person:joy

  • Democrats and Republicans Passing Soft Regulations - The Atlantic
    https://www.theatlantic.com/technology/archive/2019/06/democrats-and-republicans-passing-soft-regulations/592558

    Your face is no longer just your face—it’s been augmented. At a football game, your face is currency, used to buy food at the stadium. At the mall, it is a ledger, used to alert salespeople to your past purchases, both online and offline, and shopping preferences. At a protest, it is your arrest history. At the morgue, it is how authorities will identify your body.

    Facial-recognition technology stands to transform social life, tracking our every move for companies, law enforcement, and anyone else with the right tools. Lawmakers are weighing the risks versus rewards, with a recent wave of proposed regulation in Washington State, Massachusetts, Oakland, and the U.S. legislature. In May, Republicans and Democrats in the House Committee on Oversight and Reform heard hours of testimony about how unregulated facial recognition already tracks protesters, impacts the criminal-justice system, and exacerbates racial biases. Surprisingly, they agreed to work together to regulate it.

    The Microsoft president Brad Smith called for governments “to start adopting laws to regulate this technology” last year, while the Amazon Web Services CEO Andy Jassy echoed those comments in June, likening the technology to a knife. It’s a less dramatic image than the plutonium and nuclear-waste metaphors critics employ, but his message—coming from an executive at one of the world’s most powerful facial-recognition technology outfits—is clear: This stuff is dangerous.

    But crucially, Jassy and Smith seem to argue, it’s also inevitable. In calling for regulation, Microsoft and Amazon have pulled a neat trick: Instead of making the debate about whether facial recognition should be widely adopted, they’ve made it about how such adoption would work.

    Without regulation, the potential for misuse of facial-recognition technology is high, particularly for people of color. In 2016 the MIT researcher Joy Buolamwini published research showing that tech performs better on lighter-skinned men than on darker-skinned men, and performs worst on darker-skinned women. When the ACLU matched Congress members against a criminal database, Amazon’s Rekognition software misidentified black Congress members more often than white ones, despite there being far fewer black members.

    This includes House Chairman Elijah Cummings, a Baltimore native whose face was also scanned when he attended a 2015 rally in memory of Freddie Gray, the unarmed black teenager who died of a spinal-cord injury while in police custody. The Baltimore Police Department used facial recognition to identify protesters and target any with outstanding warrants. Most of the protesters were black, meaning the software used on them might have been less accurate, increasing the likelihood of misidentification. Expert witnesses at the committee hearing in May warned of a chilling effect: Protesters, wary of being identified via facial recognition and matched against criminal databases, could choose to stay home rather than exercise their freedom of assembly.

    Microsoft and Amazon both claim to have lessened the racial disparity in accuracy since the original MIT study and the ACLU’s report. But fine-tuning the technology to better recognize black faces is only part of the process: Perfectly accurate technology could still be used to support harmful policing, which affects people of color. The racial-accuracy problem is a distraction; how the technology is used matters, and that’s where policy could prevent abuse. And the solution Microsoft and Amazon propose would require auditing face recognition for racial and gender biases after they’re already in use—which might be too late.

    In early May, The Washington Post reported that police were feeding forensic sketches to their facial-recognition software. A witness described a suspect to a sketch artist, then police uploaded the sketch to Amazon’s Rekognition, looking for hits, and eventually arrested someone. Experts at the congressional hearing in May were shocked that a sketch submitted to a database could credibly qualify as enough reasonable suspicion to arrest someone.

    Read: Half of American adults are in police facial-recognition databases

    But Jassy, the Amazon Web Services CEO, claimed that Amazon has never received a report of police misuse. In May, Amazon shareholders voted down a proposal that would ban the sale of Rekognition to police, and halt sales to law enforcement and ICE. Jassy said that police should only rely on Rekognition results when the system is 99 percent confident in the accuracy of a match. This is a potentially critical safeguard against misidentification, but it’s just a suggestion: Amazon doesn’t require police to adhere to this threshold, or even ask. In January, Gizmodo quoted an Oregon sheriff’s official saying his department ignores thresholds completely. (“There has never been a single reported complaint from the public and no issues with the local constituency around their use of Rekognition,” a representative from Amazon said, in part, in a statement to Gizmodo.)

    #Reconnaissance_faciale #Libertés #Espace_public #Etat_policier

  • Drug Sites Upend Doctor-Patient Relations: ‘It’s Restaurant-Menu Medicine’ - The New York Times
    https://www.nytimes.com/2019/04/02/technology/for-him-for-hers-get-roman.html

    On the sites, people self-diagnose and select the drug they want, then enter some personal health and credit card information. A doctor then assesses their choice, with no in-person consultation. If approved, the medicine arrives in the mail days or weeks later.

    The sites invert the usual practice of medicine by turning the act of prescribing drugs into a service. Instead of doctors making diagnoses and then suggesting treatments, patients request drugs and physicians serve largely as gatekeepers.

    Much like Uber, which argues that it is not a transportation company even as it connects drivers and passengers, the drug sites argue that they are tech platforms, not health providers. The sites connect consumers — and often process their payments — to doctors who may prescribe drugs and pharmacies that can ship the medications.

    To comply with state laws, the doctors work for separate companies that cater to the sites. The doctors are typically paid for each health consultation, or by the hour, not the number of prescriptions written. The sites generate revenue for themselves by charging service or processing fees to consumers, the doctors or both.

    The new wave of sites that market drugs directly to consumers began popping up several years ago, promising to streamline medical care with software.

    Several gained traction with cheeky TV commercials, billboard ads and social media feeds featuring sexual imagery like cactuses. They use slick packaging, wrapping doses of Viagra in condom-size envelopes or sending chocolate along with birth control pills.

    The premise is so attractive to investors that Hims and Ro have raised nearly $100 million each. They have also tapped experts for advice, including Dr. Joycelyn Elders, a former surgeon general who is a medical adviser to Ro, and men’s health specialists at leading hospitals.

    Dr. Elders said she had signed on to advise Ro to promote accurate information about sexual health.

    The Food and Drug Administration generally prohibits pharmaceutical companies from marketing medicines for unapproved uses, as they have not been federally vetted for safety and effectiveness. Over the last decade, Pfizer and Johnson & Johnson have each paid fines of more than $2 billion to settle government charges of illegally marketing unapproved drug uses.

    Doctors are permitted to practice medicine as they see fit, including prescribing drugs for unapproved uses. Mr. Ip of Kick noted that doctors regularly prescribed propranolol to treat anxiety.

    #Big_pharma #Médecine #Pharmacie #Internet #Le_fric_avant_tout

  • SNP Saison 2 épisode 11 Invites : Joy Slam, Tom Swordz, Ombra & Snooba - SNP Saison 2 épisode 11 Invites : Joy Slam, Tom Swordz, Ombra & Snooba
    http://www.radiopanik.org/emissions/saturday-night-panik/snp-saison-2-episode-11

    Demain on est le 1er week end de Mars ! C’est partie pour un samedi de folie avec SNP sur les ondes du 105.4 FM ! Plusieurs invités au programme

    En exclusivité dans les Studios

    Joy Slam qui nous fera le plaisir de présenter son nouvel album : L’art de la joie, sortie prévue pour le 8 Mars 2018 ! avec concert prévue au VaarKapoen, Rue de l’école 76, 1080 Molenbeek

    https://www.facebook.com/events/2065913266821639

    L’interview de Joy Slam juste ici : https://youtu.be/NgZLsPfiKqc

    Découvrez son premier album Tram 25 : https://itunes.apple.com/be/album/tram25/1251891252?l=fr

    Découvrez son second album L’art de la joie ici : https://itunes.apple.com/be/album/lart-de-la-joie/1455146648?l=fr

    Facebook : https://www.facebook.com/joyslambe

    Tom Swordz : Le scratcheur fou pour le SNP (...)

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/saturday-night-panik/snp-saison-2-episode-11_06334__0.mp3

  • Trump starts fundraising minutes after his first primetime Oval Office address – Alternet.org
    https://www.alternet.org/2019/01/trump-starts-fundraising-minutes-after-his-first-primetime-oval-office-add

    Non, mais on vit où là ?
    Ainsi donc Trump constitue un fichier des « vrais américains » qui payent pour construire son mur... que fera-t-on des autres demain ?

    The Trump presidency has been little more than an extension of his presidential campaign, starting when he filed papers for re-election the day he was sworn in to office.

    So perhaps it comes as no surprise that literally minutes after delivering his first primetime Oval Office address to the nation on what he labeled the “crisis” at the border, Trump was fundraising off his speech.

    A primetime address from the Oval Office is generally reserved for the absolute, most important events in a president’s time in office. It is literally an attempt to place the weight and magnitude of the entire presidency in view of the American people, in order to convey the extreme magnitude of the President’s speech and the issue at hand.

    President John F. Kennedy addressed the nation on the Cuban Missile Crisis from the Oval Office.

    President Ronald Reagan spoke to comfort the nation from the Oval Office after the Challenger space shuttle disaster.

    President George W. Bush addressed the nation from the Oval Office the night of the 9/11 terrorist attacks.

    President Barack Obama used the Oval Office to address the nation on the Deepwater Horizon oil spill.

    None of them fundraised off their speeches.

    On Tuesday night, about 15 minutes after President Trump finished his speech, likely thousands if not millions of supporters received a text asking them to “Donate to the Official Secure the Border Fund NOW.”

    MSNBC’s Joy Reid posted a screenshot of the text:

    If that weren’t enough, Trump sent a fearmongering fundraising email, trashing Democratic leaders and urging supporters to donate half a million dollars by 9 PM, the time of his speech. The email was sent around 5:30 PM.

    “Drugs are poisoning our loved ones,” it reads. “MS-13 gang members are threatening our safety.” “Illegal criminals are flooding our nation,” it warns.

    “I want to make one thing clear to Chuck Schumer and Nancy Pelosi: Your safety is not a political game or a negotiation tactic!”

    If these scare tactics weren’t enough, Trump used high-pressure tactics to eek every dime out of his supporters – many of whom are low income earners or retirees.

    “I want to know who stood with me when it mattered most so I’ve asked my team to send me a list of EVERY AMERICAN PATRIOT who donates to the Official Secure the Border Fund,” the email reads.

    In other words, the President of the United states is saying if you don’t send him money, you’re not a patriotic American. And he’s taking names. Literally.

    “Please make a special contribution of $5 by 9 PM EST to our Official Secure the Border Fund to have your name sent to me after my speech.”

    The Official Secure the Border Fund is not a fund that will actually secure the border. It’s just Trump’s re-election campaign fund.

    Here’s the email:

    #Trump #Fichier

  • Joyeux Noël à toutes et à tous
    https://www.crashdebug.fr/diversifion/15406-joyeux-noel-a-toutes-et-a-tous

    Chers lecteurs et chers lectrices,

    Je prends ma plume pour vous envoyer mes plus tendres pensées en ce jour de réveillon. Malgré cette période un peu tendue, j’espère que vous y trouverez un peu d’accalmie. Le fait que la période soit dure, permet aussi de se recentrer sur l’essentiel. Avant d’être symbolisé par des cadeaux, Noël est avant tout une fête religieuse célébrant la naissance du Christ. Nul n’a accès au Père sans passer par lui, aussi c’est le bon moment pour passer quelques temps en famille et se retrouver.

    Moi même, ma femme et toute l’équipe de Crashdebug, Chalouette, le Contributeur anonyme, et Gâchette, Nous vous souhaitons un joyeux réveillon, en ce qui nous concerne peu de news je pense today sur le blog, mais on avisera (le père Noël doit préparer le cadeau de Chalouette)

    Fraternellement, (...)

    #En_vedette #Divers

  • Une juge néerlandaise autorise l’abattage de 1.800 cerfs Aubry Touriel - Daardaar
    https://daardaar.be/rubriques/societe/une-juge-neerlandaise-autorise-labattage-de-1-800-cerfs

    Dans la province néerlandaise de Flevoland, une juge a donné l’autorisation de tuer 1.800 cerfs. Les autorités provinciales estiment qu’il y a trop de cerfs et qu’il faut garder la population des cervidés sous contrôle. Elles veulent ainsi atteindre le nombre de 490.

    La réserve naturelle d’Oostvaardersplassen est un polder d’une superficie de 60 km2 près de Lelystad, à 50 km d’Amsterdam. Elle n’existe que depuis 1986 lorsque les Pays-Bas ont décidé d’assécher une partie du lac d’Ijssel (Ijsselmeer) pour la reconquête de la terre sur la mer. Notez, en passant, que 17 % de la superficie des Pays-Bas sont des polders.

    Cet espace naturel est un refuge important pour les oiseaux migrateurs. De grands herbivores ont également été implantés dans la zone naturelle pour garder le secteur le plus dégagé possible, ce qui est bénéfique pour l’habitat des oiseaux aquatiques. Les chevreuils, chevaux konik et cerfs y côtoient les animaux à plumes.

    Manque de nourriture
    Seulement, il y a énormément de cerfs dans le polder : 2320 selon un recensement en octobre. Pour la province, en charge de la gestion du territoire, c’est beaucoup trop : elle veut réduire la population à 490 avant l’hiver. Les autorités veulent de la sorte éviter une situation comme celle de l’hiver dernier où près de la moitié des cervidés sont morts en raison d’un manque de nourriture.

    Six organisations de défense de l’environnement sont alors allées devant le juge pour empêcher l’abattage des animaux. Et le verdict de la juge Braeken est tombé lundi : « avec 490 cerfs, on peut encore parler d’une population robuste ». La province a obtenu gain de cause.

    Ce qui ne plait pas à Harm Niesen de la fondation Faunabescherming (protection de la faune). « La province veut atteindre un nombre beaucoup moins élevé de cerfs, mais c’est déjà fait cette année. La moitié des cerfs sont déjà morts l’hiver dernier« , a-t-il déclaré lors d’un reportage de Terzake (VRT). https://www.vrt.be/vrtnu/a-z/terzake/2018/terzake-d20181119.ch.29a4f5c6-6f87-445c-b63f-d26bed5e4e7e

    Pour lui, cela veut dire qu’il y a plus de nourriture disponible que l’année passée à la même époque. Avant de rajouter : « En d’autres mots, il n’y a aucun risque d’être à nouveau confronté à une vague de morts provoquée par un manque de nourriture. »

    Il reste cependant encore un obstacle avant le début de l’abattage des 1.800 animaux : une procédure en référé spécifiquement de l’octroi de permis de chasse est en cours. Dans une dizaine de jours, le verdict sera connu. D’ici là, les chasseurs devront encore laisser leur fusil au placard.

    La suite de : https://seenthis.net/messages/687100
    Débat aux Pays-Bas : faut-il laisser les animaux d’une réserve naturelle mourir de faim ? RTBF - Belga - 16 Avril 2018


    #Pays-Bas #cervidés #régulation #réserve_naturelle #environnement

    • DaarDaar  : La presse flamande traduite en français. https://daardaar.be
      Ce site (plutôt consensuel) rencontre des difficultés financières. _

      En mai 2015, DaarDaar a lancé un site dont l’objectif est de « jeter des ponts entre les communautés linguistiques de notre pays en publiant (quotidiennement et gratuitement) des traductions françaises d’articles et d’éditoriaux provenant des médias flamands ».

      Comme de nombreux médias, DaarDaar a des difficultés à assurer sa stabilité financière. Même si l’équipe est constituée de 10 citoyens bénévoles, elle fait appel à des traducteurs professionnels qu’elle rémunère, tout en payant des droits d’auteur.

      Au niveau financier, le projet bénéficie de subventions publiques et a aussi récolté des dons. Après avoir investi l’intégralité des dons reçus des lecteurs dans le fonctionnement du site, DaarDaar a épuisé la quasi-totalité des aides et subventions publiques auxquelles l’organisation avait droit. C’est pour cette raison que l’équipe lance un appel à contributions.

      "Cette campagne est aujourd’hui nécessaire car nous n’avons tout simplement plus d’argent, et que le site risque réellement de disparaître du paysage médiatique. Notre objectif est de pouvoir continuer à offrir au public des articles de la presse flamande en français, tout en suivant parallèlement notre formation « Seeds » chez Coopcity, qui doit nous permettre d’élaborer un modèle pérenne", explique Joyce Azar, rédactrice en chef et co-fondatrice du projet. 

      Lettre de soutien
      Alerté par la situation critique de ce média unique en son genre, l’écrivain et humoriste Thomas Gunzig a écrit une lettre de soutien intitulée https://daardaar.be/rubriques/pourquoi-daardaar-ne-peut-pas-disparaitre « Pourquoi DaarDaar ne doit pas disparaître ». Une vingtaine d’autres personnalités belges comme Jaco Van Dormael, Bert Kruismans et David Van Reybrouck ont également signé cet appel. 

      « Nous sommes ravis de constater que le public est derrière nous, et que de nombreuses personnalités nous soutiennent aussi. Outre celles qui ont signé la lettre de Thomas Gunzig, d’autres, comme Alex Vizorek ou Guillermo Guiz, ont relayé l’appel sur les réseaux. Ce soutien est très important, car DaarDaar est aujourd’hui le seul média qui permet aux francophones de savoir ce qui se dit dans les journaux flamands », conclut Joyce Azar. 

      #Flamand #néerlandais #traduction

    • Enfin, il y eut la rencontre avec Howard Trafford, après que ce dernier eut placardé une petite annonce à l’Institut de technologie de Bolton (« Recherche personne désirant former un groupe et jouer Sister Ray [du Velvet Underground, ndlr] »). Après avoir découvert ensemble les Pistols sur scène, les deux décidèrent de former un groupe et, avant même de dénicher des musiciens pour les accompagner, entreprirent d’inviter les Londoniens à Manchester, pour le plaisir de les voir se produire à domicile et de faire leur première partie.

      Le concert eut finalement lieu le 4 juin 1976 au Lesser Free Trade Hall, une minuscule salle, sans les Buzzcocks, qui n’étaient pas prêts - mais avec mille fois l’effet escompté puisque dans la fosse se trouvaient les futurs incendiaires de Joy Division et The Fall. Ce week-end-là, les deux gamins dont la vie avait changé pour de bon décidèrent tout de même de changer de nom : Devoto pour Howard, Shelley pour Pete, qui choisit comme patronyme le prénom qu’il aurait eu s’il avait été une fille, et révéla sans doute, entre les lignes, sa bisexualité.

      Quelques mois plus tard, les Buzzcocks jouaient pour de vrai avec les Sex Pistols et se faisaient remarquer par leur génial priapisme musical.

      Enregistré en studio par Martin Hannett, autoproduit avec la somme de 500 livres (empruntées) par nécessité puisqu’aucun label indépendant n’existait encore à Manchester, le quatre-titres Spiral Scratch lança au Royaume-Uni presque à lui tout seul l’économie indie, fière de ses régionalismes et de son caractère décentré. Comme l’écrit Jon Savage dans England’s Dreaming, « le rôle de Spiral Scratch a été énorme […] ; son esthétique était parfaitement en adéquation avec les moyens de la production ». Et Manchester devint le deuxième épicentre du punk, avec ses propres groupes, labels, fanzines, et son esprit unique au monde.

      https://next.liberation.fr/musique/2018/12/07/pete-shelley-buzz-de-fin-pour-le-punk-anglais_1696716

  • Gender, Race and Power – AI Now Institute
    https://medium.com/@AINowInstitute/gender-race-and-power-5da81dc14b1b

    Over the past year, the AI Now Institute has been examining many of these political and historical intersections through our multi-year research program focused on gender, race, and power in AI. We will shortly publish a report and an academic paper with the first phase of research findings. In light of recent events, we wanted to provide a preview of some of our work as a contribution to the emerging movement and the discussion around it.

    (...)

    some of the things we’ve been reading of late:

    – Sara Ahmed, On Being Included: Racism and Diversity in Institutional Life.
    – Barriers to Equality in Academia: Women in Computer Science at MIT.
    – Joy Buolamwini, Amazon’s Symptoms of FML — Failed Machine Learning — Echo the Gender Pay Gap and Policing Concerns.
    – Catherine D’Ignazio and Lauren Klein, Data Feminism.
    – Mar Hicks, How to Kill Your Tech Industry.
    – Os Keyes, The Misgendering Machines: Trans/HCI Implications of Automatic Gender Recognition.
    – Susan Leavy, Gender Bias in Artificial Intelligence: The Need for Diversity and Gender Theory in Machine Learning.
    – Shaka McGlotten, Black Data, in No Tea No Shade: New Writings in Black Queer Studies.
    – Vidisha Mishra and Madhulika Srikumar, Predatory Data: Gender Bias in Artificial Intelligence, in Digital Debates — CyFy Journal 2017.
    – Joy Rankin, Tech-Bro Culture Was Written in the Code.
    – The Invisible Worker #1: The Platform Worker.

    (cf. l’article pour les liens)

    #data_feminism #AI #discrimination #sexisme #racism

    • Une amie me répond :

      Même si j’ai du mal à me sentir mal pour des cadres surpayés de chez Google, c’est vrai que les discriminations qu’il.elle.s subissent sont le reflet de celle dénoncées par #metoo, #BlackLivesMatter ... Je trouve juste dommage qu’il ne propose pas vraiment de solution et/ou de « way forward ».

      Parce que oui bien sur, qui est dans la pièce quand on design l’IA est important mais il a été prouvé de multiple fois que c’est loin d’être suffisant. Comme souvent, on dit qu’il y a un problème d’éthique et qu’il faut se poser les bonnes questions pour y répondre et on s’arrête là comme si ça suffisait. Comme si on avait le temps d’y réfléchir et que le problème ne se poserait que dans le futur alors qu’en fait ça fait déjà plusieurs années que des gens travaillent sans se poser les questions en se disant quelqu’un finira par y répondre.

  • Ultime surréaliste, intime connaisseuse de Sade, son cinglant essai sur l’art contemporain, qui vient de sortir chez Stock, a été refusé par Gallimard
    Annie Le Brun : grande dame, d’un bloc Marie-Dominique Lelièvre - 5 Septembre 2018 - Le nouveau magazine littéraire
    https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/idees/grande-dame-d-un-bloc

    Aussitôt qu’on franchit le seuil, on tangue sur la pente d’un plancher gauchi par le poids du papier. Portant le plafond, des murs de livres grimpent en rangs serrés, et dans toutes les pièces en vue. Mince comme une badine, Annie Le Brun au premier regard intimide, à cause d’une intelligence crépitante, et parce qu’on la sait lectrice de Sade, auteur qui fout les jetons. Puis deux yeux de chat couleur limon vous cueillent, et tout s’arrange. « Annie est une oeuvre d’art, a prévenu l’anthropologue Paul Jorion. J’aime beaucoup la regarder. » Sous les paupières délicatement fardées, un regard pailleté, pénétrant et amusé, des yeux de vigie qui voient tout. Un peu trop, puisque son éditeur, Gallimard, lui a demandé d’aller éditer ailleurs son Ce qui n’a pas de prix, essai majuscule sur l’art contemporain.

    Sentinelle en colère – une saine colère –, Annie Le Brun a écrit un livre violent – une saine violence. Si les manifestes sont souvent enfumés de moralisme et de rhétorique, son essai précis et concret nomme les prédateurs de l’art contemporain, Bernard Arnault, par exemple, le milliardaire qui possède tout, même des actions chez Gallimard, et qui décide de tous nos besoins, primaires (Carrefour), secondaires (LVMH), spirituels (fondations et musées).

    Si Annie Le Brun n’est pas la première à dénoncer cette négation de l’art qu’est l’art contemporain, elle réussit à en définir la nature et à le décrédibiliser définitivement. « Réalisme globaliste », ainsi qualifie-t-elle cette production manipulatrice qui privilégie la sidération (Koons, Hirst, Kapoor) et anesthésie les sensibilités. Tout se tient, dit-elle, tirant le fil secret qui lie le désordre écologique, la mode et l’art contemporain. Nourriture frelatée, camelote griffée et faux luxe des marques, ersatz de rébellion, air irrespirable et rêve asphyxié, elle fait le lien. Dans son essai, l’intraitable Annie Le Brun balance tout. L’endogamie du monde de l’art contemporain, des fondations privées aux Frac en passant par les musées et la critique, tous au service des encaisseurs d’un goût standardisé. « Annie a des fulgurances », dit l’homme d’affaires et collectionneur Alain Kahn-Sriber. Sa plume dévastatrice n’est dupe de rien, d’aucune illusion, d’aucune fausse révolution, d’aucune contrefaçon. Les plus petits détails, elle les note dans de jubilants paragraphes sur le conformisme, l’arrogance et l’exhibitionnisme des fausses rébellions bobo – barbe de trois jours, jean lacéré, tatouages.

    La laideur partout
    « Je suis pas un écrivain qui écrit », dit-elle drôlement. Elle prend la plume par nécessité, sous l’effet d’une colère ou de la passion. Torse d’enfant moulé dans un body en dentelle jaune fluo sur bas opaques, l’insoumise Annie porte une jupe en Pleats Please, ce plissé néo-Fortuny qui libère le mouvement. L’innovation poétique, pas le bling-bling du luxe industriel. « Annie est très sophistiquée », a prévenu Alain Kahn-Sriber. Au doigt elle porte un anneau en argent offert par le plasticien surréaliste Jean Benoît, un phallus qui se mord la queue. « Il y avait cette histoire d’enlaidissement du monde… », dit-elle. Un exemple parlant : le sac Vuitton épandu, dans sa version contrefaite ou pas, sur toute la planète. « Partout, les choses les plus violentes de la marchandisation. » Venise, Rio, Bogotá, Moscou, mais aussi dans les replis secrets du globe. « Une pollution nouvelle qui use nos paysages intérieurs. Une prise en otage qui me terrifie », dit-elle. L’été dernier, elle villégiature chez son frère Alain, archéologue réputé, dans la partie nord de Chypre. Un jour, dans un village reculé, que voit-elle ? Des contrefaçons Vuitton sur le marché et des villageois qui les achètent. La laideur partout. Petit à petit, l’impossibilité de discerner le laid du beau. « Même pas des ersatz, mais une pollution qui avance. » La suffocante dictature des marques, « cette esthétique du marquage, image de la soumission heureuse », a gagné ce village perdu. « Quelque chose avait changé. Je fonctionne beaucoup à l’intuition. Je voyais les choses s’enlaidir, je n’arrivais plus à respirer », dit-elle.

    Libres de leur mouvement, des yuccas poussent devant les fenêtres en arabesques exubérantes, comme son écriture. « Annie Le Brun tend par ses livres à délivrer la vie », a écrit le poète et auteur Mathieu Terence, autre insoumis. « Annie Le Brun, c’est la poésie continuée par d’autres moyens », ajoute-t-il. Pourquoi des poètes en temps de détresse ? demandait Hölderlin. Comme l’abeille, le poète est un pollinisateur. Incisif, il va au coeur des choses. S’il disparaît, le danger menace car ce guetteur envoie des signaux. « J’admire la grande rigueur de sa pensée, dit Étienne-Alain Hubert. Elle est un repère sur l’horizon des grands débats intellectuels. » Le grand spécialiste de Pierre Reverdy (un autre intraitable) admire la pensée sans compromis, le jaillissement perpétuel de la prose, la force de ses images. « La beauté d’aéroport », par exemple, dans son dernier livre. Une formule admirable qui doit beaucoup à Bernard Arnault, puisque LVMH est aussi propriétaire du groupe Duty Free Shoppers (DFS).

    Si « l’homme le plus riche de France » qui veut devenir « l’homme le plus riche du monde » ne lui fait pas peur, c’est que cette grande dame n’a jamais craint d’être pauvre. « Je vivais avec Radovan Ivšic. » Le poète croate, interdit deux fois, par l’occupant nazi puis par le régime socialiste de Tito, n’avait pas peur de grand-chose. « Nous vivions de ce que nous appelions des petits boulots : traducteurs, relecteurs d’imprimerie, rewriter. Il y avait plus de hauts que de bas… Voyez la bibliothèque : des caisses d’oranges que nous ramassions sur les marchés. » Des cageots Pedro Perez, oranges de Séville. « Seule, je ne sais si j’aurais pu vivre ainsi. J’ai peur que non. Mais Radovan était une espèce de sauvage, il avait une sorte de confiance. Pour moi c’était formidable. »

    Intransigeante et souveraine, elle refuse les situations stables, prof par exemple. « Je viens d’une famille moyenne, mon père était commerçant, ma mère professeur. Je ne voulais pas participer de ce monde-là. Une sorte d’impossibilité. » Devant les questions personnelles, elle se dérobe. Va chercher la Vie de Rancé et lit : « Enfant de Bretagne, les landes me plaisent, leur fleur d’indigence est la seule qui ne se soit pas fanée à ma boutonnière. » Annie Le Brun est un mystère qui se soustrait. Sa personnalité est difficile à définir. « Ce qu’elle a dit de sa famille justifie ce qu’elle est », ajoute Alain Kahn-Sriber, énigmatique. « Une famille à 200 % conformiste fait surgir le "non" chez l’enfant curieux. Annie Le Brun, c’est l’intelligence insolente de l’enfant rebelle, qui refuse de prendre pour argent comptant ce que le parent ignorant lui raconte », dit Paul Jorion. Surprenante amitié que celle qui lie la dernière des surréalistes, nourrie de poésie et d’art, avec l’économiste-anthropologue-psychanalyste, ancien élève de Lacan. Deux visionnaires qui s’augmentent l’un l’autre. « Nous déjeunons au Vaudeville, à la Coupole, au Terminus Nord. Nos conversations durent entre quatre et six heures… » Ces deux curieux insatiables ne débattent pas, mais partagent de l’information. « À nous deux, nous élaborons un puzzle qui est une représentation du monde. À chaque rencontre, nous ajoutons deux ou trois pièces. » Des rendez-vous jubilatoires : « Nous rions de ce monde désespérant. »

    Garbo punk
    Un été de 1963, encore étudiante à Rennes, Annie accompagne un ami à Saint-Cirq-Lapopie, où André Breton passe les derniers beaux jours de sa vie. Dans l’ancienne auberge des Mariniers, qu’il occupe, elle ne dit pas un mot, mais il la remarque et l’invite à lui rendre visite à La Promenade de Vénus, le café où se tiennent les réunions du groupe surréaliste. Chercher l’or du temps, c’est sans doute une quête à sa démesure. Dans le groupe, elle rencontre deux forts caractères qui vont beaucoup compter pour elle : Radovan et le peintre Toyen. « Radovan était un être étrange et bariolé, portant des cravates aux teintes extraordinaires. Un être comme on en rencontre peu, un romantisme, un mystère, un accent slave ajoutant au mystère », dit Alain Kahn-Sriber. Autour de Breton, Annie Le Brun se lie aussi avec les plasticiens québécois Mimi Parent et Jean Benoît ; la stèle funéraire brisée de ce dernier est posée sur un radiateur, chez elle. « Une liberté d’être et de raconter ce qui lui arrivait, avec humour. Pour montrer que les idées, c’est pas du papier, Jean Benoît s’était fait marquer au fer rouge du nom de SADE. » Lors de cette cérémonie, intitulée « Exécution du testament du marquis de Sade », Jean Benoît risquait sa peau. Cette saisissante manifestation artistique, qu’on nommerait aujourd’hui une performance, mais sans exhibitionnisme, se déroula dans l’intimité d’un appartement, chez la poète Joyce Mansour.

    Rue Mazagran, chez Annie Le Brun, le salon est habité par des oeuvres surréalistes : boîte de Mimi Parent, huile de Toyen, tableaux naïfs, meubles de Fabio De Sanctis. Tous des amis. « Dans le surréalisme, elle a pris les choses intéressantes », selon Raphaël Sorin, qui fut son éditeur en 1977, année punk. Cette année-là, cette bad bad girl, démolisseuse de faux-semblants, fait elle-même figure de punk à l’émission littéraire d’alors, « Apostrophes » de Bernard Pivot. Sans sommation, elle balance un cocktail Molotov au visage des néoféministes, sur le plateau : Lâchez tout, son pamphlet, édité au Sagittaire. « Contre l’avachissement de la révolte féministe avec Simone de Beauvoir, contre le jésuitisme de Marguerite Duras […], contre le poujadisme de Benoîte Groult, contre les minauderies obscènes d’Hélène Cixous, contre le matraquage idéologique du choeur des vierges en treillis et des bureaucrates du MLF, désertez, lâchez tout : le féminisme c’est fini. » Son oeil à infrarouge s’exaspère devant l’imposture du néoféminisme post-soixante-huitard qui s’approprie un siècle de combat des femmes, devant son corporatisme sexuel consternant. « Dans militantisme, il y a militaire. Je serai toujours du côté des déserteurs », écrit celle qui ne veut représenter qu’elle-même.

    Sombre, sophistiqué, délicat, son visage de Garbo punk reste impassible tandis que se déchaîne la riposte sur le plateau d’« Apostrophes ». « Elle tenait tête, sarcastique. Le retentissement fut extraordinaire », dit Raphaël Sorin. Calme, cette « âme insurgée » (selon Mathieu Terence) défend son propos en allumant des cigarettes à la chaîne. « Ce fut la première et la seule critique d’extrême gauche du féminisme », dit-elle aujourd’hui avec malice. Le lendemain, un bouquet de deux mètres est livré dans ce même appartement, « Ces fleurs étaient de Jean-Jacques Pauvert, dont les publications m’avaient nourrie. J’étais abasourdie. » L’éditeur s’incline devant une femme capable de parler contre la censure.

    Deux désobéissances viennent de se reconnaître. Débute une amitié passionnelle qui va engendrer une aventure littéraire des plus singulières. « L’homme de sa vie (intellectuelle) c’est Jean-Jacques Pauvert. Il avait tout lu, se souvenait de tout ce qu’il avait lu », dit Alain Kahn-Sriber. Elle, elle n’a pas froid aux yeux. Lui, cancre et ex-vendeur chez Gallimard, a entrepris de publier les oeuvres complètes de Sade, alors inédites, dans le garage de ses parents. Traîné en justice pour pornographie, suspendu de ses droits civiques, il a néanmoins achevé son entreprise, après qu’en 1958 la cour d’appel eut décidé que Sade était « un écrivain digne de ce nom ».

    Malade de Sade
    Comme Annie, Pauvert est venu à Sade par la face Apollinaire-les surréalistes. « Lecteur extraordinaire, il n’était pas un intellectuel. Il parlait des choses avec un sens de la poésie, avec humour, sans prétention », dit-elle. De temps à autre un sourire illumine le visage d’Annie Le Brun, comme un éclat de soleil dans une pièce sombre. En 1985, Pauvert lui commande une préface pour les seize volumes de l’édition de Sade. Elle accepte sans réfléchir, puis regrette, mais il est trop tard. Annie a lu Sade à 20 ans sous la tutelle des grands exégètes, Bataille, Blanchot. Cette lecture lui répugne. En 1985, elle décide de relire toute l’oeuvre, sans garde-corps cette fois. De le lire, lui. « Je l’ai approché à ma façon. Je l’ai pris à la lettre. Comme la poésie. » La grande expédition littéraire commence. En moins d’un an, elle a tout relu. Ce voyage, elle l’entreprend par le commencement, en poussant la porte du château de Silling. Corps et âme, elle pénètre dans les eaux noires des Cent Vingt Journées, « ce bloc d’abîme ». « C’était très étrange. Je dormais peu. J’étais… ailleurs. » Son trouble n’est pas seulement littéraire, mais sensuel. La pression érotique lui maintient la tête sous l’eau.

    À l’extérieur du château, Radovan, Pauvert et Alain Le Brun, son frère, forment son équipe d’assistance. « De temps à autre, je leur demandais : Suis-je folle si je pense ça ? Est-ce que je délire ? » Trois décennies plus tard, Annie Le Brun met de l’humour dans ce récit de voyage. « À la fin, j’étais très nue malade. Et cela se voit. Le 28 novembre 1985, alors qu’elle assiste à la première d’une pièce de théâtre de Radovan Ivšic en Croatie, une amie frappée par son aspect lui demande : « Que t’est-il arrivé ? » Son travail est terminé. Le 28 novembre 1785, Sade a achevé la mise au propre des Cent Vingt Journées de Sodome. Deux cents ans plus tard, ALB reprend l’avion pour remettre son manuscrit à Pauvert, qui assiste à un spectacle au Crazy Horse. À minuit, ils se retrouvent Chez Francis, place de l’Alma. Elle lui donne le texte, il retourne au Crazy Horse. À 6 heures du matin, coup de téléphone enthousiaste. Annie Le Brun n’est pas la première à lire Sade, mais, à partir de son aversion à le lire, la première à comprendre comment fonctionne cette machinerie. « Annie Le Brun a du génie. Comme l’extralucide André Breton, elle touche le noyau. Son Sade, ce n’est pas de l’érudition. Elle va très loin dans ce qu’elle restitue des émotions qu’ on éprouve à lire cette oeuvre. Ce qu’elle ose raconter est inouï », dit Raphaël Sorin, pourtant avare en compliments. Ainsi écrit-elle : « J’étais la proie d’un désir qui, d’être apparemment sans objet, me dépouillait même de ma nudité ».

    De l’atelier d’André Breton, Julien Gracq a écrit qu’il était un refuge contre tout le machinal du monde. La maison d’Annie Le Brun, avec ses objets d’art, ses livres, ses colliers de plume, ses plantes fantasques, est un refuge contre la marchandisation du monde. L’intelligence d’Annie Le Brun n’a jamais emprunté les autoroutes, et dans la vie, pareil, pas de métro, pas de bus, elle marche sur ses deux jambes montées sur semelles compensées. C’est une dame qui ne se transporte pas en commun. « Je ne sais pas où je vais mais je sais ce que je méprise », a-t-elle déclaré, cinglante. En la lisant, « on a la magnifique sensation que de l’avenir et du toujours sont encore possibles » (Mathieu Terence). On respire plus large.

    #censure #gallimard #edition #editions #livres #France #littérature #livre #art_contemporain #laideur #capitalisme #Art #Annie_Le_Brun

  • Ultra Pulpe
    http://www.nova-cinema.org/prog/2018/168-only-the-sky-is-the-limit/elina-lowensohn-ultra-pulpe/article/ultra-pulpe

    Bertrand Mandico, 2018, FR, super16 > video, VO FR ST ANG, 38’

    C’est au cœur d’un plateau de tournage à l’allure d’autre planète que se déroule Ultra Pulpe. Entrecoupé de collages oniriques, de manière réelle comme fantasmé, cette dernière création de Bertrand Mandico emprunte les ingrédients les plus sulfureux de la filmographie hallucinante du réalisateur de « Anthropophagus » et « Les Déchaînements pervers de Manuela ». Des intentions extravagantes, une fureur soit disant vulgaire et une volonté créatrice qui se personnifient dans l’homonyme féminisé Joy D’Amato (Elina Löwensohn) dirigeant une équipe majoritairement féminine. Telle la face du mandrill géant, sorte d’éclaireur et chef opérateur aux yeux jaunes, le film construit par flash une poésie fardée du bleu typique des années 80, déroulant un (...)

  • How the Media Portrays Black and White Drug Users Differently | Alternet
    https://www.alternet.org/how-media-portrays-black-and-white-drug-users-differently?src=newsletter10

    How the Media Portrays Black and White Drug Users Differently
    NYT’s sympathetic coverage of white moms struggling with opioids contrasts with its hysteria over “crack babies”
    By Joyce McMillan / Salon
    May 28, 2018, 5:14 AM GMT

    The lives of the women profiled in the story are complex and the writer makes great effort to mute her judgments and witness the mothers nurturing their children. Because of this thoughtful observing, the women are shown in their wholeness. But the writer also uses descriptors that highlight the whiteness of her subjects. She highlights Alicia’s blond hair, a flaxen-haired child, and another’s hazel eyes. In a way, this is as much a story about the redemptive power of whiteness as it is about opioid use.

    The New York Times, like many major publications that have reported on the opioid epidemic, has a history of covering societal drug use. Often, publications reference the differential response to the opioid epidemic and the way that race has influenced political response. Coverage of the opioid epidemic alludes to the “cultural overreaction” to the “crack baby” and the panic over crack use in general.

    They recall the dehumanization of black women and their children, who did not benefit from the gentle words of a famed novelist. It is apt that the light shone on the New York Times, a publication that proffered racist and sensationalized journalism depicting black people as sex-crazed cocaine addicts and black children born to mothers who used cocaine as broken and irredeemable. It is not hyperbolic to claim that the New York Times had a role in the creation of the modern war on drugs, one it now deems to be a failure.

    The New York Times and other major national publications fanned the flames of the drug war, and have now pivoted their coverage to protect white victims and whiteness. Telling stories in a way that allows people to exist beyond their drug use is not the issue; it should be standard practice. What is surprising is that the New York Times and other publications have not done the work of looking through the archives to see the harm they have caused historically and presently – especially the harm done to black mothers.

    Black motherhood is a high-risk endeavor and little empathy is given to those who fall short of societal expectations. The New York Times and other major media publications are not totally responsible for the systemic racism that leaves black motherhood at the societal fringe, but they are crucial part of the mechanism. I don’t know how the media can atone for their actions in shaping the narratives of the drug war, but acknowledging the harm they caused is a start.

    #Opioides #Racisme #Médias

  • Peter, Casey, Lewis Marinez, Courtney Maldonado, Wanda Robertson, Jane Floyd, Beth Jenkins, Wilbur Graves, Clay Frank, Alejandro Sharp, Joy et Iris Gordon m’ont écrit cette nuit pour me dire que mes photographies avaient besoin d’être retouchées, qu’il aurait du mourir d’une crise cardiaque s’il n’avait pas su reconnaître ces signes, qu’il était en train d’avoir une crise cardiaque qu’il a su arrêter à temps parce qu’il savait cela, que pendant la nuit toutes mes verrues pourraient disparaître en brossant ceci sur elles, que je peux me débarrasser de toutes mes verrues avant la fin du week-end (nous sommes jeudi matin), que Mark Cuban a quitté Le Réservoir des requins, que sur la chaîne de télévision ABC ils font la promotion d’un nouveau remède révolutionnaire qui pourrait me faire perdre 40 livres le mois prochain, que je peux faire rapidement repousser mes cheveux pour le jour de commémoration des morts au combat (c’est dans quatre jours maintenant, je vais finir par croire que c’est très mal poli d’aller honorer ses morts au combat en étant chauve), que depuis le premier avril (nous sommes le 24 mai), elle a perdu 20 livres, et que je pourrais me débarrasser de toute ma graisse avant le jour de commémoration des morts au combat (en plus, apparemment, cela est très mal vu aussi d’aller au monument aux morts avec des problèmes de surcharge pondérale).

    #les_poètes_du_spam

  • Une carte de la musique alternative - Pacha cartographie
    https://www.pacha-cartographie.com/musique-alternative

    Cette belle carte tracée telle un circuit imprimé nous présente les ramifications complexes de la musique alternative, des Smiths à Artic Monkeys !

    Pour Dorothy, le studio de design à l’origine de cette œuvre cartographique intitulée Alternative Love Blueprint – Une histoire de musique alternative, tout a commencé avec les Sex Pistols. Ou plus précisément, avec l’émission anglaise The Sex Pistols du 4 juin 1976 au Lesser Free Trade Hall de Manchester. Ce concert aujourd’hui mythique est devenu célèbre pour avoir compté dans sa maigre foule de spectateurs quelques ados qui créeront plus tard des groupes comme The Smith, Joy Division ou encore The Buzzcocks. La mode actuelle des « influenceurs » peut en prendre de la graine…

  • Une carte de la musique alternative - Pacha cartographie

    https://www.pacha-cartographie.com/musique-alternative

    Cette belle carte tracée telle un circuit imprimé nous présente les ramifications complexes de la musique alternative, des Smiths à Artic Monkeys !

    Pour Dorothy, le studio de design à l’origine de cette œuvre cartographique intitulée Alternative Love Blueprint – Une histoire de musique alternative, tout a commencé avec les Sex Pistols. Ou plus précisément, avec l’émission anglaise The Sex Pistols du 4 juin 1976 au Lesser Free Trade Hall de Manchester. Ce concert aujourd’hui mythique est devenu célèbre pour avoir compté dans sa maigre foule de spectateurs quelques ados qui créeront plus tard des groupes comme The Smith, Joy Division ou encore The Buzzcocks. La mode actuelle des « influenceurs » peut en prendre de la graine…

    exempel de #cartographie #visualisation #musique

    • @reka Alors certes l’ image est belle (si on peut dire les choses comme ça), mais peut-on vraiment la considérer comme une carte , je viens de passer cinq petites minutes à tenter de l’interpréter et je n’ai réussi à en tirer aucune information , si tant est que l’on puisse sur le sujet parler d’ informations, et, au contraire de nombreuses interrogations, comme, par exemple, Zappa, comme un tout petit truc de rien du tout, perdu dans un coin, sans relation réelle avec le reste (alors que je pense qu’il n’y a pas un seul des courants ici représentés qui n’ait été parodié et moqué par Zappa). Bref.

    • @philippe_de_jonckheere oui... Je suis d’accord. Je publie un peu vite sans approfondir, juste pour ne pas perdre les liens. Souvent ces tentatives sont intéressantes, mais sans doute publiées beaucoup trop vite. Avec Fil quand nous travaillons sur un sujet, on est enthousiastes et on veut publier tout de suite, puis on se rend compte des lacunes et des problèmes, on suspend en pensant qu’on va y travailler et on ne publie jamais :) Dans cette proposition de visualisation, il y a un potentiel, il faudrait juste améliorer le système en y intégrant des dimensions complémentaires.

  • Cartographic abstraction in contemporary art: seeing with maps (e-Book) - Routledge

    https://www.routledge.com/Cartographic-abstraction-in-contemporary-art-seeing-with-maps/Reddleman/p/book/9781315200064

    Quelques extraits sur :

    https://books.google.no/books?id=5W5ADwAAQBAJ&pg=PT3&lpg=PT3&dq=Routledge+Cartographic+abstract

    In this book, Claire Reddleman introduces her theoretical innovation “cartographic abstraction” – a material modality of thought and experience that is produced through cartographic techniques of depiction. Reddleman closely engages with selected artworks (by contemporary artists such as Joyce Kozloff, Layla Curtis, and Bill Fontana) and theories in each chapter. Reconfiguring the Foucauldian underpinning of critical cartography towards a materialist theory of abstraction, cartographic viewpoints are theorised as concrete abstractions. This research is positioned at the intersection of art theory, critical cartography and materialist philosophy.

    #cartographie #cartoexperiment #art #cartographie_et_art

  • Sarah, cet amour de jeune femme
    Tu ne peux pas être vraiment
    Ma fille ? Si ?

    Je la dépose
    C’est un peu de bonne humeur
    Que je dépose sur un trottoir pluvieux

    À mon travail
    Mon ordinateur connait des ratés
    Je blêmis, mes poèmes sont ses otages

    J’attends l’arrivée
    D’un collègue vraiment informaticien
    Mais pas très matinal

    Rendez-vous avec psy et psy d’Émile
    Leur intelligence supérieure
    De tous les enjeux, leur bienveillance

    C’est une chose de rester
    Devant un problème informatique
    C’en est une autre d’être en RDV avec psys

    Mon collègue
    M’a dépanné
    Ne sait pas à quel point !

    Déjeuner avec Clément et Juliette
    Lourds enjeux je fais attention
    L’intelligence de cette jeunesse

    Retour en open space
    L’écrivant je me dis
    Cela ferait un bon titre

    Échanges avec quelques collègues
    Qui rigolent à propos de mon caractère
    Réputé anguleux. J’ai une réputation, apparemment

    Réunion
    Je tente de faire valoir
    La Loi de Hofstadter

    Loi de Hofstadter : « Il faut toujours
    Plus de temps que prévu, même en tenant compte
    De la Loi de Hofstadter

    Je ne suis pas toujours
    Bien compris
    À mon travail !

    Je choppe Zoé au vol au théâtre
    Comme dans Taxi, Téhéran
    Tu vois ?

    Retour hilares à la maison
    Elle m’imite dans L’Étreinte
    Elle fait son vieux bonhomme

    Je demande une pause ? accordée
    Aux enfants pour me vider la tête
    Remplie de trucs d’ingénieur informatique

    Je fais une soupe
    Avec les restes de légumes de la semaine
    Pensée pour la soupe de Joyce Neimanas

    La soupe de Joyce
    S’épaississait au fur et à mesure de la semaine
    J’insistais pour travailler le vendredi

    Robert avait parfaitement compris
    Joyce a éclaté de rire quand Robert lui a expliqué
    Et que je n’ai pas infirmé : » True ! "

    Ces deux-là
    Que ne donnerais-je pas
    Pour être à nouveau à leur table !

    Reverrai-je Joyce un jour ?
    Robert, lui, parti depuis longtemps
    Et qui doit maintenant en faire de belles avec Bart Parker

    Je dispute deux parties d’échecs
    Contre un Émile
    Un peu déconcentré

    Je relis quelques passages
    De Raffut pris au hasard
    Pendant qu’il est trop tard

    #mon_oiseau_bleu

  • Une étude démontre les biais de la reconnaissance faciale, plus efficace sur les hommes blancs
    http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/02/12/une-etude-demontre-les-biais-de-la-reconnaissance-faciale-plus-efficace-sur-

    Lorsqu’il s’agit de reconnaître le genre d’un homme blanc, des logiciels affichent un taux de réussite de 99 %. La tâche se complique lorsque la peau d’une personne est plus foncée, ou s’il s’agit d’une femme. Les logiciels de reconnaissance faciale sont efficaces pour déterminer le genre d’une personne… à condition d’être un homme et d’avoir la peau blanche, à en croire une étude publiée jeudi 8 février sur le site du MIT Media Lab. A l’origine de cette étude, la chercheuse Joy Buolamwini du prestigieux (...)

    #Google #Microsoft #algorithme #biométrie #facial #discrimination #Massachusetts_Institute_of_Technology_(MIT) #IBM (...)

    ##Massachusetts_Institute_of_Technology__MIT_ ##Face++

  • ‘Migrants are more profitable than drugs’: how the mafia infiltrated Italy’s asylum system | News | The Guardian

    https://www.theguardian.com/news/2018/feb/01/migrants-more-profitable-than-drugs-how-mafia-infiltrated-italy-asylum-

    Crime families have cashed in on the ‘refugee industry’. By Barbie Latza Nadeau

    Thu 1 Feb 2018 06.00 GMT

    Joy, a young Nigerian woman, was standing in the street outside the sprawling, overcrowded Cara di Mineo reception centre for asylum seekers in central Sicily, waiting for someone to pick her up when I met her. It was late summer 2016, and the weather was still hot. She said she was 18, but looked much younger. She was wearing a faded denim jacket over a crisp white T-shirt and tight jeans, and six or seven strings of colourful beads were wrapped around her neck. A gold chain hung from her left wrist, a gift from her mother.

    As we spoke, a dark car came into view and she took a couple of steps away from me to make sure whoever was driving saw her, and saw that she was alone. There were a handful of other migrants loitering along the road. The approaching car didn’t slow down, so Joy came back over to me and carried on our conversation.

    The oldest of six children, Joy (not her real name) told me she had left her family in a small village in Edo state in Nigeria at the age of 15, and gone to work for a wealthy woman who owned a beauty salon in Benin City. She had since come to suspect that her parents had sold her to raise money for their younger children. “They probably had no choice,” she said as she looked down the road toward the thick citrus groves that hid the coming traffic.

    #italie #asile #migrations #prostitution

  • Migrants in Libya : Pushed away, pulled back

    As EU policies drive migrants away, Libyan authorities push them into dire detention centres. For some who reach Europe, it is worth the risk

    http://www.middleeasteye.net/fr/news/migrants-libya-pushed-back-pulled-back-409483752
    #pull-back #push-back #Libye #externalisation
    #renvois #expulsions #retour_au_pays #prostitution #asile #migrations #réfugiés #Nigeria #trafic_d'êtres_humains :

    Eight years ago, Joy was a teenager when she was offered a job as a nanny in London. In the event, she was flown by plane to Milan, and ordered to work off a nearly $60,000 debt as a sex worker.

    When Joy fled to what she thought was the safety of her home in southern Nigeria’s Edo State however, it turned out to be “hell”.

    “Returning was one of the worst things I could have done,” she said.
    Her local recruiters repeatedly threatened the lives of her family for cash. Joy’s uncle beat her, and sold her off to be married twice.

    Et qu’est-ce qu’elle fait Joy quelques années après ?

    Years later, she resolved to return to Italy for a better life, by land through Libya, with her eyes open. “Everyone knows the story about Libya,” she said. “We all know it is dangerous.”

    • Dopo la Libia, l’inferno è in Italia: le donne nigeriane di #Castel_Volturno

      A Castel Volturno le donne nigeriane arrivano dopo essere passate dalla Libia. Qui le aspetta la paura del «juju», la prostituzione nelle case chiuse, lo sfruttamento. Finché non finiscono di pagare il debito che hanno contratto per arrivare in Italia. Sara Manisera e Federica Mameli sono state a parlare con loro nelle «connection house» di Castel Volturno.

      http://openmigration.org/analisi/dopo-la-libia-linferno-e-in-italia-le-donne-nigeriane-di-castel-voltu

    • UNHCR expresses concern over lack of rescue capability in Mediterranean, but condones Libyan coast guard pull back operations

      While UNHCR rightly calls for a change in EU practices, it fails to acknowledge or address the serious problems with the Libyan coast guard’s pull back practices in Libyan territorial waters – practices enabled and funded by the EU. UNHCR’s latest statement on this subject condones EU-funded Libyan coast guard pull back practices.

      From Jeff Crisp (@JFCrisp): “A simple question for UNHCR and IOM: Should asylum seekers who leave Libya by boat have an opportunity to submit an application for refugee status elsewhere, rather than being summarily intercepted and forcibly returned to and detained in the country of departure? Because UNHCR’s global policy says: ‘persons rescued or intercepted at sea cannot be summarily turned back or otherwise returned to the country of departure, including in particular where to do so would deny them a fair opportunity to seek asylum.’”

      UNHCR’s statement: “UNHCR continues to be very concerned about the legal and logistical restrictions that have been placed on a number of NGOs wishing to conduct search and rescue (SAR) operations, including the Aquarius. These have had the cumulative effect of the Central Mediterranean currently having no NGO vessels conducting SAR. Should NGO rescue operations on the Mediterranean cease entirely we risk returning to the same dangerous context we saw after Italy’s Mare Nostrum naval operation ended in 2015 and hundreds of people died in an incident on the central Mediterranean Sea. UNHCR welcomes the rescue efforts of the Libyan Coast Guard (LCG), as without them more lives would have been lost. Nonetheless, with the LCG now having assumed primary responsibility for search and rescue coordination in an area that extends to around 100 miles, the LCG needs further support. Any vessel with the capability to assist search and rescue operations should be allowed to come to the aid of those in need. UNHCR reiterates that people rescued in international waters (i.e. beyond the 12 nautical miles of the territorial waters of Libya) should not be brought back to Libya where conditions are not safe. The largest proportion of deaths have been reported in crossings to Italy, which account for more than half of all deaths reported this year so far, despite Spain having become the primary destination of those newly arrived. More than 48, 000 people have arrived there by sea, compared to around 22,000 in Italy and 27,000 in Greece. There is an urgent need to break away from the current impasses and ad-hoc boat-by-boat approaches on where to dock rescued passengers. UNHCR reiterates that in recent months, together with IOM, we have offered a regional solution that would provide clarity and predictability on search and rescue operations.”

      https://migrantsatsea.org/2018/11/12/week-in-review-11-november-2018

  • Vivian Maier, la femme qui faillit ne jamais exister
    http://7lameslamer.net/vivian-la-femme-qui-faillit-ne-1416.html

    Le processus qui mène de l’ombre à la #lumière s’est amorcé dès 2007 mais il ne parviendra jamais à mettre la main sur #VivianMaier vivante. Ce n’est qu’en 2009 que l’étrange #destin de Vivian Maier se noue : on retrouve enfin sa trace mais elle vient de mourir, deux jours auparavant. Tout est en place pour que naisse une #légende, celle de Vivian Maier, #photographe de rue, dont l’oeuvre immense ne sera révélée qu’après sa mort.

    #photographie #JohnMaloof #femme

    • D’un autre côté, on peut aussi penser que cette histoire vraiment très belle est celle qui fait que l’on s’intéresse à un fond photographique qui, en fait, n’a rien d’exceptionnel.

      Quant à :

      Son nom désormais est une référence internationale et l’on ne manque pas, à chaque fois que l’on évoque ce parcours singulier, de citer d’autres femmes photographes : Tina Modotti, Germaine Krull, Cristina Garcia Rodero, Lisette Model, Sarah Moon, Bettina Rheims, Helen Levitt, etc

      On peut raisonnablement se demander si la personne qui a écrit cet article dispose de la moindre connaissance de l’histoire de la photographie pour nommer des exemples, à l’exception de Listte Lodel, aussi peu notables de femmes photographes : Diane Arbus, Barbara Crane, Mary-Ellen Mark, Cindy Sherman, Sally Mann, Joyce Neimanas, Barbara Kasten, Emmet Gowin, Imogen Cunningham, Margaret Bourke-White et donc, Lisette Model (qui sont les premières à me venir à l’esprit) forment un aéropage nettement plus convaincant. Ca sent un peu la reherche désespérée via google de quelques noms de femmes photographes.

    • Nous maintenons que son travail de photographe est exceptionnel. Par ailleurs, les femmes photographes que nous citons nous semblent parfaitement dignes d’être citées et Google n’a rien à voir là dedans. Chacun ses références. Les vôtres sont tout aussi pertinentes et il ne nous viendrait pas à l’esprit de prétendre que « ça sent la recherche désespérée via Google ».

    • Bon je relis mon message, je lui trouve des défauts sur la forme et je vous prie de m’en excuser. En revanche sur le fond, je me dis que je dois être bouché à l’émeri pour ne toujours pas comprendre depuis sept ou huit ans quel est l’intérêt de ce travail photographique qui est celui d’une amatrice éclairée et pas maladroite. Je ne discerne pas de point de vue dans ce travail. De même je n’y vois pas cette nécessité qui fait les oeuvres. Vivian Maier qui était sans doute une dame très gentille avec laquelle j’aurais sans doute aimé boire une bière sur Division, ou même allé me promener dans le Loop pour y prendre des photographies même, ne produit pas la moindre image surprenante, voire personnelle. Elle n’invente aucun code esthétique, aucun de ses tirages ne semble prendre le parti d’une lumière ou d’une autre (ceci dit je fais exactement le même reproche à Cartier-Bresson, et d’ailleurs je crois que je préfère les photographies de V.M. à celles de HCB) et, finalement, ses images sont très peu disantes, elles ne racontent pas vraiment un récit, sauf peut-être celui d’une femme qui avait trouvé le moyen remarquable de se désennuyer pendant ses dimanches. Dit comme ça cela peut paraître sévère, au contraire, je trouve que cela faisait d’elle a priori une bonne personne, même attachante, mais malheureusement pas une artiste, ce dont il est permis de douter que ce soit-là quelque chose à quoi elle aurait aspiré.

      Nombreuses de ses images sont contemporaines des Américains de Robert Frank ou du New York de William Klein, et pareillement à Chicago, au même moment, Harry Callahan, Aaron Siskin, Barbara Crane déjà ..., je sais c’est un peu tuer une mouche avec une masse, mais ce n’est pas, à mes yeux, et à mon entendement bouché à l’émeri, la découverte que l’on tente de vous faire accroire depuis 2009 (et si j’avais mauvais esprit je soupçonnerais beaucoup son découvreur de s’être copieusement employé à faire de ce corpus une oeuvre exagérée), ce n’est pas non plus Lee Friedlander découvrant les photographies de Bellocq pour prendre un exemple de ce genre de découvertes.

    • Je trouve votre position assez sévère mais cependant, je perçois à travers votre discours une vérité qui m’a également touché. Mais je reste tout de même impressionné par ces photos de rue dont certaines sont dans la veine d’un Weegee. C’est finalement l’histoire de cette femme qui rend son œuvre hors norme.

    • C’est finalement l’histoire de cette femme qui rend son œuvre hors norme.

      C’est exactement cela. Et cela ne fait pas une oeuvre. en soi ce n’est pas si triste. Viviain Maier a sans doute eu une existence pleine au sein de laquelle elle a trouvé les moyens d’une certaine émancipation et d’un certain bonheur avec la photographie pour laquelle elle avait des aptitudes largement égales à celles de nombreux photographes dont par ailleurs on nous rabat les oreilles.

      Vous avez des exemples pour ce qui est de la comparaison avec Weegee parce que là, j’avoue que je j’y aurais jamais pensé tout seul et je reste à convaincre ?

  • Joyce Karam, Writing In Abu Dhabi Daily, Fails To Mention #MEMRI VP Role For New Al-Hurra Head | The Mideastwire Blog
    https://mideastwire.wordpress.com/2017/08/06/joyce-karam-writing-in-abu-dhabi-daily-fails-to-mention-memri

    A startling oversight by Joyce Karam: Her piece from the Abu Dhabi owned daily fails to mention that the new head of #Al-Hurra, Alberto Fernandez – who is supposed to save the station from irrelevancy despite hundreds of millions in US taxpayer support over the years – is the former VP of MEMRI.org, set up by the IDF colonel Yigal Carmen. MEMRI of course is an extremely polemical translation and opinion shop in DC that (as but one major problem) only translates the most violent things Arabs and Muslims say or the most pro-American things they say. Indeed, MEMRI’s harmful limitations – and its corrosive effects on Beltway thinking – are precisely why we started Mideastwire.com 12 years ago.
     
    She writes simply: “Alberto Fernandez, who arrived at MBN following three decades at the US state department, agrees that Al Hurra has an identity problem….”
     
    To not mention the central MEMRI.org connection – and the evident problem of having a MEMRI warrior now heading Hurra – when posing the central question of whether Fernandez can save Hurra is quite an omission for the unknowing reader. Fernandez, interestingly has at least one financial and political connection/limitation directly related to the Abu Dhabi daily for which Karam writes: He is also a Non-Resident Fellow in Middle East Politics and Media at the TRENDS research and advisory center in Abu Dhabi, United Arab Emirates… which means owned and controlled by the royal court in AD.
     
    https://www.thenational.ae/world/the-americas/arabic-tv-station-al-hurra-should-have-rivalled-al-jazeera-but-has-yet-t

  • soundtrack du 19/06
    http://www.radiopanik.org/emissions/soundtrack-de-minuit/soundtrack-du-19-06-2

    A BREXIT special Playlist by guest programmer Stavros Fotiadis

    Politics - Karl Wallinger I’m Gonna Leave You - Melanie de Biasio I Envisage - Mick Harvey Ostia - Bonnie Prince Billy, Daau, Christine Ott Mon Petite Prince - Hannah Schygulla Gladio - Alcalica No Deal - Melanie de Biasio I Shall Take It Anyway - Poni Hoax When Your Mind’s Made Up - Glen Hansard and Marketa Irglova Tick Of The Clock - Momus Don’t Want You No More - Mano Negra Already Gone - Alexandros Perros and the Lone Stars European Son - The Velvet Underground

    Photograph from tne film Brief Encounter, a 1945 British film directed by David Lean with Celia Johnson, Trevor Howard, Stanley Holloway and Joyce Carey. The screenplay is by Noël Coward, based on his 1936 one-act play Still Life and (...)

    http://www.radiopanik.org/media/sounds/soundtrack-de-minuit/soundtrack-du-19-06-2_03770__1.mp3