person:blaise compaoré

  • What’s Driving the Conflict in Cameroon?
    Violence Is Escalating in Its Anglophone Regions.

    In recent months, political violence in the Northwest and Southwest regions of Cameroon has escalated dramatically. So far, at least 400 civilians and 160 state security officers have been killed in the conflict between the government and an armed separatist movement that, just two short years ago, started as a peaceful strike of lawyers and teachers. How did such upheaval come to a country that has prided itself for decades as a bulwark of stability in a region of violent conflict? And why has it escalated so quickly?

    THE ROOTS OF THE VIOLENCE

    The Northwest and Southwest regions of Cameroon have a special historical legacy that sets them apart from the country’s other eight regions: between 1922 and 1960, they were ruled as a British trust or protectorate while the rest of the territory was administered by France. This is why today, 3 million residents of the Northwest and Southwest regions—roughly 20 percent of the Cameroonian population—speak primarily English, not French. These two regions also use their own legal and educational systems, inherited from the British, and have a unique cultural identity.

    Many analysts argue that the current conflict stems from the intractable historical animosity between Cameroon’s Anglophones and Francophones. Yet if that is the case, it is strange that the violence is only occurring now. Why not in 1972, when Ahmadou Ahidjo, the first president of Cameroon, ended the federation between the Anglophone and Francophone regions, forcing the Anglophones to submit to a unitary state? Or in 1992, when current President Paul Biya held Cameroon’s first multi-party elections, and narrowly won a heavily rigged contest by four percentage points against Anglophone candidate John Fru Ndi? Furthermore, if differences in identity are the primary driver of the conflict, it is quite surprising that Cameroon—one of the most ethnically diverse countries in Africa—has largely avoided ethnic conflict.

    Most Anglophones themselves say that they would be happy to put their national identity above their linguistic one if they weren’t systematically neglected and repressed by Cameroon’s central government. According to a survey from the Afrobarometer, an independent polling and research network, when asked whether they identify more as Cameroonians or more with their ethnic group, the vast majority of respondents in the Northwest and Southwest regions said they identified with these categories equally. Less than five percent said they identified more with their ethnic group. Nonetheless, members of this population have long felt themselves to be treated as second-class citizens in their own country. Anglophones who go to the capital city of Yaoundé to collect government documents, for example, often report being ridiculed or turned away by public officials because they cannot speak French. Separatists argue that this mistreatment and discrimination by Yaoundé, and Francophone Cameroonians more broadly, is grounds for secession.

    Yet regional neglect and mistreatment are not enough to explain the current wave of violence. If they were the root cause, then we should also be seeing separatist movements in Cameroon’s North and Far North regions, where state violence has become endemic in the fight against Boko Haram over the past four years. Moreover, in the North and Far North regions, the poverty rate is higher (more than 50 percent in each, compared to 15 percent in the Southwest and 25 percent in the Northwest) and state investment in public goods such schools, health clinics, and roads is lower than anywhere else in the country.

    To be sure, the Anglophones’ unique linguistic and cultural identity has played a role in the rebellion. But in order to understand why the escalating violence is taking place where and when it is, we must consider not only the Anglophone regions’ exceptional political isolation and relative economic autonomy from the rest of Cameroon, but also the increasing impatience of Africans living under non-democratic regimes.
    WHY THE ANGLOPHONE REGIONS?

    Biya, who last month won his seventh term in office, has been in power since 1982, making him one of the longest ruling leaders in the world. In fact, Cameroon has only had two presidents since gaining independence in 1960. Because the country’s median age is 18, this means that the majority of Cameroonians have only ever known one president. Yet the decline of Africa’s strongmen over the past two decades—most recently Blaise Compaoré in Burkina Faso, Yahya Jammeh in the Gambia, Robert Mugabe in Zimbabwe, José Eduardo dos Santos in Angola, and even Jacob Zuma in South Africa—has made Biya’s continued rule increasingly untenable. Democracy may have begun to lose its appeal in many parts of the world, but it remains important to most sub-Saharan Africans. Many Cameroonians with an education and a smart phone consider their president’s extended rule increasingly illegitimate. The political tide currently washing away the strongmen of Africa has made this moment an exceptional one for mobilizing people against the regime.

    In spite of these democratic headwinds, Biya has managed to maintain his legitimacy in some quarters through his cooptation of Francophone elites and control of information by means of the (largely Francophone) state-owned media. He has masterfully brought Francophone leaders into government, offering them lucrative ministerial posts and control over various government revenue streams. Importantly, he has not been excessively repressive—at least not before the current outbreak of violence—and has gone out of his way to uphold the façade of democratic legitimacy through holding regular elections, allowing a relatively unfettered (although weak) independent media, and having a general laissez-faire attitude toward governing.

    The state media and elites within the ruling Cameroon People’s Democratic Movement are stalwart defenders of the president, operating whole-heartedly on the fictitious assumption that the regime is democratic. Many Cameroonians, especially those isolated from independent media, opposition parties, or information from outside of the country, earnestly believe this narrative. Another survey by the Afrobarometer conducted in 2015 before the outbreak of violence, showed that the presidency is the second most trusted institution of the state, after the army. It also showed that only ten percent of Cameroonian respondents believe that their country is not a democracy.

    In contrast, the Anglophone regions’ relative distance from both Biya’s networks of patronage and influence and the Francophone state media puts them in a unique position to see the autocratic nature of the regime and rebel against it. Although 75.4 percent of Francophone Cameroonian respondents said they trust Biya “somewhat” or “a lot,” in the Afrobarometer poll, only 45.5 percent of Anglophones felt the same way. Part of the reason for this is easier access to criticism of the Biya government. In electoral autocracies, opposition parties are often the only institutions that consistently voice the view that the regime is not truly democratic. The strongest opposition party in Cameroon—the Social Democratic Front (SDF)—is headquartered in the Northwest region, thus further exposing Anglophones to narratives of state repression. Other parts of Cameroon do not have occasion to become as familiar with opposition party politics. In the most recent 2013 elections for the National Assembly, for example, the Cameroon People’s Democratic Movement ran completely unopposed in 13 of the country’s 83 electoral districts.

    In comparison to other parts of the country, such as the north, Cameroon’s Anglophone regions are also more economically autonomous from Yaoundé. They have a robust cross-border trade with Nigeria, successful plantations in the Southwest, and fertile farming land. They are not overly-reliant on the export of primary resources, such as oil or timber, which funnels through state-owned corporations. And they are not as poor as, for example, the northern regions, which face chronic food insecurity. The Anglophones thus have not only the will, but also the resources to rebel.

    THE SUCCESSION QUESTION

    Unfortunately, an end to the crisis is nowhere in sight. Last month, Biya won his seventh term as president with 71.3 percent of the vote. The already unfair election was marked by exceedingly low participation in the Anglophone regions—just five percent in the Northwest—due to security fears. Meanwhile, Biya has responded to the separatists with an iron fist. He refuses to negotiate with them, instead sending in his elite Rapid Intervention Battalion (trained by the United States and led by a retired Israeli officer), which has now been accused of burning villages and attacking civilians in the Northwest and Southwest. But as long as the violence does not spill over into the Francophone regions, the crisis will likely not affect the president’s legitimacy in the rest of the country. Moreover, Biya remains staunchly supported by the West—especially France, but also the United States, which relies strongly on Cameroon in the fight against Boko Haram. The separatists, meanwhile, remain fractured, weak, and guilty of their own atrocities against civilians. Apart from attacking security forces, they have been kidnapping and torturing teachers and students who refuse to participate in a school strike.

    It is extremely unlikely that Biya will make the concessions necessary for attacks from separatists to stop, and the fluid nature of the insurgency will make it difficult for state security forces to end the violence. The scorched earth tactics on both sides only work to further alienate the population, many of whom have fled to Nigeria. It seems likely that a resolution to the crisis can only happen once the questions of when Biya will step down and who will replace him are fully answered. Right now, there is only unsubstantiated speculation. Many assume he will appoint a successor before the next presidential elections, scheduled for 2025. But if there are any surprises in the meantime similar to the military move against Mugabe in Zimbabwe or the popular uprising against Compaoré in Burkina Faso, a transition may come sooner than expected. A post-Biya political opening might provide a way for Cameroon’ s Anglophones to claim their long-awaited autonomy.

    https://www.foreignaffairs.com/articles/cameroon/2018-11-08/whats-driving-conflict-cameroon?cid=soc-tw
    #Cameroun #conflit #Cameroun_anglophone #violence #différent_territorial #autonomie


  • #Burkina_Faso : les terroristes étaient liés au président déchu Blaise Compaoré
    https://www.mediapart.fr/journal/international/200318/burkina-faso-les-terroristes-etaient-lies-au-president-dechu-blaise-compao

    Cérémonie funéraire à #Ouagadougou, le 7 mars 2018, après les attaques du 2 mars. © Reuters Le ministre français des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, s’est rendu au Burkina Faso pour évoquer avec le président Roch Kaboré la lutte contre le terrorisme. Deux semaines après le double attentat qui a frappé Ouagadougou, des témoignages rappellent les liens étroits que leurs auteurs avaient développés avec le pouvoir de Blaise Compaoré, ancien allié de la France et renversé en 2015.

    #International


  • Qui es-tu octobre ?
    http://www.nova-cinema.org/prog/2018/164-laissez-bronzer-les-cadavres/varia/article/qui-es-tu-octobre

    Julie Jaroszewski, 2017, BE-BF, DCP, VO FR ST FR, 56’

    « À vous qui avez accepté de revivre vos réels par l’artifice du jeu et de la mise en scène. À vous qui avez accepté le Français comme butin de guerre afin que ce qui nous unis puisse accéder à demain. » C’est par cette adresse aux acteurs du film et du Burkina Faso que démarre l’évocation d’instants intimes d’un pays en pleine bascule. Trois fois le même mois : Octobre 1983 et l’accession au pouvoir de Thomas Sankara ; Octobre 1987, Blaise Compaoré prend le pouvoir suite à l’assassinat de Sankara ; Octobre 2014, la rue destitue Compaoré. Suivies d’images de la destitution, ces annonces dévoilent le contexte pour mieux s’immiscer dans le quotidien d’un foyer de femmes de Ouagadougou et de Mika… Très liée au destin du Burkina Faso, Julie (...)



  • "Qui a fait tuer Sankara ? Carine Frenk pour RFI
    http://webdoc.rfi.fr/burkina-faso-qui-a-fait-tuer-sankara

    15 octobre 1987, Thomas Sankara tombe sous les balles d’un commando. Trente ans plus tard, on ignore toujours qui a commandité l’assassinat, l’a encouragé ou laissé faire. La justice burkinabè s’est saisie du dossier. Quel a été le rôle de son frère d’armes Blaise Compaoré ? Celui du président Houphouët-Boigny de Côte d’Ivoire ? Celui de la France ? De la Libye ? RFI a retrouvé des témoins, dépouillé des archives et propose une enquête exclusive.

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““


    http://webdoc.rfi.fr/burkina-faso-qui-a-fait-tuer-sankara/chap-01/index.html
    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    http://webdoc.rfi.fr/burkina-faso-qui-a-fait-tuer-sankara/chap-02/index.html
    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    http://webdoc.rfi.fr/burkina-faso-qui-a-fait-tuer-sankara/chap-03/index.html
    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““

    Le rôle de la France : soupçons et démentis" - Pierre Firtion et Léa-Lisa Westerhoff pour RFI
    http://webdoc.rfi.fr/burkina-faso-qui-a-fait-tuer-sankara/chap-04/index.html

    ““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““““


    Sankara et ses ennemis : ce que disent les archives " - Michel Arseneault pour RFI
    http://webdoc.rfi.fr/burkina-faso-qui-a-fait-tuer-sankara/chap-05/?ref=tw


  • Colère sound system (54 minutes)
    #Soro_Solo, France Inter, le 1er octobre 2017
    https://www.franceinter.fr/emissions/l-afrique-en-solo/l-afrique-en-solo-01-octobre-2017

    Entre la voix de la rue, de la protestation et des chansons, il n’y a souvent qu’un pas.

    Aujourd’hui, je vous propose d’ouvrir la sono des mouvements porteurs de la colère des peuples sur le continent Africain. Car depuis la nuit des temps, la douleur des opprimés se raconte souvent en musique.

    De l’insurrection des écoliers Sud-Africains en 1976 à la destitution de Blaise Compaoré en 2014 au Burkina Faso en passant par le Printemps Arabe en Tunisie en 2011, depuis des décennies, les peuples se dressent contre les pouvoirs liberticides, coupables d’injustice et de violation des droits de l’homme.

    Les mouvements porteurs de ces frondes sont aujourd’hui identifiés par les sociologues, comme sentinelles de la démocratie. Leur défiance est toujours portée par les hauts parleurs de la musique.

    Bienvenue à la maison, bienvenue dans le studio des Sounds System en colère.

    (1) « Salut aux Combattants » Pierre Claver Akendengue

    « Salut aux Combattants » du Gabonais Pierre Akendengue, est une photo sonore des souffrances des Noirs sous l’Apartheid érigé en système de gouvernement en Afrique du Sud par le pouvoir Blanc en 1948. Les lois de l’Apartheid ne seront abolies qu’en Juin 1991 par le gouvernement Frederik de Klerk après la sortie de prison de Nelson Mandela en février 1990 qui a enduré vingt-sept années d’incarcération. Le 10 mai 1994 Nelson Mandela est élut premier président noir d’Afrique du Sud.

    (2) « Lettre au Président » Valsero

    La lettre du rapper Camerounais Valsero à Paul Biya, président du Cameroun depuis 35 ans, le questionne sur le dénuement des Camerounais qui en bave encore et encore...

    L’une des cerises sur le gâteau du régime du président Paul Biya, c’est d’avoir proposé en 2007 d’amender la Constitution du Cameroun, qui limitait la Présidence de la République à deux termes de sept ans. En réponse, l’artiste Lapiro de Mbanga compose la chanson « Constitution constipée »

    Malgré l’interdiction d’antenne de cette chanson, elle fut reprise lors des manifestations de février 2008. Lapiro de Mbanga est arrêté en avril 2008 et condamné à trois ans de prison par le Tribunal de Grande Instance. L’amendement contre lequel Lapiro a composé « Constitution Constipé » a tout de même été adopté et permit à Paul Biya d’être réélu en octobre 2011.

    (3) « Constitution Constipée » - Lapiro de Mbanga

    Au Cameroun, « Constitution Constipée » a fait incarcérer Lapiro De Mbanga en 2008 à la prison de New Bell à Douala où il contracte la fièvre typhoïde. Après sa Libération en 2011, il s’exile aux États-Unis où il décède en 2014 à New York.

    Partout en Afrique quand la jeunesse se dresse, c’est parce qu’elle n’en peut plus des politiques stériles qui les affament.

    En Tunisie par exemple, c’est le désespoir qui emmena un vendeur ambulant, le jeune Mohammed Bouazizi, à s’immoler par le feu à Sidi Bouzid en Décembre 2010 pour protester contre la saisie de sa marchandise par la police. Son suicide enclenchera une vague de contestation qui emportera le régime du président Ben Ali. Il s’en suivra une avalanche de grogne dans le monde Arabe qui gagnera le Yémen en Janvier 2011 où les manifestants réclament le départ du président yéménite Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 1978.

    En Février 2011, au Caire la bourrasque de la contestation a fait tomber le président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981,

    En Mars 2011 la grogne explose à Damas

    En Avril, de la même année, elle s’étend en Lybie et emportera le colonel Kadhafi, au pouvoir depuis 1969.

    Cette insurrection baptisée "Printemps Arabe" est incarnée par la chanson "Kelmti Horra" de la Tunisienne Emel Matlouthi qui a obtenu le Prix Nobel de la paix en 2015, avec le Quartet du dialogue national ayant accompagné le renouveau démocratique en Tunisie.

    (4) « Kelmti Horra » Emel Mathlouthi

    Apparu en 2011 au Sénégal, initié par les rapper Thiat et Kilifeu du groupe Keur Gui, le mouvement « Y’en a Marre » arrangue les populations à se dresser comme un seul homme contre la volonté du président Abdoulaye Wade qui voulait modifier la constitution et briguer un nouveau mandat. En déjouant les visés du vieux président Wade au Sénégal, « Y’en a Marre » catalysera des organisations similaires dans différents pays au Sud du Sahara

    (5) « Coup de Gueule » Keur Gui

    De Dakar à Libreville, Kinshasa, en passant par Ouagadougou le modèle « Y’en a Marre » se reproduira dans diverses capitales Africaine.

    (6) « De La Lutte qui Libère » Joey Le Soldat

    Le Burkina Faso, pays de Joey le Solda a enduré 27 ans de régime de Blaise Compaoré présumé coupable de l’assassinat de président Thomas Sankara en 1987. En 2014, Blaise Compaoré tente de tordre le coup à la Constitution et se maintenir au pouvoir Le 30 Octobre de cette année-là quand les députés du Burkina Faso se retrouvent pour examiner le projet de loi portant sur la révision de la Constitution permettant une nouvelle candidature du président Blaise Compaoré après 2015, Le Mouvement « Balaie Citoyen », portées par l’esprit de Thomas Sankara, appel les populations à descendre dans la rue et battent le pavée pour empêcher la révision de la loi fondamentale.

    (7) « Thomas Sankara » Debademba

    Tous ces mouvements citoyens se nourrissent d’exemples révolutionnaires africains et se posent comme héritiers de figures respectées et admirées devenus des mythes sur le continent. Notamment le nigérian Tafawa Balewa, le congolais Patrice Lumumba ou le burkinabé Thomas Sankara.

    Ils revendiquent la défense du panafricanisme et fustigent sans détours l’impérialisme occidental. Leur rêve, opérer et réaliser une vraie Union des peuples Africains qui ne serait pas selon eux - une coquille vide comme l’Union Africaine actuelle, incapable de gérer le mal être du continent.

    Les régions qui n’ont pas encore de force citoyenne organisée, les individualités comme Cheikh MC des Comores usent de la musique pour booster les mentalités.

    (8) « Na Rende » Cheikh MC

    En égrenant le chapelet des mouvements sociaux de cette décennie en Afrique, on constate que les artistes musiciens sont en première ligne des combats. Et s’il est une référence en la matière, c’est bien le nigérian feu Fela Anikulapo Kuti. Pourfendeur de la corruption, du néo-colonialisme, des manœuvres de la classe politique et des détournements d’argents fait par les militaires, toute sa vie durant, il n’a eu de cesse de tarauder tous les régimes qui se sont succédés à la tête du Nigéria. Sa volumineuse œuvre musicale a souvent égratigner nos mentalité de colonisées.

    (9) « Mister Felow Felow » Fela Anikulapo Kuti

    #Musique #Musique_et_politique #radio


  • #Togo - Desir dalternance au pouvoir - Togo, premier test pour Emmanuel Macron
    Mercredi, 20 Septembre 2017
    http://news.icilome.com/?idnews=838826&t=desir-d-alternance-au-pouvoir--togo,-premier-test-pou

    Autant le soulèvement populaire burkinabè qui a fait partir Blaise Compaoré du pouvoir en 2014, était un test pour François Hollande, autant le Togo l’est pour son successeur Emmanuel Macron. « J’agirai envers l’Afrique loin des réseaux de connivence ». Cette phrase est de l’actuel président français. Il se prononçait ainsi sur les relations françafricaines quelques heures après son accession au pouvoir. Aujourd’hui sa réaction est attendue devant la soif d’alternance qu’expriment les Togolais en descendant dans les rues pour réclamer le retour à la Constitution de 1992 et non un référendum que le pouvoir planifierait en coulisse.

    Les élections en Afrique revêtent aussi des enjeux économiques pour les puissances étrangères. Dans la fièvre de l’aspiration profonde des peuples, les multinationales font des calculs pour la préservation de leurs intérêts au détriment des populations. Au Togo, le groupe Bolloré, un des fleurons de l’économie française, qui développe un impérialisme économique, tel un appétit insatiable d’un squale sur les côtes africaines, est souvent présent dans les intrigues électorales. Il a réussi à faire partir le groupe Progosa du Port autonome de Lomé (PAL). C’était sur un coup de boutoir de Nicolas Sarkozy, ancien président français et ami de Vincent Bolloré que ce dernier est parvenu à arracher le juteux marché du PAL. Les intérêts économiques travestissent très souvent le destin des pays africains francophones. Et c’est un point non négligeable dans la situation actuelle au Togo.


  • BALLAST | Bruno Jaffré : « En tuant #Sankara, on s’est débarrassé de quelqu’un de gênant »

    https://www.revue-ballast.fr/bruno-jaffre-en-tuant-sankara

    Le président du #Burkina_Faso, Blaise Compaoré, a été contraint de démissionner le 31 octobre 2014, suite à d’importantes mobilisations populaires. Il était au pouvoir depuis le putsch qui coûta la vie à l’ancien président, le révolutionnaire panafricain Thomas Sankara. C’était il y a 27 ans. Entretien avec Bruno Jaffré, historien de la révolution du Burkina Faso et biographe de l’ancien président (il est notamment l’auteur de Biographie de Thomas Sankara — La patrie ou la mort… et l’un des animateurs du site www.thomassankara.net).


  • Au Burkina, Blaise Compaoré échappe au procès de sa soif de pouvoir
    https://www.mediapart.fr/journal/international/030517/au-burkina-blaise-compaore-echappe-au-proces-de-sa-soif-de-pouvoir

    Trente-deux ministres doivent être jugés à partir de ce jeudi 4 mai, à Ouagadougou. La justice leur reproche d’avoir fait appel à l’armée pour mettre fin aux manifestations contre la volonté du président Compaoré de prolonger encore son mandat. La répression aurait fait jusqu’à une vingtaine de morts. Mais Compaoré, lui, coule des jours tranquilles en Côte d’Ivoire.

    #International #Blaise_Compaoré #Burkina_Faso


  • Le juge demande à la France la levée du secret défense
    http://survie.org/billets-d-afrique/2016/262-novembre-2016/article/le-juge-demande-a-la-france-la-5203

    L’insurrection qui a chassé Blaise Compaoré en octobre 2014 a réveillé la #Justice burkinabè. La revendication de vérité et de justice, à propos de l’assassinat de #Thomas_Sankara, portée par les insurgés, a été une des premières prises en compte par le pouvoir issu de l’insurrec­tion. Aujourd’hui, avec une demande officielle de déclassification par le juge en charge de l’instruction, les soupçons se rapprochent officiellement de la France. Depuis une enquête a été confiée au juge d’instruction François (...)

    #262_-_novembre_2016

    / #Burkina_Faso, Thomas Sankara, #Salves, Justice


  • Guy Hervé Kam : « Le peuple burkinabè est toujours dans l’attente des promesses » - RFI
    http://www.rfi.fr/emission/20161104-guy-herve-kam-burkina-faso-peuple-toujours-attente-promesses

    Le Burkina Faso vient de célébrer les deux ans de l’insurrection populaire qui chassa du pouvoir Blaise Compaoré. Deux ans après, de nombreuses attentes restent encore sans réponse. C’est ce que regrette Guy Hervé Kam. Le porte-parole du Balai citoyen, qui fut l’un des fers de lance du soulèvement, est aujourd’hui l’un des avocats des familles des victimes dans le dossier du putsch tenté l’année suivante, en septembre 2015, sous la direction du général Diendéré.


  • The Upright Man, #Thomas_Sankara
    http://africasacountry.com/2016/10/thomas-sankara-the-upright-man

    Burkina Faso is finally doing right by the memory of Thomas Sankara: Yesterday, a foundation in Sankara’s name, unveiled plans for a public memorial for Sankara. This happens nearly 29 years this month after he was murdered and two years after Blaise Compaoré, considered one of the people responsible for his murder, fled the country. Sankara remains an […]

    #POLITICS #Burkina_Faso #pan-Africanism



  • De putsch en pschitt ?
    http://survie.org/billets-d-afrique/2016/258-juin-2016/article/de-putsch-en-pschitt-5118

    Depuis quelques semaines, la justice militaire burkinabè, dirigée par le Colonel Sita Sangaré, semble subir des pressions du président Kaboré, élu à l’issue de la transition qui a suivi le renversement de Blaise Compaoré en 2014. On a d’abord appris (RFI, le 28/04), l’annulation pour « vice de forme » des mandats d’arrêt internationaux émis dans l’affaire du putsch du 16 septembre. Certainement une bonne nouvelle pour #Guillaume_Soro, visé par un mandat émis le 8 janvier. Sur la base d’écoutes téléphoniques (...)

    #258_-_Juin_2016

    / #Burkina_Faso, Blaise Compaoré, #Salves, #Alassane_Ouattara, Guillaume Soro

    #Blaise_Compaoré


  • #Terrorisme ET DESTABILISATIONS
    http://survie.org/billets-d-afrique/2016/254-fevrier-2016/article/terrorisme-et-destabilisations-5082

    Si l’attentat de Ouagadougou, particulièrement meurtrier, a retenu mi-janvier l’attention de nos médias, d’autres événements, rapprochés dans le temps, font penser à de véritables tentatives concertées de déstabilisation des autorités burkinabè issues des élections démocratiques de fin 2015, une année après le renversement populaire de Blaise Compaoré. Si le Burkina était jusque là relativement épargné par les attaques terroristes, le voilà sous le choc. Selon un bilan officiel, on dénombre 30 décès et une (...)

    #254_-_février_2016

    / Blaise Compaoré, #Salves, Terrorisme, #Armée_française

    #Blaise_Compaoré


  • Putschiste un jour…
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/252-decembre-2015/article/putschiste-un-jour-5083

    Des écoutes téléphoniques mettent en cause #Guillaume_Soro pour son soutien au putsch burkinabè de septembre dernier. Le 29 septembre, au lendemain du putsch manqué contre la transition (Billets n°250, octobre 2015), Djibrill Bassolé, ancien ministre des Affaires étrangères de l’ex-dictateur Blaise Compaoré et privé du droit de se présenter à la présidentielle, avait été arrêté pour « attentat à la sûreté de l’État » et « collusion avec des forces étrangères pour déstabiliser la sécurité intérieure ». A (...)

    #252_-_décembre_2015

    / #Côte_d'Ivoire, Blaise Compaoré, #Salves, Guillaume Soro, Putsch raté au Burkina Faso - octobre (...)

    #Blaise_Compaoré #Putsch_raté_au_Burkina_Faso_-_octobre_2015


  • Après l’attentat de Ouagadougou, les regards se tournent vers Compaoré
    https://www.mediapart.fr/journal/international/250116/apres-lattentat-de-ouagadougou-les-regards-se-tournent-vers-compaore

    Depuis l’attaque du 15 janvier 2016 à Ouagadougou, des observateurs privilégient l’hypothèse que l’ex-chef d’État burkinabè Blaise Compaoré et le président de l’Assemblée nationale ivoirienne #Guillaume_Soro puissent être impliqués. Leurs soupçons prennent leur source dans le rôle sulfureux que la « galaxie Compaoré » a joué pendant ses 27 ans de règne.

    #International #Afrique #Alassane_Ouattara #Attentat #Blaise_Compaoré #Burkina_Faso #Côte_d'Ivoire #coup_d'état #djihadistes #Gilbert_Diendéré #Moustapha_Chafi


  • Justice pour Sankara ?
    http://survie.org/billets-d-afrique/2016/253-janvier-2016/article/justice-pour-sankara-5070

    L’échec du putsch mené par le général Diendéré et l’ex Régiment de Sécurité présidentiel (RSP) a­-t­-il sonné le glas de l’impunité au Burkina ? La justice militaire burkinabé vient en effet de lancer un mandat d’arrêt contre Blaise Compaoré, accusé, comme Diendéré, d’« assassinat, attentat et recel de cadavre » au sujet de Sankara. 27 ans après sa prise du pouvoir, l’ex-­autocrate sera­-t­-il enfin jugé pour le crime fondateur de son régime ? En exil en Côte d’Ivoire où il a été exfiltré par l’armée française, il a (...)

    #253_-_janvier_2016

    / #Burkina_Faso, #Thomas_Sankara, #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs


  • Les #OGM : Une chance ou un piège pour le #Burkina_Faso ?

    Le Burkina Faso est l’un des seuls pays d’Afrique à cultiver des organismes génétiquement modifiés. Depuis 2007, le coton Bt Bollgard II de l’entreprise américaine Monsanto a été introduit dans les cultures burkinabè et représente aujourd’hui près de 70% de la production cotonnière du pays. Qu’est-ce que cette technologie a apporté aux petits paysans ? Quels sont les bénéfices et les dangers de la culture des OGM pour le Burkina Faso, premier producteur de coton d’Afrique ? Que cherche Monsanto en investissant sa technologie de pointe dans les champs d’un pays qui figure parmi les plus pauvres du monde ?

    Cette série de reportages a été réalisée dans le cadre de l’opération « En quête d’ailleurs » : Mondialisation, les petits paysans en péril.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7059890-les-ogm-une-chance-ou-un-piege-pour-le-burkina-faso-20-09-2015.html
    #agriculture #coton

    Audio en 5 épisodes :

    La ruée vers l’or blanc

    Boho Kari est un village à quelques dizaines de kilomètres de Bobo Dioulasso, au cœur de la principale région cotonnière du Burkina Faso. Là-bas, des agriculteurs viennent de recevoir le prix du meilleur groupement de producteurs de coton, décerné par la #Sofitex. Ils cultivent des semences OGM depuis 5 ans et vantent les mérites de cette technologie qui leur évite de nombreux traitements insecticides. Seul le prix du sac, trente fois plus cher que celui des #semences conventionnelles, les fait grimacer. « Nous avons besoin des OGM, soutient François Traoré, ancien président de l’Union des producteurs de coton du Burkina, ce sont eux qui nous aideront à atteindre notre #souveraineté_alimentaire ».

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7042200-vacarme-du-14-09-2015.html

    Les déçus du miracle

    Le Burkina compte 350’000 chefs d’exploitations cotonnières. Selon Karim Traoré, président de l’Union des producteurs de coton, ce sont 5 à 6 millions de personnes qui vivent directement ou indirectement du coton dans le pays. Le tiers de la population. L’introduction en 2008 du « #Bollgard_II », le coton transgénique de #Monsanto, a boosté la production et fait grimper la quantité de surfaces ensemencées. Mais certains agriculteurs regrettent aujourd’hui d’avoir choisi les OGM et renoncent à la culture du coton. D’autant que la fibre obtenue est plus courte qu’avant et a perdu de sa valeur sur le marché mondial.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7045320-vacarme-du-15-09-2015.html

    L’Afrique selon #Monsanto

    Thierry Bernes-Lasserre, directeur général de Monsanto au Burkina Faso, a installé ses quartiers à Bobo Dioulasso, au cœur de la région cotonnière. Depuis 7 ans, depuis que le coton OGM a fait son apparition dans les cultures du pays, les surfaces plantées en
    « Bollgard II » n’ont cessé d’augmenter. Mais cette année, les sociétés cotonnières ont modéré leur enthousiasme. « La fibre de ce coton est trop courte, nous perdons de l’argent sur le marché mondial », explique Ali Compaoré, secrétaire à l’information de l’Association interprofessionnelle du coton. Dans l’attente d’une solution technique, les sociétés ont donc décidé de diminuer progressivement les surfaces plantées en OGM et de demander des indemnités à Monsanto.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7049074-vacarme-du-16-09-2015.html

    OGM, dégage !

    Le 23 mai 2015, une marche mondiale contre Monsanto était organisée dans quelque 400 villes d’une quarantaine de pays. Ouagadougou y participait pour la première fois. Depuis que Blaise Compaoré, le président tout-puissant du Burkina Faso pendant plus de 20 ans et grand défenseur des OGM, a été chassé par son peuple en octobre 2014, les langues se délient timidement dans la société civile. Autour de la #COPAGEN, Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain, des citoyens s’engagent pour remettre en question la politique d’encouragement du coton OGM.

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7051979-vacarme-du-17-09-2015.html

    Made in Burkina

    Le docteur Edgar Traoré est chercheur en génétique et amélioration des plantes. Son doctorat, il l’a obtenu grâce à la fondation Bill et Melinda Gates qui a financé ses études à l’université d’Accra, au Ghana. Aujourd’hui, il contribue au développement du prochain organisme génétiquement modifié promis au Burkina Faso : le niébé Bt. Ce haricot traditionnel est la principale source de protéines de l’alimentation locale. Les Burkinabè sont-ils prêts à voir des OGM dans leur assiette ?

    http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/vacarme/7055109-vacarme-du-18-09-2015.html
    #mondialisation #ressources_pédagogiques
    cc @odilon


  • Le dégel africain
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/A/53946

    Coup d’Etat, garde présidentielle contre armée loyaliste, manifestations civiques et barricades faisant reculer les putschistes, interruption puis relance de la transition politique ouverte par le départ sous la pression populaire du président Blaise Compaoré en octobre 2014... Les événements de septembre 2015 au Burkina Faso illustrent la fragilité des processus de démocratisation en Afrique et la force d’une jeunesse qui aspire au changement. Ils traduisent aussi le grand tournant pris par le continent noir depuis les années 2000. [#st]

    http://zinc.mondediplo.net/messages/9757 via Le Monde diplomatique


  • Pieds Nus : La révolution d octobre au Burkina Faso et sa transition
    http://endehors.net/news/pieds-nus-la-revolution-d-octobre-au-burkina-faso-et-sa-transition

    Lu sur CADTM : "En octobre 2014, la capitale du Burkina Faso, Ouagadougou, était le théâtre d énormes manifestations contre le Président du pays, Blaise Compaoré, et son projet de reforme de la constitution, visant à lui permettre de rester au pouvoir encore 15 ans. Face à son intransigeance, le (...) — International


  • Burkina Faso : « Ils avaient les armes, nous avions Whatsapp »
    http://ecceafrica.com/burkina-faso-whatsapp

    À l’appui de la conscience politique et de l’engagement de la jeunesse burkinabé, ces groupes ont très tôt fédéré les informations sur les réseaux sociaux, dans un esprit de sérieux et d’utilité pratique. « Ils (les groupes Whatsapp, ndlr) fonctionnaient carrément comme des conseils de crise », confie Basidou Kinda, journaliste pour le quotidien L’Évènement. « On y trouvait non seulement des informations pratiques sur les déplacements des forces de l’ordre en temps réel, mais aussi des conseils sur la façon d’atténuer l’effet des gaz lacrymogènes, ou de contourner les barrières de sécurité ». Pour ce jeune journaliste, il n’y a pas de doute, les réseaux sociaux ont coordonné les manifestants au cours de la crise dans le pays et, ce, dès les protestations d’octobre 2014 qui ont entraîné la chute de l’ancien président Blaise Compaoré

    #Burkina #Guérilla_urbaine


  • Drôle d’avocat
    http://survie.org/billets-d-afrique/2015/250-octobre-2015-716/article/drole-d-avocat-5029

    La #Justice burkinabè a déjà commencé à travailler sur l’établissement des responsabilités dans le putsch, en gelant les avoirs de 14 personnes et en menant plusieurs arrestations, notamment celle de l’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré, Djibril Bassolé. Il est défendu par plusieurs avocats, notamment le français Alexandre Varaut. Issu de l’extrême-droite, au sein du MPF de Philippe de Villiers, proche des réseaux de Charles Pasqua, l’avocat est aujourd’hui dans les premiers cercles (...)

    #250_-_octobre_2015

    / #Burkina_Faso, Justice, #Brèves_d'Afrique_et_d'ailleurs, Putsch raté au Burkina Faso - octobre (...)

    #Putsch_raté_au_Burkina_Faso_-_octobre_2015


  • Comment ce magnifique peuple du Burkina a mis en échec le coup d’Etat (1)

    http://blogs.mediapart.fr/blog/bruno-jaffre/260915/comment-ce-magnifique-peuple-du-burkina-mis-en-echec-le-coup-d-etat-

    Encore une fois le peuple du Burkina s’est révélé aux yeux du monde en mettant en échec un coup d’Etat du Régiment de sécurité présidentiel, qui a tenté de porter au pouvoir l’ancien numéro 2 de Blaise Compaoré, Gilbert Diendéré. Ce dernier vient d’y mettre fin, par une déclaration que l’on pourrait qualifier de pitoyable si ce coup d’Etat ne s’était pas soldé par 17 morts et de nombreux blessés, et s’il ne révélait pas de dangereuses pratiques des dirigeants français et de certains dirigeants de la CEDEAO

    #burkina_faso


  • Coup d’État constitutionnel en cours au Congo-Brazzaville : l’heure de vérité pour la diplomatie française
    http://survie.org/francafrique/congo-brazzaville/article/coup-d-etat-constitutionnel-en-5006

    Mardi 22 septembre, alors que l’issue du putsch avorté au Burkina Faso monopolisait l’attention, le dictateur congolais #Denis_Sassou_Nguesso annonçait dans un message télévisé pré-enregistré son intention d’organiser un referendum pour modifier la Constitution. A l’exception de la date, cette annonce n’est une surprise pour personne . L’enjeu de ce coup d’État constitutionnel, pour lui aujourd’hui comme pour le Burkinabè Blaise Compaoré en octobre dernier, est de conserver un siège présidentiel qu’il a (...)

    #Congo_Brazzaville

    / #Congo_Brazzaville, Denis Sassou Nguesso, #Communiqués_de_presse


  • Burkina : le projet de sortie de crise de la #CEDEAO reprend les revendications de putschistes
    http://survie.org/francafrique/burkina-faso/article/burkina-le-projet-de-sortie-de-5004

    Analyse. Nous signalons ici cette analyse de Bruno Jaffré, publiée le lundi 21 septembre pour commenter le fameux « projet de sortie crise » des médiateurs de la CEDEAO, #Macky_Sall et Boni Yayi, alors que les événements s’accéléraient au #Burkina_Faso. Suite au coup d’État du 16 septembre du général Diendéré, proche parmi les proches de Blaise Compaoré, la CEDEAO (Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest), a dépêché au Burkina les présidents Macky Sall du Sénégal et Yayi Boni du Bénin, pour tenter une (...)

    #Burkina_Faso

    / Burkina Faso, Blaise Compaoré, #putsch, Une, Macky Sall, CEDEAO

    #Blaise_Compaoré