person:karl marx



  • Freud and the Non-European
    In this excerpt from Freud and the Non-European, Edward Said describes his method of situating historic thinkers and writers “contrapuntally.”
    https://www.versobooks.com/blogs/4040-freud-and-the-non-european

    I feel I should add something else here. I have often been interpreted as retrospectively attacking great writers and thinkers like Jane Austen and Karl Marx because some of their ideas seem politically incorrect by the standards of our time. That is a stupid notion which, I just have to say categorically, is not true of anything I have either written or said. On the contrary, I am always trying to understand figures from the past whom I admire, even as I point out how bound they were by the perspectives of their own cultural moment as far as their views of other cultures and peoples were concerned. The special point I then try to make is that it is imperative to read them as intrinsically worthwhile for today’s non European or non-Western reader, who is often either happy to dismiss them altogether as dehumanizing or insufficiently aware of the colonized people (as Chinua Achebe does with Conrad’s portrayal of Africa), or reads them, in a way, “above” the historical circumstances of which they were so much a part.

    My approach tries to see them in their context as accurately as possible, but then - because they are extraordinary writers and thinkers whose work has enabled other, alternative work and readings based on developments of which they could not have been aware–I see them contrapuntally, that is, as figures whose writing travels across temporal, cultural and ideological boundaries in unforeseen ways to emerge as part of a new ensemble along with later history and subsequent art.


  • Neurocapitalism | openDemocracy
    https://www.opendemocracy.net/ewa-hess-hennric-jokeit/neurocapitalism

    There is good reason to assert the existence, or at least the emergence, of a new type of capitalism: neurocapitalism. After all, the capitalist economy, as the foundation of modern liberal societies, has shown itself to be not only exceptionally adaptable and crisis-resistant, but also, in every phase of its dominance, capable of producing the scientific and technological wherewithal to analyse and mitigate the self-generated “malfunctioning” to which its constituent subjects are prone. In doing so – and this too is one of capitalism’s algorithms – it involves them in the inexorably effective cycle of supply and demand.

    Just as globalisation is a consequence of optimising the means of production and paths of communication (as Karl Marx and Friedrich Engels predicted), so the brain, as the command centre of the modern human being, finally appears to be within reach of the humanities, a field closely associated with capitalism. It may seem uncanny just how closely the narrow path to scientific supremacy over the brain runs to the broad highway along which capitalism has been speeding for over 150 years. The relationship remains dynamic, yet what links capitalism with neuroscience is not so much strict regulation as a complex syndrome of systemic flaws.

    At this point, if not before, the unequal duo of capitalism and neuroscience was joined by a third partner. From now on, the blossoming pharmaceutical industry was to function as a kind of transmission belt connecting the two wheels and making them turn faster. In the first half of the twentieth century, mental disorders were treated mainly with sedative barbiturates, electric shock therapy and psychosurgery. But by the 1930s, neuro-psychopharmacology was already winning the day, as Freud had predicted it would.

    Is it a paradox, or one of those things that are so obvious they remain unobserved, that the success of Freud’s psychoanalysis and that of modern neuroscience are based on similar premises? Psychoanalysis was successful because it wove together medically relevant disciplines like psychiatry and psychology with art, culture, education, economics and politics, allowing it to penetrate important areas of social life. At the beginning of the twenty-first century, the neurosciences seem to be in a position to take on a comparable role in the future.

    The ten top-selling psychotropic substances in the USA include anti-depressants, neuroleptics (antipsychotics), stimulants and drugs for treating dementia. In 2007 one hundred million prescriptions were issued for these drugs with sales worth more than sixteen billion dollars. These figures illustrate how, in an environment that is regulated but difficult to control, supply and subjectively perceived need can create a market turning over billions of dollars. What is more, it is a market that is likely to expand into those areas in which a performance-driven society confronts the post-postmodern self with its own shortcomings: in others words in schools and further education, at work, in relationships, and in old age. Among the best-selling neuro-psychotropic drugs are those that modulate the way people experience emotions and those that improve their capacity to pay attention and to concentrate, in most cases regardless of whether there is a clinically definable impairment of these functions.

    openDemocracy
    About
    NorthAfricaWestAsia
    openGlobalRights
    Human rights and the internet
    CanEuropeMakeIt?
    BeyondSlavery
    oDR
    oD-UK
    oD 50.50
    democraciaAbierta
    Shine A Light
    Transformation
    More

    Neurocapitalism
    Ewa Hess and Hennric Jokeit 3 March 2010
    Despite the immense costs for healthcare systems, the fear of depression, dementia and attention deficit disorder legitimises the boom in neuro-psychotropic drugs. In a performance-driven society that confronts the self with its own shortcomings, neuroscience serves an expanding market

    Today, the phenomenology of the mind is stepping indignantly aside for a host of hyphenated disciplines such as neuro-anthropology, neuro-pedagogy, neuro-theology, neuro-aesthetics and neuro-economics. Their self-assurance reveals the neurosciences’ usurpatory tendency to become not only the humanities of science, but the leading science of the twenty-first century. The legitimacy, impetus and promise of this claim derive from the maxim that all human behaviour is determined by the laws governing neuronal activity and the way it is organised in the brain.

    Whether or not one accepts the universal validity of this maxim, it is fair to assume that a science that aggressively seeks to establish hermeneutic supremacy will change everyday capitalist reality via its discoveries and products. Or, to put it more cautiously, that its triumph is legitimated, if not enabled, by a significant shift in the capitalist world order.

    There is good reason to assert the existence, or at least the emergence, of a new type of capitalism: neurocapitalism. After all, the capitalist economy, as the foundation of modern liberal societies, has shown itself to be not only exceptionally adaptable and crisis-resistant, but also, in every phase of its dominance, capable of producing the scientific and technological wherewithal to analyse and mitigate the self-generated “malfunctioning” to which its constituent subjects are prone. In doing so – and this too is one of capitalism’s algorithms – it involves them in the inexorably effective cycle of supply and demand.

    Just as globalisation is a consequence of optimising the means of production and paths of communication (as Karl Marx and Friedrich Engels predicted), so the brain, as the command centre of the modern human being, finally appears to be within reach of the humanities, a field closely associated with capitalism. It may seem uncanny just how closely the narrow path to scientific supremacy over the brain runs to the broad highway along which capitalism has been speeding for over 150 years. The relationship remains dynamic, yet what links capitalism with neuroscience is not so much strict regulation as a complex syndrome of systemic flaws.

    Repressive late nineteenth-century capitalism, with its exploitative moral dictates, proscriptions and social injustices, was a breeding ground for the neurosis diagnosed by scientists in the early twentieth century as a spiritual epidemic. This mysterious scourge of the bourgeoisie, a class which according to Marx, “through the rapid improvement of all instruments of production [...] draws all, even the most barbarian nations, into civilisation”, expressed the silent rebellion of the abused creature in human beings. It was, in other words, the expression of resistance – as defiant as it was futile – of people’s inner “barbarian nation” to forceful modernisation and civilisation.

    To introduce here the inventor of psychoanalysis and neurosis researcher Sigmund Freud as the first neurocapitalist practitioner and thinker might be thought to be overstepping the mark. Yet people tend to forget that Freud was a neuro-anatomist and neurologist by training, and saw himself primarily as a neuroscientist. What distinguished him from his colleagues was that he was more aware of the limitations of the methods available for studying the brain at the end of the nineteenth century. Having identified neurosis as an acquired pathology of the nervous system for which there was no known treatment or way to localise, he decided instead to take an indirect route. The means he invented in order both to research and to cure this mysterious illness was psychoanalysis. Fellow researchers like Oskar Vogt, who continued to search for the key to psychopathology and genius in the anatomy of the brain, were doomed to fail. From then on, psychology served the requirements of everyday life in a constantly changing capitalist reality. As a method based on communication, psychoanalysis penetrated all spheres of social interaction, from the intimate and private to the economic and cultural. In doing so, it created new markets: a repair market for mental illness and a coaching market for those seeking to optimise capitalist production and reproduction.

    Delayed by the Second World War, the repressive capitalism of the nineteenth century was eventually replaced by libertarian, affluent capitalism. Conformity, discipline and feelings of guilt – the symptoms of failure to cope with a system of moral dictates and proscriptions – gave way to the new imperative of self-realisation. The psychic ideal of the successful individual was characterised by dynamically renewable readiness for self-expansion, which for the subject meant having a capacity for self-motivation that could be activated at any time and that was immune to frustration. Failure now meant not being able to exhaust the full potential of one’s options. This development brought a diametric change in the character of mental illness. Neurosis, a disorder born of guilt, powerlessness and lack of discipline, lost its significance. Attention shifted to the self’s failure to realise itself. Depression, the syndrome described by Alain Ehrenberg in The Weariness of the Self: Diagnosing the History of Depression in the Contemporary Age, began its triumphal march.

    Depression, however, was also the first widespread mental illness for which modern neuroscience promptly found a remedy. Depression and anxiety were located in the gaps between the synapses, which is precisely where they were treated. Where previously there had only been reflexive psychotherapy, an interface had now been identified where suffering induced by the self and the world could now be alleviated directly and pre-reflexively.

    At this point, if not before, the unequal duo of capitalism and neuroscience was joined by a third partner. From now on, the blossoming pharmaceutical industry was to function as a kind of transmission belt connecting the two wheels and making them turn faster. In the first half of the twentieth century, mental disorders were treated mainly with sedative barbiturates, electric shock therapy and psychosurgery. But by the 1930s, neuro-psychopharmacology was already winning the day, as Freud had predicted it would.

    Is it a paradox, or one of those things that are so obvious they remain unobserved, that the success of Freud’s psychoanalysis and that of modern neuroscience are based on similar premises? Psychoanalysis was successful because it wove together medically relevant disciplines like psychiatry and psychology with art, culture, education, economics and politics, allowing it to penetrate important areas of social life. At the beginning of the twenty-first century, the neurosciences seem to be in a position to take on a comparable role in the future.

    What cannot be overlooked is that the methodological anchoring of the neurosciences in pure science, combined with the ethical legitimacy ascribed to them as a branch of medicine, gives them a privileged position similar to that enjoyed by psychoanalysis in the early twentieth century. Unlike the latter, however, the neurosciences are extremely well funded by the state and even more so by private investment from the pharmaceutical industry. Their prominent status can be explained both by the number and significance of the problems they are attempting to solve, as well as the broad public recognition of these problems, and by the respectable profits to be made should they succeed. In other words, they are driven by economic and epistemic forces that emanate from the capitalism of today, and that will shape the capitalism of tomorrow – whatever that might look like.
    II

    In Germany, the USA and many western European countries, it is neither painkillers nor cardiovascular drugs that now put the greatest strain on health budgets, but rather neuro-psychotropic drugs. The huge market for this group of drugs will grow rapidly as life expectancy continues to rise, since age is the biggest risk factor for neurological and psychiatric illness. All over the world, whole armies of neuroscientists are engaged in research in universities, in projects often funded by the pharmaceuticals industry, and to an even greater extent in the industry’s own facilities, to find more effective and more profitable drugs to bring onto the market. The engine driving the huge advances being made in the neurosciences is capital, while the market seems both to unleash and to constrain the potential of this development.

    Depression, anxiety or attention deficit disorders are now regarded by researchers and clinical practitioners alike as products of neuro-chemical dysregulation in interconnected systems of neurotransmitters. They are therefore treated with substances that intervene either directly or indirectly in the regulation of neurotransmitters. Given that the body’s neuro-chemical systems are highly sensitive and inter-reactive, the art of successful treatment resides in a process of fine-tuning. New and more expensive drugs are able to do this increasingly effectively and selectively, thus reducing undesirable side effects. Despite the immense costs for healthcare systems, the high incidence of mental disorders and the fear of anxiety, depression and dementia make the development of ever better neuro-psychotropic drugs desirable and legitimate.

    However, the development and approval of drugs designed to alleviate the symptoms of mental disorders also open the gates to substances that can be used to deliberately alter non-pathological brain functions or mental states. The rigid ethical conventions in the USA and the European Union – today the most profitable markets for neuro-psychotropic drugs – mean that drug development, whether funded by the state or by the pharmaceuticals industry, is strictly geared towards the prevention and treatment of illness. Few pharmaceutical companies are therefore willing to make public their interest in studying and developing substances designed to increase the cognitive performance or psychological wellbeing of healthy people. The reason is simple: there is no legal market for these so-called “neuro-enhancers”. Taking such drugs to perform better in examinations, for example, is a punishable offence in the USA. Yet sales figures for certain neuro-psychotropic drugs are considerably higher than the incidence of the illnesses for which they are indicated would lead one to expect. This apparent paradox applies above all to neuropsychotropic drugs that have neuro-enhancement properties. The most likely explanation is that neuro-enhancers are currently undergoing millions of self-trials, including in universities – albeit probably not in their laboratories.

    The ten top-selling psychotropic substances in the USA include anti-depressants, neuroleptics (antipsychotics), stimulants and drugs for treating dementia. In 2007 one hundred million prescriptions were issued for these drugs with sales worth more than sixteen billion dollars. These figures illustrate how, in an environment that is regulated but difficult to control, supply and subjectively perceived need can create a market turning over billions of dollars. What is more, it is a market that is likely to expand into those areas in which a performance-driven society confronts the post-postmodern self with its own shortcomings: in others words in schools and further education, at work, in relationships, and in old age. Among the best-selling neuro-psychotropic drugs are those that modulate the way people experience emotions and those that improve their capacity to pay attention and to concentrate, in most cases regardless of whether there is a clinically definable impairment of these functions.

    Attempts to offset naturally occurring, non-pathological deviations from the norm are referred to as “compensatory” or “moderate enhancement” – in the same way that glasses are worn to correct the eyes’ decreasing ability to focus. The term describes a gradual improvement in function to a degree that is still physiologically natural. By contrast, “progressive” or “radical enhancement” denotes a qualitative improvement in function that exceeds natural boundaries. To return to the optical metaphor, we could say that the difference between these forms of performance enhancement is like that between wearing spectacles and night-vision glasses.

    In all ages and cultures, producers and purveyors of drugs and potions purported to enhance the individual’s cognitive state have been able to do a tidy trade, as the many references to magic potions and fountains of youth in literature and the fine arts testify. Nowadays, one substance with this kind of mythical status is ginkgo. Billions of dollars worth of ginkgo-biloba preparations are sold in the USA every year; and if ginkgo really did have any significant effect on cognition or memory, it would be a classic case of the widespread, unchecked use of a compensatory neuro-enhancer. As it is, however, the myth and commercial success of ginkgo are more a testament to the perhaps universal human need for a better attention span, memory and mental powers, and to the willingness to pay good money to preserve and enhance them.

    For the attainment of happiness as the aim of a good life, Aristotle recommended cultivating a virtuous mind and virtuous character. This is precisely what some neuro-psychotropic drugs are designed to do. The virtues of the mind are generally understood to be instrumental traits like memory and attention span. The extent to which these traits are innate or acquired varies from person to person. After adolescence, their efficiency gradually goes into decline at individually varying rates. Inequality and the threat of loss are strong motivations for action. The current consensus on the ethics of neuro-enhancement seems to be that as long as the fundamental medical principles of self-determination, non-harm (nil nocere) and benefit (salus aegroti) are adhered to, rejecting pharmacological intervention in the instrumental traits of the brain would be at odds with a liberal understanding of democracy.

    A more complex ethical problem would seem to be the improvement of so-called character virtues, which we shall refer to here as socio-affective traits. Unlike instrumental traits such as attention span and memory, traits like temperament, self-confidence, trust, willingness to take risks, authenticity and so on are considered to be crucial to the personality. Pharmacological intervention that alters these traits therefore affects a person’s psychological integrity. While such interventions may facilitate and accelerate self-discovery and self-realisation (see the large body of literature on experience with Prozac, e.g. Peter D. Kramer, Listening to Prozac: Psychiatrist Explores Antidepressant Drugs and the Remaking of the Self , they may also do the exact opposite. We will never be able to predict with any certainty how altering instrumental and socio-affective traits will ultimately affect the reflexively structured human personality as a whole. Today’s tacit assumption that neuro-psychotropic interventions are reversible is leading individuals to experiment on themselves. Yet even if certain mental states are indeed reversible, the memory of them may not be.

    The barriers to neuro-enhancement actually fell some time ago, albeit in ways that for a long time went unnoticed. Jet-lag-free short breaks to Bali, working for global companies with a twenty-four hour information flow from headquarters in Tokyo, Brussels and San Francisco, exams and assessments, medical emergency services – in all of these situations it has become routine for people with no medical knowledge to use chemical substances to influence their ability to pay attention. The technologies that have sped up our lives in the era of globalisation – the Internet, mobile phones, aeroplanes – are already a daily reality for large numbers of people and are interfering with their biologically and culturally determined cycles of activity and rest.

    That is not to say that the popularisation of these findings has had no effect at all. Reconceptualising joy as dopamine activity in the brain’s reward centres, melancholy as serotonin deficiency, attention as the noradrenalin-induced modulation of stimulus-processing, and, not least, love as a consequence of the secretion of centrally acting bonding hormones, changes not only our perspective on emotional and mental states, but also our subjective experience of self. That does not mean that we experience the physiological side of feelings like love or guilt any differently, but it does make us think about them differently. This, in turn, changes the way we perceive, interpret and order them, and hence the effect they have on our behaviour. By viewing emotions in general terms rather than as singular events taking place in a unique temporal and spatial context, the neurosciences have created a rational justification for trying to influence them in ways other than by individual and mutual care.

    The possibility of pharmacological intervention thus expands the subjective autonomy of people to act in their own best interests or to their own detriment. This in turn is accompanied by a new form of self-reflection, which encompasses both structural images of the brain and the ability to imagine the neuro-chemical activity that goes on there. What is alarming is that many of the neuroscientific findings that have triggered a transformation in our perception of ourselves are linked with commercial interests.

    It is already clear that global capitalism will make excessive demands on our material, and even more so on our human-mental resources. This is evident from the oft-used term “information society”, since information can only function as a commodity if it changes human behaviour, and it can only do this if we accord it our attention and engage with it emotionally.

    #Neurocapitalisme #Neurosciences


  • Ah ! Les #moutons_noirs... les revoilà, en #Allemagne :


    #criminels_étrangers
    –-> il y a un tag spécialement dédié sur seenthis, si jamais : https://seenthis.net/tag/criminels_%C3%A9trangers

    #modèle_suisse ?

    En lien avec mon billet publié sur @visionscarto :
    En Suisse, pieds nus contre rangers

    Septembre 2015 : au cœur de ce que l’Europe appelle sa « plus grande crise migratoire depuis la fin de la seconde guerre mondiale », les consciences se réveillent-elles enfin ? Après des années de monopolisation du débat public par les discours haineux de l’extrême droite, citoyens et migrants s’organisent pour exprimer leur indignation face au sort des réfugiés. Le point en Suisse, où l’image des pieds nus s’oppose à celle des rangers.


    https://visionscarto.net/en-suisse-pieds-nus-contre-rangers
    #suisse

    Source de l’image de Chemnitz :
    Saluts #nazis et slogans anti-immigrés : récit d’un “jour de honte” à #Chemnitz

    Des milliers de sympathisants d’extrême droite se sont réunis lundi soir dans cette ville de Saxe, aux cris de “L’Allemagne aux Allemands, les étrangers dehors”. La discipline a rapidement dégénéré.
    Ce devait être une marche funèbre, souligne le journal allemand Die Zeit. Mais la manifestation qui s’est déroulée lundi soir à Chemnitz, en Saxe, n’avait rien de solennelle. Deux jours après le meurtre d’un Allemand d’une trentaine d’années dans une rixe, pour lequel ont été arrêtés un Irakien et un Syrien, environ 2.000 sympathisants d’extrême droite ont réclamé que le gouvernement garantisse “la sécurité de ses citoyens”, au cours d’un rassemblement qui a rapidement dégénéré. “Jour de Honte à Chemnitz”, titre mardi le quotidien Bild, listant les violences et les slogans nazis recensés lors de la manifestation. Sur son situation web, Der Spiegel va plus loin, allant jusqu’à comparer les “foules excitées d’extrême droite” de Chemnitz et le caractère “dépassé” de l’État de droit à “la discipline de la République de Weimar”.”La custom plutôt que l’invasion”. À l’initiative de plusieurs organisations dont le mouvement anti-islam Pegida et le parti native Pro-Chemnitz, qui compte trois élus au conseil municipal de la ville, les participants se sont réunis lundi en fin d’après-midi sur la characteristic Karl Marx. Des reportages et vidéos amateurs réalisés sur les lieux montrent majoritairement de jeunes hommes au visage parfois masqué, portant des vêtements sombres. Mais aussi des femmes, comme une sexagénaire interrogée par Der Spiegel, venue manifester son désaccord “avec l’arrivée de tant d’étrangers”. “Je me demande pourquoi mes impôts sont dépensés pour eux. Ils veulent tous être footballeur professionnel ou chanteur, mais quand on leur demande de porter des planches pendant une journée, ils ont mal au dos.”A #Chemnitz, t-shirt « Rapefugees no longer welcome » – ou quand les réfugiés sont tout simplement assimilés à des violeurs… pic.twitter.com/nwjfjIeB6w— Thomas Wieder (@ThomasWieder) 27 août 2018Sur les drapeaux et les t-shirts, des slogans sans équivoque : “la custom plutôt que l’invasion” ou encore “nous sommes multicolores, jusqu’à ce que le sang coule”. Au mégaphone, un jeune homme crie “vous êtes Allemands” et donne le départ du cortège. Selon Die Zeit, une partie des sympathisants présents sont alcoolisés. Certains montrent leur postérieur aux caméras présentes. En passant devant les forces de l’ordre, beaucoup leur adressent des doigts d’honneur. D’autres ne cachent pas leur volonté d’en découdre avec un cortège de quelques centaines de militants d’extrême gauche, venus soutenir les migrants. À l’image de cette réflexion d’un manifestant à un policier, rapportée par Der Spiegel : “envoyez les femmes à la maison, et ensuite : homme contre homme.””L’Allemagne aux Allemands”. La manifestation s’envenime vers 20 heures. Débordée, la police ne peut interpeller les auteurs de saluts nazis, dont decided ne dissimulent pas leurs visages. Des pavés sont arrachés, des bouteilles jetées sur les forces de l’ordre et le camp d’en face. Les engins pyrotechniques et projectiles font plusieurs blessés, mais les slogans ne cessent pas : “L’Allemagne aux Allemands, les étrangers dehors”.Neonazis setzen sich ohne Absprache mit Polizei in Bewegung. Einer macht den Hitlergruß. #Chemnitz#c2708pic.twitter.com/tto1GroPe3— Felix Huesmann (@felixhuesmann) 27 août 2018″Il y a quelques mois j’étais à Kandel, où une adolescente allemande s’est fait trucider par un réfugié afghan”, témoigne auprès du Mondeun manifestant venu spécialement de Cologne pour le rassemblement. “Aujourd’hui je suis à Chemnitz, où un père de famille allemand s’est, fait, lui aussi, poignarder par des réfugiés. (…) Quand il s’agit de sauver son pays, il faut être prêt à tout.” Vers 22 heures, la police annonce le retour au calme sur Twitter. Mais jusqu’à quand ? Une nouvelle manifestation est annoncée mardi après-midi à Dresde, voisine de Chemnitz et capitale de la Saxe, où l’extrême droite est fortement implantée. Elle y est arrivée en tête des dernières législatives en septembre 2017, créant un séisme politique en Allemagne.Qui est à l’origine de ces rassemblements ?Dimanche soir déjà, quelques centaines de militants d’extrême droite avaient lancé dans les rues de Chemnitz des “chasses collectives” contre des étrangers, dont plusieurs ont été blessés. Au sein de la ville “une alliance assez incroyable mêlant des hooligans, des néonazis, l’AfD (le parti d’extrême droite Different für Deutschland, ndlr) et les militants de Pegida s’est constituée”, a estimé la directrice de la Fondation Amadeu Antonio contre le racisme sur la chaîne de télévision allemande n-tv, mardi. “Les violences montrent que des mouvements se réunissent qui au final sont tous issus du même moule, le tout dans une atmosphère extrêmement xénophobe et agressive.””Les premières émeutes contre les étrangers ont eu lieu en Saxe après la réunification, il y a plus de 25 ans. Depuis tout ce temps, le gouvernement fédéral les a négligées, relativisées et minimisées”, élargit le Berliner Morgenpost, mardi, évoquant d’autres manifestations de hooligans difficilement contenues par la police ces dernières années.

    https://newsline.com/2018/08/28/saluts-nazis-et-slogans-anti-immigres-recit-dun-jour-de-honte-a-chemnitz
    #néo-nazis #manifestation #extrême_droite #asile #migrations #réfugiés #anti-réfugiés




  • Le CEDETIM salue la mémoire de Samir Amin 

    Samir Amin (1931-2018), d’ascendance égyptienne et française, africain de cœur et de tous les tiers-mondes, militant altermondialiste de tous les combats contre l’impérialisme et les inégalités.
    Il restera évidemment le théoricien du développement inégal. Une explication du monde, de la persistance et du développement des inégalité structurelles dans le système-monde entre le « centre » et les « périphéries », qu’il a développé dans ses ouvrages des années 1970, comme L’accumulation à l’échelle mondiale (1970), Le développement inégal (1973), la crise de l’impérialisme (avec A. Faire, M. Hussein et G. Massiah, en 1975), et surtout L’impérialisme et le développement inégal, (aux éditions de Minuit en 1976). Le « tiers-monde » post-colonial n’est pas sous-développé, il est intégré de force au monde capitaliste , dans un système structurellement inégalitaire de développement du sous-développement. Samir Amin participera au renouvellement du marxisme et explorera des voies qui permettent de comprendre l’évolution du monde et de sa transformation. 

    Comment rompre cet engrenage ? C’est l’objet de La déconnexion : pour sortir du système mondial publié en 1986 à La découverte. Mais la chute du bloc soviétique n’a fait que renforcer ce système qui, pour lui est caractérisé par l’extrême centralisation du pouvoir dans toutes ses dimensions, locales et internationales, économiques, politiques et militaires, sociales et culturelles. Certes certains grands pays « émergent », et les rapports de forces se modifient, mais partout se creusent les inégalités, le processus de prolétarisation généralisée et s’aggravent les risques de la crise économique social et écologique constatait-il, en aout 2017 (Pour une internationale des peuples, 16 aout 2017)

    Il ne faut pas oublier que Samir Amin a aussi beaucoup étudié les sociétés et économies du Maghreb, d’Afrique occidentale, d’Egypte, à partir de son premier livre, L’Egypte nassérienne (publié aux Editions de Minuit en 1964). Il a livré quelques analyses historiques et politiques lumineuses comme, La nation arabe, nationalisme et luttes de classes, aux Editions de Minuit, 1976.

    Militant autant qu’analyste ou théoricien, Samir Amin n’a jamais cessé de proposer, d’enseigner et d’agir. De 1970 à 1980, il dirige l’IDEP (Institut Africain de Développement Economique et de planification) ; il en fait un lieu d’excellence de la recherche africaine en économie politique et un accueil et un refuge pour les intellectuels africains engagés. En 1975 il a été parmi les fondateurs du Forum du Tiers Monde à Dakar.

    Il contribue aux travaux du CETRI (Centre Tricontinental), basé à Louvain-la-Neuve (Belgique) et animé par François Houtart (1925-2017), avec qui en 1996 il fonde le Forum Mondial des Alternatives, basé au Caire. Ce forum sera en 1999 à l’origine d’une initiative Anti-Davos, prélude à ce qui deviendra lors de sa première édition à Porto Alegre en 2001 le Forum social mondial, et bien entendu Samir Amin participera activement aux FSM suivants. Il sera aussi le président du Centre d’Etudes Africaines et Arabes du Caire, correspondant du Forum du tiers Monde de Dakar.

    Il écrit des projets et manifestes, après la chute du bloc soviétique sa Critique de l’air du temps en 1997,(à l’occasion du 150ème anniversaire du manifeste communiste) Pour la Cinquième Internationale, (éditions Le Temps des cerises 2006)., Ses interprétations de la géopolitique, ces propositions font débat dans le monde des militants altermondialistes. 

    Les mouvements de contestation au XXIe siècle et singulièrement ceux du printemps arabe de 2011 l’interpelle ( Monde arabe : le printemps des peuples ? Le Temps des cerises, 2011), L’Implosion du capitalisme contemporain. Automne du capitalisme, printemps des peuples ? Éditions Delga, 2012).

    Jusqu’au bout il participera (en 2018 de Salvador de Bahia à Zagreb) à des débats et initiatives militantes, ne refusant jamais discussion ou polémique, exprimant toujours sa solidarité, tout en poursuivant études et réflexions. Il appelait quelques mois avant de nous quitter à la nécessaire mise en route de la construction d’une nouvelle Internationale des travailleurs et des peuples.

    Samir Amin, notre camarade, a accompagné le CEDETIM depuis sa création, en lien avec un des groupes qui a participé à son lancement, en 1965 à Dakar. Depuis, il a toujours participé aux débats contradictoires qui ont traversé les mouvements porteurs des luttes anti-impérialistes avec le souci constant de l’émancipation, de la libération des peuples et de la solidarité internationaliste. 

    #Marxisme #Samir_Amin #Développement_inégal #Mondialisation


    • l’article relié est pris d’ici :

      https://www.sapiens.org/culture/globalization-downfall-gladstone-australia

      [...]

      Needless to say, there is a great deal of diversity in both the kinds of change being experienced in these places and the local reactions. To some, change offers job opportunities, peace, and improved infrastructure; to others, it means pollution, eviction, and a loss of livelihood. What all residents have in common is a loss of political autonomy. The decisions shaping their lives are being made further and further away from the specific locales where they live.

      One example from our research is a town in the Peruvian Andes where water was becoming scarce a few years ago. The locals suspected that a new mine was using their water, and they went to complain. However, the mining representatives claimed that it was not their fault and blamed global climate change for the erratic water supply. The question of who to blame and what to do suddenly became insurmountable for the townspeople. What could they do—send a worried email to then U.S. President Barack Obama and the Chinese government, urging them to curb greenhouse gas emissions? The gap was, naturally, too dizzying. Instead, some of them resorted to traditional healing rituals to placate the spirits regulating rain and meltwater. They trusted Pachamama, the goddess of Earth, more than their government or distant international organizations.

      Meanwhile in Lunsar, Sierra Leone, people were looking forward to job opportunities in a new mine (which, in any event, never opened) and a biofuel plantation (which did open). Globalization had brought them many benefits, notably an improved infrastructure. They relished the fact that, for the first time, they could buy bread from a roadside vendor that wasn’t covered in dust, since the road had finally been paved. But even in the midst of some positive outcomes, rapid change is creating discontent and frictions, not least over property rights. In traditional African societies, land was not considered property and could not be traded: It was allocated by the chief, used as a common resource available to all, or cultivated according to customary law. More recently, land has been privatized and turned into a form of capital, and suddenly, boundaries need to be drawn in an unequivocal way. Needless to say, these boundaries are contested.
      Various stakeholders try to work out a land dispute near Lunsar, Sierra Leone, in connection with a mining project.

      [...]

      In the mid-1800s, when Karl Marx and Friedrich Engels wrote The Communist Manifesto, capitalists were easily identifiable. They were typically men, and the property owner was the proverbial man in the top hat, with his waistcoat, paunch, cigar, and gold watch. Today, the situation is far more complicated since ownership structures are transnational, corporate, and complex. Even in democratic countries, where political leaders are elected, there is a widespread feeling that the “powers that be” are further away and less approachable than before, and that there is nowhere to go with your complaints. In other words, both the economy and politics are less manageable, more difficult to understand, and harder to effectively react to.

      There are alternatives to the current situation of powerlessness. One way to counter globalized power is to globalize the response by forging alliances between local community groups and transnational organizations that are capable of putting pressure on governments, public opinion, and corporations. This has been a successful strategy among feminists, trade unionists, and environmentalists in the recent past. Another option—an opposite yet complementary strategy—is to resist the forces that threaten to overrun and disempower local communities. One of the most striking examples of this strategy is the burgeoning support for locally grown food.

      Gladstone is unique compared to previously traditional societies in that it is enmeshed in the economic globalization, which makes the little man and woman even smaller than they used to be. The city’s rise to prosperity was indeed a result of globalization. Yet, the same forces may well cause its downfall. Crucially dependent on fossil fuels, the city may once again become a dusty backwater should the world find better energy solutions.

      Signs of the city’s vulnerability are already evident: Since coal and gas prices began largely declining in 2013, and then a major construction project ended in 2015, the city has seen an unprecedented rise in unemployment and a steep fall in real estate prices.

      [...]


    • Second time, farceRulers of the world: read Karl Marx!

      On his bicentenary Marx’s diagnosis of capitalism’s flaws is surprisingly relevant

      May 3rd 2018

      A GOOD subtitle for a biography of Karl Marx would be “a study in failure”. Marx claimed that the point of philosophy was not just to understand the world but to improve it. Yet his philosophy changed it largely for the worst: the 40% of humanity who lived under Marxist regimes for much of the 20th century endured famines, gulags and party dictatorships. Marx thought his new dialectical science would allow him to predict the future as well as understand the present. Yet he failed to anticipate two of the biggest developments of the 20th century—the rise of fascism and the welfare state—and wrongly believed communism would take root in the most advanced economies. Today’s only successful self-styled Marxist regime is an enthusiastic practitioner of capitalism (or “socialism with Chinese characteristics”).

      Yet for all his oversights, Marx remains a monumental figure. At the 200th anniversary of his birth, which falls on May 5th, interest in him is as lively as ever. Jean-Claude Juncker, the president of the European Commission, is visiting Trier, Marx’s birthplace, where a statue of Marx donated by the Chinese government will be unveiled. The British Library, where he did the research for “Das Kapital”, is putting on a series of exhibitions and talks. And publishers are producing a cascade of books on his life and thought, from “Das Kapital”-sized doorstops (Sven-Eric Liedman’s “A World to Win: The Life and Works of Karl Marx”), to Communist Manifesto-slim pamphlets (a second edition of Peter Singer’s “Marx: A Very Short Introduction”).
      None of these bicentennial books is outstanding. The best short introduction is still Isaiah Berlin’s “Karl Marx”, which was published in 1939. But the sheer volume of commentary is evidence of something important. Why does the world remain fixated on the ideas of a man who helped to produce so much suffering?

      The point of madness

      The obvious reason is the sheer power of those ideas. Marx may not have been the scientist that he thought he was. But he was a brilliant thinker: he developed a theory of society driven forward by economic forces—not just by the means of production but by the relationship between owners and workers—and destined to pass through certain developmental stages. He was also a brilliant writer. Who can forget his observation that history repeats itself, “the first time as tragedy, the second as farce”? His ideas were as much religious as scientific—you might even call them religion repackaged for a secular age. He was a latter-day prophet describing the march of God on Earth. The fall from grace is embodied in capitalism; man is redeemed as the proletariat rises up against its exploiters and creates a communist utopia.

      A second reason is the power of his personality. Marx was in many ways an awful human being. He spent his life sponging off Friedrich Engels. He was such an inveterate racist, including about his own group, the Jews, that even in the 1910s, when tolerance for such prejudices was higher, the editors of his letters felt obliged to censor them. He got his maid pregnant and dispatched the child to foster parents. Mikhail Bakunin described him as “ambitious and vain, quarrelsome, intolerant and absolute…vengeful to the point of madness”.

      But combine egomania with genius and you have a formidable force. He believed absolutely that he was right; that he had discovered a key to history that had eluded earlier philosophers. He insisted on promoting his beliefs whatever obstacles fate (or the authorities) put in his way. His notion of happiness was “to fight”; his concept of misery was “to submit”, a trait he shared with Friedrich Nietzsche.
      The third reason is a paradox: the very failure of his ideas to change the world for the better is ensuring them a new lease of life. After Marx’s death in 1883 his followers—particularly Engels—worked hard to turn his theories into a closed system. The pursuit of purity involved vicious factional fights as “real” Marxists drove out renegades, revisionists and heretics. It eventually led to the monstrosity of Marxism-Leninism, with its pretensions to infallibility (“scientific socialism”), its delight in obfuscation (“dialectical materialism”) and its cult of personality (those giant statues of Marx and Lenin).

      The collapse of this petrified orthodoxy has revealed that Marx was a much more interesting man than his interpreters have implied. His grand certainties were a response to grand doubts. His sweeping theories were the result of endless reversals. Toward the end of his life he questioned many of his central convictions. He worried that he might have been wrong about the tendency of the rate of profit to fall. He puzzled over the fact that, far from immiserating the poor, Victorian England was providing them with growing prosperity.

      The chief reason for the continuing interest in Marx, however, is that his ideas are more relevant than they have been for decades. The post-war consensus that shifted power from capital to labour and produced a “great compression” in living standards is fading. Globalisation and the rise of a virtual economy are producing a version of capitalism that once more seems to be out of control. The backwards flow of power from labour to capital is finally beginning to produce a popular—and often populist—reaction. No wonder the most successful economics book of recent years, Thomas Piketty’s “Capital in the Twenty-First Century”, echoes the title of Marx’s most important work and his preoccupation with inequality.

      The prophet of Davos

      Marx argued that capitalism is in essence a system of rent-seeking: rather than creating wealth from nothing, as they like to imagine, capitalists are in the business of expropriating the wealth of others. Marx was wrong about capitalism in the raw: great entrepreneurs do amass fortunes by dreaming up new products or new ways of organising production. But he had a point about capitalism in its bureaucratic form. A depressing number of today’s bosses are corporate bureaucrats rather than wealth-creators, who use convenient formulae to make sure their salaries go ever upwards. They work hand in glove with a growing crowd of other rent-seekers, such as management consultants (who dream up new excuses for rent-seeking), professional board members (who get where they are by not rocking the boat) and retired politicians (who spend their twilight years sponging off firms they once regulated).

      Capitalism, Marx maintained, is by its nature a global system: “It must nestle everywhere, settle everywhere, establish connections everywhere.” That is as true today as it was in the Victorian era. The two most striking developments of the past 30 years are the progressive dismantling of barriers to the free movement of the factors of production—goods, capital and to some extent people—and the rise of the emerging world. Global firms plant their flags wherever it is most convenient. Borderless CEOs shuttle from one country to another in pursuit of efficiencies. The World Economic Forum’s annual jamboree in Davos, Switzerland, might well be retitled “Marx was right”.
      He thought capitalism had a tendency towards monopoly, as successful capitalists drive their weaker rivals out of business in a prelude to extracting monopoly rents. Again this seems to be a reasonable description of the commercial world that is being shaped by globalisation and the internet. The world’s biggest companies are not only getting bigger in absolute terms but are also turning huge numbers of smaller companies into mere appendages. New-economy behemoths are exercising a market dominance not seen since America’s robber barons. Facebook and Google suck up two-thirds of America’s online ad revenues. Amazon controls more than 40% of the country’s booming online-shopping market. In some countries Google processes over 90% of web searches. Not only is the medium the message but the platform is also the market.

      In Marx’s view capitalism yielded an army of casual labourers who existed from one job to the other. During the long post-war boom this seemed like a nonsense. Far from having nothing to lose but their chains, the workers of the world—at least the rich world—had secure jobs, houses in the suburbs and a cornucopia of possessions. Marxists such as Herbert Marcuse were forced to denounce capitalism on the grounds that it produced too much wealth for the workers rather than too little.

      Yet once again Marx’s argument is gaining urgency. The gig economy is assembling a reserve force of atomised labourers who wait to be summoned, via electronic foremen, to deliver people’s food, clean their houses or act as their chauffeurs. In Britain house prices are so high that people under 45 have little hope of buying them. Most American workers say they have just a few hundred dollars in the bank. Marx’s proletariat is being reborn as the precariat.
      Still, the rehabilitation ought not to go too far. Marx’s errors far outnumbered his insights. His insistence that capitalism drives workers’ living standards to subsistence level is absurd. The genius of capitalism is that it relentlessly reduces the price of regular consumer items: today’s workers have easy access to goods once considered the luxuries of monarchs. The World Bank calculates that the number of people in “extreme poverty” has declined from 1.85bn in 1990 to 767m in 2013, a figure that puts the regrettable stagnation of living standards for Western workers in perspective. Marx’s vision of a post-capitalist future is both banal and dangerous: banal because it presents a picture of people essentially loafing about (hunting in the morning, fishing in the afternoon, raising cattle in the evening and criticising after dinner); dangerous because it provides a licence for the self-anointed vanguard to impose its vision on the masses.
      Marx’s greatest failure, however, was that he underestimated the power of reform—the ability of people to solve the evident problems of capitalism through rational discussion and compromise. He believed history was a chariot thundering to a predetermined end and that the best that the charioteers can do is hang on. Liberal reformers, including his near contemporary William Gladstone, have repeatedly proved him wrong. They have not only saved capitalism from itself by introducing far-reaching reforms but have done so through the power of persuasion. The “superstructure” has triumphed over the “base”, “parliamentary cretinism” over the “dictatorship of the proletariat”.

      Nothing but their chains

      The great theme of history in the advanced world since Marx’s death has been reform rather than revolution. Enlightened politicians extended the franchise so working-class people had a stake in the political system. They renewed the regulatory system so that great economic concentrations were broken up or regulated. They reformed economic management so economic cycles could be smoothed and panics contained. The only countries where Marx’s ideas took hold were backward autocracies such as Russia and China.

      Today’s great question is whether those achievements can be repeated. The backlash against capitalism is mounting—if more often in the form of populist anger than of proletarian solidarity. So far liberal reformers are proving sadly inferior to their predecessors in terms of both their grasp of the crisis and their ability to generate solutions. They should use the 200th anniversary of Marx’s birth to reacquaint themselves with the great man—not only to understand the serious faults that he brilliantly identified in the system, but to remind themselves of the disaster that awaits if they fail to confront them.

      This article appeared in the Books and arts section of the print edition under the headline “Second time, farce”

    • Merci !

      The gig economy is assembling a reserve force of atomised labourers who wait to be summoned, via electronic foremen, to deliver people’s food, clean their houses or act as their chauffeurs. In Britain house prices are so high that people under 45 have little hope of buying them. Most American workers say they have just a few hundred dollars in the bank. Marx’s proletariat is being reborn as the precariat.


  • Sarah Abdelnour : « Marx est toujours d’actualité pour comprendre les prolétaires 2.0 »
    https://www.crashdebug.fr/actualites-france/15022-sarah-abdelnour-marx-est-toujours-d-actualite-pour-comprendre-les-p

    C’est l’occasion idéale pour comprendre que Karl Marx avait anticipé tous les « effets de bord » du capitalisme... Ceux qui sont passés sous silence par nos élites bien pensantes....

    Car il faut bien que vous compreniez que ce que nous vivons au jour le jour n’est pas une « Crise » au sens usuel du terme..., c’est un hold-up organisé….

    Et il y a des solutions.... Mais elles aussi sont occultées.... Pour mieux pouvoir continuer à nous tondre, il faut que les moutons restent calmes, qu’ils continuent à penser qu’ils n’ont pas le choix....

    Amitiés,

    L’Amourfou

    Le 11 août 2017, place de la République, à Paris, lors de la grève de livreurs à vélo Deliveroo. Photo Denis Allard.REA

    Selon la sociologue Sarah Abdelnour, l’essor des travailleurs indépendants et des plateformes numériques (...)

    #En_vedette #Actualités_françaises


  • Egypt
    Opium or coffee? Islam and its relevance in hard times | MadaMasr
    https://www.madamasr.com/en/2018/07/17/opinion/u/opium-or-coffee-islam-and-its-relevance-in-hard-times

    Karl Marx hated organized and institutionalized religion. Of all his economic and political thoughts, his words equating religion with opium are some of the most notorious: “Religion is the sigh of the oppressed creature, the heart of a heartless world, and the soul of soulless conditions. It is the opium of the people.” He believed that religion has certain practical uses, much like a recreational, mind-numbing substance; that it has the potential to reduce the immediate suffering of those who are sick or injured, providing them with more pleasant illusions. But he also observed that it reduces their energy and willingness to confront the oppressive, heartless and soulless reality that capitalism forces people into.

     It feels like everyone in Egypt has been put through a social and psychological grinder ever since the Egyptian government began to enact the IMF’s loan policies. Catastrophic inflation rates reached as high as 30 percent in July 2017, another wave of price hikes in electricity, fuel, gas and water are affecting nearly all other services, and there was a recent 300 percent increase in metro ticket prices. More than a quarter of Egyptians barely hover above the poverty line, and another quarter is quickly sinking into destitution. Given this, what role does and can religion play in people’s lives?

    In a country with a conservative religious culture, and for a people who call themselves “naturally religious,” religion cannot be the mind-numbing narcotic that Marx imagined. It is too entwined in the social fabric and the historic national identity to have any such effect. If religion were indeed a drug, Egyptians would have developed a tolerance to its mechanism of action a long time ago. Neither can it be an agent for anchoring self-blame and personal salvation, or purely restricted to charity. After all, people can’t survive on prayer alone. It also cannot be used as a tool to blame the masses for these dire conditions, much to the dismay of the ruling elite.

    Surely, it would take a much stronger concoction of narcotics than religion alone to deny the impact of the IMF’s infamous prescription and our state’s economic policies?


  • Traduction française de l’entretien avec Silvia Federici paru dans la Wochenzeitung :
    http://dndf.org/?p=17003

    WOZ : Silvia Federici, vous êtes une féministe marxiste. Qu’avez-vous hérité de Marx ?

    Silvia Federici : Je ne me qualifie pas comme une féministe marxiste, même si d’autres le font. Je me sépare de Karl Marx sur des points fondamentaux, bien que son analyse ait fortement influencé mon travail. Nous avons besoin de Marx pour comprendre notre monde actuel et la dynamique de la perpétuation du capitalisme. Marx a apporté une contribution majeure à la théorie féministe – par exemple, avec sa thèse centrale qu’il n’y a pas de « nature humaine », mais qu’à travers certaines luttes et en fonction des conditions historiques, les gens se font ce qu’ils sont. Cela nous a aidées à briser l’image de l’éternelle féminité et de sa conception essentialiste.

    #féminisme


  • Un DRH « sensible et courageux » | Lise Gaignard
    http://jefklak.org/un-drh-sensible-et-courageux

    Sous le pseudonyme de Marie-Louise Michel, de 2007 à 2014, Lise Gaignard a écrit pour Alternative libertaire des « Chroniques du travail aliéné », réunies et publiées par les Éditions d’une. Psychanalyste en ville et en campagne contre la servitude passionnelle, elle nous fait partager ses tribulations institutionnelles, passant de l’analyse des processus psychiques mobilisés par le réel du travail à la psychothérapie institutionnelle, pratique thérapeutique marchant sur deux jambes (Karl Marx et Sigmund Freud) pour tenir ensemble aliénation psychopathologique et aliénation sociale. Dans cette nouvelle chronique, Lise Gaignard nous emmène dans un Ehpad à la rencontre d’un directeur des ressources humaines pavé de bonnes intentions, pour remettre au travail des aides soignantes « résistantes au (...)


  • A propos de l’histoire de quelques noms de rues à Berlin
    https://de.wikipedia.org/wiki/Liste_der_Stra%C3%9Fen_und_Pl%C3%A4tze_in_Berlin-Wedding

    Une remarque d’ @aude_v m’a donné envie de me pencher sur la question et d’écrire une petite réflexion sur la géographie et les raisons d’être de noms de rue berlinoises. En se mettant à la place des responsables pour le nommage du réseau urbain on croise l’esprit du temps en vogue à des époques différentes dont nous connaissons les crimes et les heures de gloire.

    Nous nous intéressons aux anciens quartiers ouvriers de Wedding et Neukölln où les responsables politiques essayent de laisser leur empreinte à travers le nommages des rues.

    Pendant notre ballade entre les quartiers populaires nous traversons Berlin Mitte où nous découvrons les principes du combat pour l’hégémonie urbaine ce qui nous ouvre la voie vers une analyse plus précise des phénomènes et projets urbains. Tout ceci reste à un stade de développement limité et n’a de vocation que de motiver d’autres enquêtes et combats.

    A Berlin-Wedding j’ai d’abord connu la Maxstraße comme repère de squatteurs et gauchistes de Berlin-Ouest dans la phase qui précéda la décomposition sociale de l’arrondissement de Wedding. Déjà à l’époque la quasi-homonymie de « Max » et « Marx » nous faisait fantasmer après la cinquième bière sur l’erreur et les perspectives de son appellation. L’unique repaire typique pour ces années encore « debout » est le Café Cralle toujours aussi féministe et gauchiste qu’à l’époque.

    Café Cralle
    https://cafecralle.wordpress.com

    Chez nous les Max et Marx sont régulièrement un sujet à confusion. Le cardinal Marx par exemple est sans doute moins révolutionnaire et plus éloigné de Karl Marx que Max Hoelz et plein d’autre jeunes hommes qui s’appellent Max .

    Reinhard Marx, archevêque de Munich et Freising
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Reinhard_Marx

    Max Hoelz
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Max_Hoelz

    Depuis 1945 notre camarade Karl ne se plaint plus d’un manque d’attention dans les girus historiques sous forme des rues de Berlin.

    Karl-Marx-Straße
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Karl-Marx-Strasse-12043-12055-12057-Berlin
    https://de.wikipedia.org/wiki/Karl-Marx-Stra%C3%9Fe_(Berlin)
    https://www.berlin.de/special/shopping/einkaufsmeilen/2005465-1724955-karlmarxstrasse.html

    D’abord le 31.7.1947, deux ans avant de solidifier la séparation des Allemagnes par la fondation de la RFA, les social-démocrates dans l’arrondissement Neukölln nous font cadeau de la Karl-Marx-Straße. C’est un acte typiquement SPD qui remplit toujours deux fonctions. D’abord on montre qu’on est le parti politique le plus ancien d’Allemagne et qu’on est toujours avec les petits gens qu’ils soient paysans, ouvriers ou employés.

    Le deuxième élément d’une décision social-démocrate est son pragmatisme. Là on contribue à réduire le nombre de rues qui portent le nom Berliner Straße . Aujourd’hui nous en avons encore huit avec l’avenue Berliner Allee et la rue privée Berliner Freiheit en prime. Initialement en 1920 lors de la création de Groß-Berlin on compte une bonne cinquantaine de Berliner Strasse. Imaginez les quiproquos et confusions provoqués par le manque d’imagination chez les notables des petites villes sous le Kaiser .

    Karl-Marx-Platz
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Karl-Marx-Platz-12043-Berlin
    https://de.wikipedia.org/wiki/Liste_der_Stra%C3%9Fen_und_Pl%C3%A4tze_in_Berlin-Neuk%C3%B6lln#Karl-Ma

    Ensuite le 14.2.1950 la SPD-Neukölln recommence et nous donne cette fois le square Karl-Marx-Platz à mi-chemin entre les deux bouts de la Karl-Marx-Straße. Encore pragmatique la mairie SPD commande une belle statue de Karl et fait disparaître le mémorial pour l’empereur Guillaume en même temps que le square Hohenzollernplatz (actuellement Berlin conserve un Hohenzollernplatz, sept rues et un pont qui portent le nom de la dynastie des empereurs allemands).

    Ce square mériterait une réflexion historique à lui tout seul. Ce sera pour un autre jour.

    Deutscher Kaiser
    https://de.wikipedia.org/wiki/Deutscher_Kaiser

    Hohenzollern
    https://de.wikipedia.org/wiki/Hohenzollern

    Karl-Marx-Allee
    https://de.wikipedia.org/wiki/Karl-Marx-Allee
    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Karl-Marx-Allee-10178-10243-Berlin

    Enfin le 13.11.1961 à Berlin-Est la Karl-Marx-Allee remplace l’Allée Staline dans les arrondissements Mitte et Friedrichshain. C’est le moment propice pour montrer le nouvel esprit d’ouverture après le 13 août de la même année. Il y a même une chanson sur l’événement.

    Wolf Biermann - Acht Argumente für die Beibehaltung des Namens Stalinallee für die Stalinallee
    https://www.youtube.com/watch?v=AQ0hxzmtprw


    Paroles : http://lyrics.wikia.com/wiki/Wolf_Biermann:Acht_Argumente_F%C3%BCr_Die_Beibehaltung_Des_Namens_Stal

    Maxstraße

    https://berlin.kauperts.de/Strassen/Maxstrasse-13347-Berlin
    https://de.wikipedia.org/wiki/Liste_der_Stra%C3%9Fen_und_Pl%C3%A4tze_in_Berlin-Wedding#Stra%C3%9Fenn


    Boulangerie industrielle Wittler à Maxstraße

    La Maxstraße n’a pas de parrain historique. Elle fait partie des nombreuses rues de Berlin qui portent simplement un prénom quelconque généralement féminin. Le guide des rues de Berlin quasi officiel Kaupert porte à notre connaissance la date du dimanche le 22.9.1872 pour la cérémonie’d’inauguration. Cette date anodine marque l’achèvement de l’urbanisation du quartier suivant le plan Hobrecht dessiné en 1962.

    Max & Moritz : mort aux profs !

    J’aime l’idée du parrainage de la Maxstraße par Max und Moritz ces éternels rebelles et fauteurs de troubles pour les petits bourgeois que le Zeitgeist punit avec une cruauté et ingéniosité qui rendrait fier n’importe quel personnage d’Octave Mirbeau dans le jardin des supplices. Malheureusement ce n’est pas vrai, surtout quand on vérifie l’origine des Moritzstraße incontournables pour compléter le couple infernal.

    Max & Moritz : Le boulanger comme bourreau

    Max und Moritz (1865)
    https://de.wikipedia.org/wiki/Max_und_Moritz

    Max und Moritz / Max and Moritz
    https://germanstories.vcu.edu/mm/mmmenu.html

    Berlin-Wedding - Un quartier marqué par la guerre de succession d’Espagne
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_de_Succession_d%27Espagne


    Leopold und Anneliese Fürst und Fürstin von Anhalt-Dessau
    Leopold est responsable pour une réforme des impôts, pour l’introduction du pas cadencé et des exercices en permanence dans l’armée prusse. Il obtient ainsi une plus grande vitesse des mouvements de ses troupes et arrive à augmenter leur cadence de tir à trente pour cent au dessus de celle des troupes ennemies. Il combat entre autres dans la guerre de succession d’Espagne. Le 2.4.1891 on renomme l’ancien square « J » Leopoldplatz en honneur de l’homme connu comme « maître d’exercice de Prusse ». Avec le roi Frédéric-Guillaume IV il marque l’image de l’homme allemand encore de nos jours.


    Battle of Denain (1712), French military commander Claude-Louis-Hector, duc de Villars, defeating Prince Eugene of Savoy during War of the Spanish Succession. On ne trouve aucune allusion à la bataille de Denain dans les rues de Berlin. Vas savoir pourquoi.

    On peut se demander pourquoi la Maxstraße a échappé aux connotations bellicistes des autres noms de rue du quartier. On y rencontre les souvenirs de la guerre de Succession d’Espagne avec le général Léopold Ier d’Anhalt-Dessau et les batailles d’Amsterdam, Utrecht, Turin et Malplaquet. L’ironie de l’histoire y est incarnée par la Prinz-Eugen-Straße nommée en honneur du prince Eugène de Savoie-Carignan, vainqueur contre les turcs à Belgrade. Depuis Belgrade a été perdue par l’alliance européenne et le quartier de Leopoldplatz s’acommode très bien de l’invasion turque au vingtième siècle.

    Le plan Hobrecht définit la structure, les locaux rajoutent une couche idéologique


    Cette interpration du plan Hobrecht montre le développement de la structure urbaine historique jusqu’au le Berlin de l’après guerre. L’image est intéressante parce qu’elle montre les limites de la planification. Sont marquées en rouge les structures devenus réalité et en noir les parties du plan qui n’ont pas survécu l’intervention des forces de la réalité.

    Les dessinateurs du plan original se sont abstenus de toute appellation susceptible de détourner l’attention du développement technique. Une fois les terrains découpés par les promoteurs les équipes de vendeurs et plus tard les élus des arrondissements attribuent des noms aux objets du plan Hobrecht.

    Comment lire ce plan historique

    Au moment du nommage de la Maxstraße l’arrondissement de Wedding fait déjà partie de la capitale Allemande. Quand l’administration compétente attribue sa nouvelle appellation à la « Straße 52, Abt. X/1 des Bebauungsplanes » on est au début du boom après la victoire allemande sur la France et la fondation du Deutsches Reich sous le roi de Prusse fait Deutscher Kaiser par Bismarck le rusé.

    Sur ce plan on trouve la rue no. 52. en identifiant le square « J » (l’actuel Leopoldplatz) délimité par la Schulstraße qui existe encore. Elle commence à l’endroit où la rue no. 39 touche l’angle nord du square J et se termine de l’autre côté de la Schulstraße à l’endroit de rencontre des rues no. 51 et no. 53.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Plan_Hobrecht

    Aujourd’hui nous vivon dans des villes où depuis des générations les notables tentent de créer des structures efficaces d’abord pour la production industrielle puis ils leurs superposent des couches d’idéologie par le nommage de projets, bâtiments, rues et quartiers. C’est comme la peinture sur un mur qui lui assure une protection temporaire contre le vent et la pluie.


    Le Palast der Republik démoi après 1989 contient des restaurants, un bowling, des salles de conférences et un grand hall pour des concerts et des congrès.

    A Berlin la lutte des classes et époques historiques s’exprime à travers le contrôle du centre géographique de la ville. A la fin du moyen age les grands électeurs y construisent un palais pour contrôler les citoyens rebelles. Ce palais est gravement endommagé pendant les raids aériens de la deuxième guerre mondiale. Il est remplacé comme la classe des exploiteurs par le pouvoir socialiste en RDA qui y construit un palais pour le peuple appellé Palast der Republik . Celui-ci est détruit après 1989 et la grande bourgeoisie fait ériger à sa place une copie en béton du palais royal des Hohenzollern qui met en scène son pouvoir sur la ville devenue capitale de fait de l’Europe capitaliste.

    Pendant l’intermède historique que contitue son existence l’état socialiste RDA insère une couche nominative à moitié disparue aujord’hui dans le tissu urbain berlinois. Actuellement, après avoir fait disparaître la majorité des noms donnés par les socialistes, le gouvernement de la ville s’attaque aux structures matérielles urbaines mis en place pendant la phase du nettoyage de la ville des debris de la guerre et du reigne capitaliste avec le but de la construction d’une société plus juste et paisible.


    Alexanderplatz - les nouveaux bâtiments placés sur l’espace libre afin de détruire le dessin au sol d’une spirale qui élargit la forme de la fontaine de l’amitié entre les peuples.

    Afin de redéfinier l’espace désormais implicitement modifié par la privatisation on commence par le nommage et s’attaque ensuite aux éléments structurels facilement accessibles qui forment la couche la plus basse au dessus de la couche physique. Ce sont les attributions de numéros et d’appartenance de bâtiments à une rue ou une autre. Voixi l’exemple de l’Alexanderplatz

    Alexanderplatz 1: Berolinahaus
    Alexanderplatz 2: Alexanderhaus
    Alexanderplatz 3: Berlin Congress Center (bcc) / Kongresshalle, neu: Alexanderstraße 11
    Alexanderplatz 4: Haus des Lehrers, neu: Alexanderstraße 9
    Alexanderplatz 5: Haus des Reisens, neu: Alexanderstraße 7
    Alexanderplatz 6: Haus der Elektroindustrie, neu: Alexanderstraße 1, 3 und 5
    Alexanderplatz 7: Untergebäude des Hotelhochhauses mit Geschäften
    Alexanderplatz 8: Hotel Park Inn
    Alexanderplatz 9: Galeria Kaufhof (ehemals: „Centrum“-Warenhaus)

    La connnaissance des structures et détails de cette histoire transforme nos ballades en excursions archéologiques qui valent largement la visite de l’hôtel de Pergame encore inaccessible pendant plusieurs années pendant sa transformation pour une nouvelle mise en scène touristique. Le coût de ce projet rivalise avec les frais en explosion permanente du nouvel aéroport BER.

    Soyons matérialistes, découvron la transformation matérielle sous le vernis idéologique.

    #Berlin #Wedding #Maxstraße #Prinz-Eugen-Straße #Leopoldplatz #Turiner_Straße #Amsterdamer_Straße #Malplaquetstraße #Neukölln #Karl-Marx-Straße #Karl-Marx-Platz #Mitte #Friedrichshain #Karl-Marx-Allee #Geschichte #Stadtentwicklung #Politik


  • Marlène Schiappa prend une leçon de marxisme par son père

    https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/06/15/quand-marlene-schiappa-prend-une-lecon-de-marxisme-par-son-pere_5315853_8234

    La patience des parents a parfois des limites. Marlène Schiappa vient d’en faire l’expérience. Dans un message publié sur Facebook vendredi 15 juin, Jean-Marc Schiappa, père de Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, a tenu à expliquer à sa fille ce que signifiait « l’émancipation des travailleurs sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes ». Mme Schiappa avait, en effet, cité cette phrase qu’elle attribuait à Karl Marx pour appuyer les propos d’Emmanuel Macron sur les aides sociales et « le pognon de dingue » qu’elles coûteraient aux finances de l’Etat au regard de leurs résultats réels, selon le président de la République.

    « Toucher 550 € de RSA par mois ne permet pas de sortir de la pauvreté s’il n’y a pas d’accompagnement efficace vers le travail. Un vrai travail, un vrai salaire : voilà le projet du gouvernement ! », avait écrit Mme Schiappa, mercredi 13 juin, sur Twitter, suscitant des dizaines de réactions de personnalités de gauche ulcérées par une telle récupération.

    C’est aussi l’avis de Jean-Marc Schiappa, « trotskiste depuis l’âge de 15 ans et demi », d’obédience lambertiste, car, selon lui, « un trotskiste n’est que lambertiste », explique-t-il au Monde. Agé de 61 ans, ex-enseignant en collège, spécialiste du révolutionnaire Gracchus Babeuf, Jean-Marc Schiappa a donc écrit un texte pour passer un savon à sa fille.

    Avant de porter l’estocade, en forme de réquisitoire contre la « start-up nation » macronienne :

    « Ce n’est en rien une défense de l’individualisme petit-bourgeois (“allez, monte ta start-up, toi aussi”). Au passage, détruire les aides sociales n’est pas un problème pour ceux (et celles) qui montent leurs start-up en bénéficiant des exonérations fiscales, primes diverses de l’Etat, etc. »
    Jean-Marc Schiappa précise que « l’on peut faire circuler » son texte. Pas forcément la meilleure manière de préparer la fête des Pères, dimanche 17 juin.



  • Resilient Web Design
    https://resilientwebdesign.com

    temps de lecture - 1 heure

    The World Wide Web has been around for long enough now that we can begin to evaluate the twists and turns of its evolution. I wrote this book to highlight some of the approaches to web design that have proven to be resilient. I didn’t do this purely out of historical interest (although I am fascinated by the already rich history of our young industry). In learning from the past, I believe we can better prepare for the future.

    You won’t find any code in here to help you build better websites. But you will find ideas and approaches. Ideas are more resilient than code. I’ve tried to combine the most resilient ideas from the history of web design into an approach for building the websites of the future.

    Citations

    Java is to JavaScript as ham is to hamster.

    C’est marrant. Mais il y a des informations sérieuses aussi.

    2.0
    The rise of JavaScript was boosted in 2005 with the publication of an article entitled Ajax: A New Approach to Web Applications by Jesse James Garrett. The article put a name to a technique that was gaining popularity. Using a specific subset of JavaScript, it was possible for a web browser to send and receive data from a web server without refreshing the whole page. The result was a smoother user experience.

    The term Ajax was coined at the same time that another neologism was in the ascendent. Tim O’Reilly used the phrase Web 2.0 to describe a new wave of web products and services. Unlike Ajax, it was difficult to pin down a definition of Web 2.0. For business people, it meant new business models. For graphic designers, it meant rounded corners and gradients. For developers, it meant JavaScript and Ajax.

    ... puis ...

    Stuart Langridge put together a list of all the potential points of failure under the title Everyone has JavaScript, right?
    ...
    This doesn’t mean that web designers shouldn’t use JavaScript. But it does mean that web designers shouldn’t rely on JavaScript when a simpler solution exists.
    ...A platform provides a controlled runtime environment for software. As long as the user has that runtime environment, you can be confident that they will get exactly what you’ve designed. If you build an iOS app and someone has an iOS device, you know that they will get 100% of your software. But if you build an iOS app and someone has an Android device, they will get 0% of your software. You can’t install an iOS app on an Android device. It’s all or nothing.

    The web isn’t as binary as that. If you build something using web technologies, and someone visits with a web browser, you can’t be sure how many of the web technologies will be supported. It probably won’t be 100%. But it’s also unlikely to be 0%. Some people will visit with iOS devices. Others will visit with Android devices. Some people will get 80% or 90% of what you’ve designed. Others will get just 20%, 30%, or 50%. The web isn’t a platform. It’s a continuum.

    #paradigme

    To paraphrase Karl Marx, progressive enhancement allows designers to ask from each browser according to its ability, and to deliver to each device according to its needs.

    http://dowebsitesneedtolookexactlythesameineverybrowser.com

    #pratique

    Feature detection, cutting the mustard, whatever you want to call it, is a fairly straightforward technique. Let’s say you want to traverse the DOM using querySelector and attach events to some nodes in the document using addEventListener. Your mustard‐cutting logic might look something like this:

    if (document.querySelector && window.addEventListener) {
    // Enhance!
    }
    There are two points to note here:

    This is feature detection, not browser detection. Instead of asking “which browser are you?” and trying to infer feature support from the answer, it is safer to simply ask “do you support this feature?”
    There is no else statement.

    #pratique

    As Brad Frost puts it:
    “There is a difference between support and optimization.”
    Support every browser ...but optimise for none.

    #paradigme

    “Always design a thing by considering it in its next larger context”
    ...
    Here’s a three‐step approach I take to web design:

    – Identify core functionality.
    – Make that functionality available using the simplest possible technology.
    – Enhance!

    #problème

    Building resilient websites is challenging. It takes time to apply functionality and features in a considered layered way. The payoff is a website that can better react to unexpected circumstances—unusual browsers, flaky network connections, outdated devices. Nonetheless, for many web designers, the cost in time seems to be too high.

    #solution

    Behaviour change is hard. Even if you are convinced of the benefits of a resilient approach to web design, you may find yourself struggling to convince your colleagues, your boss, or your clients. It was ever thus. Take comfort from the history of web standards and responsive design. Those approaches were eventually adopted by people who were initially resistant.

    Demonstrating the benefits of progressive enhancement can be tricky. Because the payoff happens in unexpected circumstances, the layered approach is hard to sell. Most people will never even know whether or not a site has been built in a resilient way. It’s a hidden mark of quality that will go unnoticed by people with modern browsers on new devices with fast network connections.

    For that same reason, you can start to implement this layered approach without having to convince your colleagues, your boss, or your clients. If they don’t care, then they also won’t notice. As Grace Hopper also said, “it’s easier to ask forgiveness than it is to get permission.”

    #pratique

    Realising that it was impossible to be future‐proof, we instead resolved to be future-friendly:

    Acknowledge and embrace unpredictability.
    Think and behave in a future-friendly way.
    Help others do the same.
    That first step is the most important: acknowledging and embracing unpredictability. That is the driving force behind resilient web design. The best way to be future-friendly is to be backwards‐compatible.

    #avenir

    The future, like the web, is unknown.

    The future, like the web, will be written by you.

    #internet #www


  • INAUGURATION DE LA STATUE DE LUMUMBA A BERLIN. 08 10 2013
    https://www.youtube.com/watch?v=n9qf0L2AP-4

    A Berlin la statue de Patrice Lumumba reste cachée à l’abri des regards des foules de touristes. Ce serait un motif parfait pour les groupes de Chinois. Pour le moment ils se font tous prendre en photo devant la statue de Karl Marx et Friedrich Engels 350 mètres plus loin. Considérant le sort de l’arbre le plus célèbre de l’ère internet c’est pluôt rassurant pour Lumumba.
    https://www.openstreetmap.org/node/5237698977#map=19/52.52173/13.40277

    Cheik FITA
    Published on Oct 10, 2013
    SUBSCRIBE 6.4K
    Le mardi 8 octobre 2013 à 17 heures à Garnisonkirchplatz à Berlin, la capitale de la République fédérale d’Allemagne, une sculpture en bronze de Lumumba a été installée et remise au public par la fondation Poll, devant une grande foule mixte.

    Cette statue dénommée, "Lumumba" (Transport à Thysville) a été réalisée en 1961 par Genni/Jenny Wiegmann-Mucchi (1895-1969).

    Plusieurs personnalités politiques, académiques... étaient là : allemandes, congolaises ainsi que d’autres nationalités. Comme officiels congolais il y avait François Lumumba, fils aîné du héros national congolais, She Okitundu représentant l’état congolais ainsi que l’ambassadrice de la RD Congo à Berlin.

    La cérémonie a commencé par une musique jouée au Madimba par la chanteuse Chantal Nyemba Cingoma venue de Leipzig.

    Suivront alors tour à tour,

    Deux discours de la fondation Poll (Kunst Stiftung Poll).

    La découverte de la statue,

    Les discours des officiels congolais

    Et enfin un verre d’amitié offert dans les bâtiments de la fondation Poll.

    À l’issue de la manifestation, nous avons interviewé François Lumumba et She Okitundu à propos de l’absence à ce jour en Belgique d’une place ou d’une statue de Lumumba.

    Pour François Lumumba, « comme Berlin, la ville qui a vu la naissance de l’état du Congo a fait ce pas, c’est déjà une bonne chose. »

    Quant à monsieur She Okitundu, ancien ministre congolais des affaires étrangères, il a affirmé que dans le cas de la Belgique, cette absence était une anomalie, surtout que l’ancienne métropole a déjà reconnu sa responsabilité morale dans la mort de Lumumba.

    La statue de Lumumba à Berlin pourrait devenir un lieu de pèlerinage. Illustration : un jeune d’une dizaine d’années s’appelant aussi Patrice Lumumba, est venu spécialement de Hanovre avec son père et son frère, afin de poser à côté de la statue de son illustre homonyme.

    Nous remercions la communauté congolaise d’Allemagne qui nous a facilité le séjour, la mobilité et l’accès à l’information. Plus spécialement, messieurs Shungu Tudanonga, Memba Gabriel, et Iseewanga Indongo-Imbanda, Danyo Ilunga.

    Berlin le 9 octobre 2013

    Aufstellen einer Lumumba-Skulptur in Berlin-Mitte - DAFRIG - Deutsch-Afrikanische Gesellschaft e.V.
    http://dafrig.de/aufstellen-einer-lumumba-skulptur-in-berlin-mitte

    Genni/Jenny Wiegmann-Mucchi

    #Berlin #Mitte #Garnisonskirchplatz #colonialisme äBelgique #Congo


  • Karl Marx à #Montpellier (enfin, tout près)

    J’étais en train de chercher des infos sur ce tableau de Gustave Courbet visible au musée Fabre : Vue de la Tour de Farges
    http://museefabre.montpellier3m.fr/COLLECTIONS/PARCOURS/GRANDS_PARCOURS/Parcours_moderne/La_modernite_de_1850_a_1914/37/(numPage)/1/(pageSize)/16/(num_oeuvre)/musee:MUS_BIEN:4436

    La Tour de Farges, qui existe encore, se trouve à Lunel-Viel, un des villages en grande banlieue de Montpellier, sur la route de Nîmes à l’est, après Baillargues. C’est limitrophe de la Métropole de Montpellier.

    Et donc :
    http://latourdefarges.pagesperso-orange.fr/texte/francais/histoire%20texte1.htm

    Un autre matin d’hiver, descendit du train, un homme de bonne taille, vigoureux et trapu. L’air frais le faisait tousser il avait apparemment de l’asthme. Ses yeux bruns immobiles et perçants, sa barbe et ses longs cheveux indiquaient un esprit tendu par l’effort permanent de la pensée. Il avait l’aspect calme et paisible d’un professeur de philosophie. Sortant un billet de son portefeuille, il le tendit avec politesse au chef de gare intrigué, et lui demanda, avec un fort accent allemand, s’il y avait loin jusqu’à la Tour de Farges. Mais déjà s’avançait le cocher et le chef de gare entendit un nom. Ce n’était, à vrai dire ni l’un de ces peintres connus, ni un acteur, ni un de ces écrivains qu’il avait coutume d’accueillir. Il avait simplement dit au cocher un nom, bien anonyme : « Pardon, mon ami, n’est-ce point moi que vous cherchez ? Je me nomme Karl Marx. » Celui qui, avec Engels venait de lancer au monde le manifeste du Parti Communiste (1848), portait sur lui son ouvrage célèbre Le Capital. Il venait passer quelques jours chez son ami Sabatier, lui confier ses malheurs, « sa révolution », lui demander aide et assistance suite aux arrêtés d’expulsion qui le poursuivaient depuis l’Allemagne, la Belgique jusqu’en France, avant de se poser à Londres. Cet évènement donnera sans doute à la Tour de Farges une célébrité quasi religieuse et constitue une preuve nouvelle qu’en Languedoc, on fait décidément des rencontres bien inattendues au fil des ans et des chemins.

    #y’a_d’la_vedette


  • « Faire le ménage ensemble, c’est la base »

    Le travail au ras des pâquerettes – 1er épisode

    Par Lise Gaignard

    http://jefklak.org/faire-le-menage-ensemble-cest-la-base

    Sous le pseudonyme de Marie-Louise Michel, de 2007 à 2014, Lise Gaignard a écrit pour Alternatives libertaires des « Chroniques du travail aliéné », réunies et publiées par les Éditions d’une. Psychanalyste en ville et en campagne contre la servitude passionnelle, elle nous fait partager ses tribulations institutionnelles, passant de l’analyse des processus psychiques mobilisés par le réel du travail à la psychothérapie institutionnelle, pratique thérapeutique marchant sur deux jambes (Karl Marx et Sigmund Freud) pour tenir ensemble aliénation psychopathologique et aliénation sociale.


    Le 1er épisode de ces nouvelles chroniques publiées par Jef Klak nous emmène au Boissier, local du club thérapeutique de la clinique psychiatrique de La Chesnaie (Loir-et-Cher). Ici, les habitant⋅es s’attellent au jour le jour à la fragile et précieuse tâche de vivre au milieu des autres, très loin des fantasmes orthopédiques des « conseillers en insertion ».



  • Karl Marx, 200 ans de lutte de classes
    https://la-bas.org/5069

    « À la place de l’ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous. » Telle fut l’utopie de Marx et Engels, une utopie toujours partagée par des millions de femmes et d’hommes, mais une utopie qui fut souvent récupérée, détournée et pervertie. Maintes fois jeté dans les poubelles de l’histoire, Marx revient aujourd’hui dans la lutte contre la violence capitaliste. Le bicentenaire de sa naissance fournit l’occasion de retracer son parcours.Continuer la lecture…

    #Radio #Autour_du_Monde_diplomatique #Mémoire #Luttes


  • 200 ans de Karl Marx : « un changement de paradigme vers une société sans exploitation » 5 Mai 2018 - Peter Mertens

    Un chat a paraît-il neuf vies, alors qu’un être humain n’en a qu’une. On ne vit qu’une fois. Et on ne meurt qu’une fois. Karl Marx n’est certes pas un chat, mais aucun être humain n’a été déclaré « mort » autant de fois que lui – de préférence en fanfare et roulements de tambours. Et qui, ensuite, est immanquablement ressuscité, dans tous les coins de la planète. Aujourd’hui pour la deux centième fois. Marx est mort, longue vie à Marx !

    Lors de la journée de la lutte du mouvement ouvrier, le 1er Mai donc, c’est un certain Geert Noels qui a rejoint le long cortège international des fossoyeurs qui sont passés dans l’histoire pour enterrer Marx et dont les noms sont depuis longtemps oubliés. Le gestionnaire de fortune Geert Noels a lancé quelques idées-clés en guise de message du 1er mai 2018. Il a ainsi décrété que « l’opposition entre travail et capital appartient au passé ». Schluss damit, terminé. Il n’existe pas d’opposition. Dixit le gestionnaire de fortune, par ailleurs également gestionnaire des idées des possesseurs des grosses fortunes. Et, après avoir déclaré ce conflit éliminé, le gestionnaire de fortune estime qu’il est enfin temps que nous réalisions que ce sont les entrepreneurs qui apportent « la prospérité pour tous ». Voilà, l’opposition est balayée, Marx est enterré, et le capital prend soin de nous tous.


    « Sans les travailleurs, pas de richesse ». Cette question, d’où provient aujourd’hui la richesse, est une question cruciale dans l’histoire.
    Alors que Geert Noels twittait tout cela depuis sa zone de confort, les travailleuses et travailleurs de Lidl entamaient leur sixième journée de grève. Une grève qui a tout à voir avec la thèse de Noels, et donc aussi avec celle de Marx. D’après Noels, c’est Dieter Schwarz, le grand CEO de Lidl, qui apporte la prospérité à tous. Un peu comme ce patron anglais qui, dans le beau film Le Jeune Karl Marx, lance à Karl Marx : « Sans moi, pas de profit, et pas d’entreprise ». Ce à quoi Marx rétorque judicieusement : « Sans les travailleurs, pas de richesse ». Cette question, d’où provient aujourd’hui la richesse, est une question cruciale dans l’histoire.

    La richesse provient du travail. Marx montre comment le travail apporte de la plus-value, et par quels mécanismes un petit groupe s’approprie cette plus-value. Aux dépens de la collectivité. C’est évidemment on ne peut plus actuel. Dieter Schwarz n’a pas amassé sa fortune de 37 milliards d’euros par son propre travail. Mais bien par le travail de plus de 300 000 travailleuses et travailleurs de Lidl dans 25 pays. C’est par leur labeur que la famille Schwarz est devenue toujours plus riche. Sa fortune est passée de 10 milliards d’euros en 2010 à 37 milliards d’euros aujourd’hui. 27 milliards d’euros supplémentaires en à peine huit années. Cela représente 85 000 euros en plus par membre du personnel, en huit ans de temps. Et ça ne se passe pas comme par magie. Tout est fait pour ça. Car entre-temps, chaque geste du personnel est chronométré. La technologie la plus moderne est mise en œuvre pour éviter le moindre « temps mort » – comprenez : le moindre moment de répit. Le temps de travail est intensifié, jusqu’à l’extrême. Jusqu’à rendre les gens à moitié fous : il faut décharger des palettes, remplir les rayons, cuire les pains, maintenir le magasin et le parking propres, être à la caisse, et avec le sourire s’il-vous-plaît. Trimer pour les uns, 27 milliards d’euros pour quelques autres. Telle est l’opposition entre travail et capital aujourd’hui, et il faut vivre seulement sur la planète Twitter pour ne pas le voir.
    Dieter Schwarz n’a pas amassé sa fortune de 37 milliards d’euros par son propre travail. Mais bien par le travail de plus de 300 000 travailleuses et travailleurs de Lidl dans 25 pays.

    Une lutte pour le temps et pour le salaire
    La lutte pour le temps et la lutte pour le salaire, c’est une lutte entre des intérêts divergents dans la société, c’est une lutte entre des classes différents, explique Marx. Ce n’est pas un point de vue idéologique, ce n’est pas une question de bonne ou de mauvaise volonté, c’est un mécanisme du capital lui-même. « Le capital usurpe le temps qu’exigent la croissance, le développement et l’entretien du corps en bonne santé. Le capital vole le temps qui devrait être employé à respirer à l’air libre et à jouir de la lumière du soleil. Le capital lésine sur le temps des repas (...), sur le temps du sommeil (...). Le capital ne s’inquiète pas de la durée de la force de travail. Ce qui l’intéresse uniquement, c’est le maximum qui peut en être dépensé dans une journée », écrit Marx dans Le Capital.

    « Le travailleur isolé succombe sans résistance possible », constatait Marx. Les travailleurs doivent s’organiser, mettre fin à la concurrence entre eux et se battre. C’est ce qui s’est passé lorsque, quelque part chez Lidl, une travailleuse a dit « non » à la pression de plus en plus forte, et que ses collègues se sont jointes à elle, et les syndicats, et tout le magasin, et ensuite les autres magasins. Les travailleuses de Lidl se sont organisées en tant que classe, et elles ont gagné leur lutte. Une lutte pour le temps. Un engagement d’un temps plein par magasin, 305 emplois supplémentaires au total. Cela coûte 9 millions d’euros à la famille Schwarz et aux autres grands actionnaires de Lidl. Neuf millions d’euros, arrachés par la lutte sociale et les nouveaux rapports de force. Marx résumait ainsi le conflit : « Le capitaliste essaie continuellement d’abaisser les salaires à leur minimum physiologique et la journée de travail à son maximum physiologique, tandis que l’ouvrier exerce constamment une pression dans le sens opposé. La chose se réduit à la question des rapports de force des combattants. »

    Cette lutte, nous la voyons aujourd’hui partout. Elle encaisse des coups, elle est écrasée, elle sombre, mais elle revient toujours, immanquablement. Toujours, comme Marx lui-même. En petit et en grand. Chez Carrefour, où les gens exigent 5 minutes de pause supplémentaires. Chez Volvo, où un ouvrier a exactement 71 secondes pour faire sa tâche avant que la voiture suivante arrive, et où les travailleurs demandent quelques secondes supplémentaires. Un peu de répit. Une lutte pour le temps.

    Séparés, les doigts de la main sont fragiles. Ensemble, ils forment un poing
    S’il y a un documentaire sur l’histoire sociale belge qu’il faut avoir vu, c’est bien Misère au Borinage d’ #Henri_Storck et #Joris_Ivens. Celui-ci montre le sort des mineurs après la crise de #1929. Des mineurs extraient le meilleur charbon aux dépens de leurs santé, mais ils ne gagnent même pas assez pour acheter du bon charbon afin de chauffer leur logement. Des mineurs sont expulsés de chez eux à cause de leur participation à la grève générale de 1932. Le documentaire est muet, ce qui le rend encore plus fort. Il se termine sur un grand cortège de mineurs. Dans ce cortège, il n’y a ni drapeau ni calicot, seulement un grand cadre, une peinture : un portrait de Karl Marx. Il symbolise la force du mouvement ouvrier, et la lutte pour une société sans exploitation de l’homme par l’homme.

    Depuis, la situation a changé, direz-vous. Bien sûr. Mais avant tout parce que le mouvement ouvrier s’est organisé, parce qu’il a conscientisé et lutté et qu’il a construit des rapports de force. Le droit de s’organiser, le droit de grève, le droit de vote, les congés payés, la journée des huit heures et la semaine de quarante heures, la sécurité sociale… Rien n’a été obtenu gratuitement. Tout a été arraché d’en bas, dans des conflits souvent très durs. Et, dans le capitalisme, ces acquis sociaux et démocratiques sont en permanence mis sous pression. Les crises de 1973 et de 2008 ont été utilisées par le capital pour lancer une contre-offensive mondiale. Geler les salaires, flexibiliser le travail, contraindre les chômeurs à accepter n’importe quel travail à n’importe quel salaire, faire travailler les gens de plus en plus longtemps. On peut ainsi encore augmenter la pression sur les conditions de salaire et de travail. Cela aussi, Marx l’avait déjà expliqué.

    « Marx est mort, les oppositions de classe n’existent plus, le capital prend soin de nous tous », écrivent les hérauts du libre-marché. Entre-temps, ils ne savent plus quoi faire des gains phénoménaux engrangés par les toutes grosses entreprises et ils planquent vingt-cinq mille milliards d’euros dans les #paradis_fiscaux. Le capitalisme prend soin de nous tous ? Rien que ces constructions fiscales coûtent chaque année aux trésors publics des États européens 1.000 milliards d’euros en rentrées fiscales, un montant qui est ensuite économisé dans les transports publics, dans l’enseignement, dans le secteur public des soins de santé ou dans la recherche publique.

    Ryanair, Deliveroo, Lidl... La leçon est et reste celle de Marx : c’est seulement en s’organisant que la concurrence au sein de la classe des travailleurs peut être arrêtée. 

     « Il n’existe plus d’opposition entre travail et capital », clament ces hérauts de la classe dominante. Mais, comme ils ne sont pas très sûrs de leur affaire, ils veulent s’assurer que la classe des travailleurs ne puisse pas s’organiser dans des organisations de lutte. D’où la multiplication des attaques sur les droits syndicaux et sur le droit de grève. Si on peut briser la colonne vertébrale de la classe ouvrière, on a alors le champ entièrement libre. Bien évidemment que c’est actuel. Cela se joue sous notre nez. Chez #Ryanair où le personnel se bat pour arracher ses droits syndicaux à des capitalistes comme Michael O’Leary. Chez #Deliveroo où les jeunes découvrent leur force collective et s’organisent. Chez #Lidl, bien sûr. Et la leçon est et reste celle de Marx : c’est seulement en s’organisant que la concurrence au sein de la classe des travailleurs peut être arrêtée. Séparés, les doigts de la main sont fragiles. Ensemble, ils forment un poing.

    Internationalisme
    « Un spectre hante l’Europe, le spectre du communisme. Toutes les puissances de la vieille Europe se sont unies en une #Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : le pape et le tsar, Metternich et Guizot, les radicaux de France et les policiers d’Allemagne », écrivent Karl Marx et Friedrich Engels au numéro 50 de la rue Jean d’Ardenne à Ixelles. Ce sont les mots d’ouverture du Manifeste du Parti communiste.

    Le spectre du communisme rôdait à Bruxelles. Le parcours de Marx est étroitement lié à Bruxelles. De Cologne à Paris, de Paris à #Bruxelles, où il était le bienvenu à la condition de ne rien publier de politique. Ce qui n’a pas été le cas. À Bruxelles, Marx fonde la première Ligue des communistes, et, avec Friedrich Engels, il écrit Le Manifeste du Parti communiste. Quand, en février 1848, la révolution éclate en France, le gouvernement belge en a des sueurs froides et décide d’expulser Marx.

    Marx a été arrêté à cause de sa phrase « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ». Cette anecdote en dit long. Marx et Engels étaient des internationalistes.

    Un jour avant l’expulsion, la police bruxelloise débarque au deuxième étage de la pension « Bois sauvage », à la place Sainte-Gudule, où loge la famille Marx. Karl Marx veut montrer l’exploit d’huissier lui enjoignant de quitter notre pays le lendemain. Mais, distrait, il se trompe de document et montre le tract de la Ligue communiste sur lequel figure en grand : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! ». Suite à quoi il est arrêté et emmené à l’Amigo, le cachot derrière l’hôtel de ville de Bruxelles.

    L’union des travailleurs et l’apport d’une perspective socialiste, c’en était trop pour le royaume belge #ultralibéral de l’époque, au capitalisme tout neuf. La liberté d’expression, c’était très bien, mais il ne fallait pas d’idées révolutionnaires dans notre pays. Au Parlement, le Premier ministre libéral Charles Rogier – non, pas Charles Michel – a justifié ainsi l’expulsion de Marx : « Tout étranger qui mène en Belgique une vie paisible, une vie tranquille, qui rend hommage à nos institutions libérales et les respecte, ceux qui ne cherchent pas par leur conduite à semer le trouble et l’émeute, ceux-là continueront à vivre libres et tranquilles comme les Belges eux-mêmes. Mais les étrangers qui viendraient susciter des désordres, des émeutes, qui voudraient entraîner le pays au-delà des limites que le pays s’est lui-même tracées, ces étrangers, nous continuerons à agir à leur égard avec sévérité. Qu’ils aillent dans leur pays chercher le triomphe de leurs théories. ».

    L’expulsion de Marx de Bruxelles a certes débouché sur une bonne chose. C’est suite à cela qu’il a abouti dans le centre du capitalisme mondial à l’époque, Londres. Et c’est là qu’il a écrit Le Capital. Marx a été arrêté à cause de sa phrase « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ». Cette anecdote en dit long. Marx et #Engels étaient des internationalistes. Marx a décrit la manière dont l’extermination et l’oppression de la population autochtone en Amérique latine, le pillage des Indes, la transformation de l’Afrique en territoire de commerce de la population noire ont constitué l’aube de la production mondiale capitaliste. Leur perspective était internationale, et leur réponse était également internationale. Ils se sont consacrés sans relâche à donner forme à un mouvement international des travailleurs et à offrir une perspective de lutte socialiste, avec toutes les langues, lettres, discussions, luttes, débats et voyages que cela nécessitait. Pour forger une classe internationale, qui a conscience d’elle-même et qui se lève contre le capital international organisé. Cent quarante ans plus tard, nous avons besoin de davantage de cette sorte d’internationalisme, et non pas moins.

    Un changement de paradigme vers une société sans exploitation
    Quand Copernic, Kepler, Galilée ont affirmé que la Terre et d’autres planètes tournaient autour du soleil, et donc, que tout ne tournait pas autour de la Terre, ils ont été traités de fous et d’hérétiques. Ils ont produit une révolution dans la pensée, mais leur époque n’était pas mûre pour celle-ci. Ce n’est qu’après plusieurs générations que l’on a admis qu’ils avaient raison. C’est ainsi que la vision qu’avaient les gens à propos de la Terre et de l’univers a été bouleversée. Quand le cadre de pensée dominant est fortement modifié, on parle d’un changement de paradigme. Une rupture avec le cadre de pensée dominant s’opère toujours sur plusieurs générations. 

    Il n’en va pas autrement pour Karl Marx et Friedrich Engels. Ils ont créé un changement de paradigme dans la pensée de l’histoire humaine. Ils ont apporté une réponse à la question sur la manière dont, au cours de l’histoire, on passe d’une forme de société à une autre forme de société. Ils ont observé que les hommes se sont toujours organisés autour de la production : pour vivre, pour manger, pour se loger et pour se développer, les êtres humains devaient produire. Ils ont montré comment le développement de la technique et de la science, de la connaissance de la production et des compétences est une force motrice dans l’histoire humaine. Et ils ont aussi découvert cet autre moteur de la roue de l’histoire humaine : l’action de hommes, les interactions sociales entre les gens et la lutte sociale entre les différents intérêts et classes dans la société.

    Le changement arrive par l’action. « Les philosophes n’ont fait qu’interpréter diversement le monde ; il s’agit maintenant de le transformer », a écrit Marx sur un papier à Bruxelles. Marx et Engels étaient des révolutionnaires. Ils ont placé leur vie sous le signe de l’émancipation de la classe ouvrière et de la lutte pour une société sans exploitation de l’homme par l’homme.

    La société n’est pas faite par des lois de la nature, elle est faite par des êtres humains. 

    Marx et Engels le savaient : la société n’est pas faite par des lois de la nature, elle est faite par des êtres humains. Et elle peut donc aussi être changée par des êtres humains. Les pharaons en Égypte, les aristocrates athéniens, les empereurs chinois, les nobles du Moyen Âge étaient tous persuadés que leur règne serait éternel et qu’il n’y avait pas d’autre société possible. Jusqu’à ce que leur modèle soit menacé : par de nouveaux développements scientifiques et techniques, par de nouvelles possibilités de production et par des nouvelles conceptions. Jusqu’à ce que les tensions sociales deviennent si fortes que la forme de la société doive changer.

    Une nouvelle forme de #société n’arrive pas de manière soudaine. Le capitalisme aussi a eu besoin d’une très longue période pour s’installer. Il y a eu les premières tentatives dans la Gênes et la Venise de la seconde moitié du quatorzième siècle. Il y a eu le développement de relations capitalistes dans la Hollande et l’Angleterre du seizième siècle. Ce n’est qu’après tout un processus de conflits et de compromis avec le féodalisme usé que le capitalisme a pu réellement s’imposer comme système politique, au dix-neuvième siècle. Le capitalisme n’a pas réussi dès ses premières tentatives. Il faudrait donc être étroit d’esprit pour rejeter le socialisme parce qu’il n’a pas réussi lors de ses premières tentatives de construction. C’est un long processus historique, avec des hauts et des bas. Avec de belles réalisations, mais aussi avec de graves erreurs.

    Le changement de paradigme que Copernic, Darwin et Marx ont opéré, chacun sur leur terrain, ne signifie bien sûr pas que plus rien n’a changé depuis. La science évolue continuellement et de nouvelles perspectives apparaissent. Il n’empêche que le changement de paradigme de Marx et Engels reste aujourd’hui inspirant.
    Face à la #pensée_unique étouffante qui domine aujourd’hui la société, nous avons besoin d’un autre horizon. La crise du climat, la volonté de plus en plus grande de mener des guerres, les gens qui fuient leur pays, les tendances croissantes de l’autoritarisme et de la militarisation de la société, les paradis fiscaux et le caractère parasitaire du capital, tout cela demande une réponse globale. Il ne s’agit pas d’un détail ici et là. Il s’agit de l’avenir de l’humanité et de la planète. Nous avons à nouveau besoin d’un changement de paradigme pour y apporter une réponse. Et une autre société, non pas comme une utopie ou un beau rêve romantique, mais comme une réponse nécessaire aux défis d’aujourd’hui. Plus grandes seront les ruines du capitalisme, plus ceux qui défendent les intérêts de celui-ci affirmeront haut et fort que Marx est mort, que le capital va prendre soin de nous tous, et qu’il n’y a pas d’alternative possible. En même temps, de nouvelles générations de jeunes continueront à rechercher une perspective émancipatoire et libératrice pour l’homme et la planète et, à chaque fois, ils redécouvriront Marx. « La vérité est l’enfant du temps, pas de l’autorité », répondait Galilée à ses accusateurs dans une pièce de théâtre de Bertolt Brecht. La société ne doit pas tourner à la mesure du profit, mais à la mesure de l’humain. C’est pourquoi nous sommes marxistes. Des marxistes de notre temps et à notre manière. Marx est mort. Longue vie à Marx !

    Discours de Peter Mertens, président du PTB, prononcé lors de la soirée « Marx 200 » le 5 mai 2018 à Bruxelles.

    http://ptb.be/articles/200-ans-de-karl-marx-un-changement-de-paradigme-vers-une-societe-sans-exploitati
     #marx #capitalisme #histoire #travail #marxisme #philosophie #économie #karl_marx #socialisme #richesse #dieter_schwarz Peter_Mertens #PTB