person:edward snowden

  • Comment la NSA a espionné un militant pro-démocratie pour le compte de la Nouvelle-Zélande
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/08/16/comment-la-nsa-a-espionne-un-militant-pro-democratie-pour-le-compte-de-la-no

    L’existence de Prism, le programme de surveillance de la NSA, a été révélée en 2013 par Edward Snowden. Mais jusqu’ici, aucune information n’avait filtré sur l’identité des personnes ciblées par ce programme. Lundi 15 août, le site spécialisé The Intercept et Television New Zealand ont révélé, pour la première fois, le nom d’un homme visé, pendant plusieurs mois, par l’espionnage de la National Security Agency (NSA) américaine, en se basant sur des documents dévoilés par Edward Snowden.

    Il s’agit du Néo-Zélandais Tony Fullman, soupçonné un temps par les autorités de son pays de fomenter une révolution aux Fidji, dont il est originaire. Ces deux médias se basent sur plus de 190 pages de communications privées, interceptées par l’agence américaine entre mai et août 2012. Ce militant pro-démocratie, né aux Fidji avant de s’expatrier en Nouvelle-Zélande à 21 ans, où il a été naturalisé, s’opposait au régime militaire qui régnait sur son pays natal. Prenant part à des réunions de militants pro-démocratie, ami d’enfance d’un Fidjien soupçonné de comploter contre le pouvoir, il a attiré l’attention des services de renseignement néo-zélandais en 2012.
    […]
    Bien que les soupçons se soient révélés infondés, Tony Fullman continue, dit-il, à subir les conséquences de cette affaire : il doit systématiquement passer par des contrôles de sécurité plus poussés dans les aéroports, et affirme que les perquisitions de 2012 continuent à peser sur sa réputation, ce qui a compliqué sa recherche d’emploi.


  • #Technologie. #Snowden a imaginé un dispositif pour échapper à la #surveillance

    Le 21 juillet 2016, lors de la conférence annuelle du MIT Media Lab, un laboratoire de recherche interdisciplinaire, l’ancien analyste de la NSA, Edward Snowden, a présenté un nouveau projet : un outil pour empêcher la surveillance des téléphones.


    http://www.courrierinternational.com/article/technologie-snowden-imagine-un-dispositif-pour-echapper-la-su


  • Une coque iPhone anti-espionnage
    Inventée en collaboration par Edward Snowden et Andrew « bunnie » Huang.
    http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/infos/actu/d/smartphone-edward-snowden-invente-coque-iphone-anti-espionnage-6365

    On sait en effet que, même éteint ou mis en « mode avion », un téléphone peut être écouté s’il a été modifié ou piraté pour activer le microphone ou la caméra, ou pour transmettre des informations copiées sur le smartphone, pendant qu’il semble en sommeil. C’est cela que l’invention cherche à contrer.

    Une coque de smartphone avec batterie, en l’espèce pour un iPhone 6 de 4,7 pouces, dans laquelle est inséré un oscilloscope miniature. Le dispositif va alors surveiller en permanence l’activité électrique du circuit utilisé par le modem sans fil et détecter lorsque le modem est utilisé pour écouter ou transmettre des informations alors que le téléphone est censé être en « mode avion » et ne plus émettre ni recevoir aucune donnée. L’activité des modules Wi-Fi, GPS, NFC et Bluetooth est également vérifiée par la même méthode.


  • Edward Snowden and Andrew Huang design iPhone cover that warns you when you are being spied upon.
    https://www.wired.com/2016/07/snowden-designs-device-warn-iphones-radio-snitches

    Snowden and well-known hardware hacker Andrew “Bunnie” Huang plan to present designs for a case-like device that wires into your iPhone’s guts to monitor the electrical signals sent to its internal antennas. The aim of that add-on, Huang and Snowden say, is to offer a constant check on whether your phone’s radios are transmitting. They say it’s an infinitely more trustworthy method of knowing your phone’s radios are off than “airplane mode,” which people have shown can be hacked and spoofed.

    [...]

    Huang’s and Snowden’s solution to that radio-snitching problem is to build a modification for the iPhone 6 that they describe as an “introspection engine.” Their add-on would appear to be little more than an external battery case with a small mono-color screen. But it would function as a kind of miniature, form-fitting oscilloscope: Tiny probe wires from that external device would snake into the iPhone’s innards through its SIM-card slot to attach to test points on the phone’s circuit board. (The SIM card itself would be moved to the case to offer that entry point.) Those wires would read the electrical signals to the two antennas in the phone that are used by its radios, including GPS, Bluetooth, Wi-Fi and cellular modem. And by identifying the signals that transmit those different forms of radio information, the modified phone would warn you with alert messages or an audible alarm if its radios transmit anything when they’re meant to be off. Huang says it could possibly even flip a “kill switch” to turn off the phone automatically.

    [...]

    Huang and Snowden’s iPhone modification, for now, is little more than a design.

    [...]

    The two collaborators have never met face-to-face

    The paper in which they discuss their approach & design:
    https://assets.pubpub.org/aacpjrja/AgainstTheLaw-CounteringLawfulAbusesofDigitalSurveillance.pdf

    #surveillance


  • Un premier fournisseur de VPN fuit la Russie et sa Loi renseignement
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/business/31973-un-premier-fournisseur-de-vpn-fuit-la-russie-et-sa-loi-rens

    Si vous suivez un peu l’actualité, vous savez déjà que le gouvernement russe a décidé de sanctionner le chiffrement des données et de durcir sa politique au sujet du transit d’information via outil informatique. Des décisions qui ont fait bondir Edward Snowden et qui ne risquent pas d’être bien accueillies par les acteurs russes du milieu, puisque les FAI et autres services ont maintenant pour obligation de stocker un an d’informations sur leurs utilisateurs, sans aucune aide de l’état pour amortir les dépenses que cela va engendrer... [Tout lire]

    #Business_&_internet


  • Edward Snowden n’apprécie pas la nouvelle politique Russe sur le chiffrement
    http://www.comptoir-hardware.com/actus/business/31860-edward-snowden-napprecie-pas-la-nouvelle-politique-russe-su

    Peut-être avez-vous lu la semaine dernière que la Russie compte durcir sa politique au sujet de la circulation de données chiffrées, sous couvert de lutte contre le terrorisme. De la même façon que notre gouvernement l’a fait avec la Loi Renseignement, sur demande de l’état, les services de messagerie doivent déchiffrer les documents de leurs utilisateurs sous peine d’amende en cas de refus... [Tout lire]

    #Business_&_internet


  • Non ?

    Russie : Snowden dénonce une loi « Big Brother » de « surveillance de masse » . . . en Russie
    http://www.lorientlejour.com/article/993250/russie-snowden-denonce-une-loi-big-brother-de-surveillance-de-masse.h

    L’ex-consultant du renseignement américain Edward Snowden, réfugié en Russie, a dénoncé samedi des lois antiterroristes adoptées par les députés russes qui relèvent selon lui de « Big Brother » et de la « surveillance de masse », demandant qu’elles ne soient pas promulguées.



  • Entre « aubaine » et « cauchemar », la NSA se penche sur les objets connectés
    http://www.nextinpact.com/news/100241-entre-aubaine-et-cauchemar-nsa-se-penche-sur-objets-connectes.htm

    La NSA s’intéresse de près aux objets connectés. L’agence américaine de renseignement indique qu’ils pourraient s’avérer être une source précieuse de données. Elle reconnait cependant que la pluralité de ces appareils pourrait être à la fois aussi bien une opportunité qu’un vrai problème. Le travail de la NSA (National Security Agency) comporte deux facettes. La première est la plus connue depuis le passage d’Edward Snowden : le renseignement. L’agence doit recueillir toutes les informations susceptibles (...)

    #NSA #Internet_of_things #surveillance #hacking



  • L’« infobésité » des services secrets britanniques
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/06/08/l-infobesite-des-services-secrets-britanniques_4942305_4408996.html

    L’accumulation massive de données personnelles renforce-t-elle la sécurité des Etats ? Le site The Intercept s’est procuré une présentation confidentielle qui met en lumière l’inflation des données collectées par l’un des programmes secrets du GCHQ, les services secrets britanniques. « Contrairement à [l’attentat de] Mumbai, la majeure partie des données utiles lors du G20 de Londres ont été recueillies par les moyens classiques », se félicite la présentation. Mais elle révèle aussi une ombre – de taille – au tableau : seule une infime partie (3 %) des informations collectées a été réellement « vue » par des agents.
    […]
    Ce document et d’autres, fournis par le lanceur d’alerte Edward Snowden, montrent que les services britanniques souffrent depuis la fin des années 2000 d’« infobésité » : trop de données, trop peu d’agents, et trop de « bruit » numérique qui ne permet pas d’isoler les informations significatives.
    « A l’exception des enquêtes les plus prioritaires, le manque d’effectifs et d’outils fait que les enquêteurs se retrouvent confrontés à des données brutes et non filtrées, note un autre rapport britannique datant de 2010. La plupart du temps, ces informations ne sont pas traitées complètement, en raison du temps nécessaire pour les analyser. »
    […]
    Mais un autre document Snowden, publié lundi 6 juin, montre qu’en 2012, les services de renseignements britanniques estimaient ne pas avoir besoin d’un nouveau cadre légal, notant toutefois que d’autres agences de maintien de l’ordre, dont la police, étaient confrontées à davantage de difficultés.Pour la police, qui ne dispose pas des mêmes capacités que les espions, les surveillances des flux Internet, plus complexes à mettre en place que les surveillances téléphoniques, se traduisaient par un « déclin significatif » des capacités d’écoutes, estimait alors le GCHQ.
    […]
    Ces révélations mettent en difficulté une partie de l’argumentaire utilisé par la ministre de l’intérieur, Theresa May, pour défendre le nouveau projet de loi sur la surveillance électronique. Le texte prévoit toute une batterie de mesures, dont la plus emblématique est l’obligation faite aux fournisseurs d’accès à Internet de tenir à la disposition de la police l’historique Internet de tous leurs abonnés, sur une durée d’un an.


  • Comment les services de renseignement ont mis en place une #Surveillance générale du Net dès 2009
    https://www.mediapart.fr/journal/france/060616/comment-les-services-de-renseignement-ont-mis-en-place-une-surveillance-ge

    Bien avant les révélations d’Edward Snowden, la #France avait mis en place un dispositif de surveillance automatisé de son réseau internet via l’installation de sondes sur l’ensemble du réseau ADSL. Ce programme, baptisé « IOL » pour Interceptions obligatoires légales, permettait de détourner le trafic d’un usager en entrant simplement son identifiant. Il permettait également de collecter « en temps réel », et potentiellement en masse, les métadonnées, pratique pourtant non autorisée à l’époque.

    #libertés_publiques #Renseignement_Qosmos


  • D’anciens hauts responsables américains reconnaissent l’apport des révélations de Snowden

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/05/31/d-anciens-hauts-responsables-americains-reconnaissent-l-apport-des-revelatio

    « On peut discuter de la manière dont il l’a fait, mais je pense qu’Edward Snowden a rendu un service public en ouvrant le débat. » Cette déclaration, qui émane de l’ancien ministre de la justice des Etats-Unis Eric Holder, est loin d’être anodine. En 2013, lorsque M. Snowden avait révélé l’existence du système de surveillance de masse d’Internet mis en place par la NSA, l’agence gouvernementale américaine chargée de la sécurité intérieure, et par ses alliés, Eric Holder était en poste, et avait mené les négociations avec la Russie pour tenter d’obtenir l’extradition d’Edward Snowden.

    Etonnamment, l’ancien directeur de la NSA et de la CIA (l’agence gouvernementale américaine chargée du renseignement extérieur) entre 1999 et 2009, Michael Hayden, semble partager la même analyse. Dans son livre Playing to the Edge (non traduit en français), publié en février, il explique que « d’une certaine manière, et de façon limitée, Snowden a aussi été un cadeau. Je ne lui souhaite pas le sort réservé aux canaris dans les mines, mais il a eu le même rôle – il est la conséquence visible (mais pas la cause) d’un changement culturel majeur qui a redéfini la légitimité du secret, les nécessités de la transparence, et les fondements du consentement des gouvernés ».

    Aux Etats-Unis, de nombreux responsables administratifs et politiques – dont Hillary Clinton – expliquaient depuis trois ans que, quelle que soit la portée des révélations d’Edward Snowden, ce dernier aurait dû passer par la voie hiérarchique pour dénoncer les débordements qu’il avait constatés. Cet argument a été mis à mal ces dernières semaines, après les révélations d’un ancien responsable du programme encadrant les lanceurs d’internes au Pentagone : John Crane. Cet ancien responsable du Pentagone, qui s’est exprimé pour la première fois à visage découvert, a expliqué dans le détail comment le lanceur d’alerte Thomas Drake, cité en exemple par Edward Snowden, avait été trahi par l’administration et poursuivi en justice. Thomas Drake avait finalement été innocenté après de longues années de procédures judiciaires.

    http://seenthis.net/messages/492309



  • Deep Cables — Disruption Network Lab
    http://www.disruptionlab.org/deep-cables

    Uncovering the Wiring of the World
    June 17-18 · 2016
    The 8th event of the #Disruption Network Lab at Kunstquartier Bethanien, Studio 1, Mariannenplatz 2, 10997 Berlin. Directed by Tatiana Bazzichelli.

    Funded by: Der Regierende Bürgermeister von Berlin, Senatskanzlei, Kulturelle Angelegenheiten / City Tax.
    In partnership with: Friedrich Ebert Stiftung.
    In cooperation with Kunstraum Kreuzberg /Bethanien.
    Pre-Lab 1.6 at SPEKTRUM, Bürknerstraße 12, Berlin-Kreuzberg.

    In collaboration with: NOME, Wau Holland Stiftung, Copenhagen Center for Disaster Research (COPE), Alexander von Humboldt Institute for Internet and Society (HIIG). With the support of the Free Chelsea Manning Initiative Berlin.

    Entrance 5€ / day. In English language.

    In August 2015 Henrik Moltke and a team of journalists from Pro Publica and the New York Times revealed intimate details of the National Security Agency’s decades-long partnership with the telecom giant AT&T. A seemingly innocuous detail in a random document allowed the team to pin down the elusive collaboration, referred to by codename in the documents leaked by Edward Snowden. A cable severed by the 2011 earthquake in Japan caused an outage, after which NSAs ‘collection’ - or tap - on the cable resumed. The date matched the repair on the northern leg of the Japan-US Cable, one of a handful of main arteries connecting Asia and the US. At the end of the cable is an anonymous looking industrial building, far off on the Mendocino coast of Northern California. The cable station is operated by AT&T. Under the motto “Follow the cables”, Henrik Moltke recounts how he retraces the physical footprint of deep state secrets.

    In this presentation, Henrik Moltke and Trevor Paglen will trace a link between the imaginary concept of “The Internet” and the present configuration of geopolitical wired structures, where big data, cloud computing, mass surveillance, and the monopolies of big corporations are intertwined. By disclosing through photography the development of transatlantic and undersea fibre-optic cables, and reconnecting the past with the present by charting the hidden infrastructure of information technology, this event will expose the inner functioning of the modern business of cable infrastructures, showing the global dimension, as well as the invisible sites of the physical Internet.

    etc.

    #Berlin #événement #réseaux


  • La NSA et le Pentagone ont échoué à protéger leurs lanceurs d’alerte

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/05/23/la-nsa-et-le-pentagone-ont-echoue-a-proteger-leurs-lanceurs-d-alerte_4924618

    En 2013, quelques mois avant qu’Edward Snowden ne révèle au monde entier l’existence du système de surveillance de masse d’Internet mis en place par la NSA (l’agence américaine de sécurité) et ses alliés, un enquêteur travaillant pour le Pentagone était poussé à la démission par sa hiérarchie, au terme d’une longue procédure interne. John Crane était spécialisé dans les informations fournies par des lanceurs d’alerte : il était le responsable de la cellule dédiée du Pentagone lorsqu’en 2002, il avait été approché par un autre lanceur d’alerte célèbre, Thomas Drake, lui-même haut placé à la NSA.

    Thomas Drake, régulièrement cité en exemple par Edward Snowden, était très critique vis-à-vis d’un nouveau programme de la NSA, baptisé Trailblazer, un outil d’analyse de données qu’il jugeait à la fois illégal et peu efficace. Il avait donc contacté, avec d’autres collègues, le service dédié aux lanceurs d’alerte internes, pour faire remonter ses craintes. L’enquête avait été confiée à John Crane.

    John Crane, qui s’exprime pour la première fois dans un livre du journaliste américain Mark Hertsgaard, « Bravehearts : Whistle Blowing In The Age of Snowden » (non traduit en français), est convaincu que ses propres collègues du Pentagone ont trahi Thomas Drake au lieu de le protéger, d’abord en fournissant son identité au FBI pour qu’ils ouvrent une enquête, avant de détruire des documents internes qui auraient été utiles à sa défense. Bien que les charges aient été abandonnées contre lui, Thomas Drake est aujourd’hui ruiné, et a vu sa carrière professionnelle s’effondrer. Tout juste a-t-il réussi à trouver un travail dans un Apple Store. « Le gouvernement a passé de nombreuses années à essayer de me briser, et plus je résistais, plus ils se sont montrés cruels », a-t-il témoigné auprès du journaliste.


  • Cannes 2016 : Laura Poitras, sur écoute, à l’écoute

    http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2016/05/20/laura-poitras-sur-ecoute-a-l-ecoute_4923110_766360.html

    Laura Poitras travaillait depuis 2011 à un film documentant le travail de WikiLeaks, lorsqu’elle reçut le premier mail de « citizenfour ». « D’observatrice, je suis devenue participante », dit la réalisatrice. Citizenfour servait de signature à Edward Snowden, qui avait choisi la documentariste, parmi tous les habitants de la planète Terre, comme destinataire des données extraites (ou volées, selon l’idée que l’on se fait de la sécurité du monde) des ordinateurs de la National Security Agency.

    Pour Laura Poitras, l’épisode Snowden s’est clos à l’automne 2014, par la sortie du film Citizenfour, relation à la fois méticuleuse et subjective de la cavale de l’ex-agent américain et de son impact sur le monde. Elle est alors retournée à ce travail, laissé en chantier, et a retrouvé Julian Assange dans les locaux de l’ambassade d’Equateur, à Londres. Les deux collaborateurs de la réalisatrice, la Britannique Sarah Harrison et l’Américain Jacob Appelbaum, s’étaient imposés un exil en Allemagne, de peur d’éventuelles poursuites dans leurs pays respectifs.

    Ils étaient tous deux présents à Cannes, à la fin de la projection de Risk, terminé l’avant-veille de sa présentation à la Quinzaine des réalisateurs, cinq ans après sa genèse. Après une ovation vigoureuse pour une projection aussi matinale, Sarah Harrison et Jacob Appelbaum ont lu un texte appelant à la libération de Julian Assange, toujours cerné par la police britannique, dans cette ambassade dont il n’est pas sorti depuis bientôt 2 000 jours.

    Messagère et portraitiste

    Quelques instants plus tard, Laura Poitras revient sur les origines tumultueuses de Risk, qui ne se devinent pas à la vision de ce film rigoureux, que l’on croirait parfois écrit par un scénariste retors. La cinéaste le présente comme une « préquelle– récit des origines – de Citizenfour ». Elle fait remarquer ce moment étrange où, quelques mois avant qu’Edward Snowden ne surgisse sur la scène internationale, Julian Assange prédit que de jeunes employés des agences de sécurité, façonnés par d’autres idéologies que leurs aînés, rejoindront le combat contre le secret et la surveillance universels. « On presse sur avance rapide, et on obtient Snowden », dit-elle en riant.

    En 2012, Laura Poitras s’installe à Berlin, lasse du harcèlement des autorités américaines qui la détenaient des heures à chacune de ses entrées et sorties du territoire national (elle pense que son travail en Irak et au Yémen est à l’origine de ces mesures). Elle se rend en Allemagne dans l’intention de « protéger le matériau que [j’]avais réuni sur WikiLeaks, et le monter ». Bientôt, elle apprend, entre autres avec Jacob Appelbaum, spécialiste de l’encryption et des contre-mesures d’espionnage numérique, à se sentir chez elle dans ce monde de geeks militants. Sans le savoir, elle se prépare à devenir la messagère et la portraitiste de Snowden.

    Pendant le montage de Citizenfour, elle a pensé inclure les éléments tournés avec Julian Assange et ses collaborateurs. « J’ai compris qu’il y avait en fait deux films », dit-elle pour expliquer sa décision de reprendre le tournage, de montrer Assange affaibli par l’enfermement, mais toujours aussi combatif. Une séquence empruntée à une source extérieure montre la rencontre entre le militant australien et Lady Gaga, qui essaie de le faire parler de ses sentiments. « Je ne suis pas normal », dit Assange à la chanteuse.

    Cet homme tout entier voué à une cause dont, à voir le film, on ne sait pas toujours si elle est sa propriété ou celle du genre humain, a manifestement fasciné la cinéaste d’une tout autre manière qu’Edward Snowden, qu’elle filmait avec une évidente affection. Mais Laura Poitras se refuse à établir le tableau comparatif entre les deux hommes, laissant ce soin aux spectateurs.

    La caméra, outil citoyen

    A la fin de Risk, on entend l’enregistrement d’un agent du bureau new-yorkais du FBI, qui définit Laura Poitras comme une « cinéaste anti-américaine ». Elle a intenté une action en justice pour avoir accès à son dossier, et certains éléments lui sont parvenus. Elle est revenue vivre et travailler aux Etats-Unis, où elle a récemment présenté, au Whitney Museum (New York), une série d’installations autour d’éléments de ses films. « Je sais bien que les musées sont par définition des institutions qui édulcorent le contenu politique des œuvres, reconnaît-elle. Le cinéma a un impact plus brut. »

    La sortie de Risk clôt pour Laura Poitras le chapitre de son œuvre consacré à la surveillance et au secret. Le cinéma reste pour elle un outil citoyen, et elle se consacre ces temps-ci au site Fieldofvision.org, qui veut, comme au temps des actualités filmées, se servir du cinéma pour montrer, en temps réel, les bouleversements du monde.


  • Edward Snowden déconseille Allo, la nouvelle appli de Google
    http://www.numerama.com/politique/171487-edward-snowden-deconseille-allo-la-nouvelle-appli-de-google.html

    Le lanceur d’alerte Edward Snowden a pris la parole sur Twitter pour déconseiller au grand public d’utiliser Allo, la nouvelle messagerie instantanée développée par Google. Edward Snowden n’a pas du tout été conquis par la présentation de la toute nouvelle application mobile de messagerie instantanée développée par Google, Allo. Dans les heures qui ont suivi la conférence inaugurale donnée au quartier général de la firme de Mountain View, le lanceur d’alerte américain s’est fendu d’un tweet conseillant aux (...)

    #Google #cryptage #écoutes #Allo

    • la partie la plus importante du texte :

      « La décision de Google de désactiver par défaut le chiffrement de bout en bout dans la nouvelle application de discussion instantanée Allo est dangereuse, et la rend risquée. Évitez-la pour le moment » (E.Snowden)


  • NSA : The Intercept débute la publication des documents de Snowden sur GitHub
    http://www.nextinpact.com/news/99885-nsa-the-intercept-debute-publication-documents-snowden-sur-github.

    Alors que l’on approche du troisième anniversaire des premières révélations sur le programme Prism, The Intercept commence la diffusion des documents dérobés par Edward Snowden. Le premier lot concerne une newsletter interne à la NSA, comprenant des informations sur de nombreux sujets. Le 6 juin 2013, le monde apprenait que les opérateurs américains de téléphonie avaient l’obligation de fournir à la NSA la totalité des métadonnées des appels téléphoniques. L’ensemble de cette automatisation des (...)

    #NSA #PRISM #surveillance


  • #Panama_Papers Source Offers Documents To Governments, Hints At More To Come · ICIJ
    https://panamapapers.icij.org/20160506-john-doe-statement.html

    ha ha what a twist

    The prevailing media narrative thus far has focused on the scandal of what is legal and allowed in this system. What is allowed is indeed scandalous and must be changed. But we must not lose sight of another important fact: the law firm, its founders, and employees actually did knowingly violate myriad laws worldwide, repeatedly. Publicly they plead ignorance, but the documents show detailed knowledge and deliberate wrongdoing. At the very least we already know that Mossack personally perjured himself before a federal court in Nevada, and we also know that his information technology staff attempted to cover up the underlying lies. They should all be prosecuted accordingly with no special treatment.

    In the end, thousands of prosecutions could stem from the Panama Papers, if only law enforcement could access and evaluate the actual documents. ICIJ and its partner publications have rightly stated that they will not provide them to law enforcement agencies. I, however, would be willing to cooperate with law enforcement to the extent that I am able.

    That being said, I have watched as one after another, whistleblowers and activists in the United States and Europe have had their lives destroyed by the circumstances they find themselves in after shining a light on obvious wrongdoing. Edward Snowden is stranded in Moscow, exiled due to the Obama administration’s decision to prosecute him under the Espionage Act. For his revelations about the NSA, he deserves a hero’s welcome and a substantial prize, not banishment. Bradley Birkenfeld was awarded millions for his information concerning Swiss bank UBS—and was still given a prison sentence by the Justice Department. Antoine Deltour is presently on trial for providing journalists with information about how Luxembourg granted secret “sweetheart” tax deals to multi-national corporations, effectively stealing billions in tax revenues from its neighbour countries. And there are plenty more examples.

    Legitimate whistleblowers who expose unquestionable wrongdoing, whether insiders or outsiders, deserve immunity from government retribution, full stop. Until governments codify legal protections for whistleblowers into law, enforcement agencies will simply have to depend on their own resources or on-going global media coverage for documents.

    #that_being_said #fair_game #whistleblowers #lanceurs_d'alerte #États


  • SNOWDEN - Official Trailer
    https://www.youtube.com/watch?v=QlSAiI3xMh4

    Academy Award®-winning director Oliver Stone, who brought Platoon, Born on the Fourth of July, Wall Street and JFK to the big screen, tackles the most important and fascinating true story of the 21st century. Snowden, the politically-charged, pulse-pounding thriller starring Joseph Gordon-Levitt and Shailene Woodley, reveals the incredible untold personal story of Edward Snowden, the polarizing figure who exposed shocking illegal surveillance activities by the NSA and became one of the most wanted men in the world. He is considered a hero by some, and a traitor by others. No matter which you believe, the epic story of why he did it, who he left behind, and how he pulled it off makes for one of the most compelling films of the year.

    The american process.

    #Biopic #Cinéma #Edward_Snowden #Oliver_Stone #Révélations_d'Edward_Snowden #États-Unis


  • affordance.info : Claquer la culotte des lanceurs d’alerte.
    http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2016/04/claquer-la-culotte-des-lanceurs-dalerte.html

    Cher Michel Sapin [..] Depuis l’affaire qui a fait d’elle une lanceuse d’alerte, Stéphanie Gibaud a permis à l’état français, t’a permis, nous a permis de remettre la main sur un magot de 12 milliards d’euros. Aujourd’hui Stéphanie Gibaud est en « urgence vitale », elle vit avec 400 euros par mois. Demain un autre lanceur d’alerte, celui de LuxLeaks entrera dans un tribunal pour être jugé. Edward Snowden a bien ri d’entendre le chef de l’état s’émouvoir du sort fait aux lanceurs d’alerte.

    • Je t’ai regardé répondre à la détresse de cette femme avec une invitation à venir témoigner à l’assemblée nationale et j’ai presque ressenti de la haine. Car tout est revenu. Ces 12 milliards et ses 400 euros par mois. Tout est revenu. L’impuissance assumée et presque souhaitée de l’état que tu représentes mollement, rondement. Tout est revenu. Les retraites chapeau, les parachutes dorés, les régimes de retraites particuliers de certains de nos élus, les passe-droits innombrables, selon que vous serez, puissant ou misérable. Tout. Ces 12 milliards et ses 400 euros par mois. J’ai voulu te taper dessus. Te secouer. J’ai souhaité que ta famille explose, que tu te nourrisses de quenelles froides glanées au détour d’une poubelle de supermarché, que tu ailles chercher ton RSA et ton humiliation à la fin de chaque mois. Et plus tu répétais que tu comprenais, plus tu répétais qu’il fallait agir, qu’il fallait des lois, plus tu argumentais sur le travail que tu faisais et qui allait dans le bon sens, plus tu répétais que c’était difficile, long et compliqué et plus je te haïssais.

    • Ma « presque haine » : Doux euphémisme pour se protéger des poursuites judiciaires ?
      Parce que, évidemment, dans notre société « polie », voire « policée », Haine pourrait bien se mettre à rimer avec Honte. Honte d’avoir la Haine ? Bande de #fumiers !

    • « Je suis en urgence vitale. Je vis avec 400€ par mois depuis juillet 2014. La banque refuse mes chèques, et je vais devoir quitter mon appartement si je ne veux pas que mes biens soient saisis.

      A la suite de l’émission Cash investigation, il y a une pétition qui a circulé, et une cagnotte a été lancée sur un site de crowdfunding. Je suis touchée, mais je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’humiliation que je subis. Ce sont les citoyens, choqués, qui viennent suppléer l’État.

      On a un ministre des Finances qui dit se battre contre l’évasion fiscale, il reconnaît que j’ai aidé à rapporter 12 milliards d’euros dans les caisses de l’État, mais il dit qu’il ne peut pas m’aider. Qu’est-ce que ça veut dire ? Dans le pays des droits de l’Homme ? Quand les gens sont en état de survie, on ne peut rien faire ? Sapin me propose de venir témoigner à l’Assemblée Nationale. Mais il faut que je trouve à m’habiller, il faut que je me paye un ticket de métro pour ça ! Comment on fait ? Au bout d’un moment, vous avez des envies de vous supprimer, parce que ce n’est plus possible.

      #Stéphanie_Gibaud


  • LuxLeaks : Optimisation fiscale et répression des lanceurs d’alertes
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2813

    Dans l’un de ses récents discours, le président français a soulevé la protection des lanceurs d’alertes. Mais François Hollande a une indifférence pour l’animateur du site d’informations Wikileaks qui se terre depuis des années dans l’ambassadeur équatorienne à Londres. Il est resté de marbre pour la demande de refuge d’Edward Snowden. Alors, il n’y a aucun espoir de soutien à ceux, français, qui ont révélé le scandale dit LuxLeaks. LuxLeaks à M. Hollande, le président français par argotheme LuxLeaks ne (...)

    gouvernement, action, projet, exécutif gouvernemental, politique régionale, gouvernance, gestion, social,

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale, crise, capitalisme, économie, (...)

    #gouvernement,_action,_projet,_exécutif_gouvernemental,_politique_régionale,_gouvernance,_gestion,_social, #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie #France,_immigration,_marche,_beurs,_discrimination,_racisme,_intégration #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition #France_Sarkozy_justice_politique_scandale_UMP_PS_PCF


  • Terrorisme ou légitime résistance à l’occupation israélienne ?
    http://orientxxi.info/magazine/terrorisme-ou-legitime-resistance-a-l-occupation-israelienne,1298,1298

    Toutes les formes de lutte contre l’occupation illégale de la Palestine qui dure depuis des décennies sont systématiquement qualifiées de « terrorisme » par Israël, et la campagne internationale de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), pourtant non violente, fait l’objet d’intimidations, voire d’interdictions dans plusieurs pays occidentaux, dont la France. Tout indique donc qu’il n’y a aucun moyen qui puisse être considéré comme une forme légitime de résistance à l’occupant israélien, explique l’avocat du lanceur d’alertes Edward Snowden. Texte original : « Fighting Israeli Occupying Forces Is “Terrorism.” Boycotting Is “Anti-Semitism.” What’s Allowed ? », The Intercept, 3 avril 2016. Traduit de l’anglais par Françoise Feugas. Source : Orient (...)


  • Comment les entreprises tentent de se protéger des lanceurs d’alerte
    https://www.slate.fr/story/116425/lanceurs-alerte-piratage-securite

    Pour se prémunir de fuites de documents par des lanceurs d’alerte, les entreprises ont recours à de nouveaux logiciels, du profilage et à de l’analyse comportementale. Il y a eu les câbles diplomatiques dévoilés par WikiLeaks (2010), les révélations d’Edward Snowden sur des programmes de surveillance de masse menés par les États-Unis (2013), les scandales financiers de LuxLeaks (2014) et SwissLeaks (2015) et, dernièrement, les Panama Papers. À l’origine de ces affaires très médiatisées, on retrouve des (...)

    #algorithme #comportement #surveillance #profiling #HSBC #reconnaissance_de_la_frappe_au_clavier