person:danny danon

  • The steal of the century: stolen land, stolen water, stolen images – Middle East Monitor
    https://www.middleeastmonitor.com/20190627-the-steal-of-the-century-stolen-land-stolen-water-stolen

    Jared Kushner and Benjamin Netanyahu must have considered it the longest of long shots but what if the Palestinians by some wild stretch of the imagination had called their bluff on the “deal of the century”; what if they had suddenly decided to turn up in Bahrain for the “Peace to Prosperity” workshop this week?

    To guard against any such thing happening, Israel’s Ambassador to the United Nations, Danny Danon, wrote a deliberately offensive and insulting opinion piece on 24 June that the #New_York_Times was happy to publish. “What’s wrong with Palestinian surrender?” mused Ambassador Danon. “Surrender is the recognition that in a contest, staying the course will prove costlier than submission.” Having backed the Palestinians into a corner from which they could only say no, Kushner then had Danon stick the knife in.

    The message, in all its arrogance, was clear: if you don’t take what is on offer, it is going to get a hell of a lot worse. However, we know we have made it impossible for you to take what is on offer, so guess what? The two state solution is well and truly dead; the path to a greater Israel is secured; welcome to the new reality of Palestinian Bantustans in the West Bank and Gaza. And, oh yes, we promise to throw cash at you, $50 billion; that’s a lot of dosh, if you do what is commanded of you. If you don’t, well that money is off the table.

    While many commentators have rightly attacked the New York Times for publishing an openly racist and hate-mongering piece, they may have missed the larger significance of what is happening at speed in the killing of the two-state solution. The day before the Danon article, US National Security Advisor John Bolton accompanied the Israeli Prime Minister to land overlooking the Jordan Valley, the most fertile region of the West Bank. Nearly 90 per cent of the valley has been allocated to Israeli settlements and agriculture, in violation of UN Security Council Resolution 242 and international law.

    #vol #voleurs #sans_vergogne #Palestine #impunité #etats-unis #sionisme

    • Note : cette vidéo est sur le compte officiel de la mission permanente d’Israël à l’ONU, c’est donc la mission elle-même qui a choisit, sur les plus de 18 minutes de l’intervention, d’extraire l’image de Danon se couvrant la tête pour lire dans la Bible.

      Dans la version en hébreux, la vignette choisie est celle où il brandit le livre :
      https://www.youtube.com/watch?v=ZenZ3YAvzEk

      שגריר ישראל לאו"ם, דני דנון, נואם במועצת הביטחון ב-29.4.2019 ומסביר את הקשר הנצחי וההיסטורי בין העם היהודי לארץ ישראל. צפו ושתפו

    • séquence de 3’15" à 5’10",…

      #laïcité !!!

      Affirmer dans cette enceinte, la révélation divine, alors qu’on retrace assez bien le cheminement de sa rédaction, déjà à des fins de justification géopolitiques. Il faut le faire. À sa décharge (?), comme il le dit lui-même, les autres #religions du Livre ne contestent pas le caractère révélé des textes sacrés brandis.

    • L’ambassadeur d’Israël à l’ONU démontre la légitimité d’Israël en citant devant l’assemblée un texte de la Bible
      Mai 05, 2019
      https://www.europe-israel.org/2019/05/lambassadeur-disrael-a-lonu-demontre-la-legitimite-disrael-en-citant-

      Lundi 29 avril, à l’occasion d’une session extraordinaire au Conseil de Sécurité des Nations Unies, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU Danny Danon a brandi et lu la Bible afin de démontrer la légitimité d’Israël.

      Pour Danny Danon, quatre piliers attestent la légitimité d’Israël sur le territoire actuel, « la Bible, l’histoire, le droit international et le recherche de la paix et de la sécurité internationales ». Pour développer son premier point, l’ambassadeur a tout simplement fait référence à la Bible, lisant devant l’assemblée le texte de Genèse 9 dans lequel Dieu fait alliance avec Abraham.

      En vertu de cette alliance, je serai ton Dieu et celui de ta descendance après toi. Je te donnerai, ainsi qu’à ta descendance, ce pays de Canaan où tu vis maintenant en étranger. Il sera votre propriété pour toujours. Et je serai le Dieu de ta descendance.
      Genèse 19:7-8

      À la suite de cette lecture, le diplomate a levé son Tanach et déclaré en s’adressant à l’assemblée, « Ceci est l’acte de notre pays ».

      « Du livre de la Genèse à l’exode des Juifs, de l’Égypte à la réception de la Torah sur le mont Sinaï et à la réalisation de l’alliance de Dieu sur la terre sacrée d’Israël, la Bible dresse un tableau cohérent. Toute l’histoire de notre peuple et notre relation avec Eretz Israël commence ici même. »

      Déclarant que les 3 religions monothéistes – judaïsme, christianisme et islam – affirment le lien du peuple juif avec Israël, il poursuit.

  • Dessin antisémite : le New York Times doit rendre des comptes, selon Israël
    Le Figaro, le 29 avril 2019
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/dessin-antisemite-le-new-york-times-doit-rendre-des-comptes-selon-israel-20

    Le quotidien américain New York Times, même après avoir exprimé des excuses, doit rendre des comptes après la publication d’un dessin antisémite, a estimé lundi l’ambassadeur israélien à l’ONU, Danny Danon, sans dire s’il pensait à des poursuites judiciaires.

    Comment ne pas penser à un choc simulé, ou pour le moins exagéré, pour se venger contre le #New-York_Times qui, depuis quelques mois, ouvrait ses pages aux critiques d’israel comme rarement il le faisait avant, et comme je l’ai déjà signalé ici :
    https://seenthis.net/messages/752002

    #Palestine #USA #BDS #dessin #antisémitisme

    • Entre septembre 2018 et avril 2019, c’est un à deux articles par mois qui sont publiés sur la situation en israel-Palestine, avec un ton particulièrement critique contre israel et la position de Trump, particulièrement ouvert à discuter de la pertinence du boycott, particulièrement incisif sur la violence israélienne à Gaza, et clairement à l’encontre de la tradition généralement pro-israélienne du New-York Times
      https://seenthis.net/messages/793061

      Fin avril, une caricature est publiée, dénonçant le soutien aveugle de Trump à la politique israélienne. Jugé antisémite, le dessin est retiré, le dessinateur conspué et le New-York Times décide de ne plus publier de caricature. Repris en main, on note aussi que depuis lors, aucun article notable n’ya été publié qui critiquait israel...

  • Discours de Hagai El-Ad au Conseil de sécurité des Nations Unies, le 18 octobre 2018
    AURDIP | 20 octobre | B’Tselem |Hagai El-Ad
    https://www.aurdip.org/discours-de-hagai-el-ad-au-conseil.html

    Hagai El-Ad, Directeur exécutif de B’Tselem, a pris la parole devant le Conseil de sécurité des Nations Unies ce soir, à la session trimestrielle prévue par la résolution 2334.

    Merci, Monsieur le Président,

    Merci, membres du Conseil de Sécurité,

    Il est très difficile, voire impossible, de décrire l’indignité, l’outrage et la souffrance d’un peuple privé de droits pendant plus de cinquante ans. Ici, dans ces locaux, il est difficile de donner corps aux vies que les Palestiniennes endurent sous occupation. Mais bien plus grande que cette difficulté, est celle de faire face à une existence intolérable au quotidien, d’essayer de vivre, de fonder une famille, de développer une communauté dans ces conditions.

    Cela fait bientôt deux ans que j’ai eu l’honneur d’être convié à témoigner devant ce Conseil. Deux ans de plus d’occupation, deux ans durant lesquels la routine des 49 années d’occupation s’est prolongée. Depuis ma dernière présentation ici, 317 Palestiniens ont été tués par les forces de sécurité israéliennes, et treize Israéliens ont été tués par des Palestiniens. Israël a démoli 294 maisons palestiniennes, et a continué d’effectuer des arrestations quotidiennes, notamment de mineurs. Des colons israéliens ont vandalisé et déraciné des milliers d’oliviers et de vignes. Les forces de sécurité israéliennes ont continué, sur une base régulière, d’entrer dans des maisons palestiniennes, parfois au milieu de la nuit pour réveiller des enfants, noter leurs noms et les prendre en photo. Les Palestiniens ont perdu d’innombrables heures à attendre aux check-points, sans explications. Et ainsi se poursuit la routine de l’occupation. (...)

    • The Real Hero Is the B’Tselem Chief
      Gideon Levy Oct 20, 2018 9:22 PM
      https://www.haaretz.com/opinion/.premium-the-real-hero-is-the-b-tselem-chief-1.6574668

      On the day the world realizes that the UN ambassador is Israel and Hagai El-Ad represents a muzzled minority, maybe its forgiving attitude toward Israel will change

      Who contributes more to Israel’s status in the world, UN Ambassador Danny Danon or B’Tselem director Hagai El-Ad? Who generates more respect, the diplomat or the human rights activist? Which of the two disgraced Israel with his words and who retained some of its humane image? Who told the truth and who lied? Whom does the world believe – excluding Nikki Haley, the only true collaborator in the hall – and whom can the no world no longer believe?

      They sat opposite each other at the Security Council – two Israelis of the same age, born here, army veterans, with totally different worldviews and conflicting moral standards. Their values are contradictory and their information on what’s happening under the occupation is divergent. One relies on the lies of Israel’s propaganda machine while the other’s views are based on the investigative efforts of an organization whose work couldn’t be more reliable and professional.

      El-Ad reminded the world of something the world still clings to, the belief that there is still a difference between Israel and Saudi Arabia. Danon tried to erase the difference with his pitiful response: “IDF soldiers protect you and you come here and slander them. You should be ashamed, collaborator.”

      Danon is a faithful representative of the majority in Israel. His appearances are important – he reminds the world that the illusion of the “only democracy in the Middle East” must be dispelled. On the day the world realizes that Danon is Israel and El-Ad represents not just a negligible minority but one muzzled by an aggressive majority, maybe its forgiving attitude toward Israel will change.

      The reactions in Israel only intensified the damage wrought by Danon. Not only the right pounced on El-Ad with viciousness – the center-left took part in the fascist revelry as well. There was Yair Lapid, as could only be expected. There were Zionist Union Knesset members such as Ayelet Nahmias-Verbin (“these are one-sided texts deserving every condemnation”) and Eitan Cabel (“hateful words and an abomination”). Their words attested to the urgency of dispensing with this party and its rotting ideas. None of their colleagues came to El-Ad’s defense – how shameful. There is no alternative to the rule of the right.

      El-Ad showed the truth – naked, ugly and disturbing. Anyone calling him a snitch actually admits to this truth and is ashamed of it. It’s not only El-Ad’s right to behave this way, it’s his obligation. The occupation is not and cannot be an internal Israeli matter. The abuse of people without rights under a military tyranny in occupied territory is an international crime.

      Anyone seeing these crimes must report them to the authorities. If you see a man striking a woman or abusing a child or some other helpless creature, you have an obligation to report it to the police. If you see a tyrannical government abusing another nation for decades, killing, destroying, causing hunger, imprisoning people and blocking medical aid, you are obliged to report this to the United Nations, to The Hague and to other international institutions.

      El-Ad fulfilled his civic and moral duty. The chorus of his detractors knows this, which is why it’s so vicious and strident. If Danon really believed his own hollow speeches at the United Nations, he wouldn’t be alarmed at one Israeli speaking out differently. But Danon and Cabel, Benjamin Netanyahu and Miri Regev know that not one word in the restrained and to-the-point speech by El-Ad wasn’t truthful. This is why their reaction was so aggressive.

      El-Ad was modest, as is his wont. He said he was no traitor or hero; the Palestinians are the true heroes. He’s right, of course. Every demonstrator along the Gaza border is far more courageous than any Israel sniper shooting him from a distance. Every shepherd at the Bedouin village of Khan al-Ahmar exudes more justice than the entire chorus of those attacking B’Tselem.

      But El-Ad too is a hero; he’s the ambassador of Israel as it should be, a public relations officer of an alternative Israel, a beautiful and just one. Now we have to be concerned about his safety. He has been marked as a target and must wear a bulletproof vest. If he comes to harm we’ll remember those who are to blame: Not just people on the right, but also the sanctimonious hypocrites on the center-left – Lapid, Cabel and Nahmias-Verbin, the spokespeople of Israel’s shameful and imaginary opposition.

    • réaction à son intervention d’il y a deux ans :

      Le chef de B’Tselem est “un vrai patriote”, selon des sources de l’unité d’élite où il a servi
      Hagai El-Ad est décrit comme un excellent soldat qui a grandement contribué à la sécurité d’Israël par ceux qui ont servi avec lui dans l’unité 504, élite du renseignement
      Par Alexander Fulbright 31 octobre 2016,
      https://fr.timesofisrael.com/le-chef-de-btselem-est-un-vrai-patriote-selon-des-sources-de-lunit

      Hagai El-Ad, le directeur de B’Tselem, est un « vrai patriote », qui a apporté une contribution inestimable à la sécurité d’Israël quand il servait dans l’une des unités d’élites les plus secrètes de l’armée israélienne, ont déclaré dimanche des sources internes à l’unité, dans un contexte de tempête médiatique et politique après son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci.

      Il avait à ce moment demandé une intervention mondiale contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

      Pendant la session du 14 octobre, El-Ad avait dénoncé la “violence invisible et bureaucratique” qui domine la vie des Palestiniens “du berceau à la tombe”, faisant notamment allusion aux contrôles exercés lors de l’entrée et de la sortie des Territoires et les droits liés à l’agriculture.

      Hagai El-Ad, le directeur de B’Tselem, est un « vrai patriote », qui a apporté une contribution inestimable à la sécurité d’Israël quand il servait dans l’une des unités d’élites les plus secrètes de l’armée israélienne, ont déclaré dimanche des sources internes à l’unité, dans un contexte de tempête médiatique et politique après son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci.

      Il avait à ce moment demandé une intervention mondiale contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

      Pendant la session du 14 octobre, El-Ad avait dénoncé la “violence invisible et bureaucratique” qui domine la vie des Palestiniens “du berceau à la tombe”, faisant notamment allusion aux contrôles exercés lors de l’entrée et de la sortie des Territoires et les droits liés à l’agriculture.
      El-Ad a servi au sein de l’unité entre 1987 et 1991, aux côtés de l’actuel coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), Yoav Mordechai, qui est responsable de la mise en place des politiques du gouvernement israélien en Cisjordanie, selon la chaîne.

      Pendant ces années, a annoncé la Dixième chaîne, l’unité travaillait principalement dans le sud du Liban pour mettre en place des réseaux d’informateurs.

      Pendant son discours, El-Ad avait déclaré qu’Israël a utilisé le processus de paix « pour acheter du temps » afin d’établir des faits sur le terrain pour les implantations.

      Le pays ne peut pas occuper un peuple pendant 50 ans et se dire démocratique, a-t-il déclaré, ajoutant que les droits des Palestiniens devaient être réalisés, et que l’occupation devait cesser.

      https://www.youtube.com/watch?v=NE5x4IqxTq0

  • Israeli lawmaker’s attack on celebrity Jewish-Arab marriage echoes Nazi ideology

    MK Oren Hazan accused TV anchor Lucy Aharish of seducing Fauda actor Tzahi Halevi in order to hurt Israel – and Netanyahu said nothing

    Yossi Verter SendSend me email alerts
    Oct 11, 2018

    https://www.haaretz.com/israel-news/.premium-mk-s-attack-on-celebrity-jewish-arab-marriage-echoes-nazi-ideology

    Knesset Member Oren Hazan (Likud), he of the infamous selfie celebrating the passing of the nation-state law, has identified a terrorist cell. This cell has a single member – TV anchorwoman Lucy Aharish.
    This week the Arab journalist carried out a terrorist act intended to lower the Jewish birthrate when she married actor Tzahi Halevi. “She seduced a Jewish soul with the aim of harming our country and preventing more Jewish offspring from perpetuating the Jewish line,” the racist, ignorant and repulsive MK tweeted.
    Substitute the word “German” for “Jewish” here and you’ve got the Nazi racial doctrine. Talk of racial purity, prevention of “assimilation,” seduction of the male and hostile exploitation of his fine, pure seed for nationalist purposes. In the name of such an ideology, six million Jews were murdered in Europe.

    Next week, the Knesset opens its winter session. The Likud MK will address the parliament from the podium. He will vote in committees. No boycott will be imposed on his party faction. He will not be penalized. He will exchange high-fives and pats on the back with the gang who appeared in the selfie. They deserve each other.

    Tzachi Halevy and Lucy Aharish.Vered Adir, David Bachar
    But something can still be done. A few months from now, when an early election is announced, Likud will hold a primary for its slate for the 21st Knesset. Like the rest of the bunch who were elected on the basis of their districts in the last primary, this time Hazan will have to run on the national list. There the hurdle is much higher. The last time around, when he ran in the Samaria district, he needed just 2,000 or 3,000 votes. This time he’ll need 20,000 to gain a top-20 slot (the district winners will be ranked after them). Whoever marks Hazan’s name on the ballot despite this repugnant tweet and everything else we now know about the guy will directly harm Likud.
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    In any event, given the party’s primary system, at least a third of the current MKs will likely be gone in the next Knesset. The math is simple: Twenty-nine will run for re-election (all but Benny Begin). Plus, four candidates not currently in the Knesset are likely to be elected to the list: Gideon Sa’ar, Danny Danon, Yoav Galant and Nir Barkat. That makes 33. The national list that comprises the top 20 will include no more than 18-19 of these people. In other words, we’ll have to bid farewell, happily or otherwise, to some 15 MKs.
    On Thursday we waited in vain for the Likud chairman (and Hazan’s selfie buddy) to denounce the disgusting tweet. Netanyahu chooses his condemnations carefully. What starts with “droves of Arabs are streaming to the polls” culminates in the seduction by Arab women of Jewish men so as to suppress the Jewish birthrate.
    We also waited in vain for any fatherly scolding from the prime minister of his elder son Yair for his hateful, invective-filled Facebook post aimed at Television News Company analyst Amnon Abramovich. No point expecting any such thing from Netanyahu. They are all his sons.

  • Nations unies : #Jérusalem : l’#ONU condamne la décision US - Monde - 24heures.ch
    https://www.24heures.ch/monde/jerusalem-onu-condamne-decision-us/story/13868033

    "Les #Etats-Unis se souviendront de cette journée qui les a vus cloués au pilori devant l’Assemblée générale pour le seul fait d’exercer notre droit de pays souverain », avait peu auparavant déclaré Nikki Haley, l’ambassadrice américaine auprès de l’ONU. « Aucune résolution de l’Assemblée générale ne nous chassera de Jérusalem », avait affirmé pour sa part l’ambassadeur israélien Danny Danon au pupitre de l’Assemblée.

    #chutzpah #sans_vergogne #Palestine

  • Dani Danon Elected Deputy President of UN General Assembly - Breaking Israel News | Latest News. Biblical Perspective.
    https://www.breakingisraelnews.com/88934/dani-danon-elected-deputy-president-un-general-assembly

    Dani Danon Elected Deputy President of UN General Assembly

    Un faucon nommé vice-président de l’Assemblée générale des Nations_Unies.

    Au passage, on note une énième recomposition « politique », la Syrie, l’iran et le... Qatar ayant rejeté cette décision, rappelant notamment qu’israël récuse les décisions de l’AG des NU depuis des dizaines d’années :

    UN : Rejection of Israel as General Assembly Vicepresident
    United Nations, May 31 (Prensa Latina) Iran, Qatar and Syria rejected the election of Israel as one of the State Vice Presidents of the General Assembly.
    http://www.plenglish.com/index.php?o=rn&id=13622&SEO=un-rejection-of-israel-as-general-assembly-vi

  • L’UNESCO adopte - encore - une résolution ignorant la relation entre judaïsme et Jérusalem | The Times of Israël
    http://fr.timesofisrael.com/lunesco-adopte-encore-une-resolution-ignorant-la-relation-entre-ju

    L’UNESCO adopte – encore – une résolution ignorant la relation entre judaïsme et Jérusalem
    La résolution, qui rejette la souveraineté israélienne sur toute Jérusalem, Est comme Ouest, a été fustigée par Danny Danon, qui la juge “honteuse”

  • Richard Falk : la colère envers mon rapport sur l’apartheid met en danger la liberté d’expression
    Middle East Eye | Richard Falk | 29 mars 2017
    http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/richard-falk-la-col-re-envers-mon-rapport-l-onu-392190213

    Je suis arrivé à Édimbourg le 13 mars pour entamer une série de conférences de dix jours organisées par mon éditeur, Pluto, pour le lancement de mon nouveau livre, Palestine’s Horizon : Towards a Just Peace.

    La phase écossaise de cette visite s’est déroulée sans heurts avec des entretiens et des discussions très suivies à Aberdeen, Glasgow et Édimbourg sur les thèmes principaux du livre.

    Puis, le 15 mars, le calme a été brisé.

    La Commission économique et sociale des Nations unies pour l’Asie occidentale (CESAO) a publié un rapport que j’ai co-écrit avec Virginia Tilley, politologue à l’Université du Sud de l’Illinois, lequel cherchait à déterminer s’il existait des preuves suffisantes pour conclure que les formes de contrôle exercées par Israël sur le peuple palestinien constituaient le crime international d’apartheid.

    Il s’agissait d’une étude universitaire qui analysait les questions pertinentes du point de vue du droit international et résumait les pratiques et les politiques israéliennes présumées discriminatoires.

    Avant d’être publiée, cette étude avait été envoyée par la CESAO pour examen à trois éminents spécialistes internationaux des droits de l’homme et du droit international, et chacun avait présenté des avis très favorables à la contribution scientifique du rapport.

    Alors pourquoi cette véritable tempête ? Dès sa sortie à Beyrouth lors d’une conférence de presse à laquelle le professeur Tilley et moi avons participé via Skype, la furie s’est déchaînée.

    D’abord, le rapport a été dénoncé par la nouvelle ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley, et par le diplomate et agitateur israélien Danny Danon.

    Rapidement a suivi une déclaration publiée par le nouveau secrétaire général des Nations unies, António Gutteres, indiquant qu’« en l’état, le rapport ne représente pas les vues du secrétaire général » et qu’il a été publié « sans consultation auprès du Secrétariat de l’ONU ».

    La directrice de la CESAO, Rima Khalaf, titulaire de la haute fonction de secrétaire générale adjointe, a été chargée de retirer notre rapport du site web de la CESAO et a choisi de démissionner par principe plutôt que de se plier à cet ordre.

    Interprétation académique

    Il y a tellement de « fausses informations » entourant cette réponse à notre rapport qu’il devient difficile de séparer la vérité de la rumeur.

    L’ambassadrice Haley, par exemple, a affirmé avec autosatisfaction : « Lorsque quelqu’un publie un rapport faux et diffamatoire au nom de l’ONU, il convient que cette personne démissionne ».

    Le rapport était clairement étiqueté comme étant le travail d’universitaires indépendants et ne reflétait pas nécessairement les opinions de l’ONU ou de la CESAO. En d’autres termes, il ne s’agissait pas d’un rapport de l’ONU, ni d’un rapport approuvé par l’ONU.

    Au-delà de cela, comment pourrait-il être « faux et diffamatoire » alors que son analyse ne représentait ni plus ni moins qu’une interprétation savante d’un concept juridique et une présentation des pratiques israéliennes ?

    L’ambassadeur Danon, comme Haley, a qualifié le rapport de « méprisable » et de « mensonge flagrant ». Il a apparemment oublié que différents dirigeants israéliens avaient averti depuis au moins 1967 que si un État palestinien séparé n’était établi bientôt, Israël deviendrait un État d’apartheid.(...)

  • Des activistes du mouvement BDS interrompent une conférence de Danon | The Times of Israël | 14 février 2017, 18:30
    http://fr.timesofisrael.com/des-activistes-du-mouvement-bds-interrompent-une-conference-de-dan
    https://www.youtube.com/watch?v=9RCPxq-dwh4

    Des activistes du mouvement de boycott d’Israël ont perturbé un discours de l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny Danon, à l’université de Columbia hier soir.

    Une centaine de militants sont entrés dans l’amphithéâtre, en scandant des slogans « la Palestine sera libre, de la rivière à la mer », et « Israël, État terroriste », alors que Danon s’exprimait devant 300 étudiants, selon Ynet.

    Danon a réagi en proposant aux manifestants de rester l’écouter : « au lieu d’inciter et de mentir, prenez une chaise, vous apprendrez peut-être quelque chose », a-t-il dit.

    #BDS

  • Presidente de AGNU se pone pañuelo palestino en apoyo a Palestina - HispanTV, Nexo Latino
    http://www.hispantv.com/noticias/palestina/325932/presidente-asamblea-general-apoya-palestina-panuelo

    Peter Thomson, diplomate fidjien, président de l’Assemblée générale des Nations unies.

    En reacción, el representante israelí ante las Naciones Unidas, Danny Danon, rechazó la iniciativa de Thomson y consideró que el único objetivo de la reunión era “atacar y manchar” al régimen de Tel Aviv.

    #palestine

  • Israel still outraged by new ’softened’ version of UNESCO resolution
    http://www.maannews.com/Content.aspx?ID=773732
    Oct. 26, 2016 5:08 P.M. (Updated: Oct. 26, 2016 5:08 P.M.)

    BETHLEHEM — A new version of a UNESCO resolution that strongly condemned Israeli policies in the occupied Palestinians territory was approved on Wednesday after widespread uproar from Israel and its supporters claimed that the previous text denied Jewish ties to the location of the Al-Aqsa Mosque compound in East Jerusalem’s Old City.

    The resolution was backed by ten World Heritage Committee members states, opposed by two, with eight abstaining.

    However, Israeli media sites reported that the revised version continued to “ignore Judaism’s connection” to the holy site, as the text still only referred to the compound by its Arabic and Muslim names — Al-Aqsa or al-Haram al-Sharif — and not as the Temple Mount as it is known to Jews.

    Amid the uproar, the issues raised in the resolution itself regarding several Israeli policies against Palestinians at the holy site have largely fallen to the wayside.

    As a Palestinian representative to UNESCO put it after the initial text was approved, the resolution was “about occupation, not about a name,” asserting that the Geneva Conventions required the site be referred to by the name that predated Israel’s illegal occupation of East Jerusalem in 1967.

    The wording of the new resolution was “softened,” according to Israeli newspaper Haaretz, removing the term “occupying” force in regards to Israel, and now refers to the Western Wall by its Jewish name and not in quotations as it had been previously.

    However, Israel’s ambassador to UNESCO, Carmel Shama-Hacohen, reportedly said after the vote: “This is yet another absurd resolution against the State of Israel, the Jewish people and historical truth.”

    Israel’s ambassador to the United Nations, Danny Danon, also slammed the new resolution, saying, “UNESCO embarrassed itself by marching to the tune of the Palestinian pipers. All attempts to deny our heritage, distort history and disconnect the Jewish people from our capital and our homeland, are doomed to fail.”

    #UNESCO

    • Israël rappelle son ambassadeur à l’UNESCO en riposte au nouveau vote
      Par i24news | Publié : 26/10/2016
      http://www.i24news.tv/fr/actu/international/128593-161026-nouveau-vote-de-l-unesco-niant-les-liens-entre-judaisme-et-jer

      « Le théâtre de l’absurde continue » a lancé le Premier ministre israélien

      Israël a rappelé mercredi son ambassadeur à l’UNESCO pour protester contre l’adoption du Comité du patrimoine mondial d’une résolution niant à nouveau le lien millénaire entre les Juifs et leurs lieux saints à Jérusalem.

      « Le théâtre de l’absurde continue, j’ai décidé de rappeler notre ambassadeur à l’Unesco pour consultations et nous allons décider des mesures à prendre face à cette organisation », a indiqué un communiqué du bureau du Premier ministre.

      L’ambassadeur israélien, Carmel Shama-Cohen, a pour sa part affirmé à la radio publique qu’Israël étudiait « la possibilité de rompre tout contact avec l’Unesco ».

      Gil Taïeb, vice-président du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) s’est exprimé mercredi soir sur i24news au sujet du nouveau vote de l’Unesco.

      M. Taïeb a exprimé « une fois de plus la colère devant un vote aussi détestable ».

      « Ce n’est pas un vote de l’Unesco contre Israël, là on est dans l’antisémitisme pur », s’est révolté le vice-président du CRIF.

      Il affirme que « nier les racines du peuple juif » revient à « également par voie d’extension nier les racines judéo-chrétiennes du monde » avant de décrier « un nettoyage ethnique auquel participe l’Unesco ».

      « Aujourd’hui on s’attaque aux Juifs, demain on s’attaquera aux Chrétiens, après-demain aux Bouddhistes et il ne restera plus sur cette planète qu’une seule religion, celle de l’islam intégriste qui nie aux autres le droit d’exister », a-t-il ajouté.

  • ONU : un Israélien à la tête d’une grande commission
    LAURENT LARCHER, le 14/06/2016 à 18h03
    http://www.la-croix.com/Monde/Moyen-Orient/ONU-Israelien-tete-grande-commission-2016-06-14-1200768614

    Pour la première fois depuis 1949, un Israélien se retrouve à la tête d’une commission de l’Assemblée générale de l’ONU. Danny Danon a en effet été élu président de la commission chargée des questions juridiques, malgré l’opposition des pays arabes.
    (...)
    Comment Israël a obtenu ce poste ?

    C’est le Groupe des États d’Europe occidentale et autres (GEOA), l’un des plus importants blocs régionaux non officiels votant aux Nations unies, qui a proposé la nomination d’Israël à la présidence du Sixième Comité de l’Assemblée Générale de l’ONU. Le GEOA comprend 28 États membres et deux observateurs : tous les États d’Europe de l’Ouest (24 pays), la Turquie, l’État d’Israël, les États-Unis, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie.

    En principe, les présidences des commissions principales de l’Assemblée générale sont attribuées par roulement et sont en général confirmées sans vote. Mais face à la proposition du GEOA de nommer Israël, le Yémen, au nom du groupe arabe, s’y est opposé et a demandé un vote. Danny Danon a obtenu 109 voix sur les 193 pays membres.
    (...)
    « Nous n’acceptons pas qu’un pays qui viole les lois internationales comme Israël puisse statuer sur des questions juridiques à l’ONU » , a affirmé à la presse l’ambassadeur yéménite, Khaled Alyemany, qui préside actuellement le groupe arabe à l’ONU.

  • ONU : salle comble pour la conférence mondiale anti-BDS
    Par i24news \ Publié : 01/06/2016
    http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/diplomatie-defense/115290-160601-onu-salle-comble-pour-la-conference-mondiale-anti-bds

    Plus de 2.000 étudiants, des militants pro-israéliens, des diplomates et des dirigeants juifs ont participé mardi à la plus grande conférence internationale anti-BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) du monde.

    La conférence intitulée « les ambassadeurs contre le BDS » était organisée par Danny Danon, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU.

    La conférence a débuté avec l’hymne national israélien, la « Hatikvah », avant des discours de hauts responsables internationaux, et même un concert de musique de reggae donné par l’artiste Matisyahu.

    Danny Danon a appelé les personnes présentes à s’unir dans la lutte contre le mouvement de boycott anti-israélien.
    « La vérité est que l’unité est l’arme la plus efficace contre le BDS », a déclaré Danon.
    « Le BDS est représente l’antisémitisme moderne, et nous devons nous unir pour exposer son vrai visage et ainsi y mettre un terme », a-t-il affirmé.
    (...)
    « Nous devons continuer à travailler, nous devons changer la réalité sur les campus, dans les palais de justice, et ici, à l’ONU, nous ne laisserons pas les forces de la haine diaboliser Israël. Ensemble, nous vaincrons le mouvement BDS », a proclamé l’ambassadeur Danon.
    (...)
    Par ailleurs, l’ambassadeur palestinien Riyad Mansour a critiqué la tenue de la conférence, la qualifiant de « mince affaire », et s’apparentant à « une reconnaissance de l’échec des dirigeants israéliens dans les universités américaines et les collèges » vis à vis du mouvement.
    Il a ajouté que la question du BDS n’est pas « à l’ordre du jour de l’ONU. »

    #BDS

  • L’ONU va établir une liste noire d’entreprises israéliennes
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2016/03/25/l-onu-va-etablir-une-liste-noire-d-entreprises-israeliennes_4890107_3218.htm

    israéliennes ou étrangères,

    La colonisation est illégale au regard des lois internationales. Le Conseil des droits de l’homme (CDH) des Nations unies a donc décidé jeudi 24 mars de dresser une liste des entreprises opérant dans les territoires occupés par Israël.

    #Israel #Israël #occupation #impunité

  • 05 Novembre 2015
    Nouvelle diffamation de sang
    http://www.i24news.tv/fr/actu/israel/91488-151105-israel-retourne-le-corps-d-un-terroriste-malgre-des-declaration

    L’ambassadeur palestinien à l’ONU, Riyad Mansour, a déposé une plainte officielle contre Israël mercredi, alléguant qu’il manquait des organes sur les corps des terroristes qui ont été remis jusqu’à présent par l’Etat hébreu.

    « Un examen médical effectué sur les corps de Palestiniens remis après qu’ils ont été tués par la puissance occupante a constaté qu’il y avait des organes manquants », a revendiqué Mansour dans la lettre adressée à l’ONU.

    L’ambassadeur d’Israël à l’ONU, Danny Danon a répondu au secrétaire général de l’ONU, affirmant que le « visage antisémite du représentant palestinien a été révélé » et que l’allégation était une nouvelle « diffamation de sang ». Danon a exhorté l’ONU à condamner fortement les « déclarations incendiaires du représentant palestinien et d’éradiquer l’antisémitisme des couloirs de l’Organisation des Nations Unies ».

    #trafic_d'organes

    • Trafic d’organes ? Israël restituerait avec des organes manquants les corps de jeunes Palestiniens tués
      5 novembre 2015 - Al-Araby al-Jadeed
      http://www.info-palestine.eu/spip.php?article15706

      Riyad Mansour, délégué palestinien aux Nations Unies, a décrit ce qu’il a présenté comme l’extraction présumée de parties du corps de Palestiniens tués par les forces israéliennes d’occupation.

      « Après le retour des corps de Palestiniens tués par les forces d’occupation au mois d’octobre, et à la suite d’examens médicaux, il a été rapporté que les corps ont été retournés avec des cornées manquantes, ou d’autres organes », a déclaré Mansour dans une lettre à l’ambassadeur britannique Matthew Rycroft, président du Conseil de sécurité de l’ONU ce mois-ci.

      Il a ajouté que c’est la confirmation de « rapports antérieurs sur les prélèvements d’organes. »

      Le point central de la lettre de Mansour, envoyée le 3 novembre, est la récente flambée de violence dans les territoires palestiniens et à Jérusalem-Est.

  • « Détruire Al Aqsa et les mosquées sacrées » : Nétanyahou opposé à la présence de l’ONU sur l’esplanade des Mosquées - Libération

    http://www.liberation.fr/planete/2015/10/18/netanyahou-oppose-a-la-presence-de-l-onu-sur-l-esplanade-des-mosquees_140

    « Absurde ! » En privé, Benyamin Nétanyahou ne prend pas de gants pour qualifier la proposition française d’envoyer des observateurs internationaux sur le Haram al-Sharif, l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, afin de vérifier que le statu quo entre juifs et musulmans y est maintenu (...)

    En introduction au traditionnel conseil de cabinet du dimanche, le Premier ministre a en tout cas affirmé qu’Israël « n’est pas le problème sur l’esplanade des Mosquées mais la solution ». (...) « L’envoi d’observateurs sera considéré comme une atteinte à notre souveraineté », a même proclamé Danny Danon, un faucon du Likoud (le parti de Nétanyahou) récemment promu ambassadeur de l’Etat hébreu à l’ONU. Le ministre israélien de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, estime, lui, « qu’accepter l’idée française revient à offrir une prime aux terroristes qui poignardent des juifs dans la rue ».

    La Jordanie, pays « garant » du Haram al-Sharif
    Après la conquête de la partie arabe de Jérusalem (juin 1967), l’Etat hébreu l’a annexée mais a refusé d’exercer son autorité sur le Haram al-Sharif. Celle-ci est donc restée aux mains du Waqf, une structure islamique dépendant de la Jordanie et chargée de gérer les lieux. Au terme d’un accord officieux entre les deux parties, les juifs ont donc été autorisés à pénétrer dans cet espace, où se serait élevé le Temple de Jérusalem, le lieu saint le plus sacré du judaïsme, mais uniquement pour le visiter, pas pour y prier. Etant donné la sacralité du lieu pour les juifs traditionalistes et ultraorthodoxes, le grand rabbinat d’Israël a d’ailleurs interdit à ses ouailles d’y prononcer des prières, même à voix basse. En 1994, dans le cadre de l’accord de paix conclu entre Israël et la Jordanie, le royaume hachémite (qui contrôlait la partie arabe de Jérusalem jusqu’en juin 1967) a obtenu le statut de « garant » du Haram al-Sharif. Ce qui lui permet d’intervenir dans la nomination des membres Waqf et de représentants religieux.

    Depuis 1967, des extrémistes juifs ont tenté à plusieurs reprises d’incendier ou de pulvériser à l’explosif les mosquées du Haram al-Sharif. D’autres ont lancé un « Mouvement pour la reconstruction du Temple » sur l’esplanade. Cette mouvance a toujours été ultraminoritaire en Israël, mais depuis les élections législatives de 2013 et l’accord de gouvernement entre le Likoud et le parti d’extrême droite, le Foyer juif, elle dispose de relais au plus haut niveau de l’Etat. En mai 2013, alors simple députée du Likoud, la future vice-ministre des Affaires étrangères, Tzipi Hotovely, s’est ainsi rendue sur l’esplanade en compagnie de militants ultranationalistes. Plus récemment, le ministre de l’Agriculture, Uri Ariel, (Foyer juif) y a également effectué une visite fort médiatisée. Sans concertation avec le Waqf et en prétendant « exercer le droit des Juifs à aller partout où ils le veulent dans leur pays ». Pour les Palestiniens, ces « provocations » visent à modifier le statu quo. Surtout celles du rabbin Yehuda Glick, un colon dirigeant le Mouvement pour la reconstruction du Temple, qu’un militant du Jihad islamique a tenté d’assassiner de plusieurs balles de 9 mm en octobre 2014. Un signe avant-coureur des violences à venir.

  • It’s Time to Admit It. Israeli Policy Is What It Is: Apartheid - A Special Place in Hell -
    I used to be one of those people who took issue with the label of apartheid as applied to Israel. Not anymore.

    Bradley Burston Aug 17, 2015

    http://www.haaretz.com/blogs/a-special-place-in-hell/.premium-1.671538

    What I’m about to write will not come easily for me.

    I used to be one of those people who took issue with the label of apartheid as applied to Israel. I was one of those people who could be counted on to argue that, while the country’s settlement and occupation policies were anti-democratic and brutal and slow-dose suicidal, the word apartheid did not apply.

    I’m not one of those people any more. Not after the last few weeks.

    Not after terrorists firebombed a West Bank Palestinian home, annihilating a family, murdering an 18-month-old boy and his father, burning his mother over 90 percent of her body - only to have Israel’s government rule the family ineligible for the financial support and compensation automatically granted Israeli victims of terrorism, settlers included.
    I can’t pretend anymore. Not after Israel’s Justice Minister Ayelet Shaked, explicitly declaring stone-throwing to be terrorism, drove the passage of a bill holding stone-throwers liable to up to 20 years in prison.
    The law did not specify that it targeted only Palestinian stone-throwers. It didn’t have to.
    Just one week later, pro-settlement Jews hurled rocks, furniture, and bottles of urine at Israeli soldiers and police at a West Bank settlement, and in response, Benjamin Netanyahu immediately rewarded the Jewish stone-throwers with a pledge to build hundreds of new settlement homes.

    This is what has become of the rule of law. Two sets of books. One for Us, and one to throw at Them. Apartheid.
    We are what we have created. We are what we do, and the injury we do in a thousand ways to millions of others. We are what we turn a blind eye to. Our Israel is what it has become: Apartheid.
    There was a time when I drew a distinction between Benjamin Netanyahu’s policies and this country I have loved so long.
    No more. Every single day we wake to yet another outrage.
    I used to be a person who wanted to believe that there were moral and democratic limits – or, failing that, pragmatic constraints - to how low the prime minister was willing to go, how far he was willing to bend to the proud proponents of apartheid, in order to bolster his power.

    Not any more. Not after Danny Danon.

    Not when the prime minister’s choice to represent all of us, all of Israel at the United Nations, is a man who proposed legislation to annex the West Bank, effectively creating Bantustans for Palestinians who would live there stateless, deprived of basic human rights.
    The man who will represent all of us at the United Nations, the man who will speak to the Third World on our behalf, is the same man who called African asylum seekers in Israel “a national plague.”
    The man who will represent all of us at the United Nations is the same politician who proposed legislation aimed at crippling left-leaning NGOs which come to the aid of Palestinian civilians and oppose the institution of occupation, while giving the government a green light to keep financially supporting right-wing NGOs suspected of channeling funds to support violence by pro-settlement Jews.
    What does apartheid mean, in Israeli terms?
    Apartheid means fundamentalist clergy spearheading the deepening of segregation, inequality, supremacism, and subjugation.
    Apartheid means Likud lawmaker and former Shin Bet chief Avi Dichter calling Sunday for separate, segregated roads and highways for Jews and Arabs in the West Bank.
    Apartheid means hundreds of attacks by settlers targeting Palestinian property, livelihoods, and lives, without convictions, charges, or even suspects. Apartheid means uncounted Palestinians jailed without trial, shot dead without trial, shot dead in the back while fleeing and without just cause.
    Apartheid means Israeli officials using the army, police, military courts, and draconian administrative detentions, not only to head off terrorism, but to curtail nearly every avenue of non-violent protest available to Palestinians.
    Late last month, over the explicit protest of the head of the Israeli Medical Association and human rights groups combatting torture, Israel enacted the government’s “Law to Prevent Harm Caused by Hunger Strikes.” The law allows force-feeding of prisoners, even if the prisoner refuses, if the striker’s life is deemed in danger.
    Netanyahu’s Public Security Minister Gilad Erdan, who pushed hard for passage of the bill, has called hunger strikes by Palestinian security prisoners jailed for months without charge or trial “a new type of suicide terrorist attack through which they will threaten the State of Israel”.
    Only under a system as warped as apartheid, does a government need to label and treat non-violence as terrorism.
    Years ago, in apartheid South Africa, Jews who loved their country and hated its policies, took courageous roles in defeating with non-violence a regime of racism and denial of human rights.
    May we in Israel follow their example.

  • It’s time to admit it. Israeli policy is what it is: Apartheid - Bradley Burston Aug 17, 2015 2:23 PM
    http://www.haaretz.com/blogs/a-special-place-in-hell/.premium-1.671538

    What I’m about to write will not come easily for me.

    I used to be one of those people who took issue with the label of apartheid as applied to Israel. I was one of those people who could be counted on to argue that, while the country’s settlement and occupation policies were anti-democratic and brutal and slow-dose suicidal, the word apartheid did not apply.

    I’m not one of those people any more. Not after the last few weeks.

    Not after terrorists firebombed a West Bank Palestinian home, annihilating a family, murdering an 18-month-old boy and his father, burning his mother over 90 percent of her body - only to have Israel’s government rule the family ineligible for the financial support and compensation automatically granted Israeli victims of terrorism, settlers included.

    I can’t pretend anymore. Not after Israel’s Justice Minister Ayelet Shaked, explicitly declaring stone-throwing to be terrorism, drove the passage of a bill holding stone-throwers liable to up to 20 years in prison.

    The law did not specify that it targeted only Palestinian stone-throwers. It didn’t have to.

    Just one week later, pro-settlement Jews hurled rocks, furniture, and bottles of urine at Israeli soldiers and police at a West Bank settlement, and in response, Benjamin Netanyahu immediately rewarded the Jewish stone-throwers with a pledge to build hundreds of new settlement homes.

    This is what has become of the rule of law. Two sets of books. One for Us, and one to throw at Them. Apartheid.

    We are what we have created. We are what we do, and the injury we do in a thousand ways to millions of others. We are what we turn a blind eye to. Our Israel is what it has become: Apartheid.

    There was a time when I drew a distinction between Benjamin Netanyahu’s policies and this country I have loved so long.

    No more. Every single day we wake to yet another outrage.

    I used to be a person who wanted to believe that there were moral and democratic limits – or, failing that, pragmatic constraints - to how low the prime minister was willing to go, how far he was willing to bend to the proud proponents of apartheid, in order to bolster his power.

    Not any more. Not after Danny Danon.

    Not when the prime minister’s choice to represent all of us, all of Israel at the United Nations, is a man who proposed legislation to annex the West Bank, effectively creating Bantustans for Palestinians who would live there stateless, deprived of basic human rights.

    The man who will represent all of us at the United Nations, the man who will speak to the Third World on our behalf, is the same man who called African asylum seekers in Israel “a national plague.”

    The man who will represent all of us at the United Nations is the same politician who proposed legislation aimed at crippling left-leaning NGOs which come to the aid of Palestinian civilians and oppose the institution of occupation, while giving the government a green light to keep financially supporting right-wing NGOs suspected of channeling funds to support violence by pro-settlement Jews.

    What does apartheid mean, in Israeli terms?

    Apartheid means fundamentalist clergy spearheading the deepening of segregation, inequality, supremacism, and subjugation.

    Apartheid means Likud lawmaker and former Shin Bet chief Avi Dichter calling Sunday for separate, segregated roads and highways for Jews and Arabs in the West Bank.

    Apartheid means hundreds of attacks by settlers targeting Palestinian property, livelihoods, and lives, without convictions, charges, or even suspects. Apartheid means uncounted Palestinians jailed without trial, shot dead without trial, shot dead in the back while fleeing and without just cause.

    Apartheid means Israeli officials using the army, police, military courts, and draconian administrative detentions, not only to head off terrorism, but to curtail nearly every avenue of non-violent protest available to Palestinians.

    Late last month, over the explicit protest of the head of the Israeli Medical Association and human rights groups combatting torture, Israel enacted the government’s “Law to Prevent Harm Caused by Hunger Strikes.” The law allows force-feeding of prisoners, even if the prisoner refuses, if the striker’s life is deemed in danger.

    Netanyahu’s Public Security Minister Gilad Erdan, who pushed hard for passage of the bill, has called hunger strikes by Palestinian security prisoners jailed for months without charge or trial “a new type of suicide terrorist attack through which they will threaten the State of Israel”.

    Only under a system as warped as apartheid, does a government need to label and treat non-violence as terrorism.

    Years ago, in apartheid South Africa, Jews who loved their country and hated its policies, took courageous roles in defeating with non-violence a regime of racism and denial of human rights.

    May we in Israel follow their example.

  • Malheureusement, Danny Danon est le vrai visage d’Israël sous Netanyahu | The Times of Israël
    http://fr.timesofisrael.com/malheureusement-danny-danon-est-le-vrai-visage-disrael-sous-netany
    http://cdn.timesofisrael.com/uploads/2014/03/F140224YS05-
    300x300.jpg

    Le vrai problème, c’est que la nomination de Danon semble confirmer toutes les critiques, intérieures ou extérieures, contre Netanyahu, au sujet de ses véritables intentions à l’égard des Palestiniens. Et puisque ces critiques sont dirigées par le président du principal allié d’Israël, avec qui Netanyahu est déjà en conflit ouvert à propos de l’accord dommageable avec l’Iran, il devient difficile d’imaginer une nomination plus myope, embarrassante et néfaste. Pas seulement pour Netanyahu et son gouvernement mais aussi pour Israël dans son ensemble

  • Trois jeunes Israéliens enlevés retrouvés morts, Israël accuse le Hamas
    http://www.romandie.com/news/Trois-jeunes-Israeliens-enleves-retrouves-morts-Israel-accuse-le/492904.rom

    Jérusalem - Les trois jeunes Israéliens, disparus le 12 juin en Cisjordanie occupée, ont été retrouvés morts lundi soir, le vice-ministre israélien de la Défense, Danny Danon, accusant le Hamas de les avoir assassinés et promettant d’éradiquer le mouvement islamiste palestinien.

    Je suis rempli d’une immense tristesse à la nouvelle des meurtres de Naftali Frankel, Gilad Shaer et Eyal Yifrah par des terroristes du Hamas, a affirmé M. Danon dans un communiqué.

    Les Israéliens ont la volonté et la détermination nécessaires pour endurer les épreuves d’une longue opération visant à éradiquer le Hamas, a-t-il averti.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a convoqué en urgence un cabinet de sécurité, qui comporte ses principaux ministres, dans la soirée à Jérusalem.

    Les corps des étudiants israéliens ont été découverts à la suite de recherches intensives dans une zone située au nord-ouest de la ville palestinienne d’Hébron, au nord de la colonie de Telem, dans le sud de la Cisjordanie, selon un communiqué de l’armée israélienne.

    Selon des photographes de l’AFP, un large contingent de forces israéliennes était déployé dans la soirée dans la région de la localité palestinienne de Haloul, au nord d’Hébron, où se concentraient les opérations de recherche depuis la disparition des trois étudiants d’écoles religieuses le 12 juin dernier.

    • La France condamne fermement le lâche assassinat de trois jeunes Israéliens
      http://www.romandie.com/news/La-France-condamne-fermement-le-lache-assassinat-de-trois-jeunes_RP/492924.rom

      Paris - Le président François Hollande a condamné fermement le lâche assassinat de trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin en Cisjordanie et retrouvés morts lundi près d’Hébron, dans un communiqué publié par Paris.

      Ayant appris avec émotion que leurs corps ont été découverts, le président français condamne fermement le lâche assassinat d’Eyal Yifrach, Naftali Frenkel et Gilad Shaer et présente ses sincères condoléances à leurs familles ainsi qu’au peuple et aux autorités d’Israël.

      Le chef de l’Etat français exprime sa préoccupation face à la multiplication des violences ces derniers jours en Cisjordanie et à Gaza. Il condamne les tirs de roquettes depuis Gaza sur le territoire israélien et demande que tout soit fait pour éviter de nouvelles victimes et le risque d’une escalade de la violence, selon le communiqué.

      De son côté, le chef de la diplomatie Laurent Fabius, profondément choqué et bouleversé par la nouvelle de l’assassinat des trois jeunes, a exprimé son horreur et son indignation face à ces crimes odieux, lâches et barbares, dans un communiqué distinct.

      Les trois corps, dont Israël a imputé l’enlèvement au Hamas, ont été retrouvés près de la localité de Halhoul, à une dizaine de minutes de la route où ils ont été vus pour la dernière fois, a annoncé lundi la radio publique israélienne.
      (©AFP / 30 juin 2014 20h49)

  • Accès de franchise

    Dans un entretien au site The Times of Israel, le 6 juin, le ministre adjoint de la défense israélien, M. Danny Danon, n’a pas hésité à contredire le discours officiel du gouvernement auquel il appartient.

    « Regardez ce gouvernement : il n’y a jamais eu en son sein de discussion, de résolution ou de vote au sujet d’une solution à deux Etats [au #conflit_israélo-palestinien], a déclaré Danon. Si vous la soumettiez au vote — mais personne ne le ferait, ce ne serait pas intelligent —, vous verriez la majorité des ministres du #Likoud [droite, au pouvoir], de même que le parti Foyer juif [nationaliste religieux], s’y opposer. » (…)

    Quand on lui demande si Benyamin Netanyahou est vraiment en faveur de cette solution, Danon répond que le premier ministre fait dépendre la création d’un Etat palestinien de conditions auxquelles il est certain que les Palestiniens ne consentiront jamais. (…)

    Evoquant les condamnations habituelles par la communauté internationale des constructions israéliennes à Jérusalem-Est, Danon déclare : « La communauté internationale peut dire tout ce qu’elle veut, et nous pouvons faire tout ce que nous voulons. »

    #Israël #Palestine #Proche-Orient

    Raphael Ahren, « Deputy defense minister : This government will block any two-state deal », The Times of Israel, 6 juin 2013.
    http://www.timesofisrael.com/deputy-defense-minister-this-government-will-block-any-peace-deal

    #Coupures_de_presse (#2013/07) #plo
    http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/A/49332

  • Apartheid-building measures - Opinion - Israel News | Haaretz Daily Newspaper
    http://www.haaretz.com/opinion/apartheid-building-measures.premium-1.531037

    For a few days, Deputy Defense Minister Danny Danon held the title of the government’s chief spoiler, but he recently lost that honor to Defense Minister Moshe Ya’alon, who claimed (was he backed by the annual intelligence assessment?) that the Arab Peace Initiative was just spin.

    Danon started out modestly, focusing only on the Palestinians, but Ya’alon went big-time and included all Arabs. Then came Economy Minister Naftali Bennett, who mentioned a friend with shrapnel in his backside as an analogy to the Israeli-Palestinian conflict. He grabbed the title from Danon and Ya’alon. As my father used to say, “I’d laugh too if that idiot wasn’t one of mine.”

    While the Danon-Ya’alon-Bennett trio is pushing to the limit the public’s right to get tired of what this trio thinks, a strong right-wing axis is forming in the Knesset. It consists of around 40 MKs, most of them from the coalition, who aim to prevent Israel from making territorial concessions and to thwart any peace deal with the Palestinians.

    Although their leader has not yet been crowned, it seems the title must go to a tireless, soft-spoken legislator who makes the impression of a refined person who wouldn’t hurt a fly. His name is Yariv Levin, who chairs both the coalition and the Likud faction in the Knesset. Levin has a clear agenda: Legislation that supports the settlements and the settlers should be advanced, while legislation inimical to the settlements and the settlers should be blocked. The basic principle is that the Arabs, the converts and the migrant workers will have to fend for themselves on the other side of the fence.

    The Knesset’s main job is to pass legislation. In Levin’s book, the chief guideline is “Talk less and just pass more legislation.” If the left-wingers in academia and the courts consider such actions apartheid-building measures, let them suffer. The Land of Israel is acquired only with great pain.

    In the meantime, this approach is proving successful, and intervention from above rarely occurs. One of those rare occasions took place at the cabinet meeting this week, when Prime Minister Benjamin Netanyahu opposed branding people responsible for anti-Arab “price tag” attacks members of a terrorist group (as sought by Justice Minister Tzipi Livni, Public Security Minister Yitzhak Aharonovitch and the Shin Bet security service). Instead, Netanyahu said they should be regarded as part of a banned organization. How pleasant it is to wake up to “Good morning, Abu Ghosh” – the site of a recent price tag attack.

    In the previous Knesset, the moderate ministerial trio of Benny Begin, Dan Meridor and Michael Eitan were sent home when Likud thinned its ranks. These officials were members of the Ministerial Committee for Legislation. In contrast, the trio’s replacement, the quartet of Limor Livnat, Yuval Steinitz, Gideon Sa’ar and Gilad Erdan, are as fluid as butter on a hot summer’s day.

    And a little child shall lead them. Just go to Levin’s website and you’ll find the following headline: “The Ministerial Committee for Legislation has approved the bill proposed by the coalition chairman on prioritizing citizens who serve the state.” The law would favor such people in areas like jobs, rents and housing.

    Levin is the mover and shaker in the legislative coalition. His next project, subordinating democracy to Judaism in a Basic Law on the Nation-State, will be debated by the Knesset in the next few days. In the previous Knesset, he headed a special committee that considered a mechanism for a referendum to authorize or rule out conceding territory “under Israeli sovereignty.”

  • American Jewish leaders: Netanyahu should disown ’irresponsible" statements against two-state solution - Jewish World News - Israel News | Haaretz Daily Newspaper
    http://www.haaretz.com/jewish-world/jewish-world-news/american-jewish-leaders-netanyahu-should-disown-irresponsible-statements-ag

    American Jewish leaders Abraham Foxman, Rabbi Rick Jacobs and David Harris condemned recent statements by senior Israeli officials about the impossibility of a two-state solution, calling them irresponsible and saying they undermine the credibility of the government.

    Earlier this week, Economy Minister Naftali Bennett told a settlers group that the idea of a Palestinian state had reached a “dead end.” His remarks came days after Deputy Defense Minister Danny Danon told Israel Radio that the government will not agree to the establishment of a Palestinian state based on pre-1967 borders and Defense Minister Moshe Ya’alon called the Arab Peace Initiative “spin” during a speech in Washington.

    “I think these are all irresponsible statements which do not in any way reflect the commitment of the Israeli government, not to mention the long-standing position of the U.S., that the two-state solution is the only possible solution,” said Rabbi Jacobs, president of the Union for Reform Judaism.

    Jacobs, who is in Jerusalem this week to attend the President’s Conference, added: “I think President Clinton said it best last night [at the 90th birthday celebration for President Shimon Peres] when he said a two-state solution is not the fantasy; a one state solution is. This is a black and white issue and Bennett and the others are irresponsible to speak otherwise.”

    Foxman, director of the Anti-Defamation League, told Haaretz that the statements “undermine the seriousness of the Israeli government” and compared them to the popular children’s game “whack-a-mole,” in which the furry animals pop up and need to be hammered down time after time.

    “This can happen once in a while, but I feel it is happening way too often,” Foxman said. “Members of the coalition continue to stray from the basic tenants of the government. [Prime Minister Benjamin] Netanyahu has made it clear that, even if we don’t know the details, there are contacts going on with the view towards reaching a two-state solution.”

    Nevertheless, Foxman called on Netanyahu to repudiate the comments so as to counteract false perceptions of Israel.

    “Netanyhau has to do this every time these politicians step out of line and undermine the credibility of the government,” Foxman said. “The irony is that these kinds of statements put an added onus on Israel. For, if to go by Bennett or Dannon, it is Israel that is saying no to the two-state solution, that becomes the imagery. When in fact it is not Israel that is not serious, it is the other side.”

    (Netanyahu told Reuters this week that he is responsible for setting foreign policy and that he supports Palestinian independence. “I will seek a negotiated settlement where you’d have a demilitarized Palestinian state that recognizes the Jewish state,” he said.)

    David Harris, the executive director of the American Jewish Committee, called Bennett’s remarks “stunningly shortsighted” in a statement on the organization’s website.

    “Bennett contravenes the outlook of Prime Minister Netanyahu and contradicts the vision presented earlier this month to the AJC Global Forum by Minister Tzipi Livni, chief Israeli negotiator with the Palestinians,” Harris said.

    “Livni stated clearly that a negotiated two-state settlement is the only way to assure that the State of Israel will remain both Jewish and democratic. That is a view we at AJC have long supported.”