person:cyril hanouna

  • Cyril Hanouna fait déprogrammer un article du « Parisien » (Libération)
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15892-cyril-hanouna-fait-deprogrammer-un-article-du-parisien-liberation

    Cyril Hanouna lors de l’hommage national à Charles Aznavour, le 5 octobre 2018, aux Invalides, à Paris. Photo C. Ena. AFP

    L’animateur est intervenu auprès de la rédaction en chef pour se plaindre d’un papier qui a été retiré de l’édition dominicale. Les représentants des journalistes dénoncent « une atteinte inacceptable à l’indépendance éditoriale ».

    On savait que Cyril Hanouna faisait la pluie et le beau temps au sein de Canal+. Visiblement, sa capacité d’influence dans les médias va au-delà des chaînes pour lesquelles il produit des émissions. Ce week-end, l’animateur de C8 a réussi à faire retirer un article du Parisien - Aujourd’hui en France. Publié samedi sur le site internet du titre, « ce papier a été […] déprogrammé » de l’édition dominicale du journal après intervention directe par (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • A l’Assemblée nationale, Cyril Hanouna débat sur les familles monoparentales
    https://www.parismatch.com/Actu/Societe/A-l-Assemblee-nationale-Cyril-Hanouna-debat-sur-les-familles-monoparenta

    Cyril Hanouna a été convié mercredi à l’Assemblée nationale pour le Grand débat sur les mères de famille isolées. Il a retrouvé notamment Marlène Schiappa et sa chroniqueuse de « Touche pas à mon poste » Christine Kelly.

    #de_la_dyslexie_créative_encore_plagiée !

  • Cette semaine, Livo tente de résister aux fake news : la ministre Marlène Schiappa coanime un grand débat avec Cyril Hanouna sur C8 - Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc s’infiltre au milieu des casseurs - L’avocat Raphael Kempf prétend que les violences policières, qui n’existent pas, existent - En 2019 des gens manifestent pour le retour du roi, et autres nouvelles pas croyab’.
    https://www.arteradio.com/son/61660891/balance_ton_fake
    https://www.arteradio.com/auteurs/olivier_minot

    • C’est plus du jeu si Le Monde pond de telle perle c’est carrément de la concurrence déloyale.
      même en utilisant le titre, c’est nettement moins drôle :

      Le gouvernement mise sur Cyril Hanouna pour parler à minuit moins 2
      L’horloge de l’apocalypse reste aux jeunes et aux classes populaires

  • [audio] Moudenc, Maire de Toulouse, s’infiltre et balance...

    Cette semaine, Livo tente de résister aux fake news : la ministre Marlène Schiappa coanime un grand débat avec Cyril Hanouna sur C8 - Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc s’infiltre au milieu des casseurs - L’avocat Raphael Kempf prétend que les violences policières, qui n’existent pas, existent - En 2019 des gens manifestent pour le retour du roi, et autres nouvelles pas croyab’.

    Écoutez notre chère premier édile s’étaler dans son mensonge. Entre autre joyeuseté.

    https://www.arteradio.com/son/61660891/balance_ton_fake

  • Marlène Schiappa va animer un débat avec Cyril Hanouna - Le Parisien
    http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/tv/marlene-schiappa-va-animer-un-debat-avec-cyril-hanouna-21-01-2019-7993716

    La secrétaire d’Etat sera aux côtés de Cyril Hanouna le 25 janvier dans « Balance ton post ! » sur C8 pour une spéciale « Grand débat national ».

    Le Grand débat national lancé par Emmanuel Macron le 15 janvier promet encore des surprises. Selon un communiqué diffusé par C8 lundi après-midi, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité femmes-hommes et de la lutte contre les discriminations, animera vendredi 25 janvier en direct et en duo avec Cyril Hanouna l’émission « Balance ton post ! » pour une spéciale « Grand débat national » à 22h30. Un duo surprenant.

    « Elle n’est pas là en tant que Ministre pour échanger mais pour faire remonter les propositions des téléspectateurs » nous précise la production de l’émission. En plateau, Cyril Hanouna et Marlène Schiappa accueilleront plusieurs Français, Gilets jaunes ou non. « Des retraités, infirmiers, demandeurs d’emploi, commerçants, enseignants, agriculteurs » détaille la chaîne dans son communiqué, sur lequel figure le logo du secrétariat d’Etat, « pour transformer leurs problèmes en proposition. Pas de débat politique, mais un échange citoyen avec des propositions concrètes ! ».

    #gorafi #époque_formidable

    • Laurence De Cock sur Twitter cite Marlene Schiappa et réagit :

      Marlene Schiappa a dit :

      -- Novembre : « Faut parler à tout le monde, le gouvernement vit trop dans sa bulle et méprise les gens »

      -- Décembre : « Votre grand débat national ça va être de l’entre soi »

      En Janvier Marlene Schiappa va co-animer une émission avec Cyril Hanouna.

      Ce qui fait dire à Laurence De Cock :

      « Je ne vois pas du tout en quoi votre débat avec Hanouna contredirait l’affirmation de décembre. Le mépris, la marchandisation, la communication outrancière et l’avilissement du débat sont les marques de fabrique de ce gouvernement. »

      Merci à Laurence De Cock, je ne l’aurai pas dit autrement d’un gouvernement qui est en train de nous tirer en arrière et qui se démarque par son immense médiocrité. Dans ce contexte, la participation d’une représentante de ce gouvernement à l’émission de Cyril Hanouna est dans l’ordre des choses.

    • Leur logique : les contestataires sont des dégénérés, donc par définition telespectateurs d’Hanouna, on va donc s’abaisser à ras de caniveau pour calmer « ceux-qui-ne-sont-rien »

      Émission Schiappa/Hanouna : la secrétaire d’État se justifie : « c’est l’occasion de ramener le plus de monde possible vers le débat démocratique » pic.twitter.com/qfOiE84RnH
      — BFMTV (@BFMTV) 22 janvier 2019
      https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/videos-grand-debat-national-vivement-critiquee-pour-coanimer-une-emissi
      « Il y a des gens qui regardent uniquement les émissions de Cyril Hanouna, qui sont éloignées du débat politique, qui peut-être ne sont pas allées voter, qui se sentent exclues de la démocratie », a également estimé Marlène Schiappa. Pour elle, « c’est l’occasion de ramener le plus de monde possible vers le débat démocratique ». « Nous allons animer des débats avec les marcheurs et j’ai considéré que cela pouvait être intéressant de sortir de ma zone de confort et de ne pas rester uniquement avec des gens déjà acquis à notre cause et d’aller balayer le plus large possible », a-t-elle poursuivi sur franceinfo.

    • Marlene Schiappa a dit :

      -- Novembre : « Faut parler à tout le monde, le gouvernement vit trop dans sa bulle et méprise les gens »

      Animer une émission avec Hanouna, tu parles d’une ouverture !
      d’avance, c’est mépriser les téléspectateurs dans une bulle. Après tout, les téléspectateur·ices de C8 le mérite bien.

    • Schiappa tourne-t-elle rond ?

      « Ce n’est pas parce que la majorité des personnes pensent que c’est une mauvaise idée que ça l’est. Je vous rappelle que Galilée était tout seul face à la majorité pour dire que la Terre était ronde et qu’elle tournait. La majorité pensait qu’elle était plate et statique », a déclaré Marlène Schiappa.
      https://fr.sputniknews.com/france/201901231039747847-schiappa-senat-critiques-video

  • On a eu les pédophiles de l’internet, les nazis du cyberespace, Caliméro et les miches à Laëtitia, puis le 11 septembre et le complotisme, le non au référendum européen, puis le Bataclan et Charlie Hebdo, autant d’« excellentes » raisons pour « renforcer l’arsenal prout-prout ».

    Et là j’entends que l’autre nouille souhaite « une levée progressive de toute forme d’anonymat », juste parce que des gens l’appellent « Manu » sur les forums des Gilets jaunes.

    Je veux dire : je pense qu’absolument tous nos représentants sont, ont été et seront toujours de fieffés peigne-culs, mais alors, avec la macronie, on atteint des sommets du genre...

  • La violence en politique, par Aurélien Bellanger
    https://www.franceculture.fr/emissions/la-conclusion/la-violence-en-politique

    C’est pas tous les jours qu’on entend aussi finement pensée la #violence à la radio, quoi qu’on en pense par ailleurs. La réaction à côté de la plaque du présentateur au terme de la chronique le prouve d’ailleurs.

    https://media.radiofrance-podcast.net/podcast09/18292-13.12.2018-ITEMA_21919802-0.mp3

    Vendredi soir dernier, alors qu’il n’était, même rétrospectivement, pas absolument certain que la République survive à la journée du lendemain, j’étais à Bordeaux, comme un gouvernement en exil. Et comme à chaque fois que je dors à l’hôtel, j’ai regardé Cyril Hanouna à la télévision : j’ai besoin, de temps en temps, de savoir ce qu’en pensent Isabelle Maurini-Bosc et Gilles Verdez. 

    Mais ce jour là, il y avait un dispositif spécial, les chroniqueurs n’étaient pas là et la chose aurait pu s’appeler Touche pas à ma France plutôt que Touche pas à mon poste. 

    Le public était intégralement composé de #gilets_jaunes, des gilets jaunes peut-être un peu défraîchis, trois semaines après le début du mouvement — à moins qu’on ait maintenant appris, en régie, à estomper un peu l’impact visuel de ces feu-follets fluo, en atténuant les éclairages directs et en limitant la luminosité des caméras. 

    C’était un peu l’idée de l’émission : un projet d’atténuation des gilets jaunes. Cyril Hanouna jouait un rôle presque inhabituel, un rôle de modérateur plutôt que d’animateur. 

    Et il avait clairement un objectif ce soir-là : obtenir que le mouvement des gilets jaunes se désolidarise des casseurs. Obtenir une condamnation de la violence. 

    J’ai eu cette discussion depuis, avec un fin observateur du mouvement : les gilets jaunes entretiennent une dialectique étonnante avec les #casseurs, et précisément avec les plus radicalisés d’entre eux, les black Blocks, qu’on pourrait qualifier de casseurs rationnels, de casseurs léninistes : des casseurs avec un agenda #politique, une pensée précise de la violence politique, des casseurs dont les dégradations sont comme des éléments de langage, et qui seraient la partie la plus consciente, la plus vivante, des mouvements sociaux, qu’ils auraient appris à parasiter — une queue de cortège qui rêverait en tout cas d’en être secrètement la tête : « vous voulez la revalorisation du SMIC, mais ne préféreriez-vous pas voir la mort du capitalisme ? »

    Et si c’était les gilets jaunes, cette fois, qui pensaient, et les casseurs qui obéissaient à leurs mots d’ordre implicite ? 

    C’était frappant vendredi soir : Hanouna voulait vraiment leur arracher une condamnation claire de la violence, et il n’y arrivait pas vraiment. Mais je me disais que même s’il avait adopté la manœuvre adverse, ardissonienne, et voulu jeter le discrédit sur le mouvement en obtenant un soutien explicite à la violence, il n’y serait pas parvenu : la faute tactique aurait été trop évidente. 

    Les gilets jaunes étaient là, sur des tribunes qui se faisaient face, étonnamment dignes et étonnamment habiles : ce n’était pas la caricature du peuple qu’on voit habituellement dans le public des émissions de télévision, qui applaudit n’importe quoi, qui se laisse prendre à tous les tours populistes des invités. 

    On aurait dit, par instant, une assemblée constituante. 

    Une assemblée constituante faussement neutre et excessivement habile — une assemblée constituante dont les débats empreints de la plus profonde rationalité ne reposaient que sur une seule chose, sans la nommer jamais : la présence, tout autour d’elle, d’une armée de sans-culottes. Et l’assemblée n’avait évidemment aucun intérêt à s’en dissocier, comme l’y invitait Hanouna de façon insistante. 

    Mais ce qui m’a le plus frappé était la teneur des débats, dans l’élite intellectuelle que la configuration bifrontale du studio, et les impératifs d’audience, avait malgré tout conservé, au milieu de la foule. 

    Il y avait là un syndicaliste policier, des polémistes en vue et un député de la France Insoumise. 

    Leurs échanges, très vite, se sont concentrés, sur le soutien plus ou moins affiché, du leader de la France Insoumise à un certain degré de violence politique. 

    La République, le sens de l’Etat, la responsabilité historique et les années noires ont été très vites invoquées, dans le désordre et de façon volontairement polémique — et en même temps médiatiquement efficace. 

    C’était cela, le monde dans lequel j’avais grandi : un monde sans violence politique, un monde où l’appel à la violence politique valait destitution. 

    Mais les polémistes qui guerroyaient ainsi, caparaçonnés d’arguments forgés dans des débats antérieurs, ressemblaient cette fois aux chevaliers condamnés d’Azincourt.

    Ils rataient, surtout, le véritable objet du débat, la présence invisible d’une violence terrible venue de la nuit des temps et qui ruisselait par dessus les épaules dorées du public.

    Ils avaient l’air de gladiateurs dont la mise à mort était déjà actée.

    Ou plutôt de chrétiens jetés dans l’arène : car ce que le dispositif mettait à mort à travers eux, c’était une certaine idée de la douceur du monde, un pacte ancien sur le refus de la violence politique.

    • L’ultra gauche, une violence ciblée, très politique (Thomas Legrand, France Inter, 19/03/2019)
      https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-politique/l-edito-politique-19-mars-2019

      Oui, à y regarder de près, les violences de samedi sont des dégradations ciblées, très politiques et lourdes de sens. D’abord remarquons que dans le combat interne (parfois violent) entre ultradroite et ultragauche qui, dès le début du mouvement, ont décidé de le parasiter, c’est l’ultragauche qui a gagné. Les utradroites, multiformes, identitaires, royalistes, soralienne, fascistes de tous poils, font figure d’amateurs désordonnés face à une ultragauche qui suit une procédure d’action très codifiée et ne connaît plus de divisions de chapelles rédhibitoires. Beaucoup moins nombreux, souvent plus vieux, l’ultradroite n’a pas la même agilité ni, paradoxalement, la même discipline. Elle a d’ailleurs quasiment disparu des cortèges parisiens et sur le fond des revendications, la question sociale l’a aussi emporté sur la question identitaire. L’ultra gauche, nihiliste, situationniste, anarchiste, zadiste, est devenue simplement extrémiste écolo. Là aussi l’écologie a gagné. C’est une petite armée d’activistes, avec son folklore, ses uniformes noirs destinés à déjouer toutes possibilités de reconnaissance par les caméras de la police, qui se regroupe dans un rêve d’insurrection verte. N’ayant aucune revendication négociable, ni aucune assise populaire, ils n’organisent pas eux-mêmes des manifestations mais décident de s’immiscer dans de vraies mobilisations. Généralement, ils sont mal accueillis par les services d’ordre syndicaux qui, à l’occasion, s’entendent même avec la police pour les contrer. La mobilisation des Gilets jaunes, hiératique, porteuse d’une profonde colère désaffiliée de toutes organisations politiques et syndicales, est le parfait véhicule pour l’ultra gauche. 

      Ils ont gagné une bataille.

      Les ratés du maintien de l’ordre, les dégâts occasionnés par le LDB ont exaspéré les Gilets jaunes chauffés à blanc par les réseaux sociaux. Les petits groupes de black-blocks n’avaient plus qu’à se donner rendez-vous à Paris le 16. Il en est venu de toute la France et aussi de l’est de l’Europe. Contrairement à ce qu’a pu dire le président, il ne s’agit pas de plusieurs dizaines de milliers d’ultragauchistes, mais seulement de 1500. Leur violence spectaculaire, théâtralisée, est plutôt matérielle. Ce sont surtout les rois de la com’. La devanture du #Fouquet’s en feu a fait le tour du monde ! Les Champs-Élysées, le Fouquet’s donc, les magasins de luxe ou de tourisme de masse, les kiosques à journaux sont, pour eux, le symbole de la collusion de l’Etat et du capitalisme. Déjà, ils avaient su à NDDL se faire accepter de quelques agriculteurs qui ne les avaient pas rejetés et qui, finalement, ont pu retrouver leur terre. NDDL, c’est leur Austerlitz ! Là encore, les Gilets jaunes font preuve, à l’égard de cette ultragauche, d’une étonnante mansuétude, comme si cette petite troupe de noire vêtue leur servait de bras armée. Mais l’action de samedi est quand même un échec pour les black-blocks parce que leur plan était de faire la jonction avec la manif pour le climat. La police les en a empêchés. Ils y auraient reçu certainement un accueil très hostile. Mais si leur action est politique, ils sont plus agiles dans l’art de la casse éclair et de la dissimulation que dans la théorisation de leur pensée.

  • (6) Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modérateurs Facebook - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2018/11/30/dans-le-combat-final-des-gilets-jaunes-jupiter-va-affronter-des-moderateu

    Plusieurs des porte-parole du mouvement sont les administrateurs de groupes Facebook très influents. Ils conçoivent leur action dans une transparence totale et sont soumis en temps réel à la supervision et la critique de leurs congénères.

    Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modérateurs Facebook

    Dans un mouvement sans chef, qui est le patron ? A un moment, il faut bien une structure pour coordonner la lutte, déterminer une liste de revendications, répondre à la presse et négocier avec le gouvernement. Pour répondre à cette problématique, les gilets jaunes ont mis en place une « délégation » de huit « communicants officiels » chargés de prendre contact avec le gouvernement.

    Qui sont ces huit porte-parole ? Comment ont-ils été désignés ? Le sujet est inflammable au sein des gilets jaunes qui prônent une démocratie directe, un horizontalisme radical dans lequel chaque voix doit se faire entendre de la même manière. Ce n’est pas très démocratique mais l’équipe des huit s’est auto-nommée, autour d’un canal historique des gilets jaunes : Eric Drouet (qui a depuis annoncé se retirer de la délégation ce jeudi), créateur de l’événement Facebook du 17 novembre, et Priscillia Ludosky, créatrice de la pétition contre la hausse du prix du carburant qui a tout lancé.

    Dans ce nouveau genre de mobilisation, où la participation en ligne est toute aussi importante que les blocages sur les ronds-points, les chefs par défaut sont les admins des pages Facebook. Eric Drouet et Priscillia Ludosky sont maintenant tous les deux admins du groupe La France en colère !!!, qui comprend 250 000 personnes. Dans le groupe des huit, une troisième tête se dégage : le charismatique Maxime Nicolle aka Fly Rider, qui avait été invité chez Cyril Hanouna. Il gère Fly Rider infos blocages, un groupe de 62 000 personnes qui suivent ses Facebook live quotidiens.

    S’il fallait tracer les limites d’un ancien et d’un nouveau monde, Emmanuel Macron et Philippe Martinez apparaissent comparés à Eric Drouet et Maxime Nicolle comme la relique d’une époque révolue. Ces deux leaders des gilets jaunes renouvellent totalement la manière de gérer un mouvement social.

    Avec eux, tout se passe en direct sur Facebook, via des lives où les deux porte-parole se retrouvent sous un feu nourri de questions et de critiques, auxquels ils répondent toujours, avec un grand calme et une certaine responsabilité (malgré la diffusion parfois de fausses informations).

    On se demanderait presque pourquoi BFM TV ne les diffuse pas en direct à l’antenne. Ces lives n’ont pas moins de pertinence dans le conflit qu’un discours d’Emmanuel Macron ou Edouard Philippe. Alors que, parmi les gilets jaunes, plus personne ne croit au discours des médias traditionnels, ces Facebook live, et plus largement toutes les vidéos qui circulent sur le réseau, apparaissent comme le seul média fiable.

    Exemple de ces dialogues entre gilets jaunes et leurs leaders informels. Sur un live de Maxime Nicolle, un internaute lui écrit en commentaire : « Et après ça il faut accepter des milliers de jeunes migrants, j’en ai marre des gens qui se voilent la face et qui se demandent où part le fric des Français. » Très calme, sans cette panique typique du journaliste télé confronté à une question qui sort du cadre, Nicolle lit la question et répond du tac au tac : « L’immigration, elle est due à quoi ? A la France qui vend des armes à des pays qui bombardent les civils. Au lieu de traiter la conséquence en étant raciste contre les immigrés, si tu veux que ça change, faut s’attaquer à la source du problème et arrêter de vendre des armes à ces pays. »

    On peut évidemment douter de cette explication un peu simpliste, mais force est de constater que Maxime Nicolle joue là le rôle d’un corps intermédiaire – typiquement d’un leader syndical – en canalisant la colère populaire, en répondant aux inquiétudes des éléments les plus extrêmes de sa base. Dans les groupes de gilets jaunes, il y a une vraie différence entre le ton posé de ces Facebook lives, fascinants moments de débat public, et la violence parfois affligeante des commentaires.
    Démocratie de l’audience

    Nicolle et Drouet le répètent sans cesse, ils ne sont pas des chefs ou des porte-parole mais de simples « messagers » de la colère des gilets jaunes qu’ils répercutent sur les plateaux télé ou dans les palais de la République. « Il faut pouvoir informer les gens, expliquait Nicolle dans un Facebook live. Il y a des gens comme moi et d’autres qui font des vidéos parce qu’ils ont des facilités d’élocution, que d’autres n’ont pas. Si nous, on ne le fait pas, personne ne le fera à notre place. » C’est une démocratie de l’audience : le succès de leurs groupes et de leurs Facebook lives leur donne une mission d’information et de représentation par rapport aux autres gilets jaunes.

    Cela a été très peu relevé mais il s’est passé un événement considérable lors de la rencontre entre les deux représentants des gilets jaunes et François de Rugy mardi soir : la réunion a été diffusée en Facebook live par Eric Drouet, en caméra cachée, sans l’accord du ministre de l’Ecologie.

    Maxime Nicolle le disait dans une vidéo : « Je ne sais pas si je serai convoqué pour aller discuter à l’Elysée mais si c’est le cas, ce sera filmé en direct. Sinon ça ne vaut pas la peine. » Pour les gilets jaunes, une réunion avec le gouvernement ne peut qu’être diffusée en direct, sinon ils manqueraient à leur obligation de transparence et pourraient trahir, dans l’opacité des négociations politiques, les revendications de la base. La République en marche, le mouvement participatif le moins participatif de tous les temps, incapable de toute transparence, ferait bien de s’en inspirer.

    Sondage sur le groupe Facebook de Maxime Nicolle aka Fly Rider.

    La différence entre un élu politique et un représentant gilet jaune est que ces derniers sont soumis en temps réel à la supervision et à la critique de leurs congénères. On découvre là un séduisant modèle de démocratie directe.

    Commentaires les plus likés pendant le direct d’Eric Drouet au ministère de l’Ecologie.

    Contrairement à ce que pensent les gilets jaunes, persuadés que Macron les censure par l’entremise de Facebook, leur meilleur allié s’appelle Mark Zuckerberg. Le mouvement a été sans conteste aidé par le nouvel algorithme Facebook qui survalorise les contenus de groupes au détriment des contenus postés par des pages (et donc par les médias). Après quelques likes sur un groupe, on se retrouve submergé du contenu de ce groupe dans son fil d’actualités. Le nouvel algo a précipité les gilets jaunes dans une « bulle de filtre » où ils ne voient presque plus que du contenu jaune.

    Cette mise en avant des groupes résulte d’un changement de paradigme de Mark Zuckerberg, qui a décidé, à l’issue d’une tournée dans l’Amérique profonde, de développer la fonctionnalité Groupes du réseau.

    « Connecter ensemble les amis et la famille a été quelque chose très positif, déclarait Zuckerberg en 2017. Mais je pense qu’il y a ce sentiment général que nous avons une responsabilité pour faire plus que cela et pour aider les communautés et aider les gens à être exposé à de nouvelles perspectives et rencontrer de nouvelles personnes – pas seulement donner la parole aux gens, mais aussi aider à construire un terreau commun pour que les gens avancent ensemble. » Qui mieux que les groupes de gilets jaunes ont appliqué la doctrine de Zuckerberg ?

    Le patron de Facebook a pensé la fonctionnalité Groupes comme une manière de désenclaver l’Amérique périphérique : « Je vais aller dans une église et le prêtre va me dire : "Je sais que si une usine ferme dans ma ville, je vais faire de l’aide psychologique à de nombreuses personnes le mois suivant." Quelqu’un doit s’occuper de cela. Les structures qui aidaient les gens sont en train de disparaître. »

    Les admins de groupe Facebook, dont les prérogatives ne cessent d’être augmentées par Zuckerberg, sont les nouveaux corps intermédiaires, prospérant sur les ruines des syndicats, des associations ou des partis politiques. Ayant méticuleusement fait disparaître ces courroies de transmission entre lui et le peuple, Emmanuel Macron se retrouve maintenant en frontal face à des admins de page Facebook.

    Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modos. Qui vont le filmer en direct en vidéo verticale et n’hésiteront pas à le kickban s’il refuse de donner pièce à leurs revendications. Bonne chance, Manu.
    Vincent Glad auteur du blog l’An 2000 sur liberation.fr

    #Facebook #Gilets_jaunes #Mobilisation #Groupes_facebook

  • (20+) Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modérateurs Facebook - Libération
    https://www.liberation.fr/debats/2018/11/30/dans-le-combat-final-des-gilets-jaunes-jupiter-va-affronter-des-moderateu

    Dans ce nouveau genre de mobilisation, où la participation en ligne est toute aussi importante que les blocages sur les ronds-points, les chefs par défaut sont les admins des pages Facebook. Eric Drouet et Priscillia Ludosky sont maintenant tous les deux #admins du groupe La France en colère !!!, qui comprend 250 000 personnes. Dans le groupe des huit, une troisième tête se dégage : le charismatique Maxime Nicolle aka Fly Rider, qui avait été invité chez Cyril Hanouna. Il gère Fly Rider infos blocages, un groupe de 62 000 personnes qui suivent ses #Facebook_live quotidiens.

    S’il fallait tracer les limites d’un ancien et d’un nouveau monde, Emmanuel Macron et Philippe Martinez apparaissent comparés à Eric Drouet et Maxime Nicolle comme la relique d’une époque révolue. Ces deux leaders des #gilets_jaunes renouvellent totalement la manière de gérer un mouvement social.

    Avec eux, tout se passe en direct sur Facebook, via des lives où les deux porte-parole se retrouvent sous un feu nourri de questions et de critiques, auxquels ils répondent toujours, avec un grand calme et une certaine responsabilité (malgré la diffusion parfois de fausses informations).

    On se demanderait presque pourquoi BFM TV ne les diffuse pas en direct à l’antenne. Ces lives n’ont pas moins de pertinence dans le conflit qu’un discours d’Emmanuel Macron ou Edouard Philippe. Alors que, parmi les gilets jaunes, plus personne ne croit au discours des #médias traditionnels, ces Facebook live, et plus largement toutes les vidéos qui circulent sur le réseau, apparaissent comme le seul média fiable.

    Exemple de ces dialogues entre gilets jaunes et leurs #leaders informels. Sur un live de Maxime Nicolle, un internaute lui écrit en commentaire : « Et après ça il faut accepter des milliers de jeunes migrants, j’en ai marre des gens qui se voilent la face et qui se demandent où part le fric des Français. » Très calme, sans cette panique typique du journaliste télé confronté à une question qui sort du cadre, Nicolle lit la question et répond du tac au tac : « L’immigration, elle est due à quoi ? A la France qui vend des armes à des pays qui bombardent les civils. Au lieu de traiter la conséquence en étant raciste contre les immigrés, si tu veux que ça change, faut s’attaquer à la source du problème et arrêter de vendre des armes à ces pays. »

    On peut évidemment douter de cette explication un peu simpliste, mais force est de constater que Maxime Nicolle joue là le rôle d’un corps intermédiaire – typiquement d’un leader syndical – en canalisant la colère populaire, en répondant aux inquiétudes des éléments les plus extrêmes de sa base. Dans les groupes de gilets jaunes, il y a une vraie différence entre le ton posé de ces Facebook lives, fascinants moments de débat public, et la violence parfois affligeante des commentaires.

    Démocratie de l’audience
    Nicolle et Drouet le répètent sans cesse, ils ne sont pas des chefs ou des porte-parole mais de simples « #messagers » de la colère des gilets jaunes qu’ils répercutent sur les plateaux télé ou dans les palais de la République. « Il faut pouvoir informer les gens, expliquait Nicolle dans un Facebook live. Il y a des gens comme moi et d’autres qui font des vidéos parce qu’ils ont des facilités d’élocution, que d’autres n’ont pas. Si nous, on ne le fait pas, personne ne le fera à notre place. » C’est une démocratie de l’audience : le succès de leurs groupes et de leurs Facebook lives leur donne une mission d’information et de représentation par rapport aux autres gilets jaunes.

    Cela a été très peu relevé mais il s’est passé un événement considérable lors de la rencontre entre les deux #représentants des gilets jaunes et François de Rugy mardi soir : la réunion a été diffusée en Facebook live par Eric Drouet, en caméra cachée, sans l’accord du ministre de l’Ecologie.

    Maxime Nicolle le disait dans une vidéo : « Je ne sais pas si je serai convoqué pour aller discuter à l’Elysée mais si c’est le cas, ce sera filmé en direct. Sinon ça ne vaut pas la peine. » Pour les gilets jaunes, une réunion avec le gouvernement ne peut qu’être diffusée en #direct, sinon ils manqueraient à leur obligation de transparence et pourraient trahir, dans l’opacité des négociations politiques, les revendications de la base. La République en marche, le mouvement participatif le moins participatif de tous les temps, incapable de toute transparence, ferait bien de s’en inspirer.

    Sondage sur le groupe Facebook de Maxime Nicolle aka Fly Rider.

    La différence entre un élu politique et un représentant gilet jaune est que ces derniers sont soumis en temps réel à la supervision et à la critique de leurs congénères. On découvre là un séduisant modèle de démocratie directe.

    Contrairement à ce que pensent les gilets jaunes, persuadés que Macron les censure par l’entremise de Facebook, leur meilleur allié s’appelle Mark Zuckerberg. Le mouvement a été sans conteste aidé par le nouvel #algorithme Facebook qui survalorise les contenus de groupes au détriment des contenus postés par des pages (et donc par les médias). Après quelques likes sur un groupe, on se retrouve submergé du contenu de ce groupe dans son fil d’actualités. Le nouvel algo a précipité les gilets jaunes dans une « bulle de filtre » où ils ne voient presque plus que du contenu jaune.

    Cette mise en avant des groupes résulte d’un changement de paradigme de Mark Zuckerberg, qui a décidé, à l’issue d’une tournée dans l’Amérique profonde, de développer la fonctionnalité Groupes du réseau.

    « Connecter ensemble les amis et la famille a été quelque chose très positif, déclarait Zuckerberg en 2017. Mais je pense qu’il y a ce sentiment général que nous avons une responsabilité pour faire plus que cela et pour aider les communautés et aider les gens à être exposé à de nouvelles perspectives et rencontrer de nouvelles personnes – pas seulement donner la parole aux gens, mais aussi aider à construire un terreau commun pour que les gens avancent ensemble. » Qui mieux que les groupes de gilets jaunes ont appliqué la doctrine de Zuckerberg ?

    Le patron de Facebook a pensé la fonctionnalité Groupes comme une manière de désenclaver l’Amérique périphérique : « Je vais aller dans une église et le prêtre va me dire : "Je sais que si une usine ferme dans ma ville, je vais faire de l’aide psychologique à de nombreuses personnes le mois suivant." Quelqu’un doit s’occuper de cela. Les structures qui aidaient les gens sont en train de disparaître. »

    Les admins de #groupe Facebook, dont les prérogatives ne cessent d’être augmentées par Zuckerberg, sont les nouveaux corps intermédiaires, prospérant sur les ruines des syndicats, des associations ou des partis politiques. Ayant méticuleusement fait disparaître ces courroies de transmission entre lui et le peuple, Emmanuel Macron se retrouve maintenant en frontal face à des admins de page Facebook.

    Dans le combat final des gilets jaunes, Jupiter va affronter des modos. Qui vont le filmer en direct en vidéo verticale et n’hésiteront pas à le kickban s’il refuse de donner pièce à leurs revendications. Bonne chance, Manu.

    • La même info devient : « The “Yellow Jackets” Riots In France Are What Happens When Facebook Gets Involved With Local News » sur Buzzfeed News #clickbait
      https://www.buzzfeednews.com/article/ryanhatesthis/france-paris-yellow-jackets-facebook

      Cela dit on a peut-être pas fini d’entendre parler de ce changement d’algo au profit des « groupes » Facebook.

      Facebook Groups are “the greatest short-term threat to election news and information integrity” http://www.niemanlab.org/2018/11/facebook-groups-are-the-greatest-short-term-threat-to-election-news-and-i

      Intéressant O. Ertzscheid, comme d’hab.

      affordance.info: Après avoir Liké, les gilets jaunes vont-ils voter ?
      https://www.affordance.info/mon_weblog/2018/12/les-gilets-jaunes-vont-ils-voter.html

      Difficile d’évoquer la mobilisation en ligne, Facebook et le mouvement des Gilets Jaunes sans convoquer en arrière-plan ce qui s’est passé dans le cadre de la campagne électorale de Trump ou du Brexit et de ce que l’on sait aujourd’hui de la manipulation de l’opinion orchestrée par Cambridge Analytica et du rôle que cela a joué (dans l’élection de Trump et dans le vote pour le Brexit donc). 

      Les Décodeurs du Monde ont repris les listes de revendications « officielles » des Gilets Jaunes et les ont complété par les mots d’ordre revenant régulièrement sur les réseaux sociaux ou dans les manifs pour obtenir une liste d’une cinquantaine de revendications, et les ont placées sur l’échiquier politique « de Mélenchon à Le Pen ». Vous pouvez vous-même voter « oui » ou « non » pour chacune des propositions et comparer cela avec la position des leaders des principaux partis politiques lors de la dernière campagne présidentielle. Bref c’est rigolo et assez instructif. 

      Naturellement, énormément de ces propositions sont apparues, dans Facebook, sous la forme de simples posts isolés et ont généré parfois des centaines de commentaires. Certaines ont aussi fait l’objet de points particuliers lors des différents Facebook Live de Fly Rider, ou d’Eric Drouet et de Priscilla Ludowsky qui sont les principaux « attracteurs » du mouvement sur Facebook depuis leurs comptes et pages respectives.

      Pour Facebook il est donc très facile de très précisément savoir, à l’échelle de chaque profil individuel, qui a liké, commenté, approuvé ou désapprouvé tout ou partie des revendications, et de le faire revendication par revendication, profil par profil, avec un niveau de granularité très fin. Non seulement c’est très facile mais en plus c’est la base de son modèle économique, de son architecture technique, et de ses récents et récurrents ennuis ...

      Ces informations, Facebook est en capacité de les « vendre », à tel ou tel parti politique dans le cadre de n’importe quelle élection. Pour être précis - c’est important - il ne « vendra » pas « le nom de Untel qui a liké telle proposition » mais il permettra à tel annonceur agissant pour tel parti politique ou tel lobby, d’afficher la bonne publicité ou le bon argument au bon moment sur le bon profil pour le convaincre que son candidat soutient cette idée. Bref très exactement ce qui s’est produit dans le cadre du scandale Cambridge Analytica (avec toute les histoires de « dark posts » et autres « shadow profiles ») et qui, sachons-le, va continuer de se produire puisque la seule décision de la plateforme après ledit scandale fut de promettre davantage de transparence.

      #OhWait.

      On a donc, une nouvelle fois un assez gros problème qui se profile à l’horizon pour autant que l’on soit attaché à une version républicaine de la démocratie. Parce que quelle que soit l’issue du mouvement des Gilets Jaunes et indépendamment de sa temporalité propre, il est absolument évident que les prochaines élections en France vont se jouer sur la cinquantaine de thèmes qui sont présentés ici. En commençant par ceux liés au pouvoir d’achat.

      Quelle que soit l’issue du mouvement, la base de donnée « opinion » qui restera aux mains de Facebook est une bombe démocratique à retardement ... Et nous n’avons à ce jour absolument aucune garantie qu’elle ne soit pas vendue à la découpe au(x) plus offrant(s). 

      Pour autant que l’hypothèse sociologique ramenant l’essentiel du mouvement des gilets jaunes aux classes populaires et aux professions intermédiaires soit valide (et je pense qu’elle l’est comme expliqué entre autres par ici), la suite est parfaitement connue, elle est même déjà écrite.

      Le discrédit actuel des partis politiques « non radicaux » étant ce qu’il est, l’espoir de ne pas voir la France basculer sous présidence FN ne repose plus que sur le nombre de faux pas ou d’erreurs de communication que feront les leaders de ce parti fasciste et sur le charisme d’huître de leurs potentiels alliés. La seule alternative possible étant aujourd’hui à chercher du côté de la France Insoumise, à la seule condition que son leader charismatique parvienne à redescendre un peu sur terre.

      Dans mon dernier article sur le sujet je concluais en soulignant la forme « d’émancipation paradoxale » que produisait Facebook en permettant aux Gilets Jaunes d’accéder à un espace, discursif, médiatique, organisationnel et situationnel dont ces gens-là se retrouvaient privés depuis l’effondrement des corps intermédiaires supposés les représenter. 

      Il n’est pas impossible que cette émancipation leur soit également volée parce qu’une nouvelle fois, il faut le dire, le répéter et le comprendre, Facebook facilite autant les révolutions sociales qu’il en compromet la victoire. Et qu’une plateforme commerciale privée se substituant à un espace de débat public a d’abord vocation à instrumentaliser toute forme d’expression singulière ou groupale au service de ses seuls intérêts économiques. 

      Ajoutez à cela le fait que voilà des décennies que l’action politique a privé et amputé les classes populaires et intermédiaires d’un peu de leur pouvoir d’achat et de beaucoup de leur dignité. Considérez également toutes ces années où la parole et la voix de ces mêmes classes populaires et intermédiaires, pour autant qu’on leur ait permis de l’exprimer, a été niée dans son expression même, notamment au moment du référendum européen de 2005. Et puis tant que vous y serez, n’oubliez pas d’ajouter aussi toutes ces années à refuser la proportionnelle et à déconnecter toujours davantage la votation de la représentation pour s’étonner ensuite de la montée des abstentions. 

      Ce que les Gilets Jaunes sont en train de tenter de rebâtir dans une errance politique qui n’est mesurable qu’à l’aune de leur désespérance idéologique c’est, simplement, fondamentalement et essentiellement, un espace réel de revendications. Rien d’autre. Autour de ronds-points qui sont leurs assemblées. Un espace réel de revendications toutes légitimes. Oui. Toutes légitimes car toutes relevant d’un sentiment d’urgence. Et cette urgence est moins celle des fins de mois difficiles que celle d’une dignité à reconstruire. 

      Que la rationalité politique classique et les alcôves classiques du compromis (la fameuse « table des négociations ») paraissent tout à fait inatteignables n’est une surprise que pour ceux qui ont laissé ce fiasco s’organiser tant qu’il leur permettait de préserver leurs intérêts. Chaque plateau télé, chaque débat radiophonique confrontant les moins radicaux des Gilets Jaunes aux plus modérés des représentants politiques l’affirme avec l’évidence d’une formidable claque dans la gueule.

  • Plus tard, Gérard Collomb sera dans les livres d’histoire et on en aura honte 
    Migrants : « Cette crise prévoit de quitter le gouvernement dès juin 2019 »

    Trois ans après le « dieselgate », Leclerc se lance dans le marché de l’électricité pour les particuliers
    Après Total et Cdiscount, 43 millions de véhicules empoisonnent toujours l’Europe

    Affaire Benalla : « Je suis innocent », affirme d’emblée le gendre au premier jour
    Procès Pastor : « Le Sénat apparaît comme le principal contre-pouvoir de notre système présidentialiste »

    « Vous êtes cons comme la Lune » : en une petite phrase, Macron expose sa vision du travail
    « Je traverse la rue, je vous en trouve » : TF1 saisit le CSA après les propos de Cyril Hanouna
    #de_la_dyslexie_créative

  • Le Hackacon
    http://paris.hackacon.fr

    Le Hackacon
    
Imaginer et prototyper une série de produits et de services les plus stupides possible, de véritables parodies des dérives des startups aujourd’hui. Une restitution ouverte des prototypes sera accessible à tous et sera documentée sur cette page après l’événement. 



    Le Business Mortel Canvas
    En parallèle du Hackacon, pour ceux qui souhaitent s’y frotter, un “atelier” pour créer un modèle économique infernal d’un des produits stupides, modèle dont l’éthique et la morale seront plus que discutables. 


    Le Pitch Exquis
    En marge du Hackacon, sur le temps du midi, sera proposée une session de pitchs improvisés autour d’une série de slides aléatoires et imprévisibles. Un cadavre exquis revisité à la sauce Pecha Kucha, servi sur son lit de ridicule.

    Exemple : Domocratie
    Le référendum appliquée à l’utilisation de l’électroménager
    Mes chers voisins, mes chères voisines, cons de mitoyens de notre bel immeuble. L’heure est, comme chacun le sait, au partage et à la réflexion collective. Avec l’arrivée de Domocratie, c’est la possibilité pour chacun d’entre nous, grâce à une urne connectée, de décider si, oui ou non, Christiane, du 4ème, pourra faire sa lessive à 21 heures ce mardi soir. 
Achats de vote, 49.3., constitution de partis, Domocratie c’est ce que notre système a fait de meilleur dans le pire, mis en oeuvre pour la gouvernance (par d’autres) de votre domicile.

    MAIS ENCORE :
    Le Hackacon, c’est un événement de 48 heures où les participants conceptualisent leurs idées les plus débiles et réalisent des trucs stupides dont absolument personne n’a besoin.

    Aaah...

    Vous pensez sérieusement que le monde n’a pas besoin de filtres Instagram en macramé, d’une imprimante 3D à fromage, ni d’une application pour ubériser l’acné ? Vous avez parfaitement raison. C’est pourquoi le hackacon mettra à disposition pendant 48 heures tous les outils et énergies humaines permettant de donner vie à de tels projets, le 10 juin prochain au sein du Tank, à Paris.

    Mais...

    Sachez-le, il y sera malvenu de « make the world a better place », de développer un projet « disruptif » ou encore de « make sense ». Et ciao, adieu, les social entrepreneurship, les civic techs, les makers et encore des tas d’autres mots de franglais que vous trouviez pénibles – si, avouez-le.

    Donc...

    À l’issue du hackacon de Paris, chaque équipe présente son projet à un jury de spécialistes idiots, qui élit les meilleurs projets sur la base d’une méthodologie de notation rigoureuse. Ou pas.

    Le concept vous semble familier ?

    Le Hackacon est bel et bien un cousin lointain et illégitime des fabuleux Stupid Hackathons de New York et San Francisco. Pour l’occasion, nous avons un peu retouché le format pour encore plus d’absurde, de ridicule et de malaise.

    LES THÈMES SUBIS PAR LES PARTICIPANTS
    • - Le web participatif sans connexion Internet
    • - User Inexperience Design
    • - La startup à l’heure du fax
    • - Plâtrer la fracture numérique
    • - Donner leur chance aux GAFA
    • - Womansplainer le djihadisme
    • - Les avions de ligne DIY
    • - La Big Data à l’époque de Robespierre
    • - Swipe et maladies graves
    • - La dictature en méthode agile
    • - Grichka Bogdanov et les captchas
    • - Défis éthiques de la B.A. (Bêtise Artificielle)
    • - Dégrader l’expérience client : best practices
    • - Pépinières et incubateurs de projets à énergie fossile
    • - Cyril Hanouna et l’Intelligence Artificielle : coopération et tensions
    • - Le e-commerce sous Vichy
    • - La French Manucure Tech
    • - Télétravail en immobilité
    • - La République en Marche Nordique
    • - L’érotisme dans les tableurs

    LES IDÉES À LA CON DE JUIN 2017 :

    Deadissimo : L’application qui disrupte la santé
    Grace à l’application Deadissimo, faites appel à la communauté d’experts médicaux du forum Doctissimo pour diagnostiquer n’importe laquelle de vos maladies.
Vous souffrez de vertige ou d’un mal de coude ? Posez votre question et découvrez instantanément si vous allez survivre ou pas.
Vous êtes expert en médecine, vous connaissez quelqu’un qui connait quelqu’un qui a déjà eu le meme truc au coude ? Donnez votre diagnostic d’expert en swipant ! C’est facile !


    

Retrouvez la présentation officielle du projet Deadissimo pour les investisseurs. http://www.antiped.com/hackacon/paris/projets2017/deadissimo.pdf

    Ferme-la


    Smarties City est une start up référente dans le domaine des villes plus intelligentes que les autres. 
Son premier projet, Ferme-la, propose aux usagers des transports métropolitains d’accélérer la cadence du tissu ferré, en fermant plus rapidement les portes du métro. 
Depuis une webapp, accédez aux caméras de contrôle et en un clic, et le tour est joué ! 

Retrouvez la présentation officielle du projet Ferme-la pour les investisseurs. http://www.antiped.com/hackacon/paris/projets2017/ferme-la.pdf

    Ill-at-easy


    Avec ill-at-easy, finissez-en avec la dictature du bien-être, de l’esprit sain dans un corps sain et optimisez votre expérience malaise, grâce à deux devices en laine et ultra-connectés : un collier multifonctionnalités et une mooncup et à une application permettant d’exploiter au mieux les "plus" de ces deux accessoires.
    Enrichi d’un diffuseur d’air en capsule, d’électrochocs, d’un capteur cardiaque, de haut-parleurs, d’un podomètre, d’un générateur d’hologramme et d’acouphènes ainsi que d’un capteur ultra-fin des cycles de votre sommeil, votre ras-de-cou ultradesign ringardisera toutes les montres connectées du marché et vous empêchera :
    – d’avoir une activité physique saine (ex : alarme et électrochocs au-delà de 500 pas par jour),
    – de vous réveiller calmement grâce à une alarme puissante se déclenchant au début de votre sommeil paradoxal,
    – de vous détendre avec l’apparition d’hologramme de Cyril Hanouna(s) aux premiers signes de bien-être,
    – de respirer un air de qualité, grâce à des capsules d’air pollué (ex : au choix et à des tarifs différenciés : Shanghaï, Les Ulis, Mexico City),
    – de vous reposer grâce à un générateur d’acouphène dernier cri se déclenchant automatiquement en position allongée.
    Quant à la moon cup connectée, elle permettra à votre père, à votre frère ou à votre amant violent de contrôler vos menstrues en mode remote.

    La LonePod


    LonePod, la nouvelle enceinte connectée de Holmqvist, s’adresse à vous, bobos de 28 à 30 ans et demi, esseulés, amorphes, à l’existence morne. LonePod apporte à votre foyer la présence dont vous avez toujours rêvé, en agrémentant de manière très aléatoire l’ambiance de votre intérieur.
    LonePod, enceinte connectée (plus ou moins) intelligente : une expérience utilisateur incomparable et durable, un nouvel horizon social et créatif.
    https://www.youtube.com/watch?v=cqkKiRlJ3Fc

    . . . . . . .
    . . . . . . .

    #projets #imprimante_3d #technologie #cultures_numériques #uberisation #numérique #tech #silicon_valley #makers #entrepreneurship #startup #smart_city #frenchtech #technologie #débile #gorafi_encore_plagié #Artivisme #start-up #start-up-nation #Hackacon #humour

  • `“Les Guignols” s’en vont mais il reste Pascal Praud, Jean-Marc Morandini et Cyril Hanouna - Télévision - Télérama.fr
    http://www.telerama.fr/television/les-guignols-sen-vont-mais-il-reste-pascal-praud,-jean-marc-morandini-et-cy

    Pascal Praud, lui, se demandait lundi s’il devait se rendre à la cérémonie des Gérard de la télévision. En effet, seul rayon de soleil dans le sombre empire Bolloré, L’heure des pros a reçu cette semaine une prestigieuse distinction, le « Gérard de l’émission du coin où on débat entre couilles de savoir si y aurait quand même pas un problème avec les bonnes femmes et les arabes ».

    « Est-ce que vous trouvez que c’est une bonne chose ? », s’inquiète Pascal Praud. « Bien sûr, c’est une bonne chose parce que quand on caricature, c’est que l’on aime, le rassure Jacques Séguéla. Sinon, on ne caricature pas. On caricature ce que l’on aime. » « Vous croyez qu’ils nous aiment ? » « Bien sûr. Y a qu’à voir les audiences. » Et la haute tenue des débats.

  • À Paris, le restaurant L’Avenue ne veut ni Arabes ni femmes voilées
    https://www.buzzfeed.com/davidperrotin/a-paris-le-resto-des-stars-ne-veut-ni-arabes-ni-femmes

    L’Avenue, brasserie ultrachic du 8e arrondissement de Paris, aime les célébrités et ça se voit. Au fil des années, le 41 avenue Montaigne est devenu la cantine de stars comme Cyril Hanouna, la chanteuse Rihanna, Kim Kardashian et sa demi-sœur Kendall Jenner, ou encore l’actrice Sienna Miller. Plusieurs personnalités politiques françaises sont ravies d’y côtoyer l’aristocratie du show-biz mondial, pour le plus grand bonheur du propriétaire des lieux, Jean-Louis #Costes, 231e fortune de France en 2017, fondateur avec son frère Gilbert d’un empire de la #restauration.

    Ce que notre enquête montre, en revanche, c’est que la direction de L’Avenue n’aime pas trop les Arabes, ni les femmes voilées. Pour leur fermer les portes du restaurant, ils ont mis en place un véritable système discriminatoire en plusieurs étapes. Les témoignages que nous avons recueillis auprès du personnel du restaurant, les messages échangés par des employées que nous avons consultés et une lettre envoyée à l’inspection du travail mettent en lumière les méthodes mises en place par la direction pour trier cette clientèle.

    #racisme #discriminations #islamophobie #avenue

  • Cyril Hanouna fête la “journée de la femme” et Marlène Schiappa fête Cyril Hanouna | Samuel Gontier
    http://www.telerama.fr/television/cyril-hanouna-fete-la-journee-de-la-femme-et-marlene-schiappa-fete-cyril-ha

    Sur CNews, Pascal Praud confond le 8 mars avec la fête des mères. Sur C8, Cyril Hanouna reçoit la secrétaire d’Etat Marlène Sciappa avec les honneurs. Qui les lui rend bien, l’adoubant en nouveau fer du lance du féminisme. Bienvenue dans le “nouveau monde”… de Bolloré. Source : Ma vie au poste

  • L’audiovisuel public est en grave danger
    https://www.mediapart.fr/journal/france/271217/l-audiovisuel-public-est-en-grave-danger

    Emmanuel Macron veut donner le coup d’envoi d’une réforme de l’audiovisuel public. Le projet pourrait donner lieu à la création d’une holding rassemblant toutes les entreprises, ce qui renforcerait la mainmise du pouvoir. Le chef de l’État multiplie les signes de défiance à l’égard des journalistes et va jusqu’à s’afficher avec Cyril Hanouna, sanctionné pour homophobie et sexisme.

    #France #audiovisuel_public #Conseil_supérieur_de_l'audiovisuel #Delphine_Ernotte #Emmanuel_Macron #France_Télévisions #Mathieu_Gallet #Radio_France

  • La misogynie banalisée par le rire - Le Temps
    https://www.letemps.ch/societe/2017/06/06/misogynie-banalisee-rire

    La misogynie banalisée par le rire

    Les lois sur l’égalité ou contre le harcèlement sexuel ont beau exister, la femme reste une proie ou un ennemi dans la tête du misogyne, qui contourne les règles en usant désormais de l’humour. Jusque dans des émissions ciblant les ados, comme le montre Cyril Hanouna

    C’est un patron de 42 ans qui aime lancer des défis en réunion. A une employée de 26 ans, il lâche un jour : « Je vais te faire toucher une partie de mon corps, ferme tes yeux, tu dois trouver ce que c’est. » Très vite, il place la main de la subalterne sur sa braguette. Rire général. Un autre jour, une collaboratrice lui rappelle son entretien d’embauche : « Vous avez posé votre zizi sur l’épaule de votre secrétaire avec tous vos potes, en me disant : Je crois en toi. » Rire général.

    #sexisme #obscénité

    • A sa lecture, on est tentée de faire un parallèle entre les séquences télévisuelles d’agression menées par des hommes célèbres, au nom de l’humour, et une tradition de la jeunesse dorée jusqu’au XVIe siècle : le viol de « bons compagnons », commis par des nantis à qui l’on autorisait toutes les licences puisqu’il fallait bien que jeunesse se passe. La victime, servante ou veuve, était préalablement choisie, puis traînée dehors et violée. « Après quoi, quelques pièces de monnaie pouvaient lui être jetées pour signifier qu’elle était consentante. » Un viol sous forme de « rite festif d’affirmation de la masculinité », pour « fraterniser dans le partage de la chair ».
      Dégrader avec décontraction

      En 2017, les frasques de bons compagnons n’ont plus la faveur des juges. Mais la haine des femmes s’est déplacée. Dans une tribune publiée l’année dernière par le New York Times, Sam Polk, un ex-trader repenti, s’indignait d’une tradition vigoureuse à Wall Street : le « bro talk », la conversation de potes. Soit une manière de moquer les femmes en les ramenant au statut d’objet sexuel. Sam Polk y évoque ainsi son dîner avec un ponte de la finance ravi de lâcher, dans le dos d’une serveuse : « Je la renverserais bien sur la table pour lui donner de la viande », ou ces armées de traders dressés à fanfaronner : « à propos de collègues féminines : J’aimerais la prendre par-derrière ». Ou ces étudiants à Yale traversant le campus en beuglant : « Non veut dire oui. Oui veut dire sodomie. »

      Conclusion du millionnaire désormais reconverti dans l’humanitaire : « Le langage de potes produit un champ d’exclusion empêchant les femmes de progresser. Lorsque vous créez une culture où les femmes sont dégradées avec décontraction, comment pouvez-vous éprouver le désir de les promouvoir ou de travailler pour elles ? » Résultat : seulement 2% des gestionnaires de hedge funds sont des femmes…

      #fraternité #domination_masculine #misogynie #culture_du_viol #viol #oppression

    • « Comment des personnes jeunes, « modernes », « averties », tombent-elles encore dans la répartition genrée, donc inégalitaire, des tâches, alors que l’amour pousse à la réciprocité ? »

      #amour
      Encor un gros mensonge masculin sur l’amourrrr.

  • Les instruits toujours mieux informés, pour les autres, il y a Facebook et Hanouna - Mediaculture
    http://www.mediaculture.fr/information-instruction-facebook-google-hanouna

    Que reste-t-il aux moins instruits ? Ces 15 à 30% en difficulté de lecture par exemple. D’abord, il leur reste les articles gratuits des sites d’information susceptibles de faire le plus de trafic : émotionnels, polémiques, spectaculaires. Le divertissement pur.

    Il peuvent encore compter sur les journaux télévisés superficiels et dominés par des logiques d’audience qui les poussent à des hiérarchies bancales. Des émissions “d’infotainment”, qui virent de plus en plus à la farce grossière, tel l’édifiant “Touche pas à mon poste” de Cyril Hanouna. Des blogs ou vlogs de “fakes news” et autres sites alternatifs de “réinformation”, qui jouent sur la peur et l’ignorance pour raconter n’importe quoi…

    Il reste aussi Google news et désormais Apple news sur mobile qui sont un agglomérat d’infos chaudes sans aucun contexte, ni explication, sauf exception.

    Un phénomène grave qui mine la confiance des lecteurs en leurs médias, en leurs institutions et en la démocratie.

    #information

    • Je ne vois pas en quoi ces manières d’être informé

      mine la confiance des lecteurs en leurs médias, en leurs institutions et en la démocratie.

      Au contraire, visiblement ils sont content de ces médias, et a moins que ces médias disent des critiques sur les institutions et la démocratie, il y a peu de chance que ça touche ça.
      Après on pourrait dire d’un point de vue général que une mauvaise qualité d’information nuit à la démocratie, ça ok, mais ce n’est pas la même chose de dire que ça « mine la confiance des lecteurs » en ceci ou celà.

  • Précarité. La chasse aux bénéficiaires du RSA bat son plein
    http://www.humanite.fr/precarite-la-chasse-aux-beneficiaires-du-rsa-bat-son-plein-636579

    Contrôle des comptes bancaires, chantage au bénévolat… certains départements dirigés par la droite organisent un flicage très serré des plus pauvres, sautant sur le moindre prétexte pour réduire ou supprimer leurs maigres allocations.

    Régis n’est pas un cas isolé. Depuis quelques années, certains départements, pour l’essentiel dirigés par la droite, ont décidé de renforcer les contrôles des bénéficiaires du RSA. Aux avant-postes du flicage, le Nord, l’Isère, la Drôme, le Haut-Rhin et le Bas-Rhin qui, tous, se sont dotés de fonctionnaires spécialisés dans la chasse aux fraudeurs, alors même que, pour la plupart, ils s’étaient désengagés de toute politique d’insertion. « Les mêmes qui n’ont rien fait pour nous aider à nous en sortir nous accusent maintenant parce qu’il n’y a plus d’argent », constate, amer, Alain Guézou, fondateur de RSA 38 et qui avait marché en 2013 jusqu’à l’Élysée pour alerter sur le sort des allocataires. Le département le plus emblématique reste le Nord. Autorisé par la Cnil à recouper le fichier du RSA avec celui de Pôle emploi, son service de lutte contre la fraude a identifié 45 000 allocataires qui, faute d’inscription à l’ex-ANPE, risquent de voir leur RSA réduit ou supprimé

    Ailleurs, c’est la mesure prônée un temps par l’actuel ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, le contrôle des comptes bancaires des allocataires, qui est choisie. Tout revenu annexe pouvant être retranché du montant des allocations (536,78 euros pour un bénéficiaire célibataire), la moindre économie, le plus petit cadeau, peuvent se retourner contre le bénéficiaire du RSA.

    • Un truc que je ne parviens pas du tout à comprendre. Si on considère que l’argument de devoir équilibrer les comptes de la nation passe par, d’une part, augmenter les recettes et d’autre part, réduire les dépenses, et qu’on commence par réduire les recettes, en tout efficacité, est-ce qu’il ne serait pas plus facile, en efficacité pure, de poursuivre les évadés fiscaux qui sont (relativement) peu nombreux, mais qui privent la collectivité de fortes sommes, plutôt que de poursuivre (à tort), les petites gens qui, elles, sont légion et seulement porteuses de petites sommes/recettes/manques à gagner. En fait, même quand on raisonne dans leurs termes, on s’aperçoit que le raisonnement ne tient pas.

    • @sinehebdo Tu auras compris que c’était, de ma part, une question toute rhétorique.

      Hier soir à la radio j’ai choppé cette information que je n’ai pas eu le temps de recouper (et j’ai d’autres choses plus urgentes à faire) : Bolloré répondait à propsos du dérapage homophobe de Cyril Hanouna que c’était bon il s’était excusé et que cela allait bien comme ça, et le commentaire du journaliste sur ce sujet était que la chaîne C8 était liée avec la société de production de Hanouna par un contrat portant sur 250 millions d’euros. En fait je reste interdit par ce chiffre, 250 millions d’euros c’est un quart de milliard d’euros. Il peut donc y avoir de tels enjeux financiers pour une émission de télévision, de disponibilité intellectuelle ?

      Et puis après, je me suis dit, non ce n’est pas possible, mais le journaliste peut se prendre les pieds dans le tapis, dire une bêtise, et personne pour corriger ensuite. Ce qui veut dire qu’en fait plus personne n’a le sens de ce que ces sommes représentent.

      Avec 250.000.000 d’euros, on peut payer 467141 mensualités de RSA.

  • Culte de la virilité sur BFMTV et culture du viol dans “TPMP” | Samuel Gontier
    http://television.telerama.fr/television/culte-de-la-virilite-sur-bfmtv-et-culture-du-viol-dans-tpmp,1589

    Seul un “dur” de la trempe d’Emmanuel Macron saura éviter la “finlandisation” de la France, arguent des éditorialistes de BFMTV. Une heure plus tard, chez Cyril Hanouna, Julien Courbet juge qu’il serait inconvenant de parler de “sexisme” si l’auteur d’une agression sexuelle a abusé de l’alcool. Source : Ma vie au poste

  • « Cyril Hanouna », brève méditation sur un champion de l’homophobie télévisuelle décomplexée
    https://nantes.indymedia.org/articles/37828

    18 mai dernier dans l’émission télé « Touche pas à mon poste », l’animateur Cyril Hanouna s’est distingué par un canular d’une homophobie abjecte. En guise de réaction, pour exprimer notre écoeurement, nous reprenons ce texte parfait publié sur Facebook par Mathieu Magnaudeix.

    #Médias #Racisme #contrôle #social #/ #antifascisme #genre #sexualités #Médias,Racisme,contrôle,social,/,antifascisme,genre,sexualités

  • C8 : Les animateurs proposent, les annonceurs disposent, par Vincent Rey – Blog de Paul Jorion
    http://www.pauljorion.com/blog/2017/05/23/c8-les-animateurs-proposent-les-annonceurs-disposent-par-vincent-rey

    Il y a aussi une deuxième raison, pour laquelle cette histoire témoigne de notre soumission. C’est que ce sont les annonceurs eux-mêmes qui vont rendre la justice contre Hanouna , en mettant fin à son émission.

    Or si cet homme s’est rendu coupable d’homophobie, en tant que chroniqueur ou journaliste, il devrait en répondre devant de véritables tribunaux, et non pas devant quelques annonceurs effrayés par les plaintes au CSA. On voit donc qu’en cette occasion, une sorte de justice parallèle se superpose à la justice officielle, et la précède. En coupant les fonds au programme, les annonceurs se font justice eux-mêmes, en mettant fin à l’émission, alors qu’ils en sont, partiellement du moins, responsables. Si jamais ce programme disparaissait, on ne va tout de même pas s’en plaindre ! Mais on peut par contre s’en inquiéter, car si l’on accepte que Cyril Hanouna soit jugé par Bouygues, Décathlon, ou autre, sur une question aussi grave que l’homophobie, alors toutes les manipulation d’opinion sont désormais permises, pour tout ce qui est moins grave, et qui ne relève pas de la justice ordinaire.

  • Des Trump Tower pour la Palestine et des “fake news” chez Hanouna | Samuel Gontier
    http://television.telerama.fr/television/des-trump-tower-pour-la-palestine-et-des-fake-news-chez-hanouna,

    Pour suivre la visite de Donald Trump à Jérusalem, il fallait regarder une chaîne franco-israélienne, i24. Et pour comprendre l’actualité de la télé (départ de Michel Field, erreurs de Vanessa Burggraf, homophobie de Cyril Hanouna), il fallait regarder une émission de décryptage des médias, “Touche pas à mon poste”. Compte-rendu. Source : Ma vie au poste