person:chris hedges


    • Une fois qu’un travailleur est lié à une entreprise, il ou elle perd instantanément cette dignité, ce lien de subordination engendre la perte de son indépendance personnelle, surtout si l’emploi est temporaire, situé en bas de l’organigramme ou subalterne. Les relations ne sont plus libres et égales.

      « Quand les travailleurs vendent leur travail à un employeur, ils doivent se livrer à leur patron, qui peut ensuite leur donner des ordres », écrit Anderson. « Le contrat de travail, place le vendeur sous l’autorité de son patron ». Le travailleur satisfait aux exigences de la direction, qu’il n’est guère en mesure de remettre en question, ou sera réprimandé, rétrogradé, sanctionné ou renvoyé. Le chef d’entreprise exerce une autorité totale sur le travailleur. « L’exécution du contrat incarne une profonde asymétrie d’intérêts », écrit Anderson, « désormais, le travailleur devra travailler dans des conditions qui ne tiennent pas compte de ses intérêts mais de ceux du capitaliste ».

      Le néolibéralisme soutient que le choix se situe entre la loi du marché et le contrôle de l’État, alors que, comme l’écrit Anderson, « la plupart des adultes vivent leur vie professionnelle sous un troisième modèle : un gouvernement privé ». Le néolibéralisme soutient que l’essence de la liberté est la libre entreprise, sans jamais aborder la question de l’abandon des libertés fondamentales par les travailleurs.



  • Des LGTBQ à Gabbard, une féconde agitation
    http://www.dedefensa.org/article/des-lgtbq-a-gabbard-une-feconde-agitation

    Des LGTBQ à Gabbard, une féconde agitation

    On a vu hier, avec le cas de Chris Hedges face à Barnum-Trump, les contradictions considérables de la gauche qui s’affiche antiSystème, par rapport aux activités et aux choix du Système. (Le cas de Hedges est celui des USA mais le processus est largement partagé, – globalisation oblige, – par les gauches des pays du bloc-BAO.) Ces contradictions apparaissent en pleine lumière au cœur de la nébuleuse LGTBQ-élargie US, regroupant tous les mouvements sociétaux et communautaristes (féminisme, antiracisme, anti-antisémitisme, multiculturalisme, homosexualité, transgenrisme, etc.) prétendant lutter contre l’ordre établi, et éventuellement contre le Système pouyr l’affichage (référence antiSystème).

    Selon cette logique dévastatrice et autodestructrice, une cassure (...)


  • Le dilemme Barnum-Trump
    http://www.dedefensa.org/article/le-dilemme-barnum-trump

    Le dilemme Barnum-Trump

    Nous aimons bien Chris Hedges, – ou bien devrions-nous nuancer en écrivant “nous aimions bien”, partagés entre cette estime du passé qui reste justifiée, et le jugement plus nuancé auquel nous contraint, disons “le contexte du texte” de lui que nous passons ci-dessous. Dans tous les cas, nous avons déjà justifié cette estime dans, le passé, à différentes reprises, y compris lors de son entrée en 2016 à RT-USA, où il continue son émission On Contact.

    Le texte ci-dessous a été publié par Hedges sur le site Truthdig.com le 17 décembre 2018, traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr et publié sous cette forme le 18 janvier 2019. Il s’agit d’une critique fondamentale de Trump, du personnage, du caractère, et même du stéréotype auquel il renvoie que Hedges considère comme, (...)






  • Donald Trump’s endless lying is meant to undermine free thought and democracy — and lead us into fascism | Alternet
    https://www.alternet.org/donald-trumps-endless-lying-meant-undermine-free-thought-and-democracy-and

    In an age when speed overcomes thought, a culture of immediacy blots out any vestige of historical memory and markets replace social categories, language loses its critical moorings and becomes what Chris Hedges has called “a gift to demagogues and the corporations that saturate the landscape with manipulated images and the idiom of mass culture.”

    No longer a vehicle for critique, doubt or possibility, language in the age of Donald Trump upholds the cultural and political workstations of ignorance and paves the way for a formative culture ripe with the death-saturated practices and protocols of fascist politics. As a species of neoliberal fascism eradicates social bonds and democratic communal relations, vulgarity parades as political wisdom and moral cowardice becomes a mark of pride. In a neoliberal age that has a high threshold of disappearance, the sins of a Vichy-inspired history have returned and are deeply rooted in a Republican Party that is as criminogenic as it is morally irresponsible and politically corrupt.

    Trump thrives on promoting social divisions and often references violence as a means of addressing them.

    The language of compassion, community and vulnerability is erased from government media sites, as is any reference to climate change. References to compassion, the grammar of ethics, justice and democracy wither as the institutions that enable and promote them are defunded, corporatized or privatized. The language of egoism, self-interest, hyper-masculinity and a vapid individualism erase any reference to social bonds, public commitments, the public good and the commons. Even worse, under the blitz of a rhetoric of bigotry, hatred and dehumanization, the ability to translate private issues into lager systemic and public concerns is diminished. The language of fascism is now reinforced by a culture of immediacy, stupidity, ignorance and civic illiteracy, and as such promotes a culture in which the only obligation of citizenship is consumption and the only emotion worth investing in is unbridled anger largely directed at Blacks, undocumented immigrants, Muslims, and the oppositional media.

    The endless lying is about more than diversion or a perpetual motion machine of absurdist theater. It is also about creating a mediascape where morality disappears and a criminogenic culture of thuggery, corruption, white supremacy and violence flourishes — and democracy dies. History seems to be repeating itself in a script in which language collapses into an ecosystem of falsehoods, militarism and racism.

    Jason Stanley, in his book, “How Fascism Works,” argues that the 10 pillars of a fascist politics are alive and well in the United States. The pillars he points to are the mythic past, propaganda, anti-intellectualism, unreality, hierarchy, victimhood, law and order, sexual anxiety and appeals to the heartland.

    In an age when civic literacy and holding the powerful accountable for their action are dismissed as “fake news,” ignorance becomes a breeding ground not just for hate but also for a culture that represses historical memory, shreds any understanding of the importance of shared values, refuses to make tolerance a non-negotiable element of civic dialogue and allows the powerful to poison everyday discourse.

    The threads of a general political and ideological crisis run deep in American history. With each tweet and policy decision, Trump pushes the United States closer to a full-fledged fascist state. His words sting, but his policies can kill people. Trump’s endless racist taunts, dehumanizing expressions of misogyny, relentless attacks on all provisions of the social state and ongoing contempt for the rule of law serve to normalize a creeping fascist politics. Moreover, his criminogenic disdain for any viable sense of civic and moral responsibility gives new meaning to an ethos of a selfishness and a culture of cruelty, if not terror, that has run amok in the United States.

    Under Trump, violence defines the political sphere, if not politics itself, and has become a mythic force in which all meaning, desire, relations and actions are framed with a friend/enemy divide. This is the worldview of the demagogue, and points alarmingly to a resurgence of a fascist ideology updated for the 21st century. Trump’s rhetoric of hate resembles the Nazi obsession with the discourse of elimination, ritualistic acts aimed at purging critical thought and undermining informed judgment. This is the discourse of barbarians, and a petri dish for nourishing the virus of a fascist politics.

    Of course, Trump is not simply some eccentric clown who happened to be elected by a body of angry and desperate sleepwalking voters. He is symptomatic of a savage form of neoliberalism that over the past 40 years has promoted a war against the welfare state, the most vulnerable and those deemed excess while punishing everyone else with austerity policies that also made the financial elite richer and major corporations more powerful.

    The debris of violent shootings, racism, religious intolerance, the fog of celebrity culture and the destruction of civic culture has cast an apocalyptic shadow over the future of both democracy and the United States. Trump represents a ghost of the past, and we should be terrified of the way it emboldens and resonates with what is happening both in the United States and in other countries such as Brazil, Poland, Turkey and Hungary.

    Une charge précise et bienvenue par un auteur que je ne connaissais pas

    Henry A. Giroux currently holds the McMaster University Chair for Scholarship in the Public Interest in the English and Cultural Studies Department and a Distinguished Visiting Professorship at Ryerson University. His most recent books are America’s Education Deficit and the War on Youth (Monthly Review Press, 2013) and Neoliberalism’s War on Higher Education (Haymarket Press, 2014). His web site is https://www.henryagiroux.com .


  • La crucifixion de Julian Assange – Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse (Truth Dig) – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/11/14/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-dev

    Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    L’asile de Julian Assange à l’ambassade d’Equateur à Londres s’est transformé en une petite boutique des horreurs. Au cours des sept derniers mois, il a été largement coupé de toute communication avec le monde extérieur. Sa nationalité équatorienne, qui lui a été accordée en tant que demandeur d’asile, est en cours de révocation. Sa santé s’est détériorée. On lui refuse l’accès à soins médicaux appropriés [ie à l’extérieur de l’ambassade – NdT]. Ses efforts pour obtenir réparation ont été paralysés par les « règles du bâillon » [« gag rules » – Une règle de bâillon est une règle qui limite ou interdit la discussion, la considération ou la discussion d’un sujet particulier par les membres d’un organe législatif ou exécutif. – NdT], y compris les ordres équatoriens lui interdisant de rendre publiques ses conditions de vie à l’intérieur de l’ambassade dans sa lutte contre la révocation de sa citoyenneté équatorienne.

    Le Premier ministre australien Scott Morrison a refusé d’intercéder en faveur d’Assange, un citoyen australien, même si le nouveau gouvernement équatorien, dirigé par Lenín Moreno – qui appelle Assange un « problème hérité » et un obstacle à de meilleures relations avec Washington – rend la vie du fondateur de WikiLeaks dans cette ambassade insupportable. Presque tous les jours, l’ambassade impose des conditions plus dures à Assange, notamment en lui faisant payer ses frais médicaux, en lui imposant des règles obscures sur la façon dont il doit prendre soin de son chat et en lui demandant d’effectuer diverses tâches ménagères dégradantes.

    Les Équatoriens, réticents à expulser Assange après lui avoir accordé l’asile politique et la citoyenneté, ont l’intention de rendre son existence si pénible qu’il accepterait de quitter l’ambassade pour être arrêté par les Britanniques et extradé vers les États-Unis. L’ancien président de l’Equateur, Rafael Correa, dont le gouvernement a accordé l’asile politique à l’éditeur, qualifie les conditions de vie actuelles d’Assange de « torture ».

    Sa mère, Christine Assange, a déclaré dans un récent appel vidéo : [L’auteur cite de longs extraits. Voir l’appel en entier et en français : https://www.legrandsoir.info/unity4j-christine-assange-lance-un-appel-… – NdT]

    Assange était loué et courtisé par certains des plus grands médias du monde, dont le New York Times et le Guardian, pour les informations qu’il possédait. Mais une fois que ses documents sur les crimes de guerre commis par les États-Unis, en grande partie fournis par Chelsea Manning, ont été publiés par ces médias, il fut mis à l’écart et diabolisé. Un document du Pentagone qui a fait l’objet d’une fuite et préparé par la Cyber Counterintelligence Assessments Branch (Direction du contre-espionnage cybernétique) du 8 mars 2008 a révélé une campagne de propagande visant à discréditer WikiLeaks et Assange. Le document dit que la campagne de diffamation doit chercher à détruire le « sentiment de confiance » qui est le « centre de gravité » de WikiLeaks et à salir la réputation d’Assange. Cela a largement fonctionné. Assange est particulièrement vilipendé pour avoir publié 70 000 courriels piratés appartenant au Comité national démocrate (DNC) et à de hauts responsables démocrates. Les démocrates et l’ancien directeur du FBI, James Comey, affirment que les courriels ont été copiés des comptes de John Podesta, chef de campagne de la candidate démocrate Hillary Clinton, par des pirates du gouvernement russe. Comey a dit que les messages ont probablement été transmis à WikiLeaks par un intermédiaire. Assange a dit que les e-mails n’avaient pas été fournis par des « acteurs étatiques ».

    Le Parti démocrate, qui cherche à imputer sa défaite électorale à l’ » ingérence » russe plutôt qu’à la grotesque inégalité des revenus, à la trahison de la classe ouvrière, à la perte des libertés civiles, à la désindustrialisation et au coup d’Etat des entreprises que le parti a aidé à orchestrer, accuse Assange d’être un traître, bien qu’il ne soit pas un citoyen américain. Ni un espion. Et à ma connaissance, aucune loi ne lui interdit de publier les secrets du gouvernement US. Il n’a commis aucun crime. Aujourd’hui, les articles parus dans les journaux qui publiaient autrefois des articles de WikiLeaks mettent l’accent sur son comportement prétendument négligeant – ce qui n’était pas évident lors de mes visites – et sur le fait qu’il est, selon les mots du Guardian, « un invité indésirable » à l’ambassade. La question vitale des droits d’un éditeur et d’une presse libre a cédé le place à la calomnie contre la personne.

    Assange a obtenu l’asile à l’ambassade en 2012 afin d’éviter l’extradition vers la Suède pour répondre à des questions sur des accusations d’infractions sexuelles qui ont finalement été abandonnées. Assange craignait qu’une fois détenu par les Suédois, il soit extradé vers les États-Unis [un accord d’extradition entre la Suède et les Etats-Unis autorise l’extradition d’une personne comme simple « témoin » – NdT]. Le gouvernement britannique a déclaré que, bien qu’il ne soit plus recherché pour interrogatoire en Suède, Assange sera arrêté et emprisonné s’il quitte l’ambassade pour avoir violé les conditions de sa libération sous caution.

    WikiLeaks et Assange ont fait plus pour dénoncer les sombres machinations et crimes de l’Empire américain que toute autre organisation de presse. Assange, en plus de dénoncer les atrocités et les crimes commis par l’armée américaine dans nos guerres sans fin et de révéler les rouages internes de la campagne Clinton, a rendu publics les outils de piratage utilisés par la CIA et la NSA, leurs programmes de surveillance et leur ingérence dans les élections étrangères, notamment les élections françaises. Il a révélé le complot contre le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn par des députés travaillistes au Parlement. Et WikiLeaks s’est rapidement mobilisé pour sauver Edward Snowden, qui a exposé la surveillance totale du public américain par le gouvernement, de l’extradition vers les États-Unis en l’aidant à fuir Hong Kong pour Moscou. Les fuites de Snowden ont également révélé, de façon inquiétante, qu’Assange était sur une « liste de cibles d’une chasse à l’homme » américaine.

    Ce qui arrive à Assange devrait terrifier la presse. Et pourtant, son sort se heurte à l’indifférence et au mépris sarcastique. Une fois expulsé de l’ambassade, il sera jugé aux États-Unis pour ce qu’il a publié. Cela créera un précédent juridique nouveau et dangereux que l’administration Trump et les futures administrations utiliseront contre d’autres éditeurs, y compris ceux qui font partie de la mafia qui tentent de lyncher Assange. Le silence sur le traitement d’Assange n’est pas seulement une trahison à son égard, mais une trahison de la liberté de la presse elle-même. Nous paierons cher cette complicité.

    Même si ce sont les Russes qui ont fourni les courriels de Podesta à Assange, il a eu raison de les publier. C’est ce que j’aurais fait. Ces courriers ont révélé les pratiques de l’appareil politique Clinton qu’elle et les dirigeants démocrates cherchaient à cacher. Au cours des deux décennies où j’ai travaillé en tant que correspondant à l’étranger, des organisations et des gouvernements m’ont régulièrement divulgué des documents volés. Ma seule préoccupation était de savoir si les documents étaient authentiques ou non. S’ils étaient authentiques, je les publiais. Parmi ceux qui m’en ont transmis, il y avait les rebelles du Front de Libération Nationale Farabundo Marti (FMLN) ; l’armée salvadorienne, qui m’a un jour donné des documents du FMLN ensanglantés trouvés après une embuscade, le gouvernement sandiniste du Nicaragua ; le Mossad, le service de renseignement israélien ; le FBI ; la CIA ; le groupe rebelle du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) ; l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ; le service de renseignement français, la Direction générale de la sécurité extérieure, ou DGSE ; et le gouvernement serbe de Slobodan Milosovic, qui a ensuite été jugé comme un criminel de guerre.

    Nous avons appris par les courriels publiés par WikiLeaks que la Fondation Clinton a reçu des millions de dollars de l’Arabie saoudite et du Qatar, deux des principaux bailleurs de fonds de l’État islamique. En tant que secrétaire d’État, Hillary Clinton a remboursé ses donateurs en approuvant la vente de 80 milliards de dollars d’armes à l’Arabie saoudite, ce qui a permis au royaume de mener une guerre dévastatrice au Yémen qui a déclenché une crise humanitaire, notamment une grave pénurie alimentaire et une épidémie de choléra, et fait près de 60 000 morts. Nous avons appris que Clinton avait touché 675 000 $ pour une conférence chez Goldman Sachs, une somme si énorme qu’elle ne peut être qualifiée que comme un pot-de-vin. Nous avons appris que Mme Clinton avait dit aux élites financières, lors de ses entretiens lucratifs, qu’elle voulait » l’ouverture du commerce et des frontières » et qu’elle croyait que les dirigeants de Wall Street étaient les mieux placés pour gérer l’économie, une déclaration qui allait directement à l’encontre de ses promesses électorales. Nous avons appris que la campagne Clinton avait pour but d’influencer les primaires républicaines pour s’assurer que Donald Trump était le candidat républicain. Nous avons appris que Mme Clinton avait obtenu à l’avance les questions posées lors du débat pendant les primaires. Nous avons appris, parce que 1 700 des 33 000 courriels provenaient d’Hillary Clinton, qu’elle était l’architecte principale de la guerre en Libye. Nous avons appris qu’elle croyait que le renversement de Moammar Kadhafi lui permettrait d’améliorer ses chances en tant que candidate à la présidence. La guerre qu’elle a voulu a plongé la Libye dans le chaos, vu la montée au pouvoir des djihadistes radicaux dans ce qui est aujourd’hui un État en déliquescence, déclenché un exode massif de migrants vers l’Europe, vu les stocks d’armes libyens saisis par des milices rebelles et des radicaux islamiques dans toute la région, et fait 40 000 morts. Cette information aurait-elle dû rester cachée ? Vous pouvez dire oui, mais dans ce cas vous ne pouvez pas vous qualifier de journaliste.

    « Ils sont en train de piéger mon fils pour avoir une excuse pour le livrer aux États-Unis, où il fera l’objet d’un simulacre de procès« , a averti Christine Assange. « Au cours des huit dernières années, il n’a pas eu accès à un processus juridique approprié. A chaque étape, c’est l’injustice qui a prévalu, avec un énorme déni de justice. Il n’y a aucune raison de penser qu’il en sera autrement à l’avenir. Le grand jury américain qui produit le mandat d’extradition se tient en secret, a quatre procureurs mais pas de défense ni de juge.

    Le traité d’extradition entre le Royaume-Uni et les États-Unis permet au Royaume-Uni d’extrader Julian vers les États-Unis sans qu’il y ait de preuve prima facie. Une fois aux États-Unis, la National Defense Authorization Act permet la détention illimitée sans procès. Julian risque d’être emprisonné à Guantánamo Bay et torturé, d’être condamné à 45 ans de prison de haute sécurité, ou la peine de mort.« 

    Assange est seul. Chaque jour qui passe lui est plus difficile. C’est le but recherché. C’est à nous de protester. Nous sommes son dernier espoir, et le dernier espoir, je le crains, pour une presse libre.

    Chris Hedges

    Chris Hedges, a passé près de deux décennies comme correspondant à l’étranger en Amérique centrale, au Moyen-Orient, en Afrique et dans les Balkans. Il a fait des reportages dans plus de 50 pays et a travaillé pourThe Christian Science Monitor, National Public Radio, The Dallas Morning News et The New York Times, pour lesquels il a été correspondant à étranger pendant 15 ans.

    Traduction « il y aura des comptes à rendre » par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles » »https://www.truthdig.com/articles/crucifying-julian-assange/URL de cet article 34082 
    https://www.legrandsoir.info/la-crucifixion-de-julian-assange-ce-qui-arrive-a-assange-devrait-terri


    • Comme le souligne M. Nader, les représentants élus ont renoncé à leur pouvoir constitutionnel pour obéir aux ordres des sociétés en échange de l’argent des sociétés. C’est un système de corruption légalisée. L’assentiment des gouvernés est devenu une véritable plaisanterie. Les politiciens des deux partis au pouvoir sont les agents de l’exploitation et de l’oppression des entreprises, les ennemis de la démocratie. Ils ne tiennent plus d’audiences publiques au niveau des comités. Ils gouvernent en grande partie en secret. Ils adoptent des projets de loi, la plupart rédigés par des lobbyistes d’entreprise, et nomment des juges pour protéger les entreprises contre les poursuites judiciaires intentées par ceux que ces entreprises ont lésés, blessés ou escroqués. Ils nient notre droit de saisir les tribunaux. Ils détournent de l’argent de l’infrastructure et des services sociaux en ruine du pays pour soutenir une machine de guerre qui consomme la moitié de toutes les dépenses discrétionnaires. Ils accumulent des déficits massifs pour accorder des réductions d’impôts aux oligarques au pouvoir et orchestrent le plus important transfert de richesse de l’histoire américaine. Ils suppriment le salaire minimum, brisent les syndicats et légalisent la servitude pour dette que les entreprises utilisent pour exiger un tribut punitif de la part des citoyens, y compris des jeunes hommes et femmes forcés d’assumer une dette de 1500 milliards de dollars pour faire des études supérieures. Ils révoquent les lois, les contrôles et les règlements qui freinent les pires abus de Wall Street. Ils abolissent nos libertés civiles les plus chères, y compris le droit à la vie privée et à une procédure régulière. Leurs procédures publiques, comme l’a montré le procès du nouveau juge de la Cour suprême Brett Kavanaugh, sont un théâtre politique sans vergogne qui se moque du processus démocratique.



  • L’Amérique des sans-abri. Par Chris Hedges
    https://www.les-crises.fr/lamerique-des-sans-abri-par-chris-hedges

    Source : Truthdig, Chris Hedges, 08-10-2018 8 octobre 2018 Par Chris Hedges PORTLAND, Oregon – Il est 8 heures du matin. Je suis dans les petits bureaux de Street Roots, un hebdomadaire qui imprime 10 000 exemplaires par édition. Ceux qui vendent le journal dans la rue, tous victimes de l’extrême pauvreté et la moitié […]

    • . . . . .
      Bien que les estimations des administrations fédérales situent le nombre de sans-abri du pays à 554 000, la plupart des villes – y compris Portland, qui compte officiellement environ 4 000 sans-abri – estiment que leur nombre, notoirement difficile à évaluer, est au moins trois fois supérieur. Les écoles de Portland, comme la plupart des écoles publiques du pays, constatent une augmentation de l’itinérance chez leurs élèves – 1 522 enfants dans le district scolaire de Beaverton, soit 4 % des inscriptions totales, et 1 509 dans les écoles publiques de Portland, soit 3 % des inscriptions totales. Le problème s’étend à de nombreuses petites villes de l’Oregon. À Butte Falls (429 habitants en 2010), dans le comté de Jackson, il y a 56 étudiants sans-abri, soit 30 % de l’effectif total du district. Beaucoup d’étudiants sans-abri, parce qu’ils passent souvent d’un endroit temporaire à un autre, n’apparaissent jamais dans les statistiques officielles.
      . . . . .
      De l’autre côté de la rue se trouve l’ancien Oshu Nippo News, le quotidien de langue japonaise qui a été attaqué par le FBI le 7 décembre 1941, lors de l’attaque de Pearl Harbor. Elle a été fermée et son personnel arrêté. La population japonaise du quartier a été raflée, dépouillée de tous ses biens et placée dans des camps de concentration, faisant partie des 120 000 Japonais-américains, la plupart originaires de Californie et du Nord-Ouest, qui ont été internés pendant la guerre. Des gens qui n’étaient qu’un seizième Japonais ont été arrêtés. Soixante-deux pour cent de ces personnes déplacées selon une directive d’internement étaient des citoyens américains. Il n’y a pas eu de rapports dignes de foi indiquant qu’ils constituaient un risque pour la sécurité. C’était une politique fondée sur le racisme.

      La communauté japonaise de Portland ne s’est jamais rétablie après la guerre. Les crimes passés de l’État se confondent, aux yeux de Kaia Sand, la directrice exécutive de Street Roots, avec les crimes actuels.

      « Ces familles se sont retrouvées sans-abri et incarcérées sur ordre du gouvernement fédéral », dit-elle. « Leurs possessions étaient réduites à ce qui rentrait dans des valises. Maintenant, dans ces mêmes rues, les gens transportent aussi leurs sacs et leurs chagrins sans domicile. »
      . . . . .


    • Home
      >
      Crise Sociale

      Crise Sociale
      4.octobre.2018 // Les Crises
      En route vers le servage. Par Chris Hedges
      crise sociale, USA
      Merci 23
      Je commente
      J’envoie

      Source : Truthdig, Chris Hedges, 26-08-2018

      Une manifestation en 2016 dans le Zuccotti Park de Manhattan, où le mouvement d’occupation de Wall Street a commencé cinq ans auparavant. (Corinne Segal / pbs.org)

      Vous connaissez les statistiques. L’inégalité du revenu aux États-Unis n’a pas été aussi prononcée depuis plus d’un siècle. Dix pour cent des plus riches détiennent 50 % des revenus du pays, et 1 % détient 20 % des revenus du pays. Un quart des travailleurs américains ont des salaires inférieurs à 10 $ de l’heure, ce qui les place sous le seuil de pauvreté, alors que le revenu du PDG moyen d’une grande entreprise est plus de 300 fois supérieur au salaire de son employé moyen, une augmentation massive étant donné que dans les années 1950, le PDG moyen gagnait 20 fois plus que son employé. Cette inégalité des revenus est mondiale ; 1 % de la population mondiale contrôle 40 % de la richesse mondiale. Et la situation s’aggrave.

      Quelles seront les conséquences économiques et politiques de cette inégalité ? Jusqu’à quel point la situation va-t-elle empirer avec l’imposition de programmes d’austérité et d’un nouveau code fiscal qui réduit les taux d’imposition des sociétés, permettant aux entreprises de thésauriser ou de racheter leurs propres actions au lieu d’investir dans l’économie ? Comment allons-nous survivre alors que les primes d’assurance-maladie augmentent constamment et que les programmes sociaux et d’aide sociale tels que Medicaid, les subventions Pell et les coupons alimentaires sont réduits ? De plus en vertu de la révision du code des impôts signée par le président Trump en décembre, les taux vont augmenter à long terme pour la classe ouvrière. Au cours de la prochaine décennie, la révision coûtera environ 1 500 milliards de dollars au pays. Où cela va-t-il s’arrêter ?

      Nous vivons dans un nouveau féodalisme. Nous avons été dépossédés du pouvoir politique. Les travailleurs sont piégés dans des emplois subalternes, contraints de s’endetter lourdement et de recevoir des salaires stagnants ou en baisse. La pauvreté chronique et les conditions d’exploitation au travail dans de nombreuses régions du monde, et de plus en plus aux États-Unis, reproduisent l’enfer enduré par les ouvriers à la fin du XIXe siècle. La capture complète des institutions dirigeantes par les entreprises et leurs élites oligarchiques, y compris les deux partis politiques dominants, les tribunaux et la presse, signifie qu’il n’existe plus aucun mécanisme par lequel nous pouvons réformer le système ou nous protéger contre les abus croissants. Nous nous révolterons ou deviendrons des esclaves du XXIe siècle, forcés de vivre dans la misère et brutalement opprimés par la police militarisée et le système de sécurité et de surveillance le plus sophistiqué de l’histoire humaine tandis que les oligarques au pouvoir continuent à se vautrer dans une richesse et une opulence inimaginables.

      « Le nouveau code fiscal est d’un excès explosif », m’a déclaré l’économiste Richard Wolff lors de notre entretien à New York. « Pendant 30 ou 40 ans, les sociétés ont payé moins d’impôts que jamais. Elles ont gagné plus d’argent que jamais. Elles ont pu faire stagner les salaires alors que la productivité du travail augmentait. D’un point de vue historique, c’est le pire moment pour leur accorder un autre gros cadeau, encore plus aux dépens des personnes même dont les salaires ont stagné. Leur accorder une telle réduction d’impôt, qui passe essentiellement de 35 % à 20 %, revient à une réduction de 40 %. Ce genre d’excès fou rappelle les [rois] de France avant la Révolution française, lorsque le niveau d’excès atteignit une dimension sociale explosive. Nous en sommes là. »






    • #Bernie_Sanders #USA #élections

      Source : https://www.truthdig.com/articles/et-tu-bernie-3
      17-06-2018

      . . . .
      La métamorphose de Sanders a commencé en décembre 2015 lorsqu’il a vu le raz-de-marée des soutiens à sa candidature et a pensé pouvoir remporter la nomination. Il a alors laissé tomber la rhétorique socialiste enflammée qui avait auparavant caractérisé sa campagne – il avait prononcé des discours entiers sur le socialisme démocratique juste après l’annonce de sa candidature en mai 2015. Il a engagé des consultants du Parti démocratique comme Tad Devine, qui, ironiquement, a joué un rôle dans la création des super-délégués qui ont aidé à truquer les primaires en faveur d’Hillary Clinton. Il dépensait des dizaines de millions – des quelque 230 millions de dollars qu’il a levés pendant la campagne – pour s’offrir les services de consultants professionnels. Lorsqu’il est devenu clair qu’il allait perdre, Sanders et son influent directeur de campagne, Jeff Weaver, ont commencé à coordonner étroitement la campagne Clinton. En mai 2016, Sanders avait diminué ses critiques à l’égard de Clinton et s’était rendu à la machine du Parti démocrate. Depuis, il n’a pas cessé d’être un serviteur obéissant de l’establishment du parti.

      Sanders a toujours été problématique. Son refus de condamner l’impérialisme et l’industrie de guerre – une condamnation au cœur du message du leader socialiste Eugène V. Debs – signifiait que son socialisme était mort-né. Il est impossible d’être socialiste sans être anti-impérialiste. Toutefois Sanders a-il au moins abordé la réalité de l’inégalité sociale, que l’establishment, tant républicain que démocrate, feignait de ne pas voir. Il a ramené le discours politique à la réalité. Et il a redonné son lustre au socialisme.

      M. Weaver et le directeur de campagne de Mme Clinton, M. Robby Mook, ont formé une alliance de facto dans les semaines qui ont précédé la Convention. Alors qu’elle était sur le point de commencer, WikiLeaks a dévoilé le pacte de non-agression entre les campagnes de Clinton et de Sanders. De nombreux délégués de Sanders, lorsqu’ils sont arrivés à Philadelphie en juillet 2016 pour la Convention, étaient furieux contre le vol et la fraude orchestrée par le DNC. Debbie Wasserman Schultz, la présidente du DNC et l’architecte du vol, a démissionné. Certains membres du personnel du DNC ont été licenciés.
      . . . .

      Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.