person:donna haraway

  • Galaxy Haraway | DégenréE
    http://www.radiorageuses.net/spip.php?article999

    Malgré cette dure semaine pour le collectif dégenré-e (nous nous sommes fait.e.s viré.e.s de Radio Kaléidoscope), nous vous invitons dans la galaxy Haraway. Ce premier volet n’est qu’un voyage à travers quelques constellations de la féministe Donna Haraway, notamment autrice du « Manifeste Cyborg ». Durée : 1h30. Source : Radiorageuses

    https://degenree.pimienta.org/2019/degenree-2019-donna-sans-studio.mp3

  • N° 7 Very Symbiotic ! Pour des savoirs situés - dimanche 18 mars 2018, 15h-17h
    https://vimeo.com/330622485

    Conception : Chloé Desmoineaux (artiste), intervenant.es : Xavier Bailly (ingénieur de recherches), Ewen Chardronnet (artiste), Vinciane Despret (philosophe, entretien pré-enregistré, présente au débat via skype), Emilie Hache (philosophe), Jean-Paul Fereira (maire d’Awala-Yalimapo)

    Dans la matinée, la projection du film « Donna Haraway : Story Telling for Earthly Survival » de Fabrizio Terranova, constitue une très utile introduction à la table ronde qui commence par la projection du court de Nathalie Magnan « Donna Haraway Reads the National Geographic of Primates », réalisé trente ans plus tôt. Après une minute de respiration collective proposée par Chloé Desmoineaux, les deux premiers intervenants orientent les débats sur la désacralisation de la symbiose, la nécessité du vivre ensemble pour adopter l’holobiont et privilégier la coexistence de la verticalité et de l’horizontalité. Puis à travers l’entretien enregistré de Vinciane Despret, débutent des échanges sur la relation/proximité entre nature et culture, entre humains et animaux, entre morts et vivants et sur le besoin d’opposer à l’anthropocène (centraliste) une vision nouvelle, le chtulucène (multi-spéciste). Émilie Hache développe ensuite les concepts d’écoféminisme et d’écosexualité discutés lors de la soirée Écosex. L’évocation critique de la Guyane, son histoire coloniale et politique, sa géographie, ses interactions entre populations, son fleuve, ancienne voie d’échanges, et aujourd’hui frontière contestée, clôture la table-ronde.

    #transborder #conférence #nathalie_magnan

    L’intervention de Vinciane Despret sur la mort était particulièrement bienvenue, et toujours recommandée.

  • Dee Morris & Stephen Voyce | Jacket2

    https://jacket2.org/commentary/dee-morris-stephen-voyce

    Ce site tout à fait original et passionnant propose des exemples de #contre-cartographie #cartographie_radicale #cartographie_critique mais pas seulement ...

    Projet cartographie expérimentale
    Tags généraux : #cartoexperiment #biblioxperiment
    Tags particulier : #visualisation #complexité_visuelle

    Like the term eco-poetics, eco-mapping draws its discursive power from the oikos, whose etymological traces are manifest in both the ecological and the economic. We use it to signify a bio- rather than an anthro-pocentric approach to the complex relationships between cartography and planetary ecosystems. We agree with Donna Haraway that it is the capitalocene, and not the anthropocene, that figures the threat of mass extinction for all biotic and abiotic life. Read more

  • NATHALIE MAGNAN - Film Screenings in NYC (5-6 November)

    http://anthologyfilmarchives.org/film_screenings/series/48199

    Nathalie Magnan (1956-2016) was recognized in the English-speaking world and in France as a remarkable media theoretician. Over the course of her career, she edited two anthologies of texts, published numerous articles, and created various websites. As a moving-image artist, she worked as a director for entities across a wide spectrum of the media landscape, making videos for various alternative media collectives as well as the French television giant, Canal +. A pioneer of cyberfeminism, she was one of its most prominent figures, working with Zelig, Faces, and Old Boys Network, and co-moderating the pioneering listserv nettime. Magnan introduced the work of scholar and theorist Donna Haraway to France, translating and publishing “The Cyborg Manifesto.” Spending 12 years in the U.S., where she completed her graduate studies and collaborated with, among others, the media collective Paper Tiger Television, she returned to France in 1990, where she would become a professor at the École Nationale Superieure d’Art in Bourges. A committed, generous, and rebellious teacher, she taught generations of young artists that art could be the practice of freedom. In celebration of her life and career, we host these two programs of her provocative and inspired video work.

    Sunday Nov. 5 7:30 PM

    NATHALIE MAGNAN: PROGRAM 1: MEDIA JAMS

    Film Notes
    Introduced by Catherine Lord.

    NATHALIE MAGNAN: MEDIA THEORETICIAN / NATHALIE MAGNAN, THÉORICIENNE DES MÉDIAS (2012, 12 min, video)
    In this interview with the magazine MONSTER, Magnan speaks about tactical media, jamming, gender changes, the cyborg manifesto, and (h)activism.

    INTERNAUTES (1995, 13 min, video)
    With humor and intensity, Magnan documents all manner of internet communities, from small to large, from young artists to engineers.

    HAVE YOU SEEN THE WAR? / AVEZ-VOUS VU LA GUERRE? (1991, 45 min, video. Made in collaboration with Canal Dechaine.)
    A montage of archival footage and interviews (with Serge Daney and Félix Guattari, among others) about the representation of the First Gulf War on French television.

    THERE’S NO SMOKE WITHOUT FIRE AND BESIDES, IT’S TRUE / IL N’Y A PAS DE FUMÉE SANS FEU ET EN PLUS C’EST VRAI (1996, 24 min, video)
    A visionary document examining what we now call fake news: the explosion of unverified rumor into the public sphere.

    Total running time: ca. 100 min.

    Monday, November 6

    7:30 PM
    NATHALIE MAGNAN: PROGRAM 2: GENDER TRANSFORMATIONS: NO SMOKE NO MIRRORS

    Film Notes
    Introduced by Marita Sturken.

    BORN TO BE SOLD: MARTHA ROSLER READS THE STRANGE CASE OF BABY M (1988, 35 min, video)
    Martha Rosler tackles mainstream media’s representation of the case of surrogate mother Mary Beth Whitehead. This video, made with the collective Paper Tiger Television, uncovers the class and gender bias of the courts and of the media coverage.

    ONE MAN IN TWO IS A WOMAN / UN HOMME SUR DEUX EST UNE FEMME (1996, 5 min, video)
    Spiked with archival footage as well as interviews with key French female thinkers and public figures, this very funny “instructional” film discusses gender disparity in French politics.

    TESTING THE TEST TUBE / L’ÉPROUVANTE ÉPROUVETTE (1991, 34 min, video)
    The surprisingly varied experiences of seven women undergoing in-vitro fertilization.

    LESBORAMA (1995, 30 min, video)
    Is there such a thing as lesbian culture? Magnan creates a montage of scenes from the history of lesbianism in cinema and interviews with prominent and not-so-prominent lesbians.

    Total running time: ca. 110 min.

    (…) This retrospective is presented alongside our series devoted to radical French video maker Carole Roussopoulos (http://anthologyfilmarchives.org/film_screenings/series/48204)

  • Pour une pratique féministe de la visualisation de données - Catherine D’Ignazio
    https://visionscarto.net/visualisation-donnees-feministe

    Ce texte sans prétention claque en fait comme un manifeste et un programme d’action.

    Si les infographies — je ne parle pas ici des outils de recherche et d’exploration, mais des représentations publiques et populaires — excellent à présenter des mondes entièrement contenus, elles ne savent pas représenter visuellement leurs limites. Où sont les lieux où l’enquête n’est pas allée, qu’elle n’a pas pu atteindre ? Comment les indiquer ? Comment représente-t-on les données manquantes ?

    Ce qui donne à cette carte son caractère dissident, c’est le titre, formulé par les jeunes Noirs qui ont produit la carte. « Où les banlieusards qui rentrent du boulot écrasent les enfants noirs ». Un titre qui n’est pas neutre. On est loin de « Localisation des accidents de la route dans le centre de Detroit », titre qui aurait probablement été donné à la carte si elle avait été élaborée par des consultants extérieurs employés par la ville. Mais du point de vue des familles noires dont les enfants avaient été tués, il ne faisait aucun doute que les enfants étaient noirs, les banlieusards blancs, et les événements décrits comme des « meurtres » plutôt que des « accidents ».

    #cartographie_critique #méthodologie #féminisme #savoirs_situés

    traduit par @fil — en mémoire de Nathalie Magnan, traductrice de Donna Haraway (https://monoskop.org/Donna_Haraway)

  • Donna Haraway: “Story Telling for Earthly Survival”
    https://www.youtube.com/watch?v=zFGXTQnJETg

    Fabrizio Terranova: inside Donna Haraway’s world at KFDA
    http://www.bruzz.be/en/film/fabrizio-terranova-inside-donna-haraways-world-kfda
    http://www.bruzz.be/sites/default/files/styles/bn_780/public/BRUZZ-out%201523/1523%20Donna%20Haraway.jpg?itok=BwKKhCQT

    Via science fiction, she shows us that another world is possible. How would you describe Donna Haraway’s world?
    Terranova: It’s a world in which the relations between different species have completely changed. Men and women live together in reconstituted micro-communities that don’t obey gender norms. They don’t see the solution as a great final outcome in which we’ll all live happily ever after. These people live in a world in ruins; it’s our world, but they have decided to change their relationship to it by being more in harmony with the animal kingdom and by using technology to resist.

    #haraway #narration #science-fiction #documentaire #féminisme #animaux

  • Le chant des batailles désertées
    Par Lola Lafon

    « Contester c’est dire ça ne va pas, je ne suis pas d’accord. Résister, c’est se charger de supprimer ce qui ne va pas ».(Ulrike Meinhof)

    Une lutte en est-elle encore une quand elle tremble de désigner des adversaires ? Comment combattre ce avec quoi on marche main dans la main ?Il faudrait commencer par consentir à déplaire, à fâcher. Oser être désagréable, folle même. Se méfier de cette sagesse qui gagne depuis quelques années, comme une paresse de fin d’après-midi d’hiver, cette fausse insolence adolescente, où, joyeusement turbulente, on se tait sitôt rappelées à l’ordre. Il faudrait ne pas avoir peur de faire peur. Et se souvenir de la bagarre. Celle qui fait le corps moite, les joues trop rouges et les cheveux en l’air. La bagarre aux mains sales. Il faudrait se souvenir qu’elle ne sera sûrement pas télévisée et que si elle l’est, c’est que la chorégraphie est réglée d’avance, et que rien, aucun faux mouvement nesurviendra.Entre le « féminisme MAIS » des médias (féministe mais hétéro, mais jolie, mais pas trop), et celui qui s’enterre majestueusement dans les musées ou soirées tendances, libérer les corps flirte de plus en plus avec l’eden sage d’un corps libéral. Trash ou légaliste, le féminisme se cherche frénétiquement une place (et l’a trouvée…), alors qu’il s’agissait peut-être de se vouloir fièrement en-dehors de toute place offerte.

    #féminisme

    • Le corps du combat

      A peine libéré d’une sexualité normée et moralisée, notre corps est entré dans l’ère du libérable obligatoire. Libérable de sa graisse, de traits jugés inégaux, à plastifier, de névroses le traversant ou d’ovaires paresseux. Et voilà chacune penchée sur son « soi », le massant d’huiles essentielles et guettant religieusement la provenance des nourritures proposées à ses entrailles et différents orifices et s’employant anxieusement à lui procurer un nombre suffisant d’orgasmes, à ce corps en « fonctionnement-production » maximal, signe extérieur d’équilibre obligatoire. Car il s’agit avant tout d’être épanouie, nouveau dogme qui semble interdire le désordre quel qu’il soit. A notre chevet, nous voilà devenues nos propres nourrissons.

      #sexualité #productivisme #libéralisme

    • Une maison de chair qui sent le renfermé

      Pouvoir enfin débattre du genre, de la prostitution et avoir un accès déculpabilisé à la pornographie, tout ça a un instant semblé créer de nouveaux(elles) êtres désentravé(e)s, loin d’un féminisme plus victimaire. Mais…Subversives, les femmes qui commentent inlassablement leur sexe, leur désir, comme enfermées dans une maison de chair, autophage, bientôt ? Sous des apparences joyeusement trash, revoilà l’injonction éternelle faite aux femmes de retourner à leur corps, au-dedans… Me voilà remise à ma place, enfermée face à mon sexe, cette place qui a toujours été la nôtre, où les femmes sont attendues et contenues, cette maison trop chaude : l’intime. La radicalité féministe aujourd’hui semble tourner presqu’uniquement autour de ce qu’on fait, ou pas, à et avec son corps.Et quand il relève la tête de son corps, le féminisme, il fait quoi ?Il demande à l’Empire de lui faire une place, en marge ou bien au centre.

    • Place de choix ou choix de la place.

      Le corps des femmes semble n’avoir aucune autre alternative que de toujours s’en remettre à un Empire. Empire-état, patriarcal, qui nous protègerait de ses lois, ou le dernier en date, l’Empire scientifique qui s’empare de nos corps comme de textes morcelables. Enfin, l’Empire total, celui qui contient tous les autres, dans lequel, du moment qu’on les paye, tous les choix sont égaux et possibles. Empire où il faut jouir de ce qu’on a ou voudrait avoir, jouir « illimité », du téléphone jusqu’au sex-toy, les yeux fermés. Pourvu que ça consomme.

      #patriarcat #objectivation

    • La « c’est mon choix » idéologie.

      Cette « c’est mon choix idéologie » envahit les blogs, les romans et les essais. Faisant de nous des sujets-corps, isolées les unes des autres, toujours représentées par notre parole, le sacro saint témoignage. On exacerbe le parcours personnel, l’individue. C’est mon choix, je suis libre de. Et on s’égaye de ces nouvelles possibilités, tout trouvera sa place dans la vitrine du « c’est mon choix », ce supermarché des idées : vendre son cerveau-travail à un Manager, ou son vagin-travail sur le net, ou encore écarter ses jambes devant la science, qui a fait de la peur du manque d’enfant un marché sans fin, encore et encore du ventre, merveilleux marché autour des femmes, blanches (au sens politique), bien entendu. Aux Autres, non-blanches, la même science propose la stérilisation, voire le féminicide en Inde ou en Chine.

      #choix #dépolitiastion
      Voire aussi sur la question du choix dans le féminisme : https://seenthis.net/messages/507144

    • « Consommons-nous les uns les autres. »

      Si un moment, le droit de faire ce qu’on veut de son sexe a failli ressembler à un idéal libertaire, là, on est très loin d’un anticonformisme insolent. Les mots employés par ceux et celles qui disent« capitaliser sur leur sexe » sont étonnamment proches des mots de ceux qui prostituent leur cerveau à un quelconque marché. On « gère » sa « carrière », on vend du service. Avec le réalisme pragmatique d’un DRH, on prône une liberté empreinte d’une odeur de défaite absolue, dans l’enclos inquestionnable du systèmemarchand.Du corps libéré à libéral, ou, comment, en voulant faire la peau du moralisme, on s’assoupit et trébuche dans les bras du capitalisme, ravi.Et dans une torpeur toute légaliste, le féminisme emboîte le pas à l’écologie molle remplie de belles images tristes de gentils animaux disparus, et à cette grande fable du capitalisme à visage humain, vert et équitable, et s’inscrit parfaitement dans l’époque sagement biologique de l’obéissance indiscutée. Et la parité, réclamée à grands cris jusque dans l’Elysée, n’est qu’un autre aspect du même manque de fougue. Vouloir reproduire le même monde, mais au féminin, sans jamais le questionner, ce monde…Si la place médiatique est offerte à ces féminismes, c’est peut-être qu’ils caressent bien gentiment, chacun à leur façon, le patriarcapitalisme.

      #parité #capitalisme

    • Cyber-Pétain

      Capitalisme, patriarcat, que de gros mots qu’on n’ose plus brandir sous peine d’être « dépassées ».Et pourtant : le paysage sent sévèrement le moisi. Voilà, entre autres, le grand retour pétainiste à la valeur maternité, avec ces innombrables interviews de stars se terminant par : mon plus beau rôle, c’est maman. Comme pour se faire pardonner de la place arrachée socialement aux hommes, et toujours revenir à leur ventre, ce passeport pour la norme. On est passées d’ « un enfant si je veux » dans les années 70, à « un enfant est mon plus beau rôle », et tout ça s’accommode très bien de « un enfant à tout prix ». Ou comment les partisans de la technologie du ventre des femmes rejoignent l’instrumentalisation et la glorification du ventre maternant.

      #maternité

    • La pâleur du féminisme

      Alors, aux blanches, le choix des débats et mouvances, et aux Autres, non-blanches, noires, arabes, d’Europe de l’Est, tziganes et autres précaires, comme on dit quand on n’ose plus dire pauvres, à elles, on laissera le combat laborieux : emprunter (et le verbe emprunter là prend tout son sens) l’espace qui leur reste et la rue hétéro-normée sans se faire haranguer, juger pour un morceau de tissu en trop ou en moins, que celui-ci dévoile des cuisses ou couvre des cheveux.Sortir de chez soi, de l’intime, parfois de son pays et arriver en France. Se confronter au post colonialisme décomplexé et insouciant, à la violence administrative et policière quotidienne. A ces femmes là, aussi, nos Invisibles, tous les travaux de « service », à elles de s’occuper des corps blancs à garder, nettoyer, à branler. Pas le choix. Et ces Autres n’ont pas souvent droit aux attentions des féministes, si peu nombreuses à défendre les sans papières, par exemple, étouffées dans les charters et violées en rétention.A l’image de la France en 2010, le féminisme oublie la bagarre…Parce que sans doute, la bagarre, ça n’est pas très féminin ?

      #féministes_blanches #intersectionnalité

    • Je ne renoncerai pas à ma part de violence.

      Les femmes tentées par la radicalité se confrontent à un territoire toujours pensé au masculin. Récemment, dans l’affaire des « anarcho-autonomes » de Tarnac, les intellectuels de gauche et de droite ont tous commenté, fascinés, la figure virile du héros emprisonné, Julien Coupat, tandis qu’Yldune Lévy, également emprisonnée pour les mêmes raisons, ne fut pas l’héroïne de son histoire, mais systématiquement décrite comme la « compagne de », perdant ainsi toute identité d’une volonté politiquepropre.De Florence Rey, devenue une icône rock bien malgré elle, à Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron (membres d’Action Directe), toutes ont été systématiquement décrites comme aveuglées par l’amour, suivant (le cerveau) un homme. On les place d’emblée dans l’affectif et le psychologique, hors du politique. Comme si l’engagement armé des femmes était impensable, pas « naturel », une femme étant « faite pour » donner la vie et pas la mort.

      #invisibilisation_des_femmes #effacement_des_femmes #machos_de_gauche #manarchisme

    • Voleuses de feu

      Je crois qu’il est grand temps de ressortir les petites sœurs crado et pas montrables du féminisme. Ces sorcières acrobates ou enfants sauvages, Voltairine de Cleyre anarchiste et féministe du XIX è pour qui le « mariage était une mauvaise action », les Rote Zora, ces femmes autonomes, qui en Allemagne de 1977 à 1995 attaquèrent à l’explosif le Tribunal opposé à l’avortement et incendièrent une cathédrale, entre autres. Ces collectifs de filles en France qui organisent des marches de nuit « pour ne plus se faire marcher dessus le jour », les Mujeres Creando en Bolivie, et le Pink Gang en Inde, ces « intouchables » en sari rose, armées de bâtons qui s’attaquent aux violeurs et aux policiers refusant d’enregistrer leurs plaintes. Qu’on reparle de toutes celles qui, à différentes époques, solidaires des femmes les plus précaires, ont mis des bombes dans des usines et pillé les grandes surfaces pour tout remettre, libre et gratuit, dans les rues. Qu’on fasse connaître celles qui, réunies en black blocs dans les manifestations, mettent le feu autour des prisons de femmes, un peu de lumière pour briser l’isolement. Sous les capuches noires, elles sont nombreuses, même si ce genre d’action est toujours taxé de « viril ». La casse et la destruction de biens symboliques ne pouvant être le fait de femmes…

      #sorcières

    • « Il est temps de passer de la nausée au vomissement » (Mujeres Creando)

      Je ne sais pas ce qu’est le féminisme mais ce que je sais, c’est que s’il s’agit de prendre ma part d’un système qui me détruit et m’enrage, je n’en suis pas. S’il s’agit de rester ce trou consommant et conso-aimable, saturé d’ordres et ouvert à toutes les obéissances « tendances », je n’en suis peut-être pas. Je veux bien décliner de nouveaux genres, mais pas des genres d’aliénations, je ne veux pas la place, ni les salaires de ces hommes dont je souhaite profondément l’éradication sociale, ni prendre part à toute cette nausée, même conjuguée au féminin. Je ne me satisferai pas de voir mon cerveau avalé par mon vagin. Je ne réclame aucun droits à cet état, parce qu’en demander quelques uns, c’est admettre qu’on ne les aura pas tous.Il nous faudra bien réapprendre la colère, apprendre à rendre les coups aux sexistes de droite qui ressemblent tant aux sexistes de gauche, voire les donner en premier si besoin est. Les femmes continuent d’être marchandées, happées, pesées, fouillées, jaugées, violées par des hommes, aussi bien blancs que non-blancs, derrière les portes closes des beaux appartements bourgeois aussi bien que dans les banlieues.Ilnous faudra reprendre par la main celles-là, invisibles, qui, sur le bord, nous regardent de trop loin. Réapprendre la bagarre ensemble, celle qui fait transpirer, et répandre la joie explosive de nos fêtes impolies. Conspirons, volons, sabotons, rejoignons nous en bandes dans la nuit pour détruire ceux qui nous détruisent, redevenons des bandites fiévreuses, des enfants acharnées à ne pas rester là où on nous pose.L’époque est dure aux voleuses de feu…Alors il nous faudra bien redevenir impitoyables, et, sans rien céder de nos vies ou de nos corps, saturer chaque atome de plaisirs vagabonds, sans jamais en payer aucun prix.

    • Bibliographie
      Voltairine De Cleyre : « D’espoir et de raison, écrits d’une insoumise »
      LuxHistoire et communiqués des Rote Zora : « En Catimini ».
      Fanny Bugnon : « Quand le militantisme fait le choix des armes : Les femmes d’Action Directe et les médias. »
      Offensive Libertaire N°=24 : « Un autre genre d’aliénation » (Anita Bomba)
      Charlie Devilliers : « Les femmes et la lutte armée »

    • Chouette digression au texte d’ouverture -Le chant des batailles désertées- par Lola Lafon . Et la bibliographie de @mad_meg qui m’a replongé dans ma collection d’OLS et le
      N°24 cité en référence. Les numéros OLS c/o Mille Bâbords sont téléchargeables, en particulier les exemplaires épuisés, comme le N°4 par exemple : http://offensiverevue.wordpress.com/2015/02/02/offensive-4
      et sur Ulrike Meinhof : http://www.pontcerq.fr/livres/ulrike-meinhof-68-76-rfa

    • Arf. Dommage que j’ai pas le temps de rentrer dans les détails :(
      – déjà placer sous théorie queer ces différents auteurs, je trouve ça assez suspect (Haraway est queer comme un morceau de fromage mais bon). Ce qui est vrai pour les un.es n’est pas vrai pour les autr.e.s
      – sur le cyberf, #Haraway et #Preciado (plutôt que Testo Junky - assez d’accord sur les critiques, même si je n’ai pas ce fétichisme de « la nature » vs les adjuvants chimiques/techniques — je conseille le livre sur Playboy, Pornotopie, beaucoup plus lisible et vraiment intéressant), il n’y a pas — selon moi — matière à jeter tout le bébé avec l’eau du bain — surtout que le Cyborg Manifesto d’Haraway est un micro texte par rapport à tout ce qu’elle a écrit par la suite et qui s’éloigne progressivement de ce vieux manifesto.

      En attendant le lien direct vers offensive n°4 https://offensiverevue.files.wordpress.com/2015/02/offensive4.pdf

  • par Laurence AllardDans quel monde voulons-nous être connectés ? #transhumanisme vs #companionism
    http://www.nectart-revue.fr/nectart-3-laurence-allard

    Cet article pose les enjeux anthropologiques du big data et du connected everything, qui renvoient in fine à l’idéologie transhumaniste. L’extension de la connexion des réseaux de communication informatisés à des non-humains est, pour certains, la promesse d’une mutation de l’humain pour la transhumanité. Il faut pourtant rappeler que l’idéologie transhumaniste est fondée sur une #anthropologie compétitive stérile entre humains et non-humains, idéologie qui vient naturaliser le cyborg, une figure conçue comme émancipatrice lors de la sortie du Manifeste cyborg de Donna Haraway en 1985. En fait, dans quel monde voulons-nous être connectés ? Une forme de réponse nécessite de statuer dès à présent sur la relation qui nous lie aux entités connectées avec lesquelles nous partageons nos existences. Le (...)

    #Nectart_#3 #Révolution_technologique #controverse #intelligence_artificielle #Internet_des_objets

  • Fabrizio Terranova
    Donna Haraway : Story Telling for Earthly Survival
    http://www.beursschouwburg.be/fr/event/147879/new/#!147879

    #Donna_Haraway, éminente philosophe, primatologue et féministe, a bousculé les sciences sociales et la philosophie contemporaine en tissant des liens sinueux entre la théorie et la fiction. Elle s’est fait connaître à partir des années 1980 par un travail sur l’identité qui, rompant avec les tendances dominantes, œuvre à subvertir l’hégémonie de la vision masculine sur la nature et la science. L’auteure du Manifeste Cyborg est aussi une incroyable conteuse qui dépeint dans ses livres des univers fabuleux peuplés d’espèces transfuturistes. Le réalisateur bruxellois Fabrizio Terranova a rencontré Donna Haraway chez elle en Californie. À partir de discussions complices sur ses recherches et sa pensée foisonnante, il a construit un portrait cinématographique singulier qui immerge le spectateur dans un monde où la frontière entre la science-fiction et la réalité se trouble. Le film tente de déceler une pensée en mouvement, mêlant récits, images d’archives et fabulation dans la forêt californienne.
    #film

  • Les Inrocks - Qui est Donna Haraway, la pionnière du cyberféminisme ?
    http://www.lesinrocks.com/2016/01/31/actualite/qui-est-donna-haraway-la-pionniere-du-cyberfeminisme-11800683

    Philosophe et primatologue américaine, Donna Haraway mène bataille depuis les années 1970 contre l’hégémonie de la vision masculine sur la nature et la science. Ses travaux, qui appellent à saisir les possibilités d’émancipation offertes par les technosciences, ont largement inspiré les mouvements cyberféministes. Portrait par Usbek et Rica.(Permalink)

    #féminisme

  • Plein de choses intéressantes sur le wiki de Politechnicart (UFR Art & Culture à Lille III)
    http://wiki.politechnicart.net/doku.php?id=dissidences_numerique

    Notamment : Donna #Haraway, Manifeste #Cyborg et autres essais. Sciences, Fictions, #Féminismes (anthologie préparée sous la direction de Laurence Allard, Delphine Gardey, Nathalie Magnan, Exils, 2007)

    #livre mais #chut hein