person:charlotte girard

  • Charlotte Girard, figure de La France insoumise, quitte le mouvement
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/08/charlotte-girard-figure-de-la-france-insoumise-quitte-le-mouvement_5473698_8

    Dans un long texte, l’universitaire pointe les dysfonctionnements internes au mouvement populiste de gauche.

    C’est une réplique de plus du séisme qui secoue La France insoumise (LFI) depuis plusieurs jours. Charlotte Girard, ancienne responsable du programme, a décidé de quitter le mouvement mélenchoniste. Elle s’en est expliquée dans un long texte publié sur Facebook, samedi 8 juin. Une décision qui intervient trois jours après l’envoi d’une note interne incendiaire, critiquant le fonctionnement interne de LFI, dont Charlotte Girard était l’une des quarante et un signataires et que Le Monde a révélée.

    • La capacité de la gauche à perpétuellement se scinder au lieu de prendre un chemin fédérateur sur base d’un projet à 10 ou 20 ans... Pendant qu’on continue à se disperser entre réformistes, révolutionnaires, éco-socialistes, etc. le monde du pognon se renforce, renforce l’individualisme et le capitalisme financier, s’appuye sur la haine et la’violence, déforce l’enseignement, la recherche, les politiques sociales et culturelles... #on_avance mais pas vers des politiques de solidarité, de coopération, d’écologie et de bien-être...

  • Charlotte Girard quitte La France insoumise : le mouvement plus que jamais au bord du gouffre
    https://www.mediapart.fr/journal/france/080619/charlotte-girard-quitte-la-france-insoumise-le-mouvement-plus-que-jamais-a

    La démission de cette figure de proue du mouvement créé par Jean-Luc Mélenchon est un énième coup de tonnerre dans cette formation en très grave crise interne depuis les élections européennes. Avec quelles conséquences ?

    #GAUCHE_S_ #La_France_insoumise,_Jean-Luc_Mélenchon,_Crise,_charlotte_girard,_élections_européennes,_A_la_Une

  • Une note interne à La France insoumise dénonce « un fonctionnement dangereux pour l’avenir du mouvement »
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/06/06/une-note-interne-a-la-france-insoumise-denonce-un-fonctionnement-dangereux-p


    Jean-Luc Mélenchon, le 5 juin à l’Assemblée nationale.
    JACQUES DEMARTHON / AFP

    Dans un document que « Le Monde » s’est procuré, plusieurs dirigeants « insoumis » demandent plus de démocratie interne et critiquent sévèrement le mauvais score du parti aux élections européennes.

    C’est un texte de cinq pages qui secoue La France insoumise (LFI) et qui tombe au pire moment : juste après la défaite aux élections européennes où la liste emmenée par Manon Aubry a recueilli 6,31 % des suffrages, et en pleine crise interne autour de la stratégie à adopter. Une note qui va par ailleurs gâcher l’installation des eurodéputés aujourd’hui au Parlement européen et la réunion intergroupe prévue avec les députés LFI.

    Intitulée « Repenser le fonctionnement de La France insoumise », envoyée le 5 juin, cette note que Le Monde s’est procurée, est signée par quarante-deux cadres et militants « insoumis » – dont des figures du mouvement, comme Charlotte Girard, ex-responsable du programme ; Manon Le Bretton, qui dirige l’école de formation ; ou encore Hélène Franco, magistrate et coanimatrice du livret Justice de LFI. Elle est un réquisitoire en règle contre la gouvernance du mouvement populiste de gauche.

    « Cette prétention de construction d’un mouvement suffisamment “gazeux” pour être à l’abri des tensions entre “courants” ou “fractions”, et à l’abri des enjeux de pouvoir, est un leurre. »

    Sans jamais nommer ni Jean-Luc Mélenchon, leader de fait de LFI, ni Manuel Bompard, son dirigeant statutaire, mais en les visant constamment, ce texte – qui se présente comme une « contribution interne et positive » – affirme qu’après « la séquence présidentielle de 2017, [LFI n’a pas su] maintenir la dynamique » ni « s’ancrer durablement dans la société », souligne « l’affaiblissement du réseau militant et le départ de plusieurs responsables » dus « en grande partie au mode de fonctionnement du mouvement depuis sa création ». Pour les auteurs de cette note, « le fonctionnement actuel de LFI combine une certaine horizontalité en termes de fonctionnement mais une grande verticalité en termes de décisions collectives ».

    Pour les signataires, il s’agit de préserver l’outil créé pour les élections de 2017. Pour l’un d’eux, « la maison brûle, il faut agir ». Le texte s’inquiète ainsi de la perte « d’un nombre considérable de militants, mettant en péril la possibilité de présenter des listes aux municipales ».

  • Analyse de Mariane sur le quasi-départ de Charlotte Girard de #LFI.

    France insoumise : ce qui se cache derrière la prise de large de Charlotte Girard

    Par Hadrien Mathoux
    Publié le 30/04/2019 à 18:30

    Longtemps proche de Jean-Luc Mélenchon, la juriste Charlotte Girard a de longue date décidé de prendre du recul au sein du mouvement de la France insoumise. Ses critiques sur l’organisation interne rejoignent celles des nombreux membres ayant quitté LFI ces derniers mois.

    Le départ de Thomas Guénolé avait été tintamarresque, le retrait de Charlotte Girard est feutré et discret. Le 18 avril, le politologue annonçait par un communiqué fracassant qu’il quittait la France insoumise, dénonçant une « dictature » gouvernée par un Jean-Luc Mélenchon devenu « autocrate » ; ce 29 avril, c’est un article du Point qui nous a appris que Charlotte Girard se retirait « de la coresponsabilité de l’Avenir en commun », le programme de LFI. Une annonce aussitôt suivie d’un communiqué publié par l’intéressée sur sa page Facebook : protestant contre une publication n’ayant selon elle « qu’un but : nuire à la France insoumise et en particulier à Jean-Luc Mélenchon », la professeure de droit précise que la réorganisation interne du secteur du programme, et donc sa prise de distance, avait été annoncée dès la convention du mouvement à Bordeaux en décembre. Elle affirme avoir fait le « choix » d’être « moins visible dans les médias » et présente l’abandon de sa « fonction d’animation du travail programmatique » comme une conséquence de cette décision qui supposerait « une exposition médiatique ». Auprès de l’AFP, Charlotte Girard ajoute ne « pas avoir le temps de (s)’investir comme l’exigerait la fonction ».

    On n’a donc pas affaire ici à un claquement de porte spectaculaire, comme cela a été si souvent le cas ces derniers mois parmi les cadres de la France insoumise quand François Cocq, Djordje Kuzmanovic, Corinne Morel Darleux ou encore Liem Hoang Ngoc ont mis les voiles en critiquant sévèrement le mouvement. L’épisode Charlotte Girard est cependant loin d’être anodin. D’une part, la quadragénaire fait partie des très proches de Jean-Luc Mélenchon ; de surcroît, son éloignement progressif est loin de se résumer à des questions de vie privée mais fait écho aux difficultés soulevées par les autres exilés de LFI.

    Charlotte Girard, historique de LFI

    Cette spécialiste de droit public, très appréciée par les militants, est une historique au sein de LFI : entrée au Parti socialiste en 2002, elle y rencontre Jean-Luc Mélenchon par l’intermédiaire de François Delapierre. Ce dernier, décédé en 2015, est à la fois devenu le compagnon de Charlotte Girard et le « fils spirituel » de Mélenchon, qui le regardait comme son successeur. Après avoir participé à la fondation du Parti de gauche en 2008, cette juriste passionnée par la Révolution française devient la co-rédactrice du programme de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle 2017, intitulé L’Avenir en commun. Très présente pendant la campagne, elle était pressentie pour être la tête de liste de LFI aux élections européennes. Jusqu’à son recul progressif.

    L’effacement se produit en plusieurs étapes. A l’origine, Charlotte Girard s’inquiète de plus en plus des dérives d’organisation au sein de LFI. Censé se structurer après l’élection présidentielle, le mouvement reste « gazeux », selon la définition donnée par Jean-Luc Mélenchon… et trop opaque aux yeux de nombreux cadres. La veuve de François Delapierre désapprouve également l’importance croissante de Sophia Chikirou dans le dispositif, et le fait savoir en interne. Très proche de Mélenchon, la communicante a en effet quitté la tête du Média au début de l’été 2018 pour s’investir dans la campagne des européennes de LFI, au grand déplaisir de Charlotte Girard. En août dernier, fait rarissime, cette dernière exprime ses griefs dans la presse, auprès du Monde, en critiquant le retour de Sophia Chikirou : « J’ai une crainte de parasitage de la campagne, c’est vrai. Son arrivée n’a jamais été discutée, son poste n’est pas encore fixé », explique-t-elle.

    Eloignement de Mélenchon

    Signe de la difficulté d’émettre des critiques dans l’appareil de LFI, cette prise de parole médiatique marque l’accélération de la dégradation des rapports entre Jean-Luc Mélenchon et son ancienne protégée. En novembre 2018, Charlotte Girard indique qu’elle renonce à prendre la tête de la liste Insoumise aux européennes. Deux mois plus tard, elle envoie à LFI une lettre interne cosignée par trois camarades pour dénoncer la mise à l’écart brutale de François Cocq, qualifié de « nationaliste identitaire » par Jean-Luc Mélenchon. Cet épisode, d’après le courrier divulgué dans Le Monde, « pose à nouveau la question fondamentale de la structuration du mouvement qui, s’il doit demeurer distinct dans son principe d’un parti politique classique, ne doit pas se retourner contre les perspectives révolutionnaires qu’il s’est lui-même données. » En mars, la décision de Charlotte Girard de se retirer de la coresponsabilité du programme est actée.

    Bien qu’elle continue de rester solidaire de la France insoumise, les griefs exprimés par la juriste rappellent ceux formulés par Thomas Guénolé lors de son départ. Le politologue dénonçait un « fonctionnement autocratique », où les discussions ne seraient qu’"apparence", les prises de décision étant « cadrées et verrouillées » par Jean-Luc Mélenchon et Sophia Chikirou. Cette dernière était accusée de « faire peser sur le mouvement un risque judiciaire extrêmement grave », du fait de « sa proximité avec Jean-Luc Mélenchon » et de son implication dans les « campagnes électorales passées et actuelles de la France insoumise » via sa société Mediascop. Un signe que le manque de démocratie interne et le rôle de Sophia Chikirou sont ressentis comme des problèmes parmi de nombreux cadres du mouvement.

    Pourquoi Charlotte Girard ne quitte-t-elle pas LFI ?

    « Charlotte ne parvient pas à se décider, estime Djordje Kuzmanovic, proche de la veuve de François Delapierre, qui a lui annoncé son départ de LFI en novembre. Elle est déçue et partage mon ras-le-bol concernant les louvoiements programmatiques et l’organisation du mouvement mais a toujours de forts scrupules à exprimer publiquement ses désaccords ». Malgré les dérives, Charlotte Girard reste en effet fidèle à la cause portée par Jean-Luc Mélenchon et les Insoumis, et s’inquiète des répercussions médiatiques provoquées par ses états d’âme. La dimension affective est également forte, dans un mouvement très soudé, pour une femme qui a longtemps été la compagne du « fils spirituel » du leader du mouvement. Lassée de ne pouvoir peser en interne, également désireuse de consacrer davantage de temps à sa famille, Charlotte Girard a donc décidé de prendre du champ, sans insulter l’avenir.

    https://www.marianne.net/politique/france-insoumise-derriere-distance-charlotte-girard-lfi

  • Démocratie représentative : « Quel ministre est aujourd’hui en prison ? Il n’y en a pas » - Par La rédaction | Arrêt sur images
    https://www.arretsurimages.net/emissions/arret-sur-images/democratie-representative-quel-ministre-est-aujourdhui-en-prison-il-

    Conséquence inattendue du mouvement des Gilets jaunes, un débat s’est ouvert sur la démocratie représentative, telle qu’elle est pratiquée en France, depuis la Révolution française, c’est-à-dire le fait de déléguer à des représentants élus les pouvoirs législatif et exécutif. Faut-il en finir avec la démocratie représentative ou peut-on tenter de la sauver en la rendant vraiment représentative ? Jusqu’où nous entraîne ce débat vertigineux ? C’est le sujet de notre émission avec trois invité.e.s :
    • Julia Cagé, économiste, auteure de l’ouvrage Le prix de la démocratie (Editions Fayard) ;
    • Charlotte Girard, co-responsable du programme de La France Insoumise et professeure de droit constitutionnel à Nanterre ;
    • François Boulo, avocat, porte-parole des Gilet jaunes de Rouen.
    Et on se demandera avec notre chroniqueuse et historienne, Mathilde Larrère, si c’est la première fois depuis la Révolution que la démocratie représentative est contestée en France.

  • A l’#Université de #Nanterre, deux étudiants risquent l’exclusion de la fac pour s’être mobilisés contre l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants non-européens. La fac a convoqué une #section_disciplinaire, qui se tiendra à la fin du mois, et qui peut conduire à leur #exclusion. 95 enseignants de Nanterre ont rédigé une #lettre_ouverte à la présidence de cette #Université pour demander l’abandon des #poursuites contre les étudiants. Il est très important de signer la pétition et de la faire tourner, la #répression et l’#intimidation des étudiants mobilisés est intolérable.


    Voici le lien pour la pétition : https://www.change.org/p/jean-fran%C3%A7ois-balaud%C3%A9-militer-n-est-pas-un-crime-abandon-des-pours

    Voici le texte de la lettre ouverte ainsi que ses signataires :
    " Lettre publique à la Présidence de l’Université Paris Nanterre,
    « Nous, 95 enseignant-e-s, chercheur-e-s et personnel BIATSS de l’Université Paris Nanterre, constatons que deux de nos étudiants, l’un en L3 de sociologie, l’autre en M1 de science politique, ont reçu par la présidence de l’Université Paris Nanterre un arrêté décidant de leur interdiction du campus entre le 7 janvier et le 5 février 2019 à la suite de leur engagement dans le mouvement social étudiant sur le campus de Nanterre qui contestait, au mois de décembre, l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiant-e-s étranger-e-s extracommunautaires. Cette mesure, qui intervient au moment des partiels et des examens, risque de les pénaliser fortement dans leurs études.
    Nous contestons cette mesure, qui est disproportionnée par rapport à la situation actuelle sur le campus de notre université. L’AG étudiante a voté la non-reconduction du blocage à la rentrée. Punir rétrospectivement par arrêté deux étudiants pour leur engagement politique et syndical sur le campus constitue une sanction déguisée et une grave entrave à la liberté d’expression et de rassemblement. »
    Signataires :
    Karen Akoka MCF science politique (DSP)
    Marie-Hélène Bacqué, Pr en études urbaines (SSA)
    Laurent Baronian, MCF Économie (chercheur associé au Sophiapol)
    Maxime Bello, doctorant en sociologie (Sophiapol)
    Alessandro Benucci, MCF (LCE)
    Léa Billen, doctorant en études urbaines (SSA)
    Cécile Birks , MCF anglais (LCE)
    Giovanni Bonato, MCF en droit italien (LCE)
    Laurent Bonelli - MCF science politique (DSP)
    Isabelle Boucobza - Pr de droit (DSP)
    Thibaut Brouillet, MCF en psychologie (STAPS)
    Grégory Busquet, MCF de sociologie (SSA)
    Fanny Bugeja-Bloch - MCF de Sociologie (SSA)
    Véronique Champeil-Desplats (Pr droit. DSP)
    Brian Chauvel, Vacataire (SSA DSP)
    Céline Clément - MCF de Sociologie (SSA)
    Loréna Clément, doctorante études urbaines (SSA)
    Annie Collovald - PR science politique (DSP)
    Laurence Conty - Pr de psychologie (SPSE)
    Marine Cordier, MCF en sociologie (STAPS)
    Flore Coulouma, MCF anglais (LCE)
    Alexandre Coutté, MCF STAPS
    Yan Dalla Pria, MCF en sociologie (STAPS)
    Aurélien Dasré - MCF de démographie (SSA)
    Marielle Debos - MCF de Science Politique (DSP)
    Éva Debray, docteure en philosophie (Sophiapol)
    Julien Delord, IGE, (SRI)
    Emmanuel Dockès - Pr. de droit, (SSA)
    Claude Dorey MCF anglais, (LCE)
    Frédéric Dufaux - MCF de géographie (SSA)
    Stéphane Dufoix - Professeur de Sociologie (SSA)
    Hugo Dumoulin, doctorant en philosophie (Sophiapol)
    Mariana Echegaray doctorante en espagnol (LCE)
    Héloïse Facon, doctorante en philosophie (Sophiapol)
    Gabriel Faraud MCF Mathématiques (SEGMI)
    Sabine Fortino - MCF de sociologie (SSA)
    Anthony Fouet, doctorant sociologie (Sophiapol)
    Anne-Laure François, PRAG (LCE)
    Muriel Froment-Meurice - MCF de géographie (SSA)
    Leila Frouillou - MCF de Sociologie (SSA)
    Charles Gadéa - Pr. de Sociologie (SSA)
    Romain Gallart, doctorant en études urbaines (SSA)
    Charlotte Girard - MCF de droit (DSP)
    Antoine Giraud, doctorant en droit (DSP)
    Matthias Glenn, doctorant en sociologie (Sophiapol)
    Emilie Hache, MCF Philosophie (Sophiapol)
    Florence Johsua - MCF de Science Politique (DSP)
    Mathilde Julla-Marcy, ATER en sociologie (STAPS)
    Thierry Labica MCF anglais (LCE)
    Nathalie Lalisse-Delcourt, PRAG espagnol, (LCE)
    Christian Lazzeri PR Philosophie (Philia)
    Frédérique Leblanc - MCF de Sociologie (SITEC)
    Christophe Le Digol - MCF de science politique (DSP)
    Anne le Huérou , MCF études Russes (LCE)
    Nathalie Leroux - MCF en sociologie (STAPS)
    Luca Marsi, MCF UFR LCE
    Christophe Mileschi, Pr en études italiennes (LCE)
    Eric Millard - Pr de droit (DSP)
    Virginie Milliot, MCF en anthropologie (SSA)
    Clara Mogno, docteur en Philosophie (Sophiapol - Università degli Studi di Padova)
    Delphine Mondout, IGE, DRED
    Alexandra Oeser- MCF de Sociologie (SSA)
    Julie Pannetier - MCF de Sociologie (SSA)
    Amélie Parienté, doctorante et vacataire en sociologie (SSA)
    Jean-Jacques Petit, conservateur, La Contemporaine Sandra Pommier, administrative, UFR (LCE)
    Véronique Rauline, MCF en anglais (LCE)
    Marie Reygnier- Professeure Agrégée en allemand (LCE)
    Stéphane Rican-MCF de géographie (SSA)
    Julie Robert, IGE, DRED
    Marjolaine Roccati - MCF de droit, (DSP)
    Michaël Roy, MCF, UFR LCE
    Patricia Rrapi - MCF de droit (DSP)
    Simon Ridley, vacataire en sociologie (SSA et NCEP)
    Daria Saburova, doctorante en philosophie (Sophiapol)
    Simon Sarlin, MCF en histoire (SSA)
    Pierre Sauvêtre, MCF Sociologie (SSA)
    Maud Simonet, DR CNRS, sociologie
    Rémi Sinthon, enseignant vacataire en sociologie (SSA)
    Frédérique Sitri, MCF Sciences du langage (Phillia)
    Arnault Skornicki - MCF science politique (DSP)
    Bradley Smith, MCF en études anglophones (LCE)
    Adriano Souza de Athayde doctorant en sociologie (Sophiapol)
    Nicolas Tardits, doctorant science politique (DSP)
    Nial Tekin, doctorante (Sophiapol)
    Olivia Tersigni, doctorante en philosophie (Sophiapol)
    Simona Tersigni - MCF de Sociologie (SSA)
    Christophe Voilliot - MCF science politique (DSP)
    Zoé Vaillant - MCF géographie (SSA)
    Laurence Vanoflen MCF français (LCE)
    Margot Verdier, vacataire d’enseignement (SOPHIAPOL)
    Claire Vincent-Mory, docteure en sociologie (Sophiapol)
    Victor Violier, doctorant en science politique (ISP)
    Cécile Viollain, MCF anglais (LCE)
    Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique (DSP et SSA)
    Et aussi :
    La section FSU de l’Université Paris Nanterre
    Vincent Bruand - extérieur à l’université, conservateur de bibliothèque
    Benoit Meunier - extérieur à l’université - enseignant."

    Reçu via email, le 12.02.2019

    #frais_universitaires #France #taxes_universitaires #Mickaël #Victor

    v. aussi la métaliste :
    https://seenthis.net/messages/739889

  • Des cadres de La #France insoumise critiquent vertement l’organisation du mouvement
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/01/15/la-france-insoumise-des-cadres-critiquent-vertement-l-organisation-du-mouvem

    Rien ne va plus à La France insoumise (LFI). Dans une lettre interne du 9 janvier que Le Monde s’est procurée, plusieurs cadres du mouvement candidats aux élections européennes − dont Charlotte Girard, coresponsable du programme − dénoncent les dérives autocratiques des dirigeants de LFI. Le déclencheur de cette missive a été « le bannissement » de François Cocq, le 5 janvier, par un Tweet de Jean-Luc #Mélenchon.

    Ce jour-là, entre deux Tweet au sujet de l’acte VIII des « gilets jaunes », M. Mélenchon a envoyé un message on ne peut plus clair à propos de son ancien « orateur national » qui défendait, au même moment, la ligne « insoumise » dans un débat sur la chaîne CNews : « Inacceptable. CNews déclare porte-parole “insoumis” un nationaliste qui a été banni du mouvement comme François Cocq ! Assez de manipulations. »

    Très vite les « insoumis » ont fait part de leur émotion en critiquant ouvertement cette décision unilatérale de se séparer d’une figure du mouvement, qui plus est un ardent défenseur de la ligne populiste.

    Mais cette fronde ne s’est pas cantonnée aux réseaux sociaux. Elle connaît, aujourd’hui, des répliques au sein du mouvement populiste de gauche. Dans leur correspondance, Charlotte Girard, Romain Dureau, Nicolas Guillet et Manon Le Bretton, les auteurs de la lettre, qui sont tous, par ailleurs, candidats aux élections européennes sur la liste « insoumise », s’émeuvent de la situation :

    • « L’épisode qui s’est ouvert pour La France insoumise samedi 5 janvier 2019 nous semble devoir être pris au sérieux, par ses conséquences et ses implications. En pleine journée de mobilisation des “gilets jaunes”, un Tweet de Jean-Luc Mélenchon, dénonçant l’intervention de François Cocq sur CNews en le qualifiant de “nationaliste”, a suscité la stupéfaction dans nos rangs comme sur les réseaux sociaux. Outre le fait que cela a relancé inutilement un débat houleux concernant la constitution de notre liste et la ligne politique de La France insoumise, la méthode consistant à prononcer publiquement le “bannissement” d’un membre fondateur de La France insoumise, qui plus est orateur national et bénéficiant d’une large reconnaissance dans le mouvement, est non seulement préoccupante par sa brutalité, mais dangereuse pour ce qu’elle signifie politiquement : la possibilité de disposer unilatéralement du sort politique d’un camarade hors de tout cadre collectif. »

  • Deux délégations de la France insoumise seront reçues à Matignon
    https://lemediapresse.fr/actualites/deux-delegations-de-la-france-insoumise-seront-recues-a-matignon

    La France insoumise (LFI) sera reçue par Édouard Philippe à Matignon ce 3 décembre, à 17h. Le mouvement sera représenté par Charlotte Girard et Manuel Bompard. Dans le même temps, le groupe parlementaire sera aussi reçu par le Premier ministre. Il sera représenté par Mathilde Panot, députée du Val-de-Marne membre de la commission développement durable. Légende : […]

  • Mélenchon veut mettre une « raclée démocratique » à Macron aux européennes
    http://www.lefigaro.fr/politique/2018/08/25/01002-20180825ARTFIG00138-melenchon-veut-mettre-une-raclee-democratique-a-m

    « Ce n’est pas vrai qu’en votant pour les européennes, on décide de la politique européenne. On va décider de qui on envoie à Bruxelles. Nous allons envoyer un commando de combat au Parlement européen », a-t-il prévenu sous le regard de Manuel Bompard et Charlotte Girard, les deux Insoumis pressentis pour former un « ticket » pour la tête de liste LFI aux européennes.

    (Il y a un truc qui m’échappe dans la stratégie de Jean Luc Mélenchon)

  • EN DIRECT - Décryptage - « Paradise Papers » : les clés du paradis (fiscal) aux mains des riches - #DecryptageFi - La France Insoumise
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=304&v=pnlbRW2XuS4

    L’émission est animée par Charlotte Girard. Nos invités sont :
    – Bastien Lachaud, député France insoumise
    – Vincent Drezet, syndicaliste dans l’administration fiscale, ancien secrétaire général de Solidaires finances publiques
    – Jean-Marie Monnier, professeur fiscaliste à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    – Romaric Godin, journaliste économiste à Mediapart.

    • Excellente émission animée par Charlotte Girard avec :
      – Frédéric Pierru, sociologue, qui parle du coup d’État contre l’État social
      – Liêm Hoang-Ngoc, économiste, qui explique le coup d’État fiscal
      – Philippe Juraver et Catherine Fayet, qui analysent le coup d’État contre les travailleurs et leurs droits.

  • CONFÉRENCE DE PRESSE DE LA FRANCE INSOUMISE - - YouTube

    https://youtu.be/Dj16QPgyJ4A

    une conférence de presse avec Manuel Bompard, Alexis Corbière et Charlotte Girard.

    Hallucinant : des journalistes semblent ne pas comprendre que lea citoyen⋅ne électrice⋅eur dispose d’une intime #conscience.

    Leur schéma mental défaille-t-il dans le cas d’absence de consigne « supérieure » à laquelle #obéir ?

    #infantilisation #soumission #consentement vs #émancipation #liberté de conscience.

  • Ce que préconise Jean-Luc Mélenchon
    Orient XXI > Magazine > 21 avril 2017
    Le 23 avril, les Français voteront pour le premier tour de l’élection présidentielle. Nous avons envoyé il y a deux mois un questionnaire détaillé aux candidats pour recueillir leur point de vue. À ce jour, nous n’avons reçu qu’une réponse, celle de la campagne de Jean-Luc Mélenchon, que nous publions ci-dessous.(...)
    http://orientxxi.info/magazine/ce-que-preconise-jean-luc-melenchon,1820

    (...) — L’armée israélienne offre la possibilité, à la seule condition d’être juif, à ceux qui ne possèdent pas la nationalité israélienne et qui souhaitent néanmoins s’enrôler sans devenir israélien, de servir pendant 18 mois dans ses rangs, y compris dans des unités combattantes (programme nommé « Mahal »). Des jeunes Français se portent régulièrement volontaires dans ce cadre. Quel est votre avis sur la question ? Qu’en est-il s’ils participent sur le terrain à des actions contraires au droit international et que la France réprouve officiellement ?

    Au-delà de la désapprobation morale que peut inspirer le fait qu’un jeune Français serve dans une armée étrangère, rappelons qu’un étranger engagé dans notre Légion étrangère n’a pas obligation de devenir français. Le rétablissement du service civique à dimension militaire ou de sécurité civile que nous proposons impliquera certainement de revoir les conditions d’engagement d’un jeune citoyen français dans une armée étrangère. Mais à cette heure il n’y a pas, sur le principe, de spécificité israélienne sur ce point précis. Il est toutefois inacceptable que, dans la pratique, ces Français combattant pour l’armée israélienne puissent mener des actions contraires au droit international. Le principe de la responsabilité individuelle doit ici s’appliquer, et ces soldats doivent le cas échéant être jugés en France pour de tels actes.

    (Ces réponses sont signées de Charlotte Girard, coresponsable du programme « L’avenir en commun » de la France insoumise et de Jean-Luc Mélenchon).

  • Banques en exil : un quart des bénéfices des banques européennes dans les paradis fiscaux
    https://www.oxfam.org/fr/salle-de-presse/communiques/2017-03-27/banques-en-exil-un-quart-des-benefices-des-banques

    Dans leur nouveau rapport « Banques en exil : comment les grandes banques européennes profitent des paradis fiscaux », l’ONG Oxfam et le réseau Fair Finance Guide International livrent une analyse inédite des activités des 20 plus grandes banques de l’Union européenne. Ce rapport démontre qu’elles déclarent 1 euro sur 4 de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit un total de 25 milliards d’euros pour l’année 2015. Un montant en déconnexion complète avec la réalité économique de ces territoires, qui ne représentent que 5 % du PIB mondial et 1 % de la population mondiale.

    Oxfam publie pour la première fois une photographie complète de l’activité de 20 banques européennes en s’appuyant sur des données issues du « reporting pays par pays public », une obligation de transparence instaurée par l’Union européenne. Au terme de ce premier exercice de transparence pour toutes les banques européennes, le bilan est sans appel : les paradis fiscaux tiennent toujours une place prépondérante dans les activités des principales banques européennes.

    Ce rapport démontre ainsi que :

    - Les 20 plus grandes banques européennes déclarent 26 % de leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit 25 milliards d’euros en 2015, mais seulement 12 % de leur chiffre d’affaires et 7 % de leurs employés. Le décalage est flagrant entre la part de leurs bénéfices déclarés dans les paradis fiscaux et celle des autres indicateurs d’activités que sont le chiffre d’affaires et la main-d’œuvre.
    - Dans les paradis fiscaux, les banques européennes ont peu d’employés - voire aucun - et profitent de niveaux de taxation très faibles, si ce n’est nuls. Les 20 banques européennes déclarent au global 628 millions d’euros dans des paradis fiscaux où elles n’ont pourtant aucun employé et 383 millions d’euros de bénéfices sur lesquels elles ne payent pas un seul euro d’impôts...

    #oxfam_international Le pouvoir citoyen contre la pauvreté #évasion_fiscale
    #La_Force_du_peuple

    • La France insoumise répond aux questions concernant la lutte contre la pauvreté, en France et dans le monde.

      Depuis quelques mois, la France insoumise a été sollicitée par de nombreux collectifs pour détailler sa vision concernant les politiques de lutte contre la pauvreté et de solidarité. Jacques Généreux et Charlotte Girard ont signé des réponses spécifiques à chacune des interpellations de ces collectifs soulignant les points centraux de notre programme, l’Avenir en commun.

      La solidarité, à l’échelle nationale, à la fois au travers d’un plus juste partage des richesses et une attention portée à chacune et chacun est essentielle pour nous. Comme nous l’expliquons au Secours catholique, la lutte contre la pauvreté passe par le juste partage des richesses, la « définanciarisation » de l’économie réelle, la lutte contre l’évasion fiscale et la mise en place d’un système d’imposition réellement progressif

      La Fédération Nationale Associative pour l’Accueil et la Réinsertion Sociale nous a notamment interrogé sur notre politique en matière migratoire. Nous proposons de lutter contre les causes des migrations, dans le même temps que l’on organise l’accueil digne des populations qui arrivent, contraintes par la situation invivable dans leur pays. Nous avons également exposé quelques mesures, parmi lesquelles :

      -Mettre fin aux accords commerciaux inégaux qui déstabilisent des pays entiers , détruisent les agricultures locales et empêchent le codéveloppement.
      -Tenir enfin l’objectif de consacrer 0,7% du revenu National brut au budget de l’aide publique au développement.
      - Arrêter les guerres par une diplomatie active et indépendante au service de la paix.
      -Agir contre le dérèglement climatique par des transferts de technologies et l’aide financière et matérielle à la transition dans les pays les plus vulnérables.
      -Renforcer les moyens civils de sauvetage en mer Méditerranée pouréviter les milliers de noyés.
      - Construire un programme pour l’aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays de départ le permet.
      - Construire des camps d’accueil aux normes internationales pour proposer aux migrants des conditions dignes et des centres d’accueil des demandeurs d’asile pour les héberger le temps de l’analyse de leur demande d’asile.
      - Réaffirmer et faire vivre le droit d’asile sur le territoire de la République, accueillir les réfugiés qui en relèvent grâce à une administration adaptée à cette mission.

      https://avenirencommun.fr/reponses-aux-associations-aux-professions-de-lhumanitaire-codeveloppe

      #politique_migratoire

    • Charlotte Girard Neuf millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté en France. C’est insupportable. Il ne s’agit pas du tout d’un épiphénomène passager. La pauvreté et l’accentuation des inégalités sont au cœur du système néolibéral et capitaliste actuel. La réalité est que nous débordons de ressources, mais qu’elles sont incroyablement mal réparties. C’est sur la spoliation massive des biens qu’une multitude souffre et que de très rares nantis prospèrent dans l’opulence inutile. Nous souhaitons empêcher l’accumulation indéfinie par quelques-uns en prélevant à un pourcentage très élevé tout revenu au-dessus de 20 Smic. La fiscalité est ici un levier central. L’objectif d’une société digne et égalitaire est impossible sans taxation du capital, sans impôts sur le revenu véritablement redistributifs et sans lutte contre l’évasion fiscale. Notre objectif est de renouer avec l’État social, de réintégrer les plus vulnérables dans le circuit de la solidarité nationale, où chacun paie selon ses moyens en étant protégé selon ses besoins.

      #la_France_insoumise

    • Oui les banques alimentaires et les Resto du Coeur n’ont jamais autant marché que de nos jours. « La mode » si je puis dire viens du système ultra-libéral de l’époque Thatcher-Reagan et de l’école autrichienne de la « thérapie de Choc » dont Naomi Wolf a dénoncé les méfaits et « les crimes ». C’est un « crime contre l’Humanité » de laisser tant de citoyens, personnes ou sans travail (destruction de l’outil industriel, délocalisations) ou sans plus rien ni habitat ni endroit ou aller (SDF en hausse) alors que « nos chers élus » eux se servent dans « la caisse » confondant leur porte-monnaie et la caisse publique de la cité. Aux Usa ou tout a commencé dans l’ère reaganienne et Clinton qui a financiarisé libéraliser le système bancaire et tué le « Steel-Glass Act » Le massacre est énorme : 50 000 000 d’américains vivent avec des bons alimentaires et 103 000 000 d’adultes sont sans travail donc évacués de la société, abandonnés. D’où le vote Trump (d’après ma famille là-bas) les gens en ont assez des longues guerres couteuses (budget militaire voté 700 milliards de $ !) contre l’avis de l’élite ils ont balayée Hillary Clinton mais ils n’ont rien gagné avec Trump qui lui suivra l’agenda du" lobby militaro-pétrolier". La France suit le même chemin hélas et la patrie des droits de l’homme devient une société divisée et inégalitaire, cruelle. « Bonnet blanc » et « blanc bonnet » existait déjà aux USa (le parti démocrate et le républicain) mais cela vient en France ou les partis mêmes de gauche sont ultra-libéraux...Il semble qu’on vote plus « contre » que « pour » et que les deux alternatives très « binaire » sont un vrai piège. Je suis effarée de voir ce qu’est devenu notre pays en 40 ans de politique ultra-libérale, mais à l’époque on savait que le chemin pris par l’élite et l’UE nous ferait regretter "l’ancien temps"des « trente glorieuses »...