person:chelsea manning

  • Chelsea Manning renvoyée en prison
    https://www.huffingtonpost.fr/entry/chelsea-manning-renvoyee-en-prison_fr_5cddd0f8e4b09e057800b85d

    Le juge a indiqué qu’elle serait passible d’une amende de 500 dollars par jour si elle refusait toujours de coopérer dans l’enquête sur Julian Assange après 30 jours de détention.

    Chelsea Manning a déjà passé sept ans en détention pour avoir transmis à Wikileaks en 2010 plus de 750.000 documents diplomatiques et militaires, dont la publication avait plongé les Etats-Unis dans l’embarras.

    L’ancienne militaire avait été renvoyée en prison le 8 mars après avoir refusé de témoigner devant un grand jury constitué pour enquêter sur Julian Assange, dénonçant une procédure “opaque” et peu démocratique.

    Outil-clé de la justice américaine, les grands jurys sont mis en place dans les affaires pénales les plus sérieuses et sont chargés d’enquêter dans la plus grande confidentialité.

    Chelsea Manning a été libérée il y a une semaine pour une raison technique : le grand jury qui souhaitait l’entendre arrivait à son terme. Mais un nouveau collectif de citoyens tirés au sort vient d’être constitué pour poursuivre l’enquête.

    Jeudi, elle a refusé à nouveau de participer à ses travaux. “Je ne renoncerai pas à mes principes, je préfèrerais littéralement mourir de faim que de changer d’avis”, a-t-elle déclaré devant le juge Trenga. Celui-ci a rétorqué qu’il n’y avait rien de “déshonorant” à remplir son devoir citoyen.

  • ‘I’m Really Opening Myself Up’ : Chelsea Manning Signs Book Deal - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/05/13/books/booksupdate/chelsea-manning-book-deal.html

    By Charlie Savage

    May 13, 2019

    WASHINGTON — Ever since she was publicly identified as the source who had disclosed a huge trove of military and diplomatic documents to WikiLeaks in 2011, Chelsea Manning, the former Army intelligence analyst, has been a polarizing cultural figure — called a traitor by prosecutors, but celebrated as an icon by transparency and antiwar activists. Her life story, and her role in one of the most extraordinary leaks in American history, has been told in news articles, an Off Broadway play and even an opera. But while she spoke at her court-martial and has participated in interviews, Manning herself has not told her own story, until now. Manning is writing a memoir, which Farrar, Straus and Giroux will publish in the winter of 2020, the publisher announced Monday.

    Manning was convicted in 2013 and sentenced to 35 years in prison, the longest sentence ever handed down in an American leak case. After her conviction, Manning announced that she was a transgender woman and changed her name to “Chelsea,” although the military housed her in a Fort Leavenworth prison for male inmates. She had a difficult time there, attempting suicide twice in 2016, before President Barack Obama commuted most of the remainder of her sentence shortly before he left office in January 2017. In the meantime, WikiLeaks published Democratic emails stolen by Russian hackers during the 2016 presidential campaign, transforming its image from what it had been back when Manning decided to send archives of secret files to it.

    Manning reappeared in the news this year, refusing to testify before a grand jury as federal prosecutors continue to build a case against Julian Assange, the WikiLeaks founder. Assange, currently in custody in Britain, is fighting extradition to the United States for a charge that he conspired with Manning to try to crack an encoded password that would have permitted her to log onto a classified computer network under a different person’s account rather than her own, which would have helped her mask her tracks better. She was jailed for two months for contempt over her refusal to answer questions about her interactions with Assange, then freed because the grand jury expired. But she has already been served with a new subpoena prosecutors obtained from a new grand jury and is expected to be jailed again soon.

    Below are edited excerpts from a conversation between Manning and Charlie Savage, a New York Times reporter who has written about her court-martial and her time in military prison.

    Tell me about your book.

    It’s basically my life story up until I got the commutation, from my birth to my time in school and going to the army and going to prison and the court-martial process. It’s a personal narrative of what was going on in my life surrounding that time and what led to the leaks, what led to prison, and how this whole ordeal has really shaped me and changed me. I view this book as a coming-of-age story. For instance, how my colleagues in the intelligence field really were the driving force behind my questioning of assumptions that I had come into the military with — how jaded they were, some of them having done two three four deployments previously. And then also there is a lot of stuff about how prisons are awful, and how prisoners survive and get through being in confinement.

    Do you have a title yet?

    There is no title yet. I am trying very hard to have some control over that, but none has been decided yet. Noreen Malone from New York magazine worked on it with me. She did a lot of the groundwork in terms of the research, and I did the storytelling, so it was a collaborative effort. I’m still going through and editing where she has taken independent sources to help refine my story, fact-check, verify things and provide a third-person perspective in shaping things.

    Is it written in first-person or third-person?

    It is written in first-person, but there are parts of the book that reference material that are independent of me. I’m still under obligation under the court rules and the Classified Information Procedures Act of 1980 to not disclose closed court-martial testimony or verify evidence that was put in the record. Things like that. So I can’t talk about that stuff and I’m not going to, and so I’m trying to keep this and maintain this as more of a personal story. There are parts of it that might reference reports or whatnot but I’m just going to say, “the media reported this, but I’m not confirming or denying it.”

    Are you going to submit the manuscript to the government for a classified information review?

    We’re trying our best to avoid the review process. There is a lot of stuff that is not going to be in the book that people would expect to be in there, but rules are rules and we can’t get around it. It’s more about personal experiences I had rather than anything specific. I’m not trying to relitigate the case, just tell my personal story.

    So if it ends with you getting out of military prison, you’re not going to address your current situation with the grand jury investigating WikiLeaks?
    Editors’ Picks
    From ‘Smallville’ to a Sex Cult: The Fall of the Actress Allison Mack
    How Volunteer Sleuths Identified a Hiker and Her Killer After 36 Years
    ‘Although I Tried to Look Away, I Saw Him Gesture Toward Me’

    No, we’re not planning on including that in this current stage. If there is a book that gets into the more juicy details about that stuff, then we’ll probably get around to that after going through a review process, several years down the road from now, whenever the dust settles. But I think this is more about trying to contextualize my story from my perspective rather than get into the weeds of what is in the record of trial, what is in the documents, what the investigation focused on, because we’re just not able to get into that area.

    It sounds like you are a lot freer to talk about your gender identity than the WikiLeaks issue.

    Yeah. This is less a book about the case and more a book about trials, tribunals, struggles, difficulties, and overcoming them and surviving. If people are expecting to learn a lot more about the court-martial and a lot more about the case, then they probably shouldn’t be interested in this book. But if they want to know more about what it’s like to be me and survive, then there are reams of information in here. It’s much more autobiographical than it is a narrative thriller or crime story or anything like that. I have always pitched this to being very similar to “Wild” by Cheryl Strayed. I’m really opening myself up to some really intimate things in this book, some really very personal moments and much more intimate points of my life that I’ve never disclosed before. You’re probably going to learn more about my love life than about the disclosures.
    Sign up for the Watching Newsletter

    Get recommendations on the best TV shows and films to stream and watch, delivered to your inbox.

  • Chelsea Manning’s May 10 Video Statement
    https://www.aaronswartzday.org/chelsea-may10

    Chelsea Manning speaks from the heart in a YouTube video on May 10, 2019.
    Chelsea was incarcerated for 63 days for refusing to testify to a Grand Jury.
    28 of those days were under solitary confinement conditions.

    https://www.youtube.com/watch?v=TDZGRRk4MnM&feature=youtu.be

    Good evening.

    Two months ago, the federal government summoned me before a grand jury in the Eastern District of Virginia.

    As a general principle, I object to grand juries.

    Prosecutors run grand juries behind closed doors and in secret, without a judge present.

    Therefore, I declined to cooperate or answer any questions.

    Based on my refusal to answer questions, District Court Judge Hilton ordered me held in contempt until the grand jury ended.

    Yesterday, the grand jury expired, and I left the Alexandria Detention Center.

    Throughout this ordeal, an incredible spring of solidarity and love boiled over. I received thousands of letters, including dozens to hundreds of them a day.

    This means the world to me, and keeps me going.

    Jail and prisons exist as a dark stain on our society, with more people confined in the U.S. than anywhere else in the world.

    During my time, I spent 28 days in solitary confinement–a traumatic experience I already endured for a year in prison before.

    Only a few months before reincarceration, I recieved gender confirmation surgery.

    This left my body vulnerable to injury and infection, leading to possible complications that I am now seeking treatment for.

    My absence severely hampers both my public and private life.

    The law requires that civil contempt only be used to coerce witnesses to testify.

    As I cannot be coerced, it instead exists as an additional punishment on top of the seven years I served.

    Last week, I handwrote a statement outlining the fact I will never agree to testify before this or any other grand jury.

    Several of my closest family, friends and colleagues supported this fact.

    Our statements were filed in court.

    The government knows I can’t be coerced.

    When I arrive at the courthouse this coming Thursday, what happened last time will occur again.

    I will not cooperate with this or any other grand jury.

    Throughout the last decade, I accepted full responsibity for my actions.

    Facing jail again, this week, does not change this fact.

    The prosecutors deliberately place me in an impossible situation: I either go to jail, or turn my back on my prisons.

    The truth is, the government can construct no prison worse than to betray my conscience or my principles.

    Thank you, and good night.

  • Chelsea Manning Released from Alexandria Detention Center After Grand Jury Lapses
    https://www.sparrowmedia.net/2019/05/chelsea-manning-released-from-alexandria-detention-center

    Alexandria, VA — Earlier today Chelsea Manning was released from the William G. Truesdale Adult Detention Center in Alexandria, VA. Chelsea’s release follows the expiration of the term of the EDVA Grand Jury that previously demanded her testimony. Chelsea was in jail for 62 days, after she was found in contempt of court for her refusal to give testimony. The following is a statement from Chelsea’s legal team:

    “Today marked the expiration of the term of the grand jury, and so, after 62 days of confinement, Chelsea was released from the Alexandria Detention Center earlier today.

    “Unfortunately, even prior to her release, Chelsea was served with another subpoena. This means she is expected to appear before a different grand jury, on Thursday, May 16, 2019, just one week from her release today.

    “It is therefore conceivable that she will once again be held in contempt of court, and be returned to the custody of the Alexandria Detention Center, possibly as soon as next Thursday, May 16.

    “Chelsea will continue to refuse to answer questions, and will use every available legal defense to prove to District Judge Trenga that she has just cause for her refusal to give testimony.”

    A more detailed statement from Chelsea is forthcoming.

  • Chelsea Manning dit qu’elle ne témoignera jamais contre WikiLeaks, et cherche à être libérée de prison (Activistpost)
    https://www.crashdebug.fr/informatik/93-securite/16004-chelsea-manning-dit-qu-elle-ne-temoignera-jamais-contre-wikileaks-e

    Le 8 mai 2019

    Par Jason Ditz

    (ANTIWAR.COM) - La dénonciatrice Chelsea Manning est détenue depuis deux mois à Alexandria, VA, pour outrage au tribunal pour avoir refusé de témoigner contre WikiLeaks. Lundi, son équipe juridique a publié un nouvel argument juridique demandant sa libération.

    L’argument se retrouve dans un dossier juridique de 8 pages, qui dit essentiellement qu’elle ne témoignera jamais contre WikiLeaks, et qu’il n’y a par conséquent aucune base légale pour la garder et exiger qu’elle le fasse encore.

    Cela semble exact, d’après la loi fédérale. La loi n’accorde la détention pour outrage au tribunal sans limite de durée, comme celle de Manning, que s’il y a des raisons de croire qu’il y a une chance que la détention force éventuellement le détenu à (...)

    #En_vedette #Sécurité #Actualités_Informatiques

  • UN experts warn #Assange arrest exposes him to risk of serious human rights violations | UN News
    https://news.un.org/en/story/2019/04/1036491

    Special Rapporteur on extra-judicial executions, Agnes Callamard, tweeted that in “expelling Assange from the Embassy” and allowing his arrest, it had taken Mr. Assange “one step closer to extradition”. She added that the UK had now arbitrarily-detained the controversial anti-secrecy journalist and campaigner, “possibly endangering his life”.

    Mr. Assange took refuge inside the embassy in 2012, to avoid extradition to Sweden by the UK authorities where he faced charges, since dropped, of sexual assault. But he also faces US federal conspiracy charges, relating to the leak of a vast number of Government documents to his Wikileaks website, by the former US intelligence analyst, Chelsea Manning. The US argues that publication by the investigative site, endangered the lives of its citizens working overseas.

    • traduction en français

      Des experts de l’ONU préviennent que l’arrestation d’Assange l’expose à de graves violations des droits humains
      11 avril 2019
      https://news.un.org/fr/story/2019/04/1040961

      La Rapporteure spéciale des Nations Unies sur les exécutions extrajudiciaires, Agnès Callamard, a écrit sur son compte Tweeter que l’expulsion de M. Assange de l’ambassade et son arrestation constituaient « un pas de plus vers l’extradition ». Elle a ajouté qu’en procédant à l’arrestation arbitraire du journaliste et militant controversé, le Royaume-Uni mettait « potentiellement sa vie en danger ».

      Julian Assange s’est réfugié à l’intérieur de l’ambassade en 2012 pour éviter l’extradition vers la Suède par les autorités britanniques, où il a été accusé d’agression sexuelle, une accusation ensuite retirée.

      Il est également accusé par le gouvernement américain de complot, en raison de la publication d’un grand nombre de documents gouvernementaux sur son site web Wikileaks qui lui ont été transmis par l’ancien analyste du renseignement américain, Chelsea Manning. Les États-Unis affirment que la publication de ces documents a mis en danger la vie de ses citoyens travaillant à l’étranger. (...)

  • #Chelsea_Manning, l’ex-informatrice de #WikiLeaks, à nouveau écrouée
    http://www.lefigaro.fr/international/2019/03/08/01003-20190308ARTFIG00244-chelsea-manning-l-ex-informatrice-de-wikileaks-a-

    Chelsea Manning, l’ex-analyste du renseignement américain qui avait fait fuiter des milliers de documents classés secret-défense, a été placée en détention ce vendredi en raison de son refus de témoigner dans une enquête sur WikiLeaks. « Je vous déclare coupable d’entrave à la bonne marche de la justice », a déclaré le juge fédéral Claude Hilton, qui a écroué la femme de 31 ans après l’avoir convoquée devant son tribunal en banlieue de Washington. L’ancienne informatrice de WikiLeaks refuse de répondre aux questions d’un grand jury supervisant une enquête sur l’organisation fondée par Julian #Assange, qui se targue d’avoir donné une audience mondiale aux « #lanceurs_d'alertes ».

  • La crucifixion de Julian Assange – Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse (Truth Dig) – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/14/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-dev

    Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    L’asile de Julian Assange à l’ambassade d’Equateur à Londres s’est transformé en une petite boutique des horreurs. Au cours des sept derniers mois, il a été largement coupé de toute communication avec le monde extérieur. Sa nationalité équatorienne, qui lui a été accordée en tant que demandeur d’asile, est en cours de révocation. Sa santé s’est détériorée. On lui refuse l’accès à soins médicaux appropriés [ie à l’extérieur de l’ambassade – NdT]. Ses efforts pour obtenir réparation ont été paralysés par les « règles du bâillon » [« gag rules » – Une règle de bâillon est une règle qui limite ou interdit la discussion, la considération ou la discussion d’un sujet particulier par les membres d’un organe législatif ou exécutif. – NdT], y compris les ordres équatoriens lui interdisant de rendre publiques ses conditions de vie à l’intérieur de l’ambassade dans sa lutte contre la révocation de sa citoyenneté équatorienne.

    Le Premier ministre australien Scott Morrison a refusé d’intercéder en faveur d’Assange, un citoyen australien, même si le nouveau gouvernement équatorien, dirigé par Lenín Moreno – qui appelle Assange un « problème hérité » et un obstacle à de meilleures relations avec Washington – rend la vie du fondateur de WikiLeaks dans cette ambassade insupportable. Presque tous les jours, l’ambassade impose des conditions plus dures à Assange, notamment en lui faisant payer ses frais médicaux, en lui imposant des règles obscures sur la façon dont il doit prendre soin de son chat et en lui demandant d’effectuer diverses tâches ménagères dégradantes.

    Les Équatoriens, réticents à expulser Assange après lui avoir accordé l’asile politique et la citoyenneté, ont l’intention de rendre son existence si pénible qu’il accepterait de quitter l’ambassade pour être arrêté par les Britanniques et extradé vers les États-Unis. L’ancien président de l’Equateur, Rafael Correa, dont le gouvernement a accordé l’asile politique à l’éditeur, qualifie les conditions de vie actuelles d’Assange de « torture ».

    Sa mère, Christine Assange, a déclaré dans un récent appel vidéo : [L’auteur cite de longs extraits. Voir l’appel en entier et en français : https://www.legrandsoir.info/unity4j-christine-assange-lance-un-appel-… – NdT]

    Assange était loué et courtisé par certains des plus grands médias du monde, dont le New York Times et le Guardian, pour les informations qu’il possédait. Mais une fois que ses documents sur les crimes de guerre commis par les États-Unis, en grande partie fournis par Chelsea Manning, ont été publiés par ces médias, il fut mis à l’écart et diabolisé. Un document du Pentagone qui a fait l’objet d’une fuite et préparé par la Cyber Counterintelligence Assessments Branch (Direction du contre-espionnage cybernétique) du 8 mars 2008 a révélé une campagne de propagande visant à discréditer WikiLeaks et Assange. Le document dit que la campagne de diffamation doit chercher à détruire le « sentiment de confiance » qui est le « centre de gravité » de WikiLeaks et à salir la réputation d’Assange. Cela a largement fonctionné. Assange est particulièrement vilipendé pour avoir publié 70 000 courriels piratés appartenant au Comité national démocrate (DNC) et à de hauts responsables démocrates. Les démocrates et l’ancien directeur du FBI, James Comey, affirment que les courriels ont été copiés des comptes de John Podesta, chef de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, par des pirates du gouvernement russe. Comey a dit que les messages ont probablement été transmis à WikiLeaks par un intermédiaire. Assange a dit que les e-mails n’avaient pas été fournis par des « acteurs étatiques ».

    Le Parti démocrate, qui cherche à imputer sa défaite électorale à l’ » ingérence » russe plutôt qu’à la grotesque inégalité des revenus, à la trahison de la classe ouvrière, à la perte des libertés civiles, à la désindustrialisation et au coup d’Etat des entreprises que le parti a aidé à orchestrer, accuse Assange d’être un traître, bien qu’il ne soit pas un citoyen américain. Ni un espion. Et à ma connaissance, aucune loi ne lui interdit de publier les secrets du gouvernement US. Il n’a commis aucun crime. Aujourd’hui, les articles parus dans les journaux qui publiaient autrefois des articles de WikiLeaks mettent l’accent sur son comportement prétendument négligeant – ce qui n’était pas évident lors de mes visites – et sur le fait qu’il est, selon les mots du Guardian, « un invité indésirable » à l’ambassade. La question vitale des droits d’un éditeur et d’une presse libre a cédé le place à la calomnie contre la personne.

    Assange a obtenu l’asile à l’ambassade en 2012 afin d’éviter l’extradition vers la Suède pour répondre à des questions sur des accusations d’infractions sexuelles qui ont finalement été abandonnées. Assange craignait qu’une fois détenu par les Suédois, il soit extradé vers les États-Unis [un accord d’extradition entre la Suède et les Etats-Unis autorise l’extradition d’une personne comme simple « témoin » – NdT]. Le gouvernement britannique a déclaré que, bien qu’il ne soit plus recherché pour interrogatoire en Suède, Assange sera arrêté et emprisonné s’il quitte l’ambassade pour avoir violé les conditions de sa libération sous caution.

    WikiLeaks et Assange ont fait plus pour dénoncer les sombres machinations et crimes de l’Empire américain que toute autre organisation de presse. Assange, en plus de dénoncer les atrocités et les crimes commis par l’armée américaine dans nos guerres sans fin et de révéler les rouages internes de la campagne Clinton, a rendu publics les outils de piratage utilisés par la CIA et la NSA, leurs programmes de surveillance et leur ingérence dans les élections étrangères, notamment les élections françaises. Il a révélé le complot contre le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn par des députés travaillistes au Parlement. Et WikiLeaks s’est rapidement mobilisé pour sauver Edward Snowden, qui a exposé la surveillance totale du public américain par le gouvernement, de l’extradition vers les États-Unis en l’aidant à fuir Hong Kong pour Moscou. Les fuites de Snowden ont également révélé, de façon inquiétante, qu’Assange était sur une « liste de cibles d’une chasse à l’homme » américaine.

    Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse. Et pourtant, son sort se heurte à l’indifférence et au mépris sarcastique. Une fois expulsé de l’ambassade, il sera jugé aux États-Unis pour ce qu’il a publié. Cela créera un précédent juridique nouveau et dangereux que l’administration Trump et les futures administrations utiliseront contre d’autres éditeurs, y compris ceux qui font partie de la mafia qui tentent de lyncher Assange. Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    Même si ce sont les Russes qui ont fourni les courriels de Podesta à Assange, il a eu raison de les publier. C’est ce que j’aurais fait. Ces courriers ont révélé les pratiques de l’appareil politique Clinton qu’elle et les dirigeants démocrates cherchaient à cacher. Au cours des deux décennies où j’ai travaillé en tant que correspondant à l’étranger, des organisations et des gouvernements m’ont régulièrement divulgué des documents volés. Ma seule préoccupation était de savoir si les documents étaient authentiques ou non. S’ils étaient authentiques, je les publiais. Parmi ceux qui m’en ont transmis, il y avait les rebelles du Front de Libération Nationale Farabundo Marti (FMLN) ; l’armée salvadorienne, qui m’a un jour donné des documents du FMLN ensanglantés trouvés après une embuscade, le gouvernement sandiniste du Nicaragua ; le Mossad, le service de renseignement israélien ; le FBI ; la CIA ; le groupe rebelle du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ; l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ; le service de renseignement français, la Direction générale de la sécurité extérieure, ou DGSE ; et le gouvernement serbe de Slobodan Milosovic, qui a ensuite été jugé comme un criminel de guerre.

    Nous avons appris par les courriels publiés par WikiLeaks que la Fondation Clinton a reçu des millions de dollars de l’Arabie saoudite et du Qatar, deux des principaux bailleurs de fonds de l’État islamique. En tant que secrétaire d’État, Hillary Clinton a remboursé ses donateurs en approuvant la vente de 80 milliards de dollars d’armes à l’Arabie saoudite, ce qui a permis au royaume de mener une guerre dévastatrice au Yémen qui a déclenché une crise humanitaire, notamment une grave pénurie alimentaire et une épidémie de choléra, et fait près de 60 000 morts. Nous avons appris que Clinton avait touché 675 000 $ pour une conférence chez Goldman Sachs, une somme si énorme qu’elle ne peut être qualifiée que comme un pot-de-vin. Nous avons appris que Mme Clinton avait dit aux élites financières, lors de ses entretiens lucratifs, qu’elle voulait » l’ouverture du commerce et des frontières » et qu’elle croyait que les dirigeants de Wall Street étaient les mieux placés pour gérer l’économie, une déclaration qui allait directement à l’encontre de ses promesses électorales. Nous avons appris que la campagne Clinton avait pour but d’influencer les primaires républicaines pour s’assurer que Donald Trump était le candidat républicain. Nous avons appris que Mme Clinton avait obtenu à l’avance les questions posées lors du débat pendant les primaires. Nous avons appris, parce que 1 700 des 33 000 courriels provenaient d’Hillary Clinton, qu’elle était l’architecte principale de la guerre en Libye. Nous avons appris qu’elle croyait que le renversement de Moammar Kadhafi lui permettrait d’améliorer ses chances en tant que candidate à la présidence. La guerre qu’elle a voulu a plongé la Libye dans le chaos, vu la montée au pouvoir des djihadistes radicaux dans ce qui est aujourd’hui un État en déliquescence, déclenché un exode massif de migrants vers l’Europe, vu les stocks d’armes libyens saisis par des milices rebelles et des radicaux islamiques dans toute la région, et fait 40 000 morts. Cette information aurait-elle dû rester cachée ? Vous pouvez dire oui, mais dans ce cas vous ne pouvez pas vous qualifier de journaliste.

    « Ils sont en train de piéger mon fils pour avoir une excuse pour le livrer aux États-Unis, où il fera l’objet d’un simulacre de procès« , a averti Christine Assange. « Au cours des huit dernières années, il n’a pas eu accès à un processus juridique approprié. A chaque étape, c’est l’injustice qui a prévalu, avec un énorme déni de justice. Il n’y a aucune raison de penser qu’il en sera autrement à l’avenir. Le grand jury américain qui produit le mandat d’extradition se tient en secret, a quatre procureurs mais pas de défense ni de juge.

    Le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis permet au Royaume-Uni d’extrader Julian vers les États-Unis sans qu’il y ait de preuve prima facie. Une fois aux États-Unis, la National Defense Authorization Act permet la détention illimitée sans procès. Julian risque d’être emprisonné à Guantánamo Bay et torturé, d’être condamné à 45 ans de prison de haute sécurité, ou la peine de mort.« 

    Assange est seul. Chaque jour qui passe lui est plus difficile. C’est le but recherché. C’est à nous de protester. Nous sommes son dernier espoir, et le dernier espoir, je le crains, pour une presse libre.

    Chris Hedges

    Chris Hedges, a passé près de deux décennies comme correspondant à l’étranger en Amérique centrale, au Moyen-Orient, en Afrique et dans les Balkans. Il a fait des reportages dans plus de 50 pays et a travaillé pourThe Christian Science Monitor, National Public Radio, The Dallas Morning News et The New York Times, pour lesquels il a été correspondant à étranger pendant 15 ans.

    Traduction « il y aura des comptes à rendre » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles » »https://www.truthdig.com/articles/crucifying-julian-assange/URL de cet article 34082 
    https://www.legrandsoir.info/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-devrait-terri

  • ‘I spent seven years fighting to survive’: #Chelsea_Manning on #whistleblowing and #WikiLeaks | US news | The Guardian
    https://www.theguardian.com/us-news/2018/oct/07/chelsea-manning-wikileaks-whistleblowing-interview-carole-cadwalladr

    Perhaps the most revealing part of my conversation with Chelsea Manning is what she doesn’t say. What she can’t or won’t talk about. It’s not that she doesn’t have a whole lot to say – she does, particularly about technology and how it can be used against us. Her job as an intelligence analyst for the US army, using data to profile enemy combatants – to be targeted and maybe killed – gave her an acute understanding of its potential uses and abuses. She understood the power of Facebook to profile and target long before the Cambridge Analytica scandal erupted. “Marketing or death by drone, it’s the same math,” she says. There’s no difference between the private sector and the military. “You could easily turn Facebook into that. You don’t have to change the programming, just the purpose of why you have the system.”

  • (20+) Cinq ans de prison pour la lanceuse d’alerte Reality Winner - Libération
    http://www.liberation.fr/planete/2018/08/24/cinq-ans-de-prison-pour-la-lanceuse-d-alerte-reality-winner_1674202
    http://md1.libe.com/photo/1028377-photo-obtenue-le-6-juin-2017-sur-les-reseaux-sociaux-d-un-selfie-n

    Elle est la première lanceuse d’alerte de l’ère Trump jugée au titre de l’Espionage Act, cette loi désormais centenaire utilisée sous Obama pour poursuivre Chelsea Manning, la source des documents confidentiels de l’armée américaine publiés en 2010 par WikiLeaks, et Edward Snowden, l’ancien consultant qui a révélé l’ampleur de la surveillance en ligne pratiquée par la NSA, l’Agence nationale de sécurité américaine. Ce jeudi, Reality Winner, 26 ans, a été condamnée à cinq ans et trois mois de prison par un tribunal d’Augusta (Géorgie) pour avoir transmis à la presse un document classifié sur des tentatives de piratage à l’encontre de l’infrastructure électorale, attribuées à la Russie. Soit « la sentence la plus lourde jamais prononcée contre la source d’un média dans un tribunal fédéral », relève la Freedom of the Press Foundation.

    En juin dernier, alors que Reality Winner était en détention depuis plus d’un an, son équipe de défense a négocié un accord de plaider coupable. Ce jeudi lors de l’audience, la jeune femme a dit assumer « l’entière responsabilité » de ce qu’elle a qualifié devant le juge d’« erreur incontestable ». Les procureurs, de leur côté, l’ont accusée d’avoir agi par « mépris des Etats-Unis », et ont affirmé que ses révélations avaient « causé un dommage exceptionnellement grave à la sécurité nationale ». Une assertion que les soutiens de Winner ne sont pas les seuls à réfuter. « Personne n’a été mis en danger, personne n’a vu son identité révélée, les Russes ont juste appris que lorsqu’ils s’introduisent dans nos systèmes, nous sommes capables de les repérer, ce qu’ils savaient déjà, estime un ancien avocat au département de la Justice, Robert Cattanach, cité par le New York Times. En tout état de cause, ce genre de condamnation est destiné à avoir un effet dissuasif. »

    Début mai, un rapport du Sénat américain a reproché au département de la Sécurité intérieure d’avoir eu une réponse « inadéquate » face à la « menace contre l’infrastructure électorale », et relevé que les administrations des différents Etats avaient commencé à se préoccuper de la sécurité de leurs réseaux notamment suite aux articles de presse sur le sujet… « Reality Winner est une lanceuse d’alerte qui a averti le public d’une menace grave sur la sécurité des élections, déclarait jeudi soir Trevor Timm, le directeur exécutif de la Freedom of the Press Foundation. Que le département de la Justice continue à poursuivre des sources de journalistes au titre de l’Espionage Act, une loi qui ne permet pas de se défendre en faisant valoir l’intérêt public, est une mascarade. »

    Amaelle Guiton

    #Lanceur_alerte #Presse #Médias #Journalisme

  • Cinq ans de prison pour la lanceuse d’alerte Reality Winner
    http://www.liberation.fr/planete/2018/08/24/cinq-ans-de-prison-pour-la-lanceuse-d-alerte-reality-winner_1674202

    La jeune femme de 26 ans, employée d’un sous-traitant de la NSA, était jugée pour avoir transmis à la presse un rapport classifié sur des tentatives de piratage visant l’infrastructure de vote, et attribuées à la Russie. Cinq ans de prison pour la lanceuse d’alerte Reality Winner Elle est la première lanceuse d’alerte de l’ère Trump jugée au titre de l’Espionage Act, cette loi désormais centenaire utilisée sous Obama pour poursuivre Chelsea Manning, la source des documents confidentiels de l’armée (...)

    #NSA #procès #hacking

  • #Chelsea_Manning : Ex-army leaker to run for US senate - BBC News
    http://www.bbc.com/news/world-us-canada-42679005

    Chelsea Manning, the former US intelligence analyst who was jailed for leaking classified documents, is seeking the Democratic Party nomination to run for the US senate in Maryland.

    In 2013 Manning was sentenced to 35 years after being found guilty of 20 charges, including espionage.

    But former US President Barack Obama commuted her sentence.

    The 30-year-old, who was born Bradley Manning, will challenge Democratic Senator Ben Cardin for the nomination.

  • 10 Things You Should Know About Julian Assange | Alternet
    https://www.alternet.org/10-things-you-should-know-about-julian-assange

    Julian Assange, founder of Wikileaks, is more loved, and more hated, than ever. And just who is doing the loving and the hating is more complicated than ever.

    In his rise from libertarian hacker to global publisher, Assange pioneered a new kind of power, the power to disrupt the secrecy of the national security state. With the help of Chelsea Manning, the silver-haired Australian published the “Collateral Murder” video, which showed the world the reality of the war in Iraq, and the State Department cables, which showed the realities of American diplomacy. So a lot of people admired him.

    Last week’s disclosure that Assange collaborated with Donald Trump Jr. during the 2016 presidential campaign has generated another blizzard of headlines—and a lot of confusion—about the world-famous transparency advocate.

    Here’s what you need to know about Assange.

    #Julian_Assange #Wikileaks #Trump #Libertarianisme

  • Massive Weenie Resigns From Harvard Job Because He Can’t Stand Chelsea Manning

    https://splinternews.com/massive-weenie-resigns-from-harvard-job-because-he-cant-1809946716

    Michael Morell, the former acting director of the Central Intelligence Agency, announced on Thursday that he was resigning from a fellowship at Harvard because he couldn’t stand the thought of the school also offering an unrelated fellowship to Chelsea Manning.

    This is where we tell you that this is all nonsense. Although it’s a frequently-used line of attack, the federal government has never publicly provided proof that Manning’s leaks—which were used by the most prestigious news outlets in the world and revealed, among other things, that civilian casualties in Iraq and Afghanistan were far higher than previously known—caused the deaths of any Americans.

    Interestingly, there’s been loads of evidence that the CIA’s programs of indiscriminate drone strikes and brutal torture—both of which Morell has publicly and enthusiastically supported—caused a great deal of death and despair to people. But Manning is the immoral one.

    Manning’s 35-year sentence was a punishment so severe that, when Barack Obama commuted it, he said it was without “historical precedent.”

  • première apparition publique de Chelsea Manning

    http://www.liberation.fr/futurs/2017/09/13/on-etait-a-la-premiere-apparition-publique-de-chelsea-manning_1595996

    La lanceuse d’alerte, source de WikiLeaks, a fait une visite surprise mardi à Noisebridge, le hackerspace de San Francisco et appelé les codeurs à s’interroger sur les conséquences sociales des systèmes qu’ils construisent.

    http://md1.libe.com/photo/1055220-20170912214305jpg.jpg?modified_at=1505300377&picto=fb&rati

    Au fil de l’échange, puis des questions du public, Manning s’alarme de la militarisation de la police américaine – « de plus en plus de tactiques policières sont des copiés-collés de tactiques militaires » –, revient sur son combat de « seule personne ouvertement trans » dans la prison où elle était incarcérée, et appelle à l’engagement : « Les techniques de protestation sont efficaces, les gens ont réellement du pouvoir. Le mieux que nous puissions faire, c’est de nous manifester en nombre. »

    Lorsque l’assistance lui demande si elle referait le choix de faire « fuiter » des documents confidentiels, elle dit que c’est une question sans réponse, et qu’elle n’aime pas regarder en arrière. Elle confesse s’être beaucoup nourrie, ces derniers temps, de pizzas et de tex-mex. Et lance : « Je suis juste une gosse de la rue et une codeuse, je n’ai pas signé pour être un modèle. »

    Il y a, tout de même, un documentaire sur elle en cours de finalisation. Et ce jeudi, l’Electronic Frontier Foundation, l’association américaine de défense des libertés en ligne, lui remettra un de ses « Pioneer Awards », qui récompensent chaque année ceux qui « étendent la liberté et l’innovation » dans le monde numérique.

  • Chelsea Manning, newly-freed from military prison, speaks in San Francisco
    https://arstechnica.com/tech-policy/2017/09/chelsea-manning-we-must-think-critically-about-how-code-can-be-misused

    Speaking at the Noisebridge hackerspace Tuesday evening, Chelsea Manning implored a crowd of makers, nerds, and developers to be ethical coders. “As a coder, I know that you can build a system and it works, but you’re thinking about the immediate result, you’re not thinking about that this particular code could be misused, or it could be used in a different manner.” Source: Ars Technica

  • De la positivité et des « emoji » : comment Chelsea Manning gère ses trolls sur Twitter

    http://abonnes.lemonde.fr/big-browser/article/2017/07/31/l-utilisation-de-twitter-tres-personnelle-et-pleine-d-emojis-de-chel

    Depuis sa sortie de prison, la lanceuse d’alerte a perfectionné sa façon de répondre aux trolls en ligne : avec de la positivité et beaucoup, beaucoup d’émoticônes.

    Ce trop-plein de petits chats, d’arcs-en-ciel et de cœurs a le don d’énerver irrationnellement certains trolls. Ils semblent refuser à Chelsea Manning, toujours considérée comme un traître à la nation par une partie de la droite, le droit de dire ce qu’elle pense sur Twitter, et surtout le droit de le faire en noyant ses paroles dans des emoji.

    Chelsea Manning a heureusement de l’humour, du recul sur elle-même et sur ce que doit être une utilisation saine de Twitter et, surtout, le don de savoir « alimenter les trolls » avec ce qui, précisément, les énerve. Elle les retweete et les réduit au silence sous une avalanche de positivité et d’emoji.

    Avec 276 000 followers,@xychelsea reste un tout petit média, loin de la dimension d’un compte suivi par près de 35 millions de personnes, comme celui (au hasard) de Donald Trump (qui l’avait traité, à sa sortie de prison, de « TRAÎTRE ingrat »). Cela ne l’empêche pas d’être en position d’avoir un dialogue d’égal à égal avec lui, au moins sur Twitter.

    Quand le président des Etats-Unis a annoncé, le 26 juillet, l’interdiction pour les personnes transgenres de servir dans l’armée américaine, c’est la réponse de Manning, en tant que personne transgenre ayant servi dans l’armée, qui a été la plus écoutée.
    Le message et le débat dans le flux de son compte Twitter lui ont permis de signer une tribune à ce sujet sur le New York Times, avec 395 commentaires à la clé. Mais beaucoup moins d’emoji.

  • Biopunk : Subverting Biopolitics – The New Inquiry
    https://thenewinquiry.com/biopunk-subverting-biopolitics

    My own work has also taken a political and critical approach to working with biotechnology. With Stranger Visions, in 2012, I created portraits of strangers from their abandoned DNA. I began by collecting genetic artifacts I found in public: hair, cigarette butts, chewed-up gum. I learned how to extract DNA, how to sequence it, and how to analyze it to generate a portrait of what someone might look like based on an interpretation of their DNA, utilizing scientific research ranging from the established to the speculative. I 3-D printed the portraits life size, in full color, and exhibited these alongside documentation of the artifact, where and when it was collected, and what I analyzed.
    Stranger Visions (installation view)

    The work was meant to call attention to the vulnerability of the body to new forms of surveillance and to predict the future direction of forensic DNA phenotyping—the profiling of a person’s outward characteristics from their DNA. At the time there were clear signals this research was happening, but it hadn’t been publicly discussed.

    Two years later the prediction came true with the launch of Parabon Nanolabs DNA “Snapshot”, offering genomic mugshots to police around the country. The danger of offering stereotypes based primarily on sex and ancestry predictions is that a black box algorithm in the hands of the police can become a new form of racial profiling which appears to have the authority of real genetic evidence.

    Most recently, I worked with Chelsea Manning. Subject to a strict policy of visitation and representation, Chelsea’s image had been suppressed since her sentencing and gender transition in 2013. She realized that DNA could give her a kind of visibility or presence that she had been stripped of for years. Chelsea didn’t want to appear too masculine in the portraits. I realized it was a perfect opportunity to highlight the reductionism of DNA phenotyping. Instead of producing one portrait to represent her, I generated two: one that was algorithmically gender “neutral” and one parameterized “female.” I presented the two portraits side by side to focus attention on the limitations of this technique even in regards to a genetic trait considered “legible.”

    Just as the libertarian fraction of the cyberpunks fantasizes about the singularity putting the mind into software, biopunk-driven positivism fantasizes about DNA code being the instructions for life itself. “We have discovered the secret of life.” This was how Watson and Crick bragged about their discovery of the DNA double helix after poaching the work of their colleague Rosalind Franklin. Code is the ultimate dream.

    #Génomique #biopunk #23andme #surveillance
    So let’s imagine what happens as this runs its course. What will evolve from biohacking, taking into consideration what we have said so far?