person:leonardo dicaprio


  • Woody Harrelson, en liberté surveillée

    http://www.lemonde.fr/festival-de-cannes/article/2018/05/22/woody-harrelson-en-liberte-surveillee_5302517_766360.html

    Fils d’un tueur à gages, l’acteur américain ne cesse de jouer avec la loi, à l’image de son rôle de corsaire dans « Solo, A Star Wars Story ».

    « Trente secondes… Vingt-cinq… Vingt… » Le compte à rebours égrené par le staff de Disney n’anticipe pas la mise sur orbite du dernier vaisseau maison, Solo, A Star Wars Story, toujours fixée au mercredi 23 mai dans l’essentiel des salles du système solaire. « Quinze… Dix… Cinq… » Il s’agit, sur un registre plus terrestre, de rappeler à notre photographe qu’il ne dispose que de deux minutes chrono pour tirer le portrait de Woody Harrelson. L’Américain, qui incarne un corsaire interstellaire dans le nouveau spin-off de la franchise, est du genre diligent : « Woody souhaite impérativement quitter l’hôtel à midi pile… », argumente un stormtrooper déguisé en attaché de presse.

    Deux jours plus tôt, le 15 mai, le divertissement de Ron Howard a été fraîchement reçu lors de sa présentation hors compétition sur la Croisette ; le tournage s’était éternisé, et l’acteur exige que, cette fois, le planning soit respecté à la seconde près. Rien que de très « prévisible », comme dirait avec fatalisme son personnage : depuis que la série Cheers l’a révélé, dans les années 1980, Harrelson s’arrange toujours pour se trouver dans des situations limites. Qui d’autre a autant joué avec la loi, qu’il s’agisse de la faire appliquer ou, au contraire, de s’en affranchir effrontément ?

    Sur grand et petit écran, il s’est improvisé garant des institutions policières (True Detective, Triple 9, Three Billboards), militaires (La Ligne rouge, Des hommes d’influence, La Planète des singes), médicales (The Sunchaser), voire étatiques (L.B. Johnson, après Kennedy). Mais il a tout aussi habilement enfilé les haillons du hors-la-loi : outrage aux bonnes mœurs (Larry Flint), kidnapping (Wilson), fraude bancaire (Le Château de verre), meurtre (Tueurs nés, Sept psychopathes), grand banditisme (No Country for Old Men), son casier est chargé.

    Blockbusters et productions indés

    De Defendor à Insaisissable 2, il lui arrive même de se dédoubler en cours de film : ainsi de Self Control, où il campe avec autant d’implication un gigolo travesti et un agent de sécurité. Lorsqu’on l’interroge sur cette drôle de règle qui régit sa filmographie, Dr. Woody bafouille – « euh, ouais… » –, et Mr. Harrelson bredouille – « il y a du vrai… ». Car, dans son cas, l’antique dilemme yankee – flic ou voyou – fait résonner une corde particulièrement intime. Tour à tour condamné pour paris illégaux, vols à main armée et meurtres, son père est mort en prison, en 2007. Dans les années 1970, cet ex-vendeur d’encyclopédies texan a fait la « une » des journaux pour s’être attribué, sous l’emprise de drogues, l’assassinat de John Fitzgerald Kennedy, après avoir avoué celui d’un juge fédéral, commandité par un trafiquant.

    Comment tuer le père quand le vôtre est tueur à gages ? A la séparation de ses parents, en 1968, Woody suit sa mère en Iowa, puis étudie le théâtre et la littérature dans une université de l’Indiana. Il fréquente des cercles ultracatholiques, où il se lie avec le futur vice-président de Donald Trump, Mike Pence. Mais réalise bientôt, comme il le confiera à Playboy en 2009, que « la Bible est un instrument pour contrôler les gens », et s’éprend d’autres causes : méditation hindouiste, véganisme, légalisation du cannabis, anarchisme. Cette volte-face ne diminue guère la fréquence de ses visites en prison, au contraire : « Mon papa est l’une des personnes les plus charmantes et érudites que je connaisse, dira-t-il ainsi, en novembre 1988. Mais je me demande encore s’il mérite ma loyauté. Je le regarde comme quelqu’un qui pourrait devenir mon ami, plutôt que comme celui qui était mon père. »

    Sa loyauté, il l’offrira au cinéma, qui fera dire tout et son contraire à ses yeux bleu revolver, à ses maxillaires maximaux, à son sourire oblique : parangon de convivialité ou misanthrope patenté, ici meneur d’équipes, là loup solitaire, Harrelson est crédible à chaque extrémité du jeu social. Sur l’échiquier esthétique, de même, il évolue sur les côtés, alternant blockbusters à grands frais et productions indés, drames graves et pochades potaches.

    Une liberté toute surveillée, qu’il doit à quelques anges gardiens. Ecoutez-le évoquer la mèche postiche qu’il affiche dans Solo, chipée non pas à Chewbacca, mais à une amie productrice : « C’est une idée d’Allison Shearmur. Je tenais à ma calvitie, mais Allison refusait qu’on lui réponde non… Elle est morte juste après le tournage, à 54 ans, d’un cancer. Sans sa force de conviction, je n’aurais joué ni dans Hunger Games, ni dans Solo. Je venais de tourner ma première réalisation, Lost in London. Imaginez quand j’ai dû dire à ma famille : “Hum, je vais devoir rester à Londres neuf mois de plus !” Ron Howard [qui a remplacé Phil Lord et Chris Miller en cours de production] a fait un boulot épatant : deux semaines pour monter les décors, soixante-dix jours pour boucler le tournage, du grand artisanat ! »

    Ascèse et excès

    Des prouesses, Harrelson aussi en a troussé. Tourné en un seul plan-séquence dans 24 décors différents, Lost in London a été diffusé en direct dans 550 cinémas, le 19 janvier 2017 : « C’est une déclaration d’amour un peu bancale à ma femme. J’y reviens sur l’une des pires nuits de ma vie. Elle m’a hanté pendant des années, jusqu’à ce que je réalise qu’il y avait peut-être là matière à une fiction comique et cathartique. » Londres, 7 juin 2002 : un tabloïd le montre au bras de trois femmes de petite vertu, en petite tenue. S’ensuivent une « terne » performance théâtrale, des échanges échaudés avec Leonardo DiCaprio, Tobey Maguire et Lukas Haas dans une boîte de Soho, une course-poursuite en taxi avec les flics, et quelques heures derrière les barreaux.

    Autre prison – dorée celle-là –, autres anges gardiens : à 56 ans, Woody vit à Hawaï avec sa femme et leur chienne, Monkey, qu’il aime « presque autant » que leurs trois enfants, confesse l’ex-barman de Cheers en ingurgitant un breuvage brunâtre. Et de mentionner ses plus proches amis hawaïens, les quasi-homonymes Owen Wilson et Willie Nelson, sans qui « Lost in London n’aurait pas été drôle du tout ». La comédie sort le 25 mai sur plusieurs plates-formes de streaming : « A terme, je pense que les petits films de ce genre seront voués à n’être vus qu’à la maison... Dorénavant, les gens ne se déplacent en salles que pour les grosses machines, façon Disney. Vous pouvez trouver ça triste, mais c’est la réalité. »

    « Quinze… Dix… Cinq… Zéro ! » Il faut décoller de Cannes, tonne le stormtrooper. Des souvenirs remontent : « J’ai trop fait la fête ici… Il y a trente ans, en rentrant de Grèce, je suis tombé sous le charme de cette station balnéaire. J’ai loué un appartement, pour un mois. J’avais mis au point une petite routine vacancière, croissants et compagnie… Jusqu’à ce que le Festival nous tombe dessus : j’ai vu une ville paisible se transformer en Babylone. Waouh ! Heureusement, ma pote Diane Keaton veillait sur moi. » Ainsi va la vie de Woody Harrelson, toute d’ascèse et d’excès mêlés, valeureusement borderline.


  • ANALYSIS-Data-bait: using tech to hook globe’s multi-billion-dollar fishing cheats
    https://af.reuters.com/article/africaTech/idAFL8N1Q94J5

    In 2016, a Thai-flagged fishing vessel was detained in Seychelles on suspicion that it had been fishing illegally in the Indian Ocean, one of the world’s richest fishing grounds.

    The Jin Shyang Yih 668 was caught with help from technology deployed by FISH-i Africa, a grouping of eight east African countries including Tanzania, Mozambique and Kenya.

    But as the vessel headed to Thailand, which pledged to investigate and prosecute the case, it turned off its tracking equipment and disappeared. Its whereabouts remain unknown.

    Such activity is rampant in the global fishing industry, experts say, where illegal, unreported and unregulated (IUU) fishing is estimated to cost $23.5 billion a year.

    However, a range of non-profit and for-profit organisations that are developing technology solutions to tackle IUU say it is a matter of time before vessels can no longer vanish.

    The industry is developing very fast ... basically the oceans will be fully traceable. There is no place to hide,” said Roberto Mielgo Bregazzi, the co-founder of Madrid-based FishSpektrum, one of the few for-profit platforms.

    With backing from Google, Microsoft’s Paul Allen and Leonardo DiCaprio, among others, such platforms also track fishing on the high seas and in marine reserves, aided by radio and satellite data that send vessels’ locations and movements.

    They use satellite imagery, drones, algorithms and the ability to process vast amounts of data, as well as old-fashioned sleuthing and analysis, to help countries control their waters.

    Algorithms could identify illegal behaviour, Mielgo Bregazzi told the Thomson Reuters Foundation, including predicting when a fishing vessel was about to meet its quota, triggering an alarm.

    Bradley Soule, the chief fisheries analyst at OceanMind, a non-profit, said technology can help even rich countries, which might otherwise struggle to process the volume of data broadcast by hundreds of thousands of vessels.

    Organisations such as his crunch that data and help to differentiate between normal and suspicious activity.

    The bulk of the threat is non-compliance by mainly legal operators who skirt the rules when they think no one’s looking,” said Soule, who helps Costa Rica monitor its waters.
    […]
    Dirk Zeller, who heads the Sea Around Us - Indian Ocean project at the University of Western Australia, said as the ocean’s bounty is a public resource, the world should know who is taking what.

    Part of the problem, he said, is overcapacity in the global fishing fleet.

    But he also points to difficulties in calculating IUU’s scale: the FAO’s estimates of fish stocks, for instance, are based on official government data, which are open to under- and over-reporting.

    His research shows global catches from 1950 to 2010 were 50 percent higher than countries had said.
    […]
    The FAO’s senior fishery officer, Matthew Camilleri, agrees technology is no silver bullet.

    “What use is it if you’re able to detect IUU fishing and find the vessel with illegal fish on board, but you do not have the process in place to enforce, to prosecute?” he said.

    Progress is underway towards that in the form of the FAO’s 2009 Port State Measures Agreement, which is aimed at curbing IUU fishing. Close to half of the 194 U.N. member states have signed it, including four of the top five fishing nations - Indonesia, the United States, Russia and Japan.

    China, though, has not. It is the world’s largest fishing nation, whose 2014 catch of 14.8 million tons, the FAO’s 2016 State of the World’s Fisheries report showed, was as much as the next three nations combined.

    When asked whether it was likely to sign, China’s mission to the FAO in Rome told the Thomson Reuters Foundation it was not authorized to comment.

    Tony Long from GFW - which runs a free-to-access platform that uses Automatic Identification System (AIS) data to track the global movement of vessels - said combining technology with cooperation between countries could close the loopholes.


  • Aux Philippines, Duterte fait fermer un paradis touristique devenu un « cloaque » ([qui sent la m…, dans le texte original]
    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/04/25/aux-philippines-duterte-fait-fermer-un-paradis-touristique-devenu-un-cloaque

    « Quand vous entrez dans l’eau, ça pue. Et ça pue quoi ? La merde ! » Avec le langage fleuri qui le caractérise, le président philippin, Rodrigo Duterte avait annoncé au mois de février que l’île de Boracay, l’un des fleurons de l’industrie touristique de l’archipel, serait fermée pour six mois aux visiteurs à compter du 26 avril. Qualifiant ce qui fut un paradis « sable blanc-cocotiers » de « cloaque », le chef de l’Etat a pris cette décision coûteuse pour l’économie de son pays sur la recommandation de plusieurs agences gouvernementales. Ce partisan de la manière forte a ordonné le déploiement de 600 policiers pour faire évacuer l’île.

    Car, au-delà de la brutalité habituelle des décisions d’un président dont la campagne antidrogue a fait plus de 12 000 morts, selon Human Rights Watch, il y avait urgence à prendre des mesures. Les autorités locales sont accusées d’avoir été incapables de faire respecter les normes de préservation de l’environnement marin et de mettre sur pied un système efficace de collecte des ordures. Elles ont aussi permis aux promoteurs immobiliers de défigurer l’île.

    Au moins trois cents hôtels et « resorts » de luxe ont totalement ignoré les réglementations qui les obligeaient à disposer de leur propre système d’égouts et de recyclage des eaux usées. La plupart se contentent d’évacuer ces dernières dans les canaux et l’océan.

    Une telle décision, spectaculaire et sans précédent, ne fait pas l’affaire des quelque 36 000 personnes travaillant dans le secteur des loisirs de cette île qui ne vit que par le tourisme. La fermeture provisoire de Boracay devrait coûter quelque 600 millions d’euros.

    L’expansion incontrôlée du tourisme de masse est un phénomène régional qui annonce déjà ailleurs de semblables décisions : la célèbre Maya Bay thaïlandaise, rendue célèbre par le tournage du film La Plage, avec Leonardo DiCaprio, va être interdite aux touristes à partir du mois de juin et pour quatre mois, indiquant que les pouvoirs publics commencent à se rendre compte de l’ampleur du problème. « Les îles ont un écosystème fragile qui ne peut tout simplement pas supporter un tel nombre de touristes, la pollution des bateaux et des hôtels construits sur les plages, juge, à Bangkok, l’expert environnemental Thon Thamrongnawasawat. La fermeture est le seul moyen de permettre à la nature de se régénérer. »


  • #Thaïlande : souillée par le #tourisme_de_masse, la #plage rendue célèbre par le film avec Leonardo DiCaprio va devoir fermer
    https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/thailande-souillee-par-le-tourisme-de-masse-la-plage-rendue-celebre-par

    Un site paradisiaque que le tourisme de masse met en péril. En Thaïlande, la baie de Maya, rendue célèbre par le film La Plage de Danny Boyle, avec Leonardo DiCaprio, sera complètement fermée aux touristes entre juin et septembre afin de réparer les dégâts engendrés par sa forte fréquentation. Son accès sera restreint par la suite, ont annoncé les autorités mercredi 28 mars.

    Actuellement, quelque 4 000 touristes se rendent chaque jour dans cette petite baie, ce qui nuit aux #coraux et à l’#environnement, rapporte la BBC (article en anglais).

    #récif_corallien


  • L’ancien émir du Qatar et le palace de la discorde - L’Obs
    http://tempsreel.nouvelobs.com/justice/20170726.OBS2596/l-ancien-emir-du-qatar-et-le-palace-de-la-discorde.html


    Le Vista Palace, en janvier 1998.
    PATRICK HERTZOG/AFP

    Les nids d’aigles se transforment parfois en repaires de vautours. Perché à 333 mètres sur les hauteurs de Roquebrune-Cap-Martin (Alpes-Maritimes), le Vista Palace offre une vue à couper le souffle sur la baie de Monte-Carlo, la principauté, les côtes ligures. Un pied ancré dans la falaise, l’autre comme suspendu dans le vide, cet hôtel cinq étoiles, construit dans les années 1970 par l’industriel allemand Max Grundig, compte parmi les plus beaux hôtels de la Riviera.

    De ce perchoir de luxe autrefois fréquenté par Leonardo DiCaprio ou Roger Moore, la vue est également imprenable sur les mœurs locales : depuis trois ans, le mythique palace, ayant servi de décor pour le film « l’Arnacœur », avec Romain Duris et Vanessa Paradis, se retrouve en effet au centre d’une féroce bataille judiciaire.

    Elle met aux prises l’ancien propriétaire et investisseur italien Bruno Arosio, le nouveau maître des lieux et ancien émir du Qatar Hamad ben Khalifa Al Thani, et un administrateur judiciaire bien connu, Pierre-Louis Ezavin. Un incroyable sac de nœuds au-dessus duquel planent l’ombre de la franc-maçonnerie, celle des réseaux d’influence qataris et de fonds pas toujours aussi clairs que la Méditerranée.

    le reste derrière la barrière du #paywall


  • UN sees spike in meetings between Israeli army, Syrian rebels, warns of escalation -

    Israel says the meetings are held for humanitarian purposes, but the UN warns they could trigger clashes between rebels and the Syrian army

    Barak Ravid Jun 19, 2017
    read more: http://www.haaretz.com/israel-news/1.796536

    During the last seven months, the United Nations Disengagement Observer Force has noted a significant escalation in contact and interactions between Israeli armed forces and rebel organizations along Israel’s border with Syria, chiefly in the area of Mt. Hermon, says a report released in recent days by UN Secretary-General Antonio Guterres to the members of the UN Security Council.
    The report expressed Guterres’ concern, for the first time, that the interactions between the Israelis and the rebel organizations could lead to escalation, causing harm to UN observers.
    Published on June 8, the United Nations report describes the activity of the UN observers from March 2 to May 16. Every few days during that time, they observed meetings and contacts between the Israel Defense Forces and the rebels in the area of the border, including by the Hermon. Altogether they listed at least 16 such meetings in that time.
    The meetings took place in proximity to UN outposts in the Mt. Hermon area, in the area of Quneitra and in the central Golan Heights, near moshav Yonatan.
    “Relative to the previous reporting period, there has been a significant increase in interaction between Israel Defense Forces soldiers and individuals from the Bravo side, occurring on four occasions in February, three in March, eight in April and on one occasion in May,” the report stated, referring to the Syrian side of the border.

    Members of the United Nations Disengagement Observer Force (UNDOF) ride armored personnel carriers (APCs) in the Israeli-occupied Golan Heights before crossing into Syria, August 31, 2014.Reuters
    Keep updated: Sign up to our newsletter
    Email* Sign up

    That increase in the number of interactions between Israeli soldiers and representatives of the rebels continues a trend evident in the previous report, which had been published on March 17. That report covered the period between November 18, 2016, and March 1, 2017, and listed at least 17 interactions along the Golan border, including in the vicinity of the Hermon.

    Leonardo DiCaprio convinces Mexico to help save porpoises
    Sponsored By Connatix
    Leonardo DiCaprio is out to save the environment, one species at a time if he has to, and his efforts have now convinced the ...
    According to both reports, UN observers saw 33 interactions between Israeli and rebel representatives over the last seven months.
    In comparison, only two such meetings took place from August 30 to November 16 of last year according to UN reports, and they were only by the border, not by the Hermon.
    One topic addressed in the latest report was meetings that took place in the area of the Hermon in the last three months. It stated that all such meetings happened in the vicinity of one of the IDF outposts there and all followed the same pattern: Unidentified people apparently affiliated with the rebel organizations, some of them armed, arrived at the IDF outpost accompanied by mules, and were greeted by the soldiers.
    “In some instances, personnel and supplies were observed to have been transferred in both directions. On all occasions, the unknown individuals and mules returned to the Bravo side,” the report stated.
    The UN secretary general clarified in the report that the nature of the interactions could not be observed.
    “The Israel Defense Forces have stated that the interactions were of a humanitarian and medical nature,” the report said.
    Israel contends that all the interactions with rebel representatives on the Syrian side were for humanitarian reasons, but in recent months the UN has started to view these interactions askance and began to warn they could lead to escalation. The report especially noted concern about the meetings around the Hermon, which the UN secretary-general defined as an area of strategic importance.
    “Interaction between the Israel Defense Forces and unidentified individuals from the Bravo side, including in the area of Mount Hermon, has the potential to lead to clashes between armed elements and the Syrian Arab Armed Forces. I reiterate my call to both parties to the Disengagement of Forces Agreement regarding the requirement to maintain stability in the area. All military activities in the area of separation conducted by any actor pose a risk to the ceasefire and to the local civilian population, in addition to the United Nations personnel on the ground,” the secretary-general wrote in the report.
    The UN secretary-general’s latest report on the activities of the UN observers on the Golan Heights, as well as the three preceding reports, criticized the Syrian army for bringing heavy weapons to the area of the border, violating the disengagement agreement. The UN also criticized Israel for the same thing.
    According to the last four reports, in the last year the IDF has kept one or two batteries of the Iron Dome system in the Golan, and also holds heavy 155mm cannons and rocket launchers in the area, in violation of the disengagement agreement with Syria. UNDOF has protested the violations to both sides.
    On Sunday, The Wall Street Journal reported Israel has been secretly providing aid to Syrian rebels in the Golan Heights for years, with the goal of maintaining a buffer zone of friendly forces to keep ISIS and forces aligned with Iran at bay.


  • Les invitations d’Israël aux stars des Oscars sont restées lettre morte
    AFP - Publication : 22/02/2017
    http://quebec.huffingtonpost.ca/2017/02/22/israel-oscars-stars-lettre-morte_n_14946776.html

    Il y a un an, Israël offrait de luxueux séjours tous frais payés à Jennifer Lawrence, Leonardo DiCaprio, Matt Damon et d’autres stars de Hollywood. Mais personne ne semble avoir répondu à l’invitation.

    Aux yeux des militants qui appellent au boycott d’Israël pour dénoncer l’occupation et la colonisation des Territoires palestiniens, le fait qu’aucune des 26 célébrités invitées ne semble avoir fait le voyage est une « victoire ».

    Israël avait été accusé d’essayer d’utiliser ces personnalités, nommées aux Oscars en 2016, pour engranger de la publicité positive en leur offrant ces escapades sur mesure estimées chacune à près de 55.000 dollars.

    A une semaine de l’édition 2017 des Oscars, il semble qu’aucune vedette n’ait fait le déplacement. Jennifer Lawrence, qui joue dans la série à succès Hunger Games, a bien accepté l’offre mais a offert le voyage à ses parents, selon l’agence qui avait lancé l’idée de ce cadeau.

    « Il est clair que l’objectif qui visait à se servir des acteurs pour blanchir Israël a échoué », se réjouit Yousef Munayyer, de la Campagne américaine pour les droits des Palestiniens. « C’est une victoire », dit-il à l’AFP.

    Avec l’organisation américaine Jewish Voice for Peace, M. Munayyer a mené campagne contre ces voyages.

    Le ministère israélien du Tourisme, sollicité par l’AFP, n’a pas souhaité commenter.



  • "Avant le déluge" : Leonardo DiCaprio tire une nouvelle fois le signal d’alarme
    http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/avant-le-deluge-leonardo-dicaprio-tire-une-nouvelle-fois-le-signal-d-al

    Pendant trois ans, Leonardo DiCaprio a parcouru le monde pour constater les conséquences dramatiques du changement climatique et rencontrer des personnalités influentes dans ce domaine, comme le président américain Barack Obama ou le pape François. « Le réchauffement climatique est beaucoup plus rapide que ce que les scientifiques avaient annoncé. Nous avons besoin d’un changement radical de toute urgence », a-t-il ainsi déclaré, pointant notamment du doigt les responsables politiques et les multinationales.

    #documentaire de plus sur le #changement_climatique , très récent (ça montre la COP21 entre autres). Avec quelques extraits au début de présentateurs TV et pseudo-scientifiques américains qui dénient et dénigrent ces changements, à faire enrager… même Trump d’ailleurs (mais lui est déjà un cas irrécupérable)… Sinon le documentaire est bien construit, montrant la fonte des glaces au Groenland, les déforestations enflammées en Indonésie pour l’huile de palme, les pollutions chinoises pour produire les objets occidentaux, les phénomènes climatiques extrêmes à différents endroits, les accords de la Cop21 (déclarés mieux que rien mais clairement insuffisants, grosso modo)… et se termine sur le discours de DiCaprio en fin de cette conférence de Paris, dans son rôle d’émissaire pour la Paix pour l’ONU, où il exprime à l’assemblée que tous les pays doivent aller bien au delà des accords, et que « Vous serez soit applaudis par les générations futures, soit vilipendés. Vous êtes le dernier espoir de la Terre ».

    http://www.dailymotion.com/video/x4yfbbt_before-the-flood-leonardo-dicaprio-fisher-stevens-full-movie_sh

    (Le documentaire est visible en ligne a priori jusqu’au 7 novembre).

    #collapsologie #effondrement #climat #cop21 #DiCaprio



  • Being (Almost) Eaten Alive Can Make You a Diehard Environmentalist - Facts So Romantic
    http://nautil.us/blog/being-almost-eaten-alive-can-make-you-a-diehard-environmentalist

    In his Oscar acceptance speech, Leonardo DiCaprio said, “Making The Revenant was about man’s relationship to the natural world.” Perhaps the film’s most gripping illustration of this was when a grizzly bear nearly mauls DiCaprio’s character, an American fur trapper, to death. To be eaten by a predator, after all, may be the most apt display of man’s vulnerable state in nature. Onstage, DiCaprio evoked that vulnerable state, and made a forceful plea for global climate change action. It turns out this isn’t the first time a near-fatal mauling has emboldened an environmentalist’s perspective. In 1985, the late philosopher Val Plumwood was nearly eaten by a saltwater crocodile. The harrowing experience inspired her to begin writing The Eye of the Crocodile, a series of essays posthumously (...)


  • It’s good for the future of cinema that Africa exists
    http://africasacountry.com/2016/04/movienight2-2

    It’s only April, but it’s already been a bad year for Hollywood. If you need a reminder: an all-white acting nominee list at The Oscars; a“swag bag” featuring a free trip to Israel; Chris Rock’s tone-deaf stereotypical jokes about Asian Americans; Leonardo DiCaprio wins Best Actor trophy for a role “celebrating the resilience of settler colonialism on land […]

    #MOVIE_NIGHT #African_film #Film


  • Despite controversy over #OscarsSoWhite, Canadian actress and Revenant star Grace Dove was not invited to the Academy Awards
    http://news.nationalpost.com/arts/television/canadian-actress-and-revenant-star-grace-dove-was-not-invited-to-

    Unless you’ve been in hiding the for the last few months, it’s impossible to not be aware of Alejandro González Iñárritu’s The Revenant, starring Leonardo DiCaprio, a newly christened Oscar winner, and Tom Hardy.

    But the film also featured an appearance by Canada’s own Grace Dove, a Shuswap actress originally from Canim Lake Indian Band in Northern British Columbia, as DiCaprio’s character’s wife.

    Already a regular on the APTN series underEXPOSED, Dove made the leap to the silver screen alongside some of Hollywood’s greats, bolstering her resume.

    But while The Revenant went into Sunday night’s ceremony with the most nominees of any other picture and walked out with wins for DiCaprio and Iñárritu, it’s unusual to note that Dove was not at the ceremony celebrating alongside her colleagues. In fact, she wasn’t even invited.

    #oscars #racisme + #sexisme



  • Palestinians urge Oscar nominees to reject Israel junket
    https://electronicintifada.net/blogs/ali-abunimah/palestinians-urge-oscar-nominees-reject-israel-junket

    Palestinians are calling on Oscar nominees to reject a travel voucher supplied by the Israeli government as part of the gift bag they will be given during the Academy Awards.

    The Israeli tourism ministry said it was behind the vouchers which are good for a “10-day VIP trip to Israel for two.”

    Tourism minister Yariv Levin made clear that the goal of the stunt is to improve Israel’s image by capitalizing on the fame of Hollywood stars.

    Israel hopes that stars including Leonardo DiCaprio, Matt Damon and Kate Winslet will be “touring in Tel Aviv or walking through the streets of the Old City of Jerusalem” – a part of the occupied West Bank.

    “If they do indeed accept the invitation, their visit will have enormous resonance among millions of fans and followers,” Levin said.

    • Les Palestiniens demandent aux nominés aux Oscars de refuser un voyage de propagande en Israël
      http://www.pourlapalestine.be/les-palestiniens-demandent-aux-nomines-aux-oscars-de-rejeter-le-voya

      Les militants palestiniens des droits de l’homme demandent aux nominés aux Oscars de ne pas accepter les billets de voyage fournis par le gouvernement israélien () et qui font partie de l’ensemble des cadeaux remis aux nominés des catégories « acteurs » et « mise en scène ».

      Une déclaration du ministère israélien du Tourisme se targue de ce que cette initiative constitue une excellente occasion de voir d’« éminents faiseurs d’opinion » partager leur visite « avec des millions de leurs fans et partisans ».

      () Il s’agit d’un voyage de 10 jours, pour une valeur de 55.000 $


  • Au lieu de la « révolution industrielle », Davos se penche sur l’imminente crise économique 20 janv. 2016 RT (Russia Today)

    C’est dans un contexte difficile que le Forum économique mondial de Davos ouvre ses travaux ce mercredi, alors que la chute des prix du pétrole et, plus globalement, l’incertitude sur la croissance mondiale s’imposent à l’ordre du jour.

    « Maîtrise de la quatrième révolution industrielle » était le slogan officiel de la réunion annuelle des dirigeants politiques et chefs d’entreprises dans le petit village suisse. Cependant, le titre « Maîtrise de la deuxième crise en huit ans » ne serait-il pas plus approprié, alors que l’état de l’économie mondiale, au début de l’année inspire les plus grandes inquiétudes, en faisant penser aux prémisses d’une crise capable de frapper encore plus fort que celle de 2008 ?


    Le prix du pétrole, qui n’a cessé de chuter tout au long de 2015, s’est effondré spectaculairement cette semaine, en descendant à quelque 27 dollars le baril. Le principal carburant du moteur de l’économie mondiale se trouvant en difficulté, des millions d’employés dans cette industrie pourraient perdre leur poste… y compris certains participants au Forum de Davos.
    « Si quelqu’un pouvait effectivement prédire le prix du pétrole d’ici 12 mois, il pourrait, dirait-on, prétendre à d’autres activités », a ironisé Dennis M. Nally, le président de la société PWC, dans un entretien à RT. « Nous observons une grande volatilité sur tous les marchés globaux, ce qui est assez surprenant vu que l’année dernière la situation semblait se stabiliser », a-t-il ajouté.

    Il y a de quoi s’inquiéter : à Wall Street, la nouvelle année s’est ouverte sur la pire annonce de toute l’histoire. Depuis le début de 2016, c’est 3 000 milliards de dollars qu’ont perdu en valeur les actifs financiers dans le monde entier.

    Cette incertitude pèse aujourd’hui sur la croissance du PIB mondial, de même que le ralentissement chinois et la méforme des pays émergents. Alors que Pékin a publié mardi son chiffre de croissance 2015, qui est au plus bas depuis 25 ans (6,9%), le Fonds monétaire international a abaissé le même jour ses prévisions de croissance, en prévenant d’un risque de « déraillement » de toute l’économie du globe.
    Terrorisme, crise migratoire et changement climatique à l’ordre du jour
    La sécurité a été sensiblement renforcée cette année à Davos, de nombreuses patrouilles étant mobilisées pour limiter le risque d’attentat contre les 2 500 décideurs les plus importants de la planète, qui vont notamment aborder la sujet de la lutte contre Daesh, ainsi que la crise des réfugiés qui inondent l’Europe. Mais il y a plus que des paroles : les membres de l’élite internationale auront l’occasion de vivre quelques heures dans la peau d’un réfugié, une activité devenue traditionnelle à Davos.

    Les participants au Forum espèrent également poursuivre l’action climatique, en se fondant sur l’accord conclu à Paris en décembre dernier. Ce sera notamment l’occasion pour les grandes entreprises et les gouvernements de trouver un moyen de travailler ensemble à la réduction des émissions de carbone.

    C’est pour ce dernier sujet que Leonardo DiCaprio participera aux travaux du Forum, en appelant à agir, au nom de sa fondation qui protège les écosystèmes en danger et finance les projets luttant contre le changement climatique.

    Parmi les thèmes peu nombreux qui concernent directement la « révolution industrielle » annoncée par le slogan officiel, on trouve la robotisation de la production qui menacerait pas mois de 7 millions d’emplois dans les cinq années à venir. Les limites du contrôle gouvernemental sur les communications électroniques des citoyens seront également abordées lors des discussions.

    Quoiqu’écartés des premières places dans l’ordre du jour par les turbulences au Moyen-Orient et sur les places financières, le problème de la zone euro, soit la dette grecque et le possible « brexit » du Royaume-Uni auront également leur place dans les travaux du Davos.

    https://francais.rt.com/economie/14223-davos-revolution-industrielle-crise-economique
    #Davos #petrole #crise #wall_street #elite #Leonardo_DiCaprio #euro #brexit


  • BBC - Capital - These are the surprising connections between the Davos elite

    http://www.bbc.com/capital/story/20160115-who-are-the-most-connected-at-davos-2016

    Ce qui m’étonne c’est que la BBC soit étonnée :)

    These are the surprising connections between the Davos elite

    The who’s who of Davos 2016 are connected in ways you might never expect.

    19 January 2016

    It’s that time of year again.

    Time for the world’s elite — heads of state, chief executives, academics, artists and celebrities — to take over a tiny Swiss town for the World Economic Forum’s annual gathering. From the parties to the panels and private dinners, more than 2,500 attendees from over 100 countries will convene in Davos. The attendees have some obvious connections — it’s no surprise that heads of states might be connected to major academics or chief executives. But then there are the connections that surprise. Kevin Spacey connected to a banking giant? Leonardo DiCaprio connected to Shimon Peres? The hidden links are everywhere.

    This year’s Davos theme, The Fourth Industrial Revolution, could reveal even more connections as arcane economic topics give way to something more, well, connected. The theme, says the WEF, “refers to the fusion of technologies across the physical, digital and biological worlds which is creating entirely new capabilities and dramatic impacts on political, social and economic systems”. The forum’s sessions will focus on understanding this shift, particularly because “the speed, scale and systemic nature of this transformation has the potential to disrupt all sectors,” according to the WEF.

    #réseaux #davos #visualisation #oligarchie


  • Leonardo DiCaprio - Les acteurs les mieux payés d’Hollywood - Diaporamas - Art de vivre - Capital.fr
    http://www.capital.fr/art-de-vivre/diaporamas/les-acteurs-les-mieux-payes-d-hollywood/leonardo-dicaprio

    L’année n’a pas été brillante pour DiCaprio. Ses revenus ont chuté de près de 50% et le film « J.Edgar » a fait un bide (79 millions de dollars de recettes au box office mondial). Que ses fans se rassurent : il a tout de même touché 37 millions de dollars. Et 2013 s’annonce faste avec la sortie de 3 longs-métrages où il tient la vedette : « Gatsby le Magnifique », « The Wolf of Wall Street » de Martin Scorsese et « Django Unchained », réalisé par Quentin Tarantino.

    La #pressepourrie joue-t-elle avec le feu (#l'insurrection_qui_vient) ... ?