person:jesus


  • Le représentant du pape en France visé par une enquête pour « agressions sexuelles »
    https://www.liberation.fr/france/2019/02/15/le-representant-du-pape-en-france-vise-par-une-enquete-pour-agressions-se

    Des « mains aux fesses assez poussées » lors d’une cérémonie des voeux à l’Hôtel de ville de Paris : le nonce apostolique - l’ambassadeur du pape - en France, Mgr Luigi Ventura, est l’objet d’une enquête pour « agressions sexuelles ». La révélation de cette affaire intervient alors que l’Eglise catholique est touchée, dans de nombreux pays du monde, par de multiples scandales d’abus sexuels entachant sa crédibilité.

    A lire aussi :Prêtres pédophies : en Pennsylvanie, un long silence et des vies brisées

    L’enquête a été ouverte le 24 janvier par le parquet de Paris, a-t-on appris vendredi de source judiciaire, confirmant une information du Monde.

    La mairie de Paris avait signalé la veille au parquet, en vertu de l’article 40 du code de procédure pénale, qu’un jeune cadre municipal s’était plaint d’attouchements répétés de Mgr Luigi Ventura, un prélat italien de 74 ans, lors de la cérémonie des vœux à l’Hôtel de Ville le 17 janvier, selon des sources concordantes. « Il y a eu un incident lors des vœux aux autorités diplomatiques et rapidement la décision a été prise de le signaler au procureur de la République », a déclaré Me Patrick Klugman, maire adjoint chargé des relations internationales.

    « Lors de ces vœux, un agent de la ville a été victime de manière répétée, par trois fois, d’attouchements sexuels, de mains aux fesses assez poussées, dont une fois devant témoin », a appris l’AFP dans l’entourage de la mairie. Le jeune homme d’une trentaine d’années en a fait part à sa hiérarchie. Il travaille à la délégation générale aux relations internationales (DGRI) de la mairie.

    D’autres médias, comme le quotidien La Croix et le magazine Têtu, citent les témoignages d’autres victimes présumées du prélat.

    Diplomate de carrière du Vatican, Mgr Ventura est en poste depuis 2009 à Paris, chargé des relations du Saint-Siège avec les autorités françaises d’une part et avec les évêques de France d’autre part. « La nonciature n’a rien à confirmer », a-t-elle fait savoir à l’AFP.

    A Rome, le Saint-Siège a fait savoir qu’il avait appris l’ouverture de l’enquête. Il « attend les conclusions de l’enquête », a déclaré le porte-parole du Vatican Alessandro Gisotti. Compte tenu de ses fonctions, Mgr Ventura bénéficie de l’immunité diplomatique.
    Réunion cruciale

    Ce docteur en lettres modernes et licencié en droit canonique (Université pontificale du Latran) est entré au service diplomatique du Saint-Siège en 1978. Il a été affecté au service diplomatique aux nonciatures du Brésil, de Bolivie, de Grande-Bretagne. Puis est devenu conseiller à la secrétairerie d’Etat, à la section pour les relations du Saint-Siège avec les États, en 1995. Il est ensuite envoyé par Jean Paul II comme nonce apostolique en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso et au Niger (1995), puis au Chili (1999) et ensuite au Canada (2001), avant d’être nommé dans la capitale française.

    La révélation en 2018 d’énormes scandales de pédophilie aux Etats-Unis, au Chili ou encore en Allemagne, ont gravement entaché la crédibilité de l’Eglise catholique. Le pape François, qui entend appliquer sa promesse de « tolérance zéro », a promis ces derniers mois qu’il serait intransigeant avec la haute hiérarchie ecclésiastique. Il a convoqué une réunion cruciale, rassemblant la semaine prochaine, du 21 au 24 février les présidents des conférences épiscopales du monde entier au Vatican, où ils plancheront notamment sur la lutte contre la pédocriminalité commise par des clercs.

    Tout porte à pensé que Jesus était moins charpentier que proxénète. Marie Madelaine tapinais certainement au profit de Jesus et peut être aussi Marie, en tout cas les apotres disent que Jesus faisait bosser les femmes gratuitement, leur piquait leur fric, leur faisait faire les corvées de ménage tout en se lavant les pieds avec leurs cheveux comme le premier bitard de base de l’époque. https://www.universdelabible.net/lire-la-segond-21-en-ligne/luc/7.36-8.3

    Marie Madeleine devait avoir des poux le jour du gag du faux dernier repas (le jour avant son miracle du pote qui se faire crucifier à sa place). Dans son boy’s club d’apotres Jesus n’a pas toléré une seule femme et ses miracles ont consisté surtout à inonder ses copains de gros pinard qui tâche et d’écoulé des stock de vieux poissons invendus ou de miches rancies qu’il devait "multiplié" en les mettant dans l’eau.

    Dans Mattieu 19 il discute avec ses potes apotres masculinistes de l’art de répudié les femmes quant elles sont infidèles (mais jamais il pense ni ne parle des femmes qui voudraient répudier leur marie adultère qui leur a offert la chtouille au retour du bordel).

    Il s’est pas cassé à faire des miracles pour les femmes. A part l’immaculé conception qui fait de toute femmes des salopes éternelles sauf la mère à Jesus, voila le message d’amour qu’il nous porte à travers deux millénaires.

    Après lui, les croyances chrétiennes sont un viol de la raison et leurs prêtres violent les âmes des bébés en les baptisant de force sans leurs consentement. Ils organisent aussi la persécution des victimes de viol, en leur interdisant l’IVG et la contraception, trop contents d’avoir des gosses à violer pour les siècles des siècles. Incroyable qu’aujourd’hui encor il y ai tant de gens prêts à se rendre à ces horribles cérémonie de culte du viol conjugale, culte du viol symboliques d’âmes de nourrissons, ainsi que culte du viol mémoriel pour les enterrements car ils mettent aussi leurs sale pattes d’agresseurs sexuels sur les cadavres mais cette fois surtout pour leur faire les poches.
    A bas la calotte !
    #catholicisme #culture_du_viol


  • **PROPHETIE** : ... comment l’extrême-gauche révolutionnaire va-t-elle émerger ? ou la guerre de tous contre tous et tous contre JESUS
    https://www.crashdebug.fr/diversifion/15637-prophetie-comment-l-extreme-gauche-revolutionnaire-va-t-elle-emerge

    Les prophéties confirment le retour du communisme anti-chrétien qui amènera à la Révolution, à la guerre de tous contre tous et tous contre JESUS

    1...Constat de Gérard Filoche : « Les premiers de cordée, c’est les plus pourris »

    Il dit qu’on est dans un climat pré-révolutionnaire, Macron veut une "société post-salariale" à l’anglaise, 70% des gilets jaunes sont de gauche et 30% sont des fachos, pro-Europe, pro-euro, pro-migrant et surtout anti-facho.

    C’est ce dernier clivage qui sera le détonateur de la guerre civile en France, de la division entre Français, pour ou contre l’extrême gauche révolutionnaire ou pour ou contre le fascisme, l’un exclut l’autre automatiquement ou "on élimine tous ceux qui ne pensent pas comme nous" alors que les deux ne sont que les (...)

    #En_vedette #Divers


  • Beauté des femmes, normes, sacrifices
    Femmes à travers l’Histoire : « sois laide et tais-toi ! »

    https://information.tv5monde.com/terriennes/femmes-travers-l-histoire-sois-laide-et-tais-toi-278816

    Dès le début, cela commence mal, très mal, pour les femmes.

    Dans Hippolyte, la pièce d’Euripide, ce contemporain de Socrate écrit sans ciller : "La femme est un mal. Le père qui l’a engendrée et nourrie lui adjoint une dot. L’époux qui prend dans sa maison ce parasite s’amuse à parer la méchante idole et se ruine aux belles toilettes, le malheureux détruisant peu à peu le bien de sa famille (...) Soyez maudites. Jamais je ne pourrai rassasier ma haine contre les femmes (...) Elles ne cessent de faire le mal".

    Claudine Sagaert, sociologue et professeur de philosophie explique : "Dès la Grèce antique, ce n’est pas telle ou telle femme qui est jugée laide, c’est LA femme. On voit se mettre en place une conception de la femme laide qui va partir d’une dimension physiologique. De cette dimension physiologique, on va en déduire une dimension négative du point de vue intellectuel et du point de vue moral".

    Dans son ouvrage Histoire de la laideur féminine (Imago édition) l’auteure passe en revue, explique et décortique les anathèmes qui touchent les femmes laides. Claudine Sagaert s’est appuyée sur des textes philosophiques, médicaux et littéraires.
    Pour un résultat assez stupéfiant.
    Femmes, "Vomissures de la terre"
    Les siècles qui passent ne calment pas les choses. Bien au contraire.
    la sorcière est souvent assimilée à une femme hideuse, résultat d'un commerce avec le diable
    la sorcière est souvent assimilée à une femme hideuse, résultat d’un commerce avec le diable

    Jean Baptiste Louis de Thesacq, médecin français du XVIIIe siècle, affirme : "dire du mal des femmes a été, pour le Moyen Âge, comme pour l’Antiquité, un des lieux communs de la littérature".

    La toute puissante Eglise catholique fait mieux que cela : elle les condamne. Si Marie, mère de Jésus, représente pour les chrétiens la pureté absolue (la voici enceinte bien que n’ayant jamais eu de rapport sexuel avec Joseph, son mari), Eve, mère de l’humanité, incarne à jamais la tentation (elle a mordu, la fourbe, dans le fruit défendu au jardin d’Eden).

    Et surtout, gare aux femmes laides ! Bernardin de Sienne, franciscain prédicateur du XVème siècle, va jusqu’à les traiter de "vomissures de la terre" !
    La laideur au couvent
    Dans son ouvrage, Claudine Sagaert nous rappelle qu’au Moyen-Âge la jeune femme qui souffre d’une disgrâce est envoyée illico dans un couvent tant sa présence au sein
    Nonnes dînant en silence, tout en écoutant la lecture de la Bible (<em>Humilité</em>, <a href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Pietro_Lorenzetti&quot ; title="Pietro Lorenzetti">Pietro Lorenzetti</a>, 1341
    Nonnes dînant en silence, tout en écoutant la lecture de la Bible (Humilité, Pietro Lorenzetti, 1341
    Wikipedia
    de la famille est perçue comme une insulte. Une femme laide "n’a pas sa place dans le monde, elle y est comme déplacée". Et même au couvent, à l’abri du monde, elle continue de déranger : "Les ecclésiastiques se plaignaient amèrement que les pères marient leurs filles les plus gâtées et abandonnent au Seigneur les plus laides". Pas très catholique pour des hommes d’Eglise...

    La femme laide suscite un rejet, parfois de la haine, jamais de l’indifférence. Elle est une tâche, un rebut, une erreur de casting dans la grande mise en scène de la société, le long métrage de l’existence.
    Forcément encombrante puisque non désirée, non charnelle, non "fécondable", elle doit vivre avec une honte originelle et, surtout, ne pas se faire remarquer, s’effacer autant que possible.

    L’intelligence lui est refusée, la sexualité défendue. Elle est une ennemie désagréable pour tous les hommes mais aussi, pour les femmes, la projection pénible d’un cauchemar vivant.

    Pourquoi ne t’achètes-tu donc pas une paire de lunettes, espèce de laide et vieille salope ?

    Des voyous insultant la chanteuse Susan Boyle
    "La vieille fille laide à sa fenêtre"

    Parmi ces bannies, citons encore "les vieilles filles", un terme qui, selon l’auteure, "indique déjà qu’elle n’est pas une femme. Genre hybride, elle est une fille déjà vieille. Elle n’a donc pas de réel statut". Et de citer plusieurs auteurs, et non des moindres, qui trempèrent leur plume dans la plus acide des encres pour évoquer leur existence.
    Alexandre Dumas : "A l’annonce de la vieille fille, il eût fallu voir les hochements de tête, les grimaces, les sourires de commisération ou de raillerie (..) tous enfin bâtissaient sur ce seul mot de vieille fille un échafaudage de conjectures fâcheuses".
    <em>"Quand il y a une vieille fille dans une maison, les chiens de garde sont inutiles : il ne s&#039;y passe pas le moindre événement qu&#039;elle ne le voie, ne le commente et n&#039;en tire toutes les conséquences" </em>écrit Balzac.
    "Quand il y a une vieille fille dans une maison, les chiens de garde sont inutiles : il ne s’y passe pas le moindre événement qu’elle ne le voie, ne le commente et n’en tire toutes les conséquences" écrit Balzac.
    Pixabay

    Octave Mirbeau :" Elle était fort laide, si laide que personne jamais ne l’avait demandée en mariage, malgré ses six mille livres de rente. (...) Elle avait, en m’embrassant furieusement, des gestes si durs, des mouvements si brusques, que je préférais encore qu’elle me pinçât le bras". Balzac : "Il n’y a rien de plus horrible à voir que la matinale apparition d’une vieille fille laide à sa fenêtre
    Zola et "les repoussoirs"
    Il y a aussi la redécouverte de cette étonnante nouvelle signée Zola, Les repoussoirs.
    Un industriel à l’idée un tantinet cruelle d’inventer un nouvel "article de toilette". Il charge plusieurs courtiers de "recruter" des femmes particulièrement laides dans Paris.
    L&#039;écrivain Emile Zola
    L’écrivain Emile Zola
    (Domaine public)

    L’industriel ne retient que "les faces décourageantes, celles qui glacent par leur épaisseur et leur bêtise". Il va louer leur laideur. Les bourgeoises se précipitent.

    Accompagnées de ces laiderons, elles voient leur beauté aussitôt rehaussée et cet étrange attelage dans les rues est censé séduire les hommes. L’affaire rencontre un grand succès.
    L’écrivain précise : "Le bureau était entouré de clientes qui choisissaient chacune son repoussoir et l’emportaient avec une joie féroce".

    Emile Zola, loin de jubiler sur le sort de ces "repoussoirs" dénonce là l’immense solitude de ces femmes laides. Il condamne cet argent qui peut tout acheter, jusqu’à la dignité des êtres. Lucide, l’écrivain conclut : "Qu’importe au progrès une femme qui souffre ! L’humanité marche en avant."

    Visionnaire Zola...

    Le combat des laides a été celui de toutes celles qui, par leur engagement, se sont autorisées à être fécondes autrement que par leur ventre.

    Claudine Sagaert
    "Le féminisme dénature la femme"
    La féministe occupe une place de choix dans cette farandole de l’exclusion. Ses activités, la défense de la femme et la légitime revendication de ses droits, ne peuvent que la rendre laide. L’auteure note : "Elle s’intéresse à autre chose qu’aux hommes et à leurs désirs. Ainsi, le féminisme dénature la femme, la précipite dans la laideur".

    Dès lors, il
    Le journal satirique <em>L&#039;assiette au beurre</em> du 18 septembre 1909, intitulée "Féminisme et féministes".
    Le journal satirique L’assiette au beurre du 18 septembre 1909, intitulée "Féminisme et féministes".
    s’agit de caricaturer les féministes avec une outrance souvent délirante.
    L’enjeu est de rire mais, surtout, ne pas leur permettre d’accéder au pouvoir politique. Lui seul autoriserait une amélioration du droit des femmes.
    Inadmissible.

    Les féministes sont donc osseuses, odieuses, grimaçantes, non désirables, mais aussi sans scrupule. Ces suffragettes obéissent, pour reprendre l’expression d’un propagandiste franquiste, à une "compensation de frustration hormonale".

    Délicat.

    On ne leur reconnaît à ces féministes (forcément hystériques) aucune intelligence particulière. Elles s’acharnent à vouloir braconner sur des terres interdites.
    Pour les femmes, de toutes les façons, il n’y a guère d’échappatoire. "Belle, la femme est idiote, intelligente, elle est laide", écrit Claudine Sagaert. En somme, le combat des laides a été celui de toutes celles qui, par leur engagement, se sont autorisées, au sens fort du terme, à être fécondes autrement que par leur ventre".


    Le cas Susan Boyle
    L’ouvrage balaie aussi notre époque. Il évoque brièvement le cas emblématique de Susan Boyle. Souvenons-nous. Cette artiste au physique hors norme participe en 2009 au télé-crochet anglais "Britain’s got talent". Lorsqu’elle se présente sur scène, quelques sifflets
    L&#039;actrice et chanteuse Rossy de Palma à Cannes en 2015. Elle est l&#039;une des artistes favorites du réalisateur Pédro Almodovar.
    L’actrice et chanteuse Rossy de Palma à Cannes en 2015. Elle est l’une des artistes favorites du réalisateur Pédro Almodovar.
    Georges Biard, CC BY-SA 3.0 (commons.wikimedia.org)
    fusent et la caméra capte les regards dégoûtés parmi le public. Une cascade de rires accompagne l’aveu de son âge (47 ans). Tout cela s’éteint quelques minutes plus tard quand s’élève sa voix, pure, puissante, indiscutable. A la stupéfaction générale, Susan Boyle semble révéler au monde tout entier qu’on peut être laide et talentueuse.

    Elle accède au rang de star et ses albums, du jour au lendemain, se vendent par millions.
    Mais la célébrité planétaire n’immunise pas contre la bêtise.

    En juin 2017, des voyous s’en prennent à la chanteuse quand, un jour, elle est assise tranquillement dans un bus. Un témoin raconte au quotidien The Telegraph : “Une dizaine ou une quinzaine d’entre eux l’ont cernée et ont commencé à lui lancer des objets. Ils ont mis le feu à un morceau de papier et lui ont jeté au visage. Susan Boyle gagne la sortie sous les insultes qui continuent de pleuvoir : "Pourquoi ne t’achètes-tu donc pas une paire de lunettes, espèce de laide et vieille salope ?"

    Rossy de Palma, l’actrice révélée par le cinéaste espagnol Pedro Amodovar a eu, elle aussi, à souffrir des quolibets durant son enfance. Mais de son physique à nul autre pareil, elle a fait une force. Lors d’un entretien au magazine Paris-Match, elle confiait : "J’avais hâte de quitter l’école, je croyais ainsi pouvoir échapper à la bêtise. Malheureusement, ça ne s’est pas passé comme je le pensais. Je me suis rendu compte que la vie est une grande cour de récréation qu’on ne quitte jamais."

    <em>"La laideur physique n&#039;est pas signe de laideur morale" </em>rappelle Claudine Sagaert
    "La laideur physique n’est pas signe de laideur morale" rappelle Claudine Sagaert
    (Pixabay)
    Un narcissisme industriel
    Notre époque, avec cette mode hystérique des selfies, cette mise à disposition volontaire et à volonté de son image, ce narcissisme quasi industriel exclut, de facto, celles et ceux qui ne répondront jamais aux critères de beauté en vigueur (grands yeux, petit nez, petit menton, bouche charnue, pommettes larges et hautes etc.).
    Sans parler des personnes obèses, anorexiques. "Chacun dans la société contemporaine est ainsi reconnu responsable de son corps et de son visage", appuie Claudine Sagaert "La femme est restée femme grâce à son apparence. On l’appréhende toujours de ce point de vue". Bien entendu, aujourd’hui, personne n’impose à la femme d’être belle, il n’y a pas de dictateur mais disons que c’est un "dictateur intériorisé". La femme ne doit pas avoir de ride, être en surpoids, elle doit soigner son apparence, au risque d’être coupable. On va lui attribuer un certain nombre de défauts : elle manque de volonté, elle est irrespectueuse envers elle-même et envers les autres, etc. Il y a, à notre époque, une normalisation de l’apparence, qui est extrême, et cela dans le monde."
    (Pixabay)

    Dans le monde, vraiment ? " Ecoutez, j’ai vécu six ans au Brésil et ce qui m’a vraiment questionnée dans les pays d’Amérique Latine, c’est que toute la représentation dans la publicité, ce sont des femmes blanches, blondes et souvent très minces. Vous imaginez dans un pays comme le Mexique et le Pérou, où les gens sont typés ? Ca ne correspond pas du tout à leur physionomie ! Quelque part, cela provoque un déni d’identité. Il y a aussi les Asiatiques qui se font débrider les yeux, les Africains et Africaines qui se font blanchir la peau. On comprend que les normes sont extrêmement bien ancrées. Ce qui est plus grave, c’est que l’individu lui-même, dès lors, ne se sent pas à la hauteur. Il sait que dans le domaine de l’emploi, des rapports amoureux, si son apparence ne correspond pas à un certain type de diktat, eh bien il ne sera pas recruté, ou il aura moins de chance lors de relations amoureuses ".

    L’apparence obéit à une mécanique infernale. Et si une femme se trouve un jour frappée de disgrâce, il peut lui arriver d’endosser une sombre culpabilité. Parce que la société la juge responsable de son physique. La voici tout à coup honteuse d’elle-même. "Victime, elle considère paradoxalement ces critiques comme justifiées, elle les intègre au point d’oeuvrer à sa propre dévalorisation".
    Infernal.


  • The push to name more European streets after women

    Nearly all roads are named after men. Campaigners want to change that.

    SOME CITIES are symbolised by their monuments, such as the Eiffel Tower, the Colosseum and the Brandenburg Gate. But streets can do the job, too. Many are named after national heroes—nearly all of them male.

    Dozens of streets in Hungary are named after Petofi Sandor, the national poet. A visitor to any Italian city is likely to tread on Via Dante, Mazzini, Garibaldi or Verdi. Women remain conspicuously absent, apart from a certain Middle Easterner famed for her virginity. Even so, tens of lesser-known gents come ahead of Jesus’s mother. In Paris, 31% of streets are named after men, just 2.6% after women.

    The invisibility of women in Europe’s street names is mainly a historical hangover. This summer, residents of Brussels had the chance to name 28 new streets. None are named after individual men—the new Place des Grands Hommes instead gives them collective recognition. Two streets will be named after women: a doctor, Isala van Diest, and a film director, Chantal Akerman. But the achievements of these ladies appears on a par with local fondness for delicacies like kriek (cherry beer) and speculoos (gingerbread biscuits), which will also give their name to new streets. The ingenious naming of Ceci n’est pas une rue (“This is not a street”) will pay homage to the Belgian surrealist artist René Magritte—a deserving choice, but some may rue the missed opportunity to highlight other worthy women.

    Meanwhile, vigilante sign-stickers from Paris to Tbilisi are taking matters into their own hands. A Parisian group has unofficially renamed the Pont au Change after the entertainer and resistance fighter Josephine Baker; and the Boulevard du Palais after the 18th-century philosopher Emilie du Châtelet. Beyoncé Boulevard appeared in place of Rokin Boulevard in Amsterdam in August. Some local governments have joined the cause. La-Ville-aux-Dames, a town in France, has aptly named most of its roads after women. Brussels and a town in Burgundy have officially paid respect to Jo Cox, a British MP who was murdered in 2016 by a pro-Brexit conspiracy theorist. More such recognition would surely improve cities’ street cred.


    https://www.economist.com/europe/2019/01/12/the-push-to-name-more-european-streets-after-women?fsrc=scn/tw/te/bl/ed/thepushtonamemoreeuropeanstreetsafterwomenmaidenlanes
    #toponymie #hommes #femmes #noms_de_rue
    #paywall
    ping @reka


  • Transfer #ethereum tokens without Ether — An #erc20 Improvement to Seriously Consider
    https://hackernoon.com/transfer-ethereum-tokens-without-ether-an-erc20-improvement-to-seriously

    Ethereum has been around for four years now. The platform that was to “Build Unstoppable Applications” quickly turned out to be a Token Manufacturing Plant which churns out Ethereum tokens for any conceivable idea, object or abstraction imaginable. From those that can be used for ‘Sin Forgiving’ (Jesus Coin) to those that are probably not meant for such use (SpankChain), the tokenization train is seeing more people get on board day by day. However, the train which everyone seems to miss is this one called adoption, also known as ‘getting real users to come on to your platform and do stuff with your highly valuable token’.One of the primary reasons for the low adoption rate is the poor user experience and the high barrier to interaction that this ecosystem imposes on its users. Convincing (...)

    #transfer-ethereum-tokens #blockchain #transfer-ethereum


  • Jesus Loves His Church | i read the word

    Most of the New Testament’s books are letters (called epistles) and the majority of them are written to churches. These include Romans, 1 & 2 Corinthians, Galatians, Ephesians, Philippians, Colossians, 1 & 2 Thessalonians, and possibly 2 John (depending on one’s understanding of “the elect lady and her children”, v. 1). Though classified as a book of prophecy and not an epistle, Revelation is addressed “to the seven churches” (1:11) and contains brief letters to each of them. Our minds out to be impressed that so much of the New Testament is specifically intended for these bodies of the Lord’s people and His obvious care and concern for His church wherever it might be found. These letters serve as encouragement, instruction, correction, exhortation, and motivation for the Lord’s people. As He exercised great interest in the church we can do no less. The church is not of peripheral concern and limited interest. Jesus loved His church and still does. So should we.

    #church #Bible #NewTestament


  • Hier, discussion très agitée entre mes deux petits (7 ans). Elle, elle soutient que ce sont les usines qui polluent le plus. Lui maintient que c’est la guerre qui pollue le plus la Terre. Ils se sont bien échauffés là-dessus, jusqu’à ce que la petite gesticule d’un ton définitif : « Désolé, mais l’usine, elle est construite POUR polluer ! ».


  • Oltre 500 ore consecutive di culto per non far espellere una famiglia migrante

    In Olanda la legge vieta di interrompere una funziona religiosa: per questo centinaia di pastori da oltre tre settimane si alternano per evitare il rimpatrio di una famiglia ospitata in chiesa.

    In Olanda una chiesa protestante de l’Aja sta tenendo un culto da oltre tre settimane consecutive per proteggere una famiglia di migranti dall’espulsione dal Paese.

    La storia è tanto semplice quanto geniale: secondo la legge statale le forze dell’ordine non possono interrompere una funzione religiosa in corso. Centinaia di pastori si stanno dunque alternando per non far cessare mai il culto cui sta partecipando la famiglia in questione, una coppia armena con tre figli di 15, 19 e 21 anni. L’idea è venuta al presidente del consiglio generale della Chiesa protestante olandese, il pastore Theo Hettema, una volta saputo che la famiglia, da ben 8 anni nei Paesi Bassi, con un figlio iscritto all’università e gli altri alle scuole dell’obbligo, rischiava il rimpatrio perché non può più godere delle tutele internazionali in quanto l’Armenia, terra d’origine dei cinque, non è considerata nazione a rischio.

    I cinque, cristiani, frequentano la chiesa protestante della cittadina in cui risiedono, Katwijk, nei pressi proprio de L’Aja, e una delle figlie svolge volontariato in una associazione legata alla chiesa. L’ appello del pastore Hettema ha raccolto l’adesione di centinaia di colleghi e di moltissimi membri di chiesa, provenienti anche dai Comuni vicini. Tutti consapevoli che la splendida iniziativa non potrà durare in eterno, ma con la speranza di far nel mentre cambiare idea al governo, che ha però più volte affermato che la famiglia non ha i requisiti per rimanere nel Paese. Otto anni per ottenere una risposta sulla possibilità di asilo o meno in una nazione rischiano di essere un tragico record, e ignorare che la famiglia si sia oramai integrata nel nuovo contesto pare un’inutile cattiveria.

    Quando i 5 non partecipano alla funzione, si riposano nei locali sopra la cappella. Un tempo in Italia le chiese erano luoghi di asilo e rifugio in cui le forze dell’ordine non potevano entrare, ma da oltre un secolo le cose sono cambiate (secondo quanto normato prima dalle leggi Siccardi del 1850 e quindi dai Patti Lateranensi del 1929 il cui l’articolo 5 recita comunque con formula ambigua “Salvo i casi di urgente necessità, la forza pubblica non potrà entrare, per l’esercizio delle sue funzioni, negli edifici aperti al culto, senza averne dato previo avviso all’autorità ecclesiastica”). Le norme in materia cambiano molto da Stato a Stato e non sono mancate in questi anni polemiche a seguito di arresti di migranti in chiesa (in Germania, in Islanda).

    La Chiesa protestante in Olanda, nata dalla fusione di tre precedenti chiese, la riformata olandese, la riformata in Olanda e la evangelica luterana, rappresenta circa un terzo dei 6 milioni di abitanti dei Paesi Bassi.

    https://riforma.it/it/articolo/2018/11/19/oltre-500-ore-consecutive-di-culto-non-far-espellere-una-famiglia-migrante
    #messe #résistance #expulsions #asile #migrations #réfugiés #Pays-Bas #culte #religion #refuge #Eglise #église

    • To Protect Migrants From Police, a Dutch Church Service Never Ends

      Jessa van der Vaart and Rosaliene Israel, two Dutch pastors, usually get to church by cycling through the streets of Amsterdam to a Protestant parish in the city center. But last Wednesday night, they packed their robes into the trunk of a car and drove down the highway to The Hague for what was the equivalent of a priestly shift change.

      They would take over at 8 p.m. from a local minister at the modest Bethel Church. Then, at 11 p.m., they would be replaced by a group from the city of Voorburg, who were scheduled to pull an all-nighter, singing hymns and preaching until daylight, when another cleric would arrive to take the baton.

      The two pastors from Amsterdam were running slightly late. “Well,” said Ms. van der Vaart, as Ms. Israel started the engine. “They’ll have to keep going till we get there.”

      For the marathon church service, which started more than six weeks ago, and hasn’t stopped since, can never take a break.

      Under an obscure Dutch law, the police may not disrupt a church service to make an arrest. And so for the past six weeks, immigration officials have been unable to enter Bethel Church to seize the five members of the Tamrazyan family, Armenian refugees who fled to the sanctuary to escape a deportation order.

      The service, which began in late October as a little-noticed, last-gasp measure by a small group of local ministers, is now a national movement, attracting clergy members and congregants from villages and cities across the Netherlands. More than 550 pastors from about 20 denominations have rotated through Bethel Church, a nonstop service all in the name of protecting one vulnerable family.

      “It’s about practicing what we preach,” said Ms. van der Vaart, as she and Ms. Israel sped down the Netherlands’ A4 highway toward the church.

      At a moment when Christianity’s relevance in Europe is waning — and when xenophobia and nationalism are rising — the Bethel service has also been a reminder of the influence that religious institutions can still exert in a largely secular Western Europe. The pastors have given protection to the Tamrazyan family; the family has given them a cause to show the power of their faith.

      “We’re kind of struggling here as churches in the West, we’re more and more in the margins, and as church leaders we can kind of feel this,” said Ms. Israel, who is the secretary general of Protestant Church Amsterdam.

      “But with this,” she added, “we feel that what we’re doing is quite relevant.”

      In recent years, nationalists have used xenophobic messaging to win office in Italy, Hungary and Austria, and achieve prominence in Sweden, Germany, Britain, France and the Netherlands, underscoring the impression of a European continent that is turning inward. But as the two pastors reached the outskirts of The Hague, Ms. van der Vaart said the marathon at Bethel shows that another Europe still exists.

      “I often think we’re entering times with less and less solidarity,” said Ms. van der Vaart, the vicar at the Oude Kerk, the oldest church and building in Amsterdam. “But then this initiative is all about solidarity, and that gives me hope.”
      An Unassuming Hideaway

      If you weren’t looking for it, you might walk straight past Bethel Church, a red-brick building tucked away on a quiet side-street in The Hague. Inside is a wider complex, which includes accommodation for the Tamrazyan family, as well as various offices and meeting rooms. At first it seems sort of mundane.

      When Ms. van der Vaart and Ms. Israel arrived, with a few minutes to spare, there were no police officers waiting to pounce. The sheer fact of the ongoing service is enough to keep them away. The two pastors quickly donned their robes and hurried into the chapel. On the tiled wall behind the altar hung a migration-themed interpretation of the Madonna and child — a portrait of an African refugee and her baby, dressed as Mary and Jesus.

      In the pews sat roughly a dozen worshipers, some of whom had come before, some there for the first time. Most were believers, but one or two were not.

      “I’m not religious but when I heard about this, I said to my husband, ‘Don’t be shocked, but I want to go to church,’” said Florine Kuethe, a public relations consultant who later agreed to help the church deal with the heightening news media interest. “This type of thing makes the church relevant again.”

      Inside the chapel, the pastors began with a greeting, then a rousing Dutch hymn, then Psalm 82.

      “Rescue the weak and the needy,” read the translation of one line. “Deliver them from the hand of the wicked.”

      The three Tamrazyan children — Haryarpi, 21, Warduhi, 19, and Seyran, 15 — came in and out, frequently playing an active part in the service. Journalists, however, were only allowed in for brief sequences, a rule the pastors said was to ensure that the service retained its spiritual value, instead of becoming a media spectacle.

      “Sometimes I look back and ask why it has been as big as it has,” said Pastor Derk Stegeman, a spokesman for the family, and the service’s main organizer. “It’s because we protected our service and did not make it into an action for other things.”

      Where It All Began

      The story of the service started not in The Hague but in Katwijk, a large seaside town southwest of Amsterdam. The Tamrazyan family ended up there after the father was forced to flee Armenia for political reasons in 2010, Mr. Stegeman said. At the family’s request, their full predicament has been kept a secret, along with the names of the parents, to prevent repercussions for relatives still in Armenia.

      In a six-year legal process, Dutch officials twice tried to deny the family asylum, and were twice defeated in court. But the government finally got its way on its third attempt, even though the three children had all been in the country for more than five years and were theoretically eligible for an amnesty under legislation enacted in 2013.

      Lennart Wegewijs, a spokesman for the Dutch ministry of justice and security, said that the government could not comment on individual cases. But speaking generally, he said that under Dutch law, families can only qualify for amnesty if they, somewhat paradoxically, are willing to cooperate with official efforts to deport them from the country.

      To avoid what they believed to be certain danger back in Armenia, the Tamrazyans did not cooperate. Instead, they took refuge in a church in Katwijk. It was when that first church ran out of resources to help them that the leadership at Bethel agreed, after some deliberation, to welcome the family instead.

      As well as maintaining round-the-clock prayers, the church has provided psychological help for the family and teaching for the children, who can no longer go to school or university classes.

      To avoid compounding their stress, the family rarely gives interviews, and they made no exception for The New York Times.

      But on a blog that Haryarpi, the eldest child, started soon after entering the church, she has written about the relief of being granted shelter.

      “I often think the only place where I am safe is the church,” she wrote in Dutch on Nov. 4. “It really feels like a refuge.”

      The pastors have promised to continue the service indefinitely — even after a Dutch minister, Mark Harbers, said on Friday that the service hadn’t changed the government’s mind.

      Initially, the nonstop services were run by a core group of around a dozen pastors. Some of them pulled all-nighters on their own, including Mr. Stegeman and his wife. But a few days into the process, the Protestant Church in the Netherlands endorsed the service and used its newsletter to encourage other congregations to participate.

      Soon it became hard to fit all the volunteers into the schedule.

      “It’s amazing,” said Mr. Stegeman. “From all over our country people are coming, from the north to the very south, west and east.”

      Some preachers simply reuse services and sermons they gave at other churches. But others have used the opportunity to try something new, turning the church into a kind of greenhouse for liturgical experiments.

      Ms. Israel read from a modern reinterpretation of the biblical story of King David and his wife Bathsheba, told from Bathsheba’s perspective. One minister incorporated meditative song into her service, and another interspersed prayers and hymns with sermons from Martin Luther King Jr. During one all-nighter, Mr. Stegeman even brought along a harpist.

      “You see preachers from every background across the country, bringing their own way of celebrating and worshiping that is different hour by hour,” said Pauline Kuipers, who chairs the fund that owns the church. “It goes on continuously but it changes all the time.”

      By 11 p.m., the two pastors from Amsterdam were relieved by the group that had just arrived from Voorburg.

      After three hours of singing, preaching and praying, Ms. van der Vaart’s voice was now slightly hoarse, and Ms. Israel admitted to being “a little bit tired.”

      But she was also moved. As Ms. Israel left the chapel, Haryarpi told her that she had been inspired to write a poem about one of the psalms they had sung.

      “For me, that’s what it’s all about,” Ms. Israel said a few minutes later, packing her robes back into her cycling bag.

      “You could read that psalm a hundred times and not get touched by it,” she said. “But here, in this night, in Bethel Church, it’s very real.”

      https://www.nytimes.com/2018/12/10/world/europe/migrants-dutch-church-service.html

    • Dutch church clocks up 1,400 hours to prevent family being deported

      A non-stop church service in the Netherlands — aimed at stopping an Armenian family from being deported — has become so popular it has issued tickets for the Christmas period to control numbers.


      The service has been going around the clock since October 26 — more than 1,400 hours.
      Under Dutch law, police officers are not permitted to enter a church while a religious service is taking place. So, church leaders hatched the idea of meeting non-stop to prevent the Tamrazyan’s from being removed from the country.
      https://edition.cnn.com/2018/12/24/europe/non-stop-church-service-netherlands-armenia-intl/index.html


  • Preaching and Teaching – Email Devotionals
    https://emaildevotionals.com/2018/10/22/preaching-and-teaching/comment-page-1/#comments

    Sometimes Paul had to preach and at other times he taught. Preaching declares the truth and teaching explains it some more. Preaching is a monologue and teaching is a dialogue, most of the time. Either way, Paul used those methods to let others know about Jesus Christ and His work.

    #distinctions #preaching #teaching


  • « HATED : GG ALLIN & THE MURDER JUNKIES »
    https://laspirale.org/video-581-hated-gg-allin-the-murder-junkies.html

    Hated : GG Allin and the Murder Junkies est un documentaire de 1994 sur la vie de GG Allin. Automutilation, nudité et défécation sur scène, obscénités en tous genres, actes de violence envers le public… GG Allin, de son vrai nom #Kevin_Michael_Allin, né Jesus Christ Allin à Lancaster (New Hampshire), le 29 août 1956 et mort à New York le 28 juin 1993, fait partie des personnages les plus extrêmes de la scène #hardcore_punk américaine des années 1980.

    Durant cette période, Allin est héroïnomane, alcoolique, fumeur intensif et abuse généralement de toutes les drogues qui lui sont proposées. Il se lave rarement et commence à utiliser des laxatifs avant ses concerts, puisque la défécation est devenue un numéro de scène habituel pour lui. Allin se décrit comme « le dernier vrai rocker », en entendant par là que la musique rock elle-même est récupérée par les multinationales du divertissement et l’argent.

    Bien qu’ayant annoncé qu’il se suiciderait sur scène à de nombreuses reprises, Allin meurt d’une overdose d’héroïne le 28 juin 1993. Il est âgé de 36 ans. Pour son dernier concert, dans un petit club new-yorkais appelé The Gas Station, il chante quelques chansons avant que le courant ne soit coupé, puis dégrade la salle et s’en va nu à travers les rues de la ville, couvert de sang, d’excréments et entouré d’une centaines de fans.

    https://ggallin.com
    https://www.youtube.com/watch?v=99KkbFjZR20


    #GG_Allin - Bite it you scum
    https://www.discogs.com/artist/187150-GG-Allin
    #laspirale


  • Biblical Scholars Find Evidence Church Covered Up For 3 Wise Men Who Molested Baby Jesus


    https://www.theonion.com/biblical-scholars-find-evidence-church-covered-up-for-3-1828360686

    CAMBRIDGE, MA—Shedding further light on a long history of attempts to protect itself from accusations of criminal activity, biblical scholars at Harvard Divinity School reported Wednesday they have found evidence that the early Catholic church covered up for three wise men who molested baby Jesus. “After deciphering fragments of a previously unknown gospel, we now have textual documentation that clearly delineates abuse by three magi who arrived in Bethlehem and inappropriately touched the newborn Christ Child as He lay in the manger,” said Professor Raymond White, recounting the extensive efforts made by the church to scrub the story from early versions of the Bible and to discredit Jesus’ account of the event in His later sermons. “As described in newly discovered scraps of papyrus dating back nearly 2,000 years, these three magi were powerful men of great influence. Whatever moments of weakness or temptation they may have exhibited on that first Christmas morning, the early church must have seen fit to protect their reputations against any accusation from the Holy Family of Jesus, Mary, and Joseph, who were, after all, very poor.” White went on to note that additional passages from the text explain how the three wise men were quietly relocated and allowed to continue their work in a remote village in Persia.


  • The Tech Industry’s 33 Stories This Week
    https://hackernoon.com/the-tech-industrys-33-stories-this-week-c15c3564b559?source=rss----3a814

    Manifold, our weekly sponsor, is the marketplace for independent developer services. Deliver tools and services to applications in a single, simple and elegant way. Use the code HACKERNOON2018 to receive $10 of credit on Manifold.Hope you’re doing well, and your week had at least one professional epiphany. If not, maybe these tech stories can help. We’re just grinding it out over here :-) Here are IMHO Hacker Noon’s top thirty-three tech tech stories this week:(note: we’re always reading story submissions)ActivismSilicon Valley pushes to #KeepFamilesTogether by Andreas SandreAcquisitionsWhy Bonsai is a Great Addition to Microsoft’s AI Stack by Jesus RodriguezWhat I think on GitHub acquisition… as a Microsoft employee by Siddharth BhattacharyaArtificial IntelligenceBreast Cancer (IDC) (...)

    #tech-stories #hackernoon-letter #tech-industry #tech-newsletters #tech-thirty-three


  • Mary Patterson, Kenyatta Adamek, Angela Aneke, Owen Numez, Jesus Stanley, hugh Hawkins, Sabrina Stewart, Randall McDaniel, Mattie Todd, Todd et Eileen Romeiro m’ont écrit cette nuit pour me dire que je pouvais nettoyer toutes mes verrues en brossant ceci sur ma peau, que toutes mes verrues embarrassantes pouvaient disparaitre en un rien de temps (autant je les trouve fort renseignés s’agissant de l’obésité, de la perte des cheveux et des troubles de l’érection, c’est très bien ciblé, merci, autant je ne peux que me féliciter de ne pas avoir le moindre problème de peau et d’avoir, à 53 ans, une peau de bébé), que je peux faire repousser tous mes cheveux pour le jour de commémoration des soldats disparus (lundi prochain) avec cette vaporisation, et que c’est même recommandé par la chaîne de télévision CBS (si la télévision le dit), que je vais perdre 10 livres au-dessus de la ceinture avec cette nouvelle recette, et qu’en quelques secondes je pourrais très bien avoir une crise cardiaque quand ceci arrive à mes lèvres, qu’une crise cardiaque peut arriver d’un moment à l’autre et que je dois apprendre ses signbes avant-coureurs, que je peux jouer et gagner en ligne, et que voici le plan en quatre semaines pour perdre au moins 35 à 40 livres et être prêt pour l’été (nous sommes le 22 mai).

    Rien pour l’arthrose des genoux ? Dommage !

    #les_poètes_du_spam


  • Lettres ouvertes d’artistes soutenant le boycott culturel de l’Etat israélien :

    40 artistes en #Grande_Bretagne dont Aki Kaurismäki, Helena Kennedy, Mike Leigh, Ken Loach, Maxine Peake, Juliet Stevenson, Roger Waters :

    Israël utilise la culture pour dissimuler sa brutalité, affirment des cinéastes, journalistes et artistes
    The Guardian, le 8 mai 2018
    http://www.agencemediapalestine.fr/blog/2018/05/09/israel-utilise-la-culture-pour-dissimuler-sa-brutalite-affirmen

    80 artistes en #France, dont Simone Bitton, Alain Damasio, Annie Ernaux, Jean-Luc Godard, Eric Hazan, HK, Imhotep, Daniel Mermet, Ernest Pignon-Ernest, Nathalie Quintane, Eyal Sivan, Tardi, Serge Teyssot-Gay, Martin Winckler... :

    Contre la saison France-Israël
    Médiapart, le 4 mai 2018
    https://seenthis.net/messages/691799

    Et 500 artistes en #Amérique_Latine, dont Jesús Abad Colorado, Patricia Ariza, Daniel Devita, Doctor Krápula, Carlos Labbé, Carlos Latuff, Lina Meruane, Álvaro Rodríguez... :

    500 artistes latino-américains soutiennent le boycott culturel d’Israël
    Zoe PC, The Dawn News, le 13 avril 2018
    https://seenthis.net/messages/688262

    #Palestine #BDS #Boycott_culturel


  • Lettre ouverte qui demande aux institutions britanniques (cinéma, média, culture...) de ne pas collaborer avec des célébrations de l’Etat israélien, de ne pas utiliser la culture pour cacher la brutalité de l’Etat d’apartheid.

    Signée par une quarantaine d’artistes et journalistes, dont Aki Kaurismäki, Helena Kennedy, Mike Leigh, Ken Loach, Maxine Peake, Juliet Stevenson, Roger Waters...

    Israel using culture to mask brutality, say film-makers, journalists and artists
    The Guardian, le 8 mai 2018
    https://www.theguardian.com/world/2018/may/08/israel-using-culture-to-mask-brutality-say-film-makers-journalists-and-

    #Palestine #BDS #Boycott_culturel #Grande_Bretagne


  • Violée par la loi

    Le 7 juillet 2016, une jeune femme était violée par cinq hommes à #Pampelune. Le 26 avril, ils ont été condamnés pour simple abus sexuel. Tollé dans le pays. Une violation de plus.

    Depuis qu’a été rendue publique, le 26 avril, la décision de justice d’exempter les cinq membres de la « #Manada » (ils se faisaient appeler « la meute ») du viol collectif d’une jeune femme pendant les fêtes de #San_Fermín à Pampelune, des manifestations de protestation, d’indignation contre cette décision judiciaire se sont organisées dans de nombreuses villes espagnoles. En dépit du fait d’avoir reconnu que la jeune fille a été dénudée contre sa volonté dans un espace étroit, sans issue et entourée de José Ángel Prensa, Jesús Escudero, Ángel Boza, du militaire Alfonso Jesús Cabezuelo et du gendarme Antonio Manuel Guerrero, tous « plus âgés qu’elle et de forte constitution », le jugement nie qu’il y ait eu intimidation et violence et a reclassé le crime en « abus sexuel », abaissant la peine de 24 à 9 ans de prison.

    Tandis que le mouvement féministe gère et rend visible sa colère, le Parlement européen débat, à la demande de Podemos et contre le recours du parti Populaire, sur l’obligation ou pas de l’Espagne d’appliquer les conventions internationales relatives à la violence sexuelle. Le citoyen se demande alors avec stupéfaction : comment est-il possible que de tels accords n’aient pas déjà été appliqués en Espagne ? Quel est donc le protocole selon lequel sont jugés les crimes de violence sexuelle dans ce pays européen ?

    Le conflit actuel qui oppose les corps violés ou potentiellement violables à leurs juges nous force à reconnaître que l’Etat espagnol continue d’être un exemple de la juxtaposition d’au moins trois régimes judiciaires, trois modèles de vérité et de production de justice discordants : sur une structure juridique franquiste et patriarcale, on a greffé quelques protocoles démocratiques, et parsemé le tout de méthodes de vérification postmodernes rendues possibles via les techniques numériques.

    Au cours des six heures qui viennent de s’écouler, je n’ai rien pu faire d’autre que lire les 371 pages inouïes qui constituent la décision de justice complète, et qui - il ne pouvait en être autrement dans un régime juridique post-franquiste numérique - sont disponibles en PDF sur la page internet d’un grand journal (1). La décision de justice dont je ne recommande la lecture qu’aux individus dotés d’un estomac résistant et d’un solide réseau de soutien psychologique, pourrait être lue comme une histoire de Stephen King dans l’attente d’une postface de Virginie Despentes.

    On peut lire, dans cet étrange document légal, que tandis que la plaignante était dans un #état_de_choc, elle « a été pénétrée oralement par tous les accusés, vaginalement par Alfonso Jesús Cabezuelo et José Ángel Prenda, ce dernier à deux reprises, et par Jésus Escudero Dominguez qui l’a pénétrée la troisième fois par voie anale, les deux derniers ont éjaculé sans utiliser de préservatifs. » Pendant le déroulement des faits, deux des hommes concernés ont enregistré des vidéos avec leurs téléphones et pris des photos, qui seront distribuées sur les #réseaux_sociaux. La nuit même des événements, l’un des accusés a envoyé plusieurs messages de WhatsApp à « la Meute » et à « #Jouisseurs_San_Fermin » avec son téléphone portable, dans lesquels il a écrit : « les cinq en train de baiser une meuf », « difficile à raconter tellement c’était énorme », « une salope défoncée », « nous avons la vidéo » et « les cinq en train de baiser une pute, un pur délire. »

    Face à ces faits, le juge Ricardo González a décidé d’acquitter les cinq hommes du crime d’#agression_sexuelle et de viol en alléguant que dans les vidéos enregistrées par l’accusé, il observe seulement cinq hommes et une femme pratiquant « des actes sexuels dans une atmosphère de fête et de réjouissance. » Le lecteur se demande si, lorsqu’il caractérise un viol en tant que #fête, le magistrat se réfère à la façon dont historiquement les hommes ont été autorisés à se réjouir de la #pratique_collective de la violence sexuelle. La décision de justice comprend une théorie du #genre, une esthétique de la #pornographie et un traité sur le #plaisir_sexuel du point de vue patriarcal. Les images, assure le magistrat, sont « certainement d’un contenu dérangeant », mais il estime qu’il s’agit d’« une #relation_sexuelle brute et désinhibée, pratiquée entre cinq hommes et une femme, dans un environnement sordide, miteux et inhospitalier et dans laquelle aucun d’entre eux (ni la femme) ne montre le moindre signe de modestie, ni dans l’exposition de son corps ou de ses organes génitaux, ni dans les mouvements, les postures et attitudes qu’ils adoptent ». Le magistrat s’attendait-il à ce que les personnes impliquées dans le viol, les agresseurs et la victime, préparent le décor et bougent avec modestie et élégance ? « Je ne discerne, dit le juge, dans aucune des vidéos et des photographies aucun signe de #violence, de force ou de brusquerie exercées par les hommes sur la femme, je ne peux pas interpréter dans leurs gestes, ou dans leurs mots, de ce qu’ils ont été audibles pour moi ni #raillerie, ni #mépris, ni #humiliation ni #fanfaronnade de quelque nature que ce soit. » Mais quelle est la relation entre la raillerie, le mépris, l’humiliation ou la fanfaronnade avec l’imposition violente d’un acte sexuel ?

    La crise que cette affaire a engendrée est le résultat du conflit ouvert entre les #conventions_sociales qui régissent les institutions judiciaires et l’actuel processus d’#émancipation_féministe. Le cri de « Vous ne nous représentez pas » qui s’adressait auparavant aux politiciens s’étend désormais aux différents niveaux des institutions judiciaires. Dans le régime juridique numérique post-franquiste, les techniques de visibilité et d’accès public aux preuves fournies par les moyens d’enregistrement et de diffusion de l’image, des réseaux sociaux et d’Internet ne conduisent pas à une plus grande démocratisation des processus judiciaires, mais opèrent comme suppléments de #jouissance_patriarcale. L’inconscient juridique patriarcal se nourrit d’un tourbillon de messages, de tweets, de chaînes de hashtags et de réseaux Facebook… Les magistrats regardent les preuves comme s’ils regardaient un #porno et ne se préoccupent que de mieux jouir. Les images enregistrées lors de l’agression et les messages explicites diffusés sur les réseaux sociaux ne servent pas de #preuve incriminante, mais sont des supports narratifs qui confirment la #misogynie du #système_judiciaire. La décision de justice devient ainsi un nouveau rituel public dans lequel le système judiciaire répète et jouit (encore une fois) de la violation.

    Il y a donc eu deux violations rituelles. L’une a eu lieu devant un portail d’une rue de Pampelune le 7 juillet 2016. La seconde dans une salle d’audience de l’Etat espagnol, à laquelle ont participé avocats et juges. Le premier rituel cherchait à obtenir un supplément de plaisir et de #souveraineté_masculine et il était exercé avec violence par cinq hommes sur une personne seule et désarmée. Le deuxième rituel vise à protéger les droits des hommes à utiliser légitimement la violence pour obtenir des services sexuels. Si la première violation est d’ordre privé, la seconde est encore plus grave puisqu’elle est légitimée par l’institution judiciaire. La décision de la cour est une #pénétration_sans_consentement. Les juges mettent ainsi une bite dans chacune de nos bouches contre notre volonté. Les déclarations du magistrat opèrent comme une éjaculation médiatico-judiciaire sur nos droits. Encore une fois, la réponse ne peut pas être réformiste mais révolutionnaire : il ne s’agit pas seulement de modifier cette décision de justice, mais de dépatriarcaliser les institutions judiciaires en modifiant leur politique des genres et leurs techniques de production de la vérité.

    http://www.liberation.fr/debats/2018/05/04/violee-par-la-loi_1647912
    #viol #femmes #Espagne #loi #abus_sexuel #justice #injustice #dépatriarcalisation #condamnation #franquisme #patriarcat

    • La france doit être aussi un pays au passé franquiste car les institutions judiciaires françaises protège férocement l’impunité des violeurs.
      https://www.20minutes.fr/paris/2038631-20170328-viol-prouver-non-consentement-plus-grande-difficulte-vict
      L’article de 20 minutes date deja pas mal car il est mentionné que le droit français comporte une présomption de non consentement pour les mineurs de moins de 15 ans, or on sais maintenant que c’est faux. De plus Macron prépare une correctionnalisation automatique des viols et violences sexuelles y compris sur mineur·es.

      https://www.huffingtonpost.fr/julie-denes/juriste-et-victime-voila-ce-que-je-trouve-dangereux-dans-le-projet-de

      Parce que oui, les citoyens lisent les textes et ne se laissent pas tous berner par des points presse qui parfois maquillent, tronquent, embellissent malicieusement la réalité.

      Je l’ai trouvée à l’article 2 II (et III) du projet de loi, cette phrase, quelques mots, et la création du délit d’atteinte sexuelle avec pénétration sexuelle sur mineur de 15 ans. « Pénétration sexuelle », ces mots résonnent, éclaboussent, salissent, ces mots sont ceux du viol. Les voici attachés à un « simple » délit, écrit noir sur blanc. Nul besoin d’interprétation, nul besoin de faire appel à un spécialiste, nul besoin de tergiverser : c’est une inscription dans le marbre du droit de la « correctionnalisation du viol sur mineur », pratique décriée par le monde associatif, les familles et certains professionnels.

      En clair, le crime de viol sur mineur devient un « simple » délit jugé devant un tribunal correctionnel dont les peines sont moindres, et non plus un crime passible de la Cour d’Assises permettant des peines plus élevées, un débat, et la reconnaissance par la société du viol qu’a subi la victime. Ce statut de victime étant un des éléments permettant la reconstruction.

      On parle bien ici de délit d’atteinte sexuelle avec pénétration sexuelle sur mineur ! Que dire aux victimes ? Qu’elles n’ont pas été violées mais qu’elles ont subi une atteinte sexuelle avec pénétration ? Pourquoi ? Parce que la justice a eu un doute sur l’existence de la menace, de la violence, de la contrainte ou la surprise exercée par leur agresseur. Parce qu’elles n’ont pas crié, ne se sont pas débattues, et que de ce fait, elles semblaient consentant(e)s. Sommes-nous sérieux ? Texte inique et dangereux, et l’ajout d’un abus de confiance pour caractériser la contrainte morale du majeur sur le mineur n’y changera rien !

      Par conséquent : pas de viol, pas de victime de viol, pas d’antécédent judiciaire de viol en cas de récidive, des statistiques faussées. Circulez, y a rien à voir.

    • Bah si le viol est un phénomène culturel. C’est une expression féministe qui date des années 1970 qui sert à désigné les éléments culturels qui favorisent, excusent, invisibilisent les viols. Par exemple les scenarios de films qui rendent érotique les viols sont de la culture du viol. Les remarques sur les vetements portés par les victimes qui sois disent provoqueraient les violeurs c’est de la culture du viol. Le verdict de ce procès en espagne est une collection d’éléments de la culture du viol.
      Tu as jamais entendu cette expression avant @lydie ? Ca fait depuis 2013 que je la tag sur seenthis il y a énormément de ressources sous ce tag.
      voici une explication plus détaillé : https://www.huffingtonpost.fr/2017/11/27/la-culture-du-viol-expliquee-par-la-dessinatrice-emma_a_23288926

    • Si, j’ai déjà entendu cette expression. Mais le mot culture, pour le viol, je n’arrive pas à comprendre. Merci pour le lien, j’avais déjà vu cette BD (bien réalisée).

    • tu ne pourrais pas dire « instinct du viol » ou « nature du viol ». Il y a les psycho-éolutionnistes ou darwininstes sociales tel Peggy Sastre qui disent que le viol est un fait naturel, liée à l’évolution de l’espece. Peggy Sastre et ses ami·es disent que c’est un moyen naturel pour les hommes de dispersé leurs gènes. Plus d’explications ici : http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2011/06/le-darwinisme-et-linquietante-normalite.html

      Pour les féministes radicales dont je suis, le viol est un fait culturel et il est normalisé par des éléments de culture. Pour le cas de ce viol collectif, le juge trouve que c’est juste des jeunes qui s’amuse un peu brutaliement avec une femme qui n’avait finallement pas à venir sans être chaperonné d’un homme à Pampelune et encore moins à boire. Je comprend que l’expression n’est pas évidente à comprendre au premier abord mais je la trouve assez claire quant même. Par exemple en France seul 1 à 2% des viols sont l’objet d’une condamnation, c’est un choix culturel. Si tu compare avec la répression de la fausse monnaie tu voie bien quels sont les prioritées de nos institutions. Il existe pas exemple des cultures dites « sans viols » c’est à dire des cultures ou les viols sont fortement réprimés et donc rares. Voire ici : https://antisexisme.net/2013/01/09/cultures-du-viol-1
      et des cultures comme la notre ou la culture espâgnole, qui favorisent les viols en ne les réprimant pas, en culpabilisant les victimes et en excusant les agresseurs.


  • on April 14, a letter signed by 500 Latin American Artists will be launched by the Palestinian-led campaign for the boycott of Israel. The artists pledge in the letter to not perform or exhibit in Israel or to receive Israeli funding until it meets its obligations to respect Palestinian human rights. The poets, painters, rappers, theater directors, filmmakers, actors, writers, and musicians who said No to Israel’s human rights violations, come from 17 different Latin American countries.
    Some of the well-known artists endorsing this call for the cultural boycott are Chilean writer Lina Meruane, Colombian photographer Jesús Abad Colorado, Argentine rapper Daniel Devita, Colombian band Doctor Krápula, Chilean writer Carlos Labbé, Brazilian cartoonist Carlos Latuff, Colombian actor Álvaro Rodríguez, and Colombian theater director Patricia Ariza.


  • Jesus was the first target of “fake news” - Pope Francis on Palm Sunday
    https://www.catholicnewsagency.com/news/nothing-can-stifle-the-joy-of-the-gospel-pope-says-on-palm-sunda

    Jesus was the first target of “fake news” spread by those who wanted spin and twist his message for their own benefit, Pope Francis said Palm Sunday, but stressed that despite the pride and skepticism of some, nothing can dampen the joy of Christ’s message or his Resurrection.


  • Jésus Marie Joseph ! Aujourd’hui, le Monde consacre un article détaillé de 12 (douze !) pararaphes à ceci : L’Eglise reconnaît un nouveau miracle survenu à Lourdes
    http://www.lemonde.fr/religions/article/2018/02/11/l-eglise-reconnait-un-nouveau-miracle-survenu-a-lourdes_5255213_1653130.html

    Le Figaro assure également la communication des 160 ans de Lourdes : Miracle de Lourdes : « Un beau matin, Bernadette Moriau se présente en pleine forme ! »
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2018/02/11/01016-20180211ARTFIG00171-miracle-de-lourdes-un-beau-matin-bernadette-moria

    Le Point a 6 longs paragraphes de poésie laïque :
    http://www.lepoint.fr/societe/lourdes-l-eglise-catholique-reconnait-un-70e-miracle-11-02-2018-2194046_23.p

    Belle prestation de FranceInfo dans sa rubrique « Religion-Laïcité », avec même une ch’tite vidéo :
    https://www.francetvinfo.fr/societe/religion/laicite/l-eglise-catholique-reconnait-un-70e-miracle-a-lourdes-apres-la-gueriso

    Long article et émouvante vidéo avec titre qui buzze (nan, vraiment) sur 20 minutes : VIDEO. On vous dit tout sur la 70e miraculée officielle de Lourdes (qui s’appelle Bernadette)
    https://www.20minutes.fr/societe/2218915-20180211-video-dit-tout-70e-miraculee-officielle-lourdes-appelle-b

    Six paragraphes chez l’Obs :
    http://www.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/46702-societe-diocese-beauvais-annonce-miracle-survenu.html

    Bel effort du Parisien :
    http://www.leparisien.fr/societe/miracle-a-lourdes-une-religieuse-paralysee-se-remet-a-marcher-11-02-2018-

    …et sur deux pages comme ça sur Google News.


  • Au peuple kurde
    Aux peuples du monde

    CNI

    https://lavoiedujaguar.net/Au-peuple-kurde-Aux-peuples-du-monde

    Le Congrès national indigène, par la voix de notre Conseil indigène de gouvernement et de notre porte-parole María de Jesús Patricio Martínez, condamne l’attaque militaire particulièrement lâche et les bombardements perpétrés par l’armée turque contre la ville kurde d’Afrine, contre le camp de réfugié·e·s syrien·ne·s de Rubar et contre les zones de peuplement du canton du Rojava, au nord de la Syrie.

    Sœurs et frères, c’est avec un grand respect que nous partageons votre douleur face aux souffrances de milliers de morts et au déplacement de millions de personnes, parmi elles des centaines d’enfants, déjà provoqués par cette guerre capitaliste sans limites ni frontières. Nous dénonçons l’invasion des territoires autonomes kurdes par des groupes armés qui défendent les intérêts des puissants du mauvais gouvernement turc, avec pour objectif d’éradiquer ce peuple digne et de mener à bien l’occupation capitaliste, qui apporte avec elle, comme dans tous les recoins du pays, outre le capitalisme, la haine raciale et le patriarcat. (...)

    #Mexique #Conseil_indigène_de_gouvernement #Kurdistan #Roajava #Afrine #invasion_armée_turque #solidarité #autonomie



  • En Arabie saoudite, la lutte contre la corruption tout ça... Saudi Arabia’s Crown Prince Identified as Buyer of Record-Breaking da Vinci
    https://www.wsj.com/articles/saudi-arabias-crown-prince-identified-as-buyer-of-record-breaking-da-vinci-1512

    Saudi Arabia’s Crown Prince Mohammed Bin Salman is the buyer of a painting by Leonardo da Vinci that sold for a record $450.3 million last month, according to U.S. government intelligence and a Saudi art-world figure familiar with the purchase, a disclosure that offers a rare glimpse inside a rivalry between two Persian Gulf nations to scoop up some of the world’s masterpieces.

    Prince Bader bin Abdullah bin Mohammed, a lesser-known figure and a distant relative of the crown prince, was the nominal winner of the auction, held at Christie’s in November, the Saudi art-world figure said, “but he is a proxy for MBS.”

    “It is a fact that this deal was done via a proxy,” the person said.

    The revelation that the crown prince is the purchaser of the sought-after portrait of Jesus Christ —the most expensive painting ever sold at auction—settles one of the biggest mysteries in the art world. And it comes at a fraught political moment for the 32-year-old Saudi leader, who is trying to portray himself as a reformer determined to root out corruption in the oil-rich kingdom.


  • Les Palestiniens saluent la municipalité de #Cadix pour son annulation d’une série de films parrainée par #Israël#BDS France
    https://www.bdsfrance.org/les-palestiniens-saluent-la-municipalite-de-cadix-pour-son-annulation-dun

    La Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (#PACBI) salue la municipalité de Cadix qui a annulé une série de films israéliens en raison de son parrainage par l’ambassade israélienne. La cérémonie d’ouverture prévue incluait la participation du directeur des projets culturels de l’ambassade israélienne en #Espagne, Jesus Arcos Garcia.