person:encore

  • Inside the Elementary School Where Drug Addiction Sets the Curriculum - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/06/12/us/opioids-ohio-minford.html

    Encore des descriptions terribles et lacrymales. Quand on sait que cette crise a été causée de prime abord par la cupidité et le cynisme des groupes pharmaceutiques...

    MINFORD, Ohio — Inside an elementary school classroom decorated with colorful floor mats, art supplies and building blocks, a little boy named Riley talked quietly with a teacher about how he had watched his mother take “knockout pills” and had seen his father shoot up “a thousand times.”

    Riley, who is 9 years old, described how he had often been left alone to care for his baby brother while his parents were somewhere else getting high. Beginning when he was about 5, he would heat up meals of fries, chicken nuggets and spaghetti rings in the microwave for himself and his brother, he said. “That was all I knew how to make,” Riley said.

    Riley — who is in foster care and who officials asked not be fully identified because of his age — is among hundreds of students enrolled in the local school district who have witnessed drug use at home. Like many of his classmates at Minford Elementary School, Riley struggles with behavioral and psychological problems that make it difficult to focus, school officials said, let alone absorb lessons.

    “If you’re worried about your parents getting arrested last night, you can’t retain information,” said Kendra Rase Cram, a teacher at Minford Elementary who was hired this past academic year to teach students how to cope with trauma. Over the past nine months, she led several classes a day, and met every week in one-on-one sessions with up to 20 students who have experienced significant trauma.

    “We have all these kids who are in survival mode,” Ms. Cram said.

    Minford Elementary is not like typical schools. At this small campus in rural southern Ohio, there is a dedicated sensory room stocked with weighted blankets, chewable toys and exercise balls. Children who were born dependent on drugs, as well as others with special needs, can take time to jump on a trampoline or calm down in a play tunnel, sometimes several times each day. In class, students role-play in lessons on self-control, such as blowing bubbles and then waiting to pop them, and anger management, while also learning calming strategies like deep breathing techniques.

    But the pastoral landscape belies a devastated community. In this county, long considered ground zero in Ohio’s opioid epidemic, nearly 9.7 million pills were prescribed in 2010 — enough to give 123 to each resident, the highest rate in the state, according to official statistics. Over the years, as opioid prescriptions have fallen, many drug users have moved on to heroin and fentanyl .

    #Opioides #Addiction #Enfants #Ohio #Ecole

  • Duplex, l’assistant intelligent de Google, cache encore des humains bien réels Kesso Diallo - 23 Mai 2019 - Le figaro
    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/duplex-l-assistant-intelligent-de-google-cache-encore-des-humains-bien-reel

    Une intelligence artificielle peut cacher des humains. L’année dernière, Google a présenté son assistant intelligent Duplex lors de sa conférence pour les développeurs. Capable de prendre les rendez-vous à la place de son utilisateur, il avait impressionné, et un peu inquiété, les observateurs avec sa voix « si humaine ». Mais si celle-ci ressemble autant à celle d’un humain, c’est parce qu’il s’agit parfois d’une véritable personne. Un article du New York Times révèle en effet que des employés travaillant dans des centres d’appels peuvent effectuer ces réservations. Google a déclaré au journal américain qu’environ 25% des appels de Duplex sont passés par des humains. De plus, environ 15% de ceux lancés par l’assistant intelligent sont pris en charge par une vraie personne à un moment donné.

    L’entreprise a expliqué qu’il était parfois nécessaire qu’un humain soit impliqué dans la conversation, notamment lorsqu’elle n’est pas certaine que le restaurant prenne les réservations ou que l’utilisateur du service n’est pas un spammeur (personne qui passe des appels indésirables en grande quantité).
    . . . . .

    #duplex #réseaux_neuronaux #Google #robotique #Assistant #domotique #intelligence_artificielle #algorithme #robotisation #robots #innovation en nougat #MDR

  • ‘How do they sleep?’ Roger Waters calls out US, UK & France over ‘faked’ Douma chemical attack — RT World News
    https://www.rt.com/news/459638-roger-waters-douma-opcw

    Citing newly leaked OPCW documents casting doubt on the April 2018 ‘chemical attack’ that triggered a bombing of Syria, rock star Roger Waters is calling out everyone who believed in the ‘murderous fairytale’ of the White Helmets.

    US, UK and France launched air strikes against Syria in April last year, after an alleged chemical attack in the city of Douma, northeast of Damascus. The claims came from the White Helmets, a self-styled ‘civil defense’ organization backed by Western governments and embedded with the Islamist militants in Syria.

    “The White Helmets probably murdered 34 women and children to dress the scene that sorry day in Douma,” Waters posted on his Facebook page on Thursday, next to a video of his April 2018 concert in Barcelona in which he challenged the group as “a fake organization that exists only to create propaganda for the jihadists and terrorists.”

    Waters added he hopes that those in the media and the governments in Paris, London and Washington that bought into the White Helmets’ “callous and murderous fairytale are suitably haunted by the indelible images of those lost innocent Syrian lives.”

    Internal OPCW documents leaked earlier this week cast doubt on the organization’s final report about the Douma incident, which claimed chlorine was ‘likely’ used against civilians. Syrian and Russian soldiers that liberated the town from militants found chlorine containers and a laboratory for producing chemical weapons. Moscow has suggested that the OPCW hedged its report because it did not want to contradict the US narrative.

    #syrie #propagande

    • Intéressant : Brian Whitaker a publié un assez gros point sur cette « fuite ». Leaked document revives controversy over Syria chemical attacks
      https://al-bab.com/blog/2019/05/leaked-document-revives-controversy-over-syria-chemical-attacks

      A leaked document which contradicts key findings of an official investigation into chemical weapons in Syria has surfaced on the internet. Described as an “engineering assessment” and marked “draft for internal review”, it appears to have been written by an employee of the Organisation for Prohibition of Chemical Weapons (OPCW) — the international body charged with the investigation.

      In April 2018 dozens of people were reportedly killed by a chemical attack in Douma, on the outskirts of Damascus, and western powers responded with airstrikes directed against the Assad regime.

      In March this year, after a lengthy investigation, the OPCW issued a report which found “reasonable grounds” for believing a toxic chemical had been used as a weapon in Douma and suggested the chemical involved was chlorine gas, delivered by cylinders dropped from the air.

      Although the investigators’ brief did not allow them to apportion blame, use of air-dropped cylinders implied the regime was responsible, since rebel fighters in Syria had no aircraft.

      The 15-page leaked document takes the opposite view and says it is more likely that the two cylinders in question had been “manually placed” in the spot where they were found, rather than being dropped from the air. The implication of this is that Syrian rebels had planted them to create the false appearance of a chemical attack by the regime.

      Whitaker, sur ce sujet, s’est régulièrement illustré par une dénonciation virulente de ce qu’il appelle les « truthers » sur la Syrie. Encore très récemment :
      https://medium.com/@Brian_Whit/how-a-yellow-cylinder-became-a-propaganda-weapon-in-syria-cc696a0bb0d9

    • Après, personnellement, le fait de conclure directement à l’analyse opposée (« les casques blancs ont fait le coup ») sur la foi d’un seul rapport minoritaire non retenu dans le rapport final, ça me semble excessivement prématuré.

  • Your brand new returns end up in landfill | BBC Earth
    https://www.bbcearth.com/blog/?article=your-brand-new-returns-end-up-in-landfill
    https://asset-manager.bbcchannels.com/i/2fldv0go08c1000

    You’ve ordered a new pair of shoes online. They arrive; you rush to the front door and cradle the box as you lift off the lid. You un-tie the laces, guide them toward your feet and… bummer, they don’t fit. So, back in the box they go and an hour later you drop them at the local collections store. It’s disappointing, but hey, the shoes have never been worn and they’ll be making their way to a new home soon. Right? Wrong.

    So what does happen to our apparel when we order online and then return the items? The reality is that much of it simply ends up in landfill. That is, once its been shipped all over the country, or even the globe, a few times.

    Each year in the US alone, customers return approximately 3.5 billion products, of which only 20% are actually defective according to Optoro, a company which specialises in returns logistics.

  • Christophe Castaner : le progressisme pour les nuls Christophe Penaguin - 17 Mars 2019 - Un bruit blanc
    https://www.unbruitblanc.com/politique/christophe-castaner-le-progressisme-pour-les-nuls

    Christophe Castaner est ministre de l’intérieur. On dit qu’il en rêvait…ce qui en dit long sur ses rêves. Il est aussi, paraît-il, socialiste. En tout cas, il fut longtemps membre du Parti Socialiste avant de devenir un fervent partisan d’ Emmanuel Macron et de rejoindre La République en Marche (un nom de parti politique en forme de gag). Monsieur Castaner n’a pas grand intérêt, sauf un : il incarne et résume le naufrage du socialisme français.

    Le Parti Socialiste s’est appelé SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière) avant 1969 mais il ne s’est jamais nommé Parti Progressiste. Le progressisme, mantra de M. Macron, est une notion très pratique puisqu’elle ne veut politiquement rien dire. Tout le monde est pour le progrès. Imagine-t-on une organisation politique qui choisirait de s’appeler le Parti de la Décadence ou Les Amis de la Régression ? En tout cas, Christophe Castaner adore le progrès. N’étant pas, c’est peu de le dire, un intellectuel, il ne définit jamais ce qu’il entend par là mais il proclame crânement que le progrès c’est mieux.

    Le Bien est bon, le Mal est mauvais
    Si on examine les déclarations de M. Castaner depuis l’élection de son « boss », Emmanuel Macron, à la présidence de la république, on peut se faire une idée plus précise de ce qu’il entend par progrès. Avant d’être nommé ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner a écumé les plateaux de télévision pour affirmer que avant de redistribuer, il faut produire de la richesse (c’est ce qu’on appelle s’y connaître en Économie) et qu’une société ouverte c’est beaucoup mieux qu’une société fermée (c’est ce qu’on appelle s’y connaître en…rien du tout).

    Ensuite, à peine nommé ministre de l’Intérieur, il se prit instantanément pour le commissaire Maigret (ou plutôt pour une créature hybride entre Maigret, James Bond et Louis de Funès). Il n’est pas le premier, malheureusement, mais M. Castaner a pris au pied de la lettre la très mauvaise expression « premier flic de France » couramment utilisée pour désigner le ministre de l’Intérieur. Or, il se trouve que, précisément, le ministre de l’Intérieur n’est pas policier et ne doit surtout pas se prendre pour un policier. Les prédécesseurs de Christophe Castaner ont tous, peu ou prou, commis cette erreur, politiquement très grave, consistant à s’imaginer que le ministre de l’Intérieur est le porte-parole des policiers (ils ont pourtant des syndicats). Mais M. Castaner a poussé cette identification jusqu’au ridicule, à tel point que ses interventions en tant que ministre ressemblent souvent à des sketchs. On l’a vu ainsi expliquer très sérieusement à des enfants de dix ans l’utilisation du LBD (lanceur de balles de défense) ou mettre en scène son dialogue avec un préfet d’une manière digne du plus grotesque polar de série B pendant une journée de mobilisation des Gilets Jaunes.

    La droite n’est ni de droite ni de gauche
    Le 13 mars, M. Castaner a déclaré : « La sécurité publique, pour moi, elle n’est pas de droite ou de gauche ». Tony Blair, un autre socialiste adorateur du « progrès », nous avait déjà expliqué que l’Économie n’est pas de droite ou de gauche afin de justifier sa politique économique de droite. M. Castaner partage totalement les vues de son camarade progressiste Tony Blair puisque « avant de redistribuer il faut produire de la richesse ». Mais voilà donc qu’il nous apprend que la Sécurité, elle non plus, n’est pas de droite ou de gauche, alors même qu’il défend une loi dite « anti-casseurs » proposée par le sénateur de droite Bruno Retailleau. Cette loi vise à limiter le droit de manifester et augmente les pouvoirs de police administrative des préfets mais, qu’on se le dise, elle n’est absolument pas de droite. Elle ne peut d’ailleurs pas être de droite puisque Christophe Castaner est progressiste. Elle est donc tout simplement ni de gauche ni de droite. 

    Qu’on ne s’y trompe pas, nous ne reprochons pas à Christophe Castaner d’adhérer aux idées de la droite libérale-conservatrice. Une politique économique libérale mâtinée d’un filet de sécurité sociale, des mesures de fermeté concernant le maintien de l’ordre, un ajustement législatif prudent à l’évolution des mœurs (PMA pour toutes mais pas de GPA), tout cela n’a rien d’infamant. Mais cela n’a rien non plus de socialiste, ni même de « gauche » (terme qu’il faut toujours mettre entre guillemets puisqu’il est généralement utilisé par des centristes honteux). En revanche, on peut reprocher à M. Castaner (et à tous les anciens socialistes reconvertis en macronistes) une profonde malhonnêteté intellectuelle ou, au choix, un incroyable manque de lucidité. Ils devraient commencer par admettre qu’ils se sont trompés toute leur vie en se déclarant socialistes et qu’ils ont changé de convictions politiques. Or, ils ne l’admettent pas et préfèrent divaguer autour de concepts dénués de sens comme l’Ancien et le Nouveau monde.

    Marine Le pen, l’adversaire idéal
    Les macronistes ne cessent de répéter que le clivage gauche-droite est obsolète et qu’il faut lui substituer le clivage progressisme-conservatisme ou progressisme-nationalisme (le conservatisme et le nationalisme, ce n’est pas du tout la même chose mais passons, les progressistes peuvent se dispenser de toute rigueur, ils sont progressistes). C’est la raison pour laquelle, d’ailleurs, ils sont objectivement les plus ardents soutiens du Rassemblement national de Marine Le Pen qui fait figure d’épouvantail nationaliste-populiste-conservateur idéal. Mais le clivage gauche-droite n’a absolument pas disparu, il s’est simplement recomposé, comme ce fut déjà le cas à de nombreuses reprises dans le passé. 

    Le Parti Socialiste, depuis 1983, s’est peu à peu transformé en parti centriste. L’évolution a été longue et jamais assumée. Pendant la même période la droite « gaulliste » est devenue elle aussi centriste. Il n’est en rien surprenant de constater que Manuel Valls, Alain Juppé et Emmanuel Macron sont d’accord sur à peu près tous les sujets. Ils partagent la même vision fondamentale : préserver le système économique et social en l’adaptant aux évolutions (notamment technologiques). Encore une fois, c’est une position parfaitement défendable mais elle n’a rien de particulièrement progressiste, c’est une simple stratégie d’adaptation. 

    Les anciens (ou actuels) socialistes qui ont accompagné la métamorphose de leur parti en organisation gestionnaire pourraient théoriser cette évolution, la justifier intellectuellement et politiquement. Mais ils ne le font pas et, de ce point de vue,Christophe Castaner est particulièrement représentatif. Dans sa médiocrité même, il incarne tout l’impensé du socialisme français : un interminable reniement déguisé en opportunisme bravache.

    #PS

  • A Privacy-Focused Vision for Social Networking | Mark Zuckerberg, Facebook, 6 mars 2019
    https://www.facebook.com/notes/mark-zuckerberg/a-privacy-focused-vision-for-social-networking/10156700570096634

    Over the last 15 years, Facebook and Instagram have helped people connect with friends, communities, and interests in the digital equivalent of a town square. But people increasingly also want to connect privately in the digital equivalent of the living room. As I think about the future of the internet, I believe a privacy-focused communications platform will become even more important than today’s open platforms. Privacy gives people the freedom to be themselves and connect more naturally, which is why we build social networks.

    Today we already see that private messaging, ephemeral stories, and small groups are by far the fastest growing areas of online communication. There are a number of reasons for this. Many people prefer the intimacy of communicating one-on-one or with just a few friends. People are more cautious of having a permanent record of what they’ve shared. And we all expect to be able to do things like payments privately and securely.

    Public social networks will continue to be very important in people’s lives — for connecting with everyone you know, discovering new people, ideas and content, and giving people a voice more broadly. People find these valuable every day, and there are still a lot of useful services to build on top of them. But now, with all the ways people also want to interact privately, there’s also an opportunity to build a simpler platform that’s focused on privacy first.

    I understand that many people don’t think Facebook can or would even want to build this kind of privacy-focused platform — because frankly we don’t currently have a strong reputation for building privacy protective services, and we’ve historically focused on tools for more open sharing. But we’ve repeatedly shown that we can evolve to build the services that people really want, including in private messaging and stories.

    I believe the future of communication will increasingly shift to private, encrypted services where people can be confident what they say to each other stays secure and their messages and content won’t stick around forever. This is the future I hope we will help bring about.
    We plan to build this the way we’ve developed WhatsApp: focus on the most fundamental and private use case — messaging — make it as secure as possible, and then build more ways for people to interact on top of that, including calls, video chats, groups, stories, businesses, payments, commerce, and ultimately a platform for many other kinds of private services.

    This privacy-focused platform will be built around several principles:
    Private interactions. People should have simple, intimate places where they have clear control over who can communicate with them and confidence that no one else can access what they share.
    Encryption. People’s private communications should be secure. End-to-end encryption prevents anyone — including us — from seeing what people share on our services.

    Reducing Permanence. People should be comfortable being themselves, and should not have to worry about what they share coming back to hurt them later. So we won’t keep messages or stories around for longer than necessary to deliver the service or longer than people want them.

    Safety. People should expect that we will do everything we can to keep them safe on our services within the limits of what’s possible in an encrypted service.

    Interoperability. People should be able to use any of our apps to reach their friends, and they should be able to communicate across networks easily and securely.

    Secure data storage. People should expect that we won’t store sensitive data in countries with weak records on human rights like privacy and freedom of expression in order to protect data from being improperly accessed.

    Over the next few years, we plan to rebuild more of our services around these ideas. The decisions we’ll face along the way will mean taking positions on important issues concerning the future of the internet. We understand there are a lot of tradeoffs to get right, and we’re committed to consulting with experts and discussing the best way forward. This will take some time, but we’re not going to develop this major change in our direction behind closed doors. We’re going to do this as openly and collaboratively as we can because many of these issues affect different parts of society.

    Résumé en français : « Mark Zuckerberg veut recentrer Facebook sur les échanges privés » https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/0600849596938-mark-zuckerberg-veut-recentrer-facebook-sur-les-echanges-priv

    • « Welcome to Mark Zuckerberg’s information ghetto », lis-je dans la « Fake Newsletter » de Buzzfeed :

      (…) More than anything, though, I think it’s a response to the central problem that has plagued Facebook for years: Its scale. More than two billion people log into it every month, all around the world. They upload and interact with more content than humanity ever conceived of creating.

      Zuckerberg and his leadership team may have come to the realization that they achieved a truly unmanageable scale.

      They need to find ways to offer people value (and keep them on them platform) while reducing the overall amount of what I’ll call Addressable Content. This is content that’s publicly accessible on Facebook and could require review by a content moderator, or be the subject of takedown requests from governments or other entities.

      Addressable Content costs Facebook money and can result in regulation, harm to moderators, public outcry, and lawsuits.

      Zuckerberg’s new focus will reduce the total amount of Addressable Content by enabling content that disappears, that is encrypted end to end, and that only reaches a small group of people.

      Facebook will still have huge amounts of public content, and it will always need moderators. But by shifting content production and interaction out of more public spaces on the platform, the company can get its costs and controversies under control. It can manage its scale, while still collecting a motherlode of data on its users and serving them ads.

      Zuck’s plan could be a great business solution, unlocking more growth for Facebook at a time when one can reasonably wonder how, without access to China, it can continue to grow.

      But it’s also a solution that will push all that false, conspiratorial, violent, harmful, and hateful content off into information ghettos where journalists, researchers, and watchdogs will have a much more difficult time finding it and calling it out. — Craig

      Encore des articles sur la #modération (une partie du #CM)

      The secret lives of Facebook moderators in America
      https://www.theverge.com/2019/2/25/18229714/cognizant-facebook-content-moderator-interviews-trauma-working-conditions-

    • Facebook’s pivot to privacy is missing something crucial https://www.wired.com/story/facebook-zuckerberg-privacy-pivot

      Zuckerberg listed six privacy principles, but there was one glaring omission: He said nothing about how Facebook plans to approach data sharing and ad targeting in this privacy-focused future. The free flow of data between Facebook and third-party developers is, after all, the issue that caused the jaws of the national media to snap onto the company’s leg. One year ago this month, news broke that a man named Aleksandr Kogan had misappropriated the data of tens of millions of users and sent it to a shady political consulting firm called Cambridge Analytica. It soon became clear that Cambridge Analytica was not alone and that Facebook had allowed thousands of developers to collect data for years.

      The company’s loose policies on data collection over the years are also what allowed it to build one of the most successful advertising businesses in history. All the data the company collects helps advertisers segment and target people. And it’s the relentless pursuit of that data that has led to Facebook being accused of making inappropriate deals for data with device manufacturers and software partners. This is a history that Zuckerberg knows well, and one that he acknowledged in his post. “I understand that many people don’t think Facebook can or would even want to build this kind of privacy-focused platform—because frankly we don’t currently have a strong reputation for building privacy protective services,” he wrote.

  • Intersyndicale du « Monde » : en défense des pigistes
    https://snjcgt.fr/2019/03/04/intersyndicale-du-monde-en-defense-des-pigistes

    L’intersyndicale demande à la direction l’ouverture de négociations sur les #pigistes, afin de répondre aux problèmes persistants qui les touchent, encore soulignés par la naissance du collectif Pigistes du Monde, deux après celle du Collectif des pigistes de Blanqui. Nous saluons le regroupement de ces rédacteurs, illustrateurs, pour défendre leurs droits et nous les soutiendrons dans leurs démarches futures.

    Pour l’heure, voici les sujets que nous souhaitons voir discutés :

    – état des lieux des pigistes permanents qui devraient être régularisés au plus vite.
    – participation du journal à la couverture sociale des pigistes à l’étranger — des négociations en ce sens ont déjà eu lieu à RFI et France Médias Monde ;
    – indemnité de transport et facilités administratives, telles que prévues par la clause de revoyure de l’accord de 2017, qui devait être négocié avant juin 2018 ;
    – révision des tarifs des piges photo, illustration et définition d’une grille complète des tarifs de piges, comme dans d’autres entreprises de presse ;
    – égalité d’accès à l’information concernant l’entreprise (intranet, e-mail non discriminant, mailing listes) ;

    En moyenne, 300 pigistes participent chaque mois à la confection des publications du Monde sur tous les supports. Il est temps de s’attaquer à la précarité qu’ils vivent au quotidien.

    • ... et donc... j’ai regardé. Je vois bien ce qui est démontré, et sur le fond, je suis plutôt d’accord sur le fait que oui, les riches, les banquiers, les Rothschild influencent grandement voire tirent les manettes quelle que soit la couleur du gouvernement. Et que point n’est besoin de parler d’un complot juif. Mais le procédé narratif mélangent beaucoup de sources, plus ou moins « appréciables » me concernant. Sur cette vidéo-ci, l’auteur l’assume clairement en appelant à la mansuétude :

      Attention le montage effectué par Break News comporte tous les ingrédients d’une vidéo « complotiste / conspirationiste ». Nous vous conseillons de visualiser l’intégralité de la vidéo exceptionnellement plus longue que d’habitude avant de donner votre avis en commentaire.

      J’ai donc regardé d’autres vidéos sur une base un tantinet sceptique. Globalement, la chaine cherche à démonter l’islamophobie et les manipulations médiatiques. Mais elle utilise un système de montage qui est assez proche du martelage, et utilise de plus en plus son générique façon « faites entrer l’accusé » pendant tout la longueur de la vidéo. Ce sont des processus qui m’éloignent instinctivement. J’ai regardé la vidéo qui commence par un parallèle Assange / Ramadan, visant à prouver qu’il y a eut un complot pour faire tomber ce dernier comme le premier... La chaine semble d’ailleurs avoir été montée initialement pour défendre Ramadan. Le problème étant que la manipulation par l’accusation du viol, j’ai du mal à rester neutre.

      J’ai été voir d’autres vidéos : une sur la manipulation contre les gilets jaunes (en fait y’en a pas mal sur ce sujet). Sur celle que j’ai regardée, il y a un extrait de l’erreur d’appréciation de Sylvain Boulouque, reconnue par lui dès le lendemain, et qui donc ne devrait pas servir la notion de manipulation... J’ai regardé d’autres vidéos : clash, recadrages, fakenews, etc... Beaucoup quand même sont là pour mettre en avant les arguments contre les Fourest, Finkielkraut, Morano, Zeimour...

      Au fur et à mesure, j’me suis dit que ce type de montage avait surement son avantage pour faire circuler les démontages. Ça n’est pas ma culture, mais au vu de son succès, finalement, oui, ça m’a intéressée de me confronter à mon à-priori initial sur la forme plutôt que le fond.

    • « très intéressant », c’est une blague ?

      Si on suit l’argumentation, le nouvel ordre mondial s’oppose au paganisme, la défense du paganisme étant un thème repris par l’extrême droite nazi.

      Dans la vidéo est cité sérieusement Philippe Ploncard D’Assac figure de l’extrême droite la plus antisémite.

      Le 19 janvier, lors du dernier rassemblement de ces extrême-droites antisémites (Benedetti, Bourbon, Ryssen et Soral), il a été dit clairement qu’ils considèrent que l’islam est mis en avant comme problème par les tenants du « nouvel ordre mondial » pour détourner de la critique du « vrai péril judéo maçonique ». Cette position pourrait expliquer la sympathie pour Ramadan etc.

      Bref @reka pourrais-tu préciser en quoi tu trouves cette vidéo « très intéressante » ?

      Philippe Ploncard D’Assac

    • Amies et amis, je suis désolé de vous avoir déçu par le choix de cette vidéo sans queue ni tête, je vous dois quelques explications.

      Je n’ai pas préjugé de la vidéo elle même qui en effet regroupe un peu tout et n’importe quoi, et vous imaginez bien que je ne l’ai pas signalé pour les discours obscènes des fachos de service :)

      J’ai regardé quelques extraits et j’ai trouvé « très intéressant » [j’avais choisi ce terme en lui appliquant une petite dose de cynisme, j’aurait pu dire "affligeant" ou "pitoyable"] : les réfléxions de personnalités très puissantes sur Macron, et qui alimente notre débat ouvert sur les modes d’expression, d’échange, les narrations, la réthorique de Macron et sa suite (J’ai lu d’ailleurs que les LaREM sont coaché·es - si elles et ils le veulent - par des journalistes à Lille dans une institution affilée à l’école de journalisme de Lille (si ce n’est pas un fake).

      Par exemple ce que dit Minc de Macron banquier d’affaires : « Heureusement qu’il est charmant en plus d’être rapide et intelligent, parce que c’est quand même un métier de pute. »

      Et ce que dit de Macron son ancien patron, François Henrot de la banque Rothschild : « il a appris à communiquer, c’est utile en politique. C’est à dire qu’il a appris à "raconter des histoires"... Dans le jargon, quand on mote une opération, on construit une "equity story", qui est l’histoire qu’on raconte pour donnr envie aux actionnaires d’afhérer à une opération financière, d’acheter ou d’apporter leurs titres. On y apprends donc des techniques de ... euh .... Pas de manipulation de l’opinion, mais de ... euh... Un petit peu [quand même] »

      Je m’interroge depuis l’année dernière sur la forme parlée du Macronisme, sur le langag de Macron et sa suite, un peu comme si une nouvelle langue avait investi le champs politique. Toute sa suite utilise la même réthorique, parle comme lui et j’ ai l’impression qu’il doi y avoir une source commune, un manuel de coaching qui est suivi à la lettre.

      C’est pour cette raison que je trouvais très intéressantes ces réflexions en ce qu’elles éclairent sans doute l’origine de ce langag que je trouve personnellement très pervers et dangereux en ce qu’il permet de balancer de gros mensonges en les faisant passer sans douleur comme une lettre à la poste. Encore aujoud’hui, sur France Inter, Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des Affaires européennes a pu dire un immense mensonge sur la manière dont la France traite la qustion des migrants par rapport à lItalie, sans qu’aucune ni aucun des journalistes présent de relève quoique ce soit ! Manier la langue à ce niveau d’anesthésie, c’est du grand art.

      Mais peut-être aurai-je du mieux sélectionner les extraits et ne pas vous infliger ce qui était périphérique à mon sujet. Encore une fois désolé pour ça. Mais d’un autre côté, ça me conforte sur la vigilence de l’intelligence collective qui sévit en ces lieux !

    • D’après le lexique financier des Échos, « l’Equity story », c’est ça :

      Elément important de la communication financière d’une entreprise lors de son introduction en bourse, d’une augmentation de capital, voire du déclassement d’un bloc d’actions dans le marché. C’est l’histoire qui est racontée aux investisseurs en termes simples et clairs (sic) de ce que propose l’entreprise pour les années à venir aux investisseurs : croissance alimentée par des gains de parts de marchés dus à un produit / service supérieur, retournement enclenché mené par une nouvelle équipe de dirigeants expérimentés, versement de dividendes importants en raison d’un patrimoine immobilier de première qualité, etc.

      Source : https://www.lesechos.fr/finance-marches/vernimmen/definition_equity-story.html

  • Bruno Latour : « Les Gilets jaunes sont des migrants de l’intérieur quittés par leur pays »
    https://reporterre.net/Bruno-Latour-Les-Gilets-jaunes-sont-des-migrants-de-l-interieur-quittes-

    Parce que dès qu’on commence à discuter d’une maison, d’agriculture, de voitures ou de déplacements, on se rend compte que chaque sujet est attaché à beaucoup d’autres produits qui viennent de plus ou moins loin, et que tout est lié par des réseaux de dépendance. Cela permet de se rendre compte que les questions dites « écologiques » ne sont pas extérieures aux préoccupations dites « sociales » mais au contraire intérieures. Encore faut-il qu’on puisse décrire ces situations qui amènent de proche en proche à la réalisation de nos imbrications, de nos dépendances, et donc, c’est là tout l’intérêt de l’exercice, aux marges de manœuvre. Il faut arriver à trouver la politique qui soit capable de suivre un dossier comme celui de la taxe sur l’essence dans ses différentes intrications avec les groupes d’intérêt qui lui sont attachés ; or ce groupe d’intérêts, ce sont des gens qui ne correspondent ni à un département, ni à un rond-point, ni à une ONG, ni à un parti. Chaque affaire, chaque sujet de préoccupation, chaque « concernement », je ne sais pas comment dire, est ad hoc. Il lui faut un groupe d’intérêt à sa taille, qui soit spécifique. Le passage à la généralité annule toutes ces différences et donc toutes les marges de manœuvre.

  • Encore une #avarie_commune sur un porte-container
    (plus quelques infos sur la précédente et l’info qu’en général plus d’un container sur deux n’est pas couvert par une assurance…

    Fire-Stricken APL Vancouver Singapore-Bound After #General_Average is Declared – gCaptain
    https://gcaptain.com/apl-vancouver-general-average


    A photo of the damage shared by APL.
    Photo credit : APL

    The fire-stricken 9,200 teu APL Vancouver is en route to a Singapore lay-by berth for inspection by surveyors, following the decision last week to declare general average (GA).

    In the early hours of 31 January, off the Vietnamese coast, a fire started in a cargo hold forward of the vessel’s accommodation block.

    The ship, in transit from China to Singapore, had to be partly evacuated during the firefighting operations and APL said that there were no reported injuries to crew members.

    The CMA CGM subsidiary declared GA on 7 February, instructing salvor Ardent Marine on Lloyd’s open form terms, but details of the average adjustors have not so far been advised.

    GA is a principle of maritime law where damages and salvage costs are shared among the cargo in proportion to its value.

    London-based marine claims firm WE Cox Claims Group said it expected cargo loss on the APL Vancouver to be “significant” after several days of water being pumped onto the ship and cargo to fight the fire. Unconfirmed reports advise that the ship, which operates on APL’s CIX (China-India Express) service, had around 4,500 containers on board.
    […]
    Elsewhere, shippers with containers on the 7,500 teu Yantian Express, which caught fire off the Canadian coast on 3 January, are now beginning to discover the status of their cargo.

    The vessel, operating on the east coast Loop 5 of THE Alliance Asia-US east coast service, arrived at its nominated safe harbor in Freeport, Bahamas on 4 February.

    Hapag-Lloyd declared GA on 25 January and the carrier, along with The Alliance partners ONE and Yang Ming have advised that there are 198 containers that are “most likely” to be a total loss to fire damage and a further 460 that were stacked in the vicinity of the fire will require inspection.

    It is the intention to discharge potentially salvageable containers this week when surveyors for the cargo interests will be invited to inspect their contents. Cargo interests for containers that survived the fire will be required to provide GA security and a separate salvage security before the boxes are released, and are also likely have to pay the cost of relay to the final destination.

    Of the expected total-loss containers, ONE has the highest number, 99, followed by Hapag-Lloyd with 68 and Yang Ming with 31.

    It is estimated that less than 50% of containers shipped globally are insured.

  • Cable ship capsizes near Singapore after tanker collision | Reuters
    https://www.reuters.com/article/us-indonesia-tanker-crash-idUSKCN1P80NS


    The Star Centurion was at anchor when it was t-boned by the tanker Antea which was traveling at around 11.5 knots.

    An undersea cable and pipe-laying ship, the Vanuatu-flagged MV Star Centurion, capsized in the Indonesian waters of the Singapore Straits after a collision with a tanker on Sunday, with no fatalities, authorities said on Monday.

    The Singapore Straits are one of the world’s busiest shipping zones with hundreds of container ships, oil and fuel tankers and dry bulk carriers daily traversing the waters that connect east Asia to Europe, India and Africa.

    The collision happened just north of Bintan, an Indonesian island in the Riau Islands province that sits opposite the city-state of Singapore.

    “°It’s already capsized,°” Samsul Nizar, the head of operations at the Indonesian coast guard base at Tanjung Uban on Bintan, told Reuters by telephone, “°but it hasn’t sunk completely.°”

  • Lille / Gilets jaunes : acte VIII
    http://philipperevelli.com/lille-gilets-jaunes-acte-viii

    Il y avait du monde, ce samedi 5 janvier, place de la République, à Lille, pour la huitième journée d’action des gilets jaunes. Pas l’impression que le mouvement s’essouffle, mais se cherche plutôt, tâtonne, ne sait comment passer à l’étape suivante, aurait plus que jamais besoin de l’expérience des organisations de gauche, des syndicats.

    Mais ils n’étaient pas là.
    Militants et représentants de la gauche (communistes, insoumis, anars, LO…) brillaient par leur absence.
    Syndicalistes, idem (CGT, Solidaires, FSU… rien).
    Alors oui, il y avait dans le cortège trop de drapeaux tricolores, trop de Marseillaise – que venaient foutre des croix de Lorraine dans cette galère ? – et oui, ça me gène, me dérange, me démange…
    Mais faut-il leur abandonner la rue ?
    Il y avait aussi ceux qui réclament le rétablissement de l’ISF, plus de justice sociale…
    Faut-il les laisser seuls ?
    Convergence des luttes… mais chacun de son côté ?
    Grève générale… mais pas avec tout le monde ?
    Encore si nous, à gauche, étions capable d’être à l’initiative, peut-être pourrions-nous faire la fine bouche, nous permettre un tri sélectif des manifestants, mais…

    via @fil


    #GiletsJaunes #photographie #Lille

  • Les deux gilets jaunes ont été incarcérés mercredi soir, avec pour peine 3 mois de prison ferme et 6 mois de sursis avec obligation de travailler, plus 150 euros d’amende chacun. Encore une fois, la comparution immédiate a entraîné une condamnation sévère et envoyé les condamné dormir en prison.
    Ce mercredi 2 janvier, le tribunal de Foix (09) faisait comparaître deux hommes de 25 et 30 ans, pour dégradation avec incendie au péage de Pamiers et « occupation non appropriée du domaine routier » dans la soirée du 31 décembre.

    Au vu du casier non vierge des deux prévenus, l’avocat de la défense Me Baby leur a conseillé d’accepter la comparution immédiate, estimant qu’il pouvait « faire appel à l’humanité du tribunal » pour leur éviter l’incarcération immédiate (mandat de dépôt).
    Les deux prévenus sont précaires, l’un travailleur pauvre sans logement et l’autre intérimaire, et le tribunal ne va pas se priver de s’appuyer lourdement sur ce qu’il appel le « profil des accusés ». Ils ont tous deux quelques condamnations à leur casier pour larcins ou conduite sans permis. Procureur comme juge insistent en chœur sur « le niveau ras-des-pâquerettes des prévenus ». Ce à quoi un des deux rétorquera en fin d’audience « nous ne sommes pas des bêtes, nous ne nous arrêtons pas de penser ».

    La trentaine de soutiens dans la salle ne se montre pas révérencieuse face au tribunal et n’hésite pas à réagir. Une femme de l’assistance se fait sortir pour avoir répondu aux dires du procureur que l’usage du flashball était également une atteinte à la sécurité des personnes.
    Le procureur demande une peine de 8 à 9 mois de prison ferme pour les deux gilets jaunes.
    La défense n’était certes pas facile, les deux hommes ayant reconnu et raconté en détail les faits en garde à vue ; pour l’un d’entre eux après s’être fait mettre la pression par la police pour ne pas faire plonger son camarade seul.

    L’avocat opte pour une défense politique avec un discours sur la casse comme « moyen pour se faire entendre », n’hésitant pas à évoquer les faucheurs d’OGM ou même la ZAD de Notre-Dame-des-Landes comme exemple. Les derniers mots de l’avocat n’auront pas convaincu le tribunal : « donnez le message ferme qui convient, mais laissez la place à l’humanité » pour « laisser les condamnés retourner chez eux » . Raté !

    Solidarité avec les prisonniers et leurs proches et renforçons nos réflexes de défense avant, pendant et après les actions !

    http://lenvolee.net/a-foix-aussi-la-justice-envoie-des-gilets-jaunes-en-prison-pour-tuer-le-mo

    Les conseils de précautions de l’envolée :
    https://larotative.info/contre-la-repression-conseils-et-1631.html
    http://1libertaire.free.fr/GAVbrochure.pdf
    https://seenthis.net/messages/721535
    #lenvolée #prison #gilets_jaunes #comparution_immédiate #incarcération_immédiate #justice_de_classe #précarité #travail_obligatoire

  • Lectures géographiques d’un journaliste français à Berlin

    http://journals.openedition.org/echogeo/16427

    Je suis très curieux de savoir ce que @klaus pense de cet entretien... C’est un journaliste du Monde (personne n’est parfait) qui raconte son expérince urbaine alors qu’il est correspondant du journal.

    Après des études à l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm et à Sciences Po Paris, titulaire d’une agrégation d’histoire puis d’une thèse en histoire contemporaine, Thomas Wieder devient journaliste au Monde dans le service politique, puis son correspondant en Allemagne à partir de 2016. Son témoignage montre quelle place a la géographie dans son métier et éclaire sur une géographie citadine qui mobilise au quotidien représentations héritées de la ville, analyses statistiques, espaces repères, comparaisons avec Paris, rapport singulier aux distances.

    #berlin #urban_matter

    • L’excès de voiturisme à Berlin ...

      7 -
      ... c’est une ville où la circulation automobile demeure encore aujourd’hui beaucoup plus fluide qu’à Paris, de sorte qu’on peut envisager de la traverser pratiquement d’un bout à l’autre en mettant le temps qu’il faut aujourd’hui à Paris pour se rendre dans un arrondissement voisin.

      ... m’a fait échanger la voiture contre la moto. La description idyllique est datée, là c’est le bouchon permanent á cause d’une politique de transition chaotique de la ville automobile à la ville-où-on-ne-sait-pas-comment-se-déplacer.

      Mais il est vrai qu’à Paris c’est le vélo qui s’impose si on veut se déplacer vite et sans les inconvéniants du métro. Berlin par contre est trop grand pour les adeptes du cyclisme moins fanatiques. J’ai une connaissance qui y fait chaque jour deux fois 15 km á travers la circulation dense. Elle est bien en forme, mais elle dévéloppe un côté agressiv pas très agréable.

      Je n’ai pas encore tout lu.

    • euh ...

      Certes, les loyers restent encore bien moins chers qu’à Paris

      ... c’est encore vrai pour les quartiers en dehors du centre dont la surface correspond à celle de Paris intra muros .
      cf. https://seenthis.net/messages/747182


      Le problème : tout est déjà pris. À l’exception de ceux qui disposent d’un patrimoine assez comfortable pour être en position de pouvoir choisir entre l’achat et la location d’un appartement, les berlinois ne déménagent plus. Seule execption pour les indigènes : passer à côté de la file d’attente parce qu’on a des relations.

      Pour les nouveaux arrivants il y a deux types de solution pour se loger :

      1. Tu es plus ou moins pauvre

      a) Tu dors dans la rue. C’est le cas des européens de l’Est peu qualifiés qui prèrent vivre à la rue Berlin à la mort dans le froid de leur ville d’origine. C’est également le cas des victimes du système Dublin privés de statut officiel.

      b) Tu deviens coloc dans un appartement trop cher pour son locataire. Pour la majorité des étudiants et jeunes employés étrangers c’est la première étape pour se faire une vie à Berlin.

      c) Tu t’inscris sur les listes d’attente de bailleurs municipaux et associatons de copropriété peu chers. Tu aura un appartement quelques années plu tard.

      2. Tu es détenteur d’un patrimone

      a) Tu loues plus cher que tes revenus actuels te le permettent et tu consommes tes épargnes en espérant trouver un travail mieux payé.

      b) Tu achètes ou tu loues prèsque au prix parisien. Là c’est pour tout de suite ou prèsque.

      c) Tu es très riche. Pour toi Berlin est un bain de jouvence qui va rajeunir et toi et tes investissements.

    • C’est vrais ...

      6 -
      7 - Depuis longtemps Berlin se revendique comme ville de « mixité sociale ».

      ... mais la Berliner Mischung date d’une époque quand le propriétaire vivait au premier étage derrière la belle facade de son immeuble qui s’étandait sur parfois sur 10 cours intérieures de plus en plus insalubres où s’entassaient les prolétaires qui travaillaient dans les petites usines et manufactures du bloc.

      Cette forme de cohabiation sociale n’a plus de raison d’être économique. Elle a continué à exister à Berlin après la guerre et a survécu les années 1970 quand cette forme de vie a disparu. C’était dû au côté château de la belle au bois dormante qu’avait la ville pendant la séparation entre Est et Ouest.

      La mixité sociale d’aujourd’hui est alors un projet politique qui veut améliorer la sécurité et la qualité de vie pour les habitants mais plutôt que de s’imposer il faut un grand effort de la gauche pour la défendre et lui donner une nouvelle raison d’être.

      cf. https://de.wikipedia.org/wiki/Meyers_Hof

    • 5 - (TW). Je suis arrivé à Berlin à l’été 2016.

      Quand Thomas Wieder arrive à Berlin la ville est en pleine crise migratoire. La situation dans le centre d’acceuil pour réfugiés sur les lieux de l’ancien hôpital de Moabit resssemble à un camps au milieu du désert. La réaction des institutions municipales face aux événements est aussi confuse que celle des administrations à Berlin-Est à partir du mois de novembre 1989. D’abord on essaie de tout régler comme prévu alors qu’il n’y a plus rien de prévisible, ensuite on abandonne son poste ou essaie de trouver des solutions improvisées.

      https://de.wikipedia.org/wiki/Fl%C3%BCchtlingskrise_ab_2015_in_Deutschland

      Dans les deux années après son installation la ville change radicalement parce que les conséquences de la spéculation immobière commencent à se sentir de plus en plus et l’arrivé de nouveaux habitants du monde entier sur le marché du travail a des répercussions sur toute structure en place.

      La modification des quartiers accélère encore. Au fur et à mesure la gentrification s’étend à tous les endroits épargnés jusqu’à cette période.

    • La chute des murs de Jéricho
      http://www.interbible.org/interBible/caravane/voyage/2007/voy_070126.html
      C’est une belle histoire ...

      (Jos 6,2-5) : Josué et ses hommes devaient faire le tour de Jéricho une fois par jour pendant six jours, accompagnés de sept prêtes portant l’Arche d’alliance et sept trompettes en corne de bélier, puis effectuer sept tours de la ville le septième jour, après quoi les prêtres devaient sonner de leurs trompettes, le peuple pousser un grand cri, et alors les murs de Jéricho s’effondreraient.

      ... qui a été entièrement inventée.

      D’ailleurs si les Israélites avaient décidé de prendre la ville, ils n’auraient pas eu besoin d’en faire sept fois le tour pour s’apercevoir que Jéricho avait déjà été détruite depuis longtemps... En effet, l’archéologie montre qu’à l’époque présumée de l’épisode, Jéricho était déjà en ruines et n’était plus habitée depuis environ trois siècles.

      Ce qui est vrai en ce qui concerne Jericho l’est encore davantage pour Berlin. Il n’y a jamais eu de chute du Mur . Après des protestations le gouvernement de la RDA arrête de refuser à ses citoyens de quitter le pays comme il bien leur semble. Pendant ce processus politique assez mal géré - pour éviter des victimes - les gardes frontière acceptent le soir du 9 novembre 1989 de laisser passer tout le monde.

      L’expression chute du Mur est un terme de la guerre froide inspiré par un mythe biblique. Elle suggère l’intervention d’une force providentielle à l’origine d’événements sociaux, politiques et économiques. Cette vision idéologique des événements sert à cacher les véritables forces et mobiles afin de nous empêcher d’utiliser les leçons historiques pour « faire tomber » des régimes en place actuellement.

      9 - ... les ex-quartiers de Berlin-Est sont ceux qui ont le plus évolué en trente ans. Délaissés à la chute du Mur, certains ont rattrapé voire dépassé certains quartiers de l’Ouest en termes de gentrification, comme Prenzlauer Berg et Mitte qui ont perdu tout le caractère « alternatif » qu’ils avaient dans les années 1990 et encore au début des années 2000. Aujourd’hui, ce processus de gentrification s’étend à d’autres quartiers de l’ex Berlin-Est plus périphériques, comme Pankow (au Nord) ou Friedrichshain (à l’Est).

      Les lieux dits alternatifs à Berlin sontun peu cachés. Ce sont des îlots qui témoigent d’une époque passé. Ce constat concerne la ville entière.

      La meilleure source pour se rendre compte de quoi on parle quand on évoque le mouvement alternatif à Berlin, c’est une carte du mouvement des squats entre 1070 et aujourd’hui.
      https://seenthis.net/messages/739643

      Sous les coups des gentrificateurs il est d’autant plus important de conserver et propager les leçons apprises par l’avènement et la disparition de structures autonomes libertaires à Berlin-Ouest. Ceci est aussi important que la conservation des expériences et leçons appris à travers la tentative de réaliser un socialisme autoritare à l’Est.

      #socialisme #mouvement_alternatif

    • Là encore le journaliste raconte l’histoire de Berlin, l’ex-ville-du-mur . Cette approche est erronnée car elle met l’accent sur un bref interlude historique qui n’est aujourd’hui qu’une USP (unique selling proposition) de la part de l’office du tourisme municipal. Berlin est l’ancienne et l’actuelle capitale de la plus grande puissence politique et ećonomique en Europe centrale et continue son développement suivant ce paradigme.

      - 10 Près de trente ans après la chute du Mur, l’Est et l’Ouest continuent néanmoins de charrier des clichés qui leur sont propres. Ainsi, l’Ouest a toujours la réputation d’être plus bourgeois et résidentiel à cause de certains quartiers comme Charlottenburg ou Grünewald, mais cela ne doit pas faire oublier le fait que certains des quartiers les plus pauvres et cosmopolites du Berlin d’aujourd’hui, comme Neukölln, au sud, ou Wedding, étaient jadis à l’Ouest du Mur…

      Les deux facteurs principaux pour le développment des villes européennes sont d’ordre géographique y compris de climat et sociologique avec les facteurs économiques comme moteur de propulsion.

      Initialement Berlin est constitué de quelques maisons autour d’une île . Cette configuration structurelle ne change pas pendant des siècles jusqu’au début de l’industralisation.

      Depuis les vents de l’ouest courants et la pollution des cheminées industrielles et d’habitation font fuir la bonne société vers l’ouest. C’est ainsi qu’à Berlin et à Londres prospèrent les beaux quartiers appellées Westend . A l’est de la ville se développe une ceinture d’habitations ouvrières et d’usines exposée aux nuages noirs polluantes. Cette situation reste inchangeée jusqu’à la disparition des industries berlinoises après 1989 et le remplacement de la quasi totalité des chauffages « prussiennes » au charbon dans les années 1990. Encore au début de cette décennie on sentait l’arrivée de l’hiver par son odeur de charbon brulé et de soufre.

      Voici la raison principale pour la popularité de #Moabit, #Wedding, #Gesundbrunnen, #Prenzlauer_Berg, #Friedrichshain, #Kreuzberg et #Neukölln : Depuis l’an 2000 on peut y respirer librement pour la première fois depuis 150 ans.

      En réalité, certains quartiers qui se trouvaient de part et d’autre du Mur se sont rapprochés avec le temps. Ainsi de Kreuzberg (Ouest) et Friedrichshain (Est), qui constituent aujourd’hui un seul et même arrondissement et présentent une assez grande homogénéité sociale, culturelle et politique : aux élections régionales de 2016, les Verts y ont ainsi obtenu environ 30 % des voix, bien plus que partout ailleurs à Berlin.

      Thomas Wieder parle ici de l’arrondissement Friedrichshain-Kreuzberg, ces quartiers pas seulement séparés par le mur mais par la rivière de la Spree. J’ai de fortes doutes s’il sont vraiment aussi homogènes comme il dit. Quand on regarde de près la carte des résultats électoraux on y identifie des disparité remarquables. Je commence à douter encore plus de sa description quand je regarde aussi l’autre arrondissements unique d’aujourd’hui dont les quartiers font partie des deux Berlin jusqu’en 1989.

      On risque de se tromper sur Fredrichshain et Kreuzberg, mais à Berlin Mitte on constate une situation complètement disparate. C’est une combinaison de Gesundbrunnen (ouest), Wedding (ouest), Moabit (ouest), Tiergarten (ouest) et Mitte (est). Gesundbrunnen , Wedding et Moabit sont des quartiers ouvriers « rouges », Tiergarten est un quartier chic et bourgeois à toutes les époques, Mitte est traditionellement l’endroit avec le plus de disparités sociales imaginables. Le Kaiser y vit à quelques centaines de mètres des juifs de l’Est les plus pauves d’Allemagne. Cette disparité sociale continue à marquer le centre de Berlin au sein des quartiers comme au niveau de sa structure générale.

    • Il a parfaitement raison quand il décrit l’implémentation des quartiers #Potsdamer_Platz et #Regienrungsviertel.

      - 12
      – 13 ... c’est un espace quasi autonome, où l’on n’a aucune raison de se rendre au quotidien. Une sorte d’espace à part, beaucoup moins intégré à la vie quotidienne que ne le sont les lieux du pouvoir politique à Paris.

      Chacun des quartier est le fruit de quelques réunions au plus haut niveau du pouvoir sans la moinde concertation ou participation des berlinois.

      C’est surtout le chancelier Helmut Kohl qui y impose sa vision de la capitale allemandes. La nation, c’est à dire tout le monde y compris les gens simples, ne compte pas. Dans les momente historiques décisifs c’est ou la révolution ou la dictature. Les joyaux de la « Berliner Republik » expriment la volonté des détenteurs du pouvoir de prendre des décisions rapidement afin de ne pas être incommodé par cet animal capricieux qu’est le peuple.

    • On parle, ...

      - 18 (TW). La part des étrangers est très variable selon les quartiers de Berlin. Cela a toujours été le cas, certains quartiers comme Kreuzberg ayant accueilli de très longue date un nombre important d’immigrés, turcs en particuliers. On estime à environ 80 000 le nombre de demandeurs d’asile arrivés à Berlin entre 2015 et 2017. Même si certains quartiers en ont accueilli plus que d’autres (Neukölln, au sud-est de la ville, par exemple), leur arrivée n’a pas fondamentalement changé l’image de la ville.

      Il faudrait préciser et paler des raisons pour la présence massive des turcs et squatteurs `Kreuzberg etc.

      Mixité sociale, immigration ... au fond il ne dit rien du tout mais recrache des bribes d’infos dont on pourrait faire une critiques, mais #bof ...

  • En plein boum des arrestations preventives (#loitravail, #zad, #giletsjaunes...) la justice se prépare à l’arrivée des #algorithmes avec la #legaltech (technologie juridique) ?
    Encore un article qui devrait être en libre accès, #Mediapart... Avec l’épée de Damocles de la #justice-predictive, c’était l’occasion de montrer du soutien à toutes les #legalteam <3

    https://www.mediapart.fr/journal/france/020119/la-justice-se-prepare-l-arrivee-des-algorithmes?onglet=full

    Cela fait plusieurs années que tout un écosystème de start-ups attend l’ouverture du marché de la justice numérique, aujourd’hui freiné par le manque de décisions en open data et de cadre juridique. Le projet de réforme de la justice en cours d’examen en pose les bases. Certains s’inquiètent de l’application d’algorithmes au monde judiciaire, promettant, à terme, de prédire l’issue des procédures.
    La numérisation de l’État était l’une des grandes promesses d’Emmanuel Macron. La « start-up nation » est censée s’accompagner d’une dématérialisation de tous les aspects des relations entre les institutions et les citoyens. Certains chantiers sont déjà bien avancés, par exemple dans le domaine fiscal avec le paiement des impôts à la source. Le projet de loi sur la justice en cours d’examen au Parlement en ouvre un nouveau : celui de la numérisation de la justice.

    Ce texte introduit quelques mesures qui marquent les premiers signes de l’adaptation de l’institution judiciaire au numérique, ainsi que de son ouverture au marché de la « legaltech » (en français, technologie juridique ou technologie au service du droit). Derrière ce terme se cache tout un écosystème d’acteurs dont le but est de promouvoir la numérisation de la justice : les procédures qui pourront se faire en ligne, les jugements qui pourront être rédigés, voire rendus, par un algorithme ou encore les décisions elles-mêmes, qui formeront ainsi une gigantesque base de données, autrement dit le « big data » dont ont besoin les algorithmes pour tourner.

    Comme pour sa cousine la « civic tech », dont le but est de numériser les institutions démocratiques, la communauté de la legaltech abrite des acteurs convaincus que l’informatique a le pouvoir de transformer la société, mais également de nombreuses entreprises impatientes de « disrupter » un nouveau marché potentiellement colossal. Benjamin Jean appartient à la première catégorie. L’association qu’il préside, Open Law, milite pour un « droit ouvert » et un rapprochement entre le monde du juridique et celui du numérique.

    « Il existe plusieurs définitions possibles de la legaltech, explique-t-il à Mediapart. Au sein d’Open Law, https://openlaw.fr , nous considérons comme acteurs de la legaltech tous ceux qui s’appuient sur des solutions et des outils numériques pour favoriser l’accès au droit et à la justice. La finalité, c’est vraiment l’accès au droit et à la justice. Et c’est l’utilisation du numérique dans cette optique qui caractérise la legaltech. »

    « C’est donc une définition très large, poursuit Benjamin Jean. Les premières formes de legaltech ont été les plateformes de marché, qui permettaient de contacter facilement un avocat. Au sein des cabinets d’avocats et des études de notaires, le numérique permet déjà de faire mieux ce qu’on faisait avant. Il existe pas mal de solutions qui permettent de mieux gérer les documents et toutes les saisies. Ensuite, il y a tout ce qui permet de favoriser la collaboration. Certains nouveaux outils permettent d’aller dans le sens de la pluridisciplinarité, de faire travailler facilement des avocats avec des notaires, avec des huissiers, de favoriser les relations entre les professions réglementées. »

    « Aujourd’hui, explique Benjamin Jean, il y a toute une diversité d’acteurs venant soit du numérique, des pure players, soit des secteurs traditionnels. Les éditeurs juridiques notamment sont tous depuis quelque temps sur le numérique. Il y a également des acteurs institutionnels comme la Dila (Direction de l’information légale et administrative) ou le Parlement. »

    https://vimeo.com/304829590

  • Prélèvement à la source : voici les pièges cachés qui vous attendent dès le mois prochain !
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15427-prelevement-a-la-source-voici-les-pieges-caches-qui-vous-attendent-

    Vous aviez cru que le prélèvement à la source allait vous simplifier la vie ? Rien n’est moins sûr... Encore une fois les technocrates de Bercy décident seuls dans leur coin, et les Français(es) subissent...

    C’est une réforme majeure qui entre en vigueur fin janvier 2019. Le prélèvement à la source nous a été présentée par le gouvernement comme une source de simplification de la vie du contribuable. Pour Laurent Saillard, journaliste au Revenu, cela n’a rien d’évident. Ecorama du 21 décembre 2018, présenté par David Jacquot sur boursorama.com

    Source(s) : Boursorama.fr via Contributeur anonyme

    Informations complémentaires :

    Crashdebug.fr : IMPÔTS 2017 : ... 57% de foyers non imposables à l’IR, 21 millions sur 37, signe d’un appauvrissement accéléré

    Crashdebug.fr : Hauts (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Au lendemain de mon procès - CRIC
    https://cric-grenoble.info/infos-globales/article/au-lendemain-de-mon-proces-898

    Le verdict de notre procès du mercredi 26 décembre où j’ai été condamné à 18 mois de prison dont 6 avec sursis plus une interdiction de manifester pendant 3 ans a été un nouveau choc, après le choc carcéral que j’ai vécu pendant les 12 jours de détention provisoire. De même pour les trois autres Gilets jaunes, Tom, Dylan et Maria qui ont également été condamnés à de la prison ferme et à une interdiction de manifester. Je reprends du poil de la bête, de nouveau porté par l’élan massif de soutien qui me parvient, lors du rassemblement pendant le procès, par le courrier, par les mails, par les réseaux, par les coups de téléphone, les SMS, ça n’arrête pas !

    Alors que je quitte la zone commerciale avec une centaine de personnes, vers 13h15, je suis confronté à une scène d’agression dont sont victimes des Gilets jaunes. Je décide, comme d’autres, d’intervenir pour leur porter assistance, les protéger et porte trois coups de pied à un des agresseurs pour le repousser. Après ces trois coups, je me rends compte, à la vue d’un pistolet qu’un autre homme sort, qu’il s’agit de policiers en civil et je décide de quitter les lieux. Durant toute cette scène, qui dure environ 22 secondes, je n’ai à aucun moment entendu les policiers s’identifier et je n’ai à aucun moment vu leur brassard, pour le moins discret et difficilement décelable.

    #répression #justice_de_classe

  • Les gilets jaunes et le mépris de classe – L’image sociale
    http://imagesociale.fr/6942

    Or, s’il est bien une notion que le mouvement des Gilets jaunes a fait apparaître sur la place publique, c’est bien celle de mépris de classe. Outil peu mobilisé en-dehors de la sociologie de gauche, ce caractère analysé en particulier par Bourdieu sous le nom de « racisme de classe » ou « classisme » décrit un mécanisme à la fois discret et tout à fait essentiel à la justification des privilèges, parce que basé sur des traits que l’analyse attribue à la construction sociale du capital culturel, mais qui passent volontiers pour des qualités innées, comme l’intelligence, le sens moral ou le bon goût.

    Incarnant le retour de la lutte des classes, voire de la guerre des classes, selon l’expression chère à Monique et Michel Pinçon-Charlot, le mouvement des Gilets jaunes a suscité une réponse dont la violence constitue un témoignage accablant de l’accroissement des inégalités et de la gentrification des élites. Par le biais des vidéos autoproduites ou par l’occupation des ronds-points, les Gilets jaunes ont d’abord imposé une présence physique manifestement ressentie comme intrusive par l’ensemble des médias et des classes aisées, qui y ont répondu par une avalanche d’insultes – beaufs, poujadistes, cocus, abrutis, extrémistes de droite – où l’on avait du mal à discerner la moindre trace d’intelligence.

    Encore souligné par les confrontations organisées des plateaux télévisés, un tel unanimisme de la condamnation a fini par se voir. En contradiction avec l’approbation du mouvement par une large majorité de la population, le mépris de classe est apparu comme un comportement de disqualification grossier et comme une défense de classe des dominants. Or, le mépris de classe ne fonctionne comme instrument de sujétion qu’à la condition de rester invisible. A partir du moment où il est désigné comme tel, il perd tout pouvoir et devient au contraire un faux pas, car le mépris est une faute morale que rien ne peut justifier. Le retournement du mépris de classe, devenu arme de dénonciation de la domination par les dominés, est un levier habile, qui fait écho à l’état récent de la recherche en cultural studies, en matière de médiatisation des conflits sociaux.

    Ce n’est pas seulement Macron que les gilets jaunes ont deshabillé de son arrogance. L’ensemble de la classe médiatique a vu sa sottise et ses préjugés de classe mis à nu.

    #Gilets_jaunes #Mépris #Classes_sociales