person:juan carlos

  • Chinese Surveillance Complex Advancing in Latin America

    In February, 2019, in a story that went almost unnoticed in Washington, the small South American nation of #Uruguay began installing the first of 2,100 surveillance cameras, donated by the People’s Republic of China to improve control of its borders with neighboring Argentina and Brazil.

    The move highlights the significant deepening of the Uruguay-PRC relationship over the last decade, including their establishment of a “Strategic Partnership” in October 2016, and the signing of a memorandum of understanding in August 2018 for Uruguay to join China’s Belt and Road initiative (despite being about as far from the PRC as is geographically possible).

    Beyond Uruguay, the development also highlights a little-discussed but important dimension of China’s advance: its expanding global sales of surveillance and control technologies. Although the press and U.S. political leadership have given significant attention to the risks of employing Chinese telecommunications companies such as Huawei the equally serious but newer issue of expanding sales of Chinese surveillance systems has been less discussed.

    The installation of Chinese surveillance systems, acquired through PRC government donations or commercial contracts, is a growing phenomenon in Latin America and elsewhere.

    Such systems began to appear in the region more than a decade ago, including in 2007, when then mayor of Mexico City (now Mexican Foreign Minister) Miguel Ebrard returned from a trip to the PRC with a deal to install thousands of Chinese cameras to combat crime in the Mexican capital. More recent examples include ECU-911 in Ecuador, a China-built national system of surveillance and communication initially agreed to by the administration of anti-U.S. populist president Rafael Correa. The system, which has expanded to currently include 4,300 cameras and a command center manned by thousands of Ecuadorans, has been built almost completely from Chinese equipment, designed for a range of otherwise noble purposes from emergency response and combatting crime, to monitoring volcanoes. Bolivia boasts a similar Chinese built system, albeit more limited in scope, BOL-110, in addition to hundreds of surveillance cameras donated by the PRC to at least four of Bolivia’s principal cities.

    In Panama, which abandoned Taiwan to establish relations with the PRC in 2017, the government of Juan Carlos Varela has agreed to allow Huawei to install a system of cameras in the crime-ridden city of Colon and the associated free trade zone. Not by coincidence, in July 2019, Hikivision, China’s largest producer of surveillance cameras, announced plans to set up a major distribution center in Colon to support sales of its products throughout the Americas.

    In northern Argentina, near where the Chinese are developing a lithium mining operation and constructing the hemisphere’s largest array of photovoltaic cells for electricity generation, the Chinese company ZTE is installing another “911” style emergency response system with 1,200 cameras.

    In Venezuela, although not a surveillance system per se, the Chinese company ZTE has helped the regime of Nicholas Maduro implement a “fatherland identity card” linking different kinds of data on individuals through an identity card which allows the state to confer privileges (such as rationing food) as a tool for social control.

    As with sectors such as computers and telecommunications, the PRC arguably wishes to support the global export of such systems by its companies to advance technologies it recognizes as strategic for the Chinese nation, per its own official policy documents such as Made In China 2025.

    The risks arising from spreading use of Chinese surveillance equipment and architectures are multiple and significant, involving: (1) the sensitivity of the data collected on specific persons and activities, particularly when processed through technologies such as facial recognition, integrated with other data, and analyzed through artificial intelligence (AI) and other sophisticated algorithms, (2) the potential ability to surreptitiously obtain access to that data, not only through the collection devices, but at any number of points as it is communicated, stored, and analyzed, and (3) the long-term potential for such systems to contribute to the sustainment of authoritarian regimes (such as those in Venezuela, Bolivia, Cuba, and formerly Ecuador) whose corrupt elites provide strategic access and commercial benefits to the Chinese state.

    The risk posed by such Chinese architectures is underestimated by simply focusing on the cameras and sensors themselves.

    Facial and other recognition technologies, and the ability to integrate data from different sensors and other sources such as smartphones enables those with access to the technology to follow the movement of individual human beings and events, with frightening implications. It includes the ability to potentially track key political and business elites, dissidents, or other persons of interest, flagging possible meetings between two or more, and the associated implications involving political or business meetings and the events that they may produce. Flows of goods or other activities around government buildings, factories, or other sites of interest may provide other types of information for political or commercial advantage, from winning bids to blackmailing compromised persons.

    While some may take assurance that the cameras and other components are safely guarded by benevolent governments or companies, the dispersed nature of the architectures, passing information, instructions, and analysis across great distances, means that the greatest risk is not physical access to the cameras, but the diversion of information throughout the process, particularly by those who built the components, databases and communication systems, and by those who wrote the algorithms (increasingly Chinese across the board).

    With respect to the political impact of such systems, while democratic governments may install them for noble purposes such as crimefighting and emergency response, and with limitations that respect individual privacy, authoritarian regimes who contract the Chinese for such technologies are not so limited, and have every incentive to use the technology to combat dissent and sustain themselves in power.

    The PRC, which continues to perfect it against its own population in places like Xinjiang (against the Uighur Muslims there), not only benefits commercially from selling the technology, but also benefits when allied dictatorships provide a testing ground for product development, and by using it to combat the opposition, keeping friends like Maduro in power, continuing to deliver the goods and access to Beijing.

    As with the debate over Huawei, whether or not Chinese companies are currently exploiting the surveillance and control systems they are deploying across Latin America to benefit the Chinese state, Chinese law (under which they operate) requires them to do so, if the PRC government so demands.

    The PRC record of systematic espionage, forced technology transfer, and other bad behavior should leave no one in Latin America comfortable that the PRC will not, at some point in the future, exploit such an enormous opportunity.

    https://www.newsmax.com/evanellis/china-surveillance-latin-america-cameras/2019/04/12/id/911484

    #Amérique_latine #Chine #surveillance #frontières #contrôles_frontaliers #Argentine #Brésil
    ping @reka

  • Venezuela : articles du Monde sur les événements du week-end.
    (notez que dans les deux premiers « factuels », l’incendie des camions provoqué par les cocktails Molotov n’est pas même mentionné alors qu’il saute aux yeux sur la photo d’ouverture qui laisse même penser à un pillage en règle…)

    Aux frontières du Venezuela, scènes de confusion et de violences
    25/02, 15h28-15h35
    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/25/aux-frontieres-du-venezuela-scenes-de-confusion-et-de-violences_5428069_3210


    A 15 km au nord [du pont international Simon Bolívar], un camion d’aide humanitaire a été bloqué puis vidé sur le pont Francisco-de-Paula-Santander, qui relie la Colombie et le Venezuela.
    FERNANDO VERGARA / AP

    Des centaines de Vénézuéliens se sont mobilisés ce week-end aux frontières brésilienne et colombienne, mais les camions d’aide humanitaire sont restés bloqués par les forces de sécurité. Les anti-Maduro attendent, eux, qu’une directive d’action soit donnée.
    […]
    Il s’agit des fameux colectivos (« collectifs ») mis en place par Hugo Chavez et développés par Nicolas Maduro. Ces groupes de civils armés ont fait régner la terreur pendant plusieurs heures, samedi, à la frontière avec la Colombie. Mais il n’y a pas eu de mort.

    Les services migratoires colombiens ont par ailleurs confirmé, dimanche, que 156 membres des forces armées vénézuéliennes avaient déserté en quarante-huit heures. Une victoire à relativiser pour l’opposition, alors que les forces de sécurité vénézuéliennes comptent plus de 350 000 membres.

    Note : El Nacional (d’opposition) n’a mentionné nulle part l’intervention de collectivos, mais parle d’affrontements avec la police et la garde nationale (bien présentes sur les photos).

    =====================

    Escalade de violence aux frontières du Venezuela
    25/02, 17h57 (intégralité de l’article accompagnant une vidéo)
    https://www.lemonde.fr/international/video/2019/02/25/escalade-de-violence-aux-frontieres-du-venezuela_5428134_3210.html

    Depuis le samedi 23 février, la situation est toujours tendue aux frontières vénézuéliennes. Les violences ont fait au moins quatre morts et plus de 300 blessés.

    De l’aide humanitaire bloquée aux frontières vénézuéliennes : la situation dure depuis plusieurs jours et samedi 23 février la situation s’est tendue. Le président autoproclamé, Juan Guaido, avait donné au président officiel, Nicolas Maduro, jusqu’à cette date pour laisser entrer au Venezuela des camions de vivres et de médicaments. Refus catégorique du président en place. Les partisans de Guaido ont ainsi été violemment repoussés par les forces de sécurité, toujours fidèles à Nicolas Maduro.

    Gaz lacrymogènes, incendies, jets de projectiles, barricades… les violences ont fait au moins quatre morts et plus de 300 blessés, selon l’ONU. Du côté des forces de sécurité, les désertions se sont malgré tout multipliées. Face à une dangereuse escalade, Juan Guaido a demandé à la communauté internationale de considérer « toutes les options » pour résoudre la crise qui touche le pays.

    • Devant l’échec manifeste de l’effondrement du gouvernement Maduro que le buzz pré-23F laissait espérer, les appuis internationaux de Guaidó prennent un peu de marge…

      Après les bravades, le Brésil tente de calmer le jeu au Venezuela
      25/02, 11h21
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/25/apres-les-bravades-le-bresil-tente-de-calmer-le-jeu-au-venezuela_5427950_321


      Le vice-président brésilien Hamilton Mourao, à Brasilia le 21 février 2019.
      SERGIO LIMA / AFP

      La présidence brésilienne appelé la « communauté internationale » à reconnaître massivement le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido.

      Après les violents heurts du samedi 23 février, le président brésilien, Jair Bolsonaro, a fait l’effort d’écrire un Tweet en espagnol pour soutenir les Vénézuéliens, qui se sont battus parfois au prix de leur vie afin de déstabiliser un Nicolas Maduro basculant chaque jour un peu plus dans l’autoritarisme. « Courage à nos frères vénézuéliens. Dieu est aux commandes », a déclaré le leader de l’extrême droite brésilienne.
      […]
      De la part du chef d’Etat brésilien comme de son ministre des affaires étrangères, Ernesto Araujo, habituellement prompt aux envolées belliqueuses envers le Venezuela de Maduro, ce ton diplomatique détonne.

      Marquant l’embarras du président brésilien, le propos atteste du changement de position du pays face à une crise à l’issue incertaine. Hier prêt à jouer les protagonistes alliés à « 100 % » avec les Etats-Unis pour en finir avec un chavisme honni, le géant d’Amérique

      #paywall

      =======================

      Venezuela : même s’il est anti-Maduro, le « groupe de Lima » ne veut pas d’usage de la force
      25/02, 22h12, mis à jour 26/92, 06h54
      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/02/25/venezuela-les-etats-unis-soutiennent-guaido-a-100-et-n-ecartent-aucune-optio


      Le président autoproclamé du Venezuela, Juan Guaido, accompagné du président guatémaltèque, Jimmy Morales, du président colombien, Ivan Duque, et du président panaméen, Juan Carlos Varela, lors d’une réunion du groupe de Lima, en Colombie, lundi 25 février 2019.
      Martin Mejia / AP

      Cette alliance de quatorze Etats a répété que « la transition vers la démocratie doit être menée pacifiquement » et regretté la « grave situation humanitaire ».

      Le groupe de Lima, cette alliance de quatorze Etats majoritairement hostiles au président chaviste , a plaidé, lundi 25 février, pour une transition démocratique au Venezuela. Insistant sur la « grave situation humanitaire » dans le pays, ses membres ont cependant écarté l’usage de la force envisagé par Washington, allié de l’opposant Juan Guaido.

      Les Etats qui composent cette alliance ont ainsi réitéré :
      « leur conviction que la transition vers la démocratie doit être menée par les Vénézuéliens eux-mêmes pacifiquement, dans le cadre de la Constitution et du droit international, et soutenue par des moyens politiques et diplomatiques, sans usage de la force ».

    • Deux tribunes, datées du 26/03
      (également d’un côté, également de l’autre,…)

      Venezuela : « Le régime de Maduro se targuait d’agir au nom du peuple, aujourd’hui il le laisse mourir »
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/26/venezuela-le-regime-de-maduro-se-targuait-d-agir-au-nom-du-peuple-aujourd-hu

      Alors que le gouvernement vénézuélien bloque l’arrivée de l’aide humanitaire et face à une tragédie de dimension internationale, les pays voisins du Venezuela et les puissances occidentales « ont été contraints de réagir », soulignent deux universitaires et une journaliste, dans une tribune au « Monde ».

      Fini le déni, c’est peut-être la chance pour un peuple de renaître demain. L’aide humanitaire, dernier épisode en date de la crise vénézuélienne, agit comme un puissant révélateur sur la nature du projet chaviste, dont Nicolas Maduro est l’héritier. En refusant à sa population son libre accès, l’Etat vénézuélien montre jusqu’où il peut aller dans la course à la fatalité.

      #paywall

      ===================

      Venezuela : « Pourquoi ces ultimatums typiques des époques impériales ? »
      https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/02/26/venezuela-pourquoi-ces-ultimatums-typiques-des-epoques-imperiales_5428317_32

      Selon Boaventura de Sousa Santos, figure du Forum social mondial, le Venezuela est à la veille d’une intervention militaire américaine appuyée par l’Europe, alors même que les démocrates de ce pays réclament une solution négociée.

      Ce qui se passe au Venezuela est une tragédie annoncée, qui va entraîner la mort de beaucoup d’innocents. Le pays est à la veille d’une intervention militaire étrangère et le bain de sang pourrait atteindre des proportions dramatiques. Celui qui l’affirme sait de quoi il parle : c’est le plus connu des leaders de l’opposition à Nicolas Maduro, Henrique Capriles. Il assure que le président fantoche Juan Guaidó est en train de faire des Vénézuéliens de la « chair à canon ». Il sait qu’Hugo Chávez [président de 1999 à 2013] avait pris très au sérieux le précédent Salvador Allende [renversé par un coup d’Etat soutenu par les Etats-Unis en 1973] au Chili, et qu’il avait armé la population civile.

      Les milices, bien sûr, peuvent être désarmées, mais cela ne se fera pas sans résistance. Capriles sait aussi que malgré l’immense souffrance à laquelle est soumis le pays par le mélange des fautes politiques internes et des pressions externes, notamment l’embargo (condamné par l’ONU), un sentiment d’orgueil nationaliste reste chevillé au corps du peuple vénézuélien, qui n’acceptera pas d’intervention étrangère.

  • Lueurs d’Espagne – Juan Carlos Monedero : « Nous devons être des penseurs d’arrière-garde »
    https://lemediapresse.fr/international/lueurs-despagne-juan-carlos-monedero-nous-devons-etre-des-penseurs-dar

    Une rencontre avec Juan Carlos Monedero, intellectuel, journaliste et cofondateur de Podemos. De la rue aux institutions, entre enjeux mémoriels, écueils du combat contre le néolibéralisme et question nationale, retour sur le moment politique. Docteur en science politique, né le 12 janvier 1963 à Madrid, Juan Carlos Monedero a conseillé plusieurs gouvernements de gauche en […]

  • Message reçu via la mailing-list Migreurop :

    Ci-dessous et en pièce jointe (english version too), un communiqué de plusieurs associations colombiennes qui dénoncent la situation
    des personnes migrantes bloquées à la frontière entre la Colombie et le Panama.
    Des situations similaires se produisent à la frontière panaméenne avec le #Costa_Rica.

    Il faut savoir que la région où est située #Turbo est l’une des régions les plus pauvres et affectées par la violence
    en Colombie, toujours connue par une présence des groupes paramilitaires. De cas de violence à l’égard des
    migrants ont été déjà dénoncés par le passé et toujours d’actualité.

    COMMUNIQUÉ DE PRESSE

    CRISE HUMANITAIRE À LA FRONTIÈRE COLOMBO-PANAMÉENNE

    5 juillet 2016
    Nous, organisations de défense des droits humains et, en particulier, des droits des migrants, des
    réfugiés et des personnes nécessitant la protection internationale, et institutions académiques,
    exprimons notre profonde préoccupation face à l’actuelle crise humanitaire à la frontière colombo-
    panaméenne, suite à la fermeture de cette frontière par le gouvernement panaméen, le 9 mai
    dernier, et en raison de l’incapacité des gouvernements de la région de l’Amérique Latine à trouver
    des solutions en vue de protéger les droits humains des migrants par-delà l’approche de la sécurité
    et de la souveraineté nationale.

    Le président panaméen Juan Carlos Varela a justifié cette résolution en disant que son gouvernement veut
    bloquer le passage des migrants irréguliers par son territoire, après que ses deux homologues de
    Nicaragua et de Costa Rica aient fermé les frontières de leur pays. En conséquence, 326 à 520 migrants,
    dont la majorité est de nationalité cubaine et haïtienne et les autres sont originaires des pays l’Afrique et
    de l’Asie (des « extracontinentaux »), sont bloqués à la localité colombienne de Turbo, frontalière du
    Panama.

    Les migrants cubains cherchent à atteindre les États-Unis d’Amérique en vue de profiter des bénéfices de
    la « Ley de Ajuste Cubano » (ou Ley « pie seco, pie mojado » [en anglais, Cuban Adjustment Act, CAA])
    qui permet aux Cubains d’obtenir automatiquement la résidence américaine, simplement en foulant le sol
    de ce pays ; et ce, avant un éventuel rétablissement des relations entre le régime castriste et le pays nord-
    américain et –par voie de conséquence- avant l’abrogation de cette loi. De leur côté, les migrants haïtiens
    fuient le chômage au Brésil et la difficile situation politique et socio-économique qui sévit dans leur pays,
    en quête de meilleures conditions de vie aux États-Unis.

    D’autre part, face à la fermeture des frontières des pays de l’Union Européenne et au durcissement des
    politiques et lois migratoires et de l’asile par les pays membres de la communauté européenne, les
    migrants extracontinentaux, en particulier ceux et celles originaires du Congo, du Ghana, du Sénégal, de
    Népal, du Pakistan, de Mali, de la Guinée, de la Gambie, de la Somalie, du Bangladesh, de l’Angola, de
    l’Afghanistan, de l’Érythrée, du Cameroun, de la Sierra Léone et du Togo, cherchent de plus en plus
    l’opportunité d’émigrer aux États-Unis à travers l’Amérique Latine.

    Au cours de leur périple vers les États-Unis, ces migrants utilisent les frontières de l’Équateur, du
    Venezuela et du Brésil, en passant par des routes de plus en plus complexes et dangereuses, tels que les
    territoires en guerre des deux départements colombiens de Chocó et d’Antioquia. Se trouvant bloqués en
    Colombie, les étrangers, surtout les non Cubains, empruntent la côte et la forêt de Darien en vue de
    continuer leur parcours vers l’Amérique Centrale et ensuite vers les États-Unis.

    Du total des migrants bloqués à Turbo (chiffre qui change constamment puisqu’il s’agit de flux qui
    continuent d’arriver et d’abandonner la frontière), 25% sont des femmes et 75% des hommes ; jusqu’à la
    date du 15 juin, 11 enfants et un adolescent ont été accueillis dans le lieu d’accueil improvisé (appelé
    albergue en espagnol), en plus des femmes enceintes (de 3 à 5). Ont été également identifiées dans
    l’albergue des personnes atteintes de zika, de malaria, de pneumonie, d’hépatites et de grippe.

    Face à cette crise à l’échelle régionale, les réponses apportées par les autorités colombiennes sont, d’une
    part, insuffisantes puisque le Gouvernement de ce pays s’est limitée à déporter les migrants considérés
    comme irréguliers, sur la base de dialogues diplomatiques et techniques avec ses deux homologues
    cubains et équatoriens ; et, d’autre part, contradictoires puisque les autorités locales de Turbo octroient
    des sauf-conduits, documents permettant aux migrants de traverser vers le Panama, alors que les autorités
    centrales de Bogota utilisent la déportation comme mesure privilégiée pour faire face à la crise. Il faut
    également souligner que dans sa lutte acharnée contre le trafic illégal de migrants considéré comme le
    principal facteur de migration irrégulière dans cette zone, le Gouvernement central a criminalisé des
    actions solidaires et hospitalières de la population de Turbo envers les migrants, surtout ceux et celles qui
    sont les plus vulnérables. Par ailleurs, l’approche de sécurité qu’il adopte ne lui a pas permis d’identifier
    des migrants nécessitant l’assistance et la protection, dont des enfants et des femmes enceintes.
    Face à cette réalité ponctuée de plus en plus par des flux intra et extracontinentaux de migrants et aux
    crises frontalières et binationales à répétition, nous recommandons aux États de la région de promouvoir
    de manière active le dialogue et l’engagement pour garantir les droits humains des migrants dans la
    région, indépendamment des critères liés à la nationalité, à l’âge, à l’appartenance ethnique ou raciale, au
    sexe, etc., et ce en conformité avec les instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits
    humains.

    Signataires :

    La Consultoría para los Derechos Humanos y el Desplazamiento-CODHES
    Instituto de Estudios Sociales y Culturales PENSAR de la Pontificia Universidad Javeriana
    Pastoral Social-Caritas Colombiana

    Contacts presse :
    Wooldy Edson Louidor, Instituto de Estudios Sociales y Culturales Pensar de la Pontificia Universidad
    Javeriana (Bogota, Colombie) : (57) 3204489112. wlouidor@javeriana.edu.co

    #migrations #asile #réfugiés #Colombie #Panama #frontières (fermeture des -)

  • Santiago Uribe Vélez Recluido en búnker de Fiscalía - La Nación
    http://www.lanacion.com.co/index.php/actualidad-lanacion/item/266747-santiago-uribe-velez-recluido-en-bunker-de-fiscalia

    Como resultado de una investigación que se extendió por más de una década, ayer la Fiscalía capturó en Medellín a Santiago Uribe, hermano del expresidente y hoy senador Álvaro Uribe, para que responda por los delitos de homicidio agravado y concierto para delinquir. Supuestamente este ganadero habría participado en la conformación de grupos paramilitares, concretamente una organización denominada ‘Los 12 Apóstoles’, la cual operó en el norte de Antioquia y tuvo su centro de operaciones en el municipio de Yarumal durante el auge en el país de los grupos de autodefensa en los años 90.

    A esta organización delincuencial son atribuidos varios crímenes en la región de personas que supuestamente hacían parte de la guerrilla o eran simpatizantes de ésta.
     
    La investigación contra el ganadero Santiago Uribe se inició a finales de los años 90, pero en un par de ocasiones fue archivada. Sin embargo, la actual Fiscalía le dio un nuevo impulso al caso, al punto que Eduardo Montealegre dijo que se estaba cerca de tomar decisiones en este caso.

    La orden de captura contra el hermano del expresidente Uribe fue impartida por un fiscal delegado ante la Corte Suprema de Justicia, quien consideró que existe plena evidencia de que Santiago Uribe participó en esta organización delincuencial.

    Hay varios testimonios de desmovilizados de las autodefensas así como del mayor (r) de la Policía, Juan Carlos Meneses Quintero, y algunos trabajadores de la finca del ganadero que comprometen a Santiago Uribe con ‘Los 12 Apóstoles’.

  • Parfois la solidarité internationale prend de drôles de chemins : une association de clowns espagnols veut défendre les Palestiniens et se rend devant le Mur de la honte. Pour lui foutre la honte, ils décident de faire un coup d’eclat, mais sans demander leur avis aux Palestiniens : poser nus devant le Mur. Du coup, les Palestiniens protestent en trouvant le geste indécent, vulgaire et déplacé, et les clowns sont obligés de préciser, après coup, que ce n’est pas contre l’islam !!

    Polémico desnudo de varios payasos españoles ante el muro de Cisjordania
    Juan Carlos Sanz, El Pais, le 17 septembre 2015
    http://internacional.elpais.com/internacional/2015/09/17/actualidad/1442508841_207665.html

    #Palestine #Espagne #Mur #Solidarité #Nudité

  • Cécile un lion mythique abattu par un riche américain !
    http://www.argotheme.com/organecyberpresse/spip.php?article2592

    En avril 2012, alors que l’Espagne était en crise, le monarque Juan Carlos, chassait l’éléphant en Afrique où il s’est fracturé la hanche. Le roi était au Botswana, pour une partie de safari dans une traque à l’éléphant, autorisée dans ce pays à condition de payer entre 7 000 et 30 000 euros. Le lion Cécile âgé de 11 ans, coqueluche de son pays pour sa crinière noire, a été abattu dans l’illégalité par un dentiste américain, début juillet 2015. L’accident du roi lui a coûté une prothèse au niveau du bassin, (...)

    commentaires, divers, diversité, pluralité, création d’idée, innovation sociale, nouveau monde, nouvelle idéologie, justice, injustice,

    / censure, presse, journaux, dictature, expressions, liberté, journaliste, poète, poésie, livre, écrits, #diplomatie,_sécurité,_commerce,_économie_mondiale, crise, (...)

    #commentaires,divers,_diversité,_pluralité,_création_d’idée,_innovation_sociale,_nouveau_monde,_nouvelle_idéologie,_justice,_injustice, #censure,_presse,_journaux,_dictature,_expressions,_liberté #_journaliste,_poète,_poésie,_livre,_écrits #crise,_capitalisme,_économie,_justice,_Bourse #économie,_politique,_arts,_corruption,_opposition,_démocratie #Obama,_USA,_Israël,_Proche-Orient,_Palestine #fait_divers,_société,_fléau,_délinquance,_religion,_perdition #Afrique,_Monde_Arabe,_islam,_Maghreb,_Proche-Orient, #arts,_culture,_littérature,_cinéma,_critique,_performances,_styles #Ecologie,_environnement,_nature,_animaux

  • Mexique : défenseur Juan Carlos Flores enfin libre (...)
    https://www.fidh.org/La-Federation-internationale-des-ligues-des-droits-de-l-homme/ameriques/mexique/16866-mexique-defenseur-juan-carlos-flores-enfin-libre

    Juan Carlos était détenu arbitrairement depuis avril 2014. Son cas est représentatif de la façon dont le système pénal est instrumentalisé pour contrecarrer les mouvements sociaux et emprisonner leurs leaders au profit d’entreprises qui essayaient de s’approprier leurs terres.

  • VATICAN :..."qu’on m’assassine est la meilleure chose qui puisse m’arriver" (= décès ou démission en 2015 ?)
    http://www.brujitafr.fr/2014/11/vatican-qu-on-m-assassine-est-la-meilleure-chose-qui-puisse-m-arriver-dece

    S’il a conscience que sa vie est menacée, le pape François ne s’en soucie pas, comme il l’a confié à un prêtre argentin lors d’une rencontre privée.

    Article publié initiallement sur le site Aleteia.org

    Le père Juan Carlos Molina, responsable du Secrétariat pour la prévention de l’abus des drogues et le trafic de la drogue (Sedronar) de l’État argentin, a révélé le contenu d’une conversation qu’il a récemment eue avec le Pape François lors d’une rencontre à Rome.« Quand j’ai dit au Pape : "Faites attention, on peut vous tuer", celui-ci a reconnu qu’il était menacé et a ajouté : "C’est la meilleure chose qui puisse m’arriver. Et à vous aussi !" » Le prêtre lui a alors rétorqué : « Non, j’ai tout juste 47 ans », soit trente ans de moins (...)

  • Couronnement de Felipe VI : les manifestations républicaines interdites
    http://www.bastamag.net/Couronnement-de-Felipe-VI-les

    Interdiction d’afficher ses convictions républicaines le jour du couronnement du nouveau roi d’Espagne Felipe VI. C’est la décision que le gouvernement espagnol a pris à la hâte, préoccupé par le mécontentement croissant d’une partie de la population qui réclame un référendum populaire sur la poursuite ou non de la monarchie parlementaire depuis l’abdication de Juan Carlos I, le 2 juin dernier. Entachée de scandales – les coûteux safaris pour chasser les éléphants du roi en Afrique, les présomptions de (...)

    En bref

    / #Atteintes_aux_libertés, Démocratie !, L’Europe sous la coupe de l’austérité

    #Démocratie_ ! #L'Europe_sous_la_coupe_de_l'austérité

  • France 2 célèbre la monarchie espagnole
    http://www.acrimed.org/article4376.html

    À 10h30 le lundi 2 juin, le premier ministre espagnol Mariano Rajoy annonçait lors d’une allocution télévisée la décision du roi Juan Carlos Ier d’abdiquer, mettant fin à presque quarante ans de règne depuis son arrivé sur le trône après la mort de Franco en 1975. Ce fut, sur France 2, une occasion de célébrer la monarchie, son passé, son présent, son avenir, alors que son rôle exact dans la transition démocratique après la mort de Franco est discuté, et surtout, que son maintien fait l’objet de controverses politiques en Espagne même. Sur le plateau du JT, un trône pour deux experts et dans la rue quelques trouble-fêtes. Un roi abdique ? « Vive le Roi » et au suivant… Tout autre point de vue sera à peine mentionné. Source : (...)

  • Depuis l’abdication du roi Juan Carlos en faveur de son fils, l’attention médiatique se concentre sur le destin de la famille royale. Pourtant, le paysage politique espagnol se modifie en profondeur. Podemos, issu du mouvement du 15 mai (15-M), celui des Indignés de la Puerta del Sol, a fait une entrée inattendue au Parlement européen. Dans le même temps, l’ancien chef du gouvernement José María Aznar s’emploie à accentuer le tournant conservateur du Parti populaire (droite) au pouvoir. Sa Fondation d’analyse et d’études sociales est le principal instrument de cet aggiornamento.

    En Espagne, la droite doublée sur sa droite, par Guillaume Beaulande (juin 2014, #paywall) http://www.monde-diplomatique.fr/2014/06/BEAULANDE/50478

    Alchimistes de la Puerta del Sol, par Raúl Guillén (juillet 2011)
    http://www.monde-diplomatique.fr/2011/07/GUILLEN/20797

  • Le roi Juan Carlos cède le trône d’Espagne à son fils au terme d’un règne qui aura duré presque quarante ans. Le 19 juillet 1974, il acceptait l’intérim du général Francisco Franco, malade, en jurant « fidélité aux principes du Mouvement ».

    Les chances et les périls de l’entreprise de Juan Carlos, par Christian Rudel (août 1974) http://www.monde-diplomatique.fr/1974/08/RUDEL/32528

  • Après l’abdication de Juan Carlos, les « socialistes » soutiennent la monarchie
    http://www.bastamag.net/Apres-l-abdication-de-Juan-Carlos

    À peine l’information de l’abdication de Juan Carlos 1er est-elle confirmée hier matin que des appels à manifester sont lancées dans toute l’Espagne au cri de referendum ya, viva la tercera república ! (« référendum maintenant, vive la troisième république »). À Madrid des milliers de personnes se sont rassemblées à 20h sur la place de la Puerta del Sol, réclamant un référendum pour que le peuple espagnol puisse décider par voie de suffrage universel – et non par voie constitutionnelle – si la monarchie doit, (...)

    En bref

    / #Souveraineté_populaire, #Politique, Démocratie !, #Europe

    #Démocratie_ !

    • La dictature franquiste avait mis fin à la courte seconde République suite à la guerre civile espagnole (1936-1939). Si Franco détenait les pleins pouvoirs, la monarchie avait été maintenue et Juan Carlos désigné successeur du Caudillo à sa mort en 1975. La Constitution de 1978 a transformé l’Espagne en monarchie parlementaire, le roi jouant un rôle de contrôle des institutions et de représentation. La famille royale disposait en 2013 d’un budget de 8 millions d’euros, un luxe qui passe mal dans une Espagne frappée par les plans d’austérité, et dont le système politique est en crise.

      #monarchie #suffrage_universel #socialistes

  • L’abdication de #JUan_Carlos ne fait pas pleurer les Espagnols
    http://fr.myeurop.info/2014/06/02/abdication-juan-carlos-pleurer-monarques-europe-13940

    Elise Gazengel Nour Alahiane Ludovic Clerima

    Juan Carlos abdique. Après 47 ans de règne, le #roi d’Espagne transmet sa couronne à son fils, le prince #Felipe. Scandales, corruption et limites d’âge font tomber les têtes couronnées européennes ces derniers temps...

    Il n’aura fallu à #Mariano_Rajoy que trois minutes, montre en main, pour annoncer l’abdication de Juan Carlos. lire la (...)

    #EUROFOCUS #Politique #Belgique #Danemark #Espagne #Monaco #Norvège #Pays-Bas #Royaume-Uni #Suède #Albert_II #courrone #Elisabeth_II #Felipe_Roi_d'Espagne #Grace_de_Monaco #International #prince_Felipe #Roi_Juan_Carlos #royauté

  • Le chiffre du jour : la nouvelle paye de la reine d’Espagne
    http://fr.myeurop.info/2014/02/03/le-chiffre-du-jour-la-nouvelle-paye-de-la-reine-d-espagne-13059

    Nour Alahiane

    Pour la première fois dans l’histoire, la reine d’Espagne et la princesse auront un #salaire annuel fixe. #Sofia, la femme de Juan Carlos, recevra l’équivalent de 45% du salaire de son roi de mari, et #Letizia, la femme du prince Felipe, 35%. La fin d’une quasi-exception en Europe.

    C’est une première en #Espagne. lire la suite

    #Société #Danemark #Norvège #Pays-Bas #Royaume-Uni #Elisabeth_II #Espagne #Harald #Maxima_des_Pays-Bas #norvege #prince_Henri #prince_Philip #royauté #Sonja

  • Le roi #JUan_Carlos fait de l’ombre aux monarchies européennes
    http://fr.myeurop.info/2014/01/06/roi-juan-carlos-fait-ombre-monarchies-europe-12830

    Nour Alahiane

    L’infante royale d’Espagne inculpée. Le scandale royal ébranle un peu plus la #monarchie espagnole, déjà durement sanctionnée : deux Espagnols sur trois souhaitent que le roi Juan Carlos abdique. Mais ce n’est pas la seule tête couronnée victime du (dés)amour de « son bon peuple ».

    Près de deux Espagnols sur trois souhaitent une abd lire la suite

    #Société #Belgique #Danemark #Espagne #Europe #Monaco #Norvège #Pays-Bas #Charlène_de_Monaco #Elisabeth_II #Felipe #Grande-Bretagne #Kate_Middletown #Letizia #monaco #norvege #pays-bas #Prince_George #Prince_William #royauté

  • Les symboles franquistes persistent en Euskal Herria
    http://lahorde.samizdat.net/2013/11/24/les-symboles-franquistes-persistent-en-euskal-herria

    Malgré ce que beaucoup aimerait nous faire croire, l’Etat espagnol reste imprégné de la dictature franquiste. Non seulement le jeune Juan Carlos de Borbon, actuel roi d’Espagne, était un admirateur du général Francisco Franco mais surtout le Caudillo a désigné, le 22 juillet 1969, le futur roi d’Espagne comme son légitime successeur. Cela peut sembler [&hellip

    #Espagne #International #Franquisme #Pays_basque

  • La justice agit en Espagne contre la famille royale :

    « Iñaki Urdangarin, époux de l’infante Cristina, la fille cadette du roi Juan Carlos, et Diego Torres, son ex-associé, se sont vu imposer par la justice, le 30 janvier, une caution de 8,189 millions d’euros, fixée à 6,1 millions d’euros selon la décision du juge publiée lundi. Les deux hommes ont toujours contesté toute activité délictueuse dans le dossier Palma Arena, une vaste affaire de corruption aux Baléares. »

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/11/04/la-justice-espagnole-saisit-des-proprietes-du-gendre-du-roi-pour-6-1-million

  • Film : Autonomie ouvriere
    http://iaata.info/Film-Autonomie-ouvriere.html

    Un documentaire consacré aux luttes ouvrières menées en marge des syndicats et des partis politiques dans l’Espagne des années 70.

    Langue : Espagnol, sous-titré français
    traduction/adaptation : Pif & Hercule
    Durée : 74 minutes

    Un film de : Falconetti Peña et Orsini Zegri

    Avec : Pepe Rovira, Clemente, Speedy Gonzalez, Marcelo, Attila, Paco, Jesse James, Jesus, Juan Carlos Bourbon d’Espagne, Chema, El Kabra, des éléphants, Toni, Marga, Santi, etc.

    1975 / 1982 Territoire espagnol. Après 40 ans de dictature, voici le temps de la transition démocratique plus connue comme « transaction démocratique ».
    Ils étaient ouvriers, dockers, dynamiteurs à Barcelone, Vitoria, Bilbao. Tous faisaient partie de ce mouvement diffus, sans porte-parole ni dirigeants autre que les assemblées d’usine ou de quartier. Tous rejetaient le patronat, les syndicats, le capitalisme. Certains étaient armés, d’autres pas mais tous défendaient l’autonomie ouvrière. En 1976, l’Espagne était en flamme et « Il fallait (les) écraser (...) car c’étaient des minis soviets » (Manuel Fraga, ministre de l’intérieur) La démocratie s’en est donc chargée.
    Mais l’histoire cavale encore...

    #autonomie #Espagne

  • Lire absolument le billet de l’excellent Ibn Kafka : Daniel’s List
    http://www.jadaliyya.com/pages/index/13407/daniels-list

    Returning to the visit of Juan Carlos, we have learned that he had alluded to the release of Spanish prisoners held in Moroccan prisons. Everyone knows the state of prisons in Morocco. It is unremarkable that a foreign head of state would solicit a gesture of clemency in the release of prisoners from conditions that are, if not inhumane, at least degrading. Morocco could have countered with an offer of transfer. A bilateral agreement stipulates that Spanish prisoners convicted in Moroccan courts can complete their sentences in Spain, according to the 30 May 1997 convention on the assistance to detainees and the transfer of sentenced prisoners. Morocco could have also carefully determined the list of prisoners to pardon according to humanitarian criteria (age, family situation, state of health, etc.) or according to the politics of the sentence (short sentence, less serious infractions, good behavior of detainee). These are the usual considerations for pardons. The Moroccan institutions cannot thus be discharged from their very heavy responsibility in the instance of their focus on the preparation of the list.

  • DanielGate : Les Marocains face à une bourde « royale »

    http://www.yabiladi.com/articles/details/18824/danielgate-marocains-face-bourde-royale.html

    Au Maroc, jamais une bourde n’a été aussi suivie, commentée et relayée plus que celle concernant le pédophile espagnol d’origine irakienne gracié à par le roi Mohamed VI à l’occasion de la Fête du Trône. Le débat porte principalement sur la responsabilité, l’indignation et les conséquences sur l’image du Maroc.

    La version du ministère de la Justice

    http://www.h24info.ma/maroc/societe/danielgate-la-version-du-ministere-de-la-justice

    Le ministère explique que « la décision de gracier des citoyens espagnols a été validée dans le cadre des relations d’amitiés nouées entre le Maroc et l’Espagne, deux pays liés par des intérêts stratégiques. Libération qui vient dans le cadre de la visite du roi Juan Carlos ». (...)
    « La Constitution confère au roi le droit de grâce, comme c’est le cas des rois et présidents du monde entier. Chose qui permet au roi de prendre les décisions qu’il estime justes et en accord avec l’intérêt national quand il s’agit d’étrangers ».

    Manifestations à suivre sur Twitter, hashtag #DanielGate. Elles semblent avoir été sévèrement réprimées.

    #Maroc #justice

  • #Juan_Carlos, #Espagne, #Maroc, #Mohammed_VI, #roi, #entre_gens_de_bonne_compagnie
    Indignation au Maroc après la grâce accordée à un Espagnol condamné pour #pédophilie

    ...
    Il fait partie des quarante-huit détenus dont le roi Mohammed VI a annoncé, jeudi, avoir « ordonné la libération (...) en réponse à une demande formulée en ce sens par le roi Juan Carlos », après la première visite officielle du monarque espagnol au Maroc à la mi-juillet.
    ...
    Selon les médias, l’homme, âgé de 60 ans, a été reconnu coupable en 2011 du #viol de 11 enfants âgés de 4 à 15 ans.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/08/02/indignation-au-maroc-apres-la-grace-accordee-a-un-espagnol-condamne-pour-ped

  • Fukushima nuclear plant cleanup may take more than 40 years: IAEA
    http://www.japantimes.co.jp/news/2013/04/24/national/fukushima-nuclear-plant-cleanup-may-take-more-than-40-years-iaea

    A U.N. nuclear watchdog team said Japan may need longer than the projected 40 years to decommission the Fukushima power plant and urged Tepco to improve stability at the facility.

    The head of the International Atomic Energy Agency team, Juan Carlos Lentijo, said Monday that damage at the nuclear plant is so complex that it is impossible to predict how long the cleanup may last.

    #nucléaire #fukushima #décontamination