person:ilan halimi

  • Entretien avec le collectif Juives et Juifs révolutionnaires
    https://www.revue-ballast.fr/entretien-avec-le-collectif-juives-et-juifs-revolutionnaires

    En l’espace d’une décennie, Ilan Halimi était assassiné, des enfants juifs étaient abattus dans une école toulousaine et quatre clients de l’Hyper Cacher tombaient à Paris sous les balles de Daech. En 2018, on enregistrait sur le territoire français plus de 350 actes antisémites : croix gammées, symboles fascistes et suprématistes blancs, profanations de cimetières, etc. Le collectif Juives et Juifs révolutionnaires a vu le jour trois ans plus tôt. Leurs objectifs ? Que la lutte contre l’antisémitisme s’inscrive au sein de la lutte antiraciste, aux côtés de toutes les minorités discriminées ; que la solidarité à l’endroit de la cause palestinienne s’établisse en toute occasion sur des bases anticolonialistes et jamais racistes ; que le combat contre l’antisémitisme s’ancre au sein de la lutte des classes (...)


  • Michèle Sibony : « L’antisémitisme n’est pas le #Racisme le plus virulent mais le plus manipulé »
    https://nantes.indymedia.org/articles/44817

    État d’Exception : une inscription « Juden » sur la vitrine d’une boutique Bagelstein, des tags de croix gammées sur les portraits de Simone Weil, la dégradation du lieu de mémoire d’Ilan Halimi… Quelle est ta lecture des actes antisémites des derniers jours ?

    #Répression #Resistances #-ismes #en #tout #genres #_anarch-fémin #antifascisme #Racisme,Répression,Resistances,-ismes,en,tout,genres,_anarch-fémin…,antifascisme


  • Plusieurs questions sincéres
    https://nantes.indymedia.org/articles/44572#comment-299766

    Je sais bien que plus rien n’est en mesure de choquer personne aujourd’hui. Au-delà de la question posée plus haut, l’intitulé de la manif [https://paris.demosphere.net/rv/67842] est hallucinant. Le problème serait-il "les actes antisémites et leur instrumentalisation" ou bien l’#antisémitisme ? La réponse semble claire dans ce texte.

    On apprend que le #racisme est un produit de LREM (fondé en 2016…) et que les actes antisémites sont instrumentalisés par « des ambassades et officines », un mot qui en dit long sur les fantasmes #conspirationnistes et antisémites, parce qu’il est clair qu’on ne parle pas ici de l’ambassade russe ou syrienne…
    Ensuite, il est dit que "Les tags antisémites du week-end du 9 Février comme la dégradation du lieu de mémoire d’Ilan Halimi s’inscrivent dans le contexte de cette période de brouillage politique et informatif. " Que faut-il comprendre à part que la revendication principale de ces braves gens est bien la déspécification du caractère antisémite de ces actes ? Mais pour quoi faire ? On pourrait penser qu’il s’agit là d’un refus de séparation des racismes, qui sont tous en effet une même gangrène (c’est d’ailleurs à ce titre que l’on pourrait critiquer le terme « antisémitisme », comme on pourrait critiquer « négrophobie », « islamophobie », « rromophobie » etc.), mais à vrai dire, alors que l’on cherche à invalider le caractère "antisémite" d’un tag, on nous parle de négrophobie, islamophobie, rromophobie, elles, bien réelles et dont les instrumentalisations eventuelles ne sont jamais questionnées... En tout ici (qu’en est-il au passage des ouvriers d’Europe de l’est, des immigrés hindous, sri lankais, bengladais, etc etc.). Le but est donc clair. Il s’agit de nous expliquer que l’antisémitisme, en fait, on n’en a rien à foutre, qu’on manifeste pour le crier haut et fort et que c’est cela qui fait de nous des subversifs... Non mais sérieux on se réveille !?

    L’ennemi, ce serait donc le CRIF et autres « officines » qui dirigent le monde. Exit le capital, l’Etat et les rapports de domination.
    Les anciens se rappelleront du militant Pierre Guillaume et de ses amis, dans les années 80, ceux qui ne connaissent pas trouveront rapidement des informations en tapant son nom dans google (et qui voudra aller plus loin pourra aussi taper « Serge Thion », « La Banquise » ou « Le Brise-Glace » pour en savoir un peu plus sur une mouvance que l’on croyait encore il y a peu, éteinte. Mais que l’on retrouve aujourd’hui à nouveau décomplexée par des appels de manifs pareils, qui auraient été impossible il y a dix ans, grâce une vigilance antifasciste réelle qui n’a plus lieu (mais où sont passé REFLEX, La Horde et les autres ???).

    On fait beaucoup d’efforts pour affirmer également que l’antisémitisme en France ne serait que le fait d’une vieille extrême-droite de type vieille France... Mais rappelons-nous, parmi les signataires, par exemple le PIR (et d’autres) pour qui l’enjeu principal de l’antiracisme aujourd’hui (dans le livre de son leader Houria Bouteldja édité à la fabrique) est de combattre, avec la négrophobie, l’islamophobie ou la rromophobie, non pas l’antisémitisme, mais le "philosémitisme d’Etat", c’est de dézinguer les "chouchous de la république", c’est le nom qu’elle donne aux juifs dans son livre "Les blancs, les juifs, et nous".

    Concrètement il y a une manifestation de la bourgeoisie contre l’antisémitisme. Les pseudos "antifas" de l’AFA n’ont ils pas mieux à faire que d’organiser une CONTRE-MANIFESTATION contre la récupération des actes antisémites à des fins anti-anti-sémites, et d’organiser en fin de compte une manif contre le "philo-sémitisme d’Etat" ?
    On savait l’AFA complétement perdue politiquement, à organiser des meetings avec Bouamama à coup de hashtag « make anti-imperialism great again », à manifester avec des pancartes « touche pas à mon prophète » après les attentats, à lutter contre le « racisme structurel » des anarchistes avec leurs grosses couilles de machos, d’ailleurs tous exclusivement blancs des quartiers huppés de la capitale, et à régler leurs différends politiques par le tabassage et l’intimidation.

    Contre l’Etat et ses manifs de récupération du refus du racisme et de l’antisémitisme
    Mais aussi contre les racistes qui contre-manifestent pour l’antisémitisme sous pavillon pseudo antifasciste

    Voila, merci aux modérateurs de ne pas me censurer, j’essaye d’argumenter rationnellement malgré ma colère (je hais le racisme au fin fond des mes entrailles et pas seulement parce qu’il a lézardé ma vie).


  • Oh, encore une loi pour « réguler » les réseaux sociaux en concevant des « règles de droit innovantes » avec… Facebook. Si c’est pas la définition du #peigne_cul, ça…

    Edouard Philippe annonce une loi pour réguler les contenus sur les réseaux sociaux "avant l’été"
    https://www.ozap.com/actu/edouard-philippe-annonce-une-loi-pour-reguler-les-contenus-sur-les-reseaux-sociaux-avant-l-ete/574697

    Après la loi anti-fake news, les réseaux sociaux toujours dans le viseur du gouvernement. Hier soir, depuis l’hôtel de Matignon, Edouard Philippe a tenu un discours inaugural lors de la première cérémonie de remise du prix Ilan Halimi, dédié notamment à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Au cours de ce discours, le chef du gouvernement a évoqué l’arrivée d’un nouveau dispositif de lutte contre les dérives observées sur les réseaux sociaux. « Nous allons lancer avec Facebook une expérimentation pour concevoir des règles de droit plus innovantes et plus adaptées afin de réguler les contenus sur les plateformes et les réseaux », a annoncé Edouard Philippe.

    Ah, donc, toujours cette même lubie de la responsabilité des intermédiaires techniques (« la vieille classification des éditeurs »… ?) et la censure privée, conneries qu’on en bouffe depuis 25 ans…

    « La consultation régulière de ces réseaux montre que le travail est devant nous (...) Notre objectif est d’inscrire les mesures nécessaires dans un texte législatif qui sera présenté avant l’été et de faire en sorte de ne pas s’arrêter à la vieille classification des éditeurs pour pouvoir effectivement obtenir des résultats et responsabiliser ceux qui n’ont pas le droit de ne dire qu’ils sont responsables de rien de ce qui est publié », a détaillé le Premier ministre. Reste à voir quels seront les contours de l’arsenal législatif à venir. Le rapport de 20 propositions sur la lutte contre la haine sur internet, commandé par Matignon dans le cadre de son deuxième plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme et remis par la député Laetitia Avia (LREM) en septembre dernier, semble tout désigné.

    Je signale à tout hasard que je n’ai pas 37,5 millions d’euros à dépenser sur Seenthis :

    Ce rapport propose notamment de s’aligner sur une loi allemande en obligeant les plateformes à retirer les publications signalées et qui apparaissent comme « manifestement » illégales dans un délai de vingt-quatre heures. Celui-ci serait ramené à seulement une heure pour les contenus à caractère terroriste. En cas de non-respect de cette disposition, les auteurs du rapport proposent une amende qui pourrait s’élever jusqu’à 37,5 millions d’euros. Ils préconisent également l’instauration d’un logo, qui serait commun à tous les réseaux sociaux et qui permettrait aux internautes de signaler la présence de contenus racistes.

    Et la très prévisible instrumentalisation de l’affaire de la « ligue du LOL », dont on sait pourtant très bien qui sont les acteurs, et lesquels d’entre eux sont désormais de respectables responsables dans de respectables journaux pas du tout anonymes…

    La question de l’anonymat pourrait aussi être un volet de la loi que prépare l’exécutif. Après l’éclatement de l’affaire de la « Ligue du LOL », Laetitia Avia s’est insurgée sur Twitter : « L’anonymat sur les réseaux sociaux encourage un sentiment d’impunité pour ceux qui s’autorisent à harceler, humilier et insulter ». « La loi contre la haine sur internet permettra de mieux lever cet anonymat lorsque ces délits sont commis » a-t-elle annoncé. Emmanuel Macron lui-même a fait connaître à plusieurs reprises sa position sur l’anonymat en ligne. Le 18 janvier dernier, à Souillac, le chef de l’État s’était dit favorable à « une levée progressive de toute forme d’anonymat (sur les plateformes) ».

    • Nous allons lancer avec Facebook une expérimentation pour concevoir des règles de droit plus innovantes et plus adaptées afin de réguler les contenus sur les plateformes et les réseaux

      Suis-je seul à devoir me frotter les yeux pour comprendre cette phrase ? Est-ce que si je la transpose dans un autre contexte c’est plus facile à comprendre ? Je vais essayer.

      Nous allons lancer avec Total une expérimentation pour concevoir des règles de droit plus innovantes et plus adaptées afin de réguler la pollution en mer

      Nous allons lancer avec la BNP une expérimentation pour concevoir des règles de droit plus innovantes et plus adaptées afin de réguler les marchés financiers

      Nous allons lancer avec la mafia une expérimentation pour concevoir des règles de droit plus innovantes et plus adaptées afin de réguler le commerce des stupéfiants.


  • La colère des élus d’origine asiatique contre « le racisme anti-asiatique » - leJDD.fr
    http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/La-colere-des-elus-d-origine-asiatique-contre-le-racisme-anti-asiatique-806863

    Le racisme envers les Asiatiques a été, en effet, souvent nié par la société française et parfois par les victimes elles-mêmes. On comprend mieux alors les réactions prudentes et tardives des médias, du monde politique et des organisations de lutte contre les discriminations. Le silence n’est pas dû au hasard, mais à l’image fantasmée que l’on associe à cette communauté. Une population que l’on dit ’travailleuse’, ’ne posant pas de problèmes’ et ’un modèle d’intégration réussie’, entend-t-on régulièrement, conséquences d’un regard apaisé sur le passé colonial, où la volonté d’aller vers l’avant prend le pas sur la rancœur. Comment peut-on alors croire à l’existence d’un racisme contre les Asiatiques ?

    Le politiquement correct autorise aujourd’hui encore à rire des Asiatiques en France, de leur physique, de leur peau, de leurs yeux bridés, de leur accent. On rit encore de leurs habitudes, de leurs coutumes, de leur travail, de leur famille, de leur hygiène, de leur commerce, de leurs vêtements. Malheureusement, derrière l’humour, qu’il soit amical ou malveillant, se cache bien souvent une forme de condescendance voire de mépris. Il n’y a pas de racisme, nous dit encore le politiquement correct, puisque ces gentils Asiatiques ne boudent pas, ne remuent ni ciel ni terre ! Circulez, il n’y a rien à voir !

    Mais, lorsque les préjugés sont à l’origine d’insultes, de vols, d’agressions et de violence, lorsque l’intégrité physique de la personne est en jeu, lorsque les idées reçues attaquent à la chair, les Asiatiques de France, et en premier lieu, les Chinois de France, descendent dans la rue, battent le pavé comme tout citoyen français, pour réclamer leur droit, le droit de vivre en sécurité, sous la protection de la puissance de l’Etat.

    Le caractère raciste d’une agression saisit alors la raison. En effet, la loi pénale considère comme aggravante, car raciste, la circonstance où l’agression est commise envers une personne en raison de son appartenance, vraie ou supposée, à une nation, à une ethnie. Or Chaolin Zhang est mort parce qu’il était chinois, victime de l’idée reçue qu’un Chinois serait riche et posséderait de l’espèce sur lui. Tout comme Ilan Halimi est mort parce qu’il était juif, parce que la famille d’un Juif serait forcément riche et offrirait la rançon demandée.

    Comment pouvons-nous encore rester muets et passifs face à ce constat ? Comment peut-on encore accepter que le silence médiatique banalise le racisme anti-asiatique, comme s’il était acceptable et aucunement scandaleux ? Indignons-nous ensemble !

    #racisme #discrimination #neo-colonialisme

    • Pourquoi les organisations antiracistes étaient discrètes lors de la manifestation de la communauté chinoise

      http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2016/09/05/pourquoi-les-organisations-antiracistes-etaient-si-discretes-lors-de-la-mani

      Fait rare dans une manifestation dénonçant des discriminations, les organisations antiracistes ont fait preuve d’une grande discrétion. Ni banderole SOS Racisme, ni drapeau du Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) ou de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), seuls quelques représentants de ces associations défilaient dans le cortège. Pourtant, contrairement aux apparences, ces trois associations avaient bien appelé à manifester entre la place de la République et celle de la Bastille dimanche.

      Lire le reportage : A Paris, manifestation massive de la communauté chinoise contre le « racisme envers les Asiatiques »

      « Le collectif d’associations de la communauté chinoise qui appelait à manifester ne souhaitait pas qu’il y ait des drapeaux autres que les leurs, raconte Sylvain Goldstein, président du MRAP 93. Tout était organisé très précisément, les banderoles étaient préparées et toutes étaient sur le même mot d’ordre, c’était très ordonné en fait. »

      « Quand on a vu leurs tracts et revendications sur la sécurité, on n’était pas forcément d’accord. On a donc du mal à soutenir à 100 % une manifestation où il y a un mot d’ordre d’appel à plus de vidéosurveillance, par exemple », confie Françoise Dumont, présidente de la Ligue des droits de l’homme (LDH).

      Même discours du côté de Dominique Sopo, président de SOS Racisme, présent à la manifestation parisienne : « Une marche qui a pour mot d’ordre officiel la sécurité, ce n’est pas exactement notre cœur de métier, une banderole SOS Racisme aurait difficilement collé au thème, finalement. »

    • @aude_v Oui, laisser proliférer, c’est le mot.
      Car le racisme fonctionne selon une mécanique en étapes bien expliquée par Tévanian. Donc il faut la stopper à chaque étape.
      http://lmsi.net/La-mecanique-raciste

      - la différenciation, c’est-à-dire la construction mentale d’une différence sur la base d’un critère choisi arbitrairement (la race, la culture, la religion, la couleur de peau…) ;

      – la péjoration de cette différence (sa transformation en stigmate, c’est-à-dire en marqueur d’infamie ou d’infériorité) ;

      – la focalisation sur ce critère et la réduction de l’individu à son stigmate (quiconque est – entre autres choses – noir, arabe, musulman ou juif, devient « un Noir », « un Arabe », « un Musulman », « un Juif », et chacun de ses faits et gestes trouve son explication dans cette identité unique) ;

      – l’essentialisation, l’amalgame, autrement dit : l’écrasement de toutes les différences d’époque, de lieu, de classe sociale ou de personnalité qui peuvent exister entre porteurs d’un mêmes stigmate (« les Noirs », « les Arabes », « les musulmans » ou « les Juifs » sont « tous les mêmes ») ;

      – la légitimation de l’inégalité de traitement par la moindre dignité des racisés (ils « méritent » d’être exclus ou violentés en tant qu’inaptes ou dangereux) [4].


  • L’Info Antiraciste : « Eperdument » dégueulasse : racolage et occultation autour d’un crime antisémite.
    http://info-antiraciste.blogspot.fr/2016/03/eperdument-degueulasse-racolage-et.html

    « Un homme, une femme. Un directeur de prison, sa détenue. Un amour impossible, une histoire vraie. »


    C’est le pitch d’Éperdument, un film de Pierre Godeau. L’"histoire vraie" dont il est question est l’assassinat antisémite avec tortures et actes de barbarie d’Ilan Halimi. Parmi les bourreaux, une jeune fille, qui joua un rôle essentiel. C’est elle qui permit le kidnapping initial d’Ilan en lui donnant rendez-vous, afin que d’autres puissent l’enlever.

    Alors qu’elle purgeait sa peine de 9 ans de prison ( elle en fit finalement 6), Emma A. eut une liaison avec le directeur de la prison, Florent Gonçalves, qui la fit bénéficier, sur la durée, de tous les droits que les autres détenues n’avaient pas. Liaison finalement dénoncée, ce qui valut au directeur une révocation et une condamnation. L’homme en fit un livre, intitulé « Défense d’aimer », où il se présente comme une victime de l’amour et de la société qui ne comprit pas cet amour. Comme il n’y a pas de petits profits, et qu’on ne vit pas que d’amour et d’eau fraîche, le livre fait aujourd’hui l’objet d’une nouvelle promotion , et les exemplaires sont accompagnés d’un nouveau bandeau reproduisant l’affiche du film .


    Ça marche visiblement. Parmi tous les films sortant ce mercredi, TF1 aura par exemple choisi « Éperdument », pour sa promo du mardi soir. Avec l’infâme petite précision qui accompagne la présentation, l’air de rien. « Inspiré d’un fait divers », puis la mention du nom d’Ilan Halimi, en passant, deux secondes , avant d’enchaîner sur les gros plans de scènes torrides et sexy et l’éloge de l’actrice.

    Certains invoqueront la liberté de création, le choix de traiter un angle et pas un autre. Foutaises. Si l’objet, c’était la thématique rebattue du geôlier et de la belle prisonnière, et seulement celui-là, il n’y avait nul besoin de rattacher la chose à l’horreur du meurtre d’Ilan Halimi.

    Non, il s’agit bien aussi de racoler autour de l’horreur. De montrer au passage des images de la vraie fille dans des poses sexy, mais les yeux floutés, de rameuter le spectateur qui avait entendu parler de l’affaire.


  • Suite au rassemblement contre l’antisémitisme du 14 février à Paris, la nécessité accrue d’un combat à mener
    http://paris-luttes.info/suite-au-rassemblement-contre-l-4904

    Communiqué du réseau No Pasaran suite au rassemblement progressiste en mémoire d’Ilan Halimi, du dimanche 14 février 2016 à Paris. — « Juives et Juifs Révolutionnaires », Aux côtés d’autres organisations (AL, Voix des Roms, FA ...etc), le réseau No Pasaran s’était associé à cette initiative, Suite au rassemblement contre l’antisémitisme du 14 février à Paris, la nécessité accrue d’un combat à mener., http://nopasaran.samizdat.net, Voir la vidéo du rassemblement, avec les interventions de l’UJRE et des JJR


  • Ilan Halimi : retour sur un crime antisémite et sur les manœuvres d’après verdict
    http://paris-luttes.info/ilan-halimi-retour-sur-un-crime-4759

    Texte du site Mémorial 98 datant de 2009 qui fait le point sur l’assassinat d’Ilan Halimi et les manipulations idéologiques qui ont suivi. — La suite à lire sur Memorial98, http://www.memorial98.org, http://info-antiraciste.blogspot.fr


  • Rassemblement progressiste en hommage à Ilan Halimi et contre tous les crimes racistes et antisémites
    http://paris-luttes.info/rassemblement-progressiste-en-4769

    Il y a dix ans, Ilan Halimi était assassiné parce que Juif. Il a été assassiné à cause de stéréotypes antisémites d’une navrante banalité. Depuis, la situation ne s’est guère améliorée. Ces dernières années, l’antisémitisme s’est fait plus violent, plus brutal, plus quotidien encore. Il en va de même du (...) — islamophobie, anti-racisme, Discrimination - Racisme, antisémitisme


  • Où sont les féministes mainstream ? (Océane Rosemarie)
    http://www.liberation.fr/debats/2015/11/05/ou-sont-les-feministes-mainstream_1411495?xtor=rss-450

    J’étais à cette marche en tant qu’alliée certes, mais aussi parce que je suis concernée : je refuse de vivre dans une société injuste, où le racisme d’Etat s’exprime quotidiennement au travers de ces abus policiers, de l’arbitraire judiciaire et carcéral. Beaucoup de gens « de gauche » m’ont reproché d’avoir signé l’appel et d’y avoir participé. Ce serait une initiative « communautariste », « identitaire », ou encore « dangereuse ». Ah bon ?

    Ce n’est pas ce que j’ai vu samedi. Ce que j’ai vu ce sont des femmes et des hommes affirmant leur dignité et dénonçant les discriminations structurelles qui les touchent. Une mère m’a expliqué s’être engagée auprès de la BAN (Brigade antinégrophobie) quand elle a eu son fils. Parce qu’elle a peur pour lui. Qu’elle se sente, elle, dans une certaine insécurité passait encore, m’a-t-elle dit, mais imaginer que son fils puisse subir ça, qu’il puisse se faire courser par des flics pour rien, que sa vie soit en danger pour rien, ça non elle ne pouvait pas le supporter. Qu’on m’explique ce qu’il y a de « communautariste » dans cette démarche.

    • Ce qu’il y a de communautariste c’est que les mêmes qui organisent cette marche (je ne parle pas des individus qui y vont sur le seul texte d’appel mais pas en creusant l’info sur les appelants) n’iront pas à une marche qui parlerait d’autres ségrégations, comme l’antisémitisme (pour ne citer que ça).
      Pour ne citer que ça, déjà quand Ilan Halimi a été torturé avant d’être tué uniquement parce qu’il était juif(https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_du_gang_des_barbares), la, petite, manif qui a suivi n’avait que des juifs dans ses rangs.
      Il n’y avait ni les grands médiatiques qui défendraient le vivre ensemble, ni les personnes qui disent aujourd’hui défendre le non-racisme.
      Ce n’est qu’un exemple, tout comme la femme citée n’est qu’un exemple.
      Tout le monde peut être contre le racisme, contre la pollution, pour la paix, mais il faut regarder qui appelle et leur histoire.
      Ça s’appelle de la politique citoyenne.

    • Peut-être parce que dans cette petite manif, il y avait (pas que mais entre autre, et non des moindres) des participants qui promeuvent (et contribuent) directement à des oppressions structurelles, et qui le revendiquent (notamment en ce qui concerne Israël). Je ne pense pas que les orgas qui étaient à la marche pour la dignité aient envie de marcher aux côtés de ça.

      Tandis qu’à la marche pour la dignité, que je sache, il n’y avait pas d’organisations officiellement oppressantes. Et c’est d’ailleurs sûrement pour ça que LÀ, il avait aussi des juifs, mais pas n’importe lesquels (UJFP + les Juifs et Juives Révolutionnaires, entre autre).

    • Le passage central : "A tous les gens de gauche, voici ce que je voudrais dire : je suis blanche, lesbienne, bourgeoise, féministe, militante des droits LGBT, j’ai été à la marche de la Dignité et je déplore l’absence de toutes les féministes dites « intersectionnelles » et de toutes celles et ceux qui partagent mes combats. A ces gens, je voudrais poser une simple question : Quand il s’est agi d’aller marcher le 11 janvier avec une pancarte « Je suis Charlie », vous êtes passés outre la présence de certains dictateurs ou de personnalités de la droite française… par ce que la « liberté d’expression » et le deuil national étaient plus importants que ça et qu’il fallait à tout prix être rassemblés autour de valeurs communes, malgré les divergences sur de multiples sujets. Alors sincèrement, pourquoi, quand il s’agit de soutenir ici aussi des familles de victimes, de combattre un racisme systémique, d’exiger que notre système judiciaire, carcéral et policier soit le même pour tous, pourquoi tout d’un coup la présence de « signataires louches » pour cet l’appel vous gêne-t-elle ? Comment justifiez-vous ces différences de traitement ?"

    • @perline j’avais pas le temps.

      Donc. Il n’y a pas grand chose de commun entre un tragique fait-divers antisémite et la manifestationen réaction à ce meurtre et une manifestation préparée depuis des mois, en réaction à une violence systémique d’État.

      Dans le cas d’I.Halimi, l’État fait le travail pour lequel on le délègue, enquête, et écarte de la société les petites frappes antisémites de merde. Il y a une forme de justice qui s’opère.

      Quand tu regardes en détail les histoires des personnes victimes de violences policières, on ne peut pas dire que la justice s’exprime dans toute sa splendeur. Je dis donc tu t’égares en comparant des manifestations qui ne portent absolument pas sur les même termes, même si les deux relèvent de la lutte contre le racisme. Après le meurtre du jeune homme, il y a eu des manifestations dans toute la France. Sur le mode de l’indignation, qui par ailleurs ne nous avance pas vraiment en terme de lutte contre l’antisémitisme et de formulation politique de cette lutte et de la convergence anti-raciste sur tous les fronts du moment et ils sont nombreux.

      Je ne vois pas ce qui te permet de dire ici, que les appelant à la marche de la dignité n’appeleraient pas à une marche de type de celles qui ont suivi le meurtre d’I.Halimi. Nombre des associations en tête de cortège n’existaient pas à l’époque car elles émanent d’un renouveau militant en provenance des quartiers populaires. Certaines associations ne manifesteraient pas au côté du CRIF, d’autres oui, c’est un procès d’intention que tu fais là.

      Un amalgame à l’emporte-pièce bien dans la tendance actuelle à toujours vouloir diviser sur la question de l’antisémitisme les mouvements antiracistes et amalgamer mouvements issus des « banlieues » et autres quartiers populaires et antisémitisme, à cause d’un soutien ouvert ou diffus à la cause palestinienne. C’est en ça que tu t’égares, selon moi.


  • Réponse du rappeur Kery James à Raphael Enthoven (1)

    Vous intitulez votre chronique « Le vrai respect à conquérir en république est l’indifférence de la couleur de la peau » Pourtant dès les premières secondes de cette même chronique vous posez la question suivante : « Que demande Kery James lorsque il demande le respect ? Qu’on le respecte en tant que noir ou qu’on le respecte en tant que citoyen français ».

    La question en elle même démontre que l’indifférence à la couleur de la peau n’est pas chose acquise en république. En effet, lorsqu’un homme noir vous demande le respect, il ne vous vient même pas à l’esprit qu’il puisse l’exiger en tant qu’être humain. Vous vous demandez immédiatement, si il l’exige en tant que Noir. Est-ce parce que vous le percevez en tant que Noir avant de le percevoir en tant qu’être humain ?

    En effet, je n’ai pas commencé ce texte en disant « J’écris ce texte en tant que noir ». Au contraire, je dis dans la même chanson « Il n’y a pas que les Noirs et les Arabes, ce sont tous les pauvres qu’ils méprisent ». C’est à dire que les pauvres, quelle que soit leur couleur de peau, sont souvent méprisés par ceux qui détiennent le pouvoir économique. Tout comme la couleur de peau de ceux qui sont riches ne dérange jamais ceux qui profitent de leur fortune. Et si je m’étais exprimé au nom d’une classe sociale et non en celui d’une race ? Pourquoi est-ce que cela ne vous a pas effleuré l’esprit ? Il est simple, mais malhonnête de ramener mon discours à des considérations raciales qui sont les vôtres, pas les miennes.

    Figurez vous que l’une des chansons les plus emblématiques de ma carrière et l’un de mes plus grands succès s’appelle justement « Y’a pas de couleur ». Cette chanson est un incontournable pour moi si bien que je l’interprète à chacun de mes concert alors qu’elle date de 2001. Je l’ai notamment interprété à Bercy le 21 Novembre 2013 devant près de 15000 personnes. Pour vous dire ô combien cette chanson et son message sont importants pour moi. La dernière fois que je l’ai interprété c’était en banlieue parisienne à saint-denis le 24 Octobre 2015. Si j’étais un raciste anti-Blanc et que ce racisme anti-Blanc avait un écho en banlieue, je n’aurai pas interprété cette chanson en seine saint-denis.

    Pour dissiper tout malentendu, si malentendu il y a, plutôt que volonté réfléchie et calculée de biaiser mon discours,laissez moi citer un court extrait de cette chanson : « Y’a pas de couleur pour être stupide, ignorant, raciste et borgne. Pas une couleur attitrée à l’absurdité. Pas une couleur qui prouve ton intelligence. Pas une couleur qui témoigne de ta tolérance ». Est-il nécessaire que je mentionne « Pleure en silence » une autre de mes chansons que j’interprète également à chacun de mes concerts en banlieue et ailleurs et dont voici un autre extrait : « La détresse n’a pas de couleur. Réveille-toi, sous combien de peaux blanches se cache la douleur ».

    A la lumière de ces deux extraits, il apparaît clairement que votre tentative de m’accuser de racisme anti-Blanc est infondée voir calomnieuse si cela est volontaire de votre part. Il en est de même pour votre rapprochement très douteux entre mes idées et celles du Front national. Prétendre que c’est ma chanson qui renforce le FN en France est un argument étonnant auquel n’adhéreront jamais ceux qui connaissent ma musique. Et moi qui pensais que c’était la crise économique et l’impuissance des gouvernements successifs à nous en sortir qui expliquait cette montée du FN. Moi qui pensais que cela s’expliquait aussi par la stigmatisation continue d’une certaine partie de la population française par la classe politique et les médias. Je vais même vous avouer un secret, leurs discours m’ont même parfois laissé penser qu’ils voulaient et organisaient la montée du FN .En fait, vous devez comprendre et accepter que quelqu’un puisse être un véritable anti-raciste tout en étant capable de dénoncer des injustices que seuls ceux qui y trouvent leurs intérêts voudraient passer sous silence.

    Vous avez également dérapé quand vous avez expliqué que lorsque je dis « J’ai abandonné l’idée qu’ils me perçoivent un jour comme un Français » cela signifie que « j’ai renoncé à l’intégration ». C’est très grave. Je suis né en Guadeloupe et je suis en métropole depuis 1985 et vous pensez encore que je dois « m’intégrer » ? Ce dérapage à lui seul justifie la totalité de mon texte auquel vous avez tenté maladroitement de vous opposer pour des raisons qui me paraissent obscures. En effet, comme vous en faîtes la démonstration, vous ne me considérez pas comme un Français puisque vous pensez que je ne devrais pas renoncer à "l’intégration".

    Vous auriez été plus pertinent et plus juste, si vous aviez fais une chronique sur l’action que je mène avec mon association ACES, comme Apprendre, Comprendre, Entreprendre et Servir. Dans ma chanson « Banlieusards » dont le leitmotiv est « On est pas condamnés à l’échec » j’écrivais « Une question reste en suspens qu’a t-on fait pour nous mêmes ? ». En effet, je refuse d’être de ceux qui pointent du doigt les problèmes et ne proposent aucune alternative. Comme je crois que la véritable révolution passe par l’éducation j’ai fondé l’ACES en 2008. Son objectif, faire du soutien scolaire et du financement d’études supérieures. Alors depuis près de 2 ans maintenant dans le cadre de l’action menée par mon association, je donne des concerts en France et même dans les départements d’outre-mer comme en Guyane par exemple. A chaque date, je reverse une partie de mon cachet personnel pour financer les études supérieures d’un jeune en difficultés économiques.

    Plus d’une dizaine d’étudiants, de toutes les couleurs ,ont bénéficié de cette bourse à ce jour. Pourquoi ne pas avoir fait une chronique sur cette tournée solidaire ? Pas assez sensationnel ? Est-ce parce que cela ne rentre pas dans le projet qui consiste à faire passe les banlieusards comme des terroristes potentiels et des délinquants ? Ou les deux à la fois ? Est-ce que c’est parce que cela contribuerai à montrer les jeunes de banlieue autrement que comme des prétendus paresseux qui ne font que se plaindre et sont incapables de se prendre en main ?

    J’essaie en ce moment de monter un documentaire sur les parcours de ces jeunes qui ont bénéficié de la bourse ACES. Ces jeunes qui, partis du plus bas, ne se contentent pas de pleurer sur leur sort. Ces jeunes qui ne s’arrêtent pas au simple constat des difficultés auxquelles ils doivent faire face mais qui se battent au quotidien. Nous avons démarché plusieurs chaînes de télévision et aucune d’entre elles ne souhaite diffuser ce documentaire. Pouvez-vous m’éclairer et me dire pourquoi ? Est-ce que vous pensez honnêtement que les émissions qui montrent une image positive des jeunes de banlieue sont assez nombreuses et que le pays n’en a pas besoin ? Est-ce que ce n’est pas plutôt l’absence de ce genre de documentaires à la télévision qui facilite la montée du FN ? Vous comprendrez peut-être en quelques mots les raisons de ma colère qui n’est pas et qui j’espère ne sera jamais une colère aveugle qui me fera sombrer dans l’idiotie et l’injustice.

    Vous ne pouvez pas prendre l’extrait d’une chanson qui n’est même pas terminée d’ailleurs et le brandir en occultant l’ensemble de ce que j’ai écris dans ma carrière discographique qui dure depuis 23 ans maintenant. Vous devez également être vigilant et faire attention à ne pas faire passer les conséquences pour les causes. Ce texte « 10 ans après » est une conséquence et non une cause. Tout comme les révoltes de 2005 étaient une conséquence et non une cause. Et pour information, lorsque j’ai écrit « Toute arrivée à son départ » cela signifiait pour moi que les conséquences ont souvent une cause connue. La phrase n’a jamais eu dans ma bouche le sens que vous lui prêtez. Heureusement, je ne suis pas encore mort et quelle interprétation peut-être plus précise que celle de l’auteur lui même ?

    Vous avez demandé sur Twitter à ce qu’on vous apporte des arguments qui vous démontrent que votre analyse est fausse et surtout qu’elle ne s’applique pas à ma personne. Vous avez dis que vous seriez ravi de vous être trompé. Je n’ai aucun doute que cette réponse brève contient non pas les arguments mais les preuves sans ambiguité que ni vous ni aucun autre média ne pourrez jamais m’accuser de racisme anti-blanc si ce n’est en ayant recours au mensonge, à la diffamation, à la déformation de mes propos et à la manipulation.

    Dans votre chronique vous nous sommez de choisir entre Malcolm X et Nelson Mandela. Si seulement vous pouviez me laisser choisir par moi même. Je pourrais peut-être me sentir inspiré par la détermination de Malcolm X tout comme par la capacité de Nelson Mandela à pardonner.

    Et puisque vous vous réclamez du pacifisme de Nelson Mandela je compte sur vous pour avoir l’honnêteté de lire cette réponse à l’antenne sans la dénaturer et de reconnaître qu’au minimum vous vous êtes hâté dans votre jugement à mon sujet. Si vous le faîtes alors là vous serez très proche du pacifisme de Nelson Mandela et vous démontrerez que le dialogue entre ce que j’appelle malgré moi les deux France est possible et n’est pas voué à l’échec.
    Je vous invite même à assister à mon prochain concert solidaire qui aura lieu à Vaux en Velin le 21 Novembre au centre culturel Charlie Chaplin à 20 heures. Concert autour duquel une bourse de 6000 euros sera attribuée à un ou plusieurs étudiants pour les aider à financer leurs études supérieures. Ce sera l’occasion pour vous de découvrir ma musique, de me rencontrer ainsi que de constater la grande diversité de mon public qui est loin, même très loin d’être composé uniquement d’Arabes et de Noirs. Vous pourrez voir par vous même, le bonheur, le courage et la détermination de certains lauréats et peut-être même la fierté et les larmes dans les yeux de leurs parents. Venez donc mettre un pied dans notre réalité et abandonnez le fantasme médiatique d’une banlieue anti-blanche.
    Si vous venez et si vous avez le courage de revenir sur vos dires, alors j’aurai la certitude que vous vous êtes simplement trompé à mon sujet et que vous êtes un homme qui sait reconnaître ses erreurs. Si vous ne le faîtes pas,ou pire encore surenchérissez, j’aurai alors la conviction que vous êtes profondément malhonnête et j’en serais peiné pour vous.

    Je souhaiterai conclure par une citation de Nelson Mandela que vous semblez chérir :

    « Je lisais beaucoup de journaux de toutes les régions, mais ils ne donnent qu’une pauvre image de la réalité, les informations qu’ils donnent sont importantes pour un combattant de la liberté non pas parce qu’elles disent la vérité, mais parce qu’elles révèlent les préjugés de ceux qui écrivent les articles et de ceux qui les lisent »
    L’aube est claire pour celui qui a des yeux.

    Kery James

    (1) http://www.europe1.fr/emissions/la-morale-de-linfo/le-vrai-respect-a-conquerir-en-republique-est-linfference-de-la-couleur-de-l

    • La réponse de Enthoven, nulle, à coté de la plaque, toujours aussi raciste.

      Et voici ma réponse à sa réponse... Je vous laisse le soin, cher ‪#‎keryjames‬, de la partager...

      Merci de cette lettre ! Vivent les désaccords.
      Un pays en paix et en bonne santé est un pays dont les citoyens peuvent s’engueuler sans se détester, et loyalement. Permettez-moi donc, sans revendiquer le dernier mot, de répondre à votre réponse.

      Que les choses soient claires : je ne vous fais aucun procès d’intention. Au contraire, je ne doute ni de la pureté de vos intentions, ni de la sincérité de vos engagements. Est-ce votre parcours qui vous a ouvert le coeur ? Peut-être. Le fait est qu’à vos yeux, et malgré votre succès, le monde n’est pas (seulement) un spectacle. Vous savez souffrir des douleurs que vous racontez. Vous êtes un homme politique, au sens noble du terme : les autres vous importent plus que vous-même, vous avez trop d’ambition pour n’être qu’un ambitieux. C’est de cette générosité-là, peut-être, que vient le talent.

      Mais (à mes yeux) la colère vous aveugle à l’instant où elle vous donne le sentiment de voir plus clair que les autres.
      Qu’il y ait des injustices, c’est un fait. Qu’il faille lutter contre, c’est une certitude, sinon le sens de la vie. Mais la France n’est pas coupée en deux. La France est coupée en mille. Le monde n’est pas seulement réparti en oppresseurs et en opprimés, ce serait trop facile. La lecture en termes de race ou de classe relève, à mon sens, d’une simplification abusive du monde. D’autant que la bonté n’est pas toujours du coté des victimes. Et la force n’est pas toujours une méchanceté. La vie n’est pas noire ou blanche, mais grise (ou marron, les jours de beaux temps).

      Contrairement à vous, je n’ai aucun message à faire passer, mon travail consiste à prélever des paradoxes dans l’actualité, et quand je tombe sur l’un d’entre eux, je suis heureux comme un chercheur d’or quand il met le doigt sur une pépite.

      Pour rédiger ma chronique, je me suis appuyé sur trois de vos textes : Banlieusards, Lettre à la République, et votre hommage (inachevé) à Zyed et Bouna. Et « je revendique » (avec votre permission) le droit d’être en désaccord frontal avec vous.
      La France a un affreux passé colonial, dont il faut enseigner les tortures. Et, sous l’alibi de valeurs universelles, le mal-nommé « pays des droits de l’homme » s’est parfois (pas toujours) conduit en bourreau. Mais la République est belle, malgré tout ; elle ne se confond pas toute entière avec cette histoire sinistre. Et rien n’est plus faux que de traquer dans ses lois le symptôme ou la puanteur d’un passé qui ne passe pas. Bien sûr, le racisme s’y porte bien (comme ailleurs en Europe) mais la France n’est pas l’Afrique du Sud (des années 80), ni l’Alabama.

      La France est un ancien empire, un géant fatigué, dont le déclin n’est plus couvert par le lyrisme d’un héros, et qui a la nostalgie de sa grandeur. Or, l’un des symptômes de cette nostalgie, c’est paradoxalement le discours même qui consiste à la prendre pour la cause de tous les maux ! Même si elle a des raisons d’être, rien n’est plus franchouillard que la détestation de la France. Rien n’est plus paternaliste (et colonial) que le discours qui tient la France pour ce qu’elle n’est plus : une grande puissance coloniale. Quand vous lisez l’actualité à l’aune d’un passé colonial, vous donnez à ce passé une force nouvelle. Et sous le déguisement d’une critique radicale, vous perpétuez l’orgueil des colons. De même que l’idée de « diversité » est une arnaque politique, un racisme à l’envers, une invention de la blancheur qui, sous couvert de respecter l’autre, l’enferme dans une certaine idée (faussement flatteuse) de lui-même, de même qu’il arrive que des débauchés deviennent des puritains sans pour autant changer de nature profonde, la métamorphose du discours colonisateur en discours pénitent ne doit pas nous induire en erreur. « L’odeur du sang, écrivez-vous, vous poursuit même si vous vous parfumez » ? Mais qui est ce « vous » ? Et quel est ce parfum ? Non, décidément. Le devoir de mémoire, ce n’est pas l’éternité d’une pénitence. Sinon, les Allemands, les Turcs, les Serbes et les Hutus seraient pour toujours en enfer.

      Dans la même chanson, vous parlez au nom de « Nous les Arabes et les Noirs » et vous demandez « comment aimer un pays qui refuse de NOUS respecter ? » Mais, encore une fois, qu’entendez-vous par là ? De quel respect parlez-vous ? de celui qu’on doit aux « arabes et aux noirs » ou de celui qu’on doit à tout individu ? Ce n’est pas moi qui réduis votre définition du respect. C’est vous-même ! Moi, je me contente de vous lire (et de vous écouter).Mon sentiment (mais je voudrais me tromper), c’est que, exacerbée par une infinité d’injustices, votre colère vous fait confondre l’universalité du respect avec le respect d’une différence. Et qu’au lieu de demander l’égalité, vous demandez réparation. Ce qui n’est pas pareil. C’est même toute la différence entre Martin Luther King et Malcolm X, entre Obama et Jeremiah Wright... C’est toute la différence entre le courage (de faire la paix) et la rage (qui prolonge une injustice en réclamant une vengeance). L’ennemi, ce n’est pas la pensée molle. L’ennemi, c’est la vengeance comme alibi d’un racisme inversé.

      Quand Mandela, au mépris de sa colère (Dieu sait s’il en avait en lui !), instaure la justice au lieu de satisfaire la vengeance, il crée les conditions de la paix. Parce que la grandeur consiste à être plus grand que soi-même, à dépasser sa propre cause et sa propre indignation pour servir la cause d’un avenir commun. Et que, comme dit Vladimir Jankélévitch, « la violence, c’est de la force faible ».

      Vous déclarez fièrement, à plusieurs reprises, que vous n’êtes pas une « victime ». Mais le ressassement, à longueur de chansons, des offenses de la colonisation, conduit à l’effet inverse : ceux dont vous prenez la défense, vous les enfermez précisément dans la catégorie de victimes. Et parler de « France d’en bas », c’est encore la regarder d’en-haut.

      De même que Marx voyait dans le prolétariat « une sphère qui possède un caractère d’universalité par l’universalité de ses souffrances » (et qui, à ce titre, incarne à elle seule l’injustice toute entière), vous semblez désigner les descendants des victimes de la colonisation comme seuls dépositaires de la souffrance légitime. Il en résulte une lecture raciale des comportements qui n’est pas toujours pertinente, et qui, le plus souvent, obscurcit les choses quand elle croit les éclaircir. C’est pour cela qu’il est si important que vous précisiez ce que vous entendez par « respect ». Encore une fois : est-ce le respect d’une différence, ou le respect indifféremment de celui dont on parle ? (Suis-je le seul à entendre cette ambivalence ?)

      De façon générale, il ne suffit pas de dénoncer le « système » pour ne plus lui appartenir. Au contraire (et votre succès, par exemple, en témoigne), le système adore les gens qui le combattent ! C’est son plat préféré. Croire qu’on est libre parce qu’on dénonce les tyrannies, c’est un péché d’orgueil. Les moutons noirs ne sont pas moins moutonniers que les autres. On est moins libre quand on croit qu’on l’est, que quand on sait qu’on ne l’est pas.

      Autre chose : je n’ai jamais assimilé vos idées à celles du FN ! Il faudrait être fou pour le faire. Mais il y a la matière et il y a la manière. Et des discours ouvertement antagonistes recouvrent parfois des proximités inattendues : Nadine Morano ne vous donne-t-elle pas raison quand elle déclare que la France est un « pays de race blanche » ? Je vous cite : « A tous ces racistes à la tolérance hypocrite / Qui ont bâti leur nation sur le sang /Maintenant s’érigent en donneurs de leçons/ Pilleurs de richesses, tueurs d’africains / Colonisateurs, tortionnaires d’algériens... » Mais qui, à part la droite de la droite de la droite, peut se reconnaître dans le portrait que vous faites de la France elle-même ? Comment entendre « Nous, les arabes et les noirs, on est pas là par hasard, toute arrivée a son départ... » autrement que comme l’autre versant de l’affreux « La France, tu l’aimes ou tu la quittes » ? Encore une fois, comment voulez-vous lutter contre le délit de facies et tous les clichés négrophobes, si vous vous dites « noir et fier de l’être » ?
      Si je me disais « blanc et fier de l’être », vous trouveriez que j’ai l’air con, n’est-ce pas ? Vous auriez raison.

      Enfin, l’essentiel. Zyed et Bouna. Leur mort est une tragédie. Et la preuve de bien des malaises qui asphyxient la société (à commencer par le délit de non-assistance à personne en danger). Mais leur mort n’est pas un assassinat. Quand j’entends certains (pas vous, il est vrai) confondre la mort des deux adolescents avec le meurtre de Malik Oussekine en 1986 (assassiné à la matraque par des policiers), je me dis qu’on a perdu en lucidité, qu’on mélange tout, que l’injustice (incontestable) empêche de voir des nuances essentielles, et que, comme chaque fois qu’on pratique les amalgames, les extrêmes ont gagné du terrain.

      La police française n’est pas parfaite. Heureusement. Mais ce n’est pas la police de Vichy, ni même celle de Charles Pasqua ! En vérité, il y a chez les flics la même proportion de connards, de racistes et d’abrutis que dans n’importe quel corps de métier. Mais on y trouve aussi d’authentiques républicains qui ne font aucune différence entre les citoyens, et qui font respecter la loi (c’est-à-dire la liberté de chacun). Ni plus, ni moins. La mort de Zyed et Bouna est une catastrophe, mais, si difficile que cette phrase soit à entendre, ce n’est pas un scandale d’Etat.

      Voilà. J’arrête ici cette réponse, dont la longueur vient uniquement de l’intérêt que je prends à discuter avec vous. Et puis, comme dit Maeterlinck, (un autre amoureux du silence) « les paroles passent entre les hommes, mais le silence, s’il a un moment l’occasion d’être actif, ne s’efface jamais. »

      Merci pour l’invitation. Je ne suis pas libre le 21 novembre.
      Mais une prochaine fois, avec plaisir. Et intérêt.

      Respectueusement.

    • Cette tendance à vouloir expliquer aux Autres, comment ils doivent se sentir et penser, c’est plus qu’usant, c’est épuisant. On a eu récemment un exemple sur un débat seenthis sur les femmes (je ne sais plus lequel - cela parlait d’une jeune fille courtoise au travail et de l’interprétation de sa gentillesse par un homme). C’est comme si l’homme blanc, puisque c’est de cela qu’il s’agit, qui n’expérimente aucune des oppressions sur lesquelles il s’exprime, détenait intrinsèquement le discours universel, ad nauseam sur l’expérience humaine et qu’aucune remise en cause de celui-ci n’était possible, à ses yeux. Cette position de "celui qui sait parce qu’il s’ait" s’accompagne d’une tare presque génétique, celle de la surdité sélective, car presque systématiquement la faconde s’accompagne d’un incapacité non seulement à écouter, mais surtout à entendre ce que disent ceux qu’IL disqualifie d’un revers de bras éditorial. Où sont les docteurs ?

    • Une transcription du rap de Kery James

      « Dix ans après tu peux faire le constat, très peu de choses ont changé.
      Rabsa et renoi on est toujours des étrangers.
      J’ai abandonné l’idée qu’ils nous perçoivent un jour comme un Français
      Mais je n’abandonne pas l’idée que l’Etat français me doit le respect
      Je l’ai déjà dit, le respect n’est pas une chose qui se mendie
      L’indépendance a un prix souvent trempée de sang sous des drapeaux brandis
      Val de Meurtre où j’ai grandi, la violence nous heurte on doit rester en vie
      On n’a jamais rien attendu de l’Etat, on ne va pas commencer aujourd’hui
      ( Zyed et Bouna )
      De la gauche à la droite, ils font du fric entre énarques
      De Sarkozy à Guéant en passant par ce gros mytho de Cahuzac
      Et c’est les mêmes qui font la leçon à nos petits frères qui sont dans l’arnaque
      Ils envoient les flics pour mater la rébelion à coup de matraques
      C’est nous qu’ils accusent sans cesse d’avoir pillé le pays
      Alors qu’ils tapent dans la caisse, ne font jamais ce qu’ils ont promis
      Six heures du mat, ils envoient les condés défoncer ta porte
      Eux se rendent au tribunal en voiture sous escorte
      Ils n’ont jamais connu la crise.
      Et ils s’étonnent que le peuple se rebelle, les pourchasse et arrache leur chemise
      Il n’y a pas que les noirs et les arabes, ce sont tous les pauvres qu’ils méprisent
      Lorsqu’ils nous parlent de l’Islam, ils espèrent que ca nous divise
      Quand vous chercherez des solutions ca se verra
      Pour l’instant, vous ne faites que fabriquer des futurs Merah
      Votre mépris du peuple, les patrons, il se paiera
      Pourquoi à l’Assemblée, on dirait un opéra ? »

    • Nouvelle réponse de Kery James

      RAPHAËL ENTHOVEN

      Je ne voudrais pas vous accuser de recourir à des sophismes mais je constate que vous n’avez pas répondu à mes interrogations et aux graves contradictions que j’ai pointées dans vos propos. La réponse que j’ai publiée hier reste donc la même et elle sera la seule.
      Je crains qu’il y ait toujours un fossé entre un discours fondé et ancré dans la réalité et un autre qui consiste à prétendre produire de la pensée coûte que coûte quitte à déformer ou nier le réel.
      Un fossé entre les acteurs et les spectateurs.
      Un fossé entre ceux qui subissent et ceux qui commentent, expliquant à ceux qui subissent avec quelle grandeur d’âme ils doivent subir.
      Néanmoins, mon invitation à l’un de mes concerts, celui de votre choix, car je vous sais très occupé à produire de la pensée, est toujours valable. Ce sera l’occasion de vous rencontrer et d’échanger. J’espère toujours en effet, voir une France unifiée et cela ne peut se faire que dans le réel.
      Je vous souhaite le meilleur.
      Humainement.

      Kery James

      https://www.facebook.com/keryjamesofficial/posts/10156292644535235

    • @biggrizzly Bien sur, mais dans ce cas cela s’applique bien. Il n’écoute clairement pas ce que dit Kery James, qu’il disqualifie par défaut... Je parlais plus que du biais du privilège surtout de la surdité selective de certains dominants.

    • Je parlais plus que du biais du privilège surtout de la surdité selective de certains dominants.

      C’est de cela dont il s’agit, une surdité sélective qui consiste à ne relever que les propos, les idées qui alimentent les à-priori.
      Donc une malhonnêteté patente vis à vis de l’auteur et de son message.
      Dans le but de faire de l’audience, de faire réagir ; sans aucun doute. Mais toutes ces « têtes pensantes » médiatiques contrôlent-elles les réactions qu’elles se flattent de provoquer ?
      Par contre, certaines personnalités politiques assoiffées de pouvoir et biberonnées à l’idéologie de la supprématie blanche trouveront là l’aubaine pour exploiter le filon de l’opinion.

      Gougueule est ton ami :
      https://www.google.fr/webhp?tab=mw&ei=F008Vtj-IIHd-QHUuIGAAg&ved=0CAQQqS4oAQ#q=rapha%C3%ABl+enthove

    • @aude_v Quant à moi, je suis un vieil homme blanc, avec quatre enfants métis. Le plus jeune en souffre déjà, car les cons l’entourent, ce que j’ai envisagé depuis très longtemps. Une vieille femme dans la rue m’a un jour soufflé à l’oreille, à propos du petit qui n’avait que trois ans « Petit bâtard ». Il faut un peu arrêter d’essentialiser l’homme blanc. J’ai connu un paquet de racistes pas blancs du tout, et une jeune noire en co-voiturage il y a deux mois m’a raconté son lot d’injures dans la cité face à d’autres minorités pas blanches non plus... Le manichéisme à l’américaine - celui qui est si souvent défendu ici - nous mène au gouffre : c’est son but. Et les rappeurs en sont les porte-voix, bien trop souvent.

    • je vois ce que tu veux dire , cependant je n’en pense pas moins à des formes d’illusions dans l’efficacité de la pensée magique ( malgré les univers parallèles) ; ainsi de la chansonnette !

    • @aude_v : merci, tu m’as compris. Exprimer ce point de vue est sensible, puisque évidemment, il peut être pris comme une forme de reprise de contrôle du débat de la part du/de la privilégié•e... et c’est alors sans fin... Quand les arguments des uns et des autres ne sont écoutés qu’à l’aune de la position de privilège de ceux qui les expriment, j’ai un petit peu l’impression que le dialogue devient impossible.


  • Quelques articles sur le #racisme parus dans la revue « #Ni_patrie_ni_frontières » depuis 2002 - mondialisme.org
    http://mondialisme.org/spip.php?article2372

    De Fabel van de illegaal : Trafic de drogue aux Pays-Bas : un prétexte pour diffamer les Antillais néerlandais
    (2002)
    http://www.doorbraak.eu/gebladerte/30182v01.htm

     De Fabel van de illegaal : Pays-Bas : Les jeunes Antillais pauvres sont la cible du gouvernement (2001)
    http://www.doorbraak.eu/gebladerte/30173v01.htm

     De Fabel van de illegaal : Le racisme libéral aux Pays-Bas (2001)
    http://www.doorbraak.eu/gebladerte/30166v01.htm

     De Fabel van de illegaal : Pourquoi nous préférons un langage politiquement juste à une langue « pure » (2001)
    http://www.doorbraak.eu/gebladerte/30153v01.htm

     De Fabel van de illegaal : « IS et le nouveau racisme culturel aux Pays-Bas » (2004)
    http://mondialisme.org/spip.php?article433

     De Fabel van de illegaal : « Combattre le racisme sans défendre le multiculturalisme »
    http://mondialisme.org/spip.php?article417

    « Les comiques “ antiracistes ” sur-médiatisés renforcent les préjugés qu’ils prétendent combattre » (2004)
    http://mondialisme.org/spip.php?article2307

     RER D et Marie L, religions, nations, ethnies, communautés y’en a marre
    http://mondialisme.org/spip.php?article356

    « Racisme institutionnel et action affirmative » (2007)
    http://www.mondialisme.org/spip.php?article1057

     « Sur les “ questions noires ” dans l’Hexagone : quelques hypothèses » (2007)
    http://mondialisme.org/spip.php?article1066

     « “ Noirs de France ” : ébauche d’une chronologie »
    http://www.mondialisme.org/spip.php?article1052

     Les 6 péchés capitaux de la gauche identitaire postmoderne (2010)
    http://www.mondialisme.org/spip.php?article1533

    « "Haine de l’autre", racisme et religion (2011) »
    http://mondialisme.org/spip.php?article2084

     « Du meurtre d’Ilan Halimi à celui de Chaïb Zehaf : le racisme dans sa continuité » (2009)
    http://mondialisme.org/spip.php?article639

    « Du P’tit Blanc (Laurent) aux Grands “ Blacks ” » : le retour de bâton du pitoyable slogan de SOS Racisme" (2011)
    http://mondialisme.org/spip.php?article1639

    « Deux textes sur le prétendu "racisme anti-Blancs" » (2012)
    http://mondialisme.org/spip.php?article1627

    « Race, culture, peuple, racisme, civilisation : quelques définitions provisoires » (2012)
    http://mondialisme.org/spip.php?article1827

     Mathijs van de Sande : « A propos du débat sur le “ Zwarte Piet ” néerlandais » (2013)
    http://mondialisme.org/spip.php?article2193

    « Acquérir une vision claire des différentes formes de racisme et de leurs rôles. Et réfléchir à ce que pourrait être un antiracisme de classe » (2015).
    http://mondialisme.org/spip.php?article2260

     « Sur “ La dignité des travailleurs. Exclusion, race et immigration en France et aux Etats-Unis ”, de Michèle Lamont », FNSP, 2002
    http://mondialisme.org/spip.php?article2307

     Memorial98 : « Qui a peur de l’antiracisme dans les syndicats ? »
    http://mondialisme.org/spip.php?article2306

     « Racisme antimusulmans et antisémitisme en Europe : deux fléaux qu’il faut combattre ENSEMBLE »
    http://mondialisme.org/spip.php?article2290

     "Modèles d’interprétation du racisme et conséquences politiques actuelles"
    http://mondialisme.org/spip.php?article2370


  • Valls : le combat contre l’antisémitisme est « à reprendre » | LCP.fr | LCP Assemblée nationale|
    Le 8 septembre 2015
    http://www.lcp.fr/actualites/politique/174309-valls-le-combat-contre-l-antisemitisme-est-a-reprendre

    Le Premier ministre Manuel Valls présente les voeux du gouvernement avant le nouvel an juif, Roch Hashana, à la synagogue Nazareth à Paris, le 8 septembre 2015,

    Mais, a-t-il indiqué, face à un antisémitisme préoccupant (+84% d’actions et menaces antisémites entre janvier et mai par rapport aux cinq premiers mois de 2014), « aujourd’hui, le combat est à reprendre. La France doit avoir plus conscience de ce que l’on ne doit jamais oublier. Car, soyons lucides, nous avons oublié », a-t-il estimé en évoquant l’histoire, de l’affaire Dreyfus à l’attaque jihadiste de l’Hyper Cacher en janvier 2015, en passant par le meurtre d’Ilan Halimi (2006) et la tuerie de Mohamed Merah à Toulouse (2012).

    « Il y a cette négation rampante de la Shoah, cette haine des Juifs qui a grandi dans nos quartiers populaires (…), a contaminé les esprits d’une partie de notre jeunesse », a-t-il déploré.

    « Et il y a aussi cet antisionisme de façade, cet antisémitisme qui ne dit pas son nom », a-t-il poursuivi en allusion à « cette polémique insensée » lors de Paris-Plage qui, « derrière une condamnation sans fondement de la ville de Tel Aviv, cachait mal, pour certains en tout cas, une détestation de l’Etat d’Israël et du peuple juif ».

    « Je mets en garde ceux qui soufflent sur les braises et allument des feux qu’ils sont bien incapables d’éteindre », a-t-il enchaîné, relevant sans citer de noms que « quand on est responsable politique, quand on est un élu de la République, on doit mesurer la portée de ses déclarations ».


  • L’#UJFP pratique la politique de l’autruche face aux tenants de l’#antisémitisme de gauche. A propos d’une polémique loufoque (ou peut-être pas ?) - mondialisme.org
    http://mondialisme.org/spip.php?article2322

    « Benjamin Netanyahu, maître à penser de Monsieur Yves Coleman... » tel est le titre d’un article paru aujourd’hui sur le site Bellaciao et celui de l’UJFP, qu’un internaute m’a « gentiment » fait suivre.

    http://bellaciao.org/fr/spip.php?article146886

    L’auteur fait flèche de tout bois et m’accuse tour à tour d’être complice de Netanyahou, d’Ulcan (le persécuteur de Pierre Stamboul et de bien d’autres), du RAID, du Mossad, de l’extrême droite israélienne, et évidemment (le tableau n’aurait pas été complet sans cela) d’être... antisémite.

    Pour appuyer sa démonstration loufoque, Jean-Marc Capellero-Rabinovitz nous balance un florilège de citations de Juifs et d’Israéliens réactionnaires et racistes. Florilège qui aurait un intérêt si l’auteur avait affaire à un « sioniste », ce que je ne suis pas, ou à quelqu’un ayant des illusions sur l’Etat d’Israël et Tsahal, ce qui n’est pas du tout mon cas. Car critiquer « les limites de l’antisionisme » ne signifie pas être « sioniste ». Mais ces subtilités élémentaires échappent à notre polémiste primaire à la pensée binaire.

    Le plus curieux, dans cet article, est qu’il ne répond pas vraiment à un texte que j’aurais consacré à l’UJFP mais qu’il défend, par la bande, les Indigènes de la République (1) .

    « Par la bande », parce qu’il s’agit d’une défense masquée, indirecte, du PIR, et aussi « par la bande » parce qu’il s’agit d’un article de copinage, d’un pote qui défend ses amis de la bande alliée, celle du PIR, au nom de l’UJFP.

    Cette démarche est plutôt tortueuse mais elle illustre bien les moeurs de l’extrême-gauche : les « gauchistes » ne défendent pas des principes politiques, seulement des amis temporaires ou des alliés de circonstance, quelles que soient leurs positions par ailleurs...

    Le PIR cherche à radicaliser de plus en plus son antisémitisme et à lui donner une apparence respectable pour un public de gauche et d’extrême gauche. Ce groupuscule a besoin, pour cela, de la caution de « Juifs non juifs », expression qu’utilisait Isaac Deutscher pour se désigner et désigner certains juifs de gauche ou d’extrême gauche « antisionistes ». Mais à l’époque ceux-ci misaient sur l’unité entre les travailleurs juifs et arabes pour abattre tous les Etats du Moyen-Orient, pas simplement Israël. Ils étaient favorables à une révolution socialiste. Et ces « Juifs non juifs » ne soutenaient pas inconditionnellement des mouvements nationalistes laïques arabes, ou encore moins islamistes, antisémites comme le font le PIR aujourd’hui et une bonne partie de l’extrême gauche.

    Plus les frontières d’Israël s’accroissent par la force militaire et les agressions régulières de Tsahal, plus les gouvernements israéliens se montrent sans pitié avec les civils palestiniens et avec les Arabes d’Israël, plus la haine contre les Juifs s’accroît et est manipulée par toutes sortes de forces réactionnaires dans le monde.

    En France cette haine est meurtrière (d’Ilan Halimi (2) au massacre de l’hypermarché casher, les exemples ne manquent pas), mais elle ne se réduit pas du tout au conflit dit « israélo-palestinien », conflit totalement asymétrique entre une armée professionnelle, suréquipée, disposant de l’arme atomique, soutenue par les Etats-Unis, et des mouvements de guérilla à la puissance militaire bien inférieure même si leurs intentions criminelles et antisémites sont indéniables.

    Cette haine antijuive a acquis une audience mondiale, notamment en France, grâce à une vieille tradition antisémite-anticapitaliste (3) , qui se régénère et se transforme avec la crise économique mondiale depuis les années 70 et la montée des nationalismes en Europe depuis une vingtaine d’années. La haine antijuive est un fond de commerce très rentable, du moins si l’on en croit les centaines de milliers de gens qui regardent les vidéos de Dieudonné sur le Net ou qui payent pour écouter ses discours politiques antisémites, en « live » ou sous forme de DVD.

    La haine antisémite croît en France et le Parti des Indigènes de la République a décidé de ne pas laisser à Dieudonné, Soral et au Front national le monopole de l’exploitation de l’antisémitisme franchouillard. Il veut apporter sa propre petite pierre et en recueillir les fruits. Et l’antisionisme uniquement orienté vers la Palestine ne lui suffit évidemment pas. Il lui faut élargir sa cible, d’autant plus que ce même groupuscule a des sympathies religieuses-identitaires de plus en plus affirmées du moins si l’on en croit les déclarations de Mme Bouteldja. Or, comme l’on sait, alimenter un conflit ou des problèmes sociaux graves avec des considérations religieuses est la meilleure façon d’opposer les exploités les uns aux autres.

    En 2012, au moment des meurtres antisémites de Toulouse, dans un article intitulé « Mohammed Merah et moi » (http://indigenes-republique.fr/mohamed-merah-et-moi) Mme Bouteldja avait réservé toute sa compassion à la mère du tueur (4), ignorant la douleur des parents des trois enfants (Gabriel, Arieh et Myriam) que Merah avait assassinés froidement au nom d’une prétendue solidarité avec la Palestine que certains gauchistes prirent et prennent encore au sérieux.

    La même année, le PIR mobilisa l’intellectuel trotskisant Enzo Traverso pour effectuer une « lecture décoloniale de la Shoah » ( ?!) (http://www.dailymotion.com/video/xp4jth_pour-lecture-decoloniale-de-la-shoah-enzo-traverso_news

    ). Dans cette conférence, Traverso expliqua que Hitler et les nazis détestaient les Arabes : on se demande bien pourquoi le médecin personnel du Führer passa six heures à examiner Al Husseini pour lui délivrer un certificat d’aryanité ; pourquoi le dirigeant palestinien bénéficia d’une tribune radiophonique et de moyens financiers importants pendant toute la seconde guerre mondiale ; pourquoi Himmler organisa 10 000 musulmans bosniaques au sein de la SS ; pourquoi al Husseini fut si proche après-guerre de l’avocat néonazi François Genoud ; pourquoi plusieurs centaines d’anciens responsables nazis (anti-Arabes, donc, selon Traverso) se réfugièrent en Egypte ou ailleurs et occupèrent des postes importants dans l’appareil d’Etat et l’économie après-guerre au Moyen-Orient...

    En 2014, Mme Bouteldja falsifia (5) les écrits du trotskiste CLR James et du Workers Party prétendant que celui-ci aurait cautionné l’antisémitisme des Noirs américains, antisémitisme jugé « progressiste » par la porte-parole du PIR.

    Puis, en mars 2015, Mme Bouteldja en rajouta une couche pour expliquer que les Juifs français étaient les chouchous de la République depuis le décret Crémieux (6) , rejoignant ainsi les propos du « socialiste » Roland Dumas et d’une pléthore de politiciens français antisémites depuis Drumont....

    On utilise souvent l’expression d’ « idiots utiles » pour désigner ceux qui apportent de l’eau au moulin de leurs adversaires. Pour ce qui concerne l’aide que l’UJFP apporte aux antisémites du PIR et à leurs falsifications historiques grossières, on ne peut parler d’idiotie. Il s’agit plutôt d’une ligne politique consciente d’aide à un groupuscule qui falsifie l’histoire pour mieux attiser la haine contre les « Blancs », à commencer par les prolétaires « blancs », juifs compris.

    Car pour le PIR les Juifs, fussent-ils de l’UJFP, font partie des « Blancs » groupe social (selon lui) qui opprimerait les « non-Blancs ». Le PIR ne va pas encore, comme Dieudonné, jusqu’à expliquer que « les Juifs » auraient été les principaux organisateurs et bénéficiaires de la traite transatlantique. Il se contente (pour le moment) de soutenir le Hamas dont la Charte repose sur le Protocole des Sages de Sion et les passages les plus antijudaïques du Coran.

    L’UJFP est composée de ce que le PIR appelle des « Blancs », qu’ils soient juifs ou non juifs. Or, pour mériter la sympathie (ou du moins l’indulgence) du PIR quand on est « Blanc » (donc automatiquement complice de l’esclavage, du colonialisme et du néocolonialisme) et « juif » (donc automatiquement complice du « sionisme » et de tous les crimes de guerre de l’armée israélienne), les militants de l’UJFP comme bien d’autres individus d’extrême gauche ont décidé, en bons pénitents du gauchisme, de porter la lourde croix de leur « blanchitude » et de leur « judéité » intrinsèquement criminelles et racistes aux yeux du PIR.

    L’avenir nous dira quelle sera la prochaine « pénitence » que devront effectuer les militants de l’UJFP pour mériter l’indulgence de leurs alliés antisémites du PIR...

    Cette attitude ne les protégera pas (si tel est leur calcul) contre l’antisémitisme que veut entretenir le PIR à gauche et à l’extrême gauche. Pendant les années 20 et 30, de nombreux Juifs modérés ou réactionnaires ont fait le dos rond, pensant ainsi éloigner la menace ou ne pas attirer l’attention des racistes. Certains d’entre eux d’ailleurs partageaient les préjugés sociaux, xénophobes voire racistes de la droite et de l’extrême droite allemande ou française. Tous n’étaient pas des « progressistes », encore moins des révolutionnaires, loin de là, mais beaucoup étaient politiquement aveugles.

    Aujourd’hui, ce sont certains juifs d’extrême gauche, en France comme aux Etats-Unis, qui font le dos rond à leur tour et ignorent la montée de l’antisémitisme. Ils n’y voient qu’un fantasme, une manifestation de paranoïa juive ou plus trivialement un complot du Mossad. L’histoire se répète, hélas, et certains militants n’ont absolument rien appris.

    C’est très dommage pour eux comme pour nous tous car l’extrême droite (« blanche » ou « non blanche », qu’elle tienne un langage « sioniste » ou « antisioniste ») ne nous fera pas de cadeaux. Ramper devant elle en faisant passer ses lubies réactionnaires pour des théories radicales ne nous vaudra que leur mépris et leurs coups.

    Y.C., Ni patrie ni frontières, 23/7/2015

    1. Le titre de l’article paraphrase celui de mon texte sur... le PIR : « Edouard Drumont, maître à penser de Mme Houria Bouteldja : les Indigènes de la République réussissent leur examen d’entrée dans l’extrême droite gauloise » http://www.mondialisme.org/spip.php?article2263

    2. Cf. « Le meurtre d’Ilan Halimi et le malaise de la gauche multiculturaliste » (http://mondialisme.org/spip.php?article632). Déjà le 25 février 2006 l’UJFP s’était « distinguée », comme l’extrême gauche, par sa négation du caractère antisémite du meurtre d’Ilan Halimi (« le caractère antisémite de ce meurtre n’est pas avéré » ; l’UJFP « déplore que certains accréditent d’office la thèse du crime antisémite ». Cf. son communiqué incroyable sur oumma.com : http://oumma.com/Ilan-Halimi-contre-tous-les). Trois ans plus tard (http://www.ujfp.org/spip.php?article1289), l’enquête terminée, l’UJFP admit enfin qu’il s’agissait d’un acte antisémite, mais pas pour tous les participants à cette séquestration et à ces tortures, manifestant ainsi une curieuse indulgence pour des salopards qui torturèrent un Juif pendant trois semaines, le laissant pour mort, afin de lui extorquer de l’argent sous prétexte que sa « communauté » était riche. L’UJFP en profita pour attaquer le manque d’indépendance de la justice et les pressions du CRIF... renforçant ainsi, sans même s’en rendre compte, la vision complotiste selon laquelle l’Etat (justice comprise) serait sous le contrôle des « Juifs ».

    3. Cf. « Multiplicité des formes de l’antisémitisme et « antisémitisme mondialisé » actuel » (http://www.mondialisme.org/spip.php?article2128)

    4. Mohamed Merah, Houria Bouteldja et la compassion à deux vitesses http://mondialisme.org/spip.php?article1822

    5. http://mondialisme.org/spip.php?article2089. Mme Bouteldja falsifie CLR James au service d’un « antisémitisme progressif »... imaginaire !

    6. http://indigenes-republique.fr/racisme-s-et-philosemitisme-detat-ou-comment-politiser-lantirac

    • Post scriptum du 24 juillet. :

      Finalement, la nuit portant conseil, la diatribe de l’UJFP n’est pas si loufoque que cela.

      Entre identitaires de gauche (et parfois de droite), on se serre les coudes.

      L’UJFP, tout comme les Indigènes de la République, le CRAN, le CRIF et quelques autres occupe un créneau identitaire.

      Or, c’est bien connu, entre identitaires on se déteste férocement, mais on peut aussi conclure des alliances tactiques.

      Ainsi la Nation de l’Islam de Louis Farrakhan fit-elle alliance (temporairement) avec le Ku Klux Klan.

      Ou les protestants antisémites mais évangélistes américains peuvent-ils faire alliance avec les sionistes d’extrême droite.

      Ou encore les Naturei Karta antisionistes avec Dieudonné.

      Tous ces gens-là ont au moins UN point commun : ils mettent en avant leur identité religieuse, ethno-religieuse, raciale, ethno-politique, comme la SEULE solution aux problèmes de leur communauté d’appartenance, imaginaire, fantasmée, et se méfient comme de la peste de toute démarche soulignant l’importance de l’union entre tous les exploités, quelles que soient leur couleur de peau, leur religion, leur absence de religion, leur nationalité, etc.

      Dans ce cadre, effectivement la polémique "loufoque" de l’UJFP a un sens : adeptes des politiques identitaires ou identitaristes (ce qu’on appelle « identity" politics en anglais et qui n’est vraiment ni de droite ni de gauche d’ailleurs), les militants de l’UJFP tirent à vue sur celles et ceux qui défendent un point de vue non identitaire… même s’ils sont, comme c’est mon cas, à la fois « descendants d’esclaves » (titre fort recherché dans les milieux identitaires de gauche), métis (des « traîtres » pour leurs potes du PIR qui ne savent pas qu’au moins deux de leurs idoles, Malcolm X et Frantz Fanon, étaient métis) et portent un nom… juif et… non juif...

      Trois raisons pour des identitaires de gauche ou de droite d’utiliser l’arme de la calomnie à mon égard car les identitaires haïssent le métissage (qui ruinent tous leurs espoirs d’incarner une identité pure ou en tout cas vendable sur le marché politique) et « pensent » dans une logique binaire, mais jamais en termes d’opposition de classe.


  • Antisémitisme DE gauche : définition et fonctions politiques - mondialisme.org
    http://mondialisme.org/spip.php?article2313

    La plupart des militants et des intellectuels de gauche ou d’extrême gauche considèrent que l’#antisémitisme serait un fléau en voie de disparition. Alors pourquoi diable s’intéresser à « l’antisémitisme de gauche » ?

    Pourtant, cet antisémitisme DE gauche, et pas simplement A gauche, existe depuis près de deux siècles. Il a pris différentes formes dont il faudrait à la fois retracer en détail l’histoire au sein du mouvement ouvrier, mais aussi souligner les continuités et les discontinuités jusqu’à l’antisémitisme mondialisé actuel.

    L’antisémitisme planétaire, qui sévit aujourd’hui dans la grande communion émotionnelle et politique du cyberespace, d’Internet, fédère toutes les formes d’antisémitisme, du vieil antijudaïsme religieux chrétien et musulman jusqu’à l’antisémitisme racial, social, nationaliste, anticapitaliste et anti-impérialiste. Ces convergences permettent à des groupes et à des individus très différents
    politiquement, voire aux opinions totalement opposées, de communier dans la même haine (assumée ou pas, peu nous importe) : celle du Juif (ou d’Israël, ce qui d’un point de vue symbolique revient au même)…

    Sans une telle vision d’ensemble de l’antisémitisme, et plus particulièrement de l’antisémitisme de gauche qui nous occupe aujourd’hui, il est impossible de comprendre :

    – la portée de l’assassinat d’Ilan Halimi (délibérément réduit à un fait divers par la gauche et l’extrême gauche en 2006),

    – la portée des meurtres commis par Merah, Nemmouche ou Coulibaly en 2015 (à propos desquels la gauche et l’extrême gauche ont surtout botté en touche et parlé des risques d’augmentation de.... « l’islamophobie »),

    – mais aussi il est impossible de saisir le sens des alliances – a priori contre nature – entre l’extrême droite islamiste, les Identitaires de gauche comme le PIR, la mouvance autour du politicien raciste et fasciste Dieudonné et l’extrême gauche qui se dit « antisioniste ».

    http://mondialisme.org/IMG/pdf/antiseI_mitisme_de_gauche_journeI_es_iconoclastes_mai_2015.pdf

    Il s’agit de l’argumentaire développé par #Yves_Coleman lors des #journées_iconoclastes organisées par la #CNT-AIT le week-end dernier à #Toulouse

    • Je ne comprends pas - ou t’es de gauche ou t’es anti-sémite voire raciste. Quand tu défends des positions antisémites, tu ne peux pas être considéré comme quelqu’un de gauche.

      Je connais l’argument de l’antisémitisme de gauche de la bouche de partisans de la politiqie israelienne qui savent très bien que qualifier quelqu’un d’antisémite en Allemagne l’exclue de toute discussion, c’est le point Godwin quoi.

      Un raciste n’est jamais de gauche même s’il prétend l’être. Il faudra alors définir ce que c’est qu l’antiséḿitisme.

    • De mes lectures d’#Yves_Coleman, il dénonce habituellement le #confusionnisme. Je ne l’ai plus, je l’ai prêté à @Aude_V. C’était surtout des journaux ou des personnalités de gauche qui portaient préjudice à leurs idées en faisant intervenir des courants de pensée de l’autre bord. Etienne Chouard, Jean Bricmont, Frédéric Lordon… c’est les 3 seuls dont je puisse me rappeler et dont Coleman se plaint.

    • Bonjour @Klaus, peut-être que si tu prends la peine de parcourir le document PDF mis en lien cela répondra à tes questionnements, celui-ci commence justement par définir ce qu’’est l’antisémitisme. D’ailleurs le terme d’antisémite lui-même a été forgé historiquement par un homme de gauche, Wilhem Marr en l’occurrence, et qui s’en réclamait puisqu’il créa vers 1879 la Ligue des antisémites. Il s’agissait pour lui d’inventer un concept non péjoratif à l’époque pour remplacer le terme usuel de judenhass (haine des juifs)

    • Ouais enfin ce genre de phrase…

      de communier dans la même haine (assumée ou pas, peu nous importe) : celle du Juif (ou d’Israël, ce qui d’un point de vue symbolique revient au même)

      merci pour les juifs de gauche qui critiquent Israël voire pour certain⋅e⋅s le principe même d’aller coloniser une terre pour y fonder un État récent (et à peu près confessionnel).

      et pour les autres pas juifs aussi, c’est vrai qu’avoir la haine envers un oppresseur et un colon qui te pique ton lieu de vie (ou celui de tes grands-parents, proche dans le temps quoi, pas un truc ya 2000 ans), c’est pas du tout légitime.

      et sur le fait que ça obligerait à retourner aux années 30, hum… ah parce que le mouvement anti-colonialiste, dont le but était de virer les colons d’Afrique ou d’ailleurs, leur but c’était de retourner au XIXème, ou encore avant ?

      non, c’était d’aller de l’avant, et parfois certains mouvements étaient très progressistes, mais en récupérant « leur » terre en y étant autonomes, souverains (et parfois en proposant d’y intégrer les descendants des colons qui sont nés ensuite sur le territoire en question).

      et encore… pour ces mouvements, ça faisait bien plus longtemps que les colons étaient là, par rapport à Israël, et pourtant ça s’est fait : les colons ont plus ou moins été virés au final (oui oui, sans prendre en compte le néo-colo, etc)

      donc ça a existé, et sur une échelle de temps bien plus longue pourtant.

      =====

      à part ça je dérive un peu sur ce « détail » (hu), mais sinon en revanche, je pense parfaitement que l’anti-sémitisme de gauche existe, l’anti-sémitisme pseudo-anti-capital, avec tous les préjugés, et qui explique le monde par des grands complots, etc.

      dans le mouvement socialiste y compris, au XIXème, on compte de nombreux cas de penseurs faisant partie du mouvement (quand bien même il y a de nombreux courants, personne n’a dénié le fait qu’ils en faisaient partie), et qui étaient clairement antisémites ; là c’est même pas à gauche (les socialistes de l’époque étant contre la gauche aussi).

      Il y a Moishe Postone qui a écrit des choses sur le sujet :

      Critique du fétiche capital : Le capitalisme, l’antisémitisme et la gauche

      http://www.palim-psao.fr/article-l-antisemitisme-moderne-et-le-capitalisme-drumont-hitler-soral-et

      http://www.palim-psao.fr/article-moishe-postone-critique-du-fetiche-puf-2013-118578271.html

      http://www.palim-psao.fr/article-le-sionisme-l-antisemitisme-et-la-gauche-entretien-avec-moishe-po

      (Oui je sais Moishe lui il dit que la lutte contre Israël c’est pas de l’anti-colonialisme, ça doit pas être assimilé à ça, etc, je suis pas spécialement d’accord avec lui sur ce point là. Mais ça n’empêche qu’il a écrit plein de choses sur le rapport entre l’antisémitisme et la gauche.)

    • @anarsonore Merci de m’avoir fait remarquer la présence du lien. J’ai donc rapidement lu le texte sans essayer de l’analyer profondément et je lui trouve quelques faiblaisses qui sautent aux yeux.

      D’abord l’auteur part du principe qu’il y a un peuple juif, question difficile à évaluer et sujet à discussion entre les juifs. Avec ce parti pris il est possible d’élargir la définition de l’antisémitisme au dela des cercles racistes classiques.

      Je ressens comme de la malhonnêteté intellectuelle la méthode d’associer la prétendue naissance d’un antisémitisme de gauche avec un personnage loufoque qui au moment de la création du terme antisémitisme n’avait plus rien en commun avec les personnages anarchistes qu’il cotoyait avant. Peut-être je me trompe, mais c’est l’impression que j’ai eu en lisant rapidement.

      Ensuite l’auteur évoque un joyeux mélange de positions diverses qui ont un l’air antisémite quand on les approche avec nos réflexes d’habitants du 21éme siècle qui avons grandi avec le souvenir des pires exactions nazies et somme empreignés des idées puissantes des Lacan et autres analystes du poid des mots. Il aurait fallu à chaque fois placer les citations dans leur contexte écrit et historique afin de pouvoir se faire une idée s’ils sont vraiment antisémites.

      Pour prendre un exemple, il suffit de vérifier dans l’article de Wikipedia, d’ailleurs excellent, sur le texte de Marx « La question juive » qu’il y a des opinions très variées àquantà sa qualité antisémite supposée. Cet article est un exemple brillant pour la méthode à utiliser pour placer un texte dans son contexte véritable. Il conclue que Marx n’était définitivement pas antisémite.
      https://de.wikipedia.org/wiki/Zur_Judenfragehttps://de.wikipedia.org/wiki/Zur_Judenfragehttps://de.wikipedia.org/wiki/Zur_Judenfrage

      On sent bien que l’auteur Yves Coleman et son texte se positionnent dans les clivages entre courants politiques francais. Il est polémique et injuste, mais c’est une attitude qui se justifie par la confrontation entre forces opposées. Malheureusement on perd de vue par cette approche les véritables énnemis de la paix et des peuples.

      Tout ca est intéressant à débattre, mais on n’arrivera jamais á établir un accord général. Alors pour être plus clair je propose de poser la question autrement. Au lieu de me demander s’il y a un antisémitsme de gauche je préfére me demander ce que c’est que d’être de gauche. Pour moi il s’agit simplement de prendre systématiquement position en faveur des plus démunis et défavorisés et d’exercer la solidarité avec avec eux et les membres de sa classe. Bien entendu ceci ne s’applique aux Warren Buffets de ce monde. La lutte des classes des nantis n’a rien de « gauche ». Alors quand je prends de position ou commet des actes racistes je ne fais plus partie de la gauche. D’où l’impossibilité d’un antisémitisme de gauche.

      J’admets qu’il y a usurpation du terme, mais c’est sans importance pour la validité de la définition.


  • Un antisémitisme virulent mais marginal, par Dominique Vidal
    http://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/VIDAL/52630

    L’assassinat de quatre otages par Amedy Coulibaly à la supérette kasher de la porte de Vincennes a sidéré de nombreux juifs de France. Après l’enlèvement et la mise à mort d’Ilan Halimi par M. Youssouf Fofana en 2006, puis le massacre perpétré par Mohamed Merah à l’école Ozar-Hatorah de Toulouse en 2012, nombre d’entre eux y ont vu l’expression d’une vague d’#antisémitisme qui déferlerait sur notre pays.


  • Contre la calomnie consensuelle à l’encontre des gens des cités populaires. Par Yvan Najiels
    http://blogs.mediapart.fr/blog/yvan-najiels

    Chacun peut voir, chacun peut mesurer que, depuis les attentats effroyables à Charlie Hebdo et dans une supérette juive de Paris, le consensus médiatico-parlementaire a endossé l’antienne qui jusqu’à présent n’était franchement assumée que par MM. Zemmour, Finkielkraut, Taguieff ou encore Redeker et nombre de journalistes de Marianne ainsi que par Mmes Schemla, Sorel, Bougrab et quelques autres.
    Ce discours se justifie aux yeux de ses auteurs par un prétendu retour de l’antisémitisme dans les cités populaires, les banlieues et les quartiers dans lesquels résident, disons-le, beaucoup de gens venus d’Afrique noire ou du Nord. Il soutient, par une sinistre ironie de l’Histoire, la nécessité d’épurer la France d’une partie de sa population. Cela parce que les actes de Youssouf Fofana, assassin d’Ilan Halimi, de Mohamed Merah ou d’Amedy Coulibaly, preneur d’otage il y a plus de 10 jours à l’Hypercacher de la Porte de Vincennes, semblent enfin donner raison à celles et ceux qui dénoncent l’aveuglement supposé de nombre d’intellectuels et/ou de politiques à propos d’un retour, donc, d’une vieille passion criminelle française.
    Pour qui, et c’est mon cas, écoute souvent France Inter le matin, la doxa de MM. Finkielkraut et consorts est devenue, depuis les attentats des 7 et 9 janvier 2015, le discours de l’Etat et de ses relais. Ce matin encore, Iannis Roder, professeur d’histoire-géo à St-Denis, venait dire, au micro de Patrick Cohen, à quel point nos élèves (j’enseigne aussi en Seine-Saint-Denis) seraient antisémites, sexistes et, pour tout dire, des graines d’islamistes. Un discours qui, il y a une trentaine d’années, aurait fait scandale du côté de la gauche parce que paru dans le Figaro Magazine qui annonçait, en 1985, « Dans 30 ans, c’est sûr, la France sera une république islamique » est désormais l’antienne assumée d’une gauche républicaine décomplexée qui a fait, depuis 30 ans environ, le lit du Front national dont, hélas, les thèses islamophobes se sont répandues dans la société française.
    Le consensus raciste d’Etat et de l’opinion qui lui est homogène est donc tel que ce matin, sur France Inter, des « thèses » en vérité pas éloignées de la prose d’Eric Zemmour étaient proférées le plus naturellement du monde avec, au cours de l’entretien avec Iannis Roder, la parole donnée à Emmanuel Brenner (en vérité Georges Bensoussan), auteur il y a un peu plus de dix ans d’un livre intitulé Les territoires perdus de la République.
    Le titre de ce livre est édifiant. Puisque territoires perdus il y a, il est vital de les reconquérir par une guerre (« Nous sommes en guerre », disent de nombreux républicains consensuels) qui ressemblerait à une Reconquista et cela annonce, chez Brenner-Bensoussan comme chez Zemmour, un profond désir de guerre civile afin d’en finir avec la supposée barbarie archaïque orientale et musulmane qui infesterait nos banlieues populaires. Haro sur les mahométans et les mahométanes !, nous disent, en écho aux croisés chrétiens du Moyen-Âge, les croisés de la République et de l’Occident.
    C’est que, nous dit Brenner-Bensoussan, les enfants des cités populaires, les Maghrébins et/ou les musulmans comme l’énonce clairement la quatrième de couverture de son livre, sont antisémites. D’ailleurs, son livre fait état de quelques cas d’incidents qui prouvent que le nazisme est de retour, pas moins !, puisqu’il a du reste implicitement renvoyé nos élèves à cette figure du Mal radical, omettant juste de signaler que cette figure est... occidentale !
    Je suis moi aussi professeur dans le 9-3 et j’ai eu cette année une remarque antisémite d’un éléve soralien en classe. Les autres élèves se sont élevés contre le propos négationniste de leur camarade et je sais que, dans nos établissements de villes populaires, la lecture, par ex., du livre de Primo Levi, Si c’est un homme émeut au plus au point les classes.
    Que ce livre émeuve les élèves alors qu’a contrario les visites à Auschwitz ne se passent pas toujours très bien s’explique en vérité assez simplement et c’est d’ailleurs le point que dissimulent à dessein MM. Roder et Brenner-Bensoussan. Le discours standard sur l’antisémitisme (avec visite à Auschwitz, parfois) finit toujours par justifier Israël jusque dans ses exactions et sa nature ségrégationniste alors que le livre de Primo Levi - qui qualifia Begin de fasciste - s’inscrit dans l’universel. Rien d’étonnant, toutefois : Iannis Roder écrit régulièrement dans Causeur, la sympathique revue d’Elisabeth Lévy qui, tous les dimanches (oecuménisme occidentaliste, sans doute), invite par ailleurs sur RCJ son compère Finkielkraut à déverser sa haine bien souvent islamophobe tandis que M. Brenner-Bensoussan, depuis Les territoires perdus... a publié France, prends garde de perdre ton âme, ce qui explique l’angle mort de ces deux pompiers pyromanes.
    Pour faire un petit détour, ce qui se passe en ce moment en France est l’acte II de la proscription d’une partie du peuple (singulièrement de la jeunesse) de ce pays, déjà observée au moment des manifestations interdites de cet été contre l’épouvantable bombardement de Gaza par l’armée israélienne et avec le soutien du pouvoir socialiste de MM. Hollande et Valls, les mêmes qui désormais voudraient qu’on fasse chanter La Marseillaise en classe et qui bénéficieront peut-être bientôt du soutien de M. Finkielkraut et de Mme Schemla.
    Qu’il y ait de l’antisémitisme en France (et ailleurs), nul n’en doute. Qu’il soit massif et singulièrement vivace dans les quartiers populaires où vivent beaucoup de prolétaires venus du tiers-monde avec leurs familles est tout bonnement une calomnie à laquelle il faut tordre le cou car elle est l’antienne répandue qui légitimerait la haine du parlementarisme blanc et bourgeois contre des « salauds de pauvres » dépeints comme des sauvages barbares équivalents à celles et ceux que la France, « grande nation des Lumières », alla « civiliser » dans la seconde partie du XIXème siècle à coups de canons et de cérémonies de dévoilement sur quelques grandes places de l’Algérie française.
    Ce que MM. Roder, Finkielkraut et/ou Brenner-Bensoussan et ce que Mmes Schemla et Elisabeth Lévy appellent antisémitisme est en vérité un antisionisme brut, non complètement pensé ni intellectualisé d’une certaine manière. Cela ne signifie pas qu’il faille entériner d’éventuels propos antisémites mais d’abord, il serait bon d’avoir un véritable relevé des actes de ce type et ensuite, il faut bien avoir à l’esprit que nombre de celles et ceux qui dénoncent une France dont les banlieues seraient un repaire de brigands antisémites recyclent de fait le discours israélien dont le dessein est de pousser nombre de juifs et de juives à quitter la France pour rejoindre l’état de 1947.
    On a bien vu, lors des manifestations de cet été, certains relais de l’Etat d’Israël colporter, sans craindre le négationnisme pur et simple, que les rues de Paris étaient le théâtre de pogroms et de l’équivalent de la Nuit de Cristal (c’est ce que racontait le député UDI franco-israélien Meyer Habib). On a entendu BHL parler des manifestants propalestiniens comme de « djihadistes du dimanche » et le chef du CRIF, M. Cukierman, tient des propos semblables.
    De fait, dans le discours médiatico-parlementaire, juif et sioniste, c’est la même chose. Le résultat d’Auschwitz, c’est la création d’Israël, dit ce discours qui confisque à usage personnel la mémoire du judéocide. Cette confusion et cette confiscation, organisées à dessein pour servir la cause de l’état d’apartheid israélien, ne sont pas sans effet auprès de certains dans les cités populaires qui, par une solidarité légitime avec la Palestine martyrisée, peuvent évidemment reprendre le vocabulaire de désorientation que leur tend leur ennemi occidentaliste israélien. En Israël, ces ennemis s’appellent Bennett, Lieberman et Netanyahou. En France, ce sont Taguieff, Finkielkraut ou bien encore Roder et Brenner-Bensoussan.
    Césaire disait dans son Discours sur le colonialisme que ce qui choquait beaucoup de gens était que Hitler avait tué des blancs. Cette idée mérite d’être nuancée car les juifs d’Europe d’avant l’Extermination n’étaient pas des blancs. Le blanchissement eut lieu après 1945 et l’Etat d’Israël en est le nom le plus éclatant. Il suffit de voir les photos des gens du shtetl, celles de Roman Vishniac par exemple, pour constater que les Ashkénazes ressemblaient d’un certain point de vue aux musulmans et aux musulmanes des cités populaires d’aujourd’hui. Une tradition qui résiste à la globalisation, à la modernité marchande dans ce que celle-ci a de plus éradicateur subjectivement.

    Qui le sait, parmi nos élèves ? Que montrent les institutions officielles du judaïsme si ce n’est Netanyahu acclamé aux cris de « Israël vivra, Israël vaincra ! » à la Synagogue des Victoires à Paris au soir de la manif Charlie ? Que reste-t-il de la mémoire du Bund, de Léon Trotski, de Rosa Luxemburg, du messianisme matérialiste de Walter Benjamin, des grands parents d’Ivan Jablonka (juifs communistes polonais antisionistes) de Henri Krasucki ou de Marek Edelman, persona non grata en Israël ? Pas grand chose. Un héritage englouti.
    C’est bien pourtant cette histoire-là qui permettrait de parler ou non d’antisémitisme car, sans elle, le nom juif continuera, pour parler comme Cécile Winter, à être enrôlé dans l’étendard Occident déployé dans nos guerres sans fin. Cette mémoire-là, disons le tout net, ne soucie pas nos nouveaux propagandistes guerriers de l’Occident, relais d’un monde sans messianisme et lieutenants de la loi d’airain du capital.


  • Mort de Said Bourrarach : 4 hommes jugés en mars. « La très discrète couverture médiatique - comparée à Clément Méric ou Ilan Halimi- a alimenté le sentiment d’une indignation à géométrie variable » - Le Parisien

    http://m.leparisien.fr/faits-divers/mort-de-said-bourrarach-quatre-hommes-juges-aux-assises-en-mars-10-10-2

    Quatre hommes accusés d’avoir provoqué la mort de Said Bourrarach, un vigile de 35 ans qui s’est noyé dans le canal de l’Ourcq en mars 2010, seront jugés aux assises de Seine-Saint-Denis du 17 au 26 mars (…)

    Les accusés, âgés de 19 à 25 ans à l’époque des faits, sont poursuivis pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec usage ou menace d’une arme ». Ils encourent une peine maximale de 15 ans de réclusion criminelle.

    La mort de M. Bourrarach, ce père de famille marocain de 35 ans (…) qui tentait d’échapper à un groupe de jeunes -de confession juive- qui l’avait pris en chasse avait réveillé un profond sentiment d’injustice dans la communauté musulmanne.

    Sur des sites d’information communautaire, l’origine des agresseurs ainsi que leur sympathie supposée pour la Ligue de défense juive (LDJ), suffisait à établir la dimension raciste de son « meurtre ».

    La très discrète couverture médiatique de son destin tragique -souvent comparée à l’émoi suscité par la mort de Clément Méric ou de Ilan Halimi- a alimenté le sentiment d’une indignation à géométrie variable.

    Après avoir passé quelques mois en détention provisoire, tous les accusés ont été placés sous contrôle judiciaire et comparaîtront libres, a indiqué Me Paul Le Fèvre, avocat de l’un d’eux.

    (…)
    Selon les mis en cause, le vigile se serait noyé après s’être volontairement jeté dans le canal, ce que conteste la famille.

    Le renvoi devant les assises a été décidé par un juge d’instruction de Bobigny qui a estimé que les quatre hommes avaient provoqué la noyade du vigile en le soumettant à « un choc émotif » et à une « pression psychologique » telle que ce dernier avait dû, pour échapper à ses assaillants, sauter dans le canal de l’Ourcq où il s’est noyé.

    « Il est regrettable que les violences en réunion n’aient pas été retenues car elles ressortent dans tout le dossier », a estimé Me Dominique Cochain, qui représente la famille Bourarach.

    (Un doute sur l’orthographe du nom, qui est peut-être « Bourarach »)