person:georges tron

  • Interview « Ce qui était autrefois un râteau est aujourd’hui un délit… », estime Éric Dupond-Moretti

    http://lavdn.lavoixdunord.fr/495779/article/2018-11-26/ce-qui-etait-autrefois-un-rateau-est-aujourd-hui-un-delit-estime-

    — Vous attendiez-vous à tant de réactions ?

    « Oui. Georges Tron n’a pas eu de chance : son affaire a commencé en pleine affaire DSK à New York, et son procès se tient en plein phénomène #Metoo, #Balancetonporc… »

    [...]

    –- De la même manière que d’autres, naguère, avec la parole de l’enfant ?

    « Exactement ! Et on a vu ce que cela a donné. Et comment il a fallu se battre aux côtés d’innocents, devant la cour d’assises. »

    (les extraits de son bouquin sont aussi particulièrement gratinés)

    Cf. le fil de @mad_meg sur l’affaire d’Outreau, où s’était illustré Dupond-Moretti, et en particulier la vidéo avec Gwénola Sueur et Pierre-Guillaume Prigent qui font entre autres la généalogie de la constitution des assos masculinistes en France et l’histoire de leur lobbying dans les lieux de pouvoir, en particulier dans la magistrature :

    https://seenthis.net/messages/738233

    #Dupond-Lajoie-Moretti #backlash #réaction #on_sen_fout_on_va_gagner


  • Gwénola Sueur et Pierre-Guillaume Prigent - L’alienation parentale
    Mécanismes de la violence masculine sur les mères en France

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=8&v=Rw0sRBrfqLo

    #violence_masculine #divorce #domination_masculine #SAP #féminicide #infanticide #masculinisme #inceste #pedoviol

    Sur Outreau l’expert psy était Paul Bensoussan un promoteur du SAP, et du syndrome de munchahausen par procuration. On peu le tenir pour responsable de la réduction des condamnations pour viols, inceste, viols par conjoint et l’augmentation des violences faites aux femmes et aux filles (75% des victimes d’inceste).

    – pour en savoir plus = rapport de Marie-Christine Gryson https://www.youtube.com/watch?v=D-udQ8XoOYo

    + commission d’enquête de 2005 http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-enq/r3125.asp

    • Quelques extraits du rapport de commission d’enquète 2005
      http://www.assemblee-nationale.fr/12/rap-enq/r3125.asp

      2. Un contexte pénal, économique et social défavorable

      Il paraît indispensable de rappeler, fût-ce brièvement, que l’affaire d’Outreau s’est déroulée dans une région fortement marquée par le nombre des affaires pénales en matière sexuelle, sur fond de misère économique et sociale. Certaines données statistiques peuvent, en elles-mêmes, contribuer à expliquer la difficulté de réagir rapidement à des signalements qui, pour être inquiétants, n’en sont pas moins noyés dans nombre d’affaires similaires, suivies tant par les services sociaux que par les services de police ou judiciaires. Les données nationales font ainsi apparaître l’accroissement important des dossiers de mineurs en danger dont les juges des enfants sont saisis : + 7,8 % pour la seule année 20044. Les informations présentées ici sont issues des données statistiques du ministère de l’intérieur (faits constatés en matière de mœurs) et du casier judiciaire national (condamnations). Elles font apparaître les spécificités du ressort de la cour d’appel de Douai en matière de criminalité et de délinquance sexuelles.

      · Les faits constatés en matière de mœurs

      La délinquance en ce domaine a augmenté entre 1994 et 2004 dans le département du Nord de 47 % et dans le département du Pas-de-Calais de 60 % contre 50 % au niveau national sur la même période.

      La part des victimes mineures dans le total des viols et agressions sexuelles (faits constatés en 2004 par les services de police et de gendarmerie) s’élève à 63 % pour l’ensemble de la France, à 45 % dans le ressort de la cour d’appel de Paris et à 75,1 % dans le ressort de la cour d’appel de Douai.

      · Les condamnations

      – En matière de criminalité sexuelle :

      La part des infractions sexuelles dans les condamnations criminelles prononcées en France est en hausse constante : de 24,6 % en 1984, elle est passée à 40,7 % en 1994 et atteint 53,4 % en 2004.

      Entre 1990 et 2003, dans le ressort de la cour d’appel de Douai, le nombre de condamnations pour crime sexuel a été multiplié par 3,2 (+ 222 %) alors qu’au niveau national, ce nombre a doublé sur la même période (+ 100 %).

      En 2003, les cours d’assises du ressort de la cour d’appel de Douai ont prononcé 7 % des condamnations criminelles, tout contentieux confondu. La même année, elles ont prononcé 8 % (sur 1 470 condamnations prononcées en France en ce domaine) des condamnations pour crimes sexuels.

      Ces 119 condamnations pour crimes sexuels représentaient 54 % de l’ensemble des condamnations criminelles prononcées dans le ressort de la cour d’appel de Douai contre 48 % au niveau national.

      – En matière délictuelle :

      Entre 1990 et 2003, le nombre de condamnations pour délit sexuel a crû de 63 % dans le ressort de la cour d’appel de Douai contre 32 % en France.

      En 2003, les tribunaux correctionnels du ressort de la cour d’appel de Douai ont prononcé 7 % des condamnations délictuelles, toute forme de contentieux confondu.

      La même année, ils ont prononcé 582 condamnations pour délit sexuel, soit 8,4 % de l’ensemble des condamnations délictuelles en matière sexuelle au niveau national.

      Tout en soulignant à de nombreuses reprises, lors des travaux de la commission, son souhait de ne pas voir ternie à tort l’image du Boulonnais, l’un des membres de la commission d’enquête, M. Guy Lengagne, député du Pas-de-Calais et ancien maire de Boulogne-sur-Mer, a rappelé que la commune d’Outreau elle-même avait déjà été endeuillée par la dramatique affaire dite « des frères Jourdain » qui en février 1997, dans des circonstances particulièrement horribles, avaient violé et assassiné quatre jeunes filles habitant cette petite ville. Point n’est besoin de rappeler également, puisqu’il s’agit d’un fait d’actualité à l’heure où la commission d’enquête procède à ses investigations, que le « second procès d’Outreau »5 porte sur une affaire de pédophilie et que les mis en cause
      – plusieurs membres d’une même famille accusés d’incestes sur leurs enfants - habitent un immeuble voisin de celui des Badaoui-Delay, dans ce même quartier de la Tour du Renard.

      Le cadre dans lequel se sont situées ces affaires d’Outreau est ainsi décrit par MM. René-Philippe Dawant et Georges Huercano-Hidalgo dans leur ouvrage intitulé Contre-enquête à Outreau :

      « La population a fort évolué. Les Aciéries Paris Outreau ont fermé. Si Boulogne-sur-Mer reste le premier centre de traitement du poisson, celui-ci est plus souvent transporté par camion que par bateau. L’industrie de la pêche s’est effondrée. Le textile également. Avec un taux de chômage de 15 %, le Pas-de-Calais détient le record de France.

      À la Tour du Renard, on compte 40 % de chômeurs. Les travailleurs ont cédé la place aux allocataires, aux chômeurs et aux retraités. ... Les ravages de l’alcoolisme sont perceptibles dans les rues, les magasins et les bistrots. La région et la municipalité consentent de gros efforts d’encadrement. Les services sociaux pallient de leur mieux toutes les carences. Le centre communal d’aide sociale garantit un quota de nourriture aux familles en difficulté, assure la gratuité des soins médicaux, encadre un surendettement endémique. »

      Plusieurs personnes auditionnées par la commission d’enquête ont évoqué la difficulté à réagir de façon adaptée et rapide à certains signaux d’alarme, lorsque s’accumulent les problèmes dans une zone géographique donnée.

      Ainsi Mme Claire Beugnet, responsable du service d’aide sociale de Boulogne-sur-Mer, a attiré l’attention des membres de la commission d’enquête sur les caractéristiques de cette population : « Il faut également tenir compte des populations auxquelles nous sommes confrontés. Dans un secteur en difficulté, avec tout un quartier de parents en difficulté le seuil de tolérance n’est pas le même que dans un quartier sans problème. »6

      Le docteur Alain Leuliet, psychiatre, a pour sa part indiqué : « Dans le département du Pas-de-Calais règne malheureusement une grande misère sociale et économique. Quand je participe à un procès en cour d’assises, j’ai toujours l’impression d’un gâchis phénoménal. Nous arrivons après coup. Des sévices ont été commis, des enfants ont été victimes, des agresseurs attendent la sanction. Je me demande comment on pourrait anticiper un peu plus les situations. Vous avez été amenés à entendre les travailleurs sociaux. Nous essayons de travailler avec eux. On aurait peut-être pu éviter que des enfants soient victimes d’agressions sexuelles. Le problème des travailleurs sociaux est qu’ils sont isolés. Ils sont souvent anesthésiés, c’est-à-dire qu’ils côtoient tellement la misère sociale qu’ils sont amenés à relativiser certaines situations sociales en se disant qu’il y a pire. »7

      Mme Hélène Sigala, juge des enfants à Boulogne-sur-Mer, a rappelé que, à l’époque où certaines des notes qui lui étaient adressées par les services sociaux témoignaient d’une suspicion d’agression sexuelle, elle avait dans son cabinet 600 dossiers en cours et « qu’environ 400 d’entre eux transpiraient plus ou moins les abus sexuels »8.

      Dans son témoignage au procès en appel à la cour d’assises de Paris, l’ex-directrice de l’école maternelle qu’avaient fréquentée les enfants du couple Badaoui-Delay à la Tour du Renard a notamment prononcé cette phrase qui, à elle seule, pourrait résumer toute la problématique du risque de banalisation et donc de moindre réactivité lorsque trop de clignotants sont allumés : « J’avais fini par m’habituer aux comportements des enfants de ce quartier. Mais tout ce que j’avais fini par trouver normal n’est pas tolérable, dans l’école où je travaille aujourd’hui. En fait, ce ne sont pas les mêmes normes » (propos rapportés dans un article de la Voix du Nord du 10 novembre 2005).

    • Témoignage d’une des victimes sur les conditions des procès ou comment faire des victimes les coupables et des auteur·ices des innocent·es
      https://www.youtube.com/watch?v=a-9Y1TRV62k

      Outreau l’Autre Vérité de Serge Garde
      https://www.youtube.com/watch?v=bP1MmPKIwoA

      Commission d’enquête de 2006
      https://www.youtube.com/watch?v=zPx-BfVvrWM

      Site de Jacques Thomet
      http://www.jacquesthomet.com/jacquesthomet

      Les 12 enfants reconnus victimes de viols ont touché·es chacun·e 30.000€ à leurs 18 ans. Séparés entre elleux, placé en foyer pour déliquants, jetés à la rue à 18 ans, traités de menteurs par la presse...

      Les 13 aquité·es du second procès ont touchés chacun·e 300.000€. Ces gens n’ont pas été innocentés l’institution a jugé que la parole des enfants ne vallait rien.

      La justice française juge que la mauvaise réputation d’un adulte est 10 fois plus grave que d’être prostitué, violé, torturé lorsqu’on est enfant.
      Le juge Burgeau à été lynché et ce message à ete compris de tous les juges qui ne condamnent plus les viols et considèrent les victimes comme des menteureuses. -40% de poursuites pour viol depuis cette affaire. Les violeurs et pedosexuels se sont ouvert une autoroute.

      __
      Outreau ou pas assez ? Serge Garde : encore !
      https://www.youtube.com/watch?v=m5Kac4egHiM

      Dans une autre video de type FNoïde dont j’ai retiré le lien, Serg Garde dit que l’importance des théories freudiennes en France explique qu’on considère les enfants comme des menteureuses. Pour #freud l’enfant est un pervers polymorphe qui seduit les adultes et est l’instigateur de l’inceste cf - oedipe

    • Merci @mad_meg même si c’est absolument terrifiant que l’affaire d’Outreau ait été transmise par les médias dominants comme une erreur judiciaire envers les adultes.
      On comprend mieux l’instrumentalisation des personnes au pouvoir mouillées dans des affaires financières qui cherchaient à supprimer le juge d’instruction. Non seulement l’impact aujourd’hui sur ces victimes de viols, sur celles qui tentent aujourd’hui de dire mais aussi le soutien apporté au développement des réseaux pédophiles.
      Arr, vraiment la gerbe.

    • Oui j’écoute présentement la commission villani, une forfaiture. A part la première intervenante, seule femme et seule personne qui connait l’affaire et dit à la commission que c’est le bal des faux-culs et que le juge Burgeau est irréprochable. Le reste c’est des vieux ballochards qui servent la soupe à Foutriquet. Hallucinant de voire que cette affaire de réseau pédocriminel a servit de prétexte pour Sarko-Fillon & l’UMPS pour se garantir l’impunité. Car sur ce coup là, L’UMP et le PS étaient main dans la main (dans le sac).

      Sinon pour L’INNOCENT Franck Lavier en plus d’étre poursuivit en ce moment pour le viol de sa fille de 17 ans, il a été condamné pour violences physiques sur ces autres enfants agés d’une dizaine d’années.

    • Outreau, onze ans après.
      https://blogs.mediapart.fr/jacques-delivre/blog/061216/outreau-onze-ans-apres

      Du Calvaire à la Rédemption. Onze ans après, que sont devenus ceux d’Outreau ?

      De nombreux messages personnels ont fait part de l’inquiétude générale concernant le silence relatif actuel autour de l’affaire d’Outreau, et notamment sur ce qui est advenu des fameux acquittés. Alors disons que, onze ans après très exactement, les nouvelles sont plutôt bonnes, mais pas pour tout le monde, comme vous le verrez.

      Revenons d’abord un peu en arrière. A la fin des procès (2005), des tractations financières secrètes eurent lieu, au plus haut niveau, afin de dédommager les acquittés de Paris et de Saint-Omer (et de faire en sorte que le volet Legrand fils mineur ne soit jamais audiencé, contrairement au Droit. Malheureusement, il fallu bien le juger, in extremis). Même s’il n’est absolument pas question ici de nier la dureté de la condition pénitentiaire française, indigne d’une nation moderne, ni que le dédommagement pécuniaire est une mesure salutaire (que faire de plus ?) pour tâcher de compenser les années de prison, on se souviendra, d’abord, que Patrick Dills, qui fit dix-sept années de prison, obtint l’équivalent actuel de 150 000 euros.

      Si, concernant nos acquittés, le dédommagement moral fut plus satisfaisant, puisque outre les excuses de la Chancellerie, celles du Premier Ministre de l’époque Dominique de Villepin, puis celles du Président Chirac lui-même, excuses écrites au nom de la République française et dépêchées tout spécialement par les motards de l’Elysée au domicile de chacun, les tractations concernant l’aspect financier ont été, de leur côté, menées rondement. Ces tractations, tenues cachées, s’élevèrent, selon des informations sûres, à environ dix millions d’euros pour les treize, soit une moyenne de 800 000 euros chacun. Il est cependant à envisager que certains ont obtenu plus que d’autres, eu égard aux conséquences dommageables de l’incarcération sur leur réputation et leur carrière professionnelle. Accessoirement, il ne faut pas oublier que les enfants victimes de traumatismes beaucoup plus importants que la prison pour des adultes, n’ont reçu que 30 000 euros chacun, puis envoyés à la rue sans aucune sorte de soutien à leur majorité. D’autres sont peut-être repartis chez eux pour que la famille reçoive l’indemnité.

      Certes, pour nos acquittés, il leur a fallu déduire les sommes versées à leurs avocats respectifs, et que l’on peut juger conséquentes(mais négociées)... Les ténors du barreau ne sont bénévoles qu’un temps.

      Les époux Lavier s’achetèrent de leur côté tout ce qu’il faut pour être enfin bien : grosse voiture, grande maison en centre ville, tout l’équipement nécessaire pour se sentir heureux, dont un circuit intérieur de caméras vidéos ; des joujous et tant et plus pour les petits gosses. Cela ne les empêcha pas d’avoir ensuite maille à partir avec la justice, pour violences et maltraitances sur deux de leurs enfants mineurs, âgés de dix et onze ans. Certes, considérés contre primo-délinquants, les parents ne furent condamnés qu’à du simple sursis. Le Procureur de l’époque (en 2012), Jean-Philippe Joubert, avait pourtant déclaré devant les caméras de télévision que « les chambres de ces deux enfants qui se sont enfuis étaient vraiment des mouroirs. Il n’y avait même pas de lumière, il n’y avait pas de poignée pour sortir et il y avait des caméras partout pour filmer des enfants qui arrivent presque à l’âge de la puberté ». Plus récemment, en juin 2016, Franck Lavier sera placé en garde à vue durant 48 h., puis mis en examen avec interdiction de retourner à son domicile, pour viol présumé sur sa fille C. (dont le prénom réel a été scandaleusement dévoilé par la presse) âgée de 17 ans. L’instruction suit son cours, et se déroulera, peut-être, dans des conditions raisonnables de bonne justice. Franck se souvient-il peut-être, non sans émotion, que l’affaire d’Outreau avait débuté pour lui de la même façon. Hormis ces petits soucis du quotidien, Franck et Sandrine Lavier se portent bien.

      De son côté, l’abbé Dominique Wiel est devenu une sorte de vedette que l’on a souvent croisée à la télévision. Il sillonne la France pour y faire des conférences. En seulement quatre ans, il en aura organisé plus d’une centaine pour raconter son histoire. Lui aussi a écrit un livre. D’après La Voix du Nord (nous sommes en 2011), il animait chaque mois une formation aux faits-divers à destination des journalistes de FR3. En 2016, il continue, à près de 80 ans, à participer à des débats et des conférences. Il trouva quand même le temps d’adhérer au comité de soutien de Jean-Paul Lagache, condamné deux fois aux Assises pour pédophilie. Notre abbé vieillit bien et reste fidèle à ses convictions.

      Le taxi Pierre Martel, qui fut acquitté à Saint-Omer en 2004, a repris ses activités dans la discrétion. Le père Legrand et Christian Godard sont décédés. De Thierry Dausque, acquitté en appel, aucune nouvelle.

      Le fils Legrand a encore eu des petits ennuis avec la justice. Il avait déjà été condamné à trois mois fermes pour trafic de drogue, sans exécuter sa peine (en 2007). Il a été condamné plus récemment à du sursis pour violences sur la mère de son fils. Il avait également insulté son enfant devant témoins en lui faisant un doigt d’honneur et lui disant :« Va te faire enculer ! ». L’enfant, qui avait deux ans, connaissait-il-il le sens de la formule ? Sinon, pour le reste, ça va. Il est à espérer pour lui qu’il ne se fasse pas trop remarquer : son avocat Julien Delarue doit commencer à fatiguer. On peut aussi s’interroger sur le fait que le fils Legrand, après avoir acquis voiture et logement, habite dorénavant chez sa mère et dort, selon ses dires, dans le canapé du salon, lui qui aurait touché, si l’on y ajoute l’indemnité de son père décédé, plus d’un million d’euros...A moins que... Quand on songe qu’avant l’affaire, la famille avait acheté (à crédit) à la fin des années 80 une maison individuelle dans un quartier résidentiel de la station balnéaire de Wimereux, avec un salaire d’ouvrier et une mère au foyer, puis que cette maison s’était trouvée perdue juste avant les événements pour une obscure raison....

      Roselyne Godard (la boulangère) a désiré un temps se lancer dans des études de Droit pour devenir avocate, profession exercée à but lucratif, sûrement sur les conseils avisés de son défenseur et mentor, Eric Dupond-Moretti, « Maître Dieu », comme elle l’appelait. On ne sait trop à quoi aboutirent ces études.

      Odile Marécaux-Polvèche, femme de l’huissier, a été indemnisée aussi, a récupéré l’intégralité de son salaire d’infirmière à l’Education Nationale, ce qui peut sembler tout-à-fait normal. Pourtant, comme elle avait décidé, après son divorce, de résider en Bretagne, un poste fut spécialement créé pour elle là-bas sur ordre du Ministre de l’Éducation Nationale. Rarement, dans l’histoire judiciaire française, considérant que l’ « erreur judiciaire » n’en fut pas une, des détenus provisoires jugés finalement innocents n’ont été traités par l’État avec autant de bienveillance, d’égards et de mansuétude. Chapeau bas ! Il est à souhaiter que toutes les « victimes » de notre justice soient traitées de la même façon.

      L’huissier Alain Marécaux, que l’on a aussi beaucoup vu à la télévision, est également un cas qui peut intéresser. Il avait déclaré, on s’en souvient, avoir tout perdu avec cette affaire. Mais il avait oublié de raconter que son couple battait très sérieusement de l’aile. Que sa femme Odile avait fait une tentative de suicide, en juin 2001, de même que l’un de ses fils. Qu’Odile présentait de nombreuses marques de coups, mais qu’elle les imputaient à son fils aîné, et non à son mari : ouf ! Que les trois enfants avaient fugué à plusieurs reprises. Que sa propre mère était déjà très sérieusement malade avant les ennuis judiciaires et que la mort de celle-ci ne peut être en rien imputée à Fabrice Burgaud. Que son étude dut être vendue (peut-être pas au meilleur prix, on peut en convenir). Qu’il revendit sa résidence principale, surnommée le « Manoir », puis sa résidence secondaire. Et donc qu’il fut payé pour tout cela, au moins, et que ces sommes s’ajouteront donc aux indemnités que l’on jugea, d’ailleurs, particulièrement conséquentes, puisqu’il fut question de deux millions d’euros (somme importante qui vint, si l’on réfléchit, en déduction de l’indemnité des autres, par exemple de celle des Legrand, qui restent, malgré tout, des prolétaires. Daniel Legrand, père : « On a été indemnisé, mais on n’a pas touché comme on avait dit... »). Le reste de l’histoire est plus connu : Alain Marécaux publia (avant même l’appel) un livre qui devint un best-seller( Il parvint à publier chez Flammarion, et les droits de l’ouvrage furent rapidement achetés). On en tira un film (dans lequel Marécaux était conseiller technique) qui remporta un assez bon succès, davantage grâce à une grosse campagne de promotion et au choix de l’acteur principal, Philippe Torreton, qu’à ses qualités purement cinématographiques. Il est cependant à déplorer que cette œuvre présentée comme une fiction ait utilisé sans vergogne le nom des protagonistes réels. Les avocats du Juge Fabrice Burgaud, lui-même incarné avec réalisme par un acteur-sosie, s’en virent refuser la supervision. Alain Marécaux retrouvera son métier d’huissier de justice. Il a maintenant une étude à Dunkerque (elle porte son nom), mais passe le plus clair de son temps dans sa résidence du Midi, en Ardèche.

      Sous cet aspect positif des choses, le cas le plus emblématique de Rédemption reste celui de Karine Duchochois. Elle est indemnisée alors qu’elle n’a pas fait un seul jour de prison, hormis la garde-à-vue. Après avoir beaucoup pleuré pour retrouver son fils, dont le père-duquel elle était séparée et qui habitait avec l’enfant en région parisienne- avait pourtant obtenu la garde bien avant le début de l’histoire, elle écrit, elle aussi, un livre pour défendre sa cause (avant l’appel également-et l’on mesure dans quel état d’esprit se trouvait donc, l’opinion publique à propos de leur culpabilité présumée- le livre de Florence Aubenas, La Méprise, n’étant pas encore sorti pour enfoncer un coin supplémentaire)). Elle publie rapidement chez l’éditeur parisien Plon, un témoignage dont le titre ne lui conviendra pas : Moi Karine, innocente et cassée. (« Je n’ai jamais été cassée », déclarera-t’elle). L’ouvrage, malgré une qualité objectivement médiocre, reçoit le prix littéraire « Comte de Monte Christo », tout nouvellement créé juste à ce moment-là, en 2005, et qui vise à récompenser les oeuvres littéraires autobiographiques sur la justice. C’est Gérard Lhéritier, présenté parfois comme un « ami » de Karine, qui en est l’initiateur. Karine en deviendra d’ailleurs l’attachée de presse. Mais Lhéritier, surnommé par des perfides le « Madoff » des lettres et qui fréquente le beau monde, de Rachida Dati à Nicolas Sarkozy, aura quelques petits ennuis avec la justice. Comme le rapportent de nombreux quotidiens, dont Le Nouvel Observateur (article du 7/12/14), celui que l’on présente aussi comme le plus gros acheteur mondial de manuscrits, est inquiété dans une enquête préliminaire pour « escroquerie en bande organisée et pratique commerciale trompeuse ». Il s’agit de l’affaire Aristophil. La société, qui a ensuite ouvert une filiale en Belgique, dont Patrick Poivre d’Arvor est le parrain et le promoteur zélé, est basée sur le malin système de la pyramide de Ponzi. Les souscripteurs, qui espéraient de gros bénéfices dans l’investissement sur l’achat et la revente de manuscrits rares, n’auront plus que leurs yeux pour pleurer. PPDA sera entendu par la brigade financière sous le régime de la garde à vue pour un prêt de 400 000 euros accordé par Lhéritier, et qui a disparu des comptes. La société sera placée en liquidation judiciaire en 2015 et Lhéritier ne sera pas ennuyé plus que ça, même si l’affaire n’est pas terminée.

      Bref, à l’époque où Karine reste personnellement très proche de l’influent présentateur de télévision PPDA, TF1 acquiert les droits de l’ouvrage de sa protégée pour en réaliser ensuite une fiction télévisée. En 2007, notre Karine rentre comme journaliste à France Info et tiendra une chronique « Le Droit d’Info » consacrée à la justice. Dorénavant journaliste, elle adhère, sans aucun diplôme ni qualification, à l’Association des journalistes judiciaires, présidée à l’époque par Stéphane Durand-Soufflant, chroniqueur du Figaro. Le monde est petit. Elle devient également journaliste animatrice du magazine hebdomadaire télévisé « Engrenage infernal » sur la chaîne Planète+ Justice. Elle réalise, en 2011, un reportage documentaire sur Outreau (à charge contre Fabrice Burgaud, bien entendu), diffusé dans l’émission « Zone Interdite » (M6). Entre temps, elle a aussi été engagée par la chaîne 13° Rue (« Passeport pour le crime »), chaîne que PPDA rejoindra à son tour en 2013, et où officiait déjà Christophe Hondelatte, prosélyte infatigable de la thèse des défenseurs (les enfants ont menti, il n’y a pas de réseau criminel, etc.). Pour Karine Duchochois en tout cas, ce fut donc comment passer du ghetto ( des HLM d’Outreau) au gotha.

      Questionnée en 2008 par le même Christophe Hondelatte dans son émission de France 2 Faites entrer l’accusé :« Karine, vous avez de l’ambition, il ne faut pas craindre de le dire, c’est bien l’ambition...Alors, cette affaire, peut-on dire qu’elle vous a finalement servie ? » Réponse de Karine Duchochois :« Oui ». Donc, là-aussi, tout va pour le mieux.

      Le lecteur trouvera sans doute ces considérations mesquines, triviales, déplacées ou malveillantes de la part de celui qui tient cette plume...Il devrait plutôt se réjouir que les acquittés s’en tirent globalement mieux que les enfants violés d’Outreau.

      Triviales et déplacées aussi, ces quelques remarques sur ce mystérieux prix littéraire « Comte de Monte Christo » dont il est question plus haut, quand on sait qu’il a été décerné également en 2009 aux Legrand père et fils pour Histoire Commune, témoignage dont la médiocrité littéraire n’est pas à prouver, écrit avec Youki Vattier ( réalisateur qui connaît bien Hondelatte pour avoir travaillé avec lui) : il s’agit, plus précisément, de la catégorie « Prix de l’émotion face à l’injustice » ! A y regarder d’encore plus près, on se rend compte que, parmi les jurés de ce prix, il y a eu Patrick Poivre d’Arvor himself, mais aussi Philippe Houillon, député Rapporteur de la Commission d’Enquête parlementaire sur l’affaire en 2006 ; bon nombre de journalistes, comme Dominique Rizet du Figaro, ancien du SIRPA (Service d’Information et de Relations Publiques des Armées), qui officie sur la chaîne Planète+Justice (comme Karine), copain de Christophe Hondelatte et de l’avocat Dupond-Moretti ; le magistrat Serge Portelli, les journalistes Daniel Carlin, Matthieu Aron, ancien directeur de la rédaction de France Inter, coscénariste avec Marie-France Etchegoin (ancienne Rédac-chef de l’Obs) d’un documentaire sur l’affaire Alègre défendant la thèse de l’absence de notables (« Notable donc coupable ») et...l’avocat Eric Dupond- Moretti himself aussi ! Ajoutons que Dominique Baudis obtint le prix en 2005 pour Face à la Calomnie, publié par Bernard Fixot qui publia également dans son autre maison Oh !Editions le témoignage de l’abbé Dominique Wiel. Inutile de charger la barque, mais Alain Marécaux reçut ce même prix pour Chronique de mon Erreur Judiciaire... Du beau linge bien propret, qui a ses entrées un peu partout, tous gardiens jaloux et militants de la doxa et tous parties prenantes dans l’histoire ou ayant des idées précises sur le fait de ne pas « trop écouter les enfants victimes » ; qu’il n’y a jamais de notables dans ce genre d’affaire, la preuve étant qu’aucun n’est jamais condamné ; que le « réseau pédocriminel » est un fantasme de cinglés...

      Donc tous gens, zélateurs de l’histoire officielle, qui se connaissent parfaitement, se fréquentent, déjeunent, cocktailent ensemble, fréquentent les palaces et la jet-set... et sont totalement objectifs. Il faut bien se serrer les coudes. Des personnes d’influence proches des vrais lieux de pouvoir, officiels ou non-officiels et qui assurent le pluralisme de l’information. Vous savez-bien : ceux qui font et défont l’opinion publique, pour notre plus grand amusement...

      PS : Ce qui est dit ici est vérifiable, plus ou moins aisément car les médias « mainstream » ne creusent pas trop ces choses et mettent le public à l’abri des accointances, renvois d’ascenseur et intérêts communs entre les grands médias eux-mêmes, leurs serviteurs, les cercles protégés de la politique, de la magistrature, du spectacle, du sport, de la culture, de l’Education, de l’Eglise ; bref, de la plupart des Institutions. Tous gens par ailleurs forcément au dessus de tout soupçon. Les acquittés d’Outreau furent les arbrisseaux qui cachèrent la forêt et les enfants violés les grands perdants : après tout, ils ne représentent rien d’important.

      Le lecteur pertinent aura sans doute saisi que le problème était (pardon pour le gros mot) l’« invisibilisation » volontaire de ce même problème (j’espère me faire comprendre, au delà de la célèbre question un peu galvaudée : « Nous cacherait-on des choses ? »). Il aura peut-être également compris que les « dysfonctionnements » en chaîne de l’affaire d’Outreau (conjonction mathématiquement quasi impossible) n’en étaient pas réellement, et ne constituaient que l’ombreportée des fonctionnements cachés et voulus d’une mécanique qui n’était pas si mal huilée. Il pourra, en tout cas, en tirer les conclusions qu’il souhaite, comme il se doit.

      + Le commentaire de Marie-Christine Gryson

      Bravo pour ce brillant récapitulatif qui permet d’oublier que Dimitri Delay, reconnu pas la Justice dans cette affaire, victime de viols d’agressions sexuelles, de corruption de mineurs, souffre de froid et de faim...et n’a reçu, comme tous les autres ex-enfants ( ils sont 12) aucune aide de tout ce petit monde si bien intentioné à l’égard des acquittés.

      https://blogs.mediapart.fr/caprouille/blog/141116/lettre-ouverte-thierry-delay-qui-m-engendre-viole-torture-et-livre-l

      Cela permet d’oublier que Chérif Delay n’a reçu aucun prix pour son livre auto-biographique « Je suis debout » qui décrit l’horreur des viols, de l’abandon et des accusations inversant les culpabilités et les valeurs :

      http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/05/10/cherif-delay-enfant-victime-d-outreau-adulte-debout_1519657_3224.html

      Cela permet aussi d’oublier que Michel Gasteau éminent Président d’assises a répertorié plus de 30 mensonges dans le livre de Florence Aubenas « La Méprise » :

      http://www.village-justice.com/articles/MEPRISE-Les-mensonges-Florence,19584.html

      En revanche, il est impossible d’oublier que Karine Duchochois, enquêtant « objectivement » et sans conflit d’intérêt sur les acquittés d’Outreau pour « Envoyé spécial » a tancé vertement les Lavier suite à leur mise en examen pour maltraitances habituelles et corruption de mineurs : « cela sème le doute sur nous tous » a t-elle précisé à ses co-acquittés.Une question me tarabuste : que pense t-elle aujourd’hui de la nouvelle mise en examen de Franck Lavier pour « Viols sur mineur par ascendant ? »

      Karine Duchochois ne doit pas penser grand chose du procès pour viols et agressions sexuelles impliquant Lavier au sujet de sa fille C***, pour le moment... Elle était citée au même titre que Lavier dans le beau rapport de l’IGAS, (rapport un peu mis au fin fond d’un grand placard minstériel, qui devrait retrouver une seconde jeunesse dans un avenir proche..)J’ai toujours été étonnée que quelqu’un qui n’a pas obtenu son CAP de fleuriste puisse devenir chroniqueuse judiciaire sur FranceInfo. Le plus grinçant est surtout d’entendre sa défense des enfants dont elle a été soi-disant privée à cause de l’affaire d’Outreau alors qu’elle n’avait plus la garde d’Anth** depuis longtemps car elle était jugée comme mauvaise mère.

      Quant à Brunet, il vivait en couple avec une gamine de 15 ans quand il a été arrêté.. Mais tout va bien hein... D’autant que « le zizi dans la bouche » n’a jamais été jugé, le dossier est passé « à trav » lors du procès, oublié sous la pile ...

      Cette affaire est une telle injustice pour les enfants victimes (et ils sont très nombreux), qu’il m’est impossible de croire que c’est fini...

    • Le média d’où est tirée l’interview de Serge Garde n’est pas du tout recommandable — les affaires de pédophilie sont régulièrement instrumentalisées par la facho-catho-sphère, ce serait dommage de relayer leurs délires (en l’occurrence conspi franc-maçonne).

      Au passage, au rayon #ligue_des_crevures_masculinistes, à signaler la présence dans cette affaire de Dupont Moretti, qui gagna à l’époque ses galons de Grantavocat sur le dos des victimes et vient de remettre ça dans le procès Georges Tron.

    • Oui Zorba j’ai vu d’ou venait la video avec Serge Garde. Le problème, qu’explique S.Garde lui meme, c’est que personne ne s’interesse à ces sujets (à part les victimes et peut etre les auteurs) et du coup il ne reste que la fachosphère pour s’engouffrer dedans à base de complots judeo-maçonniques, merdalistes et autres joyeusetés brunes. L’interview n’est pas orienté FN (enfin il m’a pas semblé) et il y a seulement une question sur la franc-maçonnerie qui est quand meme typique de la source, mais serge Garde y répond de manière acceptable selon moi.

      Faut que je retourne bosser mais j’essayerai plus tard de trouvé une meilleur source pour cette video. J’en ai écouté pas mal de videos de S.Garde et il dit un peu toujours la meme chose du coup je devrais trouvé de quoi la remplacé histoire de pas faire monter les states de cette faf-Tv .

    • @mad_meg ça m’a fait également tiquer d’entendre le délire conspi franc maçon à la toute fin de l’interview de S.Garde, ça le fait tousser gravement d’ailleurs et c’est coupé juste avant qu’il ne réponde, mais oui quand même, merci si tu trouves une autre source.

    • J’ai du voire une video qui est la suite de l’interview. Pour cette question sur les franc-macs Serge Garde explique qu’il a été aidé par des franc-macs parfois et parfois pas et qu’il pense pas qu’il y ai de liens particulier entre les réseaux pedocriminels et la franc-maçonnerie.

      J’ai édité pour remplacé la video avec Serge Garde par une issue de Karl Zero.


  • Procès de Georges Tron : l’avocat de l’accusé, Me Dupond-Moretti, s’en prend aux féministes et aux plaignantes
    https://www.francetvinfo.fr/societe/justice/proces-de-georges-tron/proces-de-georges-tron-l-avocat-de-l-accuse-me-dupond-moretti-s-en-pren

    Les avocats de Georges Tron ont plaidé l’acquittement, mercredi 14 novembre, au procès de l’ex-secrétaire d’État et maire de Draveil, jugé pour viol devant les assises de Seine-Saint-Denis. Deux anciennes employées municipales, Virginie Ettel et Eva Loubrieu, accusent Georges Tron et Brigitte Gruel de leur avoir imposé des attouchements et pénétrations digitales. Dans sa plaidoirie, Me Éric Dupond-Moretti s’en est pris à la presse, aux féministes, et aux plaignantes , rapporte la journaliste de franceinfo présente à l’audience.

    Les pourris sont de sortie. Et ça paie.

    Procès pour viols : Georges Tron acquitté
    https://www.bfmtv.com/police-justice/proces-pour-viols-georges-tron-acquitte-1566871.html

    L’avocat général avait requis six ans de prison ferme contre l’ex-secrétaire d’État et maire en exercice de Draveil, Georges Tron, pour les viols de deux de ses anciennes employées.

    Plus de sept ans après le début de l’affaire ayant entraîné sa démission du gouvernement, l’ex-secrétaire d’État et actuel maire de Draveil Georges Tron a été acquitté ce jeudi par la cour d’assises de Bobigny.


  • Violences faites aux femmes : une association contrainte de fermer sa ligne téléphonique - Libération
    http://www.liberation.fr/france/2018/01/31/violences-faites-aux-femmes-une-association-contrainte-de-fermer-sa-ligne

    Particulièrement submergée après l’avalanche de plaintes qui ont suivi l’affaire Weinstein, l’association européenne contre les violences faites aux femmes au travail, faute de moyens supplémentaires, ne peut plus prendre en charge les appels.

    Débordée, lessivée, sursollicitée… L’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (#AVFT) « submergée par un flot ininterrompu de saisines des femmes victimes de violences sexuelles au travail mais aussi de professionnelles à la recherche d’informations » annonce qu’elle ferme son accueil téléphonique. Motif ? L’AVFT ne peut plus « répondre à tous » et « assurer la défense des victimes » avec ses moyens actuels, indique la déléguée générale de l’association, Marilyn Baldeck.

    La crainte de ne plus pouvoir faire face était déjà là peu de temps après la révélation de l’affaire Weinstein « Lors des trois dernières semaines, nous avons reçu 70 demandes d’ouverture de dossier, confiait ainsi à Libération en novembre Marilyn Baldeck. Chaque fois qu’il y a une affaire de ce type, notre nom apparaît, et nous sommes davantage sollicités. Ça a été le cas, après les affaires DSK, Baupin ou Georges Tron, mais jamais à ce point. »

    « Intenable »

    Entre 2015 et 2017, le nombre de saisines a doublé, explique aujourd’hui Marilyn Baldeck, avant de donner son bilan de l’année écoulée dont le dernier trimestre a été fortement marqué par les conséquences de l’affaire Weinstein : 223 femmes ont saisi l’association, la seule qui aide les femmes à déposer des plaintes qui tiennent la route.

    « Alors que l’AVFT fonctionne sans augmentation de subventions et donc d’effectifs depuis treize ans, il n’est pas difficile de comprendre que notre situation est absolument intenable », explique l’association qui emploie cinq salariées, dont l’une en CDD jusqu’en novembre.

    Le 25 novembre, en décrétant l’égalité femmes-hommes grande cause du quinquennat, le président de la République a déclaré que « la lutte contre le harcèlement sexuel au travail était inscrite au titre des priorités de l’inspection du travail mais sans moyen supplémentaire », regrette l’association. Pour poursuivre ses missions, elle demande « une augmentation substantielle de ses ressources financières » ainsi que le renforcement « des moyens et compétences de tous les acteurs concernés par la lutte contre les violences sexuelles au travail, particulièrement les acteurs publics ».
    Catherine Mallaval

    #travail #femmes #discriminations #harcèlement #sexisme #violences_sexuelles


  • Parité : au « Parisien », les femmes journalistes indiquent la direction - Libération
    http://www.liberation.fr/futurs/2018/01/12/parite-au-parisien-les-femmes-journalistes-indiquent-la-direction_1621955

    L’absence de parité au sein du Parisien-Aujourd’hui en France fait gronder la rédaction. Jeudi, 77 journalistes femmes ont envoyé, à l’occasion d’un mouvement collectif, leur candidature pour devenir rédactrice en chef du quotidien détenu par le groupe LVMH. Une façon de protester contre le caractère exclusivement masculin de la direction de la rédaction, qui s’est renforcé dans la semaine.

    « En quinze ans au Parisien, j’ai dû connaître une femme à la direction de la rédaction, poursuit l’initiatrice déjà citée. Actuellement, sur 13 chefs, il y a 12 hommes et une seule femme qui dirige la Parisienne (le magazine féminin du groupe, ndlr). La société avance, mais nous n’avons pas l’impression que le Parisien suive le mouvement. Et puis, la direction de la rédaction signe les éditos du journal, c’est un élément qui compte dans notre démarche. » Des éditos par ailleurs très critiqués en interne.

    « Comment faire vivre un débat salutaire au cœur même d’une rédaction sans pluralité des profils à sa tête ?, s’interrogent les auteures dans le texte envoyé à la DRH. Etre une femme n’est pas une compétence, mais être un homme non plus. Et nous répondre qu’elles ne postulent pas à ces postes ne serait pas un argument. » Et de conclure : « Je fais confiance aux personnes qui dirigent le Parisien-Aujourd’hui en France pour promouvoir les talents féminins qui se trouvent au sein de notre rédaction, ou pour aller les chercher et leur donner envie de rejoindre notre grand journal. »

    Il est à noter que le Parisien-Aujourd’hui en France a une femme pour directrice générale, en la personne de Sophie Gourmelen. Nommée à ce poste après le rachat du journal par LVMH, elle n’a cependant pas de fonction éditoriale.

    Cette fronde féminine doit rappeler au groupe LVMH un autre épisode. En juin 2013, les femmes journalistes des Echos, quotidien également détenu par la multinationale du luxe, s’étaient insurgées contre le même problème et avaient décidé une « grève des signatures ». A l’époque, le journal économique ne comportait aucune femme au sein de la direction de la rédaction ou de la rédaction en chef. « On nous dit qu’aucune femme ne correspondait aux profils recherchés ! Les Echos ne manquent pourtant pas de femmes compétentes, motivées et ambitieuses. Mais elles ne sont pas considérées », s’insurgeaient-elles alors.

    Pour dénoncer les écarts salariaux entre les hommes et les femmes au sein de l’audiovisuel britannique, Carrie Gracie, rédactrice en chef de la BBC en Chine, a, elle, démissionné cette semaine de ses fonctions d’encadrement. Dans une lettre ouverte, la journaliste a pointé le fait que deux des quatre rédacteurs en chef internationaux de la BBC – deux hommes – gagnent 50% de plus que leurs collègues féminines. Sous pression, la chaîne n’a pu que réaffirmer son engagement pour l’égalité salariale.

    • Ce matin le parisien nous informe que Georges Tron a transmis ses voeux de bonne année et publie un article intitulé

      Le maire de Draveil, Georges Tron, a « un moral d’acier »

      .

      Vu la haute importance de cette info, je présume que c’est une réponse à ces femmes journalistes qui signalent les discriminations au travail qu’elles subissent et aussi un message adressé à toutes celles qui oseraient dénoncé des violences sexuelles.


  • La réalité. C’est la peur allée. Avec le sommeil. – ex cursus
    https://excursusblog.wordpress.com/2017/12/16/la-realite-cest-la-peur-allee-avec-le-sommeil

    Les cris d’effroi et les étonnements devant les questions posées à Virginie Ettel, partie civile contre Georges Tron, par le président de la cour Régis Jorna, ont pu mener à des commentaires divers – ces questions étaient-elles déplacées, utiles, le ton convenable et adapté, la culotte bien placée, et tout cela ne serait-il pas, finalement, normal. Après tout, Georges Tron est un Monsieur si respectable ! Et il y aurait des confusions dans les dates.

    Cette stupéfaction me laisse assez pantoise. Qui doute réellement du parcours scandaleux et humiliant des victimes de viol quand, par une série de miracles et d’acharnements, elles finissent par avoir le droit – le droit ne devrait-il pas être juste ? – de finir par témoigner aux assises ?

    C’est que la réalité, bien souvent, échappe aux femmes, toujours soupçonnées de divaguer, imaginer ou surinterpréter ; leur manque de rationalité nuirait à leur(s) bon(s) sens, comme à ce simple constat : la réalité, c’est pas facile, ma petite dame, et surtout, ce n’est pas ce que vous croyez.

    C’est ainsi que depuis maintenant des décennies, depuis des siècles que des femmes écrivent et dénoncent, le viol reste banalisé et correctionnalisé : c’est que du viol, en fait, ça n’en est pas vraiment – et le couteau ? et le couteau ? C’est la pauvre réalité masculine qui s’impose et qui dicte ses normes, celle qui voit dans un ton la recherche de la vérité – qui peut parler d’humiliations subies pendant une nouvelle humiliation ? Parce que le principe d’une enquête pénale, c’est de vérifier que la victime est une bonne victime – à savoir, une victime dont la réalité serait audible, sans aucune incohérence, une victime dont la réalité du viol correspond parfaitement à ce que l’on sait – ou croit savoir – du viol. Autrement dit, une victime dont la réalité cadre parfaitement avec la réalité masculine.
    Il y a un hic. La réalité masculine du viol est, largement, un fantasme. Bien peu de violeurs de parkings armés, beaucoup de tontons, de papas et de papys ; ça ne peut pas être vrai, ça ne peut pas être réel. Et c’est pourtant ce qui se passe : les tontons, les papas, les papys violent leurs nièces, leurs filles et leurs petites-filles. C’est que la réalité de ces filles et de ces femmes, elle ne peut pas être vraiment réelle.

    Ce que nous montre la couverture en direct, par les live tweets, du procès Tron, n’est ni un scandale, ni une nouveauté : ce que nous pouvons voir en face, c’est la cruelle banalité du déni de réalité d’un monde au masculin, refusant de voir la réalité de la violence patriarcale. Rien de bien surprenant dans ces questions : ce sont celles que toute victime a pu entendre, de ses proches à la police, au juge d’instruction, jusqu’à ses propres avocats ; ce sont les questions réelles, banales, d’une justice qui refuse d’appliquer ses propres lois, qui se débat pour ne jamais intégrer la moindre avancée en psycho-traumatologie, qui refuse de comprendre que ces questions, insidieuses, critiques, dégageant jusqu’à la possibilité de répondre, sont justement celles qui entérinent la culture du viol.

    Le procès Tron est maintenant reporté, à la demande des avocats de Georges Tron. Un coup dans l’eau, un nouveau, pour les victimes : il s’agit de faire retomber une émotion qui semble inédite – parce que nous ne voulions pas la voir. C’est que, sans la publicité orchestrée par les féministes – comment se faire entendre sans cela ? il est évident que Twitter a changé la donne – nous ne saurions, ou si peu, du procès Tron. Il s’agit visiblement, maintenant, de mettre l’affaire en sommeil – puisque si souvent, la réalité des femmes, c’est la peur niée, renvoyée au rêve, ou au cauchemar.


  • Au procès de Georges Tron, « la loi du plus fort l’a emporté » | Marie Barbier
    http://chroniquesdepalais.blogspot.fr/2017/12/au-proces-de-georges-tron-la-loi-de.html?spref=tw

    Ce ne fut pas beau à voir. Le naufrage du procès Tron se fit, vendredi, dans les pleurs et les cris. Une image résume cette débâcle judiciaire : deux plaignantes debout, au milieu de la salle d’audience, les mains collées aux oreilles, le visage déformé par la souffrance, tandis qu’au-dessus de leurs corps recroquevillés, avocats et magistrats vocifèrent. Il est 15 heures ce vendredi et le premier procès de l’ère « Balance ton porc » est en train de couler. Source : Chroniques de palais


    • Les parties civiles se disent « consternées » et dénoncent le « terrorisme judiciaire » à l’oeuvre du côté des avocats de Georges Tron et de Brigitte Gruel. « La défense a développé une stratégie de bulldozer pour nous museler », dénonce Me Alexandre-M. Braun. « A partir du moment où la défense a su que cette audience serait publique, elle a tout fait pour qu’elle ne puisse pas se tenir » constate pour sa part Me Vincent Ollivier, avocat de Virginie Ettel. Cette dernière quitte la salle d’audience en larmes. La cour décider de « renvoyer à une date ultérieure », sans plus de précision.


  • « Vous vous laissez déshabiller sans rien dire ? » | Marie Barbier
    http://chroniquesdepalais.blogspot.fr/2017/12/vous-vous-laissez-deshabiller-sans-rien.html?spref=tw

    Dans une affaire aussi fracassante que celle des accusations de viols et d’agressions sexuelles portées contre l’ancien secrétaire d’État sarkozyste Georges Tron, c’est peu dire que la parole des plaignantes devant la cour d’assises de Bobigny (Seine-Saint-Denis) était attendue. Source : Chroniques de palais

    • La violence du système patriarcal

      Tandis que les victimes de violence sexuelles risquent une parole accusatrice, au bout de tant d’années de silence sous le poids de la honte, la peur, la culpabilité ; cette parole que l’on voudrait libératrice d’un trop de souffrance, est hélas toujours mise en doute, bafouée, reniée, piétinée ... comme le montre de manière spectaculaire, l’affaire Georges Tron.

      A la violence faite au corps, s’ajoute la violence des mots, ou comment rajouter de la souffrance à la souffrance ; comme si ça n’était jamais assez.

      Sham on you ! Taisez-vous, pauvres et folles victimes présumées coupables ! Ne voyez-vous pas que votre parole dérange l’ordre pré-établi d’une société solidement ancrée dans le patriarcat ? Pour bien vous le signifier, on va vous la décrédibiliser cette parole que vous pensiez salvatrice. Le système se sentant attaqué dans ses fondements les plus profonds, va entrer dans une résistance « folle ». Oui, folle ! N’ayons pas peur des mots. Le sort d’un honnête homme (pour qui un non-lieu avait été requis) est en jeu.

      L’institution judiciaire exige des preuves, des détails crus, cruels. Plus c’est sordide, plus c’est jubilatoire ! Qu’importe les larmes, le désespoir, la sidération (mécanisme pourtant connue depuis 1914), il est impérativement demandé aux victimes de se justifier ... sans ménagement.

      Quand les justifications ne suffisent plus au voyeurisme, des jugements de valeur sont portés sur leurs attitudes, leurs comportements : humiliations suprêmes qu’on jurerait teintées de sadisme, encourageant de ce fait, la défense au summum de la surenchère dans la théorie du complot.

      In fine, le procès n’a pas eu lieu ; les victimes sur-victimisées, abandonnées à leur triste sort ; un blanc-seing accordé aux prédateurs qui peuvent continuer leurs forfaits en toute impunité, car protégés par la loi. Même si les violences faites aux femmes ont été instituées : « Grande Cause Nationale », ce n’est pas demain que les victimes seront entendues, reconnues en tant que telles. Comment se reconstruire dans ces conditions ?

      Le temps de former les professionnels (police-justice, etc) au psycho-traumatisme - encore faut-il être réceptifs, abandonner le sentiment de toute puissance pour laisser place à un peu d’humanité - la honte, la culpabilité ne changera pas de camp.

      https://blogs.mediapart.fr/marie-claude-barbin/blog/161217/la-violence-du-systeme-patriarcal


  • #Corruption en #Essonne : des patrons avouent une #entente
    https://www.mediapart.fr/journal/france/230317/corruption-en-essonne-des-patrons-avouent-une-entente

    Assemblée de l’agglomération. De droite à gauche, #Serge_Poinsot, #Nicolas_Dupont-Aignan, Bruno Gallier, maire de Montgeron, François Durovray, président du conseil départemental, et Georges Tron, le maire de Draveil. © DR Mediapart a eu accès aux dépositions de plusieurs chefs d’entreprise de l’Essonne devant la police judiciaire de Versailles. « Aujourd’hui, dans l’Essonne, tout est entente », a révélé l’un d’eux. Poursuivi pour corruption passive, Serge Poinsot, le maire (LR) de Vigneux, vice-président de l’agglomération présidée par Nicolas Dupont-Aignant, comparaîtra en octobre devant le tribunal correctionnel (...)

    #France #marchés_publics #Olivier_Léonhardt #Vigneux-sur-Seine


  • Lettre ouverte d’une victime de Georges Tron | Lise’s blog
    https://lisefeeministe.wordpress.com/2016/06/24/lettre-ouverte-dune-victime-de-georges-tron

    L’homme qui m’a violée bénéficie manifestement de puissantes protections.
    Pendant ce temps-là, moi, j’ai perdu mon travail, ma vie, mon avenir et j’en suis réduite à me terrer le plus loin possible de mon existence d’avant, ce qui ne m’empêche d’ailleurs pas de recevoir des menaces de mort, dirigées contre mes enfants et moi, et sur lesquelles personne, en dépit de ma plainte, n’enquête aujourd’hui de façon sérieuse.

    #culture_du_viol #impunité



  • Poisson d’avril : Nicolas Sarkozy encore blanchi par la justice de son pays - Chroniques du Yéti
    http://yetiblog.org/index.php?post/1393

    Le même jour, oui, oui, le même jour, un 1er avril, le ministère public a demandé à la Cour de cassation d’annuler le renvoi aux assises de Georges Tron (UMP), mouillé jusqu’à l’os dans une affaire de viols. Accusation « pas suffisamment motivée », selon l’avocat général Didier Boccon-Gibod. D’ailleurs, les électeurs ne s’y sont pas trompés qui ont réélu l’individu comme cantonnier en chef de Draveil (Essonne) lors des dernières départementales.

    • Lorsque l’affaire a éclaté, l’élu a aussitôt crié au complot politique. Mais les juges de la cour d’appel écartent cette thèse. [...] la cour considère que dans la mesure où aucune des deux jeunes femmes ne s’est « précipitée pour porter les faits [qui n’étaient pas récents] sur la place publique » et qu’elles « n’ont ni l’une ni l’autre un profil politique ou partisan », Virginie Faux et Eva Loubrieu ne peuvent être « suspectées de calculs politiques ».

      Petit message d’avertissement pour les femmes politisées ou partisanes, évitez de vous faire violer par un homme politique. (Peut être est-il plus sage de quitter complètement la politique ou autres affaires d’hommes, d’une part vous éviterez plus facilement les hommes politiques violeurs, mais vous aurez également plus de chance de vous croire).


  • Wikipédia sexiste : faut-il s’en inquiéter ?
    http://www.terrafemina.com/culture/culture-web/articles/51755-wikipedia-sexiste-faut-il-sen-inquieter-.html
    http://rack.1.mshcdn.com/media/ZgkyMDEyLzA4LzA4LzEyXzM1XzQ1XzQ4NV9maWxlCnAJdGh1bWIJMTIwMHg5NjAwPg/3745d619

    Ainsi, la création d’une liste « Femmes romancières américaines », sur la version américaine de Wikipédia, a provoqué une levée de bouclier parmi les auteures qui ont perçu l’initiative comme sexiste, au motif qu’il n’existait pas de liste similaire baptisée « Hommes romanciers américains » mais simplement « Romanciers américains ». « Ce sont probablement ces petits détails, facilement réparables, qui rendent l’égalité difficile à acquérir pour les femmes dans le monde de la littérature », argumentaire à l’époque la romancière Amanda Filipacchi dans le New York Times.

    Autre exemple relevé par le site RSLN : « la liste des actrices de films pornographiques des années 50 à nos jours est trois fois plus conséquente que celle des Amérindiennes célèbres et compile plus de noms que pour les femmes dans le sport et dans la littérature poétique ». Une disparité que beaucoup attribuent, là encore, au grand nombre de contributeurs masculins de l’encyclopédie.

    • Tu as raison @maieul mais à mon avis wikipédia n’est pas sexiste comme partout ailleurs mais est particulièrement antiféministe et misogyne. Le système qui favorise les activités à l’ancienneté des contributeurs décourage les contributrices. J’ai essayé de modifié certains articles très misogynes et complétement délirants mais j’ai été systématiquement censuré et refoulé à coups d’injures par un groupe d’anciens contributeurs. Quant on regarde les onglets de discussions sur les sujets qui touchent aux femmes, on retrouve presque toujours le même scenario.

    • @Aude V

      Vu l’accès des classes moyennes au net, vu l’assertivité des hommes, il y a plus de mecs petits bourges qui postent partout.

      Pour l’assertivité, je suis un homme, je confirme.

      Mais du coup, je ne comprends pas ta première phrase - « des exemples », mais de quoi ?

      Pour ce qui est d’exemples de lieux où les hommes tels que moi pensent à tourner sept fois leurs doigts sur le clavier en se souvenant de leurs privilèges avant de lâcher leur com’, et où les petits bourges ne ramènent pas leur arrogance, il me paraît bizarre d’aller les chercher dans une encyclopédie, même comme wiki : c’est justement là qu’ils me semblent les plus enclins à aller étaler impudemment leur science* (Je pense pour le dire vite que wiki est de fait un lieu particulièrement propice au backlash, qu’on ne peut espérer guère mieux ces temps-ci, et qu’il vaut mieux le savoir : et, si l’on y va ferrailler, de savoir sur quel terrain particulièrement défavorable on se trouve).

      *Enfin, pour ma part, je me suis retenu, mais c’est plutôt d’abord parce que l’idée même d’encyclopédie me semble quand même sacrément bourgeoise, justement - avec tout ce que cela implique de pensée idéaliste à semelles de plomb et de doux rêves chimériques qui en viennent vite à peser très lourd.

    • @martin5 je ne comprend pas pourquoi tu répète cette evidence que @maieul m’a deja influgé. Oui Wikipedia est sexiste mais Ca va plus loin qu’un sexisme ordinaire et en plus c’est un site central sur internet.

      Il y a sur Wikipedia une majorité d’hommes de sexe masculins 80% environ comme un peu partout sauf au récurage des chiottes pour lequel les ratio s’inverse étrangement. Mais les hommes de sexe masculins qui se consacrent aux articles qui touchent aux sujets feministes ne sont pas n’importe quels hommes de sexe masculins, ce sont des misogynes et des masculinistes militants. Ce sont des hommes haineux qui veillent à ce que les femmes et les feministes ne puissent pas faire apparaitre leurs connaissances sur une encyclopédie collaborative utiliser et cité par la plus part des utilisateurices sur internet.
      Le reste des utilisateurs, qui sont eux des sexistes ordinaires ne voient pas la misogynie et la haine de ces masculinistes, pour les memes raison que les hommes de sexe masculin habituellement sont toute fait incapable de déceler la misogynie quant il la croisent. Et ils ont comme la majorité des gentes, un apriori défavorable aux femmes et en particulier aux femmes feministes, ces geulardes hystériques. Résultat une fois encor les femmes disparaissent, leur noms s’effacent. Alors je sais que c’est partout la même histoire mais j’essaye de comprendre comment les hommes masculins effacent les femmes.

    • @mad meg

      Mes excuses, mon intervention était de trop. J’aurais dû tourner mes doigts quelques fois de plus au dessus de mon clavier.

      Il y a dans une encyclopédie une prétention à refléter l’état présent des connaissances qui constitue un enjeu - et qui est aussi un problème.
      Je vois bien, à cet incident, que le fait d’être un homme me permet de me focaliser tranquillement sur ce problème là.

      Encore une fois, toutes mes excuses.

    • tes excuses sont acceptées @martin5 :)
      J’ai écrit mon message avant de voire ta réponse à @Aude_V. En fait on a pas le même point de vue sur la question. D’un coté je comprend mieux cette évidence que @maieul et toi vouliez me faire voire. Ce sont les poseurs, ceux qui se croient plus malins et qui pensent savoir des choses qui vont remplir l’encyclopédie, et du coup ces poseurs posteurs ont beaucoup de chance d’être des hommes masculins imbues de leur personne et agrippé à leurs privilèges de genre. Et pour aller se coltiner un article aussi délicat que « femme » c’est déjà un genre de contributeurs un peu particulier.
      Un peu comme en politique, on retrouve une grosse majorité de types intéressés par le pouvoir et l’argent et pas par l’intérêt commun et donc une grosse proportion de pervers narcissiques dominateurs et machos vont se concentré en politique. Voire par exemple Tron et ses méthodes de recrutement :

      Les cibles de Georges Tron ont toutes le même profil : des « femmes dans des situations personnelles compliquées, divorcées et sans emploi », sur lesquelles il peut exercer son ascendant. Cette description rejoint celle donnée par le directeur des ressources humaines de la mairie qui déplorait ne pouvoir recruter les employés municipaux en fonction des compétences. M.Tron lui imposait « des recrutements plastiques, c’est-à-dire de belles femmes un peu dans l’ennui d’argent », choisies « à l’occasion de ses permanences ».

      http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/12/18/pourquoi-georges-tron-sera-renvoye-aux-assises_4543364_3224.html

      Le truc c’est qu’on peu pas faire l’impasse sur ces domaines (encyclopédie wikipédia ou politique politicienne) car c’est là que le pouvoir se trouve et on est bien obligé au moins de dire ce qui se joue la dedans, comment le patriarcat se perpétue et s’adapte a de nouvelles technologies.

    • D’un côté on ne peut faire l’impasse, en effet,

      et de l’autre, il me semble que prendre conscience des divers rapports sociaux de domination dont on se trouve soi-même partie prenante demande, entre autres, d’éprouver suffisamment fortement un genre d’inquiétude, de questionnement, dont on ne risque pas de rencontrer à l’oeuvre le moindre exemple dans la politique politicienne, et dans aucune forme de réussite sociale ou de Pouvoir- dont une encyclopédie se trouve justement participer.

      Je pense que la très sagace encyclopédie d’Elle pourrait bien avoir raison, en fait :
      http://seenthis.net/messages/323680#message323865
      pour parvenir à faire pareils grands écarts sans risquer de se blesser, il doit falloir avoir le courage de faire de la gym !

    • Le chiffre de seulement 9% de contributrices wikipédia est aussi celui du nombre de codeuses/développeuses dans les entreprises privés ! (ça dégringole à 2% de codeuses dans le logiciel libre)
      Il y a vraiment un problème car cela fait plusieurs années que l’alerte a été lancée sur le peu de femmes en informatique et l’effet exponentiel ne cesse de jouer, moins il y en a plus le patriarcat se renforce.

      C’est intéressant ces chiffres, cela devrait interroger les acteurs de toute #contribution_électronique, les CMS français y compris.
      Il faut refuser de considérer wikipedia comme étant représentatif de la configuration du monde actuel et donc lui retirer toute excuse sur son sexisme.
      Parce que si le principe d’une encyclopédie est effectivement un arrangement entre dominants de ce qui doit ou non exister, il nous faudra brûler les encyclopédies et avec wikipédia.

    • @Aude_V Pour wikipédia, je conseil de regarder les onglets de discussions. Ils sont souvent tres instructifs sur les rapports de force en jeu derrière la rédaction d’un article.

      @Touti On l’a deja evoqué sur @seenthis mais pour la faible présence des femmes parmi les wikipédistes il y a probablement un lien avec le syndrome de l’imposteur·e qui semble touché plus de femmes que d’hommes masculins.
      http://seenthis.net/messages/312602
      http://seenthis.net/messages/321618
      C’est pas la seule explication, mais ca en fait partie.

      #syndrome_de_l'imposture

    • Oui @mad_meg, le syndrome de l’imposteur je ne le connais que trop bien. Non seulement parce que je m’interdis inconsciemment certaines actions (comme acheter une perceuse seule…) mais surtout parce que je vois fréquemment en action des imposteurs masculins. Je commence à distinguer parfaitement comment certains hommes exercent cette assurance incroyable sur tous les sujets et particulièrement la politique ou l’usage des outils même si ils n’en ont aucune connaissance.
      Je l’ai encore constaté l’autre jour sur un sujet précis que je connais bien après des recherches de plusieurs années. Au lieu de partager nos connaissances, j’ai du me taire et observer leur stratagème ridicule parce qu’ils n’avaient apparemment pas envie qu’une femme leur apprenne ou leur suggère des solutions. C’était très déprimant et impossible de leur dire. #chasse_gardée
      Il me semble que cette #suffisance_masculine a été démontrée grâce au résultat d’un questionnaire (ref ?) donné à des étudiants. Avant l’examen, les hommes étaient plus nombreux que les femmes à déclarer penser le réussir, alors que le pourcentage des femmes a été finalement plus élevé.
      Il serait juste que les hommes exercent le #disempowerment un peu plus souvent. http://seenthis.net/messages/39459

    • Je suis intervenue une fois sur Wikipedia pour tenter de mettre dans la page de Patrick Bloche (député PS) qu’il avait signé une lettre publique demandant de ne pas reconnaitre l’état palestinien (c’était sous Sarkozy je crois). Malgré le lien vers la lettre et ses signataires, ma phrase a immédiatement été retirée. Quand j’ai voulu la remettre, les échanges se sont durcis avec les « administrateurs ». Discussion un peu dure.
      A la fin, j’ai juste laissé une protestation sur un espace dédié à ce genre de chose.

      Le temps a passé et j’ai vérifié une fois. Ils avaient indiqué la position de Patrick Bloche comme opposé à l’établissement ou à la reconnaissance (c’est de mémoire...) unilatérale d’un état palestinien. (La colonisation et les bombardements israéliens ne sont jamais qualifiés « d’unilatéraux »).

      Bref pour intervenir sur Wikipedia face aux lobbys en place, il faut avoir du temps libre et de la ténacité à revendre.


  • Le contraste entre le traitement judiciaire de Georges Tron et des quelques pauvres hères que la police a choisi de désigner comme casseurs en comparution immédiate après les incidents du Trocadéro est saisissant. Les éléments constitutifs d’infraction semblent bien plus aisés à établir pour les uns que pour les autres...

    Vous l’aurez donc compris : il vaudrait toujours mieux rendre publiques les images attestant des moeurs douteuses de vos représentants et leurs fonctionnaires que d’attendre de la justice de faire le travail.



  • Non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux : Georges Tron propose des "assouplissements" | Social, économie et politique
    http://www.actuchomage.org/2011033114952/Social-economie-et-politique/non-remplacement-dun-fonctionnaire-sur-deux-georges-tron-propose-des-qa

    dans un entretien à Libération, Georges Tron répond au médiateur de la République qui, dans son dernier rapport, estime que la révision générale des politiques publiques (ou #RGPP) a entraîné une importante dégradation des services, faute de moyens suffisants.

    « Nous sommes aujourd’hui dans une opération de restructuration de l’#administration. Les usagers restent globalement satisfaits des services publics. Cela n’empêche pas certains ajustements », déclare le secrétaire d’Etat. En guise d’assouplissement, il explique que « chaque ministère pourrait se voir allouer une enveloppe globale, à lui ensuite d’arbitrer entre dépenses de personnel et budget de fonctionnement ».


  • Miroir Social - Non à un plan de « CDIsation » dans la fonction publique
    http://www.miroirsocial.com/actualite/non-a-un-plan-de-cdisation-dans-la-fonction-publique

    Sous couvert d’apporter des réponses aux situations de précarité rencontrées par les contractuels, et malgré les déclarations de Georges Tron sur le respect de l’article 3 du statut général, on organise la « CDIsation » en lieu et place d’une titularisation, fût-elle « progressive ».

    #administration #travail #spoliation #for:twitter