person:jean-claude leyraud


  • Daniel dans la fosse aux lions par Jean-Claude Leyraud
    http://cqfd-journal.org/Daniel-dans-la-fosse-aux-lions

    Frappé par une contamination de ses cultures, un gros producteur provençal découvre le vrai visage du monde agro-industriel. Mais, comme beaucoup, au lieu de s’en prendre au système qui a causé sa perte, il va chercher des boucs émissaires ailleurs…

    Les quelque 150 000 plants de poivrons cultivés sur sept hectares d’un seul tenant faisaient de Daniel un des plus gros producteurs de la région Provence-Alpes Côte-d’Azur. Et, pendant vingt ans, il s’en est fait, du fric !

    Mais, en 2001, c’est la catastrophe : sa culture est entièrement fusillée par le Fusarium solani, un champignon présent dans le sol, pouvant devenir terriblement pathogène. Juste retour des choses après une monoculture aussi insensée ! Sauf que l’épidémie ne s’est pas propagée par taches qui se rejoignent, elle a affecté la totalité des plants simultanément, et, ça, c’est suspect. Toujours est-il que l’exploitation de Daniel ne s’en remettra pas : redressement judiciaire et liquidation s’enchaînent, jusqu’à la vente forcée de la maison d’habitation. Imaginez le jour de la vente aux enchères publiques : le prix de départ est fixé à la moitié de la valeur du bien, les agents immobiliers rappliquent, soupèsent vos objets, votre vie. Heureusement, le liquidateur judiciaire expose la situation : il y a plusieurs enfants, dont un gravement diabétique, qui risquent de se retrouver à la rue. Quant aux maisons voisines, elles sont habitées par les parents, le frère, les amis de Daniel. C’est sans doute ce second élément, rendant le bien invendable, qui « humanise » les agents immobiliers et les fait renoncer.


  • Le dernier des paysans par Jean-Claude Leyraud
    http://cqfd-journal.org/Le-dernier-des-paysans

    Là où la ville pousse ses tentacules péri-urbains, l’agriculture doit disparaître ou se mouler dans des activités d’entertainment pour citadins déracinés et nostalgiques en mal de « nature » mise en boîte. Où spéculation immobilière, développement durable et électorat FN font bon ménage…

    La zone péri-urbaine d’Avignon progresse rapidement. Les gens qui vivaient dans un rayon de dix kilomètres autour de la cité ont vu en quelques années leur lieu de vie se transformer en cité-dortoir. Nombreux sont ceux qui sont allés habiter un peu plus loin, prolongeant le phénomène.

    Ainsi, en moins de dix ans, le village de Vedène est devenu une petite ville de dix mille habitants. Les nouveaux venus, comme les anciens, prenant brutalement conscience de la catastrophe en cours, n’ont rien trouvé de mieux que de voter Marine Le Pen, la plaçant en tête (30 %) au premier tour de la présidentielle. Dans cette commune, le bétonnage s’est fait aux dépens des terres agricoles, au point qu’il ne reste guère qu’une exploitation agricole conséquente, le Domaine de Flory. Et bien sûr ce dernier « espace de respiration » – comme disent les autorités – est menacé d’asphyxie : il y a six ans, l’ancienne municipalité a conclu un accord avec la Communauté d’agglomération du grand Avignon (la Coga) pour un projet d’éco-quartier, « développement durable » oblige, qui s’étendrait sur vingt-quatre hectares, avec à la clé une première tranche de trois cent cinquante logements (neuf cents sont prévus à terme), dont une part de logements sociaux, une zone commerciale, un centre aéré – pour ceux qui, décidément, manqueraient d’air –, et l’infrastructure routière qui va avec. Pascal, jeune agriculteur qui a repris l’exploitation familiale, n’en veut pas, de ce projet.


  • Le cave dans la truffière par Jean-Claude Leyraud
    http://cqfd-journal.org/Le-cave-dans-la-truffiere

    Le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un fusil de chasse chargé, et ceux qui creusent en douce au pied des chênes truffiers pour gagner quelques ronds. Quand les premiers tirent sur les seconds, la justice est coulante et les voisins solidaires.

    Alors que la saison de la truffe vient de s’achever, il est bon de rappeler qu’il y a un peu plus d’un an, près de Grignan, dans la Drôme, un truffeur anonyme était flingué en pleine nuit, sans sommation, par le propriétaire de la truffière. Le cow-boy avait tout le pedigree requis : gros exploitant, notable du coin, chasseur, président des Jeunes Agriculteurs (section jeune de la FDSEA). Il a reçu le soutien de la population de son village qui est allée jusqu’à manifester pour sa libération. Il faut dire que, depuis quelques années, la disparition de truffes était en constante augmentation. Ce meurtre était la conclusion du pourrissement d’une situation. Quant à la victime, elle a été présentée comme une personne en situation précaire, vivant d’expédients. En réalité, sous cette affaire aux aspects archaïques, se cachent les dessous affriolants de notre monde moderne.


  • Uranium ou dessert ?, par Jean-Claude Leyraud
    http://cqfd-journal.org/Uranium-ou-dessert

    On a trouvé des traces de ce précieux et néanmoins délétère minerai dans un coin du Vaucluse où sa présence, du moins à l’état naturel, devrait être exclue. Au plus grand dam des exploitants agricoles et des autorités municipales du cru qui en appellent à une intervention de l’État. Qui répond que c’est vraiment la faute à pas de chance ! Récit.