person:jan kuciak

  • La Slovaquie élit sa première femme présidente
    https://www.demotivateur.fr/article/zuzana-caputova-devient-la-premiere-femme-presidente-la-slovaquie-15912

    Ce samedi 30 mars, la Slovaquie a élit Zuzana Caputova, une avocate libérale, à la tête du pays. Elle marque l’histoire en devenant la première femme présidente de l’État slovaque, et ce malgré son inexpérience politique.


    En réunissant 58,38% des voix, Zuzana Caputova a bousculé l’échiquier politique slovaque, s’imposant face à Maros Sefcovic, commissaire européen soutenu par le pouvoir actuel.

    Son rival, bon perdant, a tenu à saluer cette victoire historique : « Je viens d’appeler Zuzana Caputova pour la féliciter de sa victoire. Je lui envoie un bouquet de fleurs parce que la première femme présidente de la Slovaquie mérite un bouquet » a-t-il déclaré à la presse.

    Le président sortant, Andrej Kiska, s’est aussi félicité de cette victoire : « De nombreux pays nous envient probablement d’avoir choisi un président qui symbolise des valeurs telles que la décence. La Slovaquie est en crise morale et a besoin d’un président comme Zuzana Caputova ».

    Consciente que le plus dur commence, elle s’est adressée aux Slovaques à s’unir, pensant déjà aux prochaines échéances : « Cherchons ce qui nous unit, plaçons la coopération au-dessus des intérêts personnels. Pour moi, cette élection a prouvé que l’on peut gagner sans attaquer ses adversaires et je crois que cette tendance se confirmera lors des élections au Parlement européen et des législatives slovaques l’année prochaine ».

    Son inexpérience politique s’est avérée être un atout plus qu’un inconvénient aux yeux des électeurs, suite aux accusations de corruption qui touchent le gouvernement slovaque depuis plusieurs mois. C’est d’ailleurs sur ce crédo « anti-corruption » que l’avocate libérale âgée de 45 ans a fait campagne.

    En effet, l’année dernière, un fait divers est venu briser le lien de confiance entre le peuple et la classe politique. Un journaliste d’investigation, Jan Kuciak, et sa fiancée, ont été assassinés alors que ce dernier allait publier un article sur les liens présumés entre des hommes politiques slovaques et la mafia italienne.

    Des milliers de Slovaques, dont faisait partie alors Zuzana Caputova, ont manifesté dans les rues, fragilisant alors le gouvernement du parti Smer-SD. Cette vague de mécontentement populaire avait conduite à la démission du Premier ministre, Robert Fico. Dans cette affaire d’assassinat, cinq personnes ont, jusqu’à présent, été interpellés dont le commanditaire présumé du meurtre, un multimillionnaire qui aurait de liens avec Smer-SD. Dans ce climat de méfiance, Zuzana Caputova s’est donc positionnée comme une alternative « propre », malgré son inexpérience politique. De par son profil novice et d’outsider, elle est comparée à un certain Emmanuel Macron par de nombreux analystes. Une similarité qui s’arrête là puisque les grandes lignes de son programme font la part belle à la protection de l’environnement, le soutien aux personnes âgées et une réforme de la justice qui priverait « les procureurs et la police de toute influence politique ».

    En Slovaquie, le rôle présidentiel n’est pas celui qui dirige, à proprement parler, le pays. Il ratifie les traités internationaux et nomme les plus hauts magistrats. Il est également commandant en chef des armées et dispose du droit de véto. Zuzana Caputova prêtera serment le 15 juin prochain.

    Pour rappel, il y a cinq mois de cela, c’est l’Ethiopie qui avait élu sa première femme présidente.

  • Un salon du livre dédié aux lanceuses et #Lanceurs_d'alerte
    https://www.bastamag.net/Un-salon-du-livre-dedie-aux-lanceuses-et-lanceurs-d-alerte

    Loi instaurant un « secret des affaires », assassinat du journaliste d’investigation Jan Kuciak en Slovaquie qui enquêtait sur des affaires liées à la mafia italienne, relaxe d’Antoine Deltour dans l’affaire des révélations sur les pratiques de contournement fiscal au Luxembourg, entrée en vigueur du statut de lanceur d’alerte en France et directive européenne sur le sujet, affaire ArcelorMittal... Autant de sujets qui seront abordés lors du 4ème salon « Des Livres et l’Alerte », du 16 au 18 novembre à (...)

    ça bouge !

    / Démocratie !, Lanceurs d’alerte

    #ça_bouge_ ! #Démocratie_ !

  • L’ultime enquête de Jan Kuciak, journaliste assassiné en #Slovaquie
    https://www.mediapart.fr/journal/international/280218/l-ultime-enquete-de-jan-kuciak-journaliste-assassine-en-slovaquie

    Un mémorial pour le journaliste slovaque assassiné Jan Kuciak. © Aktuality.sk Le jeune journaliste d’investigation slovaque Jan Kuciak et sa fiancée ont été assassinés le 25 février. Avant sa mort, il travaillait sur la ’Ndrangheta italienne, l’un des groupes criminels les plus puissants au monde, et son infiltration en Slovaquie. Mediapart publie en sa mémoire les bribes de cette enquête intitulée « La mannequin, la #mafia et les meurtriers », désormais à jamais inachevée.

    #International #Corruption #Italie #trafic_de_drogue #‘Ndrangheta

  • Slovakian journalism’s darkest day – POLITICO
    https://www.politico.eu/article/jan-kuciak-gorilla-slovakia-journalist-dead-darkest-day

    Even during the turbulent and lawless decade that followed the end of communism in 1989, no reporter was ever killed in Slovakia. Beaten and threatened, yes — on multiple occasions. But never executed with a single bullet to the heart or head, as befell Slovak journalist Ján Kuciak and his fiancée Martina Kušnírova in their home late last week.

    Ján, 27, was a talented investigative journalist whose focus was politically-related fraud. We first came into contact in 2012, as he was finishing his bachelor’s degree in journalism at a university in Nitra, about an hour from Bratislava. I had just been fired from my job with a business weekly and was being very publicly sued for my reporting on the Gorilla file, a high-level #corruption story dating back to 2006.
    […]
    In the past year our roles reversed: I moved to Canada, and it was he who made crucial progress on another story we had both independently been pursuing, the fraudulent payment of EU transfer funds to Italian nationals resident in Slovakia and with alleged ties to the ‘Ndrangheta, the organized crime group from Calabria.
    […]
    As every journalist knows, the most dangerous part of the job always arrives just before publication, when the subject of your exposé knows you are working on him and has a brief window of time to avoid being accused by name. No one knows, at this moment, if this calculation was in fact behind Ján and Martina’s murder. But Slovak organized crime has never killed reporters, even in the bad old days. Whereas Italy’s mafia gangs have shown no such compunctions.

    Slovak police chief Tibor Gašpar has said Ján’s murder is probably related to his work.

    #Slovaquie #Ndrangheta

    • Ils en parlent ici aussi : https://humanite.fr/slovaquie-un-journaliste-dinvestigation-abattu-son-domicile-651114

      Jan Kuciak, journaliste de 27 ans, a été abattu dans sa maison, à Velka Maca, en Slovaquie. Sa compagne, Martina Kusnirova, a également été tuée. Notre confrère travaillait pour le média en ligne Aktuality.sk, où il suivait de près les affaires importantes qui concernaient la fraude fiscale. En septembre, Jan Kuciak avait déposé plainte contre un homme d’affaires sur lequel il enquêtait, Marian Kocner, qui l’aurait menacé. « Cela fait quarante-quatre jours que j’ai porté plainte contre MK pour menaces. Et pourtant, mon cas n’a probablement jamais encore été examiné », s’était plaint cet automne le reporter. « Si la mort du journaliste était liée à son travail, il s’agirait d’une attaque sans précédent contre la liberté de la presse et la démocratie », a réagi hier le premier ministre slovaque Robert Fico. C’est le deuxième journaliste tué dans l’Union européenne en moins d’un an. En octobre, la blogueuse Daphne Caruana Galizia, qui enquêtait sur des affaires de corruption dans son pays, Malte, avait été assassinée. G.D.S.
      Gaël De Santis

    • Il s’appelait Ján Kuciak, et il avait 27 ans. Journaliste travaillant pour le site Aktuality .sk, il a été abattu ce week-end – et sa compagne aussi – de plusieurs balles.

      L’événement s’est déroulé à Veľká Mača, à 50 kilomètres de Bratislava, la capitale de la Slovaquie. La disparition du journaliste d’investigation a été confirmée par le ministère de l’intérieur au journal Dennik N, lundi 26 février au matin. « Ján Kuciak s’était spécialisé dans les enquêtes portant sur des affaires de fraude fiscale à grande échelle. Son dernier article portait d’ailleurs sur les activités de Marián Kočner, un entrepreneur slovaque controversé en raison de ses liens avec plusieurs responsables politiques », indique Reporters sans frontières, qui exhorte les autorités du pays à faire « toute la lumière sur cette affaire ».

      « C’est la cinquième fois en dix ans qu’un journaliste est assassiné dans l’Union européenne. Le meurtre de Ján Kuciak survient après celui de la journaliste d’investigation et blogueuse maltaise Daphne Caruana Galizia le 16 octobre 2017, le massacre des sept journalistes de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 à Paris, l’assassinat du journaliste grec Socratis Guiolias, abattu à l’arme automatique devant son domicile en 2010 et celui du Croate Ivo Pukanic, tué dans l’explosion de sa voiture devant les bureaux de son journal en 2008 », précise l’organisation de défense des journalistes.

      Théophile Kouamouo

      https://www.lemediatv.fr/articles/un-journaliste-d-investigation-tue-en-slovaquie-rsf-reagit

      #Liberté_de_la_presse