person:jérôme

  • Ces femmes qui ont compté dans l’ombre
    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/06/05/ces-femmes-qui-ont-compte-dans-l-ombre_5471924_1650684.html


    photo apparaissant « par magie », donc non créditée

    On trouve beaucoup d’exemples de travaux scientifiques basés sur le travail de « calculatrices féminines », dont les noms apparaissent au mieux dans les remerciements.

    L’un de mes articles scientifiques préférés a été écrit par Edward Lorenz, en 1963, et s’intitule « Deterministic Nonperiodic Flow » (flot déterministe et non périodique). Il s’agit de l’un des textes fondateurs de la théorie du chaos. Son contenu passera dans le grand public un peu plus tard à travers la belle image de l’effet papillon : un battement d’ailes d’un papillon au Brésil pourrait engendrer un ouragan au Texas. Cette publication est un mélange extraordinaire de physique, de météorologie, de mathématiques et de simulations numériques. Je l’ai lue et relue un très grand nombre de fois et je croyais la connaître jusque la semaine dernière.

    Un article de Joshua Sokol dans Quanta Magazine m’a appris que j’aurais dû lire le dernier paragraphe dans lequel l’auteur remercie « Miss Ellen Fetter qui a pris en charge les nombreux calculs et les graphiques ». Comment ? Ce n’est pas Edward Lorenz qui a fait les calculs, mais une assistante ? Il faut comprendre que simuler le mouvement de l’atmosphère sur un ordinateur était une composante essentielle de l’article. En 1963, les ordinateurs étaient primitifs et « prendre en charge les calculs » aurait probablement mérité un peu plus qu’un discret remerciement.

    Ce n’est pas la première fois que des scientifiques utilisent des « calculatrices féminines », dont les noms apparaissent au mieux dans les remerciements. Dix ans auparavant, Enrico Fermi, John Pasta et Stanislaw Ulam publiaient la première simulation numérique d’un système physique complexe. On peut considérer cet article comme la naissance d’une nouvelle discipline de physique mathématique. Il s’agissait d’étudier, sur un ordinateur, les vibrations d’une chaîne constituée d’une soixantaine de ressorts « non linéaires ».

    Là encore, deux lignes discrètes dans la publication remercient Miss Mary Tsingou pour « la programmation efficace du problème et pour avoir effectué les calculs sur l’ordinateur Maniac de Los Alamos », ce qui représente pourtant une partie très importante du travail. Ce n’est qu’en 2008 que le physicien Thierry Dauxois lira ces deux lignes et proposera d’appeler Fermi-Pasta-Ulam-Tsingou cette simulation numérique. J’aurais même proposé de respecter l’ordre alphabétique…

    #paywall

    • Nicole-Reine Lepaute — Wikipédia
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicole-Reine_Lepaute


      Détail d’un portrait de Nicole-Reine Lepaute
      par Guillaume Voiriot, là aussi, il faut aller chercher l’auteur qui n’est pas mentionné dans les infos WP de l’image, mais en note de l’article…

      Nicole Reine Lepaute, née Étable, le 5 janvier 1723 à Paris, morte dans la même ville le 6 décembre 1788, est une calculatrice et astronome française. Elle est, avec Caroline Herschel et la marquise du Châtelet une des principales femme scientifique du siècle des Lumières.

      Son travail est souvent inclus dans celui d’autres auteurs, dont Jérôme de Lalande et son mari. Mais, s’il faut en croire Lalande, qui l’aimait beaucoup, elle était « un maître plutôt qu’un émule ». Elle a notamment aidé au calcul de la date précise du retour de la comète de Halley de 1759 et contributrice majeure au calcul de l’éphéméride astronomique La connaissance des temps.

    • On trouve beaucoup d’exemples de travaux scientifiques basés sur le travail de « calculatrices féminines », dont les noms apparaissent au mieux dans les remerciements.

      L’un de mes articles scientifiques préférés a été écrit par Edward Lorenz, en 1963, et s’intitule « Deterministic Nonperiodic Flow » (flot déterministe et non périodique). Il s’agit de l’un des textes fondateurs de la théorie du chaos. Son contenu passera dans le grand public un peu plus tard à travers la belle image de l’effet papillon : un battement d’ailes d’un papillon au Brésil pourrait engendrer un ouragan au Texas. Cette publication est un mélange extraordinaire de physique, de météorologie, de mathématiques et de simulations numériques. Je l’ai lue et relue un très grand nombre de fois et je croyais la connaître jusque la semaine dernière.

      Un article de Joshua Sokol dans Quanta Magazine m’a appris que j’aurais dû lire le dernier paragraphe dans lequel l’auteur remercie « Miss Ellen Fetter qui a pris en charge les nombreux calculs et les graphiques ». Comment ? Ce n’est pas Edward Lorenz qui a fait les calculs, mais une assistante ? Il faut comprendre que simuler le mouvement de l’atmosphère sur un ordinateur était une composante essentielle de l’article. En 1963, les ordinateurs étaient primitifs et « prendre en charge les calculs » aurait probablement mérité un peu plus qu’un discret remerciement.

      Calculs faits à la main

      Ce n’est pas la première fois que des scientifiques utilisent des « calculatrices féminines », dont les noms apparaissent au mieux dans les remerciements. Dix ans auparavant, Enrico Fermi, John Pasta et Stanislaw Ulam publiaient la première simulation numérique d’un système physique complexe. On peut considérer cet article comme la naissance d’une nouvelle discipline de physique mathématique. Il s’agissait d’étudier, sur un ordinateur, les vibrations d’une chaîne constituée d’une soixantaine de ressorts « non linéaires ».

      Là encore, deux lignes discrètes dans la publication remercient Miss Mary Tsingou pour « la programmation efficace du problème et pour avoir effectué les calculs sur l’ordinateur Maniac de Los Alamos », ce qui représente pourtant une partie très importante du travail. Ce n’est qu’en 2008 que le physicien Thierry Dauxois lira ces deux lignes et proposera d’appeler Fermi-Pasta-Ulam-Tsingou cette simulation numérique. J’aurais même proposé de respecter l’ordre alphabétique…

      En remontant encore dans le temps, on arrive à une période où les calculs étaient faits à la main, et où la main en question était bien souvent féminine. Dans les années 1940, un membre d’un institut de mathématiques appliquées ose parler du kilogirl (kilofille) : la quantité de calculs qu’une femme peut produire en mille heures ! Vers 1880, l’astronome Edward Charles Pickering recrute, à Harvard (Massachusetts), une équipe de plus de 80 calculatrices féminines surnommées « harem de Pickering » et payées moins qu’un ouvrier.

      On sait que la comète de Halley est visible dans le ciel à peu près tous les soixante-seize ans. Sa trajectoire est perturbée par l’attraction de Jupiter et de Saturne. Au milieu du XVIIIe siècle, certains savants doutaient encore de la théorie de la gravitation de Newton. Le calcul de la date du retour de la comète fut un grand moment de l’histoire des sciences. En novembre 1758, l’académicien Alexis Clairaut annonce un retour « vers le mois d’avril de l’année prochaine ».

      Ce fut un triomphe quand sa prédiction se réalisa. La théorie est en effet due à Clairaut, mais les calculs monstrueux ont été effectués par Joseph Lalande et Nicole-Reine Lepaute qui « calculaient depuis le matin jusqu’au soir, parfois même à table ». Clairaut « oubliera » de remercier sa collaboratrice. La Ville de Paris rendra partiellement justice à Nicole-Reine, en 2007, en donnant son nom à une rue.

      Nicole-Reine Lepaute (1723-1788), calculatrice et astronome.

      En 2017, l’ingénieur de Google James Damore a été renvoyé après avoir affirmé que le manque d’informaticiennes était d’origine biologique.

  • Planning de la Manifestation des Gilets jaunes à Paris le samedi 1er juin 2019
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/16080-planning-de-la-manifestation-des-gilets-jaunes-a-paris-le-samedi-1e

    Update 31.05.2019 : Planning de la Manifestation des Gilets jaunes blessés à Paris le Dimanche 2 juin 2019

    Manifestation à Paris des Gilets jaunes

    Acte 29 - samedi 1er juin

    https://paris.demosphere.net/rv/70467

    Attention : cette page évolue en permanence.

    Les événements Facebook changent souvent (lieux, horaires) et sont parfois supprimés. Certains n’indiqueront le lieu qu’au dernier moment. Nous mettons ces informations à jour régulièrement, ici, sur Démosphère.

    Les principaux rendez-vous Gilets jaunes :

    Denfert-Rochereau : rendez-vous à 11h, départ vers 13h « Acte 29 GJ contre la répression policière et d’État » Manifestation déclarée par Jean-Christian, Inda et Naja Les manifestations précédentes de ce groupe ont été soutenues par Eric Drouet et Jérôme Rodrigues Trajet confirmé : (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises

  • Raw Material
    https://www.nova-cinema.org/prog/2019/172-folk-on-film/raw-material/article/rhysome-et-terre-21561

    •+ Jérôme Noetinger & Lionel Fernandez Concert, , 40’ Lionel Fernandez (guitare électrique) fait vibrer les tympans des adorateurs de noise depuis plus de trois décennies au sein notamment des mythiques SISTER IODINE, dans une profonde radicalité et une jubilation certaine. Jérôme Noetinger (Revox) est virtuose de la manipulation de la bande magnétique et des dispositifs électroacoustiques, à qui on doit le catalogue de vente par correspondance METAMKINE, véritable mine d’or des musiques électroacoustiques et improvisées. Heureuse rencontre de deux acteurs incontournables de la scène expérimentale qui, pour l’occasion, sortent de leurs cartons un album tout frais ! Metamkine •+ Badhamia Utricularis Berk Pascal Baes & DJP, 2017, video, 56’ Long-métrage d’animation en stop-motion, (...)

  • « Je me suis senti agressé » : un architecte en guerre contre le street art sur ses barres à Paris
    https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/05/28/street-art-et-architecture-en-conflit-sur-la-dalle_5468800_3246.html

    La justice a interdit l’extension d’un parcours de fresques dans le 13e arrondissement de Paris.


    Vue sur les fresques des artistes Shepard Fairey (« Delicate Balance » ; « Rise above Rebel » ; « Liberté, Egalité, Fraternité »), Add Fuel (« Envolvente ») et Invader (« PA_240 »), dans le 13e arrondissement de Paris.

    C’est l’histoire d’une greffe ratée entre un parcours de street art momumental et un site des années 1970 avec cinq barres de logements sociaux sur dalle, implanté au beau milieu du boulevard Vincent-Auriol (Paris 13e). Après une procédure en référé lancée le 7 mai par l’architecte Gilles Béguin et la designer graphique Isabelle Jégo, la justice a tranché le 20 mai : le duo a obtenu l’interdiction, sans leur accord préalable écrit, de toute intervention de street art sur les pignons de l’îlot Say, tout juste rénové par leurs soins et propriété de la Régie immobilière de la Ville de Paris (RIVP). « C’est une décision exceptionnelle sur le fondement du droit moral », commente l’avocate Agnès Tricoire, leur conseil.

    Porté par la mairie du 13e, Boulevard Paris 13 est un parcours de fresques orchestré par la galerie Itinerrance, qui avait déplacé les foules en 2013 avec son projet éphémère de Tour Paris 13 – des dizaines d’artistes de la scène street art avaient été invités à intervenir dans un immeuble voué à la destruction. Ces dernières années, son directeur, Mehdi Ben Cheikh, s’est attelé à transformer la portion du boulevard Vincent-Auriol traversée par le métro aérien (ligne 6) en un « musée à ciel ouvert » en constante expansion. Les curieux peuvent y découvrir un enchaînement de muraux de grandes signatures, de l’Américain Shepard Fairey (Obey) au Français Invaders.

    Le conflit survenu sur l’îlot Say est inhabituel et, du côté de la RIVP, les mots sont durs. « Depuis onze ans que je suis à la direction de la RIVP, avec des centaines d’opérations de complexité variable, je n’ai jamais vu un architecte se comporter aussi mal. Je suis un grand défenseur des architectes, mais là, il y a eu un manque de loyauté », réagit Serge Contat, son directeur général. Il estime que, depuis trois ans, Gilles Béguin les « a baladés dans une espèce d’ambiguïté sans jamais contester le projet de street art ».

    « Nous avons tous perdu du temps »

    Même son de cloche du côté du maire. « Je n’ai jamais voulu mettre architectes et artistes en concurrence, et je ne souhaite pas polémiquer, assure Jérôme Coumet (PS). Nous faisons toujours des demandes d’intervention très en amont, et dans ce cas, nous avons prévenu dès 2016 que nous souhaitions faire intervenir des artistes sur des pignons. L’architecte avait accepté le principe, il n’a pas tenu sa parole, et nous avons tous perdu du temps. »

    Gilles Béguin, architecte : « J’ai voulu que la rénovation soit sensible à l’histoire ouvrière du quartier, dont il a été fait table rase dans les années 1970 »

    Gilles Béguin, lui, défend la cohérence de son travail. « Mon projet de rénovation a été retenu par la RIVP en 2012, études et permis avaient été déposés en 2013. En 2016, le projet était déjà très avancé quand le maire a organisé une rencontre avec le galeriste », résume l’architecte. Il défend son approche des lieux, basée sur l’histoire du site, qui était une vaste raffinerie de sucre jusqu’en 1968 : « J’ai voulu que la rénovation soit sensible à l’histoire ouvrière du quartier, dont il a été fait table rase dans les années 1970. » Il a fait appel, dès 2015, à la designer graphique Isabelle Jégo. « Il y a eu un travail de recherche à partir des archives et de la mémoire des habitants », avec l’idée « de réinterpréter l’esprit d’origine des parements en béton cannelé », avec des pictogrammes et des phrases moulés dans des plaques de béton en composite blanc. Avec, comme effet recherché, une « vibration de la lumière évoquant une pluie de sucre », détaille l’architecte.


    « Madre Secular 2 », par Inti et « Etreinte et Lutte », par Conor Harrington aux 81 et 85, boulevard Vincent-Auriol (Paris 13e).

    « Lors de cette rencontre de 2016, nous avons dit OK pour un pignon, mais pas pour de la peinture recouvrante, plutôt une intervention discrète comme une mosaïque d’Invader, et en collaboration avec nous. Notre projet était déjà très cohérent, je ne voyais pas l’intérêt d’ajouter des fresques, surtout sans lien avec l’histoire des lieux. Ils ont voulu passer en force », estime-t-il, visiblement affecté.

    « Mépris » pour son travail

    Pendant trois ans, l’incompréhension grandit. D’un côté, les tenants du street art estiment que le message a été passé et que les pignons sont à disposition ; de l’autre, l’équipe architecturale se réjouit du rendu de son revêtement et espère que le projet d’intervention n’est plus d’actualité. Gilles Béguin explique avoir appris à la mi-avril que des fresques étaient finalement programmées sur neuf pignons sur dix. Puis des nacelles sont apparues au pied du revêtement fraîchement posé. « Ils ont estimé que la question des fresques n’était pas mon problème. Je me suis senti agressé, et je me suis juste défendu face à un manque de respect pour notre travail, qui n’offre pas une esthétique spectaculaire, mais respecte le contexte », confie-t-il.

    « Il y a quand même une trentaine de fresques déjà réalisées à fêter », rappelle le maire, Jérôme Coumet

    Ce même « mépris » pour son travail, selon les termes de l’avocate, a été ressenti concernant l’annonce de la pose sur l’un des toits-terrasses de l’ensemble d’une sculpture du street artiste français Seth, l’un des lauréats du concours Embellir Paris. L’ajout de cette silhouette enfantine sur un toit constitue-t-elle aussi une atteinte au droit moral ? La justice a estimé que oui. Avouant être réticent à l’esthétique de l’œuvre, l’architecte reconnaît que l’essentiel s’est joué sur la manière : « Tout s’est organisé sans me demander mon avis, et alors que je n’avais même pas encore fait réceptionner le bâtiment. »

    « Tant pis, on trouvera un autre endroit », commente Mehdi Ben Cheikh, qui précise qu’il était prévu qu’une fresque du même Seth soit réalisée sur le pignon à l’aplomb de la sculpture. L’inauguration officielle du parcours, le 13 juin, qui devait accompagner l’arrivée des nouvelles interventions, est maintenue, avec un « banquet populaire » qui s’étirera sous le métro aérien entre les stations Nationale et Chevaleret. « Il y a quand même une trentaine de fresques déjà réalisées à fêter », rappelle le maire, tandis qu’une « solution de secours » a été imaginée pour Seth, précise le galeriste : il a agrandi sa fresque précédente sur un immeuble situé de l’autre côté du boulevard.

    • Perso je dirais pas ca @val_k c’est l’application du droit moral des artistes sur leurs création (droit français), rien à voire avec le copyright (droit US) qui ne reconnais pas ce droit moral aux artistes. L’architecte explique bien qu’il n’était pas opposé sur le principe (il etait ok pour certains artistes) mais demande à être consulté sur le choix et le nombre des fresques. Il dit avoir souhaiter faire une intervention en rapport à l’histoire ouvrière du lieu (assez light je reconnais, l’effet pluie de sucre semble être un peu de la rigolade) et ne voulais pas d’un motif seulement décoratif et dépolitisé. Il précise avoir en plus fini de restauré le revetement et avoir été surpris de voire que la ville efface ce travail en voulant recouvrir 9 des 10 facades. Ici on a un architecte qui prétend à une démarche politisé avec un respect du lieu dans lequel il est implanté et en face des galeristes et agents municipaux qui surf sur la mode du street art et se servent des artistes sans prise en compte de l’histoire du lieu, des batiments, des habitants. Ces fresques font monté la cotes des artistes et de l’immobilier, c’est pas si altruiste qu’on pourrait le pensé comme démarche et je dirait pas qu’il y a un méchant architecte qui fait du copyright madness contre des gentils peintres qui font une jolie ville avec des belles couleurs et leur grand cœurs si généreux. Ca semble plus à une bataille d’ego et d’intérêts politique entre promoteurs.

    • En effet à la lecture de l’article hier je me suis demandée dans quelle mesure ce combat était « douteux ». Etait-ce la bataille d’un architecte mégalo qui ne laisse pas vivre ses façades, ou celui d’un artiste qui oeuvre pour un peu de mieux pour les résidents des tours (qui en grande partie seraient des locataires , par conséquent non intéressés par la plus value immobilière qu’apporterait un musée de street art à ciel ouvert, les transformant par la même occasion en sorte de « bêtes de foire »), sans considérer l’avis des politiques . Je me suis Donc permis, par acquis de conscience, de contacter en direct M.Gilles BEGUIN, et ai recu reponse a mes questions dans la journée ! Magnifique :) et au final, en substance, en espėrant ne pas déformer ou edulcorer ses propos, je trouve au final que l’article n’est pas tout à fait objectif (mon avis uniquement) bien qu’il permette de se poser des questions ; car le présenterait plutot comme un produit de la première option, alors que la démarche releve au contraire plutot de la seconde a ce que je comprends. Bref je crois que tous les éléments du débat ne sont pas présentés ici, comme en premier lieu l’avis détaillé de l’artistE qui a signé les façades de la rénovation ainsi que peut être et surtout les résultats des consultations de résidents ! Apres on peut toujours relever le fait que ca fait beaucoup d’énergie dépensée, qui n’aurait certainement pas été perdue si les personnes de l’asso en question et les architectes étaient simplement allés boire un coup ensemble au préalable :) ah la communication..

    • @goujon n’hésite pas à partagé les infos qui nous manque si tu en as de première main.
      En dehors de cette histoire je me demande quel est le ratio d’artistes femmes. Je vais voire, je reviens
      de retour, il n’y a que 1,5 femmes sur les 30, 1,5 car l’une est en fait un couple...

  • Le best-seller de Juan Branco, un opuscule problématique

    (recension de la version en ligne du bouzin, pas du bouquin)

    https://rebellyon.info/Le-best-seller-de-Juan-Branco-un-opuscule-20685

    cf. https://seenthis.net/messages/779288
    (quel acharnement ^^ Rebellyon séide de l’oligarchie ?)

    À propos de l’homophobie de Branco et d’outing, l’article renvoie au passage vers Jérome Martin :

    https://blogs.mediapart.fr/merome-jardin/blog/100519/juan-branco-dramaqueen-du-revisionnisme-homophobe

    et le précédent billet :

    https://blogs.mediapart.fr/merome-jardin/blog/180119/juan-branco-au-cafe-de-flore

    • Pas de jour, pas de journal télévisé, pas de « Une » sans le récit du déroulement d’un procès financier ; nous suivons les affres de celui Bernard Tapie, nous nous sommes délectés des épisodes à rebondissement de celui de Jérôme Cahuzac, nous avons culminé et ce n’est pas fini, avec François Fillon... Nous commençons la série Balkany saison 1, sans parler du programme annoncé à venir de Nicolas Sarkozy, etc.

      Ce journaliste publie son « J’ACCUSE », et entre à la postérité. Il était temps qu’un journaliste s’attaque aux injustices flagrantes qui touchent tant de laisser-pour-compte.

      Pourquoi donc ne pas traiter ces affaires autrement en laissant les places de prison à ceux qui sont dangereux pour la société et qui, bien souvent, n’y font qu’un petit tour et puis s’en vont ?

      Excellente question ça ! Un sordide effet miroir sans doute...

    • Quoique, ceux qui se permettent de définir des castes dont la place serait plus là qu’ailleurs, on les enverrrait bien tester non ?

  • Procrastination nocturne 2. Quand tu t’endors crevé super tôt sans même l’avoir voulu, toute lumière allumée et que tu te réveilles à 1h35 la lampe dans la gueule…
    Après : https://seenthis.net/messages/753114

    Je me lève pour tout éteindre et me changer, j’envoie un message à mon amoureuse pour dire que je n’avais pas vu son mot vu que je m’étais endormi et…

    Du coup, devant l’ordi, je tombe sur l’onglet ouvert pour plus tard avec la préface par Robert Kurz au Debord d’Anselm Jappe
    https://seenthis.net/messages/782666
    http://www.palim-psao.fr/2019/05/la-societe-du-spectacle-trente-ans-plus-tard.par-robert-kurz-preface-a-l-

    Ce n’est pas très long, donc je me mets à la lire. Puis je suis un lien vers un article de Jappe de l’année dernière que j’avais déjà lu et épinglé :
    https://seenthis.net/messages/690117
    http://www.palim-psao.fr/2018/04/guy-debord.plus-que-jamais-en-situation-par-anselm-jappe-paru-dans-le-nou

    À partir de là, c’est foutu.

    Je me mets à relire sa fiche WP, pour lire des choses sur son suicide :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guy_Debord
    https://www.independent.co.uk/arts-entertainment/from-being-to-nothingness-1524917.html

    Je retombe sur cet article sur le livre à charge d’Apostolidès :
    https://next.liberation.fr/livres/2015/12/23/guy-debord-satiete-du-spectacle_1422654
    que @supergeante avait épinglé à l’époque :
    https://seenthis.net/messages/442991

    Du coup ça m’amène à lire sur Alice Becker-Ho et « l’affaire Riesel »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Alice_Becker-Ho
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Riesel

    Là je cherche des photos d’eux tous, et je retombe sur… le journal pro-situ américain Not Bored qui contient de nombreuses correspondances de Debord traduites en anglais et disponibles sur le web. Comme je n’ai pas les livres, pour résumer, je me plonge dedans et je passe plus de 3h à lire des lettres de Debord en pleine nuit.
    http://notbored.org/debord.html

    Je ne me rappelle plus trop dans quel ordre ça s’est passé : est-ce que j’ai d’abord cherché les mots de Debord sur Jappe, puis je suis retombé sur le conflit avec René Riesel, ou bien était-ce l’inverse ?…

    Le dernier mot de Debord sur Jappe est dans une lettre pour Makoto Kinoshita :
    http://notbored.org/debord-5April1994.html

    Dis moi si un de tes amis sait lire italien. Dans ce cas, je t’enverrais un livre d’Anselm Jappe (Debord, Edizioni Tracce, Pescara). C’est sans aucun doute le livre le mieux informé sur moi, écrit par un Allemand qui assume explicitement un point de vue Hegeliano-Marxiste.

    Mais on trouve donc aussi des choses sur « l’affaire Riesel ». À commencer par sa lettre de rupture définitive à Riesel, où en goujat sans pincettes, il traite sa femme de misérable conne et de vache :
    http://notbored.org/debord-7September1971.html

    À l’inverse dans une autre lettre il s’explique très en détail sur une autre relation libertine de son couple avec Eve et Jean-Marc :
    http://notbored.org/debord-2October1971.html
    Le point commun étant qu’il haïssait absolument le mensonge (Apostolidès dit qu’il mentait et manipulait lui-même mais je n’ai pas lu de témoignage ailleurs, qu’il était excluant, violent, etc oui, mais pas menteur et Sanguinetti dit le contraire alors qu’Apostolidès est censé s’être basé sur ses sources justement). Et que donc toute relation amoureuse et/ou sexuelle doit toujours se faire sans jamais mentir à personne (y compris pendant l’acte, ce qui est le point qui a énervé Alice avec la femme de Riesel).

    Toujours autour des mêmes gens, je tombe aussi sur un article de Bourseiller, qui au milieu de notes sur Debord et le libertinage, détaille la vie de l’écrivain et pornographe Alexander Trocchi plus que sa fiche Wikipédia. À n’en pas douter c’était un aventurier… et une grosse merde qui a prostitué sa femme enceinte (et pas qu’un peu) pour se payer de l’héroine, et moult autre.
    http://christophebourseiller.fr/blog/2017/03/transgresser-ou-disparaitre-les-situationnistes-a-lepreuve-de-

    Bon, ça a dérivé (haha) et j’avoue sans mal qu’il doit y avoir du voyeurisme à être parti dans tout ça. Je préfère généralement rester sur le contenu lui-même, comme le fait très bien le livre de Jappe justement. Mais je garde toujours en tête que les idées doivent être pratiquées au quotidien, donc il y a quand même un intérêt à savoir la vie réelle des gens (et c’était très exactement le crédo principal de Debord et tous les situs, et justement lui pensait être assez en accord avec ce qu’il disait).

    Et là, il était 5h45. Et le réveil à 7h.

    #procrastination #sérendipité #Debord #Guy_Debord #Alice_Becker-Ho #René_Riesel #situationniste #internationale_situationniste #nuit #sommeil #Robert_Kurz #Anselm_Jappe #théorie_critique #libertinage #Alexander_Trocchi #Christophe_Bourseiller #Jean-Marie_Apostolidès et #dérive !!

    • Glières : "Résister, c’est d’abord avoir un esprit critique"
      Krystel Bablée, Le Dauphiné, le 20 mai 2019
      https://www.apesac.org/presse/dans-la-presse-en-2019/832-glieres-resister-c-est-d-abord-avoir-un-esprit-critique.html

      #Dareen_Tatour, poétesse arabe et israélienne a raconté, la voix coupée par les sanglots, ses années d’enfermement. Son crime ? Avoir écrit un #poème. Sa résistance ? « En écrire des dizaines d’autres et trois livres ».

      Résister aujourd’hui, pour quelle finalité ? La question a été posée aux “Citoyens résistants” rassemblés, dimanche 19 mai, sur le plateau des #Glières.

      « J’ai décidé de résister. De supporter l’intimidation, de tenir bon. Pour défendre la liberté d’expression. » La tête couverte d’un seul foulard, Dareen Tatour résistait, dimanche 19 mai sur le plateau des Glières, d’abord au froid, et aux larmes qui entrecoupaient son récit. La poétesse arabe et israélienne emprisonnée pendant trois ans pour ses écrits, avait répondu à l’invitation de Citoyens Résistants d’hier et d’aujourd’hui qui organisait, comme chaque année depuis 2007, son rassemblement des Glières. Avec Marine Martin, (lanceuse d’alerte sur le scandale de la Dépakine), Gaspard Glanz, journaliste indépendant ou encore Jean-Baptiste Rivoire, ex-rédacteur en chef adjoint du magazine “Spécial investigation”, ils livraient leurs “paroles de résistants”.

      « On se lève, on se bat, on résiste » affirme Gaël Quirante, secrétaire départemental de Sud-Poste, licencié par La Poste. « C’est une véritable révolution des idées, des actes. Ce mouvement m’a redonné espoir » livre Patrice Philippe, membre du collectif “Mutilés pour l’exemple”.

      Face à eux, assis sur des bancs, des chaises pliantes, ou dans l’herbe, des “citoyens résistants”, une grande famille où se mêlent enfants, jeunes et grands-parents. Qui, pour certains, se retrouvent depuis les premières éditions.

      « Venir ici, ça recharge les accus et regonfle le moral »

      Que recouvre pour eux le verbe “résister”, pourquoi et à quoi résister ? Telles sont les questions que je leur ai soumises, et auxquelles ils ont volontiers répondu.

      « On ne résiste pas assez, justement » glisse Camille, venue avec son compagnon et son petit garçon, pour la 4e fois au Rassemblement des Glières. « J’admire ceux qui ont le courage d’être débout et de résister ; en étant là aujourd’hui, à les écouter c’est ma manière de leur apporter mon soutien. » Sa résistance, Camille la trouve dans les échanges avec ses amis. « On parle de la société que l’on aimerait avoir, où l’entraide serait au cœur. Résister, c’est trouver la force de dire : “Non”. »

      Jérôme, lui est pragmatique. « Résister, c’est d’abord avoir un esprit critique, ne pas tout prendre pour argent comptant. Puis, dans un second temps, partager les choses à une dimension humaine et collective pour dessiner le modèle social de demain. »

      « Résister, c’est remettre l’humain au centre », réfléchit Myriam, « et pour ça, il va falloir apprendre à désobéir pour respecter le vivant. » La trentenaire est dans une démarche positive, « Je ne résiste pas contre quelque chose mais pour un monde plus juste, plus humain. » Et de faire un parallèle avec les combattants des Glières, « ils se sont d’abord battus pour la liberté, que contre les envahisseurs. »

      « Résister, c’est apporter des solutions autour de l’entraide et du bon sens ; sortir de sa zone de confort » renchérit son compagnon, Yannick.

      Troisième fois que Rémi, 30 ans, « sensible à l’énergie de ces lieux » vient se ressourcer au Rassemblement des Glières. Sa résistance, il l’a construite au fur et à mesure, en se détournant des chemins professionnels tous tracés. Et en accordant son style de vie à ce qui devrait, selon lui, être la priorité n°1, l’écologie. « De l’écologie, tout découle, les luttes sociales, les réseaux d’influence… »

      « Venir ici où il y a une fraternité, un discours vrai, ça recharge les accus et regonfle le moral » assure Pascale, la mère de Rémi.

      « Il faut résister contre l’ultralibéralisme, au risque de convoquer le fascisme » s’interpose Nadine. « On a affaire à un rouleau compresseur qui exploite autant l’humain que la nature. C’est la première fois dans l’histoire de l’humanité que l’on est face à un risque réel de destruction des espèces vivantes. C’est un devoir envers les anciens résistants qui nous ont montré la voie. À nous de nous montrer digne. »

  • 20 mai : #JusticePourJerome : Le 20 mai 2017, Jérome Laronze mourrait, abattu par les gendarmes / (Lieu non défini)
    https://44.demosphere.net/rv/2758

    Jérome Laronze avait 37 ans. Éleveur de bovins à Trivy (Saône et Loire), il était harcelé par les services vétérinaires de la DDPP depuis plusieurs années, qui lui reprochaient de ne pas être à jour dans le suivi de ses vaches et lui en avaient finalement interdit la vente. Révolté par les politiques agricoles et les normes imposées aux éleveurs, il était adhérent à la Confédération Paysanne. Lors d’un ultime contrôle 9 jours avant sa mort, le 11 mai, dans le but de recenser le cheptel en vue de sa saisie, il s’était enfui après avoir « menacé avec son tracteur » les 6 gendarmes qui accompagnaient l’inspection sanitaire. Depuis, il était activement recherché et des gendarmes étaient déployés dans le secteur pour l’interpeller.

  • En prison depuis quatre mois. Son crime ? Être anarchiste
    https://reporterre.net/En-prison-depuis-quatre-mois-Son-crime-Etre-anarchiste

    Toulouse (Haute-Garonne), correspondance

    En prison pour un jeu de clés. C’est ainsi que l’on pourrait résumer l’affaire de « R. », un jeune homme de 26 ans mis en examen pour « association de malfaiteurs » et détenu depuis près de quatre mois à la maison d’arrêt de Seysses (Haute-Garonne).

    Le 2 février dernier, R. garde la fille d’une amie au domicile de cette dernière. Nous sommes un samedi, jour de manifestation des Gilets jaunes et voyant des policiers contrôler des manifestants, R. descend dans la rue pour observer la scène. Il est lui aussi interpellé par les forces de l’ordre, et refuse de donner son identité.

    Face aux policiers, le jeune homme, de nationalité suisse, affirme s’appeler « Jérôme Schmidt », un nom imaginaire. Dans un premier temps, il est emmené au poste de police pour vérification d’identité, puis placé en garde à vue après avoir refusé le prélèvement de son ADN et de ses empreintes. En droit français, ce refus constitue une infraction. R. est par ailleurs en possession d’un trousseau de clés qui attire l’attention des policiers. Parmi elles, une clé Allen, du type de celles servant à la réparation d’un vélo et un passe PTT permettant l’ouverture de halls d’immeubles et de boîtes aux lettres. Dès lors, les enquêteurs se convainquent qu’il s’agit de preuves matérielles prouvant l’appartenance de R. à la mouvance de l’ultragauche. Dans leur procès-verbal, ils affirment que ces clés sont « caractéristiques du fonctionnement des activistes d’ultragauche pilotant le mouvement des Gilets jaunes et leurs manifestations, en tout cas sur la ville de Toulouse ».

  • Le numéro 2 de la revue Oeuvres ouvertes vient de paraître.

    Voici le sommaire de ce numéro que nous avons intitulé « Kafka n’est pas mort » d’après une note extraite d’un carnet de Peter Handke. On pourra y lire des nouvelles traductions de Kafka et des essais, mais aussi des fictions d’auteurs contemporains.

    SOMMAIRE

    Laurent Margantin - Préface
    Peter Handke - « Kafka ist nicht gestorben »
    Laurent Margantin - Pourquoi une nouvelle traduction du Journal de Kafka ?
    Franz Kafka - Extraits du Journal
    Nelly Engel - Deux lettres de Franz Kafka
    Haggaï Linik - Kafka
    Noëlle Rollet - Milena Jesenska, le regard et le désir
    Sabine Huynh - K comme dékalage
    Franz Kafka - Un entretien d’embauche
    Serge Bonnery - L’auxiliaire
    Jérôme Orsoni - Qualité de lumière
    Pierre Cendrin - Cessation
    Laurent Margantin - Google Death

    http://oeuvresouvertes.net/spip.php?article4080

  • Le boxeur comme métaphore - Mediapart

    https://www.mediapart.fr/journal/france/070519/le-boxeur-comme-metaphore?onglet=full

    Le boxeur ainsi surgi, #Christophe_Dettinger, allait payer très cher son fait d’armes sans la moindre arme. L’appareil d’État, épaulé par des médias malléables et une justice aux ordres, allait fondre sur cette proie transformée en chasseur, en tourmenteur, en martyriseur des braves forces de l’ordre.

    La vérité, c’est le mensonge et tous les coups sont donc permis, de la part d’une classe possédante retrouvant ses réflexes versaillais face à la Commune : ô panique de ne pas avoir le dessus, inédite depuis 1871 ! Le boxeur salutaire serait transformé en barbare ; du reste n’était-il pas « gitan » ?…

    Face à un tel enfumage des biens-pensants, le journaliste Antoine Peillon prend la plume et publie, quatre mois plus tard, Cœur de boxeur. Le vrai combat de Christophe Dettinger, aux éditions – si bien nommées – Les Liens qui libèrent.

    Grand reporter à La Croix, Antoine Peillon ne se livre pas à une angélophanie : le boxeur n’est pas ailé. Ni à une béatification immédiate (« Santo subito ! ») : le boxeur ne porte pas d’auréole. Dans son avant-propos, l’auteur se situe néanmoins du côté de l’apologie : « Mais il faut entendre “apologie” au sens de justification, de défense, en aucun cas d’idolâtrie. »

    Pour ce faire, Cœur de boxeur propose trois stations : un arrêt sur images (revenir sur ce que dévoyèrent les commentateurs macroniens) ; un arrêt sur ripostes politiques (revenir sur les cataractes de déclarations malsaines, à commencer par celles du président de la République sur le supposé parler « gitan » du boxeur ainsi cloué au pilori) ; un arrêt sur dénis de justice (la vendetta orchestrée à l’encontre d’un homme à briser).

    Malgré quelques défauts fiévreux – Antoine Peillon s’abrite trop souvent derrière des citations de grands auteurs décrochées comme des étoiles et son essai hésite entre deux focales : la lettre ouverte à « cher Christophe Dettinger » et des philippiques récapitulatives à l’encontre d’un pouvoir qui ose tout –, le livre fait terriblement mouche. Le boxeur apparaît telle la métaphore de l’injustice acharnée qui nous pend au nez en cette macronie galopante.

    Laissons de côté le rôle et les réactions du triste sieur Castaner – l’un des ministres de l’intérieur les plus nuls que la France ait eu à subir : il « n’a rien eu que de vulgaire et de subalterne » (pour paraphraser de Gaulle à propos de l’affaire Ben Barka). Remontons au chef de l’État, Emmanuel Macron, qui s’est montré sans frein, sans éthique, sans surmoi ; quasiment du même ordre (nouveau) que l’horreur lepéniste qu’il était censé conjurer.

    Voici en effet ce qu’écrit Antoine Peillon : « Le 31 janvier, devant un cénacle de “journalistes de cour” (expression du clairvoyant Claude Askolovitch) conviés à participer à une “conversation libre” (en off) dans son bureau à l’Élysée, le Prince se lâchait : “Le boxeur, la vidéo qu’il fait avant de se rendre, il a été briefé par un avocat d’extrême gauche. Ça se voit ! Le type, il n’a pas les mots d’un Gitan. Il n’a pas les mots d’un boxeur gitan…” »

    Le livre rapporte ensuite les propos, sur France Info le 2 février, de Laurence Léger, avocate de ce boxeur ainsi lynché par un président autocrate faisant fi de la séparation du pouvoir politique et du pouvoir judiciaire : « Je suis abasourdie et stupéfaite. Qu’est-ce que c’est les mots d’un Gitan ? Qu’est-ce que ça suppose comme sous-entendus ? Ça voudrait dire quoi, que les Gitans ne parlent pas français, peut-être ? Ou qu’ils le parlent moins bien que les autres ? Ou que les Gitans sont moins français que les autres, ou des citoyens de seconde zone ? Je dis que ce sont des propos extrêmement graves, extrêmement choquants, ça a un nom, ça s’appelle du racisme, de la discrimination, et venant d’un chef de l’État, je pense que ce n’est pas digne d’un président. »

    Les classes possédantes ont tout fait pour « lepéniser » les gilets jaunes, mais c’est bien le président de la République, dans sa sainte trouille, qui parlait et pensait comme Marine Le Pen.

    Antoine Peillon revient, de surcroît, sur le procès en antisémitisme, vicieux et vicié, fait à l’ensemble des gilets jaunes : « Je me suis battu pendant de nombreuses années, contre l’antisémitisme et tous les racismes, quels qu’ils soient. À mes risques et périls et à ceux de ma famille, de mes enfants. Je n’entrerai pas dans le détail. Et je ne tolérerai jamais la moindre parole ni le moindre acte antisémite. Mais je n’accepte pas plus et n’accepterai jamais une quelconque instrumentalisation, surtout politicienne, de la lutte contre cette “peste”. »

    Calomnié, souillé, déshonoré, Christophe Dettinger se révèle donc comme le symbole d’un mouvement sciemment caricaturé par le gouvernement et ses relais.

    Alors Antoine Peillon décrasse la crasse ainsi jetée sur un homme caractéristique. Un passage clef revient sur les coups donnés par le boxeur à un représentant des forces de l’ordre à terre, toujours sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, le 5 janvier dernier. Que s’est-il passé ? Comme il le précisera lors de sa garde à vue deux jours plus tard, le futur inculpé pour « atteinte à l’autorité et à l’image de l’État » a vu, entre autres violences, les gendarmes mobiles « donner des coups de matraque à une femme au sol, avec un manteau rouge ». Alors il a volé à son secours, obtenant le dessus pour arracher cette femme à la géhenne des pandores.

    Le boxeur et le gendarme à terre © Mediapart

    En guise d’offre de preuve, Antoine Peillon retranscrit le témoignage de la dame au manteau rouge, diffusé par RTL le 8 janvier : « J’étais déjà au sol, en boule, et Christophe Dettinger est venu, a pris le CRS qui était en train de me frapper et l’a enlevé. Il m’a sauvé la vie […] Je marchais en famille, je me suis retrouvée par terre, au sol. Un policier m’a donné des coups de matraque et des coups de pied. Un autre a essayé de l’arrêter en disant : “Arrête de taper, arrête de taper”, puisque je n’avais rien fait, je ne faisais que marcher. Le policier n’arrivait pas à arrêter son collègue qui était déchaîné, et Monsieur Dettinger est arrivé, a pris le policier et l’a enlevé de moi. J’ai reçu des coups de matraque dans la bouche, dans les dents, des coups de pied dans les côtes. Et comme j’ai un problème pulmonaire, si j’avais reçu trop de coups trop longtemps, j’y passais. Donc, il m’a sauvé. Il m’a sauvé la vie. »

    Lors de sa garde à vue, le boxeur a dit, à propos du garde mobile contre lequel il avait un instant retourné la violence : « J’ai vu dans son regard la peur, j’ai donc arrêté. » N’ont pas de tels scrupules les forces de l’ordre lâchées par le ministre Castaner contre les gilets jaunes, au risque de terribles « paponnades », avec les éborgnements et autres plaies irrémédiables au visage que nous savons…

    Une fois nettoyés par le livre de tous les bobards déversés à son encontre (notamment à propos de ses gants qui n’étaient pas renforcés de plomb contrairement à ce qu’affirma France 2), Christophe Dettinger apparaît tels que le décrit Me Henri Leclerc, lors de son procès : « J’ai vu un homme simple, un homme du peuple, qui s’est cultivé, pour progresser. J’ai vu un homme qui était bouleversé par ce qu’il avait fait. Cet homme, je peux dire tranquillement qu’il est adoré de partout. »

    Tous les témoignages produits « en justice » insistent sur l’altruisme du boxeur. Et la présidente du tribunal est obligée de convenir que des lettres de soutien affluent par caisses – toutes affirment que le prévenu est « quelqu’un de gentil ». Qu’à cela ne tienne ! En prétendant dire le droit, le tribunal correctionnel de Paris acquiesce au désir du pouvoir : Christophe Dettinger a été condamné à 30 mois de prison. Douze ferme – ensuite aménagés en semi-liberté : travail le jour, cellule la nuit –, suivis de dix-huit avec sursis et mise à l’épreuve. C’était le 13 février 2019.

    Le jour même, rappelle Antoine Peillon, Jérôme Cahuzac voyait sa demande d’aménagement de peine acceptée par un juge d’Ajaccio – il échappait donc ainsi à la prison remplacée par un simple bracelet électronique.

    « Selon que vous serez puissant ou misérable/ Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Avec un supplément d’ignominie depuis La Fontaine. La plateforme Leetchi bloque la cagnotte en ligne destinée au boxeur (double peine). La mairie d’Arpajon le met à pied le 21 mars (triple peine). Tout cela contre un homme qui avait déclaré en janvier : « Je manifeste pour tous les retraités, le futur de mes enfants, les femmes célibataires. Je suis un gilet j’aune, j’ai la colère du peuple qui est en moi. » Et qui récidivait en mars : « Je suis gilet jaune et je resterai gilet jaune. Vivent les gilets jaunes ! »

  • Les végans meilleurs soutiens de Nétanyaou ? Israël terre promise du vegan-washing Paul Aries - 24 Avril 2019 - Le Grand Soir
    https://www.legrandsoir.info/les-vegans-meilleurs-soutiens-de-netanyaou-israel-terre-promise-du-veg

    Un site végan me soupçonnait récemment d’antisémitisme (ce qui est un comble) parce que j’évoquais l’importance du lobby végan en Israël dans ma Lettre aux mangeurs de viandes qui souhaitent le rester sans culpabiliser (Larousse). Je vais cependant récidiver en m’abritant derrière le site autorisé de la Chambre de commerce France-Israël qui titrait, au lendemain de la réélection du candidat de la droite la plus dure : « Le véganisme : clé de la victoire de Nétanyaou ? ».

    La thèse, même sous forme interrogative, mérite le détour pour qui connait Israël. Il est exact que pour emporter les voix des « amis des animaux », Netanyahou a annoncé arrêter de consommer de la viande. Lors d’une conférence de presse donnée le 10 mars 2019, la députée Sharren Haskel, membre du parti du Likoud et proche de « Bibi », a annoncé que le Premier ministre et toute sa famille « avaient opté pour le végétarisme ». « Pas entièrement », a-t-elle ajouté à mi-mot. La presse conclut qu’en « s’entourant de cette figure appréciée par les défenseurs des bêtes, « Bibi » a probablement gagné des points dans les urnes ». Beaucoup de sites dont Actualité Israël ont repris aussitôt cette analyse. Sharren Haskel a joué effectivement un rôle central dans la véganisation de la droite. Ex-membre volontaire des commandos de la police des frontières, opposée récemment aux projets d’amélioration de la situation juridique des gays, reconnue comme proche idéologiquement du Tea Party des Etats-Unis, elle n’a cessé de se droitiser, au fils des années, expliquant, par exemple, qu’« ll n’y a pas d’armée plus morale dans le monde que la nôtre » (sic). Les journalistes s’interrogent cependant : « Deux questions émergent lorsqu’on constate l’importance de ces mouvements en Israël : y a-t-il un lien entre l’antispécisme et la spécificité historique d’Israël, à savoir sa définition comme « Etat des Juifs » ? Ensuite, cet engouement pour la cause animale a-t-il un lien avec le conflit israélo-palestinien ? ». La faute politique du candidat travailliste aurait été de ne jamais préciser si, de son côté, il mangeait encore du poulet, lit-on sous la plume des experts.

    L’instrumentalisation du véganisme à des fins politiques ne date pas cependant de cette seule période électorale ni même de la présence de Sharren Haskel. Nétanyaou se dit depuis longtemps favorable aux « lundis sans viande » et l’armée israélienne se proclame végane (alimentation et vêtements).

    Les faits sont assez têtus pour permettre de raconter une tout autre histoire. Cette pseudo « première nation végane » (comme on le lit dans la presse) reste l’un des pays au monde consommant le plus de viande (80 kilos par personne et par an contre 66 en France), notamment de poulets (57 kilos), et les végans, avec 8 % de la population, n’y sont guère plus nombreux qu’ailleurs… Alors pourquoi Israël passe-t-elle pour être le paradis des végans dans le monde ? L’Etat israélien est l’inventeur du vegan-washing en tant que stratégie politique.

    Israël a été d’abord le laboratoire d’une expérience grandeur nature, en matière de conversion, puisque 60 % des téléspectateurs réguliers de l’émission de télé-réalité « Big Brother » ont changé leur façon de manger. Tel Gilboa (née en 1978), fondatrice du Front israélien de libération des animaux (ALF) en 2013, a remporté la sixième édition de « Big Brother » en 2014, en utilisant, avec la complicité de la production, l’émission pour propager, en prime time, le véganisme, et ceci durant trois mois et demi… Végan France titrait le 10 février 2016 : « Une activiste végane remporte « Big Brother » ». Elle portait pour la finale un T-shirt « Go Végan », son opposant en finale (Eldad) était aussi végan, comme d’ailleurs 4 des 18 occupants de la « maison ». On sait aujourd’hui qu’elle a bénéficié d’une véritable mise en scène, un autre candidat était un pseudo-éleveur bovin engagé par la production et dont le rôle était de provoquer et de pousser la participation végane, la production a même autorisé l’ami de Tal à venir parler de véganisme devant les résidents de la « maison » et leur a projeté une vidéo sur l’industrie des œufs, de la viande et du lait, séance enregistrée puis projetée à la télévision, avec une séquence montrant les résidents fondant en larmes. Yoram Zack, directeur de la production, a prononcé un discours après sa victoire : « Il y a cent neuf jours vous êtes entrée dans la maison pour accomplir une mission. Vous êtes venue ici pour servir de voix à ceux qui ne peuvent pas parler . »

    Cette belle aventure n’est pas sans lien avec le fait que le gouvernement israélien a choisi de faire des biotechnologies (notamment dans le domaine agricole) un secteur de pointe, avec la fondation de plus 1 350 firmes, dont 612 créées depuis 2007, et qui mobilisent 20 % du total des investissements. Un exemple : la start-up SuperMeat commercialise une viande vegan friendly , grâce à un blanc de poulet issu de cultures cellulaires, les cellules sont prélevées par biopsie puis cultivées industriellement en laboratoire, elles se nourrissent d’acides aminés d’origine végétale et de glucose. L’association #L214 a relayé l’appel aux dons à SuperMeat sur Facebook. Le professeur Yaakov Nahmias, cofondateur et directeur de recherche de SuperMeat, est aussi directeur du Grass Center for Bioengineering de l’Université hébraïque de Jérusalem et membre du Broad Institute de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology (MIT). Ces projets sont soutenus par des organisations comme l’ONG A #Well-fed_World (Un monde bien nourri) qui distribue de l’alimentation végane aux nécessiteux. Cette ONG travaille avec le Fonds international pour l’Afrique afin de généraliser des repas scolaires strictement végétariens (Éthiopie). La #Modern_Agriculture_Foundation et l’université de Tel-Aviv ont lancé, en 2014, un projet de viande de poulet cultivée, sous la direction d’Amit Gefen, un des principaux experts mondiaux en ingénierie tissulaire. La firme #Jet-Eat vient de lancer la première imprimante alimentaire 3D végane…au monde.

    Cette belle aventure n’est pas non plus sans lien avec la possibilité que donne le #vegan-washing de laver plus blanc l’Etat d’Israël et sa politique de colonisation.

    Gary Yourofsky, le meilleur VRP végan en Israël
    Le militant étasunien Gary Yourofsky est l’un des nouveaux visages du véganisme israélien. Sa vidéo a été visionnée par plus d’un million d’habitants sur une population de huit millions, ses conférences font le plein et attirent l’élite de la société y compris des politiques comme Tzipi Livni (ancienne agente du Mossad, ancienne députée, elle vient d’abandonner la politique) … à tel point que la presse se demandait si Netanyaou n’irait pas la prochaine fois dans le cadre de sa stratégie assister à une conférence de Yourofsky. Gary Yourofsky ne recycle pas seulement les plus vieux clichés du végétarisme, l’humanité serait herbivore, toutes les maladies majeures seraient dues à la consommation carnée, car il se veut aussi ouvertement misanthrope et « dérape » souvent : « Au fond de moi, j’espère sincèrement que l’oppression, la torture et le meurtre se retournent dix fois contre les hommes qui s’en moquent ! Je souhaite que des pères tirent accidentellement sur leurs fils à l’occasion des parties de chasse, pendant que les carnivores succombent lentement à des crises cardiaques. Que chaque femme emmitouflée dans la fourrure doive endurer un viol si brutal qu’elle en soit marquée à vie. Et que chaque homme couvert de fourrure se fasse sodomiser si violemment que ses organes internes en soient détruits. Que chaque cowboy et chaque matador soit encorné jusqu’à la mort, que les tortionnaires du cirque se fassent piétiner par des éléphants et lacérer par des tigres . » Gary Yourofsky a pris position également en faveur d’Israël contre la Palestine : « Alors que les Israéliens sont dans un processus de destruction des industries de viande, de produits laitiers et d’œufs – ce qui amènera à l’éradication des camps de concentration pour les animaux, les Palestiniens et leurs sympathisants “droitdelhommistes”, psychotiques, sont en train de construire encore plus de camps pour les animaux ! […] Les Palestiniens sont le problème. C’est le groupe de personnes le plus psychotique du monde . »

    Cette position n’est malheureusement pas isolée. Eyal Megged appelle Netanyahou à faire d’Israël la terre des droits des animaux plutôt que de chercher inutilement une paix impossible avec les Palestiniens . Aeyal Gross, professeur israélien de droit international, s’insurge : « Le végétarisme devient un outil pour améliorer l’image des forces de défense israélienne, ou celle d’Israël dans son ensemble […] À Tel-Aviv aujourd’hui, il est beaucoup plus facile de trouver de la nourriture dont la préparation n’a pas impliqué l’exploitation des animaux que de trouver une nourriture dont la production n’a pas entraîné l’oppression et le déracinement d’autres êtres humains ». Le mouvement palestinien de défense des animaux dénonce Israël comme le premier pays du monde à faire du vegan-washing (blanchiment de l’image par le véganisme comme d’autres font du green-washing alors qu’ils bousillent la planète). On peut lire sur le site de Palestinian Animal League la mise en garde suivante : « Israël utilise le vegan washing pour couvrir les dégâts causés aux vies palestiniennes et au véganisme en Palestine, et obtient maintenant le soutien international de végétaliens bien connus, qui sont intentionnellement ou involontairement des outils dans le jeu de vegan washing du « paradis végétarien ». Les Palestiniens dénoncent ainsi le rôle d’institutions de propagande comme Vibe Israël qui invite d’éminents blogueurs végétaliens à visiter « l’empire végan appelé Israël ». Le mouvement palestinien accuse aussi Binthnight Israël, une association de défense d’Israël auprès des juifs du monde entier, d’avoir ajouté à son programme « Israël pour les végans »… Les palestiniens rappellent que la plus grande partie des productions véganes est réalisée dans les colonies israéliennes illégales à l’intérieur des territoires palestiniens.
    
Le gouvernement israélien, et notamment, son armée communique sur « Tsahal, l’armée la plus vegane au monde… », de là à soutenir qu’elle fait une guerre propre, le passage est souvent étroit).

    Cette propagande consistant à utiliser le véganisme pour légitimer la politique d’Israël fonctionne à plein au sein des multiples relais communautaires. Le JForum.fr (portail juif francophone) a ouvert un Forum sur « Israël, terre promise des végans ». Infos-Israël.News ajoute qu’Israël, paradis pour les végétariens mérite le détour et le soutien actif… L’association végétarienne de France titre « Ici, il fait bon être végé ! » et intègre Tel-Aviv « nation végane selon le Ministère du tourisme » dans les lieux de vacances de tout bon végan. Tribune Juive se fait l’écho cependant du débat qui secoue la communauté.

    Israël champion du vegan-washing ?
    Jérôme Segal nous aide à comprendre les raisons du véganisme israélien. Il y voit déjà une idéologie de substitution pour une gauche orpheline de victoires. Il cite le rôle des juifs, comme Peter Singer et Henry Spira, dans la naissance du véganisme. Il prolonge, également l’analyse de Jean Stern, selon lequel le pinkwashing était une stratégie politique visant à promouvoir Tel-Aviv comme capitale mondiale de la tolérance envers les minorités sexuelles dans le seul but de présenter le pays autrement que comme un Etat épinglé par des associations humanitaires pour ses manquements aux droits humains. Jérôme Segal parle donc du vegan-washing comme d’une stratégie délibérée servant les intérêts militaristes, colonialistes, économiques de l’Etat israélien. Le journaliste Gidéon Levy (éditorialiste au quotidien Haaretz) explique que le véganisme permet de mieux camoufler ce qui se passe en Cisjordanie. La gauche israélienne a tenté naturellement de surfer sur ce courant végan (comme certains dirigeants politiques de la gauche française le font encore). Conséquence : la gauche est de plus en plus marginalisée en Israël, au point que le seul parti qui ose encore se dire de gauche aujourd’hui, Meretz, n’a obtenu que 3,6 % des suffrages en avril 2019. Ce n’est pas pourtant faute d’avoir fait des efforts, puisque Tamar Zandberg, député du Meretz, est l’organisateur de la journée végane, au sein même de la Knesset, réunissant tous les députés…

    La gauche et les milieux écologistes israéliens ne parviendront à retrouver une parole forte qu’en se portant à la défense de l’élevage paysan israélien et palestinien.

    Paul Ariès

    #végan #biotechnologies #véganisation de la droite #antispécisme #vegan-washing #SuperMeat #vibe_israël #végétalisme #tsahal
    #sharren_haskel https://fr.wikipedia.org/wiki/Sharren_Haskel
    #gary_yourofsky https://fr.wikipedia.org/wiki/Gary_Yourofsky
    # Tzipi_Livni https://fr.wikipedia.org/wiki/Tzipi_Livni
    . . . . . . . . .

  • Livreur à vélo, l’exploitation à la cool | Jules Salé
    https://blogs.mediapart.fr/jerome-pimot/blog/020519/livreur-velo-lexploitation-la-cool

    Depuis plus de 3 ans que je navigue sur les réseaux sociaux au contact des livreurs, dont je fus, jamais je n’avais lu un tel témoignage. Jules, livreur à vélo, en plus de nous « délivrer » ici un texte poignant, authentique et précis sur son travail, nous amène à penser que la startup française Frichti est sans doute PIRE que les étrangères Deliveroo ou Uber Eats. Source : Le blog de Jérôme Pimot

  • VOYAGE EN CYBERNETIQUE - l’inauguration du projet de Smart city dijonnaise
    https://lundi.am/VOYAGE-EN-CYBERNETIQUE-l-inauguration-du-projet-de-Smart-city-dijonnaise

    Jeudi 11 avril 2019 se tenait l’inauguration du projet de Smart city à Dijon, plus particulièrement de son poste de pilotage connecté - « Le poste de pilotage, qui sera opérationnel fin 2018, remplacera les 6 postes de contrôle actuels (PC Sécurité, PC Police Municipale, Centre de Supervision Urbaine, PC Circulation, Allo Mairie et PC Neige) (…) le poste de pilotage permettra de gérer à distance, de coordonner et d’entretenir la plupart des équipements urbains de la métropole » nous prévient le dossier de presse - élément au cœur du projet ONDijon. L’événement s’est tenu en grande pompe au 64 quai Nicolas Rolin, en compagnie du maire de Dijon, François Rebsamen, de la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, du président-directeur général du groupe Bouygues, Martin Bouygues, du président-directeur général du groupe EDF, Jean-Bernard Lévy, du directeur général du groupe SUEZ, Jean-Louis Chaussade, du président de Capegemini France, Jérôme Siméon. Une certaine idée de l’enfer sur terre. Nous avons pu y assister.

    #smart_city #AI #IA #villes_connectées

    (So smart ...)

  • « Gilets jaunes » : des blessés créent un collectif et appellent à manifester
    Par Le Figaro avec AFP Mis à jour le 28/04/2019
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/gilets-jaunes-un-collectif-de-blesses-appelle-a-une-manifestation-nationale

    Des manifestants gravement blessés par les forces de l’ordre, dont la plupart lors du mouvement des « gilets jaunes », ont annoncé ce dimanche à Gennevilliers (Hauts-de-Seine) se constituer en collectif et appellent à une grande manifestation nationale à Paris le 26 mai.

    On a décidé de constituer un collectif, « les mutilés pour l’exemple », en référence aux fusillés pour l’exemple », a déclaré lors d’une conférence de presse Robin Pagès, handicapé depuis sa grave blessure au pied en 2017 à Bure (Meuse), où est prévu un site d’enfouissement de déchets nucléaires. « De nombreuses personnes ici présentes ont des plaques en titane et des vis dans le visage », a-t-il ajouté.

    Dix-neuf personnes, toutes blessées par des tirs de lanceur de balles de défense (LBD) ou de grenades, ont présenté ce collectif qui vise à combattre « l’ultra-violence de la répression » et souhaite faire interdire « l’utilisation de ces armes de guerre ». « Vous avez 19 personnes devant vous et vous n’avez que 26 yeux qui vous regardent. Faites le compte, il y a un petit problème », a asséné Jérôme Rodrigues, « gilet jaune » éborgné lors d’une manifestation fin janvier à Paris. (...)

  • Jordanie : le roi Abdallah II en état de grâce après ses positions contre Israël
    Par Jérôme Boruszewski - Publié le 18-04-2019
    http://www.rfi.fr/moyen-orient/20190418-jordanie-le-roi-abdallah-ii-etat-grace-apres-positions-contre-israel

    Depuis quelques semaines en Jordanie, le roi Abdallah fait l’objet de manifestations de soutien très prononcées. Un peu partout dans le pays, les citoyens descendent dans les rues pour dire au monarque qu’ils approuvent sa politique sur la question palestinienne.

    Ces manifestations sont très nombreuses, comme mercredi 17 avril dans le nord et le centre du pays, vendredi dernier à Amman, ou début avril à Aqaba, à l’extrême sud de la Jordanie. En banlieue de la capitale, des milliers d’étudiants se sont également mobilisés à Irbid, la deuxième ville du pays.
    (...)
    Ces manifestants apprécient notamment sa fermeté dans la gestion des tensions autour de la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem. La Jordanie s’est opposée en effet à la fermeture des locaux de la porte de la Miséricorde décidée par la justice israélienne en février.

    A cette occasion, la Jordanie a rappelé que c’était elle qui administrait les lieux saints musulmans et chrétiens de Jérusalem et que la décision de la justice israélienne était donc illégale. Cette position a ravi une grande partie de la population jordanienne, dont la moitié environ est d’origine palestinienne.

  • Ils ont voulu tuer Zapata une seconde fois

    Jérôme Baschet

    https://lavoiedujaguar.net/Ils-ont-voulu-tuer-Zapata-une-seconde-fois

    Il y a cent ans, le 10 avril 1919, était assassiné Emiliano Zapata, le héros de la révolution mexicaine qui avait lutté pour que les communautés paysannes récupèrent leurs terres, accaparées par les grandes haciendas ; il avait également impulsé une forme de pouvoir populaire parfois qualifiée de « Commune de Morelos », du nom de l’État qui, non loin de Mexico, en constituait le bastion. Depuis, il est demeuré une référence pour toutes les luttes populaires, notamment paysannes et indiennes. Un peu partout, dans le Mexique d’en bas, on raconte que Zapata n’est pas mort. Depuis leur soulèvement, le 1er janvier 1994, les zapatistes du Chiapas le considèrent comme leur général en chef et disent qu’on l’aperçoit parfois chevauchant dans les montagnes.

    Depuis un siècle, des centaines de Zapata sont morts en défendant leurs territoires contre la spoliation et la destruction. Le 20 février dernier, dans le Morelos, à quelques kilomètres du village natal de Zapata, l’un d’eux a été assassiné de deux balles dans la tête par des tueurs qui sont venus le chercher chez lui. Il s’appelait Samir Flores. Avec les autres habitants de son village, Amilcingo, il luttait contre le « Projet intégral Morelos » (...)

    #Mexique #Morelos #Zapata #assassinat #Samir_Flores #EZLN #López_Obrador #Francisco_Madero

  • Le principal apport des gilets jaunes est-il le rassemblement de l’extrême droite et de la gauche ?
    Dossier sur le copinage entre Le Média, Lancelin et l’extrême droite.

    [Dossier 1/25] @alancelin & @lemediatv promeuvent des Gilets Jaunes favorables à 1_alliance FN-UPR-LFI et via +40 tweets ils popularisent 15 militants & médias d’ExtrêmeDroite :
    FN, UPR, ManifPourTous AntiPMA, racistes antimigrants déblatérant sur « le grand remplacement », homophobes, islamophobes etc. ⬇️⬇️

    https://archive.org/details/Boulo5


    –––

    / !\ Ce thread n’a pas été conçu suite à la démission de Lancelin. Je le prépare depuis le 15 mars pour au moins deux raisons :
    → l’appel à financement de Fiorina & la diffusion de militants ManifPourTous
    → le soutien total au Gilets Jaunes médiatiques & le déni affirmé de la présence de l’extrême droite

    –––

    Le 3 mars Aude Lancelin recommande une vidéo de Thinkerview où François Boulo appelle à une alliance FN-UPR-LFI.
    Le 21mars il répète ça sur le plateau du Mé
    dia, Lancelin ne le questionne même pas.
    Puis il appelle à voter « Tout Sauf Macron » donc aussi POUR l’extrême droite. Lancelin relaye sans désapprouver, Julien Théry soutien


    –––

    Sur Twitter FrançoisBoulo relaye beaucoup de médias ManifPourTous (12 fois « fandetv ») et d’extrême droite antimigrant, islamophobes adeptes du Grand Remplacement (lv-vox & LPLdirect) des cadres du FN-RN (P. Scemama, Fiorina) de l’UPR (Fabienne Vaulot) et des campagnes de communication du FN : #SamediOnArrive


    –––

    FrançoisBoulo est invité trois fois au Média.
    Les 27 décembre & 21 mars pour débattre.
    Le 27 janvier pour enregistrer & diffuser un appel à la GrèveGénérale s’adressant notamment aux « chefs d’entreprise ».
    Il a aussi été popularisé par de nombreux tweet (+30) du Média et de Lancelin, pas toujours liés aux passages sur Le Média


    –––

    [6/25] Notons que Jérôme Rodrigues, présent au Média avec François Boulo, soutient la présence en manif Gilets Jaunes du militant d’extrême Droite Vincent Lapierre & il condamne l’expulsion de ce soralien de la manif toulousaine par les antifa.
    Rodrigues est aussi proche de Didier Maïsto, Éric Droué et Maxime Nicolle

    https://archive.org/details/JeromeRodrigues


    –––

    Notons aussi le gros travail de Lancelin pour dédouaner les Gillets Jaunes, dont Maxime Nicolle & Eric Droué, de tout liens avec l’extrême Droite.
    Elle a notamment dénigré l’enquête de la FondationJaures prouvant leur sympathie pour Marine Le Pen.
    https://www.franceinter.fr/amp/societe/les-accointances-de-maxime-nicolle-avec-le-fn-sur-facebook
    http://www.leparisien.fr/societe/gilets-jaunes-la-conference-hallucinante-de-philippe-argillier-le-monsieu
    https://www.francetvinfo.fr/economie/transports/gilets-jaunes/on-sent-qu-il-se-passe-quelque-chose-comment-francois-asselineau-est-de


    –––

    S’ajoute la popularisation de nombreux militants et médias d’extrême droite via des retweets de Lancelin & LeMédia
    Pourtant, parfois il suffit de survoler le nom pour voir l’affiliation à la ManifPourTous ou l’ExtrêmeD :
    →AxelRokvam « veilleur »
    →PoussiG « La gauche a dénaturé le MaЯiage »


    –––

    [9/25] Lancelin retweet aussi des militants des « Patriotes » de Florian Philippot, par exemple le simple survol du nom de « _max_lp » permet de voir son affiliation politique : « pour la souveraineté populaire et la justice sociale ✊ @_LesPatriotes ?? »


    –––

    Lancelin alla jusqu’à inciter à financer Fiorina, militante d’extrême droite déjà bien identifiée par :
    → son organisation étudiante facho « LaCocardeÉtudiante » http://lahorde.samizdat.net/2015/10/12/la-cocarde-etudiante-tous-ensemble-tous-ensemble
    → l’identité de l’initiateur de la cagnotte : Damien Rieu (FN, Fdesouche, Génération Identitaire)
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Damien_Rieu


    –––

    Lancelin et Boulo continuèrent à populariser Fiorina en diffusant son image & sa parole.
    L’extrêmeDroite fabriqua aussi son icône Gilets Jaunes :
    →en posant avec elle (Gilbert Collard)
    →en l’invitant sur Russia Today
    →en l’invitant à la Nouvelle Librairie pour marrainer la revue Éléments (extrême droite) http://lahorde.samizdat.net/2018/10/29/la-nouvelle-librairie-le-projet-son-gerant-francois-bousquet


    –––

    22 personnes furent éborgnées, pourquoi médiatiser Fiorina ?
    Le 6 avril Fiorina intervenait au colloque Iliade sur « le refus du Grand Remplacement ». Au même moment Lancelin médiatisait Fiorina via EnCausee & Jacob Maxim le compagnon de Fiorina aussi fan de Renaud Camus, Damien Rieu, Jean-Yves Le Gallou, Romain Espino etc.


    –––

    Le Média et Aude Lancelin diffusent aussi des médias d’Extrême Droite comme EnCausee (7x) qui est proche de Génération Identitaire (en soutenant l’opération xénophobe dans les Alpes) & du Front National (participe à la campagne de communication #SamediOnArrive) et retweet Dieudonné, Christine Boutin et Christophe Chalençon.


    –––

    [14/25] En+ LeMédia/Lancelin/Boulo ont diffusé une campagne de communication professionnelle lancée par EnCausee & d’autre Front National pour populariser le slogan du FN aux élections européennes 2019 : SamediOnArrive en écho à OnArrive.
    Le 13 mars, juste avant, le passage télé de Marine Le Pen à l’Émission Politique sur France2, le 14 mars


    –––

    Quelques fachos tweetent le hashtag & les visuels officiels juste avant qu’EnCausee ne les publient (à 18h32 le 13 mars)

    En premier, à 18h29, PhilippeMurer du Rassemblement National (FN) et aussi d’autre fachos :
    18h21&18h32 insolentJeff
    18h31 EPrivilegie
    18h31 GREEN_ROCKEUR
    18h32 GJMusulmans
    18h32 crowleymass67

    –––

    [16/25] GJMusulmans serait un faux-nez de Génération Identitaire vu la diffusion d’extrême droite : Damien Rieu, Benjamin Cauchy, Croix de lorraine ou une image de Sacré-Cœur & la formule maurrassienne « À bas les voleurs » etc.
    Les tweets antérieurs au 1er avril 2019 sont maintenant inaccessibles


    –––

    [17/25] De+ Lancelin & LeMédia (associatif de gauche) soutiennent & diffusent beaucoup (+de 30rt) Didier Maisto, bras-droit du milliardaire d’extrême droite propriétaire de SudRadio & LyonCapitale : Christian Latouche, 71e fortune Fr

    https://web.archive.org/web/20111014181736/http://www.rue89.com/2011/10/11/christian-latouche-lhomme-qui-fait-peur-aux-journalistes-de-lexpansion-
    https://www.arretsurimages.net/articles/didier-maisto-le-patron-jaune-de-sud-radio-en-4-videos


    –––

    En+ d’être président de SudRadio et LyonCapitale, Didier Maïsto fut aussi attaché parlementaire de Marc Fraysse qui fonda avec Charles Millon le parti libéral-chrétien proche de l’extrême droite : « La Droite »
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Droite_lib%C3%A9rale-chr%C3%A9tienne
    https://www.france-politique.fr/la-droite.htm
    https://www.humanite.fr/node/184613

    –––

    AudeLancelin popularise d’autre fachos, facilement identifiables par leurs publications :
    → ErikDollinger75 militant UPR d’Asselineau
    → veritebeaute qui délire sur le GrandRemplacement : « Macron souhaite faire de la France un tiers monde pour l’islam et les africains »


    –––

    Des Gilets Jaunes retweetés par Le Média & Lancelin, par exemple GiletsJaunesGo (9x), ont des liens flous avec l’extrême droite, mais ils diffusent beaucoup de fachos :
    →Dieudonné
    →Christine Boutin
    →ManifPourTous : fandeTV
    →l’équipe de SamediOnArrive : GREEN_ROCKEUR, EPrivilegie, EnCausee
    etc.


    –––

    [21/25] D’autres, diffusés par Lancelin et Le Média sont difficilement identifiables à l’extrême droite car, comme Newbieur (inscrit depuis 2012 sur Twiter) qui diffuse Jean Yves Le Gallou (FN-MNR-GRECE), ils ont supprimés tous leurs tweets d’avant le 17 novembre 2018.


    –––

    D’autres encore diffusent de l’extrême droite, sans s’en dissocier, comme JaunesTvNews qui :
    → se félicite du soutien de « l’humoriste Dieudonné »
    → diffuse "Les Patriotes" de Florian Philippo
    → est à l’origine de SamediOnArrive & diffuse EnCausee GiletsJaunesGo AntenneJaune etc.


    –––

    Ou encore AntenneJaune (diffusé 6 fois) qui diffuse Sylvain Baron et sa « lettre aux militaires afin de ralier l’armée auGilets Jaunespour destistuer Macron »

    AntenneJaune est aussi fan de quenelles et à l’origine de SamediOnArrive
    http://lahorde.samizdat.net/2016/04/05/extreme-droite-et-confusionnistes-face-au-mouvement-contre-la-loi-


    –––

    Enfin Aude Lancelin retweet des personnes comme FaitVrai (La Marque Jaune, proche d’Asselineau) qui regrette l’absence d’alliance entre le PRCF-UPR-LesPatriotes-LFI et certains du Rassemblement National.


    –––

    [25/25] Tout ça fait écho aux révélations de France Inter sur la stratégie du Front National & de l’extrême droite hors-FN pour infiltrer les Gilets Jaunes sans trop mettre en avant leurs logo & noms ou en créant de « faux profils » https://www.franceinter.fr/emissions/secrets-d-info/secrets-d-info-16-fevrier-2019
    Étonnant de voir Lancelin & LeMédia nourrir cette stratégie

    • « POUR AUDE LANCELIN »

      Bonjour,

      Merci pour ce dossier détaillé, il y a vraiment du travail. C’est instructif sur une partie de l’activité sur Twitter de Aude Lancelin.

      Ce n’est pas forcément représentatif de son activité sur Twitter. Je suis abonné à son compte et depuis le mois de novembre je n’ai pas l’impression d’avoir été manipulé par sa propagande raciste. Pas du tout.

      Si votre objectif est de répondre à la question « Le principal apport des gilets jaunes est-il le rassemblement de l’extrême droite et de la gauche ? », alors, il faut sans doute utiliser d’autres fonds documentaires que quelques tweets d’une journaliste, fut-elle très active pendant cette période. Il faut partir de ce que vous avez vécu, dans les manifestations, les ronds-points, les assemblées et les rencontres.

      Pour ma part, j’avoue que ce mouvement a eu ceci de nouveau qu’il m’a conduit à manifester dans les mêmes cortèges, à quelques dizaines de mètres, de fachos. Dès novembre, c’est autour d’un rond-point avec un gilet jaune que j’ai entendu des réflexions racistes stupides (je suis un mec blanc) de gilets jaunes sur l’argent public qui partirait davantage aux étrangers qu’aux pauvres « d’ici ». Après le malaise sur le moment, il m’a paru évident que le mouvement ne se résumait pas à cela. On bloquait la circulation.

      C’est important de noter que le mouvement s’est massivement attaqué aux quartiers riches comme aucun mouvement révolutionnaire ne n’a fait depuis des dizaines d’années. Le mouvement n’a pas massivement attaqué les étrangers.

      Tout de même, au début du mouvement, dans la Somme, des gilets jaunes ont dénoncé aux gendarmes des étrangers qui étaient cachés dans un camion. Et, à Paris, des fachos organisés en gilets jaunes ont attaqué physiquement le NPA début février. Sur bien des ronds-points et des manifs, il y a eu beaucoup de racisme, et un peu (beaucoup moins) de fachos organisés se sentant pousser des ailes. C’est indéniable.

      Tout ça pour dire que c’est important, tout de même, de voir ce que font les gens. Est-ce que massivement ils livrent des sans-papiers aux gendarmes ? Non, pas massivement du tout. Est-ce que massivement ils s’attaquent aux quartiers riches ? Oui, massivement.

      Aude Lancelin, là-dedans, a été de celles qui ont couvert le mouvement d’une façon bienveillante et ouvertement partie prenante. Sur un site qui a tous les atours de la radicalité (que j’aime) comme acta.zone, est publié maintenant une longue présentation de l’enquête militante. Ce qu’a fait Aude Lancelin avec des gilets jaunes, « refusant toute sorte d’a priori idéologique – qu’il soit avant-gardiste, sociologisant ou économiciste » ressort d’une partie de cette logique : écouter, comprendre, participer, accompagner, pouvoir se tromper.

      Retweeter peut se faire dans différents buts. Parfois je retweete des choses pour que le serveur reçoive juste un « +1 » et qu’il en fasse ce qu’il est programmé pour faire et qui, de toute façon, m’échappe. Retweeter ne veut pas dire adhérer à l’ensemble des tweets de la personne, ni présents, ni passés, ni futurs. Aude Lancelin a retweeté large pour que le mouvement soit large.

      Que voulez-vous démontrer ? Qu’elle poursuit une stratégie (que vous imaginez donc relativement masquée) ? Expliquez alors précisément laquelle. La démonstration porte surtout contre « le copinage entre Le Média, Lancelin et l’extrême droite. » Alors quelle est l’accusation finalement ? Comment imaginez-vous qu’une journaliste puisse couvrir la moindre manifestation de ce mouvement si elle s’interdisait de croiser quelqu’un ayant un attribut de l’extrême-droite ? Seule solution : rester chez soi ou faire autre chose.

      Les pauvres sont moins propices que les riches à l’interprétation politique de tout. J’ai vu une meuf prolo arriver à une manif avec un énorme drapeau bleu blanc rouge et malgré l’effroi que ça m’a fait, je n’ai pas osé lui demander de le remballer. J’ai eu l’impression que pour elle ce n’était pas autre chose que la seule manière de s’afficher qui lui était venu à l’esprit. C’était aussi quelqu’un qui n’avait pas forcément fait beaucoup de manifs de sa vie. L’ennemi commun qui nous réunissait ce jour-là dans la manif était suffisamment commun.

      Je ne dis pas que c’est facile. La question de l’ennemi commun est cruciale. L’ennemi commun suffit-il ? Il faut y réfléchir, dans les détails, toujours, dans toutes les situations.

      Aude Lancelin a fait ce qu’elle a pu depuis là où elle était pour accompagner le mouvement et tendre le micro à un cariste d’une trentaine d’années du fin fond de la Bretagne, dont la page Facebook cartonnait, qui n’a pas fait de hautes études, et qu’elle a littéralement accompagné, sans s’en cacher, et non sans éprouver une certaine émotion à cette véritable rencontre. Si ton ennemi c’est Maxime Nicolle, regarde autour de toi, il y a plein de gens avec peu de conscience politique et peu d’études qui peuvent débiter dans la même phrase autant des âneries souverainistes que des vérités révolutionnaires. La complexité est là. Et dans cette complexité Aude Lancelin peut être fière de son travail.

      Entre l’affaire de la fin de période d’essai de Julien Brygo et la démission abrupte d’Aude Lancelin, il est manifeste, par ailleurs, que Le Media connaît des problèmes autour des questions d’autorité et de hiérarchie, et Aude Lancelin semble en avoir sa part. Mais, sauf gros raccourci, c’est une autre histoire, ne mélangeons pas tout.

      Pour terminer sur la question de départ sur « l’extrême droite et la gauche », ce n’est pas fasciste de dire que ce mouvement a contribué à détruire les vieux repères, qu’il fallait déjà bien s’accrocher pour conserver, de gauche et de droite. Plus il y aura de révolutionnaires qui auront l’énergie, sachant toutes les claques qu’ils peuvent se prendre, d’essayer de révéler ce qu’il peut y avoir de révolutionnaire chez les gens qui se pensent bêtement souverainistes parce que c’est la soupe que YouTube leur met en tête de gondole, et mieux ce sera. Camarades, on n’a pas trop le choix.

    • Juste en passant, l’affaire de #NDDP m’a bien rappelé la différence fondamentale entre la gauche et la droite : savoir ce que l’on place en tête de ses priorités. Il y a ceux qui pensent que c’est l’humain et ses besoins d’abord et ceux qui pensent que c’est l’argent et le patrimoine.

      Du coup, dire que LFI = RN, ça ne marche plus du tout.

      Une autre bonne façon, aussi, de détecter les faux nez, c’est regarder la place des femmes dans les programmes : à droite, ce n’est jamais émancipateur, jamais.

    • Salut, j’ai plus trop la force de répondre etc. Ce boulot m’a pris pas mal de temps.

      Je souhaite juste ajouter un truc : si je ne suis pas remonter avant le 15 février, en particulier pour les retweets (de fachos), c’est parce que Twitter ne permet pas de remonter avant 1 mois d’historique (ou un truc comme ça).
      Bref, il ne faut pas croire que le copinage de Lancelin et du Média avec l’extrême droite n’a pas existé avant, juste je n’ai pas pu le documenter.

      Aussi je tiens à remercier les logiciels libres qui m’ont permis de faire ces montages vidéos de haute qualité (hahaha), car ils sont enfin arrivé à maturité : Pitivi (via Debian) http://www.pitivi.org
      Et aussi https://archive.org/create qui permet d’héberger des vidéos.

    • À propos de fandetv, un compte twitter largement diffusé par François Boulo :

      Entre fachosphère et sites douteux, les activités troubles de @fandetv
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2019/04/24/les-activites-troubles-de-fandetv-entre-fachosphere-et-sites-douteux_5454411

      « La “gilet jaune” Laëtitia Dewalle s’inquiète du pacte de Marrakech sur l’immigration. » Ce texte, agrémenté d’un extrait vidéo d’un débat sur LCI, a été partagé le 5 décembre par le compte Twitter @fandetv à ses plus de 20 000 abonnés. Il l’a aussi publié sur le site d’extrême droite Fdesouche.com, dont il est un contributeur régulier , ainsi que sur sa chaîne YouTube The Boss (fermée depuis).

      L’extrait et le message ont été ciselés avec soin pour les réseaux sociaux et ils ont fait mouche : les partages se comptent par milliers, contribuant à donner de l’ampleur à la désinformation sur le pacte de Marrakech.

      [...]

      @fandetv se montre par ailleurs assez peu scrupuleux dans ses choix. En février 2018, il a largement mis en avant des propos mensongers de Jean Messiha, un membre du bureau national du RN. Ce dernier assurait sur CNews que l’aide médicale d’Etat (AME) était accordée sans condition aux étrangers en situation irrégulière – ce qui est faux, car il y a bien des conditions de ressources et de résidence stable et régulière. Qu’importe : l’intervention de M. Messiha a été visionnée près de 20 000 fois par la seule grâce d’un tweet de @fandetv.

      [...]

      D’abord, au moins trois comptes Twitter sont apparus formellement liés entre eux : outre @fandetv, il s’agit de @RNational_nonof (pour « Rassemblement national non officiel ») et Trump France Info (qui s’intitulait auparavant @fandetv_secours) .

      A cela s’ajoutent trois autres comptes très proches, qui relaient régulièrement des messages de @fandetv (et inversement), qui plus est suivant des codes similaires : @StopMariageHomo, @VotezPoisson et @PoutineFrance. Soit au total six comptes qui réunissent un peu plus de 100 000 abonnés et qui s’inscrivent clairement dans un même réseau. Sollicité sur ce point, @fandetv n’a ni confirmé ni infirmé être le propriétaire de ces profils.

      [...]

      N’importe qui peut, en quelques recherches sur Internet, retrouver la trace de l’auteur de ces comptes à partir des informations qu’il a lui-même disséminées. L’auteur du compte @fandetv écrivait sur Twitter en 2012 s’appeler Cédric dans un message de soutien à Lance Armstrong.

      [...]

      Au cours de notre enquête, nous avons aussi pu retrouver la trace de Cédric D. sur de nombreux sites Internet, sur des thématiques diverses et variées. Y compris des sites à caractère pornographiques comme hentaitheque.com, sexy-videos.fr ou vraisexeamateur.com – ces sites sont désormais inactifs et renvoient vers soldistic.com. Difficile, à l’arrivée, de cerner les motivations de ce touche-à-tout, entre militantisme et appât du gain.

      Déjà dans un article de France24 publié le 14/04/2017 à 21:51
      Une grande proximité Fillon-Le Pen sur la twittosphère politique
      https://www.france24.com/fr/20170414-france-presidentielle-2017-grande-proximite-fillon-le-pen-twittos

      Les comptes de François Fillon et de Marine Le Pen sont ainsi reliés par un certain nombre de comptes d’utilisateurs anonymes particulièrement actifs sur le réseau social de micro-blogging. « @Napoléon » et « @fandetv », notamment, font office de passerelles entre les deux candidats.

      [...]

      Le compte de « @Napoléon » est connu pour faire circuler de fausses informations et a déjà été épinglé par plusieurs médias comme Le Monde ou Libération. Quant à « @fandetv », il s’agit d’un compte proche de La Manif pour tous qui reprend notamment dans son avatar les logos de François Fillon, de Marine Le Pen et de l’ancien candidat à la primaire de la droite Jean-Frédéric Poisson.

    • Le whois d’audiencetv.com a été changé le 24 avril, suite à la publication de l’article du Monde, mais il n’est pas difficile d’en trouver des traces :

      https://web.archive.org/web/20190426134531/http://audiencestv.com.websiteoutlook.com

      Idem pour son entreprise et sa liquidation judiciaire :

      https://web.archive.org/web/20190426134922/http://entreprises.lefigaro.fr/monsieur-cedric-divangamene-makau-75/entreprise-493764872

      La personne derrière fandetv s’appelle donc Cedric DIVANGAMENE MAKAU

  • Pour qui sommes-nous prêts à payer l’#impôt ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-a-moudre/pour-qui-sommes-nous-prets-a-payer-limpot


    « Nous devons baisser, et baisser plus vite, les impôts ». Telle est la feuille de route établie la semaine dernière par Edouard Philippe, dans le cadre de la restitution du Grand débat national. Un objectif qui, sauf surprise, sera un des axes des annonces qu’Emmanuel Macron s’apprête à faire ce soir.

    Que la question fiscale soit à ce point mise en avant, voilà qui n’a rien d’incongru : le mouvement des Gilets jaunes est d’abord un mouvement de #révolte_fiscale ; quant au Grand débat, il en a fait un des principaux thèmes de discussions.

    Or que ressort-il de ces dernières, sachant que l’échantillon qui s’est exprimé, pour être conséquent, n’en est pas forcément représentatif de la population ?

    Et bien qu’au-delà de la pression fiscale, c’est le sentiment d’#injustice qui domine, l’idée selon laquelle ce sont les autres et pas soi-même qui bénéficient le plus de la #redistribution des richesses.

    Le consentement à l’impôt en est amoindri. Or c’est ce consentement qui constitue un des socles les plus importants de notre pacte social.

    Alors comment y remédier ?

    Intervenants #Du_grain_à_moudre

    Jérôme Fourquet
    politologue, directeur du département Opinion et Stratégies d’entreprise de l’Ifop
    Anne Guyot-Welke
    porte-parole du syndicat Solidaires Finances Publiques
    Philippe Nemo
    Philosophe, ancien professeur à ESCP Europe

  • Notre-Dame : déferlement de cléricalisme | Le Club de Mediapart
    https://blogs.mediapart.fr/michel-pinault/blog/160419/notre-dame-deferlement-de-clericalisme

    Le dramatique incendie de Notre-Dame à peine maîtrisé, nous assistons à un déferlement -prévisible - de cléricalisme. Les journalistes médiatiques, le plus souvent sans faire preuve d’une once de culture historique, et les éditorialistes commentateurs triés sur le volet, du Figaro à Challenge, rivalisent : l’occasion est trop belle !

    Derrière eux, les Arnaud et les Pinault annoncent des « dons » prodigieux - on peut parier qu’Auteuil-Neuilly-Passy vont se mobiliser - pour contribuer à la « grande souscription nationale » aussitôt annoncée par Jupiter soudain converti en Saint-Louis, bâtisseur de cathédrales.

    Le journal Le Monde va jusqu’à écrire : « La cathédrale a résisté aux nazis, elle ne va pas nous lâcher maintenant » ! Drôle de façon de réécrire l’histoire.

    Comme on le sait, Notre-Dame n’a pas résisté aux nazis et l’Église catholique a été depuis le début et jusqu’à la dernière heure, pétainiste à fond.
    Le cardinal Suhard, archévêque de Paris, anti-communiste et anti-gaulliste, était résolument du côté du régime de Vichy, il était opposé à toute forme de résistance contre l’occupant. Le 26 août 1944, il lui a été interdit d’accueillir le général de Gaulle à Notre-Dame, lors de la messe de Te Deum. Il a été consigné dans ses appartements. C’est tout dire !

    Ce cardinal-archevêque avait accueilli la tournée triomphale de Pétain en avril 1944, et avait également présidé aux obsèques nationales du collaborateur en chef, Philippe Henriot, antisémite notoire, fondateur de la Légion et dirigeant de la Milice, exécuté en juin 1944 par la Résistance.
    Il avait négocié avec l’amiral Darlan, le ministre de l’Éducation nationale, Jérôme Carcopino1 et le ministre de l’Intérieur, Pierre Pucheu, un système de financement de l’école privée catholique, par des subventions de l’État (juillet 1941). Ces subventions étaient réparties par les préfets, dans chaque département. Un horaire commode d’enseignement religieux facultatif fut aussi instauré dans l’enseignement public.

    Le cardinal Baudrillard voyait dans "la noble entreprise" menée par l’Allemagne nazie une "nouvelle croisade". Comme l’archevêque de Paris, il a condamné « les appels à la violence et les actes de terrorisme, qui déchirent aujourd’hui le pays, provoquent l’assassinat des personnes et le pillage des demeures » (appel des évêques de février 1944).

    Aucun prélat n’a rallié Londres pendant la guerre. Si certains d’entre eux ont couvert des actes de Résistance ou même appuyé la Résistance, si bien sûr des catholiques ont été des résistants (Témoignage chrétien a été créé dans la Résistance), l’Église dans son ensemble est restée fidèle à Pétain jusqu’au bout.
    Inutile d’évoquer, en plus, le rôle bien connu du Pape Pie XII pendant la Seconde Guerre mondiale....

    Laisser entendre que Notre-Dame ait résisté aux nazis, laisse rêveur…

    Tout le siècle précédant ces épisodes avait été marqué par les luttes entre l’Église et la République. Monarchiste tant que cela a été possible, hostile à la démocratie, l’Église a dénoncé et combattu l’esprit et le projet de la Révolution française.
    Elle a tout fait pour préserver son emprise sur les jeunes esprits, obtenant des régimes conservateurs successifs (Restauration, Second Empire) le rétablissement et la préservation de ses privilèges en matière d’enseignement, elle a combattu de toutes ses forces l’enseignement laïc, public et obligatoire ; elle s’est opposée à l’éducation des filles. Elle s’est constamment opposée à toutes les formes d’émancipation, suffrage universel, luttes des prolétaires contre le patronat « de droit divin », droits des femmes, divorce, contraception, interruption de grossesse. J’en passe.

    Quand on dit « l’Église », il faut préciser le clergé, depuis la tête – le Pape – jusqu’à chaque curé de chaque paroisse, en passant par les ecclésiastiques (évêques, archevêques, cardinaux), les ordres et les congrégations, le catéchisme, l’immense presse confessionnelle, le culte des saints (Sainte-Vierge, Jeanne d’Arc, Bernadette Soubirous, Thérèse de Lisieux), les processions publiques, les cérémonies officielles. D’où le nécessaire anticléricalisme républicain, d’où le combat jamais achevé pour la laïcité et pour la séparation de l’Église et de l’État, comme condition de la libération de la population vis à vis de la tutelle religieuse.

    La réaction reste, en France, alignée sur ce que l’Église a de plus conservateur. Celle-ci reste, pour les élites privilégiées, l’ultime garant de l’ordre moral et social - comme l’armée et, de nos jours, les médias dominants qui se moquent comme d’une guigne que la majorité des Français sont sans affiliation religieuse. Pour ces raisons, pour les progressistes, plus que jamais, « l’anticléricalisme, c’est l’asepsie », comme on disait, dans les milieux républicains qui n’étaient pas encore majoritaires et se mobilisaient dos au mur, dans les années 1900.

    Notre-Dame, cette enclume plantée au cœur de l’île de la Cité, a longtemps symbolisé le pouvoir ecclésiastique aussi bien que le pouvoir royal. Quoi qu’il en soit de sa beauté architecturale portant l’empreinte du génie de ses constructeurs et du travail des milliers d’ouvriers qui l’ont édifiée, quoi qu’il en soit de l’œuvre de Victor Hugo qui a voulu magnifier sa dimension populaire, son caractère symbolique écrasant - qu’on a si bien su imiter et renouveler en édifiant le Sacré-Cœur - ne se laisse pas ignorer. Elle reste un lieu dont les puissants qui viennent s’y faire consacrer - souvenons-nous de la messe pour Mitterrand - usent et abusent pour signifier qu’ils restent les maîtres.

    • « Tout va au grand corps qui est là et qui brûle sous nos yeux. »

      https://www.youtube.com/watch?v=hg1QscTzwLo

      Athées ou croyants, Notre-Dame est notre cathédrale commune. Le vaisseau, la nef qui nous porte tous sur le flot du temps. Et je crois que nous l’aimons de la même façon. Il y a ceux pour qui la main de Dieu est à l’œuvre dans l’édification de ce bâtiment. Mais ils savent que si elle y parait si puissante, c’est sans doute parce que les êtres humains se sont surpassés en mettant au monde Notre-Dame. Et d’autres, ceux qui connaissent le vide de l’Univers privé de sens et l’absurde de la condition humaine, y voient par-dessus tout cette apothéose de l’esprit et du travail de milliers de femmes et d’hommes durant deux siècles et depuis plus de huit cent ans. Ils ressentent ce que la cathédrale a signifié depuis sa première heure, quand elle n’était encore qu’un plan, et à l’instant où fut planté le clou d’or d’où seront tirées toutes les lignes et commencés tous les calculs.

      Bien sûr, Notre-Dame accueille tout le monde, et la foi catholique l’anime. Mais elle n’appartient à personne ou bien seulement à tout le monde, comme les pyramides du plateau de Gizeh. Tout le monde, c’est-à-dire la cohue sans fin des générations qui se sont mise les unes sur les épaules des autres jusqu’au sommet des tours, des flèches, et ne se sont jamais arrêtés en chemin vers le ciel, l’espace, la lune, les planètes, les étoiles ! Du premier calcul pour faire tenir debout une voute de 33 mètres de hauteur à celui qui a permis à la sonde Rosetta et son émissaire Philae de parvenir jusqu’à l’astroïde Tchouri, la patate glacée dans l’espace, c’est tout un. Et avant la cathédrale, je dirai que le temple d’Apollon qui se trouvait là visait de même. Que le bâtiment soit un édifice religieux n’empêchera jamais qu’il soit l’incarnation de la victoire de nos anciens contre l’obscurantisme.

      Des croisades, on ramena les sciences mathématiques, physiques et chimiques que l’Orient avait conservées. Elles germèrent dans les esprits. Elles y mirent un terrible dilemme. Il n’a jamais quitté notre civilisation. Il a pris successivement mille visages. Il hante encore l’esprit de chacun tout entier dès qu’il pense. Le voici : il y a la vérité révélée, celle qui vient de l’extérieur, qui est affirmée par la coutume ou la religion et qui s’impose avec le visage rassurant de l’évidence. Et il y a celle que l’on trouve avec son propre cerveau, d’après sa propre enquête, ses propres calculs, celle que la science approche chaque jour d’un peu plus près. Toute la dignité de l’être humain est dans cette tension qui le pousse à décider par raison davantage que par instinct, par réflexion indéterminée plutôt que par le comportement programmé de son espèce.

      Notre-Dame est le signal d’un temps nouveau qui commençait. Il symbolise la douleur du savoir qui doute de lui-même pour avancer, l’inébranlable confiance dans l’esprit et dans sa victoire possible contre l’ombre qui masque, la mort qui soustrait et l’ignorance qui trompe. Notre-Dame est un message universel. Le peuple de France ne s’y est pas trompé. Tous ses grandes heures y ont transité. Des premiers États Généraux à la victoire sur les nazis, la nef a accueilli toutes nos clameurs libératrices. Je me dis qu’elle ne brûlera jamais tout à fait. Il en restera toujours un morceau qu’un être humain voudra continuer vers le ciel.

  • Rwanda : qu’est-ce qu’elle devient, Valentine ?
    https://la-bas.org/5515

    Il y a 25 ans, Daniel MERMET et Jérôme BASTION (RFI) étaient les premiers à découvrir le charnier de NYARUBUYE, quarante jours après le massacre. Parmi les corps, une jeune fille encore vivante, VALENTINE. Retour sur cette rencontre, le reportage le plus bouleversant de LÀ-BAS.Continuer la lecture…

    #Radio #Génocide_au_Rwanda #Afrique

  • Anti-humanismes du quotidien - freelifeuse
    http://freelifeuse.com/ligue-du-lol-de-lanti-feminisme-a-lanti-humanisme-chronique-dun-monstre

    Et si Vincent Glad[1], fondateur de la ligue du LOL, le #MeToo journalistique, était le Jérôme Kerviel du journalisme ? Devenu le symbole d’un système malade, lui et ses copains prennent pour tout le reste, mais d’autres aussi ont une responsabilité : tous ceux qui ont validé et participé à ce système cynique et malveillant, -hommes et femmes confondus-. Ceux qui savaient, ceux qui les ont embauchés, ceux qui ont liké, ceux qui les suivaient, ceux qui les ont érigés en stars à partir de rien. Ceux qui les ont formés, ceux qui les ont fait devenir des bêtes à concours, des bêtes à clics, des têtes à claques, ceux qui riaient à leur blague, ceux qui ont engendré le monstre. Briser le silence pour en finir avec la dictature des médiocres et des cyniques.

    • tous ceux qui ont validé et participé à ce système cynique et malveillant, -hommes et femmes confondus-

      Penserait-on à écrire de même « - blancs et noirs confondus - » sur la traite de l’esclavage ?

      N’y a-t-il pas une façon d’écrire sur le sexisme sans avoir toujours à en laver les responsables ? Pour éviter ce moment néfaste où les groupes minoritaires qui subissent les violences des dominants se voient responsabilisés de ce qu’ils subissent. Oh, certes, tu trouveras toujours des exceptions qui soutiennent la masse dominante en espérant ne pas se faire dévorer par elle, mais faut arrêter de nous faire détourner les yeux des véritables profiteurs de cette #culture_du_viol.

      #victim_blaming

  • A voir en avant-première sur Télérama, “Rachel, l’autisme à l’épreuve de la justice” - Télévision - Télérama.fr
    https://www.telerama.fr/television/a-voir-sur-telerama,-rachel,-lautisme-a-lepreuve-de-la-justice,n6199111.php

    Quand le système institutionnel prive une mère modèle de ses enfants : le récit tragique des conséquences de la méconnaissance de l’autisme. Un documentaire à voir en avant-première sur Télérama.fr pendant 48h, jusqu’à samedi 6 avril, 20h30. [...]

    Documentaire de Marion Angelosanto (Fr, 2019), diffusé le 6 avril 2019 sur Public Sénat dans le cadre de la Journée mondiale de l’autisme et suivi d’un débat animé par Jérôme Chapuis. Ce débat réunira la réalisatrice Marion Angelosanto ; la déléguée interministérielle à la stratégie nationale pour l’autisme, Claire Compagnon ; le docteur Claire Bathélémy, pédopsychiatre au CHRU de Tours ; et Florent Chapel, co-président d’autisme info service.

    via @freakonometrics #autisme

  • Ces rapports de policiers qui ruinent les versions officielles de leur hiérarchie Pierrick Tillet - 30 Mars 2019 - Le monde du Yéti
    https://yetiblog.org/archives/16390
    https://www.investigaction.net/fr/ces-rapports-de-policiers-qui-ruinent-les-versions-officielles-de-le

    Signe alarmant pour le pouvoir, les policiers de base n’hésitent plus à contredire les versions officielles présentées par les autorités et à faire fuiter leurs rapports dans les médias.

    https://www.youtube.com/watch?v=bIgqwlVHqJg

    On se souvient de la blessure à l’œil de Jérôme Rodrigues lors de l’acte 11 du 26 janvier. La version officielle voulait qu’il ait été touché par les éclats d’une grenade de désencerclement et non par un tir tendu de LBD 40… jusqu’à ce qu’un policier reconnaisse https://www.europe1.fr/societe/le-gilet-jaune-jerome-rodrigues-blesse-a-loeil-un-policier-reconnait-avoir-f dans son rapport avoir bien fait usage de son lanceur de balle de défense sur le lieu et dans le créneau horaire correspondant à la blessure du « Gilet jaune ».

    Lors de « l’accident » survenu à Geneviève Legay lors de l’acte 19 du 23 mars, c’est encore un rapport de police https://www.lexpress.fr/actualite/societe/genevieve-legay-un-rapport-de-police-remet-en-cause-la-version-officielle_2 , mystérieusement parvenu à Mediapart, qui a saccagé la version officielle https://yetiblog.org/archives/16316 défendue par le président de la République et le procureur de Nice, contraignant ce dernier à revenir sur ses déclarations précédentes :

    «  Ce dont on est sûr à la vue des images, pixels par pixels, c’est qu’elle n’a pas été touchée par les forces de police, par un bouclier ou par un homme  » Jean-Michel Prêtre, procureur de Nice, le 25 mars.
    «  Les blessures de Madame Legay résultent de l’action d’un fonctionnaire de police  » Jean-Michel Prêtre, le 29 mars dans une interview à Nice matin. https://www.nicematin.com/faits-divers/le-procureur-de-la-republique-admet-quun-policier-a-provoque-la-chute-de-

    Un mal-être policier de plus en plus criant et ouvertement exprimé
    Cette pagaille dans les déclarations officielles des autorités ne témoigne pas d’un amateurisme approximatif de celles-ci, mais plus gravement d’un mal-être de plus en plus profond chez certains éléments des forces de l’ordre devant les consignes qu’on leur demande d’appliquer. Au point de faire fuiter leurs rapports dans les médias.

    Sans même parler des suicides – plus de vingt depuis le début 2019 – qui reflètent un malaise encore plus profond dans les rangs policiers, on rappellera aussi les actes d’insubordination sur les lieux de manifestations – comme ce CRS frappant son supérieur hiérarchique http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/25/97001-20190225FILWWW00193-gilets-jaunes-un-policier-frappe-son-superieur-a- à Toulouse en plein acte 15 – et on notera les témoignages concordants https://yetiblog.org/archives/16338 rapportant les propos de policiers de base excédés par les ordres reçus après la « bavure » dont fut victime Geneviève Legay :

    «  Les mecs qui nous ont mis les menottes avaient honte ! Les gendarmes étaient dépités, et nous ont dit : “C’est Souchi… on peut rien dire, mais faites le nécessaire, vous avez son nom.”  Tous les flics avec qui on a parlé en GAV [garde à vue] nous ont supplié de faire quelque chose contre Rabbah Souchi :  “On peut rien dire mais vous, vous pouvez” » (un street-medic de Nice le 23 mars).

    #police #violences_policiéres #Femme #remords