person:david ignatius

  • The War on Yemen and the Credulous Western Embrace of Mohammed bin Salman | The American Conservative

    http://www.theamericanconservative.com/larison/the-war-on-yemen-and-the-credulous-western-embrace-of-moham

    David Ignatius ably writes down whatever Mohammed bin Salman (MbS) tells him in a new column. This is the only mention that the war on Yemen receives:

    He described ambitious plans to mobilize Yemeni tribes against the Houthis and their Iranian backers in Yemen, a war that has dragged on longer than the Saudis hoped.

    Whenever MbS is interviewed by Western reporters and pundits, the subject of Yemen comes up rarely and the countless crimes committed by the Saudis and their allies are never mentioned. It is bad enough that one of the architects of a disastrous war supported by our government is never forced to answer for the war crimes committed by his military and other coalition forces, but it is even worse when the interviewer makes no attempt to put the crown prince’s statements in context. Readers should know that MbS is responsible for a war that has plunged another country into the world’s worst humanitarian crisis, and they should be aware that the Saudi-led coalition has committed numerous war crimes by bombing civilian targets and inflicts cruel collective punishment on millions of people through its blockade. Given the paltry coverage that Yemen usually receives in the U.S., most of Ignatius’ readers probably don’t know this. If MbS’ interlocutors aren’t willing to challenge him about this directly, they ought to be bringing it up in whatever they end up writing about the conversation. The war on Yemen hasn’t just “dragged on longer than the Saudis hoped.” It has been a complete failure in achieving any of its stated goals, and that failure reflects very poorly on the unqualified, reckless defense minister (i.e., MbS) who has overseen the debacle.

    It is possible that there could be some news value in uncritically restating the things that a foreign leader says to you, but there doesn’t seem to be any of that here. MbS spins his power grabs and reckless foreign policy decisions to Ignatius, and the columnist gamely relays that spin to us. On the “anti-corruption putsch,” Ignatius tells us that MbS told him that “shock therapy” was required. The fact that MbS’s arbitrary shakedown has frightened foreign investors and undermined his own economic agenda goes unmentioned. We are later informed that the “crown prince said he had been unfairly criticized for pressuring Lebanese Prime Minister Saad Hariri to resign,” but of course he would say that.

    Treating Saudi royals with kid gloves is nothing new in American media, but I have been struck by how positive the coverage of Mohammed bin Salman has been when his record has been almost entirely destructive and destabilizing. Were he not the Saudi heir and already de facto ruler of a U.S. client state, he could not hope to buy the friendly coverage that he is freely given in a number of American publications. That would be embarrassing enough at any time, but when the authoritarian ruler in question is also presiding over one of the great crimes of the century it is inexcusable.

  • Le conflit syrien se termine mais les USA restent sur le terrain
    Par M.K. Bhadrakumar, 11 septembre 2017
    Article original : Syrian conflict is ending but US stays put | traduction : Jean-François Goulon
    https://blogs.mediapart.fr/jean-francois-goulon/blog/120917/le-conflit-syrien-se-termine-mais-les-usa-restent-sur-le-terrain

    (...) Il y a deux choses en jeu – l’une, la saisie des vastes champs pétrolifères qui reposent à l’est et au nord de Deir ez-Zor, lesquels sont les joyaux de l’économie syrienne ; la seconde, le contrôle de la frontière syro-irakienne le long de l’Euphrate et plus loin vers le sud, à travers laquelle un « isthme » pourrait potentiellement relier Damas à Téhéran via Bagdad. Par conséquent, tant en termes économiques que pour des raisons géopolitiques, les USA (encouragés par Israël) font une course contre la montre dans cette phase finale du conflit afin d’établir une présence militaire dans les régions orientale et sud-orientale de la Syrie.

    Ces raisons géopolitiques sont triples : a) Les USA chercheraient à avoir « leur mot à dire » dans quelque règlement syrien que ce soit ; b) Les USA espèrent défier l’influence en cascade de l’Iran en Syrie et au Liban ; et, c) Les USA se sentent obligés d’être des pourvoyeurs de sécurité pour Israël. Ces trois facteurs sont liés. Le fait est, comme le souligne un reportage du Times of Israel, qu’Israël reconnait ses limites pour combattre militairement l’Iran par ses propres moyens. Le général Yair Golan, ancien chef d’état-major adjoint de l’armée israélienne aurait dit, jeudi dernier, dans un discours étonnant devant le Washington Institute of Near East Policy [1] :

    Nous [Israël] vivons dans un monde où nous ne pouvons pas opérer seuls, pas seulement parce que nous n’avons aucune force expéditionnaire en Israël […] Et tandis que nous pouvons remporter une victoire décisive contre le Hezbollah […] et tandis que nous pouvons vaincre toute milice chiite en Syrie […] nous ne pouvons pas nous battre seuls contre l’Iran […] Donc, sans doute, peuvent-ils nous affecter, et nous pouvons les affecter. Mais tout cela n’est qu’une question d’usure […] Si l’on veut remporter quelque chose de plus profond, nous ne pouvons le faire seuls. Et c’est une réalité. Il vaut mieux l’admettre. Nous devons connaître nos limites.

    Il est inutile de dire qu’Israël ne permettra pas à l’administration Trump d’approuver un retrait total de Syrie des troupes nord-américaines. Autrement dit, une sorte de présence étasunienne le long des rives orientales de l’Euphrate est dans les tuyaux, à l’insistance d’Israël. On lira avec intérêt un article d’opinion intitulé Trump’s Big Decision in Syria, de David Ignatius et publié dans le Washington Post la semaine dernière à propos du débat à Washington.(...)

  • The Tweet That Is Shaking the War Party - Antiwar.com Original
    http://original.antiwar.com/david_stockman/2017/07/30/tweet-shaking-war-party

    Most of the Donald’s tweets amount to street brawling with his political enemies, but occasionally one of them slices through Imperial Washington’s sanctimonious cant. Indeed, Monday evening’s 140 characters of solid cut right to the bone:

    The Amazon Washington Post fabricated the facts on my ending massive, dangerous, and wasteful payments to Syrian rebels fighting Assad…..

    Needless to say, we are referencing not the dig at the empire of Bezos, but the characterization of Washington’s anti-Assad policy as “massive, dangerous and wasteful”.

    No stouter blow to the neocon/Deep State “regime change” folly has ever been issued by an elected public official. Yet there it is – the self-composed words of the man in the Oval Office. It makes you even want to buy some Twitter stock!

    Predictably, the chief proponent of illegal, covert, cowardly attacks on foreign governments via proxies, mercenaries, drones and special forces, Senator McWar of Arizona, fairly leapt out of his hospital bed to denounce the President’s action:

    “If these reports are true, the administration is playing right into the hands of Vladimir Putin.”

    That’s just plain pathetic because the issue is the gross stupidity and massive harm that has been done by McCain’s personally inspired and directed war on Assad – not Putin and not Russia’s historic role as an ally of the Syrian regime.

    Since 2011, Senator McCain has been to the region countless times. There he has made it his business to strut about in the manner of an imperial proconsul – advising, organizing and directing a CIA recruited, trained and supplied army of rebels dedicated to the overthrow of Syria’s constitutionally legitimate government.

  • Des mails fuités révèlent une offensive émiratie contre l’Iran, le Qatar, et le Hamas, et en faveur de Mohamad Ben Salmane – Site de la chaîne AlManar-Liban
    http://french.almanar.com.lb/434696

    En parallèle à la crise qui a éclaté entre les monarchies du Golfe, a éclaté l’affaire des emails de l’ambassadeur des Emirats arabes unis (EAU) aux Etats-Unis. Elle révèle les manœuvres réalisées par ce petit émirat, dans le sillage de la politique saoudienne, pour obtenir les faveurs de Washington. Tout y passe : l’Iran, le Qatar, le Hamas, Al-Jazeera et le vice-prince héritier saoudien Mohamad Ben Salmane. Et même le Mondial 2022 prévu au Qatar…

    (...) Contre l’Iran

    Ambassadeur depuis 2008, M. Al-Otaiba est perçu comme « l’homme le plus charmant de Washington » selon le Huffington Post. Il est aussi connu pour ses liens étroits avec les milieux pro israéliens et plus précisément avec l’ambassadeur israélien Ron Dermer.

    Ce lobbying le diplomate émirati l’a mené en concertation avec la Fondation pour la défense des démocrates (FDD). Ce mouvement américain pro-israélien est financé par le milliardaire Sheldon Adelson, un allié du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu selon The Intercept.
    Au cœur des discussions entre Al-Otaiba et le FDD : les pressions à exercer sur les grandes entreprises pour éviter les échanges économiques avec l’Iran.
    Les fuites prouvent que Youssef Al Otaiba a échangé avec le PDG de la FDD, Mark Dubowitz, le 10 mars 2017, à propos d’une liste d’entreprises à viser pour qu’elles fassent le choix entre faire du commerce avec l’Iran ou les EAU.
    La liste contient un grand nombre d’entreprises internationales majeures comme Airbus ou le Russe Lukoil, selon The Intercept.

    Un agenda a aussi fuité dans les mails. Serait alors prévue une discussion « possible » entre les politiques américains et émiratis pour « impacter positivement la situation interne de l’Iran ». Une façon de « contenir et vaincre l’agression iranienne », selon les informations obtenues par The Intercept.

    Contre le Qatar, avec les Israéliens

    John Hannah, un responsable du FDD et l’ambassadeur émirati aux Etats-Unis échangent très régulièrement. « Durant la dernière année, les deux hommes ont voulu soumettre le futur des relations entre les Etats-Unis et le Qatar au débat », écrit le Huffington Post qui explique que le Qatar est perçu comme le pays faisant la promotion d’un islam extrémiste voulant imposer la charia. D’un côté, Israël s’inquiète du soutien qatari au Hamas, de l’autre, une guerre est menée entre les EAU et le Qatar pour savoir qui aura plus d’influence sur les États-Unis. Les pro-Israéliens et Émiratis s’allient alors pour se lancer dans un lobby anti-qatari à Washington D.C.

    Al-Jazeera et le Hamas
    Un prisme des emails qui a été largement repris par Al Jazeera (détenu par l’Etat du Qatar) qui angle sur le rôle joué par l’ambassadeur émirati dans la campagne pour ternir l’image du Qatar. En effet, les mails dévoilent un agenda qui inclut des discussions autour de : « Al Jazeera, un instrument de l’instabilité de la région ».

    Dans un autre échange, daté d’avril 2017, John Hannah se plaint à M. Al-Otaiba du fait que le Qatar héberge une réunion du Hamas dans un hôtel appartenant à un Emirati. L’ambassadeur répond que ce n’est pas la faute du gouvernement émirati et propose un accord au FDD : « Faisons comme ça : vous déplacez la base militaire, après nous déplacerons l’hôtel ». En allusion à la base militaire américaine située au Qatar que les Emirats souhaitent héberger à la place des Qataris.

    Autre sujet de ces emails : l’organisation de la coupe du monde de football en l’an 2022 au Qatar, manifestement raillé par l’ambassadeur émirati qui a accusé aussi la Fifa que Doha de corruption.

    Pour Ben Salmane, contre Ben Nayef

    Les emails du diplomate émirati montrent aussi que les EAU soutiennent l’accès au pouvoir du vice-prince héritier saoudien Mohammad Ben Salmane, au détriment du prince héritier actuel Mohammad Ben Nayef.

    Dans ce qui semble être un accord dans le cadre de l’organisation d’une campagne médiatique, un email adressé au chroniqueur du Washington Post, David Ignatius révèle très bien cette tendance : « Je crois que nous sommes tous d’accord sur le changement en Arabie saoudite. Je suis satisfait du fait que vous avez commencé à rallier notre vision. Votre voix et votre crédibilité seront décisifs pour la persuasion… notre besogne maintenant consiste à faire tout notre possible pour s’assurer que Mohammad Ben Salmane succèdera à son père », lit-on dans ce message électronique, apparemment rédigé après une rencontre entre le journaliste américain et le vice-prince héritier saoudien.

    Une conclusion découle de ces messageries électroniques : Toutes les décisions régionales prises par les dirigeants des Etats du Golfe passent nécessairement par Washington.

    #nuit_torride

  • Why America was bound to fail in Syria
    https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinions/why-america-was-bound-to-fail-in-syria/2016/12/15/f69c8be8-c315-11e6-9a51-cd56ea1c2bb7_story.html

    Un article du mois dernier de David Ignatius, commenté ci-dessous par Gareth Porter

    US intervention in Syria ? Not under Trump
    http://www.middleeasteye.net/columns/syrian-army-only-option-us-if-it-wants-fight-terror-1775504124

    The Ignatius account reflects a fundamental reality throughout northern Syria, from 2013 onwards, that was simply ignored in media coverage: all of the opposition groups have been absorbed into an al-Qaeda-controlled political-military order. The idea that the “moderate” groups could be a bulwark against al-Qaeda, which is now being peddled by #Lister, Cafarella and CNAS, no longer has any credibility even in those quarters in Washington that were once open to it.

    A tell-tale sign of the shift in attitude toward those groups’ mood in Washington is the fact that Ignatius used the past tense in referring to the CIA’s programme of arming the “moderate” groups in Syria in his article last month.

    The US military leadership was never on board with the policy of relying on those armed groups to advance US interests in Syria in the first place.

    It recognised that, despite the serious faults of the Assad regime, the Syrian army was the only Syrian institution committed to resisting both al-Qaeda and Islamic State.

    It seems likely that the Trump administration will now return to that point as it tries to rebuild a policy from the ashes of the failed policy of the Obama administration.

    #Syrie

  • Selon David Ignatius dans le Washington Post, à l’ouest de la Syrie, les « rebelles soutenus par la CIA, la Turquie et l’Arabie saoudite » font face aux jihadistes d’al-Nousra :
    https://www.washingtonpost.com/opinions/the-islamic-state-is-degraded-but-far-from-being-destroyed/2016/03/08/bc0590fe-e56e-11e5-b0fd-073d5930a7b7_story.html

    The methodical campaign in eastern Syria contrasts with the messy battlefield to the west, where Syrian regime troops backed by Russia confront rebels supported by the CIA, Turkey and Saudi Arabia — all facing jihadists from the Islamic State and Jabhat al-Nusra. U.S. officials describe this confusing layering of forces as “marbling,” and it’s the reason the current cease-fire is so fragile.

    Il faut un certain toupet pour oser de telles énormités.
    Encore qu’il ne soit pas impossible que les Américains envisagent cette option dans l’avenir, mais qui reste jusqu’à aujourd’hui l’exact inverse de la réalité qui a eu cours depuis au moins 2012 : celle d’une alliance de facto, puis explicite et revendiquée entre al-Nousra et les « rebelles modérés » dans les provinces d’Idlib, Alep et Lattaquié.

    Balanche dans sa dernière livraison (très instructive) vient d’ailleurs de publier une carte de la présence d’al-Nousra :
    https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/view/how-to-prevent-al-qaeda-from-seizing-a-safe-zone-in-northwester


    Ainsi qu’un schéma montrant les liens d’al-Nousra avec les diverses coalitions rebelles :

    L’article d’Ignatius, lui, brosse surtout le tableau de la course vers Raqqa, qui a débuté depuis que l’intervention russe et iranienne a changé la donne en faveur du régime, mais sans mentionner une seule fois les avancées du régime face à Da’ich ! Comme si dans cette course, il n’y avait qu’un concurrent, les USA et leurs alliés étrangers et syriens (SDF) :

    U.S. Special Operations forces working with a widening array of partners are slowly tightening their squeeze on Islamic State fighters in eastern Syria — moving toward an eventual assault on the jihadists’ self-declared capital of Raqqa.

    Ainsi il reconnaît la présence de forces spéciales américaines, avec entre autres la delta Force, au nord-est en appui des SDF (YPG kurde plus groupes arabes) qui combattent Da’ich :

    The campaign in eastern Syria is directed by about 50 U.S. Special Operations forces now on the ground there, joined by about 20 French and perhaps a dozen British commandos. They’re working with about 40,000 Syrian Kurdish and Arab fighters dubbed the Syrian Democratic Forces; all but about 7,000 are from the Syrian Kurdish militia known as the YPG.
    U.S. commanders hope soon to augment the U.S. ground force in Syria to about 300 troops who can train and assist these fighters. With this broader U.S. base of operations inside Syria, it’s hoped that special forces from other countries, such as the United Arab Emirates, could play a role there.

    Il prophétise de plus une invasion turque au nord par la frontière turco-syrienne tenue par Da’ich, côté Euphrate - ce qui aurait l’avantage, pour les Turcs, d’empêcher le YPG kurde de faire la jonction entre Afrin et le reste du territoire sous son contrôle :

    The next stage in the assault may come to the west of Raqqa. Syrian fighters backed by Turkish commandos appear poised to move south from Jarabulus, where the Euphrates River crosses from Turkey into Syria, toward the area around Manbij. Other U.S.-backed forces hold the Tishrin Dam, about 55 miles northwest of Raqqa. The Turkish-led campaign could finally close the gap in its border, through which the Islamic State has maintained its supply lines.

    Et enfin il y a ce passage mystérieux où il est question au sud, côté frontière jordanienne, du début d’une avancée vers Raqqa par des forces spéciales jordaniennes et britanniques :

    A limited southern push toward Raqqa was begun recently by a small unit of Jordanian and British special forces that captured a former regime outpost in southeastern Syria, close to the Iraqi and Jordanian borders.

    Il semble qu’en fait Ignatius nous explique, à mots couverts, que la prise à Da’ich du poste-frontière jordano-syrien d’al-Tanf par une mystérieuse « New Syrian Army » rebelle, tout récemment créée et sans aucun fait d’armes à son actif, soit principalement le fait de forces spéciales étrangères :
    Dépêche AP rapportant le 5 mars cet exploit de cette mystérieuse New Syrian Army : http://www.businessinsider.com/ap-syria-rebels-take-border-crossing-from-is-2016-3?IR=T

    #course_vers_Raqqa #propagande #Syrie #al-Nousra #Daech #SDF #New_Syrian_Army

  • Avec beaucoup de pincettes… Une question commence à circuler sur Twitter parmi ceux qui se réjouissent de la mort d’Allouche : comment l’aviation syrienne a-t-elle obtenu l’information précise de l’heure et du lieu de la réunion des rebelles ? (J’insiste sur les « pincettes » : c’est typiquement le genre d’information qui ne sortira certainement jamais, et on est donc dans le domaine de la pure conjecture.)

    L’idée qui circule alors consiste à supposer qu’Allouche a été « donné » par un service pro-Otan, la plupart prétendant qu’il s’agirait des services de renseignement jordaniens. (Encore une fois : c’est une conjecture.) En clair : dans cette idée, les services jordaniens auraient donné Allouche aux Syriens pour se débarrasser de lui.

    Pourquoi cette « contre-narrative » maintenant ? Parce que chez les propagandistes de l’opposition pro-saoudienne, il y a cette communication organisée autour de l’idée que la mort d’Allouche prouverait que le régime ne veut pas réellement ouvrir de processus politique avec l’opposition. À l’inverse, affirmer qu’Allouche aurait été donné au régime syrien s’inscrit dans une explication qui, elle, affirme qu’Allouche (au même titre qu’Ahrar ash-Sham) était devenu un obstacle aux pourparlers prévus pour fin-janvier : la logique serait qu’il ne pourra pas y avoir de consensus sur la liste des organisations terroristes que la Jordanie devait établir, notamment parce qu’Allouche est soutenu par les Saoudiens et considéré comme terroriste par le régime et les Russes, et qu’il n’y aura pas de compromis sur cette question. D’où sa liquidation.

    Je signale cette conjecture parce qu’elle devrait certainement refaire surface plus largement dans les prochains jours, et parce qu’une fois de plus, si nos médias vont nous présenter une analyse unilatérale (« la mort d’Allouche démontre que le régime syrien ne veut pas de processus politique »), il y a en réalité une autre histoire qui se raconte, de plus en plus populaire, sur les réseaux arabes et qui affirme exactement le contraire.

    • Je vois d’ailleurs dans l’article de Une du Akhbar :
      زمن القطاف؟ مقتل علوش يخلخل أبواب الغوطة... و« الرياض »
      http://al-akhbar.com/node/248932

      المصدر أكّد أنّ «المعلومات المتداولة على نطاق ضيّق تؤكد وجود دور استخباري أردني وراء استهداف علّوش.

    • Parce que chez les propagandistes de l’opposition pro-saoudienne, il y a cette communication organisée autour de l’idée que la mort d’Allouche prouverait que le régime ne veut pas réellement ouvrir de processus politique avec l’opposition.

      Par exemple, pour ce qui est des partisans « occidentaux » de la ligne dure, en accord avec les pro-saoudiens, David Ignatius, célèbre éditorialiste du Washington Post, commentant un article allant dans le même sens d’Anne Barnard du New York Times :
      https://twitter.com/IgnatiusPost/status/680830869981007877?lang=fr

      Russia recklessly kills a Syrian rebel leader who could have negotiated truce. Moscow’s march of folly continues. http://nyti.ms/1TkAe3t

    • Pour mémoire, il y a deux semaines, Juan Cole expliquait que la position de l’Arabie séoudite lors de la conférence de l’opposition à Riyadh montrait que les Séoudiens « ne sont pas sérieux au sujet des négociations » :
      http://seenthis.net/messages/439258

      After the conference, Saudi Arabia came out and demanded al-Assad step down before the negotiations. This is a sign it is not serious about negotiations.

      Plus généralement d’ailleurs, Cole commentait la présence (très problématique pour lui) de Ahrar ash-Sham à cette conférence.

    • Ce qui est en train d’arriver, c’est que l’ONU continue à maintenir la fin janvier comme date du début du processus politique, et cela en se basant sur une résolution du Conseil de sécurité. Et quand on dit qu’Allouche (comme Ahrar ash-Sham) a participé à la réunion de Riyadh, et serait donc prêt à ces négociations, c’est faire l’impasse sur la question de savoir s’il continue à exiger le départ de Bachar Assad dès le début du processus politique, ou s’il acceptera les négociations dans les conditions décidées par le CS.

      Avec à la clé le fait que si des groupes armés refusent les négociations décidées par le Conseil de sécurité, en ajoutant une condition (le départ de Bachar) qui a été soigneusement évitée à l’ONU, ils ne tarderont pas à être considérés comme terroristes par « la communauté internationale » (et pas seulement par les Russes). (Et ainsi gros barnum, puisqu’il semble difficile pour l’ensemble des présents à Riyadh de se désolidariser de la position des groupes les plus puissants parmi eux.)

      Je pense qu’une grosse différence entre la narrative « Allouche était indispensable aux négociations » et la contre-narrative « Allouche a été lâché par les Jordaniens sur ordre des États-Unis parce qu’il gênait le démarrage des négociations », ça revient largement à ce point.

    • Toujours dans Al-Akhbar de ce matin, un article qui évoque la mort de Alloush et le fait que les Jordaniens se seraient fermement opposés, peu avant, à ce qu’il transite par la Jordanie pour gagner Riyadh et sa conférence des opposants.

    • Les développements en Syrie commandent l’évolution des dossiers régionaux - Scarlett Haddad
      http://www.lorientlejour.com/article/964997/les-developpements-en-syrie-commandent-levolution-des-dossiers-region

      Sans oublier le fait que selon des rapports des renseignements étrangers, ce seraient les renseignements jordaniens qui auraient donné aux Russes et aux Syriens les informations nécessaires sur la localisation de Zahran Allouche qui a été la cible d’un bombardement aérien il y a quelques semaines.

  • Un échantillon des #énormités des #msm dans leurs compte-rendus des #guerres au #moyen-orient,
    http://www.middleeasteye.net/columns/media-misses-point-proxy-war-1956459570

    #Gareth_Porter :

    – à supposer que l’#Iran mène au #Yemen une « guerre par procuration » contre l’#Arabie_Saoudite à travers les #Houthis, comment peut-on décemment qualifier de même l’intervention on ne peut plus directe de l’Arabie saoudite dans ce pays ?

    – Comment un article dont le sujet est précisément les guerres par procuration, peut-il décemment faire le silence sur celles menées en #Syrie par la #Turquie, le #Qatar et l’Arabie saoudite, notamment à travers des groupes aussi peu recommandables que #al-Nusra/#al-Qaïda #ISIS ?

    • Entre autres choses, le passage sur la Syrie :

      The crimes committed by the Syrian regime in the war are unconscionable, but the policies of external countries pursuing a proxy war to overthrow the existing regime have created a far more ominous threat to the entire region. Washington Post columnist David Ignatius has detailed the process by which Turkey, Saudi Arabia and Qatar competed with one another to create proxy forces with which to overthrow the Assad regime. 

      Such an unbridled competition in the creation of armies for regime change was by its very essence a reckless and cynical use of power that carried the obvious risk of even worse chaos and violence of the war in Syria. But they have made the costs of proxy war far greater by targeting the most aggressive armed groups they could find as their clients, and their weapons soon “made their way to the terrorist groups,” wrote Ignatius, to which the Turks and Qataris “turned a blind eye”. 

      Once it became clear that Sunni states were creating a proxy war in Syria that could tip the balance against the Syrian regime, Iran and Hezbollah intervened in support of the regime.

      But what the conventional view of the Syrian proxy war leaves out is the linkage between Syria in Iran’s deterrence strategy. Iran is militarily weak in relation with Israel and US military power in the Middle East, and has been the target of US and Israeli military threats going back to the 1990s.

      Iran’s deterrent to such attacks has depended on the threat of retaliatory rocket attacks against Israel by Hezbollah from Southern Lebanon - destroying the ability of Hezbollah to retaliate for an attack was the single biggest reason for Israel’s 2006 war against Hezbollah.

      The Assad regime was part of the Iranian deterrent as well. Not only did Syria have a force of several hundred missiles that Israel would have to take into account but also, Syrian territory is the shortest route for Iranian resupply of Hezbollah.

  • Foreign nations’ proxy war in Syria creates chaos - David Ignatius
    à retitrer : « I will send weapons to al-Qaeda if it will help »
    http://www.washingtonpost.com/opinions/david-ignatius-foreign-nations-proxy-war-creates-syrian-chaos/2014/10/02/061fb50c-4a7a-11e4-a046-120a8a855cca_story.html

    A leading figure was a Qatari operative who had helped arm the Libyan rebels who deposed Moammar Gaddafi. Working with the Qataris were senior figures representing Turkish and Saudi intelligence.

    But unity within the Istanbul operations room frayed when the Turks and Qataris began to support Islamist fighters they thought would be more aggressive. These jihadists did emerge as braver, bolder fighters — and their success was a magnet for more support. The Turks and Qataris insist they didn’t intentionally support the extremist group Jabhat al-Nusra or the Islamic State. But weapons and money sent to more moderate Islamist brigades made their way to these terrorist groups, and the Turks and Qataris turned a blind eye.

    “The operations room was chaos,” recalls one Arab intelligence source. He says he warned a Qatari officer, who answered: “I will send weapons to al-Qaeda if it will help” topple Assad. This determination to remove Assad by any means necessary proved dangerous. “The Islamist groups got bigger and stronger, and the FSA day by day got weaker,” recalls the Arab intelligence source.

    The Saudi effort was run until late 2013 by Prince Bandar bin Sultan, at that time head of Saudi intelligence. Bandar was enthusiastic but undisciplined, adding to the chaos. Pushed by the United States, the Saudis in February replaced Bandar and gave oversight of the Syria effort to Interior Minister Mohammed bin Nayef. The program was less chaotic but no more effective in checking the rise of Jabhat al-Nusra and the Islamic State.

    Retenir au passage que les Américains n’y sont pour rien, et que les Séoudiens n’y sont pas pour grand chose non plus (il n’est pas écrit que Bandar participait au soutien actif d’Al Qaeda, contrairement aux qataris, seulement qu’il « ajoutait au chaos » pour son « enthousiasme et son manque de discipline »).

    Avec Joe Biden, nouvelle narrative américaine ?
    http://seenthis.net/messages/298867

  • Obama Met Privately With Top Journalists Before ISIS War Speech
    http://www.huffingtonpost.com/2014/09/13/obama-journalists-isis-speech_n_5816494.html?1410651263

    NEW YORK –- President Barack Obama met with over a dozen prominent columnists and magazine writers Wednesday afternoon before calling for an escalation of the war against the Islamic State, or ISIS, in a primetime address that same night.

    The group, which met in the Roosevelt Room of the White House in an off-the-record session, included New York Times columnists #David_Brooks, #Tom_Friedman and #Frank_Bruni and editorial writer #Carol_Giacomo; The Washington Post’s #David_Ignatius, #Eugene_Robinson and #Ruth_Marcus; The New Yorker’s #Dexter_Filkins and #George_Packer; The Atlantic’s #Jeffrey_Goldberg and #Peter_Beinart; The New Republic’s #Julia_Ioffe; #Columbia_Journalism_School Dean #Steve_Coll; The Wall Street Journal’s #Jerry_Seib; and The Daily Beast’s #Michael_Tomasky, a source familiar with the meeting told The Huffington Post.

    National Security Advisor Susan Rice, Deputy National Security Advisor Ben Rhodes and White House Chief of Staff Denis McDonough also attended the meeting, according to the source.

    • Off-the-Record Session With the President on ISIS Raises Concerns
      By MARGARET SULLIVAN SEPTEMBER 17, 2014 3:15 PMSeptember 17, 2014 4:03 pm 3 Comments
      http://publiceditor.blogs.nytimes.com/2014/09/17/off-the-record-session-with-the-president-on-isis-raises

      Tom English of Jackson Heights wrote, “to me, it really looks like the meeting was held to run talking/propaganda points by the media to see how best to sell the war.” Judith Abrams of Newton, Mass., asked, “how can I have confidence in the reporting in the Times when the government and the journalists appear to have such a symbiotic relationship?” And Eric Kodish, chairman of the bioethics department at the Cleveland Clinic, wondered about the ethics of using information from those who were not supposed to talk about what they had heard.

      (...)

      As I noted above, Mr. Obama didn’t invent these off-the-record sessions, not by a long shot. But such meetings shouldn’t be a substitute for allowing news reporters, on behalf of the public, to grill the president on the record – especially on a subject as weighty and important as impending military action. But increasingly, they seem to be just that. Readers are right to be troubled about the implications.

  • David Ignatius: Sorting out the rebel forces in Syria - The Washington Post
    http://www.washingtonpost.com/opinions/david-ignatius-sorting-out-the-rebel-forces-in-syria/2013/04/02/aaaa0110-9bd3-11e2-9a79-eb5280c81c63_story.html

    The Free Syrian Army has developed a rough “order of battle” that describes these rebel groups, their ideology and sources of funding. This report was shared last week with the State Department.

    ...

    ... rebel sources say there are several [ islamist ] major factions.

    The biggest umbrella group is called the Jabhat al-Tahrir al-Souriya al-Islamiya. It has about 37,000 fighters, drawn from four main subgroups based in different parts of the country. These Saudi-backed groups are not hard-core Islamists but are more militant than the political coalition headed by Sheik Moaz al-Khatib, who last week claimed Syria’s seat in the Arab League.

    The second-largest rebel coalition is more extreme and is dominated by hard-core Salafist Muslims. Its official name — Jabhat al-Islamiya al-Tahrir al-Souriya — is almost identical to that of the Saudi-backed group. Rebel sources count 11 different brigades from around the country that have merged to form this second coalition. Financing comes from wealthy Saudi, Kuwaiti and other Gulf Arab individuals. Rebel sources estimate about 13,000 Salafist fighters are gathered under this second umbrella.

    A third rebel group, known as Ahfad al-Rasoul, is funded by Qatar. It has perhaps 15,000 fighters.

    The most dangerous group in the mix is the Jabhat al-Nusra, which is an offshoot of al-Qaeda in Iraq. By one rebel estimate, it has grown to include perhaps 6,000 fighters. But this group, perhaps fearing that it will be targeted by Western counterterrorism forces, is said to be keeping its head down — and perhaps commingling with the Salafist umbrella group.

    Idriss and his Free Syrian Army command about 50,000 more fighters, rebel sources say.

  • A lire l’extraordinaire David Ignatius on croirait que la « spirale des tueries sectaires » existait avant l’invasion étasunienne et que David Petraeus n’a jamais créé d’escadrons de la mort.

    David Ignatius : Ten years later, recalling Iraq’s hard lessons - The Washington Post
    http://www.washingtonpost.com/opinions/david-ignatius-ten-years-later-recalling-iraqs-hard-lessons/2013/03/20/5a05890c-90d7-11e2-bdea-e32ad90da239_story.html?hpid=z2

    By checking the spiraling sectarian killing, the surge of U.S. troops led by Bush and Gen. David Petraeus saved thousands of Iraqi lives. It’s one thing Americans did right in this painful story.

  • La papier de David Ignatius, établissant un parallèle entre la Syrie et le soutien américain aux afghans dans les années 80 est intéressant : Syria’s eerie parallel to 1980s Afghanistan. Curieusement, dans sa dernière suggestion, Ignatius recommande de se reposer sur les chefs tribaux pour limiter l’influence d’Al Qaeda ; mais si c’est pour imposer un régime tribal, quel intérêt voit-il à renverser le régime actuel ?
    http://www.washingtonpost.com/opinions/david-ignatius-syrias-eerie-parallel-to-1980s-afghanistan/2012/09/05/90652434-f781-11e1-8398-0327ab83ab91_story.html

    What does this historical comparison suggest? On the positive side, the Afghan mujahedeen won their war and eventually ousted the Russian-backed government. (Yes, that’s another eerie parallel.) On the negative, this CIA-backed victory opened the way for decades of chaos and jihadist extremism that are still menacing Afghanistan, its neighbors and even the United States.

  • Obama applique Syriana
    par Pepe Escobar, Asia Times (Hong kong) 3 août 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri
    http://mounadil.wordpress.com/2012/08/04/pepe-escobar-sur-le-complot-contre-la-syrie

    (...) Chaque fois que la CIA veut organiser la fuite d’une quelconque information, elle passe par un scribe dévoué comme David Ignatius du Washington Post. Le 18 juillet déjà, Ignatius reproduisait son briefing selon lequel « la CIA travaillait avec l’opposition syrienne depuis plusieurs semaines dans le cadre d’une directive non-létale… De nombreux agents des services secrets israéliens opèrent aussi le long de la frontière syrienne même s’ils font profil bas. »

    Comme c’est charmant. Jusqu’à quel point fait-on profil bas aux frontières syriennes ? Sur un Instagram au milieu d’un groupe de chauffeurs de camions souriants ?

    En ce qui concerne le « profil bas » du Mossad, le truc à Tel Aviv est de dire qu’Israël est capable de « contrôler » les nuées de wahabbites ultras et de djihadistes-salafistes qui infestent désormais la Syrie. Même si c’est une ineptie manifeste, une chose est parfaitement claire : Israël flirte avec les islamistes du style al Qaïda.

    Ce qui signifie que l’Armée Syrienne pas exactement Libre (ASL), bourrée de Frères Musulmans jusqu’au-boutistes et infiltrée par des salafistes djihadistes suit l’agenda non seulement de ceux qui la financent et l’arment – la monarchie saoudienne et le Qatar – mais aussi de Tel Aviv aux côtés de Washington et de ses caniches attitrés à Londres et à paris. Ce n’est donc pas qu’une guerre par procuration – ce sont plusieurs guerres par procuration concentriques.

    Le triangle de la mort

    L’objectif de Tel Aviv est clair ; un gouvernement syrien affaibli, une armée épuisée et en désarroi, la haine sectaire partout et une tendance irrésistible à la balkanisation. Le but ultime n’étant pas seulement la libanisation, mais la somalisation de la Syrie et de ses environs.

    L’objectif de la Turquie demeure incroyablement obscur – en dehors du vœu pieux d’une Syrie pos-Assad qui deviendrait une version douce et civilisée du règne de l’AKP à Ankara (ce qui n’arrivera pas). (...)

  • In foreign policy, Obama learns on the job - David Ignatius
    http://www.washingtonpost.com/opinions/in-foreign-policy-obama-learns-on-the-job/2012/05/10/gIQAHSJ4FU_story.html

    On Syria, the other Middle East tinderbox, Obama knows that Kofi Annan’s peace effort is failing because of the former U.N. secretary general’s inability to halt violence and begin the transition from President Bashar al-Assad. Obama knows that Russia is the key to avoiding a civil war, but he doesn’t think the Russians will commit to oust Assad unless they’re convinced that he can’t govern and that only a new government will contain extremism in Syria. Like Russian President Vladimir Putin, Obama thinks parts of the Syrian opposition would be worse than Assad — and he worries that the protracted struggle is empowering precisely these people.