person:jaron lanier

  • 5 Books That Explain Why It Seems the World Is So Fucked

    https://markmanson.net/5-books-that-explain-why-it-seems-the-world-is-so-fucked

    1. Democracy for Realists – Christopher Achens & Larry Bartels
    “an eye-opening and sober look at the data on democracy and what makes it effective/ineffective. Hint: people are stupid. Or as my favorite Winston Churchill quotes goes: “The best argument against democracy is a five-minute conversation with the average voter.”

    2. The Coddling of the American Mind – Jonathan Haidt & Gregory Lukianoff
    “The kids aren’t alright. No, really—I know every generation says that, but this time it’s true. Kids who grew up with smartphones (and have begun to enter the university system) are emotionally stunted, overly fragile, and exhibiting mental health issues at alarming rates.”

    3. Who owns the Future – Jaron Lanier
    “Lanier, one of the internet’s earliest engineers, argues with passion and seemingly endless wit that pretty much all of our problems boil down to one thing: for some reason, at some point, we all decided that information should be free.”

    4. The Death of Expertise – Tom Nichols
    “Speaking of the value of information, Nichols goes on a rampage in The Death of Expertise, ripping apart the growing anti-intellectualism. But whereas Lanier focused on information technology, Nichols takes aim at our culture.”

    5. Bowling Alone – Robert Putnam
    “The title refers to the fact that more Americans bowl than in the past. Yet, there are fewer bowling leagues than ever before. Meaning: more and more, people are spending time alone.”

    (all quite US-centric though…)


  • Secret Experiment in Alabama Senate Race Imitated Russian Tactics - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2018/12/19/us/alabama-senate-roy-jones-russia.html

    Ah, cette logique des « expériences » en direct live sans que les cobayes soient au courant... En fait, c’est cela le fonds de commerce de facebook : devenir un lieux d’expérimentation de la manipulation mentale. Voir le livre de Jaron Lanier, « Ten arguments for Deleting Your Social Media Accounts ».

    As Russia’s online election machinations came to light last year, a group of Democratic tech experts decided to try out similarly deceptive tactics in the fiercely contested Alabama Senate race, according to people familiar with the effort and a report on its results.

    The secret project, carried out on Facebook and Twitter, was likely too small to have a significant effect on the race, in which the Democratic candidate it was designed to help, Doug Jones, edged out the Republican, Roy S. Moore. But it was a sign that American political operatives of both parties have paid close attention to the Russian methods, which some fear may come to taint elections in the United States.

    One participant in the Alabama project, Jonathon Morgan, is the chief executive of New Knowledge, a small cyber security firm that wrote a scathing account of Russia’s social media operations in the 2016 election that was released this week by the Senate Intelligence Committee.

    An internal report on the Alabama effort, obtained by The New York Times, says explicitly that it “experimented with many of the tactics now understood to have influenced the 2016 elections.”

    The project’s operators created a Facebook page on which they posed as conservative Alabamians, using it to try to divide Republicans and even to endorse a write-in candidate to draw votes from Mr. Moore. It involved a scheme to link the Moore campaign to thousands of Russian accounts that suddenly began following the Republican candidate on Twitter, a development that drew national media attention.

    “We orchestrated an elaborate ‘false flag’ operation that planted the idea that the Moore campaign was amplified on social media by a Russian botnet,” the report says.

    Mr. Morgan said in an interview that the Russian botnet ruse “does not ring a bell,” adding that others had worked on the effort and had written the report. He said he saw the project as “a small experiment” designed to explore how certain online tactics worked, not to affect the election.

    Mr. Morgan said he could not account for the claims in the report that the project sought to “enrage and energize Democrats” and “depress turnout” among Republicans, partly by emphasizing accusations that Mr. Moore had pursued teenage girls when he was a prosecutor in his 30s.

    “The research project was intended to help us understand how these kind of campaigns operated,” said Mr. Morgan. “We thought it was useful to work in the context of a real election but design it to have almost no impact.”
    Editors’ Picks
    A Struggling Desert Town Bets Its Future on Pot
    In a Texas Art Mecca, Humble Adobe Now Carries a High Cost
    A ‘Time Capsule’ for Scientists, Courtesy of Peter the Great

    The project had a budget of just $100,000, in a race that cost approximately $51 million, including the primaries, according to Federal Election Commission records.

    #Médias_sociaux #Manipulation_mentale #Politique #USA


  • Delete Your Account Now: A Conversation with Jaron Lanier (https://...
    https://diasp.eu/p/7838812

    Delete Your Account Now: A Conversation with Jaron Lanier

    Harper Simon asks Jaron Lanier about his latest book, “Ten Arguments for Deleting Your Social Media Accounts Right Now.”

    HN Discussion: https://news.ycombinator.com/item?id=18189958 Posted by prostoalex (karma: 66116) Post stats: Points: 73 - Comments: 36 - 2018-10-10T23:50:47Z

    #HackerNews #account #conversation #delete #jaron #lanier #now #with #your

    Article content:

    OCTOBER 8, 2018

    JARON LANIER IS ONE of the leading philosophers of the digital age, as well as a computer scientist and avant-garde composer. His previous books include Dawn of the New Everything: Encounters with Reality and Virtual Reality, Who Owns the Future?, and the seminal You Are Not a Gadget: A Manifesto. His latest book bears a self-explanatory (...)


  • The Deliberate Awfulness of Social Media | The New Yorker
    https://www.newyorker.com/books/under-review/the-deliberate-awfulness-of-social-media

    The first argument in Jaron Lanier’s recent book, “Ten Arguments for Deleting Your Social Media Accounts Right Now,” is that the nexus of consumer technologies and submerged algorithms, which forms so large a part of contemporary reality, is deliberately engineered to get us hooked. “We’re being hypnotized little by little by technicians we can’t see, for purposes we don’t know,” he writes. “We’re all lab animals now.”

    The problem is the business model based on the manipulation of individual behavior. Social-media platforms know what you’re seeing, and they know how you acted in the immediate aftermath of seeing it, and they can decide what you will see next in order to further determine how you act—a feedback loop that gets progressively tighter until it becomes a binding force on an individual’s free will. One of the more insidious aspects of this model is the extent to which we, as social-media users, replicate its logic at the level of our own activity: we perform market analysis of our own utterances, calculating the reaction a particular post will generate and adjusting our output accordingly. Negative emotions like outrage and contempt and anxiety tend to drive significantly more engagement than positive ones. This toxic miasma of bad vibes—of masochistic pleasures—is not, in Lanier’s view, an epiphenomenon of social media, but rather the fuel on which it has been engineered to run.

    #Twitter #Facebook #seenthis


  • 52 nuances de #réalité_virtuelle
    http://www.internetactu.net/2018/07/10/52-nuances-de-realite-virtuelle

    Jaron Lanier (@jaronlaniervr, Wikipédia) n’en est pas pas à son premier livre. La plupart sont des pamphlets, souvent inspirés, contre le web tel qu’il existe, et son dernier livre sur les réseaux sociaux continue sur la même lignée en proposant 10 arguments pour détruire tous nos comptes sur les réseaux (...)

    #Articles #Recherches


  • Bonjour,

    Comme vous l’avez peut-être appris, John Perry Barlow est décédé le 7 février des suites de ses problèmes cardiaques. Personnage flamboyant, auteur de la "Déclaration d’indépendance du cyberespace" (8 février 1996, hasard des dates), Barlow occupe une place à part dans la "mythologie" de l’internet. Bien que l’on puisse contester ses idées et son approche libertarienne, il faut lui reconnaître une plume, un style, une énergie hors du commun, qui a marqué très largement les discours sur l’internet et le cyberespace.

    L’auteur de science-fiction cyberpunk Bruce Sterling décrit Barlow en 1992 comme « un pur extraterrestre de la pratique des réseaux informatiques. Il avait une écriture de poète, concise et imagée. Il avait également la perspicacité d’un journaliste, ainsi qu’un esprit loufoque et le sens profond de l’autodérision. Enfin, il était tout simplement doué d’un charme personnel phénoménal. »

    Il est donc tout naturel que John Perry Barlow, et notamment son texte « La déclaration d’indépendance du cyberespace », ait été commenté par les auteur·e·s de C&F éditions. Quelques extraits ci-dessous.

    Olivier Ertzscheid : "L’appétit des géants : pouvoir des algorithmes, ambitions des plateformes"
    https://cfeditions.com/geants

    danah boyd : "C’est compliqué : les vies numériques des adolescents"
    https://cfeditions.com/boyd

    Fred Turner : "Aux sources de l’utopie numérique : de la contre-culture à la cyberculture, Stewart Brand un homme d’influence"
    https://cfeditions.com/utopieNumerique

    Olivier Ertzscheid

    L’auteur de « L’appétit des géants » lui a rendu un hommage très particulier et significatif dans les colonnes de Libération du 9 février. Il propose de ré-écrire la « Déclaration d’indépendance du cyberespace » en version 2018... non plus en s’adressant aux tenants du monde industriel, comme le faisait Barlow en 1996, mais aux géants du monde numérique qui emprisonnent l’énergie des internautes dans leurs systèmes de contrôle et leurs espace privés.

    Extrait :

    « Plateformes aux tons pastels et aux logos colorés, vous géants fatigués aux CGU d’airain et aux algorithmes d’acier, je viens du temps des internets d’avant, où nous n’avions pas de "comptes" mais des pages, où chacun pouvait disposer d’une adresse et n’était pas contraint d’habiter par habitude et par lassitude sous le même grand F bleu qui orne votre jardin fermé, et de vivre dans cette fausse proximité que vous nous avez tant vanté et qui est d’abord une toxique promiscuité.

    Au nom du présent que vous avez institué, je vous demande à vous qui êtes désormais le passé, de nous laisser tranquilles. Vous n’êtes plus les bienvenus parmi nous. Vous avez trop de souveraineté pour que celle-ci ne soit pas enfin questionnée et abolie. »

    On peut retrouver le texte complet et l’introduction/hommage sur Libération (http://www.liberation.fr/debats/2018/02/09/une-nouvelle-declaration-d-independance-du-cyberespace_1628377) et sur le blog Affordance (http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2018/02/nouvelle-declaration-independance-cyberespace-hommage-john-perry )

    danah boyd :

    C’est dans la « Déclaration d’indépendance du cyberespace » que John Perry Barlow utilisa le premier la notion de " digital natives ". Jeune geekette à l’époque de ce texte, danah boyd est resté frappée par la verve de Barlow... mais montre elle aussi combien les dynamiques ont changé, et combien cette notion de "digital natives" est devenu la tarte à la crème des spécialiste du marketing, mais ne représente rien pour les jeunes, ni pour les sociologues.

    extrait :

    « Des manifestes, à l’image de la "Déclaration d’indépendance du cyberespace" de John Perry Barlow en 1996, me parlaient profondément. Barlow disait alors devant les leaders économiques réunis au forum de Davos que la nouvelle « maison de l’Esprit » permettait des « identités sans corps ». J’étais fière d’être une de ces enfants dont il parlait, et qui se vivait comme « native » de cette nouvelle civilisation.

    Vingt ans après, les dynamiques de l’identité en ligne s’avèrent très largement différentes de ce que les premiers adeptes de l’internet avaient imaginé. Même si les jeux en ligne et les mondes virtuels sont populaires parmi certains groupes de jeunes, il existe une différence culturelle majeure entre les sites qui permettent d’endosser un rôle et les médias sociaux, largement plus fréquentés, qui tendent à encourager une atmosphère beaucoup moins fictionnelle. Même si les pseudonymes sont fréquents dans ces environnements, le type de travail de l’identité qui se déroule dans les médias sociaux tels Facebook est très différent de celui que Turkle avait imaginé au départ. De nombreux adolescents aujourd’hui vont en ligne pour socialiser avec des amis qu’ils connaissent dans le monde physique, et ils se définissent eux-mêmes dans des contextes en ligne qui interagissent fortement avec des communautés sociales non-médiées. Ces pratiques, qui encouragent une plus grande continuité entre les mondes en ligne et hors ligne des adolescents, étaient bien moins fréquentes quand j’étais jeune. »

    et

    « La notion de digital natives a des racines politiques, principalement issues du techno-idéalisme américain. Dans sa volonté de contraindre l’élite globale à reconnaître l’importance de la société numérique émergente, John Perry Barlow, un poète reconnu, par ailleurs cyberlibertarien notoire, a forgé ce concept pour diviser le monde entre « eux » et « nous ». Barlow, connu pour avoir été le parolier du groupe The Grateful Dead, savait facilement trouver des mots provocants pour exprimer ses opinions politiques. Ce manifeste lançait un défi explicite aux « gouvernements du monde industriel ». En plaçant ceux qui « venaient du cyberespace » en opposition au monde du passé, il organisait l’affrontement des « natifs » et des « immigrants ».

    Barlow n’était certainement pas le premier à suggérer que les jeunes sont, en raison de leur date de naissance, intimement partie prenante de ce paysage numérique émergent. Mais son langage poétique a mis en relief les craintes implicites d’une fracture générationnelle qui accompagnerait les technologies. En écrivant sa déclaration, il voulait susciter des réactions… et il y est parvenu. Mais beaucoup ont pris sa métaphore au premier degré. Il était fréquent de voir des discours publics mettre en avant l’idée que les « natifs » auraient des pouvoirs et des compétences techniques particulières. L’idée sous-jacente de ces lectures de Barlow est que les adultes doivent craindre ces jeunes qui auraient hérité d’un savoir à leur naissance. »

    Fred Turner

    C’est bien entendu l’historien de l’internet Fred Turner qui offre dans son livre « Aux sources de l’utopie numérique » les hommages comme les critiques les plus soutenues de l’oeuvre et de l’approche de John Perry Barlow.

    Extraits :

    « Barlow rappelait à ses lecteurs « Je vis à barlow@eff.org. C’est là où j’habite. C’est ma maison. Si vous voulez me parler, c’est le seul endroit où vous êtes sûrs de me trouver, à moins que vous ne soyez déjà en face de moi – physiquement. Il est impossible de savoir où je suis. Depuis avril, je ne suis pas resté plus de six jours dans un même lieu. » Dyson et Barlow s’étaient transformés en paquets d’informations, au sens métaphorique, naviguant de conseils d’administration en conférence et agences de presse. Leur perception de l’espace s’était disloquée et s’ils avaient toujours le sentiment d’avoir un foyer, ce dernier était devenu distribué, collant parfaitement à leur idée d’avoir une maison sur la toile.

    De prime abord, la représentation du monde en système d’information telle que le conçoit Kelly s’inscrit fortement dans la pensée d’une époque, celle des années quatre-vingt-dix. Une analogie entre réseaux d’entreprises et écosystèmes naturels sous-tend cette représentation. Une analogie qui imprègne la vision, commune à Barlow et Dyson, d’un monde libéré de sa bureaucratie et guéri de sa schizophrénie grâce à l’internet. Mais à y regarder de plus près, elle pose également une énigme historique. L’idée selon laquelle le monde matériel peut être comparé à un système d’information et modélisé par ordinateur ne date pas de l’internet, mais apparaît bien plus tôt, durant la Seconde Guerre mondiale, dans et autour des laboratoires de recherche financés par l’État, notamment le Radiation Laboratory du MIT. Ces laboratoires ont orienté le développement de l’informatique aux États-Unis.
    [...]
    En 1990, la technologie et les méthodes de management caractérisant le WELL, en sus des réseaux qui s’étaient regroupés autour du système et des organisations proches du Whole Earth, servirent de références pour redefinir le cyberespace lui-même. Cette année-là, John Perry Barlow, expert en informatique, fut unanimement désigné comme la première personne à avoir accolé le mot cyberespace à ce qui n’était encore que le croisement entre les télécommunications et les réseaux informatiques. Puisant largement dans son expérience du WELL, il décrivait ce nouveau cyberespace structuré autour de réseaux informatiques comme une « frontière électronique ». Ce faisant, il bousculait la représentation autrefois dystopienne d’une informatique interconnectée en un espace imaginé pour que les individus puissent se recréer et construire leurs communautés dans les termes provenant des idéaux néo-communalistes. À l’instar des territoires ruraux des années soixante, le cyberespace de Barlow demeurerait au-delà de tout contrôle gouvernemental. Et tout comme un happening ou un Acid Test, il fournirait le décor et les outils au travers desquels les individus entretiendraient des liens intimes et désincarnés entre eux. En invoquant l’image de la frontière électronique, Barlow métamorphosait les normes locales du WELL, notamment son éthique communautarienne dérivée du Whole Earth, son allégeance à une forme de gouvernance non hiérarchique et sa rhétorique cybernétique, en une métaphore universelle de l’informatique en réseau. Dès le milieu des années quatre-vingt-dix, l’image du cyberespace telle que dessinée par Barlow était sans nul doute devenue l’emblème le plus populaire non seulement des formes émergentes de communication via réseaux informatiques, mais également des formes horizontales d’organisation sociale ou encore des modèles dérégulés de transactions économiques.
    [...]

    Durant l’été 90, Barlow se rendit dans les bureaux du VPL Research de Jaron Lanier et endossa une paire de visiophones et de gants de données VPL. Il publia dans Mondo la description suivante de son expérience : « Soudain, je n’ai plus de corps. Tout ce qui reste du fatras vieillissant qui constitue la plupart du temps mon enveloppe corporelle, c’est une main auréolée d’or qui flotte devant moi telle la dague de Macbeth. Je pointe un doigt vers l’étagère de livres accrochée au mur du bureau et la parcours lentement de haut en bas sur toute sa hauteur... Dans cet environnement palpitant d’inconnu, j’ai été réduit à un seul point de vue. Le sujet “moi” bée intégralement dans un abîme de questions brûlantes. Un véritable Dysneyland pour épistémologues. » Barlow aurait très bien pu décrire là un trip sous acide. Malgré toutes les technologies numériques impliquées, l’expérience dont Barlow fait le récit appartient autant aux années soixante qu’aux années quatre-vingt-dix. Et au cas où le lecteur n’aurait pas percuté, Barlow cite Lanier : « Je pense que c’est le truc le plus incroyable depuis notre virée sur la lune » .

    Barlow qui s’était converti plutôt tardivement à la puissance des technologies numériques, était cependant un vieux briscard du mysticisme et du LSD. Fils de propriétaires de ranch dans le Wyoming, il avait été élevé dans un esprit Mormon, attaché au Parti Républicain. Il n’avait pas été autorisé à regarder la télévision avant l’âge de 11 ans et lorsqu’il le put, il regarda essentiellement des programmes de télévangélistes. À 14 ans, il fut envoyé dans une école catholique et, ironie du sort, c’est à ce moment-là qu’il commença à perdre la foi. À la n des années soixante, alors qu’il fréquentait l’Université de Wesleyan dans le Connecticut, il prit régulièrement part aux activités du groupe de Timothy Leary situé à Millbrook, dans l’État de New York. Sa foi refit surface à l’issue de son premier voyage sous acide. « Le sentiment qu’il y avait quelque chose de sacré dans l’univers m’animait de nouveau », raconta-t-il plus tard. Mais cette présence sacrée ne pouvait être contenue dans un dogme en particulier. Barlow se tourna plutôt vers les inclinations mystiques de Pierre Teilhard de Chardin, prêtre catholique dont il avait découvert les œuvres lorsqu’il était à l’université, et de Gregory Bateson, dont il avait lu Steps to an Ecology of Mind au début des années soixante-dix.
    [...]

    Au début du mois de juin, peu de temps après avoir lu le récit de Barlow sur le WELL, dans un geste qui est depuis entré dans la légende de la cyberculture, Kapor qui se trouvait à proximité de Pinedale, Wyoming, à bord de son jet privé, appela Barlow depuis son avion et lui demanda s’il pouvait faire halte chez lui. Ils s’étaient rencontrés auparavant tant socialement que professionnellement (Barlow avait interviewé Kapor pour le compte d’un magazine informatique) mais ne se connaissaient pas vraiment pour autant. Cet après-midi-là, assis dans la cuisine de Barlow, ils échangèrent sur les différentes opérations répressives menées alors par le gouvernement. Ils décidèrent ensemble de créer une organisation nommée la Computer Liberty Foundation. [...]
    La première et la plus influente des métaphores auxquelles se référait Barlow fut celle de la « frontière électronique ». Kapor et Barlow, tous deux maîtres incontestés de la mise en réseau, obtinrent rapidement une couverture médiatique pour leur nouvelle organisation ainsi que des propositions de financement en provenance de Steve Wozniak, cofon- dateur d’Apple, et de John Gilmore de Sun Microsystems. Ils initièrent une conférence sur le WELL et recrutèrent Stewart Brand pour étoffer le conseil d’administration de la fondation
    [...]

    Tous ceux qui étaient présents au dîner s’accordèrent sur l’idée que l’informatique en réseau était selon les propres termes de Barlow « d’authentiques confins ». « J’ai proposé Electronic Frontier Foundation durant le repas », se souvint Barlow, « et tout le monde semblait trouver ça bien. »

    En dépit de leur orientation libertarienne, les plumes d’Esther Dyson, de John Perry Barlow et de Kevin Kelly exhalaient un parfum de nostalgie d’un monde égalitaire. Pour ces auteurs, et pour ceux que leurs écrits auront guidé, l’internet public des premiers temps semblait préfigurer et aider à faire naître un monde dans lequel chaque individu pourrait agir dans son propre intérêt et dans le même temps produire une sphère sociale unifiée, un monde dans lequel nous serions « tous un ». Cette sphère ne serait pas gouvernée par les décisions de politiques agonistiques, mais s’en détournerait pour suivre le chemin de la prise de pouvoir individuelle assistée par les technologies et l’établissement d’agoras en pair à pair. Pour les prophètes de l’internet, comme pour celles et ceux qui s’en retournèrent à la terre quelque trente ans plus tôt, c’était le gouvernement, imaginé en colosse bureaucratique écrasant, qui menaçait de détruire l’individu ; l’information, la technologie et le marché représentaient alors le salut. »

    La boucle est bouclée. Du Barlow prestidigitateur du discours de l’internet à la situation de concentration et de dépendance actuelle de l’internet à une poignée de géants, il était temps de faire revivre des utopies positives pour que l’internet redevienne ce compagnon de la liberté et de l’action collective. Ce qu’Olivier Ertzscheid a tenté de faire dans son hommage/pastiche de la « Déclaration d’indépendance du cyberespace - V2.0 »

    Bonnes lectures à vous.

    Hervé Le Crosnier

    #John_Perry_Barlow #Fred_Turner #danah_boyd #Olivier_Ertzscheid #C&F_éditions


  • Nos données nous appartiennent : monétisons-les !
    http://abonnes.lemonde.fr/idees/article/2018/02/05/nos-donnees-nous-appartiennent-monetisons-les_5251774_3232.html

    Le grand n’importe quoi : les données personnelles sont aussi sociales. Rabattre ça sur la notion de propriété est en fait le cache-sexe d’une nouvelle industrie qui voudrait jouer les notaires de cette fausse-propriété. Mais que ces aspirateurs de données commencent par payer des impôts (socialisation de la plus-value). Le néolibéralisme, c’est avant tout l’extension de la sphère marchande à tout ce qui peut entrer dans ses rêts. Comme le monde physique est fini, il faut trouver une « nouvelle frontière » au marché, au lieu de raisonner sur l’utilité de construire des formes sociales en dehors du marché et de la propriété. L’alliance des signataires est également fort significative du projet idéologique de ce texte.

    Je le stocke ici pour mémoire...

    Nos données nous appartiennent : monétisons-les !

    Un collectif plaide pour que chaque personne puisse monnayer ses données personnelles qui, actuellement, enrichissent les géants de l’Internet.

    LE MONDE | 05.02.2018 à 06h39 | Par Jaron Lanier (informaticien, créateur de start-up), Gaspard Koenig (philosophe), Bruno Bonnell (député LRM), Manuel Carcassonne (éditeur), Alexandr...
    Réagir
    Ajouter

    Partager (47) Tweeter

    Par quel étrange renoncement sommes-nous devenus de la chair à algorithmes ? Tous les jours, nous abandonnons une partie de nous-mêmes à des plates-formes numériques, appâtés par l’illusion de la gratuité. Nos données personnelles les plus intimes, concernant nos goûts, nos déplacements ou nos amours, sont passées à la moulinette, collectées, agrégées, souvent revendues, et ultimement utilisées pour orienter et contrôler nos comportements. En cliquant sur des conditions d’utilisation léonines, que nous n’avons pas le temps ni la capacité de lire, encore moins de comprendre ou de négocier, nous courons vers notre servitude volontaire. Les géants du Web bâtissent leur fortune sur les dépouilles de notre identité.

    Parce qu’il est urgent de rétablir nos valeurs les plus fondamentales, nous plaidons pour instaurer une patrimonialité des données personnelles. En dépit des idées reçues, le droit de propriété a toujours été une conquête sociale permettant de rééquilibrer les rapports de pouvoir au profit de l’individu et de ses libertés. Du cadastre aux brevets, la propriété garantit, selon l’adage romain, l’usus, l’abusus et le fructus, nous rendant pleinement maîtres de nous-mêmes et de nos actions, protégés de l’arbitraire des puissants. Voilà pourquoi Proudhon pouvait écrire dans la Théorie de la propriété, en revenant sur ses propos de jeunesse, que « la propriété est la plus grande force révolutionnaire qui existe ». Après la terre et les idées, le temps est venu d’étendre cette force révolutionnaire à nos data.
    Concevoir des contrats intelligents et adaptés

    Cette simple adjonction juridique, qui n’existe aujourd’hui ni en Europe ni aux Etats-Unis, suffirait à bouleverser l’écosystème du numérique. Chacun pourrait choisir en toute autonomie l’usage qu’il souhaite faire de ses données, selon leur nature et leur finalité. On pourrait ainsi accéder à certains services sans partager ses propres données, mais en payant le prix de cette confidentialité et donc en devenant véritablement client. A l’inverse, dans la mesure où l’on accepte de céder ses données, il faudra que les plates-formes nous rémunèrent, réintégrant ainsi le producteur primaire de données dans la chaîne de valeur.

    Des flux continus de transactions, plus ou moins importants en fonction des catégories de data, en débit comme en crédit selon nos préférences contractuelles, viendraient alimenter nos comptes personnels de données, avec possiblement une blockchain [technique qui consiste à sécuriser une transaction en la faisant valider par une multitude d’ordinateurs, de manière chiffrée] pour garantir la validité des transactions. On peut imaginer que de puissants intermédiaires se constituent, comme les sociétés de gestion collective pour les droits d’auteur, afin de négocier conditions et tarifs au nom de millions de citoyens numériques, et de concevoir des contrats intelligents adaptés à chacun d’entre eux.
    « Nos données sont de facto devenues objets de commerce »

    Il ne s’agit pas de marchandiser ses données, selon le terme convenu pour inhiber tout débat, mais de rendre aux citoyens une valeur aujourd’hui capturée par les Gafam – Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft – et leurs milliers de disciples. En quoi est-il contraire à la dignité humaine de doter les producteurs de data d’un capital qui leur revient, et qui leur permettra d’effectuer leurs choix de manière d’autant plus indépendante ? Dénoncer la monétisation, c’est nier une réalité économique, puisque nos données sont de facto devenues objets de commerce (au point de représenter bientôt 8 % du PIB européen !). Mais c’est aussi, politiquement, se faire le complice objectif des oligopoles, comme l’Eglise condamnait le prêt à intérêt pour empêcher la naissance d’une bourgeoisie marchande, menaçant son pouvoir.
    Monétisation sauvage des données

    D’autant que la logique de la patrimonialité n’entre nullement en contradiction avec celle des droits fondamentaux, portée au niveau européen par le règlement général sur la protection des données (RGPD). Etablir des droits inaliénables permet d’autant mieux de concevoir un marché qui les respecte, comme c’est classiquement le cas dans nos démocraties. De plus, certaines conquêtes du RGPD, telles que l’exigence de portabilité, constituent des étapes indispensables vers un droit de propriété.
    « Il est urgent de reprendre la maîtrise de nos data et donc de nous-mêmes »

    Qu’on le veuille ou non, cette discussion a commencé. Des start-up se créent chaque semaine pour monétiser nos données de manière sauvage. Jaron Lanier, l’un des geeks les plus charismatiques de la Silicon Valley, porte le sujet depuis plusieurs années aux Etats-Unis, au nom même des valeurs libertaires qui faisaient la vigueur de l’Internet des années 1980, décentralisé et idéaliste. Son dernier papier, cosigné entre autres avec des universitaires de Stanford, a relancé le débat outre-Atlantique. En France, le député Bruno Bonnell (LRM) travaille sur une proposition de loi. L’Europe s’honorerait de prendre les devants et d’imposer sa soft law [règles de droit non obligatoires] face à une Amérique à genoux devant les intérêts du big business et à une Chine peu soucieuse de l’individu.

    Alors qu’on nous annonce, à l’image de l’historien Yuval Noah Harari, un « dataisme » dissolvant l’humain dans le réseau et rendant caduc le libre arbitre, il est urgent de reprendre la maîtrise de nos data et donc de nous-mêmes. Le droit de propriété est l’un des outils essentiels de cet humanisme 2.0.

    Liste complète des signataires : Rafaël Biosse-Duplan, associé gérant de Finisterre Capital ; Bruno Bonnell, député LRM ; Manuel Carcassonne, directeur général des Editions Stock ; Alexandre Jardin, écrivain et cinéaste ; Aurélie Jean, computational scientist ; Gaspard Koenig, philosophe, maître de conférences à Sciences Po Paris et président du think tank Generation Libre ; Willy Lafran, entrepreneur, fondateur de Datarmine ; Sébastien Lalevée, gérant associé de Financière Arbevel ; Isabelle Landreau, avocate ; Jaron Lanier, informaticien, créateur de start-up ; Céline Lazorthes, entrepreneure, fondatrice et PDG du groupe Leetchi ; Guillaume Liégey, cofondateur de Liegey Muller Pons ; Laurence Parisot, dirigeante d’entreprise, présidente de Gravida, ancienne présidente du Medef ; Gérard Peliks, ingénieur en cybersécurité, président de l’association CyberEdu ; Virginie Pez, économiste, maître de conférence à l’université Panthéon-Assas (Paris II) ; Rubin Sfadj, avocat en droit du numérique et de la finance ; Philippe Silberzahn, économiste ; Pierre Valade, entrepreneur et cofondateur de l’application Sunrise ; Natacha Valla, économiste, membre du Conseil d’analyse économique ; Guy Vallancien, chirurgien ; Glen Weyl, économiste.

    #Données_personnelles #Néolibéralisme #Propriété_des_données


  • Entre la Silicon Valley et les Américains, le climat a changé

    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2017/09/18/haro-sur-la-silicon-valley_5186999_4408996.html

    La puissance des géants des technologies commence à inquiéter sérieusement l’opinion américaine et la classe politique. Les appels à la réglementation se multiplient.

    Le lancement en fanfare de l’iPhone X, le 12 septembre, n’a pas pu masquer l’évidence : les nuages s’accumulent sur la Silicon Valley. Même le dernier-né des smartphones d’Apple n’a pas été accueilli avec l’enthousiasme habituel, en dépit de son bestiaire de nouveaux emojis à tête de panda, de singe ou de robot. Le prix, déjà, est de plus en plus inabordable (1 159 euros pour la version de base). Surtout, la nouvelle fonction de reconnaissance faciale se révèle être un facteur anxiogène. Apple a beau l’appeler iPhone 10, la lettre X donne à son nouveau jouet une aura de mystère et, pour employer le mot à la mode, de dystopie. « Pour la première fois, une compagnie va disposer d’un outil de reconnaissance faciale avec des millions de portraits et l’équipement pour scanner et identifier les visages partout dans le monde », s’émeut le juriste Jake Laperruque, dans le magazine Wired.

    Entre les Américains et la Silicon Valley, le climat a changé. Chaque jour apporte un cortège d’informations embarrassantes pour la « Tech ». Facebook va d’aveux en promesses de corriger les erreurs. Devant la commission d’enquête parlementaire sur les ingérences russes dans l’élection présidentielle de 2016, le réseau social a dû exposer les failles de son modèle de vente de publicités personnalisées. En pleine campagne électorale, plus de quatre cents faux comptes liés à la Russie ont pu acheter pour 100 000 dollars (83 581 euros) de publicités et diffuser quelque trois mille messages sur des sujets aussi polémiques que l’immigration, les droits des homosexuels, le racisme, le contrôle des armes à feu, influençant potentiellement le scrutin.

    La firme de Mark Zuckerberg est maintenant visée par un mandat de perquisition du procureur spécial Robert Mueller. Si l’on en croit le professeur Benjamin Edelman, d’Harvard, cité par le New York Times, ses ingénieurs s’y perdent eux-mêmes dans la complexité de leur système de collecte de publicités, à la fois automatisé et manuel. Et « la machine a son propre cerveau », ajoute-t-il.

    « Le pouvoir de Google »

    Google fait l’objet d’une nouvelle plainte pour sexisme, cette fois en nom collectif, déposée le 14 septembre par trois anciennes ingénieures s’estimant sous-payées et surtout sous-promues. Le moteur de recherche continue aussi d’être sous le feu des accusations d’avoir évincé du think tank New America, qu’il finance, un chercheur qui s’était félicité de l’amende qui lui a été imposée en juin par la Commission européenne pour abus de position dominante. « Le pouvoir de Google sur le marché est aujourd’hui l’un des défis les plus importants pour les responsables des politiques de concurrence dans le monde », écrivait le chercheur Barry Lynn, parti créer une structure indépendante avec son équipe.

    Il y a longtemps que des insiders, comme Jaron Lanier, de Microsoft Research, ont montré que les géants de la Vallée, en s’appropriant gratuitement les données des utilisateurs, contribuaient à l’appauvrissement des classes moyennes. Des années, aussi, que la Commission européenne tente d’imposer des limites à l’hégémonie des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon). Mais les critiques restaient largement confidentielles. L’Europe était jugée incorrigiblement étatique, réticente aux innovations. Les sceptiques étaient relégués au rang de passéistes, d’Amish du numérique, ou mépris suprême, de luddites hostiles au progrès.

    La critique est tendance

    Aujourd’hui, les Cassandre ont pignon sur rue dans les médias. Les tribunes se succèdent sur le thème : l’âge d’or est fini pour la Silicon Valley. La Tech est rebaptisée « Big Tech », comme on disait hier « Big Oil », pour la tentaculaire industrie pétrolière. « Faut-il casser Google » ? Le moteur de recherche n’est-il pas « trop puissant ? », s’interroge Fox News, qui le soupçonne, il est vrai, de sympathies démocrates. Selon Politico, Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la concurrence, qui arrive lundi 18 septembre à Washington, va trouver une atmosphère nettement plus accueillante. Le « fan-club » américain de cette dernière est en « pleine expansion », constate le magazine. « L’Antitrust est de retour », exulte Luther Lowe, l’un des responsables de Yelp, la plate-forme de recommandations qui croise le fer depuis des années avec Google, accusé d’abus de position dominante.

    Longtemps, les jeunes innovateurs ont été accueillis avec bienveillance dans la capitale fédérale. Avec Barack Obama, c’était fusionnel. Quelque 250 cadres sont passés de Google à la Maison Blanche, et inversement. En fin de mandat, le président démocrate a alerté ses compatriotes sur les « méfaits » qui risquaient d’accompagner les « bienfaits » apportés par les technologies. Mais le débat a été escamoté pendant la campagne électorale. Aujourd’hui il revient comme un boomerang. De l’engorgement des villes par les chauffeurs Uber aux « fake news » et à l’agressivité grandissante de la société, la Silicon Valley – « le sombre centre d’un pouvoir sans contrôle », selon l’expression de Ben Smith, le rédacteur en chef de Buzzfeed – est rendue responsable de tous les maux de l’époque.

    Ses géants se présentent comme les champions de l’individualité et de la diversité, « alors que leurs algorithmes nous poussent à la conformité et écornent notre vie privée », tempête le journaliste de The Atlantic, Franklin Foer, dans un livre (World Without Mind, The Existential Threat of Big Tech, Penguin Press) publié le 12 septembre et déjà dans les meilleures ventes aux Etats-Unis.

    Menace pour la démocratie ?

    Washington ne peut plus rester inactif. Quarante-cinq pour cent des Américains reçoivent leurs informations par l’intermédiaire de Facebook. Si on inclut Instagram, WhatsApp et Messenger, la plate-forme de Mark Zuckerberg contrôle 80 % du trafic des réseaux sociaux sur mobile. La part de marché de Google dans les recherches en ligne dépasse 85 % aux Etats-Unis. Amazon assure 43 % des ventes en ligne… Et depuis l’élection, surtout, la menace sur la démocratie est prise au sérieux. « Sans Facebook, Trump serait-il président aujourd’hui ?, s’est interrogée Margaret Sullivan dans le Washington Post. Il y a de plus en plus de raisons de penser que la réponse est non. »

    Analyse similaire pour Evan Williams, l’un des fondateurs de Twitter, la plate-forme dont le président fait un usage immodéré. Donald Trump n’est que le « symptôme » d’un problème plus large, a-t-il déclaré à la BBC, celui de la dictature de la publicité ciblée instantanée, un système qui « abêtit le monde entier ».

    A peine le show Apple terminé, à Cupertino, le sénateur démocrate Al Franken a publié une lettre au PDG Tim Cook réclamant des éclaircissements sur la manière dont la firme entend gérer les questions d’atteinte potentielle à la vie privée. Que fera Apple si le gouvernement, comme l’a fait la NSA pour les communications électroniques, réclame les clés de son système de reconnaissance Face ID ? Quelles sont les mesures de protection de l’utilisateur si la police parvient à débloquer son smartphone en le brandissant devant son visage ? D’autres parlementaires réfléchissent à la manière de soumettre Facebook et Google, qui assurent 80 % des publicités en ligne, aux mêmes règles que les médias traditionnels sur les messages politiques.

    Pour une fois, conservateurs et progressistes font cause commune. L’ancien conseiller de M. Trump, Steve Bannon, l’a répété le 12 septembre à Hongkong : c’est lui qui avait « pris la tête », à la Maison Blanche, du camp qui voulait imposer aux entreprises technologiques les mêmes réglementations que les compagnies de téléphone ou d’électricité ; un scénario de cauchemar pour Google et Facebook, qui résistent depuis des années à l’idée d’être considérés comme autre chose que des plates-formes.

    A gauche, Bernie Sanders a fait la même proposition. Réglementation, scission, réforme de la loi antitrust ? Washington soupèse les formules. Quel que soit le résultat, le « backlash » (contrecoup) est réel. Comme Wall Street après des années de « greed » (cupidité), les titans de la Tech sont rattrapés par leurs excès.



  • Jaron Lanier on Lack of Transparency in Facebook Study - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2014/07/01/opinion/jaron-lanier-on-lack-of-transparency-in-facebook-study.html?emc=edit_th_201

    Now that we know that a social network proprietor can engineer emotions for the multitudes to a slight degree, we need to consider that further research on amplifying that capacity might take place. Stealth emotional manipulation could be channeled to sell things (you suddenly find that you feel better after buying from a particular store, for instance), but it might also be used to exert influence in a multitude of other ways. Research has also shown that voting behavior can be influenced by undetectable social network maneuvering, for example.

    The principle of informed consent in the age of social networking can’t be limited to individuals who are studied; the public has every right to be informed of otherwise undetectable commercial or political practices that are made possible by the results of research into high-tech manipulation, and to choose whether to give consent.


  • « Internet est sur le point de disparaître » : entretien avec le géographe Boris Beaude - Atelier des médias
    http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/les-fins-d-internet?xg_source=msg_mes_network

    Longtemps l’univers de ceux qui parlent d‘Internet et des nouvelles technologies était divisé entre deux camps très distincts. D’un côté les technophiles, fascinés par les possibles qu’offrent la mise en réseau des individus, l’horizontalité et la décentralisation des organisations. De l’autre, les technosceptiques, raillant un nouvel univers sans règles, reposant sur une utopie destructrice d’équilibres et de consensus vitaux.

    Depuis quelques mois, un nouveau courant fait entendre sa voix, que l’on pourrait appeler technoréaliste. Il est porté notamment par des pionniers de l’Internet tel que l’informaticien et musicien Jaron Lanier, qui a tiré récemment la sonnette d’alarme dans un livre intitulé À qui appartient l’avenir ? En France, ceux qui suivent le blog d’Eric Scherer ont pu voir depuis quelques semaines plusieurs articles montrant, chez cet observateur d’ordinaire optimiste, une place de plus en plus grande accordée aux méfaits de l’Internet sur l’emploi ou sur la concentration des richesses.

    • « Internet est sur le point de disparaître » : entretien avec le géographe Boris Beaude - Atelier des médias
      http://atelier.rfi.fr/profiles/blogs/les-fins-d-internet

      il y a les valeurs héritées des Lumières, le libre arbitre, l’émancipation de l’individu, la gestion collective des biens communs, etc. Et Internet s’inscrit dans cette continuité, de créer un dispositif technique qui va rendre difficile l’interception, la centralisation. Mais finalement ce n’est pas du tout ce qu’il se passe.

      Vous avez cette formule pour introduire la question de l’espace lié à Internet, « en œuvrant à abolir l’espace, Internet risque finalement d’être aboli par l’espace. » Qu’est-ce que ça veut dire ?

      Dans le projet initial, on est vraiment dans une technique spatiale. Il y a cette idée que pour ce qui concerne la télécommunication, Internet va permettre un contact sur de très grandes distances entre les individus. Et c’est une avancée, incontestable, ça permet de s’organiser, de s’informer, de coproduire. Mais du coup, en le disant autrement, Internet crée de l’espace. En fait, Internet n’abolit pas du tout l’espace. Il crée des espaces d’intermédiation, des plateformes. Facebook par exemple, c’est un espace au sens fort du terme. Mais par contre, il y a d’autres espaces qui demeurent. C’est ça le propos du livre. On ne peut pas résider sur Facebook. On ne peut pas manger sur Facebook. On ne peut pas boire un verre avec un ami sur Facebook. Donc d’autres espaces demeurent. Ils sont essentiels, ils structurent le vivre-ensemble. Il y a les civilités aussi, la politique, les institutions, qui décide de ce qu’on a le droit de faire ou pas. Et Internet pour l’instant n’a pas les moyens de gérer ça. Donc en créant un espace mondial pour l’humanité Internet se retrouve en conflit avec pleins d’autres espaces plus locaux qui ont des règles de vivre-ensemble qui ne sont pas compatibles avec ce qu’Internet autorise. Et d’où le fait que c’est finalement l’espace au sens large qui risque d’abolir Internet, c’est à dire que le fait que l’espace demeure et reste une dimension importante de notre existence.


  • Aveu de Jaron Lanier, pionnier d’Internet : « nous nous sommes trompés de bonne foi » Quelle naïveté en même temps... :

    « Nous pensions que chacun allait pouvoir produire de l’information dans un système ouvert qui bénéficierait à tous en vue d’une société plus égalitaire (...) Mais nous nous sommes trompés de bonne foi dans la manière d’organiser les nouveaux réseaux numériques (...) L’erreur que nous avons commise était de croire que puisque tous les hommes sont nés égaux, il en allait être de même pour les ordinateurs. Or il y a des ordinateurs meilleurs que d’autres, et surtout des ordinateurs capables de procurer des avantages. »

    http://meta-media.fr/2014/03/24/aveu-dun-pionnier-dinternet-nous-nous-sommes-trompes-de-bonne-foi.html

    #jaron_lanier #inégalités #utopie


  • Numérique : le retour de bâton | Meta-media | La révolution de l’information (v Nicolas Voisin)
    http://meta-media.fr/2014/02/09/numerique-le-retour-de-baton.html

    Raffa

    Numérique : le retour de bâton | Meta-media | La révolution de l’information (v Nicolas Voisin) - http://meta-media.fr/2014...

    19 minutes ago

    from Bookmarklet

    Comment

    Like

    "Mais c’est surtout l’ouvrage du scientifique américain Jaron Lanier, (« Who owns the future »), qui a lancé un appel l’an dernier pour avertir de l’impact destructeur et déflationniste d’Internet sur les classes moyennes, de la disparition progressive des usines et des banques, et de l’enrichissement faramineux d’une poignée de géants du web qui contrôlent désormais les machines quasi-autonomes qui sont en train progressivement de prendre le pouvoir." - (...)

    • Le web se finkielkrautiserait-il à vitesse grand V ? Eric Scherer, le patron de la stratégie #numérique de France Télévisions – qu’on ne peut pas trop soupçonner d’antitechnologisme primaire – fait part de ses inquiétudes.

      L’inexorable essor du numérique dans nos sociétés fait désormais l’objet d’une légitime et croissante inquiétude sur la menace qu’il fait peser sur les emplois des classes moyennes.

      Le problème est bien plus vaste que le seul Google. Tous les géants du numérique, forts de leurs immenses fermes de serveurs, sont aujourd’hui engagés dans une course vers l’intelligence artificielle, l’automatisation, via les algorithmes, qui non seulement digèrent et traitent des milliards de données, mais sont désormais capables d’apprendre (« machine learning »), d’anticiper et de remplacer de plus en plus de fonctions humaines pour un coût très réduit.

      Que l’automatisation concerne les tâches subalternes n’était pas jusqu’à présent un trop gros souci. Mais voilà que…

      Le problème est qu’elles seront en mesure de remplacer non seulement des tâches humaines manuelles, mais aussi les tâches intellectuelles, avertit ce vétéran de la Silicon Valley.

      Cette phrase est tellement violente par le monde qu’elle décrit…

      Le problème, non seulement, mais aussi

      C’est aussi ça l’arrivée de la #lutte_des_classes sur le web : les questions d’automatisation ne concernent plus uniquement ceux que la technique passe son temps à déclasser, depuis des décennies, ceux qui doivent tous les quatre ou cinq ans apprendre un nouveau métier parce qu’un génial inventeur a mis au point un nouveau robot ou un nouveau logiciel. Ceux pour lesquels on considérait jusqu’à présent que ça ne posait pas vraiment de problème.

      Sinon y’a pas mal de liens qui ont l’air bien intéressants à explorer dans ce billet pas super novateur, mais synthétique sur la question.

      #critique_techno #mépris_de_classe


  • Family Resemblances in digital activism : close cousins or false brothers ?
    http://colloquium.hiig.de/index.php/esrc/2013/paper/view/30

    So, how is crypto anarchy anarchist? Analysing the two Manifestos and the Cyphernomi- cons statement, we can argue that they are, globally, right-wing supporters of markets’ liberty more than supporters of people’s freedom.

    (pas tout lu, pas sûr que ça soit intéressant ni que j’adhère aux conclusions, mais l’un des deux auteurs, Vivien Garcia, participe à la revue anarchiste de réflexions Réfractions. Vu le peu d’écrits anars sur le sujet ça mérite l’attention :).

    The “smart rats” has absolutely nothing in common with the “oppressed crowds or masses” to whom it is addressed, a message in the socialist tradition, nor, we argue, with the masses gathering and revolting in a variety of popular movements as diverse as OWS (we are the 99%), Indignados, M5S, and so on. On the contrary, it is an elitist mark of what the liberal hacker Jaron Lanier has called “Nerd Supremacy” (Lanier 2010) It seems quite essential and urgent to address in detail how truelite nerd supremacists are tinkering with the hacker ethics to mould present day movements. Do nowadays political movements share with cypherpunks a similar vision of politics? Are hackers a major threat, concealing under the veil of real-time participation, of fierce opposition to “secrets” through hierarchical, hard-encrypted organi- sations, a technocratic attitude far from the claimed leaderless? Could the tools designed for a cypherpunk purpose be subverted? Some scholars begin to investigate, and for some of them hacker’s ethic sounds still very promising (Coleman 2012). We see, for our part, a relation between the figure of the hacker as a knight in shining armor and the priest-founder of a new kind of religion. At the bottom, hacker’s Gnosis has always joked with the fire of mysticism and trance (see Davis 2004). The knight in shining armour could be seen also as a scapegoat in the Datagate era: Brenda Manning and Edward Snowden, together with Assange, are maybe its first incarnations. Mark Anspach has explicitly applied René Girard’s theory of “scapegoat” to Assange in Julian Assange’s Double Trouble, analysing the relationship of love- identification and hate-rivalry between him and Daniel Domscheit-Berg, a german technology activist and a former Wikileaks’ spokesperson. Their vicissitude clearly shows reversals and transformations of trust into suspicion and of secrecy into transparency, and vice versa (see Anspach 2013). Not surprisingly, this article has been published on Imitatio.org, a brand of the Peter Thiel Foundation, the cutting edge of the most radical anarcho-capitalist galaxy. A galaxy rapidly expanding (Ippolita 2013).


  • #Misère de l’#humanité #numérique
    http://www.laviedesidees.fr/Misere-de-l-humanite-numerique.html

    La compréhension du monde et sa transformation peuvent-elles se réduire à de simples questions de #programmation ? Alors que vient de paraître son deuxième ouvrage, #Who_Owns_the_Future ?, il n’est pas inutile de discuter les intuitions du #geek #humaniste #Jaron_Lanier qui dénonce la #standardisation des consciences et la #démonétisation croissante de l’#économie.


  • C’est un raisonnement qu’on lit et entend de plus en plus dans le monde numérique et qui est à examiner sérieusement. Certains appellent ça le digital labour (cf. l’émission de Place de Toile consacrée à ce sujet), le travail numérique, et produisent une analyse marxiste, faisant de nous des travailleurs aliénés, exploités sans pouvoir lutter. C’est frappant, mais contestable, notamment parce que les rétributions ne sont pas nulles contre ce travail que nous fournissons ; elles ne sont pas financières certes, mais d’un autre ordre : Google me donne un accès à un classement de l’internet, et à un savoir trié, Facebook me permet d’échanger, de recevoir des informations, d’avoir une forme de vie sociale. Il est peut-être un peu excessif d’aller mobiliser les outils théoriques de la défense du prolétariat. D’autres envisagent la question sous un angle plus pragmatique. C’est le raisonnement par exemple de Jaron Lanier, quelqu’un d’étonnant, car pionnier des réseaux, inventeur de la notion de “réalité virtuelle”, créateur de start-up à répétition, et un des critiques les plus acérés des travers de l’internet contemporain. Jaron Lanier fait la proposition suivante : puisque ces entreprises se font énormément d’argent avec nos données, elles seraient sans doute prêtes à nous les acheter. Faisons-nous donc rémunérer ! Un système de micropaiement individualisé, une rétribution à la donnée fournie et voici l’équilibre commençant à se rétablir, la richesse mieux répartie.

    http://www.internetactu.net/2013/11/12/linternaute-est-un-travailleur-exploite
    #données #micro-paiement #internaute


  • Misère de l’humanité numérique - La Vie des idées
    http://www.laviedesidees.fr/Misere-de-l-humanite-numerique.html

    La pensée de Jaron Lanier

    La compréhension du monde et sa transformation peuvent-elles se réduire à de simples questions de programmation ? Alors que vient de paraître son deuxième ouvrage, Who Owns the Future ?, il n’est pas inutile de discuter les intuitions du geek humaniste Jaron Lanier qui dénonce la standardisation des consciences et la démonétisation croissante de l’économie.

    • dénoncer la démonétisation ?

      En tant que musicien professionnel, Lanier a assisté à la destruction de l’industrie musicale par Napster : une fois devenue consommable gratuitement et reproductible à l’identique à l’infini, la musique a perdu de sa valeur. Et c’est toute la production de musique qui a été démonétisée, mettant en chômage la plus grande part d’une classe moyenne de producteurs de musique, de musiciens et de vendeurs. La crainte de Lanier, c’est que les autres secteurs d’activités où l’on peut encore espérer échanger un bien ou un service contre de l’argent soient ainsi « napsterisés » et que la taille de l’économie s’en trouve toujours davantage réduite.


  • Jaron Lanier : « Si la technologie concentre les richesses, elle va devenir l’ennemi de la démocratie »
    http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2013/10/20/jaron-lanier-si-la-technologie-concentre-les-richesses-elle-va-deven

    L’#automatisation dépend systématiquement des informations produites par un nombre élevé de gens, ce qu’on appelle le « #Big_Data ». Ces données ne viennent pas des anges ou de phénomènes surnaturels : elles viennent des hommes ! Si on les payait pour ces données, on pourrait soutenir l’#emploi.

    les sociétés qui possèdent les puissants ordinateurs créent des modèles de chacun d’entre nous. Google a un modèle de vous. De même que l’Agence nationale de la sécurité américaine (NSA), Facebook, et même certaines organisations criminelles. Elles collectent des données sur vous et les utilisent pour faire des projections. Le but est de modifier les comportements.

    C’est un système froid, fondé seulement sur les statistiques. Il travaille très lentement. Mais, sur la durée, cela fait beaucoup d’argent. C’est comme cela que Google est devenu si riche : les gens qui paient Google peuvent obtenir une toute petite modification du modèle de comportement. C’est un système géant de modification comportementale.

    Le problème n’est pas qui a accès à l’information, mais qui fait quoi avec cette information. Si certains ont des ordinateurs beaucoup plus puissants, cela ne peut pas créer une société équitable. Au lieu d’essayer de plaider pour la transparence et le respect de la vie privée, nous devrions nous préoccuper de ce qui est fait avec les données accumulées. Nous vivons à une époque où il y a deux tendances contradictoires. D’un côté, tout le monde dit : n’est-ce pas formidable, cette décentralisation du pouvoir, grâce à Twitter, etc. De l’autre, la richesse est de plus en plus centralisée. Comment est-il possible que le pouvoir soit décentralisé et la richesse de plus en plus centralisée ? En fait, le pouvoir qui est décentralisé est un faux.

    Si la technologie concentre les richesses, elle va devenir l’ennemi de la #démocratie, peu importe le nombre de tweets. Je refuse l’autosatisfaction quand je vois tous ces gens ordinaires qui perdent pied alors que leur situation ne devrait que s’améliorer grâce aux progrès technologiques.

    #surveillance #technologie #commerce

    #plo


  • Jaron Lanier : l’Internet ruine la classe moyenne | Big Picture

    http://clesnes.blog.lemonde.fr/2013/10/22/jaron-lanier-linternet-ruine-la-classe-moyenne

    Une réflexion particulière, je serai curieux de savoir ce que vous pensez de ceci.

    En quoi l’internet détruit-il la classe moyenne ?

    Jaron Lanier : L’automatisation commence à détruire l’emploi, comme si la vieille peur du 19ème siècle devenait réalité. A l’époque, il y avait cette inquiétude énorme que l’emploi des gens ordinaires était menacé par le progrès des machines. Quand les voitures ont remplacé les chevaux, les gens pensaient que cela devenait tellement facile de conduire qu’il n’y aurait plus de raison de payer pour le transport. Tous ceux qui travaillaient avec les chevaux allaient perdre leur emploi. Mais les syndicats étaient puissants. Ils ont imposé qu’il est normal de payer quelqu’un même si le travail est moins pénible et qu’il est plus facile de conduire un taxi que de s’occuper de chevaux.

    Avec l’Internet, les choses deviennent tellement faciles que les gens rejettent cet arrangement payant. C’est une erreur. Cela a commencé avec Google, qui a dit : on vous donne un moteur de recherche gratuit. En contrepartie, votre musique, vos photos, vos articles vont aussi être gratuits. L’idée est que ça s’équilibre : vous avez moins de revenus mais vous avez accès à des services gratuits. Le problème est que ce n’est pas équilibré. Bientôt, les consommateurs vont accéder aux produits grâce aux imprimantes 3D. Graduellement toutes les choses physiques deviennent contrôlées par les logiciels et tout devient gratuit.

    #internet #travail #emploi #société

    • Assez bien vu. Le gars distingue le faux et le vrai pouvoir, ce qui permet de bien mieux comprendre les transferts de fric à l’œuvre en ce moment. Il dit aussi, d’une autre manière, que si c’est gratuit, c’est que c’est toi, le produit. Et en même temps la matière première, ce qui signifie, concrètement, que tu dois être transformé (donc détruit) pour créer de la richesse.
      Il résume bien aussi, l’idée que tout est politique, y compris la technologie et surtout ce que l’on en fait.

    • Dans son raisonnement, il y a quand même un truc occulté : oui on donne sur le web, mais on reçoit aussi beaucoup. Combien faudrait-il payer pour recevoir autant de belles choses dans une économie classique, des partages de photo de la petite nièce en train d’apprendre à marcher, à la vidéo du jeune cousin qui joue du Hendrix à la guitare, au clip qui a ému ma grand-mère, au documentaire économique qui révolte mon beau-père, à la recette de cuisine, le renseignement pour bricoler ceci ou cela, et je ne parle pas de google et wikipédia..

      Vous vous souvenez-vous dans les années 80, j’étais impressionné de voir que tous mes copains avaient chez eux toute la collection des « tout l’univers » payés une fortune à des représentants d’Hachette
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Tout_l'Univers, alors que moi j’avais qu’une pauvre « encyclopédie » rikiki pour faire mes exposés en classe... Aujourd’hui, tout ça est dispo gratuitement, de façon infiniment plus puissante..

      Donc bien sûr ceux qui nous mettent toute l’infrastructure matérielle et logicielle pour qu’on surfe ne sont pas des philanthropes, et tout se paie un jour, donc c’est bien d’alerter pour prévenir les internautes trop naïfs, mais de là à dire qu’on serait « ruiné », non je ne suis pas d’accord. On s’enrichit aussi, et pour le moment je vois pas ce que j’ai pu donner à google qui compense ce dont j’ai bénéficié... Par contre l’argent fourni au fournisseur d’accès, là oui, je ne dis pas que c’était gratuit..


  • Jaron Lanier : l’Internet ruine la classe moyenne

    http://clesnes.blog.lemonde.fr/2013/10/22/jaron-lanier-linternet-ruine-la-classe-moyenne

    Il y a une trentaine d’années, Jaron Lanier a été l’un des pionniers de la réalité virtuelle –la création d’univers numériques dans lesquels de vrais humains peuvent se mouvoir et échanger. C’est même lui qui a inventé le terme : « virtual reality ». Il a inventé le jeu video Moondust, développé des prototypes, dont le premier simulateur chirurgical. Il a vendu des start-up à Google, Oracle, Adobe, Pfizer. Fait fortune grâce au Kinect, une caméra en 3D qui a vendu à plus de 18 millions d’exemplaires. Depuis 2006, il est chercheur à Microsoft Research.

    Q : Vous êtes devenu anti-technologies ?

    JL : Pas du tout ! J’ai aidé à mettre en place ce truc que je critique maintenant ! Mais il faut regarder les résultats dans le monde réel. J’avais pensé que pendant l’âge de l’Internet on verrait une augmentation fantastique de richesse et d’options. A la place, on voit une concentration intense des richesses. Et c’est un phénomène mondial. Si c’est cela la tendance, si la technologie concentre les richesses, la technologie va devenir l’ennemie de la démocratie, peu importe le nombre de tweets. Je refuse de faire l’autosatisfaction quand je vois tous ces gens ordinaires qui perdent pied alors que leur situation ne devrait faire que s’améliorer grâce aux progrès technologiques.

    • En mettant de côté son idée que LA bonne idée, c’est d’être rémunéré pour toutes les informations qu’on donne sur soi-même (qui me rappelle cet article récent sur ces clochards qui, aux États-Unis, se font du fric en cliquant toute la journée sur des liens pour construire un traffic imaginaire) il y a cela, qui est pas trop mal :

      « Q : Quelles sont ces données qui ont tant de valeur ?
      JL : Les compagnies qui possèdent les gros ordinateurs créent des modèles pour chacun d’entre nous. Google a un modèle de vous. Pareil pour la NSA (agence de la sécurité nationale), Facebook, et même certaines organisations criminelles. Elles collectent des données sur vous et les utilisent pour faire des projections. L’idée, c’est de modifier le comportement.

      Q : Comment ça, manipuler ?
      JL : Les manipulations sont très petites. Cela peut être trouver le moyen de vous faire accepter un prêt qui n’est peut être pas aussi intéressant qu’un autre. Comment vous inciter à faire tel ou tel achat. C’est un système froid, basé seulement sur les statistiques. Il travaille très lentement, comme les intérêts composés. Sur la durée, cela fait beaucoup d’argent. C’est comme cela que Google est devenu si riche : les gens qui paient Google peuvent obtenir un tout petit peu de modification du modèle de comportement. C’est un système géant de modification comportementale.
      Il faut comprendre que c’est différent du modèle traditionnel de publicité. La publicité a toujours été une forme de rhétorique, de persuasion, de style. Ici, il n’est pas question de style. C’est placé au bon moment. C’est purement pavlovien. Il n’y a aucune créativité. C’est une forme de manipulation sans esthétique mais c’est très graduel et très fiable, parce que c’est juste des statistiques.
      Il s’agit aussi du type d’informations vous recevez. Si vous allez en ligne, vous ne voyez plus les mêmes informations que quelqu’un d’autre. Les informations sont organisées spécifiquement pour vous par ces algorithmes. C’est un monde où tout est ouvert et en même temps la plupart de ce que les gens voient est manipulé. Ce qui n’est possible que parce que les gens qui manipulent ont des ordinateurs plus puissants que les gens ordinaires.

      Q : Qui a les plus gros ordinateurs ?
      JL : Personne ne le sait. Ils sont conservés dans des cités gigantesques d’ordinateurs. Ils sont généralement placés dans des endroits isolés près de rivières qui permettent de refroidir les systèmes . Peut-être c’est Google, peut-être la NSA. Personne ne sait. En Europe, la plupart sont en Scandinavie.

      Le problème n’est pas qui a accès à l’information mais ce qu’ils font de l’information. Si vous avez des ordinateurs beaucoup plus puissants, cela ne peut pas créer une société équitable. Au lieu d’essayer de plaider pour la transparence et le respect de la vie privée, nous devrions nous préoccuper de ce qui est fait avec les données accumulées. Nous vivons à une époque où il y a deux tendances contradictoires. D’un côté, tout le monde dit : n’est-ce pas formidable cette décentralisation du pouvoir, grâce à Twitter etc. De l’autre côté, la richesse est de plus en plus centralisée. Comment est-il possible que le pouvoir soit décentralisé et la richesse de plus en plus centralisée ? En fait le pouvoir qui est décentralisé est un faux. Quand vous tweetez, vous donnez de vraies informations aux gros ordinateurs qui traquent vos mouvements »


  • 12 technologies qui vont changer le monde (et tuer des emplois)
    http://www.rue89.com/rue89-eco/2013/06/20/12-technologies-changeront-monde-mettront-beaucoup-gens-chomage-243522

    Dans un livre intitulé « Who Owns the Future » (à qui appartient le futur) – paru presque en même temps que le rapport – l’essayiste américain Jaron Lanier, pionnier de la réalité virtuelle, met en garde contre les technologies digitales utilisées pour briser les marchés, éliminer les emplois et concentrer la richesse entre les mains d’une élite.

    Il s’appuie notamment dans le préambule sur l’exemple de Kodak :

    « Au sommet de sa puissance, la société de photo Kodak employait plus de 140 000 personnes et valait 28 milliards de dollars. Ils ont même inventé le premier appareil photo numérique. Mais aujourd’hui, Kodak est en faillite et le nouveau visage de la photo digitale est devenu Instagram. Quand Instagram a été vendu à Facebook pour un milliard de dollars en 2012, la société employait treize personnes. »


  • Que l’avenir nous appartienne !
    http://www.internetactu.net/2013/05/20/que-lavenir-nous-appartienne

    La lecture de la semaine nous provient une fois n’est pas coutume du New York Post. Ce texte m’intéresse pour plusieurs raisons : d’abord parce qu’il émane de Jaron Lanier (Wikipédia), personnage intéressant, car faisant partie de la cohorte des pionniers de l’internet devenu très critiques vis-à-vis des tendances contemporaines des technologies. Ensuite parce qu’il réactive sous une forme revendicative une prob…

    #www.internetactu.net


  • Que l’avenir nous appartienne !
    http://www.internetactu.net/2013/05/20/que-lavenir-nous-appartienne

    La lecture de la semaine nous provient une fois n’est pas coutume du New York Post. Ce texte m’intéresse pour plusieurs raisons : d’abord parce qu’il émane de Jaron Lanier (Wikipédia), personnage intéressant, car faisant partie de la cohorte des pionniers de l’internet devenu très critiques vis-à-vis des tendances contemporaines des technologies. Ensuite parce qu’il réactive sous une forme (...)

    #économie_de_l'attention #industries_culturelles #Participation #pdlt


  • Fighting Words Against Big Data : ‘Who Owns the Future?’ by Jaron Lanier - NYTimes.com

    http://www.nytimes.com/2013/05/06/books/who-owns-the-future-by-jaron-lanier.html?nl=todaysheadlines&emc=edit_th_201

    As its title indicates, Jaron Lanier’s new tech manifesto asks, “Who owns the future?” But for many of those who will be captivated by Mr. Lanier’s daringly original insights, another question comes first: Who is Jaron Lanier? He is a mega-wizard in futurist circles. He is the father of virtual reality in the gaudy, reputation-burnishing way that Michael Jackson was the king of pop. Mr. Lanier would undoubtedly be more of a household name if he were not a large, dreadlocked, anything but telegenic figure with facial hair called “mossy” in a 2011 profile in The New Yorker.

    #data #bigdata #données #surveillanc #contrôle #big-brother


  • SOPA Boycotts and the False Ideals of the Web - NYTimes.com
    http://www.nytimes.com/2012/01/19/opinion/sopa-boycotts-and-the-false-ideals-of-the-web.html?_r=1&nl=todaysheadlines&

    Quand Jaron Lanier essaie d’éviter la hype autour de la « bataille de SOPA », et de remettre les pendules à l’heure de la liberté des internautes devant les nouveaux mastodontes autant que devant Hollywood.

    We, the idealists, insisted that information be able to flow freely online, which meant that services relating to information, instead of the information itself, would be the main profit centers. Some businesses do sell content, but that doesn’t address the business side of everyday user-generated content.

    The adulation of “free content” inevitably meant that “advertising” would become the biggest business in the open part of the information economy. Furthermore, that system isn’t so welcoming to new competitors. Once networks are established, it is hard to reduce their power.

    Même avec un drapeau noir, les grands vecteurs défendent avant tout leurs propres intérêts et non ceux des créateurs comme des lecteurs. Ah, j’attendais ce type de réflexions...