chose à voir avec BDS doivent s’interroger à deux fois : est-ce que je dois choisir ce camp ou bien l’autre ? »

      Une violation des lois américaines

      Dans ce travail de collecte d’informations, Mme Vaknin-Gil admet : « Nous avons la FDD et d’autres qui travaillent [pour nous]. » La Fondation pour la défense des démocraties (FDD) est un think tank néoconservateur qui a joué ces dernières années un rôle important dans le rapprochement entre les Émirats arabes unis et Israël. Il a participé l’été dernier à la campagne contre le Qatar et contre Al-Jazira, accusée d’être un instrument de déstabilisation régionale. Or, selon la loi américaine, les organisations ou les individus travaillant pour un gouvernement étranger doivent s’enregistrer en tant que tels au ministère de la justice. Ce dernier osera-t-il traîner devant les tribunaux la FDD, qui n’a pas accompli ces démarches ?

      Comme le remarque Ali Abunimah, animateur du site The Electronic Intifada, « si vous aviez un enregistrement d’un haut responsable russe ou iranien, ou même canadien, reconnaissant que son pays mène des opérations clandestines d’espionnage de citoyens américains et utilise pour cela la couverture d’une organisation américaine, ce serait une bombe ! ». Car cette coopération ne se limite pas à la FDD, et nombre des interlocuteurs de Kleinfeld, comme M. Baime, l’admettent sous le sceau de la confidence, même s’ils ajoutent que le sujet est « délicat » et qu’il vaut mieux ne pas s’étendre.

      Le documentaire contient d’autres révélations, comme la manière dont les journalistes américains sont « pris en charge » à Jérusalem par TIP (9), cornaqués, mais aussi alimentés en sujets « clés en main » qu’ils n’ont plus qu’à diffuser aux États-Unis ; ou les pressions exercées sur les médias et les agences de presse pour qu’ils modifient leurs dépêches ou leurs articles…

      Bien que tout semble aujourd’hui sourire à Israël, ses partisans américains, en dépit de tous leurs moyens, sont nerveux. L’avenir leur paraît s’assombrir, y compris dans les milieux les plus susceptibles de les appuyer. Mme Vaknin-Gil l’admet : « Nous avons perdu la génération des Juifs nés après l’an 2000. Leurs parents viennent m’expliquer les difficultés qu’ils rencontrent avec leurs enfants durant des dîners de shabbat. [Les plus jeunes] ne reconnaissent pas l’État d’Israël et ne nous voient pas comme une entité à admirer. »

      #Alain_Gresh
      Directeur du journal en ligne Orient XXI

      #Palestine #BDS


  • Opinion | The New Socialists - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/08/24/opinion/sunday/what-socialism-looks-like-in-2018.html

    Throughout most of American history, the idea of socialism has been a hopeless, often vaguely defined dream. So distant were its prospects at midcentury that the best definition Irving Howe and Lewis Coser, editors of the socialist periodical Dissent, could come up with in 1954 was this: “Socialism is the name of our desire.”

    That may be changing. Public support for socialism is growing. Self-identified socialists like Bernie Sanders, Alexandria Ocasio-Cortez and Rashida Tlaib are making inroads into the Democratic Party, which the political analyst Kevin Phillips once called the “second-most enthusiastic capitalist party” in the world. Membership in the Democratic Socialists of America, the largest socialist organization in the country, is skyrocketing, especially among young people.

    What explains this irruption? And what do we mean, in 2018, when we talk about “socialism”?

    Another part of the story is less accidental. Since the 1970s, American liberals have taken a right turn on the economy. They used to champion workers and unions, high taxes, redistribution, regulation and public services. Now they lionize billionaires like Bill Gates and Mark Zuckerberg, deregulate wherever possible, steer clear of unions except at election time and at least until recently, fight over how much to cut most people’s taxes.

    Liberals, of course, argue that they are merely using market-friendly tools like tax cuts and deregulation to achieve things like equitable growth, expanded health care and social justice — the same ends they always have pursued. For decades, left-leaning voters have gone along with that answer, even if they didn’t like the results, for lack of an alternative.

    It took Mr. Sanders to convince them that if tax credits and insurance exchanges are the best liberals have to offer to men and women struggling to make stagnating wages pay for bills that skyrocket and debt that never dissipates, maybe socialism is worth a try.

    Like the great transformative presidents, today’s socialist candidates reach beyond the parties to target a malignant social form: for Abraham Lincoln, it was the slavocracy; for Franklin Roosevelt, it was the economic royalists. The great realigners understood that any transformation of society requires a confrontation not just with the opposition but also with the political economy that underpins both parties. That’s why realigners so often opt for a language that neither party speaks. For Lincoln in the 1850s, confronting the Whigs and the Democrats, that language was free labor. For leftists in the 2010s, confronting the Republicans and the Democrats, it’s socialism.

    To critics in the mainstream and further to the left, that language can seem slippery. With their talk of Medicare for All or increasing the minimum wage, these socialist candidates sound like New Deal or Great Society liberals. There’s not much discussion, yet, of classic socialist tenets like worker control or collective ownership of the means of production.

    #Politique_USA #Bernie_Sanders #Alexandria_Ocasio_Cortez #Rashida_Tlaib


  • Thousands of #Amazon workers get food stamps. #Bernie_Sanders wants Amazon to pay for them
    http://www.latimes.com/business/la-fi-bernie-sanders-food-stamps-20180824-story.html

    Sen. Bernie Sanders (I-Vt.) wants large employers such as Amazon, Walmart and McDonald’s to fully cover the cost of food stamps, public housing, Medicaid and other federal assistance received by their employees. The goal, he said, is to force corporations to pay a living wage and curb roughly $150 billion in taxpayer dollars that go to funding federal assistance programs for low-wage workers each year.

    #oligarques #Etats-Unis


  • Opinion | The Pragmatic Left Is Winning - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/08/09/opinion/columnists/left-sanders-ocasio-cortez-primaries.html

    On Tuesday, Rashida Tlaib, a member of the Democratic Socialists of America, won her primary in Michigan, and she is now overwhelmingly likely to become the first Muslim woman in Congress. In a referendum, people in Missouri voted 2 to 1 to overturn an anti-union “right to work” law passed by the Republican legislature. In an upset, Wesley Bell, a progressive city councilman from Ferguson, Mo., effectively ousted the longtime St. Louis County prosecutor, who many civil rights activists say mishandled the investigation into the police shooting of Michael Brown, the African-American teenager whose 2014 killing set off riots.

    So it was strange to see headlines in the following days arguing that the left wing of the Democratic Party had hit a wall. “Alexandria Ocasio-Cortez’s movement failed to deliver any stunners Tuesday night,” said CNN. “Down Goes Socialism,” announced Politico Magazine, despite the fact that Tlaib’s victory doubles the D.S.A.’s likely representation in Congress. “Socialist torchbearers flame out in key races, despite blitz by Bernie Sanders and Ocasio-Cortez,” said a Fox News headline.

    In part, this spin might just be the inevitable backlash to Ocasio-Cortez’s sudden celebrity. Her primary victory was thrilling and hard-earned, and she’s a charismatic and rousing spokeswoman for her values. But her overnight anointment as the new face of the Democratic Party has created absurdly outsize expectations of her power as kingmaker.

    In truth, there’s nothing surprising about left-wing candidates losing their primaries. The happy surprise is how many are winning. Unsexy as it sounds, the real story of progressive politics right now is the steady accumulation of victories — some small, some major — thanks to a welcome and unaccustomed outbreak of left-wing pragmatism.

    The new generation of left-wing activists, by contrast, is good at self-multiplication. The Democratic Socialists of America alone has done more to build left political power since the 2016 election than the Green Party did in the 18 years after Nader helped elect George W. Bush.

    Just as the Christian Right did in the 1990s, the new electoral left — which also includes groups like Justice Democrats and the Working Families Party — is trying to take over the Democratic Party from the ground up. These activists have, significantly, focused on races for prosecutor, which is a way to create immediate local criminal justice reform. (In Philadelphia, left-wing organizers last year helped elect civil rights lawyer Larry Krasner as district attorney. Among his reforms is the end of cash bail for many misdemeanors and nonviolent felonies.)

    It’s true that several candidates endorsed by Ocasio-Cortez and Sanders lost on Tuesday, including Abdul El-Sayed in Michigan’s gubernatorial primary and Brent Welder in a congressional primary in Kansas. But it’s testament to how far left the Democratic Party’s center of gravity has moved that the winners in those two races — Gretchen Whitmer in Michigan and Sharice Davids in Kansas — could be considered establishment.

    Whitmer supports a $15 minimum wage, marijuana legalization and statewide universal preschool. Davids, a Native American lesbian, former mixed martial arts fighter and lawyer, is running as a bad-ass feminist. One of her ads shows her training in a boxing gym. “It’s 2018, and women, Native Americans, gay people, the unemployed and underemployed have to fight like hell just to survive,” she says. “And it’s clear, Trump and the Republicans in Washington don’t give a damn.”

    It’s certainly true that Davids’s campaign put more emphasis on identity and representation, while Welder, a 2016 Sanders delegate, stressed populist economics. The Democratic Party will likely be weighing the precise balance between those progressive priorities for a long time. But the point is, they are all progressive priorities. After Davids’s victory, Ocasio-Cortez tweeted her congratulations: “Your win is an incredible inspiration to so many, myself included.”

    #Politique_USA #Politique_identité


  • Rashida Tlaib, première femme musulmane à être élue au Congrès américain
    https://www.huffpostmaghreb.com/entry/rashida-tlaib-premiere-femme-musulmane-a-etre-elue-au-congres-ameri

    Il s’agissait de primaires, mais il n’y aura pas d’opposant républicain.

    ÉTATS-UNIS - À quelques mois des élections de mi-mandat, plusieurs États américains vivent ces derniers jours un avant-goût de ce rendez-vous politique incontournable pour les opposants au président Trump. Dans la nuit du mardi au mercredi 8 août, l’État du Michigan organisait les primaires démocrates pour choisir celles ou ceux qui représenteront le parti pour l’élection au Congrès, qui aura lieu en novembre prochain. 

    Un scrutin qui a vu la victoire de la progressiste Rashida Tlaib. Résultat qui fait d’elle, pour l’instant, la première femme musulmane à être élue au Congrès américain, et la première américano-palestinienne, cette dernière étant sans opposition, rapporte The Independant.

    Une victoire à plus de 33% des voix à l’occasion d’une élection décrite par cette dernière au Detroit News comme étant un “joyeux chaos”. Elle a notamment obtenu le soutien des Justice Democrats, un groupe progressiste au sein du parti, proche de l’ancien candidat à la primaire démocrate Bernie Sanders, rapporte le HuffPost américain.



  • Opinion | The Millennial Socialists Are Coming - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/06/30/opinion/democratic-socialists-progressive-democratic-party-trump.html

    In May, three young progressive women running for the state Legislature in Pennsylvania, each endorsed by the Democratic Socialists of America, won decisive primary victories over men heavily favored by the political establishment. Two of the women, Summer Lee, 30, and Sara Innamorato, 32, ousted incumbents, the distant cousins Dom Costa and Paul Costa, members of an iconic Pennsylvania political family.

    On Twitter, Trump has fantasized about a red wave that will sweep even more Republicans into power in November and reinforce his rule. But the real red wave may be democratic socialism’s growing political influence, especially among young people. “She really showed that you can run on these issues and win,” Maria Svart, national director of the Democratic Socialists of America, said about Ocasio-Cortez’s platform, which includes Medicare for All, abolishing the United States Immigration and Customs Enforcement agency, and a federal jobs guarantee.

    The D.S.A., to which Ocasio-Cortez belongs, is the largest socialist organization in America. Its growth has exploded since the 2016 election — when, of course, avowed democratic socialist Bernie Sanders ran in the Democratic primary — from 7,000 members to more than 37,000. It’s an activist group rather than a political party, working with Democrats in the electoral realm while also agitating against injustice from the outside.

    Many of the D.S.A.’s goals, reflected in Ocasio-Cortez’s platform, are indistinguishable from those of progressive democrats. But if the D.S.A. is happy to work alongside liberals, its members are generally serious about the “socialist” part of democratic socialist. Its constitution envisions “a humane social order based on popular control of resources and production, economic planning, equitable distribution, feminism, racial equality and non-oppressive relationships.”

    Talk of popular control of the means of production is anathema to many older Democrats, even very liberal ones. It plays a lot better with the young; one recent survey shows that 61 percent of Democrats between 18 and 34 view socialism positively. The combination of the Great Recession, the rising cost of education, the unreliability of health insurance and the growing precariousness of the workplace has left young people with gnawing material insecurity. They have no memory of the widespread failure of Communism, but the failures of capitalism are all around them.

    The D.S.A. alone neither claims nor deserves sole credit for the victories of candidates it endorses. Many groups came together behind Ocasio-Cortez, including the populist Brand New Congress and local chapters of the resistance group Indivisible. Nor was the D.S.A. the prime mover behind the Fiedler, Lee and Innamorato wins, though it helped in all of them.

    Indeed, while there’s a lot of talk about an ideological civil war among Democrats, on the ground, boundaries seem more fluid. In Pennsylvania recently, I met with moderate suburban resistance activists who’d volunteered for Innamorato, thrilled to support a young woman who could help revitalize the Democratic Party.

    alking to Cohen and others from the D.S.A.’s Pittsburgh chapter, which has more than 620 members, I was struck by the work they put into building community. On some days that public schools are closed, the D.S.A.’s socialist-feminist committee puts on all-day events with child care and free lunches. Like several other chapters, the Pittsburgh D.S.A. holds clinics where members change people’s burned-out car brake lights for free, helping them avoid unnecessary police run-ins while making inroads into the community. A local mechanic named Metal Mary helped train them.

    Democratic socialist chapters have constant streams of meetings and social events, creating an antidote to the isolation that’s epidemic in American life. “Everything is highly individualized, and it is isolating,” Svart said. “People are very, very lonely. Suicide rates have gone up astronomically. And we do create a community for folks.” This fusion of politics and communal life isn’t so different from what the Christian right has offered its adherents. Such social capital is something no amount of campaign spending can buy.

    #Politique_USA #Democratic_socialists_of_america


  • Etats-Unis : Alexandria Ocasio-Cortez, novice en politique et figure émergente des anti-Trump

    https://www.lemonde.fr/ameriques/article/2018/06/27/etats-unis-alexandria-ocasio-cortez-novice-en-politique-et-figure-emergente-

    En doublant l’un des parlementaires les plus progressistes du congrès par sa gauche, l’ancienne serveuse – dont la photo apparaît encore sur le site de son dernier employeur, un bar à cocktails de Manhattan – s’inscrit pleinement dans les divisions internes au Parti démocrate, vives entre Bernie Sanders et Hillary Clinton lors de la présidentielle de 2016.

    Assurance santé accessible à tous, aides à l’accès à l’université, développement de l’emploi public, abolition de l’agence d’immigration : toutes les thématiques de campagne d’Alexandria Ocasio-Cortez rappellent celles du sénateur du Vermont, dont elle a organisé une partie de la campagne à New York.

    Face à Joseph Cowley, alors annoncé comme le futur président de la chambre des représentants en cas d’alternance, Alexandria Ocasio-Cortez a surtout tiré tous les leviers d’une opposition sans compromis face à Donald Trump : le 24 juin, elle se présente par exemple devant un centre de détention pour enfants migrants, près de la frontière mexicaine, et interpelle devant les caméras les officiers de l’autre côté des grilles, visiblement embarrassés.


  • Democrat who slammed Israel for Gaza killings is shock winner of New York primary
    U.S. News - Haaretz.com - Allison Kaplan Sommer - Jun 27, 2018
    Alexandria Ocasia-Cortez, 28, scores decisive victory over House Democrat Joe Crowley after running on a socialist platform

    https://www.haaretz.com/us-news/.premium-democrat-who-slammed-israel-wins-new-york-primary-1.6218292

    A young progressive Democrat who has sharply criticized Israel, including calling the killing of Palestinian protesters on the Gaza border in May a “massacre,” celebrated an upset victory over a leading House Democrat in a congressional primary race in New York City on Tuesday.

    Alexandria Ocasio-Cortez, 28, scored a decisive win over powerful congressman Rep. Joe Crowley, 56. Many observers had believed he was a strong candidate to succeed Rep. Nancy Pelosi as speaker of the House of Representatives.

    Riding a wave of strong anti-Trump “resistance” sentiment in her New York district, Ocasio-Cortez – who belongs to the Democratic Socialists of America and is a supporter of Bernie Sanders – ran on a far-left platform. Her agenda included Medicare-for-all and clamping down on Wall Street.

    Her victory is being seen as a bellwether for a Democratic Party that is shifting to the left and including more women and people of color as candidates. Crowley’s defeat is seen as a warning to other establishment Democrats. (...)

    • 27/06/2018
      Encore serveuse à New York il y a 6 mois, Alexandria Ocasio-Cortez bat à plate couture un ponte du parti démocrate
      https://www.huffingtonpost.fr/2018/06/27/encore-serveuse-a-new-york-il-y-a-6-mois-alexandria-ocasio-cortez-bat

      ÉTATS-UNIS - Le pari était tellement fou que les grands médias américains ne lui avaient pas accordé une grande attention. Contre toute attente, la novice en politique de 28 ans Alexandria Ocasio-Cortez a pourtant battu le numéro quatre du parti démocrate Joe Crowley lors des primaires pour élire le représentant du 14e district de New York ce mardi 26 juin.

      Élu et ré-élu représentant dans l’État de New York depuis 1999, Joe Crowley était considéré comme un potentiel successeur de Nancy Pelosi au poste de chef des démocrates à la Chambre. Sa défaite face à une militante latino-américaine n’ayant jamais participé à une élection, née dans le Bronx et soutenue par le sénateur Bernie Sanders et la candidate au poste de gouverneure Cynthia Nixon, est une véritable claque pour le parti. (...)


  • Un petit rayon de soleil à New York 27 juin 2018 Paul Jorion
    https://www.pauljorion.com/blog/2018/06/27/un-petit-rayon-de-soleil-a-new-york

    Une candidate authentiquement socialiste, Alexandria Ocasio-Cortez, l’a emporté sur un ponte du parti à la primaire du Parti démocrate à New York (Queens et Bronx).

    Ocasio-Cortez a 28 ans, elle est originaire de Porto Rico ; elle fut volontaire dans la campagne de Bernie Sanders. Elle l’a emporté par 57,5% contre 42,5% à Joe Crowley.

    +
    Plus d’un an après la défaite d’Hillary Clinton face à Donald Trump et alors que les primaires en vue des prochaines présidentielles sont déjà à l’ordre du jour, la gauche américaine pourrait se réinventer grâce à des femmes noires ou latino
    http://www.regards.fr/monde/article/alexandria-ocasio-cortez-le-renouveau-du-parti-democrate-americaine-sera