person:henri levy

  • Suisse : Bernard-Henri Lévy - Mer. 15.05.19 Annulé - Salle Métropole -

    http://www.sallemetropole.ch/salle-metropole/bernard-henri-levy

    BERNARD-HENRI LÉVY « LOOKING FOR EUROPE », PRÉVUS LE 7 MAI AU THÉÂTRE DU LÉMAN ET LE 15 MAI À LA SALLE MÉTROPOLE DE LAUSANNE SONT ANNULÉS.
LES BILLETS SONT REMBOURSABLES DANS LES POINTS DE VENTE OÙ ILS ONT ÉTÉ ACHETÉS DURANT UN MOIS, RESPECTIVEMENT JUSQU’AU 7 JUIN POUR GENÈVE ET JUSQU’AU 15 JUIN 2019 POUR LAUSANNE.

    Un hymne à l’Europe interprété dans une quinzaine de villes.
Une tournée comme un appel. Un voyage comme une invitation au sursaut.
La contribution d’un écrivain à la nouvelle résistance européenne qui doit s’organiser sans tarder.
    Organisateur : Live Music Production
    *********************************************************************************************
    Bernard-Henri Lévy – VIP
    Le package VIP comprend :
Une place Carré Or

    Placement par nos hôtesses
    
Conférence
Coupe de Champagne en présence de Bernard-Henri Lévy
    A l’issue de la représentation, 1 coupe de Champagne dans un endroit réservé, en présence de Bernard-Henri Lévy

    Durée : environ 1 heure
    Ouverture des portes : 19h00


  • https://www.nytimes.com/2019/01/28/world/europe/france-yellow-vests-police.html#commentsContainer

    https://www.youscribe.com/BookReader/Index/3036744/?documentId=3427531

    C’est plus qu’une tactique policière mas il s’agit d’un stratégie de l’Élysée . D’ailleurs, il y aura ,le mois prochain,une grève générale dans toute la France ,initiée par les syndicats.

    Les gens ont droit de manifester leur colère ,cela fait partie de la démocratie à la française mais par contre qu’un président de la république ment à Sissi c’est une faute grave . Sissi est un dictateur que cela y va de soi de mentir mais Macron n’a pas le droit car il existe plusieurs manifestants qui sont cadenassés et pourtant ils n’ont rien cassé.

    Et puis d’un autre côté, quand la police s’arme et tire des projectiles y compris de caoutchouc, c’est un interdit par la loi française . Et j’ajouterai que la police s’arme et les policiers qui cachent leur visage , c’est sur ordre de l’Élysée ou exactement les lobbys qui ont fait élire Macron . On pourrait facilement imaginer que parmi les visages cachés il y a un certain Alexandre Benalla ou carrément un BHL (Henri Levy) .

    La doléance des manifestants est juste ,à savoir la démission de Macron car ce dernier est dans l’incapacité de trouver une solution plus globale . Pour la simple raison, Macron paye les pots cassés de tous ces prédécesseurs (au moins depuis Mitterrand !). Et puis, que fait la déontologie de la police avec ce service ’’la police de la police’’. Il ne faut pas oublier que tous les tués depuis le début des manifestations c’est la police qui est responsable et si démocratie existe en France il faut traduire ces policiers en justice et par voie de conséquence, les donneurs d’ordre et donc cela mènerait automatiquement à la démission de Macron.

    Ce dernier est aller donne des aides financière à l’Égypte de Sissi et donc de s’inspirer de la police égyptienne qui est partout dans la TV et publique et privée en Egypte et dans les entreprises...une omniprésence ; des écoutes et des cameras chez tous les dissidents égyptiens...

    On est alors en mesure de dire que Macron est venu au Caire pour chercher des conseils de la police égyptienne et de coloniser l’Égypte de Sissi car ce dernier sait que Macron peut le protéger car ils sont dans le même bateau...

    Les ’’gilets jaunes’’ ont droit d’étendre leur mouvement aux syndicats ,aux mouvements politiques de tout bord,ont le droit d’exiger des élections anticipées et ont droit finalement de faire appel à l’armée de terre pour rétablir l’ordre et de contrer cette police qui croit tout permis, avec une sixième république, comme cela fut en 1958 avec un général de brigade à la retraite du nom Charles De Gaulle

    Et au passage, il y a beaucoup d’officiers militaires français à la retraite ou en activité qui sont près à assumer la responsabilité de l’État français.

    Le groupe de pression derrière Macron sait pertinemment,tout cela mais préfère attendre’’wait and see’’ qui fait partie de leur système de pensée. Les policiers français ressemble de plus en plus à leurs collègues marocains,algériens,égyptiens...car il ne faut pas oublier non plus, la grande crainte de l’Élysée est que les 4 millions d’immigrés marocains et autant d’algériens et d’égyptiens rentrent dans la danse et se font inviter dans ce beau mouvement des gilets jaunes .

    L’une des tractations de Macron avec Sissi est que ce dernier puisse accepter tous les immigrés égyptiens expulsés de France car si Sissi refuse ,il y aura effusion de sang et avec les égyptiens, les marocains, les algériens...il s’agit en effet d’une véritable guerre civile.

    Et Macron est déjà en négociation, me semble-t-il avec les autres pays arabes. Car c’est la logique politique même . Il est un fait que Macron trouve le besoin(quand je dis Macron c’est le groupe de pression qui est derrière, qui dicte à Macron les prorogatifs …) d’ouvrir un nouveau champ celui de la colonisation de l’Égypte ; il y a tant de chose à faire si ce n’est l’exploitation en pétrole du Sahara de Sinaï ...


  • Je tombe, par le hasard de la sérendipité, sur une chronique, une tribune, un article -, comment appeler une chose pareille ? -, de l’inénarrable Bernard-Henri Lévy, en tout cas un exercice hebdomadaire dont le lectorat du Point est gâté, toutes les semaines donc, depuis sans doute Mathusalem et peut-être même avant - lectrices et lecteurs du Point ne connaissent pas leur chance. Laquelle tribune commence par « Mes lecteurs » - Je ne pense pas que je serais jamais capable d’écrire un jour sérieusement mes lecteurs, d’autant que j’aurais tendance à préférer, lectorat ou lectrices et lecteurs, mais qui suis-je (un petit auteur Inculte de rien du tout), pour juger des manières d’un des grands du monde ? Bon autant vous le dire, la chronique en question est assez divertissante puisqu’elle oscille entre deux pôles improbables, le premier, rappeler sans cesse à ses lecteurs, que Bernard-Henri Lévy est toujours au centre de la marche du monde, que c’est un métier assez prenant, qu’il est ami avec tout ce que le monde moderne compte à la fois de progressiste et de résistant, et le deuxième pôle pas moins fantasque, Nicolas Sarkozy qu’il a longuement conseillé sur la Lybie - je vous ai dit que sans Bernard-Henri Lévy, rien ne se fait dans ce pays ? sommes-nous chanceux en France, nous avons un Ministère des Affaires étrangères dans lequel travaille un petit peuple laborieux et un autre ministère, celui des raccourcis sans doute, tenu par un seul homme, et quel ! c’est vous dire si nous sommes bien lotis en France ! -, Nicolas Sarkozy donc, est innocent de toutes les charges qui pèsent sur lui, lui, Bernard-Henri Lévy le sait de façon irréfragable, et lui, Bernard-Henri Lévy, peut savoir ces choses-là, parce que - rappelez-vous -, il est au centre de tout, et tout passe par lui, et donc, nécessairement il est dans le secret des dieux modernes, à vrai dire, il EST le secret des dieux - en fait Bernard-Henri Lévy murmure à l’oreille des dieux. A vrai dire, sans perversité excessive de ma part, la lecture d’un tel article est assez divertissante, comment ce type semble capable de se convaincre de ses propres mensonges est une source intarissable d’étonnement clinique pour moi.

    Et je me dis que ce serait dommage que les personnes qui me suivent sur seenthis, passent à côté d’un tel divertissement, ne boudons pas trop vite les occasions de rire un peu avec la marche du monde, qui #pendant_qu’il_est_trop_tard, ne recèle pas à ce point d’occasions de se réjouir, c’est plutôt le contraire. Cherchant une autre image que celle de l’article original - au Point ils ont tous misé sur la qualité de l’éditorialiste, pour l’iconographe, ils se sont contentés d’un talent moindre -, j’en trouve une bien meilleure sur le site de la Règle du Jeu - à la source en somme -, qui est, de la même manière pas entièrement exempte de perversité décrite plus haut, un filon sûr de bonne rigolade - imaginez un site internet hagiographique de Bernard-Henri Lévy -, qui représente Bernard-Henri Lévy entouré de jeunes soldats, résistants libyens, crois-je, habillé d’un magnifique costume dont on peut imaginer qu’il faudrait la solde annuelle des six soldats autour de lui pour en payer un tel, Bernard-Henri Lévy, le regard lointain, forcément lointain, bionique sans doute, est entouré de ses six soldats - le pronom possessif est ici à sa place - en armes, à la vue d’une telle photographie qui pourrait encore douter que sans Bernard-Henri Lévy, la Lybie serait encore sous le joug sanguinaire de Kadhafi, oui, qui ? La scène est tout en mouvement, c’est une scène d’action, cadrée avec juste le zest de maladresse feinte qui atteste que le danger ne devait pas être bien loin, ce qui justifie sans doute que le stratège Bernard-Henri Lévy soit entouré de pas moins que six soldats en armes, par ailleurs bouchonnées, ce qui signifie sans doute qu’elles ne sont pas chargées et le seraient-elles, elles ne pourraient faire feu, on n’est jamais prudent imaginez un peu le désordre : Bernard-Henri Lévy, ce génie militaire qu’on nous envie, blessé, tué lors d’un exercice, plus exac-tement lors d’une mise en scène.

    Je ne devais pas avoir autre chose à faire hier en fin d’après-midi, un vendredi, fin de semaine, veille d’une week-end de trois jours, on relâche la pression, des fois je me comporte vraiment comme un employé d’open space, je me suis offert un peu de récréation et j’ai par-couru quelques pages html du site internet de La Règle du jeu, et je suis tombé sur quelques images fort drôles dont j’ai émaillé les commentaires de mon propre signalement sur seenthis, il y avait notamment celle que je trouvais la plus admirable et la plus significative de cette œuvre gigantesque d’imposture - à la fois l’œuvre et les moyens dévolus à cette imposture - c’était une photographie de Bernard-Henri Lévy faisant semblant d’écrire. Et une autre encore plus désopilante - si une telle chose est possible - dans laquelle il était représenté travaillant à l’accrochage d’une exposition d’art contemporain de son cru - une exposition inconnue de moi, qui pourtant me tiens plus ou moins au courant de ce qu’il se passe en matière d’art contemporain - et dans laquelle figuraient deux œuvres de - vous êtes bien assis - - Guy Debord - le retournement du sens et des valeurs est un domaine qui ne semble pas avoir de bords visibles.

    Je remarquais que toutes ces images dont très peu avaient été dûment créditées devaient pourtant toutes avoir le ou la même photographe, pour être à ce point comparables en autant de points, l’éclairage, l’exposition et un cadrage d’une remarquable constance, usant et abusant du truc, très connu des photographes en 35mm, qui consiste à diviser verticalement un cadre horizontal en trois parties égales et de placer ce qui est important au tiers ou au deux tiers du cadre - works everytime -, j’en déduis, sans doute trop hâtivement, mais je pense la chose tellement plausible, que Bernard-Henri Lévy peut compter sur le ou la même photographe employés à ce grand œuvre hagiographique.

    Bon s’acharner, fut-ce avec ironie, sur un aussi médiocre sujet, il n’y avait pas de quoi être fier en somme. À vaincre sans péril on triomphe sans gloire. Ce que @reka n’a pas manqué de faire remarquer, mais pas en alexandrins. Pour @reka la cause de la ridicule imposture est entendue, c’est perte de temps et d’énergie d’y revenir, je dois convenir que l’argument n’est pas sans force.

    Oui, mais.

    Que l’imposture de Bernard-Henri Lévy soit aussi immanquable désormais qu’un élé-phant dans un couloir j’en conviens aisément. En revanche tout à la lecture de sa tribune hebdomadaire, qui me faisait tellement rire - et je devrais sans doute m’interroger sur les raisons d’un rire aussi mauvais de ma part sur des sujets qui sont, en fait, tout sauf drôle, une prochaine fois peut-être, un examen de conscience, promis -, je n’ai pas pu m’empêcher de ressentir une certaine commisération envers - tenez-vous bien ! - Sarkozy ! Est-ce que le fait que seul le fou du village vous défende, et le fasse aussi bruyamment, ne rejaillit pas en mal sur votre réputation, fasse rire, voire, vous contamine d’imposture - Certes l’imposture de Bernard-Henri Lévy crève les yeux - et il ne faut pas être grand clerc pour la relever - mais est-ce que justement cela ne pourrait pas avoir quelque utilité pour éclairer d’autres impostures moins visibles moins facilement discernables ? La justice qui s’intéresse à rien moins que dix affaires différentes dans lesquelles Sarkozy serait impliqué, n’est-elle pas en train, elle, de démasquer une imposture bien plus grande, aux ramifications encore plus vastes et nettement plus discrètes, accordons-lui cela, que celle, pachydermique, de Bernard-Henri Lévy ? Et n’y aurait-il pas quelque intérêt supérieur à démasquer cette imposture du pouvoir et de son abus, et toutes celles qui, nul doute, vont se retrouver en pleine lumière dans un jeu de domino, dont j’espère qu’il me sera donné assez de vie pour assister à la chute de ses premiers rangs.

    Ces dernières semaines, le battage médiatique et les compte-rendus d’audience du procès dit de Tarnac m’ont curieusement fait regagner un peu de crédibilité politique au sein de communautés pourtant étanches à toute pensée autonome ou anarchiste, que ce soit dans mon environnement professionnel, familial voire amical : ce n’est pas le plus petit des mérites de ceux de Tarnac d’avoir à la fois l’intelligence et l’extrême courage de saisir l’occasion de leur procès pour en faire une lutte politique et dans le cas présent mettre à jour une nouvelle imposture d’État, et ce faisant, on ne peut que se réjouir : à la fin les choses vont finir par se voir.

    Mon cher @reka, il n’est donc peut-être pas complétement inutile de maintenir les im-postures dans la lumière, surtout quand il est loisible d’opérer des liaisons de contagion entre les différentes impostures, et, in fine, créer et favoriser les conditions de la contagion.

    #pendant_qu’il_est_trop_tard

    • Hello hello :

      J’ai lu avec attention ton texte, je dois avouer que je suis authentiquement impressionné, et je commence à revoir ma position ... A condition que ces incursions dans ces mondes crapuleux et nauséabonds n’endommagent pas, par ailleurs, notre capacité à créer, à apprendre et à découvrir tout ce qui ensoleille notre vie, tout ce qui nous enrichit intellectuellement et émotionnellement.

      Mais je reste quand même incertain quant à donner trop de lumière à des phénomènes marketing de cette espèce, obscène à ce point de récupérer le grand Guy Debord à son propre profit...

    • @reka Le but est moins de te convaincre que de réfléchir un peu à voix haute. Mais je comprends aussi que tu raisonnes de la même manière que Sacha Guitry : que l’on parle de cette boursoufflure en bien ou en mal, on est, en fait, en train d’en parler et sans doute que le silence serait à la fois préférable et autrement efficace. Je n’ai, sur le sujet, aucune certitude.


  • Une discussion avec Aude Lancelin sur l’état (désastreux) de la presse hexagonale - VICE
    https://www.vice.com/fr/article/interview-aude-lancelin-le-monde-libre

    On est passé du grand patron de presse à l’idéologie bien affirmée à des actionnaires voraces, en fait. Des mecs fascinés par « le progrès » et tout ce qui dissimule le néolibéralisme le plus classique.

    Absolument. Ces gens-là ont un tout autre rapport à la presse qu’un Robert Hersant ou un Serge Dassault, qui ont pourtant longtemps fait pousser des cris d’orfraie à la gauche. Il ne s’agit plus de s’offrir un titre pour soutenir tel ou tel camp, on est passé à un autre âge de la propagande, plus insaisissable, plus dangereux par conséquent. Au sens large, il s’agit en effet d’imposer une vision libérale du monde, où la casse sociale la plus sordide se voit réenchantée en modernité ubérisée, de promouvoir un monde fluide, pseudo-innovant, sans alternative. Il s’agit également d’infuser dans le milieu du journalisme de nouvelles méthodes de « management », importées d’autres univers, comme celui de la banque. Personnellement je parlerais de saccage.
    […]
    À terme, je ne pense pas que Le Monde puisse être une réussite économique, même si pour le moment, jouer la carte « quotidien de référence » s’avère bien sûr un recours efficace. À cet égard, sa dernière innovation, le #Décodex

    Ça, je comptais vous en parler.

    Personnellement, ça m’a beaucoup fait rire. Comment les journalistes d’un groupe appartenant à deux milliardaires issus du luxe et des télécoms et un banquier d’affaires peuvent-ils se penser bien placés pour décerner des points de bonne conduite intellectuelle à qui que ce soit ? Comment peut-on notamment attendre d’un tel titre qu’il promeuve des idées dérangeantes ?

    Le cas des Crises, l’un des rares sites alternatifs en ce qui concerne les affaires internationales, est particulièrement évocateur. Son approche de la crise ukrainienne, à rebours de celle du Monde qui est plus ou moins réglée sur celle d’un Bernard-Henri Lévy, lui a sans doute valu cette mise à l’index. Ne peut-on pourtant dire que ce dernier, #BHL, est l’un des principaux propagateurs de #fake_news des vingt dernières années en France ? Souvenez-vous du nombre d’erreurs factuelles relevées par la presse américaine dans Qui a tué Daniel Pearl ?, souvenez-vous des contrevérités brandies par ce personnage pour justifier une intervention guerrière en Libye.

    • Au-delà du cas Joffrin, la #critique des #médias n’est pas un sport très répandu chez mes confrères. Ça passe souvent pour un manque de « #confraternité ». On entend souvent ce terme-là, que je n’ai pour ma part jamais compris. Si vous êtes charcutier, devez-vous vous sentir solidaire d’un confrère qui mettrait de la viande avariée dans ses saucisses ? C’est très curieux comme idée. Personnellement, je ne me sens nullement solidaire de David Pujadas, de Ruth Elkrief ou d’Arnaud Leparmentier. Nous ne faisons tout simplement pas le même métier, eux et moi. En réalité, la « confraternité » est bien souvent une façon de se serrer les coudes, de défendre des positions de pouvoir. Aussi bien Guy Hocquenghem que Karl Kraus ou George Orwell, tous journalistes à leur façon, ont insisté sur la nécessité, pour les journalistes, de mener une critique impitoyable de leur propre profession.

      #journalisme

    • Pas vraiment le temps mais oui, moi aussi, j’ai des réserves sur les positions d’Aude Lancelin même si je trouve certaines de ses positions vraiment pertinentes et parfois courageuses (mais d’une certaine manière elle est aussi un produit de ce système, et elle y est intégrée). Une autre chose me gêne, mais c’est peut-être le média « Vice » qui l’a imposé, c’est ces grands portraits d’elle. D’un côté elle critique les cultes de la personnalité, le spectacle affligeant de ces « journalistes paillettes », de l’autre elle ne refuse pas d’apparaître comme ceux qu’elle critique. Ce n’est pas l’essentiel, juste un symbole ici. Le plus important c’est bien sur les idées et les constats. Je garde en réserve pour développer plus tard, j’aurai sans doute envie d’y revenir.



  • Frémir plutôt que réfléchir
    La stratégie de l’émotion
    Anne-Cécile Robert

    Illustration : Jean-Baptiste Greuze. - « Une jeune fille, qui pleure son oiseau mort », 1765 Bridgeman Images - Scottish National Gallery, Edinburgh

    Il en est de la démocratie comme des grenouilles. Une grenouille jetée dans une bassine d’eau bouillante s’en extrait d’un bond ; la même, placée dans un bain d’eau froide sous lequel le feu couve, se laisse cuire insensiblement. De multiples phénomènes se conjuguent pour « cuire » insidieusement les démocraties, à rebours de l’effet que produit un coup d’Etat avec ses militaires et ses arrestations d’opposants sur fond de Sambre-et-Meuse tournant en boucle à la radio. Tel l’innocent frémissement d’une eau qui bout, les dégâts occasionnés n’apparaissent jamais qu’au fil d’une juxtaposition dédramatisante. Les combustibles qui alimentent le feu sous la marmite ont été abondamment décrits ici et là (1). On s’est, en revanche, assez peu arrêté sur le rôle que joue l’invasion de l’espace social par l’émotion. Les médias y contribuent abondamment, sans qu’on mesure toujours ce que ce phénomène peut avoir de destructeur pour la démocratie et la capacité de penser.

    Il suffit de taper « l’émotion est grande » sur un moteur de recherche pour voir défiler une infinité de nouvelles, du banal fait divers aux attentats qui ont récemment ensanglanté l’actualité de Beyrouth à Ouagadougou. Ainsi, « l’émotion est grande » dans le monde après les crimes du 13 novembre dans la capitale française ; mais elle l’était aussi quelque temps auparavant à Petit-Palais-et-Cornemps après l’accident de bus qui a coûté la vie à 43 personnes (FranceTV Info, 24 octobre 2015), à Calais lors de la démolition des bâtiments du vieil hôpital (France 3, 20 novembre 2015) ou encore à Epinac, d’où est originaire Mme Claudia Priest, enlevée en Centrafrique début 2015 (Journal de Saône-et-Loire, édition d’Autun, 21 janvier 2015). Elle l’était également en fin d’année « pour Brigitte, enfin locataire d’un appartement, qu’elle a pu meubler grâce aux clubs de services du Mont-Dore » (Les Nouvelles calédoniennes, 6 janvier 2016).

    On pourrait prolonger à l’infini une liste d’exemples qui ne traduit aucune hiérarchie autre que celle du ressenti réel ou supposé des populations et de ceux qui les observent. Les médias ne sont pas seuls à jouer de l’accordéon émotionnel. Les responsables politiques s’y adonnent également, notamment lorsqu’il s’agit de masquer leur impuissance ou de justifier, comme si elles relevaient de la fatalité, les mesures qu’ils s’apprêtent à prendre. Il en est ainsi en matière migratoire, où la précaution compassionnelle est de mise avant de se lancer dans l’explication alambiquée de l’impuissance européenne. De M. François Fillon, député du parti Les Républicains, au premier ministre Manuel Valls, « insoutenable » fut sans doute le mot le plus employé pour qualifier l’image du petit réfugié syrien Aylan Kurdi gisant sans vie sur une plage de Turquie, le 2 septembre 2015, avant qu’on décide de ne rien faire pour tarir les sources du désespoir migratoire. Dans un registre moins tragique, les commentateurs ont souligné l’« émotion » du ministre des affaires étrangères Laurent Fabius scellant, des larmes dans la voix, un accord pourtant bien fragile à la fin de la 21e conférence des Nations unies sur le climat (COP21) à Paris (2). Enfin, devant les maires de France, le 18 novembre 2015, le président François Hollande eut un lapsus révélateur : il évoqua « les attentats qui ont ensangloté la France ».

    Foules mutiques des marches blanches

    Paravent de l’impuissance ou de la lâcheté politique, le recours à l’émotion peut avoir des conséquences dramatiques immédiates. Ainsi, l’avocat de M. Loïc Sécher, Me Eric Dupont-Moretti, a qualifié de « fiasco dû à la dictature de l’émotion » l’erreur judiciaire dont a été victime son client. Ouvrier agricole, M. Sécher avait été accusé de viol par une adolescente. Après des années d’emprisonnement, il s’est finalement vu innocenter par le témoignage de celle-ci, devenue majeure, qui a reconnu avoir tout inventé. Comme dans l’affaire d’Outreau, la justice a rencontré les plus grandes difficultés à revenir sur une décision erronée, prise sous l’empire de récits aussi imaginaires que spectaculaires et du souci, bien légitime, de protéger des mineurs de mauvais traitements. Les simplifications médiatiques, le culte du « temps réel », les réseaux sociaux n’encouragent pas la sérénité dans ces affaires délicates.

    Au-delà de la simple sortie de route politico-médiatique, l’émotion devient l’un des ressorts majeurs de l’expression sociale et du décryptage des événements. Même les chefs d’entreprise sont incités à faire de leur « intelligence émotionnelle » un outil de management, tandis que leurs salariés peuvent y recourir pour obtenir une augmentation (3). L’un des symboles les plus visibles de l’invasion de l’espace public par l’émotion est le phénomène grandissant des marches blanches. La plupart du temps spontanées, celles-ci rassemblent, à la suite d’un accident ou d’un crime particulièrement odieux, des foules parfois immenses à l’échelle des villes et des villages où elles se déroulent. La première eut lieu en 1996 en Belgique, lors de l’arrestation du pédophile Marc Dutroux. Elles sont dites « blanches » car elles renvoient à la non-violence et à l’idéal de paix. Elles expriment l’indignation face à des agissements aussi insupportables qu’incompréhensibles.

    Aucun slogan, aucune revendication ne les accompagne. Des foules délibérément mutiques s’ébranlent, plaçant souvent en tête de cortège des enfants, symboles d’innocence et de foi dans l’avenir, portant parfois des bougies. Le philosophe Christophe Godin y voit l’expression d’une « crise de société » caractérisée par l’« empire des émotions » auquel « cette pratique donne un écho considérable » (4). Ces processions des temps nouveaux sont à rapprocher de la valorisation omniprésente de la figure de la victime, parée de toutes les vertus et à laquelle on rend un hommage absolu, sans s’interroger, par un processus d’empathie. « Cela aurait pu être moi », répètent significativement les personnes interrogées sur un fait divers tragique ou criminel. Toute catastrophe s’accompagne ainsi du déploiement théâtral de cellules d’aide psychologique. Les procès de la Cour pénale internationale prévoient désormais des espaces de parole pour les victimes, sans lien avec les nécessités de la manifestation de la vérité dans une affaire donnée, ni interrogation sur les chocs préjudiciables à la sérénité des délibérations que peuvent provoquer ces témoignages souvent aussi sensationnels qu’inutiles.

    Le culte de la victime a trouvé en France une illustration symptomatique dans le projet - finalement abandonné - de transfert au Panthéon des cendres d’Alfred Dreyfus, objet d’une campagne antisémite d’une rare violence dans les années 1890. Ne confond-on pas ici victime et héros ? Le capitaine n’a fait que subir douloureusement les événements ; à aucun moment il n’a agi d’une manière qui le distingue. A l’opposé, le lieutenant-colonel Georges Picquart, congédié du ministère de la guerre et radié de l’armée pour avoir dénoncé le complot ourdi contre Dreyfus, pourrait bénéficier à bon droit de l’attention des panthéonisateurs les moins regardants et rejoindre Emile Zola. Autre exemple de confusion victimaire : le choix de rendre hommage aux victimes des attentats de Paris dans la cour des Invalides, lieu pensé par Louis XIV pour les soldats blessés au front. La cérémonie a accordé une large place à l’émotion, mise en scène devant les caméras. Le psychologue Jacques Cosnier va jusqu’à parler d’une société « pathophile (5) ». La philosophe Catherine Kintzler s’inquiète quant à elle de la « dictature avilissante de l’affectivité (6) ».

    L’émotion pose un redoutable défi à la démocratie, car il s’agit, par nature, d’un phénomène qui place le citoyen en position passive. Il réagit au lieu d’agir. Il s’en remet à son ressenti plus qu’à sa raison. Ce sont les événements qui le motivent, pas sa pensée. Les marches blanches n’ont aucune conséquence pratique : la justice demeure sans moyens, la société continue de se décomposer. D’ailleurs, on n’a encore répertorié aucune marche blanche pour le suicide d’un chômeur ou l’assassinat d’un inspecteur du travail. « L’émotion est subie. On ne peut pas en sortir à son gré, elle s’épuise d’elle-même, mais nous ne pouvons l’arrêter, écrivait Jean-Paul Sartre. Lorsque, toutes voies étant barrées, la conscience se précipite dans le monde magique de l’émotion, elle s’y précipite tout entière en se dégradant (...). La conscience qui s’émeut ressemble assez à la conscience qui s’endort (7). »

    A la « stratégie du choc (8) » décryptée par Naomi Klein, faut-il ajouter une « stratégie de l’émotion » ? La classe dirigeante s’en servirait pour dépolitiser les débats et pour maintenir les citoyens dans la position d’enfants dominés par leurs affects. L’émotion abolit la distance entre le sujet et l’objet ; elle empêche le recul nécessaire à la pensée ; elle prive le citoyen du temps de la réflexion et du débat. « L’émotion s’impose dans l’immédiateté, dans sa totalité, nous explique M. Claude-Jean Lenoir, ancien président du cercle Condorcet-Voltaire. Elle s’impose au point que toute conscience est émotion, est cette émotion. L’émotion demeure l’ennemie radicale de la raison : elle n’essaie pas de comprendre, elle "ressent". On doit cet état de fait contemporain sans doute aussi à l’influence et à l’émergence des réseaux sociaux. De distance, aucune ! On "tweete", on "gazouille" à tour de bras. Se dégradent le sens critique, la culture, la recherche de la vérité. On "balance". »

    La valorisation de l’émotion constitue ainsi un terreau favorable aux embrigadements guerriers des philosophes médiatiques toujours prêts à soutenir une guerre « humanitaire », à l’instar d’un Bernard- Henri Lévy dans l’expédition de Libye en 2011. Mais aussi un terreau plus quotidiennement favorable aux mécaniques du storytelling (9) et aux fausses évidences du populisme. A la veille de l’élection présidentielle de 2002, l’agression du retraité Paul Voise, montée en épingle par les médias, avait suscité un déluge de discours réactionnaires sur la « lutte contre la délinquance ». Dans son fameux discours de Dakar, en 2008, M. Nicolas Sarkozy avait pu affirmer : « Je crois moi-même à ce besoin de croire plutôt que de comprendre, de ressentir plutôt que de raisonner, d’être en harmonie plutôt que d’être en conquête... »

    Mais la marche blanche vient aussi combler un vide laissé par les formes collectives d’action, comme le syndicalisme ou le militantisme politique. Il n’est sans doute pas anodin, d’ailleurs, que le phénomène soit né en Belgique, aux grandes heures de la décomposition de l’Etat central, et qu’il se soit particulièrement développé dans le nord de la France, où la désindustrialisation a eu des conséquences dévastatrices sur le tissu social. Face aux souffrances et à la crainte de l’avenir, l’émotion réhumanise ; elle s’oppose au cynisme. Elle fait aussi du bien. Elle soulage d’autant plus qu’elle est partagée, comme lors d’une cérémonie aux Invalides. Elle conjure brièvement le sentiment pesant de l’impuissance en permettant une communion, certes un peu primitive, face à la dureté des temps. « Un téléspectateur ému chez lui par un crime ou par le massacre de Charlie Hebdo est seul, explique encore Godin. La marche blanche lui permet de partager son émotion. Le phénomène est évidemment social. Et en même temps très équivoque. » En ce sens, l’émotion ne traduit-elle pas un désir confus de « (re)faire société », de retisser le lien social ?

    Interrogée sur l’absence de processus révolutionnaire dans une France pourtant en pleine régression sociale et politique, l’historienne Sophie Wahnich explique (10) que la révolution de 1789 peut aussi s’analyser comme l’aboutissement d’un long processus de politisation de la société, entamé au sein des assemblées communales de l’Ancien Régime. Les Français avaient pris l’habitude d’y échanger d’abord sur les affaires locales ; ils perpétuèrent cette habitude lors des événements liés à la convocation des états généraux durant l’année 1789. La profondeur de la crise politique actuelle tient aussi au fait que cet espace public a progressivement disparu.

    Si donc la marche blanche est en quelque sorte le stade primaire du ravaudage du tissu politique, la perspective change. Elle est ainsi « implicitement politique », selon Godin ; il y voit une récrimination non dite contre la puissance publique qui « ne protège plus ». On se souvient que la première marche, en Belgique, avait aussi pour but de protester contre l’incurie de la police et de la justice dans la poursuite d’un criminel qui avait échappé à leur vigilance. Pour contribuer à la reconstruction de la démocratie, le processus devrait alors prolonger les liens tissés dans l’émotion et mener à leur politisation progressive.

    La métaphore de la grenouille trouve d’ailleurs un pendant chez Voltaire, qui racontait l’histoire de deux d’entre elles tombées dans une jatte de lait. La première se met à prier sans bouger, finit par s’enfoncer et se noie ; la seconde se débat tant et si bien que le lait devient beurre. Elle n’a plus alors qu’à prendre appui sur cet élément solide pour sauter hors de la jatte.

    Note(s) :

    Jean-Baptiste Greuze. - « Une jeune fille, qui pleure son oiseau mort », 1765 Bridgeman Images - Scottish National Gallery, Edinburgh
    (1) Lire par exemple Jean-Jacques Gandini, « Vers un état d’exception permanent », Le Monde diplomatique, janvier 2016.
    (2) Lire Philippe Descamps, « Le pari ambigu de la coopération climatique », La valise diplomatique, 19 décembre 2015.
    (3) Cf. David Goleman, L’Intelligence émotionnelle, J’ai lu, coll. « Bien-être », Paris, 2003. Lire Manière de voir, no 96, « La fabrique du conformisme », décembre 2007-janvier 2008.
    (4) Christophe Godin, « "La marche blanche est un symptôme d’une société en crise" », L’Obs, Paris, 26 avril 2015.
    (5) Jacques Cosnier, Psychologie des émotions et des sentiments, Retz, Paris, 1994.
    (6) Catherine Kintzler, « Condorcet, le professeur de liberté », Marianne, Paris, 6 novembre 2015.
    (7) Jean-Paul Sartre, Esquisse d’une théorie de l’émotion. Psychologie, phénoménologie et psychologie phénoménologique de l’émotion, Hermann, Paris, 1938 (rééd. : Le Livre de poche, Paris, 2000).
    (8) Naomi Klein, La Stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Actes Sud, Arles, 2008.
    (9) Lire Christian Salmon, « Une machine à fabriquer des histoires », Le Monde diplomatique, novembre 2006.
    (10) Conférence publique à l’université de Nancy, 26 octobre 2015.

    Source : Le Monde diplomatique - Février 2016, p. 3

    #démocratie


  • BHL inaugure la chaîne info d’un milliardaire israélo-ukrainien et parle au nom de François Hollande
    http://www.brujitafr.fr/article-bhl-inaugure-la-chaine-info-d-un-milliardaire-israelo-ukrainien-et

    Découvrez les images d’un Bernard-Henri Lévy transmettant les « salutations de François Hollande » au peuple ukrainien. UKRAINE : Un jour il sera trop tard pour avoir honte. Il ne dispose d’aucun mandat diplomatique officiel. Cela ne l’empêche visiblement pas de s’exprimer au nom de la France. Dimanche 24 août, l’Ukraine célébrait sa fête nationale. À cette occasion, l’écrivain Bernard-Henri Lévy, particulièrement proche du nouveau président Petro Porochenko, s’est exprimé sur une chaîne de télévision inaugurée en ce jour et dénommée Ukraine Today. Cible visée par ce média : le public anglophone d’Europe de l’ouest. (...)


  • Echorouk Online - Libyan opposition : « The National Transition Council will never establish relations with Israel »
    http://www.echoroukonline.com/eng/world/13536-libyan-opposition-the-national-transition-council-will-never-e

    “I firmly deny as baseless the recent declaration made to this effect by French writer and philosopher Bernard Henri-Levy on behalf of the Libyan national transition council”, Roka asserted.

    He stressed that the NTC had never asked Henri Levy to convey any message of this sort to the Zionist entity leaders as alleged by the troublesome French writer and philosopher.

    Il n’arrête pas de se faire des amis, en ce moment, notre BHL.