person:gilbert collard

  • Robert Ménard lâché en rase campagne La Marseillaise - Marine Desseigne - 1 Septembre 2017
    Et son site boulevard voltaire frappé au portefeuille

    http://www.lamarseillaise.fr/herault/politique/63236-robert-menard-lache-en-rase-campagne

    Le maire est vertement critiqué par les responsables du FN. Son site, Boulevard Voltaire à Bézers, est aussi la cible d’activistes qui ont réussi à plomber ses recettes publicitaires.

    La lettre ouverte de Robert Ménard à ses "amis du Front national" publiée le 22 août dernier dans les colonnes du Figaro lui avait déjà valu d’être vertement rabroué par les caciques du parti à la flamme. Lâché par sa famille politique, le maire de Béziers semble désormais aussi perdre du terrain sur le plan médiatique. Dans sa dernière édition, Télérama révèle en effet que Boulevard Voltaire, le site réactionnaire fondé par Robert Ménard et Dominique Jamet, a perdu ces derniers mois près de 500 annonceurs et donc une grande partie de son financement.

    Aux manettes de ce vaste désistement, la branche française de Sleeping Giants. Ce groupe d’activistes, créé aux États-Unis suite à l’élection de Donald Trump, mène une campagne contre Breitbart News, le site ultra-conservateur de son ancien conseiller spécial, Steve Bannon (aujourd’hui remercié). Avec un slogan - « Stop au financement de la haine par la pub » - ils interpellent les annonceurs dont les publicités apparaissent (indépendamment de leur volonté) sur le site pour les convaincre de les faire retirer.

    Le procédé, qui s’est avéré particulièrement payant, a été reproduit en France avec le site Boulevard Voltaire. Interpellées, de grandes enseignes ont fait la démarche de « black lister » le site : Carrefour, Nestlé, BNP Paribas, Citroën ou Decathlon. Selon les activistes de Sleeping Giants, contactés par Télérama, le site de Robert

    Ménard aurait ainsi perdu 90% de ses recettes publicitaires. Un chiffre que Boulevard Voltaire refuse de commenter.

    C’est donc un nouveau revers pour Robert Ménard. Après sa tentative ratée de création d’un mouvement transpartisan Oz ta droite (on se souvient du départ précipité de Marion Maréchal Le Pen et Gilbert Collard, les seules têtes d’affiche du FN à avoir accepté d’y participer), l’idée de tirer à boulets rouge sur Marine Le Pen - qu’il compare à « un leader de la CGT » et dont il remet en cause le leadership - l’a encore un peu plus isolé des rangs frontistes.
    « Je croyais que "l’ami" Ménard serait plus modeste, prudent, et respectueux », l’a taclé Louis Alliot, vice-président du FN, compagnon de Marine Le Pen et récemment élu député dans les Pyrénées-Orientales. « Je serais curieux de savoir comment Ménard aurait gagné à Béziers sans le soutien de l’inefficace FN et de l’incompétente Marine Le Pen... », a commenté le sénateur maire de Fréjus David Rachline.

    Mais peut-être la démarche de Robert Ménard vise-t-elle justement à prendre ses distances avec le FN ? Bien qu’élue députée dans la 6e circonscription de l’Hérault, Emmanuelle Ménard n’a pas engrangé autant de voix que son mari sur Béziers lorsqu’il a gagné la mairie en 2014 avec le soutien du parti frontiste (et face à l’inconséquence de la droite et de la gauche, déjà en déroute). L’érosion avait commencé dès les Départementales (même si Robert Ménard a réussi à faire élire ses candidats), puis aux Régionales.

    A l’heure où le FN tente de se reconstruire suite à l’échec de la Présidentielle, à défaut d’avoir réussi à s’imposer dans le mouvement, Robert Ménard pense certainement assurer sa réélection en 2020 en se détachant de la flamme. Il ne faut pas s’y tromper : derrière les manoeuvres politiques, c’est la même idéologie qui est à l’oeuvre.
    https://www.youtube.com/watch?time_continue=39&v=xtaaUrZ0Z6A

    #Sleeping_Giants #publicité #publicité_programmatique #financement #boulevard_voltaire #robert_ménard #dominique_jamet #fn #front_national #emmanuelle_Ménard

    • Très intéressant sur le pouvoir de #censure de la #publicité, mais ne pas oublier que c’est lié à la capacité qu’ont ces gros sites de droite extrême à utiliser tous les stratagèmes (jusqu’aux plus atroces) pour faire des pages vues et du fric. S’il y avait un sleeping giants anti-seenthis il irait pas loin.


  • Au FN, les premiers règlements de comptes - Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/070517/au-fn-les-premiers-reglements-de-comptes?onglet=full

    Quatre mois plus tard, il se dit, comme d’autres, « affligé ». « Tout le monde se renvoie la faute, et se défile. Moi, je refuse tous les médias. Qu’ils se démerdent », lâche-t-il. Un autre cadre frontiste, anti-Philippot, rapporte à Mediapart une « ambiance règlement de comptes », et se désole : « Avant le débat, Marine était présidentiable, elle avait fait une bonne séquence la semaine d’avant, Whirlpool et le bateau [dans le port du Grau-du-Roi, dans le Gard – ndlr], c’était bien joué, le ralliement de Dupont-Aignan aussi, et les gens à droite n’attendaient que ce fichu débat pour se décider. J’entendais des mecs de droite partout dire “m’en fous, je vote Marine”. Après le débat, dans notre fédé on se prend des courriers avec des cartes du Front coupées en deux. »

    Les mauvaises nouvelles sont tombées les unes après les autres : les propos du vice-président Jean-François Jalkh sur la Seconde Guerre mondiale exhumés dans la presse, un débat raté, Marine Le Pen chahutée lors de deux déplacements, en Bretagne puis à Reims. La faute à qui ? « La campagne n’a pas été séquencée. On a développé des trucs à droite à gauche, ce qui fait que 15 jours avant le premier tour, il n’y avait plus de kérosène dans le réservoir et Marine a commencé à décrocher, la campagne tournait à vide. »

    Un brin cynique, ce cadre est persuadé que « sans l’attentat deux jours avant le premier tour, Marine n’était pas au second tour ». Il va plus loin : « Cinq ans de Hollande, 300 morts dans les attentats, une situation économique désastreuse, du chômage de partout, des problèmes identitaires très forts, une France fracturée, et on fait 21 % au premier tour ? Vaut mieux arrêter tout de suite ! »

    C’est d’abord la stratégie de campagne et le positionnement de Marine Le Pen qui sont remis en cause. « C’est quoi le slogan de campagne de Marine Le Pen ?, interroge le même. La France apaisée ? Au nom du peuple ? Choisir la France ? » Selon lui, la candidate avait au départ su éviter un écueil récurrent des campagnes frontistes : ne pas mener une « campagne idéologique et doctrinaire ». « Avant, il fallait quasiment se convertir pour voter Front national. Là non, c’était assez ouvert, compréhensible, le message passait, Marine a même fait de la vraie politique sur une partie de sa campagne. » Mais pour une partie du Front national, la candidate n’a pas su tirer parti du naufrage du candidat de droite. « Rien ne s’est passé comme prévu, Fillon explose en plein vol, Hamon est mort, Mélenchon remonte, et là Philippot et ses sbires reviennent en disant “Mélenchon ça marche, donc faut faire du Mélenchon”. À partir de là, on retourne dans une campagne idéologique. Philippot avait fait le même coup en 2012, c’était un désastre. Il nous a mis dedans de force, à raconter qu’au bout de six mois on paierait nos baguettes en francs. Il nous a fait perdre un report de voix à droite. »

    Pour le membre du comité stratégique de campagne cité plus haut, la candidate a été « enfermée par Philippot et son équipe, qui ont verrouillé la campagne ». « Il y avait une concurrence entre les frères Philippot d’une part et Philippe Olivier d’autre part. Pour le débat, Marine a été conseillée par Gilbert Collard d’abord, puis les frères Philippot sont passés derrière. Et les sorties “bourrines”, l’agressivité du débat, c’est Philippe Olivier. Aujourd’hui, ils se rendent compte que ça a dysfonctionné. » Certains se plaignent d’avoir été déprogrammés des plateaux TV, au profit de Florian Philippot ou des tenants de sa ligne. Gilbert Collard aurait été écarté de la soirée électorale du premier tour, à Hénin-Beaumont. Déjà écartée de l’émission politique de France 2, le 10 novembre, au profit de Florian Philippot, Marion Maréchal-Le Pen se serait à nouveau vu refuser par Marine Le Pen d’être l’« invitée surprise » de la chaîne, face à Emmanuel Macron, le 6 avril. Ce n’est qu’au prix d’un passage en force que certains seraient parvenus à aller sur les plateaux.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Présidentielle : à quelques heures de la fin de la campagne, le camp Le Pen se vautre dans ses fakes anti-Macron - Marianne
    https://www.marianne.net/politique/presidentielle-quelques-heures-de-la-fin-de-la-campagne-le-camp-le-pen-se-

    En cette dernière journée de campagne présidentielle, Florian Philippot, David Rachline ou encore Gilbert Collard ont relayé des rumeurs et « fake news » à gogo sur les réseaux sociaux. Vivement la quille...

    Est-ce l’énergie du désespoir ? Les lieutenants de Marine Le Pen ne semblent plus savoir quoi faire pour tenter de déstabiliser Emmanuel Macron, favori du second tour de l’élection présidentielle. En cette dernière journée de campagne, vendredi 5 mai, ils ont noyé les réseaux sociaux sous une avalanche de faux grossiers censés mettre en cause leur adversaire.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Il n’y a pas que les Bahamas : le FN a mené toute sa campagne sur des intox
    https://www.buzzfeed.com/julesdarmanin/il-ny-a-pas-que-les-bahamas-le-fn-a-mene-toute-sa-campagne

    La quasi totalité de ces fausses informations ne sont pas produites par le Front national. Même si le timing de la diffusion des documents douteux sur la prétendue société offshore de Macron est parfait pour Marine Le Pen, rien ne prouve que la publication des documents a été initiée par le parti, comme semble l’insinuer En Marche !.

    Mais les cadres du parti ont parfaitement assimilé la production de fausses informations venant de leurs militants ou de leurs soutiens, français et étrangers, sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, Marine Le Pen suit de nombreux comptes complotistes, racistes et suprémacistes blancs. Louis Aliot partage régulièrement des publications du site Dreuz, qui relaie de nombreuses fausses informations. Bref, ils donnent de la légitimité à écosystème médiatique peu regardant sur la réalité de ce qu’ils avancent. On trouve la même photo non sourcée sur le compte Facebook de Gilbert Collard et sur la page « Vladimir Poutine - Fan Club », une des pages recommandées le plus rapidement lorsque l’on « aime » les cadres du Front national sur Facebook. D’autres pages plus petites, comme le Front national des Côtes-d’Armor, relaient fréquemment des fausses informations venant de sources peu fiables, comme, aujourd’hui, l’affirmation fantaisiste selon laquelle Emmanuel Macron aurait disposé d’une oreillette ultra-discrète pendant le débat (info reprise par Gilbert Collard).

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Les grosses ficelles de com’ de Marine Le Pen - Marianne
    https://www.marianne.net/politique/les-grosses-ficelles-de-com-de-marine-le-pen

    omme l’a révélé Le Parisien, les ouvriers avec lesquels elle a enchaîné les selfies durant le quart d’heure qu’a duré sa visite étaient en fait… des militants du FN, en place depuis le matin pour une distribution de tracts. Sur le terrain, d’accord, mais en terrain conquis.

    Même plan com’ ce jeudi matin, à quelques heures du meeting de Nice : Marine Le Pen est en mer au large du Grau-du-Roi sur un bateau de pêcheur, en compagnie du député Gilbert Collard. Vêtue d’un ciré, elle tangue au gré de la houle, s’accroche au bastingage, trie le poisson. Et offre de belles images, celle d’une candidate au plus près du peuple, l’opposé de l’ex-banquier en costume. Le peuple ordinaire, vraiment ? Le patron pêcheur est un ex-candidat FN aux dernières régionales, ainsi que l’a révélé l’émission Le Quotidien.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • VIDÉO. Au Grau-du-Roi, le show de Marine Le Pen et Gilbert Collard sur un bateau - L’Express
    http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/video-au-grau-du-roi-le-show-de-marine-le-pen-et-gilbert-collard-sur-un-bat

    Gilbert Collard et Marine Le Pen à bord d’un chalutier au Grau-du-Roi ce jeudi. (capture d’écran)

    TWITTER / BFMTV
    La présidente du FN s’est offert une longue sortie en mer au Grau-du-Roi ce jeudi pour son nouveau déplacement d’entre-deux-tours de la présidentielle.

    Après le café et les selfies sur le parking de Whirlpool mercredi, ambiance chalut, imperméable et embruns marins, pour la présidente du FN. Au Grau-du-Roi (Gard), Marine Le Pen et Gilbert Collard, député local, se sont offerts une longue sortie en mer « pour la défense des pêcheurs et des beaux et durs métiers de la mer », dixit l’avocat sur Twitter.

    #Linfiltré #PhoneStories #FN #Fachosphere


  • Quand Gilbert Collard reconnaît prendre son intervieweur « pour un con » - Le Lab Europe 1
    http://lelab.europe1.fr/quand-gilbert-collard-reconnait-prendre-son-intervieweur-pour-un-con-3

    - Journaliste : Est-ce que c’est vrai que vous avez joué les intermédiaires pour que Christian Lambert, le patron du RAID, entre au Front national ?

    – Gilbert Collard : Quand je joue les intermédiaires, si cela m’arrive, je me garde bien de le dire.

    – Journaliste : Non mais c’est intéressant parce qu’il y a justement un grand débat sur l’appareil d’État, aujourd’hui, qui est lancé par Les Républicains…

    – Gilbert Collard : Non non non, alors attention…

    – Journaliste : Non mais restons sur la première question, après on élargira le débat : est-ce que le patron du RAID est un membre du Front national ?

    – Gilbert Collard : Je ne connais même pas ce monsieur, moi. Je n’en ai jamais entendu parler.

    – Journaliste : Excusez-moi, mais…

    – Gilbert Collard : Je vous prends pour un con, tout à fait.

    – Journaliste : Vous me prenez pour un con ?

    – Gilbert Collard : Oui oui, tout à fait.

    – Journaliste : Donc vous le connaissez très bien ?

    – Gilbert Collard : Pas du tout.

    – Journaliste : Est-ce qu’il est membre du Front national ?

    – Gilbert Collard : Pas du tout. [...] Je vous prends pour un con, je vous dis. [...] Si cela était [vrai], ce qui n’est pas le cas, est-ce que j’irais vous le dire ?

    – Journaliste : Je vous pose la question.

    – Gilbert Collard : Bah bravo, vous avez tout à fait le droit de me poser toutes les questions.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • La boulette de Gilbert Collard qui dévoile tous ses identifiants et mots de passe sur Twitter
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/08/la-boulette-de-gilbert-collard-qui-devoile-tous-ses-identifiants - Huffingtonpost

    Oups. Toujours à l’affût d’une actualité à commenter sur Twitter, le député frontiste Gilbert Collard a voulu réagir à l’annonce de Bertrand Delanoë qui a appelé à voter Emmanuel Macron dès le premier tour de la présidentielle.

    Et là, patatras. Au lieu de joindre à son tweet une image d’actualité, le député du Gard a publié une capture d’écran de son téléphone sur laquelle figurent tous ses mots de passe et identifiants (Twitter, Assemblée nationale, mail personnel etc.).

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Sur Radio Classique, Gilbert Collard croit avoir la preuve qu’il est sur écoute
    http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/28/sur-radio-classique-gilbert-collard-croit-avoir-la-preuve-quil_a_2201 - Huffingtonpost

    « Moi je suis sur écoute, je le sais, parce que mon téléphone de temps en temps se déclenche tout seul et me dit, c’est incroyable mais vrai, il me dit : ’Répétez ce que vous venez de dire’ », explique très sérieusement Gilbert Collard sur le plateau de la radio parisienne. L’accusation, grave, n’a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus. Et non pas sans une certaine moquerie. Et pour cause, le secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine semble voir dans l’assistant vocal de son smartphone un dispositif d’écoute...

    Quelques instants auparavant, celui qui avait dévoilé tous ses mots de passe sur Twitter s’est offert une série de réponses surréalistes devant le journaliste Guillaume Durand, comme l’a repéré le Lab d’Europe 1.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Pour Gilbert Collard, le FN est bien « un parti de droite » - Le Lab Europe 1
    http://lelab.europe1.fr/pour-gilbert-collard-le-fn-est-bien-un-parti-de-droite-3217589

    Dans le livre Philippot 1er (éd. Plon) des journalistes de LCP Astrid de Villaines et Marie Labat, on apprend par exemple que Gilbert Collard a pour ambition de « virer » Florian Philippot du FN en se présentant contre lui à l’élection interne du parti, à l’occasion du prochain congrès. Ce que les deux intéressés démentent évidemment.

    En septembre 2016, lors des Estivales de Marine Le Pen à Fréjus, des propos de Gilbert Collard au sujet de la « dédiabolisation » du FN avaient été captés par une caméra d’Envoyé Spécial. L’élu faisait part de son inquiétude de voir s’éloigner du parti son électorat historique. « Est-ce que le FN y gagne au change ? » demandait un journaliste de France 2. « Non. Non. Et c’est pour ça que l’on a un travail très dur en ce moment. Je pense que ça éloigne de nous beaucoup de gens », répondait Gilbert Collard.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN



  • Florian Philippot près de la porte de sortie ? Pas si simple | L’Opinion
    http://www.lopinion.fr/edition/politique/florian-philippot-pres-porte-sortie-pas-si-simple-122040

    « Son professionnalisme est reconnu par tous », écrivent les auteurs, convoquant les témoins de la défense, Sébastien Chenu  : « C’est le seul à bosser »  ; ou Sophie Montel, fan n° 1  : « Il est timide, il n’est pas suffisant. Les militants l’adorent. » Mais il y a aussi ceux de l’accusation. Parfois anonymes, avançant qu’il n’est pas aimé, qu’il est isolé et coléreux. « Gnagnagna, je veux sortir de l’euro » mime « un cadre », tel un enfant capricieux. « Il ne sait pas mettre de liant », juge Jean-Lin Lacapelle, chargé de la mobilisation militante. Ce n’est pas très méchant, mais l’intéressé a répliqué dès lundi matin sur Twitter  : « Les bonnes manips et mensonges de campagne  ! Florian est et restera un élément incontournable du succès. N’en déplaise aux calomniateurs  ! »

    « Si Marine ne remporte pas la présidentielle, il va s’en prendre plein la gueule  ! », s’exclame aussi dans le livre Gilbert Collard, menaçant de se présenter au comité central du FN contre Florian Philippot afin de le pousser vers la sortie. Problème  : il n’est pas membre du FN et il faut deux ans d’ancienneté pour voter au congrès, qui pourrait avoir lieu fin 2017. « Faut pas écouter toutes les bêtises, ça rend idiot », a réagi le bouillant député du Gard…

    Manipulation. Enfin, il y a cette phrase, citée cette fois par l’AFP  : Florian Philippot aurait, il y a quelques mois, confié en privé  : « En 2017, le FN, je vais voir comment ça tourne. Je vais pas forcément y rester des années. » Abandonner le FN  ? Retourner travailler au ministère de l’Intérieur  ? L’intéressé hausse les épaules. « Je ne réponds pas », dit-il à l’Opinion.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Retour sur le passé : le FN, défenseur des droits des femmes ? Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/121216/retour-sur-le-passe-le-fn-defenseur-des-droits-des-femmes?onglet=full

    Mardi 6 décembre, #Florian_Philippot affirme sur BFMTV qu’au sein du FN, #Marion_Maréchal-Le_Pen est « seule et isolée sur la question de l’IVG ». C’est l’occasion pour le vice-président de répéter la position « officielle » du parti sur ce sujet : l’IVG est un droit sur lequel le Front national ne reviendra pas. « Sur l’avortement, Marion tient un propos qui n’est pas conforme au programme du Front national », confirme Gilbert Collard, député du Gard et secrétaire général du Rassemblement bleu Marine. De son côté, Marine Le Pen ne tarde pas à réagir. Au 20 heures de TF1 mercredi 7, elle remercie le présentateur Gilles Bouleau « d’évoquer cette petite friction » entre sa nièce et elle… Une occasion de « clarifier » sa position : « Que les choses soient très claires. Je ne remettrai pas en cause l’accès à l’IVG de quelque manière que ce soit », affirme la présidente du FN. Et de rajouter : « J’espère que les choses auront été entendues. » Son directeur de campagne David Rachline revient également à la charge : le projet présidentiel de 2017 ne fera aucune retouche au « dispositif actuellement en vigueur ».

    Tous réagissent vivement à une interview de la députée du Vaucluse parue le 5 décembre dans Présent. Le journaliste du quotidien catholique-traditionaliste demande notamment à Marion Maréchal-Le Pen de s’exprimer sur les « questions de la défense de la vie ». Plus précisément, « quelles réponses apportera le programme présidentiel de Marine Le Pen, alors que François Fillon apparaît comme “le candidat de la Manif pour tous” » ? Les propos de la petite-fille de Jean-Marie Le Pen sont parfaitement clairs : « Plutôt que de mettre en place des objectifs, des quotas d’IVG dans les établissements de santé, il faudra soutenir financièrement les structures qui proposent d’accompagner les femmes isolées et hésitantes. Il faudra revenir sur le remboursement intégral et illimité de l’avortement car les femmes sont des êtres responsables qui doivent être traités comme tels. Il faudra mettre en place l’adoption prénatale et restaurer le délai de réflexion pour éviter les décisions précipitées dans un moment de panique pour acter que l’avortement n’est et ne sera jamais un acte anodin. Enfin il faut absolument dégager des solutions financières pour une politique familiale digne de ce nom, en particulier pour les mères isolées, alors qu’aujourd’hui 47 % des femmes avortent pour des raisons économiques. »

    La jeune femme ne fait pas que répondre au nom du parti qu’elle représente. Pour la énième fois, elle affiche ses divergences sur l’IVG avec la ligne mariniste. Le « combat en faveur de l’avortement est certainement l’un des plus symboliques », souligne, avec raison, Marion Maréchal-Le Pen dans Présent. Depuis quasiment la création du FN, ce débat parcourt d’ailleurs régulièrement l’histoire du parti lepéniste. Car il est inhérent à un enjeu de taille pour le FN : le vote des femmes. Contrairement à son père, Marine Le Pen serait parvenue à séduire l’électorat féminin en proposant une image de femme « moderne », pourquoi pas féministe, au parler franc mais sans trop d’outrances. Pour la présidentielle de 2012, les femmes ont voté pour elle pratiquement autant que les hommes. Ce vote reste instable et varie en fonction des élections.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Levée de l’immunité de Marine Le Pen dans l’affaire de la diffusion d’images violentes
    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/03/02/le-parlement-europeen-vote-la-levee-de-l-immunite-de-marine-le-pen-dans-l-af

    « Je suis députée, je suis dans mon rôle quand je dénonce Daech », a-t-elle estimé jeudi matin sur la chaîne de télévision LCP, avant le vote en plénière, dénonçant « une enquête politique ». Convoquée par un juge d’instruction en avril 2016, elle avait refusé de s’y rendre, invoquant son immunité parlementaire.

    Marine Le Pen a récemment repoussé une autre convocation, de la police, cette fois-ci dans l’enquête sur les soupçons d’emplois fictifs concernant plusieurs assistants parlementaires d’eurodéputés du Front national.

    Une information judiciaire a également été ouverte contre le député apparenté FN Gilbert Collard, qui avait lui aussi tweeté une image violente ce jour-là, pour la même raison. Mais le bureau de l’Assemblée nationale française a rejeté le 22 février une demande de levée de son immunité, jugeant la requête de la justice pas « suffisamment précise ».

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Marine Le Pen à l’étranger : des voyages mi-diplomatiques mi-financiers - Page 1 | Mediapart
    https://www.mediapart.fr/journal/france/210217/marine-le-pen-l-etranger-des-voyages-mi-diplomatiques-mi-financiers

    d’après un frontiste, Marine Le Pen et Gilbert Collard « veulent joindre l’utile à l’agréable » dans ce voyage : « Elle pense pouvoir, à partir du Liban, via Gilbert Collard, essayer de voir si des gens peuvent avoir un financement assez rapidement, explique notre interlocuteur, qui se dit sceptique sur les chances d’aboutissement. « Les Libanais ne payent pas comme ça. Est-ce qu’ils ont un intérêt à faire un prêt avec un taux privilégié ? Je ne sais pas. »

    Un mois plus tôt, un autre voyage a suscité bien des questions. Le 12 janvier, quelques jours avant l’investiture de Donald Trump, Marine Le Pen a fait une apparition surprise au bar de la Trump Tower, à New York, en compagnie de son compagnon Louis Aliot et de George “Guido” Lombardi. Cet homme d’affaires italien, membre du réseau de Trump et ancien représentant de la secte Moon, a organisé une réception dans son appartement de la Trump Tower, autour de la présidente du FN.

    #PhoneStories #Linfiltré #FN


  • Quand Louis Aliot et Gilbert Collard se désolidarisent de Frédéric Chatillon | Droite(s) extrême(s)
    http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2017/02/08/quand-louis-aliot-et-gilbert-collard-se-desolidarisent

    M. Chatillon, un ami proche de Marine Le Pen, est un ancien dirigeant du GUD, un groupuscule étudiant d’extrême droite radicale. Ce proche du polémiste antisémite Alain Soral et de l’humoriste Dieudonné est un soutien inconditionnel du régime syrien de Bachar Al-Assad. Dirigeant de la société Riwal, qui a longtemps été le prestataire des campagnes du FN, il se rend aujourd’hui régulièrement au siège de campagne de Mme Le Pen, et aurait, selon un dirigeant du parti, « une vision large sur la communication » de la candidate à la présidentielle (aucun organigramme de l’équipe de campagne n’a été rendu public).

    Collard : « Frédéric Chatillon, je ne le connais pas »

    #FN #Linfiltré #PhoneStories


  • L’Assemblée nationale vote la prolongation de l’état d’urgence
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/12/14/l-assemblee-nationale-vote-la-prolongation-de-l-etat-d-urgence_5048477_3224.

    Les députés ont adopté – par 288 voix contre 32 et cinq abstentions –, dans la nuit du mardi 13 au mercredi 14 décembre le projet de loi prévoyant de prolonger pour la cinquième fois l’état d’urgence. Le régime d’exception est étendu pour une durée de sept mois, jusqu’au 15 juillet 2017.

    #démocrature



  • Policiers à République : la convergence de la peur
    https://www.mediapart.fr/journal/france/180516/policiers-republique-la-convergence-de-la-peur

    Eric Ciotti et Bruno Retailleau au rassemblement des policiers. © KL Le syndicat Alliance et trois organisations de policiers ont tenu meeting place de la République pour dénoncer les violences et la haine « anti-flics » en présence d’élus de droite et de Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard. Des contre-manifestants, refoulés des lieux, sont partis en manif sauvage.

    #France #Alliance_Police #chef_de_la_police_urbaine #contre-manifestation #extrême-droite #manifestation #manifestation_sauvage #Police


  • Les nouvelles frontières du crétinisme, par Alain Garrigou (Les blogs du Diplo, Régime d’opinion, 4 mai 2016)
    http://blog.mondediplo.net/2016-05-04-Les-nouvelles-frontieres-du-cretinisme #st

    Lénine s’était moqué du crétinisme parlementaire, il faut aujourd’hui se demander si le crétinisme n’a pas émigré. A l’heure de la relégation des parlements au rang de chambres d’enregistrement, alors que les débats se sont déplacés, si l’on en croit quelques prophètes de modernité, dans l’espace médiatique, le crétinisme ne serait-il pas désormais politico-médiatique ? Cette question a souvent été discutée dans des arènes académiques : existe-t-il une sphère politico-médiatique ? Un crétinisme à coup sûr. Illustration récente sur le plateau de BFM TV - RMC : Jean-Jacques Bourdin reçoit l’avocat d’extrême droite Gilbert Collard (28 avril 2016).

    http://zinc.mondediplo.net/messages/25369 via Le Monde diplomatique


  • Le Monde
    France, mardi 9 février 2016, p. 7

    A Calais, la tentation du pire

    Le général Piquemal, qui a participé à une manifestation antimigrants interdite, est jugé en comparution immédiate
    A Calais, on vient parader, car c’est devenu une scène hautement politique. Samedi 6 février, alors que le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, avait interdit le défilé antimigrants de la branche française des Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident (Pegida), le rassemblement a pourtant eu lieu dans la ville du Pas-de-Calais et le général Christian Piquemal s’y est invité.
    Cet ex-commandant de la Légion étrangère, ex-membre du cabinet militaire de trois premiers ministres, décoré des plus hauts honneurs de la République, devait être présenté en comparution immédiate lundi après-midi 8 février pour avoir bravé cet interdit. A ses côtés devaient aussi comparaître quelques membres de la squelettique Pegida France.
    Le général Piquemal avait dès le 4 février annoncé sa venue, entendant ainsi protester contre l’interdiction “arbitraire et abusive” de la manifestation de samedi. Il appelait au passage “tous les patriotes et associations patriotiques” à l’y rejoindre. Défenseur de “la France millénaire” et de ses valeurs, cet officier général, ancien du Tchad et de Bosnie, a présidé l’Union nationale des parachutistes (UNP), pendant dix ans, - “L’UNP a vu le jour en 1963 dans une armée divisée entre ceux qui avaient choisi l’honneur et les autres qui lui avaient préféré l’obéissance” rappelait-il dans un entretien en 2010.
    Il a toujours présenté sa démarche et celle du Cercle des citoyens patriotes qu’il anime désormais dans le Var comme “apolitique”. A plusieurs reprises, par le passé, il n’en a pas moins dit sa préoccupation pour “une France qui perd son âme et son identité”. “On recule devant tout, nous sommes dans un état de repentance permanente. La fierté disparaît au profit de la génuflexion” estimait-il, toujours en 2010.
    La colère a montéQu’ils le souhaitent ou non, par leur venue dans le Pas-de-Calais, ces renforts nationaux, à l’image du général Piquemal, légitiment les groupuscules qui agissent déjà sur la ville sur fond de climat de plus en plus délétère. Depuis plusieurs mois, de façon récurrente, un gang armé circulant en BMW sème la terreur auprès des migrants. Il repère des groupes de personnes isolées et les passe à tabac. La nuit du 20 janvier, des jeunes Syriens ont été frappés à la barre de fer en pleine ville. Ils ne sont pas les premiers. Entre juin et octobre 2015, neuf étrangers avaient subi ces mêmes agressions et porté plainte sans qu’aucune interpellation ne suive. Après la dernière opération, dont le modus operandi ressemble aux précédentes, le procureur de la République a ouvert une enquête.
    Ces derniers temps, la colère a monté, laissant place aux thèses anti-immigration du Front national. Comme un cri de désespoir de la troisième région la plus pauvre de France où une personne sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté. Dans les rues ou les cafés, le Calaisien se définit d’emblée par rapport aux marqueurs de l’extrême droite. Partout dans la ville, les grands thèmes du FN semblent devenus l’unité de mesure du positionnement de chacun.
    Ce qui ne signifie pas que les non-racistes ont passé la main. Les bénévoles sont toujours là, qui redonnent espoir aux migrants, offrent l’humanité et la prise en charge qui fait défaut. Mais ils le disent à voix basse, car, comme le rappelle la journaliste Marie-Françoise Colombani, à l’issue d’une immersion de plusieurs mois dans la ville, pour écrire Bienvenue à Calais (Actes Sud, 56 pages, 4,90 euros), “un mouvement raciste local de plus en plus activiste” est en train de s’enraciner dans le lieu.
    Dans cette ville de 78 000 habitants, toutes les interviews commencent désormais par un “que les choses soient claires, je ne suis pas raciste, ni politisé”, même si le discours qui suit est raciste et politisé... En général, quelle que soit son opinion, le Calaisien reste anonyme. Par peur du voisin, des représailles de ceux qui ne pensent pas comme eux. Au fil des mois, la ligne de démarcation entre les groupes ressemble de plus en plus aux barbelés et aux grillages qui longent les rocades, séparent la jungle et ses milliers de migrants, du reste de la ville. Calais se déchire, même si les plus extrémistes ne sont pas du cru.
    Le groupe “Sauvons Calais”, qui a vu le jour en 2013, a fédéré beaucoup de citoyens antimigrants. Quelques temps supposé être le porte-parole du ras-le-bol du Calaisien non politisé, “Sauvons Calais” a rapidement montré un tout autre visage. Lors d’une manifestation coorganisée avec le Parti pour la France le 8 novembre 2015 un coran a été partiellement brûlé.
    Les liens entre les deux structures sont assez étroits, puisque Kevin Reche, fondateur de “Sauvons Calais”, s’est présenté sous l’étiquette Parti de la France aux dernières départementales. Gaël Rougement, qui le 23 janvier a sorti un fusil contre les migrants (lors d’une manifestation promigrants migrants) et dont la vidéo a tourné sur Internet, a été plusieurs fois photographié avec lui et son père était à la manifestation. Poursuivi pour la non-déclaration de son arme, le jeune homme sera défendu par le député (Rassemblement Bleu Marine, Gard) Gilbert Collard. Autant d’éléments qui permettent de comprendre que ce groupe qui affiche plus de 20 000 mentions “J’aime” sur sa page Facebook, a dérivé vers le racisme.
    Face à ce glissement, une place a été laissée vacante pour un autre groupe, au départ moins politisé. “Apolitique et pour l’unité des Calaisiens face à l’insécurité due aux migrants ! Merci d’éviter tout racisme et incitations à la violence”, c’est ainsi que se définissent “Les Calaisiens en colère”. Mais le blogueur Philippe Wannesson estimait récemment que « Comme “Sauvons Calais”, “Les Calaisiens en colère” se radicalisent. Depuis plusieurs semaines ils patrouillent autour du bidonville de Calais, prétendent encourager la police, menacent les exilé-e-s “. Ce qui ne les empêche pas de cumuler plus 60 000 mentions” J’aime “.
    D’autres regroupements émergent et peinent à modérer les commentaires de leurs inscrits, tant la tentation du racisme est forte pour les Calaisiens qui n’en peuvent plus de la présence non encadrée de milliers de réfugiés venus de Syrie, d’Erythrée ou d’Afghanistan.” Nous ne voulons pas glisser sur cette pente que nous avons observée dans d’autres groupes. Calais a besoin d’informations. Nous souhaitons dénoncer ce qui se passe sans attiser la haine. Si l’on trouve une solution pour les migrants, elle bénéficiera aux Calaisiens “, rappelle la modératrice de” Calais Infos Calais “. Martin, père de deux enfants, s’est inscrit à cette page.” Ça me va parce que je ne suis pas raciste. Mais pour ne pas changer, je ne vais plus à l’hôpital à Calais, plus à la piscine et je ne viens plus dans le magasin où les migrants font leurs courses. J’ai changé ma vie pour ne pas devenir raciste “, conclut l’électricien.
    Aux régionales de 2015, le FN a recueilli 49,1 % des suffrages au premier tour. Au même scrutin, en 2010, le FN avait obtenu deux fois moins de voix. Le FN est une tentation nouvelle pour Calais, comme l’option de la dernière chance dans une ville qui a, 37 années durant, opté pour un maire communiste, et qui aux municipales de 2014 n’avait concédé que 12 % de ses voix au FN ; élisant confortablement Natacha Bouchart (LR). Le FN est resté à l’écart des manifestations contre les migrants :” Il y a un parti anti-immigration, c’est le Front. Plutôt que manifester, il faut voter », indique Florian Philippot, vice-président du FN, lequel apporte cependant son soutien au général Piquemal.

    Maryline Baumard et Caroline Monnot

    #Calais #migrants


  • Gilbert Collard heureux de défendre le néonazi qui a braqué la manif de Calais
    http://endehors.net/news/gilbert-collard-heureux-de-defendre-le-neonazi-qui-a-braque-la-manif-de-ca

    [POLITIQUE] Gilbert Collard heureux de défendre le néonazi qui a braqué la manif de Calais https://t.co/fhK8U0fMwH pic.twitter.com/sv9Nu9bWi1 RévolutionPermanente (@RevPermanente) 29 Janvier 2016 — Actualité


  • En écho au « pas de juridisme, avançons » du premier ministre Manuel Valls et à la prolongation de trois mois de la loi sur l’#état_d'urgence, votée par les deux assemblées, et qui sera promulguée demain mercredi 25 novembre 2015.

    Etat d’urgence : à l’Assemblée, le temps des faucons
    https://www.mediapart.fr/journal/france/191115/etat-durgence-l-assemblee-le-temps-des-faucons?onglet=full

    Le député d’extrême droite Gilbert Collard se félicite que « la notion de comportement » suspect soit désormais inscrite dans la loi. « C’est un glissement sémantique important, une rupture avec les principes fondamentaux de notre droit moderne », prévient Marie-Françoise Bechtel, proche de Jean-Pierre Chevènement, qui est aussi conseillère d’État. L’argument est balayé. Lorsque de rares députés PS proposent des assouplissements, Manuel Valls leur rétorque que « la situation exceptionnelle oblige à prendre des mesures immédiates ». Il a cette phrase, lancée à des parlementaires censés écrire le droit : « Pas de juridisme, avançons ! C’est là où nous sommes attendus ! » Les radicaux de gauche du PRG obtiennent le contrôle des sites djihadistes par le ministre de l’intérieur : un durcissement de la loi antiterrorisme, votée il y a un an à peine...

    Sur les bancs, l’ancienne ministre Cécile Duflot se fait discrète. Elle critique les bracelets électroniques. « La décision que vous demandez de prendre va très loin, surtout sur la base d’un seul comportement. » Mais comme attendu, elle vote finalement pour la prolongation de l’état d’urgence.

    Les communistes eux aussi sont étrangement absents. Ils ne défendent même aucun amendement. « C’était un choix délibéré. Dès lors que les choses étaient bouclées, nous ne voulions pas faire du tricotage parlementaire », se défend André Chassaigne, leur président. Écologistes, communistes et certains socialistes jurent qu’ils mèneront la grande bataille sur la réforme constitutionnelle à venir. Vers 14 h 30, la séance est levée. Les députés repartent bien vite vers leurs circonscriptions en tirant leurs valises.

    On serait donc plutôt face à une évolution / amélioration de cette loi ? https://www.mediapart.fr/journal/france/191115/bastien-francois-la-reforme-constitutionnelle-est-au-mieux-inutile-au-pire

    Bastien François, prof de droit constit à Paris I : Elle a été élaborée il y a soixante ans et il y a donc des différences dans la manière dont les gens se déplacent et communiquent. Les formes de menaces ont changé avec des groupes dispersés qui communiquent très rapidement. Les nécessités de contrôle ne sont donc pas les mêmes. On peut comprendre que pour l’efficacité policière du moment, il était nécessaire de moderniser la loi de 1955.

    Cela dit, cette loi demeure brutale, pour rester dans l’euphémisme, particulièrement sur les conditions de la résidence surveillée, qui sont très floues et fondées sur le comportement des individus. Cela rend le contrôle du juge a posteriori plus difficile, parce qu’il va devoir juger de l’adéquation entre une forme de rétention et des comportements. Sur ce point, cela donne une latitude sans doute trop large aux forces de police.

    Moindre mal ?

    Les défenseurs des libertés avaient renoncé de longue date à tout idéal. Depuis les attentats du 13 novembre, ils ne rêvent plus que d’un « moindre mal ».Pour les juristes, l’état d’urgence est « un moindre mal »

    http://lemonde.fr/attaques-a-paris/article/2015/11/19/pour-les-juristes-l-etat-d-urgence-est-un-moindre-mal_4812938_4809495.html


  • Denis Robert : comment les fondateurs de Charlie se sont fait avoir - Rue89 - L’Obs -
    Publié le 03/11/2015
    http://rue89.nouvelobs.com/2015/11/03/denis-robert-comment-les-fondateurs-charlie-sont-fait-avoir-261934

    Le livre a pour titre « Mohicans », et en sous-titre « Connaissez-vous Charlie ? ». Il est signé Denis Robert, et c’est à la fois un livre d’histoire(s) et un pamphlet.

    L’histoire est celle de ces « Mohicans », à l’origine des aventures de Hara-Kiri et de Charlie, et qui se sont fait avoir.


    « Mohicans », de Denis Robert, éd. Julliard, novembre 2015

    Le pamphlet, c’est l’accusation lancée par Denis Robert, journaliste que rien n’arrête, contre Philippe Val et l’avocat Richard Malka, accusés d’avoir fait une OPA sur l’âme de ces « Mohicans » à leur profit.

    Le livre est polémique, il va à l’encontre de forces puissantes, et, comme le reconnaît lui-même Denis Robert, il peut être interprété comme un « règlement de compte » du journaliste de l’affaire Clearstream avec Richard Malka, avocat de Charlie Hebdo et... de la société financière Clearstream.

    Mais ce récit est trop sourcé, trop nourri aux origines de la « saga Charlie » pour être ignoré. C’est une pièce indispensable au puzzle qui a explosé le 7 janvier 2015.

    Denis Robert nous a autorisés à en publier des extraits, qu’il en soit remercié. (Les intertitres sont le choix de la rédaction.) Pierre Haski


  • Enseignement de l’arabe à l’école : Gilbert Collard s’oppose à toute ingérence du Qatar
    http://www.brujitafr.fr/2015/04/enseignement-de-l-arabe-a-l-ecole-gilbert-collard-s-oppose-a-toute-ingeren

    M. Gilbert Collard attire l’attention de Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur l’enseignement de l’arabe dans les écoles publiques ou sous contrat avec l’État. Enseignement de l’arabe à l’école ?...