person:jamal khashoggi

  • Affaire Khashoggi : Washington envisage l’expulsion de Gülen pour calmer Ankara - France 24
    https://www.france24.com/fr/20181116-etats-unis-turquie-trump-erdogan-affaire-khashoggi-expulsion-gule

    La Maison Blanche chercherait un moyen d’expulser l’imam turc Fethullah Gülen, exilé aux États-Unis depuis 1999, pour convaincre Ankara de cesser de faire pression sur Riyad au sujet de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, selon NBC News.

    L’administration Trump continue d’étudier la demande turque d’extradition du prédicateur Fethullah Gülen, honni par le président Recep Tayyip Erdogan et accusé par Ankara d’avoir orchestré le putsch manqué de 2016, a déclaré jeudi 15 novembre le département d’État américain.

    Selon NBC News, la Maison Blanche se penche sur les possibilités juridiques d’expulser le prédicateur islamiste, installé aux États-Unis depuis 1999. Une des options envisagées consisterait à le contraindre à s’installer en Afrique du Sud.

    Selon quatre sources citées par la chaîne, le ministère de la Justice et le FBI ont été invités à rouvrir le dossier. NBC News rapporte que cela s’inscrit dans un effort diplomatique pour que Recep Tayyip Erdogan relâche la pression sur l’Arabie saoudite après l’assassinat de l’éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi.

    (...) Elle n’a en revanche pas clairement démenti les informations de NBC sur des réflexions au sein de l’administration de Donald Trump sur une possible solution pour faire partir le prédicateur.

    #mbs #usa #turquie


  • MBS est derrière le meurtre de Khashoggi, selon la CIA - L’Orient-Le Jour
    https://www.lorientlejour.com/article/1144033/mbs-est-derriere-le-meurtre-de-khashoggi-selon-la-cia.html

    La CIA a conclu que le prince héritier saoudien a commandité l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi à Istanbul le mois dernier, a rapporté vendredi le Washington Post, citant des sources anonymes au courant des investigations.

    Cette information divulguée par le Washington Post, où collaborait régulièrement le journaliste critique de Riyad, contredit les récentes affirmations du royaume saoudien, qui a totalement dédouané Mohammed ben Salmane, surnommé « MBS ». Contactée par l’AFP, l’agence américaine de renseignements a refusé de commenter.

    #mbs #arabie_soudite

    • Pour mujtahid
      https://twitter.com/mujtahidd/status/1063587806902128641
      il s’agit d’une manoeuvre, notamment du NYT, pour forcer la main à Trump.
      دون أن تعلن رسميا ومن أجل إحراج ترمب بإلزامه تحميل ابن سلمان المسؤولية مسؤولون في CIA يسربون لواشنطن بوست استنتاج الوكالة النهائي: أن ابن سلمان هو المسؤول عن كل الجريمة علما وتنسيقا ومتابعة وأنه كلف أخاه خالد بإقناع جمال بالحصول على الأوراق من تركيا

    • Pour la CIA, Mohammed Ben Salman a ordonné l’assassinat de Jamal Khashoggi
      https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/11/17/pour-la-cia-mohammed-ben-salman-a-ordonne-l-assassinat-de-jamal-khashoggi_53

      Cette information, relayée par le « Washington Post », contredit les affirmations du royaume saoudien, qui a totalement dédouané le prince héritier.

      Le prince héritier saoudien se pensait épargné, jeudi, après que le parquet l’a totalement dédouané dans l’affaire Jamal Khashoggi. C’était sans compter l’enquête de la Central Intelligence Agency (CIA, l’agence états-unienne de renseignement), qui a conclu que Mohammed Ben Salman Al Saoud (« MBS ») avait ordonné l’assassinat du journaliste et dissident, rapporte vendredi 16 novembre le Washington Post.
      Cette information divulguée par le journal auquel collaborait régulièrement le journaliste critique de Riyad contredit les récentes affirmations du royaume saoudien qui a totalement dédouané le prince héritier Mohammed Ben Salman. Contactée par l’Agence France-Presse, l’agence américaine de renseignements a refusé de commenter.

      Pour parvenir à ces conclusions, précise le Washington Post, la CIA a examiné plusieurs sources de renseignement, notamment un appel entre le frère du puissant prince héritier, également ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, et Jamal Khashoggi. Selon le quotidien, Khaled Ben Salman a conseillé à M. Khashoggi de se rendre au consulat saoudien à Istanbul, lui assurant qu’il ne lui arriverait rien.

      Le quotidien ajoute qu’il avait passé ce coup de fil à la demande de son frère, ajoutant qu’il n’était pas clair que Khaled Ben Salman soit au courant que M. Khashoggi serait ensuite assassiné.

      Khaled Ben Salman a très rapidement réagi, sur Twitter, à ces accusations. « C’est une accusation grave qui ne devrait pas être laissée à des sources anonymes », a-t-il dénoncé.

    • La CIA est formelle : « MBS » a fait tuer Jamal Khashoggi
      https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/0600164124093-la-cia-est-formelle-mbs-a-fait-tuer-jamal-khashoggi-2222549.p

      Les conclusions de la CIA risquent d’avoir de sévères répercussions. Selon le Washington Post, l’agence de renseignement aurait en effet découvert le rôle joué par le prince héritier saoudien dans l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. A savoir : le commanditaire.

      « Les Etats-Unis sont déterminés à demander des comptes à tous ceux qui sont responsables » du meurtre, a prudemment réagi le vice-président américain Mike Pence. Pour parvenir à cette conclusion, la CIA a examiné plusieurs éléments, dont un appel entre l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, qui n’est autre que le frère de « MBS », et Jamal Khashoggi.

      Khalid ben Salmane aurait apparemment conseillé au journaliste de se rendre au consulat saoudien à Istanbul, lui assurant qu’il ne lui arriverait rien. Le quotidien ajoute qu’il aurait passé ce coup de fil à la demande de son frère. Toutefois, il n’est pas encore clair si Khalid ben Salmane était au courant de l’assassinat prévu.


  • Affaire Khashoggi : peine de mort requise pour cinq accusés, le prince héritier « MBS » dédouané
    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/11/15/affaire-khashoggi-le-parquet-saoudien-requiert-la-peine-de-mort-pour-cinq-ac

    Le procureur général saoudien a requis la peine de mort contre cinq accusés dans l’affaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. Le parquet a, en revanche, totalement dédouané le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salman (dit « MBS »), a annoncé à Ryiad jeudi 15 novembre le procureur général adjoint, Shaalan Al-Shaalan.

    Ce dernier a également admis que M. Khashoggi, opposant de MBS et exilé aux Etats-Unis depuis 2017, avait été drogué et démembré au sein du consulat saoudien à Istanbul le 2 octobre. Les restes de l’éditorialiste du Washington Post ont ensuite été remis à un agent à l’extérieur du consulat.

    Le chef adjoint des services saoudiens, le général Ahmed Al-Assiri, avait ordonné de ramener de gré ou de force Khashoggi. Mais le chef de l’équipe de « négociateurs » dépêché sur place a donné l’ordre de le tuer, a fait savoir M. Al-Shaalan au cours de cette conférence de presse.

    La France estime que cette enquête du procureur général saoudien, et le défèrement devant la justice des dix-huit personnes arrêtées, « va dans le bon sens ».

    Mais cette version donnée par le parquet saoudien ne convainc pas la Turquie. « Toutes ces mesures sont certes positives, mais elles sont aussi insuffisantes », a déclaré le chef de la diplomatie turque, Mevlüt Cavusoglu, ajoutant qu’il n’avait « pas été satisfait » par certaines explications avancées jeudi par la justice saoudienne.
    « On nous dit que [Khashoggi] a été tué parce qu’il se serait opposé à ce qu’on le ramène dans son pays. Mais, en réalité, ce meurtre, comme nous l’avons déjà dit, a été planifié. Le dépeçage du corps n’était pas spontané. Ils avaient d’abord ramené les personnes et les outils nécessaires pour le faire. En d’autres termes, ils avaient déjà planifié comment ils le tueraient et comment ils le découperaient. »
    « Il ne faut pas que cette affaire soit refermée de cette manière, a poursuivi M. Cavusoglu. Nous allons faire tout ce qui est notre pouvoir pour faire la lumière sur tous les aspects de ce meurtre. »

    La Turquie a par ailleurs demandé mercredi l’ouverture d’une enquête internationale, ce que refuse Riyad. « C’est quelque chose qui est rejeté », a déclaré jeudi le ministre des affaires étrangères saoudien, Adel Al-Jubeir, lors d’une conférence de presse, en rappelant que le royaume saoudien disposait d’un organisme d’enquête.

    Les Etats-Unis, eux, ont annoncé des sanctions financières ciblées contre dix-sept responsables saoudiens impliqués dans le meurtre du journaliste. Celles-ci consistent à bloquer tous les biens ou avoirs des personnes visées aux Etats-Unis, et à interdire aux ressortissants américains de faire des affaires avec elles.

    Parmi les personnes visées figurent des membres de la garde rapprochée de MBS : Saoud Al-Qahtani et son « subordonné » Maher Mutreb, ainsi que le consul général d’Arabie saoudite à Istanbul, Mohammad Al-Otaibi.


  • Ben Salmane « a tenté de persuader Netanyahou de faire la guerre à #Gaza » | Middle East Eye
    https://www.middleeasteye.net/fr/reportages/ben-salmane-tent-de-persuader-netanyahou-de-faire-la-guerre-gaza-5375

    Le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (MBS) a tenté de persuader le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de déclencher un conflit avec le Hamas à Gaza dans le cadre d’un plan visant à détourner l’attention du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, ont indiqué à Middle East Eye des sources en #Arabie_saoudite.


  • Affaire Khashoggi : le premier ministre canadien confirme l’existence d’enregistrements de l’assassinat du journaliste
    https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2018/11/12/affaire-khashoggi-le-premier-ministre-canadien-confirme-l-existence-d-enregi

    Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a confirmé, lundi 12 novembre, à Paris, en marge du Forum pour la paix, que les services de renseignement canadiens avaient écouté des enregistrements ayant trait à l’assassinat de Jamal Khashoggi.
    C’est le premier dirigeant occidental à confirmer officiellement l’existence d’un enregistrement audio portant sur le meurtre du journaliste saoudien. L’éditorialiste, collaborateur du Washington Post, a été tué par un commando saoudien le 2 octobre au consulat saoudien d’Istanbul, où il s’était rendu pour des démarches administratives.
    […]
    Dans une interview à la chaîne de télévision France 2, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, a en revanche dit ne « pas avoir connaissance » d’un partage d’informations turques, contredisant des déclarations de M. Erdogan.

    Interrogé sur l’éventualité d’un mensonge du président turc sur ce point, le ministre français a observé que ce dernier avait « un jeu politique particulier dans cette circonstance ».

    Une accusation « inacceptable », a vivement réagi auprès de l’Agence France-Presse le directeur de la communication de la présidence turque, Fahrettin Altun, ajoutant qu’un responsable français avait notamment eu accès à un « enregistrement audio » portant sur le meurtre de Khashoggi. M. Altun a affirmé que « des preuves » avaient été « partagées avec les institutions concernées du gouvernement français », ajoutant que « le 24 octobre, un représentant des services de renseignement français a écouté l’enregistrement audio ».


  • Saudi Leader Discusses Khashoggi With Evangelicals - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/international/archive/2018/11/saudi-khashoggi-evangelicals/575509

    Samuel : Did you ask MbS about the murder of Jamal Khashoggi?

    Moore : It was the first question we asked. We knew we were going in this context … so we weren’t going to dodge it. We just asked it outright. He was totally consistent with what he’d said publicly before—he said this is a terrible and heinous act and they were going to find and prosecute everyone involved with it. He emphatically denied involvement.

    But then he got sort of introspective and he said, “ I may have caused some of our people to love our kingdom too much , and therefore to take their delegated authority and do something heinous that they absurdly thought would be pleasing.”

    He was making sort of a philosophical observation —which he did quite a bit actually— he’s a really interesting figure .

    #corruption #sans_vergogne



  • Exclusive: Khashoggi murder further complicates ’Arab NATO’ plan - U.S. sources | Reuters

    https://www.reuters.com/article/us-usa-mideast-alliance-exclusive/exclusive-khashoggi-murder-further-complicates-arab-nato-plan-u-s-sources-i

    WASHINGTON (Reuters) - President Donald Trump’s strategy to contain Iranian power in the Middle East by forging Arab allies into a U.S.-backed security alliance was in trouble even before the murder of Saudi journalist Jamal Khashoggi. Now, three U.S. sources said, the plan faces fresh complications.

    FILE PHOTO: U.S. President Donald Trump shakes hands with Saudi Arabia’s Crown Prince Mohammed bin Salman in the Oval Office at the White House in Washington, U.S. March 20, 2018. REUTERS/Jonathan Ernst/File Photo
    Khashoggi’s murder on Oct. 2 in the Saudi consulate in Istanbul has drawn international outrage against Crown Prince Mohammed bin Salman, with Turkish officials and some U.S. lawmakers accusing the kingdom’s de facto ruler of ordering the killing.

    The Middle East Strategic Alliance (MESA) aims to bind Sunni Muslim governments in Saudi Arabia, the United Arab Emirates, Kuwait, Qatar, Oman, Bahrain, Egypt and Jordan in a U.S.-led security, political and economic pact to counter Shi’ite Iran. 

    But feuds among Arab allies, especially a Saudi-led economic and political boycott of Qatar, have hampered the founding of the alliance since Riyadh proposed it last year.

    A summit meeting in the United States where Trump and the Arab leaders would sign a preliminary accord on the alliance was expected in January. But the three U.S. sources and a Gulf diplomat said the meeting now looks uncertain. It has already been postponed several times, they added. 

    Khashoggi’s murder raised “a whole bunch of problems” to be solved before the plan - informally referred to as the “Arab NATO” - can move forward, one U.S. source said. One issue is how the Americans could have the Saudi crown prince, who goes by the initials MbS, attend the summit without causing widespread outrage.

    “It’s not palatable,” the source said.


  • Saudis used Israeli spyware to track Khashoggi: Snowden - World News

    http://www.hurriyetdailynews.com/saudis-used-israeli-spyware-to-track-khashoggi-snowden-138669

    Software made by an Israeli cyber security firm was used to track murdered journalist Jamal Khashoggi, a former U.S. National Security Agency contractor and whistleblower claimed Nov. 7.

    Addressing a conference in Tel Aviv, Israel via a video call from Russia, Edward Snowden said Pegasus spyware sold to governments by NSO Group Technologies was used to track opponents.

    “The Saudis, of course, knew that Khashoggi was going to go to the consulate, as he got an appointment. But how did they know his intention and plans?”

    Khashoggi, a Saudi national and columnist for The Washington Post, was killed on Oct. 2 after entering the Saudi Consulate in Istanbul.


  • #Arabie_Saoudite toujours plus gore : L’exécution d’une domestique indonésienne

    provoque l’indignation | Al HuffPost Maghreb
    https://www.huffpostmaghreb.com/entry/arabie-saoudite-lexecution-dune-domestique-indonesienne-provoque-li

    DRAME - L’Arabie saoudite, qui n’en finit pas de ternir son image et froisser ses relations avec la communauté internationale, nage à nouveau en eaux troubles. Quelques jours après l’assassinat du journaliste critique du pouvoir, Jamal Khashoggi, une domestique indonésienne a été exécutée par les autorités saoudiennes pour avoir tué son agresseur. Une sanction violente dénoncée par l’Indonésie, qui n’avait pas été informée au préalable de l’exécution de sa ressortissante et qui s’indigne de sa disparition.

    Tuti Tursilawati, la trentaine, mère d’un enfant et originaire de Majalengka, en Indonésie, a été exécutée lundi, sept ans après avoir été reconnue coupable du meurtre du père de son employeur et condamnée à la peine de mort, en Arabie saoudite. Un acte de légitime défense contre des agressions sexuelles répétitives, selon l’ONG indonésienne Migrant Care qui condamne cet acte et précise que la jeune femme avait battu à mort son agresseur à l’aide d’un bâton car elle craignait à nouveau des abus sexuels.

    #peine_de_mot #droits_humains #viol #culture-du_viol


    • Exclusive: Khashoggi sons issue emotional appeal for the return of their father’s body
      By Nic Robertson, CNN
      https://edition.cnn.com/2018/11/04/middleeast/salah-khashoggi-abdullah-khashoggi-intl/index.html

      Updated 0004 GMT (0804 HKT) November 5, 2018

      (...) Khashoggi was labeled as a Muslim Brotherhood sympathizer and a dangerous Islamist in phone calls the Saudi crown prince had with Jared Kushner, US President Donald Trump’s son-in-law and Middle East adviser, and John Bolton, national security adviser, according to reports in both the Washington Post and New York Times. The Muslim Brotherhood, considered a terror group in many Arab nations, but not the US or Europe, has long been seen as an existential threat by the desert kingdom’s leaders.
      ‘It’s just labels and people not doing their homework properly, and reading his article and going in depth. It’s easier to stick a label on him,’ Abdullah said, when asked about the Muslim Brotherhood claim.
      Asked how Khashoggi should be remembered, Salah replied, ‘as a moderate man who has common values with everyone... a man who loved his country, who believed so much in it and its potential.’
      “Jamal was never a dissident. He believed in the monarchy that it is the thing that is keeping the country together. And he believed in the transformation that it is going through.”
      Reflecting on their father’s career as a journalist, they say Khashoggi was ‘like a rock and roll star’ when they were out with him in Saudi Arabia.
      ‘He was a public figure that was liked by everyone else,’ Salah said. ‘You don’t see that much in media, in print media.’ (...)

      #Jamal_Khashoggi


  • UAE. The Other Murderous Gulf - Carnegie Endowment for International Peace

    https://carnegieendowment.org/2018/10/30/other-murderous-gulf-pub-77606

    Since the murder of Jamal Khashoggi by a Saudi hit squad in early October, Mohammed bin Zayed, the crown prince of Abu Dhabi and patron of Saudi Arabia’s own crown prince Mohammed bin Salman (MbS), has resembled the cat that swallowed the canary. The disastrous regional adventurism and ruthless despotism of his protégé has averted Washington’s gaze from the UAE’s own responsibility for the carnage that is roiling the region. But the UAE should not be given a get out jail free card. If the White House refuses to hold the Emirates accountable for undermining U.S. interests, Congress should use its constitutional power to step into the leadership void.

    Richard Sokolsky

    Richard Sokolsky is a nonresident senior fellow in Carnegie’s Russia and Eurasia Program. His work focuses on U.S. policy toward Russia in the wake of the Ukraine crisis.
    Throughout Yemen’s three-and-a-half-year civil war, the Emiratis have been as brutal and reckless as the Saudis. While Saudi aircraft slaughter innocent civilians at wedding halls, funerals, homes, markets, schools, and ports, UAE boots on the ground have also contributed to the humanitarian disaster. The UAE-led military offensive in and around the port city of Hodeidah has been a catastrophe: over 400,000 Yemenis have been displaced since June and the fighting has considerably worsened the country’s already alarming food crisis and famine. Human rights organizations have reported on secret UAE-administered detention facilities where torture, beatings, electric shocks, and killings have occurred. The UAE royal family has paid retired U.S. Special Forces soldiers to track down and assassinate Yemeni political figures that it believes are in league with the wider Muslim Brotherhood movement. In Aden, the UAE has organized, supplied, and paid militias to foment fractious proxy violence. Yemenis who once saw the Emirati intervention as an heroic act to defend their nation’s sovereignty from a ruthless Iran-supported militia are now depicting it as an occupation, if not colonization.

    The UAE is part of the coalition of “Saudi-led” Arab countries (along with Bahrain and Egypt) that imposed a blockade against Qatar in May 2017. These nations were attempting to, among other things, end Qatar’s “terrorism,” cut its ties to Iran, get it to stop meddling in the internal affairs of other countries, and force it to pursue a less independent foreign policy. The UAE has taken an even more hardline stance against the Qataris than the Saudis, in part because it is more fanatical than Riyadh about eradicating any trace of Muslim Brotherhood influence in Qatar and the region more broadly. The boycott, which has divided America’s partners in the Gulf Cooperation Council, has been a disaster for both the UAE and Saudi Arabia, affording both Iran and Turkey opportunities to expand their influence in Doha. Nor has it worked out well for Washington, which hoped to forge a united Gulf front to contain Iranian influence. But for the UAE, the Saudis have been a useful surrogate for outsized regional ambitions; the Emiratis’ relationship with the Kingdom has allowed them to punch well above their weight. That’s not a good thing.



  • How the Saudis may have spied on Jamal Khashoggi
    https://cpj.org/blog/2018/10/how-the-saudis-may-have-spied-on-jamal-khashoggi.php

    Omar Abdulaziz, a 27-year-old Saudi Arabian dissident, can still remember the time Jamal Khashoggi, the storied Saudi journalist, unfollowed him on Twitter. It was in 2015, and Khashoggi had been tapped to head a new TV network called Al-Arab, a partnership between a member of the royal family and Bloomberg. Abdulaziz started haranguing Khashoggi online, demanding that the network provide a platform for genuine critics of the Saudi regime. “He got so mad at me,” Abdulaziz recalled in a (...)

    #NSO #smartphone #spyware #écoutes #activisme #journalisme #surveillance #CitizenLab


  • Khashoggi murder: Saudi prince ’said he was dangerous Islamist’ - BBC News
    https://www.bbc.com/news/world-middle-east-46067959

    Saudi Crown Prince Mohammed bin Salman told the US he considered murdered journalist Jamal Khashoggi to be a dangerous Islamist, media reports say.

    Prince Mohammed’s reported phone call to the White House came before Saudi Arabia admitted he had been killed inside the Saudi consulate in Istanbul.

    Saudi Arabia has denied the reports in the Washington Post and New York Times.

    A Saudi national and well-known critic of Saudi rulers, Khashoggi was killed and his body dismembered on 2 October.

    #arabie_saoudite #de_plus_en_plus_gore


  • Report: Netanyahu asked Trump to stick with Saudi crown prince after Khashoggi murder - Middle East News - Haaretz.com
    https://www.haaretz.com/middle-east-news/netanyahu-asked-trump-to-stick-with-saudi-crown-prince-after-khashoggi-murd

    WASHINGTON - Prime Minister Benjamin Netanyahu asked senior officials in the Trump White House to continue supporting Saudi Crown Prince Mohammad bin Salman following the murder of Saudi journalist Jamal Khashoggi, the Washington Post reported on Thursday.

    Citing U.S. officials, the report stated that Netanyahu described the Crown Prince as a “strategic ally” in the Middle East.

    The report said that a similar message was conveyed to the White House by Egyptian President Abdel Fattah al-Sissi.


  • L’Arabie saoudite a telles utilisées des armes chimiques au Yémen ?
    https://www.crashdebug.fr/international/15227-l-arabie-saoudite-a-telles-utilisees-des-armes-chimiques-au-yemen

    Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a-t-il été assassiné parce qu’il en savait trop sur la guerre sans pitié menée par MBS au Yémen ? Analyse du chercheur Sébastien Boussois.

    Sébastien Boussois est docteur en sciences politiques, chercheur sur le Moyen-Orient sur les relations euro-arabes, le terrorisme et la radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du CECID (Université Libre de Bruxelles), de l’OMAN (UQAM Montréal) et du CPRMV (Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence/Montréal).

    Le Yémen pourrait constituer le cimetière des ambitions mondiales de Mohamed Ben Salmane, prince héritier d’Arabie Saoudite. Mais il ne serait pas le seul mouillé dans l’affaire.

    Si l’on en croit les révélations d’un proche ami de (...)

    #En_vedette #Actualités_internationales #Actualités_Internationales


  • Jamal Khashoggi allait révéler des détails sur l’utilisation d’armes chimiques par l’Arabie saoudite au Yémen
    par CNEWS - Mis à jour le 30/10/2018 à 10:56
    https://www.cnews.fr/monde/2018-10-30/jamal-khashoggi-allait-reveler-des-details-sur-lutilisation-darmes-chimiques-p

    Le journaliste assassiné Jamal Khashoggi était sur le point de révéler des détails sur l’utilisation d’armes chimiques par l’Arabie saoudite au Yémen, selon le Daily Express.

    Ces révélations interviennent alors que des sources de renseignements distinctes ont révélé que la Grande-Bretagne aurait été informée d’un complot autour de l’assassinat du journaliste saoudien, trois semaines avant que ce dernier ne se rende au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul.

    #Khashoggi


  • Riyad aurait-il décidé de frapper à l’ultime porte ? – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/10/30/riyad-aurait-il-decide-de-frapper-a-lultime-porte

    Le journaliste dissident saoudien Jamal Khashoggi ©Getty                                                                                                           

    Quelques heures après l’annoncé de l’assassinat du journaliste saoudien Khashoggi en territoire turc, la presse occidentale a affirmé que les Américains iraient « sanctionné » le régime tortionnaire de Riyad. Le même jour, la chaîne saoudienne Al-Arabiya a fait publier un article où l’auteur menaçait les États-Unis : » Si Washington gèle les avoirs saoudiens placés dans les banques occidentales ( avoirs dont le montant est estimé à des milliers de milliards de dollars, NDLR) , Riyad se rapprocherait de la Russie et de la Chine et irait jusqu’à renouer les liens avec l’Iran et le Hezbollah ». Personne n’a cru l’auteur dont les propos ont été très rapidement démentis par les officiels saoudiens.

    PressTV-Les USA ont-ils « éliminé » MBS ?
    Depuis que la garde personnelle de Ben Salmane, composée entre autre d’agents US, l’a évacué de son palais à Riyad, en plein tentative de coup d’État, le prince héritier n’a fait aucune apparition publique.

    Près d’un mois après l’assassinat du journaliste Khashoggi, assassinat revendiqué désormais par Riyad force est de constater que les Saoudiens n’ont pas eu gain de cause. Diabolisé par la presse américaine et européenne, y compris par celle qui voyait en lui » le super réformateur », Ben Salmane (MBS) se sent abandonné : Certes les USA n’ont pas décidé d’annuler leurs contrats d’armements signés avec Riyad ni de revoir à la baisse leur niveau des relations avec ce dernier mais MBS croit toujours à un coup d’État « occidental » contre sa propre personne lequel a permis à l’opportuniste président truc de pêcher largement dans les eaux troubles.

    Un website d’informations proche de Doha vient d’affirmer avoir à sa disposition des informations selon lesquelles « un contact secret aurait eu récemment lieu entre les ministres saoudien et saoudien des Affaires étrangères ». Le site d’information « Al-Khaleej Online » ajoute que le chef de la Diplomatie saoudienne, Adel al-Jubeir aurait entré en contact, ces quelques dernières semaines et à plusieurs reprises, avec le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif pour parvenir à une entente sur les questions régionales, dont et surtout le Yémen. Ces contacts, à en croire le site, se seraient passés en secret. Cette information qui n’a été confirmée ni par les sources iraniennes ni par les sources saoudienne et qui au demeurant, cadrent bien mal avec le contexte actuel de la région, a également été reprise la semaine dernière, par certaines sources sur Twitter, qui confirmaient des contacts entre les deux ministres iranien et saoudien des Affaires étrangères.

    Aucune source iranienne n’a encore confirmée ces prétendus contacts.

    Le diable iranien VS l’ange saoudien ?
    L’Arabie saoudite, qui se donne pour « un phare de lumière » devant l’Iran, conclut un contrat d’équipements d’espionnage avec Israël.

    Les relations diplomatiques irano-saoudiennes sont interrompues depuis 2016, date à laquelle le régime de Riyad a décapité le leader des chiites et opposant pacifiste des politiques discriminatoires, Cheikh Nimr al-Nimr. Remonté sans cesse par ses alliés américain et israélien contre l’Iran, le prince Ben Salmane n’a cessé depuis de souffler sur les braises des hostilités contre l’Iran en qui il voit son pire ennemi. Si l’information de « Al-Khaleej Online » s’avère vraie, cela prouverait l’impasse dans laquelle se trouve le régime de Ben Salmane après avoir été lâché par ses mentors occidentaux. Ceci étant dit, l’Arabie des Salmane continue, à l’heure qu’il est à mener de la pire façon son oeuvre d’extermination de masse au Yémen.

    Khashoggi : Israël a piégé MBS ?
    Le départ du général saoudien, al-Assiri, a été accueilli avec consternation par les milieux du renseignement israélien. Pourquoi ? Quels liens entre al-Assiri et Israël ?                                                                                        https://www.presstv.com/DetailFr/2018/10/30/578514/contact-secret-arabie-saoudite-riyad-iran-aljubeir-zarif


  • Assassinat de Jamal Khashoggi : l’effroyable lâcheté de l’Occident – Salimsellami’s Blog
    https://salimsellami.wordpress.com/2018/10/30/assassinat-de-jamal-khashoggi-leffroyable-lachete-de-loccide

    Rate This

    Photo de Jamal Khashoggi tenue par un manifestant à Istanbul                                                                                                       Adlène Meddi – Les réactions timorées des puissances occidentales face au meurtre du journaliste saoudien dévoilent la face hideuse du cynisme de la realpolitik et, pire, livrent les militants des droits de l’homme aux assassins et aux tortionnaires des régimes autoritaires.

    Pour leurs propres intérêts, ils détruisent des pays entiers et les ramènent à l’âge de pierre, mais pour les beaux yeux d’un prince et la peau d’un journaliste dissident, ils peuvent se contenter d’un « Nous sommes très déçus de voir ce qui se passe. Nous n’aimons pas ça ».

    Cette dernière phrase a été prononcée par un homme colérique et hystérique quand il s’agit de détruire ce qu’il désigne comme ennemis, pays ou présentateur télé. Donald Trump, face au crime saoudien et à la folie destructrice du prince héritier Mohammed ben Salmane, semble se vêtir d’une toge de sagesse.

    Il mesure ses propos, lui, le lance-flamme sur deux jambes. Il fait de la diplomatie là où le sang a coulé, où un homme a été piégé, assassiné, démembré.

    D’après le Washington Post, les services de renseignement américains avaient intercepté, avant sa disparition, des communications entre responsables saoudiens évoquant l’enlèvement de Jamal Khashoggi. Mais un des porte-paroles du département d’État, Robert Palladino, a réagi devant les médias : « Les États-Unis n’avaient pas d’informations à l’avance sur la disparition de Jamal Khashoggi ».

    CE QUE L’AMÉRIQUE SAIT
    On le croit sur parole ! Les États-Unis d’Amérique, durant des décennies, n’avaient pas d’informations sur les milliers de Saoudiens et de ressortissants étrangers victimes des violations de droits de l’homme commises par le royaume wahhabite.

    Les États-Unis d’Amérique ne sont pas au courant du très actif travail de promotion et de propagation des idées extrémistes, à travers tout le monde musulman et au-delà, mené durant plus d’un demi-siècle par leur allié saoudien.

    Les États-Unis d’Amérique ignorent complètement le caractère autocratique et antidémocratique d’une monarchie absolue bâtie sur la violence et le droit divin.

    Les États-Unis d’Amérique n’ont jamais perçu la moindre agressivité belliqueuse de Riyad et son arrogance dès qu’il s’agit des enjeux régionaux, allant jusqu’à affamer des millions d’enfants au Yémen et réduire à néant toute solution juste pour les Palestiniens.

    Pour tout cela, les États-Unis d’Amérique « n’avaient pas d’informations à l’avance ».

    De son côté, l’Europe, le Vieux continent porteur de valeurs de paix et de libéralisme politique, bombardant le monde de leçons de démocratie et de programmes de formation pour la défense des droits de l’homme, l’Europe se joint à la discrète chorale des chuchotements qui feignent la dénonciation.

    « Nous souscrivons à 100 % à la position américaine. Nous attendons une enquête approfondie et une transparence totale de la part des autorités saoudiennes sur ce qui s’est passé », a déclaré Federica Mogherini, vice-présidente de la Commission européenne et « ministre » des Affaires étrangères de l’UE.

    En d’autres termes, le nivellement des effarements est bien opérationnel. Pensons à des millions de persécutés à travers le monde : ils ne donneront plus cher de leur peau face à la frilosité occidentale !

    LA FRILOSITÉ DE L’UNION EUROPÉENNE
    L’Europe, soucieuse des intérêts étroits de ses membres, n’ose même pas élever la voix face à ce qui s’apparente comme un abject crime d’État. Quand Madrid et Berlin ravalent leur indignation pour deux milliards de dollars de contrats avec l’Arabie saoudite, il y a de quoi se remémorer la boutade du roi numide Jugurtha aux portes de la capitale romaine, venu acheter des voix au Sénat pour conforter son pouvoir : « Rome est à vendre ! ».

    Les politiques étrangères sont à vendre.

    « On ne peut rien dire » : terrible et sincère renonciation exprimée par un diplomate français au quotidien Le Figaro.

    Paris, qui n’a même pas fait semblant en réclamant une enquête comme l’a fait Washington. Paris, qui a gardé le silence devant l’expulsion de l’ambassadeur canadien d’Arabie saoudite lors de la récente criseentre Ottawa et Riyad. Paris, où s’est tenue la semaine écoulée une réunion au palais de l’Élysée sur le « partenariat stratégique » avec le royaume wahhabite.

    Ailleurs, sous le soleil de nos contrées arabes et musulmanes, les leaders politiques apostrophent les courageux militants des droits de l’homme, syndicalistes, lanceurs d’alerte, féministes, journalistes indépendants, etc., en proclamant : « Regardez comment se comportent les nations qui prétendent défendre les valeurs humanistes, regardez-les bien : vous ne les verrez probablement pas bouger le petit doigt pour vous ».

    C’est aussi cela, le message envoyé. Aucune capitale occidentale ne doit l’oublier. Chaque petit pas en arrière en matière de droits de l’homme est un énorme acquis pour les régimes autoritaires et les organisations criminelles.

    CRIMINELLES COMPLAISANCES
    « Nous payons très cher chacune de vos complaisances », disait un écrivain maghrébin à un chef d’État européen. Très cher.

    Finalement, la question qui se pose ici, pour nous tous, est la suivante : que vaut la vie d’un homme face à des contrats ? Pas grand-chose, sauf si son martyre peut être instrumentalisé par les puissants du moment pour leurs propres dessins.

    Nous avons ainsi deux catégories d’êtres humains dans le marché des valeurs occidentales : ceux qui, morts ou suppliciés, peuvent conforter un semblant de culpabilisation sur les plateaux télé ou à la tribune genevoise de l’ONU, ou justifier une guerre, voire les deux. Et ceux qu’on regarde se faire découper en morceaux dans l’enceinte d’une représentation diplomatique sans trop s’en émouvoir. Ou en faisant semblant, tout en gardant un œil sur le chéquier.

    Rappelons ici que les inégalités nourrissent la violence. Le fait de traiter différemment, pour les mêmes crimes, les pouvoirs et les responsables politiques alimente une plus grande défiance envers les politiques occidentales. Rappelons ici que l’impunité ne devrait pas avoir un crédit ouvert.

    L’injustice appelle la colère, la colère appelle la violence. La violence crée encore plus de crime et d’injustice. La boucle infernale tournoie sans fin.

    La realpolitik ne devrait pas justifier tant de cynisme. Un État membre de l’ONU a ordonné de tuer et de démembrer un journaliste indépendant : telle est la seule constatation à froid.

    Le reste n’est que ruine de l’âme.

    * Adlène Meddi est un écrivain algérien et journaliste pour Middle East Eye. Ex-rédacteur en chef d’El Watan Week-end à Alger, la version hebdomadaire du quotidien francophone algérien le plus influent, collaborateur pour le magazine français Le Point, il a co-écrit Jours Tranquilles à Alger (Riveneuve, 2016) avec Mélanie Matarese et signé trois thrillers politiques sur l’Algérie, dont le dernier, 1994 (Rivages, sorti le 5 septembre). Il est également spécialiste des questions de politique interne et des services secrets algériens.

    11 octobre 2018 – Middle East Eye                                                    http://www.chroniquepalestine.com/assassinat-de-jamal-khashoggi-leffroyable-lachete-de-loccident


  • Les dictatures arabes : l’acide du développement et la scie de la réforme ! Par Al-Quds Al-Arabi - Actuarabe
    http://actuarabe.com/les-dictatures-arabes-lacide-du-developpement-et-la-scie-de-la-reforme

    Le tremblement de terre politique causé par l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi nous remet en mémoire d’autres assassinats célèbres perpétrés par les régimes arabes contre leurs opposants. On pense notamment à deux meurtres qui sont des plaies béantes dans l’histoire politique arabe et ont de nombreuses ressemblances avec l’assassinat de Khashoggi : ils se sont passés en dehors des pays des deux victimes, leurs détails sont restés mystérieux, les récits de l’exécution, de la torture et de la disparition du cadavre se sont multipliés, de nombreux groupes politiques et sécuritaires ont été accusés.


  • Emmanuel Macron : les ventes d’armes à Ryad n’ont « rien à voir avec M. Khashoggi »
    https://www.bfmtv.com/international/pour-emmanuel-macron-c-est-pure-demagogie-que-de-dire-d-arreter-de-vendre-des-armes-a-ryad-1552849.html#page/contribution/index

    Emmanuel Macron a estimé que « c’est pure démagogie que de dire d’arrêter les ventes d’armes » à l’Arabie saoudite après l’assassinat de Jamal Khashoggi.

    Les ventes d’armes n’ont « rien à voir avec M. Khashoggi, il ne faut pas tout confondre », s’est-il écrié lors d’une conférence de presse à Bratislava. 

    « Je suis très admiratif envers ceux qui, avant de savoir, disent ’on ne vendra plus d’armes’ ! Ils en vendent déjà parfois plus que la France à travers les joint ventures qu’ils ont ! » a lancé le président français, alors que l’Allemagne a appelé les Européens à cesser leur ventes d’armes à Ryad.

    « Et quel est le rapport entre les ventes d’armes et M. Khashoggi ? Je comprends le lien avec le Yémen mais il n’y en a aucun avec M. Khashoggi ! Si on veut prendre des sanctions, il faut en prendre dans tous les domaines ! Il faut dans ce cas arrêter de vendre des véhicules », a poursuivi avec agacement Emmanuel Macron, interrogé par la presse.

    « Ou prendre des sanctions individuelles » contre les responsables, a-t-il jugé.

    « J’attends que les faits soient établis clairement et surtout les responsables et les commanditaires, pour en tirer les conséquences et les sanctions », qui doivent être « claires, cohérentes » "dans tous les domaines et « avec une réponse européenne ». « Et il faut qu’elles aient un lien » avec cet assassinat, qu’il « condamne avec fermeté ».


  • Affaire Khashoggi : ces #Multinationales françaises qui refusent de boycotter le régime saoudien
    https://www.bastamag.net/Affaire-Khashoggi-ces-multinationales-francaises-qui-refusent-de-boycotter

    L’année dernière, les patrons des grandes multinationales s’étaient rendus en masse au premier forum économique organisé par l’Arabie saoudite, surnommé le « Davos du désert ». Cette année, les défections se sont succédées suite à l’assassinat présumé du journaliste Jamal Khashoggi par des agents du régime saoudien en Turquie. Google, EDF, Siemens ou Ford, les banques JP Morgan, HSBC, BNP Paris, Goldman Sachs, le fonds d’investissement BlackRock, ou même le géant de l’extraction de matières premières (...)

    En bref

    / Multinationales


  • How the Khashoggi Case Plays in Yemen
    http://www.warscapes.com/opinion/how-khashoggi-case-plays-yemen

    The humble little solar power system and small TV my elderly mother and her friends gather around every night in Wadi Bana, their village in Ibb in the midlands of North Yemen, provides them – for the single hour the power lasts – with a tiny daily window for entertainment and laughs amid the misery of the war. Now, when I call from Sana’a to check on my mom, she complains that she can no longer watch her favorite programs: All the channels have replaced her shows with special coverage of Jamal Khashoggi’s murder case. My mother has become an expert. When I ask her about her health, she responds instead with all the latest updates and breaking developments.

    It’s not just that the overwhelming number of Yemenis are left wondering why the whole world cares so much about this one man while thousands upon thousands of Yemenis have been killed and the whole country destroyed by the US-backed Saudi- and Emirati-led war. Long before Jamal Khashoggi began writing newspaper columns for The Washington Post – long before he fell out with the Saudi regime, to which he had once been a loyalist – Khashoggi had a complicated and in many ways negative history with respect to Yemen, rendering our reaction to his terrible murder a more nuanced one.

    For many years, Khashoggi was only known to top political elites in Yemen who followed his writings, interviews and tweets because they saw him as being close to top decisionmakers in Saudi Arabia – an intimate of Saudi intelligence – and as such, a good source for trying to predict whatever new Saudi tempest towards Yemen lay on the horizon. He was associated with Saudi interference in Yemen’s sociopolitical and socioeconomic affairs, part and parcel with Saudi propaganda, and reflecting official Saudi policies towards Yemen.


  • Baader Meinhof Muzak « MeckieMesserMuzak - 10. Oktober 2007
    http://meckiemessermuzak.blogsport.de/2007/10/10/baader-meinhof-muzak


    Cette compilation contient des pièces musicales composées et interprétées pour décrire la relation de leurs créateurs au Deutscher Herbst 1977 quand suite aux actions du groupe Rote Armee Fraktion l’état allemand se met en marche pour écraser tout ce qui est de gauche.
    C’est la deuxième vague de répression violente qui frappe l’opposition au système capitaliste après 1945. Dans les annéess 1950 c’est l’interdiction du parti communiste KPD et l’emprisonnement de ses membres qui force l’opposition à renter dans les rangs des armées de travail au service des maîtres du Wirtschaftswunder .
    Depuis la première moitié des années 1960 un nouveau mouvement met en question la domination de l’Allemagne et du monde par l’impérialisme étatsunien. Elle trouve son expression la plus radicale à travers les Bewegung 2. Juni de tendance autonome et Rote Armee Fraktion inspirée par les écrits de Mao Tsé-Tung. Après quelques défaites dûes à l’arrogance du pouvoir qui se croit trop en sécurité, l’année 1977 est le moment d’une série de contre-mesures qui frappent autant les militants pacifistes opposés au nucléaire et à la course à l’armement comme les groupuscules d’extrême gauche.

    La mort des militants RAF incarcérés dans la prison de Stuttgart-Stammheim sert d’avertissement à toute l’opposition au système : Pour défendre le régime en place l’état allemand est désormais prêt à prendre des mesures extrêmes au dela de la légalité officielle .
    Quand on compare les événements de Stuttgart-Stammheim de 1977 avec l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi on finit par comprendre que la différence entre un régime féodal corrompu et un régime capitaliste "démocratique" corrompu n’est qu’une question de conjoncture et de l’intensité des conflits internes.

    Le lien de téléchargement sous l’article est périmé, mais on trouvera toujours une copie de la compil en demandant aux copains.

    Pour les intéressés d’histoire track 4. contient la célèbre déclaration de guerre à la gauche radicale de Horst Herold, le président de l’office fédéral de police criminelle : Wir kriegen sie alle (on les aura tous).

    Baader Meinhof Muzak
    Songs und Toncollagen zur Rote Armee Fraktion (RAF)

    1.Baader Meinhof – Baader Meinhof.mp3
    2.Baader Meinhof – Theme from ‚Burn Warehouse‘ Burn.mp3
    3.Schorch Kamerun feat. Universal Gonzales – Menschenjäger.mp3
    4.herold-kampfaufgeben.mp3
    5.Abwärts – Computerstaat.mp3
    6.Eno-Snatch – RAF.mp3
    7.chumbawamba – ulrike.mp3
    8.Ammer-Einheit – Ulrike Meinhof Paradise, Vorspiel, Die Fuenfte.mp3
    9.Ammer-Einheit – I. Akt, 02.07.1967, Fernsehen.mp3
    10.Ammer-Einheit – II. Akt, 14.05.1970.mp3
    11.Ammer-Einheit – III. Akt, 08.05.1976.mp3
    12.Ammer-Einheit – IV. Akt, 18.10.1977, Requiem.mp3
    13.chumbawamba – meinhof.mp3
    14.schmidt-zu stammheim.mp3
    15.syph – pure-freude(klammheimlich).mp3
    16.materialschlacht_bka.mp3
    17.daf – kinderzimmer.mp3
    18.mittagspause – 1979Deutschland.mp3
    19.Mekanik Destruektiv Kohmandoeh – Im Land Des Ewigen Krieges.mp3
    20.Hanns Eisler – Die Internationale.mp3

    Horst Herold
    https://de.wikipedia.org/wiki/Horst_Herold

    Seine auf die damaligen Terroristen der RAF und der Bewegung 2. Juni gemünzte Ankündigung „Wir kriegen sie alle“ wurde mehrmals künstlerisch verarbeitet, unter anderem zu hören auf dem „Verschwende Deine Jugend“-Sampler („Horst Herold - Wir kriegen euch alle“), auf dem „Gang nach Canossa II“-Sampler („D.Werk - Wir kriegen sie alle“) und als Endlosrille auf der LP Amok Koma der Gruppe Abwärts.

    Gerhard Richter
    https://www.gerhard-richter.com/en/search/?search=1977

    So you consider the RAF [Red Army Faction] dead as the victims of their own ideology?
    Yes, certainly. Not the victims of any specific ideology of the left or of the right, but of the ideological posture as such. This has to do with the everlasting human dilemma in general: to work for a revolution and fail…

    Conversation with Jan Thorn-Prikker concerning the 18 October 1977 cycle, 1989

    18. Oktober 1977 » Exhibitions » Gerhard Richter
    https://www.gerhard-richter.com/en/exhibitions/gerhard-richter-18-oktober-1977-626

    Gerhard Richter. 18. Oktober 1977
    Galerie Neue Meister, Albertinum, Staatliche Kunstsammlungen Dresden, Dresden, Germany, 19 March 2005 – 02 January 2006

    Dead » 18. Oktober 1977 » Exhibitions » Gerhard Richter
    https://www.gerhard-richter.com/en/exhibitions/gerhard-richter-18-oktober-1977-626/dead-7687/?p=1


    Tote, 1988 62 cm x 67 cm Catalogue Raisonné : 667-1, Oil on canvas

    The three paintings Dead [CR: 667/1-3] are based on photographs depicting the terrorist Ulrike Meinhof, a founding member of the Red Army Faction, that were taken after her suicide in prison in Stuttgart-Stammheim on 9th May 1976. The images were published in the magazine stern on 16th June 1976 and show close-ups of the head and upper body of a lying woman, whose eyes and mouth are partially open. Her dark hair is almost undistinguishable against the dark background whereas the bright clothes and pale skin of her face brightly stand out. Her somewhat overstretched neck reveals a dark deep line left by the noose.

    The three works show an almost identical image segment with only the angle and the proportions varied slightly in each painting. Besides their format, the three images also vary in their painterly execution. While the facial features of Ulrike Meinhof are relatively clear in the first version of Dead [CR: 667-1] they are blurred almost unrecognizably in the last painting [CR: 667-3] with bright and dark shades merging, contrasts paling and the overall black background fading to a uniform dark grey. Moreover, the position of the head seems to be slightly altered in each version. While the first painting is guided clearly by the original photograph, the second version shows the head with a slightly raised chin and the eyes almost completely closed which is carried forward even further in the third work. Because of the increasing blurring and the changing position of the head, Ulrike Meinhof seems to be removed further and further from reality with every painting, her mouth and eyes seem to close slowly. In death, she is withdrawn from the gaze of the public, the terrorist is given back a part of her human dignity that was taken from her by exhibiting her dead body in mass media. At the same time the dramatic effect is increased by the multiplication of the subject and the increasing blurring of details that seem like a cinematic fading out. The dead body seems to sink into the surrounding, impenetrable grey.

    The three likenesses appear like a search for an appropriate way of representation, carefully and gradually approaching death. The distinct close-ups set the paintings apart from other depictions of dead RAF members in the cycle and create a certain intimacy that affiliates the work with Youth Portrait [CR: 672-1]. Furthermore, Meinhof’s apparent isolation and loneliness are underlined by focusing solely on her face and upper body. In regard to iconography, the body lying parallel to the image plane is evocative of representations on predellas and hence creates a connection to a traditional European iconography of death. This prevents the paintings from being seen as ideological images or to turn into icons of martyrs[9]. Instead, the works pose the question as to the why of the events. As no other painting in the cycle the painting speaks of sadness, and “[…] sorrow, […] sorrow for the people who died so young and so crazy, for nothing.”


    Tote, 1988 62 cm x 62 cm Catalogue Raisonné : 667-2, Oil on canvas


    Tote, 1988 35 cm x 40 cm Catalogue Raisonné : 667-3, Oil on canvas

    #Allemagne #musique #peinture #révolte #terrorisme #année_de_plomb #Deutscher_Herbst