person:john berger

  • John Berger, la vie du monde | Joshua Sperling
    https://www.revue-ballast.fr/john-berger-la-vie-du-monde

    Il fut peintre, poète, romancier, essayiste, critique d’art et scénariste — peut-être en oublie-t-on. Il donna la moitié de la dotation d’un prix littéraire aux Black Panthers, correspondait avec le sous-commandant insurgé Marcos et comptait parmi les membre du comité de soutien du Tribunal Russell sur la Palestine. John Berger, natif de Londres, a disparu en France en 2017, à l’âge de 90 ans, où il vivait dans un hameau de Haute-Savoie. Lorsqu’on lui demandait s’il était, le temps passant, toujours marxiste, il répondait : « Jamais la dévastation provoquée par la poursuite du profit n’a eu l’ampleur qu’elle a aujourd’hui… » — donc oui. Portrait. Source : (...)

  • After #Ara_Güler: Capturing the Feeling of Loss in Modernizing #Istanbul

    Ara Güler, the world famous photographer born in 1928 in Istanbul passed away on the October 17, 2018. His remarkable career encompassed photographs from around the world, portraits and interviews of politicians and celebrities such as Pablo Picasso, Salvador Dali, Winston Churchill, Alfred Hitchcock, John Berger, Bertrand Russell, James Baldwin and many more. Güler was an example of a cosmopolitan artist who was integrated into transnational networks of artists, while being simultaneously rooted in his hometown of Istanbul. He had a site-specific presence in “his” district of the city, Beyoğlu, one of Istanbul’s most cosmopolitan neighborhoods that for centuries has been a diverse melting pot of the different communities that lived across the Ottoman Empire, including Armenians like Güler.

    Historian Edhem Eldem defines the “embedded cosmopolitanism” in Beyoğlu in the 19th century as consisting not only of the mere juxtaposition of diverse actors, but by a cosmopolitan cultural milieu that in turn transformed them as well. Besides visually documenting the district, Güler also was an integral component of its cosmopolitan culture, with his studio and archive, situated in the heart of Beyoğlu, on Istiklal Street. Next to it, there is Ara Café named after him, a café frequented by artists, students, expats, and intellectuals where you could see Ara Güler himself very often before his passing.

    Among the variety of his photographic work, Güler is mostly associated with his city Istanbul, and was even given the nickname “The Eye of Istanbul”. Meticulously documenting this city marked by mind blowing transformation, he left a heritage of visual urban memory. This article aims to explore Ara Güler’s photographic work as a visual guide to comprehending Istanbul’s journey of modernization and urbanization in the 20th century.

    Our focus is Güler’s portrayal of Istanbul in black and white in 1950s and 1960s, where Istanbul appears as a metropole “in progress”, or under construction. As described by the sociologist Nilüfer Göle, in the context of non-Western countries modernization, involves a cultural shift, a process of changing habitus, aesthetic norms, values, and lifestyles in the public sphere. The economic development of the country goes along with this social and cultural transformation. In 1950s and 60s Turkey, the construction of highways and railways connected the national periphery to the center. Istanbul received a mass wave of migration and expanded with slums during this improvised, unplanned urbanization process. The city became the scene where center and periphery, modern and traditional lifestyles encountered, confronted, and transformed one another and found ways to coexist. Urban poverty became an issue with this contrast becoming more and more visible in the city.

    My Prostitute Love (Vesikalı Yarim (1968)), the cult movie directed by Ömer Lütfi Akad, depicts the emerging social issues of 1960s Istanbul through the lens of a poetic and impossible love story between a greengrocer and an escort. In this movie influenced by French and Italian new wave, Istanbul is not a simple background, but the protagonist of the movie, a transforming urban space making Halil and Sabiha’s encounter possible. Halil is a simple man, married to a traditionally veiled “village” woman subordinate to him and the mother of his children. He is dragged out of his neighbourhood to a casino in Beyoğlu by his friends and discovers the neighborhood’s emerging nocturnal scene, where women drink with men, a new type of socialization. There he sees Sabiha, a blond escort with heavy makeup, smoking and drinking. He falls immediately in love with this feminine and modern looking woman from beyond his world. He starts to drink, frequenting the nocturnal scene of Beyoğlu and detaching himself from his family. The impossibility of their love not only comes from their different moral values, but also them living in different spatialities and temporalities in the same city. These different temporalities are powerfully exposed by Güler in his photography.

    Güler starts from the micro level, photographing people in their small routines: working, smoking, having a cup of tea, coffee, or an alcoholic drink. These people can be defined as the urban poor, not synchronized with the rapid urban growth and the modern ideal of progress. They are portrayed in the public sphere rather than in the intimacy of their private sphere. Their eyes, facial expressions, hands, and postures incarnates their poverty, highlighting modes of being that contrast sharply with the Westernizing public sphere they have entered. An emotional relation is established between people and the space they inhabit by enacting the space in the body and the body in the public sphere, hence humanizing the city and spatially contextualizing the people. As Jacques Lecoq announces in his pedagogy of movement in theater, only the body engaged in the work can feel, and thus reflect the evidence of the space. Güler’s urban poor portrayed in their work express the social reality with their bodies.

    The relation between human body and urban space is particularly staged in work and places of leisure. Güler often portrayed professionals; workers, repair men, shopkeepers, fishermen, bargemen, boatmen, etc. as they worked. These are craftsmen, working with their hands and heads before these two were separated by modernity and the mechanization of labor. Craftsmanship is based on the impulse of doing a work well, developing a skill through training and practice. Physical acts of repetition and practice develop skill from within and reconfigure the material world through a slow process of metamorphosis.

    Richard Sennett distinguishes the singularity of craftsmen’s work places, workshops, as productive and autonomous spaces reproducing a hands-on transmission of knowledge from generation to generation. These spaces are not products of spontaneous, mindless occurrence. Craftsmen observe and experiment with tools in relation to their own bodies. Workshops have always glued people together through work rituals consisting on transmission of knowledge by personal contact. Most of these professions don’t exist anymore or were transformed with machines replacing handwork. The work loses its centrality on the organization of daily life and public time. Güler thus becomes a pioneer by constituting a visual source of modernization process.

    People are also photographed in coffee shops and old fashioned bars where they socialize. Coffee shops have a particular significance in Istanbul’s urban culture, as they emerged as alternative public spheres to mosques in the 16th century. Coffee houses became popular by offering a venue for social occasions including leisure and political dialogue between men in the Ottoman world, thus creating a public culture, as noted by the historian Cemal Kafadar. As gender-mixed modern coffee houses gained popularity, traditional kahvehane became considered places of unproductive time pass activity. These alternative spaces, in turn, become a shelter for men alienated from the emerging modern public sphere and lifestyles. Güler’s men in coffee houses are “waiting”, as the opposite of circulating or producing that increasingly characterized the fast rhythm of the modern city.

    In the absence of plans in the present and for the deferred future, a temporal slowing manifests itself. Hence, it points out to a suspension referring to the interruption of social ties, the feeling of being cut-off, a sense of disbelonging, being removed from the context, being out of place, a sense of invisibility, immobility and arbitrariness. These traits resonate with people waiting in the photographs, who seem slightly erased, detached from the space and time surrounding them. Güler’s choice of décor, the Ottoman ruins, emphasizes this detachment by fixing our regard on the remains of the past embodied in the present and the obsolete corners of the city, not “illuminated” yet by the city lights.

    Perhaps this is the very reason why Güler’s Istanbul appears as the visual reflection of the Nobel winning author Orhan Pamuk‘s description of the grayscale Istanbul, marked by the feeling of hüzün. Comparable to Baudelaire’s description of Paris Spleen, hüzün is a feeling of melancholia, nostalgia and loss in a multilayered city where multiple spatialities and temporalities are superposed. Guler’s photography reflects this singularity of Istanbul, its vibe and the ambiance experienced when wandering in the city. Given that urban heritage is never patrimonialized and the events of the imperial and republican past haven’t been confronted, they haunt city’s present.

    An incarnation of this feeling can be traced in Pamuk’s novel A Strangeness in My Mind. Mevlüt, the protagonist, could perfectly fit in one of Güler’s photographs as a craftsman, selling boza (a wheat based traditional drink) and wandering the streets of Istanbul. While Mevlüt strolls in the city, the layers of past and the transforming present unfold before him. We observe the development of Istanbul from 1950s from the eyes of Mevlüt, who migrates to Istanbul and becomes a slum dweller, gradually alienated from the city and becoming rapidly outdated. Another person who shares the same fate is the lottery seller in a documentary on Narmanlı Han. He sits in the courtyard of the building that had been one of Istiklal Street’s key buildings until its unfaithful restoration, talking about the past: “We would sit here, we would walk around, we would come back to sit again…” The expression otururduk (we would sit) is repeated many times, showing the repetitive rhythm of the now out-of-time sociability.

    Ara Güler might be referred as a Proustian in search of lost time, however his madeleine would be persons; the urban poor in the streets of Istanbul. His quest to seize what is being lost is not an interior process of romanticization, but comes from the external world. He always insisted that he is not an artist who proposes an interpretation of reality, but a visual archivist who documents life as it exists. In his photographs, it is the people who craft the urban sphere by sitting, waiting, settling, investing, appropriating it. Güler composes the cityscape of Istanbul by parting from the margins to join the center, the core of the city. This composition identifies the singularity of Istanbul, hüzün, a feeling of loss of firm ground, a loss of an emotional root, which opens up a wide range of emotions and experiences.

    https://ajammc.com/2018/11/26/after-ara-guler-modernizing-istanbul

    #Turquie #photographie #histoire
    ping @philippe_de_jonckheere

  • Derrière l’application de Google qui trouve votre sosie artistique, du digital labor (gratuit) pour entraîner son IA de reconnaissance faciale http://www.rtl.fr/actu/futur/l-application-de-google-qui-trouve-votre-sosie-artistique-souleve-des-inquietude

    (Le seul article un peu critique que j’ai trouvé provient donc de rtl.fr)

    La dernière version de l’application Google Arts & Culture est l’une des plus populaires du moment aux États-Unis. La raison ? L’ajout d’une fonctionnalité permettant aux utilisateurs de découvrir quel est leur sosie artistique. Intitulée "Is your portrait in a museum ?" ("Votre portrait se trouve-t-il dans un musée ?"), elle propose de comparer un selfie à des portraits célèbres réalisés par des peintres de renom.

    L’expérience repose sur la technologie de reconnaissance faciale Face Net. Développée par #Google, elle scanne la photo envoyée par l’utilisateur pour créer une empreinte numérique de son #visage et la comparer aux 70.000 œuvres de sa base de données. Une fois les correspondances trouvées, les résultats les plus pertinents sont affichés avec leur pourcentage de ressemblance.

    Cette fonction a largement emballé les internautes américains. Depuis sa mise à jour mi-décembre, #Google_Arts_&_Culture truste les premières places des applications les plus téléchargées aux États-Unis sur l’App Store d’Apple et le Play Store de Google. Disponible uniquement outre-Atlantique, elle fait l’objet d’une expérimentation par Google.

    (…) Devant la popularité de l’application, certaines voix se sont élevées aux États-Unis pour mettre en garde le public contre le véritable objectif poursuivi par Google. "Le stagiaire de Google qui a inventé cette application pour tromper les utilisateurs en les incitant à envoyer des images pour remplir sa base de données de reconnaissance faciale a certainement eu une promotion", a observé sur Twitter l’analyste politique, Yousef Munayyer. "Personne ne s’inquiète d’abandonner les données de son visage à Google ou vous estimez tous que c’est déjà le cas ?", s’est aussi émue l’actrice et activiste américaine, Alyssa Milano.

    Google propose régulièrement des outils ludiques et gratuits aux internautes pour faire la démonstration de ses progrès dans l’intelligence artificielle. Ces programmes permettent aussi à l’entreprise américaine de mettre ses réseaux de neurones artificiels à l’épreuve de neurones humains afin de les perfectionner à peu de frais. Les programmes Quick Draw ! et AutoDraw visaient notamment à améliorer la #reconnaissance_visuelle de ses algorithmes. La société utilise aussi la reconnaissance des caractères des #Captcha pour aider ses robots à déchiffrer les pages de livres mal conservés sur Google Book et les indexer par la suite à son moteur de recherche.

    (…)

    Interrogé par plusieurs médias américains sur la portée réelle de son application « Arts & Culture », Google se veut rassurant. Selon la firme américaine, les photos téléchargées par les utilisateurs ne sont pas utilisées à d’autres fins et sont effacées une fois trouvées les correspondances avec des œuvres d’art. La dernière expérience du géant américain illustre à nouveau les craintes suscitées par les progrès rapides de l’#intelligence_artificielle et plus particulièrement de la #reconnaissance_faciale, dont les applications ont pris une place grandissante dans nos vies ces derniers mois.

    Apple a fait entrer cette technologie dans la vie de millions d’utilisateurs cet automne en intégrant le dispositif #Face_ID à l’iPhone X pour déverrouiller l’appareil d’un simple regard. Dans le sillage de la pomme, un grand nombre de constructeurs travaille à généraliser ce système sur des smartphones à moindre prix. Facebook a recours à la reconnaissance faciale depuis décembre pour traquer les usurpations d’identité sur sa plateforme. Google l’utilise déjà dans son service Photos, utilisé par 500 millions d’utilisateurs, capable depuis peu de reconnaître les animaux de compagnies.

    Les défenseurs des libertés craignent que la généralisation de la reconnaissance faciale dans des outils utilisés à si grande échelle ne glisse vers une utilisation plus large par les publicitaires ou les autorités. En Chine, cette technologie est déjà utilisée pour surveiller les citoyens dans les endroits publics. 170 millions de caméras de surveillance sont installées à travers le pays. Un nombre qui doit atteindre 400 millions à horizon 2020. La plupart sont dotées de programmes d’intelligence artificielle pour analyser les données en temps réel et inciter les individus à ne pas déroger à la norme édictée par le pouvoir.

    #digital_labor #IA

    Et puis cf. le thread d’@antoniocasilli sur son fil Twitter :

    Avez-vous déjà vu, partagé, commenté les « art selfies » de l’appli @googlearts ? Savez-vous qu’ils utilisent votre visage pour constituer un fichier biométrique ? J’en veux pour preuve qu’ils ne sont pas disponibles en Illinois—état où les lois sur la biométrie sont plus strictes.

    https://twitter.com/AntonioCasilli/status/953662993480474624

    • Version optimiste, ft. John Berger :

      In one way, the art selfie app might be seen as a fulfillment of Berger’s effort to demystify the art of the past. As an alternative to museums and other institutions that reinforce old hierarchies, Berger offered the pinboard hanging on the wall of an office or living room, where people stick images that appeal to them: paintings, postcards, newspaper clippings, and other visual detritus. “On each board all the images belong to the same language and all are more or less equal within it, because they have been chosen in a highly personal way to match and express the experience of the room’s inhabitant,” Berger writes. “Logically, these boards should replace museums.” (As the critic Ben Davis has noted, today’s equivalent of the pinboard collage might be Tumblr or Instagram.)

      Yet in Berger’s story this flattening represents the people prying away power from “a cultural hierarchy of relic specialists.” Google Arts & Culture is overseen by a new cadre of specialists: the programmers and technology executives responsible for the coded gaze. Today the Google Cultural Institute, which released the Arts & Culture app, boasts more than forty-five thousand art works scanned in partnership with over sixty museums. What does it mean that our cultural history, like everything else, is increasingly under the watchful eye of a giant corporation whose business model rests on data mining? One dystopian possibility offered by critics in the wake of the Google selfie app was that Google was using all of the millions of unflattering photos to train its algorithms. Google has denied this. But the training goes both ways. As Google scans and processes more of the world’s cultural artifacts, it will be easier than ever to find ourselves in history, so long as we offer ourselves up to the computer’s gaze.

      https://www.newyorker.com/tech/elements/the-google-arts-and-culture-app-and-the-rise-of-the-coded-gaze-doppelgang

      Version réaliste, par Evgeny Morozov :

      Google vient de lancer une plateforme d’IA destinée aux entreprises qui veulent mettre en œuvre une infrastructure d’apprentissage automatique (machine learning) de afin de construire leurs propres modèles (contre rétribution, bien entendu). Il sait pertinemment qu’il est toujours rentable de s’attirer la sympathie des utilisateurs, par exemple en leur donnant des outils d’IA pour trouver des œuvres d’art qui ressemblent à leur visage (1). Ces instruments gagnent ainsi en précision et peuvent ensuite être vendus aux entreprises. Mais pour combien de temps encore Google aura-t-il besoin de cobayes ?

      https://blog.mondediplo.net/2018-01-27-Mark-Zuckerberg-vous-veut-du-bien

  • Visual Essay Jam - itch.io
    https://itch.io/jam/visual-essay-jam

    John Berger, a brilliant arts and cultural critic, passed away after a long and prolific career at the start of 2017. This inspired me to revisit his works, especially his most well-known set of essays, Ways of Seeing.

    Ways of Seeing consists of seven essays, four with text and three without. They were also later adapted into visual form through the BBC series of the same name. Berger’s focus on the use of visuals, and the arguments and connections that placing images side by side and one after the other could create helped to make art history and criticism accessible to thousands.

    Sometimes I think games criticism gets stuck in the same rut of perceived inaccessibility. It can be seen as stuffy and overwrought when you could just be having fun playing games, much in the same way people just want to look at beautiful paintings. Or maybe you do want to explore an idea about games that you find interesting, but the language of criticism can seem so complex and mystifying (something John Berger also took issue with!) that you feel stuck.

    Either way I think it’s inherently valuable to not just make games but also think about them and share your thoughts! I’m interested in how the form of the visual essay could be used to talk about games, and how using pictures instead of words can be a good way to connect your thoughts in different ways.

  • John Berger, 1926-2017
    http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/A/57087 #st

    À la fois livre et documentaire télévisé, Voir le voir, en 1972, avait révolutionné le regard porté sur l’art. Collaborateur régulier du Monde diplomatique, l’écrivain britannique John Berger, disparu le 2 janvier, s’était ensuite intéressé aux migrations (Le Septième Homme) ou au monde paysan (la trilogie Dans leur travail). Essayiste, romancier, scénariste, ce « matérialiste sensuel », selon l’expression du New Yorker, aura marqué des générations de lecteurs par l’intensité de sa présence au monde. Son complice Selçuk lui rend hommage.

    http://zinc.mondediplo.net/messages/49659 via Le Monde diplomatique

  • Postscript : #John_Berger, 1926-2017 - The New Yorker
    http://www.newyorker.com/culture/culture-desk/postscript-john-berger-1926-2017

    Last Monday, I learned of John Berger’s death, at the age of ninety, while walking with my daughter along a beach in Florida watching the sunset redden the water, and maybe that’s why the first work of his that flared up in my mind was his tiny essay on the painter J. M. W. Turner. I had not read it in twenty years. The essay was written in 1972, the same year Berger wrote his most famous book, “Ways of Seeing,” hosted a TV series of the same name, and won the Booker Prize for his novel “G.” “Turner and the Barber’s Shop” suggests a possible relation between Turner’s childhood experiences as the son of a barber, what he must have so often seen in the shop, and his innovations as a painter. Berger writes:

  • Deux mille dit sketchs | Megacombi
    http://audioblog.arteradio.com/post/3075272/deux_mille_dit_sketchs

    Pour sa rentrée 2017, la primteam de la mégacombi n’est pas encore tout a fat remise des fêtes... - Lendemain de fête au marteau piqueur (free-son) - Slapète, répète, course de Noël et huitres (son des fêtes) - Le passage ou l’année au bout du tunnel (Créa) - Mes souhait et mon année 2016 (rétro/intro - spective) - EL CHEreque (Mix et oraison funèbre) - Insurrection à Milan en 1898, de John Berger (lecture) - Mais où est 2017 (chronique Géodézique) Durée : 1h. Source : Radio Canut

    http://sons.audioblog.arteradio.com/audioblogs/sons/3012947/3077546_MegaCombi300-PT192-04012017_2000_dit_sketch.mp3

  • John Berger ou la mémoire du regard | Arte
    http://www.arte.tv/guide/fr/062921-000-A/john-berger-ou-la-memoire-du-regard

    À l’occasion de ses 90 ans, qu’il fête le 5 novembre 2016, l’on découvre un portrait intimiste de ce remarquable érudit et vulgarisateur, qui revient sur sa carrière aussi prolixe que polyphonique. Outre les entretiens exclusifs et riches en images d’archives, sa fille et son fils, respectivement critique littéraire et peintre, mais aussi ceux avec qui il a collaboré, comme le metteur en scène anglais Simon McBurney, le photographe suisse Jean Mohr ou le dessinateur de presse turc Selçuk Demirel, rendent hommage à ce grand homme de culture.

    @mona (c’est visible jusqu’au 31 janvier en ligne)

  • #John_Berger se raconte : « Tout. Tout est narration sur cette terre »

    https://www.franceculture.fr/litterature/john-berger-se-raconte-tout-tout-est-narration-sur-cette-terre

    En novembre 1989, l’écrivain John Berger était l’invité d’A Voix Nue, où il s’était confié à Elisa Mantin sur quelques jalons de sa vie et son oeuvre : le monde paysan, l’exil, la peinture, la prière.

    En 1989, l’écrivain John Berger s’entretenait avec Elisa Mantin pour l’émission A voix nue, au cours de laquelle il revenait sur certains de ses principaux centres d’intérêt et sur les thèmes dont il a jalonné son oeuvre. L’observation du monde paysan, l’exil, la religion, admirer la peinture... A l’occasion de la mort de l’écrivain ce 2 janvier 2017, réécoutez ci-dessous ces cinq temps d’entretien.

  • #John_Berger : le regard et l’action de l’écrivain
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/030117/john-berger-le-regard-et-l-action-de-l-ecrivain

    John Berger (Londres, 5 novembre 1926 – Paris, 2 janvier 2017) était un artiste et un penseur engagé à ce point accompli, que le capitalisme effréné semble aujourd’hui vouloir étouffer l’affranchissement dispensé par une telle œuvre militante. Petite démonstration en guise d’hommage…

    #Culture-Idées #Littérature

  • #John_Berger : le regard et l’action de l’écrivain
    https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/030117/john-berger-le-regard-et-l-action-de-lecrivain

    John Berger (Londres, 5 novembre 1926 – Paris, 2 janvier 2017) était un artiste et un penseur engagé à ce point accompli, que le capitalisme effréné semble aujourd’hui vouloir étouffer l’affranchissement dispensé par une telle œuvre militante. Petite démonstration en guise d’hommage…

    #Culture-Idées #Littérature

  • « Ils nous regardent, ces portraits du Fayoum, comme tous les disparus. » John Berger, artiste et écrivain britannique, est mort le 2 janvier à l’âge de 90 ans. Collaborateur régulier du Monde diplomatique depuis les années 1990, il interroge dans ce texte la présence persistante de visages peints il y a plus de deux mille ans.

    Enigmatiques portraits du Fayoum (janvier 1999)
    http://www.monde-diplomatique.fr/1999/01/BERGER/2666 #st

    Tous ses articles en accès libre : http://www.monde-diplomatique.fr/recherche?auteurs%5B%5D=John%20Berger

    http://zinc.mondediplo.net/messages/46668 via Le Monde diplomatique

  • John Berger sur l’« #attention créative » chère à Simone Weil (et l’homme aux cheveux ébouriffés)
    http://www.monde-diplomatique.fr/1991/12/BERGER/44030

    En 1942, la philosophe Simone Weil a écrit : « La charité du prochain, faite d’attention créative, est analogue au génie. » En écrivant ceci, elle ne pensait certainement pas à l’art. « La plénitude de l’amour du prochain, dit-elle, c’est simplement d’être capable de lui demander : “Quel est ton tourment ?”. C’est savoir que le malheureux existe, non pas comme une unité dans une collection, non pas comme un exemplaire dans la catégorie sociale étiquetée “malheureux”, mais en tant qu’homme, exactement semblable à nous, qui a été un jour frappé d’une marque inimitable par le malheur. Pour cela il est suffisant, mais indispensable, de savoir poser sur lui un certain regard. »

    Le portrait, par Géricault, de l’homme aux cheveux ébouriffés, au col défait et aux yeux qu’aucun ange gardien ne protège, représente parfaitement l’« attention créative », et matérialise ce « certain regard » auxquels Simone Weil fait allusion.

    cc @opironet

  • VOIR LE VOIR - Un imagier de John Berger

    http://strabic.fr/John-Berger-voir-le-voir-ways-of-seeing-B42

    Les Éditions B42, fer de lance pour l’établissement en France d’une culture critique du graphisme, rééditent un petit classique de l’analyse visuelle : le Ways of Seeing de John Berger.

    #John_Berger déchirant violemment une peinture au début de la première émission Ways of Seeing (voir vidéo plus bas).

    Didactique comme un manuel scolaire, radical comme un manifeste, Voir le Voir est un livre dont on doit se saisir pour étudier les tours et détours des images. Dans le désordre, quelques-uns de ces enseignements pratiques : les images fixent l’éternité des figures et nous situent dans le monde, elles nous permettent d’accéder à la singularité de l’autre, le contexte d’inscription de l’œuvre influence notre interprétation de celle-ci, regarder les images en face c’est sélectionner puis exclure une partie du monde à travers un cadre...

    • Palestine
      Un lieu qui pleure
      par John Berger | février 2009
      http://www.monde-diplomatique.fr/2009/02/BERGER/16830

      Quelques jours après notre retour de ce qu’on croyait être, jusqu’à récemment, le futur Etat de Palestine, et qui est maintenant la plus grande prison (Gaza) et la plus grande salle d’attente (Cisjordanie) du monde, j’ai fait un rêve.

      J’étais seul, debout, dévêtu jusqu’à la taille, dans un désert de grès. Puis la main de quelqu’un ramassait au sol des poignées de terre et me les jetait à la poitrine. Ce geste était empreint de considération et non d’agressivité. Avant de m’atteindre, la terre ou le gravier se transformait en morceaux de tissu déchirés, probablement du coton, qui s’enroulaient telles des bandelettes autour de mon torse. Puis ces lambeaux de tissu se transformaient à nouveau et devenaient des mots, des phrases. Ecrits non par moi, mais par le lieu.

      En me remémorant ce rêve, l’expression de « sol écorché » n’a cessé d’aller et venir dans ma tête. Cette expression décrit un lieu ou des lieux où tout, aussi bien au sens matériel qu’immatériel, a été décapé, dérobé, balayé, soufflé, détourné, tout sauf la pauvre terre palpable.

  • https://twitter.com/ubuweb/status/815998840436363264

    RIP #John_Berger (1927-2017). Watch his classic “Ways of Seeing” (1972) in its entirety

    http://www.ubu.com/film/berger_seeing.html

    Ways of Seeing was a #BBC television series consisting of visual essays that raise questions about hidden ideologies in visual images. The series gave rise to a later book of the same name written by John Berger.

    It would be easy to say that Ways of Seeing is hopelessly dated — made in 1972, the films come across as a puritan-groovy mix of Monty Python, the Open University and the Look Around You spoofs. And yet what’s so remarkable about this series is that it seems more apposite, subversive and thought-provoking than ever. The Britain we glimpse in the films, already alienated by spooky BBC Radiophonic Workshop music by Delia Derbyshire, is alienated even more by the passing of time. Alienated usefully, in the Brechtian sense; we look at a capitalist society which is like, and unlike, our own.

    #film

  • 1月3日のツイート
    http://twilog.org/ChikuwaQ/date-170103

    The latest Papier! paper.li/ChikuwaQ/13277… Thanks to @tayoulevy @MediaPhusis @BetweenTheWords #mustread #suspense posted at 09:13:29

    Top story: John Berger, art critic and author, dies aged 90 | Books | The Guard… www.theguardian.com/books/2017/jan…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 07:30:51

    Top story: Bitcoin jumps above $1,000 for first time in three years | Reuters www.reuters.com/article/us-glo…, see more tweetedtimes.com/ChikuwaQ?s=tnp posted at 01:08:15

  • L’impuissance comme idéal de beauté des femmes – l’infantilisation et la sexualisation – Sexisme et Sciences humaines
    http://antisexisme.net/2016/02/06/impuissance-04

    C’est un fait bien connu : une femme est belle si elle est jeune. Il existe une différence moyenne d’âge au sein des couples hétérosexuels, la femme étant généralement plus jeune que son conjoint. Cette différence est presque universelle, puisqu’une étude a montré que, dans les années 1990 et 2000, l’homme était en moyenne plus âgé que sa conjointe dans 201 pays sur 2021. En France, en 1999, les hommes en couple avec une femme avaient en moyenne 2,6 ans de plus que leur conjointe2. Dans 70% des cas, l’homme était né au moins l’année avant sa compagne, alors que la situation inverse n’existait que dans 20% des cas ; dans 10% des couples hétérosexuels, les deux partenaires étaient né∙e∙s la même année. Dans environ 6% des couples, l’homme avait au moins 10 ans d’écart avec sa compagne (la situation inverse représentait moins de 1% des couples). Notons néanmoins que la différence moyenne d’âge entre partenaires hétérosexuels s’est réduite entre les années 1950 et 1990 (mais les écarts d’âge importants ont été en progression)2.

    #beauté #sexisme

    • Mais zuteux, tu arrives toujours avant moi pour étoiler ces articles !

      Les représentations des #femmes âgées dans les médias sont révélatrices du fait qu’elles sont désexualisées. Ayant perdu de leur principal intérêt (le fait qu’elles soient de beaux objets sexuels), elles sont systématiquement sous-représentées, que ce soit à la télévision, dans les publicités, les films, les magazines, ou la littérature pour enfants6. Une étude américaine7 sur les publicités à la télévision indique que parmi les femmes représentées, seulement 7.3% ont 50 ans ou plus, contre 16.1% pour les hommes. Par ailleurs, les hommes de plus de 50 ans ont deux fois plus de chance d’être représentés comme personnage principal de la publicité. De plus, 22.5% des hommes de plus de 50 ans sont représentés donnant des ordres, contre seulement 4.7% des femmes de 50 ans ou plus. Enfin, si les femmes jeunes sont assez fréquemment sexualisées (par exemple, 7% des femmes âgées de 20 à 39 ans portent des vêtements « provocants » dans ces publicités), ce n’est plus le cas des femmes de plus de 50 ans (aucune ne porte de vêtements provocants).

      #agisme

    • Des fois, j’ai l’impression qu’on a des centres d’intérêt en commun… bizarre, non ?

      Tiens, là, je suis en train de lire Classer, dominer - Qui sont les « Autres » ? de Christine Delphy. Ben, elle est tellement d’accord avec moi, que j’arrête de surligner avant d’y avoir passé tout le bouquin.
      Bizarre, quand même…

  • L’impuissance comme idéal de beauté des femmes – Antisexisme
    http://antisexisme.net/2016/01/02/impuissance-01

    Cet article était à l’origine censé être une simple introduction à un article très long, faisant partie de la série sur l’objectivation sexuelle. J’ai décidé de le fragmenter pour une lecture plus aisée, et d’en faire une série d’articles sur l’impuissance comme idéal de beauté des femmes

    Partie 2 : Un beau corps féminin est un corps qui ne prend pas trop d’espace

    Partie 3 : Un beau corps féminin est un corps à l’air jeune voire enfantin et qui est sexualisé

    Partie 4 : Un beau corps féminin est un corps qui exprime l’abnégation

    Partie 5 : Sorcières et féministes, quelques figures de la laideur féminine

    Partie 6 : Conclusion

    #femmes #beauté

    via @monolecte

  • Les professionnels de santé, premiers fraudeurs à l’Assurance maladie en 2014
    http://www.latribune.fr/economie/france/196-2-millions-d-euros-la-fraude-a-l-assurance-maladie-en-2014-517117.html

    Le montant des fraudes a bondi de 17% sur an, atteignant 196,2 millions d’euros cette année. Derrière ce nouveau record, une surprise de taille : les professionnels de santé sont ceux qui ont le plus fraudé l’Assurance maladie, avec 73,1 millions d’euros, soit plus du tiers (37%) du total. Et les assurés, souvent montrés du doigt, sont en fait les derniers : 38,8 millions d’euros, soit moins de 20%.

    Les professionnels de santé sont les premiers fraudeurs. Le montant des fraudes détectées à l’Assurance maladie s’est monté à près de 196,2 millions d’euros en 2014, bondissant de 17% sur un an contre, affirment lundi 26 octobre Les Echos. Il s’élevait à 167,1 millions d’euros en 2013. Interrogée par l’AFP, l’assurance maladie n’a pas démenti ces chiffres.

    Le quotidien économique souligne que ces chiffres « ne concernent que la caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés » où « se concentrent 96 % des fraudes ».

    Mais derrière ce nouveau record de fraudes, on découvre une surprise de taille. Les professionnels de santé sont ceux qui auraient le plus fraudé, avec 73,1 millions d’euros, soit plus du tiers (37%) du total. Arrivent ensuite les établissements de santé (52,6 millions d’euros soit 27% du total et les assurés (38,8 millions d’euros soit moins de 20%).

    Le montant des fraudes reste néanmoins modeste en comparaison des 178 milliards d’euros de dépenses de santé en 2014, d’autant que les pénalités financières prononcées « n’ont pas dépassé 12,3 millions d’euros ».

    • Fraude à l’Assurance Maladie : les professionnels et établissements de santé encore en tête ! Une analyse locale et critique, avec des éléments réglementaires utilisables pas les ayants droits via @larotative

      https://larotative.info/fraude-a-l-assurance-maladie-les-1226.html

      Comme tous les ans, la CPAM 37 publie son rapport d’activité : c’est le moment de rappeler qui sont les fraudeurs habituels de l’Assurance Maladie et de démystifier la fraude aux arrêts maladie...

      Vous vous souvenez peut être des chiffres donnés l’année dernière dans l’article sur le rapport d’activité 2013. Cette année la tendance est encore à la hausse... du côté des professionnels de santé : en cause le data mining et probablement le renforcement des équipes pour l’exploiter [1]. En Indre-et-Loire ce sont 10 agents en CDI [2] sur 431 (en CDI) [3] qui sont chargés de la détection, du suivi et du recouvrement. Par ailleurs la CPAM d’Indre-et-Loire est chargée au niveau régional du pilotage et de l’animation des travaux de lutte contre la fraude. Par contre, notons que le nombre de pages de ce rapport d’activité consacré à la fraude est passé de 6 pour 2013 à 3 pour 2014 alors que les montants sont pourtant en hausse et que les formes de fraude des professionnels de santé est en pleine évolution...
      Loin des clichés journalistiques, la fraude à l’Assurance Maladie n’est pas majoritairement le fait ni des assurés sociaux ni même de filières criminelles [4], mais des professionnels de santé (libéraux) et des établissements privés et publics, qui représentent 146 [5] des 179 cas de fraude avérée [6] en Indre-et-Loire en 2014, soit 81,6% (+9,3 points) du total. Cette tendance haussière est généralisée : au niveau national, le montant récupéré par les Caisses de la Sécurité Sociale est de... 425 millions d’euros (soit +30% par rapport à 2013) !

    • Je sais pas. Je pensais que ça venait du Précis de conjugaisons ordinaires, "Tentatives d’étirement du français figé" de Florence Inoué, David Pouillard, et Guillaume Rannou (eds Xavier Barrat)
      http://exb.fr/fr/le-catalogue/47-precis-de-conjugaisons-ordinaires.html
      l’ayant sous la main, je ne l’y trouve pas.

      Ça aurait pu être dans un des Très précis de conjugaisons ordinaires , de David Poullard et Guillaume Rannou
      https://garoupe.wordpress.com/2013/11/06/tres-precis-de-conjugaisons-ordinaires-tome-1-le-travail-tres-pre
      mais vu les thèmes, le travail, la chanson populaire, la migration, le temps, c’est peut probable...

      Il me semble l’avoir vu en tant qu’affiche, mais je ne sais plus. me v’là encore à l’opposé de ta légendaire précision.

      alors @larotative ?

    • Sinon, une petite histoire sans fraude des professionnels pour illustrer la logique qui structure « la santé ». C’est l’histoire d’un type qui a un machin cassé et doit se faire opérer. C’est une opération banale pratiquée à grande échelle mais il n’a pas d’argent. Pour cette opération, il faut avant tout faire une radio, indispensable pour confirmer le diagnostic. Alors, même si c’est une image peu coûteuse, le patient doit trouver de quoi la payer.
      Puisque ce n’est pas une urgence, à l’hôpital public il faudrait patienter deux mois avant d’être opéré, de disposer d’un temps de plateau chirurgical. Et la phase post-opératoire de rééducation intensive durera ensuite des semaines. Tout ce temps plus ou moins coincé, c’est pas pratique du tout.
      Le patient se tourne alors vers les établissements privés où les rdv peuvent être plus rapides, avec parfois les mêmes chirurgiens. Pour faire face aux frais, une mutuelle serait indispensable. S’agirait d’en trouver une qui n’impose ni questionnaire médical, ni « durée de stage » avant ouverture des droits. Seule une #assurance réunit ces conditions. C’est pas donné mais il suffira de la payer le temps des soins. À la lecture du contrat, derrière les avantages recherchés, on découvre sans trop farfouiller quelques perles, les limites de la formule, à quel point des risques courants ne sont pas couverts. Par exemple cette assurance couvre deux semaines de remboursement en cas d’hospitalisation psychiatrique, pas plus, et pour toute la vie. On rigole. Heureusement que ce n’est pas le problème, car malgré le raccourcissement des durées d’hospitalisations pratiqué partout (de toute façon, en psychiatrie des dizaines de milliers de lits ont été supprimés, il y a certes plus d’ambulatoire mais surtout une palanquée de gens à la rue et en prison, de l’absence de soins), deux semaines de ce que ces services appellent « période d’observation », c’est déjà au moins une semaine qui manque en moyenne. L’assurance est faite pour couvrir des performants qui payent et assurer leur performance, pas autre chose. Et faite pour soutenir la médecine la plus scientifique, ou réputée telle, les lieux de soins à gros équipements techniques, et la production pharmaceutique.

      À la clinique, réputée pour sa spécialisation, le chirurgien a son image et confirme le diagnostic que l’examen clinique a permis de poser. On programme l’intervention et en guise d’attention il est proposée de réaliser une IRM, parfaitement inutile ( « si vous voulez voir, on peut avoir une belle image ») et au bas mot dix à vingt fois plus chère que la radio déjà réalisée. Mais là ce serait gratuit. « Nous avons la machine sur place et une convention avec la sécurité sociale ». Il n’y a pourtant aucun moyen de justifier cette dépense, mais il semble que d’habitude ça passe. Refus du patient, sans trop savoir ce qu’en pense l’homme de l’art ("zut il va falloir patienter pour mes prochains enjoliveurs de 4X4" ?).

      En rééduc, rebelote côté transports. Le patient a le droit à un véhicule sanitaire léger chaque jour, aller retour pour aller au centre de rééduc. Mais il préfère utiliser les transports en commun, histoire de faire un peu d’exercice en plus. Toujours fauché, il demande le financement par la sécu de l’abonnement aux transports. Refus de la caisse. Il lui faudra financer les trajets de sa poche.

      La Sécu est une institution parfaitement bureaucratique, sans que les besoins qui la légitime ne puissent y être niés dans leur ensemble, ils ne sont pas la mesure de l’activité. Avec ou sans fraude, c’est un exemple flagrant de l’anti-production capitaliste. La prescription d’examens inutiles et coûteux, découle de relations soignés/soignants radicalement corrompus par un scientisme absurde. Faire tourner la bécane et les emplois qui y sont liés vient bien souvent avant toute logique de soin. Et les rapports sur les dépenses viennent pour leur part renforcer une approche comptable qui fait fi de toute approche qualitative.

      Pour qui ne l’aurait pas lu,

      Un métier idéal

      de John Berger présente une tout autre vision (photos à l’appui) du rapport au corps, au soin, à partir du portrait en situation d’un médecin.

  • [Video] Les déconvertis de la psychanalyse.
    D’anciens adeptes de la psychanalyses, qui l’on vécu, enseigné et pratiqué, explique comment ils ont fini par abandonner voire critiquer, ce qui est qualifiable de pseudo-science ou encore d’escroquerie.

    https://www.dailymotion.com/video/x37mnmz_les-deconvertis-de-la-psychanalyse_school

    Sophie Robert interviewe un philosophe (Mikkel Borch-Jacobsen) et trois anciens psychanalystes (Jacques Van Rillaer, Jean-Pierre Ledru et Stuart Schneiderman). Ensemble, ils évoquent leur attrait pour la psychanalyse et les circonstances de leur déconversion d’un mouvement qu’ils n’hésitent pas aujourd’hui à qualifier de sectaire.

    Partageant leur expérience, ils parlent de « lavage de cerveau » « dépendance à l’analyste » « sur le divan on peut faire croire à quelqu’un n’importe quoi » « Jacques Lacan avait une véritable assuétude à l’argent » « Jacques Alain Miller se prenait pour Saint Paul » « de l’influence du divan sur des people comme Carla Bruni » . Une déconstruction méthodique faite avec flegme et humour, en parfaite connaissance de cause.

    Cette émission devrait contribuer à un débat d’idées sain et salutaire au sujet de la psychanalyse et de son influence en France.

    INVITÉS

    Mikkel Borch-Jacobsen est philosophe, essayiste et professeur de littérature comparée à l’université de Washington. Il est l’auteur de nombreux essais sur l’histoire de la médecine et la psychanalyse, qu’il a enseigné à l’université.

    Jean-Pierre Ledru est aujourd’hui psychiatre en libéral, après avoir exercé la psychanalyse pendant une vingtaine d’années.

    Stuart Schneiderman est essayiste et coach à New York où il anime un blog « Had enough therapy ? ». Il a exercé la psychanalyse pendant plusieurs décennies dans le cadre de l’Ecole de la Cause Freudienne.

    Jacques Van Rillaer est docteur en psychologie, psychothérapeute et essayiste. Professeur émérite de psychologie à l’université de Louvain en Belgique il enseigne aujourd’hui les thérapies cognitives et comportementales, après avoir exercé la psychanalyse pendant plusieurs décennies.

    • #psychanalyse #critique #Lacan #Freud

      Fort lien avec https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Livre_noir_de_la_psychanalyse
      puisque parmi les invités, 2 des auteurs principaux.

      Mais tous sont liés aux thérapies cognitivo-comportementales, PNL, #comportementalisme (même un qui est #coach maintenant).

      Je me demande si on peut critique la psychanalyse sans être dans le comportementalisme anglo-saxon non plus. Mais à vrai dit je prononce des mots sans comprendre grand chose, vu que je n’y connais rien. :D

    • On est loin de l’idée a présent d’un comportementalisme du type que l’on peu comparer avec dresser un animal.
      Ce qui distingue surtout la psychanalyse c’est son absence de scientificité (refus du débat, de prouver que cela fonctionne etc.).
      Une des personnes présente dans ce débat, a écrit « la nouvelle gestion de soi » qui propose d’essayer de s’aider soi-même par ex. en élaborant ses outils. Ce n’est plus donc forcément un tiers qui grosso-modo te dirai comment bien te comporter (ce qui sous entendrai un probable enjeu de domination), mais bien toi qui tente de changer avec l’aide de connaissance acquise sur le sujet que l’auteur transmet.

    • Oui oui, c’est pour ça que je disais que je n’y connais rien. :)

      Cela dit « des connaissances acquises transmises par un auteur », ça fait potentiellement de la domination aussi si c’est juste un seul auteur et qu’on ne croise pas les infos (enfin pas obligé ça peut être un⋅e auteur⋅e très bien avec un livre « scientifique » parfait, mais je dis « potentiellement »). Vu que ça peut très bien être un livre qui dit « c’est comme ça que les choses fonctionnent, c’est comme ça qu’il faut faire pour s’en sortir », etc.

      C’est du développement personnel en fait… :D
      (d’ailleurs un des intervenants est « coach » au US maintenant, huhu)

    • non non, c’est basé sur les études scientifiques. C’est à dire que d’autres scientifiques derrières on validé les informations (après les avoir testé). Ce que fait cet auteur en particulier, c’est qu’il les rassemble et donne son avis de praticien.

    • C’est pas le tout de parler d’études scientifiques il faut pouvoir aussi les exposer.
      Je marque seulement le post pour revenir ensuite.

      "Les institutions de la santé ne veulent plus faire référence à la psychanalyse parce l’énorme marché financier misé sur l’autisme avec des prises en charge dans le privé réouvre la brèche d’un retour au traitement chimique des "fous". L’avancée des neurosciences qui apporte tout un champ génial de compréhension a été mis en opposition à la psychanalyse alors qu’elles pouvaient être complémentaires, revivifiant la psychanalyse qui en grandement besoin.

      Derrière cette attaque, il y a des buts cachés : les labos pharmaceutiques qui préfèrent qu’on utilise leurs drogues plutôt que des entretiens avec des psys, les gouvernements qui veulent diminuer les dépenses publiques en termes de personnels médicaux et pas celles qui favorisent les trusts de la santé, les classes dirigeantes qui en ont assez d’une conception qui se moque ouvertement de l’idéologie dominante, de son idéologie, de ses religions.

      Il y a une offensive d’ensemble qui est liée par tous les bouts à la crise de la société capitaliste.

      Il s’agit de s’attaquer à un philosophe hostile à la société bourgeoise, à ses valeurs, à son Etat, à son idéologie, à ses religions, à son hypocrisie.

      Il s’agit de s’attaquer à un domaine de la santé, pour réduire les dépenses de celle-ci dans le domaine de l’hôpital public, des dépenses des caisses sociales.

      Dans l’hôpital public, la psychanalyse est de plus en plus réduite à la portion congrue. La philosophie des investissements est : le plus d’argent possible pour le matériel et le moins pour les personnels… L’hôpital-entreprise doit trouver sa rentabilité, sa gestion, ses économies, son efficacité rapide, ses réformes, ses moyens techniques et financiers… La psychanalyse ne trouve pas sa place là-dedans…

      Il s’agit de défendre les religions et leur rôle dans l’ordre moral, pour étayer l’édifice branlant de l’ordre capitaliste, contre l’athéisme de Freud.

      Il s’agit de défendre l’individualisme forcené contre la conception sociale de Freud. Même si Freud n’est nullement socialiste, ce n’est pas un hasard si le premier pays qui ait reconnu ses leçons soit la Russie de Lénine et de Trotsky.

      Au travers de la crise économique mondiale, il s’agit de supprimer toute une partie des équipes médicales auprès du malade pour diminuer les dépenses publiques tout en préservant et en favorisant l’industrie du médicament, celle des trusts pharmaceutiques même s’il vaut mieux faire une analyse que se bourrer de médicaments !

      Pour juger de la validité de la psychanalyse, discutons aussi science puisqu’ils prétendent le faire !

      Freud cherchait une base matérialiste aux névroses et au fonctionnement des rêves, des inhibitions, de l’ensemble du psychisme humain. A l’inverse, Jung va redonner un caractère mystique à tous ces phénomènes ce qui le réconcilie avec toutes les autorités sociales et permet de développer une psychanalyse réactionnaire alors que celle de Freud se heurtait à toutes les institutions idéologique de la société. ......

      Il est intéressant alors de remarquer que si l’on condamne à l’heure actuelle la psychanalyse de Freud, il se développe toutes sortes de thérapies courtes qui puisent leurs références dans la pensée Jungienne.

      Avec l’introduction également d’interventions en coaching d’entreprise, coach qui utilisent un verbiage psychanalytique, pansements aux souffrances au travail.

      En psychiatrie, on assiste à une nouvelle hiérarchisation des pathologies psychiques les unes soutenues par des lobbies de grosses d’associations privées.

      Et pharmaceutiques quand tous les moyens humains sont réduits pour d’autres pathologies.

      La notion de la « peur du fou » est de nouveau porteuse dans la presse.

      Cette nouvelle chasse aux sorcières va même jusqu’à la demande de suppression de termes psychanalytiques dans certaines publications ou films pour qu’ils puissent être distribué dans les réseaux grand public.

      La psychanalyse travaille avec son patient à un travail sur lui même, à mettre en pratique le questionnement sans réponse binaire, loin du vrai ou faux, bien ou du mal.

      Le doute, l’association d’idées, la recherche d’un processus de changement qui n’appartient qu’à celui qui pose un acte de questionnement est mis au premier plan.

      L’attaque contre la psychanalyse vise plus loin… On ne veut plus d’un dynamisme de la pensée. S’attaquer à la psychanalyse est le même mouvement que réduire la place de la philosophie dans la société. Il est bien significatif que le gouvernement japonais ait décidé de supprimer à l’université toutes les études philosophiques et sociales"

    • Il s’agit de s’attaquer à un philosophe hostile à la société bourgeoise, à ses valeurs, à son Etat, à son idéologie, à ses religions, à son hypocrisie.

      Euh par contre lolilol quoi… Vu que quand on étudie les faits historiques réels, les lettres à ses amis, etc, justement Freud était un mec obsédé par le fric, hypocrite et cynique.

    • Qui cherche à détruire la psychanalyse de Freud et pourquoi ?
      http://www.matierevolution.org/spip.php?article4877
      est le texte cité ci dessus par @unagi, tout à fait discutable (intérêt majeur, il rassemble de très nombreuses références en ligne utiles quant à ce débat), mais moins débilitant que le scientisme (dont Freud qui failli être neurologue fut lui même loin d’être exempt, à son époque ) opposé à la psychanalyse par les évaluateurs technocratiques et leurs divers suiveurs. À faire mine de vouloir supprimer toute souffrance, nous pourrions même être soulagées de la difficulté du fait même de penser. Le bonheur dividuel, dernière promesse de ce monde.

      "Le vieux docteur mourut. Sassal dut passer beaucoup plus de temps dans son cabinet à écouter. (...) Puis, toujours débordé, mais ayant plus de temps à consacrer aux malades ordinaires, il se mit à s’observer et à observer les autres.
      Il entreprit de lire - Freud en particulier. Pour autant qu’on pût le faire seul, il analysa nombre de ses traits de caractère et leurs racines dans le passé. Ce fut une opération douloureuse - comme le disait Freud lui-même en parlant de son auto-analyse. Pendant environ six mois, conséquence de la résurrection de ses souvenirs, Sassal devint sexuellement impuissant. Il est impossible de dire aujourd’hui si cette période critique résultait de son choix d’examiner en son for intérieur les bases de ce qu’il avait projeté jusqu’alors sur l’extérieur comme ’l"inimaginable", ou bien si entrant dans une période critique, il avait décidé de s’observer avec davantage d’attention. Que ce soit l’un pou l’autre, ce n’était pas sans ressembler à la période d’isolement et de crise qui, dans la médecine sibérienne et africaine, précède l’émergence professionnelle du chaman ou de l’ inyanga . Les Zoulous ont un nom pour ce processus. L’ inyanga, disent-ils, souffrent parce que les esprits ne le laisse pas en paix et il devient « une maison des rêves ».
      Lorsqu’il refit surface, Sassal était toujours aussi extrémiste. Il avait troqué une forme simple et juvénile d’extrémisme contre une forme plus complexe et plus mature : les interventions d’urgence contre le pressentiment que le malade devait être traité comme une personnalité entière et que la maladie était souvent une forme d’expression plutôt qu’une capitulation devant les périls naturels."
      Un métier idéal, histoire d’un médecin de campagne, John Berger, 1967. Avec des photos de Jean Mohr.

      Un singulier réducteur de tête :

    • La défense de la psychanalyse par des arguments de gauche du genre anticapitalisme ne me parle pas, pour les raisons indiqué plus haut par rastapopoulos, leur recherche de l’argent est clairement visible de manière historique et encore aujourd’hui avec les poursuivants qui choisissait des clients prestigieux, faisait des séances a durée variable (mais plutôt courte pour obtenir plus de rendez-vous) mais toujours sur un temps long et indéfini.
      Pour ce qui est de l’autisme, la psychanalyse passe toujours par une culpabilisation de la mère, quand a l’enfant, il voudrait procédé avec lui a la libre association... alors qu’il a besoin de structuration.
      Réduire toute l’opposition a la psychanalyse par l’angle de l’industrie pharmaceutique, est une erreur aussi, puisque toutes les alternatives a la psychanalyse ne sont pas médicamenteuse loin de la.

    • Pour reprendre @colporteur tout est discutable mais pourfendre tout un pan de la psychanalyse par l’obsession de l’argent de Freud, lolilol. C’est quoi un fait historique réel et s’il est irréel ca devient quoi ? Merci pour les argumentations. Pour ce qui est de l’autisme la psychanalyse française constitue une bizarrerie que l’on ne trouve pas dans les autres pays, merci de ne pas faire du sous onfrey Tout comme rien ne réduit toute l’opposition a la psychanalyse par l’angle de l’industrie pharmaceutique. Mais pour ca il faut vouloir lire.

    • Ce que je veux dire par « fait historique » (le « réel » étant superfétatoire), c’est que Freud, le premier a choisi sa clientèle parmi les plus riches, et que les suivants, on fait de même en variant les techniques.
      La psychanalyse hors de la France et de l’Argentine ? Comme ou ?

    • C’est RastaPopoulos les faits historiques, rendons à César ce qui est à César. Freud était un bon bourgeois, il ne s’est jamais passé pour révolutionnaire. Il y a énormément de pages critiques et sur la psychiatrie et sur Freud et critiques qui sortent allègrement d’un discours dominant et réactionnaire. Suffit de bosser un peu. En dehors de la France et de l’Argentine ? De l’URSS bien sur.
      Essaie l’association psychiatrie et neurosciences par exemple
      et voit comment les deux disciplines ont été séparées en France et peut être en Argentine.
      Pour vous en dehors du cliché divan rien n’existe, il me semble connaitre une association de psychiatres qui prend en charge les séquelles post torture des demandeurs d’asile qui arrivent en Europe. La psychiatrie prend en charge aussi par exemple les états de stress post traumatiques, guerres, viols, etc, etc..
      Enlarge your champ.